422
Commentaires

On vous attend sur Hors-Série

J'ai dit d'accord. Judith Bernard a un jour surgi dans mon bureau

Derniers commentaires

pas forcement convaincu au départ, j'ai trouvé l'entretient assez intéressant. Merci!
100 %, ça y est ! HORS-SÉRIE EXISTERA !
Encore dix jours pour faire exploser le compteur, et nous donner les moyens de faire de la belle et bonne émission comme on aime !
Impossible de m'incscrire sur le site Ulule.
Que dois-je faire?
Canelle
Danielle LEGA
Hébé. Si vous aviez besoin d'un plaidoyer contre le forum, il vous est servi sur un plateau ! :-/

Vous faites en contrepartie un plaidoyer pour Facebook, et j'ai une question toute fraîche, toute naïve, et sans aucun ingrédient pervers dedans :

C'est quoi la différence ? Je refuse aussi de m'inscrire à ce truc (je connais des témoignages sidérants), donc je le connais peu, qu'est-ce qui vous fait dire que le boulot et l'investissement émotif personnel serait moindre avec ce mode de communication ?
Après les attaques contre Judith, les leçons de maintien de Djac Baweur (qui nous revient plus puant que jamais, ou alors je rêve ?). Manque plus que nos amis dieudonnistes et on aura fait les tours de toutes les raisons de détester les forums. Que je regretterai pourtant (d'autant plus que je partage l'aversion de Sleepless pour FB).
Cela dit, s'il faut se passer de forum pour préserver la santé mentale de Judith, eh bien soit. (Mais Judith, frinnnchement, faudrait pas s'en faire pour si peu, on est quand même nombreux à vous apprécier, et à le manifester régulièrement; ça devrait compenser, non ?).
Encouragement à Judith et ses pinecos, super initiative. Mais il faudra un forum, malgré les lourdauds et les briseurs d'ambiance mesquins. (Les extraits laissent espérer le meilleur, Wilms, Guiraudie et craindre le pire, Chevallier, et donnent déjà envie de poster à tout va, ce serait un drame si la possibilité ne nous en était pas laissée).
J'aime bien ce concept de parodie d'émissions culturelles ou de fausses interviews : voir la tronche décontenancées des invités par les tunnels interminables de la fausse animatrice égocentrée et souvent assez drôle mais je me demande si le format est adapté. Disons que c'est un peu longuet ( surtout vers la fin ). Raphael Mezrahi faisait ça très bien mais ça ne durait que quelques minutes.
Il faudrait mettre les making of quand les invités s'aperçoivent qu'ils ont été mystifiés.
La meilleure nouvelle de l' année : il faudra donc aller ailleurs pour écouter Judith s' écouter parler et dérouler ses longs monologues pompeux qui commençaient à me les briser sérieusement menu.
J' en avait marre, en effet .
Marre de ses grands airs de prof-qui-est-bien-plus-qu'une-prof-puisque-la-meilleure-des-profs-et-aussi-bien-autre-chose-encore (...).
Marre de devoir subir ses phrases alambiquées... mais qui au final ne voulaient pas dire grand chose.

J' ai fait Khâgne et HypoKhâgne : Judith, c' était trop de rappels scolaires de ces deux années là.
Il manquait un souffle, une individualité débarrassée de ses oripeaux de profs.
Il aurait fallu abandonner ce métier qui continue visiblement à la faire vivre : mais de ce danger là elle n' en veut pas !
Libre, émancipée de sa caricature, après deux ou trois ans elle aurait pu enfin parler de ses propres ailes... mais Judith veut la sécurité des factures payées...
Pour devenir ce qu' elle croit être, il aurait fallu se mettre en danger : mais de ça elle ne veut visiblement pas, Judith.
Dommage, car ses tics de langage et son ton professoral - qui gâchent tout - ne lui permettront JAMAIS d' avancer.
Quelque soit l' endroit où elle se trouve.
La télé ou les classes de cours : il faut choisir !!
Salut les copains (sic)


Pas de forum sur Hors-série, a priori je suis déçue.

Et puis je me lance dans la lecture de celui-ci, et franchement, je change d'avis.


Reste une question : Y en aura aussi des abonnements pour amis fauchés, sur Hors-série ? Si vous avez les moyens, ce serait bien.


;-)
Yeah ! Des patchworks apéritifs ! Une bonne façon de donner envie du projet de Judith et de sa nouvelle troupe.
En fait, les pilotes ne peuvent pas être livrés avant la clôture de la collecte ; car si la collecte n'atteint pas l'objectif, les souscripteurs sont remboursés - et donc les pilotes auraient été livrés gratuitement aux petits souscripteurs.
Donc, les dons à 5€ ouvrent droit à recevoir les liens vers les pilotes à la fin de la collecte si elle aboutit (le "tout de suite" signifiant que la date de fin de collecte précède la date de lancement du site, plus long à construire).
Salut Judith,

Re-question : les pilotes seront-ils dispos à la date de clôture, ou dès la participation enregistrée ?
Le rêve impossible d' une jonction des médias et de la culture est assez bien incarné par Judith et ses complices. Cette impossibilité me paraît être la seule solution. Comment s'abonner ?
On en sera, comme toujours, en bons abonnés de la première heure. Même si, soyons francs, ce n'est qu'un moyen de faire passer l'abonnement à 55€... D'autant que pour ce qu'@si fait encore de critique des médias, l'argument de s'en détacher ne tient pas.
[quote=Daniel Schneidermann]J'ai dit d'accord. Judith Bernard a un jour surgi dans mon bureau, dont elle venait de défoncer la porte à coups de hache, et s'est adressée à moi en ces termes : "capitaine (même hache en main, elle m'appelle capitaine), on aimerait faire un site rien qu'à nous, dans le site. Sans critique de medias." J'ai froncé les sourcils. Mais j'ai jeté un oeil à son arme par destination, et je n'ai rien dit. "Enfin, disons sans trop de critique de media. Sans lien évident à l'actu. Avec de longs entretiens, fouillés, sur tous les aspects de la vie culturelle. Avec des gens qu'on n'entend jamais ailleurs. Bref, le site qu'on a envie de faire". Que pouvais-je répondre ? J'ai dit d'accord.

S'agissant d'arrêt sur images, il faut toujours en revenir à la question qui présida au "débat" Bourdieu-Schneidermann et procéder à sa "généralisation": peut-on critiquer la télévision à la télévision? devenant: peut-on critiquer l'ordre des médias dans un média? L'expérience de l'émission de Schneidermann sur la 5, puis celle d'@si démontre, en conformité avec les deux sens du verbe pouvoir en français (avoir la capacité: anglais can et avoir la permission: anglais may) que, de fait, on le peut mais que cela n'est pas véritablement permis: tout au plus - occasionnellement et modérément - toléré. Ce qui correspondrait à la concession prêtée à Judith Bernard: "Enfin, disons sans trop de critique de media".

Point trop en effet n'en faudrait. Le modèle doit être celui de "l'opposition de sa majesté": aussi respectueuse qu'elle: aussi liberticide autrement dit. Car tel est le permis et l'interdit auxquels les gens de médias sont assujettis. D'où l'exclusion de Bourdieu hors de ceux-ci; et les déplacements ou sursis accordés à Schneidermann en ceux-ci. La limite est intellectuellement bien définie: la "radicalité" étant réservée à la recherche dont le grand nombre est naturellement écarté étant donnée sa difficulté supposée. La récupération de certaines de ses avancées n'en est pas pour autant empêchée, une fois le temps de la décontamination passé et celui de la vulgarisation arrivé.

Ce temps-là est-il venu pour @si désormais? Ou, plutôt, est-il, pour le site, encore temps pour cela? Telle est en son actualité la question aussi dramatiquement que pudiquement présentée par Daniel Schneidermann: "Je ne sais pas si @si a la capacité de -attention, grand mot- me survivre, mais on va tout faire pour. Pour qu'il puisse continuer à remplir sa fonction critique, à proposer en toute indépendance articles dérangeants et émissions énervantes sur les représentations au sens large, quand je déciderai de partir planter mes choux dans d'autres riantes contrées." Parler de survie, n'est-ce pas déjà avoir pour l'essentiel reconnu ce que Bourdieu a paradigmatiquement illustré: qu'il n'est pour gens de médias qu'une seule alternative: se soumettre ou disparaître? Disparaître, soit être "volatilisé" comme Orwell nous l'a enseigné. Artistiquement, non médiatiquement.
J'espères que Maja réinterviouvera Etienne Chouard, ça serait l'occasion de lui demander ce qu'il trouve de si intéressant chez égalité et réconciliation... :-/
Qu'est-ce que vous y gagnez, vous les @sinautes ? Beaucoup plus d'émissions : libérées de la tutelle éditoriale d'@si, on a le champ plus large, pour interviewer qui on veut, comme on veut. Je suis la directrice de publication, on est vraiment autonomes, on affirme un positionnement sur la critique artistique et intellectuelle bien clair.

En tant que consommateur des contenus du site d'@si, je trouve très juste le reproche que fait Judith sur la marotte de Daniel (et des @sinautes?) de toujours vouloir coller à l'actu (déformation professionnelle oblige). Cette envie de se dégager du flux (de "faire un pas de côté" selon l'expression houellebecquienne dans Approches du désarroi) est vitale pour essayer de conserver une vie intérieure.

Ce qui me rend sceptique quand à l'intérêt de votre démarche, Judith, c'est la transformation progressive de vos articles en tracts militants. Je constate sans surprise que Maja, qui semble avoir pris le virage du militantisme bien avant vous, vous accompagne dans cette entreprise. C'est également sans surprise que j'ai lu - en toussotant - la phrase "Avec des gens qu'on n'entend jamais ailleurs" (syndrome Taddéi?!). Je me souviens qu'il y avait eu un probable désaccord entre Daniel et Maja quant à l'opportunité d'interviewer votre ami Etienne Chouard (celui-ci s'était manifesté par la mention "Attention, Etienne Chouard ne trouve rien à redire aux propos conspirationnistes de Thierry Meyssan" sous la fenêtre de visualisation de l'émission).

Votre cursus et votre talent font de vous une excellente lectrice et une bonne intervieweuse, toutefois la volonté de laisser prendre en otage la "culture" par votre engagement politique a été un poison pour l'émission d@ns le texte.
De la même façon, l'ingénuité de façade de Maja derrière laquelle se cache un parti-pris assez péremptoire a transformé une émission d'information en une sorte de tribunal médiatique (si je me souviens bien, après avoir fait passer Alain Duhamel pour un fossile (quel talent!), Maja s'était pris les pieds dans le tapis en sortant de sa réserve face à Caroline Fourest (étiquetée méchante) là où elle n'avait rien rétorqué quand Etienne Chouard (étiqueté gentil) exposait sa meyssanophilie et son complotisme tranquille.

Pour conclure, même si Daniel a fait certains choix que je trouve - avec vous - discutables, il a eu le mérite de garder pour boussole le degré de compétence de ses invités (suite à une formation intellectuelle rigoureuse). J'ai bien peur qu'avant même de débuter votre site, votre boussole soit déréglée (sympa / pas sympa) et que le militantisme prenne le pas sur l'art...

"C'est là le triomphe de l'artiste sur les militants politiques, il ne cherche pas à persuader ni à faire le bonheur des gens, parfois même contre eux ; il laisse à chaque individu le plaisir de se découvrir et découvrir en même temps que lui ces choses merveilleuses et extraordinaires qui doivent exister quelque part dans l'univers..."
Emmanuel Dongala
Je vais y participer... Dommage que la sortie en boite n'est pas dans mon budget :)

La prochaine étape c'est la chaîne : "un monde de geek" avec comme émission "C'est pas qu'un jeu" et "14h42" ?
Bravo Mesdames,

J'abonde, je finance et je m'abonne. J'aime beaucoup @si et j'y reste, entre autres et peut-être surtout, parce que le capitaine m'énerve souvent. Ça paraît contradictoire mais ça ne l'est pas : être dérangé est ce qui me convient le mieux, je n'aime pas les trucs qui ronronnent dans mon sens. Continuez aussi longtemps que possible Daniel.

Mais j'avoue que j'aimais aussi beaucoup Dans le texte et Aux sources. Leur quasi-disparition d'@si me pesait donc et je suis ravi de voir qu'elles vont reprendre sur une base régulière, augmentées d'autres émissions qui me semblent fort prometteuses.

Encore merci et à bientôt.
[quote=Daniel Schneidermann]Je ne sais pas si @si a la capacité de -attention, grand mot- me survivre

Je crois que c'est là un des grands chantiers que les hommes et les femmes du 21e siècle vont avoir à relever si l'on veut collectivement sortir des impasses où s'embourbe la société.

L'essentiel des activités humaines est encore régi par ce principe de base qui veut qu'un individu (le chef, le capitaine, le leader...) soit l'échelle pertinente pour catalyser l'innovation, les dynamiques, l'audace créatrice etc...

Ce modèle que l'on retrouve dupliqué partout : en politique, dans l'entreprise, dans monde de l'art, dans celui des idées...

Les problèmes commencent dès lors qu'en vertu de cette prime au "chef" on en déduit une organisation pyramidale de la société qui fige les rapports et reproduit de la domination.

Et si encore cette domination était le prix à payer pour une efficacité sans pareille, mais ce n'est même pas le cas. Combien de chefs d'entreprise ou d'hommes politiques font chaque jour la démonstration qu'ils sont cent fois moins capables de remplir leur mission que l'ensemble de leurs employés ou électeurs réunis ? Il n'est pourtant pas si compliqué de comprendre qu'on réfléchit mieux à 40 millions d'électeurs qu'à 10 dans un bureau de l'Elysée. Ces forums en sont bien souvent la preuve du reste.

Donc oui, M. Schneidermann je comprends que ce soit là un de vos soucis, car, de fait, la structure de votre entreprise et la dynamique générale du site dépendent beaucoup de votre seule personne. Je dis cela sans animosité ou ironie, je ne dis pas que tout cela est facile, ni que j'ai des solutions toutes faites. Mais c'est souvent parce que l'on ne se pose pas le problème que l'on n'y trouve pas de solution.

En l'espèce, votre souci est-il de trouver un "digne successeur" ou bien de repenser les institutions mêmes d'@si pour que l'entreprise soit structurellement en mesure de ne pas dépendre d'un seul individu.

C'est d'ailleurs quelque chose qui m'étonne chez vous, si vous me permettez de vous prendre à partie comme je le fais, que de voir que, malgré votre parcours et la qualité critique de beaucoup des intervenants de vos émissions (et donc de vous-même), vous n'ayez pas cherché à mettre vous même en pratique, à l'échelle de votre entreprise, des principes d'organisations différents. Vous qui, par exemple, faites de temps à autres référence sur ce site au fait que vous avez été licencié à plusieurs reprises de façon arbitraire (Le Monde, France 5), comment gérez-vous ce pouvoir qui doit-être (j'imagine) dans vos mains à présent ? Est-ce que vous considérez que ce n'est pas grave en soi qu'un individu (le patron), dispose d'un tel pouvoir, et que ce qui compte c'est que le patron en question soit vertueux, comme vous l'êtes sans doute. Ou bien est-ce que ce pouvoir ne vous paraît pas nécessairement légitime, vous qui en avez pâti, auquel cas il faudrait inventer un modèle social et économique qui, sans compromettre l'activité de l'entreprise, ne soit pas aussi pyramidal.

Je crois que le changement dans les mentalités commencent ici, à votre échelle comme à la mienne, c'est un combat de tous les jours pour ne pas reproduire, bêtement ou inconsciemment, les schémas traditionnels qui corsètent la société dans son ensemble. Je suis bien conscient qu'il y a là une forme de violence à se faire à soi-même. La société telle qu'elle fonctionne aujourd'hui rend naturel cette idée que l'individu dynamique, créateur, volontaire a bien droit à une grosse récompense en pouvoir, en argent, en reconnaissance sociale et médiatique. Si une partie de la récompense est effectivement légitime, dans bien des cas elle n'est que le faux-nez qui cache mal une prise de pouvoir illégitime et, souvent, irréversible.

C'est un combat difficile et exigeant et malheureusement, nombreux sont ceux qui le portent qui ne se l'appliquent guère à eux-mêmes. Par exemple, le fonctionnement interne du Parti de Gauche est loin de mettre en oeuvre à son échelle les idées qu'il préconise pour la société dans son ensemble. Ce n'est pas un problème qui se joue au niveau de la base militante, mais plutôt au niveau de la direction qui reproduit un système très vertical et personnalisé du pouvoir. C'est une forme de schizophrénie qui malheureusement ne rend pas service aux idées par ailleurs défendues, j'imagine, sincèrement.

Encore une fois, je ne prétends pas délivrer la vérité révélée, je me demande simplement pourquoi des groupes qui portent une parole critique si nécessaire et si agréable à entendre (du moins pour moi), ont tant de mal à se défaire des carcans qu'ils dénoncent. J'apprécie beaucoup @si et, sans doute bientôt, son "Hors-série", et j'attends avec impatience le jour où elle s'appliquera à elle-même les bons conseils que l'on trouve dans ses émissions ;).
Au départ, le quatuor féminin m'a un peu bloqué.
Normal, je suis encore macho malgré toutes ces années de pouvoir féministe...Arrrggh!!!...Sort de mon corps, Eric Zemmour!!!...
Bon après, je me suis remémoré les chroniques filmées de ces sacrées "nanas". Et j'ai dit :"OUi" à ce projet.
J'ai hâte de voir leurs émissions...des fois elles m'agacent.. des fois je les trouvent pertinentes...mais toujours leurs invités m'éclairent!
Je n'arrive pas à m'inscrire pour HORS-SERIE !! Lorsque je suis à la rubrique "se connecter", on ne reconnait ni mon adresse mail ni mon mot de passe... je suis bloquée et n'arrive pas à finaliser mon abonnement à ce nouveau site ! Merci de votre aide.
Marie.R
AUX RESSOURCES : un nouveau concept d'entretien, bien cash, consacré aux ressources matérielles des artistes et des intellectuels, au redoutable problème de l’argent et à la manière dont il infléchit l’élaboration des œuvres

Oui, bon, déjà ça commence mal. Il n'y pas que les artistes et les intellectuels qui ont des problèmes de ressources et dont l'activité professionnelle (et passionnelle) est affectée, il y a tous ceux qui s'engagent dans des activités qui ne s'articulent pas sans heurts avec l'ordre marchand : parmi eux des informaticiens, des agriculteurs, etc.

La distinction "artistes et intellectuels" me semble donc déplaisante, et là pour maintenir une hiérarchie sociale des activités, avec d'un côté les serviettes et de l'autre les torchons. Les auteures de l'émission étant, bien entendu, du côté des serviettes. L'artiste qui souffre et son duplicat moderne l'intellectuel précaire ont une aura médiatique et sentimentale dont ne bénéficient pas tant d'autres...

(au Moyen-Age, il me semble qu'on disait "arts libéraux" et "arts mécaniques", le terme arts à l'époque désignant encore l'ensemble des savoir-faire faisant l'objet d'une patiente élaboration, pas la portion congrue des Arts-avec-un-grand-A que le monde moderne a consacrés)

((ceci dit, en lisant le début de l'article j'ai eu peur qu'il s'agisse d'une n-ième émission sur les séries télé : de ce côté-là, je suis rassuré !))
Que de critiques. Pourtant il me semble qu'au contraire ce nouveau volet donne un espace de respiration au site d'arrêt sur images.De la critique des médias on élargit et nous en avons besoin Déçue que certains abonnés pourtant d'un niveau supérieur à ceux des autres sites,( par leurs commentaires) n'y voient qu'un surplus de paiement de 15 euros par an. Pléonexie quand tu nous tiens ! Toujours plus sans rien payer et pourquoi pas le tout gratuit. Après tout ce nouvel univers va demander un énorme investissement aux fondatrices et il faudrait l'avoir pour rien. 15 euros/an ciel ! De quoi vivent elles ces jeunes femmes d'amour (des abonnées) et d'eau fraîche. A l'évidence si leurs interventions existaient, elles n'étaient pas régulières c'est bien un nouvel espace régulier qui s'offre à ceux qui veulent du recul et de la véritable pensée. Au fond des citoyens ont l'information qu'ils méritent : le flux, le vide, l'abrutissement mais surtout du gratuit. Bon j'exagère un peu car le nombre qui répond présent est encourageant. Il semblerait néanmoins qu'il s'agisse d'une minorité. Souhaitons qu'une prise de conscience fasse que cette minorité s'élargisse et s'empare de la société pour que les choses changent.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Hors série pourrait accueillir Anne Sophie et la fête serait complète.
Je ne paie jamais mes achats sur internet par carte bancaire. Or, on ne peut payer que de cette manière.
Dommage, le projet parait intéressant.
[quote=Daniel S.]A titre personnel, c'est aussi la première fois que je passe vraiment le relais. Disons, un premier morceau du relais. Mais d'autres doivent suivre.
Hein ???

On compte sur Daniel pour réinvestir l'argent économisé dans @si (par exemple en embauchant un journaliste, produisant une nouvelle émission)… si les finances du site le permettent. Il faudrait peut-être d'ailleurs clarifier la chose pour ne pas que certains @sinautes s'imaginent qu'ils vont être floués (ça a d'ailleurs été ma première pensée, mais j'ai changé d'avis).
Bon courage à toutes !

Mais, siouplé, si vous voulez faire œuvre de pédagogie et montrer une véritable différence d'avec les chroniqueurs de la presse n'y connaissant que peu ou prou (c'est bien ça, le cahier des charges ?), faites attention : on ne crédite pas un musicien (David Maur Cadiou) d'une musique originale (dans le teaser) quand il s'agit d'un arrangement d'une musique existante, en l'occurrence la musique originale composée par Jack Elliott et Allyn Ferguson pour le générique de la série télé Charlie's Angels.
Merci.

(PS : symboliquement, ce n'est pas terrible non plus. DS = Charlie ? Et kiki qui fait Bosley ? :)
Mediapart propose des contenus supplémentaires sans taper dans le portefeuille de ses abonnés.

(Je dis ça, je dis rien.)
Rappelez-moi le prix de l'abonnement annuel ?!
90 euros contre 40 pour ASI.

Rappelez-moi le nombre de salariés de Mediapart et d'ASI ?!
Non, vous ne pouvez pas me répondre par la masse salariale. A la limite, parlez-moi du nombre de productions, écrits et vidéos, de l'un et de l'autre (je vous répondrai que pour 55€ -au plus- les abonnés d'@si auront un volume de contenus nettement augmenté). Mais pas du nombre d'employés. Quand je fais réparer ma chaudière, je ne paie pas (forcément) moins si je fais appel à une PME de 15 salariés que si je m'adresse à un groupe de 2000 salariés.
Ok.

(Quand je me suis abonné, j'avais droit à trois émissions régulières produites par ASI. Aujourd'hui, la périodicité des émissions a été réduite et la production est "partagée".

Deux possibilités : réduction des coûts pour s'en mettre plein les poches ; réduction des coûts car recettes insuffisantes.)
Recettes insufisantes, il me semble que le nombre d'abonnés a pas mal chuté depuis la création du site.
Tout ça ressemble à la mise en place d'un site à "deux vitesses".

La version de base pour les asinautes "basiques" et la version premium pour ceux qui ont les moyens de débourser davantage.
La version de base pour les asinautes "[s]basiques[/s]" crevards et la version premium pour [s]ceux qui ont les moyens de débourser davantage[/s] ceux qui ont le sens des priorités dans la gestion de leur budget.
Le point de départ de la création d'un site à part n'est pas économique ; je l'ai écrit partout, c'est un désir d'autonomie éditoriale, afin de n'être plus tenu par la contrainte thématique du site.
Le rapport de causalité, je l'aurais plutôt vu dans l'autre sens: vu que c'est la fête du slip dans la programmation, faut pas s'étonner de perdre des abonnés.

J.Bernard se donne le beau rôle en prétextant que ses désirs étaient contrariés et que du coup, la malheureuse, ne pouvait plus pondre d'émission comme de normal. Sauf que le coup des désirs, c'est pas la première fois qu'elle nous le sort, et ensuite, je ne suis pas convaincu non plus que D.Schneiderman ait exactement les mêmes méthodes que Kim Jong-un.

Je dis ça, je dis rien, mais faut quand même être bienveillant pour remettre le couvert avec une personne qui vous a planté. Moi ça me fait penser à une coiffeuse qui te coupe les tifs, mais s'arrête en plein milieu de son travail parce-que tu comprends, y'a plus de désir, y'a pas assez de motiv' pour finir. Pis tu reviens 3 mois plus tard, et puis là elle te demande de payer d'avance...

Je comprends de vouloir toucher à différents projets, différentes activités. Mais y'a des musiciens qui font musiciens toute leur vie, qui ont toujours la même passion et le même désir toute leur vie. Mais chacun sa route, chacun son chemin. No problemo. Qu'elle se fasse plaisir. Jusqu'à son prochain coup de stress, son prochain "désir". (j'ai rebranché mes boules quies et je prédis qu'elle tentera la politique, pt'êt' pas tout de suite, mais ça viendra).

Là où ça coince, c'est que c'est moins une histoire de pognon, qu'une histoire de respect et d'engagement. Eprise de libertés et de soifs d'assouvir des désirs nouveaux, je voudrais bien la voir plaquer ses étudiants et son dirlo en cours d'année, ou des spectateurs et son régisseur au milieu d'un spectacle. Et après, c'est justement sur les structures les plus souples qu'elle vient dauber, pour mieux revenir en miaulant demander du pognon.

Pour ça que je pense que D.Schneiderman doit être bienveillant, parce-que dans ces conditions, j'en connais d'autres (dont des structures publiques), qui à la place de "débrouillez-vous" auraient dit plutôt "mais allez vous faire en***".
Rarement vu un tel mépris affiché, sans même avoir le courage de s'adresser à la personne directement alors qu'elle est présente dans ce forum, et juste ci-dessus.
"elle pond, ses désirs, coiffeuse coupe-tifs [ -> qui s'arrête par "caprice selon son bon désir"= caractérielle pour la traduction djinnéesque ], revenir en miaulant demander du pognon "...
C'est l'artillerie lourde, la nuit, côté injures sexistes, Djinneo ?
Vous dites plus bas avoir "vomi ".
Si seulement vous pouviez avoir la décence de le faire vous-même en dehors du forum...
C'te bonne blague! Le coup du "désir" ce devait justement être à la fois l'initiateur et le moteur de D@ns le texte, et ça a été également l'explication selon laquelle ça s'arrêtait! : désirs de spectacles, autres désirs, priorisation des désirs... Moi je veux bien que tu râles outrageusement contre P.Chamoiseau en brandissant l'égalité homme-femme, mais dans la série j'incarne les stéréotypes sexistes, faut avouer que tu te poses là.

C'est quand même toi qui est venue dire que de D@ns le texte, tu en rêvais. Depuis, le Capitaine et @si n'ont pas radicalement changé, si ? Pourtant l'aventure s'est arrêtée en cours d'année, car, toujours selon toi, tes désirs étaient contrariés. Pour quelqu'un qui se bat contre les clichés, t'avoueras que pour le coup t'as quand même un côté ostensiblement versatile. Et plus qu'à ton tour.

Et que dire de la com' de Hors-Série digne de Grazia et de Elle ? Un concept de gonzesses pour des émissions faites par des gonzesses, avec que des gonzesses. Mais quand même avec un mec aux manettes, parce-qu'on les aime bien quand même, hihihi, et que pour les trucs techniques on a besoin d'eux, faut pas déconner, hihihi.
Ah et puis pour 1000 euros, t'auras le droit de me parler en mangeant, et pour 5000 t'auras le droit de me mater en boîte, mais faudra que tu raques. Et sinon, pour 20000, on a le droit de faire du shopping place Vendôme, avec soin du visage et manucure pour se reposer en fin d'après-midi entre bonnes copines, hihihi ?
"Ah la la, mais c'est du 36ème degré!" vas tu me rétorquer "et la musique des drôles de dames en atteste". Voilà, voilà. Exactement, en plein dans le mille: Grazia et Elle aussi font du "36ème degré". J'ai le vague souvenir d'une de tes chroniques sur le sujet...
On dirait que tu te audrey-pulvarises.

Quant au respect, celle là aussi, elle me fait doucement rigoler. Papillonner d'un projet à un autre, d'un métier à un autre, d'une activité à une autre, c'est très bien. Même si c'est très bien aussi d'être épanoui de faire le même métier et/ou avoir la même passion toute sa vie. Il est pas là le problème.
Là où ça coince, encore une fois, c'est que les gens respectueux, ils ne quittent pas un projet en cours de route (surtout quand c'est leur propre projet) à cause d'un "désir" qu'il soit moteur à te transporter ailleurs, ou contrarié à tel point qu'il t'empêche d'honorer tes engagements.

C'est pas un peu du foutage de gueule ça ? "Y'a une interview que le Capitaine m'a pas laissé faire, du coup, je suis toute tourneboulée, je ne suis plus capable de rien. Désolé, les @sinautes, hein, désolé, les copains et les copines du site, mais moi maintenant, j'ai plus trop envie de continuer".
Du coup, c'est la fête du slip dans la programmation, @si passe pour un site de baltringues, les @sinautes même très assidus ne savent même pas le jour d'une publication d'émission qu'il n'y en a aucune de programmée... Je ne sais pas quels sont tes rapports avec le Capitaine, si c'est une cordiale détestation, ou une délétère amitié, mais même vis-à-vis de lui, ça la fout quand même un peu mal: même sans parler de l'image de son site, ne serait-ce que pour l'organisation.

Tu te vois plaquer tes étudiants et ton collège/lycée/fac en cours d'année pour un texte, une partie de programme, une sortie, ou l'invitation d'un intervenant refusé ou l'obligation de lire une lettre de Guy Moquet? Sauf évènement/cause majeur, tu te vois de tous les lâcher pour un "désir contrarié"?

Ca démontre que ce que tu fais, tu le fais parce-que t'en as envie. C'est génial dans l'absolu. Mais ça démontre aussi que t'en a absolument rien à foutre de la gueule des autres: celles de tes collègues, ou celles du public à qui tu t'adresses.

Après, si ton mode de fonctionnement c'est effectivement la fête du slip (une émission uniquement quand t'as envie), dans l'absolu, y'a rien de dérangeant. Faut juste pas proposer un abonnement sinon c'est prendre les gens pour des cons. Et encore une fois, je pars même pas dans les considérations pécuniaires; mais c'est comme à une soirée qui te fais limite pas envie: le pire, c'est quand même de t'engager à venir, de ne pas venir, et de ne surtout pas prévenir, en envoyant un mot d'excuse 3 mois plus tard: "finalement, j'avais plus trop envie de venir".

C'est exactement ton comportement vis-à-vis de ta propre émission.
J'espère que parmi ceux qui ne te connaissent pas, aucun n'aura l'idée de prendre tes propos au sérieux...
Trop tard. En même temps, je me suis demandé pourquoi ça me faisait poiler en le lisant...
Djinneo est incroyable. Encore meilleur que Consensus39.
Ben faut le dire à FdC alors, il est parti au quart de tour (ce qui m'a enduit d'erreur tout partout)
J'attends la suite avec impatience...
gamma
Oh mais Fan le sait déjà... C'est Djinneo qui n'est pas encore au courrant...
Ah OK, donc moi je vais m'asseoir à côté de Gamma, j'apporte la bière de chez moi ;)
Le couple maudit Fan- Djinnéo est loin d'avoir épuisé sa fécondité.
Un truc de certain avec lui, que confirmeront d'autres qui le connaissent bien depuis longtemps sur le forum: son message n'est absolument pas au second degré, et il est coutumier de ce genre de propos, notamment sur les femmes.
Personnellement, ce type de propos orduriers ne me poile pas des masses.
Ordurier ? J'dis justement que j'ai été choqué par la com' de Hors-Série. J'dis quand même pas qu'elle est du niveau d'une pub de déodorant non plus; mais on est tout à fait dans les codes de la presse féminine type Grazia et Elle. Fait aggravant, J.Bernard a justement consacré plusieurs chroniques à ce sujet, dont au moins une écrite y'a pas si longtemps: comparaison presse féminine/masculine.

Après, on peut reprendre le débat dont s'est emparé D.Porte au sujet d'Audrey Pulvar qui du plateau JT de Fr3 est passé en mini-short dans la paille de Paris Match, et a pris ensuite des cours de pole-dance façon télé-réalité sur D8.
Mais c'est pas exactement le sujet. Par contre, y'a une tendance similaire à reprendre et utiliser des codes qui ont été explicitement décriés.

De toute évidence, je ne suis pas le seul à avoir été "surpris" par l'utilisation de la musique des Drôles de Dames, et de l'argumentaire du type: on vous propose un produit exclusivement réalisé par des filles; spéciale dédicace et merci à Manuel pour la technique.

Enfin, et c'est ce qui m'a le plus choqué, ce sont les goodies pour les donateurs et donatrices: restau', et soirée boîte pour les plus généreux.
Je ne vois pas ce que ça fait d'autre, que d'entretenir des clichés stéréotypés sur les filles, les mecs, les soirées parisiennes, et le pognon. Et je ne suis d'ailleurs pas certain que tout le monde ait pris ça comme un gag, parce-que participer aux enregistrements, ça c'est établi que c'est bel et bien prévu.
Je me mêle de ce qui ne me regarde sans doute pas, mais oui, ordurier est juste et misogyne aussi. Misogyne, sans doute à votre propre insu. Je vous donne un exemple: "Mais quand même avec un mec aux manettes, parce-qu'on les aime bien quand même, hihihi, et que pour les trucs techniques on a besoin d'eux, faut pas déconner, hihihi"
Ces hihihi sont dans vos oreilles, quand vous regardez le teaser de Hors-série, sous votre plume dans ce message de forum. C'est vous qui les y mettez, ils n'y sont pas. C'est vous qui "bloquez" sur le fait que ce soient 4 femmes qui pilotent les émissions. Dans le teaser on ne parle pas de "filles" en général, on parle de ces trois-là, de leur travail à elle. Et oui, ne vous en déplaise, la musique est un clin d'oeil.
Vous voyez de la communication façon presse féminine (encore une généralisation d'ailleurs, Grazia n'est pas Elle, ces deux titres ne sont pas forcément représentatifs de la presse féminine en général, quel que soit le mal qu'on puisse en penser), où il n'y en a pas, c'est votre prisme que vous projetez.
On peut très bien voir et savoir que ce sont des femmes qui portent ce projet, et puis passer à autre chose, car à aucun moment le futur site n'est vendu comme étant "différent" parce que majoritairement féminin, il est différent parce qu'il propose des entretiens hors des formats tradi des médias, point.
Ces hihihi sont dans vos oreilles

Non, ils sont avant tout dans la musique du générique qui pose l'ambiance humoristique et impose une grille de lecture à la Elle.

Changer la musique, et mettez celle de Benny Hill, Carmina Burana, Quincy Jones et avec les mêmes images vous obtiendrez un film (et donc un message) différent! Je sais qu'@si explore peu le champ musical, mais on est dans le B.A-BA là quand même.

Donc non, c'est pas ma petite voix misogyne intérieure qui me glisse du hihihi à l'oreille, c'est avant tout le générique qui nous dit: "tiens voilà une brochette de filles, suffisamment décalée pour reprendre le générique d'une série culte et désuète qui annonçait déjà en son temps: tiens voilà une brochette de filles".

C'est pas mon interprétation, c'est le message tout à fait explicite du teaser et en particulier de sa musique.
Donc en résumant à la louche: de la gonzesse et du fun1

Message explicite dont on enfonce encore le clou avec les goodies pour les donateurs généreux.

1 Sauf que soit dit en passant, ce côté soit disant décalé est aujourd'hui complètement mainstream. Reprendre le générique des Drôles de Dames, S.Cauet et C.Hanouna l'ont déjà fait... c'est dire...
Bon, quand je disais que parfois Djinneo tape "juste", c'est pas là ! :-D

Pour les goodies, moi aussi j'y ai cru, mais c'est bon, là, Judith s'en est expliqué, c'est une blague, une dérision du modèle Ulule.

Errare humanum est, perseverare diabolicum
c'est une blague

Oui, je sais, j'ai bien compris

Ca n'empêche que ça mobilise bien les stéréotypes. Comme JM.Bigard et B.Hill. Comme ces films d'horreur qui dénoncent la violence, ces clips qui se moquent des clips des rappeurs américains, tout en montrant de la fesse de pouf en string.

Oui, mais là, c'est du 36ème degré.
Oui, comme Grazia et Elle.
Si si
Mouais. Et la fesse de pouf en string, c'est quoi comme degré, de votre part ?
J'vois pas ce qu'il y a de rigolo, moi. T'as expliqué à l'acte 1 tes absences de chroniqueuses par le fait que t'étais à l'écoute de tes désirs et que t'étais brimée dans ta liberté. Et cela postérieurement à tes absences. Acte 2, on allait voir ce qu'on allait voir parce-que tu t'avais un concept à toi, en accord avec tes désirs et ton besoin de liberté: d'où D@ns le texte. Acte 3, t'as expliqué tes absences d'animatrice par le fait que t'étais à l'écoute de tes désirs et que t'étais brimée dans ta liberté. Et cela postérieurement à tes absences. Acte 4, on va voir ce qu'on va voir, parce-que tu tiens là maintenant, un concept à toi, en accord avec tes désirs et ton besoin de liberté... Hem, hem...

J'te souhaite évidemment tout le contraire et notamment de me renvoyer dans la tronche ce présent message dans quelques temps. En attendant, si j'avais été en réunion de rédac' pour le lancement du projet, j'aurais proposé un truc qui me semble parfaitement coller avec les résultats déjà obtenus et ceux auxquels les souscripteurs et les collègues peuvent raisonnablement s'attendre: D@ns le mur.
Moi je ne vous connais pas, Djinneo. Je ne sais rien de vous, ni comment je dois recevoir ça.

Mais je sais que ce ton-là, cette humeur offensante, ce tutoiement et ce fiel ; cet anonymat qui vous permet de les déverser sans mesure et sans craindre le moindre retour sur vous (vous-même, vous en vrai), cette asymétrie, donc, qui vous donne toutes les libertés derrière votre avatar tandis que vous interpellez une vraie personne sur son vrai travail et ses vrais arguments, c'est exactement ça qui fait qu'à l'heure actuelle, nous n'avons pas le désir d'avoir des forums sur le site de Hors-Série.
Ca ne vous empêche pas d'accepter et de recevoir d'autres anonymes des flagorneries, qui elles méritent réponses, n'est-ce pas ?
J'vous propose d'inviter F.Lefebvre dans votre prochaine émission, sur le thème: internet cay le mal, cay que des anonymes méchants.
Je ne réponds pas aux flagorneries. Je réponds aux questions, aux reproches, aux interpellations, quand ils sont formulés courtoisement.
Madame Bernard, @sinaute assidu et fidèle depuis les premières heures, j'ai sincèrement été enthousiasmé de vous retrouver en tant que chroniqueuse dans certaines émissions d'arrêt sur image, de retrouver vos chroniques écrites sur le site, ainsi que vos émissions D@ns le texte.

Toutefois, il me semble avoir constaté, au fil du temps, un espacement de vos interventions. D'abord dans vos chroniques orales composant Arrêt sur Image: tout le monde se souvient de votre chronique sur la nouvelle maquette de Libération en présence de l'invité L.Joffrin par exemple. Malheureusement, ces chroniques se sont raréfiées pour finalement purement et simplement disparaître au grand dam d'@sinautes dont je fais partie, qui s'en émouvaient et qui s'inquiétaient même pour vous.
Vous nous avez patiemment rassuré en nous expliquant que si @si emportait malgré tout, toute votre estime, vos désirs vous portaient vers d'autres projets. Nous vous avions donc souhaité, à regret mais sincèrement, bon vent.

Plus tard, il s'est passé à peu près la même chose avec vos chroniques écrites. C'est alors que vous nous avez fait part de votre projet: donner la parole aux auteurs, mais aussi et surtout à leurs textes. Loin des émissions littéraires à but promotionnelles qu'il est assez facile de voir à la télévision. C'était votre désir: faire et animer l'émission que vous aviez envie de voir. Puisque vous étiez sur internet, vous étiez libre, n'est-ce pas, d'inviter les auteurs qui ne sont pas systématiquement sur les étals de la Fnac, Virgin, et de Leclerc Culture... Alors pourquoi ne pas faire vraiment cette émission de vos rêves ?
Ce fut chose faite et une franche réussite: enthousiasme, débat, culture, découverte, libre parole...

Malheureusement, le scénario noir s'est encore répété. Espacement des émissions, absences de programmation sans explication ou excuse, ni préalable, ni ultérieure. Sur ce troisième projet, qui était pourtant le votre et où, à priori, les contraintes extérieures étaient minimales, nous avons subi, encore une fois, une désertion de votre part.
Et là, une troisième fois également, après une production sporadique puis purement et simplement un arrêt simple et définitif, vous avez avancé les deux mêmes arguments: votre désir de faire ce qui vous fait envie, votre liberté enfermée dans les contraintes thématiques du site (alors même que D@ns le texte était, selon vous, la réalisation de vos propres aspirations).

Il y a bien sûr eu l'épisode des Chiens de Garde, et le différend d'avec le Capitaine et les invités sur le dispositif de l'émission. Croyez bien que je conçois parfaitement ce que ça peut être frustrant voire déstabilisant d'être contrarié dans son élan.
Mais cela n'explique pas les désertions précédentes, et ultérieures à cette émission. Le Capitaine, par sa désapprobation, vous aurait-il fait passer définitivement le goût de la littérature, du partage, et toute l'estime que vous portiez à votre propre émission ?
Vous ne me ferez pas croire que quelques aboiements même distrayants, peuvent vous détourner de vos passions.

Enfin, aujourd'hui, vous présentez votre projet, qui je vous demande pardon, mais ne me semble pas très différent de la version précédente. J'ai toujours (disons la plupart du temps) partagé votre enthousiasme. Jusqu'à maintenant. Aussi, permettez-moi de pointer le fait qu'une quatrième fois vous présentez encore comme les moteurs et les initiateurs de votre projet: votre désir et votre liberté éditoriale.

Ils étaient sensés être déjà les moteurs et les initiateurs de votre précédente émission. Et au regard des déceptions que nous avons déjà essuyées, il n'est pas déraisonnable de se demander si dans peu de temps, vous ne vous sentirez pas transportée par un autre désir, ou si le dispositif que vous choisissez pourtant vous-même ne sera pas perçue par vous même, ultérieurement, comme une prison contraignante?

En quoi, cette quatrième fois est-elle différente des autres fois? Je veux dire vraiment différente?
Je ne sais pas à quoi correspond tout cet investissement émotif/affectif (on a presque l'impression d'un amoureux trompé...) mais bon, personnellement, je ne vois pas pourquoi Judith perdrait son temps à essayer de convaincre qu'une tentative de création va réussir.

Ceci étant, je ne sais pas si vous avez l'expérience de la création d'entreprise ou autre activité professionnelle mais en gros, je comprends leur démarche comme une précaution minimale avant de s'engager vraiment, un usage devenu maintenant classique du financement participatif pour s'assurer qu'on aura un public/clientèle suffisamment intéressé pour aller plus loin.

Et je subodorerais même que les émissions "parallèles" à celles de DS n'étaient pas suffisamment financées pour que Judith et Maja puissent en vivre décemment et qu'elles se sont naturellement portées vers des projets plus sûrs (monter une pièce de théâtre n'est pas facile, mais si ça marche, ça donne au moins une sécurité pour les mois suivant). Là, si elles ont leur propre public clairement identifié, si elle savent combien de personnes s'engagent pour leurs émissions à elles (et pas celles des thématiques "média" d'@si), elles peuvent savoir où elles mettent les pieds.
Et en matière d'engagement, travailler directement pour un public est tout autre chose que de travailler en pièce rapportée au gré des possibilités offertes par @si. Si ça crie "remboursez ! remboursez !", c'est elles qui seront en première ligne...
"Je ne sais pas à quoi correspond tout cet investissement émotif/affectif "
Même question.
Je ne sais pas à quoi correspond tout cet investissement émotif/affectif (on a presque l'impression d'un amoureux trompé...) mais bon, personnellement, je ne vois pas pourquoi Judith perdrait son temps à essayer de convaincre qu'une tentative de création va réussir.

1°) D'un abonné trompé.

2°) Le côté "affectif" y est à dessein pour deux raisons:
- la première parce-que j'ai un certain attachement à @si, non seulement parce-que j'ai fais partie des signataires de la pétition initiée par A.Morel, mais aussi parce-que grâce à @si j'ai appris et j'apprends encore plein de choses et chez moi, ça crée un attachement.
- la seconde parce-que J.Bernard invoque souvent (pour ne pas dire systématiquement) et depuis longtemps ses "désirs" pour expliquer ses choix professionnels (du moins ceux concernant @si)

3°) Non, je suis convaincu que la création va aboutir. Ce n'est pas le problème. La question que je pose, là où je demande à être convaincu c'est si elle pense cette fois s'impliquer d'une manière régulière et pérenne (au moins à moyens termes)


Ceci étant, je ne sais pas si vous avez l'expérience de la création d'entreprise
oui, justement
'fin bref...

Et je subodorerais même que les émissions "parallèles" à celles de DS n'étaient pas suffisamment financées pour que Judith et Maja puissent en vivre décemment
Alors là vous faites des conjectures, et les miennes aboutissent à des suppositions différentes. La première étant que si jamais elles étaient payées à chaque émission (ce que j'ignore en fait), ça risque effectivement de pas faire très lourd sur la fin vu le rythme déclinant, constaté des productions.

Ce que je me dis aussi c'est que si D.Schneiderman payait vraiment les émissions de J.Bernard et de M.Neskovic une misère, y'a pas de raisons qu'elles aient accepté d'en faire une seule. Donc je pars du principe (mais je n'en sais rien non plus) que les négociations entre eux sont/ont été honnêtes.

qu'elles se sont naturellement portées vers des projets plus sûrs
Je subodore l'exact contraire. Je me trompe peut-être complètement, mais connaissant un peu le milieu de la musique et du théâtre, on y mange plus souvent de la vache enragé que du pain blanc. Ce sont par contre des aventures extraordinaires à vivre.
Donc de mon point de vue, le théâtre serait un choix plus de coeur, et hors-série, un choix plus de raison; voyant qu'@si, finalement, ça marche pas si mal que ça...

Si ça crie "remboursez ! remboursez !", c'est elles qui seront en première ligne...

Justement non! Elles se greffent sur le site @si et utilisent son applicatif de commerce en ligne pour gérer leurs abonnements.
Si les drôles de dames désertent du jour au lendemain, sans prévenir ni rien, ni personne: qui est-ce qui reste à votre avis, en première ligne ?
Si vous savez comment se passe la création de projets, vous devez savoir que ceux qui les lancent disent toujours qu'ils y mettront l'engagement nécessaire pour que ça réussisse. Et contrairement à ce que vous semblez croire, plein de gens passionnés sont prêts à faire des choses en étant payés au lance-pierre voire même à leurs frais.
Rien que ce qu'elles ont déjà fait pour le lancement correspond à pas mal de boulot.

Alors oui, participer à une levée de fonds, c'est aussi faire un pari sur des gens mais à la limite, si je devais relayer vos inquiétudes d'une manière posée, je dirais tout simplement : avec seulement 60000 €/an de budget, vous comptez faire 4 temps pleins ou vous aurez d'autres ressources ? Le site sera votre activité principale ?
Soyons honnête : à mon sens, ça ne correspond pas à du temps plein, sauf si ce n'est qu'une prévision pour le lancement où on se serre la ceinture en comptant sur un développement ultérieur des revenus.
Ce n'est effectivement pas du temps plein : nous avons élaboré un modèle économique minimal, qui permette de rendre le site accessible à un coût très modique (parce que oui : 15 ou 30 € par an, c'est très modique). On est donc payées à la pige (à l'émission), et c'est une rémunération très modeste, eu égard au temps de travail nécessaire. Ça ne nourrit absolument pas son homme (ni sa femme). Donc, on garde toutes nos autres activités, celles par lesquelles on remplit le frigo - et qui nous prennent évidemment du temps.

C'est aussi une des raisons qui nous fait freiner devant l'hypothèse d'avoir des forums : concrètement, un forum, ça multiplie le temps de travail par deux, au moins : parce qu'il faut tout lire, souvent répondre, parfois modérer. C'est énorme. Avec un modèle économique comme le nôtre, c'est difficilement envisageable.

Par ailleurs, oui, le lancement représente déjà un travail assez considérable, on a tourné maintenant 4 pilotes, le teaser, on s'applique pour la communication, on fait tout ça en auto-production ; concrètement, ça veut dire que pour l'instant, c'est à nous que ça coûte de l'argent - et en tout état de cause, il me semble que les preuves de motivation sont déjà bien tangibles.
J'ai récemment regardé cette émission sur Médiapart. On y trouve une tentative plus que maladroite de définition du concept de "gauche" par une social démocrate.
En parcourant le forum, je tombe sur ce lien.

Ce n'est qu'un exemple, mais c'est une façon de dire qu'un forum, ce n'est pas deux fois plus de travail pour les journalistes, mais plutôt dix fois plus de richesse pour les abonnés.
C'est QUAND MÊME deux fois plus de travail pour les journalistes. Même si c'est enrichissant pour les abonnés. Vous ne pouvez pas nier le surcroît de travail que ça représente pour ceux qui en ont la charge (sauf à ne pas les lire, pas y répondre - ce qui flingue quand même pas mal le concept), (et surtout, à ne pas les modérer - ce qui nous expose à des poursuites : sur le plan juridique, nous sommes responsables de tout ce qui s'y écrit).
Vous n'êtes pas obligée d'en assumer la charge... Avec tous les retraités que vous aurez comme abonné, il y aura peut être des volontaires. Pour ce qui est de la responsabilité juridique, ça reste à prouver. Quant au fait de flinguer le concept, tout dépend de quel concept on parle.
" Avec tous les retraités que vous aurez comme abonné,"
Comment ça, la responsabilité juridique reste à prouver ? C'est tout à fait indiscutable : en tant que directrice de la publication, je suis juridiquement responsable de tout ce qui s'écrit dans les forums du site.

Pour ce qui est du paquet de retraités - d'où vous voyez ça, vous ? - et de leurs dispositions au bénévolat - et d'où ça, encore ? - je me trouve, comme toujours, dans l'impossible déchiffrage des messages publiés par des avatars à l'identité et au ton impénétrables. C'est extrêmement saoulant (et fait partie des raisons, pour lesquelles, patati patata).
- je me trouve, comme toujours, dans l'impossible déchiffrage des messages publiés par des avatars à l'identité et au ton impénétrables.

Exigeons une vidéo de présentation pour chaque abonné afin de briser cet anonymat.

" bonjour, Jean-Louis de Moselle, Ingenieur commercial amateur de modèlisme et de choucroute".

en plus Daniel pour les sortir en DVD, une rentrée d'argent supplémentaire en perspective.
ha mais suis-je bête, même en donnant les noms; prénoms, âge et qualités des forumeurs, ils seront toujours anonymes puisque partie de la masse bêlante des gens qui ne causent pas dans le poste. Hé bien je n'ai pas de solution dans ce cas...
Pour ce qui est de la responsabilité juridique, je ne m'y connais pas du tout. Je voudrais simplement tempérer vos propos en relevant le fait que les poursuites effectives engagées contre un directeur de publication se comptent sur les doigts d'une mains où il manque quelques doigts.
Pour ce qui est de ma mauvaise blague sur les retraités, c'était histoire de dire que certains participants d'un forum peuvent se charger de la modération. Ça se fait d'ailleurs sur ASI. N'ayant qu'une expérience très restreinte des forums, je veux bien imaginer que je raconte n'importe quoi. J'ai juste entendu dire qu...
Et puis, je suis d'un naturel optimiste, je ne vois pas tout en négatif comme vous le faites.
Sinon, je suis navré que vous soyez saoulée de ne pouvoir me pénétrer... Vous voulez mon compte Fessebouque?
Plutôt que de vous énerver pour rien, ce que vous faites souvent, je trouve, prenez un peu de hauteur, réfléchissez en dehors du cadre sur ce que peut être un forum, et gardez l'esprit ouvert...
Ah non, vous ne me faites pas le coup de m'énerver "pour rien". Vous relisez ce qui se dit par ici, ce qu'on me dit à moi, ce qu'on me balance "à tu et à toi", et vous reconsidérez votre propos. Ce n'est pas parce que vous ne faites pas partie de la meute qu'il n'y a pas de mauvais aboyeurs. Je ne suis pas pessimiste : je pratique les forums depuis dix ans, je sais ce que ça fait, concrètement, dans la vie, dans les affects, dans l'équilibre psychique, d'avoir des gens qui vous interpellent comme ça, sur tous les tons, quitte à vous dire ensuite : hep ça va, on se calme, c'était pour rire. Ce n'est pas toujours pour rire. Me suis pris aussi des kilos de mails, et des propos calomnieux sur d'autres forums, ailleurs. J'aime beaucoup la toile, la dimension participative, j'y participe activement ; mais on ne va pas se raconter que c'est un parc d'attraction pour bisounours.
Ca y'est, j'ai reçu ma convocation: la justice m'attend pour tutoiement avec circonstances aggravantes d'usage de pseudonyme.

Je passe après un type qui a dit bonjour à l'un de ses collègues en le regardant dans les yeux pendant plus de 3 secondes à la machine à café. Alors lui, c'est sûr, il va prendre cher, parce-que tout l'étage a eu besoin d'une cellule de soutien psychologique.
Je vous accorde que vous en prenez plein les dents... Oui certains exagèrent. Mais je trouve que ça saute tellement au yeux dans certains cas... Comme une invite à ne pas les prendre au sérieux.
D'autre critique sont plus constructives, mais exprimées de manière un peu brutale... Impénétrable...
C'est aussi le propre des forums et de ce mode d'expression.
J'ai dit que vous vous énerviez pour rien, j'aurais du dire plutôt sur la défensive. Comme si chaque critique était une attaque personnelle. J'entends bien que cela doit toucher, mais en même temps vous présentez des émissions, vous écrivez des articles, et sur ASI vous êtes plutôt populaire. Si vous prenez les critiques comme des attaques, le forum ne sert effectivement à rien pour vous.
Les critiques m'ont toujours intéressée, et j'y ai toujours répondu, j'ai même souvent tâché d'en tenir compte - quand elles étaient formulées dans ce but : améliorer le travail, dans l'intérêt de tous. Quand elles glissent vers l'offense, le fiel, l'attaque à la personne (ma gestuelle, ma chevelure, mon ego, mon narcissisme, mon souci de séduire, mon goût à "m'écouter parler", mon snobisme, le préjugé de classe, la "bourgeoise", la "bobo", les présupposés de condescendance, ma mauvaise foi, mon absence de loyauté, mon impudeur, ici mes imprévisibles désirs, et bref - encore plein d'autres choses - toutes ces "critiques" là, qui s'accumulent au fil des ans, font apparaître une dimension des forums peu aimable : un défouloir pour pulsions mauvaises. Régler son compte à la grande gigue qui se croit importante parce qu'elle cause dans le poste (d'ordinateur). Je sais bien de quoi ça procède : j'ai la parole, une tribune publique - c'est un privilège, ça constitue un pouvoir, et les pouvoirs se contestent, notamment par des stratégies de contre-pouvoir : dézinguer la personne qui est à la tribune. De mon côté j'ai peu le goût du pouvoir, d'ailleurs peu de pouvoir tout court, et aucune inclination pour en abuser : du coup, les exercices de dégommage me paraissent souvent purement gratuits (du défoulement plutôt que de la vraie subversion). Vous comprendrez qu'après toutes ces années à en faire l'expérience, je m'en sois beaucoup lassée - surtout que c'est quand même très très répétitif. Ce genre d'échange que nous avons là, je l'ai environ deux fois par an, depuis dix ans.
Certes, mais combien de fois avez-vous eu cet échange sous l'intitulé: "Re: fête du slip ?" Et vous voudriez nous/vous priver de cette "joie" ?


@ Gondalah
Oh que oui, les éditeurs/directeurs de la publication sont pénalement responsables des propos tenus dans les forums qu'ils administrent (tout comme le blogueur est responsable du contenu des commentaires postés sous ses billets). Et contrairement à ce que vous semblez croire, la jurisprudence est assez abondante et, désormais, claire: le directeur de la publication peut être mis en cause s'il n'a pas retiré les messages contrevenants à la loi dès qu'il en a eu connaissance (le delai en termes d'heure/jour dépendant de l'appréciation du juge).
Par ici (La quadrature) vous aurez une idée de la "masse" de jurisprudence (en faisant une recherche sur le mot "forum" par exemple).
Et si vous voulez des précisions juridiques, il en y en a , , ou encore là (étude de cas).

Bref, oui, c'est sacrément du boulot.
Hi, Mireille !
En plus d'être du boulot, on peut comprendre que les quatre animatrices de Hors-série, n'aient aucune envie de se fader sur un forum les commentaires de chieurs patentés.
D'autant que les avis, c'est comme les trous du cul, tout le monde en a un ( l'inspecteur Harry)
Judith n'aime pas collectionner les trous du cul, et c'est dommage, ils n'ont pas tous mauvaise langue ! ;-)

Quoi, le fil s'appelle "fête du slip" ou pas ?
J'ai quand même l'impression, chère Ginette (promis j’arrête), que ces liens que vous me proposez ne sont pas vraiment explicites en matière de responsabilité quant aux éventuelles "infractions" sur un forum. Il y a une responsabilité, mais qui ne peut être démontrée.

ex : Quelques mois plus tard, la chambre criminelle, reprenant la formule du Conseil constitutionnel, admet que ne peut être déclaré coupable de diffamation, le producteur du site, à raison du contenu des messages émis par les utilisateurs du site du fait de sa seule qualité d’administrateur et de modérateur du forum de discussion. Il faut, pour se faire, démontrer que le producteur du site avait « eu connaissance, préalablement à leur mise en ligne, du contenu des messages émis par les utilisateurs, ou s’était abstenu d’agir quand il en avait eu connaissance » (Crim. 31 janv. 2012).


J'avais moi même trouvé ce texte (un peu vieux peut être), à une époque ou je tremblais pour la survie d'ASI.

Bon, je ne suis pas compétent sur la question, mais j'imagine que je ne dis pas une énormité en suggérant qu'un directeur de publication dispose de pas mal de ressources avant de devoir payer une amende, ou pire d'aller en prison.
C'est un peu le même problème qu'hadopi, finalement.
Ce n'est pas "le même problème" qu'Hadopi, mais il y a dans Hadopi des dispositions qui précisent le cadre que fixait déjà la LCEN.
Et, comme je disais à Jules, le problème n'est pas tant de la probabilité de se faire poursuivre ou la possibilité de se défendre, que le fait de savoir où est la responsabilité juridique et si, soi-même, on est ok pour la porter ou non...
"le directeur de la publication peut être mis en cause s'il n'a pas retiré les messages contrevenants à la loi dès qu'il en a eu connaissance"

Heu, J-net, c'est moi ou vous passez un peu vite sur le "dès qu'il en a eu connaissance" ?

Dans l'étude de cas que vous mettez en lien, on peut lire
"Désormais, le directeur de publication n’est plus responsable du message illicite s’il est établi qu’il n’avait pas effectivement connaissance du message avant sa mise en ligne ou qu’il a agi promptement pour le supprimer dès qu’il en a eu connaissance."

En l'occurrence, dans le cas rare où un message contrevenant à la loi serait publié sur un forum, il faut que le directeur de publication en prenne connaissance et je ne vois nulle part écrit que mise en ligne non modérée vaut prise de connaissance. En pratique, le bouton "alerter" est quand même un excellent moyen de faire prendre connaissance à un directeur de publication submergé par la masse de l'existence d'un message potentiellement illégal. Enfin, Rien n'oblige Judith à être directrice de publication du forum de Hors-Séries. Des administrateurs de forum volontaires et bénévoles, ça pullule sur internet. Aucune raison qu'@si et Hors-Série fassent exception là-dessus.


Enfin bref, je crois bien que la necessité de lire tous les messages d'un forum pour se protéger juridiquement ne tient pas la route.
Bonjour,

Je ne passe pas vite. Je ne suis pas une spécialiste de cette matière du droit, mais, pour le coup, je suis certaine de ce que j'avance: un directeur de la publication/exploitant de forum/administrateur n'a pas l'obligation de lire tous les messages du forum "pour se protéger", il a juste l'obligation de retirer les messages illicites dès qu'il en a connaissaance. Si, par exemple, on réussit à démontrer que l'administrateur a été averti par le biais du bouton alerter (ou par un mail direct) que tels propos diffamatoires/injurieux etc. ont été tenus dans son forum et qu'ils ne les a pas retirés, il est "condamnable".
Je vous fais remarquer que pour ma part je ne parle pas de la probabilité d'être condamné ou même inquiété. Je parle simplement de la façon dont le droit et la jurisprudence ont défini la responsabilité des administrateurs de forums (et blogs). Oui, ceux-ci sont responsables de ce qui se publie chez eux. Attention, les personnes qui tiennent les propos incriminés le sont aussi, y compris quand ils sont derrière un pseudo.
Je vous renvoie à cet exemple, tiré de la Quadrature, que je citais plus haut: "Le directeur de la publication du site Lesarnaques.com a été condamné pour les propos diffamatoires envers Le partenaire européen, spécialisé dans la diffusion d’annonces immobilières, postés sur son forum de discussion. Dans son arrêt du 14 novembre 2012, la cour d’appel de Montpellier lui reproche son absence de bonne foi qui aurait pu l’exonérer de sa responsabilité. Certaines des contributions personnelles de consommateurs, diffusées sur le forum de discussion non modéré, outrepassaient, selon la cour, la simple liberté d’expression et de critique. Pourtant, le directeur de la publication qui avait une certaine connaissance des messages incriminés, pour y avoir répondus, n’a pas agi promptement au sens de la loi du 29 juillet 1982, pour les retirer, les modérer ou les supprimer. La cour ajoute que cette association qui a pour objet de favoriser la médiation a continué de maintenir sur son forum des messages à caractère diffamatoire, sans remplir son office de médiation. "
Ca me semble clair, non ?
Du coup, sans parler de se faire trainer, en vrai, devant un tribunal, je peux comprendre que l'on (que Judith pour parler clairement) n'ait pas envie de se coller cette responsabilité (juridique) sur le dos.
Nous sommes donc bien d'accord sur l'interprétation du droit. Mais pas sur votre dernière phrase: cette responsabilité a en pratique le poids d'une plume. Toutes les jurisprudences dont j'ai eu connaissance comportent une composante de mauvaise foi de la part de l'administrateur; il n'y a plus de risque dès lors que l'on fait l'effort de supprimer un message illicite du forum dans les rares cas où il y en a et où l'on en prend connaissance. Ce n'est absolument pas "sacrément du boulot".
Oui, c'est bien comme ça que je l'entendais. J'accepte l'argument de J-net concernant la responsabilité. Mais je note aussi qu'en pratique, les risques sont limités, voire inexistants.
Ben, c'est vous qui voyez, moi perso, j'aurais vachement tendance à réfléchir à deux fois avant de me coller ce type de responsabilité sur [s]le cul[/s] les épaules. Parce que les risques sont limités mais pas inexistants, justement. Ca doit être parce que je suis fille de juriste, de culture très dura lex sed lex. Bref, je comprends Judith, même si l'idée d'un nouveau site sans forum est, à mes yeux d'utilisatrice, proprement scnadaleuse !
Héhé mais moi aussi je comprends Judith. J'essaie juste de mettre en lumière mon point de vue interessé sur la question : la prise de risque est absolument minuscule, pour ne pas dire nulle pour peu qu'il y ait un minimum d'attention porté sur la question. Pour le coup je trouve que l'argument "on a pas envie de se fader des djinneo tous les jours" tient vachement mieux la route.
Enfin bon, t'facons si y'a pas de forum spécifique à Hors-Série, on débordera ici ou on se créera notre propre forum, et puis Judith ne pourra pas s'empêcher de venir voir ce que les gens disent de ses émissions.
Je sais que ça ne plaira pas à tout le monde, mais il y aura aussi la page Facebook dédiée à Hors-Série, qui sera aussi un espace de discussion possible pour commenter les émissions...
FB, plutôt crever ! ;)
Cela dit, c'est bien, plusieurs endroits où des gens, potentiellement différents, pourront s'exprimer... Comme dit Jules, les @sinautes qui le souhaitent ne manqueront pas de blablater sur Hors-série ici.
Pour ceux qui aiment s'abonner aux sites qui revendent toutes les données personnelles de leurs clients. Comme Facebook.
Je privilégierai, comme le souligne J-net, les forums d'@si, quitte à ce que ça mette un peu le dawa.
"Comme Facebook."
comme Ulule...
D'ailleurs, le créateur d' Ulule s'appelle Hank, c'est dire...
Je ne sais pas pas. Pour Facebook, clairement, les choses sont établies depuis que je me suis intéressé à leurs conditions il y a quatre ans déjà, et ça ne s'est pas amélioré.
Je ne me suis pas penché sur le mode de fonctionnement de Ulule.
Ma "réponse" à Judith (commentaire du commentaire, pour être précise) va être sous un tas de trucs et ça a failli me faire renoncer. Comme quoi on écrit pour la satisfaction d'être lu, et pour être regardé en train de démolir, pour Djinneo, pas pour le plaisir de démolir en soi. La lassitude de Judith ne peut pas être un argument pour faire taire les messages type ceux de Djinneo. Donc je comprends qu'on en arrive à "pas de forum du tout".
Mais je suis addict au forum d'asi, alors que je me lasse des autres. Difficile de comprendre pourquoi quand Judith pointe ses défauts. Aucune explication, c'est un fait. Et je ne suis pas ravie de l'absence de forum sur le nouveau site.

Ce que je voulais remarquer est que ce n'est pas forcément un mécanisme de contre-pouvoir. Je ressens surtout que c'est "une liberté" et non pas un pouvoir qui caractérise votre place à la tribune, votre privilège.

Je ne vous raconte pas le degré de frustration personnelle que je ressens. (bof je me demande bien pour prétendre à quoi, en même temps mais ça n'empêche)
Peu d'appuis tangibles, Lordon vous assassine en passant, même DS vous contrarie, peu de moyen, vous êtes quasi bénévole, même dans ce nouveau site. Pourquoi? Au nom de quoi tous les autres qui fonctionnent autrement et vous ainsi? L'impression que vous puisez tout en vous en pleine liberté et indépendance. Sans l'ouverture d'esprit que vous nous montrez largement dans vos articles et surtout dans votre venue dans les forums, ça ferait peur!
Faut dire qu'on n'est pas dans l'arrière boutique. en d'autres temps on vous aurait donné votre espace et tout aurait été plus simple?
Je dirais tout pareil en face à face, sauf que par timidité je ne me lancerais surement pas. Sur le forum j'ai la sensation qu'il faudrait que j'arrose tout de smileys en arrosage automatique.
"Lordon vous assassine en passant"

Où ? Quand ? J'ai raté un épisode ?
Je regrette déjà d'avoir mis ça. Souvenir? Cliquage sur un lien impossible à retrouver? Confusion avec le film tiré de sa pièce? Je ne sais ni ou ni quoi, j'étais resté avec cette impression qu'il n'était pas emballé et l'avait dit.
J'ai essayé de retrouver, mais comme je ne peux pas: effaçons.
Oui, faut éviter ce genre d'affirmation désinvolte, tout de même. Il m'a dit avoir été emballé, et par ma création de D'un retournement l'autre, et par mon spectacle Bienvenue dans l'angle Alpha, adapté de Capitalisme, désir et servitude. Nous sommes en excellents termes, et j'étais tout à coup profondément déconcertée d'imaginer qu'il avait pu médire quelque part...
vous êtes quasi bénévole, même dans ce nouveau site

faut pas déconner: ça fait un smic pour 1 à 2 émissions par mois, on est très loin du bénévolat.
et encore, dans le meilleur des cas, parce-que je rappelle que des D@ns le texte, y'a eu que 2 émissions en 1 an!
Un Smic ? Une émission m'est payée 360€ nets (tout compris : les 20h minimum de prépa, et bien sûr le tournage et la post-prod). Une par mois. Dans quel pays c'est un SMIC, ça ?
On parle de Hors-Série, pas d'@si: vous levez 60k€ à 4 animatrices, sur 12 mois, ça fait 1250€ mensuel chacune.
Et c'est quoi votre métier dites vous ? Vous avez pas peur du ridicule ?
En fait continuez comme ça, et Judith verra bien qu'elle n'a pas à se sentir blessée de vos propos. Et moi j'aime rire.
Vous voulez parlez des frais, j'imagine ? Comme le fait de choisir Spielberg comme réalisateur d'un entretien plutôt qu'un trépied sur lequel poser une caméra ?
La règle de départ et qu'elles se sont elles-mêmes fixé est pourtant celle-là: 1250€ par mois pour livrer 1 à 2 émissions.

Après, si elles veulent Spielberg derrière la caméra, tourner sur l'île Maurice, faire de la 3D, avoir des effets spéciaux, et se faire composer une bande originale par l'orchestre national, effectivement, il va falloir taper dans les 1250€
(ou se retrousser les manches)
En effet : là je commence à rigoler. Ça fait du bien.
Ca me fait de la peine pour vous que vous persistiez à coller sur internet les seuls schémas de production de la télé traditionnelle.

Mais riez, c'est toujours moins difficile que de comprendre.
C'est quand même bien les forums.
Moi j'apprends des tas de trucs.
Vous êtes mignon, Djinneo. Vous pensez qu'une émission, ça se fabrique juste avec une présentatrice qui cause avec un invité ; personne pour tenir la caméra, poser la lumière, le son, faire le montage. Vous pensez qu'un site internet, ça naît tout seul sur la toile, par une opération du web esprit, sans un développeur, sans un hébergeur. Vous pensez que quand une présentatrice touche une pige à 360€, y a pas autant d'argent qui part en cotisations sociales. Adorable : j'adore votre monde - le vilain gremlin se croit sur la planète des bisounours.
J'adore votre monde Madame Bernard, où il faut à l'animatrice tout un petit monde s'affairant autour d'elle, et des gros moyens, sinon, vous pensez bien qu'il ne s'agirait pas vraiment d'un entretien; et où elle est à peu près la seule sur Terre à payer des impôts.

Oui, Madame Bernard, vous pouvez créer et héberger vos émissions et votre site pour peau de balle.
Je dis pas "pas cher", je dis gratuitement.
Et là, un type qui fait et héberge des sites web pour gagner sa vie (moi) explose de rire.
oui mais ça c'est parce que t'es pas rapide ! :-)
C'est parce que tu es antisémite.

(j'essaie d'enrichir le forum)
Normalement, ça démarre au quart de tour, mais là on est tous concentrés sur les municipales ...
municiquoi ?

C'est dimanche, c'est ça ? J'ai rien reçu encore
AHAHAHAH AHHhahaha
AAHahahh !!!
Vaut effectivement mieux t'exploses de rire que d'avouer et d'apprendre aux autres qu'il est si facile de se passer de tes services :-)

Profite de ton taf, le temps qu'il paye encore, hein ;-)
Ah ouais, quand même !
Je promets certes pas du streaming pour 30000 abonnés en même temps ou de l'upload à 1 méga, mais si on s'en tient au cahier des charges (un site web, abonnements, permissions, et émissions), y'en a effectivement pour peau de balle.

-> 2 manuels à lire et un nom de domaine à louer (5 euros/an)
le tout sans pub intempestive, hein, ça va de soi
Vous me faites penser à tous ces neuneus qui ont réussi à plomber effectivement les métiers de la PAO parce qu'ils ont découvert powerpoint.
Je ne sais pas ce qui était le plus terrible, voir partir des gens compétents, des gens complexes, entiers, qui allient des qualités artistiques fines et sensibles avec une grande connaissance technique,… ou bien voir les innombrables productions minables, hideuses et au final évidemment illisibles des neuneus sus-dits.

Alors c'est quoi, vous venez de lire un livre sur le logiciel libre ? Comment créer son site en cinq étapes ?
Faut pas confondre compétents et passionnés avec gavage à la limite de l'escroquerie.
Vous me faites penser à tous ces parasites du monde de l'industrie de la musique qui, comme vous, justifient leurs vols en parlant "expertise" et "amour du travail bien fait".

Ou à tous ces beauf' qui répètent à l'envie que les voitures françaises c'est quand même autre chose que les asiatiques. C'te bonne blague.

Si un webmaster est passionné, il restera passionné même s'il fait plus les marges qu'il se faisait.
Bien sûr et tant mieux qu'il y a l'open-source. Mais y'a aussi l'off-shore, hein... (encore ces en*** d'asiatiques, non ?)

Là ou j'explose de rire, c'est que tous les CMS sont utilisés à foison par toutes les web agencies. A tour de bras. Et ça facture le "delivery" un bras, un oeil, une fortune, alors qu'un simple mail avec un lien html et le client découvre tout un monde!
Mais bon, faut effectivement savoir si son taf c'est de se remplir son frigo, ou d'aider les autres à remplir le leur.

Enfin et surtout je lutte contre cette idée moisie que le net ne serait pénétrable que par des initiés "professionnels".
Y'a pourtant une pléthore de dév' qui se cassent le cul à rendre tout ça accessible.

La base du web, c'est quand même pas de devoir passer par des tiers centralisateurs, et parasites qui vont en plus t'amputer d'un bras.
Et c'est plus facile que jamais.

Vous parlez de quel tutoriel? Vous en conseillez un en particulier ? Parce-que justement, plutôt que de poster mes vidéos de smartphone sur YouTube et d'être payé à la publicité, j'aurais imaginé un système d'abonnement, un truc pas cher, à la fiabilité éprouvée, dont je maitrise les tenants et les aboutissants.

bon enfin bref... restez avec vos certitudes et vos magouilles malhonnêtes, ça va pas m'empêcher de dormir
Tant mieux car il est temps !
Ca rigole, ca se moque, ça tourne en ridicule, mais dans la pratique, ça n'a aucun argument.

Et là, un type qui fait et héberge des sites web pour gagner sa vie (moi) explose de rire.

C'est pas ce qu'on appelle un argument d'autorité, par hasard ?
Non, c'était juste spontané.

Le plus amusant, c'est que je connais effectivement des hébergements «gratuits», particulièrement des PaaS, probablement plus puissants que ce que vous avez en tête. Je m'en sers d'ailleurs régulièrement pour du déploiement rapide, ça évite tout un tas de problèmes de configuration serveur. Mais leurs capacités, en gratuit, sont valables pour une charge légère, quelques requêtes par seconde.

Alors je serais curieux de connaître votre solution miracle «2 manuels à lire», parce que j'aime apprendre et j'adore être surpris. Vu que pour n'importe quel développement de site et son hébergement, ça me semble être plutôt 24 manuels à lire, dont beaucoup excédant un nombre de pages raisonnable, et beaucoup d'emmerdes en perspective.

Mais je suis certainement un dinosaure. Ça me rappelle la fois où OVH avait perdu quelques milliers de serveurs, dont un que j'hébergeais chez eux parce que ce n'était pas cher pour de la bande passante illimitée à l'époque (mais pas gratuit). Leur communication avait été sibylline : «Ah ben c'est niqué, désolé.» 7Go de données perdues -- ah ben fallait avoir une sauvegarde, tiens, 25e manuel : «Comment faire une sauvegarde d'un site distant avec base de données».

Ou la quantité de gens qui m'appellent en me disant «J'ai une erreur 500 sur mon site, qu'est-ce qui se passe?» Ah ben ouais, mais ça c'est pas dans les «2 manuels à lire» pas plus que les erreurs de base de données, les attaques DoS et j'en passe.

Mais bon, z'avez l'air bien dans vos petites certitudes. Moi, personnellement, et vraiment du fond du coeur, j'adorerais que ça soit votre vision idyllique parce que ça me dégagerait beaucoup de temps pour faire autre chose, et j'aimerais faire autre chose. Néanmoins, ce n'est pas comme ça que ça se passe, et de très, très loin.
en gratuit, sont valables pour une charge légère, quelques requêtes par seconde.
Ah mais pourquoi être stressé et participer à la course des rats ?(rat race).
Gérer une file d'attente, ça vaut peau de balle!

Alors je serais curieux de connaître votre solution miracle «2 manuels à lire»[...] ça me semble être plutôt 24 manuels
1: debian
2: drupal


Mais bon:
1: fedora
2: joomla
ça marche aussi très bien
Le dernier site d'importance que j'ai monté, de manière amusante, je me suis dit «Drupal, trop simple!» et je l'ai devisé 3 mois. J'y ai passé 18 mois et il n'est qu'à moitié fini. Accessoirement, le site de Hors-Série devrait être réalisé sous Drupal, d'après ce que je subodore.

Mais rien de ça ne protège contre un pétage «error 500» ou une attaque DoS. Ça dépasse sérieusement les «2 manuels» à lire.

Et là, un type qui fait et héberge des sites web pour gagner sa vie (moi) explose de rire.

Mince, tu m'as ridiculisé. O grand guru de l'informatique, pour me remettre dans le droit chemin, daignerais-tu me répondre, même juste pas oui ou par non? Sérénissime référence des web 2.0 universels, Gemp, voici mes questions:

1°) même si j'y connais rien en informatique, sauf que je sais lire et écrire, est-ce que je peux faire un site web 2.0 pour peau de balle ?

2°) est-ce qu'il existe des solutions de commerce en ligne pour peau de balle ?

3°) est-ce que mon propre ordinateur à moi, et aussi n'importe quel autre, peut servir de serveur web et de serveur de fichier pour peau de balle ?

4°) est-ce qu'à raison de 700 Mo l'émission, et de 5 émissions par mois, je tiens plus de 10 ans avec mon disque dur de 500 Go pour peau de balle ?
Si t'as un site pour peau de balle, si peau de balle se fait la malle, il te reste quoi?

Et, oui, en revanche, tu peux l'héberger chez toi, sur ta machine, c'est même tout à fait pertinent philosophiquement pour tout un tas de raisons. Mais ce n'est pas «2 manuels», c'est une grosse bibliothèque, et nos fournisseurs d'accès ne permettent pas vraiment ça -- mais il y a des alternatives.

Pour tout le reste, c'est une question de temps. Tu peux devenir un astrophysicien, il suffit d'apprendre. Tu peux faire ton propre site web, suffit de savoir le faire. Si tu as envie d'apprendre, tu peux tout faire. Mais pas avec «2 manuels», c'est une vue de l'esprit, à moins que ça ne soit un Tumblr.

Si t'as un site pour peau de balle, si peau de balle se fait la malle, il te reste quoi?
Nan, ça c'est un scénario déjà répertorié: judith et daniel sont dans un bateau, judith part faire sa sirène, qu'est-ce qui reste ?
Faut suivre ;-)

Et, oui, en revanche, tu peux l'héberger chez toi, sur ta machine, c'est même tout à fait pertinent philosophiquement pour tout un tas de raisons. Mais ce n'est pas «2 manuels», c'est une grosse bibliothèque, et nos fournisseurs d'accès ne permettent pas vraiment ça -- mais il y a des alternatives.
Retenons déjà, avant de se dire qu'il y a mieux ailleurs, que chez Free et Orange c'est tout à fait possible.

Ce qui veut dire, en gros, qu'à partir du moment où j'ai internet (en tant que simple client lambda d'un FAI), que je suis capable d'être moi-même un fournisseur "professionnel" de contenu audio-visuel que je produis moi-même.

Juste avec mon ordi' normal, et mon abonnement à Free/Orange normal.
Juste rien qu'avec ça.

Pour tout le reste, c'est une question de temps. Tu peux devenir un astrophysicien
Certes c'est parfois compliqué. Ce dont on est sûr c'est qu'il faut au moins du travail, et au moins du temps.

à moins que ça ne soit un Tumblr.

celui d'aloria m'est source de rigolitude
http://securityreactions.tumblr.com
Certes c'est parfois compliqué. Ce dont on est sûr c'est qu'il faut au moins du travail, et au moins du temps.

Exactement. Beaucoup de temps. Beaucoup. J'en sais quelque chose.
Toujours est-il que ce serait pas plus mal que les filles soient conscientes que leur projet peut coûter peau de balle et qu'à priori, elles ont chacune largement les capacité de gérer individuellement le bouzin, si tenté qu'elles se fadent 2 (ou 4, ou 42) tutoriels bien choisis.
Tout coûte peau de balle à partir du moment où on se fade 42 tutoriels.
Quel monde apocalyptique, n'est-ce pas, de voir des lambdas monter en compétences sur des domaines qui nous étaient réservés ?!
Un smic ça coûte 2250 € à une entreprise.
Ensuite, pour @si, une pige, c'est une pige: c'est le résultat qui est payé, pas le temps passé.
Vous ne ferez pas pleurer dans les chaumières, parce-que c'est exactement le même cas pour nombre de vos concitoyens.
Je viens de découvrir la stupéfiante bêtise sur laquelle vous croyez pouvoir fonder vos invectives. Je ne perds plus de temps à prendre en considération vos posts, Djinneo.
C'est bien tout à votre image de vous apitoyer sur votre sort tout en balayant d'un revers de main toutes celles et ceux qui ont le même.
Djinneo.

Vous m'avez demandé d'être courtois et de ne plus vous tutoyer. Je me suis exécuté. Je vous demande de ne plus mettre de majuscule à djinneo. Merci d'avance.
Effectivement, vu comme ça, il est préférable de ne pas mettre de forum.
Ouhla ! Lordon m'assassine en passant ? Mais de quoi causez-vous donc ?