357
Commentaires

Decodex : "on s'engage dans une guerre contre les fake news"

En ces temps de fausse information et de post-vérité, il est plus nécessaire que jamais d'aider les internautes à s'orienter dans la jungle des informations en ligne. Les aider oui, mais qui doit les aider, et comment ? Un nouvel outil développé par Le Monde, Decodex, soulève depuis quelques jours un tonnerre de protestations de la part des sites labellisés peu fiables ou même pas fiables du tout. Question de fond : un journal peut-il être le juge de ses concurrents ? Pour répondre : Samuel Laurent, responsable des Décodeurs du Monde, à l'origine du projet Décodex, Louise Merzeau, professeure en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris Nanterre, qui propose dans une tribune une labellisation collaborative sur le modèle de Wikipedia et François Ruffin, patron du site Fakir et réalisateur du film Merci Patron !.

Derniers commentaires

Samuel Laurent, bouffie d’orgueil et de condescendance, on aurait pas assez de place pour citer le nombre de fois incalculable où il se contredit.

Si ça c'est un journaliste, l'information a pas fini de se faire violer impunément. Et le mec se dit quand même qu'il va aider à voir plus clair... mais mon dieu, arrêtes tout !!! 

J'ai fini par regarder cette émission (par vacuité, je n'avais rien d'autre à faire).
En fait, ce qui m'a le plus impressionné, c'est l'amateurisme assumé de ce Samuel Laurent ; de son discours, il ressort que son équipe a fait son évaluation complètement à l'arrache, entre préjugés, connivences et volonté de ménager et sans grands efforts pour rechercher les éléments documentaires (on imagine le rosé et le saucisson sur la table).
C'est amusant, cette émission avait tout à fait sa place sur un site comme @si. Elle montre la paresse de la presse moderne : même quand elle se préoccupe de "fake news", elle ne fait pas l'effort de vérifier l'information.

P.S. : j'aime bien çà, faire des commentaires un mois après quand tout le monde a oublié. Je recommencerai...
Il existe maintenant un Decodex Insoumis !
[quote=Samuel Laurent]Je n'ai pas des opinions super affichées, ni super marquées. Je ne m'estime pas militant, c'est ça que je veux dire, je suis avant tout journaliste.

[quote=Samuel Laurent]Dans un monde idéal, j'aurais pris deux ans [...] Je n'ai pas deux ans, la présidentielle, elle est dans trois mois, l'urgence c'est les fake-news. [L'urgence c'est parce que] vous avez vu ce qui s'est passé aux Etats-Unis, vous avez vu ce qui s'est passé en Angleterre.

...
... imaginez la réaction de ces mêmes grands médias privés.

Le Monde ferait mieux de contrôler ses propres News. Je me souviens il y a deux ans cet incroyable ping-pong entre le Monde et le Ministre des affaires étrangères :

- Le Monde : reportage démontrant l'existence d'armes chimiques en Syrie.
- M. Fabius : Ça y est nous avons la preuve de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie. Merci les journalistes !
- Le Monde : Ça y est c'est officiel, le gouvernement reconnaît l'utilisation d'armes chimiques en Syrie.

...

Sans commentaire.

Tout cela pour un reportage dans lequel on ne voit ni ennemi, ni victime, juste un "combattant" qui dans la version première explique (doublé) après une explosion : "l'odeur est différente" ; dans la deuxième version diffusée sur France 2 "le bruit est différent". Sans parler de la mise en danger des journalistes dans le monde entier de par ses remerciements.

Très bonne remarque Daniel : donc vous pouvez mettre un lien à un article jugé juste sur un site jugé peu fiable ? :D

Bonne journée à tous et merci encore à ASI pour son travail.
Alex
Les faits, rien que les faits, s'en tenir aux faits. Soit. Mais la question, c'est quels faits on choisit de traiter. Et ce choix est toujours idéologique. Il y a juste un journalisme d'opinion assumée, et un journalisme d'opinion qui s'ignore. Samuel Laurent me parait appartenir à cette deuxième catégorie.
Quand on est néolibéral on n'a pas d'idéologie. C'est comme l'accent. Quand on a l'accent parisien on n'a pas d'accent... Le Monde a un groq accent parisien...
À la réflexion, il me semble que l'imposture majeure de cette initiative est de laisser penser que les sites dispenseraient des informations: des bonnes ou des mauvaises. La consultation de journaux comme le Monde nous montre quelque chose de tout à fait différent: l'essentiel du contenu informatif est fourni par les agences de presse, l'AFP principalement !

Ce que vendent ces entreprises, c'est de la pub ( énormément), des sermons ( beaucoup ), quelques interviews et de très très rares enquêtes assez bâclées en général, à mon grand dépit, enquêtes qui ne font généralement que confirmer les présupposés idéologiques des rédacteurs. Ce sont donc tous largement des journaux d'opinions voire de propagande, en plus d'être des entreprises de commerce de temps de cerveau disponible.


Pour simplifier, on pourrait proposer le classement suivant:

- couleur fiable: AFP
- Méfiance pour tous les autres
- rouge pour Alain Soral

Mais, bon, il n'y a pas vraiment besoin d'une base de données pour cela.
London en pleine forme :

"Il y aurait beaucoup à dire sur le geste qui conduit, sans visiblement qu’il en ait conscience, Le Monde à épouser cette pratique néolibérale entre toutes de l’évaluation généralisée — des autres. Comme on sait, née dans la finance, la pratique de l’évaluation est en voie de coloniser toutes les sphères de la vie sociale, organisant par là leur soumission à la logique d’une société de marché de part en part régie par le principe de concurrence. On évalue les chauffeurs de VTC, les appartements de location, les toilettes d’aéroport, et sans doute bientôt les dîners entre amis — le « code couleur », cette tragédie de la couleur que même la plus fertile imagination dystopique n’aurait pas pu anticiper. Voilà donc que Le Monde distribue des couleurs à l’information comme d’autres aux apports nutritionnels ou aux pots d’échappement. Le Monde est bien le journal de ce monde."
"Il y a d’abord ce nom grotesque, Decodex, qui fait surtout penser aux collants bleus de Fantômas ou bien au manteau noir de Judex — et donne irrésistiblement envie d’avoir accès aux minutes du brainstorming, qu’on imagine quelque part entre Veritator, Orthofact et Rectifias. Il y a surtout une trouvaille dont on ne sait plus s’il faut l’assimiler au geste d’une performance artistique ou au comique du cinéma muet."
Je viens de voir l'émission. Les gens qui affirment n'avoir aucune idéologie comme Samuel Laurent ne m'ont jamais inspiré aucune confiance. On a parfois l'impression qu'il s'est embarqué dans quelque chose qui l'a complètement dépassé. Ils sont partis bille en tête avec leurs bons sentiments et leurs bonnes conscience sans se rendre compte qu'ils s'érigeaient en censeurs illégitimes. Ce que les gens ne supportent plus c'est justement ce genre de journalistes qui te disent ce que tu dois penser. Aucun de ses arguments n'apparaît solide face de F. Ruffin et de L. Merzeau. La transparence proposée les effraie parce qu'ils veuillent continuer à bidouiller leur jouet dans leur coin, sans se rendre compte de la puissance de feu du Monde. Cf. Le pauvre O. Berruyer
Le problème de base de Decodex c'est la cause de sa création.
En gros la presse et les élites ont une vision de ce qui est bon pour la société. Cette vision a perdu lors du Brexit et de l'élection de Trump.
Mais au lieu de s'interroger sur les raisons de leur défaite, sur les raisons pour lesquelles des gens peuvent penser différemment d'eux, cette catégorie de la population s'est mise en tête que les gens trop cons ont été bernés par de fausses infos. Et donc le berger doit ramener le troupeau au bercail.

Sauf que les partisans du Brexit ont aussi relayé des mensonges et idem pour les partisans de Hillary Clinton. Et n'oublions pas les mensonges sur la Syrie.
Samuel Laurent est vraiment un personnage pathétique, on sent bien qu'il est lui meme bien embeté et mal à l'aise lorsqu'il doit répondre sur les choix de classer tel ou tel site orange ou rouge, qui est donc cette personne pour nous dire ce qui est bien et ce qui est "fake"? comment peut on etre juge et parti?
c'est vraiment un pauvre guignol
Cher Daniel Scheindermann, chers journalistes de @si,

Fidèle depuis plusieurs années, je n'ai jamais écrit sur les forums mais je me permets de le faire ici pour vous signaler qu'à mon humble avis, cette émission est ratée. On a un thème de débat et un casting géniaux, et il n'en sort que très peu de choses, principalement parce que Samuel Laurent est sur le plateau et les autres non. Il faudrait chronométrer mais je suis certain qu'il parle autant que Merzeau et Ruffin réunis. Du coup si je peux m'autoriser une toute petite suggestion : évitez Skype pour les prochaines émissions, il y a un biais inconscient qui fait qu'on a plus tendance à discuter avec les personnes physiquement présentes (en tout cas quand elles sont des clients aussi habitués des médias que l'est S. Laurent). En particulier j'aurais adoré voir Laurent et Ruffin discuter la séparation faits/opinions et la définition de ce qu'est "l'idéologie" dans le journalisme, et ce débat n'a quasiment pas eu lieu.
Voilà, sinon merci beaucoup pour tout ce que vous faites, et longue vie à vous.
Baptiste
Le journalisme du Monde est insupportablement confis dans sa suffisance. Voici ce qui m'a semblé le plus insupportable :

- il est persuadé d'être une incarnation de l'objectivité. "Je n'ai pas d'opinions politiques fortes et elles n'impactent pas mon travail" : cet homme n'aurait donc, de son propre aveu, que des opinions politiques faiblardes et minables... Plus sérieusement, comme le dit Ruffin, Samuel Laurent présente comme une vertu de n'avoir que des opinions qui vont dans le sens de l'idéologie dominante.
Quant à "elles n'impactent pas mon travail" : on comprend mieux pourquoi Samuel Laurent refuse d'expliciter son point de vue politique : vu qu'il se sert des opinions politiques des autres comme autant de verges pour les battre, il ne va tout de même pas offrir ses opinions de crainte qu'autrui lui inflige ce qu'il inflige aux autres, le refus de dire ses opinions est l'artifice par lequel ce type échafaude sa posture pseudo-objective.
Remarque que ses idées sont largement devinables : il trouve, comme la plupart des éditocrates, que le Brexit est une abomination (et c'est tellement évident qu'il ne prendra pas la peine de dire pourquoi), il ne considère pas Arnaud Leparmentier comme ayant des opinions politiques fortes... Donc finalement, on est devant un européiste lambda, à peu près satisfait du système politique, économique et médiatique actuel.
Je suis désolé mais penser que le système actuel ne mérite pas d'être changé est une opinion politique forte. Et c'est une opinion qui a un impact évident sur la façon de présenter l'information : quelqu'un qui pense que tout va bien, quand il entend parler d'un patron qui s'est fait déchirer la chemise, il pense "violence donc répression" ce qui va conduire à une vision policière (qui a frappé ? les autres cautionnent-ils ?), celui qui pense qu'on vit une époque dans lequel le capital est de plus en plus opprimant, quand il entend qu'un patron s'est fait déchirer la chemise, il pense "Waou, le mec, il a dû abuser sérieusement" ce qui va conduire à interroger les conditions de travail. Deux journalistes aux opinions différentes ne présenteront pas les même faits, même s'ils sont tous les deux honnêtes, et l'un comme l'autre, par la présentation des faits qu'il aura choisi, participera à une lutte politique dans un sens ou dans l'autre.


- Samuel Laurent est une couille molle et s'en fait une vertu : il reproche à Ruffin d'avoir qualifié tel délégué ministériel de "menteur" et dit implicitement que c'est parce que Ruffin se laisse dépasser par ses opinions qu'il se permet des excès pareils. Alors déjà commençons par rappeler que Samuel Laurent, de son propre aveu, a peur de dire que Soral est antisémite : même là il considère qu'il y a abus, que c'est de la diffamation (ou alors il parle d'éviter les procès mais refuser de dire la vérité par peur d'un procès qui, s'il est gagné d'avance, fera perdre du temps, c'est une conception assez particulière du journalisme).
Ensuite regardons ce qu'il dit : Samuel Laurent évoque la possibilité que le délégué ministériel se soit trompé, il faudrait donc juger crédible que le délégué ministériel ait sincèrement confondu le patronat d'Ecopla avec les syndicalistes d'Ecopla. De qui se fout-on ? Je soupçonne Samuel Laurent d'être un habitué lui-même de ce genre d'hypocrisie [1] et de ne pas apprécier que la démarche soit décrite pour ce qu'elle est. Sinon, la seule autre explication est que Samuel Laurent soit choqué que Ruffin ait l'outrecuidance de qualifier un puissant de menteur.

1: dire quelque chose qui, pris au pied de la lettre est exact mais suggère tellement plus : ici "recevoir des salariés" est rigoureusement exact parce que le patron est techniquement un salarié ; chez certaines personnes moralement déglinguées, ceci n'est pas un mensonge mais une façon astucieuse d'être honnête.


- le mec est un irresponsable au sens étymologique : il n'a pas de réponse aux légitimes questions qu'on lui pose, il ne fait, à chaque fois, que noyer magistralement le poisson, il change de sujet...
Notamment, quand on lui signale qu'il y a deux poids deux mesures en lui mettant sous le nez, Fakir d'une part, Arnaud Leparmentier d'autre part, il est assez intelligent pour comprendre la question mais choisit toujours de répondre à coté : par exemple, il répond séparément à propos de Fakir et à propos du Monde, en feignant de comprendre qu'on lui a posé deux questions à propos de deux exemples et non pas une question à propos de la différence de traitement ; par exemple, il fuit la question en mentionnant qu'il y a d'autres critères comme la taille de la rédaction, induisant un discussion sur la pertinence de ce critère au lieu de susciter la réaction "Donc en fait, les opinions c'est rédhibitoire sauf pour la presse institutionnalisée[2] que vous n'avez pas le courage d'éreinter"

2: parce que bon, avoir une rédaction de 300 journaliste, ça veut dire avoir l'argent pour les payer (supposez que vous les payez 2000 euros par mois, en tant qu'employeur ça vous coute environ 300 * 50 000 euros = 15 millions d'euros par an rien que pour leur salaire)
donc au final, vous avez un critère qui enregistre la séparation entre media traditionnels détenus par des capitalistes ou l'Etat et media plus modestes.

- le mec n'assume pas sa démarche : le moment le plus épique étant celui ou Samuel Laurent prétend que personne ne peut savoir que les gens retiendront surtout le code couleur : alors le type il écrit une application dans laquelle il y a de front un code couleur et en arrière un minitexte et encore en arrière des explications plus détaillée mais il croirait sincèrement que les gens vont surtout se fier aux textes d'arrière-plan ? Pourquoi ne pas avoir mis le texte détaillé de front alors ? Si tout le monde lit les textes, mettre un code couleur devient inutile.
Les actes de Samuel Laurent prouvent qu'il ne croit pas un mot de ce qu'il raconte (on comprend mieux pourquoi il n'aime pas qu'on traite les menteurs de menteur, pourquoi il n'aime pas qu'on ne tienne pas pour valide une explication dont l'hypocrisie est évidente).
Il dit, à de trop nombreuses reprises pour être crédible, qu'il n'a rien contre le militantisme de Ruffin alors que là aussi, c'est faux : ce militantisme est ce qui lui sert d'argument pour dire que Fakir ne serait pas fiable. Samuel Laurent pourrait choisir d'assumer "Quand on a des opinions tranchées, les informations qu'on sort ne sont pas fiables" mais il faudrait alors appliquer ce critère à Valeurs Actuelles et à Leparmentier, c'est pour cela qu'il est préférable de dissimuler ses critères pour faciliter le recours à l'hypocrisie qui permet de renvoyer Ruffin à ses opinions tout en chantant les louanges de Leparmentier.

Plus que jamais, il est urgent de lire le texte de Lordon : journalisme post politique.

2: parce que bon, avoir une rédaction de 300 journaliste, ça veut dire avoir l'argent pour les payer (supposez que vous les payez 2000 euros par mois, en tant qu'employeur ça vous coute environ 300 * 50 000 euros = 15 millions d'euros par an rien que pour leur salaire)
donc au final, vous avez un critère qui enregistre la séparation entre media traditionnels détenus par des capitalistes ou l'Etat et media plus modestes.

C'est surtout qu'un chiffre sorti du chapeau comme ça ça n'a aucun sens. Il faudrait d'une part comparer le nombre de journaliste avec le nombre d'informations publiées. Si on retiens leurs archives, ils possèdent depuis 1944 2 840 824 articles. Ce qui fait une moyenne de 107 articles par jour (365 par années). Je ne sais pas ce que ce chiffre comporte ou omet. Sans doute pas l'info en continu les chroniquettes ou les reprises de dépêches. C'est un peu comme si Coca-Coly prouvait la qualité de leur produit en comparant leur nombre d'employés à celui d'un grand cru. Et puis il faut voir les méthodes de travail: tient-ils parti de ces journalistes en terme de collaboration ou relecture ou pas? Les plus grands journaux ne sont pas les derniers à se servir de stagiaires et pigistes pour produire du contenu à la chaine payé au lance-pierre…
Oui enfin je trouve que vous détournez un peu son argument qui était plutôt de dire qu'ils avaient des gens qui étaient sur place ( vu qu'ils ont le nombre qui le permet ) plutôt que de reprendre les infos des autres.
Ce à quoi de manière pertinente pour une fois Daniel lui demande ce que d'être sur place pouvait bien changer par exemple à Alep, en quoi cela pouvait garantir une info fiable.
Ruffin donnant lui aussi un argument intéressant qui était que justement avec autant de monde il y avait le risque accru d'individus malhonnêtes et incontrôlables.
L'argument du Samuel Laurent n'est donc pas totalement faux, il vaut toujours mieux obtenir l'info soi-même plutôt que de faire les moutons. Mais il ne s'applique clairement pas dans toutes les situations et ouvre à d'autre risques derrière, notamment de manipulations alors que le financement provient de personnes qui veulent clairement se servir des médias comme d'outils d'influence politique et pour leurs "affaires".

Oui enfin je trouve que vous détournez un peu son argument qui était plutôt de dire qu'ils avaient des gens qui étaient sur place ( vu qu'ils ont le nombre qui le permet ) plutôt que de reprendre les infos des autres.


Cet argument, si on le prend au sérieux, a peut-être quelque fondement. Encore que, une rédaction nombreuse peut employer son personnel à n'importe quoi et qu'une rédaction peu nombreuse peut être exacte pour peu qu'elle choisisse intelligemment les sujets qu'elle aborde : c'est pas 4 Picards qui peuvent informer fiablement sur la situation politique et économique du Cambodge mais pour informer sur la situation syndicale de l'usine du coin, ils sont peut-être plus fiables que 4 bonhommes envoyés par BFM télé.



Pour ma part, je soulignai surtout que :

1) cet argument sert de diversion : on lui demande pourquoi avoir classé Fakir en orange, il répond "parce que [s]je peux pas blairer les bolchéviques[/s] Fakir a des opinions fortes" et quand on lui fait remarquer que ça tient pas debout en lui mettant sous le nez Leparmentier et Valeurs Actuelles, il se défausse en parlant "taille de la rédaction". Evidemment, c'est plus classe de dire ça que de dire "déjà que je chie dans mon froc à l'idée de dire que Soral est antisémite, je vais quand même pas dire que Valeurs Actuelles est pas fiable, alors que bon Ruffin, c'est un bolchévique, donc même si j'ai peur, je sais que Leparmentier et Valeurs Actuelles me soutiendront s'il le faut."


2) cet argument fonctionne comme une prime à la presse établie : être nombreux suppose d'avoir de l'argent. Maintenant, cet argent, il a une origine, alors posons la question : le Décodex a-t-il tenu compte, dans son évaluation de la fiabilité, de l'indépendance de la rédaction par rapport aux milieux politiques et économiques ? A-t-il prévu, à coté du bonus "rédaction nombreuse" un malus pour les média détenus par de grands industriels ?
Remarquable intervention. Elle concentre en quelques lignes une certaine dérive intellectuelle: caton est sûr d'avoir raison, il insulte systématiquement, il réduit son "adversaire" à l'insignifiance stipendiée par les capitalistes, il se lance dans des démonstrations qui n'ont aucun sens (les 300 journalistes), Il dénie à Laurent toute sincérité, toute autonomie de pensée, il lui prête des pensées qu'il n'a pas, etc. Tout son message sue le mépris de l'autre, la bonne conscience, l'agressivité. Et enfin, cerise sur le gâteau (mais là c'est personnel, je l'avoue), il renvoie sur une citation de Lordon. Bravo Caton vous entrez dans l'anthologie du forum d'AsI.
Monsieur munstead,

Nous admirons tous ici votre précision, le soin méticuleux du choix de vos mots, l'utilisation parfaite de votre ponctuation, le justesse de votre pensée, la finesse de vos propos, l'acuité de vos visions. Bref, la qualité indépassable de vos interventions.

Puis-je vous faire remarquer, une erreur qui a , si on la développe, une importance toute essentielle?
Caton ne renvoie pas à une citation de Lordon mais à un article de Lordon. Article avec plein, de mots, d'idées, long, difficile parfois, qu'il faut comprendre...

C'était donc ça. La difficulté envisagée vous a fait réduire un long texte à une citation.
Ce n'est pas grave.

Bonne journée.
@munstead

Mais vous allez finir par me lâcher la grappe, espèce de sombre connard ?

Vous comptez vraiment me traquer dès que j'écris un message dans ce forum ? Il y a un objectif dans votre stratégie consistant à me surveiller et à m'insulter personnellement dès que j'interviens dans ces forums ?


Putain mais allez jouer au ballon sur l'autoroute et camper sur une voie ferrée.

Vous comptez vraiment me traquer dès que j'écris un message dans ce forum ? Il y a un objectif dans votre stratégie consistant à me surveiller et à m'insulter personnellement dès que j'interviens dans ces forums ?


Non parce que depuis que j'ai critiqué le Gamergate il y a 2 ans et alors que je n'écris qu'un message ou deux tous les quelques mois, TOUS mes messages subissent une réponse désagréable comme celle de munstead et ces réponses viennent toujours des 3 ou 4 mêmes personnes (même si ça ne se voit pas toujours à cause des changements de pseudo et des multi-comptes) . Et toujours selon le même modèle : d'abord, on énonce mon surnom (ou parfois mon vrai nom); puis on enchaine sur une grosse attaque ad hominem de préférence sans rapport avec le sujet (et presque toujours cette attaque est une dénonciation de ma prétendue violence, de mon prétendu mépris pour autrui, de ma prétendue arrogance).
Tous mes messages ou presque (genre ici, j'ai posté deux messages donc mon "ami" n'a pas jugé utile de m'insulter deux fois) subissent une telle réponse : ce ne serait pas possible sans une surveillance active de mon compte.

Franchement, vous avez que ça à faire ? Pauvre type.
A la différence de vous, il a des arguments. Cela fait aussi un peu la différence. Vu que votre message se résume à du troll, là où le sien ouvre au débat.
Je précise n'avoir rien à voir avec ce munstead, une confusion semblant très vite arrivée.
Personne ne vous a accusé, et vous venez nier... Comment dire ?


Et donc, comme un morpion, vous ne me lâchez pas. Vous allez faire quoi ? Me pourchasser sur 50 messages ? M'envoyer des images faisant l'apologie des violences contre les femmes comme vous l'avez déjà fait ?

Allez vous pendre !


Tiens, quelques liens :

Sur les méthodes d'extrême droite quand ils envahissent un forum :http://www.midilibre.fr/2012/10/08/un-militant-repenti-balance-les-secrets-de-l-ultra-droite,574771.php
Sur le phénomène répandu de l'utilisation des multi comptes dans les forums de discussion : http://rationalwiki.org/wiki/Sockpuppet

Et je recopie mon texte :

Non parce que depuis que j'ai critiqué le Gamergate il y a 2 ans et alors que je n'écris qu'un message ou deux tous les quelques mois, TOUS mes messages subissent une réponse désagréable comme celle de munstead et ces réponses viennent toujours des 3 ou 4 mêmes personnes (même si ça ne se voit pas toujours à cause des changements de pseudo et des multi-comptes) . Et toujours selon le même modèle : d'abord, on énonce mon surnom (ou parfois mon vrai nom); puis on enchaine sur une grosse attaque ad hominem de préférence sans rapport avec le sujet (et presque toujours cette attaque est une dénonciation de ma prétendue violence, de mon prétendu mépris pour autrui, de ma prétendue arrogance).
Tous mes messages ou presque (genre ici, j'ai posté deux messages donc mon "ami" n'a pas jugé utile de m'insulter deux fois) subissent une telle réponse : ce ne serait pas possible sans une surveillance active de mon compte.


Et je répète la dernière phrase pour qu'elle se voit mieux :

ce ne serait pas possible sans une surveillance active de mon compte.
Ayant subi les mêmes envolées paranoïaques de votre part (+ celle que vous venez de refaire de vous avoir envoyé des images ce que je n'ai jamais fait comme déjà dit la dernière fois) je ne puis certes m'empêcher de me sentir visé par l'évocation de ce mystérieux personnage qui se payerait plusieurs comptes sur @si pour le plaisir de vous harceler tous les mois (bonjour l'investissement).
Sinon vous n'avez jamais considéré la possibilité que ce soit le ton, toujours assez similaire, de vos messages qui ait tendance à générer le même type de réactions désagréables de la part de plusieurs contradicteurs au fil du temps ? Parfois l'explication la plus évidente est aussi l'explication tout court.
Pour le reste, je me vois obligé de décliner quant à votre sympathique proposition d'aller me pendre, mais vous retournerai celle d'aller consulter.


A part ça par ailleurs et pour en revenir au sujet, assez d'accord avec vous en plus, sur la langue de bois / don pour le noyage de poisson de Samuel Laurent (raison secondaire de souligner que je ne suis pas munstead), si je trouve aussi qu'il était un peu victime du dispositif, comme souligné ailleurs (placé dans la position de l'autorité sur le plateau, contestée depuis le lointain internet, à qui on donnait 3 fois plus la parole qu'aux autres alors qu'il n'avait pas grand chose à dire, faut le comprendre le pauvre on aurait dit un politique dans une émission "face au public").

Enfin il aura réussi à me convaincre comme pas mal de mitigés que le Decodex qui m'apparaissait déjà comme une idée partant de bons sentiments mais pas nécessairement productive, était carrément mauvaise dès son simple concept.

Sinon vous n'avez jamais considéré la possibilité que ce soit le ton, toujours assez similaire, de vos messages qui ait tendance à générer le même type de réactions désagréables de la part de plusieurs contradicteurs au fil du temps ?


Comme si on pouvait s'attendre à ce que vous avouez...

Sinon, je poste le même genre de chose ailleurs sans que ça ne suscite l'acharnement de connards de votre espèce. Il n'y a qu'ici que j'ai de l'embrouille comme ça.

Je vous emmerde gros connard.


Pour le reste, je me vois obligé de décliner quant à votre sympathique proposition d'aller me pendre, mais vous retournerai celle d'aller consulter.


Je vous emmerde gros connard.


A part ça par ailleurs et pour en revenir au sujet, assez d'accord avec vous en plus, (...)


Et après être venu me traquer, vous faites semblant de venir discuter aimablement.

Non mais allez vous pendre.
Peut être @si a-t-il d'autres standards que ces lieux où vous postez ? Enfin votre réponse à cette non question m'intéressant fort peu, je dois dire, et vu votre refus de saisir la perche d'un retour au sujet autant que celle d'une introspection salutaire, je vais vous laisser à votre délire.
Mais je vous emmerde avec vos introspections salutaires ?

Vous vous prenez pour qui ?

Vous êtes tout le temps en train de me traquer et de me harceler dès que je viens ici mais je suis censé croire que vous êtes intéressé par mon salut ?

Vous vous prenez pour qui pour prétendre juger de ce qui me ferait du bien ?
Ce comportement qui mélange à la fois un tel niveau d'hostilité (même si elle est mal dissimulée derrière de l'obséquiosité) et une prétention à faire le bien de la personne qu'on agresse est typique d'un manipulateur pervers-narcissique.

Et non je ne souhaite pas revenir au sujet AVEC VOUS. Parce que malgré vos paroles dont l'hypocrisie est évidente, n'avez pas envie de discuter de ce sujet. Vous n'avez qu'une chose en tête, me traquer pour rendre chacune de mes interventions pénibles.

Maintenant :


FOUTEZ MOI LA PAIX
FOUTEZ MOI LA PAIX
FOUTEZ MOI LA PAIX
FOUTEZ MOI LA PAIX
FOUTEZ MOI LA PAIX
FOUTEZ MOI LA PAIX
FOUTEZ MOI LA PAIX
FOUTEZ MOI LA PAIX
FOUTEZ MOI LA PAIX
FOUTEZ MOI LA PAIX
FOUTEZ MOI LA PAIX
FOUTEZ MOI LA PAIX

FOUTEZ MOI LA PAIX

FOUTEZ MOI LA PAIX

FOUTEZ MOI LA PAIX

FOUTEZ MOI LA PAIX
Juste pour info :

Je découvre vos échanges à l'instant et je les ai signalés à la modération.
Au passage si elle pouvait regarder mes historiques et confirmer à ce personnage que je ne lui ai jamais envoyé "d'images faisant l'apologie des violences envers les femmes" (ni envers d'autres catégories de la population, ni d'images tout court, ni de message sans image), que je n'ai jamais possédé qu'un compte (avec pour seul changement de pseudo le passage d'Antoine C. à Carneade de Cyrène), et que je n'ai jamais correspondu avec munstead ou qui que ce soit dans le but d'organiser son "harcèlement", ni avec Caton hors d'échanges publics d'ailleurs (et que pour ce qui est de ceux ci je n'en avais eu aucun avec lui en 2 ans avant un épisode récent où j'ai reconnu son style agressif derrière son nouveau pseudo, alors qu'il avait initié la conversation, ce qui a déclenché sa parano quand je lui ai fait savoir et mentionné une très vieille engueulade), merci d'avance.

Je n'ai rien contre foutre la paix à l'autre zouave (pas que ça me changerait beaucoup), mais ses calomnies répétées sont un peu lourdes (en particulier ce truc des "images" qu'il me sort pour la deuxième ou troisième fois).
Je viens de fouiller mes archives et effectivement, ce n'est pas techniquement votre compte qui m'a posté des images violentes mais celui de "M le maudit".

Pour autant, la démarche de harcèlement demeure, le caractère passif-agressif c'est-à-dire hostile et hypocrite de vos remarques à mon endroit demeure.
Quel sens peut bien avoir votre intervention débile dans ce fil si ce n'est une volonté de foutre la merde ?
Quel sens ça a de venir me traiter de "caillasseur" comme vous l'avez fait il y a quelque mois sinon pour remettre à jour une vieille hostilité que vous m'aviez infligé parce que j'ai eu l'outrecuidance d'employer une métaphore semblable à celle de "combat politique" ; quel sens ça a de déterrer cet échange sinon de satasfaire une rancune recuite...


Quoiqu'il en soit, vous prétendez être décidé à me foutre la paix. Pour ma part, je n'y crois pas. Mais on verra bien.
Pour ma part j'ai du mal à croire que vous ayez envie que je vous "foute la paix" vu vos efforts pour me pousser à répondre (absence d'excuses après la reconnaissance de votre mensonge, insinuations, questions, accusations...). Mais là pas le temps, désolé.
Je vous pousse à répondre... Belle inversion des responsabilités.
Eh oui, en général, poser des questions entraine des réponses. Voir différence entre point et point d'interrogation.
Mais là bof, outre qu'autre chose à faire, flemme, surtout que pour peu que je prenne le temps de me justifier vous argumenteriez sans fin, puis présenteriez l'échange stérile qui en résulte pour du "harcèlement" lors de votre crise suivante, je commence à vous connaître.

Eh oui, en général, poser des questions entraine des réponses. Voir différence entre point et point d'interrogation.


Elles vous font surtout un bon prétexte pour continuer de m'emmerder malgré l'annonce que vous alliez arrêter. Gageons que vous auriez trouvé un prétexte quoiqu'il en soit.

Comme quoi, il n'a même pas fallu quelques heures pour prouver que vous mentiez quand vous disiez vouloir me foutre la paix. Vous êtes vraiment un pauvre type.

Eh oui, en général, poser des questions entraine des réponses. Voir différence entre point et point d'interrogation.


Accessoirement, je vous suggère cette lecture :
Question rhétorique

Peut être @si a-t-il d'autres standards que ces lieux où vous postez ?


Et non, je poste dans des endroits parfaitement bien fréquentés.

La seule différence avec ici, c'est qu'ici vous y êtes et ailleurs pas.
Et c'est infiniment mieux dit par Lordon dans son dernier article :

Charlot ministre de la vérité
C'est drôle la vidéo d'intro qui montre comment rechercher une image avec google. On dirait ma grand-mère qui explique doctement à ses copines comment utiliser internet.

Avec chrome, il suffit de faire un clic-droit/"rechercher avec google", avec firefox un glisser-déposer de l'image vers la barre de recherche google. C'est pas seulement plus rapide et plus pratique, mais surtout plus fiable.

Bon du coup, la crédibilité du reste en prend un coup (on ne parle pas non plus là de techniques de hackzors, juste de lire ce qu'il y a écrit quand on fait un clic-droit sur l'image).
J'ai pas regardé l'émission. Je crains que ce ne soit pas la peine. Le monde est irrécupérable.
Le seul vrai problème qui m'est posé est celui de trouver des media suffisamment pluralistes pour m'informer sur l'actualité. Dans les années 2000, il y avait tout un tas de petits journaux militants qui me permettait de me faire une idée de l'air du temps. Mais ces journaux ne peuvent guère durer qu'autant que l'enthousiasme de ceux qui les produisent. Il ne reste plus guère que fakir (il faut dire qu'ils ont la foi !) qui n'était qu'une partie de ce réseau : il ne s'intéresse qu'à la Picardie et du coup, on a du mal à avoir une vue d'ensemble à cette seule lecture. Je vais maintenant regarder du côté d'Olivier Berrurier et je vais retourner voir un peu Collon mais il s'agit pour eux de commenter que d'informer.
Du coup, ce serait bien qu'@si lâche un peu les media Mean Stream (en plus, je ne supporte pas la télé, à BFM, je ne risque pas de regarder) pour essayer de nous parler d'autres journaux et d'autres sites qui nous (me) permette de sortir de notre province éloignée.
D'avance merci...
Bon vent, slobodan ! Bonne continuation !
Ça ne fait que 21 minutes et j'ai déjà beaucoup de mal avec l'arrogance de Samuel Laurent...je tiens bon, je tiens bon.
A Daniel Schneidermann...
Bonjour,
Je suis enseignante en "communication" à l'IUT de Saint-Pierre de La Réunion et j'ai travaillé au premier semestre sur la question de la vérification des sources des articles qu'ils utilisent. J'aimerais faire profiter mes étudiants de cette émission: y a-t-il un moyen de la leur faire partager? Merci de votre réponse, Brigitte.
Si on commence une phrase par "sans mentir", cela annonce un mensonge. Assez intéressé qui plus est. C'est dans mon La Fontaine illustré.
Raisonnement par l'absurde , dans un imaginaire "Débourse-ex" le délit d'initié aurait donc une pastille verte , puisque c'est une Vérité mais bien sûr très peu partagée !
Je ne comprends pas trop le motif de polémique.

Un outil développé par le Monde montre sa vision de ce qu'est une information fiable.
Certains lecteurs du Monde qui considèrent encore le journal comme la référence pourront utiliser cet outil.
Ceux qui n'ont pas la même vision ne l'installeront pas.

Cet outil ne vous empêche pas d'accéder à l'information, elle pondère la véracité de ce que vous lisez, et, plus important, elle apprend à questionner l'information. Questionner l'information doit être naturel pour la plupart des Asinautes mais pas forcément pour ceux qui se contentent de Twitter, Google News et Facebook comme agrégateur d'infos.

Dans ces temps où les moteurs de recherche et réseaux sociaux ne vous présentent que ce qui vous fait plaisir et non ce qui vous informe, je pense qu'un début d'outil de ce genre va dans le bon sens.

La mise en place, le code couleur simpliste et le manque d'information sur les décisions qui ont amené à labéliser tel ou tel site sont des points qui mériteraient plus ample réflexion. Mais ils ne sont pas à la mesure du procès que vous semblez mener à cette initiative somme toute modeste.

Le decodex reste une opinion exprimée.

ASI, même s'il ne labélise pas donne son avis sur les médias, en décidant de traiter telle ou telle information, dans un sens ou l'autre.
Vous décidez de traiter ce sujet en sélectionnant les invités, réfléchissant à un conducteur, diffusant certaines images.

J'attends donc l'ASIdex qui permettra d'apporter un avis éclairant sur un article que je suis en train de lire :)
Dans la lignée de l'article d'Alain Korkos (Les anges) , une proposition non investiguée :http://www.detection-du-mensonge.com/mensonge-regard/

Approfondir... peut être: http://www.sfpsy.org/IMG/pdf/Bilan-Detection-du-mensonge-13juil2007.pdf
Samuel Laurent est d'une arrogance jamais vue. Ton insupportable, mimiques pleines de mépris quand les autres parlent, etc... Un sombre personnage
"On s'engage dans une guerre, une guerre pour se battre pour une information qui repose sur des faits, et pas n'importe quoi"
La guerre à mon avis est déjà perdue, toute une génération est en train de se s'informer (ou désinformer) sur les réseaux sociaux. Il est bien là l'enjeu, pas dans des journaux en ligne, et à fortiori papier, qu'ils ne lisent pas ou plus et qui vont avoir bien du mal et de plus en plus à l'avenir à exister.
l'information elle transite sur les facebook divers et variés au sein de communauté d'idées et de chapelles.
Pour les faire revenir ça va être un sacré boulot, peut être en commençant par arrêter de jouer les chiens de gardes et de sortir des enquêtes comme le fait Mediapart et le canard. Les articles de ces journaux, quand ils ont une vraie résonance comme l'ont été les révélations sur Cahuzac ou Fillon, sont pompés et relayés par ce canal et je pense qu'ils peuvent acquérir par ce biais une notoriété auprès de lecteurs qui peuvent alors s'y intéresser. revenir un peu au cœur de métier, enquêtes et investigations.
Pourquoi ne pas avoir parlé de l'initiative collaborative CrossCheck, dont Le Monde fait partie, et qui sortira le 27 février ? Y avait-il à ce point urgence pour ne pas attendre cette date ?
CrossCheck
Pour celles et ceux que cela intéresse, je me suis penché sur le collectif Savoirscom1 sur mon Blog de Mediapart.

https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-favier/blog/130217/promouvoir-les-communs-de-la-connaissance-avec-savoirscom1

Et je pense effectivement qu'il y a un vrai problème à ce qu'un seul média souhaite labelliser l'info... Il faut donc trouver une autre solution. Je ne vois pas pourquoi je devrais faire confiance au journal Le Monde... D'ailleurs, l'argument du journaliste du Monde sur "l'urgence" d'un tel projet est pour moi irrecevable à partir du moment où l'outil Decodex est lui-même critiquable et critiqué comme dans cet article de Reflets :

Décodex : quand Le Monde s’habille en Pravda

https://reflets.info/decodex-quand-le-monde-shabille-en-pravda/?utm_source=feedburner&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed%3A+refletsinfo+%28Reflets%29
On évoque Michelin dans cette émission. Je me permets de soulever le parallèle évident, montrant que si l'idée de départ est plutôt bonne, sa mise en pratique ne l'est pas du tout.

C'est simple, imaginons un instant la réaction du Monde si la nouvelle tombait que Michelin venait d'ouvrir un restaurant en s'attribuant immédiatement 3 étoiles sur son propre guide, quand bien même paraîtraient-elles méritées !
Je crois que le journal dénoncerait vertement une telle initiative, non ?
Leparmentier dans les pages idées...?

Impossible, il n'en a pas, je le confirme, il ne fait que répéter ce qu'on lui dit de répéter...
Leparmentier est le niveau zéro de l'idée.

La seule idée qu'il pourrait avoir serait: vais-je continuer à me laisser pousser la mèche pour ressembler à Trump?
Samuel Laurent tombe de l'armoire lorsqu'on lui dit que le Monde a une idéologie !!!!!!! Il n'a pas remarqué que le monde est pro européen, pro-atlantiste, pro mondialisation !!!!! Le pauvre, il faut qu'il s'informe......Il ne doit pas non plus lire le journal dans lequel il écrit puisqu'il affirme que Leparmantier sévit dans la page idées, ce qui est complètement faux
Le Monde se met une pastille verte... heureusement... Imaginons qu'ils se mettent en orange ou rouge, cela voudrait dire qu'ils ne sont pas fiable et que donc leur auto classification en orange ou rouge est fausse, qu'ils sont en fait en vert...

Vous me suivez ? Non ? Lordon explique mieux que moi ce paradoxe d’Epiménide :

La bas si j'y suis - Lordon

Moralité, Le Monde n'a plus le droit à l'erreur, et comme Samuel Laurent admet que tout (L)le (M)monde fait des erreurs, il y a la encore, me semble-t-il, un paradoxe.
En ce qui concerne le clonage humain par les Raëliens, rappelé par Rufin, le Monde avait bien titré sur ce thème, qui avait aussi fait l'ouverture du journal de Pujadas sur France2. Mais "l'information" n'était pas un "fake": ils disaient ... que Raël disait que... Or, n'importe quel biologiste était capable de dire que c'était pas possible. Il y avait donc là un glissement de l'information vers le "scoop à sensation", dont ces deux medias mainstream ont ensuite fait leurs choux gras avec le suivi et les démentis. Du temps de J. Fauvet, une telle "nouvelle" aurait été reléguée dans une brève en page 10. Ce type de comportement était pleinement intentionnel et augurait déjà des dérives que l'on connaît aujourd'hui.
En ce qui concerne le Decodex, si Le Monde se contentait de fournir des fiches descriptives des sites d'information, il n'y aurait pas de problème. On les croirait ou pas... Le problème est qu'ils ont la prétention de nous confisquer tout jugement personnel avec leur code couleur simpliste, qui condamne tout ce qui, à leurs yeux, relève d'une "pensée dissidente".
Une question intéressante : est ce que decodex aura une influence sur le système de lutte "contre les fake news" de facebook en France.

D'après cet article, Le Monde fera partie des 8 médias fact checkeurs qui se chargeront de vérifier les articles non fiables signalés.
Ses journalistes vérifieront ils réellement et sans a priori le moindre article viral ou se contenteront ils de décerner le label "faux" aux articles en provenance des sources "rouges" dans leur decodex ?

Ca me semble une question autrement importante que le decodex lui même, parce que quoiqu'en disent ses détracteurs le decodex n'est jamais qu'un add-on optionnel que les gens qui veulent savoir ce que Le Monde pense de leurs sources peuvent faire l'effort installer. Malgré la pub d'enfer que lui font tous ceux qui s'en plaignent je doute qu'il touche un public supérieur à un vingtième ou trentière du nombre d'utilisateurs de facebook.
Le système intégré par facebook, par contre, concernera tous ses utilisateurs et sans choix / effort à faire de leur part.
Bonne route Slobodan !
Il mes semble, après avoir regardé attentivement l’émission, que comme Fillon, Samuel Laurent n'a pas trop l'air de trop comprendre ce qui lui est reproché...
J'espère que cette remarque ne me vaudra pas une pastille rouge pour commentaire trop militant ou pire, complotiste.
Les "nouveaux chiens de grade" ont fait des petits... C'est les nouveaux chiots de garde ??
Je suis un très chaud partisan de cet outil. Juste, il faut qu'il n'y ait qu'une seule couleur. Le rouge : attention site de fakes. Terminé. Foin des raffinements.

Et c'est bien un rôle de journalistes de faire ça.

Les petits couinements appeurés de Berruyer, auxquels il ne crois pas lui ême d'ailleurs, et les dénégations de vierge effarouchée ("non mais moi, je juge pas" je laulle à gorge déployée) sont totalement périphériques. Il faut pipulariser cet outil. Qu'il devienne la marque de l'infamie pour tous les bonimenteurs du web.
Un autre Decodex, comme ça, pour voir, pour rappeler pour redire, pour situer, pour s'amuser....

https://www.legrandsoir.info/le-decodex-alternatif-mefiez-vous-des-imitations.html
Dommage, les commentaires sont bien plus enrichissants que l'émission. Même si j'adore Ruffin.
Nous avons eu droit à la pastille rouge, nous avons donc demandé à Samuel Laurent de nous indiquer une source fiable sur le 11 septembre, mais il n'a pas répondu.

Nous avons déjà montré qu'il est parfois victime de ses préjugés.
Accidentel sans doute mais...
- Samuel Laurent est sur le plateau -> il est établi, il est dans la position centrale, le puissant interpellé depuis les marges
- ses deux contradicteurs sont en vidéo-conférence -> simples citoyens loin des élites
- Ruffin en particulier, une de ses "victimes" parle depuis sa cuisine entre deux distributions de tracts -> invitation au public asinaute à s'identifier à cet homme simple et militant
- on voit s'entourer en bleu la retransmission, visiblement quand il demande la parole, que souvent DS tarde à lui donner -> ces pauvres petits médias doivent se battre pour qu'on branche leur micro (à aucun moment les invités ne s'interrompent car le dispositif semble l’empêcher, contrairement à ce qui arrive dans une émission habituelle, pourquoi alors que la vidéo-conférence ne le force pas ?)
- en prime OB, autre victime non invitée parle sur le forum et est finalement repris en article d'@si -> une quasi parabole de ces simples internautes parvenant à s'extraire de la masse pour porter la contradiction à la parole officielle, et finalement reconnus par l'exemplaire @si (qu'on pardonnera d'être l'arbitre de qui a la parole)

Sans vouloir défendre les arguments de S.Laurent qui sont on ne peut plus maigres, je trouve quand même que le dispositif de l'émission (et l'entourant/ultérieur avec l'intervention d'OB), fusse t'il accidentel, tend à le rendre encore plus antipathique.
Vous n avez aussi pas mentionne topjournaliste.com
site qui justment a quelques mesaventures avec la notation par la participation ...

http://www.topjournaliste.com/index.php

Daniel etant classe 41 eme ...
Yaves Calvi 39
Fabric Arfi 4eme
Frederic Taddei 12
Eric Zemmour 24
Laurence Ferrari 49
au passage big up à tous les journaux et sites d'informations "réputés fiables" qui ont repris sans vérification le communiqué de la préfecture de police selon lequel "des policiers avaient sauvé une petite fille des flammes" alors que c'était en fait un habitant (ce qu'il ont finalement en reconnu, en disant sans auncune gène "on savait, c'est le communiqué qui a été mal interpreté").
http://www.bondyblog.fr/201702120500/jai-sorti-cette-petite-de-la-voiture-je-ne-suis-pas-un-heros-je-veux-juste-retablir-la-verite/#.WKAxQkxPeEd
(les sites ont conrrigé depuis)
Ce genre de "fake news", sur certains médias, c'est tout les jours. C'est ce qui se passe entre autres quand on reprend systématiquement des sources policières sur des sujets qui concernent les violences policières.
Tien ASI invite Ruffin candidat à l'élection législative... Il a bien intégré le système et utilisé le système pour vouloir pantoufler à l’assemblée.
Pas eu la patience d'aller au bout de l'émission.
Démonter Le Monde est savoureux, facile et sans doute nécessaire.
Il n'en reste pas moins que les sites complotistes, propageant les idées du fascisme et de la haine continuent à caracoler en haut des fluxs d'info en ligne.
Alors on fait quoi ?
Sur ce point, rien sur @Asi. On continue à regarder le nombril du petit monde journalistico-nombrilico parisien.
Nul.
Même si l'émission était un peu brouillonne, elle a posé les bonnes questions.

A savoir que nous sommes dans un moment sans doute historique où le monopole de l'information de la presse mainstream vient d'éclater au profit des sites internet. Avec tous les soubresauts que ça comporte.
Pendant quasiment des siècles, la diffusion de l'information était soumise à des conditions matérielles et financières telles qu'elle était réservée à des gens qui avaient les moyens, capitalistes, syndicats, associations....
Désormais, chacun est susceptible de diffuser l'information quasiment gratuitement.

Et dans ce maquis de sites, c'est pratique de pouvoir s'orienter et d'éviter de passer par Breiz Atao, même en se pinçant le nez. Je trouve que le Decodex est une bonne idée en soi, mais manque de réflexion, certes... Et est marqué d'iéologie... Mais ça a le mérite d'exister..

Le problème de base est que le monopole de l'information est en train d'échapper aux médias mainstream, même si cette presse est encore suffisamment diffusée et acceptée pour avoir de l'influence (voir par exemple le cas Macron).

Et si nous sommes dans cette situation, c'est que cette presse mainstream s'est décrédibilisée depuis des années en étant eurobéate, pro libérale et en épousant les vues des politiques sans esprit critique. L'affaire Fillon est d'ailleurs symptomatique de cet état d'apathie de l'idée et du jugement : le Candidat a manifestement fauté et enfumé les journalistes de médias mainstream, les a humiliés lors d'une conférence de presse, et le résultat, c'est .... rien ! Je veux bien croire qu'il s'agit d'une gène devant tant d'impudeur, de la crainte que le FN récupère la mise, mais cette attitude scandalise le public de plus en plus et favorise d'autant plus les choix alternatifs.
où Decodex résurréctionne la Mise à l'Index papale ...
Excellente emission merci a ASI pour ces images et la pertinence des question, merci a Ruffin pour les argumants percutant dans sa contradiction et enfin merci a Mme Merzeau qui a bien sut élargir le problème.

Le journal Le Monde est devenue pitoyable. Je ne veux en dire plus j'ai peur d’être exagérément méchant.

Cette vidéo devrait pouvoir être en libre accés, je pense que ses enjeux meriteraient que l'équipe d'ASI en discute ensemble.
Ah ! ce sourire suffisant accroché au visage de celui qui cherche de la contenance auprès de sa belle montre qui lui rappelle qu'il a réussi, et du secours auprès de son alliance qu'il caresse sans cesse pour se rappeler qu'il n'est pas seul face à cette meute de contradicteurs-emmerdeurs à qui il est chargé d'expliquer qu'ils n'ont rien compris ;
ce sourire dédaigneux qui révèle la sécheresse de l'âme de celui qui l'arbore ;
ce sourire faux enfin qui, passé au décodex, serait peinturluré de rouge pour signaler une bouche ensanglantée prête à inoculer le virus de la vérité "mondiale"
ce sourire, on aimerait être là le jour où il sera ravalé

Bravo Daniel, pour le calme gardé, et qui révèle par contraste l'immaturité
ok l'outil decodex ne semble pas promis à un grand avenir. Mais il a le grand mérite d’accélérer la réflexion au sujet des outils permettant de trier l'information vérifiée et l'opinion. L'idée d'une sorte de wikipedia de l'actualité est intéressante mais comment garder la cadence infernale des informations quotidiennes : diffuser une information est quasiment instantané quand la vérification de celle-ci prend du temps et parfois des débats...
Chers journalistes d'arrêt sur images, ô notre merveilleux site préféré, pourriez-vous vous intéresser à cette affirmation de Jacques Sapir:

En fait, une observation rapide des divers sites mis en causes montre que les utilisateurs potentiels de Décodex l’utilise à l’inverse de ce que souhaitaient les journalistes du Monde. La fréquentation de ces blogs semble avoir augmenté et tout se passe comme si le lecteur considérait comme « suspect » le classement en vert qui est censé désigner la « bonne » information et recherchait les sites désignés par Décodex comme « suspects ».


Source authentiquement authentique vérifiée par huissier
le mec qui commence l'entretien par "j'ai rien contre ça" en parlant d'une Presse militante, comme s'il avait les mains (dents) blanches, comme s'il existait, surtout dans le mainstream, une Presse Neutre relatant les Faits en dehors de toute idéologie, ça laisse deviner tout le reste (que j'ai bien regardé et écouté!)
Ruffin, parfait, il aurait fallu inverser d'ailleurs le temps imparti à Ruffin et celui largement octroyé au gars du monde, ç'aurait été plus intéressant... Dommage.

Sinon, bien sûr que leur décodex et leurs leçons de morale, on s'en tape le fondement profond!!
Rien! Nul! A dégager! Sans intérêt!
Ces types s'arrogent le Droit de partir en guerre contre la connerie humaine en forme d'opinion. Et vous y croyez ?!?!
Qui es tu toi, pour me dire ce que dois lire et ce que je ne dois pas lire - ce que je dois penser et ce que je ne dois pas penser ?!
Parce qu'il s'agit exactement de ça : de la liberté de pensée!
Je veux être libre croire à n'importe quelle connerie et libre de penser n'importe quelle débilité.
NON!
En réalité, ils flippent pour leur poste, leur statut, leur pouvoir. Ils ont peur de perdre pied et de disparaitre dans la Révolution en marche.
Ils sont foutus!
Je demande une enquête de Mr Korkos : sur la photo de l'émission, Samuel Laurent ressemble à l'un des chérubins de Raphaël...

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Madone_Sixtine#/media/File:Raphael-cherubini.jpg
Beaucoup d'excellents commentaires. Décidément les lecteurs d'ASI ont une perception beaucoup plus affûtée à ce genre d'opérations.

C'est effrayant à quel point Samuel Laurent, journaliste, est incapable de comprendre le problème de leur démarche et l'extrême politisation de la vérité que cela représente. Je le crois sincère dans sa défense mais il faudrait vraiment qu'il sorte sa tête de l'idéologie dans laquelle il est enfermé, ne serait-ce que 2 minutes. J'écrivais ça dans la revue en ligne de leur décodex:

<<
Ce n'est pas tant un détecteur de site à fake news qu'un détecteur de pensée politique "divergente".

C'est justement là le problème avec ces accusations de "fake news": le Monde veut maintenant être une police de l'expression politique. Et c'est très grave car cet outil s'adresse à ceux qui ne savent pas vérifier l'information par eux-même : c'est donc sur ces personnes (la majorité) que cette outil aura le plus d'effet, créant une bulle dans lequel seules les informations politiquement acceptables (selon le Monde) sont visibles. Les journalistes qui l'ont mis au point ne s'en rendent peut-être pas compte mais c'est un fantastique outil de fabrication du consensus. En ce sens, c'est un outil fondamentalement anti-démocratique.

La meilleure façon de lutter contre les fake news c'est de lire plus de news: au bout d'un moment on sait ce qui est vrai, vraisemblable, probablement faux, et faux. Aller lire Soral, lisez le Monde, lisez Arrêts sur Images, bref lisez varié y compris des sites qui disent n'importe quoi et des sites qui commentent l'information: après quelques semaines, vous allez vite repérer les idioties et les montages et les fake news. Et vous allez aussi repérer le consensus, qui est moins impactant qu'une fake news mais beaucoup plus pervers car il empêche une vraie diversité politique de s'exprimer et que, donc, il crée lui-même ces monstres à fake news. Les fake news sont nées à cause de la pratique moderne du journalisme qui a cherché à éviscérer toute alternative politique de sa ligne éditoriale.

Et quand aux journalistes, interrogez-vous justement sur l'orientation politique des tribunes que vous rédigez : donnez à vos lecteurs des articles à orientations variées, et ils n'auront plus besoin d'aller dans les bas-fonds d'internet, entre pizzagate et bowling green, pour se satisfaire.
>>

D'ailleurs, si vous avez chrome ou firefox, je suggère d'aller lui mettre la note qu'il mérite.
Déjà cette émission me gavait grave.
Mais il y avait Ruffin.
Ruffin s'est tiré, j'ai fait de même.
Puisqu'ils veulent la guerre, à la guerre comme à la guerre ...

Je suggère de lancer un mouvement de boycott des articles du Monde sur les réseaux sociaux, ou sur le web en général.

Plus jamais de partage de leurs articles, ni sur Facebook, ni sur Tweeter.


Par contre, on dit qu'on le fait et on explique le pourquoi de ce boycott.
Je lance l'idée. Si nous sommes assez nombreux ...
Vous pouvez SVP sous titré le discours du gus sur votre plateaux !! "WOF ! WOF ! WOF !" ça veut dire quoi ?
Il me semble que la discussion révèle bien 2 des principaux problèmes posés par Decodex, mais fait l'impasse sur le 3e.

En effet, le fait que Le Monde soit juge et parti, ainsi que la prétention à l'objectivité de la part d'un journal orienté idéologiquement (comme tout organe de presse), sont deux écueils sur lesquels se fracasse lamentablement le Décodex.
Ceci étant, le principal problème posé par le Décodex, à mon sens, est qu'il prend clairement les gens pour des abrutis à qui il faudrait montrer la vérité. L'objectivité n'existe pas, il n'y a pas de vérité absolue, mais des faits vérifiables. La vérité n'est qu'un discours qu'on construit autour des faits, et elle est par nature idéologique. C'est une grave insulte qu'on fait au citoyen, à la citoyenne, quand on lui donne, comme à un enfant, sa ration de vérité toute faite et qu'on lui demande de s'en contenter. Car en tant que citoyen, ce dont nous avons besoin, c'est d'apprendre à utiliser les outils permettant de recouper nous-même les informations. Ce dont nous avons besoin, c'est de comprendre comment travaille la presse, et comment nous faire nous-même une opinion sur l'actualité. Ça demande du temps et de l'investissement personnel, bien sûr, comme toute activité politique, et si nous sommes incapables collectivement de faire ce travail, nous pouvons cesser de prétendre vivre en démocratie.
A ce titre, d'ailleurs, l'incompréhension de Samuel Laurent quand on lui demande les minutes des discussions est éloquente. Il a la prétention de juger chaque site d'information en fonction d'une prétendue fiabilité, mais ne comprend pas qu'on remette en doute, ou simplement qu'on souhaite connaître les critères et méthodes ayant permis de procéder à ce classement en différentes catégories. Il ne comprend pas que le plus important ne soit pas le résultat mais le processus, persuadé que son métier de journaliste consiste à donner aux lecteurs une information prédigérée sur lequel il n'aura pas à exercer d'esprit critique.

La pire tare du Decodex, c'est d'acter le fait que pour la populasse, exercer son esprit critique est trop fatiguant.
Pas encore vu l'émission, je m'en vais la regarder.
Mais, lisant le résumé, je tombe là-dessus. Donc, d'après M. Laurent :
"L'urgence, c'est les fake-news. L'urgence c'est les présidentielles. Vous avez vu ce qui s'est passé aux États-Unis, en Angleterre, on voit bien que c'est quelque chose qui monte de manière exponentielle, qu'il y a un vrai souci et on voulait lancer une démarche".
C'est drôle, mais ça ne rassure pas vraiment sur ses intentions, non ? Ça sonne à mes oreilles de complotiste, gavées au fausses info, comme :
"on ne va quand même pas permettre aux petits cons de cochons d'électeurs de sortir de notre sphère d'influence et de voter comme ils pourraient vouloir s'ils étaient vraiment informés correctement par les medias.".
Bien sûr, je suis une complotistophile avertie, qui trouve que c'est le comble de voir le journal Le Monde (longtemps lu comme un journal sérieux avant qu'il amorce le tournant d'un journal d'opinion qui ne dit pas son nom) redresser les torts de l'info. Après on se demande innocemment pourquoi les gens se méfient de l'info dispensée par les medias. La réponse est dans la création du "Decodex" : au lieu de faire leur mea culpa et des articles où ils tentent d'analyser les causes réelles de la désaffection vis à vis des vendeurs de malinfo comme eux, ils tentent de culpabiliser nos tentatives de trouver une information alternative, parfois maladroitement, mais pas systématiquement, ajoutant au mépris à notre égard l'aveuglement.
Bon, d'accord, maintenant je vais voir l'émission.
Un journaliste du Monde me dit: "Tous les journalistes du Monde sont des menteurs !" , il est d'origine crétoise !

...il me semble que cette mode du "fact-checking" n'est qu'une espèce de photographie du monde à un instant choisi et ne dit rien de l’interaction qui s'en suivra. Si le fact-checking peut sembler utile c'est peut être parce qu'il indique des théories possibles (mais seulement probables) de l'état futur du monde , en se basant sur le passé.

N'y aurait il donc pas un problème épistémologique dans cette prétention du "fact-checking" à vouloir s'ériger en "science" du "futur révélé" à grand coups de pastilles colorées ?
On arrive pas à plaindre Samuel Laurent qui a vécu 1h15 de dégommage, car on sent bien qu'il va s'en remettre très rapidement :)
Je suis profondément dérangé par l'aggressivité envers Samuel Laurent. La plupart des questions qui sont posées par D. Schneidermann sont légitimes et pertinentes, mais pourquoi les formuler sur un tel ton de méfiance, alors que l'objectif du Decodex est noble ? Arrêt sur Images et Samuel Laurent ont bien plus en commun que de choses qui ne les sépare. C'est une bataille de chapelle alors que tant Le Monde qu'Arrêt sur Images ont intérêt à avancer ensemble.
Pour aller dans le sens collaboratif, réflexion sur un outil au moins pour les professionnels
- ouvert à toute personne ayant la carte de journaliste pour avoir un panel des orientations de la presse professionnelle ;
- deux axes de notation, le degré de vérifiabilité et celui de neutralité, inverse du militantisme, pour la sélection orientée de l'information avec une qualification libre de celle-ci avec des mots clés.

Au niveau interface client pour les journalistes pouvant noter : sur la barre de navigation, un bouton pour donner une note globale (nom de domaine) d'exactitude et une d'orientation avec des mots clés à cliquer ou à introduire, et idem pour les articles particuliers (url complète), plus des signalements d'alerte sur des infos clairement fausses.
Si on prend une notation par palier (style dégradé rouge-vert en 10 blocs), on pourrait avoir le score moyen et l'affichage des votes par bloc pour voir là où il y a débat, par exemple, en neutralité, 50 sur le bloc 4 et 50 sur le 8, montrerait une polarisation des perceptions.

Pour l'usager, ça pourrait donner :
- pour un site à la Fdesouche 0/10 en neutralité (rouge) avec les mots clés extrême-droite, front national, fait divers, sécuritaire etc., 7/10 jaune-vert en vérifiabilité (ils font gaffe quand même)
- pour le Monde, ça pourrait donner : 5/10 en neutralité du fait de la place de l'éditorialisation (mot clé "doxa néolibérale" introduit par Ruffin...), 9/10 en exactitude et sur un article concernant la Syrie ça pourrait descendre pour les deux quand on voit celui-ci avec pour source un organisme contesté, de l'interview à distance (par Whatsapp), de la vérifiabilité faible et de la neutralité contestable quand la mise en forme reprend des éléments de langage de McCain (cf "génocide" en intertitre).

A tout le moins, si ça concernait toute la communauté des cartes de presse, on aurait un aperçu de ce qu'est le 4e pouvoir dans la manière dont sont évalués les infos.
On peut détailler tout ce qu'on veut sur les outils, la méthode, l'objectif...C'est vain !
La démarche est idiote et repose sur un présupposé inadmissible ( l'existence de l'objectivité).
Qu'il y ait des initiatives idiotes, c'est pas si grave...Mais qu'un journaliste professionnel ait si peu de recul sur ce qu'est ( et/ou ne peut pas être) une information, ça fout les jetons !
Un type qui prétend ne pas avoir d'opinions, ni d'idéologie , vouloir "expliquer le monde tel qu'il va", et s"'engager dans une guerre", moi, ça me fait peur.


Discours d'authentique fanatique religieux …
Relevé chez les décodeurs du Monde :

"On y trouve pêle-mêle un consultant en stratégie vivant aux Etats-Unis, un chercheur londonien, une télévision pakistanaise, un compte qui se revendique du réseau Anonymous… Attribuer à ces initiatives isolées la qualité de « média » semble pour le moins exagéré." (C'est moi qui graisse).

Je suppose que le Pakistan, dans la vision du Monde, est un pays obscurantiste où le journalisme ne peut pas exister.
[large]"On ne peut avoir deux maîtres à la fois, l'argent et l'information ! Ou alors on choisit un autre registre et on désinforme le public à longueur d'articles !"[/large] (Hubert Beuve Mery, fondateur du Monde)
Jamais vu un invité aussi tendu et sur la défensive ! Manifestement il n'a pas les épaules pour défendre son projet et encore moins les arguments.
Je pense que la lecture de ce billet lordonnien est utile en guise de complément, d'éclairage, de "pas de côte"... Il est de nature à "filtrer" l'émission et tout son contexte très opportunément. D'ailleurs, c'est essentiellement Olivier Berruyer qui en a fait la promotion, à plusieurs reprises, ces dernières semaine. Qu'i en soit félicité... Un grand texte.

http://blog.mondediplo.net/2016-11-22-Politique-post-verite-ou-journalisme-post
super emission avec un vrai debat contradictoire ca faisait longtemps.

Samuel Laurent est un tres mauvais communiquant (vraiment sur la defensive) mais il est aussi dans une position un peu inconfortable.....
peut etre que si la pastille orange avait ete violette ou turquoise, il n'y aurait pas eu de sujet.

Il evident que l'initiative du decodex venant d'un media mainstream , la demarche apparait forcement comme subjective et partisane. peut etre aurait il fallu s'en tenir a la pastille rouge "pas fiable" pour les sites diffusant des fausses informations et gris pour le reste.
maintenant je m'etonne de la polemique.... rien n'empeche d'autres medias de definir leur propre liste. L'initiative est louable et remplit un vide... quand je vois que meme mes proches commencent a me relayer de fauses infos twitter/facebook (que je n'ai pas) il est vraiment urgent d'eduquer.

Si vraiment nous voulons une liste relativement fiable et peu partisane il faut soit une association tiers de type 60 millions de consommateurs (usine a gaz) soit effectivement comme le propose Louise un wikipedia du fact checking. Et la une majorite du travail peut etre fait par des algos :
les antispams, anti malware , ou encore blacklists d'email reposent deja sur l heurisitique et la participation des utilisateurs (qui marquent les emails comme spam ...etc).

il y a fort a parier qu'apres avoir integre un filtre anti fishing depuis quelques annees , tous les browsers (IE/gchrome/Firefox) ou les moteurs de recherche integrerons un referencement de la fiabilite des sites et peut etre meme un fack checking dynamique.

Pour conclure , selon les criteres du decodex j'aurais mis @si en orange tout simplement car ce site est un peu militant de par les sujets qu'il choisit de couvrir ou meme l'orientation des invites recurrents qui viennent dans les emissions, il y a en general un parti pris (et je ne parle meme pas des editios / chroniques qui me donnent des boutons)
Ruffin ! J'ai les mêmes lettres sur mon frigo ! Nous sommes cuisino-compatibles ! Épouse-moi !!!

J'accepte que ce commentaire idéologiquement orienté soit classé en orange dans l'outil de référence des médias.

Mais j'attends une réponse à ma requête.
[quote=asi]Enfin "L'Agence Info Libre", site quasiment mono-sujet sur le "conflit sioniste" et qui couvre principalement des évènements organisés par l'extrême droite

Vous délirez complètement.
Monsieur Soral n'est pas antisémite comme vous l'affirmez,il est antisioniste,ne mélangez pas tout.
C'est vraiment dommage que Samuel Laurent soit tellement sur la défensive. Je comprends qu'il soit déçu que leur initiative pour aider les gens à faire le tri soit à ce point critiquée, mais c'est légitime. Surtout que je crois que personne ne remettait en cause la démarche elle même.

Mais c'est peut-être dû au dispositif de l'émission organisé en pour ou contre le Decodex (pourquoi pas d'accent ? Qu'en pense les correcteurs du monde ? :p). J'aurais préféré un débat sur l’intérêt et les moyens de combattre les informations bidons qui, avec les mêmes intervenants, aurait peut-être été plus constructif et serein.
C'est malin, du coup, à cause de cette émission, voilà que je me mets à connaître l'existence du site Breiz Atao.
Personne, apparemment, ne relève ce qui me semble une abomination : que ce contestable decodex, contestable dans la manière, dans le principe, et dans le contenu, soit livré sous forme de greffon. C'est à dire, soit naturalisé dans votre navigateur. Greffon, greffe, cela vous dit quoi ?
L'aveuglement du microscosme journalistique m'atterre. Je suis très déçu par la tournure quasi publi-reportage mollement critique de cette émission.
Je suis très déçu par le fait que personne ne soit choqué par le fait qu'on en fasse un greffon, et qu'on patine dans le débat inter-boutiques. Très déçu et en colère. C'est de l'inconscience.
Quel aveu de S Laurent:

Le monde a mis en place le décodex en vitesse à cause des élections présidentielles qui auront lieu dans 3 mois !!
(bien sur en parlant du brexit et de Trump pour envelopper le propos)

Sachant que au moins deux des propriétaires-milliardaires ont publiquement annoncé leur soutien à Macron.

CQFD: S Laurent aurait du dire: "Nous avons mis en place le décodex pour faciliter l'élection de M Macron, l'ami de mes ""chers" patrons".
On n'aurait pas un peu l'impression que cette labellisation est indéfendable, que quasi personne ne l'approuve, que ce monsieur peine à trouver un argumentaire convainquant, et qu'il le sent bien ?
Un bon ramassis de merde sur ce plateau...et merci a Ruffin d'etre dans sa cuisine !
Il n'y a que moi qui suis choqué par le "déclassement" de Wikipédia par le decodex du Monde ?
Tout le monde se plaint de la tyrannie des fausses nouvelles et du mélange des opinions avec les informations ; beaucoup d'entre nous ont peur pour la campagne présidentielle en cours : Daniel demande la transparence qu'il n'offre pas (pour lui, processus conduisant à ses choix de sujets et d'intervenants), Louise fait une proposition intéressante (un Wikipédia) pour lequel elle ne semble pas capable de citer des candidats au financement et à la réalisation et elle n'est pas tout à fait sûr que ce soit urgent ... (1) Ceux qui font quelque chose sont conspués et ceux qui critiquent sont félicités (2) Les réussites actuelles dans notre monde complexe partent de premières versions très imparfaites qui évoluent parce que la prise en charge par de nombreux utilisateurs modifie totalement l'idée de départ (l'existence précède l'essence). Merci à Samuel Laurent et bon vent.
La plupart des commentaires résument très bien ce qu'il faut penser de cette lamentable initiative de l'organe principal du parti de la presse et de l'argent.

Cependant, au-delà de la question des "faits", qui sont toujours des construits et non des donnés, et de qui va "décoder les décodeurs", et au delà du fait de prendre les gens pour des cons avec des gommettes, là où le journaliste du Monde se trahit vraiment c'est dans l'argument principal: pourquoi faire cà? pourquoi maintenant? "Parce qu'il y a urgence, avec Trump et le Brexit" (sic!).
Et on nous précise bien qu'il s'agit d'une "guerre".

Donc, sous couvert de rétablissement des "faits" et de la neutralité journalistique, ce n'est pas par amour de la vérité que ce journal met cet "outil" en place, mais de l'aveu même du journaliste, pour contrer un phénomène global de rejet de l'"établissement" dans les démocraties occidentales, mouvement global que les media mainstream nomment "populisme", et ceci en France depuis le TCE en 2005.

Donc non seulement l'intention est purement politique - ces gens là on un agenda et cherchent à infléchir l'"opinion" derrière des principes "objectifs", et sont évidemment de ce fait au moins autant engagés politiquement que Ruffin - mais en plus l'entreprise est totalement maladroite et contre productive dans l'esprit même de ses concepteurs.

Première raison: le raisonnement consiste à penser bêtement que ce mouvement global de rejet du "systême" prospère uniquement sur la base des "fake news", ce qui n'est absolument pas établi et est même peu probable. La plupart des gens sont informés par les media mainstream, ignorent les fake news et/ou ne s'y intéressent pas: les seuls intéressés au "fake news" sont ceux qui les fabriquent et/ou ont intérêt à leur diffusion - essentiellement la conspi/fachosphère, c'est-à-dire des agités ultraminoritaires.

Donc la démarche est simplement idiote, puisque ce rejet du "systême" repose sur des causes autononomes largement connues - crise des institutions, crise économique, crise de représentativité politique etc.. - qui n'ont rien à voir avec le flux continu d'informations, et ne se nourrit que très marginalement des "fake news".

Deuxième raison: en faisant apparaître de façon très maladroite une volonté de labellisation de la "vérité officielle", Le Monde fait exactement ce que disent déjà les sites de "réinformation", et ce sur quoi ils prospèrent, en donnant l'impression qu'il existe une vérité officielle qui masque en réalité une propagande mensongère, visant à défendre les intérêts du "systême" - et notamment sous sa forme antisémite la soi-disant "communauté sionniste" ou l'"empire" - et qu'on serait en plein 1984 d'Orwell.

Le fait que Le Monde avance de façon aussi offensive - en déclarant littéralement la "guerre" au fake news, dans l'"urgence" à cause de Trump et du Brexit - représente une aubaine inattendue pour ces sites.
Car ce sont donc ces mêmes sites "conspi" ou de "fake news" qui peuvent alors jubiler: "vous voyez, Le Monde tombe le masque, le "systême" veut nous pourrir, il nous déclare la "guerre", si on dérange tant c'est donc bien qu'on représente un danger parce qu'on dit la "vérité" - selon une rhétorique paranoïaque éculée - on vous le dit depuis le début, continuez à vous "réinformer" chez nous."

Pour cette deuxième raison, cette pathétique entreprise est doublement stupide: elle nourrit la paranoïa sur laquelle prospèrent les producteurs de "fake", et elle ne peut que conforter ceux qui seraient tentés -par idiotie ou par orientation idéologique, ou les deux - d'aller s'informer sur ces sites de "réinformation"/conspi/fachospère, mais qui hésitaient encore à les prendre au sérieux.
Dommage de ne pas avoir mis dans son caca le déconneur du Monde avec la citation de Barroso, qualifiée de conspirationniste mais retrouvée sur le site officiel des institutions européennes.

Cela lui aurait permis de reconnaître son erreur ( c'est à cela que l'on reconnaît un média fiable ( pastille verte )).

Mais non.
c'était vraiment pas très intéressant et plutôt mal construit comme émission.

Limite, je la classerait orange.

Mais bon, je vous aime bien et vous avez déjà fait votre travail, alors on reste en vert.

Bisous.
"Je suis désolé mais Fakir parle d'un point de vue"

Parce que ce n'est pas le cas de tous les journaux ? Je parle là hors éditoriaux (ceux identifiés, et ceux "anonymes", que le Monde a l'habitude de diffuser)

Je parle bien sur des articles de fonds. Sur l'économie. Sur la politique. Sur la politique étrangère.

A l'intérieur des articles, mais aussi par le nombre d'article par sujets. je me souviens notamment en décembre, la section politique du Monde était particulièrement intéressante. 2 candidats ont fait un séjour aux Antilles. Macron (2 jours, ou il a quand même réussi à parler d'expatriés à la Guadeloupe) et Mélenchon (3-4 jours). L'un a eu un envoyé spécial qui l'a suivi tout le long et a eu 4 articles à sa gloire (et dans la semaine au moins 2 autres articles). L'autre pas un seul mot. Je vous laisse deviner qui est qui.
en fait juste pourquoi ne pas calculer une note statistique en fonction du nombre de fausses informations publiees par rapport a la quantite de vraies? Il y a certainement un peu de cela dans le reflexion du decodex, mais le cote factuel, et matheux retirerait l'aspect du jugement.

en fait le monde aurait peut etre du faire le guide michelin
et laisser a quelqu un d autre faire le guide du routard pour les sites un peu plus recules / idees un peu moins conventionnelles

Daniel, le dailymail c est qd meme pas top ... c est pas juste a cause de 2 articles...
Samuel Laurent, le gars qui te serine pendant une heure toute sa rigueur journalistique (et surtout sans point de vue, sans "militantisme", j'en passe sur les professions de foi de pureté énumérées) qu'il revendique pour le Décodex pour finir par lâcher (vers 1:09:20) que le jugement qui est porté sur les sites est... subjectif.

Subjectif adj. Qui peut être influencé par les sentiments, les opinions ou les intérêts; partial.

Ça faisait longtemps que je n'avais pas autant hurlé à mon écran.
Cinq minutes m'ont suffit.
Bah.
J’ai trouvé l’émission intéressante et significative.
Samuel Laurent tripote son Alliance* avec anxiété.
François Ruffin l’épargne.
Je m’attendais à une défense implacable de sa part sur la dénonciation du mensonge.
Je m’attendais à une défonce de sa part du système financier qui gouverne la vie de Samuel Laurent.

Non.

Comme quoi, c’est une structure qui ne va pas. Pas les personnes maillons de cette structure.

Par cette émission, je suis assez satisfaite, d’une certaine manière : la vérité se sent, mais ne se dit pas violemment.
Samuel Laurent trouve secours au contact de son alliance.

Louise Merzeau apporte son éclairage intéressant, en particulier quand elle aborde la question de la diffusion de l’information
hors-journaux (ça me rappelle l’émission sur les rumeurs avec ???, je ne me souviens plus de son nom à cause des médicaments).

Là où je suis déçue : même pas une blagouille de Slobo le blagueur.
Au revoir François (c’est marrant, cette phrase fonctionne avec d’autres François) et bon vent ! :)
(avec les deux autres François, je dirais bon débarras. ;)

* There is a kind of compromise you are master of
Your endless gentle nudging left us polarised
It's hard to talk to enemies – and we are enemies
What we had in common makes it even worse
You're proud of being middle class (meaning upper class)
You say you're self sufficient (but you don't dig your own coal)

I think that what you're frightened of more than anything
Is knowing you need workers more than they need you
"A herd of independent minds" Chomsky got it right
You're jogging into battle waving old school ties
On lit la première ligne:
"En ces temps de fausse information et de post-vérité, il est plus nécessaire que jamais d'aider les internautes à s'orienter dans la jungle des informations en ligne"
Puis on se souvient d'avoir bookmarké ça:
https://www.thecanary.co/2017/02/09/theres-23m-fake-news-industry-uk-bbc-gives-ton-airtime/
Samuel Laurent dit qu'il n'écrit jamais que quelqu'un ment. Peut-on dire que c'est un mensonge ?
https://twitter.com/search?f=tweets&vertical=default&q=mensonge%20OR%20menteur%20OR%20ment%20OR%20mentez%20from%3Asamuellaurent&src=typd

Ho et j'oubliais : il ne dit pas que quelqu'un ment parce qu'il ne sait pas si c'est intentionnel. En revanche il arrive très bien à savoir si un média fait des erreurs involontaires ou si c'est de la manipulation volontaire.
Ça me semble tout à fait cohérent cette histoire.
A la rigueur, une extension qui pointe les sites publiant régulièrement de fausses infos.

Le souci, c'est de vouloir labéliser les "autres" sites.
Et bien : je m'attendais à un truc intéressant mais quelle déception : après 15 mn à dérouler un publireportage sur le decodex ( comment installer le plugin, comment s'en servir, vérification que le monde s'est mis un vert, que @si a aussi un vert, ouf tout va bien ...), c'est la prof qui parle.
Laissant Ruffin, qui avait prévenu qu'il devait partir (je suppose car Daniel semblait être au courant : fackcheckez si je me trompe) a à peine le temps de parler.

Et au fait, après avoir suivit la "passe d'armes" entre Berruyer et le Monde, l'avoir relayé avec la démonstration que la source servant à classer le site en rouge s'était trompé (ou avait menti), vous avez même retrouvé la vidéo, et vous ne pensez pas à poser la question sur le site Les-crises.fr et les raisons de son classement en rouge ?
Vous étiez présent lors de l'émission sur l'Ukraine quand Berruyer vous montrait ses photos il me semble ?
Le bobard de Smolar sur une révolution pacifique est toujours présent sur le Monde, vous avez oublié ? (Alors que vous avez suivi les billets de blog récents qui rappelaient cette vidéo ...)
Vous auriez aussi pu rappeler que vert orange et rouge c'est juste les couleurs des ceux qui sont totalement imprégnés dans l'inconscient : vert c'est OK, orange attention, rouge c'est non. Et donc le réflexe qui va avec ...

Et pas une question sur le classement d'Olivier Berruyer en rouge ce qui correspond presque à une forme de déchéance sociale par un déni de tout son travail qui serait qualifié de "conspirationniste" ou "propager" (comme une maladie) de "fausses informations" ?

C'est quoi cette émission, une justification du decodex avec piste d'amélioration ?
La dernière partie est un festival, Samuel Laurent explique qu'il ne va pas sourcer sa méthodologie (alors qu'il se revendique du fact-checking), au prétexte que 95% des utilisateurs de son application n'ont pas envie de réfléchir ...
"Vous avez vu ce qui s'est passé aux Etats Unis, vous avez vu ce qui s'est passé en Grande Bretagne"

Il s'est passé quoi, en Grande Bretagne ? Le Brexit ?

Non mais c'est pas vrai, il vont finir par nous dire quoi voter, chez Decodex ?

J'ai l'impression d'entendre Lenglet ou Nicolas Doze nous expliquer quelle est la bonne politique économique
Je propose de créer une extension qui nous nous informerait sur l'actionnariat - et donc l'indépendance - des sites d'info.

Evidemment, le Monde, Le Figaro et Cie seront en rouge.

Rouge écarlate.



P.-S. On dénonce toujours l'idéologie des autres. Rarement la sienne. C'est une tarte à la crème...
C'est terrible ces journaux de référence, ils se fâchent quand ils n'ont plus le monopole des infos tendancieuses !
Au delà des biais évidents, bien évidemment que c'est la pire des idées d'avoir fait ça. C'est un peu arrêt sur images version fast food, débranchez votre cerveau, on s'occupe de tout.
Pour éviter de se faire embrouiller, ya pas le choix, il faut développer un esprit critique, une sensibilité, une compréhension du monde, et s'appuyer dessus. A ce titre le boulot d'arrêt sur images va dans ce sens.
Samuel Laurent a bien révélé l'aspect volontairement condescendent et infantilisant de son outil, tout a fait révélateur par ailleurs de l'idée que se font beaucoup de journalistes des grands médias de leur métier, "nous on sait, et on va leur expliquer à ces grands benêts qui nous écoutent et qui nous lisent. Evidemment que le résultat est un gloubli-boulga forcement empreint d'idéologie (de l'idéologie de ceux qui sont persuadés de ne pas en avoir, les pires).
A la limite un décodex qui affiche qui sont les propriétaires des journaux qu'on lit, ça aurait au moins pu avoir un intérêt.
Je ne comprenais déjà pas quel mouche avait piqué l'équipe des Décodeurs. L'émission m'a confirmé dans cette idée.

Les bras m'en tombent.

Je crois que la phrase de l'émission, c'est "Fakir parle d'un certain point de vue".

Venant d'un journaliste du Journal qui a complètement milité matin midi et soir pour Balladur en 1995, ça me tue.

Le Figaro ne parle pas d'un certain point de vue ? L'Humanité ? Valeurs Actuelles ?
Oh francois rose!!!!!

Bon, moi je tiens a defendre le journaliste du monde. vraiment et c est pas ironique. En fait il a vraiment une logique par rapport au fait, presque scientifique. C est ca qui le conduit a faire ce programme. Et je pense aussi aue l action est meilleir wud l inaction. On sent la personne qui a du faire quelque chose plutot que de parler 30 minutes sur un cas general.

C est aussi, vu l'interview un, ENTP ... il faut prendre soin des ENTP, le pauvre a mis un coup de pied dans un gigantesque fourmiliere...courage. c etait vraiment la confrontation de deux visions du journalisme, en fait il n est certainement pas au bon endroit en travaillant au monde. Il devrait monter son site de factchecking sans opinion.

https://www.16personalities.com/fr/la-personnalite-entp
Très déçu par cette émission que j'attendais vraiment. On y voit Samuel Laurent essayant désespérément d'expliquer que sa démarche est principalement pragmatique, qu'elle est fondamentalement imparfaite et qui a besoin d'être améliorée, et on observe pendant une heure trois intervenants qui passent son temps à lui reprocher son initiative sans jamais montrer ou relever ses objectifs et ses intérêts.

Vraiment, c'est la définition même d'une émission à charge. C'est d'autant plus ironique que c'est justement ce qui est dénoncé en filigrane ; comment dénoncer que Le Monde, en son nom, porte un jugement sur la fiabilité d'un site internet en admettant immédiatement les limites de son système, alors qu'on n'est pas capable de remarquer que son émission elle-même est fondamentalement biaisée ?

Oui, l'outil du Monde est limité. Non, il n'est pas parfait, et peut parfois induire en erreur. Mais en tant qu'abonné, j'aurai aimé avoir un service de la part d'ASI qui s'approche de celui proposé aujourd'hui par Le Monde. À la place, j'ai une heure de vidéo d'une équipe qui se plaint qu'il y a une code couleur.

Bof.
Une émission intéressante mais sans plus, dans la mesure ou elle gratte à peine la surface d'un sujet qui mériterai un travail plus en profondeur. Je regrette en particulier que personne n'ai pensé à mentionner le travail de HoaxBuster qui est une des plus fameuses équipes de décryptage des fausses informations sur Internet depuis 17 ans (avec une organisation qui ressemble beaucoup à ce que décrit Mme. Merzeau). Leur vues auraient sans doute donné un débat plus intéressant avec plus de recule sur le sujet.

En particulier j'attire votre attention sur http://www.hoaxbuster.com/missions
J'avais écrit un gros pavé mais en fait la conclusion se suffisait à elle même.

Pourquoi ne pas simplement garder l'en tête de décodex et se débarrasser du code couleur qui ne sert qu'a faire réagir ?

L'en tête est en général plutôt honnête puisqu'elle rappelle qui sont les propriétaires et patrons du journal. Faites confiance aux lecteurs, agrémentez de quelques liens vers le parcours des Pigasses, Niel, Drahi, Dassault, etc. et on aura un outil plus cohérent.
Fakir: "Journal totalitaire dirigé d'une main de fer par François Ruffin réalisateur du film Merci Patron, faisant l'éloge du riche homme d'affaire Bernard Arnault. Le journal est régulièrement épinglé pour le mauvais traitement de ses salariés en lutte pour la simple acquisition d'un jacuzzi."

Le problème c'est que l'outil a été créé dans ce fantasme de l'ère post vérité, et la moindre des choses, s'ils croient à ce délire, serait de l'assumer et se focaliser sur les sites rouges. Ils feront leur bonne action de signalement de sites pourris qui malheureusement ne servira qu'a les cautionner (y'a qu'a voir la réponse de Sapir et des pires que lui).

ajout: En fait j'ai mieux, mettez tout en orange, ça aura un effet sympa genre "Et bah ouais faut faire gaffe à toutes les sources en fait, c'est dingue ça"
J'avoue que ce que j'ai drôlement apprécié, c'est que personne ne se soit demandé comment ça se passait DANS LA VRAIE VIE quand ces marioles classaient ton site en Rouge. C'est un expérience très intéressante quand le plus grand media mainstream essaye de t'écrabouiller vous savez... (et c'est encore mieux quand c'est à cause d'une fake news non contrôlée)

Par ailleurs au delà de cette histoire de gommettes ridicules se cache une vraie tentative de reprise en main de la liberté d'expression sur Internet (qui a une face sombre, certes) par des médias oligopolistiques discrédités.

Comme si la principale origine du problème des "fake news" ce n'était pas la perte de confiance (tout à fait méritée) du public envers ses grands médias. Vous noterez que ces points ne sont presque jamais abordés. Dans ce billet plus développé, je m'amuse à en citer quelques unes ici :

La profession devrait donc réfléchir et apporter à mon sens des réponses solides à ce genre de questions :

* de grands médias peuvent-ils être la propriété de milliardaires ? (je le mets en premier, car ça revient tout le temps, mais c'est un problème très accessoire, cela se saurait si ça se passait mieux sur la radio publique...)
* un journal comme le Monde est-il une société classique, ou exerce-t-il une mission de service public ? Quelles conséquences dans ce second cas ?
doit-il y avoir une partie "Du pouvoir informatif" dans la Constitution, l'organisant ? (étrange qu'on oublie toujours ce pouvoir fondamental - Montesquieu ne pouvait pas le décrire à l'époque...)
* un grand média peut-il être une société a but lucratif ?
* les journalistes doivent-ils être soumis à une charte éthique obligatoire, et sanctionnés en cas de non-respect ? (sanctions professionnelles bien sûr, pas par la justice... Genre blâme voire perte de la carte de presse)
* faut-il distinguer clairement la mission visant à rapporter les faits, relevant d'un journaliste (profession garantie par une carte de presse), de celle de l'opinion, relevant d'un éditorialiste (sans carte de presse, on ne mélange pas les genres, on ne mélange pas la communication des faits -régulée- de l'opinion -libre-) ?
* un particulier doit-il pouvoir se plaindre s'il estime qu'un journaliste n'a pas respecté la charte éthique ?
* une structure éthique externe doit-elle pouvoir veiller aux pratiques d'un média, au respect de la bonne présentation des faits principaux, et au respect d'un pluralisme minimal - surtout s'il bénéficie de subventions publiques ?
* un grand média, subventionné, peut-il choisir comme bon lui semble les experts auxquels il fait appel ? (c'est à dire peut-il refuser, à la longue, que certains experts de qualité interviennent chez lui ?) Le public devrait-il pouvoir se plaindre du manque de pluralisme dans le choix desdits experts ?

Je n'ai pas les réponses ; tout au plus un avis, mais c'est aux journalistes de répondre les premiers...

et que je développe dans cette vidéo. Je serais heureux d'avoir votre vision - merci d'avance !

Amitiés

Olivier Berruyer
Victime collatérale de la guerre
Rapidement, Samuel Laurent, insupportable !
Ca commence bien : "comment aider les internautes à s'y retrouver dans la jungle…"

Et si les internautes aidaient plutôt les journalistes à s'y retrouver ?

Les plus largués ne sont pas ceux qu'on croit !
Une chose m'intrigue sur le projet Decodex : tous les sites d'information défendent des opinions politiques. Le Figaro est à droite, Libé est à gauche, @SI est plutôt placé à gauche également. Tous les sites d’information sont politisés. À partir de quand peut-on parler d'opinion ? Être placé politiquement ne signifie pas qu'un journal ne soit pas une source fiable, sinon aucun journal ne remplirait ce critère.
ces braves gens proposent comme outil de vérification des informations.... vous avez deviné ?
GOOGLE, bien sûr.
qui diffuse ces fausses infos...................
vive internet !
vivent les "vrais" journalistes (Le monde a publié combien d'informations non vérifiées, déjà ?????????)
merci d'avoir tenté cette une confrontation qui promet,
qui est bien dans le ton de la dichotomie actuelle entre 2 visions de la gauche
Emission en cours de téléchargement.
Mais, rien qu'à lire la présentation, on craint pour ce Samuel Laurent qui s'est donné pour mission d'aller faire la guerre aux fausses informations.
Il a vu Jeanne d'Arc, le gars?
Ou il est contaminé par sa rédaction, qui a encouragé toutes les guerres récentes faites au nom [s]du Bien[/s] de l'OTAN et des Droits de l'Homme?
Pas encore vu l'émission mais rien qu'a voir les invités je paris sur une heure de cacophonie sans intérêt. Les objectifs et les positions de chacun semblent bien trop divergents pour qu'il y est débat.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.