607
Commentaires

"Répondre sur l'antisémitisme me fait trop mal"

C'est une série de réactions en chaîne que Le Monde selon K., ouvrage de Pierre Péan, a entraîné autour du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner. Le livre révèle l'existence d'un conflit d'intérêt entre deux casquettes du ministre : celle d'avant sa prise de fonctions, qui l'a conduit à conseiller des chefs d'Etat étrangers et notamment le président du Gabon Omar Bongo, et celle, aujourd'hui, de ministre (Davantage de détails ici). Pour sa défense, Kouchner dénonce un ton "nauséabond". Ce livre est aussi celui d'un journaliste d'investigation chevronné, dont les nombreux ouvrages ont souvent déclenché la polémique (voir l'article d'@si). Il est notre invité.

Derniers commentaires

Daniel, Daniel,

Je fais revivre ce forum, sans doute de sinistre mémoire (désolée), après avoir discuté avec un riverain de Rue89 qui me conseille de lire Carnages de Pierre Péan (sur le Rwanda). Ce que je vais faire, ainsi que "Noirs Fureurs, Blancs menteurs".

Mais cet échange m'a fait un peu replonger dans la "rwandasphère", à savoir les discussions suivant le génocide du Rwanda.

Tentative de résumé (vous connaissez sans doute tout cela, mais cela peut être utile pour les autres)

Le génocide du Rwanda a eu lieu en 1994. Selon l'ONU et l'ensemble des nations, le génocide, mené en trois mois, a vu mourir 800 000 tutsis et hutus modérés de la main des milices hutus interahamwe, jusqu'à ce que le FPR de l'actuel président Paul Kagamé envahisse le Rwanda et mette fin au génocide.
La guerre entre le FPR et le régime rwandais, toile de fond du génocide, avait débuté en 1990, suite à une attaque du FPR (composé en majorité de tutsis et descendants de tutsis exilé du Rwanda depuis les persécutions ayant eu lieu dans les années 60, à l'indépendance). Les fautes respectives des camps varient selon les commentateurs. C'est durant cette guerre, affirment en général les observateurs, que le génocide a été préparé par le biais d'une rhétorique violente utilisée par certains des partis tous neufs du Rwanda (le multipartisme venait d'être mis en place), avant que l'assassinat du président Habyarimana ne lance le génocide à proprement parler.
Jusqu'ici, les choses semblent simples : des éléments extrémistes, plus ou moins proche du pouvoir, ont mis en place et effectué un génocide dans un contexte tendu par une guerre, les tutsis ayant pris, à leur corps défendant, le rôle de "cinquième colonne".

Problème : la France était, de 1990 à 1994, engagée aux côtés du gouvernement rwandais dans la lutte contre le FPR, et l'est restée durant les trois mois du génocide : les dirigeants du gouvernement génocidaires sont restés en contact avec Paris, qui a reconnu ce gouvernement, et la force Turquoise mise en place à la fin a permis de protéger une partie du Rwanda, mais n'a pas toujours su empêcher les massacres et a permis de couvrir la fuite vers le Zaïre d'un grand nombre de responsables du génocide, au milieu d'un exode massif de populations (la plupart des images "du génocide rwandais" que nous avons vu en France à l'époque ne sont pas des images du génocide en lui-même, mais des images des populations hutus en fuite à Goma, au Zaïre).

Pour postuler que la France agi de la bonne façon, il faut donc :
- Soit postuler que le génocide des tutsis n'a pas eu lieu
- Soit postuler qu'il y a eu deux génocides, et que le FPR a également commis un génocide
Sinon, la France est coupable d'un aveuglement assez incroyable, ou alors d'une complicité de génocide.

Il y a beaucoup à dire sur la couverture médiatique de l'époque : on a utilisé toute la vulgate des conflits inter-ethniques pour quelque chose qui, en fait, était tout autre.

Il y a encore beaucoup à dire sur une couverture cacophonique, aujourd'hui, où des acteurs, d'une fiabilité parfois douteuse, disent dans l'indifférence quasi-générale (du point de vue du grand public) des choses parfaitement contradictoires et souvent très graves.

Rappelons un peu les faits :

En 1994, le gouvernement français, c'est
- François Mitterrand, président de la République (qui a porté, dès 1990, l'engagement auprès du Rwanda)
- Premier ministre, Edouard Balladur ; ministre de la défense, François Léotard, ministre des affaires étrangères, Alain Juppé, porte-parole du gouvernement, Nicolas Sarkozy.

En 1994, Kouchner va sur place au Rwanda et témoigne le même désarroi face au génocide que la plupart des instances internationales, et ONG.

Pierre Péan reproche à Kouchner d'avoir rompu avec la diplomatie concernant le Rwanda (qui consistait en un déni du génocide et des attaques contre le gouvernement de Kagamé) : en effet, selon Péan,
- Le FPR est responsable de l'attentat déclencheur du génocide, et donc du génocide
- Il n'y aurait eu "que" 280 000 tutsis tués, contrairement aux chiffres généralement admis par la communauté internationale, et le FPR serait responsable de massacres de hutus beaucoup plus importants, ce qui accréditerait la thèse du double-génocide
- La France a eu raison sur toute la ligne au Rwanda
- Ceux qui disent le contraire sont les partisans d'un alignement sur les Américains qui supplantent les français dans le pré carré africain et sont beaucoup plus capitalistes et durs.

C'est un retournement, par rapport à ce qui est admis par les institutions internationales, tout de même assez énorme ! Il me semble que cela prête beaucoup plus à interrogation que l'utilisation du mot "cosmopolitisme" (même si celui-ci, à vrai dire, dévoile un "patriotisme" qui peut expliquer certaines sympathies au niveau de ses thèses).

Les ouvrages de Pierre Péan sur le Rwanda ont, par la crédibilité de leur auteur, redonné du souffle au tenants du déni du génocide (c'est à dire, soit ceux qui considère qu'il n'y a pas eu génocide des tutsis, soit ceux qui considèrent qu'il y a eu double génocide).
Pierre Péan n'est pas le seul dans ce cas : le journaliste Stephen Smith, par exemple, après s'être inquiété de la montée de la haine au Rwanda entre 1990 et 1994 dans Libération, fait surtout écho aux accusations contre le FPR dans le Monde après 1994, et affirme dans "Négrologie" que la France a eu raison au Rwanda ; il a après écrit avec Antoine Glaser "Comment la France a perdu l'Afrique", mais je ne sais pas ce qui y figure, ne l'ayant pas lu.
Dans les autres journaux, le jeu des sympathies avec les différents journalistes impliqués pour une thèse ou l'autre, l'historique de la couverture du génocide à l'époque, ou encore les sensibilités idéologiques amènent à des prises de parti variables, et, d'ailleurs, pas toujours les même dans les mêmes journaux (vous avez fort justement cité deux articles contradictoires parus dans Libération suite à la publication de Noires Fureurs, Blancs Menteurs).

Par ailleurs, les responsables politiques au pouvoir en 1994 ont souvent eu des déclarations tout à fait sinueuses concernant le Rwanda :
Exemple : Juppé, face à l'association France-Turquoise (qui vise à défendre l'action de la force Turquoise) :
"(…) Quant au Rwanda, je distinguerai mon sentiment personnel, que je garde pour moi, et l'intérêt de la France. J'espère seulement qu'un jour la vérité historique sera faite sur ce qui s'est passé au Rwanda à partir de 1993. Un rapport du Conseil de sécurité, qui n'a pas fait l'objet d'une grande publicité jusqu'à présent, pointe les crimes commis en République démocratique du Congo. Sur un plan diplomatique, nous avons intérêt à avoir de bonnes relations avec le Rwanda et le processus amorcé par le Président de la République doit être poursuivi dans des conditions convenables. M. Kagamé a dit que je ne serais pas le bienvenu au Rwanda, et je lui ai répondu que je n'avais pas l'intention d'y aller tant que circulerait le rapport qui met en cause M. Mitterrand, M. Balladur, M. Védrine, M. de Villepin, M. Léotard, moi-même et l'armée française. Ce tissu d'inventions et de mensonges est destiné à créer un contre-feu à l'instruction judiciaire menée en France. Comme je l'ai dit devant la commission de l'Assemblée nationale présidée par M. Quilès, l'opération Turquoise est à l'honneur des militaires français qui ont sauvé des centaines de milliers de vies."
De Villepin a, par ailleurs, parlé de "double-génocide"
A noter, dans aucun pays à part la France (et dans la diaspora rwandaise de Belgique) on n'entend parler de "double-génocide" !

L'instruction judiciaire menée en France est celle du juge Brugière, concernant la responsabilité du FPR dans l'attentat qui a tué le président Habyarimana, son homologue burundais. Pierre Péan la cite dans l'émission, et a l'air de s'être appuyé sur cette instruction (un des témoins-clé de l'instruction, Abdul Ruzibiza, est abondamment utilisé par Péan).
Jusque là, le gouvernement de Kagamé poussait des hauts cris face à l'instruction du juge Brugière, affirmant que le dossier était monté pour masquer la responsabilité de la France. On pouvait être tout a fait méfiant vis à vis de cette opinion, le gouvernement de Kagamé ayant aussi de nombreux torts (dont ceux pointés par Juppé, qui n'ont cela dit pas de lien direct avec la réalité ou non du génocide tutsi). Cela dit, de nouveaux événements, en 2011, laissent planer un doute raisonnable, puisque le juge Brugière (qui a abandonné ses fonctions pour briguer un mandat électif aux couleurs de l'UMP), est accusé depuis 2011, dans le cadre du dossier de Karachi, d'avoir laissé de côté des éléments qui ne cadraient pas avec la thèse officielle, notamment pour cacher des histoires de rétrocommissions incriminant... Balladur. Sans vouloir tout mélanger, cela n'introduit-il pas néanmoins des doutes sur la validité d'une instruction qui arrangeait tellement le gouvernement Balladur ?

Sinon, dans le camp des contempteurs de la France au Rwanda / de ceux qui reconnaissent le génocide :
- L'association Survie - plutôt marquée à la gauche / extrême gauche, avec quelques relais chez les verts, accusée par ses adversaires (dont Péan) de servir de relais aux thèses du gouvernement rwandais actuel
- Colette Braeckman, journaliste au quotidien belge Le Soir
- Patrick de Saint-Exupéry, journaliste au Figaro, qui a écrit l'inavouable.

On remarque aussi des journalistes, comme Jean Hatzfeld, qui s'intéressent peu à l'implication de la France, mais évoquent la mécanique génocidaire contre les tutsis : de fait, les livres de témoignages d'Hatzfeld vont donc plus dans le sens d'une reconnaissance du génocide.

Enfin, il y a effectivement, comme le dénonce Péan, la sphère humanitaro-atlantiste, à savoir Kouchner, BHL, Glucksmann (plutôt Glucksmann fils d'ailleurs) - mais aussi l'ONU et la communauté internationale, n'oublions pas !

Les débats autour du Rwanda portent de tels enjeux que toutes les personnes évoquées plus haut, quel que soit leur camp, sont plus ou moins accusées de mensonge ou d'erreur (selon leur crédibilité), voire de racisme, par leurs adversaires. Pourtant, les enjeux sont trop importants pour que l'on laisse ces batailles de boue faire obstruction à la vérité...

Difficile d'y voir plus clair avec les chercheurs : en effet, les rares chercheurs sur la région des grands lacs s'opposent sur la place (centrale dans notre cas) de l'ethnie, et ont souvent travaillé au Rwanda ou Burundi, ce qui semble conditionner leurs sympathies... Les articles sur Jean-Pierre Chrétien, André Guichaoua, Filip Reyntjens ou Bernard Lugan dans wikipedia sont assez révélateurs des sympathies et oppositions.

(je passe les enquêtes internationales, la commission d'enquête belge, la mission d'information française, etc.)

Au-delà de l'enjeu, énorme, de savoir exactement quelle a été l'implication de la France dans un cas de génocide, ce débat pose d'autres questions tout à fait essentielles :
- La pertinence de la grille ethnique appliquée à tort et à travers, en France, à l'analyse des conflits africains (@si a déjà évoqué le sujet et le débat dans un article de Justine Brabant) : en effet, les tenants de "la France a raison" affirment la prégnance de cette grille, que contestent les autres.
- La remise en cause ou non de la politique et diplomatie française en Afrique. Si la France a eu tort au Rwanda, où elle a été par une politique d'alliance et d'engagement armé indépendant, au nom de la francophonie, hors débat national (décision par l'exécutif), alors cela remet radicalement en cause sa politique en Afrique en général, qui répond aux mêmes principes. Sinon, cela veut dire que cette politique peut être considérée comme bonne, voire meilleure que l'influence Américaine en Afrique. La question se pose de moins en moins, vu que la France perd progressivement son influence en Afrique ; mais son bon droit au Rwanda est défendu par Pierre Péan sur ces principes, par exemple.

Etc.

Au vu de tous ces enjeux, il est absolument aberrant que les débats sur le Rwanda soient à ce point considérés comme des querelles de spécialistes !
Il serait véritablement essentiel qu'un acteur extérieur à ces querelles vienne exposer les enjeux du débat et tester la solidité des affirmations lancées de part et d'autre...

Nous aurions vraiment besoin d'@si sur ce sujet. Vraiment.
M. Wilhelm Marr vous remercie de le faire survivre lui et ses idées !!
Bon

Quel dommage, l'emission partait bien et ... dérapage béhashelien (N.m : attitude de BHL) et godwiniste, la question méritait d'être posée, mais pas de s'y attarder, qu'est ce qui pèse le plus lourd dans la balance ? que P.Pean ait utilisé le mot cosmopolite dans son dernier livre ou qu'il ait réalisé des livres avec des collaborateurs juifs ... allons Daniel ... pour le coup c'est kouchner qui par des moyen alambiqué a cherché a atteindre son détracteur sachant que l'évocation même du mot "anti-vous voyez qui je veux dire" soulève toujours un buzz carnavalesque.

Et je comprends le départ de Péan, comment prouver ce qu'on est pas ?

Et pour dire vrai, et au risque de vous paraitre niais, je n'avais jamais fait gaffe que Kouchner était juif.

Bien dommage cette fin d'émission. Mais c'est bien de pouvoir voir ça aussi.
COSMOPOLITE, subst.
A.? Vieilli. Personne qui, refusant les limites d'une nation, se déclare citoyen du monde.
Anton. nationaliste :
1. ... je suis né nationaliste. Je ne sais pas si j'ai eu la bonne fortune d'inventer le mot, peut-être en ai-je donné le premier la définition. J'ai reproduit ici mes articles; j'aurais pu y joindre : La querelle des nationalistes et des cosmopolites.
Barrès, Mes cahiers, t. 2, 1901-02, p. 248.
? Emploi adj. [En parlant de l'attitude ou de l'état d'esprit d'une pers.] Notre tradition est révolutionnaire et cosmopolite (Tharaud, Dingley, 1906, p. 37).
B.? Personne qui voyage à travers le monde sans se fixer, par goût ou par nécessité (politique ou professionnelle).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Cosmopolitain, subst. masc. Synon. vieilli de cosmopolite. b) Cosmopoliter, verbe intrans. ,,Parcourir le monde`` (Mercier, Néol., t. 1, 1801, p. 131).
? Emploi adj.
1. [En parlant d'une forme d'esprit] Qui est propre au cosmopolite. Cette curiosité cosmopolite assemble volontiers dans une même page les disparates de plusieurs siècles et les contrastes de plusieurs civilisations (Taine, Dern. Essais crit. et hist., 1893, p. 39).
2. [En parlant d'une collectivité hum. ou d'une chose créée par l'homme] Qui rassemble des personnes ou des éléments de plusieurs pays du monde. Foule, port, quartier, ville cosmopolite. Une macédoine cosmopolite aussi diverse que Jérusalem au moment de la Pentecôte (Claudel, Poète regarde Croix, 1938, p. 277).
3. BIOGÉOGRAPHIE. Qui connaît une très large répartition géographique. Animal, espèce, plante cosmopolite :
2. Zoologiquement considérée, l'Humanité nous présente le spectacle unique d'une « espèce » capable de réaliser ce à quoi avait échoué toute autre espèce avant elle : non pas simplement être cosmopolite, ? mais couvrir, sans se rompre, la Terre d'une seule membrane organisée.
Teilhard de Chardin, Le Phénomène humain, 1955, p. 268.
Bonjour

outre les archive du net il y a aussi une société qui a créée ce le site internet d'IMEDA.

http://www.comcicomca.com/texte/nosclients.php5?nom_court=imeda

@+

je
Je suis sidérée par l'attitude de Daniel Schneidermann qui se croit investi d'une mission de dénicheur d'hérésie. Je n'ai lu que des extraits du livre de Pierre Péan, mais je comprends sa réaction : comment rester face à quelqu'un qui vous fait passer une espèce de procès en sorcellerie ? Cerise sur le gâteau : "Je ne suis pas dans le secret de votre âme". DS confesseur jésuite ??? J'ai cru rêver !
Quant au mot qui dérange, "cosmopolitisme", il signifie "citoyen du monde", et c'est un compliment. Si certains l'ont dévoyé de son sens étymologique, c'est un autre sujet.
Et vous me demander de parrainer l'émission ???
En somme, ce qui dérange Kouchner et DS dans ce livre : juste le mot cosmopolite, donc pour le reste du livre, rien à dire. Je suis très déçue par cette émission. Le problème de la santé en Afrique est un sujet tellement crucial et le comportement de la France sur ce sujet tellement nulle dans touts les sens du terme.

Il me semble que la maladresse (consciente ou non) de Péan au sujet de ce mot ne méritait pas tout ce tapage. Si ça rappelle de douloureux souvenirs à certains, c'est aujourd'hui que l'Afrique se meurt dans l'indifférence quasi générale. Le "rapport" de Kouchner est à cet égard navrant.
C'est un joli mot cosmopolitisme, c'est un joli mot tu sais...

http://frenchcarcan.com/
Moi j'ai seulement regardé la dernière vidéo, celle où l'invité enlève son micro et s'en va. Ben oui, j'aime bien quand c'est chaud sur le plateau. En voyant les infimes sourires de DS à la fin du montage, j'ai eu l'impression qu'il était satisfait que ça se termine comme ça...
Je me joins aux critiques de l'attitude de D.S et exprime ma déception devant l'affaire Péant: au final , peut-on réellement croire que les accusations de son livre sont dictées par l'antisémitisme ? A mon avis non
Quant à l'argument-clef de Kouchner,. "le cosmopolitisme anglo-saxon" rappel nauséabond des années trente , c'est une échappatoire facile. Personnellement j'y vois plutôt le rappel de son "américanisme": n'oublions pas qu'il était favorable à l'intervention en Irak par exemple.
C'est une défense habile de la part du misitre mais très déloyale car l'accusation d'antisémitisme disqualifie d'emblée la contradiction . Dommage que D.S ait cru bon de suivre.
P.G
Précision :Le mot "cosmopolitisme " n' a pas été utilisé avec cette connotation uniquement par l' extrême-droite mais aussi par l' U.R.S.S stalinienne et ses disciples internationaux.
S'excuser d'avoir à tort accusé quelqu'un d'antisémitisme, ce n'est pas la même chose que de lui dire : "je te crois sincère quand tu dis que tu n'es pas antisémite". Pas du tout.
Je crois que le problème de la fin de l'interview n'est pas un problème de forme, ni un problème de technique d'interview, ni un problème de professionnalisme. C'est un problème de fond de la presse française, engluée, paralysée par les campagnes dans lesquelles on brandit l'arme de la dénonciation de l'antisémitisme pour, justement, détourner l'attention, ou faire taire, ou faire peur.
je comprends totalement M. Pean qui était acculé dans les cordes par une façon d'aborder la question faussement neutre en réalité reprenant totalement la thèse de l'accusation d'antisémitisme, parfaitement odieuse et visiblement mal vécue par Péan.

L'accusation d'antisémitisme est de toute évidence un stratagème trouvé dans l'urgence par Kouchner. C'est son avocat qui a trouvé la faille (un mot dans 400 pages, sorti de son contexte) il est dans son rôle et il est bon, il faut voir l'efficacité d'une telle accusation, mais un journaliste spécialisé dans la critique des médias est-il dans son rôle en relayant lourdement cette accusation grotesque ?

Je ne comprends pas DS qui est franchement malhonnête dans cette interwiew. Du moins c'est comme ça que je le ressent. Je suis déçu mais c'est parceque j'en attends toujours le meilleur...

En plus je suis convaincu que si certaines personnes sont intouchables car s'attaquer à eux est forcément antisémite, il y aura bientôt un éffet boomerang : à savoir une résurgence très forte de l'antisémitisme, et ça me met hors de moi...
Avram Burg, juif et israélien, ancien président (ou vice-président?) de la Knesset a écrit un livre qui s'intitule "Vaincre Hitler".
Il y déplore que chez beaucoup de juifs la réalité d'aujourd'hui soit toujours perçue à travers le souvenir du nazisme, et de l'antisémitisme qui l'a précédé. Ils n'ont pas vaincu Hitler dans leur tête, ce qui déforme leur perception de la réalité d'aujourd'hui et les conduit à des prises de positions absurdes. Sur la politique israélienne bien sur, mais c'est vrai aussi sur quantités d'affaires franco-françaises, Mermet, Morin, Siné, Enderlin...
Ce serait dommage qu'ASI soit victime de cet aveuglement. Pour un site de critique des medias, c'est assez ennuyeux.
J'ai souvent alerté sur ce risque et je suis un peu désespérée de voir que DS tombe encore dans le piège.
A propos d'antisémitisme, bien réel celui-là, Fiammetta Venner, invitée ce midi au Fou du Roi, révélait qu'une vidéo dénonçant "la domination juive sur la France", circulait librement sur Dailymotion.
Et qu'une autre, toujours sur ce site, appelle au meurtre de Mohamed Sifaoui.
Attitude perverse incroyable de D.S, véritable caricature du terrorisme intellectuel qui ligote le langage et interdit de penser, sans une culpabilité paralysante, les comportements des icônes de la nouvelle gauche, des ex-colonisés ou des milliardaires de la pseudo bienfaisance humanitaire. Mais que dis-je? Deviendrais-je fasciste? Pardon! Pardon! Chut!
J'ai été très mal à l'aise en écoutant cette fin d'émission. DS ne savait plus comment décrocher et sortait constamment de son rôle et semblait le savoir. Et cela durait, durait... . Pean était consterné, nous étions consternés de voir que les questions essentielles autour de Kouchner se noyaient dans un marigot de pensées en rien journalistiques. Au fond, DS semblait consterné également - il n'y a qu'à voir sa tête au clap final !- En bref, un gâchis total, un mauvais service rendu à ceux qui se sont abonnés à ce site pour avoir une information plus complète et objective, et un service rendu à tous ceux qui jettent systématiquement à la tête des empêcheurs de tourner en rond, le mot d'antisémite pour couper court à toute critique. Bravo encore pour votre prestation affligeante, DS ! J'ai quand même pour vous un fond d'empathie, car je sais que vous ne devez pas être fière de vous en ce moment...
Je viens de visionner l'émmission, Daniel Schneidermann t'es odieux !
je pense que le problème n'est pas dans le fond de la question posée mais dans l'insistance pachydermique à la remettre sans cesse sur le tapis. c'était vraiment trop, trop, trop....
Je suis restée sur ma fin en ce qui concerne le Rwanda. Pourquoi tant insister sur le terme de cosmopolite et sur le soit disant antisémitisme de Péan alors qu'il y a tellement de choses à dire sur le Rwanda et notamment sur son livre "Noires fureurs, Bancs menteurs". Il est bien aisé d'attaquer Kagamé comme étant le responsable de l'assassinat du président Habyarimana mais il oublie que d'autres protagonistes comme le Hutu Power avait tout intérêt à élimer le président. Alors qui a assassiné Habyarimana, je ne sais pas et je ne suis pas en mesure de défendre aucune des thèses. Je tiens quand même à rappeler que l'accès au site du crash de l'avion a été refusé à l'époque à la MINUAR (Mission internationale des Nations Unies pour l'assistance au Rwanda) par la garde présidentielle et qu'en conséquence, il n'y a pas eu d'enquête à cette époque. Troublant quand même, non?
En effet ce livre lui vaut de "terribles emmerdes" comme il le dit et cela se comprend. Lisez son livre puis lisez celui de Roméo Dallaire (commandant de la MINUAR) "J'ai serré la main du diable" et faites vous votre opinion.
D'autant plus que je suppose qu'il insiste à nouveau dans son livre sur l'attitude "irréprochable" de la France pendant cette période. Cela laisse pantois quand on pense que même que la mission d'information parlementaire menée en 1998 soulève bien des questions sur le rôle de la France pendant ce génocide, on y voit le médecin de Mitterrand (Bernard Debré) qui affirme que la France a continué à livrer des armes au Rwanda (à l'AGR) après le 6 avril 1994.
Oui comme l'a dit un abonné à @si, il s'agit d'un détournement du sujet du livre de P. Péan que je ne connais pas.
P. Péan s'est justifié sur le mot cosmopolitisme que D. SCHNEIDERMAN considère comme antisémite.
P. Péan connaît d'ailleurs bien ce mot qui a été utilisé entre les deux guerres à l'encontre des juifs.
Ce point est à charge contre lui.
Mais ce n'était pas le sujet de l'émission qui était les informations portées contre BK et amplifiées par Marianne et la TV.
Pour ceux qui n'ont pas eu le temps de lire le livre nous avons appris quelques chose sur la comportement de BK à l'égard
du Rwanda et de Paul Kagamé, pdt du Rwanda. Ce pays sent le souffre à cause des génocides et le livre de PP est sensé
y apporter un éclairage. Dommage que l'émission ait dérivé ; nous restions sur notre faim.
D.SCHNEIDERMAN vous nous devez une autre émission sur le sujet, mais P. Péan acceptera t-il de revenir ?
Pour mieux connaitre le personnage Péan, je conseille un très bon article récent de Rue 89.

http://www.rue89.com/2009/02/15/pierre-pean-un-enqueteur-au-service-du-pouvoir
Nous rentrons de vacances et là le choc! Daniel tu dérapes grave on te voit franchir la ligne jaune. Journaliste peut-être, psychologue pas du tout, le type en face toi te prévient il a besoin de se protéger.
C'est quoi ça!tu sous-entends, tu supputes tu insistes dans ta logique, nous dans ces réponses nous ne trouvons pas une once d'antisémitisme et toi avec tes gros sabots tu continues à t'enliser. Il y a dans tout cela Daniel un inconscient qu'il te faut revisiter. Pour le reste je vais pas quitter arrêt sur images c'est trop bien. Tout le monde peut se tromper mais là quelle démonstration. A quand une émission sur comment traiter et critiquer des citoyens de confession judaïque, ou sur comment les journalistes évitent ce sujet tabou dans notre société.
Maunoir Charbonnel
Oulala, Daniel remet ça encore une fois, c'est grave docteur?

Déjà l'été dernier j'avais été sidéré de son accusation d'antisémitisme proférée presque mécaniquement à l'égard de Siné, mais je m'étais dit que l'erreur était humaine et que l'on pouvait se laisser prendre un jour à hurler avec les loups.

Encore une fois, je suis frappé par son refus obstiné de s'excuser.
J'en viens à soupçonner un symptôme de grosse tête caractérisé.

Comme l'a dit très bien avant moi un autre abonné, le fin mot de cette histoire, c'est que le téléspectateur reste sur cette idée choc que Péan est soupçonné d'antisémitisme. En ce sens, le méprisable écran de fumée lancé par Bernard Kouchner dans l'hémicycle a parfaitement atteint son objectif : faire diversion.

Que cela ait marché jusque dans les studios d'Arrêt sur images, cela me consterne.
Au JT de TF1, va encore, mais sur ASI, non ! (car, faut-il le rappeler, je paie pour voir ASI).

Quant à cette phrase écrite par Daniel suite à l'émission, elle me fait tout simplement froid dans le dos :
"Je connais mieux son ex-co-auteur Philippe Cohen, patron de Marianne 2, qu'il serait évidemment absurde de soupçonner de quoi que ce soit."

Faut-il comprendre que la seule façon d'échapper à l'accusation d'antisémitisme est de co-écrire ses livres avec un juif?
Parce qu'un auteur juif ne saurait taxé de la même manière qu'un goy d'antisémitisme?

Si c'est ce que vous croyez, Daniel, je vous invite à réviser ce classique du terrorisme (intellectuel celui-ci) : le "self-hating jew".
Le propre de la folie n'est-elle pas quelque part d'avoir toujours réponse à tout?


JHM

PS : à la prochaine attaque de paranoïa, je demande mon désabonnement, car les limites de la décence ne peuvent être indéfiniment franchies.
Paroles de Daniel Schneidermann = paroles d'évangile. Sainte anne-marie, priez pour nous pauvres pêcheurs qui n'avons pas cru à la parole du Seigneur.

MISERERE NOBIS !!!!
Inutile de vous fatiguer: D.S. a répondu une fois pour toutes qu'il a dans cette "affaire" raison à 100%, il ne demandera pas d'excuses à Péan et ne lui en présentera pas non plus!
Pourquoi?
C'est très simple: Péan Pierre est un anti-sémite (déguisé, comme la plupart de ceux qui ont sur ce "Blog" désapprouvé, parfois d'une manière "obsessionnelle" l'attitude de D.S.) donc il (Pierre Péan) n'a droit qu'à être jeté aux chiens...
Et surtout, surtout, ne partez jamais en vacances avec lui (Pierre Péan).

" Ite, Missa est."...
Il semblerait que Daniel Schneidermann, lorsqu'il a une idée sur n'importe quel sujet éprouve beaucoup de peine à en changer, même si l'interlocuteur lui amène des preuves du contraire. Cette incapacité pouvant l'entraîner à harceler parfois son contradicteur. Dommage.
Il a été lui même assez victime d'intolérance pour ne pas tomber dans ce travers.
En un mot, justement il faut qu'il ait toujours le dernier mot.
J'ai très souvent constaté cette propension chez daniel Schneidermann à ne pas laisser à l'autre développer ses arguments, à l'interrompre.
La réaction de Pierre Péan devrait l'amener à s'interroger sur sa façon d'appréhender l'autre.
C'est avec contrariété que j'entends Daniel Schneidermann nous donner son avis et cette fois -ci d'une manière par trop insistante, poussant son interlocuteur à la confusion et à la fuite.
N'est ce pas aux spectateurs/internautes de juger de la sincérité du propos?
Peut-être D.S. a-t-il oubli ses auditeurs, transformant l'émission en un module de formation journalistique?
Depuis 1945, le Juif est devenu, en Occident, une vache sacrée que l'on ne peut critiquer sans être taxé d'antisémitisme. Mr KOUCHNER le sait et en profite: il accuse son accusateur et transporte le débat sur un terrain qui lui est plus avantageux. On ne parle plus de ses activités
en Afrique et on s'indigne de l'attaque de Mr PEAN à son encontre.
C'est une vieille recette maintes fois éprouvée: les petits délinquants pris la main dans le sac se font passer pour des victimes du racisme.
Mr PEAN s'est trompé et le reconnaît. Mais, au fait, quelle est son erreur? Le mot "cosmopolitisme" serait-il condamné à être éternellement
associé à l'antisémitisme parce qu'il a fait partie de la rhétorique extrêmiste? Mais il faudrait réécrire tous les dictionnaires de
toute les langues du monde!
Mr KOUCHNER a donné le change et Mr SCHNEIDERMANN est tombé dans le panneau. La violence de l'insinuation "Je ne suis pas dans le secret de votre âme", formulée à deux reprises, me fait mal. Je viens de revoir cette séquence et je souffre. Je souffre de l'injustice infligée
à un homme que je crois de bonne foi.
Je suis un téléspectateur assidu d'ASI depuis longtemps. Aujourd'hui, j'ai la nausée. Je comptais me réabonner dans deux mois, mais je ferai
l'économie de 30€. Malheureusement.
chacun a ses obsessions; daniel devrait avant de braquer un individu faire une psychanalyse; incontestablement l'antisemistisme a bon dos.
zero pointé pour daniel. le problème c'est kouchner, pas pean, qui parait fatigué...le sujet n'est pas la...
Intéressante chronique de Pierre Marcelle sur ces questions dans "Libération" de ce jour (13 février).
Dans son émission sur France Inter, "là bas si j'y suis" qui traitait cette semaine du loby pro-israélien aux USA, Mermet a évoqué cet épisode de Pean quittant l'émission @SI, il n'a pas été très gentil avec DS, l'invective était très courte, je ne me souviens plus exactement du terme employé, Mermet a évoqué une sorte "d' agression verbale". A quand Daniel Mermet sur le plateau @SI ?
Merci pour la mise à la trappe de mon post du 11.
Il ya une chose qui me choque de plus en plus, c'est cette utilisation du terme "antisémite" dès que quelque chose ne plait pas... Et je ne dis pas ça pour Daniel (ce n'est pas antisémite ?) qui d'une certaine manière a fait son travail (sauf qu'il aurait été un peu plus honnête de sa part de dire le nombre de fois où ce mot a été utilisé...)... Non franchement quelqu'un vous donne l'heure le traitez-vous d'antisémite ? Je vous signale que nous avons un horaire décalé d'une heure suite au petit passage de gentils touristes allemands en 39... Quelqu'un qui dit "bonne fête maman" est-il antisémite (instauré par Pétain) ? Je trouve ce terme d'antisémite tellement galvaudé qu'il ne permet plus de dire du mal d'un juif con... (parce que, ceci entre nous, figurez-vous qu'il existe proportionnellement à peu près autant de con chez les juifs que dans toutes les autres religions... mais faut pas le dire... bon alors kstr kstr kstr kstr... oui c'est un mot qui, j'en suis sûr n'a pas été prononcé par les antisémites des années trente.... je traduis : à la prochaine colère... mais je suis sûr que là vous allez pouvoir me traiter d'antisémite...

Yannick
J'aimerais connaître l'avis de Sébastien,Judith,Alain et Anne-Sophie sur ce qui vient de se passer sur notre site?
Je les trouve étrangement silencieux sur le sujet.
Jean Marie Le Pen a fait une fois cette remarque que je cite approximativement : "Si Jean Marie Le Pen disait que le ciel est bleu, certains trouveraient à dire le contraire".

Vous croyez que Péan est antisémite ? et alors ! ses allégations en sont-elles pour autant nécessairement mensongères ? Et s'il disait la vérité sur Kouchner, faudrait-il la nier au prétexte que sa motivation pour la dévoiler est son hypothétique antisémitisme ?

Sacré dilemme ! La vérité doit-elle nécessairement se parer de la vertu ? Les motivations à dévoiler une vérité interfèrent-elles avec cette même vérité. La décrédibilisent-elles ? La rendent-elles moins véridique ?

La méthode utilisée par K en dit long sur sa connaissance de la nature humaine, mais cela non plus, ne doit pas jeter le discrédit sur sa moralité.

J'ai acheté le livre : je me forgerai ma propre opinion (en lisant ceux qui l'ont précédé si nécessaire).
je me suis abonné car j'adorais l'émission sur la 5. Je continu à apprécier le journaliste Daniel sans pour autant lâcher l'affaire...

Daniel dit que Pean a écrit dans son livre (....Et Péan nous dépeint Kouchner "comme mû par une urgence absolue" se levant pour écouter le God save the queen, et se rasseyant quand éclate La Marseillaise....)..je sais pas si c'est vrai, Daniel n'a pas cherché à le savoir. Si c'est vrai moi je trouve que venant d'un ministre de la républic c'est très grave, surtout lorsque l'on reproche aux "jeunes" des banlieux de siffler la Marseillaise!!! il est ou l'exemple ?!!
N.B.: C'est ma contribution au débat, j'espère qu'elle ne sera pas virée comme la précédente...merci.
Daniel lorsque vous vous justifiez vous en faites de trop, d'ailleurs cela pourrait être perçu comme un mécanisme de défense. Juste une chose, ne changez rien et surtout ne lâchez rien mais s.v.p. pas d'excuses.

JP Voirin
A voir tant et tant d'intervenants se plaindre d'avoir été "trahis", "bernés" ou "dupés", on en arrive à penser qu'asinautes vient peut-être du latin asinus (âne).
Eh bien çà alors... utiliser l'expression "cosmopolitisme anglo-saxon" implique des penchants d'antisémitisme...
Déjà quand j'ai écouté Kouchner demander à l'assemblé avec un ton professoral :
"cosmopolite çà ne vous rappelle rien ?"
j'ai pensé eh ben non, moi personnellement çà ne me rappelle rien, et qu'est ce qu'il attend pour nous le dire ce professeur K. ?

Donc en regardant le clip sur internet à cette minute je ne comprennais meme pas où était le problème...
Mais peut etre suis je trop jeune, pourtant 52 ans, ou peut ne suis je pas assez cultivé...
...alors j'ai cherché sur internet.

J'ai pu comprendre que le qualificatif "anglo saxon" avait quelque chose d'un peu antinomique avec "cosmopolitisme" (volontairement sans doute de la part de Péan), selon moi Péan a voulu le paradoxe pour exprimer que les anglo-saxons ont une vision du cosmos qui s'arrete à eux, pour exprimer que tout l'espace leur appartient càd qu'il se sentent partout chez eux.
Et la photo qui fait la couverture du bouquin de Péan m'évoque aussi cela : le président américain est dans une attitude assez désinvolte et familère par rapport à B.K. où l'espace corporel de celui ci est envahi par l'autre. En effet par son bras, l'américain s'appuye sur les épaule du français, sans réciprocité du geste d'apres la photo...
Compte tenu de la crise que nous traversons en 2009 grace aux subprimes made in USA, les termes de Péan me parlent... mais pas d'antisémitisme. Non vraiment je ne vois pas ce que l'antisémtisme vient faire là dedans.

Il aura fallu isoler le mot "cosmopolitisme" de son contexte et en plus rappeler un autre contexte (vieux de 75ans et donc sans rapport), pour arriver à l'antisémitisme des années 30... Pour arriver à faire dire à quelqu'un ce qu'il ne dit pas, n'est ce pas un peu "tordu" comme méthode !!!

En regardant l'émission, comme pas mal d'asinautes, j'ai vraiment l'impression que Daniel perd son objectivité vers la fin, il dérape dans des pensées suspicieuses et donc irrespectueuses envers Péan, qu'est ce qui se passe, qu'est ce que Daniel veut faire dire à P.Péan ?
Déjà il ne laissait guère le temps à Péan de répondre complètement aux questions, en le coupant trop souvent, c'en était un peu pénible pour le spectateur que je suis et qui aurait bien aimé savoir ce que Péan avait à dire jusqu'au bout du sujet.

Mais ce qui m'a le plus dérangé c'est lorsque Daniel prononce cette petite phrase :
"je ne suis pas dans le secret de votre 'âme"
A quel titre parler de l'âme de son interlocuteur devant des milliers de spectateurs, là tout d'un coup ?
A mots couverts cette réflexion présume Péan ne pas être sincère. Alors à quoi bon l'interroger finalement ?
mais surtout quelle maladresse et quelle offense de répéter une deuxième fois la petite phrase !
Que pouvait répondre Péan à ce qui n'est même plus une question mais un déni de confiance.
Sa réponse a été de quitter le plateau sans agressivité, et il a eu là une attitude digne et appropriée je trouve !

De toutes façon l'âme de Péan est en amitié avec un certain Ph.Cohen qui, si j'ai bien compris, est juif. Alors est ce qu'un juif peut être antisémite ou être l'ami d'un antisémite ?

Je trouverais bien que Daniel ait envie de s'excuser sincèrement vis à vis de P.Péan et qu'il permette à ce dernier de prendre connaissance du contenu de ce forum, car ce forum porte en lui même une formulation d'excuses : il importe que les interviewés ne se sentent pas sous le seul jugement du journaliste mais aussi sous celui des spectateurs, lesquels peuvent être en désaccord avec le journaliste.
Meme si ici Daniel a fait une gaffe, je ne serai pas du genre cependant à dire : je ne m'abonnerais plus. Nous avons tous des droits à l'erreur et le boulot de Daniel et son équipe est remarquable et reste très intéressant (surtout si il reste à l'écoute de ses asinautes!)
Quand DS affirme qu'il existe plein de synonymes pour "cosmopolitisme" c'est faux. Cosmopolitisme recouvre un sens philosophique bien précis qu'on ne retrouve dans aucun des synonymes proposés.

Or justement le boulot de PP, c'est d'être précis dans ses mots !

A moins que vous pensiez qu'il est désormais normal pour un journaliste de mal écrire pour éviter les accusations idiotes.
Ce soir je quitte définitivement le site car mon abonnement prend fin demain .il n'est pas question de le renouveler car @si a trahi ses abonnés .On n'est plus dans le décryptage des médias mais dans la manipulation des esprits .Daniel Schneidermann s'est emmêlé les pieds dans le tapis et il n'est plus en mesure de s'en dépêtrer ..
Pour ceux qui veulent aller plus loin dans la compréhension de ce qui vient de passer , je vous invite à écouter Pierre Péan sur le site de Télérama (http://www.telerama.fr/idees/pierre-pean-le-soupcon-d-antisemitisme-ca-je-ne-supporte-pas,39116.php )
Autour de moi les gens sont excédés par le comportement méprisable de Bernard Kouchner qui a réussi comme un lâche à focaliser l'attention des gens sur l'antisémitisme .Je viens de lire les commentaires de Daniel Cohn -Bendit , qui bien que juif , se montre bien sévère avec lui .A force de jouer avec le feu , on s'y brûle .Si certains pensent que l'on peut museler le peuple avec les arguments utilisés de cette façon honteuse , ils se trompent .Et dire que j'ai offert pour Noël des abonnements à @si .....Triste .
Ce que je veux encore dire, c'est que j'ai trouvé énormément de plaisir à lire la plupart des contributions, intelligentes, cohérentes, justes et très humanistes .Merci à vous pour ce que vous m'avez apporté .
Bonjour

A un moment dans l emission DS evoque des consequences indirecte suite a la sortit d un livre de Pean, du temps ou DS travaille pour le Monde.

Est ce que c est consequences peuvent avoir un raport avec ce qu il s est passe dans l emission ?

Dans une emisson precedente Sine a aussi essuyer dans attaques racite, mais bien moin insiste (je trouve) et aussi defendu par le reste de l equipage. Pean n a pas recu le meme traitement

Il y a t-il une bonne facon sur un plateau de prouver que l on est pas anti-semite ? je suis pas sur

Est ce que cela change le travaille d investigation realise par pean ?
100% d'accord avec Sandy !

Poser de telles questions est légitimes. Mais une fois que Péan a répondu (que peut-il apporter de plus que de nier l'accusation et de dire qu'il ne recommencera pas ?), cela ne sert à rien d'insister lourdement ! Surtout quand l'accusation porte sur un malheureux petit mot dont la majorité des personnes ne soupconne même pas la connotation antisémite ...

Peut-être péan est-il anti-sémite, mais à chacun de se faire son opinion à partir du débat. L'erreur est de reposer plusieurs fois la même question.

Insister sur la même question quand la réponse la plus aboutie a déjà été donnée, c'est révéler sa conviction, son désaccord avec cette réponse. Ce n'est plus du journalisme, c'est un interrogatoire. Il ne s'agit pas de fuir le débat, puisque le journaliste ne laissait plus de place au débat...
lucie
ne soyez pas étonnée si je ne renouvelle pas mon abonnement.
Je suis atterrée des reproches adressés à DS.
Il a fait son boulot de journaliste qui pose des questions et insiste quand il n'a pas la réponse alors que l'invité a accepté de venir répondre à des questions justement.
DS veut savoir (et avec lui chacun d'entre nous ) si le livre de Pean a des relents d'antisémistime oui ou non, il pose donc les questions qui nous permettront de nous faire une opinion.
Le départ de Pean donne une piste de reflexion...
C'est à Pean de s'excuser d'accepter un débat et de ne pas etre capable de le tenir jusqu'au bout, DS est dans son rôle et l'autre ne joue pas le jeu, d'autant qu'il a la plume bien acérée quand il s'agit que dire que le million de tutsis massacrés est responsable meme si victime...
Il ne vient à personne l'idée que ce type est un sale type et que son "parler d'antisémitisme me fait trop mal" n'est qu'une posture puante de mauvaise foi ?

C'est parce que DS est capable de ce type de débat que je suis abonnée à ce site. Merci à lui.
J'habite une région où le nom de Schneider , ( un schneider dans ma région est un tailleur , et mann est bien sûr l'homme qui est tailleur ) Nous avons une foule de noms de cette veine .Nous avons des Goldmann, des Golschmitt , et cela ne viendrait à l'idée de personne de supputer quelle est la religion de la personne . Ces noms sont portés par des personnes de religions différentes et nous ne poussons pas notre curiosité plus loin . Et c'est très bien ainsi .En tout cas, le comportement aggressif de Daniel Schneidermann me semble relever de la pyschanalyse . Lors de sa première réponse il nous a sorti le grand jeu au travers de sa boîte noire .L'illusion était de courte durée ...Pourquoi s'est-il senti obligé d'en remettre une couche en durcissant ses propos .Jusqu'à parler de mettre sa tête sur le billot plutôt que de présenter ses excuses à Pierre Péan . Alors pourquoi les a -t-il présenté à ses abonnés .Simple posture économique ? Quelle violence .Quelle stupidité .
Backchich continue ses enquêtes et cela n'est pas fini pour Bernard Kouchner . Honte à lui et à Daniel Schneidermann de s' être engouffrés dans cette voie nauséabonde . Si l'on ne peut sonder l'ame de Pierre Péan,ce que cette affaire a révélé ne grandit pas les auteurs de cette dérive qui laissera des traces plus proccupantes qu'il ne paraît .
Oui Daniel est allé trop loin. Trop insistant sur l'anti-sémitisme. J'ai l'impression qu'à force on va devenir anti-sémite. Ça me fait peur.
Sur le site de l'INA on peut revoir une discussion passionnante chez B. Pivot (eh oui que de Bernard...) entre Guy Hoquengheim et Pascal Bruckner lors de la sortie par le premier nommé du brûlot "Lettre à ceux qui sont passés du col mao au Rotary" à la fin des années 1980. Bruckner, qui se sent directement visé, n'hésite pas à évoquer un possible sentiment antisémite chez l'auteur, compte probablement tenu du fait que nombre d'intellectuels concernés avaient des patronymes juifs. En fait, Hoquengheim visaient certains de ses anciens copains de la génération 68. Dès que ce dernier entend l'argument, il menace de ne plus participer au débat. Bruckner a eu la politesse de ne pas insister.
J'ai eu l'impression de revoir la scène sur le plateau d'ASI. A tel point qu'une personne qui m'est proche m'a dit: "Mais Schneiderman, doit être juif?". J'en suis tombé des nues, car je ne m'étais jusque-là (et je regarde ASI depuis sa création) tout simplement jamais fait ce genre de réflexion, tellement la détection du juif à travers son patronyme n'est pas un réflexe chez moi (ni chez mon amie d'ailleurs).
Et voilà le résultat de ces pitoyables insinuations : je vais dorénavant commencer à repérer la "nature" des personnes qui participent à un débat avant de juger rationnellement leur argumentaire. L'accusation même larvée d'antisémitisme réveille ... une forme d'antisémitisme larvé !
Bien fait ? Si on sait que le fond de l'âme n'est pas sondable, inutile d'y faire allusion. Faire confiance à son interlocuteur et laisser les spectateurs juger des arguments, voire des termes utilisés, devrait largement suffire dans cette émission.
Il eût été bienséant de repérer qu'au contraire l'insinuation de plus en plus répétitive d'antisémitisme dès que l'on attaque l'action d'un homme public est en soi un phénomène sociologique et médiatique digne d'être étudié comme n'importe quel autre sujet, par exemple sur le plateau d'ASI.

J'attends fermement l'émission.

Francis Commarrieu.
J'ai été profondément ému par la gène, visible dès le début de la question, de Pierre Péan. Il est étonnant de le voir s'enfoncer un peu plus à chaque relance de la question. D'abord on se dit qu'il aurait du se préparer à répondre à la question. Ensuite on se dit, que la question est trop insistante. Enfin on a l'impression, comme lui semble le ressentir, que toute l'interview n'était qu'un prétexte pour le prendre dans son filet d'antisémitisme.

Daniel Schneidermann aurait dû voir et ressentir la violence qu'il lui faisait. Il aurait du savoir arrêter.
INFO A SUIVRE

Deux journalistes européens ont été interpellés au Gabon
NOUVELOBS.COM | 11.02.2009 | 09:28
Pierre Morel et Olivier Ponthus tournaient un reportage sur "l'affaire" Kouchner pour l'émission de Canal + "L'Effet Papillon". Ils ont été relâchés mardi soir. Caméra et cassettes devaient leur être rendues mercredi matin.

http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/medias__pouvoirs/20090211.OBS4187/deux_journalistes_europeens_ont_ete_interpelles_au_gabo.html
Franchement si je vois encore la moindre accusation d'antisémitisme dans la moindre émission ou dans le moindre texte d'@si c'est clair je mets un terme à mon abonnement.

Je me suis abonné pour soutenir @si croyant que vous n'étiez pas comme les autres, que vous pouviez apporter qqchose au débat publique, et voilà que vous vous retrouvez à pratiquer le même terrorisme intellectuel que le reste de vos confrères de la télévision de qui on se détourne tellement on en a marre de la pensée unique et du formatage idéologique dont ils font preuve.

Moi j'en ai marre de ces histoires d'anti sémitisme, pour tout et n'importe quoi, toujours pour les mêmes raisons pour essayer de discréditer quelqu'un quand il tient des propos ou des idées qui dérangent.

Péan a raison, un mot a un sens, et quand il s'agit d'exprimer une idée, si ce mot correspond le mieux à cette idée, rien ne doit l'empécher d'utiliser ce mot. Sans cela cela commence par un mot, et puis c'est un autre, et au final on se retrouve dans l'impossibilité de penser librement ...

Quand à votre argumentation Daniel Schneiderman elle ne tient pas la route, il est aussi bien plausible, aussi chevroné qu'il soit, que dans sa réflexion Pierre Péan a plus eu à l'esprit les révélations qu'il voulait faire, que de s'inquiéter des faux-procès qu'on pourrait lui faire avec l'utilisation de tel ou tel mot.
Et même si Pierre Péant, tel aux échecs, a quand même pris le temps d'essayer d'imaginer à l'avance les possibles coups de son adversaire pour "déminer" comme vous dites, aussi chevronné qu'il soit, qu'y a t il d'impossible à ce qu'il n'ait pas pensé à tous les coups possibles, Pierre Péan n'est pas Kasparov non plus ...

Il était donc profondément ridicule et absolument impardonnable d'insister ainsi, et on a sentit votre parti pris, votre déraison, qui visiblement s'active dès lors qu'il s'agit de parler d'antisémitisme, c'est laid, ce n'est pas ce qu'on attend de vous.

Pourquoi est-ce que cela vous touche autant que vous en venez à perdre la tête dites-nous ? Vous ètes juif ? Vous avez été victime d'actes antisémites ? Vous avez eu de la famille déportée ? Ou alors vous ètes un fervent défenseur de la cause anti-raciste ou anti-anti-sémite ? Je n'en sais rien et je ne veux franchement pas le savoir et j'aimerais que tout cela qui ne concerne que vous même ne vienne pas surgir en pleine émission où on s'attend de voir un journaliste objectif essayant de mettre à la lumière certaines idées ou de poser des questions de manière raisonnée, et non pas un homme avec son histoire qui agit de manière déraisonnée et passionnée ...

J'adresse à Pierre Péan toute ma sympathie et mon soutien, j'admire beaucoup les journalistes d'investigation, il en faudrait beaucoup plus.

Et honte à Daniel Schneiderman vraiment.
Aux moins 800 000 tutsi et hutu modérés ont été assassinés par le régime hutu après 35 ans de montée progressive de la haine. La France avait des rapport plus qu'amicaux avec ce régime depuis 1990 (accord d'arusha).
On peut tout reprocher à Kouchner, mais pas d'avoir dénoncé ce génocide.
On peut tout excuser à Péan, mais pas de sous entendre que les tutsi soient responsables du génocide dont ils ont été victimes.
Contrairement à ce que Péan ne cesse de dire a longueur d'interviews ,l'assassinat d'Abiarimana (imputé à des proches de Paul Kagamé par le juge Brugiere) n'est pas la raison du génocide. Il est un prétexte,un événement catalyseur ;mais les machettes étaient déjà prêtes...depuis 35 ans.
La position de Péan sur ces événements est très choquante, mille fois plus choquante que l'emploi du mots "cosmopolite".

Pourquoi personne n'en parle?
Cassandre a fait très justement figurer les liens des émissions passées sur ce site, attestant un retour systématique de DS à l'argument antisémite pour contrecarrer les critiques à l'égard de certains agissements montrés du doigt...
Faut-il alors en conclure que pour DS tous les @sinautes qui ont critiqué sa dernière émission sont des antisémites plus ou moins refoulés ? Si pour lui, comme il a semblé le signifier, son seul méa culpa est d'ordre "technique" (j'aurais dû mieux "gérer", j'aurais dû mener l'interrogatoire plus "habilement, et professionnellement"... ) alors on peut se demander si ce n'est pas ce qu'il pense, "dans le fond de son âme" à lui, de tous ceux qui ont osé le critiquer non pas sur la forme de son entretien (là il en est d'accord et il s'en "excuse"), mais sur le fond, sur son intention de transformer l'émission en tribunal et à se prendre lui comme juge suprême...( " PPéan est parfaitement sincère, quand il assure ne pas être antisémite"- DS a parlé).

L'objet des émissions à venir va-t-il renforcer cet aspect ? Cette "ligne "éditoriale" de @Si va-t-elle s'amplifier, se systématiser? Quel rapport entre ceux qui ont signé la pétition il y a un an pour sauver "arrêt sur image" (le maintien de la seule émission télé de décriptage des images) et le caractère que prennent les émissions actuelles ? Sommes-nous toujours dans le droit à l'information, le respect des images télévisuelles... ou avons nous versé dans "autre chose" ? Pourtant dans sa campagne de promotion pour mettre @SI sur internet DS nous avait averti : cette nouvelle émission "ne sera ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre ». Que voulait-il dire par "ni tout à fait la même" ? Que de zones d'ombre ! Or, chacun peut constater que DS ne s'exprime jamais dans l'interaction sur le forum (contrairement à d'autres de ses coéquipiers). Il n'est pas dans le dialogue (un "forum" n'est-il pas fait pour ça ?) et donc on ne sait pas ce qu'il pense des questions posées par les @sinautes (mais comme on le sait il y a des sillences assourdissants !) C'est pourquoi, une prochaine émission où il serait lui, l'invité, pourrait être l'occasion d'apporter des éclairages à tout ceci.
Le malaise est bien installé.

"J'exècre l'antisémitisme et toute forme de racisme";
Si j'ai besoin de le déclarer chaque fois que j'aborde, par exemple, l'épineuse question de la politique israelienne en Palestine, qu'il y ait ou non des Juifs parmi mes interlocuteurs, c'est que je redoute d'être taxé d'antisémitisme.

Une forme de culpabilité, tapie au fond de ma conscience, et qui n'a pourtant pas lieu d'être, m'inhibe, paralyse ma réflexion et je dois me combattre pour exposer mon point de vue ; j'ai bien dit exposer, quant à le défendre, cela requiert du calme, de l'énergie, des circonlocutions ; je m'expose, imprudent, au choix malheureux d'un mot, qui aura dépassé ma pensée et dont mon interlocuteur va se saisir, bloquant du coup, toute possibilité d'échange.
cette culpabilité, j'y suis tellement habitué, que je ne la remarque même plus. Pourtant elle influence mon comportement, entrave ma liberté.
C'est ce que je ressens quand j'ai la malencontreuse idée de me hasarder dans ces discussions. Je le fais de plus en plus rarement, le jeu, pour moi n'en valant plus la chandelle.

Toutefois, il est vrai que le mot de cosmopolitisme m'a choqué.

J'apprends aujourd'hui ce qui semble agiter les media depuis une semaine. Je n'ai pas la télé ; je ne lis pas les journaux. Je ne suis informé que par "arrêt sur images" et quelques autres sites que je lis distraitement.

Je réagis donc calmement, n'ayant pas l'esprit échauffé par la polémique.

L'emploi du mot de cosmopolitisme me dérange, mais c'est sans doute parce que ma profession m'oblige sans arrêt à revenir sur l'histoire de l'URSS (que je connais toujours mal) sur celle de Staline (que je connais encore moins bien). Et cela me fait réfléchir, car à aucun moment je n'ai cru à la fable de "Péan antisémite"

Le contexte n'est-il pas différent aujourd'hui ? Nous ne sommes plus dans l'entre-deux guerres, ni en Allemagne nazie, ni même en URSS. Nous sommes à l'époque d'internet, il n'est pas rare de parler une langue étrangère, de voyager dans d'autres pays. Fréquenter un étranger ou l'accueillir n'est pas puni par la loi. Le cosmopolitisme tel qu'on le concevait en Allemagne nazie et en URSS, deux pays aux nationnalismes exacerbés, est tombé en désuétude. Je me vois mal dire à quelqu'un : "espèce de cosmopolite" même si le ridicule ne tue pas. Les antisémites devront inventer un autre mot pour injurier les Juifs.

Je maîtrise le russe et me débrouille, vaille que vaille, en anglais. Je me considère comme un citoyen du monde. Je suis donc cosmopolite et ne suis pourtant pas Juif. Je crois que le cosmopolitisme, selon la définition du "Robert", c'est quelque chose de bien. Déclarons-nous cosmopolites. Revendiquons cette qualité. C'est le moyen de faire pièce à l'accusation de Bernard Kouchner et de revenir sur le fond.

Car ce dernier n'apporte aucune preuve à ses dénégations (si j'en juge par la vidéo d"arrêt sur images"). Il se justifie en évoquant son passé, ses oeuvres et clôt la discussion en assénant, à mots couverts, son accusation d'antisémitisme. Et pourquoi n'annonce-t-il pas qu'il va poursuivre Pierre Péan en justice pour diffamation ?

Le mot de cosmolitisme a bien joué son rôle de censeur.

Quant aux deux protagonistes d'"arrêt sur images", ils se sont montrés humains. Ce qui ne laisse pas de me rassurer, moi qui suis pétrifié d'admiration et de jalousie, quand je vois tous ces personnages télévisuels briller et paraître infaillibles.

A quand un "arrêt sur image" consacré à l'importance illusoire, factice, trompeuse...des mots dans les media, sur la façon dont les hommes politiques en usent quand ils n'en mésusent pas.

Je savoure à l'avance la richesse d'un débat que nourriraient messieurs Schneiderman et Péan entourés de tous ceux que nous avons le plaisir de retrouver une fois la semaine.
Clairement Pean est antisémite:
-Il s'est avéré incapable d'apporter la moindre preuve matérielle du contraire !
-Il s'est dit blessé: parce qu'il n'y a que la vérité qui blesse !

Eh ben ça c'est du journalisme de haut niveau !

Je crois moi aussi que vous avez merdé DS.
Ca peut arriver.
Il m'en faudra plus pour me désabonner, mais qu'on ne vous y reprenne plus !
De toute façon j'ai remarqué un changement chez M. Schneidermann depuis qu'il a décidé de faire une émission sur le canard enchaîné je trouve qu'il suit de plus en plus les chiens de garde que sont les journalistes de nos jours, mais à force de traiter tout et n'importe de quoi d'antisémite vous videz ce mot de sa substance et banaliser l'antisémitisme. Et j'ai l'impression que vous ne suivez plus la ligne que vous aviez sur la cinq et que vous vous rapprochiez de ces soi disants intellectuels qui tuent toute réflexion en taxant les gens de fascistes d'antisémites et j'en passe, et c'est d'autant plus bizarre que M Péan a ecrit un livre sur le monde, et que vous avez été renvoyé du journal pour avoir voulu débattre.
Je ne comprends pas.
J'ai été aussi très gêné par l'insistance de DS. Insistance exagérée et surtout inutile: Péan ne pouvait en aucune manière apporter une autre réponse que ses excuses et ses regrets.
Je veux dire à Péan que ses réponses dans la première partie de l'émission m'ont permis de modifier l'opinion que je m'étais faite un peu rapidement sur lui. Je respecte maintenant son travail et je crois à ses explications sur le mot cosmopolite. Je lui fais certainement beaucoup plus confiance qu'à Kouchner.
Je veux dire à Daniel qu'il a raté la fin de son entrevue. C'est dommage, mais ça arrive. De là à regretter mon abonnement, certainement pas. Asi m'est indispensable, comme l'était l'émission sur la 5.
La remarque d'un Asinaute à propos du fait que Daniel était seul me parait très pertinente.
Comme à chaque fois que j'ai terminé le visionnement d'une émission, j'attends impatiemment la prochaine.
Je trouve que DS manque d'élégance et de finesse d'esprit d'une manière générale.
Cela étant dit, c'est à mes yeux un excellent journaliste, il est non seulement nécessaire mais indispensable, bien qu'il puisse déraper, comme tout le monde.
Jusqu'à 47'40'' cela pouvait aller, mais après trop c'est trop,
Comment peut-on dire que trop c'est trop ?
Cela se ressent, ce n'est pas intellectuel, c'est subtil et je pense que D.S. n'est pas le meilleur dans le registre de la subtilité.
Tout le monde sait trés bien que personne ne peut se mettre dans l'âme de l'autre, et de plus le répéter c'est réthoriquement inattaquable mais cette fois-là manquant totalement d'humanité.
Dommage pour DS, pour @SI et surtout ce jour pour P.P. qui a eu raison de clore en partant.
A un moment les mots ne servent plus à rien.
Le malaise que j'ai ressenti dans un premier était accablant pour DS.
Je verrai dans quelques jours en revisionnant la fin de l'émission ce qu'il en sera.
François Lapérou
Bonjour Monsieur Schneidermann,

J’ai appris avec les remous du livre de Pierre Péan que Kouchner était juif. Je n’aimais pas trop cet homme avant, dois-je l’aimer à présent ?
Je ne lisais pas Charlie Hebdo mais depuis les démêlés de Siné avec Philippe Val j’achète Siné Hebdo chaque semaine, suis-je antisémite ? Aidez moi Monsieur Schneidermann je suis perdu.
Là vous dépasser les bornes. Etant d’origine arménienne je sais ce qu’est un génocide et je ne demande même pas aux turcs de le reconnaître. Du moment que mon pays le reconnaît cela me suffit. Et, bien sur, je reconnais également le génocide juif. (Cela me fait drôle d’être presque obligé de l’écrire). Seulement une loi pour interdire de penser autrement me gène beaucoup. Si en plus il faut bannir des mots auriez-vous l’obligeance de me donner tout les mots interdits qui pourraient offenser ou blesser la communauté juive. Je les rayerai de mon dictionnaire, de mon âme et de mon inconscient.
Quel acharnement contre Péan. Vous appelez ça du journalisme ?
Le débat était si intéressant. Je vois que vous êtes tombé dans le piège de Sarko et son staff qui voulaient déplacer le débat de fond vers ce sempiternel antisémitisme que l’on distribue à toutes les sauces aujourd’hui.
C’est vrai qu’avec ce phrase "Je ne suis pas dans votre âme" on peut soupçonner tout le monde.
Je termine en vous envoyant une partie du texte d’une chanson d’Aznavour qui parle de l’Arménie :

Moi, je suis de ce peuple qui dort sans sépulture
Qu’a choisi de mourir sans abdiquer sa foi
Qui n’a jamais baissé la tête sous l’injure
Qui survit malgré tout ET QUI NE SE PLAINT PAS.

Je ne suis pas dans l’âme d’Aznavour et j’avoue que c’est loin d’être mon chanteur préféré mais je pense qu’avec cette dernière phrase il comparait les deux peuples.

Je précise que je suis non croyant et qu’avec ce harcèlement continu sur l’antisémitisme plus ce discours exacerbé sur toutes les religions en plus de la crise économique, cela devrait nous amener vers des jours assez noirs. ALORS S’IL VOUS PLAIT. ASSEZ.

Jacques TCHERKESSIAN
Francisé : Jacques CHEREZE
Je suis le 530 eme message c'est bien ça? Qui va me lire??? Heureusement que nous sommes à l'ere du numerique sinon il en coulerait de l'encre!!!

Un énième regard sur la fin de l'émission.

Je ne me pose pas en tant qu'érudit sur la question du cosmopolitisme ; pour preuve, je ne connaissais pas l'utilisation du mot, à mon sens dévoyé ( je crois que ce sont aussi les termes de Péan), dans les années 30 par les antisémites. Pierre Péan a fait une erreur de terminologie, il l'a reconnaît ( à son niveau de plume, c'est peut être sidérant...passons) Daniel Schneidermann fait son boulot de journaliste en le secouant pour voir l'âme du bonhomme .... (un peu trop longuement passons encore )

A t il ( daniel ) depassé lui aussi la ligne jaune???S'agit il d 'un acharnement du premier sur le second ou d'une procédure d'interview a la régulière ( puisque le second a les moyens de se défendre)???
S'il faut se placer au regard de la situation journalistique et sur ce qu'elle nous livre de vérité sur les préméditations de l'écrivain, je pencherai en faveur de l'invité ( Daniel 1 - Péan 2). Plus pour la forme que pour le fond!

Merci Daniel pour ce bon boulot que vous faites merci a Péan des éclairages sur les relations France Afrique

Ah oui une dernière chose... Titrer en légende que l'invité quitte le plateau, c est aussi vendeur que la photo de couv du livre de Péan... Autre situation mais même procédé! Match nul!
Une chose est sûr, il faut du temps et des angles de vue différent pour se faire une idée d'un bonhomme. Ce n'est ni Bernard K, ni Pierre P ou Daniel S qui me contrediront?

Je vous laisse , je vais balayer un peu devant chez moi (...)
sébastien
Lire les quatre ou cinq forums consacré à l'affaire @si-Péan, c'est dépouiller le questionnaire…
La foule d'abonné(e) timides qui ont pris leur plus beau clavier pour écrire les quelques lignes de leur premier post afin d'exprimer à Daniel Schneidermann leur désaccord sur sa conduite de l'émission "Péan" ont en quelque sorte répondu au questionnaire.
C'est pas dans ça que nous avons investi. C'est pas en ça que nous déposions notre confiance. C'est pas ça que nous demandions. C'est pas ça qu'on veut. C'est pas ça qu'on acceptera à l'avenir.
Je viens de parcourir quelques réactions sur ce forum.
Je dois dire que je suis sidéré.
S'il y a une "pensée unique" dessus, c'est bien qu'une accusation d'antisémitisme vaut brevet d'honorabilité, surtout si elle se couple avec la dénonciation d'un complot américain ou de ses séides français. Comment peut-on en arriver là? Et dire que le public d'ASI était à mon idée plus fin et cultivé que la moyenne! C'est inquiétant quand on réfléchit alors à ce que peuvent dire et croire des gens moins instruits et nuancés.
Extrait de la chronique "la chute d'un journaliste"



"Comme on le voit dans la vidéo(6) , la question initiale sur l'expression "cosmopolite" employée par Pierre Péan dans son livre (mais pas à l'endroit de Bernard Kouchner, faut-il le préciser...) est parfaitement justifiée, dès lors qu'elle a déclenché une polémique. Mais le malaise s'installe très vite : le présentateur coupe la parole de son interlocuteur à plusieurs reprises ; celui-ci peine à trouver ses mots, sans doute parce qu'il se retrouve dans "une position d'accusé" assez inattendue. Plus encore, Daniel Schneidermann DONNE LA LECON PLUSIEURS FOIS A PIERRE PEAN )7), EVOQUE D'ANCIENNES ACCUSATIONS D'ANTISEMITISME... On a alors largement dévié du sujet du bouquin, son auteur, sur la sellette, étant sommé de s'expliquer sur son antisémitisme supposé(8).

Un nouveau palier de bêtise est franchi lorsque le présentateur précise que, pour évoquer BHL, l'auteur écrit "Lévy" (sans le précéder du titre honorifique 'Bernard Henri') ; LE SOMMET EST ATTEINTLORSQUE SCHNEIDERMANN ESTIME QUE "BEAUCOUP DES LIVRES" DE PEAN TOURNENT AUTOUR DE LA "QUESTION JUIVE" ET DE "L'ANTISEMITISME", , qui sont "au coeur du livre avec François Mitterand". Nous n'avons pas dû lire les mêmes livres de Pierre Péan.
Finalement, écoeuré, ce dernier quitte le plateau lorsque résonne le "JE NE SUIS PAS DANS LE SECRET DE VOTRE AME", prouvant que le maître des lieux NE LUI ACCORDE QU'A PEINE LE BENEFICE DU DOUTE.
Daniel Schneidermann est parfaitement dans son rôle d'interviewer lorsqu'il ne se contente pas d'être le simple porte-micro d'un écrivain venu vendre son livre. Mais visiblement, le contenu de l'ouvrage semble moins lui importer que LE sujet pouvant apporter une polémique (et donc de l'audience ?). Il est à peu près clair que les explications fournies par Pierre Péan ne l'intéressent que très moyennement ; jamais il ne s'écarte du postulat que l'expression "cosmopolite" ne peut-être qu'antisémite. Et donc celui qui l'emploie.

¨Cette émission tente d'organiser son autocritique en relation avec Internet¨ (©wikipedia)

Alors évidemment, on pourrait rétorquer que Daniel Schneidermann ne se cache pas derrière son petit doigt et s'expose à la critique des 'asinautes'. Ceux-ci ont réagi très vivement au comportement du patron sur le forum du site. Certes. Cet épisode peu glorieux est difficilement occultable, et une entreprise doit rendre des comptes à ses clients. On peut faire observer que le site est payant depuis un an, les premiers abonnements arrivent donc à échéance. Les critiques du forum interne ne viennent par ailleurs que de personnes plutôt bien disposées à l'égard de l'ancien présentateur vedette de France 5, puisqu'elles sont abonnées de leur plein gré, ce qui leur donne d'ailleurs tout leur sel.
On a vu, à l'époque de feu-BigBangBlog(9), ce que valait l'autocritique à la sauce Batmann.
Il est d'ailleurs symptomatique que la première réaction de Daniel Schneidermann, une fois Pierre Péan reparti dans la circulation parisienne, est de s'excuser, NON PAS DE SON COMPORTEMENTpeut-être un peu excessiff, mais UNIQUEMENT DE NE PAS AVOIR MENE L'INTERVIEW A SON TERME !!!!!(10)
Bref, le taulier pourra toujours récupérer l'incident à son compte et faire un grand numéro d'enfumage dont il a le secret(11)

Toi et moi, on est comme connectés !

Au final, à aucun moment il n'aura été question du livre. Daniel Schneidermann, allié malgré lui du mari de Christine Ockrent ? Outre leur manière douteuse de disqualifier certains de leurs contradicteurs, ces deux hommes ont eu d'autres points communs : une carrière basée sur l'image qu'ils veulent bien donner d'eux-mêmes et l'exploitation qu'ils peuvent en tirer, une autocritique en berne, des contradictions gênantes sous le tapis, quelques cadavres dans le placard, le mépris avec les faibles, la courtisanerie avec les puissants.
Dès lors, est-il vraiment surprenant que le journaliste préfère insister lourdement sur une erreur de pure forme de Pierre Péan pour invalider le fond ? Une émission réellement critique n'aurait-elle pas dû démonter la défense honteuse du ministre, sans jamais jouer le jeu de ce dernier ?
Daniel Schneidermann a bien choisi sa victime : ELLE N'EST PAS DU COTE DU POUVOIR, elle n'est pas classée parmi les personnalités préférées des français, elle n'a pas le soutien du président de la République. Elle ne lui sera d'aucune utilité pour redorer un blason terni par le bide retentissant de sa chaine sur la Freebox, par des abonnés déçus par le contenu du site et qui ne renouvellent pas tous leur abonnement ; et par une dispensable chronique dans un journal que plus grand monde ne lit.

On sait depuis longtemps que Daniel Schneidermann s'est servi de la critique des médias nettement plus qu'il ne l'a servi. Aujourd'hui, alors que le bateau @SI coule dans l'indifférence générale, la brillante sortie de son capitaine vendredi dernier ressemble à un sabordage. Il ne lui reste plus qu'à attendre qu'un gros paquebot luxueux, sur lesquels naviguent déjà les Val, Askolovitch, Aphatie et autres repentis issus de la "gauche", ne viennent le recueillir et lui faire une petite place. En fond de cale ?"
L'inquisition de DS a, pour le moins, suscitée de très nombreuses réactions sur ces forums. Aussi, il me semblerait opportun d'actualiser cette question dans la prochaine émission (comme ce fut le cas lors du bombardement israélien sur Gaza qui a fait l'objet d'une émission "à chaud" ); Compte tenu du nombre importants de réactions allant dans ce sens, l'émission prochaine pourrait s'intituler : "Le chantage à l'antisémitisme est-il devenu une arme de déstruction massive ?"
Comme invité, il pourrait y avoir DS lui-même, justifiant ses initiatives récentes, s'expliquant sur la finalité d'@si, sur l'orientation de cette émission, etc... (en espérant que les interviouveurs ne le fassent pas fuir...définitivement le plateau). Il resterait à choisir un panel représentatif de questionneurs, le milieu journalistique n'en manque pas...
Non, franchement , vous (Daniel Schneiderman) êtes vraiment lourd dans les cinq dernières minutes de l'interview. Vous me semblez obsédé par l'antisémitisme au point de le voir ou de l'inventer là où il n'est pas. Ce n'est vraiment pas ce qui ressort de ce livre (que j'ai lu ) mais vous avez du le pacourir en diagonale et vous laisser guider par vos propres obsessions!
Je vous en veux de cette fort mauvaise prestation où l'on vous voit aussi faire la morale à Péan, c'est de l'arrogance et c'est dommage.

J'ai eu la curiosité de chercher dans le dictionnaire le mot "cosmopolite" : je ne me souvenais pas qu'il avait jadis eu une connotation sulfureuse! Mais aujourd'hui , il est clair que cela relève des livres d'histoire ou bien d'une argumentation désuète !!
On utilise aussi les expressions; "une ville cosmopolite "(juive??), "des influences cosmopolites" , "une foule cosmopolite" (sémite??) ....
et le mot a plutôt une connotation festive, exubérante, multiculturelle!

Les livres de Péan, avec leurs imperfections, sont d'heureuses manifestations d'une démocratie qui est actuellement fort malmenée:
si les investigateurs façon Péan étaient plus nombreux (il y en a quelques-uns tout de même, mais malheureusement moins médiatiques!) ,
on aurait une plus grande moralisation de la vie politique et économique.

Nous savons que nous sommes honteusement manipulés (ce n'est pas à vous que je vais l'expliquer!!!), il serait sain que tous ces personnages douteux qui s'abrittent dans les rouages de l'Etat et de l'économie et en profitent, vivent dans la crainte que leurs turpitudes viennent un jour à la surface. La réaction de Kouchner qui se met à hurler à l'antisémitisme témoigne de sa stupéfaction, il devait se sentir protégé par une totale immunité!!

Je suis chagrinée que vous ayez laissé planer le doute sur Péan, votre argumentation était pour le moins subjective et l'objectivité n'en exige pas tant!! Du coup j'ai un doute sur vos propres motivations!!

A-F Abéasis
J'ai trouvé, pour ma part, l'insistance sur son supposé antisémitisme déplacée.
Et il est bien plus facile d'insister quand on se trouve de l'autre côté.
Qu'est ce vous espériez Mr Schneidermann? Qu'il vous le confesse?
Il ne faut donc pas plus d'un mot pour être souillé de ce soupçon, faut il toujours le rappeler, infâme?
A moins que vous n'ayez eu la réaction escomptée...
Quoiqu'il en soit, arrêtez de brandir le spectre de l'antisémitisme tout le temps en toute circonstance,
vous y gagnerez beaucoup en crédibilité
La semaine dernière un forumeur regrettait qu'il n'y ait pas de générique de fin à ASI. Il doit encore avoir été déçu cette semaine...
Cher Daniel,

L' impression que m'a laissée votre face à face tel deux boxeurs sur un ring ou plus exactement deux escrimeurs à la pointe accérée

est plus qu'un sentiment de malaise, car l' idée que vous aviez un compte à régler avec Monsieur Pierre Péan m' a traversé l'esprit.Avant

de m' exprimer et de donner mon humble avis, j'ai regardé une deuxième fois votre émission et j'ai cru sentir un sentiment d'animosité que

vous aviez envers Monsieur Péan.Je me trompe ,je l'espère car cela ne serait pas digne de l'image et de l'opinion que je m' étais faite de vous


Qui manipule qui?
J'ai vu un Pierre Péan fatigué des attaques qu'il reçoit au-dessous de la ceinture (j'ai en tête les insultes d'un BLH, que l'on trouve d'ordinaire dans la bouche d'individus aveuglés par la bêtise ou le fanatisme).
J'ai vu un Pierre Péan discuter honnêtement, sans chercher à biaiser, comme quelqu'un qui se sent en confiance.
Puis je l'ai vu se liquéfier sur la fin, en découvrant son interviewer se muer en Procureur, de plus en plus glacial à chacune de ses dénégations.

Daniel, bienvenu dans le camps des "screwed up" !
(Je vote pour la proposition 6 de Jidem. Ce n'est pas pour moi que je souhaite des excuses, mais pour Pierre Péan).

P.S. Cosmopolitisme est un joli mot que nous ont transmis les philosophes grecs. C'est vrai qu'il a été sali par les staliniens et l'extrême-droite.
Raison de plus pour le reconquérir...
Bonjour


je n'ai pas lu tous les commentaires, mais les deux dernières émissions me font poser question. La voici :

Que vaut il mieux : des journalistes complaisants du type qui interrogent le "petit père du peuple" et lui lèchent tellement le "c..." qu'il n'aura pas besoin de se laver d'ici un bon moment ? Ou des journalistes qui essaient d'avoir un autre regard, d'aller au fond des choses, et qui parfois dérapent ?

Moralisateurs, les journalistes d'@si le sont sûrement... Je ne sais pas si c'est un bien ou un mal... Mais ne vous trompez pas de cible dans vos commentaires, la propagande insidieuse des médias traditionnels à besoin de contre -pouvoir... Et parfois il faut prendre parti, même pour un journaliste...
Je propose a Daniel une petite enquête des abonnés suite à l'interview de Pean :

Choisir 2 parmi les réponses possibles:
Jugez vous que Daniel :

1- A été bon.
2- A été mauvais et est excusable.
3- A été mauvais et n'a pas d'excuse.
4- Ça fait déjà quelques émissions qu'il dérive
5- A depassé la ligne jaune.
6- A dépassé la ligne jaune et doit s'excuser.
7- A dépassé la ligne jaune, doit s'excuser et j'ai envie de ne pas renouveler mon abonnement.
8- Après les dernières émissions mon regard sur ASI a changé.
9- Cette émission n'a pas changé mon regard sur ASI .
10- La vie continue.

A+
Je n'ai pas lu tous les commentaires, j'ajoute simplement mon opinion. En tant qu'admirateur sincère de Daniel Schneiderman, jen tant qu'abhorrateur intransigeant de toute les opinions toutes faites et des jugements préconçus, en tant que défenseur d'un journalisme qui ose trancher dans le vif ...

j'ai pourtant été choqué par l'attitude de Daniel. Il a posé une question, Péan a répondu clairement. Daniel a insisté, il s'est fait procureur, juge, et c'était pour le moins indélicat, voire méchant.

Daniel, je pense que vous devriez prendre le temps d'y penser. Et de nous revenir meilleur

Samuel
Colorado
]Bonsoir,

fidèle @sinaute, je lis, vous lis et regarde les émissions avec plaisir.

Oui j'ai été étonnée des 2 dernières émissions, dans ce qu'elles portaient de jugement, mais non je ne suis pas décue.

La majeure partie des émissions, sont, pour moi, excellentes. Je suis étonnée que tant d'@sinaute, en soulignant leurs surprises quand à la conduite de DS, en viennent à parler de ce désabonner ou autre réactions des plus fortes et ce pour une très petite proportion des émissions.

Pour en finir, j'ai l'impression que l'erreur n'est pas permise et l'excellence naturelle. Un peu dur de mon point de vue. L'erreur est humaine ( même pour @si ;) et l'aptitude à apprendre des erreurs est là essentielle.

Et je fais confiance à l'équipe d'@si pour trouver un équilibre, certes difficiles puisque partant d'un concept de départ "engagé" mais vital à l'analyse des structures de nos médias.

Bonne soirée à tous.


Nathalie
Il y a quelques années on avait décrété qu'il était interdit d'interdire ..........

donc on a dit : tout est permis ... mais peu à peu la liste des interdits se rallonge dangereusement .....
et les condamnés tombent les uns après les autres.... interdits de parole.

Si votre voisin vous dérange, prouvez qu'il est antisémite, apparemment c'est la pire insulte et la pire infamie.
C'est simple, on peut toujours trouver un mot piégé, une petite phrase, une intention cachée , un acte manqué,
C'est efficace, personne ne pourra vous en vouloir, et vous n'aurez plus rien à justifier
C'est très pratique, surtout si vous avez quelque chose à vous reprocher vous lui aurez cloué le bec à moindre frais plus personne ne voudra l'écouter....

Mais au fait ça veut dire quoi ces antisémites qui se mèlent de tout, des banques, des tours de NY qui tombent bizarement ,des projets d'invasion de l'Iran, .....de tous les sujets qui fachent , en somme ?
Et un autre commentaire pour le jeune padaouane DS qui feint de débuter et d'avoir à apprendre :

Déçu de voir un invité de poids gaspillé par un question déjà posée 2 minutes avant et 1000 fois les jours précédents et dont quel que soit la pensée de l'auteur, il ne pouvait y avoir de réponse.

Il me semble que nous humbles internautes avions déjà donné des avertissement à DS. C'ést toujours difficile d'apprendre par les autres plutôt que par ses propres échecs, ce qui est dommage c'est que ce la soit arrivé avec un chouette invité.

En espérant que vous ayez appris pour le prochain.

PS : moi aussi la chasse à l'antisémitisme sur les positions de virgule dans les phrases me fatigue. L'antisémitisme , ça se voit comme au nez au milieu de la figure, comme Mgr Williamson. Pourquoi à chaque fois que quelqu'un sort un scoop, il faut toujours lui rabattre qu'il est antisémite : Siné, Péant, Meyssan... ?????????????? en voilà une question...
je trouve ces procès en sorcellerie facile pour discréditer les autres et ainsi éviter les vrais sujets ... j'en profites à montour pour vous demander à quand des chroniqueurs d'origine maghrébine, asiatiques ou africaines ??
tiens, je voulais écrire ce qu'à écrit Siko à 16:12 le 08/02/2009.
Pourrait-on reparler du fait que le sujet était que BK financerait, au moins en partie, son train de vie au détriment de pays pauvres (un 3è signalé récemment par Backchich!), et que pour se défendre, il sort 1 SEUL MOT du livre ne touchant pas à ce sujet, et hop, exit le sujet!
Et si DS a fait une erreur (je n'en fais jamais, moi?, et vous?), bon, ça vaut peut-être 10 mn de commentaires, mais peut-on revenir au sujet?
Dans ce cas, PP en a fait 1 aussi, et une grosse, car on ne parle plus de ses enquêtes, et ce n'est pas pour 1 mot de son livre qu'on va l'acheter. Je continue de ne pas comprendre (s'il n'a pas un très douloureux passé) sa faiblesse devant une accusation à laquelle j'aurais répondu "antisémite toi-même!", au lieu de dramatiser. Après tout, lui balance aussi des accusations gratinées, et pas depuis hier, faut bien s'attendre à des retours. Remettons les choses à leur place. Le sujet -l'un d'eux, mais je suis totalement incompétente pour le Rwanda - est: BK financerait son train de vie au détriments de pays pauvres. Ce n'est pas illégal, dixit Sarkosy, et tant d'autres, mais c'est fort navrant de la part d'un ministre de mon pays. BK, démission!
Vraiment dommage de passer à coté d'un débat intéressant sur une accusation malsaine.
Mr Apathie lui aussi a fait ce meme numéro sur le plateau de Canal.

Arretez d'utiliser cette arme comme argument ultime, pour couper court à toute discussion.
(ce n'est pas mon habitude, mais comme des @sinautes consultent encore les trois forums ouverts, je copie ici mon post rédigé pour le forum « La boîte noire » - ceci pour tenter d'éclairer le mystère du "dérapage Schneidermann")

J'enrage (selon une formulation du théâtre classique) ! Je suis en rogne (selon une formulation plus contemporaine) !!!
On tourne autour du pot…
Rémi Jeannin écrit (12:30 le 09/02/2009) :
« (…) revenir à quelques propositions simples :
- Les accusations d'anti-sémitisme contre Péan ne reposent sur rien de probant, en dehors de maladresses qu'il regrette volontiers et d'une volonté de certains de ses critiques de ramener chacune de ses enquêtes à cette question de l'antisémitisme, l'injure suprême (car, en effet, c'est un péché mortel) dont un intellectuel ne peut pas se relever.
- Daniel s'est enfermé dans son questionnement sur l'antisémitisme, s'est construit à lui même un piège dont il n'a pas su sortir. Il le reconnaît et analyse correctement l'erreur.

(…) reconnaissons à ces deux grands professionnels le mérite de reconnaître et de chercher à décrypter ces erreurs.
A Daniel en particulier, j'ai envie de dire
(…) de continuer ce travail en adoptant toujours cette position du "petit scarabée" qui en apprend tous les jours. »

Postulat : avec un peu d'ouverture d'esprit, nous apprendrons toute notre vie, en sachant que nous finirons imparfaits. C'est bien, c'est beau, c'est magnifique, mais ce n'est qu'un principe de base pour se mettre au boulot.
Avec le coup du « petit scarabée » (dans "La boîte noire"), DS nous "la joue" modeste et sentimental. Il nous interprète le rôle de l'Enfant dans sa fragile innocence (je vous laisse choisir le film).
Aussitôt, pleins de fans s'exclament : « Voyez comme il est autocritique, voyez comme il est gentil. Arrêtez de l'agresser. »
L'effet Bisounours marche à fond.
Qu'est-ce que c'est que cette auto infantilisation ?
M… m… m… et re-m…
J'ai moi-même relevé l'intérêt "humain" de ce site et de ses forums, mais la plupart d'entre nous ne s'y sont pas inscrits pour se faire dorloter le cœur aussi bien que les neurones. Nous ne cherchons pas de la gentillesse, ni de la méchanceté ; il y a certainement d'autres sites pour ça. Nous voulons de la lucidité et du "parler clair".
Je ne suis pas sûr que je ne suivrai "constant gardener" sur tous les chemins qu'il emprunte, mais je suis sacrément d'accord avec lui quand il écrit (11:40 le 09/02/2009) :
« (…) La contrition ne m'intéresse pas, je ne vais pas demander à DS de se couvrir la tête de cendres. En revanche, je lui demande d'analyser, de comprendre les causes et les mécanismes du crash. »
Non, Daniel Schneidermann n'a pas tout expliqué du crash de l'émission. Il a relevé la maladresse technique du journaliste, soit. Mais il ne tente absolument pas d'expliquer comme il s'est fait que lui - lui, le pilote avec 10 000 heures de vol, ayant traversé nombre de tempêtes - a pu la commettre.
DS voulait aller "jusqu'au bout avec" Pierre Péan. J'ai envie d'aller jusqu'au bout avec DS.

Rémi Jeannin écrit donc :
« (…) 1 - Les accusations d'anti-sémitisme contre Péan ne reposent sur rien de probant (…) 2 - Daniel s'est enfermé dans son questionnement sur l'antisémitisme (…) »
Ces deux propositions ne tiennent absolument pas ensemble, voilà le hic. Nous serons tous d'accord pour considérer que DS est, au moins, un peu intelligent. S'il avait lui-même validé la proposition 1, la proposition 2 n'aurait jamais eu d'existence. Un point c'est tout.

Alors, marre de l'hypocrisie : je tente une hypothèse. Et tant pis si je me trompe.

Avant le début de l'émission, convaincu notamment par Jean-Michel Apathie, Daniel Schneidermann était certain que Pierre Péan est antisémite ; antisémite inconscient, honteux ou roublard, mais antisémite quand même.
À partir de là, il ne pouvait que tomber dans un questionnement semi-voyeur semi-compassionnel à la Mireille Dumas ou, pire à la Jean-Luc Delarue : « Allez, dites-nous, au fond de vous-même… Libérez votre âme… Épanchez-vous… ».
Parce qu'il est vrai que les accusations ont été énoncées avec douceur, aimablement… l'accoucheur de mauvais sentiments, le prêtre au confessionnal…
Je crois que les moines inquisiteurs eux-mêmes pouvaient ressentir ce genre de compassion… en infligeant la "question".
Même en admettant que tous les journalistes d'@si soient partis en vacances ou que Pierre Péan ai demandé à être confronté à un nombre restreint de personnes, le dispositif de face à face entre quatre z'yeux ne pouvait que complaire au grand ordonnateur.
Après le départ de Pierre Péan du plateau avec une tronche déprimée, Daniel Schneidermann concède : « (…) je souhaite (…) lui dire (…) que je le crois parfaitement sincère, quand il assure ne pas être antisémite. »
Je reformule autrement : « Je CROIS que Pierre Péan est SINCÈRE quand IL ASSURE ne pas être antisémite. »
Si quelqu'un peut m'expliquer comment on peut comprendre que l'ambiguïté est levée, je lui en serais très reconnaissant.
Car moi, je comprends seulement que Pierre Péan est très probablement un brave homme d'antisémite qui s'ignore.
Ah, s'il avait laissé DS lui prendre la main pour lui permettre son "coming out" !

Il ne s'agit absolument pas d'excuses véritables ! Le soupçon - sinon l'accusation - est toujours là.
Si DS est toujours dans ces dispositions, il n'y a guère de chance qu'il réinvite Péan et/ou que celui-ci accepte l'invitation.

Et selon moi, il y a pire : une tentation askolovitchienne de garde… Figurer sur le podium des chasseurs d'antisémite, sport médiatique à la mode.

Voilà, c'est dit.
Pour le reste, je ne peux pas me défaire d'une certaine sympathie pour Daniel Schneidermann (pour l'ensemble de son œuvre) et je ne pense pas à me désabonner…

J'ajoute que je ressens la chronique de Stéphane Guillon de ce matin sur France Inter (relevée par Bauzil, 09:21 le 09/02/2009) comme une illustration décalée mais parfaite de ma thèse, même s'il ne désigne pas DS ni personne…
http://www.radiofrance.fr/franceinter/video/humour.php

P.S. - Ci-dessus (? - 12:55 le 09/02/2009), christianfact exprime la répugnance qu'il ressent à la vision de cet enregistrement, mais il ne l'explique pas : dommage.
Daniel - dois-je l'appelé ainsi ?- me fait horreur avec son "je ne suis pas dans le secret de votrte âme..." J'espère qu'il s'agit d'un accident et non d'une dérive. Car "je ne suis pas dans le secret de votre âme." donc je peux te soupçonner de tout et même farouchement. Tu auras beau être innocent, je ne lâche pas prise du moment que j"e ne suis pas dans le secret de votre âme". Comment peut-on être dans le secret de l'âme de quelqu'un ?
A l'aune de cette sentence tout le monde est susceptible d'être anti tout et n'importe quoi sans avoir besoin de preuve encore une fois puisque "je ne suis pas dans le secret de votre âme.
Daniel le décrypteur "objectif" se mue en inquisiteur fanatique!
J'espère encore une fois que c'est un accident et non une dérive.Il faut être sans le secret de l'âme de Daniel pour en avoir la certitude.
La puissance de feu médiatique à son maximum, avec M. Schneidermann en grand prêtre... Un seul mot vous manque ("cosmopolite") et tout est dépeuplé. Aujourd'hui, les hommes au pouvoir profitent d'une sorte de caisson étanche. Il suffit de disqualifier celui qui les attaque. Le président de la République qui domine de fait le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire n'avait vraiment pas besoin de nommer le président de l'Ortf, le contre-pouvoir (?) médiatique lui étant absolument acquis ! Ah comme le grand air de la liberté enivrait les journalistes quand il s'agissait de flinguer Fabius (foin du cosmopolitisme à l'époque), Beregovoy( pour un prêt -légal- de 60000€), Tapie (il n'était pas dans le "bon camp"*), Mitterrand et combien d'autres.
*En écrivant ce mot, je me rends compte qu'il est connoté...Comme je n'en trouve pas d'autres, je le maintiens mais sans aucune intention polémique.
La semaine dernière DS s'étonnait de la technique du "c'est à dire", il fait très bien le naïf parce que la technique il l'utilise fort bien :-((
Et il a bien fait Péan. Dans un pays où la plupart des journalistes sont devenus des journaputes, l'indépendance d'un Péan est devenue une denrée rare, que l'on aime ou pas le bonhomme. Ce qui m'intéressait, c'était la manière dont il fait oeuvre salutaire en contribuant à dégonfler la baudruche Kouchner. Et c'est peut être là le problème de Schneidermann. Et mon soupçon à moi sur sa réelle indépendance vis à vis des réseaux Kouchner-ockrent. Péan a répondu au moins trois ou quatre fois quand DS s'acharne de manière totalement débile (S'attend il à voir Péan lui dire "ben oui, Daniel, je suis antisémite" !) il l'a torpillé tout seul son émission. Judith aurait fait preuve d'autant de pugnacité mais de plus de finesse pour mener à bien l'entretien à mon humble avis.
Bourdieu avait raison dans son analyse Sur la télévision. Il avait, entre autre, parler de la manière de poser des questions, le fait d'insister...etc. DS aurait du se contenter de la première réponse de Péan et passer a autre chose. Parce que même si Péan est vraiment antisémite, je ne croix pas qu'il l'aurait dit. Donc, le fait d'insister nous révèle plus sur DS que sur Péan. Et moi, ce que pense DS ne m'intéresse pas du tout.
Oh là là Daniel, excusez-moi mais là sur le coup vous avez été lourd, mais lourd! à insister pendant 10 interminables minutes sur la question de l'antisémitisme, des fois que Péant change subitement de discours à la cinquième répétition de ces reproches! Qu'attendiez vous qu'il vous dise? Qu'il soit antisémite ou pas (et je ne crois pas qu'il le soit) il ne pouvait pas vous dire ce que vous avez envie d'entendre. La connaissiez-vous vous-même la réponse magique qui vous aurait apaisé. De grace, arrêtez avec les relances multiples! On dirait les journalistes qui demandent aux présidentiables si ils seront candidat dans 3 ans. Tout le monde sait qu'il ne répondront pas, ça ne rime à rien!
L'accusation d'antisémitisme à toutes les sauces contre Boniface, Siné, Mermet, même Chomsky et Brauman (qui seraient dans "la haine de soi"!) fait perdre à celle-ci tout son sens. Et si on arrêtait d'insinuer que toutes les personnes qui disent une bétise sur un juif sont antisémites et qu'on se focalisait sur les véritables antisémites Et si on harcelait de la même manière tous les gens qui ont une fois ou l'autre tenu des propos ambigus ou généralisateurs sur une catégorie de la population ou une autre. Personnellement je suis athée, j'ai dans ma famille des protestants, des catholiques, des francs maçons et des juifs. "Donc t'es juif! je me disais aussi, t'as le physique!" me dit-on souvent! Bon ben voilà, les gens qui me disent cela sont-ils antisémites? Est-ce que cela enlève toute crédibilité à ce qu'ils peuvent dire par ailleurs? Je ne m'étais jamais posé la queston de la religion de Kouchner, mais je trouve dégueulasse qu'il utilise sa judéité pour esquiver les reproches qui lui sont faits! Je suis scandalisé que le rapport sur Total ne lui ai pas oté toute crédibilité et qu'il faille attendre la publication de ce livre pour lui demander des comptes.
Enfin, je tiens à vous dire que j'apprécie énormément le travail que vous faites et que je vous en remercie.
Cordialement.
Je ne voudrais pas en rajouter à cette volée de bois verts bien méritée. J'aurais voulu y participer dès le début (l'occasion est irrésistible de poster une première fois, et de vivre une expérience de groupe défoulatoire, élitiste de surcroît), mais je suis arrivé trop tard. J'ai peur que le compte soit déjà bon sur ce plan. Je veux juste poser quelques questions inédites et m'associer à une demande.

1 - Je n'ai pas encore compris l'intention que l'on cherche à démasquer. Quel pourrait bien être le mobile du journaliste intelligent et expérimenté, connaissant donc parfaitement les résonnances du mot "cosmopolite", et persistant à l'utiliser ? Je comprends qu'un Le Pen cherche à se faufiler dans le cadre légal en utilisant des mots connotés pour envoyer des signaux à son électorat . Mais Le Pen est aussi le roi de la novlangue et sera le premier à rejeter un mot trop connoté quitte à en sélectionner un autre, que ses partisans se dépêcheront d'adopter, avec un sourire malin aux lèvres et un clin d'oeil pour les plus bouchés. Si j'étais un journaliste machiavélique et expérimenté, "connaissant le poids des mots", et que je cherche à donner à une victime un costume anti-france, atlantiste ou sioniste, je me garderais de reprendre un vocable périmé. Il n'est plus question là d'envoyer des signaux codés, mais plutôt de masquer une intention honteuse. C'est avec bonheur que remplacerais "cosmopolite' par le premier synonyme venu. Certain que ce petit sacrifice aiderait à la diffusion de mon venin. Alors, Pean : intelligent ou stupide ?

Je suis certain que c'est devant cette impossibilité de formuler un mobile qui tienne la route, et de profiler un coupable cohérent que Mr Schneiderman nous entraîne vers l'hypothèse du subconscient débordant. Pean, ce modèle de journalisme qu'on ne peut soupçonner de légereté, incapable d'erreur pour tout dire, en devient à la fois diabolique et ingénu, opaque et transparent. Ce qui fascine Mr Schneiderman.

2 - A l'origine de ce happening : Mr Kouchner. Tout le monde l'accuse de faire feu de tout bois pour élever son rideau de fumée. J'en suis témoin comme nous tous. Mais pourquoi prétendre qu'il s'agit uniquement d'une stratégie de contre-attaque réfléchie, orchestrée, impliquant des communicants, des avocats, des amis politiques, des lobbyistes et des journalistes, plus ou moins conscients que leur partition est écrite ailleurs. Je ne suis pas plus naïf que vous, mais je manque de preuves pour affirmer la stratégie au point de nier la réaction épidermique, précipitée, désespérée.

Je préfère m'en tenir à sa déclaration suggérant qu'il a pris le mot "cosmopolite" comme une claque dans la gueule. Et je relève également le deuxième axe de sa défense évoquant "la jalousie". Et je ne suis pas trop surpris au fond d'apprendre que Mr Kouchner puisse considérer que toute personne qui l'attaque est soit un raciste ou un jaloux. Je ne suis pas surpris. Je n'en attendais pas plus en terme d'ouverture à la critique et de capacité de remise en cause. J'aurais aimé que quelqu'un m'éclaire sur la nature de la jalousie évoquée : veut-il parler des socialistes envieux de son maroquin, ou des journalistes qui ragent devant la réussite de Mme Ockrent ?

Tout ça pour dire qu'il n'y a toujours pas pour moi une affaire Pean. J'en suis un peu déçu d'ailleurs : j'aurais moi aussi aimé cramer cette idole dont je ne partage pas toutes les opinions. Et j'imagine que Mr Schneiderman s'est également pris le mot cosmopolite dans la gueule, une première fois dans le livre, avec un effet boomerang sur ce forum. Pour moi, son inquisition loin d'être machiavélique était plutôt ingénue, affective. La pire attaque était dans le titre de l'émission, car elle n'avait pas l'excuse de la spontanéité. Mais tout ça est joyeusement banal en ce moment. Et dans cette discussion que nous offre Mr kouchner, la vraie question qui ressort est celle de l'infâmie du lynchage médiatique anti-raciste, de son mécanisme de propagation par l'indignation et la répétition d'informations tronquées ou interpretées, de ses acteurs occasionnels ou récidivistes, des conséquences sur la vie du lynché, et surtout de son impunité royale. Voilà le projet d'émission auquel je tenais à m'associer.

Pour en parler aussi clairement, bien entendu, je suis soit noir, soit juif, soit arabe. Conscient que c'est le seul moyen de lutter contre les racismes. Et qu'il faut bien que quelqu'un dise ce que mes amis blancs-de souche-gaulois-100%-depuis la nuit des temps, pourrait avoir envie de dire et qu'il ne devraient pas sous peine de compliquer leur quotidien.
" les raies de la lumière "
Ahh c'est pour ça que le matin parfois, on a un peu la gueule dans le c..
pardon
Deux éléments me posent problème :

le premier c'est le face à face complètement différent des autres émissions et qui ma foi me laisse une petite impression d'acharnement...

le deuxième : ce sont les non dits, les questions pas posées, les sous entendus... Judith peut-elle nous faire une analyse des questions de Daniel? je cite "je ne conclue pas" (mais en fait si je conclue qu'il y a un problème car je n'arrive pas à trouver une réponse claire au fait que vous soyez antisémite ou pas), il y a encore "cela me laisse sans voix"; ou encore " je ne suis pas dans le secret de votre âme..." (propos très particulier qui laisse entendre que dans les tréfonds de l'âme de tout un chacun peut se cacher un antisémite! l'antisémitisme doit-il se juger aux actes ou aux tréfonds de l'âme?!!!!!!!!!!!). Et ce quelque soit le souci réel ou pas...
Une question me taraude et j'aimerais que vous y répondiez Daniel : Pour quelles raisons ne pas avoir convié Judith et David à cette émission ? Je suis certaine que l'on n'aurait pas eu ce désastre !
Incroyable !
Je suis sidéré de l'inculture crasse de tous ceux qui s'indignent que DS ait trouvé plus que suspecte l'utilisation du mot "cosmopolite" associé (en plus) au thème de l'antifrance !!
Que tous ceux qui s'indignent de la sorte aillent tout de suite ouvrir un livre (j'ai dit un livre et pas wikipedia) sur la montée des fascismes dans les années 30 !
L'insistance de DS est plus que légitime : Péan a repris mot pour mot la thématique de l'extrème droite fasciste de ces sombres années.
Evidemment, Pierre Péan ne peut, lui, être suspecté d'inculture crasse. Pas plus que son éditeur. Le doute n'est pas permis, Péan a agit en connaissance de cause. Paradoxalement, je pense qu'il n'est pas antisémite. Mais il aura probablement voulu taper là où ça fait mal.

Ou alors…

Et là encore je suis très surpris de la totale méconnaissance de la plupart de ceux qui s'expriment ici sur le génocide rwandais.

Et oui, il faut le savoir mais les thèses de Pierre Péan sur cette horrible affaire sont celles des génocidaires (hutus) et de ceux qui tentent de minimiser l'importance du génocide par tous les moyens (un peu comme les révisionnistes du génocide juif). Elles ont le mérite de disculper totalement la France et surtout les "amis" politiciens de Pierre Péan largement compromis.

Les thèses de Péan sur le génocide ne tiennent pas la route (pas le temps de détailler ici). En plus elles lui ont déjà values un procès d'incitation à la haine raciale. Du coup il lui est peut être plus facile de répondre à d'ignobles accusations sur son antisémitisme présumé que sur son analyse (proprement scandaleuse) du génocide rwandais et de la complicité de la France (totale !).

Alors finalement pourquoi sortir ce livre ?

L'arrestation en novembre dernier de Rose Kabuye, une proche de Paul Kagamé, a relancée toute l'affaire. Pour les amis de Pierre Péan (qui étaient aux affaires au moment du génocide et portent une large responsabilité dans les massacres) les temps deviennent difficiles.

En effet, Rose Kabuye fait partie des rwandais accusés par le juge Bruguières d'avoir organisé l'attentat contre l'avion du président Habyarimana. L'accusation se base sur les témoignages de 2 anciens soldats du FPR (le mouvement de résistance tutsi de Kagamé avant qu'il ne chasse les génocidaires du pouvoir).
A priori il y aurait d'autres éléments dans le dossier d'accusation… mais personne ne les connaît. Même pas les rwandais. En effet pour avoir accès à ces éléments, il faudrait que les accusés acceptent de se rendre devant la justice française.

Du coup comme par un curieux hasard, un jour de novembre, Rose Kabuye prend un avion pour aller en Allemagne. Si elle était venue un jour plus tard avec la délégation officielle de l'Etat rwandais, elle aurait bénéficié de l'immunité diplomatique. Mais non.
Elle est bien évidemment arrêtée.
Par un autre curieux hasard, les 2 témoins ex-FPR se rétractent…
L'affaire est dans le sac, les rwandais découvrent le dossier d'accusation. Et vu ce qui s'en est suivi, cela devait être bien maigre sans les témoignages des 2 ex-FPR (pas si "ex" que ça finalement…).

Et là ça commence à devenir intenable pour les Villepin, Védrines et cie ! Le paravent (le dossier d'accusation de Bruguières et de ses 2 successeurs) qui permettait de renvoyer la balle dans le camp des rwandais s'est méchamment fissuré !
Heureusement l'ami Péan est là, fidèle à son poste !

Alors pourquoi s'en prendre justement à Kouchner ?
Simple, c'est le SEUL homme politique à avoir dénoncé le génocide au moment des faits, à affirmer que les militaires français déployés sur place, au lieu d'intervenir pour mettre fin aux massacres ont protégé les génocidaires des soldats du FPR.
De là les accusations de Péan sur l'anti-France. Oui Kouchner n'a pas (au moins ici) joué le jeu de la raison d'Etat. Et bravo à Daniel pour sa question sur le rôle du journaliste !

Du coup c'est le seul homme politique français à qui Paul Kagamé accepte de parler (et on peut le comprendre). Et c'est probabement l'unique raison de la présence de Kouchner dans le gouvernement. Avec Kouchner c'est tout le clan Villepin qui est hors jeu !

Je ne crois pas du tout Pierre Péan anti-sémite. Par contre il fait vraiment un sale boulot sur le Rwanda. Je suis persuadé qu'il se sait à bout d'arguments et que sa seule défense reste à se positionner délibérément en "victime" d'accusations anti-sémites.
On re-parle du Rwanda et surtout de ses thèses à lui. Par contre on "débat" sur son anti-sémitisme et pas sur le fond !

Bravo M. Péan !
Lamentable… Je suis écœuré ! Comment peut on salir ainsi la mémoire d'un million de morts ?

En tout cas chapeau à DS et @si pour cette excellente interview et la finesse de l'analyse !
Je suis assez marri de l'attitude de D.S. Il s'est transformé [large]en procureur, en moraliste[large][/large] et en stigmatisateur[large][/large][/large]. J'ai assisté à une mise en charpie d'un journaliste qui quelle que soit l'opinion qu'il avait de lui aurait dû être respecté. Cette accusation systématique d'antisémitisme est lassante, imbécile et produit l'effet inverse de ce qu'elle est censée produire. Les enquêtes d'investigation en France sont trop rares pour casser le travail d'un enquêteur. Je m'attendais à une émission sereine et informative et j'ai assisté à une curie. J'en ai la nausée. Je me pose la question de mon ré-abonnement sur ce site. M. D.S s'est rangé derrière des clichés, derrière la thèse de M. B.K. au lieu de s'attacher à amener le spectateur à réfléchir. Rien ne vaut l'objectivité d'un journaliste. Ce n'était pas le cas ds cette èmission. Si je me suis abonné à cette émission, c'est parce que j'appréciais la vertu pédagogique et la liberté d'analyse d'images que ns consommons tellement sans réflexion. Il fut un temps où les jeunes étaient conviés à décrypter les images. Je trouvais cela super. M. D.S doit prendre conscience que si un invité quitte son émission, c'est qu'il n'a pa su trouver le ton et le style pour le mettre à l'aise sans qu'il ait l'impression de passer à la question. Franchement, j'ai LA NAUSSEE. Le comportement de M. D.S est honteux. Ce n'est pas ce que je nomme du journalisme. Encore quelque temps et je quitterai ce site. Je n'hésiterai pas à en dissuader mes connaissances à s'y abonner.
WALDEN
Visiblement, nombre d'entre vous n'ont pas lu la réponse de DS à nos critiques !

Elle se trouve ICI.

cordialement
J'ai retrouvé le DS à l'égo hypertrophié, qui se "payait" régulièrement certains de ses invités sur le plateau d'asi, il y a quelques années. Devais-je vraiment me réabonner pour voir ça?

C'est une série de réactions en chaîne que Le Monde selon K., ouvrage de Pierre Péan, a entraîné autour du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner. Le livre révèle l'existence d'un conflit d'intérêt entre deux casquettes du ministre : celle d'avant sa prise de fonctions, qui l'a conduit à conseiller des chefs d'Etat étrangers et notamment le président du Gabon Omar Bongo, et celle, aujourd'hui, de ministre (Davantage de détails ici). Pour sa défense, Kouchner dénonce un ton "nauséabond". Ce livre est aussi celui d'un journaliste d'investigation chevronné, dont les nombreux ouvrages ont souvent déclenché la polémique (voir l'article d'@si). Il est notre invité.
L'émission est animée par Daniel Schneidermann, et réalisée par Dan Israel.

La vidéo dure 50 minutes...


j'avoue que je n'ai rien compris sur le mot propre levy???? pourquoi une telle réaction et pourquoi Daniel insiste lourdement!!! je suis nul?
help me!!
C'est avec consternation qu'il me faut admettre qu'@si n'est plus ce qu'il était. J'ai signé la pétition, j'ai fait signer la pétition et je me suis abonné. Depuis lors, j'ai du mal à suivre. Entre l'anti sarkosysme primaire qui inonde les unes (on peut ne pas aimer, mais là ça confère au psychanalytique) et le plateau, l'arène devrais-je dire, où les procureurs s'acharnent sur les malheureux témoins invités (il risque d'y en avoir de moins en moins), il ne reste que très peu de place à l'objectivité.

Les mises à mort s'enchaînent et ne semblent guère vous émouvoir. Peut-être choisirez-vous de mettre la pédale un peu plus douce lorsque l'invité quittera l'émission juste après s'être assis. Votre insistance sur la fin était des plus inconvenantes. Que peut répondre quelqu'un convaincu d'antisémitisme à la quatrième insinuation alors que par trois fois il vous dit qu'il regrette d'avoir choisi un mot dont l'une des interprétations est douteuse ? Rien. Ca aurait pu durer encore une heure. Vous attendiez quoi ? un coming out ? Vous vouliez que votre invité demande l'absolution devant la caméra ? Quelle naiveté ? En revanche, vous auriez souhaité colporter un peu plus l'accusation que vous ne vous y seriez pas pris différemment.

Cette prétention moralisatrice à vouloir confondre le malséant tourne au ridicule. On à presque envie d'accorder du crédit à Morandini, c'est dire si vous nous plongez dans des abîmes de perplexité. Après la séance calamiteuse de la semaine dernière où Sainte Judith de la Répulsion nous a gratifié de l'une de ses meilleures prestations, on se dit que l'émission va pouvoir s'enrichir d'une maxime : "Morituri te salutant". Son dégoût de bon aloi faisait plaisir à voir. Il faut dire que l'accusé méritait les pires châtiments pour les crimes qu'il avait commis. Viols, rapts, tortures, coups et blessures ? Non, non, là il aurait était digne de pardon et de sollicitude.

Je regrette franchement la tournure des événements. Ressaisissez-vous, de grâce !
OBJECTIVITE !!!!!!
Comme beaucoup d’autres l’ont déja dit la fin de cette émission est très pénible. J’ai cru regarder une émission de Faugiel ou Ardisson ! Bon pour le reste nous sommes surtout restés sur notre faim tant l’occasion était belle. Je suis de celle qui admire Kouchner mais force est de constater qu’il peut comme tout autre homme public avoir des zones d’ombre dans sa carrière. Les relations franco-rwandaises restent opaques et ses efforts pour renouer avec le président peuvent sembler inopportunes, sa prise de position sur le déclenchement de la deuxième guerre en Irak était étonnante, le rapport pour TotalFinaElf en Birmanie a aussi dérangé. Quand Kouchner fait sa plaidoirie devant l’assemblée, il se défend c’est normal. Cosmopolite est devenu un gros mot, bon ben maintenant on le saura. Les origines juives de Kouchner que j’ignorais comme beaucoup avant sa déclaration à l’assemblée ne me semblent pas la raison du livre. C’est plutôt l’homme politique et les interférences avec son passé d’engagé humanitaire et le profit qu’il en tirerait qui est mis en question. Là-dessus nous en saurons pas plus .
C'est la première fois que j'interviens sur le forum d'@si. Je viens de regarder l'émission avec P. Péan ( j'ai même renouvelé mon abonnement à cette occasion!). Que s'est-il passé D.S., pourquoi cet acharnement ? Aviez-vous des comptes à régler avec P.Péan suite à son bouquin sur le journal Le Monde (vous même y faîtes allusion). J'ai eu la sensation d'être spectatreur d'un show de téléréalité où l'on doit aller "à confesse"-je ne suis pas dans le secret de votre âme, avez-vous dit ? (ou quelque chose d'approchant au sujet de son âme). Pourquoi vous êtes vous fourvoyé de la sorte, faisant le jeu de tous les bien-pensants. J'aurais aimé en savoir plus sur ce livre. J'ai remarqué aussi(comme vous certainement) que P.Péan semblait fatigué. Qu'il ait voulu se protéger du fait de ses problèmes de santé, me semble normal. Votre discernement ou plutôt, votre manque de discernement nous a privés d'infos. J'espère que je ne vais plus regretter mon réabonnement.
Je partage l'avis de Roland Marcuola: La question de l'antisémitisme supposé de Pierre Péan méritait d'être posée. Péan a répondu très clairement en disant qu'il regrettait certains mots connotés (comme cosmopolitisme), et qu'il ne les emploierait plus aujourd'hui.
Pourquoi, dès lors, continuer à le cuisiner: "Vous êtes écrivain, vous connaissez le poids des mots...."
Quand Péan pose la question: "Vous me croyez antisémite?" et que Daniel Schneidermann lui répond: "Je n'en sais rien!" Oui, on comprend la réaction indignée de Péan. A sa place, je n'aurais pas agi différemment. Quand on débat, un minimum de confiance et de respect est nécessaire. A ce stade de la discussion, ce n'était plus le cas.
Inquisition est peut-être un mot fort mais c'est bien le mot qui résume la fin lamentable de cette émission. Moi aussi je suis choqué et déçu de la tournure de cette fin d'émission. Et j'ose espérer qu'il n' y a a pas eu préméditation pour un tête-à-tête qui a posteriori pourrait laisser penser qu'elle existe.
Moi aussi j'ai pris un coup aux connotations, et même si on en apprend chaque jour, (ou chaque semaine) il est des dérives et dérapages qu'il vaudrait mieux contrôler. Merci, s'il est nécessaire , d'Instruire à charge et à décharge.
moi j'étais pas au courant sur le mot cosmopolite que çà pouvait être ressentit comme antisémite...
peut etre aurait il fallu un troisième homme ou femme pour retenir ds qui a completement dérapé pour moi à la fin.
Après la chronique que Daniel a posé sur le site (http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1642), il me semble qu les @sinautes peuvent cesser de lui faire des reproches, il a bien compris ce qui semble nous avoir choqué.

Faute avouée, pour le coup, totalement pardonnée. On pourrait même ajouter qu'@si pourrait faire une émission consacrée à l'utilisation du terme antisémite, lequel est dévoyé à force d'être cuisiné à toutes les sauces. L'antisémitisme est une chose grave et ce n'est pas faire à ceux qui en furent et en sont victime que de l'employer à tours de bras.

En tous cas, merci Daniel d'avoir réagit à nos suppliques, c'est une preuve d'intelligence que de savoir prendre en compte les critiques bienveillantes. Pas de soucis, en ce qui me concerne, je me réabonnerais sans hésitation.

Je me laisse aller à rêver que désormais, les journalistes et autres faiseurs d'opinion reconnaissent leurs erreurs et fassent leur méa culpa ... enfin, ne rêvons pas. Daniel, vous avez su faire preuve de bon sens et de professionnalisme, je vous en remercie.

Je déclare donc, en ce qui me concerne, que le drame est fini. Puissions nous revoir Pierre Péan au plus vite car il en a des choses à dire !
Je voudrais que quelqu'un m'éclaire sur un point qui ne me paraît pas anodin .J'ai été proche d'une famille de rabbins .J'ai ainsi appris que l'on ne pouvait devenir juif que par la mère ( parce qu' on n'est jamais sûr du père ,hum ! hum c'était avant les tests d'ADN , c'est ce que le rabbin m'a dit ) Donc pourquoi Kouchner se réfère t-il de sa judaïté .Il devrait en toute logique être protestant . C'est pratique d'endosser chaque fois que cela arrange le costume d'une religion ou d'une autre .... C'est écœurant .Je suis catholique de naissance et je m'en fiche si on attaque le Pape, un évêque ..... Je ne me sens pas concerné . Comme procédé dilatoire, Kouchner aurait pu trouver plus intelligent .Il est comme un gosse pris le doigt dans le pot de confiture et il essaye de faire de la mystification .Raté .
.Par contre , porter un jugement quelconque contre une personne au nom de sa religion, de sa couleur de peau, de son origine sociale , là ça me fait bondir .
Suis abonné de la première heure et n'ai pourtant jamais laissé un mot sur le forum... Aujourd'hui je suis consterné par l'insistance (la lourdeur !) avec laquelle Daniel Schneiderman formule et reformule ses questions... Juste dire que cela ne m'empêchera pas de rester abonné à @si.
Si Péan a le droit de se planter sur le choix des mots (si tant est qu'il n'ait pas le droit de s'en servir dans l'acception qu'il entend lui donner !), je soutiens que Schneiderman a aussi le droit de ne pas être parfait dans son rôle (et je me garderais bien de donner des leçons de journalisme)... Il me semble que c'est tout à l'honneur de ce site que de ne pas nous proposer des interviews préfabriquées... J'allais dire des interviews "avec des vrais gens"...

Roland
Un commentaire (peut-être même plusieurs) évoque les e-mails que recevraient les abonnés afin de les informer de l'arrivée d'une nouvelle vidéo. Quoique abonné, je n'ai jamais rien reçu de ce genre.
la suite la semaine prochaine ?
Aucun mot ne doit être censuré fut-il uilisé pour des nuisances par le passé. La liberté est que chaque être humain puisse et a le devoir de s'exprimé comme il l'entend . Sommes nous pas @sinautes afin de lutter contre lesmédias ,qui censurent à tour de bras ?
Alors si l'on peut plus appelé un chat un chat ou va t-on ? Quelle polémique pour un mot que chacun peut interpréter ou utiliser suivant qu'il est ..... etc...etc... Daniel reconnaît avoir trop insisté et blessé, à l'évidence comme bon nombre d'entre nous, l'apprentissage se fait durant toute notre vie . Allons cessez donc de dramatiser les temps sont durs en périodes de crises ,d'autant qu'elles font toujours ressurgir de vieux démons .
Alors sans oubliez pour autant ce qui s''est passé ,retrouvons notre lucidité ,reprenons nous que diable restons soudés .
Pour moi de terminer ce (rare) post par cette citation de Montaigne.
"je donne mon avis non comme bon,mais comme mieux"
[large][/large][large][/large]Aucun mot ne doit être censuré fut-il uilisé pour des nuisances par le passé. La liberté est que chaque être humain puisse et a le devoir de s'exprimé comme il l'entend . Sommes nous pas @sinautes afin de lutter contre lesmédias ,qui censurent à tour de bras ?
Alors si l'on peut plus appelé un chat un chat ou va t-on ? Quelle polémique pour un mot que chacun peut interpréter ou utiliser suivant qu'il est ..... etc...etc... Daniel reconnaît avoir trop insisté et blessé, à l'évidence comme bon nombre d'entre nous, l'apprentissage se fait durant toute notre vie . Allons cessez donc de dramatiser les temps sont durs en périodes de crises ,d'autant qu'elles font toujours ressurgir de vieux démons .
Alors sans oubliez pour autant ce qui s''est passé ,retrouvons notre lucidité ,reprenons nous que diable restons soudés .
Pour moi de terminer ce (rare) post par cette citation de Montaigne.
"je donne mon avis non comme bon,mais comme mieux"
Bonjour,

La vision de cette émission m'a fait une mauvaise impression, celle de voir DS changé en BHL...est-ce possible? la "bien-pensance" aurait-elle atteint le plateau?

Toujours est-il que d'insister si lourdement sur un mot connoté antisémite est pertinent mais pas nécessaire, la question sans réponse se suffisait, aux spectateurs de juger!

Un mot chargé d'histoire doit être répété et utiliser si on veut le laver...à mon sens Péan n'est pas antisémite, pas plus que Siné et tous les autres qui sont accusés chaque jours!

Espérons que la prochaine émission ne dérive pas...
J'entends parler ici de l'indépendance de DS. Mais DS n'est pas indépendant, loin de là. DS a une pensée formatée qui n'a pas évolué d'un iota depuis 1997. Qui plus est, il souffre d'un complexe d'abandon fort prononcé, lié à ces déboires professionnels (dans les quotidiens et à la télévision), et il est en mal de reconnaissance. Je l'ai vu il y a quelques mois en présence d'autres soit disant "vrais" journalistes (j'entends par là, des personnes travaillant pour des médias ayant pignon sur rue) et il a du se battre pour se faire reconnaître en tant que journaliste, alors que les autres le regardaient avec une certaine condescendance. J'ai vraiment eu de la peine pour lui. Certes DS et @si nous ont offert quelques émissions intéressantes, mais les choix de sujet actuels reflètent bien le paradoxe d'@si. Sous prétexte de nous offrir une critique "objective" des médias, DS et son équipe tombent dans les même travers que les médias qu'ils sont censés observés. En réalité, DS nous a prouvé à maintes reprises qu'il est absolument incapable de sortir d'un schéma de pensée liée à sa formation de journaliste. Il critique certains journalistes et reste persuadé que seul un journaliste peut rétablir l'équilibre. Il se prend pour le chevalier blanc de l'information. Sauf que face à des sujets polémiques (Denis Robert, le 9/11, la crise financière et l'argent dette, Yves Bertrand, Israël et Gaza, Kerviel etc, etc.) DS est d'un conformisme navrant. Et surtout il ne supporte pas la critique. Rappelez vous son article de réponse à Bourdieu (il en a même fait un livre par la suite). Idem en ce moment avec le blog d'André Gunthert, où comme nous tous Schneidermann n'a pas pu s'empêcher de répondre avec amertume , sans même esquisser un début de réponse à la réflexion pourtant fort intéressante de Gunthert.

Tout cela ne serait pas si grave, si DS en tant qu'actionnaire unique d'@si, n'était confronté à une réalité économique incontournable. Faire de l'audience, alimenter le "buzz" et essayer de trouver de nouveaux abonnés. Ce n'est pas condamnable en soi. Le problème c'est qu'il se trompe de cible en nous balançant des sujets qui ne nous intéressent pas : Télé-réalité, énorme couverture du congrès du PS en novembre dernier et pas un mot (ou à peine, pour défendre une journaliste de l'AFP suite à une polémique lors du lancement du parti) pour Mélenchon qui au même moment créait le Parti de gauche, Carla Bruni, Rachida Dati ... DS croit sans doute que tout le monde s'intéresse à ces sujets, mais je ne pense pas que les abonnés d'@si payent pour cela. Je me trompe peut être, mais il me semble que les quelques milliers d'abonnés recherchent un journalisme courageux capable de poser de vrais questions et non d'entretenir un buzz censé rameuter des internautes sur le site d'@si.

Comme je l'ai dit dans un commentaire précédent, j'ai voulu croire à l'honnêteté de DS et de son projet, mais après quelques mois d'abonnements et un peu de recul, j'ai le sentiment que DS est complètement passé à côté. Pour réussir à tenir un modèle économique "pur" comme celui d'@si (pas de pub, pas de connivences), il faut aller jusqu'au bout de sa pensée. Il faut savoir oser affronter les tabous de notre société, mais sincèrement je ne pense pas que DS en soit capable. C'est bien dommage, car la période actuelle est pourtant propice à cela.
Jamais je n'aurais cru que la poulpe sioniste avait les pattes jusqu'@si...
Bon, je crois que vous avez assez ramassé Daniel, donc je n'en rajouterai pas.

Par contre, je vous livre ici une petite réflexion. Tout le monde est raciste, antisémite, xénophobe. Ce sont des ressentiments propres à l'être humain. Nous avons une raison qui nous permet de contrôler ce côté primaire qui existe en nous à différents degrés selon les individus. Il est donc légitime que la "raison" s'attaque à des personnes qui cherchent à donner de fausses informations afin d'amplifier ces ressentiments. Mais s'attaquer systématiquement au moindre écart par rapport à l'idéal que nous cherchons à atteindre est une forme d'intolérance face aux êtres humains imparfaits que nous sommes. C'est du nihilisme de l'être humain. L'ouvrage de Péan n'a visiblement rien d'antisémite et c'est là que l'on retrouve l'un de vos travers de JOURNALISTE, à savoir s'engouffrer dans le piège que Kouchner a tendu en ne parlant pas du fond du livre, mais bien d'UN MOT qui a beau être connoté (d'ailleurs, la plupart des gens ne le savent pas, ou ne voient pas le rapport), il reste tout de même un mot de langue française dont vous pouvez trouver la signification dans n'importe quel dictionnaire. Je vous rappelle que l'usage des mots n'a un sens pour communiquer qu'à travers une définition.

Je viens d'acheter le Siné Hebdo, que c'est bon la parole brute sans faux raisonnements de derrière les fagos pour pseudos-intellectuels. Et oui, finalement, je ne peux m'empêcher de vous attaquer parce que ce que vous avez fait dans cette émission, Daniel est honteux et n'est pas digne de votre intelligence. Je ne m'exprime pas sous le coup de l'émotion, mais bien sur le coup de l'indignation, je croyais que depuis l'affaire ciné dans laquelle vous vous étiez lamentablement planté au premier coup, vous aviez finalement compris votre erreur, on voit bien que vous n'en avez pas tiré toutes les leçons, c'est dommage, mais je vous pardonne.
L'émission partait très bien, à la différence des autres @sinautes je voudrais signaler que DS posait de vrais questions dérangeantes à Péan, notamment sur le Rwanda et le rôle de la France, rôle que les institutions françaises et les médias français taisent plutôt largement. Seulement, le format TV de l'émission, limité en temps, le côté contradiction, polémique, n'est sans doute pas adapté à une parfaite explication sujet.

Ce génocide soutenu par la France est un sujet très sensible, touchant de nombreux responsables politiques, militaires, et Monsieur Péan participe de façon répétée à la négation des horribles responsabilités françaises. Peut-être est-ce pour cela que Péan, Kouchner ou d'autres réagissent si violemment, l'accusation est très lourde. Ce génocide est relativement récent (1994), peut-être que dans quelques années on admettra en France une version un peu plus honnête et moins honorable des faits.

A ce titre, je suis choqué par la désinformation entretenu par M. Péan, qui dispose de relais médiatiques puissants, et oser lui poser des questions à ce sujet, insister, demande du courage : BRAVO.

Pour l'accusation de racisme à l'égard de Péan, lisez cet article de Rue89 (ainsi que les commentaires) : Procès Péan : il n'est pas raciste de trouver les Tutsi menteurs

Pour comprendre mieux les luttes de pouvoirs, la désinformation sur le Rwanda, Péan et Kouchner, lisez le billet de Colette Braeckman, envoyée spéciale en afrique, et spécialiste du quotidien Le Soir, Désireux d’immoler Kouchner Péan fait flèche de tout bois

Dommage que l'on ne puisse pas faire une émission poussée sur la Françafrique, le rôle de certains "spécialistes" comme Péan dans la désinformation et la négation des responsabilités françaises... Ce n'est peut-être pas le rôle d'@si et demanderait sans doute beaucoup de temps.

Par contre, comme les autres @sinautes, je trouve dommage cette fixation sur l'antisémitisme (peut-être que je ne connais pas assez Péan?). Comment un mot regretté par l'auteur peut-il justifier ces accusations répétées? Cela me fait aussi penser à l'affaire Siné et à cette pensée unique en France dans les mass-médias et chez les pseudo intellectuels/philosophes qui consiste à accuser quelqu'un d'antisémitisme pour le critiquer, une sorte d'insulte suprême. Et ceci même si la personne n'est pas antisémite.

Bref, dommage que DS n'ait pas pu continuer l'interview sur la désinformation dans le cas du génocide rwandais.
Un mot rapide : bravo Daniel. Je suis loin de toujours partager votre point de vue. Mais je vous félicite de votre indépendance. Comme la Meuse, vous tracez une voie originale sans vous laisser détourner par un côté ou l'autre.
Refuser toute complaisance avec ce jeu très à la mode qui consiste à frôler l'antisémitisme, c'est donner du poids à votre refus de cet autre jeu, tout aussi à la mode, qui consiste à instrumentaliser l'antisémitisme.
Sang froid, lucidité : c'est à ça que je me suis réabonné.
Merci et bonne continuation.
Si vous voulez tuer votre chien, accusez le d'antisemitisme...
La question n'est pas a mes yeux de savoir si Daniel a trop brusquer son interlocuteur, mais plutôt que nous ayons peu entendre ce que celui-ci avait a dire.

Merci Daniel.
La répartie est plutôt bonne.
Nous ne sommes pas dans le secret de chaqu'un.

Sur ce coup la, je botte en touche. Mais ne regret pas mon abonnement ^^.

Bise à tous ;)
Whiteh
Bonjour,

"Il n'y a que ceux qui ne travaillent pas qui ne font pas d'erreur".
J'ignore si cette citation est de quelqu'un en particulier, ou s'il s'agit d'un dicton populaire, mais je l'emploie régulièrement et je trouve qu'elle s'applique assez bien à cette émission.
Le sujet était particulièrement intéressant au regard de l'actualité et des personalités et du parcours (si si !) de messieurs Kouchner et Péan.
Donc dommage de n'avoir pu entendre Pierre Péan jusqu'au bout.
Mais c'est trop facile, à postériori, de juger de l'attitude de l'un ou de l'autre, des questions de l'un ou des réponses de l'autre.
C'est tellement plus facile de faire un match (personnellement c'est le rugby, je haie le foot), le cul posé dans son fauteuil avec une bière à la main !...
Longue vie à ASI !

Matthieu
Un mot un peu tardif. Je connaissais mal Pierre Péan. J'ai jeté un oeil avant le début de l'émission sur le forum. Et trouvant DS généralement judicieux, je ne croyais pas trop ce que je lisais... et me voilà assez stupéfait! Je ne pense pas que le mot cosmopolitisme soit à ce point rattaché au nazisme, c'est un mot qui est employé dans le langage courant sans soulever l'indignation. Kourchner a construit cette défense, pourquoi lui emboîter le pas plutôt que de l'analyser, de se dire plutôt: Kourchner contre attaque avec un argument fallacieux... quant à DS qui s'interroge avec sa neutralité ou pseudo naïveté de journaliste (souvent très juste), il va vraiment trop loin en étant vraiment dans la supposition, disant qu'il n'est pas dans le secrét de l'âme de Péan. Il aurait du y aller franco (sans jeu de mot désolé) et lui dire: "je pense que vous êtes un sale facho sans le savoir. Enfin, je n'en sais rien mais tant que vous ne prouvez pas le contraire. Et je pense que si on filait vos textes à des experts de l'inconscient ils pourraient prouver que vous êtes un nazi déguisé." Je pense que DS était de bonne foi. Et je ne suis pas dans le secret de son âme pour savoir ce qui a motivé en lui ce comportement.
Dommage, le début de l'émission était passionnant. Etait-ce parce que j'en connaissais l'issue que je sentais déjà une certaine émotivité de Péan? Etrange homme dont le travail exige une force considérable et la fragilité qui semble la sienne...
Mon interprétation personnelle des pensées des deux protagonistes:

De l'attitude de DS, je pense qu'il s'est dit que son interview de PP pourrait et serait interprétée par ses éventuels détracteurs sous un angle historique :
"Si je ne suis pas insistant à interroger PP sur son éventuel antisémitisme on pourrait m'accuser par la suite d'avoir été conciliant avec lui.
- Or lors de l'attaque par PP du monde "la face cachée du monde", on ne peut pas dire que j'ai fait preuve d'un zèle à défendre mon employeur ce qui a entraîné mon licenciement de ce journal.
- Il faut que je sois irréprochable et donc extrêmement agressif avec PP, pour ne pas qu'on m'accuse d'un soutien à celui qui avait attaqué les patrons du journal qui m'a viré."

De l'attitude de PP:
"Juridiquement je ne craignais rien: mes avocats avaient relu entièrement mon manuscrit. Médiatiquement je ne craignais personne: le procureur implacable que je suis des origines du génocide du Rwanda ne pourra jamais se retrouver au banc des accusés. Je suis un journaliste justicier et mon dossier était tellement béton que je me fichais complètement des contre-attaques forcément partisanes et grossières de mes vils détracteurs. De plus, je suis tellement à mille lieu d'être antisémite et irréprochable sur ce point depuis toujours de par mes faits journalistiques que je ne me suis pas focaliser sur l'emploi du mot cosmopolitisme qui dans mon esprit était à l'origine sans connotation antisémite mais qui recouvre une pensée que je partage bien qu'ayant été dévoyée dans les années 30. D'ailleurs j'ai survécu à ces accusations la dernière fois. Mais je regrette cet emploi du mot cosmopolitisme, ce fut contre-productif, je ne m'attendais pas du tout à ce que la tarte à la crème me revienne en pleine face; c'est dégueulasse cet enfoiré de Bernard Kouchner s'en tire à mes dépens à bon compte."

De l'attitude de Philippe Cohen (éditeur):
"Une fois les fax de la société de Bernard Kouchner publiés, qui va acheter le livre? Personne s'il n'y a pas un petit plus provocateur dedans. Une éventuelle polémique médiatique sur la personnalité de PP ne peut être qu'un atout marketing qui fera que les lecteurs l'achèteront autant pour connaître la vérité sur l'affaire Kouchner que sur le prétendu antisémitisme de l'auteur. D'autre part, moi-même éditeur PC, reste à l'abri de toute accusation d'antisémitisme."
Du nouveau sur le fond de l'affaire cette fois: http://www.bakchich.info/article6681.html
J'attends le suivi d'asi, et tout en partageant l'impression majoritaire qui s'exprime sur ce forum concernant l'interview de péan, je conserve ma confiance à l'équipe.
Quel but poursuiviez-vous Monsieur Schneidermann en questionnant Pierre Péan sur l'usage de certains mots à connotation supposée antisémite?
1) mettre en évidence la réalité de l'anti-sémitisme de votre invité?
ce à quoi Pierre Péan a répondu que rien dans sa vie ne permet d'accréditer cette accusation.
Vous n'avez rien objecté, donc vous deviez lacher le morceau et passer à autre chose, faute d'argument.

2) Défendre le langage politiquement correct, ce qui sous-entend accepter le prêt-à-penser qui va avec.
Il me semble pourtant que jusqu'à présent vos émissions encouragent le penser par soi-même et l'esprit critique.

Autrement dit, en tant qu'asinaute, je suis perdu après avoir regardé votre émission que je juge comme une des plus pitoyables.
Et pour ma part, j'aprécierais que vous présentiez vos excuses à Pierre Péan car la force des images montre bien comment votre entêtement absurde l'a blessé dans son honneur.

Sur le fond, s'il y avait un fil rouge à dénoncer dans l'action de Pierre Péan, ce n'est certainement pas son anti-sémitisme, mais son mitterrandisme. Que ce soient ses livres sur François Mitterrand, sur le Rwanda et aujourd'hui sur Kouchner, Péan défend la Mitterrandie avec un certain fanatisme.
Pour ma part, je pense donc que vous êtes passé à côté de votre interview.
J'ajouterais que votre statut de journaliste ne vous autorise pas à déshonorer quelqu'un.
C'est aussi la première fois que j'écris sur ce forum et souhaite faire quelque chose de très simple si ça n'a pas été fait (je n'ai pas tout lu, désolé) : donner les définitions du mot cosmopolite :

Définition de "cosmopolite"
Wiktionnaire
Définition 1 :
cosmopolite
Qui s’inspire de nombreuses cultures. New York est une ville cosmopolite où on peut entendre parler des centaines de langues différentes.

Définition 2 :
cosmopolite
Composé de, ou fréquenté par, des citoyens du monde entier, des personnes d'origines différentes. Quartier cosmopolite. Une société cosmopolite.

Définition 3 :
cosmopolite
Qui est présent en de nombreux endroits du monde entier. La tortue luth est une espèce cosmopolite.

Définition 4 :
cosmopolite
Qui se déclare citoyen du monde, qui refuse de se laisser enfermer dans le cadre étroit de l'appartenance à une nation. Esprit cosmopolite.

Définition 5 :
cosmopolite
Qui s'accommode aisément des mœurs et des usages des pays où il vit. Mœurs cosmopolites

Personnellement, je l'aime bien ce mot et l'emploierait plus souvent dorénavant, car il répond à un "idéal" humaniste et, justement, anticommunautaire qui me plaît bien !
l'idée d'un débat démocratique est dans l'équipe d'ASI les grandes lignes sont saines..
On peut lire dans wikipedia:

Connotation antisémite
Le terme « cosmopolitisme » a également été utilisé sous Staline à la fin des années 1940, début des années 1950 via l'appellation « cosmopolite sans racine » pour défendre des arguments antisémites. Pierre Péan l'a appris à ses dépends lors de la sortie de son livre sur Bernard Kouchner, Le Monde selon K. On peut noter pour la défense de Péan que Bernard Henri Levy l'a plusieurs fois utilisé pour défendre ses idées pro-américaines. http://fr.wikipedia.org/wiki/Cosmopolitisme

Si l'on est n'est pas d'accord avec les mondialistes de tous bords selon lesquels l'idée de nation doit disparaître, alors on est antisémite? parce que Staline a utilisé cette expression en 1950. L'accusation est facile.

Kouchner soupçonne Péan d'antisémitisme et de révisionnisme:http://www.lexpress.fr/actualite/politique/kouchner-soupconne-pean-d-antisemitisme-et-de-revisionnisme_738658.html

C'est vraiment tiré par les cheveux cette histoire, il ne fallait pas s'y attarder, Daniel. Vous êtes tombé dans le piège tendu par ceux qui voulaient faire diversion. Il aurait fallu prendre du recul au moment de l'interview. Une telle question ne doit pas être posée au premier degré.
Le chantage au désabonnement, pire au remboursement , c'est comme demander le remboursement de son ticket de loto perdant ! Ce média que nous voulons libre, ne doit pas subir ce genre de diktat, c'est notre propre liberté qui est en cause.

Tout cela prendre des proportions inquiétantes, faisant le jeu de nos adversaires. Il est temps d'arrêter de nous tirer une balle dans le pieds. Daniel doit nous revenir en bonne forme et pourquoi pas un large débat s'instaurer avec des abonnés sur le prochain plateau d'ASI ?

Ne gâchons pas, ce qui s'appelle du respect, une grande confiance en nous, un soutien fort s'impose à cette aventure, ce nouveau média. L'équipe aurait pu passer sous silence cet incident, soyons conscients de cela, comportons nous en gens responsables, acceptons cet espace de débats avec ses défauts, rien n'est parfait dans ce Monde, c'est encore la meilleure garantie de notre liberté.
Oh, oh, oh.
Voilà du TRES rigolo. Et qui pourrait être appelé à un certain succès.

Quoi donc ?

Rien d'autre que BHL qui, dans une itw au Nouvel Obs, déclarait en 2007 : "je suis un cosmopolite résolu."
Post 1: On se souvient que Bourdin avait mis en difficulté Ségolène Royale le 25.01.07 sur RMC en lui demandant de combien la France disposait-elle de sous-marins nucléaires lanceurs d'engins. Elle s'était trompée dans la réponse. Quelque temps plus tard sur le plateau d'ASI, un intervenant nous avait expliqué que le fait que Ségolène Royale ait posé, lors de sa réponse, furtivement le bout de son majeur gauche sur la pointe de son nez correspondait à la gestuelle de quelqu'un qui ne sait pas ou qui ment. On aimerait un décrypteur aussi perspicace pour nous aider à comprendre l'énigme de l'index droit barrant le visage de DS dans les quelques minutes (6°, 7° & 8° précisément) précédant la fin de l'interview avec Péan?
Je m'abonne dès aujourd'hui car, contrairement à ce qui est clamé par vos détracteurs, DS, je trouve que vous avez le droit de poser toutes les questions que vous voulez.
Quand Péan prend le risque d'écrire un livre qui va soulever les polémiques, il ne faut pas qu'il utilise sa maladie de coeur pour se poser en victime quand on lui demande de se justifier sur ce qu'il écrit.
Ceci dit, il me semble que c'était facile de répondre qu'en tant que "médecins sans frontières", bK ne pouvait se prévaloir de la connotation tendancieuse du mot à certaines périodes nauséabondes de notre histoire C"e qui me choque, ce sont les vrais antisémites qui se mettent à écrire des choses terribles sur ce forum ou d'autres, en laissant entendre toujours et toujours qu'il y aurait ce fameux lobby juif dans tous les média, y compris ici, bien sûr, parce qu'il y aurait trop de journalistes au nom juif qui écrivent sur @si.

Je suis désolée, sincèrement désolée pour votre équipe et pour vous, DS. Le problème c'est que vous allez vous retrouvez au piloris comme BHLévy, parce que vous vous appelez Schneidermann, alors que je pense vraiment que les communautaristes juifs vous détestent franchement.

Maintenant, comme cohen, on peuut dire "oubliez-nous!", mais même si vous n'aviez pas fait ce que certains trouvent être un faux pas, je crois que le coup des "noms juifs", vous vous le seriez entendu sortir d'une bouche puante un jour ou l'autre.
Bon, alors si je comprends bien, ASI doit virer Daniel Schneidermann...
Quoi, c'est pas possible? Vous dites? C'est le patron! Ah et l'unique actionnaire?
Bon, alors, comment on fait?
Comme quoi les vieux modèles économiques ont du bon!

Au delà de cette boutade, je trouve MISERABLES tous ces chantages aux abonnements qui se multiplient dans les messages.
Pour moi, ASI n'est pas un objet de consommation jetable.
L'appel au désabonnement, c'est pour ASI la peine capitale, votée à chaud et à main non pas levée, mais ... cachée derrière un pseudo!

Donc "cassez vous ..... .....", pour ma part, j'accepterai volontiers, si nécessaire, de payer un peu plus cher l'an prochain pour vous remplacer.

Cela dit, sur le fond, je crois en effet qu'il y a eu "dérapage", ... et j'espère surtout qu'il n'y a eu que "dérapage".
Suite à ce dérapage consciemment contrôlé par DS (qui n'en est pas à son coup d'éssai semble-t-il) nombre d'abonnés se sentent piégés par @si et ils s'interrogent. Si beaucoup se contentent de dénoncer l'erreur, d'autres évoquent la question du départ de ce site, de l'abonnement, du réabonnement, voire du remboursement . Quelles que soient ces formes de déapprobation, l'unanimité (ou presque) se fait autour de ce constat : le pilote de l'avion @si (et peut-être de son équipe) semble avoir pêté les plombs !
Aussi, en tant, "qu'actionnaires mécontents " la question plus générale du remplacement à la direction de DS ne se pose-t-elle pas ? La question mérite aujourd'hui d'être posée.
A moins qu'il ne s'agisse simplement d'une erreur de parcours, d'une fausse manoeuvre, d'une bourde de sa part et de ceux qui dans son équipe l'ont soutenu... Le mystère demeure. En tout cas, clairement assumées ou non, dans tous les cas et de mon point de vue, des explications, des mises au point sur ces orientations récurrentes s'imposent. Il s'agit de clarifier le cap de @si présenté il y a quelques mois comme une aventure collective et dont certains se demandent aujourd'hui s'ils ont eu raison de s'y embarquer...
Et comment auriez-vous réagit, Monsieur Schneidermann, si votre invité avait insinué, malgré vos protestations les plus véhémentes, et alors même que vous aviez précisé, plusieurs fois, souffrir énormément de ces insinuations infondées, que, peut être, vous n'étiez pas tout à fait neutre dans votre façon de conduire cette émission, et que votre agressivité envers Mr Péan pouvait très bien être la manifestation d'une certaine "solidarité sioniste" ?

Eh oui, vous auriez été, à juste titre, outré !
Eh bien ce que vous avez fait n'est pas mieux.

Je pense qu'effectivement vous avez dépassé les bornes avec vos insinuations à l'égard de Monsieur Péan, et je comprends mieux pourquoi, cette semaine, je n'ai pas reçu l'habituel e-mail m'avertissant de la disponibilité d'une nouvelle vidéo sur le site : visiblement vous ne devez pas être très fier de vous et vous avez raison. Quelques excuses ne seraient pas superflues.
Arrêt sur image est une émission que j'apprécie pour son franc parler et son inobservance du "politiquement correct". Jusqu'à aujourd'hui : il est communément admis actuellement (par exemple) qu'un anti - sioniste est anti - sémite, et on ne critique pas un juif ou un israélien sous peine d'être là encore d'anti - sémitisme. Je suis navrée, mais pour moi, quels que soient sa religion, parti ou pays, un c... en est un, et un pourri le reste dans toutes circonstances.
Refuser de répondre clairement à des accusations en se cachant derrière sa judaïté est un peu trop commode !
A force de prendre la Shoah comme prétexte à tout bout de champ et sur n'importe quoi, ne risque - t - on pas au contraire de développer un réel anti - sémitisme ?
Marie - Christine Gaubiac, anti - raciste, anti - sioniste, et anti - manipulateurs de tout poil
Une telle partialité de D.S est pitoyable .
Est-ce que vous remboursez l'abonnement ?????
Ce matin, par curiosité, j'ouvre un bon vieux dico des années 80(Larousse), et je cherche a "cosmopolite" (vous aviez deviné...) et là je tombe sur cette définition :"Se dit d'un lieu où sont rassemblées des personnes de nationalités très diverses"...

Et alors, je me marre, car c'est juste le contraire d'une invitation à l'antisémitisme, à ce qu'il me semble...
Que dire après tout ça ?
Que l'intoxication médiatique n'a jamais été aussi puissante pour déterminer les sujets dont il est bienséant de parler et pour vider de contenu le peu de liberté d'expression qui nous reste.
J'abonde dans le sens du forum, et l'acharnement de Daniel a l'egard de Pean m'a totalement abasourdi. Atteindre un tel degre de sensationnalisme sur un theme aussi gravissime que l'antisemitisme m'exaspere. Les antisemites ne se cachent pas derriere un mot ou deux perdus dans un livre, ils ne se dissimulent pas. Je ne m'etendrai pas plus sur le sujet ici, en revanche je m'interroge sur la pertinence de l'interview elle meme. nous sommes a Arret sur Images l'emission, non ? et la pour la deuxieme fois (voir plus) nous assistons a une emission sur le journalisme d'investigation et nousnous eloignons de l'analyse audiovisuelle. Je trouve dommage que le site neglige de plus en plus cet angle d'analyse qui fut la colonne vertebrale d'@si.

Dommage
pour une raison que j' ignore je n' ai pas reçu le mail sur l' émission cette semaine

je découvre cette affaire à l' instant après avoir lu les articles dans marianne qui dénoncent l' ignominie de..... monsieur k ! qui effectivement a placé lui même sa défense sur le terrain de l' antisémitisme, mais marianne = gringoire ?

je suis extrêmement étonné, sinon déçu, par la réaction de ds qui a particulièrement dérapé

où est la recherche de la vérité dont cette émission et ses animateurs se faisaient les chantres ?

je m' interroge d' ores et déjà sur mon réabonnement
Première fois que je m'exprime sur ce forum. Je ne suis pas le seul. Pour les mêmes raisons. Consterné par la très pénible insistance, proche de l'interrogatoire de police (ce peut être subtil et courtois), de DS face à un homme dont la sincérité paraît évidente. Mais au-delà, me demandant de plus en plus pourquoi je me suis abonné et réabonné à @si. Je l'ai fait car je cherche des analyses claires, rigoureuses et si possible originales sur le fonctionnement et le rôle des médias. Pas du tout pour ce qu'@si apporte de plus en plus souvent, et qui fait que je le lis ou regarde de moins en moins : la reprise de petite infos sans intérêt sur les médias qu'on peut lire partout ailleurs, alternant avec des leçons de morale médiatique (insupportable posture de vertueuse indignée chez Judith Bernard lors d'une précédente émission), sans parler des sujets... hors sujet, dont on parle parce que tout le monde en parle. Par exemple le livre de Péan sur Kouchner. Quel rapport avec le contenu supposé d'@si ? Comment les médias traitent de ce livre, ce pourrait être un sujet. Mais cette émission ? À part, à l'extrême rigueur, la séquence Elkabbach, je ne vois pas.
Peut-être un peu sévère, ce matin, juste après le malaise Péan. Parce que j'aimerais qu'@si -qui me manque de plus en plus- se ressaisisse pour plus de rigueur, plus de recul, plus d'imagination et plus d'à propos dans le choix et le traitement de ses sujets.
J'ai été également choqué du "procès" en fin d'émission. Il faut combattre l'antisémitisme quand il se manifeste mais il faut arrêter cette paranoïa qui vient de je ne sais où et qui consiste à voir des antisémites partout. Dans tous les cas, Bernard Kouchner montre qu'il maîtrise parfaitement les rouages de la communication en invoquant comme moyen de défense l'antisémitisme supposé de l'auteur: rien de tel en effet pour jeter l'opprobre sur une personne et la disqualifier.
Je ne doute pas que Monsieur Schneidermann aura la lucidité d'admettre qu'il en a fait trop cette fois ci.
hou la la...comme, quoi le gouvernement élu à un peu plus de la moitié de la population française votante, sait faire tourner en bourrique les 3/4 de son non-électorat... demandez-vous pourquoi Kouchner, le premier a retenu de ce livre, visiblement fort intéressant, que le mot "cosmopolitisme" ? pourquoi Pean et ses avocats, à leur lecture du livre n' ont pas été accrochés par ce mot ? pourquoi DS a-t-il tant insisté sur la vérité officielle et la vérité philosophique ?
Monsieur DS, dites moi, que vouliez vous entendre de la part de M. Pean qu'il n'a su vous dire ?

toutes vos émissions sont un nouveau souffle dans l'image que j'ai des journalistes, de la politique...et en somme sur les relations humaines et l'évolution des hommes qui font le monde, et je crois que vous avez un train d'avance, qui est trop difficile d'accès pour beaucoup...les gens sont capables de se faire "enfiler" de tous côté sans broncher...mais pas d'accepter qu'un journaliste comme DS qui donne la parole à Pean creuse pour connaître le fond, non antisémite, mais plutôt dépassé ! et assassiné, pas par DS, mais par l'hypocrisie ambiante FRANCAISE !
il faut se le dire Monsieur K est un escroc...comme beaucoup d'autre ! et quand on révèle les agissements secrets d'un escroc...il faut s'attendre à être éliminé d'une manière ou d'une autre !
alors hommes de voix, hommes d'internet...continuez à donner toutes ces visions cosmopolites qui existent...le monde a besoin d'un souffle !
Tien n'y a-t-il pas une émission sur France-inter qui se nomme Cosmopolitain ?
allez je m'casse ...
Ce que je trouve dommage, c’est que l’on ne retienne que la sortie de plateau de Péan, même si le reste de l’émission est très intéressant. Si DS voulait faire du Buzz, je croix que c’est réussi.
Sans vouloir donner des conseils, @si fait un mauvais choix stratégique. Si l’émission marche aussi bien, c’est parce qu’elle offre autre chose que ce qu’on voit habituellement a la télé. Or, j’ai constaté depuis quelque temps que @si se standardise de plus en plus.
Si c’est pour voir Morandini avec moins de moyens et en payant un abonnement, je croix que ca ne vaut pas la peine.
Monsieur Schneidermann,
Très déçu et choqué après avoir vu la fin de votre entretien avec Pierre Péan, je tiens à vous écrire mon premier commentaire sur le site auquel je suis encore abonné.
Ne pensez-vous pas, Monsieur Schneidermann, que le chantage permanent à l'antisémitisme peut créer un effet de dopage sur l'antisémitisme ?
Je pense que Pierre Péan avait raison de quitter votre plateau.
J'avoue que j'ai du mal à comprendre votre attitude.
Vous devez, il me semble, des excuses à Mr Péan et à vos abonnés
Cordialement
Je viens de voir l'émission jusqu'au clash ! Désolé Daniel, Péan semblait en famille parmi les siens, évidemment cela ne doit nullement interdire votre rigueur journaliste. Votre dérapage succédant à celui de la semaine dernière, de Judith, dénote une certaine fatigue due peut être à une charge de travail trop importante de l'équipe depuis la création d'ASI ?

Péan m'est apparu affecté suite au théâtre kouchner, bravo l' artiste ! Le docteur faisant du tapie, pleurant le jour de son audition en commission des finances ! la boucle est bouclée.

kouchner vous a tendu un piège ! il a parfaitement fonctionner en nous privant sans doute de juteuses révélations. En visionnant l'émission Daniel, vous devez regretter vos quelques mots de trop, les mots une fois lâchés, prononcés, on ne les arrête plus.

Ce passé nous hante tous, plus jamais ça ! semble s'en éloigner, l'histoire est à un tournant, le docteur devrait demander à Péan ce qu'il a voulu dire. Car j'imagine mal un journaliste d' investigation obtenir du concerné les bonnes informations ? !

Daniel cette émission doit se terminer, la grandeur d'un homme est de reconnaitre s'être trompé, tout le monde commet des maladresses, si Monsieur Péan accepte de revenir suite à votre invitation, notre bonheur serait complet de voir deux hommes se réconcilier, se pardonner, ou alors comment trouver des raisons à deux ennemis de signer la Paix ?
A propos du "cosmopolitisme", ce n'était pas un terme utilisé par les nazis dans les années 30, mais une accusation proférée par les staliniens, au cours des procès des années 50 en Tchécoslovaquie et en Hongrie.
Je suis étonné de l'affirmation de Daniel Schneidermann et de l'attitude de Pierre Péan qui semble cautionner la première sur ce point.
L'expression de "cosmopolitisme anglo-saxon" utilisée par Péan dans son livre est certes suspecte, mais je pense que l'on ne peut pas raisonnablement soupçonner Pierre Péan d'antisémitisme.

Maxime Benoît-Jeannin et Ida Lounsky, Bruxelles.
Un petit avis Daniel, si pour une raison ou une autre un invité devait quitter une nouvelle fois le plateau, je vous demande de ne pas filmer la scène c'est vraiment très gênant à regarder. Il faut couper et éventuellement ajouter une petite séquence comme vous l'avez fait avec Péan.
Une réponse qui a déja peut etre été faite car je n'ai pas lu l'ensemble du forum (il faudrait y passer la nuit) : un arret sur image, ce n'est pas ce que nous avons eu cette fois. Cette émission participait au buzz de la semaine mais où était l'analyse du traitement des médias? Où sont passés les chroniqueurs patentés qui auraient eu leur place : Judith nous aurait expliqués ce mot qui fait tant parler et c'est elle et non DS qui aurait eu une réponse à une démonstration de la réthorique de Péan. Sebastien aurait pu expliquer les arrières-pensées de notre cerveau devant toute accusation d'antisémitisme. Alain aurait remis la photo du livre dans un contexte artistique et donné encore du sens à des choix éditoriaux.
Si nous avons eu cette émission, ne serait-ce pas un peu à cause des vacances (largement méritées) d'une partie de l'équipe?

Quoiqu'il arrive et meme si mes participations au forum ne sont que sporadiques, mon abonnement vous est acquis pour de nombreuses années. Je ne saurais me priver d'une telle source qui ose se passer de pub mais qui accepte la critique.


PS: je viens de finir le dernier livre de DS et de CS : je le transmettrai au jeunes générations auquel il est destiné. Je n'oublie pas que ma première rencontre avec ASI était un livre que j'ai lu à 20 ans et que 15 ans plus tard ASI vit encore. Merci...
Bon, je vais rejoindre la cohorte des abonnés rugissants...Comme presque tout le monde, j'ai trouvé D.S t