259
Commentaires

Nupes : radiographie d'une panique éditoriale

L'accord historique d'union de la gauche a été accueilli dans les grands médias par une vague d'éditoriaux apocalyptiques. On reproche au Parti socialiste d'avoir "trahi ses valeurs" en s'alliant à La France Insoumise ; à Jean-Luc Mélenchon, d'être un "autre Le Pen", un "Chavez", un "bolivarien" ; aux électeurs de gauche, de "vouloir gagner". Analyse d'une panique médiatique qui en dit long... sur la droite.

Commentaires préférés des abonnés

Ce que je trouve significatif, et assez emblématique des opinions conservatrices en général (et pas seulement en France), c'est la propension de beaucoup de ces commentateurs à vouloir faire croire (et croire tout court, d'ailleurs) que la majorité d(...)

Excellent article. C'est presque réconfortant de voir tous ces droitards commençaient à paniquer. 

Sébastien Fontenelle résume bien la situation en comparant le programme de Mitterrand en 1981 et celui de la Nupes aujourd'hui.

La classe dominante (...)

Manipulateur,

Narcissique,

Menteur,

Goût pour l'argent et les dictateurs,

L'autre Le Pen...


LA VERITE SUR M. MACRON




Derniers commentaires

La une du Point placardé en CINQ exemplaires devant ma petite presse de quartier, pouah !

quand-même les leaders de la France Insoumise utilise souvent un langage populiste, surtout des solutions simplistes et au fond peu expliquées  :  ( exemple: blocage des prix a la consommation ;  sans trop expliquer et tenir compte des répercussions qui peuvent conduire a une hausse des importations souvent plus compétitives en matières de coûts (=perte d emploi ici) ou alors doit-on fermer les frontières aux produits etrangers ?)


(Puis autre exemple  arrêt immediat des elevage intensif ; donc c est ok ; mais est ce que les militants LFI ne vont pas eux aussi se restaurer parfois au KFC ou au burger king (qui ont des repas issus de ce genre delevage); ou alors doit-on interdire ce genre de food donc interdire les KFC et les Mac Do en FRance? )

L'article est très bien fait et je trouve qu'il se suffit à lui-même...



Voir tant de commentaires qui donnent d'autres et nouveaux exemples...

avec en plus des beurk liens touiiteur


est à mon sens totalement contre productif.


Ça mobilise une indignation de surface,  pendant ce temps des enjeux plus graves se nouent.

Pur hasard si la droite et les gouvernants (de l'ombre et de la lumière) laissent faire?

Les réactions exacerbées à ces inepties sont peut-être exploitables....


Je trouve que les liens touiiter devraient être impossibles dans les commentaires...

On ne peut plus poster des photos de fleurs ou d'arbres, mais des vidéos venant de Touit si...


Etrange, non?

Tiens encore une, in extenso, philippe val sur radiobolloré : 

https://mobile.twitter.com/realmarcel1/status/1525172095583457280




Et une autre gratinée aussi, catherine nay, sur la même radio :

https://m.youtube.com/watch?v=VEl5pAGqe-E


Paniques mises bout à bout par caisses de grève 

Hallucinant :

https://mobile.twitter.com/caissesdegreve/status/1525216019970662402

(clic droit ou ci-dessous)



Dire que les gens qui ont la télé s'avalent ça à longueur de journée, c'est désespérant. 

Mais après je préfère espérer que de moins en moins de gens regardent la télé et ont d'autres sources d'information (à part les vieux à la campagne malheureusement) 


On pourrait s'étonner que la droite se mêle ainsi des alliances à gauche, mais en fait, c'est tout à fait logique. Le sens de ces indignations est simple. A droite, on considère le PS et même le PCF comme conquis. Des partis qui défendent désormais l'idéologie néolibérale, objectivement des alliés de LR, LREM et du RN pour développer le désespoir des populations et l'idée qu'il n'y a pas d'alternative (TM). Le fait que ça puisse être contesté est considéré comme une trahison !


En réalité, la trahison n'est pas que ces partis se réclamant de gauche cessent de défendre le néolibéralisme, mais qu'ils l'aient jamais fait (bon, j'ai encore des doutes sur la sincérité de leurs engagements) !

Le Point.

Franz-Olivier Giesbert est l'une des personnes visées par Les Nouveaux chiens de garde, un documentaire français sorti en janvier 2012 qui explore la collusion entre les médias français et le pouvoir politique français31


Vous vous souvenez des unes de Giesbert,avec des femmes voilées,,et les hommes en djellabas,en couvertures,il y quelques années.

Apparemment son successeur est de même style.


JF Khan et consorts,ils, elles sont des boomers et en plus has-beens.  :-)


en attendant, certains sondages donnent LREM gagnant de l'élection à venir...

par exemple : https://lemediascope.fr/sondage-legislatives-macron-loin-devant-melenchon-et-nupes-devrait-conserver-sa-majorite/


(je suis tombée par hasard sur ce lien, je ne connais pas l'orientation du site)

J'ai du mal à comprendre pourquoi il n'est pas possible de lire les commentaires en entier ! Je m'en fiche des "commentaires préférés des abonnés" ! Madame Bock, vous n'êtes pas concernée, mais c'est particulièrement pénible de n'avoir qu'une partie d'un commentaire, même si il a été "approuvé" une multitude de fois !

Et je redis : je m'en fiche des commentaires préférés !

Il y a eu un commentaire ? Qu'il soit affiché en entier.
Il y a eu un ou plusieurs commentaires à ce commentaire ? Qu'ils soient affichés à ce commentaire. Et si je n'ai pas envie de lire les commentaires qui suivent le premier commentaire, je veux passer au commentaire suivant !

En outre, qu'est-ce que sont les "commentaires préférés des abonnés" ? Existe-t-il des "commentaires "préférés ou non" des non abonnés" ?

D'évidence, il y a une grosse lacune informatique sur ce point.


PS : j'ai beaucoup aimé et apprécié votre article.

NUPES : NIÈME USURPATION POLITICIENNE DE L'EXIGENCE SOLIDAIRE ?


Que la politique ne soit jamais qu'usurpation par l' une ou l'autre de deux groupes (gauche et droite) de factions du destin collectif, cela ne devrait plus être ignoré depuis Rousseau et l'expérience de la Révolution française. Le guillotinement de Robespierre et Saint-Just en atteste la vérité-laquelle n'a pas de clients mais des martyrs seulement, ainsi que Montesquieu sut le dire. 


Faut-il dans ces conditions s'impliquer: pas autrement que machiavelliennement (ce qui ne veut pas dire de manière machiavélique), mais tout de même effectivement dans ces aventures, c'est ce que veut dire le point d'interrogation qui s'impose en la présente occurrence. Car, par la plus constante providence, les factions se heurtent toujours à immensément plus fort qu'elles: la bonté qui, certes moyennant souffrances (jusqu'aux plus atroces) atteste de ce que la dignité du genre humain ne saurait jamais en ces occurrences que l'emporter.

Les bavards de plateaux jouent leur rôle de chiens de garde du système. 

Ils sont tellement coulés dans le moule liberal qu'lls sont incapables de penser autrement

Ce matin face à Daniel Cohen,  Martichoux découvrait qu'il n'y avait selon le COR aucun problème pour le financement des retraites et sur LCP avec Brigitte Boucher, elle ne comprenait pas qu'en mettant la retraite à 40ans avec 40 annuités au lieu de 62 ans et 42 annuités et 3 mois sans decote ne pouvait avoir comme conséquence une diminution des retraites !!!!!

En 1981 certains pris de panique sont partis en Afrique...

Ouest-France (theoriquement neutre, les masques tombent...) également fait feux de tout bois contre la Nupes. j'ai notamment bien aimé un article qui titrait "Face à une gauche désaccordée, la majorité présidentielle joue les favoris pour les élections législatives". Quand ils s'unissent pas, ils sont désunis, et quand ils s'unissent, ils sont  désaccordés. Pile je gagne, face tu perds.

Sujet Bac 2022 spé SES - jeudi 12 mai

Sujet B

Première partie : Mobilisation des connaissances (10 points)

Question 1 (4 points)

À l’aide de deux arguments, montrez que le travail est source d’intégration sociale.

Question 2 (3 points)

À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance.

Question 3 (3 points)

À l’aide d’un exemple, vous montrerez que l’action des pouvoirs publics en faveur de la justice sociale peut produire des effets pervers.


Cool les sujets non ?


.-)

Je propose de décerner une palme aux plus savoureux moments de cette Grande Panique.


Et de nominer Philippe Val, faisant un cours d'ouverture d'esprit à l'électorat de LFI "radicalisé", un fabuleux mix de "eh les gars vous oubliez que vos intérêts de bourgeois ou quoi !?" et de "ils ne sont pas d'accord avec ma caricature totale de leurs idées donc pas ouverts d'esprits donc je les bloque".


Au passage, et suite au récent sondage sur la sociologie des abonnés d'ASI, il serait appréciable que les deux qui sont allés diner avec lui se dénoncent. ;)

Bon article en effet qui permet d'avoir un panorama de ces façonneurs de la pensée générale, ces engendreurs de panique


Ils ont cru que leur Emmanuel, ou éventuellement leur fille à Le Pen, allait balayer tous ces obstacles par le simple jeu arithmétique

et faire un empereur d'un minable président élu par défaut et paradant au Champs de Mars avec quelques enfants tirés de l'Institution Ste Clotilde ou autre, cet Emmanuel tapotant la joue de ses obligés comme on tapote la tête d'un chien rapportant la baballe

tous ces analystes et experts politiques de mierda s'étouffent de rage


Mais surtout, ne pas baisser la garde, ils peuvent éveiller chez beaucoup la terreur

Il faut garder le front haut et uni et répondre systématiquement aux émois qu'ils font naître par une description des véritables risques encourus avec Emmanuel, le Thatcher nouveau

Avec toutes ces pénuries de céréales, on aura jamais assez de pop-corn pour tenir jusqu'aux législatives.

En tout cas, voir tous ces bourgeois rager en choeur, c'est bon signe :) !

On a les mêmes dans les commentaires d'ASi. Dégoutés par le refus des alliances pour être ensuite autopersuadé que l'alliance est un ferment de défaites. 

Cette mauvaise foi fait est beaucoup plus facile à mettre en exergue désormais.

À propos de la Une du Point que l'on peut voir dans cet article, rendons hommage à ce photojournaliste qui n'accepte pas qu'un torchon utilise son travail à des fins crapoteuses et qui ose le dire. Cracher dans la soupe se justifie quand elle est dégueulasse.

Merci pour le rappel du programme commun et, encore avant, pour le dessin d'Escaro (du CE) reparu grâce à "Là Bas...

la droite a peur, .... et bien cela me donne de l espoir, j espère au moins un.e  "NUPES", dans mon département.

Que de bêtise révélée par leur panique morale...


Une victoire de l'union menée par le chef des insoumis Jean-Luc Mélenchon peut "transformer l'Assemblée nationale en ZAD avec les défenseurs des black blocs, des burkinis"

En effet, l'assemblée nationale est une zone à défendre.


"Léon Blum n'est pas quelqu'un qui pourrait se retrouver dans l'accord d'aujourd'hui." 

Je hais les gens qui décident de ce que les morts feraient aujourd'hui. Que les gens de droite qui invoquent de Gaulle à tout bout de champ pour se donner une consistance morale se posent d'abord la questiond e ce que le Général aurait pensé du capitalisme financiarisé des rentiers.


J'ai toujours vu Faure comme quelqu'un de faible, qui louvoie et essaie de contenter tout le monde, pour faire tenir ensemble des gens qui n'ont rien à faire ensemble, et j'ai toujours eu un fond de sympathie pour lui. Aujourd'hui la bourgeoisie de droite l'accuse de faiblesse, je crois au contraire qu'il fait pour une fois preuve de force.


Ce qui m'attriste, c'est que l'hégémonie culturelle est telle que le périmètre des oppositions, qu'elles soient politiques, littéraires, philosophiques, est particulièrement restreint. Et les extrêmes au sein de ce périmètre sont tièdes, très tièdes. Aucun débat sérieux sur la refondation de nos libertés en relation avec la préservation de la vie. Aucun débat sérieux sur la refondation de l'égalité en relation avec la transmission.

Manipulateur,

Narcissique,

Menteur,

Goût pour l'argent et les dictateurs,

L'autre Le Pen...


LA VERITE SUR M. MACRON




De l'intérêt des réunions non mixtes... imaginez s'il on avait demandé l'avis de droitards pendant la réunion!

bon article d'ASI ! mais néanmoins quelque chose me gêne.


en gros, ce que se prend LFI actuellement est pareil que ce qu'a pris le RN entre les 2 tours de la présidentielle ; de la prévision d'apocalypse, de menace de chavisme (pour LFI) ou de hitlérisme (pour le RN), d'agitation d'épouvantails dans tous les sens.


je trouve cocasse que LFI se prenne dans la tête une menace des castors, de la même façon que eux-mêmes ont joué les castors face au RN. ce n'est qu'un retour de bâton.

Un point positif, avec les propos de MLP et Bardella, en plus des auto sabordages de cette première dans ses deux débats présidentiels, c'est qu'il va devenir de plus en plus difficile au RN de continuer à nier être une opposition contrôlée.

Aller, j'y vais moi aussi de mon petit pari: Il se pourrait bien que, s'il y a une influence des médias dits main stream sur ce que pensent les gens, elle soit inverse à leurs attentes. ça devient tellement gros et tellement à vomir, ils se sont déjà tellement montré sous leur vrai jour pendant les gilets jaunes (la plèbe, c'est sale) que les prolos, bien plus malins que ces débiles de cour, ont compris la direction que cette boussole indique: le sud.


Et tant qu'à parier autant le faire un vendredi 13 :-)

C'est toujours un plaisir de voir la gauche susciter une telle panique. La dernière d'une telle ampleur dont je me souvienne* c'était lors (et au sortir) des grèves de 1995, où une coalition de la chiennerie de garde allant de certaines plumes de Libération à la presse officiellement droitière rivalisait d'audace dans la dénonciation des syndicalistes irresponsables rançonnant le pays, non sans s'inquiéter aussi de la domination d'un ex-trotskyste (déjà) sur la future gauche plurielle dont les sombres desseins de "soviétisation du pays" (Jean d'O., Giesbert ou autre du style je sais plus) pouvaient se cacher derrière cette volonté de le paralyser.


(* enfin dans la catégorie mouvements sociaux il y a eu celle relative aux gilets jaunes d'encore plus grosse, mais moins reliée à la gauche en particulier, juste à la terreur que le peuple inspire au bloc bourgeois)

Le plus comique, si l'on peut dire, c'est qu'il y a 6 mois, les mêmes reprochaient à LFI  de refuser l'union de la gauche...

Le 20 Mai date limite du dépôt des candidatures il sera possible de savoir  jusqu'à quel point l'accord de l'union à gauche est une réalité .


Dans combien de circonscriptions le candidat de l'union n'aura pas de candidat "dissident" (c'est-à-dire désigné  par les militants locaux ) en face de lui ?


Et plus précisément, dans combien de circonscriptions gagnables le candidat de l'union de la gauche  sera-t-il  le seul candidat de la gauche ? 


Pour l'heure, si on prend par exemple la circonscription de Vénissieux non seulement la maire PCF Michèle Picard déclare se présenter, mais le secrétaire de la section PS Lofti ben Khelifa  est également candidat .


En Dordogne le PS présente des candidats dans toutes les circonscriptions . 


On compte sur les journalistes pour faire un état exhaustif de la situation  vendredi prochain ...







Donc, après les castors de gauche, on envoie les castors de droite. 

J'ai du mal à comprendre que cette outrance caricaturale martelée dans les médias arrive à convaincre au point d'être reprise mot pour mot par tous ceux qui n'ont aucun argument à avancer. Il y a réellement un déficit d'intelligence chez les droitards. Ils procèdent par éléments de langage et slogans coupant de ce fait toute possibilité de débat. Comme si tout ce qu'ils énonçaient relevait tellement de l'évidence qu'il n'était même pas nécessaire d'en discuter. Les médias à leur botte leur emboîtent évidemment le pas. Pas un journaliste pour leur demander s'ils pensent vraiment ce qu'ils disent.

J'ai aussi du mal à comprendre pourquoi la gauche ne rend pas coup pour coup. On dirait un punchingball qui encaisse tout sans réagir. On traîne Mélenchon et d'autres dans la boue, usant de la caricature la plus insultante, sans que personne ne moufte. Au bout d'un moment, il faut peut-être se demander si les arguments qui font confiance à l'intelligence sont suffisants. J'ai le sentiment que le vote obéit plus à des critères émotifs que rationnels.  

Je pense que Apathie et Cie,comme certain-e-s les jeunes Mitterandistes de l'époque,sont devenus des petit-e-s bourgeois-e-s ,confortables dans leurs assises sociales.


Leurs enfants et petits enfants ont grâce à eux ou elles la carte" Gold".


La lutte des classes qui a été oubliée par ceux-ci, leur arrive comme un boomerang en pleine figure.

Ce matin Thomas Legrand raconte que la NUPES c'est de la daubeet après l'édito regards complices entre Legrand et Seux , et depuis le début de l'alliance c'est comme ça .Ce que je ne comprends ^pas , c'est que la NUPOES ne peut pas gagner d'après ces tristes sirs , du coup ils parlent pour parler , ça ressemble beaucoup a 2005 , au Brexit , ça va s'accélérer avec de mauvais sondages . Allez les gens , on leur fait faire dans leurs couches !

Deux petites précisions . En 1972 ,l' UE n'existait pas , c'était la CEE , beaucoup moins intégrée et qui allait passer de six à neuf  en 1973. De plus ,le PC était à 20 %  , l' union de la gauche n'était possible qu' avec l'union des trois partis de gauche . Mais en fin de compte Mitterrand  avait compris que c'était le PS et son électorat  qui étaient  en progression  ,alors que le PC était en déclin  (, l'analyse du totalitarisme soviétique, le Goulag) . Mitterrand avait un programme assez à gauche  , en partie appliqué ( nationalisations ,lois Auroux) .

Nan mais faut arrêter, là... On sait bien où elle est, la vraie gauche qu'appellent de leurs voeux les Fourest, Valls, Cambadélis, Apathie et autres : la vraie gauche, c'est LREM, LR, le Rn et bientôt Reconquête. Franchement, il suffit de regarder les choses avec un peu d'objectivité pour constater que le PS de Faure n'est en effet pas compatible avec cette vraie gauche-là. Eh ben je crois bien que je vais la leur laisser, cette vraie gauche-là, il en feront bien ce qu'ils voudront.

Mention spéciale à Apathie qui s'étonne de la couleuvre avalée par le PS s'agissant de l'abrogation de la loi El Khomri... mais qui, de mémoire, n'avait pas vraiment perçu que la voter revenait carrément à avaler un boa !


Cet accord, ça sert juste à limiter un peu la casse aux législatives. Et c'est tant mieux, la gauche est suffisamment mal comme ça. Mais Mélenchon ne sera pas premier ministre. D'ailleurs, le fait qu'il ne soit pas candidat montre bien que lui même n'y croit pas, il se prépare doucement à se retirer de la vie politique (et c'est tant mieux).



C'est bien de titrer sur la "panique" des éditocrates, encore faut-il être lucide sur ce qui se passe vraiment.

Lol, chacun voit midi à sa porte. Au contraire si Mélenchon ne se présente pas c'est qu'il envisage sérieusement d'être 1er ministre, et plus important : qu'il va servir de porte parole a plein temps plutôt que de devoir gérer l'élection d'une circo.

Et vous pouvez dire que vous êtes contre, mais ne faites pas semblant de pouvoir prédire un phénomène macro-social aussi complexe qu'une élection législative avec un rapport de force électoral inédit, merci d'avance !

Dans les démocraties parlementaires, ceux qui prétendent au poste de chef du gouvernement sont candidats aux législatives, c'est une question de légitimité. 


Melenchon, qui pretend pourtant vouloir faire une 6ème république parlementaire, ne se plie pas à cet usage, et je vous en ai donné la raison. Il sait bien que la gauche ne va pas gagner cette élection. 


Et oui, on peut prédire le résultats des élections législatives, comme de toute autre élection, avec une assez bonne probabilité. Les surprises électorales sont rares. 

Jean Castex et Villepin n'ont jamais été députés, Raymond Barre ne l'était pas quand nommé PM, et sans doute d'autres, et je n'ai jamais entendu dire qu'ils n'étaient pas "légitimes".


Enfin la tradition que vous défendez veut que seule la gauche soit accusée de ne pas l'être, mais que ses dirigeants soient élus ou pas.


Vous faites un homme de paille. 


Je dis juste que Melenchon sait bien que la gauche ne va pas gagner, et que s'il pensait vraiment avoir une chance, il se présenterait à l'élection. Il prépare simplement sa retraite, et utilise "melenchon 1er ministre" simplement pour mobiliser la gauche et limiter l'ampleur de la défaite. 


Dans les démocraties parlementaires, ceux qui prétendent au poste de chef du gouvernement sont candidats aux législatives, c'est une question de légitimité. 


Ce usage auquel il faudrait se plier est écrit où?



Le président doit nommer un représentant issu de la majorité parlementaire, en général le chef du parti ayant obtenu le plus de voix aux législatives.


Si ce parti est la NUPES, ce sera son président, non?

Candidat ou pas...de toutes façons si tel est le cas il devrait abandonner son poste de député.


Au contraire c'est parce qu'il y croit qu'il ne se présente pas aux législatives.


Cet usage n'existe pas en France, mais il existe dans les démocraties parlementaires, régime que Melenchon prétend défendre. 

Ôtez-moi d'un doute...


Les prochaines élections ont lieu où et sous quel régime?

J'ai un énorme doute : Boris Johnson n'était pas député, ni, pour autant que je sache, candidat quand il est devenu Premier Ministre, il était juste le chef (élu) de son parti. Mette Frederiksen, Matt Rude, Jonas Garh Store, Magdalena Andersson étaient dans le même cas, me semble-t-il. En tous cas, aucun ne doit son poste au fait d'être député, mais à celui d'être le chef du parti ayant remporté le plus de sièges aux élections législatives.


Alphane a tout à fait raison : ce n'est ni l'usage, ni la loi, pas plus en France qu'ailleurs, comme d'ailleurs le prouvent les premiers ministres cités par Carnéade de Cyrène.

Merci.


En fait ce qu'affirme TLG est doublement inexact.


Dans un régime strictement parlementaire (le régime français est semi-présidentiel) , le chef du gouvernement (dit premier ministre ou chancelier) est bien élu par des députés, même s'il ne l'est pas lui-même.


Il n'est pas comme en France nommé par le président.

Boris Johnson est député depuis 2015, réélu en 2017 et 2019 (cf Wikipedia). 


Pour les autres, je les connais moins. Mette frederiksen à été députée, Magdalena Anderson aussi, pour les deux autres je n'ai pas trouvé d'infos. 


Donc ça semble confirmer ce que je disais, non ? 

Bien   répondu . Cela me paraissait étrange que dans un régime aussi parlementaire  que le régime britannique ,le chef de la majorité ne fût pas député.  Pour le reste ,je partage votre analyse modérée . La logique de la Vème République  renforcée par le quinquennat   conduit à une forte probabilité de succès du ou des partis qui soutiennent le Président .

Pour le reste , l'image caricaturale de Nupes , je pense que cela a plus  à voir avec la logique des médias qu'avec autre chose.La fin de la Présidentielle a  certainement fait retomber l'audience. Il faut essayer  ( je dis bien essayer ) de la relancer en créant  des débats . C'est comme dans une série  policière  ou un roman policier .  Pour que ce soit réussi , il  faut que le " méchant " soit très menaçant ......

on pourrait esperer un peu de cohérence avec l'entre deux tours quoi... y'a deux méchants, pour la macronie et sa clique, faudrait-il rappeller. sauf qu'il y en a un qu'on caresse dans le sens du poil avant le premier tour, et l'autre avant le second. et il serait bon qu'on arrive a inverser le mouvement... c'est de ca que notre union peut nous rendre capables. a condition bien sur que les résultats suivent...

Exact (mea culpa) pour Boris Johnson. Il semble d'ailleurs qu'au Royaume-Uni, ce soit quasiment une obligation, le premier ministre étant le chef du parti, et le chef du parti choisi parmi les élus. Quasiment, parce qu'il y a des exceptions : six premiers ministres britanniques ont été désignés par la reine avant d'être confrontés aux électeurs (source). Que les autres aient pu être députés est sans importance, si vous soutenez qu'il faut l'être pour devenir premier ministre. Ça voudrait donc dire que quelqu'un qui n'est pas ou n'est plus député ne pourrait occuper la fonction de premier ministre, ce que les cas de Castex, Barre, Villepin invalident (mais la France n'est pas un régime parlementaire).


À noter tout de même qu'au Royaume-Uni, où c'est typiquement le chef du parti qui a remporté les élections législatives qui devient premier ministre


Donc, pas de confirmation.


Vous pouvez, bien sûr, considérer que ce devrait être une exigence que le premier ministre d'un régime parlementaire soit choisi parmi les parlementaires. C'est un choix qui se défend.

Le Royaume Uni est une monarchie parlementaire c'est encore autre chose!

Après étude, non, finalement ça ne change rien à la dimension parlementaire.


Quoi qu'il en soit, il n'est notifié nulle part constitutionnellement qu'il faille être parlementaire pour devenir premier ministre en régime parlementaire.


En régime semi-présidentiel la question ne se pose même pas.


Donc elle ne se pose pas pour juin 2022 en France.


Par contre en cas de cohabitation, le régime redevient parlementaire en quelque sorte....


Je trouve bien plus correct de s'effacer devant un autre candidat, par respect pour les électeurs locaux.




"Par contre en cas de cohabitation, le régime redevient parlementaire en quelque sorte....  ".  Vous avez partiellement raison  ,mais pas totalement . De Gaulle a voulu un pouvoir présidentiel puissant et le Président conserve de vastes pouvoirs : assurer la continuité des instituions , chef des armées , droit de dissolution ., signer les ordonnances .Pendant la cohabitation de 1986- 1988 ,  Mitterrand a mis plein de bâtons  dans les roues  de Chirac . Et , retour à l'envoyeur ,Chirac, a mis des bâtons dans les roues de Jospin entre 1997  et 2002. Pierre  Moscovici  raconte des anecdotes très drôles à ce sujet . Au début de la cohabitation , Chirac était très sympa( Eh oui  ,il pouvait être sympa et attentif)  avec avec les ministres ( il avait proposé un pull ou une chemise à Moscovici parce qu'il faisait froid dans l'avion) , et à l'approche de l'élection de 2002 ,il était devenu beaucoup moins sympa.


De toute façon ,la cohabitation  est une  perversion de la logique de la Vème  République fondée sur  le lien entre le peuple et le Président .  Si le parti opposé au Président gagne les élections ,en bonne logique Vème République ,il devrait démissionner.

Vous n'avez trouvé que 6 exceptions en 350 ans de monarchie parlementaire britannique ? Ca confirme bien la tradition dont je parlais !


Et ne déformez pas mes propos, je n'ai pas dit qu'il était obligatoire d'être élu député pour devenir 1er ministre, j'ai juste dit que la tradition veut que celui qui prétend à se titre se présente aux élections législatives, car c'est une question de légitimité (pas de légalité). 


Bref, pour en revenir au sujet initial, Mélenchon ne cherche pas à devenir 1er ministre, il fait un dernier tour de piste avant de prendre sa retraite. Ce qui me convient tout à fait.

Vous, vous n'avez pas lu l'article source ! Il s'agit de six exceptions sur les quatorze premiers ministres depuis 1945. Il y en a eu d'autres avant, depuis Walpole.

En effet, je n'ai pas lu votre article. En revanche, si on parle de 1945, il n'y a certainement pas eu 6 exceptions.


01 Boris Johnson -> député avant d'être 1er ministre

02 Theresa May  -> député avant d'être 1er ministre

03 James Cameron  -> député avant d'être 1er ministre

04 Gordon Brown  -> député avant d'être 1er ministre

05 Tony Blair  -> député avant d'être 1er ministre


06 John Major  -> député avant d'être 1er ministre

07 Margaret Tatcher  -> députée avant d'être 1ere ministre

08 James Callagan  -> député avant d'être 1er ministre

09 Harold Wilson  -> député avant d'être 1er ministre

10 Edward Heath  -> député avant d'être 1er ministre


11 Alec Douglas Home -> effectivement pas député, mais membre de la chambre des Lords (donc parlementaire...) au moment d'être nommé 1er ministre. Démissionne de la chambre des lords et se fait élire député dans les 15 jours qui suivent sa nomination en tant que 1er ministre

12 Harold McMillian  -> député avant d'être 1er ministre

13 Anthony Eden  -> député avant d'être 1er ministre

14 Sir Wilson Churchill  -> député avant d'être 1er ministre

15 Clement Attlee   -> député avant d'être 1er ministre                


Tous étaient parlementaires au moment de leur nomination.


Donc soit vous avez mal lu l'article, soit votre article est complètement bidon au point de se tromper sur quelque chose d'aussi factuel et aisément vérifiable



Depuis 1945 [5][5]Cf., pour ces données, Jacques Leruez, Le Système politique…, parmi les quatorze Premiers ministres, sept sont parvenus au pouvoir en tant que leader de leur parti à la suite d’une victoire personnelle à une élection générale – Attlee, Churchill, Wilson (deux fois), Heath, Thatcher, Blair et Cameron malgré le gouvernement de coalition. Pour six autres, l’ordre des choses a été renversé, puisqu’ils ont d’abord été nommés Premier ministre avant de se présenter devant les électeurs. Parmi eux, Eden et Douglas-Home ainsi que Harold Macmillan ont d’abord été désignés Premier ministre par la Reine à la suite de la démission de leurs prédécesseurs, avant de devenir leader conservateur. 



de l'interet de les LIRE, les sources qu'on vous envoie, plutot que d'ergoter tout seul en étant convaincu d'avoir de toutes façons toujours raison.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Quelle importance, au final ? Nous ne sommes point sujets de Sa Gracieuse Majesté, et, à l'évidence, en France, on peut être Premier Ministre sans être député, sans l'avoir été, sans même être chef de parti. On peut le déplorer, argumenter que cela ne devrait pas être, mais cela est, et il n'y a de fait aucun véritable obstacle à ce que Mélenchon soit Premier Ministre si ce n'est une défaite aux élections législatives (dont je doute que la NUPES les gagne au point d'avoir une majorité — en espérant me tromper).

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

 C'est un peu plus compliqué si j'ai  bien lu l'article . tous ces leaders premier ministre étaient déjà députés sans être leader   même s'ils ont ensuite gagné les élections générales . Ils ne faisaient pas autre chose ( boire du thé ,manger des muffins ) que parlementaires.

"Depuis 1945, parmi les quatorze Premiers ministres, sept sont parvenus au pouvoir en tant que leader de leur parti à la suite d’une victoire personnelle à une élection générale – Attlee, Churchill, Wilson (deux fois), Heath, Thatcher, Blair et Cameron malgré le gouvernement de coalition. Pour six autres, l’ordre des choses a été renversé, puisqu’ils ont d’abord été nommés Premier ministre avant de se présenter devant les électeurs. Parmi eux, Eden et Douglas-Home ainsi que Harold Macmillan ont d’abord été désignés Premier ministre par la Reine à la suite de la démission de leurs prédécesseurs, avant de devenir leader conservateur.[…]Les trois autres, James Callaghan, John Major et Gordon Brown ont d’abord dû se soumettre à leur parti avant de devenir Premier ministre. Certains d’entre eux ont obtenu leur victoire électorale a posteriori (Eden en 1955, peu après sa désignation, Macmillan en 1959 après avoir été désigné en 1957, Major en 1992, deux ans après sa désignation). D’autres (Douglas-Home en 1964 et Callaghan en 1979) ont essuyé un échec devant les électeurs. Le soutien du parti a priori joue donc un rôle important quant à la victoire aux élections générales."

Quelque part, je doute que l'article de Cairn Info, dont l'auteure n'est quand même pas n'importe qui, se trompe à ce sujet. Mais bon, peut-être ai-je effectivement mal lu, mal compris et peut-être fait-elle allusion à d'autres élections que celle de membre du parlement ?

chef du parti, donc premier ministre potentiel.


mais cela revient au meme, dans le cadre d'une discussion sur "le premier ministre peut il ne pas être parlementaire". si la victoire éléctorale est a posterori, c'est qu'ils n'etaient pas députés au moment de leur désignation.


de toutes facons je ne vois meme pas pourquoi cette comparaison avec l'angleterre, vu qu'on y vit pas et que la constitution n'est pas la meme qu'ici.

Mais si . Dans  le système britannique  ,on ne peut être que député ( mais pas nécessairement leader  du groupe parlementaire)  si l'on est Premier Ministre .  En France , Raymond Barre était membre de la Commission  européenne  avant de devoir Premier ministre , et il me semble que Dominique de Villepin  n'était pas parlementaire , mais bon je crois que son père était sénateur  , c'était déjà ça ......

En effet, vous avez mal lu. Comme je vous l'ai dit, tous les premiers ministres étaient déjà parlementaires au moment de leur nomination. 



L'auteure distingue ceux qui deviennent premier ministre suite à une élection législative remportée, c'est à dire qu'ils étaient minoritaires puis deviennent majoritaire et sont nommés premiers ministres  (un peu comme Jospin en 1997, ou comme Mélenchon veut faire en 2022) de ceux qui étaient déjà dans le parti majoritaire et obtiennent le poste de 1er ministre suite à la démission de leur prédécesseur (membre du même parti). Parmi ces derniers, deux (douglas homme  et callaghan) perdront leur majorité aux élections législatives suivant leur nommination (et démissionneront alors du poste de 1er ministre), les autres remportant les élections législatives suivantes (et conserveront leur poste de 1er ministre).



Donc, au moins au Royaume uni (et dans les autres démocraties parlementaires), la tradition est de nommer un premier ministre issu du parlement, et donc si vous voulez devenir premier ministre, il faut vous présenter personnellement aux élections dans une circonscription.








Pas seulement se présenter ,me semble t -il ,être élu .

Pourquoi voulez-vous que Mélenchon soit élu député? Il n'y a aucune légitimité à ça! E Philippe était maire mais pas député et personne n'a trouvé à redire!

Cessez donc de harceler ce pôvre Tristan !


Vous vous adressez à un être fragile, il faut le ménager, sinon...

Il risque de répondre.

J'ai déjà répondu à votre question: parce que c'est comme ça que ça se passe dans les démocraties parlementaires, régime que Mélenchon dit vouloir pour la France (6e république). Cf toutes mes autres réponses.


Mon propos n'est pas de contester la légitimité de JLM en cas (improbable) de victoire de la gauche, sa non candidature est simplement in indice montrant que Mélenchon ne croit pas à la victoire de la gauche, et prépare juste sa retraite (et sa succession).


Si vous n'étiez pas là, il faudrait vous inventer. Juste pour être sûres et sûrs que nous pensons bien.

Mais où avez-vous pécher un truc pareil ?

Le dernier président du Conseil du dernier régime parlementaire français n'était pas député. Il était général. Même que l'armée a fait sa campagne.

Lisez un peu les autres réponses, merci.

Et ? Je ne vois pas où vous avez reconnu avoir dit une énorme connerie.

Vous n'avez pas compris que je parle des autres pays que la France, et que l'exemple anglais (cf ci dessus) montre que ce que je dis est vrai.

Non, vous avez parlé du régime parlementaire en général ("dans les démocraties parlementaires"). Le premier ministre en régime parlementaire ne tire sa légitimité que du vote de l'assemblée. C'est sa définition.


Si il y a des usages folkloriques à Pernambouc, ça ne change rien à la définition.

Oui, j'ai parlé des démocraties parlementaires en général, ce que la France n'est pas. Et j'ai parlé de tradition, pas d'obligation, en précisant bien que ce n'est pas la tradition en France.


Quant à considérer que ce qui se passe en grande bretagne, en Allemagne et dans à peu près tous nos voisins européen relève "des usages folkloriques à Pernambouc", c'est faire preuve d'un mépris et d'une ignorance crasse.

justement, soyez donc lucide sur ce qui se passe vraiment : une union de la gauche menée par l'extrême-gauche, ce qui est inédit.

le "Mélenchon premier ministre" agit comme un slogan, un but à atteindre. ça mobilise les gens. il se passe quelque chose, mine de rien. 

LFI, ce n'est pas l'extrême gauche. Et je suis lucide sur ce qui se passe, merci. 

et le RN ce n'est pas d"extrême-droite alors?

Si, le rn est d'extrême droite 

c'est vous qui décidez, quoi. le nombre de génies ici, c'est dingue.

Ce n'est pas moi qui décide, la classification des partis politiques est assez standart. Demandez à n'importe quel prof de sciences politiques.


LFI est ce qu'on appelle des socio-démocrates, l'extrême gauche est composée, en France, des partis trotskistes, des anarchistes, etc


RN, Zemmour, NDA, les monarchistes  etc sont à l'extrême droite

demandez aux gens dans la rue. LFI est perçu comme l'extrême-gauche, équivalent au PC.

Ce qui démontre effectivement que les gens dans la rue gagneraient à regarder moins la télé, ou de meilleures chaines.


Le PCF n'est plus classé à l'extrême gauche depuis longtemps, c'est l'aîle gauche de la gauche de gouvernement.

dans le microcosme d'ASI composé de profs CSP+, peut être, mais la France ce n'est pas uniquement ça.

La France, c'est vous, n'est-ce pas ?

évidemment que non. mais je ne me voile pas la face comme beaucoup ici. sortez de votre microcosme.

C'est quoi, un microcosme ?

Il n'y a quand même pas que les CSP+ à être capables de survoler la page wikipedia consacrée. Quasiment la première phrase qui en exclut le PCF car devenu réformiste.

je vous retourne l'argument. sur la page Wikipedia de LFI, il est marqué ceci sur la 3ème ligne :


Son positionnement politique est principalement analysé comme écosocialiste, allant de la gauche radicale à l'extrême gauche. 

"analysé comme"


oui... par les médias dominants qui passent leur temps a nous qualifier d'extreme gauche pour nous discrediter et nous empecher de gagner les elections, mais notre position n'est pas différente de celle du PC

oui... par les médias dominants qui passent leur temps a nous qualifier d'extreme gauche pour nous discrediter 


vous voulez qu'on sorte les violons? ouin-ouin c'est de la faute des autres?


mais notre position n'est pas différente de celle du PC


vous rigolez ou quoi? certains dans votre camp traitent Roussel de facho, y compris sur ce forum. partant de là, faut pas s'étonner que LFI peut être vu comme un repaire d'islamo-gauchistes.

le programme du pc, le programme de la fi, vous les mettez cote a cote, vous comparez. c'est les memes a une ou deux petites variations près qui ne remettent pas grand chose en question. pourquoi ? eeeeh ben parce que leur programme il a été écrit quand ils étaient avec nous dans le front de gauche, puis dans france insoumise. ils nous ont laché pour l'union populaire, pourquoi ? parce qu'ils avaient l'impression de se la faire remettre a l'envers comme du temps de miterrand, sans se rendre compte qu'ils étaient, a l'interieur de la FI, LE bloc qui avait une assise éléctorale déjà acquise et qui sur lequel on était obligés de compter. résultat : ils ont tout perdu avec cette election. et tout ca pour présenter un cadidat qui a essayé de se distinguer en allant draguer.... les F-Haineux... a coup de jambon, de sauciflard et de pinard en plus, le pire cliché qui soit... et comme si ca avait pu les faire revenir en plus. en prime, comme pour jadot et hidalgo, meme reproche : il a préféré taper sur mélenchon que sur macron et le pen. dans ces conditions... faut pas s'etonner d'etre conspué par les FI. ni de se retrouver sous les 5%

je m'en bats les steaks que le PC fasse moins de 5% ou que son programme soit équivalent à celui de LFI. je vous dis juste que, vu de l'extérieur, un parti qui traite le leader du PC de facho a peu de chance d'etre qualifié de gauche modérée.


je m'en cague de votre justification de votre tambouille interne. vous vous démerdez avec, c'est votre problème. je vous dis juste que les gens extérieurs à tout ça ont une perception des choses, ce que vous semblez ne pas comprendre.


c'est pareil dans l'autre camp. Z donne l'impression d'etre un facho, alors que la réalité est plus complexe. mais ce qui compte, c'est l'impression générale, c'est ça qui a de la valeur au final.

faudra m'expliquer en quoi est ce qu'il ne l'est pas. ca m'interresserait de voir vos points aveugles.

en retour, expliquez-moi pourquoi on ne devrait pas vous considérer d'extrême-gauche en sachant que vous trouvez que Roussel est un facho.

je n'ai jamais dit ca. je sais faire la distinction entre votre copain zemmour et ses obsessions anti immigration et anti islam, et un roussel qui fait juste une campagne desastreuse en essayant de se démarquer de mélenchon de la facon la plus bete qui soit.

sa campagne était tellement désastreuse qu'elle a convaincu des gens de voter pour lui, sous les crachats de LFI. elle est belle la gauche.

j'oserais vous rappeler que question "crachats", mélenchon n'en a usé que vis a vis de la droite. roussel, lui, visait plutot mélenchon. ce qui est surprenant pour quelqu'un qui veut faire gagner la gauche...

et il n'a convaincu personne d'autre a voter pour lui que les vieux baroudeurs du PC dont l'electorat n'a presque pas bougé en 20 ans. comparez avec la derniere fois qu'ils se sont présentés seuls sans le spectre d'un le pen motivant tout le monde a voter ps (ouais ca remonte) : les scores sont les memes.

"un parti qui traite le leader du PC de facho"

LFI a traité le leader du PC de facho ?

C'est un principe de la critique politique moderne :


Ce que dit un parti = ce qu'ont pu sortir de plus extrême quelques comptes susceptibles d'appartenir à des militants de ce parti, dans le cadre des débats de haute tenue que favorisent les réseaux sociaux en période électorale.


Par exemple : LFI considère Macron encore pire que Lepen et ne votera en aucun cas pour lui, et ne fera jamais alliance avec le PS car ce sont des social traitres.

Ce que dit un parti = ce qu'ont pu sortir de plus extrême quelques comptes susceptibles d'appartenir à des militants de ce parti 


vous oubliez


"sans jamais être désavoués par les leaders du parti en question"

certains à LFI le font. beaucoup sur ce forum le font.

en plus vous êtes de mauvaise foi, je réponds d'égal à égal à Carnéade de Cyrène qui me cite un article Wikipedia. je réponds donc par un autre article Wikipedia.

oui mais le biais d'une page wikipédia, c'est que tout ce qui y est dit doit être justifié par des sources journalistiques.


alors quand on est dans le paysage médiatique qu'est celui de la france aujourd'hui, faire valoir que la FI n'est pas d'extreme gauche alors qu'elle est perpetuellement désignée sous ce qualificatif dans tous les médias... c'est compliqué.

il n'empeche, c'est quoi, etre d'extreme gauche ? c'est etre revolutionnaire.


la FI prone-t-elle la révolution ? non. elle prone la réforme. donc : gauche.


macron et tous ceux qui comme lui pronent qu'on ne change rien et qu'on conserve tout le systeme tel quel parce qu'il leur convient très bien : droite.


vous vous pronez la regression a la bonne vieille époque du tri distinctif selon la couleur de peau et la religion : extreme droite.

sérieux, vous etes une calamité. vous ne comprenez rien. restez dans votre monde et n'en sortez pas.

d'accord. je vous le renvoie alors hein ? parce que si vous avez l'impression que VOUS, vous comprenez, alors que vous etes déjà meme pas foutu de vous rendre compte que Z veut rehabiliter Pétain, faudra vous appliquer votre propre conseil ;)

Ce n'est pas tout à fait ça, mais ça rejoint.


Extrême-gauche ce sont ceux qui ne veulent pas participer aux exécutifs dans les conditions de la démocratie bourgeoise (donc de fait révolutionnaires, vous avez raison), parfois même refusent le pouvoir législatif (par exemple la position de la LCR-LO lors du vote européen sur la taxe TOBIN refusant de l'approuver pour la raison que le capitalisme ne s'amende pas mais s'abat).

Pour l'extrême-droite, l'anti parlementarisme est constitutif car la légitimité ne vient pas des représentants de la plèbe mais de Dieu, du roi, de la race, d'un homme fort,... (d'où la "divine surprise" de Maurras : l'assemblée se saborde en donnant les pleins pouvoirs à Pétain, effet de la grâce divine et non du choix parlementaire). Marine Le Pen a fait beaucoup d'efforts pour maquiller ce fait, mais il revient en force dans cette campagne : si elle répète (et fait répéter) qu'elle n'est pas candidate au poste de premier ministre et que la légitimité revient au président qui doit avoir une majorité, c'est bien qu'elle ne reconnaît aucune légitimité à l'assemblée en elle-même.


Bref, sont considérés extrêmes ceux qui ne reconnaissent pas de légitimité à la démocratie représentative.

ca dépend des coins... pas dans ma banlieue de merde en tout cas.

votre banlieue de merde, ce n'est pas la France non plus.

surtout pour vous, n'est-ce pas ?

ça en fait partie. ce qui ne veut pas dire que toute la France est comme ça.

mais pour vous, la France semble monolithique.

c'est pas moi qui veux pas y voir de musulmans ^^ question monolithe vous etes pas mal.

vous m'inventez des paroles

La seule raison pour laquelle LFI est perçue comme d'extrême-gauche, c'est parce que les médias, et ses ennemis politiques sur sa droite, qui ont table ouverte dans les premiers, ne cessent de le clamer à tue-tête. À force, ils ont fini par enfoncer le clou.

Je suis bien convaincu de ça. D'ailleurs la seule raison que je trouve pour que les plus de 65 soient les seuls opter pour LFI à moins de 20%, c'est que ce sont ceux qui regardent le plus la télé.

et les gens de mon quartier ceux qui la regardent le moins.

et donc, ça fonctionne pareil dans l'autre sens? si le RN est d'extreme-droite, c'est parce que les médias et la gauche le disent?

Ah ouais, les gens de la rue. Nettement plus fiables que des profs de science politique.

nettement plus nombreux, en tous cas.

sauf que vous allez pas dans les rues ou moi je vais.

et inversement.

qui a raison du coup?

eh ben aucun de nous deux. comme pour n'importe quel micro trottoir.

si LFI était vraiment soc-dem, ce serait une sorte de PS new age, donc parfaitement accepté par l'establishment.

vous etes plein de nuances pour la gauche, mais quand ça concerne la droite, vous ne vous embarrassez pas : tout le monde est à l'extreme, et on referme la boite.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

D'ailleurs, le fait qu'il ne soit pas candidat montre bien que lui même n'y croit pas, il se prépare doucement à se retirer de la vie politique (et c'est tant mieux). 


Je vous imagine prononçant cette phrase les mains jointes et le regard vers le ciel.



Vous imaginez mal. 


Depuis toutes ces années que vous me lisez, vous n'avez pas encore compris que je suis un athée, tendance bouffe-curé ? 


A croire que ce qui vous intéresse, ce sont vos préjugés et non mon opinion. 

c'est une facon de parler de vos attentes pour "la gauche". et oui, je vous imagine fort bien transpirer l'espoir d'une mort politique de mélenchon par toutes les pores de votre peau. sauf que ca ne changerait rien a la situation, a part le porte parole de la gauche radicale que vous avez toujours méprisée jusqu'ici.

Depuis toutes ces années que vous me lisez, vous n'avez pas encore compris que je suis un athée. 


Oups envoyé par erreur. Vous seriez heureux de voir la gauche faire un bon score mais malheureux qu'elle gagne c'est pour ça que je me moque. Je trouve votre position absurde. 

Vous n'avez pas compris ce que je dis. Je ne serai pas malheureux si la gauche gagne les législatives. Seulement, cela n'arrivera probablement pas. 

en tout cas si ca arrive, ce qui est certain c'est que vous n'aurez rien fait pour.

Vous n'avez pas compris ce que je dis. Je ne serai pas malheureux si la gauche gagne les législatives 


Oui mais ça implique que Mélenchon ne se retire pas de la vie politique comme vous semblez tant le désirer.


Désirs contradictoires ?





Je dis que Mélenchon s'attend à perdre les élections et à prendre sa retraite, et ça me va très bien.


Si, bien que ce soit improbable, la gauche gagne et qu'il devient premier ministre, ça me va aussi.


Dans les deux cas, je serai satisfait.



Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce que je trouve significatif, et assez emblématique des opinions conservatrices en général (et pas seulement en France), c'est la propension de beaucoup de ces commentateurs à vouloir faire croire (et croire tout court, d'ailleurs) que la majorité des électeurs de gauche pensent comme eux. 

Un réflexe : "nous sommes l'opinion", en quelque sorte. Sans doute l'habitude de la faire, depuis des années, l'opinion. 

Ce qui est assez drôle, c'est de se souvenir de leurs précédents commentaires ironiques sur la primaire populaire et son incapacité à s'imposer. On avait alors la gauche la plus nulle, car la plus divisée, d'Europe. Mais il est vrai qu'à l'époque, les initiateurs de l'union n'étaient pas les "bolchéviques" de la LFI, mais des gens "bien comme il faut" et qui ne risquaient sans doute pas de renverser (la) leur table.  

Il n'y a rien que les éditorialistes aiment tant que la gauche de centre-droit qui se contente de 40 sièges au parlement.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

A propos de la deuxième partie de l’article « ils veulent gagner ».


C’est une conséquence directe du mode de scrutin présidentiel, et en particulier son caractère uni-nominal.


On appelle parfois ça le « spoiler effect » (effet de gâchis).


Ça n’a rien de spécifique à la gauche : je pense que Valérie Pecresse serait d’accord avec moi :-D 


C’est très bien expliqué par les videastes science4all et Monsieur Phi :


https://youtu.be/zmCl5i_sEiM

Excellent article. C'est presque réconfortant de voir tous ces droitards commençaient à paniquer. 

Sébastien Fontenelle résume bien la situation en comparant le programme de Mitterrand en 1981 et celui de la Nupes aujourd'hui.

La classe dominante n'accepte jamais de laisser le pouvoir. Elle pense qu'il lui appartient naturellement.

Si la gauche gagnait les élections, espérons qu'elle résiste à l'hallali générale qui se déclenchera contre elle.

Ça serait un moment de pure jouissance.

Méfiez vous, Pauline, vous êtes en train de virer en une dangereuse bolchevique.

Je me souviens quand ma grand-mère, née en 1914, a appris que j’étais de gauche ; elle m’a demandé, avec un air inquiet :

« Rassure moi, vous ne voulez pas arrêter toutes les usines quand même ? »


C’était il y a longtemps mais…

Mais derrière toute cette agitation, y a-t-il des raisons de paniquer ?  


Ben non, mais jouer a se faire peur, ça pimente un peu leur existence. 


Eux n'y croient pas vraiment, mais le but c'est de faire peur au péquin moyen qui regarde encore ces émissions ou lisent les torchons dans lesquels ils s'ébrouent


Parce qu'avec 3 blocs à 30% chacun, c'est loin d'être gagné pour Nupes; et c'est sans compter sur le lapin que va sortir leur président de son chapeau magique dans quelques heure : 


Un(e) premier(e) ministre "de gauche" pour calmer le jeu et couper, juste le temps qu'il faut, l'herbe sous le pied du Nupes et endormir de nombreux électeurs encore crédules

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.