686
Commentaires

La peste et le burn out

Evacuons d'abord l'accessoire, l'amère satisfaction de voir Fillon renvoyé en son manoir.

Derniers commentaires

C'est quand même dingue le nombre de personnes qui n'ont rien compris au mouvement la "France insoumise" ! Jean-Luc Mélenchon est juste respectueux du mouvement. Non, il n'appellera pas à voter, son appel "pas une voix pour Le FN" est assez explicite. N'en attendez pas plus. Maintenant les membres de la FI sont assez grands pour savoir ce qu'ils ont à faire. Une consultation est en cours, avec 3 possibilités : vote blanc ou nul, pour Macron, ou abstention. Et gageons que même si une majorité se dessine, le 2 mai au soir (fin de la consultation), chacun fera ENCORE ce qu'il voudra (c'est fou, non ?)

Pour ma part, depuis dimanche, j'hésite encore entre voter blanc ou m'abstenir. Une chose est sure, je ne voterai pas Macron.
Et j'en ai assez qu'on me fasse la morale ! De tous côtés, les injures pleuvent ! ça va de "Tu avantages le FN !" jusqu'à "tu es complice du FN !". j'en passe et des meilleures...

ça suffit ! STOP !

J'ai milité pendant toute la campagne avec la France insoumise, je n'ai pas voté Hamon aux primaires socialistes, d'ailleurs, je n'ai pas voté du tout , et si je l'avais fait, j'aurais certainement voté Valls, parce que je savais que Hamon nous piquerait des voix ( mais ça, je n'ai pas pu non plus, trop honnête, je suis). Je n'ai eu de cesse d'alerter sur un vote soi-disant "utile" pour Macron contre le FN au premier tour.

Oui, j'ai fait le job pour éviter la situation d'aujourd'hui. Et on viendrait, maintenant, me dire que je risquerais de faire élire Le Pen ? Non mais ça va pas ? Vu toutes les engueulades que je reçois, je me dis qu'il y en aura bien assez qui voteront Macron et ce que j'aimerais, c'est qu'il soit élu avec un score minimal. Qu'il comprenne que son élection est due au vote "pour le moins pire", et pas par adhésion.

Il nous reste les Législatives et si nous avons un maximum d'élus de la France insoumise à l'Assemblée nationale, nous pourrons peut-être éviter le pire du Macron. Voilà la bataille qu'il nous faut mener aujourd'hui.

Et puis...il nous faudra lutter, partout, tout le temps ! Faire suer le Macron ! Lui mettre des bâtons dans les roues, ne pas lui laisser le champ libre !

Nous avons obtenu plus de 7 millions de voix ! Gageons qu'elles ne resteront pas muettes...Le mouvement "France insoumise" ne s'est pas arrêté après l'élection, bien au contraire, il continue de grandir. de 440 000 avant le 1er tour, Il est aujourd'hui, et à l'heure où j'écris, fort de plus de 487864 membres ( ça grimpe d'heure en heure). Non, celui-là , ne "marche" pas...il court ! La France insoumise est aujourd'hui, le plus grand mouvement de France ! Le Macron, avec ses 200 000 "marcheurs", peut aller se rhabiller.

Alors je garde confiance..Un jour ou l'autre, on les aura.
Je vais quand même revenir à la charge avec mes gros sabots, parce que j'ai un peu de mal à ne pas prendre ce billet comme une "injonction médiatique".

Alors, de un : Macron n'a pas besoin de la voix de Daniel Schneidermann ni d'aucun des insoumis pour l'emporter (cf démo dans commentaire sur "Un bon et un mauvais anti-lepenisme ?"). Le Pen n'est même pas en tête du premier tour, ne tapera même pas les 10M de voix. Fillon, Hamon et une partie du staff FI, plus tous les autres, le soutiennent d'une manière ou d'une autre. Donc tranqs ! C'est pas la mère Boutin qui va créer la bascule dans l'opinion, hein (oui je m'avance un peu mais quand ça concerne Boutin je me permets). Bon je ne m'attarde pas là-dessus, pas de Le Pen à l’Élysée en 2017, c'est comme ça (désolé pour les fans de sensations fortes et les militants perdus et autres MAZ -cf Todd 2015- en manque de cause fondamentale à porter).
Qu'est-ce qu'il nous reste comme argument à mettre dans la balance ? Les scores. Dans l'absolu, je m'en fous de voir le 7 mai au soir un 62-38 ou un 53-47. Les médias (dont quasi tous les médias indépendants dont je m'abreuve quotidiennement) sont obnubilés par ces pourcentages. "X% des Français votent FN" ; "X% des électeurs.." etc. Déjà on n'est pas des pourcentages, mais 47 581 118 électrices et électeurs inscrit-e-s, parmi lesquels 36 058 813 ont exprimé un choix en faveur d'un-e des 11 candidat-e-s en lice au premier tour. De celles et ceux-là, 16 336 819 ont voté pour un-e candidat-e finalement qualifié-e au second tour (à ce propos je viens de voir passer une dépêche "31% des Français seulement satisfaits du second tour"... ça paraît logique du coup). Le second tour aura lieu entre deux candidats désignés par 1/3 d'un corps électoral qui n'en a en majorité (11 522 305, c'est quand même bien plus que les 8 657 326 votes Macron) préféré aucun. Le système est nase, à un moment il faut bien trouver un moyen de l'exprimer par ce qu'ils appellent "ladémocratie", on n'est pas obligés, encore, de leur faire plaisir. [1]

Du coup, deuxièmement. Deuxièmement, du coup, considération stratégique, introduite par le classique rappel historique. "82 % ! Putain, 82% !" La voix d'Yves Lecoq résonne encore dans ma tête derrière la marionnette de Chirac. Le prélude au sarkozysme. Vous vous rappelez de ces 5 ans d'opposition ? On était presque soulagés en 2007, de pouvoir taper sur un enfoiré assumé. Je suis encore malade d'entendre l'opinion autour de moi sur "Chirac, un mec cool", "Chirac, il a quand même battu Le Pen en 2002", etc.
Aller voter Macron, vous aurez beau dire ce que vous voulez à longueur de tribune et de billet de blog, c'est le légitimer pour le quinquennat et lui accorder le statut de "dernier rempart contre le Front National" (alors que la plupart des salopards tenant ce discours se satisferaient tout autant de Le Pen). Vous auriez donné à Hollande, en plus, la légitimité de l'antifascisme ? Vous voulez que les manifs de la rentrée soient massives ?
On sera d'accord sur le fait que 12M Macron - 9M Le Pen - 26M abstentions/blancs/nuls ça n'a pas la même gueule que Macron à 20M. Ça change les rapports de force, je pense, en notre faveur.

Alors le troisièmement ne tiendra pas compte des points précédents. Troisièmement, sur mon échiquier politique privé, celui sur lequel je me situe en plein centre, Macron et Le Pen représentent chacun un extrême (même plusieurs). Alors admettons qu'on n'utilise pas l'expression délavée et surannée "peste ou choléra"... mais. Mais le programme de Macron, ou plutôt ce qu'il va effectivement réaliser pendant 5 ans, ce n'est pas un burnout. L'apogée (en encore, ils sont capables de tellement...) de la violence institutionnelle légitimée par "ladémocratie" qui monte en puissance depuis 2002, ce ne sera pas un petit épuisement professionnel pris en charge par la Sécu.

Quoi qu'il arrive le 7 mai, le prochain quinquennat sera violent. On va s'en prendre plein la gueule. Quoi qu'il arrive, on n'a plus le choix, on ne peut plus compter sur les institutions (au moins nationales, après localement je suppose que ça dépend), mais seulement sur nous-mêmes. Quoi qu'il arrive, le terme solidarité va prendre tout son sens pour les trois dernières générations de Français. Alors, le 7 mai, que chacun fasse ce qu'il veut, en conscience ou pas, les enjeux réels sont bien loin de ces considérations pour le moins dépassées.

[1] Puisqu'on en est là, rappelons que d'un point de vue démocratique, le vote est un instrument rare et extrême, destiné à trancher des opinions/projets irréconciliables et censé exprimer une conviction de fond. Déjà que c'est con de demander à 47 millions de personnes de désigner le père de la nation, c'est encore plus con de sommer les 2/3 du corps électoral qui ne voulaient pas des deux finalistes de trancher. Et on râle, mais j'aurais bien aimé entendre les militants FI avec Méluche au 2d tour me répondre là-dessus. Peu importe qu'il eût été élu avec 12 millions de voix ? Quel que soit son bord, un président aussi mal élu n'a pas de légitimité à mes yeux.
Je rappelle à toutes et tous qui souhaitent voter blanc pour marquer le coup, seul l'abstention le fera. En effet, le voter blanc est d'une certaine manière comptabilisé en votant.

Alors comme l'a montré Daniel dans cette news je me réclame aussi de :

NI PATRIE, NI PATRON
NI LE PEN, NI MACRON

Vous dites ? Anarchie, pas plus que Etienne le la Boétie.
Lu plus haut, un appel au vote blanc argumenté : 25% de vote blanc aurait de l'allure, et c'est vrai tout compte fait. Du sens ou du poids pour la clique, ça je n'ose pas l'espérer. Ou alors, certes convaincue de longue date de l'horreur démocratique, elle y trouvera la conviction plus forte encore de la nécessité de raccourcir la laisse du citoyen.
Bon en clair vous je sais pas pour vous mais moi je dis qu'on ne me la jouera pas deux fois !!
En 2002 OK, je ne connaissais pas encore @si et je ne savais pas que lémédias me manipulaient !!
Mais aujourd'hui, quand je vois une Lapix ricaner bêtement à sa table avec le porte parole du FHaine comme si c'était un parti comme un autre alors là je dis non !
Débrouillez vous entre vous, je ne veux plus rien savoir de vos magouilles journalistico-politico-collaborationnistes !
Macron, le candidat de l'oligarchie, qui n'a aucun programme sinon le consensus, chouchou des journaleux, normal c'est un "gentil" lui, et La Pen qui aujourd'hui renie jusqu'à son père, puisqu'elle est juste "soutenue" par le FHaine, euh ben désolée, ce sera sans moi !....
Si les partis considéraient que le FHaine n'était pas un parti démocratique au point qu'aujourd'hui ils réclament au peuple d'élire un Macron grâce au Front Républicain ben en fait, pour moi, fallait juste pas l'inviter dans le débat, la descendante des idées fachos, racistes, et ultra-libérales !
Fallait être clair dès le début, et la laisser au ban de la démocratie, place qu'on lui donne aujourd'hui, dans l'entre-deux tours, mais trop tard pour que je me fasse avoir une seconde fois par vos peurs à retardement !
Vous avez joué avec elle pendant la campagne eh bien vous vous débrouillerez avec elle après la campagne si elle devait passer !
Ni Front National, ni Front Républicain, mais toujours Front Populaire....
Perso je suis entrée en résistance depuis un moment, prête à prendre le maquis, car pour l'un comme pour l'autre, l'avenir de ce pays et de sa jeunesse est noir ! Les deux, quoi qu'il arrive, ont pour objectif de casser tout ce qui fait le socle de ce pays des droits de l'Homme : la solidarité ; et sont bien décidés à le vendre à la finance : pour être soignés faudra payer des mutuelles, pour être enseignés faudra payer des précepteurs privés, pour travailler faudra accepter les bases des salariés étrangers sans aucune sécurité !
Vous l'avez laissée se présenter à la Présidence de la République, Marine Le Pen, vous nous avez montré tout au long de cette campagne, votre belle complicité développée avec elle et son parti, par nos journaleux, les Lapix, Cohen, Aphatie, Salamé, Pujadas, etc etc.. , et par nos politiciens qui s'amusent de nos peurs en pensant qu'elles nous influenceront en leur faveur le jour j. parce qu'ils nous brandissent le fameux "choix républicain" !
Alors je vous dis que c'est trop tard pour un quelconque Front Républicain ; ça n'est pas dans un entre deux tours que l'on décide si ce parti est un parti démocratique ou s'il ne l'est pas, soyez plus clair à l'avenir dans vos campagnes !!
Peut-être serez vous tous invités au bal nazi du Nouvel An à venir, cela vous aidera sans doute à éclairer votre lanterne !....
Sans moi !....
Juste une petite reflexion personnelle...
Pour ma part bien que melenchon a fait globalement une bonne campagne, j'ai pas compris les choix de fin de campagne, certes les medias/concurrents l'ont enfermes sur sa "gauche", la "gauche" qui fait "peur" a ceux biberonnes aux medias "mainstream", c'etait previsible, on aurait pu s'attendre a ce que la campagne M. anticipe mieux cela.
Mais c'est surtout le choix de la "derniere image" qui m'a etonne, celle qu'aura l'electeur hesitant dans l'isoloir, ils choisissent symboliquement d'eux-meme de s'enfermer sur leur gauche et termine sur l'international... Pour une election type primaire de gauche, ou quand on est en situation de challenger d'un parti de "gauche"qui devance, ok... mais la, il avait deja "battu" son concurrent de gauche et c'est une election presidentielle, faut trouver des objets consensuels qui touchent au dela de son camp, l'international (surtout type podemos and co...), c'est un choix strategique qui est loin de parler a tout le monde, curieux comme "persistance retinienne" a la presidentielle.
Non monsieur Schneidermann, hors de question de "voter contre". Ras-le-bol des "fronts républicains" qui permettent à nos dirigeants de se partager la gamelle depuis des décennies sans rien changer à la comédie du pouvoir. Et franchement, en vouloir à JLM de ne pas donner de "consigne de vote" et renvoyer ses électeurs à leur conscience est en totale contradiction avec votre combat pour éduquer notre sens critique.

Et si "l'impensable" devait se produire ? Eh bien il se produira, et peut-être que ce pays se rappellera l'importance du vote et du combat politique, ce qui sera une vertu.

Alors zut, je voterai blanc pour les raisons que vous avez dites.
"Ce n'est pas peste et choléra. C'est peste et, disons, burn out (pas trouvé d'autre image)."

ce qui se passe en grèce, ce vrai sociocide assumé, mené et désiré par le néo-libéralisme triomphant de l'UE, 8 ans que ça dure, et ces lacets passés au cou d'un gouvernement totalement impuissant à réagir, et d'une population apathique et en plein SPT (lire les nouvelles exigences de l'eurogroupe-troïka ici : EU Commission, IMF sent Greeks two MoU drafts before talks resume), c'est pas du burn-out. ce que font les banquiers dans le genre macron, c'est pas un petit mauvais moment à passer on en a vu d'autres, c'est une vraie guerre, où la démocratie parlementaire est l'ombre d'elle-même, où les droits humains les plus basiques sont remis en cause. c'est vrai, les gens ne craignent pas pour leurs vies (encore que les malades meurent faute de pouvoir s'acheter les médics les plus basiques chez vous, ou de se faire transporter en ambulance faute d'ambulanciers, etc.) mais ils meurent à petit feu dans une survie épuisante. ils ne s'endorment pas en craignant pour leurs vies, mais en se demandant ce qu'ils boufferont et sous quel toit demain.

alors burn out dû à trop de néo-libéralisme, quel mépris ! ou quelle indifférence.
non, le choix c'est vraiment entre la peste et le choléra.
mais bon, on peut choisir entre mourir de peste ou mourir de choléra, si on y tient vraiment
on peut aussi choisir de ne pas choisir

la seule chose qui importe désormais, quelle que soit la personne à l'élysée, c'est qui il y aura en face, et est-ce que la gauche peut établir un vrai rapport de force ? si la gauche (méluche, NPA) appelait à voter macron, comment ensuite persuader "les gens", après toutes ces trahisons, de se mettre en mouvement et de se battre pour leurs droits ? pour un autre type de politique ? pour d'autres rapports sociaux ?
les gens en ont marre de se faire truander, tromper, trahir, je crois.

et regardez le portugal, l'espagne, la grèce : on en sort des dictatures. mais regardez le monde entier : la pieuvre du néo-libéralisme, on dirait bien qu'on n'en sort pas... alors, lui ouvrir un boulevard et lui offrir les clefs de la maison...
J’aimerais bien être une petite souris (pas un castor) et savoir pour qui vous auriez vraiment aimé voter.
Par conviction, je veux dire. Ou à peu près (c’est difficile d’être totalement raccord avec l’ensemble d’un programme).

(Je sais que vous ne viendrez jamais le dire dans un forum, mais bon.)

Je sens, avec mon petit doigt du pied, que vous n’étiez pas pour monsieur Mélenchon ces derniers mois.
Une impression, comme ça, au fil de vos chroniques…

Et je sens que vous vous êtes laissé convaincre par les sondages, en voyant mister Mélenchon grimper.

Si c’est le cas, vous avez été influencé par la sondageomania et les médias la promouvant.

Comme beaucoup de Français (qui n’ont pas voté Mélenchon, la sondageomania étant multi-effets).

À force de voter stratégiquement, c’est à dire sous la mielleuse mais raide injonction des sondages médiacratiques,
on se retrouve avec un résultat non représentatif des forces en jeu dans ce pays.

Et, résultat, vous êtes contraint de voter stratégiquement au second tour. Pour une seconde fois.
Et ad vitam aeternam.

Votre position réelle vous a été entièrement volée sur toute la longueur, à votre insu.

N’y songez plus si j’ai tout faux, c’est une hypothèse.
Je vote Blanc en espérant qu'un jour le vote sera obligatoire avec un taux minimum de 50% de participation pour le valider et le vote blanc reconnu dans les suffrages exprimés. Macron sera président mais sa politique n'apportera rien aux plus défavorisés, ne changera rien de fondamental a un système qui crée des inégalités croissantes. C'est une droite tiédasse qui verra le jour sous la direction d'un vieux jeune ou inversement.
Et si par exception, la Marine passe, ce sera sans majorité pour gouverner. Une occasion pour dessouler les millions d'abrutis ( on perd du temps à mégotter sur leurs motivations) de ses promesses ineptes, délétères et racistes
En fait si Macron passe on aura sans doute une cohabitation d'inspiration libérale avec tout le personnel politique honni et maintenu.
Ce qui serait bien en revanche,c'est un compromis "populiste" d'inspiration péroniste. Bon sang, Le pen +Melenchon+Dupont: ça emporte tout . On retrouve notre souveraineté avec ça . L'histoire de la ligne rouge du vote Le pen au delà de la quelle tout progressiste est banni , c'est de la connerie ,excusez moi de la vulgarité. Il y a bien plus grave. Ce qui est plus grave, à mon avis , c'est le vote Macron. Après ce vote on ne pourra plus revenir en arrière. Notre pays se diluera dans le chômage , la désindustrialisation renforcée, les séparations sociale , ethnique, culturelle. sans aucun remède . La disparition du modèle français. La sortie de l'UE n'est pas une fermeture, c'est une ouverture vers de nouvelles solutions. Et ces solutions existent, on ne peut pas ne pas les essayer. C'est trop bête.

Et pourtant pour finir, avec BHL, Bergé, la banque , Gattaz, les multinationales qui rigolent (car elles ont gagné la lutte des classes), Arditti, Attali, Fillon, Sarko, 90% des journalistes on va voter Macron. C'est le tiers-état qui vote avec la noblesse et le clergé. On n'est vraiment pas en 1789.C'est trop bête!.
Notre chapelle ayant subit un coup dure recent, ayant perdu environ 1/3 de ses membres declare sur ce forum, du a une periode de grand muselage universel, je me vois dans l'obligation d'employer les grands moyens, d'invoquer l'esprit du pere peinard, sous la plume du feroce et viril Emile.
A l'adresse du/des militants/sympathisants egares qui ont cede aux sirenes des pontifes aveulis, des collectivistes emascule, des renegats de la social !


Il paraît que nous sommes souverains.
Autrefois, c’étaient les rois qui avaient cette veine, aujourd’hui c’est le peuple.
Seulement, il y a un distingo, qui n’est pas négligeable : les rois vivaient grassement de leur souveraineté, — tandis que nous crevons de la nôtre.
Cette seule différence devrait nous suffire à nous fiche la puce à l’oreille et nous faire comprendre qu’on se fout de notre fiole.
Comment, c’est nous qui remplaçons les rois et s’il plaît à un sergot de nous passer à tabac, au garde-champêtre de nous coller un procès-verbal, à un patron de nous botter le cul, tout souverains que nous soyons, nous n’avons que le droit d’encaisser… et de dire merci !
Par exemple, si cette garce de souveraineté nous rapporte peau de balle et balai de crin, y en a d’autres à qui elle profite bougrement.
Au lieu de garder ce trésor sous globe, — kif-kif une relique crétine, avec autant d’amour que si c’était trois poils de la Vierge, ou une des chaussettes de Jésus-Christ, on use de sa souveraineté… Mais on en use de la plus sale façon : on la délègue !
Et, voyez le truc miraculeux : cette souveraineté qui ne valait pas un pet de lapin quand elle était dans nos pattes, devient une source de gros bénefs pour ceux à qui nous la déléguons.
A vue de nez, il semble que ces oiseaux-là, — nos représentants, — devraient être nos larbins, nous obéir au doigt et à l’œil, n’en faire jamais qu’à notre guise, — va te faire lanlaire !
Ces bons délégués nous font la nique et, bien loin d’accepter d’être nos larbins (ce en quoi ils n’ont pas tort, car il est toujours malpropre d’obéir), ils se posent en maîtres et nous donnent des ordres, — ce qui est crapuleux !
Eux que nous avons tirés du milieu de nous ou d’à côté, sont désormais les vrais souverains ; tout doit plier sous leurs volontés : le populo n’est plus qu’un ramassis d’esclaves !
D’où vient ce changement à vue ? De ce que notre souveraineté n’est qu’une infecte roupie, une invention des jean-foutre de la haute pour continuer à nous tenir sous leur coupe.
Voici le truc : à force d’être plumé vif par les gouvernants de l’ancienne mode, rois et empereurs, le populo a fini par y trouver un cheveu et a commencé à ruer dans le brancard.
Quand les grosses légumes ont vu que ça prenait une vilaine tournure, ils ont biaisé et on dit aux rouspéteurs : « Vous avez raison de ne plus vouloir endurer des gouvernants de droit divin ; rois et empereurs sont des tigres altérés de sang, nous allons les foutre en l’air et le peuple prendra leur place : c’est lui qui gouvernera. »
Cette couillonnade avait des petits airs honnêtes qui empaumèrent le populo :
C’est lui qui allait être tout ! Quelle veine, bon sang ! C’est pour lors que ça ronflerait chouettement. Toutes les pourritures de l’ancien régime seraient foutues au rencard…
Tarata ! Quand on en vint à la pratique, ce fut le même tabac que l’ancien régime : les mêmes jean-foutre qui tenaient la queue de la poêle ont continué à gouverner sous le nom de république — l’étiquette seule a changé.
Bien mieux, autrefois le peuple avait le droit de groumer, — puisqu’il ne faisait qu’obéir. Tandis que, maintenant, il n’a même plus cette consolation : quand il veut protester, ses maîtres lui ferment le bec en lui disant : « Tais ta gueule, espèce de ronchonneur ! De quoi te plais-tu ? C’est toi qui as créé ce qui est. C’est dans ta puissante souveraineté que tu as voulu être esclave. Subis ton sort en patience : pose ta chique et fais le mort, — sinon on te fusille ! »


—O—


Y a pas à tortiller : cette vaste blague de la souveraineté populaire est tombée rudement à pic pour nous faire perdre le nord. Sans elle on serait arrivé à comprendre que le gouvernement est une mécanique dont tous les rouages fonctionnent dans le but de serrer la vis au populo ; puis, avec deux liards de réflexion, on aurait conclu que le meilleur usage qu’on puisse faire de cette affreuse machine, c’est de la foutre au rencard.
On en serait venu à conclure que pour avoir ses coudées franches, pour vivre sans emmerdements, faut se passer de gouvernement.
Tandis que, grâce à l’embistrouillage de la souveraineté populaire, on a eu un dada tout opposé : on a cherché, — et des niguedouilles cherchent encore, — à modifier la mécanique gouvernementale de façon à la rendre profitable au populo.
Comme d’autres se sont attelés à la découverte du mouvement perpétuel ou de la quadrature du cercle, certains se sont mis à la recherche d’un bon gouvernement. Les malheureux ont du temps à perdre ! Il serait en effet plus facile de dégotter la boule carrée ou de faire sortir des crocodiles d’un œuf de canard que de mettre la main sur un gouvernement qui ne fasse pas de mistoufles au pauvre monde.


—O—


Ah, les jean-foutre de la haute ont été rudement marioles, en nous sacrant souverains !
On est fiers de la chose. — y a pourtant pas de quoi faire les farauds !
Quand on rumine un tantinet, ce que ce fourbi à la manque est rigouillard : y a pas pire trouducuterie.
Pour s’en convaincre, il s’agit de regarder de près le fonctionnement de cette sacrée mystification.
Et d’abord nous n’exerçons pas notre souveraineté à propos de bottes, quand l’envie nous vient. Ah, mais non ! Les dirigeants ont réglé ta chose, — tellement que nous n’usons du fourbi qu’une fois tous les quatre ans.
Cette précaution est indispensable, paraît-il, pour nous empêcher de détériorer notre trésor : la souveraineté est un bibelot fragile, et comme le populo a les pattes gourdes, s’il la manipulait trop souvent, il la foutrait en miettes.
En ne le laissant s’en servir qu’une fois tous les quatre ans, pour renouveler la délégation aux députés, les grosses légumes n’ont pas le moindre avaro à craindre : une fois la comédie électorale jouée, ils ont de la brioche sur la planche pendant quatre ans et ils peuvent s’enfiler des pots de vin et toucher des chèques à gogo.
Voici comment s’opère l’exercice de la souveraineté.
Supposez que je sois votard :
Le dimanche que la gouvernance a choisi, à l’heure qu’elle a fixée (sans, naturellement me demander mon avis) je m’amène au bureau de vote.
Je défile entre une rangée de purotins qui s’emmerdent à vingt francs l’heure — et malgré ça palpent juste trois francs pour leur journée. Ils ont du papier plein les pattes et m’en fourrent jusque dans mes chaussettes… qui sont russes, foutre ! car en ma qualité de votard, l’alliance russe, y a que ça de vrai !
Jusqu’ici tout votard que je sois, je ne suis pas plus souverain qu’un mouton qu’on écorche.
Attendez, ça va venir…
Dans la tripotée de bulletins dont les distributeurs m’ont farci, j’en pige un, que je roule en papillotte.
Pourquoi celui-là plutôt qu’un autre ?
Je n’en sais foutre rien ! Le coco dont le nom est dessus m’est inconnu ; je n’ai pas été aux réunions, ça me dégoûte ; je n’ai pas lu les affiches, elles sont trop cannulantes… quèque ça fait, j’ai confiance !
Mais, nom d’un foutre, ma souveraineté est toujours pucelle : j’en ai pas encore joui.
Quoique j’aie mon bulletin dans les pattes, tout prêt à être enfourné dans l’urne, je ne suis pas encore souverain ! Je ne suis qu’une belle pochetée que la gouvernance tient sous sa coupe, que les patrons exploitent ferme et que les sergots font circuler à coups de renfoncements quand il m’arrive d’être attroupé.
Ne désespérons pas ! je serai souverain.
J’avance… Enfin, mon tour arrive ! Je montre ma carte, — car je suis en carte ; on ne peut pas être souverain sans être en carte.
Maintenant, j’ai des fourmis dans les doigts de pied : c’est sérieux, — évidemment le moment psychologique approche, — j’allonge la patte ; je tiens ma papillotte entre les deux doigts, le pouce et le chahuteur.
Eh là, reluquez ma tronche !
Quelle scie qu’il n’y ait pas un photographe…
Une… deusse… Je vais être souverain !
Juste à la seconde précise où j’ouvrirai mon pouce et mon chahuteur… juste au moment où la papillotte sera lâchée, j’userai de mes facultés de souverain.
Mais, à peine aurai-je lâché mon chiffon de papier que, bernique, y aura plus rien ! Ma souveraineté se sera évanouie.
Dès lors, me voilà redevenu ce que j’étais il y a deux secondes : une simple niguedouille, une grande pochetée, un votard cul-cul, un cracheur d’impôts.
Sur ce, la farce est jouée ! Tirons le rideau…
J’ai été réellement souverain une seconde ; je le serai le même laps de temps dans quatre ans d’ici.
Or, je ne commence à user de cette roupie souveraine qu’à l’âge raisonnable de 21 ans, — c’est un acte si sérieux qu’il y aurait bougrement de danger à me le laisser accomplir plutôt, — c’est les dirigeants qui le disent, et ils s’y connaissent !
Une supposition que je moisisse sur terre jusqu’à la centaine : le jour où j’avalerai mon tire-pied j’aurais donc quatre-vingt ans de souveraineté dans la peau, — à raison d’une seconde tous les quatre ans, ça nous fait le total faramineux de vingt secondes…
Pour être large, — en tenant compte des ballotages, des élections municipales, des trouducuteries électorales qui pourraient se produire, — mettons cinq minutes !
Ainsi, en cent ans d’âge, au grand maximum, en ne laissant passer aucune occase d’user de mes droits, sur mes quatre-vingts ans de souveraineté prétendue, j’aurai juste eu cinq minutes de souveraineté effective !
Hein, les bons bougres, voulez-vous m’indiquer une bourde plus gigantesque, une fumisterie plus carabinée, une couleuvre à avaler, plus grosse que le serpent boa de la souveraineté populaire ?


—O—


Mais foutre, c’est pas tout ! Y a pas que cette unique gnolerie dans le mic-mac électoral.
J’ai dit que, tout en me laissant bonne mesure ce sera rudement chique, si en cent ans d’existence, j’arrive à jouir de cinq minutes de souveraineté effective.
Encore faut-il pour que je ne sois pas trop volé, que ma souveraineté vienne à terme et ne soit pas une fausse couche.
Or, ça me pend au nez !
Me voici, sortant de poser mon papier torcheculatif dans la tinette électorale. J’ai fait « acte de citoyen » ! Mais cet « acte » ne va-t-il pas tourner en eau de boudin ?
Mon papier va-t-il servir à quelque chose ?
J’attends l’épluchage des torche-culs…
J’apprends le résultat…
Zut, pas de veine, je suis dans le dos ! L’apprenti bouffe-galette pour qui j’ai voté remporte une veste. Je suis donc blousé, dans les grands prix !
Ma souveraineté a foiré. J’aurais aussi bien fait d’aller soiffer un demi-stroc chez le bistrot. Ça m’eût fait d’avantage de profit.
Ce qui peut me consoler un brin, c’est que l’épicemar du coin, qui a eu le nez plus creux que bibi et qui a voté pour le bon candidat — c’est-à-dire pour celui qui a décroché la timballe, — est logé à si piètre enseigne que moi.
En effet, à l’Aquarium, son bouffe-galette s’aligne de telle sorte que, chaque fois qu’il vote, il est toujours dans la minorité.
Donc, mon épicemar est volé lui aussi ; sa souveraineté est comme la mienne, — elle ne vaut pas tripette !
Ainsi, c’est net : je vote pour un candidat blackboulé.
C’est comme si je n’avais pas voté.
Mon voisin vote pour un candidat qui se range dans la minorité.
C’est encore comme s’il n’avait pas voté !…
Et si, au lieu d’être un votard grincheux, j’avais suivi le troupeau des moutons bêlants qui ont voté pour le bidard de la majorité ?
Eh bien, je n’en aurais pas eu un radis de plus en poche ! J’aurais tout simplement la triste satisfaction de me dire que j’ai donné un coup d’épaule à un chéquard.
Dans tous ces arias, que devient ma souveraineté ?
Elle ne devient rien, mille tonnerres ! Elle reste ce qu’elle a toujours été, de la roustamponne : un attrape-nigaud, un piège à prolos, — et rien de plus, nom d’une pipe !


—O—


Comme fiche de consolation, les grosses légumes veulent nous faire gober qu’un tel fourbi a pour résultat de mettre le gouvernement dans les pattes de la majorité.
Ça, c’est encore une menterie faramineuse !
Ce n’est jamais la majorité qui gouverne. Ce serait elle que nous n’en serions pas plus heureux pour ça, attendu que tous les mic-macs gouvernementaux ne sont que des fumisteries d’escamotage : quoiqu’il en soit, je le répète : ce n’est jamais la majorité qui tient la queue de la poêle.
C’est toujours une majorité de crapules qui s’est accrochée à nos flancs — et qui s’y maintient grâce à la gnolerie du populo.
D’ailleurs pour bien se rendre compte que cette racaille n’a rien de commun avec la majorité, y a qu’à éplucher par le menu la distribution des bouffe-galette à l’Aquarium.


—O—


Supposons que la population de la France, qui est, à vue de nez, d’une quarantaine de millions, soit tassée sur une surface grande comme une page de mon almanach.
Or, il y a juste dix millions d’électeurs sur ces quarante millions d’habitants.
Pourquoi 10 millions et non pas 12 ou 18 ? Pourquoi ne commence-t-on à voter qu’à 21 ans ? Pourquoi les femmes ne sont-elles pas électeurs ? Pourquoi faut-il que les bons bougres aient des quittances de loyer pour être inscrits ? Pourquoi les soldats ne votent-ils pas ?
Ça, — ainsi que bien d’autres contradictions, — personne n’a jamais pu les expliquer, c’est la bouteille à l’encre !
Donc, y a dans toute la France que dix millions d’électeurs.
Supposons que ces couillons-là poussent en carré, kif-kif les asperges, et pour les classer prenons les chiffres de la foire électorale de 1893. Ils occuperont juste le quart de la page, soit le carré ci-dessous :
Reluquez ça, les camaros, et en un clin d’œil vous aurez constaté que c’est la minorité qui fait la pluie et le beau temps.
Le carré des abstentionnistes fait à lui seul le tiers des électeurs ; vient à côté le carré des votards dont les candidats n’ont pas décroché la timballe, — ils sont 2.458.000. Ces deux carrés réunis font plus de la moitié : ceux-là se passent de députés.
Viennent ensuite les carrés des élus : celui des socialistes est le plus maigre ; celui des réacs le suit, puis celui des radicaux. Faisant la loi à tous ceux-là nous tombons ensuite dans le trou à fumier des opportunards et des ralliés : c’est eux les plus forts, et c’est eux qui gouvernent… et ils ne sont pas le quart des votards.
Et encore, foutre, faut-il pas crier trop haut qu’ils gouvernent ! Les 300 bouffe-galette qui représentent ces 2. 300.000 votards ont en effet à balancer les 270 birbes des diverses oppositions. Seulement, y a de tels mic-macs à l’Aquarium que la plupart du temps, les députés se fichent de l’opinion de leurs électeurs autant qu’un poisson d’une pomme.
Ils votent suivant les ordres d’un ministre ou les ordres d’un distributeur de chèques. De sorte que ces 2.300.000 andouilles qui ont voté pour des bouffe-galette de la majorité, n’ont — même pas eux ! — la veine d’être représentés selon leur cœur.
En dernier ressort, c’est une douzaine de crapules qui gouvernent la France : des ministres comme Rouvier, Bailhaut ou Dupuy, des distributeurs dec chèques comme Arton ou des banquiers comme Rothschild.


—O—


Quant à espérer s’enquiller dans la mécanique gouvernementale, de manière à se rendre utile au populo, c’est un rêve de maboules et d’ambitieux.
C’est un sale truc que de se foutre tout rond dans un marécage pestilentiel pour se guérir des fièvres. C’est comme Gribouille qui se fichait à la Seine pour ne pas se mouiller.
D’ailleurs, on a été assez salement échaudés par des bouffe-galette qui parlaient au nom du peuple pour être guéris de la maladie votarde.
De tous les types qui avaient du poil au ventre, alors qu’ils étaient au milieu du populo, combien y en a-t-il qui, une fois élus députés, sont restés propres ?
Tolain, Nadaud, Basly et un tas d’autres ont retourné leurs vestes.
Quant à ceux qui ne se sont pas pourris complètement, ils ont pris du ventre et se sont bougrement ramollis.
Le plus chouette est de se tenir à l’écart, de faire le vide autour des tinettes électorales.
Puisqu’on nous serine que nous sommes souverains, — gardons notre souveraineté dans notre poche, ne soyons plus assez cruches pour la déléguer.
C’est pour le coup que les grosses légumes feraient une sale bobine !
Ne pouvant plus se réclamer du populo, tout leur péterait dans les mains ; les rouages gouvernementaux n’étant plus graissés par l’impôt se rouilleraient, et en peu de temps la mécanique autoritaire se déclencherait et ne fonctionnerait plus
Ce serait pour le populo le commencement d’une riche saison de bien-être !

Le muselage universel
Émile Pouget

Almanach du Père Peinard, 1896.

Le Muselage universel
Petit argumentaire pour sortir de mon burn out, je propose "TOUT SAUF MACRON"

Mon objectif : sanctionner les coupables

Qui sont les coupables ?

1 - Ceux qui sont aux manettes depuis des décennies : dont Macron qui reste en course pour la présidence.
2 - Ceux qui ont assuré la promotion de MLP tout en agitant la menace du "diable" : les oligarques et leurs chiens de garde à savoir les médias et divers éditocrates qui voudraient nous faire choisir Macron.

Comment sanctionner ?

Pour le 1 : ne pas voter pour Macron ; deux solutions sont disponibles :
- voter blanc ou nul ; malheureusement les mêmes responsables n'ont jamais fait reconnaître le vote blanc et se dernier ne servirait à rien
; Macron serait toujours en tête.
- voter MLP ; cela me choque, mais, en 2012, on m'a déjà demandé de voter pour quelqu'un dont je ne voulais pas ;-) ; j'aurais peut-être dû choisir sarko plutôt que le vote nul que j'ai pratiqué en glissant un bulletin "Mélenchon" dans mon enveloppe. D'autre part de quoi est-elle directement responsable ? Elle n'a jamais été au pouvoir. Elle a encore cette chance.

Pour le 2 : il suffit de faire le contraire de ce qu'ils nous demandent en votant MLP. Il s'agit effectivement d'un vote de protestation. Elle n'a jamais pu mettre en œuvre ses idées et qu'est-ce qui nous prouve qu'elle les mettrait en œuvre ? Pourquoi agirait-elle autrement que les autres (dernier exemple : le capitaine de pédalo qui ne met pas en place ses promesses).

En conclusion, comme le vote blanc ou nul ne servent à rien, quoiqu'il m'en coûte, je propose donc un vote sanction : sanction des politiciens qui n'ont pas pratiqué les politiques permettant de cantonner le FN dans ses scores historiques et sanction de ceux qui se sont acharnés sur le seul candidat souhaitant un renouvellement de la démocratie et qui voudraient aujourd'hui nous faire voter pour le "moindre mal". J'avouerai un dernier argument : j'ai également envie de sanctionner la bêtise des électeurs de MLP au 1er tour, Je leur en veux de se laisser bercer par ses discours. Et je me dis : "Alors puisqu'ils en veulent, on va leur en donner !" Jamais MLP au premier tour, mais oui au second tour, c'est le seul choix que nous laissent les oligarques pour éliminer macron.
Lorsque les partisans de MLP auront testé leur solution, ils comprendront peut-être que le mouvement qui peut les faire sortir de l'impasse, c'est celui de la France insoumise.
Enfin, quel est le danger réel ? Le puissants qui, par la voix de leurs médias, ont eu le pouvoir d'empêcher l'accès au second tour de JL Mélenchon, auront à coup sûr le pouvoir de la museler. A charge pour eux d'éteindre le feu qu'ils ont allumé.
Recommandé par Bernard LANGLOIS - 2017, Le Coup d'Etat - networkpointzero.wordpress.com - j'ai trouvé cet article intéressant.
Très beau billet, plein d'émotions et de colère retenue...
La néo-nazie ne passera jamais...
Pour ma part j'irai me balader sur les hauteurs de ma ville africaine et l'ambassade ne verra pas ma tête d'électeur...

Cordialement
Merci pour tous les excellents commentateurs qui ont remis les choses en place, je ne m'attendais pas à un tel déferlement unanime et je l'apprécie. Mais pour moi, cette chronique, c'est l'écoeurement de trop. Je quitte un site qui a parfois son intérêt, mais qui (à mon avis) n'est pas à la hauteur de ses ambitions. Daniel Schneidermann, vous n'êtes pas un maître à penser et, comment dire, j'en ai soupé de votre égocentrisme moralisateur. Plus d'écoute et de respect des autres ne vous feraient pas de mal, y compris dans vos émissions!
je reprends à mon compte la conclusion de cet article de Lordon sur Décodex (entre autres):
"Voguons donc avec entrain vers un deuxième tour tant espéré, qui ne nous laissera que le choix de la candidate de l’extrême-droite et du candidat qui fera nécessairement advenir l’extrême-droite — avec les compliments de la presse de la vérité."
cf http://blog.mondediplo.net/2017-02-22-Charlot-ministre-de-la-verite
Diogène quand je parle de la gauche je n'inclus pas le PS il y a bien longtemps que je ne considère plus ce parti comme de gauche. Hamon à été trahi par ces "amis" et il reste candidat du PS !!!! C'est du masochisme ou du foutage de gueule car il fini par retourner à la gamelle et il va faire campagne avec valls et compagnie sous l'étiquette PS? Non dites moi que je rêve. Hamon s'est trompé ou bien il fallait une "petite caution de gauche PS" qui fait perdre La GAUCHE.
Et puis objectivement Hamon étais plus proche de Mélenchon ou de Macron ? Au fait un drapeau rouge avec du chocolat noir ça rappelle celui des communards. Ils ont "perdu" pourtant il y avait de belle idées. Alors on est déçu voir un peu triste mais le combat continu et viendront les jours heureux... J'aime cette idée.
Bonsoir Daniel,

Il est quelque chose que les journalistes de France 2 ont fait semblant de ne pas comprendre et que, je crois, vous n avez pas compris.

Mélenchon n a pas pu donner de consigne de son propre chef, de la même façon qu il n'a pas pu décider lui même de se rallier ou pas à Hamon.

Il n'est pas un chef, pourvoyeur de démocratie descendante.
Il est le représentant d'un groupe de citoyens : un porte parole, serviteur d'une démocratie ascendante.

Les électeurs des autres partis peuvent se cacher derrière des chefs qu'ils se choisissent.
Il me semble que Mélenchon a pourtant été clair lors de son discours : en démocratie, tout le monde doit faire selon son âme et conscience, individuellement.

Qu'ils assument leurs votes, ceux qui ont porté Macron et Le Pen au 2e tour.
Je suis en désaccord avec eux, mais je ne les traiterai pas en mineurs politiques.
Personnellement, je respecterai leurs positions, mais je n'assumerai pas pour eux.

Maintenant, vote blanc ou abstention ?

Bien à vous
Tiens, je vous cite
"Je reste dans ma spécialité : la déconstruction des récits médiatiques. Je ne vais pas commencer à construire moi-même des injonctions."
C'était là.

Et pour le coup, je me cite itou :
et déjà...
Tout le monde tombe à bras raccourcis sur Mélenchon parce qu’il n’a pas donné de consigne de vote. . Juste quelques arguments un peu rationnels. D’abord quelle magnifique hypocrisie que ces consignes de votes. Formidable ! Fillon le grand républicain appelle à faire barrage au front national après avoir tenté de reprendre ses idées les plus réactionnaires. Moi, je préfère le silence de Mélenchon au « geste républicain » de Fillon (on est pas loin de l’oxymore là…). Et puis, qui les suit les consignes de vote ? ça n’a jamais influencé le moindre de mes votes. On reproche suffisamment à Mélenchon son charisme de gourou pour ne pas lui donner acte de ce qu’il dit là « chacun fera en fonction de sa conscience… » il y aura des insoumis qui s’abstiendront pour de bonnes raisons d’autres pour de moins bonnes… et je peux le comprendre. Il y en aura certainement quelques-uns, trop bêtes pour comprendre à quel point c’est absurde, qui voterons pour Lepen (cela dit, demandez-vous quelle serait la proportion d’électeurs de Macron qui aurait voté pour Fillon ou Lepen contre Mélenchon si cela s’était présenté au second tour. Et il y en aura qui, comme moi, choisiront de voter contre Lepen même si cela demande d’utiliser le bulletin de Macron parce que le fascisme c’est, malgré tout, pire que le néolibéralisme.
Impossible de me ranger du côté de l'injonction médiatique. ???!!

Pauvre Daniel qui ne se rend même pas compte qu'il se livre exactement au même chantage qu'il reproche à Salamé et consorts...

Car l'"injonction médiatique" n'est-elle pas d'en appeler inlassablement à la menace représentée par les camps, les bateaux, les charters, les gudards, le On est chez nous scandé dans les meetings, la carte blanche implicite aux matraqueurs de tous les Théo...
Tout ça au sempiternel prétexte de "faire barrage" à Le Pen et appeler à voter en raison de cela pour une crevure libérale doublée d'un escroc à la place?

Parce que les "camps", les "charters", les meurtres de manifestants et les matraques dans le cul, il n'y en a pas eu durant les derniers quinquennats peut-être?

Plus sérieusement, n'avez-vous pas compris que le "ni droite ni gauche" de Macron procède exactement du même mouvement "post-démocratique" et "pré-fasciste" que son équivalent apparemment inversé de Le Pen?

Le coup de la "3e voie", ça vous dit quelque chose?

Cela désigne d'un côté le concept de Giddens opérant un synthèse entre l'ultra-libéralisme thatchérien et le vernis social démocrate (Blair/Clinton/Schröder), mouvement dont le hollandisme et son rejeton tardif le macronisme sont les derniers avatars en France.
Mais cela désigne parralèllement de l'autre tous les populismes d'extrême droite: péronisme, mégrétisme en France dont le "marinisme" est l'héritier direct (c'était carrément le nom d'un groupuscule facho).

Il n'est donc nullement absurde de renvoyer dos-à-dos ces deux mouvements - EM et FN - comme étant les deux faces d'un même mouvement de destruction des fondements de la démocratie sociale dont nous avons hérité après 1945.

Nous refusons de voter pour cette "post-démocratie" où le mensonge, la communication à outrance, les affects stupides (d'un côté le rassemblement factice vers le vide d'"En marche", de l'autre le rejet des étranger et l'obsession sécuritaire du FN), la séparation des individus et le SPECTACLE épuisent la solidarité des travailleurs et rendent impossible tout programme de reprise du pouvoir par ces travailleurs désormais éclatés - soit ubérisés dans un grand marché de concurrence à mort de tous contre tous chez Macron, soit séparés en communautés "ethniques", "culturelles" ou cultuelles dans la version Le Pen de la post-démocratie.


P.S.: Parfois, ce chantage perpétuel au FN - que je conchie pourtant - me fout tellement en rogne que j'aimerais bien être un bon gros facho de temps en temps, juste pour pouvoir écrire des trucs horribles comme: "entre le résidu de fausse couche ubérisé à sa Brigitte et la grosse truie facho à pédés, impossible de choisir!"

Désolé, mais ça soulage...

Quand cesserez-vous - et toi Daniel comme les autres - de nous prendre pour des cons, de nous dire comment voter, de nous dire où faire et comment?
Sinon je cherche jack il avait prétendu que Macron n'appellerait pas à voter Mélenchon face à Le Pen dans un précédent forum...
Vous êtes tous dingues.
Personne ne vote en fonction de consignes ...
Excellente chronique et belle insoumissions aux insoumis du forum au passage.
Mélenchon a foiré sa sortie malgré un score exceptionnel, Fillon a réussi la sienne malgré un score calamiteux et Macron a fait un discours de bisounours malgré la victoire qui(semble) s'offrir à lui. Merveilleuse soirée avec mention spéciale à la piste de danse du FN à Hénin Beaumont et aussi au duo Copé/Dati sur France 2.
Daniel,
je suis un abonné d'@SI de la première heure, avant même que le site existe, et compte le rester encore longtemps. Pourtant, mes participations sur le forum se compte sur les doigts d'une main. Et si aujourd'hui j'y suis, c'est que je n'en peux plus. Électeur de Mélenchon, je suis évidemment déçu du vote d'hier soir, d'autant plus que pour la première fois, je votais avec enthousiasme pour un candidat et son programme. Et à 50 ans passé, j'en ai vu des élections.

En 2002, je n'avais pas pris la peine de m'inscrire sur les listes électorales après mon déménagement. Alors, le jour du second tour, j'ai fait le déplacement, trois heures de route aller-retour, parce que j'avais peur, je ne voulais prendre aucun risque. Mais pas cette fois ci, j'ai à peine 250 mètres à faire pour me rendre à mon bureau de vote.

Je ne les ferai pas.

J'ai toujours peur du Front National et de ce qu'il représente, mais la colère l'emporte. Car quoi qu'elle s'en défende, Marine Le Pen fait partie du système, pas au sens où on l'entend, mais comme épouvantail. Avant, les hommes politiques nous disaient «Votez pour moi, et ça ira mieux demain ! ». On a vu ce que ça a donné. Aujourd'hui, ils se contentent d'un «Votez pour moi, sinon ça sera pire !». Alors si on continue à céder au chantage au FN, rien ne changera. Le système, comme on dit, c'est à dire l'oligarchie financière au pouvoir dans les différentes institutions a besoin de son épouvantail pour conserver son influence. Pas de théorie du complot là dedans, juste des intérêts convergents.

Alors comme l'a dit un de vos invités récemment, mieux vaut une Le Pen à l'Élysée aujourd'hui sans majorité au parlement que s'entendre dire encore une fois « Moi ou le chaos !». Car même si Marine Le Pen est élue à la Présidence de la République, il y a peu de chance qu'elle obtienne une majorité au parlement. Malheureusement, j'ai bien peur qu'on nous sorte alors «Le FN est à l'Élysée, mais le parlement tient bon.» Ça marchera en 2017, peut être en 2022, mais jusque quand ? Un jour, toutes les digues vont rompre, et tout les éditocrates ne sauront plus quoi dire.

Incapables de raisonner autrement qu'en binaire, ils se représentent le monde en deux camps opposés. D'un coté, il y a eux et l'Europe, de l'autre le mal, le mal absolu même. Il n'y a qu'à voir le traitement réservé à Jean Luc Mélenchon dès qu'il s'est approché des 15%, vous l'avez très bien signalé ici à de multiples reprises. Tout ça parce qu'il a osé dire que l'Europe doit être réformée, que sa priorité sera la France. D'où leur raisonnement : Le Pen c'est le mal, elle n'aime pas l'Europe, donc tout ceux qui osent remettre en doute ne serait-ce qu'une virgule aux traités européens incarnent le mal au même titre qu'elle. Aucune nuance, aucune argumentation, juste la diabolisation.

Pourtant, je suis le profil même de l'électeur de Macron : ingénieur dans une société informatique qui a doublé ses effectifs en 3 ans et qui continuent à recruter, j'ai tout à gagner avec lui. Plus de flexibilité ? Tant mieux, le jour où mon employeur commencera à m'embêter, j'irai voir ailleurs et je sais que je trouverai sans difficulté un nouveau job. Moins d'impôt ? C'est toujours bon à prendre. Alors, pourquoi un gagnant de la mondialisation comme moi n'ira jamais voter pour un Macron ?

Tout simplement parce que je pense que son programme est mauvais à long terme pour la France. Il compare la France à une entreprise, on doit se séparer de toute activité non rentable à court terme. On externalise, comme ça, ça sortira des comptes de l'état. Ça rentrera dans celui des français, mais c'est pas grave, on pourra passer sous la fatidique barre des 3% de déficits. Ou du moins le faire croire. Même le FMI n'y croit plus à l'austérité. Mais chez ces gens là on ne réfléchit pas, on applique une recette. Ça marche bien pour les entreprises, pourquoi ça ne marcherai pas pour l'état, hein ? Il faut quand même dire que pour les salariés, ça marche quand même moins bien. Mais on s'en fout, les bénéfices grimpent. Les conséquences à 10 ans, 20 ans ? Voyons, c'est déjà assez difficile de prévoir le temps qu'il fera demain, alors des années plus tard, vous n'y songez pas. De toute façon, ça tiendra bien 5 ans, n'est ce pas ? Et puis la nature, elle rapporte quoi ? C'est quoi son CA ? Elle représente combien en bourse ?

Donc non, je n'irai pas voter pour Macron. En 2007, j'avais dit qu'il y a 3 partis pour lesquels je ne voterai plus jamais : le FN, pour tout ce qu'il représente; l'UMP, pour avoir trahi le non au référendum de 2005 et sa préférence affichée pour le marché et l'économie; et le PS, pour avoir fait croire qu'il passerai par un référendum pour un nouveau traité. Le jour où Sarkozy a annoncé qu'il passerai par le congrès, ils ont tous bien vite oublié leur promesse, alors qu'ils avaient la possibilité de le contraindre au référendum. Et puis, quelle différence aujourd'hui entre le PS et les LR ? Ils sont tous en adoration devant le dieu marché. J'ai fait une exception à cet engagement en 2012 pour être débarrasser de Sarkozy, je le regrette aujourd'hui, et ne compte pas recommencer à voter pour un clone de Hollande.

Le peuple peut se tromper, comme ils disent. Et en disant ceci, ils sous entendent qu'eux ne se trompent jamais. Le peuple, oui, il n'est composé que d'êtres humains après tout. Mais eux, la quintessence de la sagesse et de l'intelligence humaine, non jamais. Si la France va mal, ce n'est pas de leur faute, après tout, c'est celle du peuple. Car c'est ça le pire, ils sont convaincus d'avoir raison.

Si le peuple peut se tromper, c'est surtout qu'on peut le tromper. Mais moi au moins qui fait partie du peuple, je n'écarte pas la possibilité que j'ai fait une erreur en votant Mélenchon. Mais j'ai réfléchi, j'ai lu son programme, j'ai suivi ses meetings, je ne me suis pas contenté d'arguments tout droit sorti d'une agence de pub. J'avoue aussi ne pas avoir fait trop attention aux autres candidats. Alors peut être que je me trompe, je l'espère même. Peut être que Macron réussira à redresser la France, à vaincre le chômage, pour la pauvreté et la nature, je ne sais même pas s'il se sent concerné. Mais qu'on ne compte pas sur moi pour voter pour lui, car j'ai de sérieux doutes quant à l'avenir de la France et des Français avec son programme. Moins pire certes qu'avec Marine Le Pen, mais avec sa politique libérale, de toute façon on aura un jour ou l'autre le FN au pouvoir. Alors autant l'avoir maintenant que plus tard, car plus on attend, plus ça sera pire. les Français on malheureusement manqué une occasoin, qui ne se représentera pas avant au moins 5 ans. Et quand Jean Luc Mélenchon dit qu'il ira demander son avis à ses militants, il a bien raison. J'espère que l'abstention l'emportera, et je sais qu'il respectera ce choix, même si on le voue aux gémonies pour ceci. Mais après tout ce qu'on a dit sur lui et son absence de programme, nous ne sommes plus à ça près.
Merci d'avoir rappelé tout ça (et en faisant votre job, on en redemande)
Il y a bien quelque chose que vous ne comprenez pas. Mais je ne vous le reproche pas Daniel, car, cette chose est difficile à comprendre et à entendre, surtout pour quelqu'un de si intransigeant avec lui-même que vous.
Les gens qui ont voté Melenchon hier sont, dans leur grande majorité, de pauvres gens. Et ne voyez aucun caractère insultant dans cette dénomination.

Les données, les cartes, les graphiques qui font l'analyse des votes sur tous le territoire français, le montrent parfaitement.
Melenchon a réussit à gagner le vote "de banlieue". Lui, il a réussit, pour tout un tas de raison que vous développerez fort bien dans vos émissions et dans vos articles futurs, j'en suis sûre. Le tout, couplé à un vote sud ouest (bastion républicains espagnols) et à un vote DOM-TOM.
Bref, même si Emmanuel Todd doit regarder toutes ces données avec des yeux gourmands, et pas besoin d'être un grand chercheur pour se représenter vaguement les différents profils des électeurs France Insoumise. Il a Marseille également (ce qui relève de l'exploit), et il est numéro 2, derrière Marine Lepen, dans de nombreuse communes votant beaucoup FN (dont Béziers !).
D'aucuns appelleraient ça un vote populaire.

Et ces gens là ne peuvent pas dignement voter M. Macron, c'est d'une logique implacable, puisqu'il est leur ennemi naturel. Et exiger des dirigeants du Front de Gauche à appeler à un vote Macron, aujourd'hui, sachant qu'Elle ne passera pas (ne nous voilons pas la face, elle ne peut pas passer, c'est mathématiquement impossible vous venez d'en faire la démonstration) correspond bien à un désir d'humiliation.
On veut punir la classe ouvrière, les pauvres, les sans dents, les enfants d'immigrés, etc. d'avoir Osé Voter Rouge. C'est clair et sans ambiguïté. Il y a un désir profond, presque inconscient, des intellectuels (de gauches comme de droite), de tous le personnel politique, des journalistes, des personnalités influentes des médias et des réseaux sociaux de dire à ces gens-là : "Ployez le genou et baissez la tête ! Allez voter contre la peste brune en adoubant votre ennemi naturel !". Et, au risque de vous surprendre, les pauvres sont des gens très fiers et très orgueilleux. Deux choses qu'ils partagent avec l'homme pour qui ils ont voté hier.

Je note d'ailleurs que ce que vous reprochez à Melenchon et ses sbires, vous ne le reprochez guère à M.Poutou (qui s'est battu comme un lion sur le plateau de France 2 hier. Il était grandiose ! Ce Poutou est de plus en plus à l'aise devant les caméras, ça fait plaisir à voir).

En conclusion, ne pas sous-estimer ce sentiment profond d'humiliation, qui est certes difficile à entendre, mais qui existe bien.
Le Front de Gauche se trompe, c'est une évidence. C'est une grave erreur de communication qui leur coûtera cher, vous le savez comme nous. Mais cette erreur est humaine, il faut la pardonner et garder en tête que les 20% d'hier, c'est une petite victoire contre le fascisme et l'idéologie de l'argent roi.
Les français ont toujours été centristes (je ne sais plus ou j'ai lu ça), ou bien, disons "coeur à gauche, porte-feuille à droite".
Quand le taux de chômage atteindra celui de l'espagne, il y aura peut-etre un électrochoc.
Un vieux précepte communiste très simple était :
"Pas une voix de la classe ouvrière ne doit aller aux ennemis de la classe ouvrière!"

En 2002 j'ai fait partie de ceux qui ont eu la faiblesse de penser qu'au 2eme tour j'avais le devoir de voter Chirac.
Résultat, ce dernier fut élu avec un score digne de la RDA, si je puis dire, et on connait la suite, le vote "barrage" fut converti en vote d'adhésion.
Donc je ne mêlerai plus ma voix à celles de la droite, et le banquier Macron c'est bien la droite, un ersatz de Tony Blair, un chantre de la dérégulation, apôtre des "marchés", chien de garde du capital. On lui doit l'ANI, les lois dites Macron / El Khomri et lui et ses potes en ont plein les valises des comme celles-là.
Il faut être maso pour mettre un bulletin au nom de celui qu'on a combattu pendant des mois.
La stratégie du vaccin : une (dangereuse) idée (foireuse ?)

Et maintenant ? Avec Macron, c’est reparti pour 5 ans de politique libérale, comme il y a 5 ans avec Hollande et ses lois el-Kohmri, ses états d’urgence, ses lois sur la surveillance et autres moments appréciable qui font monter les mécontentements (et la cote du FN). Du coup, on a probablement encore plus de chance de voir l’innommable sortir des urnes dans 5 ans.

On pourrait cependant imaginer une stratégie pour se débarrasser du FN durablement : inoculer le mal de façon atténuée et affaiblie (comme un microbe affaibli dans un vaccin) pour développer des anticorps efficaces qui le tiendrait ensuite durablement à distance pour des dizaines d’années au moins.

L’idée (tordue ?) serait alors de voter FN pour les faire passer à la présidence (des moments assez cauchemardesques en perspective, mais formateurs) mais au moment où la configuration n'est pas encore trop optimale pour eux (ils ne sont pas encore trop prêts ni trop puissants pour arriver au pouvoir) :
- peu de députés FN sont susceptibles d’être élus aux prochaines législatives.
- les alliances avec la droite classique (LR) sont encore assez mal vues (ce qui ne sera peut-être plus le cas dans 5 ans).

En votant alors ensuite pour des députés le plus à gauche possible, une assemblée d’opposition pourrait alors l’empêcher de gouverner confortablement (49.3 systématique).

On pourrait théoriquement ainsi l'user politiquement au contact du pouvoir, jusqu'à ce qu'elle ressorte lessivée comme Hollande avec ses 4% d'opinion favorable.
De même que le PS est aujourd'hui quasi-mort, pourrait-on tuer le FN comme ça ?

J'ai conscience que cette stratégie tordue est potentiellement très dangereuse. Les vaccins ne sont pas dénués d'effets secondaires et en plus, on serait les cobayes :
- Les français pourraient-il prendre goût à cette folie et au contraire l'ancrer durablement, comme dans certaines villes FN ?
- Est-on sûr d'obtenir une assemblée majoritairement d'opposition ?
- MLP (j'ose à peine la désigner par ses initiales) serait-elle assez douée pour ne pas dégoûter les électeurs en cachant son véritable visage et sa politique ultra-libérale pendant 5 ans ? Ou en mettant ça sur le dos d'une éventuelle cohabitation (comme Chirac l'a habilement fait avec la "gauche plurielle") ?

Ça ressemble un peu à la roulette russe et il est dangereux de jouer avec le feu, mais le dilemme n'est guère guère confortable :
- voter Macron, ça serait reculer pour mieux sauter ? (ou en espérant gagner un peu de temps pour changer de direction)
- voter MLP, ça serait sauter sans élan en espérant se rattraper au bord du précipice au dernier moment et ainsi apprendre où se trouve l'abîme ?
- s'abstenir, ça serait freiner pour essayer de réduire l'élan du saut ou en espérant que ça change la direction ?

Quelqu'un a un avis, sur cette stratégie ? Cette idée est-elle stupide/absurde ?
En tant qu'insoumis, j'aurais pu éventuellement tolérer un Burn Out tant qu'il eût été reconnu comme maladie professionnelle, ce qui n'est pas le cas et qui ne risque pas de l'être avec cette usine à chômeurs...
Hey DS et consorts, votre naïveté émeut : vous croyez vraiment que le vote démocratique peut être un rempart contre des forces antidémocratiques ? Si le FN est un tel danger et qu'on ne l'a pas interdit, c'est le crime de nos gouvernants, qui auront utilisé ce parti à des fins électorales et ainsi joué avec le feu.

Le bulletin de vote n'a jamais été conçu pour défendre la démocratie, c'est un moyen intra-démocratique si je peux m'exprimer ainsi, il est faux de croire que la démocratie puisse se défendre toute seule, par ses seules forces contre de telles agressions.

Car, si vous ne comptez que sur votre bulletin pour écarter le FN, que ferez-vous le jour où il sera majoritaire ? Respecterez-vous ce choix "démocratique" ?

Utiliser le bulletin de vote comme un rempart au fascisme est une arme à double tranchant que vous prendrez en pleine figure un jour ou l'autre à force d'en détourner l'usage.
Pensez-vous que nous pourrions avoir des informations précises sur les radiations des listes électorales qui ont effectuées récemment. D'après un grand nombre de témoignages sur internet, les gens s'en sont aperçu au moment où ils sont allés voter, à l'endroit où ils sont toujours allés voter.
Il y a eu déjà un article à ce sujet : http://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-radies-des-listes-electorales-ils-n-ont-pas-pu-voter-7788256691
Merci !
Je ne pense pas que le vote blanc soit le plus "efficace" .
Il faut absolument les rendre illégitimes, c'est à dire sans base électorale suffisante.
C'est pourquoi l'abstention me paraît la meilleure stratégie


Car maintenant c'est trop tard!
La clarté est passée et nous sommes dans l'ombre.
Il fallait déconstruire avant le piège du petit Hamon!
Il fallait déconstruire avant avec plus de force la propagande infernale dont nous avons été l'objet pendant plus de 4 mois!!
Il fallait alerter, dire que c'était INDIGNE du soit disant pays des lumières!
Qu'il n'y avait aucun débat public, que la parole revenait toujours au Centre ( PUJADAS, SALAME, EL KRIEF and co)
Je me sens comme dans un pays d'Amérique latine du temps des dictatures sous contrôle !
Je ne croyais pas que c'était possible! Cette "stratégie du choc" dont parlait N.Klein, ICI en France!
Pour la première fois de ma vie, je n'irai pas voter!!
Je ne voterai pas Macron (=TAFTA, 49.3, ANTI ZADS, LOI EL KOMRY, LOGIQUE PRODUCTIVISTE ET POSITISTE)
LE PEN ne peut pas être pire, avec elle au moins un soulèvement est encore possible.
C'est le miroir que l'on mérite.
C'est celui en tout cas, dans lequel peuvent se mirer désormais la plupart des Medias.
Tant que le vote blanc n'est pas comptabilisé, mieux vaut s'abstenir massivement de manière à ôter toute légitimité à "LEPENMACRONFILLON"!
La dictature du Capital tient encore à sa légitimité par les urnes.
Il faut absolument ôter toute légitimité à Macron.
Laissons les seuls! -entre corrompus, hypocrites, lâches, cupides, sots, idiots utiles, Média fourbes, barbouzes, positivistes
réductionnistes, petits coqs va t-en guerre, ce sont eux, hélas, les gagnants de cette élection-.
Mais nous sommes désormais nombreux-ses.
Nous nous sommes compté-e-s, nous avons désormais bien mieux à faire, nous avons à nous engager de toutes nos forces dans les situations du présent, dans les détails concrets de nos vies, simples et multiples.
Nous avons à refaire de la solidarité entre nous, de l'empathie, bases de toute société humaine.
En étant nous mêmes des êtres joyeusement divers et multidimensionnels, sans ego boursouflés et creux mais avec de vraies singularités tisseuses d'Histoire.
Retrouvons nous.
La force de l'Etat face à notre puissance d'être et d'agir n'est que "mort annoncée".
Laissons leur les villes dévastées, la société panoptique, le transhumanisme, LE "GOUVERNEMENT PAR LA TERREUR" et fuyons dans les campagnes, retrouvons une l'Humanité aimante et joyeuse, cultivons la pleine conscience, le respect du
vivant, l'émerveillement devant la nature, cultivons nous, créons, lisons, fabriquons !
Ne soyons pas désespéré-e-s, au contraire! Il y a tellement de choses à faire!
Que cet impossible libère enfin d'autres possibles!
Alors les autres, "les Bouleau, les Coudray, les Salamé", ils profèrent des "injonctions", et vous, que faites-vous présentement?

Je crois que vous ne saisissez pas l'état d'esprit qui anime une grands partie des électeurs de Mélenchon, dont je suis. Le climat sur ce forum doit cependant vous en donner une idée assez précise. C'est un immense sentiment de colère et de dégoût. Je suis de la génération du 21 avril. J'ai manifesté le 1er mai 2002, j'ai poussé mes amis à voter Chirac, je n'ai pas compris la (non-)consigne de vote de Laguiller. Mais je ne PEUX plus être dans le même état d'esprit 15 ans plus tard.

Vous réduisez le problème à une question de mots: comment va-t-il réussir à appeler à voter Macron sans le dire? Mais vous passez à côté du problème. On n'en est plus là. "Voter Macron", "Faire barrage", "Utiliser le bulletin Macron"... on s'en fout. Nous nous demandons RÉELLEMENT si nous allons le faire (certains d'ailleurs ne se le demandent même plus).

J'ai trouvé qu'il y avait de la grandeur dans le discours de JLM hier soir. Sur ce point encore, aucune différence entre votre édito de ce matin et le commentaire des grands plateaux hier soir: "honteux", "ne prend pas ses responsabilités" etc etc. Je ne partage pas du tout cet avis, et on aurait pu penser que vous auriez un jugement différent.

Et puisqu'on en est à l'expression de ses sentiments par soirée électorale, vous ne ressentez pas de la colère à l'égard de Hamon, vous? Moi, hier soir, c'était de la rage. 15 ans que les socialistes nous serinent avec le vote utile, 10 ans que Mélenchon est accusé d'être le diviseur de la gauche. Pourquoi fallait-il faire cette lumineuse primaire de la gauche, déjà? Ah oui, c'est vrai: pour que la gauche soit représentée au 2ème tour. Pourquoi ne s'est-il pas retiré? Ah bon, on ne peut pas se fier aux sondage, c'est ça? Mais sur quoi vous appuyez-vous, socialistes, pour enjoindre à tous vos opposants de gauche de se retirer à votre profit depuis 15 ans? Qu'il aille au diable avec ses 6%, il a une responsabilité PERSONNELLE dans l'élimination de la gauche de cette élection.

Je veux bien croire que "quelque chose s'est levé qui ne s'arrêtera pas" et tout le tintoin, je l'espère sincèrement, mais j'ai plutôt l'impression qu'une incroyable et inespérée "fenêtre de l'histoire" (Lordon dans son dernier post de blog) vient de se refermer, et qu'il faudra attendre longtemps avant qu'il s'en entr'ouvre une pareille.
Bravo...Vous voulez que je vous dise, DS, j' adore quand vous faites le Juif...Si, si: :le pyjama fil à fil vous va à ravir...C' est du Gaultier? J' en étais sûr...Ce côté " Chicachok ": la super classe!
Hein, les rigolos, prenez-en de la graine...Daniel Schneidermann, le juif qui aura dit " STOP ", à la réouverture d' Auschwitz-le-Retour...Vrai, ça a de la gueule!
Vous trouvez que j' en fais des tonnes, Daniel...Naan, relisez-vous, c' est pile-poil dans le ton, je trouve!
Putain, je le savais...J' aurais pas dû revenir: je le sentais...Déjà, Macron/LePen, c' était limite/limite...Mais, LÀ: on va dire que vous êtes aussi...C' est du lourd à supporter, hein, et on n' est qu' au début: les 15 jours à venir, le branle-bas sur les casquettes de pompistes, et le Siegfried/Maginot, qui va suivre...Mais bon, faut qu' on fasse gaffe, hein!
J' ai connu ça, ailleurs...Ca vaut pas le coup! Alors, de mon avis, on devrait laisser reposer Wagner...Et écoutez du Satie, tiens.
Carpe diem...
Voté Chirac contre Lepen père. On ne m'y reprendra plus.
Pour moi, le second tour ce sont les législatives et la rue car il faut cesser d'avoir peur.
J'ai trouvé le porte parole des insoumis très digne hier soir. Il aurait détruit ce mouvement
en prenant parti personnellement.
Je n'ai plus la télé depuis quinze ans, mais je m'attends au lynchage. Je suis juste déçu qu'il débute ici.
Je suis né dans une famille ouvriere... avec des cartes de sejour pour mes parents.
Ils furent ensuite réintegré dans la nationalité francaise car nés avant l'indépendance de l'ancienne colonie francaise
J'ai fait des études supérieures en France. Je dis des études supérieures, car je n'etais qu'à l'université.
J'ai eu ma chance à l'étranger, dans des entreprises etrangères d'abord... avant de rejoindre une banque francaise à l'etranger.
J'ai donc pu occuper des postes que je n'aurais pu obtenir/rever en france car non issu des grandes ecole A*
J'ai naturellement suivi et supporté Macron depuis qu'il etait le conseiller du président. Quelle surprise, joie, normalité pour moi que de voir confier des responsabilité à des jeunes.
Arret sur images, je vous suis depuis les années 2000s... vous etiez toujours sur france 5
Il serait temps, sincerement de tenter de comprendre ce monde au delà des sous titres usuels et des facilités...
Ca vous choque vraiment que moi, reellement d'origines modestes (etudes grace à un budget de 350 euros au CROUS + 165 euros d'APL), ayant reussi dans une banque.... vote aujourd'hui Macron pour faire evoluer la France. Je serai donc simplement adepte du flou.
Je vous lis tous les jour Mr Schneiderman... et oui... il y a encore un travail d'analyse à faire. On pourrait commencer par etudier le votre des francais expatrié de retour ou non. Nous ne sommes pas tous des profiteurs, evades fiscaux, richissimes, liberaux, flous, vides, etc
Il serait vraiment interessant d'avoir une idée de ce qu'on ressens quand on quitte son pays, quand on reviens et quand on entend/lis/vois les echanges des francais. Par francais je pense aux citoyens, mais aussi aux politiques, journaliste, editorialistes, cadres dirigeants...
Si je comprends bien le raisonnement ne pas appeler à rallier Macron immédiatement après l'annonce des premiers résultats et inciter à voter Marine Le Pen serait (quasiment) du pareil au même ?

Pardon de vous le dire (sic) mais c'est là la preuve qu'une réaction à chaud n'est jamais très éclairée... JLM a dit qu'il consulterai ses membres: que croyez-vous qu'il va sortir de cette consultation ? Marine Le Pen vraiment ? C'est limite faire le jeu des grands médias qui associent Insoumis et Extrême Droite depuis longtemps et qui s'empressent d'effacer le mouvement sitôt le premier tour passé.
À moins que vous n'en vouliez à l'abstention et au vote blanc, qui représente la réelle deuxième force du pays... mais alors pourquoi ne pas les désigner par leur nom ?

Grands médias (dont vous parlez du bout des lèvres), abstention et vote de contestation (je me refuse à croire que dans le vote du FN il n'y ait que des xénophobes et c'est aussi les enfermer dans le FN que de ne pas essayer de le comprendre), voilà certainement les vrais raisons qu'il faudrait voir analyser dans un proche avenir (la remise en question de la finance représente plus de 50% du vote).

Mais bien sûr, toute chose qui fait réfléchir n'est pas bonne à entendre, et le FN joue toujours ce rôle très utile de Père Fouettard. Être le rempart contre le FN, incarner le vote utile est l'idée de génie d'En Marche... ce fond vautour qui après avoir sabordé le PS de l'intérieur est venu prétendre incarner le renouveau, ne laissant d'autre choix au parti en ruine que d'élire un représentant de gauche ayant eu la double infamie, devant la catastrophe annoncée, de relativiser le vote Mélenchon et permettre d'enterrer définitivement l'essence même du poing et de la rose.

Si l'on doit rendre hommage aux stratèges de Macron c'est pour la réussite fantastique de ce putsch "soft" du néolibéralisme, de ce piège parfaitement tendu. Applaudissons à deux mains, et rallions vaillamment Macron en rajoutant l'injure à l'insulte... c'est un jeu extrêmement dangereux (c'est le cas de le dire) s'il est auréolé de réponses instinctives et simplistes.
Immense colère!
Dégout, tristesse!
Colère!
Honte aux medias soit disant "indépendants"

Sans le petit Hamon dans les pattes, un peu de clarté, un vrai débat avec une alternative aurait été encore possible!

Et là rien dessus le petit Hamon?
Rien sur sa bêtise?
Rien sur son ego surdimensionné?
Rien sur son esprit obtus, son faible sens de l'Histoire?!!!
Rien sur son instrumentalisation!

Rien non plus sur ces attentats juste avant les élections!!! RIEN???

Et à présent, on va se fader une page de morale?
A présent on va nous parler d'un débat Macron- Lepen!
Comment parler d'un débat!!
C'est la marionnette qui parle avec le bras qui la tient!

HONTE aux medias soit disant indépendants.
donc JLM attend que se prononcent les militants pour exprimer leur souhait = collabo, anti-démocrate, irresponsable....etc

Mais Hollande invite Mme Le Pen a une cérémonie officielle et ne prononce aucune intention de vote = tout va bien, RAS....

Y a pas comme un problème? Une vague odeur de merde???
Daniel Schneiderman, je suis d'accord avec vous sur toute la ligne.
Ce qui ne m'empêche pas de comprendre aussi JL Mélenchon, farouche opposant du FN, comme tous les représentants de la France insoumise, qui a dit "à chacun de faire son devoir en âme et conscience", qui considère que chacun est mature d'aller voter Macron ou de s'abstenir, de (2) manière(s) de s'opposer au FN. Je ne peux pas imaginer que la France Insoumise vote Le Pen. Face à un système démocratique dévoyé, la question des combinaisons de vote pour faire front sont, au fil des répétitions quinquénales, un vrai problème démocratique. Et peut être que de ne pas appeler à voter Macron est faire appel à la conscience et à l'intelligence des électeurs pour faire un choix entre voter Macron ou s'abstenir, un choix certes discutable, mais en accord avec ce que impose un système de moins en moins démocratique. L'idée est peut être qu'une cohabitation finisse par générer une vraie crise de système, justifiant d'une refondation incontournable.
En 2002,j'ai voté Chirac cédant sous la pression de mes proches.Et pour quel résultat?
15 ans pus tard,rebelote.On m'intime l'ordre de voter Macron!Mais on va où,là?
Daniel,vous me décevez beaucoup.Depuis ce matin,sur tous les médias,on fait la chasse aux abstentionnistes.
Et mallheureusement,vous vous joignez à la meute.
J'ai plus de 60 ans,et je refuse qu'on me donne des ordres.
Et laissez-moi rire avec le danger Le Pen.Il n'a toujours servi qu'à faire élire le candidat choisi par la caste.
Et puis,j'en ai plus qu'assez de voter contre.
Mais de l'autre côté, camarades, les camps, les bateaux, les charters, les gudards, le On est chez nous scandé dans les meetings, la carte blanche implicite aux matraqueurs de tous les Théo, et en prime l'immunité parlementaire, et les journalistes virés des meetings.


Ce n'est pas déjà le cas depuis donc Chirac(le bruit et l'odeur 1995 Toulouse)sarko Le Kärcher intégral/hollande la mtraqueur bombeur de peuple fou !?

Bien de mauvaise foi le boss d'@si ...

Méluche, comme dit précédemment, ne possède pas mon vote ou mon intention de vote. En 2012 les con de signes lui ont presque été fatales pour son ennemi hollande, l'adversaire de la finance !!
Méluche le sait, les électeurs ayant votés pour lui ont un cerveau, et ils en feront usage comme bon leur semble.

Des consignes !! Non mais, on est grand, vacciné et en 2017 !.

Cela dit, effectivement on a fait une belle campagne, la plus belle avec le plus beau programme.

La faute à qui ? à ceux qui n'ont pas votés pour nous, pour le peuple, pour l'intérêt du peuple, de notre environnement, de la protection de la nature, qu'elle soit française et d'ailleurs.
Les votes blanc, les abstentions, les Ps (et qu'il n'est pas encore mort puisqu'un de ses candidats et au 2ème tour), les Lr (ils sont irrécupérables je pense), les Poutou/Arthaud, les EElv qui doivent être assez vert et surtout les macron qui vont se faire uberiser à mort (ou à burn out comme vous essayez d'évacuer) sauf s'ils sont riches et les Fn qui sont irrationnel et/ou fachos.

Pas cordialement Dan Schneidermann sur ce coup. Les consignes c'est pas pour les gens qui pensent.
Evacuons d'abord l'accessoire, l'amère satisfaction de voir Fillon renvoyé en son manoir. Il faut bien se chercher des consolations. Mais amère, oui. la consolation. Car il s'est tout de même trouvé un électeur sur cinq pour donner sa voix à l'homme des costumes offerts, des attachés parlementaires familiaux, des reliquats recyclés, des honoraires de consultant, du cabinet noir, des violences dans Paris, des Et alors ? Un électeur sur cinq. Comme la vieille droite est désespérante. Presque autant que la gauche, tiens. C'est dire.
Car il faut en arriver directement au coeur du sujet de conversation des jours à venir, ces injonctions de dimanche des présentateurs, les Bouleau, les Coudray, les Salamé, au duo Insoumis, Corbière et Garrido, Cordo et Garribière, parfaits tous deux dans le numéro de permutation d'un plateau l'autre, injonctions exigeant donc d'eux "un choix clair" pour le second tour, entre Macron et Le Pen. Et notre duo, donc...... > Lire l'intégralité du texte

pescud .....

Ben voui, si ce " petit " con de Hamon s'était désisté, Méluche aurait été au second tour de ces " érections pestilencielles ", sinon plus, élu au premier tour, et la Frrrrrrance, aurait pu se refaire une santé ..... au poil !!!.....
Je ne pense pas que le vote blanc soit le plus "efficace" .
Il faut absolument les rendre illégitime, c'est à dire sans base électorale suffisante.
C'est pourquoi je préfère m'abstenir.



Maintenant c'est trop tard!
La clarté est passée et nous sommes dans l'ombre.
Il fallait déconstruire avant le piège du petit Hamon!
Il fallait déconstruire avant avec plus de force la propagande infernale dont nous avons été l'objet pendant plus de 4 mois!!
Il fallait alerter, dire que c'était INDIGNE du soit disant pays des lumières!
Qu'il n'y avait aucun débat public, que la parole revenait toujours au Centre ( PUJADAS, SALAME, EL KRIEF and co)
Je me sens comme dans un pays d'Amérique latine du temps des dictatures sous contrôle !
Je ne croyais pas que c'était possible! Cette "stratégie du choc" dont parlait N.Klein, ICI en France!
Pour la première fois de ma vie, je n'irai pas voter!!
Je ne voterai pas Macron (=TAFTA, 49.3, ANTI ZADS, LOI EL KOMRY, LOGIQUE PRODUCTIVISTE ET POSITISTE)
LE PEN ne peut pas être pire, avec elle au moins un soulèvement est encore possible.
C'est le miroir que l'on mérite.
C'est celui en tout cas, dans lequel peuvent se mirer désormais la plupart des Medias.
Tant que le vote blanc n'est pas comptabilisé, mieux vaut s'abstenir massivement de manière à ôter toute légitimité à "LEPENMACRONFILLON"!
La dictature du Capital tient encore à sa légitimité par les urnes.
Il faut absolument ôter toute légitimité à Macron.
Laissons les seuls! -entre corrompus, hypocrites, lâches, cupides, sots, idiots utiles, Média fourbes, barbouzes, positivistes
réductionnistes, petits coqs va t-en guerre, ce sont eux, hélas, les gagnants de cette élection-.
Mais nous sommes désormais nombreux-ses.
Nous nous sommes compté-e-s, nous avons désormais bien mieux à faire, nous avons à nous engager de toutes nos forces dans les situations du présent, dans les détails concrets de nos vies, simples et multiples.
Nous avons à refaire de la solidarité entre nous, de l'empathie, bases de toute société humaine.
En étant nous mêmes des êtres joyeusement divers et multidimensionnels, sans ego boursouflés et creux mais avec de vraies singularités tisseuses d'Histoire.
Retrouvons nous.
La force de l'Etat face à notre puissance d'être et d'agir n'est que "mort annoncée".
Laissons leur les villes dévastées, la société panoptique, le transhumanisme, LE "GOUVERNEMENT PAR LA TERREUR" et fuyons dans les campagnes, retrouvons une l'Humanité aimante et joyeuse, cultivons la pleine conscience, le respect du
vivant, l'émerveillement devant la nature, cultivons nous, créons, lisons, fabriquons !
Ne soyons pas désespéré-e-s, au contraire! Il y a tellement de choses à faire!
Que cet impossible libère enfin d'autres possibles!
Comment voter blanc ?

Un vote symbolique dans le contexte politique actuel marqué par les affaires mais aussi la montée des extrêmes. Cette démarche indique une véritable volonté de participer au débat démocratique malgré un refus des candidats et programmes proposés.

Pour cela, et pour que le vote blanc soit bel et bien pris en compte comme tel, deux possibilités s'offrent aux électeurs :
ne glisser aucun bulletin
ou glisser un papier blanc dans l'enveloppe. Attention tout de même, les règles sont strictes. Le Code électoral impose aux différents bulletins d’être strictement identiques. Ainsi la feuille blanche, qui doit bien entendu être vierge de toute annotation, devra mesurer 105x148mm.

Comment voter nul ?

Le vote blanc ne doit pas être confondu avec le vote nul. Sur le site vie-publique.fr, on peut lire : "Il est parfois difficile d'interpréter le sens d'un vote nul. L'électeur n'a pas forcément souhaité que son vote soit nul. Mais il arrive également que l'électeur ait volontairement déposé un bulletin nul pour manifester son opposition aux différents candidats et programmes présentés".

À la différence du vote blanc, tout bulletin sans enveloppe, tout bulletin non réglementaire, tout bulletin annoté ou tout bulletin déchiré est comptabilisé comme nul.
Malheureusement, l'attitude de Mélenchon reflette bien ce que des électeurs de gauche comme moi (pour le progrès social et la solidarité, contre l'austérité et le néo-libéralisme, pour la transition écolo, pour plus de démocratie, internationaliste, pour une Europe sociale des peuples) craignaient.

Que ce soit par conviction ou plus probablement par stratégie, Mélenchon a adopté une méthode paternaliste et populiste. En étant par exemple flou sur l'Europe (si personne ne comprend ce qu'il voulait vraiment c'est pas pour rien, et j'ai cherché à comprendre !), en prétendant vouloir un renouveau démocrate alors qu'il a une posture autoritaire, en mettant tout le monde dans un même sac à "dégager", en attisant les colères et les rancoeurs, etc.

Ça fait à la base du mouvement une bande d'excités qui ne font pas la différence entre droite et fascisme. Qui ne font même pas la différence entre une AUTRE vision de la gauche (celle de Hamon/Jadot/Taubira...) et la droite. Et le fascisme. Une base agressive, intolérante, sans esprit de nuance.

La méthode de Mélenchon ne pouvait pas aboutir à un vote majoritaire car elle est beaucoup trop crispante pour des gens comme moi qui ne sont pas surpris de le voir agir ainsi, et de voir ses sbires insulter des camarades de gauche (même Pierre Laurent !!!!!!)

Malheureusement, pour beaucoup d'"insoumis", critiquer cela, c'est être un vendu de droite. Mais non. C'est être profondément de gauche mais avant tout, profondément démocrate.
"Quiconque hésite une seule demi-seconde quand il s'agit faire barrage au FN est déjà un salaud !"
J'ai bondi .
je ne vais pas démolir le billet de DS, d'autres le font très bien sur ce forum et je voudrais les citer tous..
Ça fait longtemps que je veux parler d'@si et ce billet me décide à le faire.
Je demandais à @si de m'aider à sortir du rouleau compresseur médiatique, de m'apprendre à voir les images qui m'arrivent de tous cotés. Je n'ai pas besoin qu'on me dise ce que je dois penser, je n'aime pas qu'on me fasse la morale.
C'est pourquoi j'ai tant aimé les chroniques d'Alain Korkos , je parle au passé puisqu'il prend sa retraite . Il montre des choses qu'on n'aurait pas vues, il en met d'autres en rapport, il fait un peu d'histoire si c'est nécessaire........ les conclusions il nous les laisse tirer .
C'était me semble-t-il la philosophie générale d'@si au début. Puis peu à peu le ton a changé , est devenu plus convenu . Est-ce dû à la lassitude, au succès , aux départs de nombreux journalistes ? Et même qui a changé ? @si qui devient peu à peu un média comme les autres parfaitement néo-libéral compatible ? ou moi qui attends d'un site plus qu'il ne peut offrir ?
Mon réabonnement est arrivé à échéance. Va pour encore un an.


PS : Bonne retraite cher Alain, qu'elle soit sereine et lumineuse .
"Pauvres gens misérables, peuples insensés, nations opiniâtres à votre mal et aveugles à votre bien! Vous vous laissez enlever sous vos yeux le plus beau et le plus clair de votre revenu, vous laissez piller vos champs, voler et dépouiller vos maisons des vieux meubles de vos ancêtres! Vous vivez de telle sorte que rien n'est plus à vous. Il semble que vous regardiez désormais comme un grand bonheur qu'on vous laissât seulement la moitié de vos biens, de vos familles, de vos vies. Et tous ces dégâts, ces malheurs, cette ruine, ne vous viennent pas des ennemis, mais certes bien de l'ennemi, de celui pour qui vous allez si courageusement à la guerre, et pour la grandeur duquel vous ne refusez pas de vous offrir vous-même à la mort. Ce maître n'a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps, et rien de plus que n'a le dernier des habitants du nombre infini de nos villes. Ce qu'il a de plus, ce sont les moyens que vous lui fournissez pour vous détruire. (...)
Vous semez vos champs pour qu'il les dévaste, vous meublez et remplissez vos maisons pour fournir ses pilleries, vous élevez vos filles afin qu'elles puissent assouvir sa luxure, vous nourrissez vos enfants pour qu'il en fasse des soldats dans le meilleur des cas, pour qu'il les mène à la guerre, à la boucherie, qu'il les rende ministres de ses convoitises et exécuteurs de ses vengeances. (...)
Vous vous affaiblissez afin qu'il soit plus fort, et qu'il vous tienne plus rudement la bride plus courte. Et de tant d'indignités que les bêtes elles-mêmes ne supporteraient pas si elles les sentaient, vous pourriez vous délivrer si vous essayiez, même pas de vous délivrer, seulement de le vouloir.

Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres."

Etienne de la Boétie, Discours de la servitude volontaire.
"Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes"
Bossuet
C'est vraiment de l'ordre du fascisme que cet impératif du front républicain !
Je suis né dans une famille ouvriere... avec des cartes de sejour pour mes parents.
Ils furent ensuite réintegré dans la nationalité francaise car nés avant l'indépendance de l'ancienne colonie francaise
J'ai fait des études supérieures en France. Je dis des études supérieures, car je n'etais qu'à l'université.
J'ai eu ma chance à l'étranger, dans des entreprises etrangères d'abord... avant de rejoindre une banque francaise à l'etranger.
J'ai donc pu occuper des postes que je n'aurais pu obtenir/rever en france car non issu des grandes ecole A*
J'ai naturellement suivi et supporté Macron depuis qu'il etait le conseiller du président. Quelle surprise, joie, normalité pour moi que de voir confier des responsabilité à des jeunes.
Arret sur images, je vous suis depuis les années 2000s... vous etiez toujours sur france 5
Il serait temps, sincerement de tenter de comprendre ce monde au delà des sous titres usuels et des facilités...
Ca vous choque vraiment que moi, reellement d'origines modestes (etudes grace à un budget de 350 euros au CROUS + 165 euros d'APL), ayant reussi dans une banque.... vote aujourd'hui Macron pour faire evoluer la France. Je serai donc simplement adepte du flou.
Je vous lis tous les jour Mr Schneiderman... et oui... il y a encore un travail d'analyse à faire. On pourrait commencer par etudier le votre des francais expatrié de retour ou non. Nous ne sommes pas tous des profiteurs, evades fiscaux, richissimes, liberaux, flous, vides, etc
Il serait vraiment interessant d'avoir une idée de ce qu'on ressens quand on quitte son pays, quand on reviens et quand on entend/lis/vois les echanges des francais. Par francais je pense aux citoyens, mais aussi aux politiques, journaliste, editorialistes, cadres dirigeants...
Pronostic: "l'utilisation abusive du repoussoir Fhaine , la politique libérale se poursuivant laissant du monde au talus ...ce repoussoir se transformera en adhésion pleine et entière en 2022"...la tendance des opinions actuelles en Europe le montre ...
La campagne de Jean-Luc Mélenchon et de la France insoumise passe notamment par l’éducation populaire et l’implication personnelle. Les consignes de vote sont une insulte à l’intelligence.
1ère remarque : Il est très déplaisant de voir certains membres du forum parler "d'inconditionnels de Mélenchon". Naturellement, avoir un avis divergent de celui des moralistes de service qui peuvent enfin voter Macron sans complexe, pour la bonne cause !, ne peut signifier qu'un cerveau manipulé et sectaire. Personnellement, je voterai blanc parce que, vivant entre la France et l'Italie, j'ai une vision assez claire de la dérive européenne, de ses conséquences sur la montée des fascismes et des effets sur la morale citoyenne et la politique de bonimenteurs creux comme Renzi.
2è remarque : Macron, le jeune homme propret souriant, est, à mon sens, tout aussi inquiétant que son adversaire. À la différence de MLP, son discours fuyant et creux ne laisse aucune ouverture claire à une opposition claire. Il nous enfoncera dans le désastre planétaire aimablement, en nous laissant dans l'attente de comprendre ce qui est en train de se produire.
3ème remarque : MLP a un discours clairement haïssable et, si elle était élue, ce dont je doute, je doute aussi qu'il n'y ait pas une réaction rapide et déterminée.
Je suis étonnée qu'Arrêt sur image qui ne fait pas partie, que je sache, de la vision du TINA (pas d'alternative), prêche pour le Charybde ou Scylla. Nous sommes englués dans le faux choix, comme le reconnaît DS depuis trop longtemps. Peut-être peut-on décider de s'en dégager pour réfléchir, le plus vite possible, à d'autres solutions démocratiques. L'élection présidentielle me poussant à me demander si se servir de la démocratie pour mettre au pouvoir des anti-démocrates (car Macron, ou en tout cas, ceux qui nous le font gigoter devant les yeux comme une marionnette, n'est sûrement pas un démocrate), c'est vraiment de la démocratie ? Cela mérite au moins réflexion et non de se jeter dans la bonne conscience en soutenant, par son bulletin, un candidat dont le succès médiatique est particulièrement inquiétant.
Dernière remarque : L'Europe dont Macron va nous infliger de fortes doses est une Europe xénophobe et raciste à quoi elle unit le mépris des non adhérents à la course à la richesse. Cette Europe qui passe des accords avec la Turquie pour se débarrasser de migrants pour lesquelles elle ne s'est préoccupée d'instaurer aucun programme d'aide cohérent après les avoir exploités, et continuer à le faire, sans complexe. C'est naïveté ou malhonnêteté intellectuelle, selon moi, que de faire levier sur les "bons sentiments" de chacun d'entre nous pour le pousser à prendre parti pour le représentant de cette laide vision du monde sous prétexte qu'elle serait moins laide que celle de son opposante. D'un point de vue philosophico-moral, outre que de celui de l'efficacité pour la lutte à venir, il me semble plus difficile, courageux, mais honnête d'accepter le "choix" cruel de ne pas choisir le mal 2 contre le mal 1 et d'imaginer des formes de résistances et de changement alternatives.
@D.S. : "il a aussi capté sa part du désir de donner une grande claque à la droite et à la gauche traditionnelles".

Une grande claque 2.0.... Une claque... virtuelle ! Histoire de flatter son égo pour pas un rond, de se dire : je suis un "rebelle" !
J'ai de plus en plus l'impression que les soit-disant media "libres" ( genre @SI, Mediapart, font partie du jeu et sont aussi en mission commandée spécialisée (!) Eux, ils sont plus subtils, ils oeuvrent plus pour ramener les "marges" dans le troupeau de la social-democratie... même si celle-ci pue de plus en plus le crime!
.. et attention je ne suis ni complotiste ni conspirationniste ou toutes ces autres atrocités en "istes" destinées à tenir en laisse les qqs esprits libres et critiquer "la pensée unique", je ne parle pas des illuminés qui pensent que les ovni tirent les ficelles depuis la nuit des temps! ;))
Il faut juste sortir de l'esprit pervers, relire Benassayag, Castoriadis! ;)
Ou s'abonner à de vrais medias llbres, basta mag, reporterre, histoire de respirer eux peu, etc

" Ils boivent du thé, ils écoutent la radio,
A l'ombre des jeunes filles en fleur,
ils ne croient pas au malheur,
ils ne savent pas que la bourgeoisie
est prête à tuer ses fils! Ah Ah Ah!"

PASOLINI (assassiné et torturé)
arrêtez de vous croire en allemagne en 1936 !! qu'est ce que c'est que cette obligation de voter macron ? avez vous lu son programme ? avec l'aide des banquiers et de tous les anciens de madelin à hue en passant par le drian, cet homme est beaucoup plus dangerux piur la société et surtout le monde du travail que le pen

que pourra t' elle faire ? et une fois au pouvoir, tous les journalistes iront à canossa et les élus FN deviendront de bons gestionnaires à la papa, beaucoup moins dangereux que macron et madame !
1) Est-ce que Macron c'est "du Hollande sans Hollande" ?

Le Chirac de 2002, fort des voix qui voulaient "faire barrage", n'a pas continué à faire du Chirac.

Il a très fortement droitisé sa politique et ouvert lui aussi son gouvernement à "d'anciens gudars" comme dirait D.S.
Aujourd'hui, on a un droit du travail en miettes, une protection sociale à l'agonie ; et une feuille de papier à cigarette sépare de nombreux ténors de LR de ceux du FN.

2) Est-ce que voter Macron c'est "faire barrage" ou offrir un tremplin à Le Pen ?

Car après 2017, il y aura 2022 !

3) Peut-être qu'à Paris on préfère le choléra de la finance mondialisée (qui concentre la richesse et les opportunités de carrière dans les grandes métropoles) à la peste brune. Mais dans les villages, les dégâts de la première font paraître douce ceux encore potentiels de la seconde (sans doute à tort).


Quand un jeu est truqué, il faut lui tourner le dos, car toutes les martingales conduisent à se retrouver en chaussettes !
Cher Daniel,
savez-vous pourquoi vous n'avez pas trouvé meilleur titre ?
Parce que votre urgence était de proclamer :
"je n'ai jamais hésité une seule demi-seconde. Quiconque hésite une seule demi-seconde quand il s'agit fairebarrageauFN est déjà un salaud !".
Pourtant, on vous imagine bien devant votre écran :
"[s]La peste et le mal de tête.[/s]"
"[s]La peste et la paraplégie.[/s]"
Oui, j'affirme que vous avez hésité, pesé vos mots bien trop longuement, (quelques minutes peut-être)
"[s]La peste et le comédon ??[/s]"
Et quiconque hésite une seule demi-seconde quand il s'agit fairebarrageauFN est déjà un salaud !

Et si ce n'était pas si grave de prendre le temps de penser ? (J'ai l'impression de faire mon Schneiderman quand j'écris ça)
Et si on pouvait même en débattre sereinement ? (si seulement il y avait un espace sur Internet pour le faire)
Non, quiconque hésite une seule demi-seconde quand il s'agit fairebarrageauFN est déjà un salaud !

Moi, perso, j'ai mal au bide depuis hier soir. Et, pardon d'être lâche et salaud, mais je n'ai pas tout de suite envie de connaître le diagnostic car je sais que de toute façon, je vais en baver dans les cinq prochaines années.
J'ai même parfois des envies de les regarder en face, ces maladies, de leur dire qu'elles ne me font pas peur et que mon corps social va se réveiller et leur mettre une bonne dérouillée (Ça, c'est quand il me revient un peu de courage !).
Je finirai probablement, parce que trop lâche pour être un salaud, par aller choisir le burn out. Mais merde, j'ai quinze jours pour y penser et je n'ai pas envie d'y penser (si ça se trouve, mon corps social ne se remettra pas de ce burn out-là !!).
Et cette injonction :
"Quiconque hésite une seule demi-seconde quand il s'agit fairebarrageauFN est déjà un salaud !"

Merde.
Trop de choses à dire. Un seul résumé suffira :

Eux : "On a le choix entre la peste et le choléra. Il faut voter la peste, parce que le choléra, c'est tellement pire."
Nous : "Euh, elle est où la logique là dedans ?"

Et voilà. Dans 15 jours, ne vous étonnez pas si vous avez une mauvais surprise.

A trop nous bassiner avec le "vote utile", les gens choisirons le moins pire. Croisez les doigts pour que ce choix se porte vers la mort lente, plutôt que vers la mort rapide, pour reprendre une métaphore évoquée plus haut.

A devoir choisir entre la détestation du libéralisme et la détestation du racisme, je ne suis pas persuadé du choix que fera le peuple français le moment venu.
Non et non, pas ici le coup du "pacte républicain". Chantage et/ou otage : trop c'est trop.
Pour la première fois de ma vie je vais m'abstenir avec fierté.
En attendant une vraie force insoumise aux législatives. Avanti !!
M. Schneidermann vous avez vous aussi fait la campagne de Macron pour le premier tour. Puisque bien évidemment cette élection vise à faire élire Macron, n'en déplaise aux idiots utiles du FN qui ont été sélectionnés hier pour se faire démonter par la créature de l'Empire.

Je suis trop paresseux pour faire une statistique des citations des différents candidats dans vos colonnes mais je pense bien que vos analyses se sont limitées au " club des 5 " candidats des médias. Un peu de poutou pour amuser la galerie et puis black out sur le reste. Bravo le démocrate ! Pourtant si on essayait de réfléchir avec sa tête on se rendait compte que le fond était extrêmement riche et susceptible de longs débats, notamment sur l'UE, la déliquescence de notre économie, la Nation, le rôle du Président, enfin au lieu de ça vous avez au contraire milité pour la disparition programmée de tout ce qui a pu faire la fierté de la France avec vos analyses hors-sujet. Le pire c'est que vous n'en êts sans doute même pas conscient vous-même... ou peut-être si ?

Emporté dans le troupeau bêlant de votre boucle twittistique, vous n'avez quasiment jamais abordé les questions de programmes, ni celle de la fabrique du consentement aujourd'hui qui se fait grâce aux médias comme vous n'êtes pas sans le savoir j'imagine ( encore que quand on voit des journalistes de France Inter qui ne connaissent pas la Charte de Munich de 1971, on peut se poser des questions sur l'ensemble de la profession ), encore moins lutté contre cette chute dans le monde totalitaire rêvé par l'oligarchie, qui vous manipule comme tous les autres, dans lequel la France a disparu aujourd'hui. En gros vous collaborez de fait avec ce rouleau compresseur médiatique, M. Schneidermann, cela est indigne de quelqu'un tel que vous, qui avez été un des plus "intellectuels" des journalistes en votre temps.

Mais je garde néanmoins espoir que les idées apportées par la Révolution Française de 1789 continueront à vivre et que notre Nation renaîtra de ses cendres comme elle l'a toujours fait.

Voir " La Marseillaise"- Rouget de Lille ( hymne national de la France, ancienne nation du temps de la liberté des peuples à disposer d'eux-mêmes )

à partir du IIe couplet, que l'on ne chante jamais aujourd'hui ( et pour cause ! )

Que veut cette horde d'esclaves,
De traîtres, de rois conjurés ?
Pour qui ces ignobles entraves,
Ces fers dès longtemps préparés ? (Bis)
Français ! Pour nous, ah ! Quel outrage !
Quels transports il doit exciter ;
C'est nous qu'on ose méditer
De rendre à l'antique esclavage !

REFRAIN

III

Quoi ! Des cohortes étrangères
Feraient la loi dans nos foyers !
Quoi ! Des phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fiers guerriers ! (Bis)
Dieu ! Nos mains seraient enchaînées !
Nos fronts sous le joug se ploieraient !
De vils despotes deviendraient
Les maîtres de nos destinées !

REFRAIN
Hollande convie Macron ET le Pen à l'hommage au policier tué..... Il faut faire barrage au FN mais lui garder une place au premier rang, donc. Qui peut continuer à croire aux "consignes" de gens qui vont s’aligner pour écouter la Marseillaise main dans la main avec Le Pen?

Si ça c'est pas la preuve éclatante qu'ils se foutent de nous, tous.
Ni le jeune con, ni la vieille folle pour moi non plus.

Pays d'imbéciles.
Au bout de toutes ces années je pensais que certains tropismes journalistiques avaient disparu chez Daniel, mais non.

Il lui FAUT les consignes, parce que ca correspond à son schéma de pensée, la pensée par camp, par leader, la pensée qui dit que les petits, nous les citoyens, doivent être guidés par des gens plus sages qu'eux et qui fait que ces leaders sont en devoir de nous montrer la voie.

Désolé Daniel, mais ça ne marche pas comme ça, ça n'a jamais marché comme ça. C'est une illusion que se donnent des politiques messianiques et des journalistes en manque de matière.

Je remercie meluch de ne pas m'avoir pris pour un toutou.
Maintenant ça suffit!
Maintenant c'est trop tard!
La clarté est passée et nous sommes dans l'ombre.
Il fallait déconstruire avant le piège du petit Hamon!
Il fallait déconstruire avant avec plus de force la propagande infernale dont nous avons été l'objet pendant plus de 4 mois!!
Il fallait alerter, dire que c'était INDIGNE du soit disant pays des lumières!
Qu'il n'y avait aucun débat public, que la parole revenait toujours au Centre ( PUJADAS, SALAME, EL KRIEF and co)
Je me sens comme dans un pays d'Amérique latine du temps des dictatures sous contrôle !
Je ne croyais pas que c'était possible! Cette "stratégie du choc" dont parlait N.Klein, ICI en France!
Pour la première fois de ma vie, je n'irai pas voter!!
Je ne voterai pas Macron (=TAFTA, 49.3, ANTI ZADS, LOI EL KOMRY, LOGIQUE PRODUCTIVISTE ET POSITISTE)
LE PEN ne peut pas être pire, avec elle au moins un soulèvement est encore possible.
C'est le miroir que l'on mérite.
C'est celui en tout cas, dans lequel peuvent se mirer désormais la plupart des Medias.
Tant que le vote blanc n'est pas comptabilisé, mieux vaut s'abstenir massivement de manière à ôter toute légitimité à "LEPENMACRONFILLON"!
La dictature du Capital tient encore à sa légitimité par les urnes.
Il faut absolument ôter toute légitimité à Macron.
Laissons les seuls! -entre corrompus, hypocrites, lâches, cupides, sots, idiots utiles, Média fourbes, barbouzes, positivistes
réductionnistes, petits coqs va t-en guerre, ce sont eux, hélas, les gagnants de cette élection-.
Mais nous sommes désormais nombreux-ses.
Nous nous sommes compté-e-s, nous avons désormais bien mieux à faire, nous avons à nous engager de toutes nos forces dans les situations du présent, dans les détails concrets de nos vies, simples et multiples.
Nous avons à refaire de la solidarité entre nous, de l'empathie, bases de toute société humaine.
En étant nous mêmes des êtres joyeusement divers et multidimensionnels, sans ego boursouflés et creux mais avec de vraies singularités tisseuses d'Histoire.
Retrouvons nous.
La force de l'Etat face à notre puissance d'être et d'agir n'est que "mort annoncée".
Laissons leur les villes dévastées, la société panoptique, le transhumanisme, LE "GOUVERNEMENT PAR LA TERREUR" et fuyons dans les campagnes, retrouvons une l'Humanité aimante et joyeuse, cultivons la pleine conscience, le respect du
vivant, l'émerveillement devant la nature, cultivons nous, créons, lisons, fabriquons !
Ne soyons pas désespéré-e-s, au contraire! Il y a tellement de choses à faire!
Que cet impossible libère enfin d'autres possibles!
M.Schneidermann, vous acceptez que vous vous etes trompés mais vous continuez d'affirmer en crachant sur JLM. Etrange et...décevant. Pourquoi tous ceux que l'on peut appeler des intellectuels de gauche sont incapables de penser un minimum logiquement et tombent avec le sourire dans tous les pieges de la droite en poignardant leurs proches? Etrange et... décevant vous dis-je. Je ne tague pas mais je suis entierement d'accord avec le comportement de JLM car il est fidele a sa politique et ses idees, contrairement a ceux qui suivent de trop pres les appareils et les calculs politiques. Aider Macron qui incarne ce pourquoi les FNs sont ce qu'ils sont, c'est donner raison aux FNs. Comment reprocher a JLM qui a travaillé contre le FN bien plus que tous les autres candidats réunis? Car combattre le FN, ce n'est pas voter contre, car action-reaction, leur rang augmente de plus en plus en consequnce. Faire barrage contre le FN c'est convaincre ses militants actuels et potentiels qu'il y a une autre voie, leur montrer cette voie et incarner cette voie. Sans JLM, le vote FN aurait été bien plus important et vous le savez. Alors remercions le de travailler a debloquer le cerveau des partisants du FN au lieu de les radicaliser. Je m'abstiens au 2nd tour. Macron et le futur montrera que la France Insoumise avait raison, a defaut d'avoir gagné...
Faut-il arrêter de se poser des questions au prétexte que l'adversaire est la front national ?
Pour tout ce que le FN au pouvoir puisse apporter de néfaste, faut-il s'interdire de penser d'hypothèse qu'il puisse exister une solution encore pire ?
Une fois cette hypothèse mise sur la table et étudiée, je conçoit qu'on le rejette, mais ne pas l'émettre du tout est extrêmement dangereux.
C'est tout accepter, le regard détourné par un épouventail. Épouventail légitime, certes, mais tellement agité à tout bout de champs par l'équipe de Macron qu'il faut se poser des questions.
Et oui, je sais qu'épouvantail s'écrit avec un e, mais ce n'est pas ceux qui continuent d'écrire Mélenchon avec un a qui vont me reprendre là-dessus, quand même.
Le terme "journalisme" étant logiquement absent de ce billet, tout le monde est d'accord que l'on parle d'autre chose.

Des employés des milliardaires qui favorisent plus ou moins leur favori en toute liberté et qui heureux hasard est celui de leurs possédants, des indépendants comme MDP en campagne contre FI plus que contre le FN, France Inter faisant à l'image de son correspondant à Berlin les yeux doux au candidat qui a promis de laminer les services publics (qui habilement n'a pas dans son programme la suppression d'un fonctionnaire sur deux dans les médias d'état, pas non plus prévu d'imposer le statuts d'auto-entrepreneur aux journalistes, ni de les mettre en concurrence avec des travailleurs détachés venant de la zone hors euro et qui pourtant parlent très bien le français, les heureux miliants pourront continuer de prêcher le libéralisme tout en bénéficiant de la convention collective sympatoche de radiofrance)...

Rappelez-moi à quel moment Le tout-puissant à confié aux journalistes la mission de faire la retape pour certains et pas d'autres, et l'autorité morale de se donner le droit de prescrire ce que les citoyens doivent voter!

(Si, en fait le terme "journaliste" apparaît comme "virés" des meetings de MLP alors qu'il suffit aux services de com de EM de ne pas donner d'accréditation pour le même résultat, en l'occurence les journalistes de RT, qui risqueraient de poser des mauvaises questions)
Macron c'est la mort lente, l'agonie de la terre des animaux et des hommes, qui peut encore durer quelques dizaines d'années, dans d'atroces souffrances planetaires. Lepen c'est la mort plus rapide de certains d'entre nous d'abord, les autres viendront un peu plus tard.

Alors Daniel, qui n'est pas aux premières lignes, se permet de donner des leçons a ceux qui se battent et subissent la domination, en pleine face, drappé dans sa bonne conscience de mouton qui préférerait l'abattoir industriel et les hangars surpeuplés au risque du loup et de la liberté , parce que "le loup il est tres tres mechant".

Mourrons, d'accord, mais de mort lente...

Ou bien "vivre libre ou mourrir" ?

Les vautours dansent...
Je comprends que vous ayez la trouille, Daniel. J'ai quelques souvenirs de confrontation avec des "gudards" ou leurs petits camarades d'ordre nouveau, qui me nouent encore les tripes lorsque j'y pense.
je comprends que vous ayez peur pour après. seulement, moi, j'ai peur pour maintenant. Pour des gens que j'aime et qui sont déjà victimes de ça, de cette imprégnation fasciste de nombre de rouages de l'état prétendument républicain, du gouvernement prétendument de gauche. Pour des chômeurs, des "assistés" dont le harcèlement va s'accroitre encore, qu'on pousse à la folie et au suicide. Pour des "bronzés", des "noms pas français" qui ont déjà plus que leur dose de flicage, de fichage, d'agressions et de violences. Pour des réfugiés qui tentent de survivre en ne sachant pas à quelle sauce il vont être mangés. Pour des paysans qui voient le productivisme et la bureaucratie grignoter inexorablement leur espace vital, notre espace vital. Pour des communs naturels livrés au saccage, des forêts, des terres... J'ai peur maintenant, aussi, pour d'autres que je ne connais pas personnellement, comme tous ces mômes qui espéraient trouver chez nous un refuge... c'est terrible, mais on n'a pas attendu Pétain pour créer en France des camps de rétention pour les réfugiés hein...
Je comprends que vous ayez peur, mais la peur n'évite pas le danger. "De toute façon", comme vous ne dites pas, de toute façon il va falloir se battre. être plus solidaires encore, plus justes, plus fraternels, et plus libres : refuser les accointances, penser hors des injonctions, ne pas céder aux menaces.
e suis surpris par le matraquage très fin pro macron,ce billet en fait partie. Un axiome, Le pen c'est l'horreur pour tout le monde. Attention à ceux qui franchissent la ligne rouge!
En ce qui me concerne j'ai voté NDA et je suis un peu déçu, j'aurais aimé bien sûr un score au delà de 5 mais plutôt vers les 7; Pour qu'il puisse jouer un rôle dans l'avenir immédiat. En effet la seule attitude raisonnable ( pour moi) est un accord minimal bleu blanc rouge sur la souveraineté contre le capitalisme globalisé , mondialisé qui est le grand ennemi feutré. L'avenir est sombre avec une mondialisation déstructurante et un fascisme islamiste fondé sur la propagande par le fait de tuer n'importe qui n'importe où.( ou presque) Et là, j'aurais tendance à imaginer du courage du côté de NDA, de JLM, du che, et de Asselineau.
Agiter sans cesse l'épouvantail du Front National a ruiné les partis politiques traditionnels de droite et de gauche qui ont passé leur temps à se positionner par rapport à lui en manipulant la peur au lieu d'affirmer leurs spécificités. Ils ont donc placé le FN au centre de la vie politique en lui donnant une importance qu'il n'a pas.

Avoir peur de quelque chose, c'est lui donner de l'importance. C'est donc eux qui ont fait le succès de ce parti, d'une part en se référant à lui sans cesse, dans chaque prise de parole, PS et LR de la même manière, et d'autre part en poussant ceux qu'ils ont dégoûté par leur politique médiocre à le rejoindre, par rejet de ce qu'ils représentent. Les ennemis de mes ennemis sont mes amis.

Ils le payent très cher aujourd'hui.

Renouveler la vie politique ne doit pas consister à recommencer cette démarche stupide d'un "vote utile" contre un repoussoir créé pour cette raison, un sorte de perversion de la démocratie qui se traduit à chaque élection par un vote de rejet plutôt qu'un vote d'adhésion.

Insoumis, ça veut dire que si un chef voulait dire comment penser on ne l'écouterait pas. Pour ma part, entre deux maux je ne choisirai pas.
Ceux qui ont voté pour B. Hamon, et qui de ce fait on privé la possibilité d'avoir un candidat de gauche qualifié à la place de Le Pen (à 2% près Mélenchon prenait la place de Le Pen) se chargeront de finir leur besogne : faire gagner l'inspirateur de la loi El Khomri. Laissons les moutons élire le jeune loup.

Ne comptez pas sur les insoumis pour lui offrir en plus un score qui lui donnera une légitimité qu'il ne mérite pas.
Pourquoi venir ajouter de l'eau au moulin des édidocrates dont vous êtes d'habitude si friand au petit déjeuner?

Pour une fois dans le paysage politique français une personne tente de lutter contre l'attraction du pouvoir personnel et veut le rendre au peuple, élément tout de même fondateur et essentiel de la démocratie il me semble (sinon j'en perd mon grec...). Pour une fois un personnage politique encourage les gens à voter pour un programme et non pas une personne. Pour une fois un homme politique se rend vrai porte parole de la population ne donnant pas son avis mais attendant le mandat de son groupe.
C'est la première loi de représentativité que l'on apprend en syndicalisme, en assemblée générale gréviste, en tout mouvement populaire, en démocratie!!!

Je ne suis pas mélenchoniste. Je viens d'un endroit où l'élection n'a pas sa place et où la Politique rêve de Grand Soir... Pourtant cette année je suis allée à votre grand messe, contre mes idéaux mais par conscience collective, effrayée par les autres candidatures. Cette année pour la première fois depuis que je peux voter (2000 et non je n'y suis pas allée en 2002 ) je suis allée dans l'isoloir, convaincue non pas de l'homme mais du programme (même si bien des points me laisse dans l'expectative) et surtout de la façon dont il a été travaillé, avec de vrai.e.s gens. Convaincue aussi de la direction donnée à la politique française, notamment écologiste. J'ai fait un choix pour et non pas contre, pour une ligne idéologique, pour un programme et non pas une personne.

Alors, je ne comprends pas votre édito... Alors oui les résultats sont effrayants mais depuis que l’ersatz de PS refuse de se rallier à la France Insoumise, on s'y attendait...Donner une consigne de vote aurait été extrêmement déplacé de sa part et aurait signifié qu'il se foutait éperdument de ceux et celles dont il n'est que le porte parole...

Quelque soit celui des 2 qui passe maintenant, reste les législatives et pas en direction du PS qui trahit la gauche depuis près de 20 ans.
J'ai soutenu la campagne de JLM, mais pas question que j'aille voter, même blanc, pour la droite au second tour !
L'abstention est décomptée, pas le vote blanc, donc quelle que soit la décision qui sortira de la consultation des autres Insoumis, en ce qui me concerne, c'est non, non et non.
C'est tout à l'honneur de Jean-Luc Mélanchon de nous demander notre avis. Le contraire m'aurait extrêmement déçu de sa part.
Juste pour info, c'est la première fois de ma vie que j'ai soutenu et fait un don pour la campagne d'un candidat. Et la première - et dernière fois - que j'ai voté, c'était pour dire non au traité constitutionnel.
C'est dire ma déception aujourd'hui. Mais je suis persuadé que le mouvement des Insoumis continuera d'exister. On n'a pas fini d'en entendre parler… ailleurs que dans les grands médias bien sûr.
Mais de l'autre côté, camarades, les camps, les bateaux, les charters, les gudards, le On est chez nous scandé dans les meetings, la carte blanche implicite aux matraqueurs de tous les Théo, et en prime l'immunité parlementaire, et les journalistes virés des meetings. Ce n'est pas peste et choléra. C'est peste et, disons, burn out (pas trouvé d'autre image). A tout prendre, vous préférez quoi ?

A votre tour de jouer à Peur du Loup ? Dans le pire des pires de cas, ce parti à la tête d'un pays réfractaire, ingouvernable, avec un programme bancal, inapplicable, combien de temps tiendrait-il? Les chants de fachos et claques au journalistes existent déja et c'est sur Mélenchon que déferlent les vagues de chroniqueurs défenseurs du peuple Vénézuélien.
Personnellement, je préfère un ennemi que je peux attraper par les oreilles, le Macronisme est si diffus et protégé qu'il peut sévir sans risque et sans vagues.

Il va de soi que je n'irai pas voter et que je suis satisfait qu'on ne m'y consigne pas...
Extrait d'une tribune de JLM appelant, à l'époque, à voter Chirac contre Le Pen :

«Le vote d'extrême droite doit être réduit au minimum par nos propres forces. Quelle conscience de gauche peut accepter de compter sur le voisin pour sauvegarder l'essentiel parce que l'effort lui paraît indigne de soi? Ne pas faire son devoir républicain en raison de la nausée que nous donne le moyen d'action, c'est prendre un risque collectif sans commune mesure avec l'inconvénient individuel.»
Cher Daniel Schneidermann

J'ai voté pour Jean-Luc Mélenchon.

Au second tour, je voterai nul en remettant un bulletin Jean-Luc Mélenchon.

Il est en effet pour moi impossible de choisir entre la peste brune et le choléra ultralibéral.

Car le programme d'Emmanuel Macron, c'est en matière économique le même que celui de François Fillon, mais avec le sourire.

Lorsque cet énergumène, dernier avatar de 5ème république finissante, aura démantelé le peu qu'il nous reste de services publics et de protection sociale, sur injonction de la Commission Européenne, vous croyez qu'il se passera quoi, en 2022 ?

Marine Le Pen, ou très vraisemblablement sa nièce, sera élue après avoir fait 40% au premier tour, par une population française qui aura bien morflé en cinq années d'un programme thatchérien, et dont le ressentiment déjà palpable dans cette élection, n'en aura été que décuplé.

Alors oui, pour moi, voter nul dans deux semaines, ce sera pour moi l'honneur de ne pas avoir choisi entre l'extrême-droite aujourd'hui, et l'extrême-droite dans cinq ans.

Avec vos injonctions vous venez de vous ranger au même niveau que les incapables du Nouvel Obs, de Libération, et même de Mediapart. C'est triste. Dans ces moments troubles on aimerait trouver sur les sites alternatifs un peu plus de réflexion que le gloubi-boulga qu'on nous ressert depuis quinze ans.

Car ce "tout sauf le FN" qu'on nous rabache depuis 2002, qu'est-ce que le PS et le RPR/UMP/LR ont fait en quinze ans pour le mettre en actes ? Rien du tout. Chaque quinquennat écoulé depuis a retiré aux Français un peu plus de ce qu'il leur reste. Les 19% qui ont voté Mélenchon n'avaient pas grand chose, juste un peu d'espoir. Aujourd'hui ils n'ont plus rien.

Celui qui mettra un bulletin Macron la semaine prochaine s'agenouillera en disant "S'il vous plaît monsieur le bourreau, donnez nous encore cinq ans avant l'exécution capitale." Le seul véritable courage, c'est prendre le risque d'affronter maintenant l'inéluctable, avec, tout de même, une possible séance de rattrapage aux législatives.

Bien à vous.
Etes-vous certain que Macron et Le Pen sont si différents ?
Pour moi c'est un même totalitarisme, sous une expression à peine différente.

Le Pen enverrai des gens à l'étranger, Macron va les pousser au suicide.
Non, non et encore non !

Daniel, Mélenchon porte vraiment la voix des insoumis. Vraiment. Vas donc rencontrer le groupe local des insoumis de ton quartier. Va voir ce qui s'y passe. Quel journaliste, ici ou ailleurs a fait cet exercice ? Qui ? C'est navrant !

En ce sens @si a mal couvert la campagne, car de la candidature de Mélenchon c'est surtout la France Insoumise qu'il fallait montrer. Plus encore que le programme de l'Avenir en Commun ! Cette candidature des groupes locaux qui pour les législatives ont une liberté comme jamais vue dans un mouvement politique. Et ne pas en rester à regarder qu'un seul groupe parisien, mais aller à la rencontre d'une belle brochette aux quatres coins de la France !

Viens chez nous en Gironde, viens voir ma circo. C'est incroyable ce qui s'y passe. Tout se décide ici sans passer par la tête parisienne. Entre militants, anciens et nouveaux conquis, arrivés de la veille et présents depuis le 1er jour. Personne n'est encarté dans notre groupe, chacun est libre de venir quand il veut, de participer quand il veut, de se fixer ses propres objectifs. Et le résultat a été exceptionnel ici : on fait 28% dans notre circo, alors qu'elle était tenue par le PS et EELV depuis des décennies ! On bat Macron, on ECRASE Le Pen (alors qu'elle faisait des gros scores avant). Le Pen à 8% !
Il faut le voir ce phénomène. ça s'engueule, ça débat, ça pinaille, ça prend des décision et surtout ça agit. Dans l'efficacité totale, radicale. Et chacun avec ses moyens. Militant des réseaux en ligne, tracteur des chaussées, boîteurs des citées, fêtards des parcs et quartiers, toqueurs de porte... Et débatteurs, animateurs, secrétaires, trésoriers, "simples" observateurs qui ont tous en communs dans nos réunions de s'y investir avec une réelle passion, une réelle envie de changer ce monde !

Et Mélenchon, comme Garrido et Corbières respectent cette organisation horizontale, décentralisée, autonome et profondément démocratique. Ils nous demandent de nous exprimer, de décider à tête reposée dans un mouvement à la fois collectif et individuel. Le groupe s'exprime mais chacun agit ensuite en son âme et conscience.

Comment peux-tu critiquer ça Daniel après en avoir appeler à la démocratie réelle, au renouveau politique, à la politique faite par et pour le peuple ? Comme tu l'as fais ici dans ces colonnes en ligne, dans ce média particulièrement attractif car reposant sur une communauté finalement très proche de ce qui se voit dans la France Insoumise.
La mécanique qui a fait l'élection de D. Trump aux US semble déjà à l'oeuvre en France.

Une gauche, écoeurée de voir leur fier tribun finir la course derrière le mari de Pénélope, refusera de contrer efficacement l'extrême droite. Refusera de se dédire en appelant à voter sans ambiguïté pour la baudruche, pour le vide abyssal, pour la marionette des viles puissances de l'arrrgent et du syyssstème. Surtout ne pas se compromettre dans ce discours, ne pas tacher sa flamboyante livrée de révolutionnaire, la mèche au vent sur sa noble barricade, prêt à mettre la misère au premier abribus Decaux qui croisera son chemin dans les brumes matinale d'un 743 mars.

Une belle gauche qui laissera passer l'extrême droite, qui comme la Bovary avalera son arsenic. Mais celle qui dégueulera lentement ses viscères, ce sera la France. Nous ne sommes pas les US. Le pouvoir est centralisé en une seule ville, en quelques mains, faciles à mettre au pas. Notre police et notre armée vote FN. Lentement les médias et les partis d'opposition seront pacifiés, comme en Russie, comme en Turquie, comme en Hongrie, lentement la Rue se calmera après avoir enterré et panthéoniser quelques héros tombés sur ses pavés, lentement la fausse démocratie de la petite PME Le Pen s'installera, les campagnes contre les villes, les patriotes contre les mondialistes, les français contre les traitres.
Je précise que j'ai cité l'aspect libérale de sa politique et l'absence de volonté de lutter contre l'évasion fiscale. C'est ce qui m'est passé par la tête, mais il y a pleins d'autres exemples.

Je complète en prenant le scénario Macron élu : gouvernance à la Hollande + manif sans conséquence comme je l'ai déjà dit. Et dans 5 ans, un nouveau Macron (ou nouveau Hollande, comme vous voulez c'est pareil) créé de toutes pièces et qui apparaîtra comme le vote le plus crédibles comme rempart contre un FN grandissant. Et ainsi de suite.... Jusqu'à ce que la société implose.

Notre but est d'éveiller les consciences et que cette vieille mélodie cesse. Au plus tôt. Je garderai ma dignité en m'abstenant donc.
Le candidat du libéralisme amorphe contre la candidate de la haine décomplexée…

N'en déplaisent aux pourfendeurs de Fillon, tout corrompu qu'il est, il avait un programme un minimum cohérent et construit, un programme déprimant, mais un programme. J'aurai préféré voir Fillon au 2e tour que Macron, pas pour des raisons électorales, mais pour la santé du débat démocratique. Macron au 2e tour alors qu'il y avait deux programmes sérieux (FI et LR), c'est une honte pour la démocratie. À quoi bon des élections si le marketing l'emporte sur le débat d'idées ?
Non, Daniel, je ne cautionnerai pas ce système. Quel que soit le gagnant du 2e tour, il n'aura pas ma voix. Et j'espère que nous serons nombreux à nous abstenir, afin qu'il ait le moins de légitimité possible.
Je me permets d'attirer votre attention sur la vidéo (super argumentée et passionnante) Réformons l’élection présidentielle ! recommandée par Olivier Berruyer, qui présente une réflexion sur les lacunes de notre système électoral actuel et propose solutions pour y remédier. Le système actuel, par exemple, peut injustement priver de deuxième tour un candidat qui aurait battu le vainqueur de ce deuxième tour. Par exemple, en 2002, tous les sondages donnaient Jospin vainqueur de Chirac et le duel n'a pas eu lieu. Même chose pour Balladur en 1995. Nous nous sommes trop habitués à considérer ces anomalies comme inévitables. Or, elles ne le sont pas.

Si je ne craignais pas de plaisanter en ce jour de deuil, je dirais à ceux qui souhaitent désigner nos gouvernants par tirage au sort que le système actuel constitue depuis longtemps une loterie...
Bonjour,

Non Mélenchon ne se "retranche" pas derrière ses militants, non il ne "refuse" pas de donner de consigne de vote. La France Insoumise n'est pas un mouvement vertical dans lequel le Chef Suprême donne ses consignes de vote aux moutons qui l'écoutent. Un mouvement démocratique et qui prétend rendre le pouvoir au peuple, se soumet aux décisions du-dit peuple. Donc en toute logique Mélenchon attendra que se prononcent ses militants pour annoncer une consigne de vote conforme aux souhaits de sa base. C'est ce que devrait faire tout mouvement ou parti qui se prétend démocratique.

Aujourd'hui je suis en otage, entre le fascisme que je combat et le libéralisme que je rejette.

Cette campagne c'est l'histoire d'une immense prise d'otage. Macron ne pouvait que réussir, puisqu'il a bénéficié de l'appui d'une large partie de la classe politique, de la presse, des médias audiovisuels. Depuis un an on nous vend du rêve-macron, du "libéralisme fun". Du Macron "barrage au FN", alors même qu'au premier tour on ne fait pas barrage à un parti plus qu'à un autre, on défend son programme pour réaliser le meilleur score. D'ailleurs un barrage efficace n'a pas de fuites, et n'aurait pas laissé passer le FN au second tour... Le barrage au FN a été l'argument de pré-campagne et de campagne du PS, de Macron et de LR. Bien utile le coup du barrage.

Cette campagne est le fruit d'un calcul politique: impossible de faire survivre le PS à ce quinquennat, impossible de gagner une autre élection après ces 5 années de libéralisme forcené. Il fallait donc une parade: trouver un nouveau visage, qui accepterait d'incarner cette nouvelle gauche libérale bon teint, sans l'étiquette-repoussoir "PS". Ce fut Macron. Les résultats de la primaire socialiste n'étaient pas très difficiles à anticiper, il était donc indispensable de prévoir un plan de repli. Rien d'étonnant donc que nombre d'élus PS aient rejoint Macron. Que l'aile gauche meure, Hamon l'enterrera.
Une fois établie la feuille de route (refondation d'un social libéralisme autour des valeurs capitalistes et d'un homme de paille acceptable), il faut s'assurer la victoire. Quoi de mieux que d'agiter le bon vieil épouvantail fasciste, le même qui a assuré à Chirac une réélection avec 80% des suffrages exprimés. Les médias mainstream se sont prêtés volontiers au jeu du FN et de sa dédiabolisation, en faisant un parti comme les autres. PS et LR ont agité bien bruyamment l'épouvantail, lui laissant par là même libre accès à la parole médiatique. Résultat: le FN fait du score, comme les autres. Et assure à la pensée libérale de belles années devant elle.

Depuis un an, on nous rentre dans la tête à force de sondages et d'éditos partisans que l'issue ne peut être que Macron-Le Pen. Voilà la longueur de la laisse qu'on nous concède. Le fascisme ou l'esclavage.

Maintenant qu'il me faut retourner aux urnes, j'ai le choix entre: utiliser un bulletin Macron, qui incarne une idéologie strictement opposée à la mienne, ou voter blanc. En votant Macron non seulement je donne ma voix à un ennemi politique (passe encore), mais je légitime toute cette immense stratégie visant à laisser le pouvoir aux mains de ceux qui l'ont déjà, je leur donne raison d'avoir organisé la plus grande campagne marketing de tous les temps, le valide leur foutage de gueule, je consens à la poursuite des politiques austéritaires, libérales, je consens au massacre du code du travail, je dis "merci de vous foutre de moi, allez-y, continuez".

En votant blanc, je prend le risque, pour rester fidèle à mes convictions, de laisser passer le parti du GUD, des Vel d'Hiv et Richelieu, des "on est chez nous". Et je ne veux pas voir leur avènement, leur victoire et leur fierté de nous avoir tous eu. En votant blanc je rejette cette prise d'otage, cette obligation à choir le burn out plutôt que la peste. Et si tous les autres faisaient comme moi? Merde, alors on laissera un c***** fascisante prendre le pouvoir et afficher une satisfaction qui donnerait des envie de meurtre. Les fachos sortiraient du bois, jubileraient et assumeraient au grand jour leur violence et leur détestation de l'étranger.

Et malgré tout je ne peux me résoudre à voter Macron. Ils ont voulu une fois de plus jouer avec le feu pour s'assurer la conservation du pouvoir. C'était peut-être la fois de trop.

J'ai envie de pleurer depuis hier soir, et je crois que je ne vais pas tarder à craquer.

Je me suis fait voler mon droit de vote.
Bonjour
Desolé mais je ne suis pas d'accord avec votre vision. Et je ne vais pas culpabiliser mais le 7 mai je voterai blanc.
Pour rappel, qu'a apporté le vote de 2002, rien. Nous avons un soit disant parti de droite qui n'a essayé que de déborder le FN par la droite. On en oublie le programme de Fillon qui voulait prendre des mesures non seulement aberrantes, mais aussi ciblées contre les étrangers et les migrants. Et a priori, cela ne perturbe personnes.
Peut-être? que la politique de Macron a des effets négatifs moins visibles mais ils sont tout aussi présents.
Le libéralisme effréné renforce les inégalités. Ces inégalités nous divisent. Il paraît même qu'elles sont responsables de la montée du FN.

Et puis, ce bon vieux Macron qui ne "propose rien pour lutter contre l'évasion fiscale", on en parle ? (Je ne dis pas que MLP en parle beaucoup elle aussi hein). Mais cet argent sale, ne sert-il pas à toujours plus de violence dans les coulisses ?

Certes Macron est plus joli de façade, il a l'air plus sympa, sans doute vous paraît-il inoffensif avec son sourire de star. Mais il est au service d'une politique meurtrière et qui divise.
De plus, si MLP est élue, je pense qu'il y a un plus grand risque de révolte citoyenne. Ce serait peut-être l'occasion que les gens se rendent compte qu'ils sont pris pour des cons, et que, pour une fois, ils renouent avec leur premier espace d'expression (la rue) ou leur premier moyen d'expression (la grève).

Avec Macron, les choses se feront en douceur, à la Hollande : une loi social par là, et puis, dans la foulée, 10 lois pour les multinationales et 10 pour t'obliger à bosser le dimanche, les jours fériés, le jour, la nuit, dehors, dedans, sous la pluie, sans retraite, sans congé payé. Le tout avec des manifs sans conséquence, décrédibilisées par les médias (amis de Macron).

Bref, tout ça pour dire que c'est ridicule d'accuser Mélenchon. Tout ça pour dire que j'ai voté pour lui au premier tour. Tout ça pour dire que je n'irai pas voter au second tour. Macron n'aura pas ma voix, ni MLP. Si vous assumez de voter Macron, c'est votre choix, mais ne l'imposez pas à JLM, ni à ceux qui le soutiennent.

En attendant les législatives,

Un lecteur (et visionneur) qui vous adore
Il y a quelque chose de fascinant à voir l'état actuel du système (pris dans un sens scientifique), et à fortiori si on le fait sans les lunettes complotistes qui voient cet état actuel comme le résultat d'un plan ourdi dès l'origine, mais bien comme le produit d'évolutions successives qui doit beaucoup à la contingence, il y a quelque chose de fascinant donc à voir comment dans un paroxysme d'humour noir, les farouches opposants d'hier (littéralement) se transforment en ses plus efficaces défenseurs aujourd'hui. Quelque chose entre Orwell et Kafka qui va faire Schneidermann "aimer" son vote Macron, persuadé d'être sur le chemin de la raison contre ces fâcheux abstentionnistes qu'il ne sera pas loin de qualifier d'idiot utile du fascisme, sans voir qu'il en est lui-même un, d'idiot utile.
Et c'est avec le détachement de quelqu'un qui in fine n'aura à subir qu'à la marge les politiques du nouveau pantin du CAC40 que j'écoute avec amusement les accents moralisateur, sourcils froncés, toisant par dessus ses demi-lunes, d'un Daniel Schneidermann, brandissant la conscience et la morale en paravent d'un bête réflexe pavlovien, c'est à dire un réflexe induit. Petit rouage d'un système donc, pas encore fascisant (patience, ça monte, ça monte) mais décidément bien fascinant.
Maintenant ça suffit!
Maintenant c'est trop tard!
La clarté est passée et nous sommes dans l'ombre.
Il fallait déconstruire avant le piège du petit Hamon!
Il fallait déconstruire avant avec plus de force la propagande infernale dont nous avons été l'objet pendant plus de 4 mois!!

Il fallait alerter, dire que c'était INDIGNE du soit disant pays des lumières!
Qu'il n'y avait aucun débat public, que la parole revenait toujours au Centre ( PUJADAS, SALAME, EL KRIEF and co)
Je me sens comme dans un pays d'Amérique latine du temps des dictatures sous contrôle !
Je ne croyais pas que c'était possible! Cette "stratégie du choc" dont parlait N.Klein, ICI en France!
Pour la première fois de ma vie, je n'irai pas voter!!
Je ne voterai pas Macron (=TAFTA, 49.3, ANTI ZADS, LOI EL KOMRY, LOGIQUE PRODUCTIVISTE ET POSITISTE)
LE PEN ne peut pas être pire, avec elle au moins un soulèvement est encore possible.
C'est le miroir que l'on mérite.
C'est celui en tout cas, dans lequel peuvent se mirer désormais la plupart des Medias.

Tant que le vote blanc n'est pas comptabilisé, mieux vaut s'abstenir massivement de manière à ôter toute légitimité à "LEPENMACRONFILLON"!
La dictature du Capital tient encore à sa légitimité par les urnes.
Il faut absolument ôter toute légitimité à Macron.

Laissons les seuls! -entre corrompus, hypocrites, lâches, cupides, sots, idiots utiles, Média fourbes, barbouzes, positivistes
réductionnistes, petits coqs va t-en guerre, ce sont eux, hélas, les gagnants de cette élection-.
Mais nous sommes désormais nombreux-ses.
Nous nous sommes compté-e-s, nous avons désormais bien mieux à faire, nous avons à nous engager de toutes nos forces dans les situations du présent, dans les détails concrets de nos vies, simples et multiples.
Nous avons à refaire de la solidarité entre nous, de l'empathie, bases de toute société humaine.
En étant nous mêmes des êtres joyeusement divers et multidimensionnels, sans ego boursouflés et creux mais avec de vraies singularités tisseuses d'Histoire.
Retrouvons nous.
La force de l'Etat face à notre puissance d'être et d'agir n'est que "mort annoncée".
Laissons leur les villes dévastées, la société panoptique, le transhumanisme, LE "GOUVERNEMENT PAR LA TERREUR" et fuyons dans les campagnes, retrouvons une l'Humanité aimante et joyeuse, cultivons la pleine conscience, le respect du
vivant, l'émerveillement devant la nature, cultivons nous, créons, lisons, fabriquons !
Ne soyons pas désespéré-e-s, au contraire! Il y a tellement de choses à faire!
Que cet impossible libère enfin d'autres possibles!
... il déplore, il dit ce qu'il aurait fallu faire, ce qu'il aurait fallu dire pour être à la hauteur de ses hautes attentes ...

Mais il était où quand il fallait mouiller la chemise ?

Toujours distancié, volontiers sceptique ou narquois. Pas vraiment contre mais pourtant pas pour. Il aurait peut-être aimé ... va t'en savoir.

Distribuer les satisfécits et faire part de ses réprobations, son anti-lepénisme comme seul viatique officiel,

C'est quand même moins risqué et plus honorifique que de s'engager vraiment.
Quitte à me faire taper sur les doigts, je suis plutôt d'accord avec DS sur ce coup-là.

Il n'y a pas de force intrinsèque des idées, rappelle souvent Lordon. En effet, il ne suffit pas d'avoir raison pour convaincre. La politique, une élection, c'est de l'humain, c'est-à-dire : c'est rempli d'affects, ça en déborde. Ce n'est pas seulement, loin de là, une pure lutte rationnelle du bon argument qui va immédiatement emporter l'adhésion. Pour gouverner 65 millions de personnes, pour se faire élire par suffisamment de gens, il faut rassembler suffisamment, il faut "attirer" suffisamment. Les pro en marketing politique l'ont hélas bien compris, et on tombe évidemment facilement dans la travers opposé au premier : ne faire de la politique que sur les affects.

Pour autant, quand on a un programme solide, cohérent, réfléchi, il faut bien se dire que cela ne suffira pas.
Or, le nombre de gens à qui j'ai parlé et qui sont persuadés que JLM est un dictateur potentiel est ahurissant. Pour eux, JLM est un type violent, c'est un extrême, c'est le gars qui engueule tout le monde, c'est le "bruit et la fureur", et il est à éviter et à fuir autant que Le Pen précisément pour cela.
Par conséquent, si on veut espérer faire passer des idées de gauche réelle, il faudra bien prendre à bras le corps ce problème. On peut toujours évidemment s'arrêter à "ouais c'est que des cons", mais dans ce cas, autant arrêter de faire de la politique.

Et précisément, dans le cas présent de l'appel au second tour, ne pas prendre position c'est remettre dans l'idée de tas de gens que JLM c'est un extrême et que bon, après tout, un extrême en appelle un autre.
Comme le dit DS, JLM est suffisamment fin orateur pour savoir très bien expliciter les choses, il aurait pu facilement dire que Macron au pouvoir c'est une poursuite sans fin des dégâts déjà opérés, que c'est par conséquent le très gros risque de faire prospérer Le Pen par la suite, etc., mais qu'il y a un "mais", c'est-à-dire le Pen.
En tant que leader politique au devant de la scène et s'étant présenté devant les électeurs, en appeler au choix des ses militants pour ne pas se prononcer lui-même passe inévitablement pour une pirouette et un manque de positionnement face à Le Pen. Et c'est malheureusement un bien mauvais point qui sera retenu par de nombreux électeurs pour la suite sur la crédibilité de JLM, dont on va pourtant avoir énormément besoin aux legislatives et en tant que force d'opposition face au macronisme (je n'ose penser : face au lepénisme).
Ok Daniel, peste brune ou peste burn… mais pourquoi aucun mot sur Hamon et ses 6% qui nous manquent pour être peut-être devant tout le monde au 1er tour ? Lorsqu'il était encore devant dans les horoscopes, juste après la primaire PS, de nombreuses personnes dans nos réunions publique pronostiquaient l'absence de la gauche au seconde tour s'il Hamon et Mélenchon ne faisaient pas alliance… Pardon, si Mélenchon ne faisait pas allégeance à Hamon. Ils avaient en partie raison… En partie, car le PS était en cours de destruction alors que FI en cours de construction. La dynamique de campagne qui a suivi l'a bien prouvé.

Sauf que Hamon a alors rompu le pacte de non agression et tapé à bras raccourcis sur Mélenchon (notamment à propos de Poutine) pour essayer de sauver ce qui pouvait l'être. Et ne s'est pas lui désisté lui qui attendait le contraire. Faites ce que je dis…

Trop facile de dire chez Ruquier qu'entre les deux tours il voterait Mélenchon le cas échéant et trop facile de dire aujourd'hui qu'il votera Hamon pour sauver la république. C'est comme pour la loi El Khomri. Il n'a pas voulu voter la motion de censure de la droite qui aurait pu tout bloquer. Après, c'est toujours trop tard.

Et que dire des campagnes en demi-teinte (pardon soutiens autonomes et critiques) du PCF et d'Ensemble ?

Alors NON JLM n'avait pas à donner de consigne de vote. Par honnêteté car la consigne a toujours été "pas de consigne". Et par stratégie parce que ça serait perdre un grand nombre des insoumis avant les législative.

Merci donc Daniel d'arrêter d'essayer d'analyser notre mouvdement. Visiblement, vous ne le comprenez pas.
Simple constat: TROIS candidats de droite en tête!

Tombé par hasard sur Hamon hier soir. Il a remplacé "PS" par "la gauche" dans sa déclaration après-élection. Pourtant c'est bien le PS qui a été laminé, non? Toujours ce discours fallacieux. C'est dans les gènes.
Je n'ai écouté aucune autre déclaration.

Un des problèmes concernant les votes contraints "anti-Lepen" c'est que les candidats engrangent ces voix qui les arrangent bien pour aussitôt n'en tenir aucun compte dès qu'ils sont aux rênes du pouvoir.
Voir: Chirac, Hollande.
Pourquoi encore des vannes envers JL Mélenchon?
On ne peut pas dire qu'il ne s'est pas battu, qu'il n'a pas travaillé, pas engagé...
La France Insoumise a construit un beau projet, intelligent, humaniste, ambitieux.
Elle a perdu. Mais ce n'était pas faute d'explications claires.
Voilà, maintenant c'est Macron ou Lepen.
Il me semble que la réflexion pourrait porter sur les législatives, et ici, leurs traitements dans les médias.
1- parce que Le Pen pouvait être éliminée au premier tour. Que les responsables assument et ne nous prennent pas en otage, donneurs de leçons !?
2- Macron est dangereusement minable, et dans 5 ans Le Pen fera ? ...
3- prendre le temps de la réflexion en un moment comme celui-là, consulter les autres, quelle erreur ??
4- Ne pas voter Macron n'est en rien accepter les turpitudes de Le Pen.Qui sera en première ligne pour les combattre ? Bien plus sûrement Jean-Luc Mélenchon que tous ceux qui se précipitent à laver à bon compte leur conscience. (obscène J Dray ...)
5- J'aurai été bien déçu que "Monsieur" (pourquoi n'y aurait-il pas droit lui aussi ?) Mélenchon fasse de même. Il a autrement plus de courage et de lucidité !
BRAVO et MERCI "Monsieur Mélenchon "
Je ne partage pas votre point de vue, Daniel.
Appeler à soutenir MACRON, c'est soutenir ceux-là mêmes qui sont responsables de la montée de l'extrème-droite ! L'éternel recommencement, en somme, avec un peu plus de voix pour LEPEN la prochaine fois, puis que le système va perdurer....
en tout cas, on est bien triste aujourd'hui...
On a le choix entre le racisme ethnique de Le Pen, et le rascisme de classe de Macron.

L'une n'arrivera pas au pouvoir, l'autre pourra appliquer en technicolor sa machine a broyer les vies.

Le Macronisme, c'est tres concret. Ce n'est pas juste un burn-out. C'est l'esperence de vie qui va partir au tas, la pauvrete qui va finir d'exploser, des millions de personnes supplementaires dont la vie va devenir un Enfer. Les morts au travail qui vont se multiplier.

Et, cerise sur le gateau, une collaboration vichiste d'un nouveau genre qui va devenir la grande regle.

Et pour finir, le triomphe de MLP en 2022.

A tout crin, je me demande si ce serait presque moins dommageable qu'elle arrive au pouvoir plus tot. Quand la France a encore des anticorps pour se defendre, plutot que quand elle sera completement videe de son sang !

EN 2017, elle n'aurait pas de majorite au parlement. En 2022, elle aura tout ce qu'elle voudra.
"faire barrage"....

Nous ne sommes pas des castors.
Le piège se referme, comme disait Rama Yade. Encore une fois!
Ben NON!
Puisque le choix est entre la peste et le choléra, ça sera la Peste, histoire de bien faire boire tout le calice à mes chers Con-patriotes.
Vous avez eu peur de la Révolution par les urnes, vous l'aurez par les armes.
L'attitude de Melenchon relève tout simplement ce celle d'un mauvais perdant. Je pense qu'il regrettera sa piètre prestation tant sur le fond que sur la forme.
Il a annoncé que le résultat de la consultation serait rendu publique .... On risque de voir la face cachée de ce mouvement, aussi sectaire qu'un LO ou NPA.
Il apparaît que le spectre politique est bien un cercle et que les extrêmes finissent par se rejoindre.

Franchement Daniel merci pour cette chronique qui prouve que vous n'avez pas comme beaucoup de journaux main stream le soucis de toujours brosser la majorité de votre auditoire dans le sens du poil.
Quand a la ligne éditoriale concernant la bulle Macron ... franchement il s'agit bien d'une bulle elle n'a juste pas éclatée.
Je viens d'avoir une épiphanie.
Je commence à saisir pourquoi les américains ont voté Trump, il arrive un moment ou l'exaspération envers les injonctions du système fait péter le barrage psychologique qui vous retient de voter pour des psychopathes...
Ce qui est fascinant d'ailleurs, parce que je n'arrivais absolument pas à envisager pourquoi ils avaient pu en arriver là, alors que la réponse m'apparaît maintenant avec une clarté qui frôle la révélation mystique.
Le système à deux tours a fonctionné seule la droite peut présenter un candidat.

Que ceux du corps électoral qui se sentent concerné aillent départager leurs champions.

Méluch' ne s'est pas plié au temps (bouhouhou il a attendu minuit) médiatique et a refusé le rôle du chef éclairé/éclairant, chapeau.
Daniel,

Pourquoi ce besoin de toujours nous taper dessus ? Dès qu’un truc foire, une baffe à la France insoumise. Ca devient lassant.

Nos porte-paroles, Garrido et Corbière, se sont bien comportés, dans une soirée difficile, et ce qu’ils ont dit sur la prudence avec laquelle il fallait prendre les estimations était parfaitement justifié. Au passage, je voudrais signaler que c’était la première fois que je les voyais sur les 2 grandes chaines nationales, ce qui en dit une xième fois long sur le système médiatique français.

Quant à l’attitude à avoir vis-à-vis du second tour, je vais citer, de mémoire donc c’est approximatif, une phrase de The Wire : « à ce jeu, la manière façon de ne pas perdre, c’est parfois de ne pas jouer ».
Laisser passer la fille du tortionnaire, avec son cortège de haineux et de collabos n’est pas une option, mais contribuer à élire le sac à vent Macron n’est un pas une non plus. Dans quelques mois, il aura saccagé le code du travail, plongé les chômeurs dans une misère encore plus noire, se sera agenouillé devant la commission européenne, et peut-être ira faire le mickey en Ukraine, en Syrie ou en Corée dans les fourgons de l’Otan. Personnellement, je n’aurais pas envie d’apporter ma pierre à cet édifice-là.

Je remercie Jean-Luc Mélenchon de ne pas avoir préempté l’avis de ses soutiens, c’est une attitude démocratique et respectueuse.

Mon conseil : l’abstention. Qu’ils se débrouillent avec ce second tour dont ils ont tant rêvé.
Monsieur Daniel Schneidermann, cessez s'il vous plaît, ces imprécations paternalistes, qui donnent en outre la fâcheuse impression de hurler avec les loups.
Lors que vous vous autodésignez depuis longtemps "critique des médias", ne croyez vous pas qu'il aurait été utile de relayer ce billet d'Aude Lancelin
Quel genre de leçon avez-vous à donner à telle ou tel ?

J'ai longuement hésité à voter ce dimanche, et finalement j'y suis allé. Je le regrette presque.
En tous cas, c'était la dernière fois.
Votre chantage, gardez-le pour vous.
Même pas peur, et même pas honte. Je ne suis pas responsable des faux choix qu'on nous impose en permanence.
Il ne s'agit pas entre les deux de mettre un signe "égal". Mais le moindre mal, c'est toujours le mal.

Sieyès, lui au moins, n'avait pas l'impudence de se cacher derrière son petit doigt : il préconisait le système représentatif comme rempart à la démocratie réelle, car il n'avait aucune confiance au peuple.
Cela fait plusieurs mois que je discute avec pas mal de monde autour de moi. Dans cet échantillon (évidemment non représentatif), il y a un certain nombre d'électeurs EM. Et aucun, je dis bien aucun, n'a été capable de me citer une mesure programmatique concrète qui le motivait. La plupart évoquait plutôt un argument de résignation, "pour faire barrage à", "parce que Mélenchon c'est Cuba", et bla bla, soit le saint catéchisme entendu partout à la radio et à la TV.

Je veux bien croire qu'il y ait une frange de la population qui soit sincèrement enthousiaste à la candidature du jeune banquier. Ceux-là, en effet, qui sont du bon côté de la mondialisation libérale, ceux qui "en veulent", ceux qui ont oublié (ou qui ne veulent pas le voir, ou qui s'en accomodent) que pour un vainqueur à la course au fric il y a sept perdants, ceux-là, hélas, qui constituent mon écosystème naturel. Je ne crois pas me tromper en estimant cette frange à 10-15% de l'électorat. Pourquoi pas.
Le résultat d'hier, et bien davantage l'exultation éditoriale qui s'est ensuivie, me convainc que l'oligarchie, et son soutier médiatique, a bien réussi son coup cette fois-ci. Des millions de français ne sont fait enfler avec le sourire et vont gentiment refaire le sketch de 2002, c'est à pleurer.

Mon vote, même blanc, revient à consentir et, pire encore, légitimer ce qui va advenir.
Eh bien, pas question, Daniel Schneidermann.
"Not in my name"
En effet : Jamais.
Plus jamais.
Plus prosaïquement, c'est facile de titrer "Jamais!" et soutenir par ailleurs toutes les politiques qui permettent à l'épouvantail de persister ... (Car extrêmement pratique vu que le qualifié non-FN est certain d'être élu grâce aux cris d'orfraie hypocrites)
Alors la gauche qu'avait trop peur de Mélenchon, contente?
Chez moi, c'est la Pen qui triomphe...Comme quoi y'a pas qui le climat qui déconne par ici. Tristesse. Si tu vas sur la place, 33% de tes rencontres t'auront fait un bras d'honneur en optant pour un merdier innommable. Chagrin tenace.
Vous pouvez dire ce que vous voulez, m'en fous, je voterai blanc. Jeanmarine est bien pire que macron, mais je ne peux me résoudre à légitimer ce type avec mon vote.
Qu’avez vous encore contre Melenchon ? Vous lui reprochez de ne pas se precipiter pour appeler a voter Macron ? Il a bien raison. Vous reparlerez xu burn out puisqusvous n’avez trouve que ce terme pour evoquer la politique destructrice que cet homme va mener sous la houlette des Minc et Attali, sans oublier Merkel. Melenchon est trop intelligent pour ne pas comprendre ce qui attend ce bon peuple qui va cracher son sang, comme il dit. Et çà ne sera que reculer pour mieux sauter dans les extrêmes. J’ai voté Melenchon et je ne suis pas suffisament masochiste pour voter Macron, il se passera juste ce qui devra se passer...
Cher DS,

On peut approuver sans réserve le non-appel de Mélenchon à voter Macron ET se préparer à voter Macron de toute façon.
Bonjour



suggestion pour la prochaine émission, cette interview prend une toute autre pertinence ce matin :

https://www.bastamag.net/Trump-Poutine-Erdogan-Le-Pen-C-est-le-nationalisme-pour-les-pauvres-et-le

Sinon je maitiens qu'une emission sur le pouvoir prescripteur des sondages serait tout à fait à propos également avec Alain Garrigou qui a bien étudié le désastre actuel de notre sondocratie
Il n'a pas pu s'en empêcher... Quel dommage... Céder à l'injonction républicaine... Daniel...
Le chantage à la peste brune, la social-démocratie exsangue n'a plus que ça à nous proposer. Il a été créé de toutes pièces, ce second tour qui adoubera la "nouvelle tête" et son nouveau parti. Pour toujours la même cuisine, toujours...
Je ne marche pas au chantage. J'ai marché, longtemps, mais je ne marche plus.
Je pensais (j'espérais?) qu'ici il y aurait plus d'intelligence et de recul. Mais non. Face au fumigène Le Pen, tout le monde pers son recul et son sens critique, même les plus intelligent. Tout mais pas ça!! Les années 30 oulala!
Le Pen et Macron sont les deux faces de la même pièce, que cela vous plaise ou non (et oui, Mélenchon a sa place dans le cirque comme les autres, ce qui nous fait une pièce à trois faces, zut... c'est plus compliqué que ce que je pensais).
Bref, autant dire que le bazar a encore de belles années devant lui.
La bulle Macron : vous aviez raison Daniel Schneidermann
Macron c'est une bulle, c'est du vide sidéral, c'est de la manipulation au grand jour, des sondages qu'on publiait à tour de bras pour faire naître du rien, c'est de l'envie de Macron que des publicistes créée sous nos yeux et à laquelle se faisaient prendre les mêmes qui s'amassent devant les Apple stores aux petites heures du matin pour découvrir le e-produit dont la Com a créé chez eux l'envie, une envie qui disparaîtra au premier bug, à la première batterie explosée.
Macron c'est cet espèce de joujou pour adultes à 600 euros, tout petit qui tient en main, et qu'on vous dépose dans un coffret en carton dur à l'enrobage luxueux
C'est ça la bulle Macron

La bulle Macron c'est une réussite marketing : chapeau les journalistes transformés en promotionneurs, esclaves de leur grand patron de presse, Bank & Co

Si Lassalle avait bénéficié du même dispositif de com il aurait frôlé les 15 %
Alors ne parlons pas de Mélenchon qui a réussi à dépasser les 19% en dépit des campagnes d'abstention de presse sauf pour l'ultime menace du couteau entre les dents. Et maintenant on lui demande de ne pas s'abstenir, et maintenant le JLM il devient leur centre d'intérêt.

Et de l'autre côté, il y a la France de toujours, celle qui obéit à ses petits intérêts minables, à ses petites rancœurs, la France des notables qui excusent Fillon et la France pétainiste
La torture en Algérie passée sous silence, le Vel' d'Hiv' aux milles excuses
T'entends Boris Vian, t'entends Jean Moulin

BHL, le con, sûr que la fille du vieux facho ne sera pas élue sur les ondes américaines, il y a une semaine
Et on nous vole une élection en nous faisant la promotion d'un ectoplasme, on se joue de la démocratie, et on nous accule à voter pour cette machine à ubériser la vie sociale pour éviter les bottes noires de l'enfer

Tout ce scénario prévu d'avance, qui se déroule sous nos yeux...

WANTED : Hollande, Valls, Cambadélis...
Si l'élection à la présidence de Mr Macron ne paraît faire aucun doute ,une chose fait tout de même froid dans le dos:
Y-a-t-il eu dans l'histoire de la 5ém république un candidat faisant un si bas score au permier tour qui soit élu au second ?
Voir Mélenchon indécis pour ses consignes de vote, bof... je ne vois pas ce qu'il y a de choquant ou condamnable là-dedans.

Je comprends pas ces élections avec ce parti (le FN) qui est là pour ne JAMAIS être élu, contre lequel il faut systématiquement faire barrage. On dirait un jeu idiot. A quoi ça rime, tout ça?

Je dois être vraiment stupide mais quand je vais voter, je vais voter POUR quelqu'un et pas CONTRE un autre. Je ne me déplace pas, sinon, ou je vote blanc.

Je suis passé quelques minutes devant la télé hier. Je sais pas si certains d'entre vous l'on ressenti... cette espèce de joie, d'extase, qu'ils avaient tellement de mal à camoufler, de la plupart des journalistes quand ils parlaient de Macron ou montraient des images du QG de campagne. On se serait cru après la victoire d'une coupe du monde de football.
Si la Trumpette et son parti sont des dangers pour notre démocratie pourquoi ne sont ils pas interdits ? Des connaisseurs pour m'indiquer un bon coin de pêche pas trop loin de Paris ?
J'hésite, voter blanc ? voter avec un bulletin noir ? revoter Mélenchon ou ne pas voter ...
En tout cas, pas Le Pen, pas Macron, ça suffit de nous prendre pour des imbéciles !
J'ai fait partie des gens qui pensaient que Macron était une bulle médiatique. Un candidat social-libéral en France, à 20% dans les sondages, ça ne correspondait pas du tout à la vision que je me faisais des français. Mais bon, j'allais lui donner ma voix, vu qu'il se rapprochait le plus, et sans difficulté dans cet espace complètement abandonné de la politique française, de ce qui à mon avis permettrait de nous sortir de nos crises…

Et finalement, ce n'était pas une bulle. Nous étions un certain nombre à ne plus en pouvoir des discours d'une gauche dépassée endiguée dans des concepts vieillot et à ne pas envisager non plus de se rapprocher d'une droite plus xénophobe, homophobe et corrompue que jamais.

Peut-être y aurait-il quelques choses à analyser en effet, à @si, où, il faut bien l'avouer, on aura de bout en bout mépriser et nier cet électeur Macronien. Vu le parti pris mélenchoniste du site, on pourrait aller jusqu'à suggérer une séance d'autocritique ?

Les vraies bulles, il y en avait. C'était Hamon au sortir de la primaire socialiste. C'était Mélenchon, dont la poussée s'est rapidement retrouvé arrêté lorsqu'il s'est agi de jeter un coup d'œil à son programme plutôt qu'à ses beaux discours…

Alors, y avait-il un soutien voilé des médias ? Peut-être, sans doute, mais après tout, la vision macronienne correspond assez bien à ce que la plupart des médias envisageaient, surtout lorsqu'ils regardent à l'étranger.

Est-ce que ça influence vraiment l'élection ? Vue la confiance moyenne des français dans lesdits médias, pas sûr. Macron a aussi été la cible principale de tous les candidats, le Pen pressentant son concurrent du deuxième tour, les autres sachant qu'il était celui à éliminer pour y accéder. La campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux a également atteint des niveaux assez impressionants.

Oui, il y a sans doute matière à ce qu'@si revienne sur cette épopée en essayant d'adopter un point de vue un tout petit peu moins biaisé sur le phénomène Macron. On y gagnerait tous.

Et puis ça permettrait de se sortir un peu de l'ambiance gaucho-gauchiste un peu relou ici (désolé, j'ai pas pu m'en empêcher).
Non non et non, je ne voterai pas au deuxième tour !! Pour la première fois je réagis car je suis scandalisée. Pourquoi accabler Mélenchon ?
En n'appelant pas à voter Macron, il respecte ses électeurs. Il n'a pas a donner de consigne, c'est impensable après la campagne qu'il a menée.
Message de Picardie à l'attention du PS

Je ne crois pas que vous puissiez imaginer à quel point je vous en veux, à quel point je suis en colère. Honte à vous d'avoir mis la gauche dans cet état, de nous avoir trahis à ce point. Vous vous étonnez de ce qui arrive ? Mais sortez de vos bureaux et de vos stratégies à la con. C'est quoi notre quotidien à nous la France "d'en bas" ?

J'ai 52 ans, salariée unique d'une boite qui m'emploie depuis 12 ans pour 1200 nets en Picardie, trop heureuse d'avoir un job, on ferme notre bouche et on s'assoit sur toutes les exactions qu'on pourrait dénoncer, parce que le logement est cher pour nous et nous enfants qui étudient, parce que si tu l'ouvres on te rappelle que dehors y en a 5000 qui attendent ta place. Où est la marge de négociation quand dans la plupart des cas il n'y a aucune représentation syndicale.

Je pourrais écrire des pages sur les déserts médicaux et ces médecins tout puissants désormais dépourvus d'humanité qui conduisent, moi comprise à renoncer à de faire soigner....

Et que dire de la grande révolution numérique ? Où est l'humain là de dedans ?, combien d'heures à passer au téléphone pour avoir un interlocuteur devenu simple auxiliaire incompétent, irresponsable, mais désolé de ne rien pouvoir pour toi ?
Tu vois camarade encravaté, ça le populo il est obligé de s'y coller, parce qu'en bas rare sont ceux qui ont les moyens de se payer quelqu'un pour appeler EDF, les impôts, la sécu, la CAF, l'hôpital.

Et mon dieu, comme ça prend du temps, comme ça use, comme ça met en colère, et puis aussi ça décourage, et même parfois tu finis par baisser les bras pour faire valoir tes droits. En final, un énorme sentiment d'impuissance
Vous êtes à 1000 lieues de ces réalités vous et vos cravates bien repassées .

Et toutes ces lois pas ou mal appliquées, la loi ALUR et l'encadrement des loyers ? Un des fils paye 750 un 13 m2 à Paris pour suivre ses études à Pierre et Marie Curie, les démarches entamées n'y font rien, en final son proprio reprend son logement pour vendre (mon oeil oui !). Son frère à mis 6 mois à trouver un stage en entreprise pour 4 mois à la Réunion sans être payé en usant d'un fin détournement de la convention, "mais bon maman tu sais j'ai déjà de la chance d'avoir trouvé ...."
Et je pourrais continuer à n'en plus finir
Moi, je suis fatiguée de tout cela, épuisée même comme tant d'autres.....Tant, trop d'injustices, d'impunités, de déloyautés...
Pauvres de nous petits que nous sommes,..... mais "La longue patience du peuple" prendra fin un jour ou l'autre.

France insoumise nous proposait de rebattre les cartes, d'écrire une autre histoire, de reprendre possession du débat, des luttes, d'espérer, mais vous avez plombé l'espoir avec vos coups bas, vos stratégies mesquines, vos caricatures de la politique internationale vue par Mélenchon.
Je vous déteste, et non je ne voterai ni pour Macron ni pour Le pen au deuxième tour. Je ferme le rideau et je considère que vous avez une pleine responsabilité dans cet échec.
Une chronique tellement prévisible...

Comment peut-on appeler les gens à voter pour/contre quelqu'un ? Les électeurs ne sont pas un banc de poissons, ni un troupeau guidé par un pasteur ; le croire un instant, c'est aller contre l'esprit de la démocratie.
Reconnaissez que si Marine le Pen arrive au pouvoir, ce sera avant tout à cause des gens qui... ont voté Marine le Pen !
Je ne vois pas pourquoi j'aurais à voter pour Machin alors que je n'aime pas Machin pendant que d'autres ont le luxe de voter pour la candidate qu'ils ont choisie.
Inutile de parler de patriotisme quand mes compatriotes sont aussi décevants : oui, ceux qui crient "on est chez nous" pourraient gagner... Mais ils sont visiblement déjà chez eux.
Quant au coup de "la grande claque" aux partis traditionnels, c'est du foutage de gueule pur et simple. Macron n'est rien d'autre qu'un concentré des idées de merde des partis traditionnels, c'est le grand vainqueur du libéralisme financier et du marché dérégulé tant vanté par Delors dans le livre blanc de la commission dès 1985. 1985 putain, vous voulez plus ancien ? C'est possible, y a qu'à chercher dans les arrêts de la Cour de justice de Bruxelles, tels que les arrêts dits Cassis de Dijon ou encore Van Gend en Loos, qui ont littéralement fabriqué l'Europe du marché telle qu'elle est.

C'est à gerber tellement c'est visible, Macron c'est des habits neufs pour une vieille dame, et rien d'autre.

Quant au coup de la culpabilisation, vous pouvez vous le garder. ça fait 15 ans qu'on nous bassine avec le FN qui est méchant alors que la destruction du pays est intégralement l'oeuvre des partis de gouvernement, PS compris.

Je dois avouer, dans un océan de dégoût, une certaine admiration pour le génie politique de F. Hollande, une sorte de Palpatine génial, le résultat d'hier étant le fruit de son oeuvre silencieuse, mécanique bien huilée.
J'écris la suite comme une analyse sans conviction personnelle : si le programme libéral de Macron est si horrible que cela et donne MLP gagnante en 2022 dès le premier tour, ne vaut il pas mieux voter pour elle maintenant et passer 5 ans dans la tourmente en la laissant se planter ?

C'était le propos de l'un des invités à l'émission sur l'absention il y a quelques temps.
J'ai un peu les mêmes sentiments. J'étais persuadé qu'avec les attentats, on aller se payer un Le-Pen-Fillon. Aujourd'hui c'est à la fois le soulagement et l'amertume.

Concernant le second tour, j'ai moins d'inquiétude. Contrairement à ce que vous semblez penser, macron n'est pas une baudruche. C'est en effet un "Giscard avec des cheveux", un communiquant expert en langue de bois, mais il correspond à l'idée que le Français moyen se fait du "responsable politique", ce fameux responsable qu'on se plait à élire ("parce qu'il a le meilleur programme") pour mieux le détester ensuite ("parce qu'il ne tient pas ses promesse"). Macron, c'est du déjà vu dans des habits neufs, c'est la continuité sous l'apparence du changement, c'est tout changer sur la forme pour que rien ne change sur le fond.

Mais c'est infiniment mieux que la raciste-qui-n'assume-pas (publiquement) la fille de son père, l'héritière des fachos. Alors, oui, il faut voter Macron. Par ce que chaque pourcentage qu'elle aura au dessus de 20%, ce sera une claque contre nos valeurs, contre l'espoir d'avoir un jour un monde meilleur. Si la droite (et la gauche vallsienne) a mené depuis les année 80 une politique raciste, un lepénisme édulcoré, c'est parce qu'ils sont hypnotisés par les scores du front national. Plus se score est gros, plus les politiciens se disent que la France est raciste, et plus ils mènent des politiques dans ce sens.
Impossible de me ranger du côté de l'injonction médiatique.
Mais franchement, impossible aussi de me ranger du côté du staff de Mélenchon

Et vous vous étonnez qu'ils ne donnent pas de "consigne"?

De plus, il y a quelque chose de nouveau que vous semblez ne pas avoir intégré: de plus en plus d'électeurs ne suivent plus les "consignes" et n'aiment pas qu'on leur en donne. Une des raisons qui me font apprécier Mélenchon, c'est qu'il dit souvent ça, qu'il faut choisir ses options sur réflexion personnelle, après avoir bien étudié la question. Il se serait déjugé en donnant une consi