256
Commentaires

Denis Robert, nouveau patron du Média : "Je ne veux pas de pouvoir !"

Serait-il impossible de créer et faire vivre des télés indépendantes de gauche autrement que dans la concurrence, la confrontation voire la haine ? A peine partie du Media, Aude Lancelin accuse son ancien employeur de l'avoir licenciée pour faute lourde et lance une web-télé concurrente baptisée Quartier général. La journaliste accuse son successeur - le journaliste Denis Robert, connu pour avoir révélé l'affaire Clearstream - de méthodes de patron de choc, de propagation de fake news et de complicité avec le négationnisme. Sur notre plateau cette semaine, le nouveau directeur de la rédaction du Media Denis Robert s'en explique et nous présente son projet pour la web-télé. Quelques heures après l'enregistrement de cette émission, le directeur de sud Radio, Didier Maïsto, nous confirmait avoir suspendu la collaboration d'Etienne Chouard avec la radio, information que nous avons recueillie dans la coulisse de cette émission.

Commentaires préférés des abonnés

Tout début d’émission, ça parle d’Aude Lancelin. 

«  elle s’est mise en congé maladie alors qu’elle n’etait pas malade » entends-je. 


Alors, pour être claire : je me contrefous du Media en général et de Lancelin en particulier, je compre(...)

J'en suis seulement à une vingtaine de minutes, mais toute la partie sur les arrêts maladie et le dénigrement des deux personnes en litige est vraiment dégueulasse. Je bosse dans une boîte privée, mon patron aurait ce genre de propos concernant les a(...)

Bonjour, l'état d'esprit d'Etienne Chouard est trop complexe pour pouvoir être traité comme l'a fait Denis Robert ou comme ils le font ici dans cette émission. Vous ne le connaissez pas et du coup vous racontez beaucoup de bêtises à son sujet. On voi(...)

Derniers commentaires

Ce n'est pas de Denis Robert et de ses états d'âme  et justifications que je voudrais parler mais de Daniel que j'aime, que j'adore car il ne lâche rien du but qu'il s'est fixé: Comprendre, toujours comprendre et c'est pour ça que je suis abonné. A travers ces interviews on arrive a en tirer une sorte de grandissement du savoir, même si on n'est pas spécialement doué pour deviner les arcanes du pouvoir, des pouvoirs .

Continue Daniel à nous éclairer et ne lâche rien !!!

"Martine à la manif"... Vraiment minable comme attaque, mais parfait pour montrer un visage déplaisant et machiste. 

Terrible cette semaine l'entrevue où je ne suis pas d'accord avec les deux personnes (l’animateur et l'invité) Vous faites la même chose que les Média tradi.  Diabolisation toujours les mêmes D. S. m'a déçut mais maintenant je sais qu'il est comme les autres animateurs de Télé ! Pour avoir et encore tous les semaines vus les reportages sur la deuxième guerre, je sais qu'il eût des chambres à gaz et qu'ils ont été plus ou moins efficaces dans la tuerie barbare des juifs/gitans/malade mentaux peu importe dans quelle ordre (...)  Mais j'ai vu aussi qu'ils les enterraient après les avoir tuer avec fusils et mitraillettes et de sous-alimentations suite aux travaux forcer, donc quand certains ont dits ou pensent que les CHAMBRES À GAZ (moteurs de camions et autres gaz MORTEL) je comprend que les chambres fût une façons des tuer mais parmi d'autres de le faire et c'est pourquoi qu'il y avait plusieurs façons de les exterminé(es) Malheureusement !  Merci.

   PS; Encore une fois tout une déception cette semaine ! 

Je me souviens de cette émission avec Maia Leskovich (c'est comme ça que ça s'écrit ? Et à chaque émission on attendait avec délice son interviouve) et Chouard. Est-ce que c'est là que j'ai entendu parler pour la première fois de tirage au sort ? En tout cas j'ai été socio du média. Mais il a fallu que je réduise furieusement mes dépenses et j'ai abandonné cet abonnement, et d'autres pour continuer à m'acheter des nouilles. J'aurais aimé qu'il y ait une fédération de tous ces médias et un accès unique.  Se cotiser pour avoir une fréquence TNT ? Car l'audience de tous ces médias est dérisoire finalement. Mais vu ce qui s'est passé au média et ailleurs c'est un risque qu'on n'a pas à craindre. Mais bon avec une même contribution impossible de faire vivre tous ce monde, alors je reste avec asi et manque un peu d'une vue plus générale.

Au passage j'ai cherché Maïa sur le site et n'ai rien trouvé. C'est sans doute à cause d'une orthographe défectueuse.

Quelques points d'interrogation :

- être de gauche, cela signifierait interdire les licenciements ? : en gros l'employeur est par définition méchant, et l'employé, quelque soit son salaire et la qualité de son travail, est par définition gentil ? Être de gauche ce serait donc simplement prendre chaque idée de droite et la contredire ?

- l'arrêt maladie fictif est souvent la seule arme contre un employeur injuste : est-ce que c'est le cas ici ou non, difficile à dire, mais en soi-même la démarche de se mettre en arrêt maladie ne peut pas être critiquée de manière univoque.

- qu'est-ce que cette fascination pour certains, un minimum de respect malgré des désaccords pour d'autres, pour un personnage qui se présente comme "quelqu'un qui lit des livres" (ou pas), alors que le niveau d'éducation n'est manifestement pas ce qui fait l'honnêteté, même intellectuelle ?

J'accorde vraiment beaucoup de crédit à la façon dont vous regardez le monde.
Je suis d'ailleurs enchantée de revoir Justine.
J'ai Découvert Etienne Chourad dans l'émission de Maya sur Arret sur images.

Cette polémique m'étonne et m'attriste et m'évoque plusieurs  réflexions.

Kempf sur votre émission qui lui était consacrée m'avait ouvert des horizons sur le fait que sur internet les gens en gros ne lisent que ce qui les confortent contrairement à un quotidien qui peut vous "ouvrir des horizons par le hasard d'un article".

En parlant de reception peut-être que celle de Denis Robert comporte son propre filtre (l'audience). Le mien me dirait que Etienne Chouard pense qu'il faut parler aux gens, à tous les gens. S'il sait que des conspirationnistes l'écoutent et qu'il espère pouvoir dialoguer avec eux, voir même les aider çà changer,il se refuse à leur fermer la porte. Malheureusement, clairement cela entraine des réponses évasives, pas claires....Mais, au moins il essaye, il élabore, il écoute, il se remet en question. Il me semble.


D'autre part j'avais été touchéeEt son écl

Aude Lancelin: BOUM!!... Plus de gilets jaunes au Media...

Etienne Chouard: BOUM!!!... Plus de RIC au Media (ni ailleurs...)...


Mission accomplie, Mr Denis Robert, Bravo et Merci...Vous pouvez disposer tranquillement....

Arrêt sur images nous a plutôt habitués à laisser les gens finir leurs phrases. Ce qui est très appréciable. Je ne sais pas pourquoi sur cette émission Daniel coupe constamment la parole à Denis Robert qui a peine à terminer ses phrases. Ce qui est detestable et rend l'interview désagréable à regarder. Domage

C'est quand même vraiment dommage que Daniel se soit conduit comme Bourdin sur BFM en posant une question et ne laissant pas son invité y répondre. Pénible ! Ca m'a profondément agacée. Sinon, j'aime beaucoup Denis Robert et je regrette profondément l'attitude d'Aude Lancelin. 

D'abord Sophia Chikirou, ensuite Gérard Miller, après Aude Lancelin, quelques bonnes raisons pour rester observateur et de loin, alors que sur le papier le projet "socios" m'intéressait. 

L'arrivée de Denis Robert me paraissait une opportunité pour un sursaut et peut-être un Média-nouveau, pour renforcer une presse indépendante et critique, ce dont nous avons tant besoin. 

Les premiers vingt minutes -à peu près- de l'émission m'ont fait hésiter et, tout compte fait, le doute que Denis Robert se soit lancé dans cette galère (je pense qu'il faudrait "fermer pour travaux" et ouvrir en septembre ayant fait un profond travail pour aérer les murs et les esprits)! 

Émission un peu particulière, où deux "vieux potes" se retrouvent pour parler des aventures récentes d'un d'eux. Ce côté là m'a bien plu et confirmé mon abonnement à @rrêt sur images...!

stop ! A force de remuer la fange , on s'embourbe ! 

vous messieurs vous êtes encore en train de supputer sur les causes de votre naissance et pendant ce temps les femmes ont accouché depuis longtemps et se débattent pour nourrir leurs enfants .

Il est clair que je ne renouvellerai pas mon abonnement : gggrrrr

dans les dix premières minutes, ce bashing d'une salariée en cours de  licenciement est puant. peu compatible avec la fonction de (nouveau) directeur, encore moins si celui-ci remplace justement la personne licenciée. Se prévaloir du devoir de discrétion, ça aurait eu plus de gueule.

cette émission me permet de prendre ma décision d'interrompre mon abonnement de socios

Denis robert illustre parfaitement le machisme du monde du travail . La masculinité  en filigramme respire le discrédit du professionnalisme des femmes . Martine à la manif , reste l'étendard de son approche. Une petite fille  assignée  à résidence parentale et qui se la joue  . Tout transpire la non reconnaissance des compétences des femmes . Je crains que se journal se masculinise aux dépens de grandes figures du journalismes  féminins.  Aude Lancelin n'est pas leur ennemie c'était une visionnaire qui s'est vraisemblablement heurtée aux égos de ces jeunes journalistes .Cette guerre d'égo  est déplorable mais ho combien humaine . Peut on  y  réchapper . Il fait attendre que chacun fasse vivre sa maison éditoriale .Je crois hélas que le media est tombé dans son propre piège et que sa ligne  éditoriale de ce jour ne les sauvera pas . Cependant des télés  résistantes sont bien venues bonnes chance à tous .

Emission très intéressante sur ce qu'elle dévoile et les questions qu'elle pose. 


> D'abord sur l'erreur de Denis Robert a s'embarquer dans la galère du Média d'abord où on sent bien qu'il navigue à vue et qu'il va probablement quitter bientôt face aux difficultés. L'auteur de l'enquête sur Clearstream, son docu sur Cavanna et autres investigations mérite mieux que le champ de mines du Média. Il a du faire face aux doutes appuyés de DS sur le sérieux de l'enquête Clearstream au début de l'affaire, une attitude agressive dont il s'est excusé ici . Plenel a eu à cette occasion des termes ignobles sur Denis Robert qu'il accusait de complotisme "Cette enquête Canada Dry, qui avait les allures d’une investigation, mais en aucun cas sa consistance, appliquait à la finance mondiale une variante de la théorie du complot "


> Ensuite, sur le pétage de plomb de Lancelin: "Robert entre au Panthéon très particulier des Xavier Niel et des Vincent Bolloré " comme s'il y avait le moindre point commun entre les trois. Cela accrédite la thèse d'une journaliste a deux faces, l'une publique, boutefeu du progrès social, l'autre moins présentable, celle d'une directrice de publication concentrant les pouvoirs et dure avec ses équipes.


Au fond, rien que de très humain dans ces chicayas et querelles de journalistes qu'on retrouve dans les autres domaines. dès lors qu'il s'agit de pouvoir et de mise en avant des égos. La bienveillance s'efface pour faire place à une agressivité et une férocité inhérentes à tous les individus, quel que soit le bord politique, les opinions affichées.





Une certitude: 

l'attelage DENIS ROBERT/GABIN FORMONT est le meilleur pour torpiller la péniche "le média".


Le premier allure sympa, débonnaire, qui ne sait rien ou pas grand chose ( " bof, tu sais bien, j'arrive juste... " bref, que des bruits de couloir comme il y en a dans toutes les boites) , et veut cheffer l'air de rien sans cheffer mais de manière cool et qui, comme c'est très "humain" désire faire travailler ses "potes" qui pensent comme lui, même s'il sont "un peu" incompétents.


L'autre, le roi de l'info à chaud qui adore se filmer en plan serré, bravant les balles ennemies et plongeant au fond du cratère d'un obus qui vient d'exploser à ses pieds.  Magnifique dans son entretien avec la femme en noir, uniforme multi causes, au choix :  des identitaires Corses, des escadrons de la mort ou des "blocs noirs" (en français) manipulés et instrumentalisés par le pouvoir pour décrédibiliser les mecs qui défilent en  jaune le samedi. Un petit reproche : manquait le AK47 posé sur la table à coté du micro.


Par contre 10/10 à monsieur Schnederman (orthographe incertaine) qui malgré sa proximité évidente avec Robert a parfaitement travaillé et est resté sur les rails déontologiques en ne laissant rien passer.

 

Je ne comprends pas cette obsession de la gauche à valider tout les sujets annexes pour pouvoir juger avant avant de valoriser des travaux intéressants de quelqu'un DE LEUR PROPRE CAMP IDÉOLOGIQUE ! C'est de l'auto-sabotage à ce niveau et c'est bien dommage.


Dans une situation globalement désastreuse pour la France tant économiquement que socialement, comment pouvez-vous encore vous targuer de vouloir rassembler tout en disqualifiant les gens qui ne pensent pas comme vous sur un sujet autre ? Vous avez à ce point besoin d'adversaires pour exister politiquement ? Y'en a marre de l'anti-racisme/fachisme/nazisme et tout vos autres -ismes. Quand on parle démocratie arrêtez avec vos obsessions et vos suspicions d'un autre temps, c'est vous qui polluez le débat avec ces sujets clivants !


Cela me fait penser à un passage d'un petit coup de bourbon sur le Média où l'animateur prononce "le gouvernement, le peuple et l'extrême droite" ... Une petite phrase qui révèle un grand problème dans la manière de penser de la gauche d'aujourd'hui : elle se croit en charge d'expliquer ce qui est bien et mal et préfère se suicider que de composer avec le peuple français dans son ensemble.

Je viens de visionner l'essentiel de l'émission "Aux sources" produite par Arrêt sur Images en 2012, consacrée à Etienne Chouard.


Je ne sais plus qui je dois remercier, qui a mis le lien vers cette émission, en se plaignant de ne pas avoir le son. J’ai eu l’image et le son. (merci Ubuntu?)



Je découvre ces temps ci ce personnage alors que j’aurais du le découvrir il y a longtemps déjà.


En 2005, nous étions quelques uns à être opposés au traité de constitution  européenne sans savoir qu’Étienne Chouard existait. 

L’impression dominante qui ressort de cette émission, c’est qu’il a été lui même le premier surpris, ce qui explique à défaut d’excuser ses errances présentes.


Je n’ai aucune envie de le porter au pinacle ni à l’échafaud, Il est un exemple presque archétypique ( je l’aurais placé une fois au moins) de ce que l’internet peut créer de bon et d’exécrable.


Cet entretien est mené de main de maître par une dame que je ne connais pas, mais mon passage éphémère sur Arrêt sur images doit me servir d’excuse.


L’impression générale qui ressort pour moi de cet entretien, c’est qu’Etienne Chouard a été complètement submergé par la façon dont les média l'on monté en pointe. 

A défaut de l’en excuser, on peut le comprendre. 

Imaginez un professeur de gestion au niveau « post-bac » qui de plus arrondit les fins de mois en créant des pochettes de TP éditées à vingt kilomètres de sa piscine privée (visible sur la video).


Comme raconté dans cette émission, Etienne Chouard, se retrouve un jour sur le chemin de Damas, il a la révélation et part en croisade.


Bien sûr je raccourcis et caricature, mais ce n’est pas sans tendresse, et l’idée est là : Etienne Chouard est une créature de l’internet et de la dictature européenne réunis pour la circonstance.


Même s’il fait preuve de lucidité sur le tapage médiatique dont il a été l’objet en 2005 ( je crois avoir aperçu un fringant matinaute l’interviewant), il a été subverti par son succès médiatique : il se complaît dans le rappel de tous ceux, et non des moindres, qui l’ont sollicité, de France Culture au Washington Post. Un peu comme madame Michu qui passe au vingt heures parce que la princesse héritière s’est cassé la jambe dans son escalier.


Et puis…

Quelques impressions, pour tenter d’expliquer ce qui le rend critiquable.

Au début de l’entretien, il fait visiter sa bibliothèque. Et soudain, on se rend compte que lorsqu’on l’ a interrogé sur les camps d’extermination il s’est trouvé en face du vide de sa bibliothèque. Il n’y a pas d’étagère sur le sujet. 

Ce n’est pas parce qu’il est négationniste. C’est parce que soit ce n’est pas au programme, soit personne ne l’a jusqu’à ce jour interpellé sur l’internet à ce sujet. Quand vient  le moment où « on » lui demande son avis, il est perdu : il n’y a pas d étagère sur les camps d’extermination dans sa bibliothèque.


A l’écouter interviewé par cette remarquable journaliste, qui le laisse parler, le relance quand il faut, il se dévoile un personnage pas du tout à la hauteur de ce que l’ »on » veut qu’il soit.


Tout est question de perspective.

Le uns diront qu’il était au bon moment au bon endroit.

Les autres diront le contraire. 



Après Chouard qui passe pour un noeunoeu chez Robert, C'est Robert qui passe pour un noeunoeu chez ASI. Déjà sur Thinkerview, il n'était pas très clair alors qu'il n'était pas interrompu, ici il n'a pas fait le ménage dans sa tête depuis un moment, heureusement que Daniel lui garde une certaine complaisance. Est-ce que les souscripteurs au Média ont vraiment voulu Denis Robert, et est-ce qu'ils veulent hériter de sa volonté de faire de l'investigation ? Tout comme Chouard, il est chaleureux, sympatique et ouvert au dialogue, mais tout ce qui sort de sa bouche n'est pas forcément bien contrôlé.

Ce mec est puant au possible, tout dans l'affecte, rien dans l'argument ou la rationel/le contradictoir, sans arret à dire qu'il a demandé à ci à Gamin, cela à branco, qu'il est zen, ceci cela...

Incroyable ses propos, son attitude vis à vis des 3 employées du média (ce n'est pas que Lancelin, et que des femmes en remarque avec les arguments habituels du matcho!!). Il se justifie comme Chouard sur les chambres à gaz sur Chouard (LOL) : "ah bah je savais pas ses accointances, etc." A part être neuneu ou habiter sur une autre planète, il savait et voulait faire du buzz pour son égo (dont il déborde). Quand aux vents de Branco, ça montre le personnage et son avidité, ce genre de "senior" qui se prend pour superman en seulement "aidant"et pense que les jeunes sont leurs possesions parce qu'il les a aidé un jour...

Aller, la messe est dite et UN GRAND MERCI A Arret sur Image pour cette émission qui a permi de faire sortir un nouveau loup du bois, un mec sur sa fin de vie avide de reconnaissance et de revenge à voir ses vieux schémas mis à mal (femmes qui ont une opinion, jeune qui veut faire sa vie, etc.). Il a dû galérer avec ses enfants à leurs adolescences.

Il est une caricature de ce que dénonce Branco dans son livre sur l'oligarchie


Comme le raconte Eric Hazan, En 1917 en Russie, le peuple passe outre les commandements des camarades et démarrent la Révolution. En 2019, que feront les élites si le peuple enserre la foule (les macronistes) et lance la révolutions pour la démocratie et l'égalité ?

Damned, je la désire, cette égalité ; quand le cœur vaillant se réalise autant que l'esprit apaisé et assoupi. Vive la sociale.

En visionnant cet ASI,je me dis que jamais la gauche ne sera au pouvoir....


Un commentaire bienveillant propose d'inviter monsieur Etienne Chouard sans l'empoisonner avec des histoires de chambres à gaz.


Bonne idée !


Mais d'abord, pour sa sécurité, faites lui passer une douche de décontamination au Zyklon B.


Merci,

IG Farben.

Ok, donc Denis Robert est venu a Asi car il en devait une à Daniel.

Mais du coup Daniel s'est comporté en tante bienveillante ronchon qui a passé son temps à le gronder pour ne pas avoir les choses comme il faut au Média. Ca a été de ce niveau : Daniel, roi des élégances dicte les convenances.
Sur Chouard, ça atteint le niveau France Inter. Mais bon...
Imaginez, Daniel, que l'on vous relance sans cesse, encore et encore sur votre émission avec Bourdieu, et le livre qui a suivi, quel livre :)

Imaginez, Daniel "Mais enfin, Daniel, après tout ce temps, tu devrais être au clair, tu ne peux pas te permettre de louvoyer, tu as totalement merdé avec le grand homme, allez, quoi, quand-même hein."

Il ne s'agit pas de mettre les points aveugles de Chouard et Daniel au même niveau mais de démonter une mécanique médiatique identique.

Et puis, une question : qu'est ce Chouard a dit ou signifié de pire que les babillages nauséeux et quotidien de Zemmour, Barbier, Praud ou Finkielkraut ? Qui veut que l'on appelle son enfant avec un prénom "français" , Qui voulait envoyer les chars en Grèce il y a2 ans ? Il a dit "mort eu juifs", Chouard ? Il ne me semble pas, hein...

Pourquoi Robert est-il allé au Média ? Pour se rendre utile, ça fait sens.

Mais pourquoi Robert est-il venu papoter arrière- cuisine à Asi, comme dans le monde médiatique dominant, avec les réponses coupées par Daniel comme chez Thinker View.

Sinon, l'affaire Chouard/Shoah, on a bien compris qu'à question con, réponse con de la part d'un mec qui a un vrai amour-propre, jusqu'au suicide médiatique.

Triste époque de merde ; tout le monde pète les plombs.

Bonjour, l'état d'esprit d'Etienne Chouard est trop complexe pour pouvoir être traité comme l'a fait Denis Robert ou comme ils le font ici dans cette émission. Vous ne le connaissez pas et du coup vous racontez beaucoup de bêtises à son sujet. On voit ici les limites de ce genre d'exercices basés sur des bribes d'informations et de connaissances en fait. 


Je ne saurais comment qualifier la relation que j'ai eu avec lui, car j'ai une profonde sympathie pour cette personne, j'ai un profond respect pour tout ce qu'il m'a appris ou m'a permis d'apprendre, c'est un peu une sorte de maître à penser pour moi, il m'a transmis le goût du sujet politique et de l'importance du discernement ( même si au final je pense mieux l'appliquer que lui ;),  et il a donc une place importante dans mon éveil politique. 


Mais en même temps nous sommes étrangers, je ne l'ai jamais rencontré personnellement, nos discussions ont toujours été virtuelles et restent avec le recul peu nombreuses. 


J'ai participé avec lui, sur les sites internet et forums de discussions qu'il avait mis en ligne à notre disposition ( les internautes ), à l'étude du traité constitutionnel européen en 2005, et par la suite aux discussions, aux recherches, aux débats sur les différents sujets dont il parle encore aujourd'hui comme la démocratie, la constitution, le tirage au sort ou la création monétaire. J'ai même beaucoup milité pour rendre ces sujets visibles, car à l'époque nous partions vraiment de loin, le sujet global des institutions était vraiment le cadet de leurs soucis pour la plupart des gens.


Cependant si j'ai beaucoup d'amitié et ai agit toujours avec bienveillance, comme j'espère vous le ressentirez ici dans ce message, je ne pense pas que cela soit réciproque en raison des dissensions que l'on a pu avoir. La première des dissenssions portait sur le sujet du tirage au sort, j'étais radicalement opposé à l'idée qu'il devait remplacer l'élection. Le fait que je me sois engagé dans des partis politiques à l'époque m'avait déjà valu un réflexe de rejet de la part d'Etienne et soutenu par quelques autres personnes qui comme moi l'entouraient dans ces cercles de réflexions.


L'autre sujet de dissension concernait son attitude bienveillante vis à vis des publications qui commençaient à pulluler de la part d'autres internautes et qui m'apparaissaient clairement comme de la propagande d'extrême droite. Il ne s'agissait évidemment pas de publications crues racistes ou haineuses, mais vous savez des sujets qui apparaissent comme "anti système" mais qui sont abordés d'un certain point de vue, et avec un certain langage particulier qui laisse la place aux ambiguités qui vont bien, donnant une tribune a des personnalités ( comme Alain Soral par exemple ) qui évidemment ne s'expriment pas que sur ces sujets, mais du coup à qui on prête des propos intéressants parce qu'on a pas une vision globale de leur pensée et de leur volonté politique.


Sa bienveillance n'a jamais été liée à une quelconque adhésion à leurs idées les plus nauséabondes, mais bien à ce côté antisystème qui il faut bien le reconnaître nous a tous à un moment ou un autre touché à un moment de notre vie où notre conscience politique n'était pas constituée. Et pour preuve il suffit de lire les anciens forums d'@si pour comprendre que le phénomène a touché énormément de monde et que les discussions ont pu être houleuses, c'était une époque où l'idée de fachosphère ou de complosphère n'existait pas, et où on était prêt à gober n'importe quoi pourvu que cela nous confortait dans notre rejet du système politique en place.


C'est ça le fondement de sa bienveillance pour Soral et d'autres personnalités du même genre. Et rien d'autre. Ses histoires de liberté d'expression ne sont venues que beaucoup plus tard en réaction des critiques que des gens comme moi ont pu lui faire sur cette bienveillance et de la dissension que cela a pu générer. Elles sont venues comme un moyen de se justifier, et qui je le sais, car j'en ai été le spectateur, ne viennent pas de lui. 


Cette histoire de liberté d'expression, ce sont des gens qui le soutenaient dans cette bienveillance, mais pas forcément  pour les mêmes raisons que lui, qui lui ont soufflé. Pour certains d'entre eux, notamment ceux qui publiaient ces vidéos, c'était évidemment en réelle connaissance de cause sur qui était Soral etc ... et par adhésion à ses idées, notamment ses idées racistes évidemment, car c'est ce qui réunit ce noyau de militants ! Je le sais car évidemment lors de débats houleux à force de gratter les vraies idées / motivations ressortent rapidement.


Tous ces débats sont encore sur les sites d'Etienne Chouard.


Je n'étais évidemment pas le seul, ni le premier, à essayer de le convaincre de ce qui est, à mon avis évidemment, une erreur de jugement. Dans un premier temps, d'autres personnes, toutes aussi bienveillantes que moi vis à vis d'Etienne, par amitié, ont essayé de lui faire comprendre que sa bienveillance qui s'est cristallisée autour d'Alain Soral allait desservir ses propos et sa cause qui par ailleurs étaient précieux et que l'on partageait sur la démocratie, la création monétaire etc ... Donc nous n'étions pas non plus désintéressés dans l'histoire, ses propos étaient aussi les nôtres.


Mais il y a eu une fracture à partir du moment où les critiques malveillantes sont apparues. Car évidemment ses opposants ont eu vite fait de s'engouffrer dans la brèche. Je sais qu'il a beaucoup souffert de la diabolisation et des calomnies à son encontre et la souffrance qu'il a pu subir vis à vis du rejet et du flot de haine dont il a fait l'objet, lui a fait perdre tout discernement entre ses amis et ses ennemis. 


Et le pire c'est que c'est la stratégie de récupération de mecs comme Alain Soral a toujours reposé là-dessus.

S'il met les vidéos d'Etienne Chouard sur son site égalité et réconciliation, s'il lui offre une tribune en l'invitant dans un débat etc ...  c'est pour le séduire et lui montrer que lui il est de son côté et ses ennemis sont tous ceux qui le critiquent et qui lui prêtent des idées antisémites ... qu'ils ont en commun d'être diabolisés, que lui même n'est pas raciste et que le système agit comme cela car ils ont peur de leurs idées respectives, parce qu'ils disent la vérité.


Je ne sais pas comment Etienne Chouard est ressorti idéologiquement de cette période, car il s'est renfermé, a limité les interactions sur internet et moi j'ai décroché de ces histoires pendant quelques années. Quand je reviens dans son cercle, je constate à mon grand regret qu'il s'est laissé influencer sur certains sujets. Lorsqu'il raconte par exemple que le vrai fascisme c'est le néo libéralisme et que l'extrême droite d'Alain Soral n'ont rien de fascistes, oui il s'est laissé influencer ... Il ressort des idées et des propos produits par la fachosphère pour manipuler les gens. Bref quand je le retrouve à ce moment là, il est sous l'emprise de leurs manipulations, clairement.

Et c'est là que vous journalistes devriez faire preuve de discernement. A aucun moment je n'ai vu Etienne adhérer à des idées racistes ou antisémites. Aussi forts soient-ils, les gens comme Alain Soral ne peuvent pas manipuler les gens au point de partager ses haines, ils ne peuvent pas transformer quelqu'un de foncièrement bon comme Etienne en quelqu'un de haineux ou de mauvais. Les manipulations d'Alain Soral n'ont jamais eu qu'une portée politique et limitée.


Cet état d'esprit, je l'ai constaté à l'époque où il a créé ce mouvement des gentils virus, ou plutôt où ce mouvement des gentils virus s'est créé autour de lui. Je vous laisse retrouver l'année.


Bon, dès 2005 lorsque l'on étudiait les articles du traité constitutionnel européen, il y avait déjà des sympathisants de l'extrême droite autour de lui, je me rappelle d'André Jacques Holbecq par exemple qui sympathisait avec le front national, ou qui a fait se rencontrer Nicolas Dupon-Aignan et Etienne. Mais c'était une personne qui par ailleurs a été précieuse dans la prise de conscience autour des sujets de la création monétaire.

Mais là, le mouvement des gentils virus était clairement noyauté par des militants durs d'Alain Soral et toutes sortes d'adeptes de thèses complotistes/confusionnistes.


Donc vous voyez ce n'est pas juste une histoire de lien sur un site internet, la situation était bien plus grave.


Etienne avait les antifa sur le dos, ce n'était même pas la peine de ré-aborder le sujet d'Alain Soral sans se faire insulter.

Mais heureusement c'est finalement Alain Soral lui-même qui aura permis à Etienne de comprendre l'ampleur de son erreur depuis des années.

Alain Soral a toujours été prudent dans ses vidéos pour se protéger derrière des ambiguités et rien ne permettait de manière évidente de démontrer qu'il était antisémite.

L'histoire des quenelles par exemple avec Dieudonné, ils se sont toujours protégés derrière l'anti sionisme par exemple.

Mais la venue de Vladimir Poutine en France l'a sans doute tout émoustillé car il n'a pas pu s'empêcher, en vidéo, de nous dévoiler sa thèse sur la hiérarchie des "cultures" entendez races, avec les juifs destinés à être des serviteurs, à l'instar de Elkabach interviewant Vladimir Poutine, et la race aryenne destinée à dominer les autres, à l'instar de Vladmir Poutine.

Je vous laisse le soin de retrouver cette magnifique et gerbante vidéo.

C'est cette vidéo qui a réveillé enfin Etienne et lui a fait prendre conscience qu'Alain Soral était bien la personne qu'on lui disait depuis le début.


Je ne suis plus trop l'affaire depuis ce moment là, mais j'ai pris régulièrement des nouvelles d'Etienne et j'ai pu constater qu'il a bel et bien coupé les ponts avec les militants d'Alain Soral, qu'il s'était concentré sur ses ateliers constituants, et j'ai réentendu parlé de lui à l'occasion de la crise des gilets jaunes portant toujours les mêmes thèmes de RIC, constituante, tirage au sort, création monétaire.


Alors je vous laisse juger par vous-même s'il mérite à nouveau le procès que vous lui faites ?


En dehors de vos plateaux, quand vous ne l'obligez pas à aborder le sujet, il ne parle jamais des chambres à gaz alors pourquoi l'accusez vous de quoi que ce soit ?




Chouard est un petit malin qui met du brouillard sur ses positions. A un moment, quand il dit qu'il ne s'est pas penché sur la question (ou quelque chose approchant) de la réalité des chambres à gaz, ça devient pénible. Il ressemble à une boule à facettes des bals d'antan, il reflète tous les discours. Par ailleurs, comment croire quelqu'un qui milite pour "la volonté du peuple" sans plus de questions ? Quel peuple, quels intérêts (économiques entre autres), pour qui, contre qui ? 

Pour Etienne Chouard: j'attends encore, avant de le condamner.

Pour Denis Robert: tous mes souhaits.

Pour Aude Lancelin: tous mes regrets et mes souhaits.

Pour Juan Branco: super mais j'attends quand même la suite.

Pour Daniel Shneidermann: ne s'empêchera jamais de couper la parole à quelqu'un dont on attendait la suite des propos... qui nous semblaient plus intéressants que les termes de la coupure. Mais je le regarde depuis le début, même quand il était sur la 5. Il doit y avoir une raison...


Pour tout le monde (et tous ceux non cités): marre de vos embrouilles à deux sous!

On m'a demandé pourquoi je disais que Denis Robert me semblait limité intellectuellement. Alors je développe un peu:


Naïveté. Candeur. Mysoginie qu'on sent affleurer quand il parle de trois employés en spécifiant leur genre (pas exactement adapté à sa clientèle). Pathétique face à Juan Branco. Il parle comme un comme un patron de la CGPME alors que ça aussi, c'est complètement inadapté à sa clientèle. Un gars un peu limité intellectuellement qui ne comprend rien au champ de contraintes dans lequel il évolue. Violent et méprisant avec ses adversaires ("je ne prononce le nom de Aude Lancelin - je suis vraiment trop fort!").


Par ailleurs, quand un patron se prend un arrêt de travail signé par un médecin, il doit fermer sa gueule. Il en pense ce qu'il veut mais il doit fermer sa gueule.

Concernant Denis Robert comme Aude Lancelin, il y a une chose qui me gêne fortement :

Dans les deux cas ils demandent encore plus d'argent alors qu'ils en brassent déjà beaucoup. Ce serait mieux à mon avis qu'ils fassent d'abord leur preuve de faisabilité d'un média pérenne avec l'argent dont ils disposent plutôt que demander plus d'argent car "on dépense plus qu'on ne gagne".
Surtout dans des projets financés entièrement par des soutiens (en opposition à une levée de fonds d'investisseurs qui auront un retour sur investissement en cas de prise de risque réussie).

Là ça donne un peu l'impression qu'ils "jouent" avec notre argent. Et s'ils n'arrivent pas à attirer assez de fonds bah tant pis pour les soutiens si ça se casse la gueule.


Je veux dire, 100000 € par mois c'est déjà énorme, quand au bout de la 3e année vous réalisez que vous n'avez toujours pas l'équilibre, faites déjà 100K€ au lieu de demander encore plus.

Pour ma part il est exclu que je mette un euro de plus dans un projet qui ne sait pas se gérer financièrement.

Je pense que les personnes qui défendent "par défaut" Lancelin n'ont pas suivi son comportement sur les réseaux sociaux (je la suis depuis ses débuts au Média). Elle a la très fâcheuse et systématique habitude de se pouiller avec tout le monde et déballer des affaires internes de manière ultra-violente (+ des suspicions fortes d'autoritarisme, notamment lors de la tentative de mise en place d'une section syndicale).


Je sais que c'est une bonne journaliste à la base mais je pense que 1) être sous le feu des critiques dans un système verrouillé 2) cumuler trop de pouvoirs 3) être sous perfusion de réseaux sociaux où on se prend des attaques virulentes constamment et où on réagit dans l'instantanéité ... et 4) être au coeur d'intrigues diverses qui me dépassent, tout ça n'est pas bon pour la santé mentale. Je dis ça comme je le dirais pour n'importe qui qui serait dans une telle situation.


Moi même, rien qu'à suivre cela de loin me met d'une humeur massacrante / fait déprimer.


Bref, j'avais perdu confiance en Chikirou, j'ai perdu confiance en Lancelin ; je donne sa chance à Robert. Ce n'est pas parce que ces personnes ont abattu un boulot de dingue qu'on peut tout accepter de leur part ! (Chikirou aussi était très douée, le projet était génial... C'est sa personnalité qui a permis cela.. Et qui a probablement également permis que tout parte en couilles :-)

La querelle Lancelin/ Robert est plus que regrettable. Tous les deux sont des personnalités importantes de la pensée critique de gauche.


Tant mieux s'il y a plus de contenu alternatifs disponibles sur le net; ça n'est plus sur la radio/TV publique que l'on peut retrouver de telles choses (Feu Las bas si j'y suis, Rendez-vous avec X, l'Afrique enchantée, Comme un bruit qui court, ect ...).


Après, "Martine a la manif" c'est déplacé (limite sexiste) et injuste. Tu vaux mieux que ça Denis!


Bon courage a tous les deux, y a vraiment d'autres chats à fouetter

"Aude Lancelin s'est mise en congé maladie mais en fait elle était pas vraiment malade"

Ha d'accord je ne savais pas que M. Robert avant des compétences médicales.

Denis, dans un sketch des nuls, je pense qu'il s'appellerait Régis.

Not the sharpest knife in the drawer, Denis....

Rebonjour , 

Personnellement, si je puis me permettre, j'aimerais bien entendre la version d'Aude Lancelin d'une part, et que pour une fois on invite également Étienne Chouard, sans l'empoisonner avec cette histoire de chambres à gaz, qu'il n'a jamais niée, mais qu'on lui laisse s'exprimer sur le travail considérable et totalement bénévole qu'il a fournit pour comprendre l'ensemble des régimes politiques et pourquoi cette démarche acharnée, courageuse, gratuite qu'il propose à la réflexion de tous sans distinction de sensibilité politique .Merci.

Bonjour,


Climat de merde, excusez moi, tant au média qu'à sud radio, ou partout ailleurs, où on licencie ou éradique pour délit d'opinion. Si c'est pas du fascisme ça, c'est quoi ? Étienne Chouard a toujours eu, depuis que je le connais, mon soutien et l'aura toujours , car sa démarche est particulièrement intelligente, parler à tout le monde de tout politique, sans peur et sans tabou, pourchasser la pensée unique, laisser s'exprimer l'autre et lui démontrer, sans le culpabiliser pour autant, qu'il a tort si c'est le cas et pourquoi. Tout ça pue fort le règlement de compte pour le soutien d'Étienne Chouard à l'UPR. Quant à Denis Robert, aller se compromettre dans un organe de LFI et Jean Luc Mélenchon , quelle dégringolade ! Et il pense créer une meilleure information que le Monde Diplomatique ? Quel cuistre !


Il a l'air un peu limité intellectuellement ce Denis Robert.

Si je comprends bien:
Chouard, qui n'est pas là pour ce sujet, bafouille une réponse pas claire sur l'existence des chambres à gaz, qu'il clarifie rapidement, et c'est le démon.
Formont, dont c'est le métier, annonce deux faux morts, mais lui,  "Il doit apprendre de ses erreurs" et on lui reconnait "la bonne foi".
Bon.

C'est comme en manif, il vaut mieux avoir une carte de presse.

Ah ? Parce qu'on se déclare incompétent sur la question des chbarres à gaz et qu'on se renseigner à aborder la question, on serait donc un négationniste et un antisémite notoire ? Qu'est-ce que ça aurait été s'il avait dit qu'elles n'avaient pas existé ! On est plein délire médiatique ! La tyrannie du politiquement correct et la BHLISATION des esprits ! Tous les sujets politiques, philosophiques ou médiatiques seront bientôt déductibles à la question des  chambrés à gaz !

Émission intéressante néanmoins Denis Robert qui réduit Aude Lancelin à sa condition féminine « la fille / Martine » trop souvent ignore sûrement dans quelles conditions elle a pris les rennes du média et que sont travail à largement contribué aux bonnes audiences du média. Peut être serait il avise de « creuser la question » ou subira t il le même sort ... je pense que la posture du journaliste d’investigation à la cool sans responsabilité éditoriale est intenable. 

J'en suis seulement à une vingtaine de minutes, mais toute la partie sur les arrêts maladie et le dénigrement des deux personnes en litige est vraiment dégueulasse. Je bosse dans une boîte privée, mon patron aurait ce genre de propos concernant les arrêts maladies et le dénigrement de ses employés ça serait la bronca, mais là non c'est ok, on est tous de gauche (et encore, apparemment le terme dérange de plus en plus) donc on se permet d'envoyer des bonnes insinuations comme un bon patron macroniste (D'ailleurs DS tique sur ces propos et lui fait remarquer qu'il est étonné d’entendre ça de sa bouche).

9’50 : « du jour au lendemain elle se met en maladie alors qu’elle n’est pas forcément malade, moi j’en sais rien ». Si il n’en sait rien de son propre aveu, pourquoi ces insinuations calomnieuses ? c’est quand même incroyable de sortir ce genre de phrase avec une telle décontraction.

Alors oui il a l'air cool et détendu, mais mettez le même discours chez un cadre 'LREM' et vous n'y verrez pas la différence.

Aucune auto critique Daniel sur votre traitement de Crépuscule dans l'émission ...

Que de temps perdu sur Étienne Chouard ... Ce dernier est spécialiste sur un sujet : la démocratie. Un point c'est tout.

En pointant le reste vous faites le jeu des gens qui en plus vous font horreur : improductif Daniel.

Par contre sur l'appel du pied de D.Robert à J.Branco lors de l'émission sur le Media : bien vu (perso je l'avais vu aussi - vous avez par contre loupé le dernier plan où on voit Denis pousser un gros ouf de soulagement à la fin de l'émission). 

Restons positif : il y a petit à petit une prise de conscience des médias indépendants et c'est bien. Continuez. Bien à vous

Lancelin et Chouard ne sont pas des monstres mais de banals êtres humains. Passer 1h d'émission sur une directrice qui a simplement eu les boules de se faire évincer et un mec qui n'avait juste pas envie de répondre ce qu'on voulait lui faire répondre... j'appelle ça du gaspillage de temps de cerveau de Denis Robert. On peut le réinviter pour parler de vrais sujets SVP ?

Il est un peu tard pour formuler une réflexion sur le titre de l'émission, mais tant pis.


Un patron qui ne veut pas de pouvoir, c'est comme un âne qui ne veut pas de sabots.


Il n'ira pas loin.

C’est l’émission de la semaine?

Y m'a l'air d'être un bon franc-maçon de l'espace ce Denir Robert...

Les propos de Chouard sont extrêmement douteux et je peux comprendre dans une certaine mesure ceux qui lui tombent sur le coin de la gueule parce que c’est quand même pas bien dur de dire « il n’y a aucune raison de douter de l’existence des chambres à gaz ».


Parce que oui, là douter de leur existence c’est quand même être plus que neuneu hein.


Par contre, ça serait possible de laisser la Shoah tranquille deux minutes ? Non parce que jusqu’à nouvel ordre, le changement climatique et la catastrophe écologique en général, la crise du capitalisme, ou la perte de confiance dans la « démocratie représentative » n’ont pas grand chose à voir avec ce crime contre l’humanité.


Cordialement,

Un vieux type qui aimerait bien qu’on arrête d’agiter de vieux spectres dès que l’on veut « discréditer » quelqu’un dont les propos sont autrement difficilement attaquables.

pour avoir entendu à de multiples reprises chouard répondre à des contradicteurs qu'il ne savait pas ou qu'il se trompait peut-être sur des sujets qu'il maîtrisait parfaitement, sa réponse sur les chambres à gaz ne m'étonne que peu... face à un contradicteur, il est toujours prêt à laisser la porte ouverte au doute, et c'est ce qui le fout dans la merde à chaque fois. Dommage. Parce que quand je l'écoute parler, je trouve qu'on gagnerait à être aussi tolérants envers des paroles qui divergent des nôtres, débattre sans insulter, rabaisser, humilier.

L'anecdote que raconte Denis Robert à 42:40 permet de prendre du recul sur cette affaire.


En 1999, Fayard refuse son livre sur Chomsky, car on le considérait comme un antisémite à la suite d'un édito de BHL. Quelques années plus tard, Fayard édite Chomsky, car il n'est plus considéré comme un antisémite.


Cette trajectoire ne pourrait-elle pas être examinée par ASI ?


Chouard aura-t-il le même destin ?

Est-il possible d’oser dire sans s’exposer aux foudres impitoyables que la façon dont Etienne Chouard est systématiquement ramené à une question, toujours la même, peut finir par interpeller également ?


Certes, Denis Robert n’avait manifestement pas d’intention malveillante mais est-il possible de supposer qu’Etienne Chouard se croit fondé de mal prendre cette question et de réagir comme un gamin orgueilleux qui pense « mais de quel droit me ramène-t-on toujours là », apparemment sans jamais faire la différence entre l’occasion de couper court  et celle de monter sur ses chevaux (de taille complètement quelconque comme dirait Desproges) ? 


Mais est-il seulement possible, même en coupant court, d'éteindre quoi que ce soit sur ce sujet hautement inflammable et le plus simple n’est-il pas finalement de ne pas s’y aventurer du tout (ce qu'Etienne Chouard essaye peut-être de faire en s'enfonçant davantage à chaque fois avec son merdique "je ne répond pas , je n'ai pas étudié la question"). N'est-ce donc pas mieux de se taire et de ruminer son innocence rembarrée, son agacement (bien-sûr illégitime) sa contrariété (carrément infantile) et de faire de tout ça une indigestion que l’on finit par déféquer dans l’isoloir ? N'est-ce pas ce que le même Etienne Chouard essaye d'expliquer au sujet des jeunes qu'il serait encore possible de rattraper ?


Au regard de son apparente impréparation pouvant faire conclure à une absence (possible) de dissimulation, Etienne Chouard est-il un mauvais bougre pour avoir construit son parcours dans la vie en se fermant consciemment ou inconsciemment à un sujet important de son temps ? 


Autres questions : que pensent tous ces gens (souvent des moins que rien) qui trouvent que l’approche d’Etienne Chouard en matière du vivre ensemble est intéressante ? Que veut dire l’expression « sa parole est discréditée » ? Comment doit le comprendre la majorité silencieuse que le buzz sur les réseaux sociaux finit par faire oublier ?

Voilà pourquoi j'apprécie ASI. Je retiendrai donc des propos de Denis Robert :

- qu'il ne pratique pas la langue de bois et reconnais ses "erreurs" ou ses doutes

- que le site du Média est "merdique" (raison pour laquelle j'ai laissé ma participation en suspend) et que le site va changer.

- Quant au conflit actuel, que j'aurai tendance à qualifier de "très parisien" avec beaucoup d'agacement, s'il devait continuer sur ce ton serait très préjudiciable au Média en particulier compte tenu de ses litiges passés : Aude Rossigneux ....maintenant Aude Ancelin (entre autres) qui parlent de démocratie, de participation et qui se comportent ensuite comme des petits chefs !  

Voilà un beau débat à avoir "comment le pouvoir transforme ceux qui l'exercent" Bon pas très nouveau nouveau tout ça !

Mais c'est dit, je renouvelle mon abonnement au Média, pardon je redeviens socio de ce pas.

Vous aurez noté la différence !


Émission bienvenue, du fait de cette situation inédite.

J'apprécie beaucoup Aude Ancelin et aussi Denis Robert.

Et je sais à quel point ils sont tous les deux droits, à la limite de la naïveté.

C'est pourquoi cette querelle picrocholine m'étonne grandement.


Et en pensant à l'affaire Chikirou, qui a affiché le degré de manipulation de Mélenchon, son mec qui ne s'est pas ému de la situation incroyable,  et des dirigeants de la France Insoumise et leur degré de désir de mainmise sur Le Media, je conclurais assez facilement qu'il y a beaucoup de mensonges dans toute cette histoire.

Aude Ancelin a raconté de son côté, au moment de son éviction, ce qu'on lui avait expliqué en sous-main, ce qui l'a certainement beaucoup affectée.

Quant à Denis Robert, il ne faisait pas du tout partie du Media, donc on peut lui raconter ce qu'on veut, il fera confiance a priori, ignorant qu'il est dans un incroyable nid de vipères.

Par exemple la chaîne QG, qu'AL aurait préparée pendant son congé maladie, n'est absolument pas prêt, c'est un peu sa vengeance, c'est pourquoi elle le ressort...

D'autre part, son augmentation alors qu'elle remplit désormais trois missions, n'est pas si étonnante. Pourquoi les salariés ne l'ont-ils pas empêchée à l'époque ? Leur passivité est étonnante.

Quant au licenciement pour faute lourde, c'est une procédure elle-même très lourde, dont la rapidité me surprend. 


Denis Robert ne devrait-il pas s'inquiéter ?

Ici Radio Parano. Je vous souhaite une bonne soirée...


Ginette Kolinka avec Marion Ruggieri, Retour à Birkenau, Grasset


Ginette Kolinka, compagne d’infortune de Simone Veil et de Marceline Loridan-Ivens, ouvre sa mémoire. Elle montre l'horreur, avec une bonne dose d'humour pour défier la mort et rappeler que la boussole reste obstinément orientée du côté de la vie.

Concernant Chouard, il faut absolument sortir la tête des chambres à gaz : c'est bien plus grave que ça (même si c'est déjà très grave, et qu'il faudrait faire une émission pour démontrer l'existence des fours crématoires, ça me semblerait vital mais c'est une autre histoire).


Ni neuneu ni pervers, il est simplement un hypercritique, il remet en cause systématiquement la "version officielle". Il fait partie d'un mouvement puissant dont parle le livre "Republic of Lies: American Conspiracy Theorists and Their Surprising Rise to Power" de Anna Merlan, qui brosse un tableau effrayant de toutes les théories du complot qui mènent les partis populistes au pouvoir.


Voyez comment Chouard parle de la FED face à Delamarche, comment il évoque la Révolution française face à Boulot, comment il parle de la création monétaire face à Sapir, comment il nie l'existence des terroristes musulmans, etc etc. Les chambres à gaz ne sont pas un angle mort de son argumentaire, c'est au contraire le coeur de ses interventions : il vit dans le monde des conspirationnistes et se bat contre les sionistes de chez Rotschild, de Goldman Sachs et autre Soros, BHL et Attali qui dirigent le monde. Mais ce n'est pas que de l'antisémitisme c'est une construction élaborée, cohérente, assumée et qui prend le visage de la subversion (le "sioniste" étant synonyme de "opposant").


Ce n'est pas un neuneu pervers, c'est ce qui nous attend du fait de la démission de la presse à traiter certains sujets (cf. l’engouement pour Thikerview, dès que certains sujets sont enfin abordés).


Je regrette amèrement que Chouard n'ait pas été sur le plateau pour se défendre, ainsi qu'un spécialiste de ces sujets.

Tempête dans un verre d'eau, les guerres d'ego me fatigue, ça ne mérite pas une émission.

Tout cela est désolant.

En filigrane de cette crise on devine des soucis organisationnels importants.

De bons journalistes dévoués n'ont pas forcément de grandes compétences "managériales" (je déteste cet anglicisme).

Ce n'est pas parce qu'on sait mener une enquête, une interview, etc... qu'on sait gérer des conflits, mener une équipe, fixer un cap et remporter l'adhésion des collaborateurs.

C'est trop de boulot et de responsabilités que de vouloir faire tout ça à la fois il me semble.

Moi je ne veux pas prendre parti pour l'une ou pour l'autre, ce sont deux journalistes que je respecte profondément. J'espère toujours naïvement que des gens raisonnables et de bonne volonté sauront enterrer la hache de guerre, pour le bien commun.

Sinon on est foutus.

S'il vous plaît, si vous lisez les commentaires, cette énième lutte fratricide est un luxe qu'on ne peut plus se permettre. 


Pour le moment je partage les réserves d'Aude Lancelin à propos du nouveau patron du MEDIA. 

Juan Branco se laissera-t-il séduire par les sirènes du "on va travailler ensemble à la rentrée? " ... "on est copains, la publication de Crépuscule.... tout ça "   ..ça sent la recup du bon poulain pour faire de l'audience, après avoir dû renoncer à Chouard, trop gros poisson. Le Media contre Sud radio ?

Macron, Bolloré et Arnault mange du popcorn devant cette émission.

Merci à la gauche de toujours se saborder et de perdre son énergie dans des querelles ridicules et inutiles.

Bravo Daniel pour cette émission.


Chapeau à Denis Robert qui a survécu seul face à un guet-apens judiciaire des puissances financières de ce monde.


Le linge sale qui s'expose à propos de " Martine quitte le Média " est très décevant. J'aime beaucoup Martine, mais c'est pas top. L'image est déplorable pour toute la presse et la profession.


Chouard est vraiment inexcusable ! Ce type bredouille des arguties pour justifier son doute, sa négation. Comme s'il fallait être un spécialiste ! Il est démasqué. C'est à porter au crédit du Média et de Denis Robert.


Gabin se plante comme chute Icare, l'impatience de brûler les étapes, courir le scoop, confondre vitesse et précipitation  en se faisant doubler par son striatum.


Merci à ASI et au Média, 


Mais aussi à Thinkerview, Disclose, Les Jours, Le Monde diplomatique, Acrimed, Streetpress, Basta !, Politis, Regards, Alternatives économiques, Sciences humaines, En attendant Nadeau, Taranis news, Fil d'Actu, Siné mensuel, Charlie Hebdo, Reporterre, Médiapart, Quartier général, etc. (à compléter)


Il ne vous reste plus qu'à fonder un syndicat de la Presse française libre et déposer ce label PFL pour vous distinguer des porte-paroles du "bloc bourgeois" (excellente interview du Média), les "nouveaux chiens de garde"


Tout début d’émission, ça parle d’Aude Lancelin. 

«  elle s’est mise en congé maladie alors qu’elle n’etait pas malade » entends-je. 


Alors, pour être claire : je me contrefous du Media en général et de Lancelin en particulier, je comprends rien à la brouille et je ne fais rien de spécial pour comprendre CEPENDANT ...

ce genre de propos ça pue. 

Il est toubib le gars, ou journaliste indépendant ? 


Que Ancelin soit une sainte ou une sorcière, qu’elle soit victime ou bourreau dans l’affaire, je n’en sais rien, mais on ne dit pas des choses pareilles en l’air et publiquement si on est vraiment «  détaché » comme il le prétend. 


Je vais tenter de regarder, mais ça démarre super mal là. 

Je commence à regarder et je crains que Denis Robert soit un nouveau "pantin" de décideurs occultes. Lorsqu'il dit par exemple qu'il n"était pas favorable au licenciement pour faute lourde d'Aude Lancelin, qu'"on" lui demande son avis avant de licencier, et qu'il n'est pas vraiment au courant de quand est parti le courrier.... Je souhaite me tromper, mais cela ressemble beaucoup à des situations que j'ai connu professionnellement.

Comment croire par exemple qu'une personne qui a tout les pouvoirs puisse envisaer de créer un média différent et concurrent d'un média qu'elle dirige.....

Non, il y a autre chose, d'autant que c'est le second changement de direction en peu de temps.... Pour info, je suis socio aussi, a minima certes mais j'y croyais à l'origine à cet objectif de remplacer le 20h, et à la dimension coopérative annoncée du concept.

Un dahu d'or à ceux qui ont dit à Denis Robert «C'est comme ça que font les négationnistes, ils esquivent». Car comme chacun le sait un négationniste ne nie jamais, c'est pour cela qu'on les nomme les «négationnistes», parce qu'ils ne nient pas. Ce qui caractérise l'antisémite ou le négationniste, ce n'est pas l'esquive à une question directe, c'est le temps qu'ils passent à insinuer le contraire lorsqu'on ne leur pose pas une question directe.

Vous parlez de Chouard apparemment sans avoir vu son billet de blog où il revient sur l'émission.

Je cite : "Je ne suis évidemment pas négationniste, ni antisémite, les chambres à gaz sont une horreur absolue qui ont tué des foules d’innocents, les mensonges de Faurisson devraient être mieux contredits publiquement, la Shoah est une des pires atrocités de l’histoire humaine, et tout mon travail depuis 15 ans consiste précisément à élaborer ensemble des STRUCTURES d’origine populaire qui empêchent durablement que de tels crimes puissent se reproduire."


Donc, si on a encore un doute, faut-il penser que Chouard est carrément dans le mensonge ? Qu'il ment quand il écrit publiquement qu'il n'est pas négationniste, qu'il invite à mieux combattre Faurisson ?

Qu'en pensez-vous Daniel ?


Perso, je penche pour l'hypothèse "neuneu".


Plus loin, il rajoute :

"Je dois bien reconnaître que je suis maladroit ; mais le lynchage médiatique qui s’organise subitement autour de ces maladresses ressemble plus à un règlement de comptes pour se débarrasser facilement d’un opposant politique qu’à une véritable indignation bien fondée.

En fait, je devrais carrément refuser de m’exprimer sur ces sujets, qui servent surtout aux puissants du moment à museler leurs opposants politiques."


Là, refuser de s'exprimer sur ces sujets n'est plus de la maladresse mais de la bêtise, c'est ne pas répondre aux "véritables indignations bien fondées", celles des Denis Robert ou Daniel Schneidermann, ne pas apprendre de ses erreurs. Si il veut faire du Chomsky, il a intérêt à vraiment bosser parce que ce n'est déjà pas facile aux USA malgré qu'on y accepte les défilés néo-nazis, alors en France avec nos restrictions sur la liberté d'expression...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.