371
Commentaires

Les voeux de Hessel, l'Indigné du Sarkozistan

Comment se portent les dissidents au Sarkozistan ? Dispersés. Inflammables. Depuis l'échec des grandes manifestations sur les retraites, ils semblaient atomisés. Et soudain les voici, virtuellement rassemblés, autour d'un mot, d'un nom, d'un symbole, d'une image. En quelques jours, plusieurs médias réunissant des tendances différentes de l'opposition au régime, de la plus radicale à la plus modérée, se sont emparés du personnage d'un ancien diplomate nonagénaire, dont le livre a fédéré autour de lui les rages rentrées et les fureurs impuissantes. Ce livre, titré "Indignez-vous", s'est vendu à 500 000 exemplaires (il compte vingt pages, et coûte trois euros).

Derniers commentaires

À quelle question cette chronique, au demeurant assez insignifiante en elle même, prétend-elle répondre?

A: Comment se portent les dissidents au Sarkozistan?
Si la dissidence au "sarkozisme" (!?) est « le Sarkozistan de l'ombre » (quelle fine allusion à l'armée de l'ombre de la résistance et à sa mise en lumière! En même temps je lui reconnais la vertu de pointer ironiquement les résistants en pantoufles maniaques de l'indignation du clavier), elle se résumerait alors à « souhaite(r) aborder l'année nouvelle sous le signe de l'indignation. » Ce qui est en effet l'opération médiatique de récupération manifeste orchestrée par je ne sais qui de mise en avant (en lumière) de S. Hessel suite au peu d'échos rencontré par la tentative de remise au goût du jour depuis quelques années du CNR gaullo-communiste de la Libération comme opposition aux valeurs sarkozistes. Visant à «  fédér(er) autour de lui les rages rentrées et les fureurs impuissantes »
Peut-on attendre alors d'un journaliste du Sarkozistan comme DS autre chose qu'un regret sans objet: « si le Régime ne trouve face à lui que le vénérable ambassadeur de France Hessel, il devrait pouvoir survivre. »?

B: en quoi S. Hessel est-il « l'indigné du Sarkozistan » digne de porter le turban?

Il est dommage au passage que le commentaire de l'image élargisse à « tous les habitants du pays, des Palais aux masures... » le port du turban, ôtant toute la pertinence (opportune ou pas selon les goûts) de la caricature. Il n'y avait que ça de vraiment malin dans la chronique.

Le « personnage » S. Hessel présente plusieurs caractéristiques très prisées pour en faire un « objet » médiatique (bon casting, dirais-je cyniquement) (je ne discute pas là les engagements de l'homme S. Hessel tel qu'il les explique dans son fascicule, ce n'est pas le lieu, je parle de l'utilisation de son image et de ce qu'il en donne lui-même à voir):

- Résistant, torturé, ayant participé à l'élaboration du CNR, dont il appartient à chacun d'apprécier l'intérêt en fonction de ses connaissances historiques du Gaullisme, du pacte Gaullo-communiste de la Libération et de ses choix politiques les lui faisant interpréter d'une manière ou d'une autre (souvent opposées d'ailleurs).

- Diplomate, c'est-à-dire homme d'État (représentant la France sans être élu). C'est ce statut qui doit nous faire apprécier son langage... diplomatique. « Le motif de base de la Résistance était l'indignation. » P. 11. « ...comme j'ai été indigné par le nazisme » (P. 12). À moi, il ne me viendrait pas à la bouche d'être "indigné" par le nazisme. Je dirai révolté, écœuré, à dégueuler... Quelque chose de plus fort quoi. Mais résisterais-je « à l'épreuve de la baignoire » (P. 25)? La question est donc: pourquoi retenir « indignation » alors que dans le texte il utilise des mots comme « révulsion universelle » (P. 15), « rupture radicale » (P. 20), « colère » (P. 22), « insurrection » même pacifique (P. 22), « résister ». N'est-ce pas pour introduire diplomatiquement « ...l'espérance de la non-violence. C'est le chemin que nous devons apprendre à suivre. Aussi bien du coté des oppresseurs que des opprimés, il faut arriver à une négociation pour faire disparaître l'oppression » (P. 20). À chacun de croire ou non à ce qui est pour moi philosophiquement de l'idéalisme naïf et politiquement de l'enculage de mouches (pardon pour les mouches).

- « Nonagénaire ». Ayant détruit « l'image du Père », on nous sort l'image du grand-père (voire arrière) pour l'opposer aux pulsions délétères de la mère mauvaise archaïque qui selon certains auteurs s'est emparée de nos psychismes. Mon dieu que ce papy est adorable. J'en veux un pour noël. Mince, c'est trop tard.

Même si S. Hessel défend que « ces raisons sont nées moins d'une émotion que d'une volonté d'engagement » (P. 13) en citant Sartre et que « la faculté d'indignation et l'engagement qui en est la conséquence (…) est une des composantes essentielles qui fait l'humain» (P. 14), il n'empêche que l'indignation est plus proche de la catégorie émotion que de la révolte.

Or l'émotion (« le culte de l'émotion ») est, elle, une composante de la manipulation affectivo-idéologique de la propagande médiatique et politique (Royal ou Sarkozy et «leurs» infirmes), la propagande publicitaire manipulant plutôt le désir. Les @sinautes font partie des gens avertis de cela.
Ne prenant pas S. Hessel et ses conseillers pour des idiots, je ne leur ferai pas l'injure de penser qu'il ne le savent pas aussi, d'autant qu'il répète: « Nous appelons toujours à "une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation de masse, le mépris des plus faibles et de la culture, l'amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous". » Je lui accorde que sur les plateaux de télé j'ai plus vu le pacifisme diplomatique que la véritable insurrection qui vient. Mais bon, c'est ça la social-démocratie.
Donc, même s'il s'agit de stratégie politicienne pour faire passer le message c'est une stratégie qui choisit de s'inscrire dans la stratégie dominante des médias et, pour ne pas le répéter, je suis d'accord avec l'argumentaire de Rémi Vallée sur ce point. Et aussi de Djac Baweur.

Mais dire qu'il mérite le turban pour cela, et je le dis, veut dire que l'on dénonce, que l'on n'est pas d'accord avec cette stratégie politicienne de « tous les moyens sont bons pour la bonne cause ». Le populisme n'est pas la démagogie. (Merci pour le lien vers Rancière à Gavroche avec qui je ne suis par ailleurs pas d'accord, mais à chacun de défendre ses positions, si possible avec des arguments non putassiers – eh oui, je veux réhabiliter ce terme de la langue française. Non pour son rapport avec la péripatétique aristotélicienne, mais parce qu'il est très adapté à ce temps googelien où sont utilisés à foison dans les forums des arguments de mauvaise foi prêtant sans preuves des intentions malsaines ou fausses à l'adversaire (la jalousie de DS pour la vente du fascicule par ex. Il n'y a pas besoin de ça pour le mettre en cause) décrédibilisant la personne plutôt que ses arguments, ou, comme cela foisonne aussi, les critiques de commentaires même pas lus).

Enfin, je dois dire que si j'ai lu l'opuscule de S. Hessel, c'est parce qu'un « ami » a voulu se faire plaisir en me l'offrant (en ces temps de faillite nationale il faut bien obéir à l'injonction commerciale de consommer plus pour enrichir plus qui vous savez. Mais il y a pleins d'autres petits bouquins pas chers à acheter comme par ex « Qu'est-ce que la démocratie directe? » de Fabrice Wolff aux Éditions antisociales – 5 E, 138 p. Oups, 138 c'est trop long!). Rien que cet ami en avait acheté 4 ou 5 pour offrir. J'ai appris depuis que beaucoup en achetaient jusqu'à 10. C'est vrai qu'à trois euros, même ceux qui ne lisent pas peuvent se payer le luxe de faire un cadeau original. À ce titre, la vente de 600000 ex (il paraît qu'on en est là) ne me paraît pas le signe d'un engouement si massif.
Par contre c'est le signe, pour moi, de la soumission d'un certain nombre à la massive propagande à propos de ce bouquin et de l'idéologie de l'indignation petite-bourgeoise qui va avec. Et ça, je trouve, comme d'autres l'ont exprimé sur ce fil, que ça ne présage pas d'une capacité collective à construire « tous ensemble » une société meilleure sans attendre le leader maximo.

Tiens, ça me fait regretter Fred, Le (faux) misanthrope
D@ns le texte, Hessel est venu sans turban on dirait. En revanche, Judith Bernard a complètement changé son look !
"Et nul ne ment autant qu'un homme indigné"

Nietzsche
En fait tout ces messages sur ce forum scindent les asinautes en deux.

D'un côté, les agités du bocal, les bachibouzouks, les indignés de travers, et de l'autre, les gens ouverts d'esprit et fréquentables (copyright Pompastel) qui réfléchissent... Les journalistes d'ASI faisant évidemment partie de la deuxième catégorie, puisqu'ils nous enseignent à avoir des indignations bien propres sur elles, et ... fécondes.

Alors, finalement, ça m'a fait penser à ceci :

Non, le peuple n'est pas une masse brutale et ignorante

Jacques Rancière (encore un affreux gauchiste) y parle du "populisme"...

Extraits (pour les 99 % de crétins qui ne lisent pas les liens, copyright DS) :

La notion de populisme construit un peuple caractérisé par l’alliage redoutable d’une capacité - la puissance brute du grand nombre - et d’une incapacité - l’ignorance attribuée à ce même grand nombre. Il s’agit de montrer à des démocrates toujours suspects d’«angélisme», ce qu’est en vérité le peuple profond : une meute habitée par une pulsion primaire de rejet qui vise en même temps les gouvernants qu’elle déclare traîtres, faute de comprendre la complexité des mécanismes politiques.

La notion de populisme remet en scène une image du peuple élaborée à la fin du XIXe siècle par des penseurs comme Hippolyte Taine et Gustave Le Bon, effrayés par la Commune de Paris et la montée du mouvement ouvrier : celle des foules ignorantes impressionnées par les mots sonores des «meneurs» et menées aux violences extrêmes par la circulation de rumeurs incontrôlées et de frayeurs contagieuses.

L’essentiel est d’amalgamer l’idée même du peuple démocratique à l’image de la foule dangereuse. Et d’en tirer la conclusion que nous devons nous en remettre à ceux qui nous gouvernent et que toute contestation de leur légitimité et de leur intégrité est la porte ouverte aux totalitarismes. «Mieux vaut une république bananière qu’une France fasciste», disait un des plus sinistres slogans antilepénistes d’avril 2002. Le battage actuel sur les dangers mortels du populisme vise à fonder en théorie l’idée que nous n’avons pas d’autre choix.

Laissons donc nos indignations à ceux qui réfléchissent. Et qui savent de quoi qu'ils causent, confortablement installés derrière leurs claviers. Et dormez en paix, braves gens.
avec toute les raisons de s'indigner !
il vaut mieux refléchir, non ?
Je m'indigne instantanément aussi, mais souvent une indignation, en pousse une autre, puis une autre,....donc avant de s'indigner mieux vos reffléchir.
Vous ne menez pas une actions à chacune de vos indignations ? sinon vous n'auriez même plus le temps de vous indigner !
Donc vous refléchissez, et c'est tant mieux !
je ne comprend pas en quoi ce que dit Cyrulnik vous semble stupide ?
Il me parait juste qu'avant de s'indigner, l'ont réfléchissent à nos motivations ! Ca n'a pas l'air stupide ? Ils faut mobiliser notre colére de maniére intelligente, cadrer sur de la refflexion, sinon on s'emballent comme des chevaux fou ! et plouf on s'essoufflent !
S'indigner oui mais pour des causes indignes !
Se révolter pour des causes révoltantes !
Reffléchir ensemble et pas individuellement, afin de mener des combats à long terme, pour obtenir des résultats concrets.
Nourir de refflexions son indignation, pour en faire une locomotive ! et pas l'inverse !

"C'EST POURQUOI TOUTE LA POPULATION SHADOK......
POMPAIT, POMPAIT, POMPAIT....
D'où, un des fameux adages Shadok :
Je pompe donc je suis
Ils avaient mis au point des pompes spéciales pour le cas où il n'y avait pas de problèmes du tout. C'est pourquoi :
S'il n'y pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème
Pour ceux que la technique intéresse, disons que, quand on pompait avec ça, non seulement il ne se passait rien, comme avec une pompe Shadok ordinaire, mais plus on pompait, plus il n'y avait rien qui se passait. D'où :
Il vaut mieux pomper même s'il ne se passe rien
que risquer qu'il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas
C'est quand même une sécurité !"

Si tu veux [s]pomper[/s]t'indigner sans reffléchir ? tu risque pas d'aller loin !
A mettre en parallèle avec le lien proposé par M. Archer.

Qui est le plus "engagé", le journaliste de Marianne, membre du PS, proche de Julien Dray...

ou Stéphane Hessel ?

Stéphane Hessel raconte des choses intéressantes... Pour peu qu'on lui pose les bonnes questions...
voici ma dernière contribution sur les forums d'arrêt sur images
http://www.dailymotion.com/video/xe3rq_programme-de-la-resistance_news

au revoir à tous.

Misanthrope
”Le moteur de la résistance , c’est l’indignation. Je vous conseille à tous d’avoir votre motif d’indignation”.
Stéphane Hessel.
"Son message, c'est : +Osez, manifestez, ne restez pas dans la résignation+". Mais le succès dépasse les frontières et des demandes de traduction affluent de toute l'Europe, mais aussi de Corée du Sud ou des Etats-Unis. Du fait de ses propos sur la Palestine, "un journaliste du grand quotidien turc Hürriyet lui a dit que le coeur des stambouliotes battait à l'unisson d'Indignez-vous !" rapporte l'éditrice. Et "un journaliste japonais lui a demandé si son livre ne reflétait pas la gravité de la situation du monde". A seize mois de la présidentielle française, Stéphane Hessel se dit conscient d'avoir créé une attente sur une suite politique à son livre. Mais le vieil homme, qui plaide pour une candidature de la patronne du Parti socialiste Martine Aubry, se veut lucide, admettant que l'indignation n'est pas un programme électoral. "Indignez-vous!, ce n'est pas grand chose, c'est peut-être le premier étage d'une fusée", résume-t-il.
De l'art du contrepied ! 600 ou 800 000 exemplaires, on ne sait plus, d'un opuscule : quoi de plus @sique que de se payer l'auteur.

Et les chiens d'aboyer sur "l'indignation sociale-démocrate, l'indignation centriste, l'indignation molle. Et peut-être même l'indignation stratégique. Qui cachée sous la noblesse et l'humour délicat de Stephane Hessel, n'est peut-être que stratégie politicienne" Tout est dit ! Avec ce mépris et cette morgue qui fait le charme indiscret des représentants de la "vraie gauche" autoproclamée et autogarantie. Avec même un brin de théorie du complot : vous pensez "l'ambassadeur de France" de 93 ans qui se lance dans une subtile opération politicienne au service de l'horrible sociale-démocratie !

Stéphane Hessel, @si le concède, a eu un comportement admirable pendant la guerre et honorable ensuite. Il est vrai que ce juif allemand, naturalisé en 1937, mobilisé, prisonnier, évadé, rejoignant la France Libre en 1941, en mission en France en 1944, arrêté (sur dénonciation) torturé et déporté, a eu un comportement pour le moins admirable. Devenu diplomate, il participe aux travaux de la commission qui rédige la Déclaration universelle des Droits de l'Homme. Il sera aux côtés de Mendés-France pendant les quelques mois où celui-ci sera Président du Conseil. Il militera pour l'indépendance algérienne. Plus tard, il s'engagera auprès des palestiniens, ce qui lui vaudra la haine des sionistes parisiens.

Oui, Stéphane Hessel, Mendèsiste, soutenant ensuite Rocard, et,dans ses derniers engagements, appuyant Europe-écologie, bien qu'il cite ATTAC comme forme d'engagement, ne s'est jamais situé dans une gauche prétendument radicale. Fausse gauche dont l'ennemi principal, pour ne pas dire unique est, non pas l'UMP, mais le PS. Cet article se situe bien dans cette veine, reprochant à Hessel de ne pas rejeter Aubry ou DSK dans les ténèbres extérieures.

Les voeux de ce jeune homme de 93 ans ont pour soubassement - ce n'est pas pour rien qu'il cite Edgar Morin - une question d'[large]éthique[/large], qui sous-tend aussi son "[large]Indignez vous ![/large]".

Mais quoi de plus ringard que cette éthique pour ceux qui distribuent les bons et surtout les mauvais points à la mode mélenchonnienne.
Peu importe que ce monsieur soit un humaniste grandiose, un virulent défenseur de la cause palestinienne, ou un socio-traître rocardien. Sa "récupération" par plusieurs médias pour en faire un super Père Noël de toutes les gauches, mérite bien quelques sarcasmes comme je l'ai déjà dit.

Que Daniel ait modifié sa chronique pour faire plaisir à ses asinautes me fait halluciner! Dire qu'il n'y a pas si longtemps il nous parlait de le la "perverse pression des abonnés"! Et bien il le ne lui aura pas fallu longtemps pour y céder à cette pression, qui n'est pas perverse, juste sectaire. Il y a donc des gens dont on peut se moquer, et d'autres, non. Il y a des icones intouchables. Bravo, belle leçon, Daniel.

J'attends le jour où Monsieur Hessel sera invité à l'Elysée par notre cher président; j'attends la poignée de mains sur le perron, parce que Hessel ira, bien sûr; j'entends déjà Hessel nous dire que lui et Sarko ont bien des désaccords mais que Carla a été charmante.
J'attends de voir la réaction des Gavroche et autres apprentis-censeurs à ce moment-là... J'attends aussi votre réaction Daniel, ou plutôt non, je ne l'attends plus, vous vous êtes déjà couché...
Hessel nous rappelle sans doute qu'avant Noah, Douillet et Zidane, l'abbé Pierre fut longtemps le préféré des français. Qu'il agite au-dessus de nos consciences l'ancien drapeau des indignations légendaires de cet homme qui abandonna la politique en 1951, ne peut que nous le rendre a priori sympathique.

Mais cinquante ans après le combat de ces deux hommes, le constat de cet ancien ambassadeur est net : il se résume à un échec flagrant des diverses politiques qui les ont accompagnés au cours de leur vie. Non seulement rien n'a changé mais tout n'a fait qu'empirer. L'état de misère du monde et de nos vies est devenu plus que jamais insupportable. (cf. Place de la République de Louis Malle (1974) Place de la République trente ans après de Xavier Gayan)

La question est de diagnostiquer la dangerosité du système économique dominant - mis en place par les physiocrates au XVIIIe s, qui a abouti au capitalisme moderne - son potentiel d'auto-destruction, sinon son extension irréversible dans nos galaxies, auquel cas il nous faudra s'en accommoder, et se dire qu'après tout l'humanité n'était qu'une promesse vaine.

Aussi, si l'Homme mérite mieux et si il en est capable, ce système économique est-il réformable, ou bien nous faudra-t-il bien se convaincre un jour ou l'autre de construire un autre modèle radicalement différent?

Quant à l'homme de gauche", sa capacité combattive et sa créativité ne finiront-elles pas par imploser dans de vaines querelles, ou lui-même porte-t-il en son sein les contradictions de notre temps.

En cela être révolutionnaire est d'ancrer en soi le plus profondément possible la nature de nos exigences, d'où cette vigilance intellectuelle indispensable pour ne pas être engloutie par le chant des sirènes.
"Oui, enfin à cela près que la gauche de la gauche n'est pas une zone géographique où l'on choisit d'être, mais la somme des idées, concepts, progressivement chassés par ce qui s'appelle gauche, suivant un mouvement continu."

J'espère pour elle qu'elle ne se cantonne pas à être l'endroit où les rebuts de la gauche trouvent une seconde vie.
A mon avis si le but de cette chronique était de parler de la relation Hessel/médias, c'est raté ou tout du moins, ce n'est pas ce que j'en ai compris. Dire que quelqu'un est partout et parler de consensus à propos de Libé, rue 89 et Médiapart me semble un peu exagéré et puis un consensus, c'est pas mal quand on parle de la déclaration universelle des droits de l'homme.

En fait ce que j'ai retenu de cet article et de certains commentaires sur le forum, c'est que le plus grand crime de Hessel c'est de s'indigner tout en ayant des opinions politiques modérées. C'est un peu comme si seule la gauche de la gauche avait le monopole de la seule vraie indignation. J'apprécie Hessel mais je ne suis pas idolâtre et la rédaction peut bien lui poser 15 turbans sur la tête si ça lui fait plaisir, je me demande même si les idolâtres sont bien ceux qu'on croit.

Je comprends que la rédaction préfère se payer la tête d'Hessel et comme je suis quelqu'un de très tolérant, je le respecte mais si je viens sur @si c'est pour découvrir une vraie enquête sur les raisons qui ont poussé, en cette fin d'année, certains médias à mettre en avant Hessel et non pas pour lire un article plein de railleries. Je pense que c'est un piètre façon de commencer l'année mais en parlant de ça Bonne Année à vous Tous.
Donc, si j'ai bien compris, le but de ce papier est de parler de la relation Hessel/media, du phénomène médiatique, du consensus, etc.

Dans ce cas, pourquoi ne pas avoir confié l'article (a priori objectif) à Sherlock/Rochat pour une de ses fameuses mises à plat de plan de com' ?
Cela aurait été cohérent.

En revanche, se payer la tête (quasiment au sens propre) de Hessel, impliquait de passer par la chronique (a priori subjective).
CQFD ?
L'option révolutionnaire recueillant le soutien de la majorité des électeurs ! Est-ce bien raisonnable ? Restons dans nos chapelles et préparons-nous à en baver jusqu'en 20..
quelques problèmes de gueule de bois en ces fêtes de fin d'année pour "la rédaction" non ??

"Il y a embouteillage d'indignation. Les indignés eux-mêmes sentent bien les ambiguïtés de leur indignation. S'indigner, certes. Mais cela suffit-il ? Quels débouchés donner à cette indignation ? Hessel..."
on sent un peu d'amertume dans le propos....une digestion qui se fait mal c'est ça ??

eh bien oui, Hessel fait partie de ces "débouchés" à cette indignation ; il incarne une voix, parmi d'autres bien sûr, qui nous pousse à nous remettre en route !!
il nous donne envie de nous mettre debout et de le suivre !

et il est temps car nous ne sommes pas dans un sarkozystan virtuel, mais dans une république bien réelle, la mienne, piétinée par un autocrate sans scrupules qui n'entendra pas la colère tant que celle-ci se manifestera derrière des caricatures !...
Hessel ne se cache pas sous un turban , il dénonce, signe son bouquin et son appel à résister, de son nom !....
Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous, d'avoir votre motif d'indignation. C'est précieux. Quand quelques chose vous indigne, comme j'ai été indigné par le nazisme, alors on devient militant, fort et engagé.
On rejoint ce courant de l'histoire, et le grand courant de l'histoire doit se poursuivre grâce à chacun. Et ce courant va vers plus de justice, plus de liberté mais pas cette liberté incontrôlée du renard dans le poulailler.
Ces droits, dont la Déclaration universelle a rédigé le programme en 1948, sont universels. Si vous rencontrez quelqu'un qui n'en bénéficie pas, plaignez-le, aidez-le à les conquérir
(extrait de "Indignez vous !").

Qui, aujourd'hui, pourrait être assez indifférent, blasé, satisfait, pour n'avoir aucun motif d'indignation ? L'indignation est une étape.
Les étapes suivantes nous conduisent vers différentes directions : militantisme pour certains, espoirs et combat pour un changement radical de société, social-démocratie pour d'autres qui, comme Hessel, connaissent les effets destructeurs des idéologies (nazisme, stalinisme, maoïsme...) et refusent la violence des révoltes.

On ne rendra évidemment pas la société française plus juste, plus égalitaire en élisant Aubry ou Strauss-Kahn, auxquels Hessel à accordé ses satisfecits.
Je ne vois pas non plus, à l'horizon 2012, une personnalité se situant réellement à gauche, obtenir assez de suffrages pour gouverner le pays.
La révolution ? Même si j'y fais parfois allusion dans mes instants de rage anti-droite, je ne crois pas à un énorme et irrésistible élan populaire balayant le capitalisme, et porteur d'un idéal commun, ciment d'un société durablement transformée.

Alors s'indigner, oui. C'est vital. Mais pour aller où ?
A lire également " l'insécurité sociale" de Robert Castel, sorti en 2003...95 pages....
Bon, franchement, moi aussi (comme d'autres @sinautes avec qui je partage un sens du "mauvais esprit") j’ai vraiment eu l’impression de lire le résultat de la plume jalouse des 500 000 exemplaires de Stéphane Hessel (quand Crise au Sarkosistand s’est vendu à 15 000 ex.). Ca fait donc un peu « petit » cette chronique qui n’est ni juste ni constructive.
J’entends Daniel Schneidermann s’expliquer sur le consensus, tout ça, mais je n’ai pas trouvé les explications tellement crédibles…

La comparaison avec les caricatures de Mahomet ne m’a cependant pas semblé totalement dénuée d’intérêt, même si les propos de DS sont quand même très exagérés (« Pourquoi cette image, cette simple image, cette pauvre image, suscite-t-elle des réactions aussi fortes (…) ? (…) Que touche-t-elle en vous, cette image (…) » cela fait un peu psychologie de comptoir, là, non ?
Ceci étant dit, cela ne m’empêche pas, même si cela peu paraître un peu paradoxal au premier abord (mais ça ne l’est pas en fait car je suis personnellement une fervente partisane de la censure dans certaines circonstances (je m’en suis déjà expliquée à plusieurs reprises dans les forums du site)), de partager l’avis de plusieurs @sinautes sur la question du turban placé sur la tête de Stéphane Hessel : je le trouve tout à fait déplacé et inapproprié.

Enfin, un petit mot sur le fait d’ironiser quant à l’indignation de Stéphane Hessel qui n’appelle pas à la révolte. Je me retrouve tout à fait dans ses propos (Interview ½ de Rue89 ; http://www.rue89.com/entretien/2010/12/30/stephane-hessel-12-aubry-serait-ma-candidate-preferee-182841

« Sartre, que vous citez dans votre petit livre, disait : « On a toujours raison de se révolter ». Y a-t-il une différence entre la révolte qu'il appelait de ses vœux et l'indignation que vous prônez ?
SH : Il y a une nuance importante. Le « révoltez-vous » de Sartre rappelle la révolution d'Octobre, peut-être aussi Mai 68 [c'est aussi un slogan de Mao Zedong, nldr] ; des moments forts, importants, mais qui n'ont pas donné lieu à un vrai changement en termes de justice et de démocratie.
La dignité est un terme intéressant. Il figure dans l'article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme [dont Hessel était l'un des rédacteurs, ndlr] :
(…)
Le discours d'extrême gauche, même dans la bouche d'un homme comme Mélenchon, qui a des côtés très sympathiques, ne me paraît pas la réponse. La réponse, c'est la social-démocratie.
Ça a l'air d'être un vieux mot, mais il est très moderne. Ce n'est pas en se donnant à une idéologie qu'on fera progresser la société : on le fera par une réforme équilibrée et démocratique. Les idéologies ont fait beaucoup de mal, l'idéologie communiste comme l'idéologie néolibérale. »
Ce turban sur la tête d'Hessel me fait mal, c'est un manque de respect absolu et d'une. De deux , si tout le monde au Sarkozistan doit s'affubler d'un turban, quel sens donner à ce maudit turban.

M'est venu une idée cet aprem, comme ça parce que je suis une bombe à retardement, que viennent faire les caricatures de Mahomet dans cette histoire : j'ai deux solutions.

1) la défense du droit d'expression, à tout prix selon la thèse de Noam Chomsky qui lui non plus n'a pas pu venir à @si, ce qui est tout à fait possible. Admettons. Je préfère m'abstenir de ce que je pense de ces caricatures.

2) Hypothèse, les défenseurs d'Hessel dont je suis verraient en Hessel une icône telle que celle du prophète Mahomet pour les musulmans, et bien non je ne pense pas. Deuxième hypothèse dans mon number two, Hessel défend la cause palestinienne, serait à ranger dans les adorateurs de Mahomet ? Ce serait très mal pour un monsieur d'origine juive n'est-ce pas ? Sauf qu' en Israël, tous les Juifs isaréliens ne défendent pas la politique de leur gouvernement. Quant aux Palestiniens juifs vivant en Israël, leur sort est encore pire que dans la bande de Gaza, non je délire, c'est impossible.

Je suis hors sujet ? Peut-être, peut-être pas. Le secret des âmes est insondable ...... même après une très très longue et très sérieuse psychanalyse.
Stéphane Hessel, c'est l'indignation sociale-démocrate, l'indignation centriste, l'indignation molle. Et peut-être même l'indignation stratégique. Qui cachée sous la noblesse et l'humour délicat de Stephane Hessel, n'est peut-être que stratégie politicienne.

En consensus médiatique, depuis quelques semaines, nous avons également : Mélenchon populiste. Porté par BHL, par une belle tripotée de journalistes centre-gauches, par le PS bien sûr, et finalement, avec élégance peut-être, par Stephane Hessel.

Je suis effectivement prêt à comprendre que la gauche (la vraie) inquiète le PS. Et que tous les moyens sont bons pour la discréditer. D'abord la peur : Voter Front de gauche c'est aider Nicolas Sarkozy. Voter pour Mélenchon c'est faire passer le FN au second tour de la présidentielle. Puis le mépris : C'est sombrer dans le populisme. C'est tomber dans l'extrémisme, c'est succomber à la haine... Et maintenant, on tente la douceur, l'apaisement : "Détournez-vous de la gauche, Stephane Hessel l'indigné, Stephane Hessel le brave, le sage, le vertueux, vous indique le chemin : Aubry, DSK"

Alors, c'est doux, ça fait du bien, c'est drôle et délicat. Mais je ne tomberai pas dans le piège. Ce consensus est bel et bien une image sur laquelle s'arrêter. Et @si est l'endroit pour ça.

Ca n'est peut-être pas une simple indignation. Et pour le savoir, il faut résister au charme. Et ça vaut aussi pour Mélenchon et sa stratégie de communication. J'ai envie qu'on m'en parle, qu'on déjoue les mécaniques, qu'on me montre les rouages. Même si effectivement j'en pince pour lui.

Aimez Hessel, mais que ça ne vous empêche pas de vous poser toutes sortes de questions.

Alors je lui colle volontier un turban à Stephane Hessel. Et à Daniel Schneidermann aussi. Et à Mélenchon si on me le demande.
Un plaisir de lire les @sinautes !
Tout est dit dans leurs commentaires et , encore une fois , je me réjouis d'avoir fait de si belles rencontres .

J'avais espèré très fort que le ridicule ne serait pas atteint par la comparaison avec les caricatures de mahomet , - trop tard , c'est fait .

Une délicieuse ironie sur la censure qu'on voudrait imposer au grand cisailleur en chef ...

Ne pas voir le côté dégradant d'un couvre-chef volontairement ridiculisé dans ses autres articles , ne pas accepter de nous entendre et comparer son "martyre" à celui du aux caricatures de mahomet , c'est [s]stupide[/s] triste .
Tiens, BHL écrit pour @si, maintenant ?
Je crois, Monsieur Schneiderman, que vous ne couperez pas à une spéciale en présence de Monsieur Stephane Hessel ! Allez vous allez bien réussir à le décider... vous avez réussi le défi d'un succès d'Edtion uniquement via le NET...Stephane Hessel via une maison d'édition traditionnelle mais très confidentielle...c'était pas gagner pour vous deux...les petits miracles sont possibles car beaucoup, beaucoup, beaucoup de gens cherchent ce qu'ils ne trouvent plus...à savoir une sinçérité de ton, des paroles justes, de l'humour caustique, des jeunes ou vieux qui soient porteurs de toutes ces voix muselées...merci à tous deux pour vos actions, dans des registres différents, qui doivent nous réunir et non pas nous diviser.

ET PUIS ce serait bien pour rétablir les équilibres que vous portiez vous aussi le Turban sur votre photo...comme cela tout le monde comprendra qu'au Sarkosistan tout le monde porte la même coiffe...que ce soit l'homme fort, les courtisans ou les gens du peuple !

Bonne Année à tous !

PS : vous savez, monsieur Schneiderman, on sait bien que dès qu'une personne rencontre le succès au Sarkosistan, celui-ci est immédiatement analysé puis au pire discredité ou au mieux encensé et récupéré mais on commence à savoir comment cela fonctionne...nous ne sommes pas des bisounours...
L'utilisation éventuelle de l'aura de Monsieur Hessel ne saurait en rien diminuer la valeur de ses propos et de son exemple. Quelle différence entre la dignité de sa prestation et le niveau de son imitateur. En tous cas je lui tire mon chapeau !
Beaucoup d'entre nous ressentent des indignations à répétition et l'état dans lequel elles nous mettent ,c'est la plupart du temps une frustration profonde....Les crier ou les murmurer aboutit au même résultat et nous devons subir des exercices d'autosatisfaction comme celui d'hier soir 20 heures.Eteindre la Tele ne suffit pas parce qu'on va ensuite vous seriner le résumé ou les extraits sur les radios et sur les chaînes jusqu'à plus soif.
Les propos d' Hessel nous parlent. Ils viennent d'un vieux sage qui en a vu tellement. Ils correspondent à nos idées. Et même s'ils sont incomplets ils nous font du bien comme un pansement sur nos angoisses ou nos rages.Il est le seul à les proférer sans peur parce qu'il n'a plus à avoir peur. Son indignation,c'est comme s'il la partageait avec nous,et c'est ce qui explique son audience.
Que dire du turban qui s'est fourvoyé sur sa vénérable tête ? Dommage.
Un prophète est né et ses adorateurs crient au blasphème pour une mauvaise caricature.
Soutien aux travailleurs pakistanais?
bon, je vais me mettre un peu en porte-à-faux vis à vis de mes petit(e)s camarades @sinien(ne)s, mais je crois que le problème que pose DS dans sa chronique pas aimable et pas respectueuse est, pour ce coup-là, un vrai décryptage des médias et des médiaphages.

j'ai été un tant soit peu déçue par le contenu somme toute bien bien prudent et modéré de cette vidéo de bons voeux ironiques, tout en étant conquise par la dernière seconde, ce petit sourire en coin. rétrospectivement, j'ai pensé à la chose comme un gag de potache surdoué du fond de la classe, qui du coup se fait adorer parce qu'il fait du bien et soulage. rien de plus, et en tout cas rien d'autre dans le contenu, les gens auxquels il appelle à faire confiance étant de loin les derniers auxquels je ferai confiance pour un quelconque changement de société.

par contre l'effet hessel, le phénomène-même, cette sorte de hesselomanie est tout de même très particulière, notable. on l'a, notre icône ! je soupçonne que hessel joue de cela lui-même, il se sait icône, il se prête volontiers au jeu, et le boulevard qui s'offre à lui du fait de cet engouement, il le prend, parce qu'il n'y a que lui, maintenant, ces temps, qui peut le prendre et dire ce qu'il y a à dire à des millions de gens totalement désenchantés, démoralisés, démotivés et désengagés. résister, s'indigner : si, par l'usage et l'exploitation médiatique de ce nonagénaire humaniste, astucieux et malin, qui n'est pas dupe du rôle qu'on lui fait jouer, on peut secouer un peu le cocotier, (re)donner du courage à ceux qui l'ont perdu, (re)donner l'envie de gueuler à ceux qui étaient devenus aphones, ben le marronnier hessel en ce début 2011 est une bonne opération - médiatique.

anecdote : j'ai reçu le lien vers les voeux de hessel par 3 canaux différents, venant de gens qui, à ma connaissance, sont profondément dépolitisés, et qui me disent : regarde ça, ça fait du bien, el pueblo unido etc. une sorte d'électro-choc ! je me hâte du coup de les renvoyer au documentaire THE CORPORATION, qui met bien en perspective le monstre qui nous guette par rapport aux voeux ironiques mais un peu utopistes de hessel.
mes petit(e)s camarades @sinien(ne)s

D'ici à ce qu'on se mette tous à braire... Ouarf.

un vrai décryptage des médias et des médiaphages.

Je ne trouve pas.

Vu les commentaires de certains, qui démontrent que beaucoup de gens ne connaissent pas Stéphane Hessel, peut-être aurait-il fallu un article plus fouillé, plus complet. Des liens, des références.

Je sais, les 1 % qui lisent etc...
d'accord pour dire avec toi "peut-être aurait-il fallu un article plus fouillé, plus complet. Des liens, des références. "
disons, DS amorce un décryptage qui serait intéressant si...
le fait est que je trouve, moi aussi, que ce consensus autour de hessel, même venant de gens totalement dépolitisés, ça fait gling gling gling dans la tête, sonnette d'alarme, pose question (pas problème, mais question, hein ?)

ps : j'écoute la méluche et julliard sur FQ, pas mal. mais une chose me manque : ils développent l'idée de ce qu'est le peuple, mais je ne sais toujours pas ce que signifie "avoir raison", dans la phrase "le peuple a-t-il toujours raison ?"
le lien donné par vincent : méluche julliard
ce consensus autour de hessel, même venant de gens totalement dépolitisés, ça fait gling gling gling dans la tête, sonnette d'alarme, pose question

Quelle question ?

La réponse à cette question, c'est peut-être tout simplement que l'indignation de beaucoup de gens est bien réelle, et qu'elle trouve à s'exprimer par la bouche d'un ancien résistant, qui a une histoire, un parcours de militant, et tout cela en termes simples et clairs, dans un petit livre, accessible à tous. Même aux jeunes qui ne connaissent pas son (notre) histoire, même aux gens "totalement dépolitisés".

C'est aussi sans doute que toutes les autres manières d'exprimer leur indignation ont échoué :

- de moins en moins de poids des syndicats
- de moins en moins d'électeurs pour choisir entre blanc bonnet et bonnet blanc.
- de plus en plus d'individualisme, et de moins en moins de solidarité, etc...

Alors on peut sourire ironiquement devant M. Hessel, mais en attendant, à part se moquer sans expliquer, et lui coller un turban sur la gueule, on fait quoi ? L'analyse elle est où ?
Analyse, peut-être pas, mais constat d'un sacré paradoxe.

Depuis que j'entends parler de ce Hessel, j'entends "indignation", "révolte", "révolution", "résistance". Je me dis "waw, ça doit être au moins un mix entre le comité invisible et Badiou, pour que tous les révolutionnaires se l'arrache !"

Tout ça pour au final, tomber sur : Aubry, DSK, et :
"Le discours d'extrême gauche, même dans la bouche d'un homme comme Mélenchon, qui a des côtés très sympathiques, ne me paraît pas la réponse. La réponse, c'est la social-démocratie."

La réponse c'est la social-démocratie !!!
C'est donc ça, la révolte ? L'indignation ?

Comme flop, vous m'excuserez, mais c'est assez retentissant.
Alors, que ce monsieur soit infiniment respectable, à divers titre, je n'en doute pas un instant ; mais que cette vénération pour la figure du "résistant" doive nous faire gober la sociale-démocratie et Aubry comme meilleur candidate, quand c'est précisément ce libéralisme de gauche qui a été le plus destructeur en sapant tout ce qui était véritablement "révolutionnaire", c'est à n'y rien comprendre - ou plutôt, ça montre en creux le désarroi alarmant que ce libéralisme a créé. (Que Rue89 ou Libé accueillent si favorablement Hessel devrait déjà soulever quelque soupçons).

Et tout à coup, c'est DS qui se reprend une volée de tomates ; je suis certes le premier à pouvoir critiquer la ligne profonde d'@si (privilégier l'info sur la véritable analyse, etc.), mais dans le même temps je trouve infiniment regrettable cette peinture en blanc et noir, d'où il ressort que Hessel est forcément blanc, quand DS est forcément noir - sans qu'il soit possible d'entrapercevoir que, peut-être, Hessel ce n'est pas la figure si sainte que cela, et que DS n'a peut-être pas mécaniquement tort sur bien des points.
Cela me rappelle sa critique de Mélenchon sur son passage chez Drucker - petite critique sur un point de détail, mais voilà que DS était forcément affublé d'une "détestation" de Mélenchon.
Ces procédés ne me plaisent décidément pas, dans le même temps où je suis d'accord pour dire qu'@si est très critiquable : critiquer @si ne veut pas dire faire passer toute parole de DS pour une crapulerie supplémentaire, s'attaquant à des figures saintes intouchables.

Donc, pas d'accord pour cette radicalisation bicolore maintenant récurrente sur chaque sujet, et d'accord avec DS pour observer ce qui peut se cacher derrière un consensus, sans avoir peur, à l'occasion, de mettre un coup de pied dans la fourmilière consensuelle.
Enfin un peu de raison dans le débat...
Entièrement d'accord; Merci Djac !
Ben ouais. Cet homme est merveilleusement attendrissant, et là où il était intéressant de l'entendre, c'était il y a quelques mois sur le plateau de Taddeï : la confrontation avec les autres était assez drôle car, eu égard à son grand âge, la controverse ne pouvait pas être virulente bien sûr; les contradicteur étaient donc compassés à l'extrème... et au total, avec l'oeil qui frise et un sourire entendu (qui semblait montrer qu'il en était conscient), il en tirait profit... la "calme virulence" de ses propos était un peu plus radicale que dans ces "voeux". (Je me souviens qu'il avait fait montre, à l'égard de Sarkozy, d'une véritable virulence, très came, très articulée, mais assez ravageuse tout de même).

Il n'en reste pas moins qu'on sent tout de même poindre une "récupération médiatique" là où, auparavant, cet homme n'avait pas l'oreille des médias. Son petit manifeste de quelques pages vendu comme un pamphlet ravageur n'a rien de révolutionnaire, rien de ravageur... mais je m'en moque : il est foutrement émouvant de le lire en songeant au parcours de celui qui est l'auteur de ces lignes, et qui, il y a trente ans encore aurait surement trempé sa plume et nourri sa réflexion d'un peu plus de radicalité.. mais aujourd'hui, la limite de sa radicalité s'arrête aux portes de la rue de Solférino... ma foi... peu importe.

Et, médias de tout poil, laissez-le donc en paix, ou pour le moins, laissez à ses propos leur simple portée sans faire de lui un néo-ravachol de carnaval, ce qu'il n'est pas et ne prétend pas être ce me semble.
Ah, Djac... toujours sur le fil du rasoir, entre les pavés blancs et les pavés noirs...
Quelle sagesse !
Je voulais ajouter à Djac : quelle sagesse de Ponce Pilate ;o).
+10 totally d'accodac avec djac.
J'y pense rarement, mais cette fois, Dajc, j'ai voté !
Ce n'est pas Daniel Schneidermann qui est critiqué mais une chronique de "la rédaction" complétement déséquilibrée. Aucune allusion à plus de la moitié de l'ouvrage. C'est bien cela qui pourrait être qualifié de "procédé".

@si n'est certes pas un médi(um)a de type standard mais il y a quand même bien une rédaction ?
«La réponse, c'est la social-démocratie.»

http://i1213.photobucket.com/albums/cc462/Barbarinalalala/OH-MY-GOD.gif
http://i1213.photobucket.com/albums/cc462/Barbarinalalala/Colbertnooo.gif
Merci, Djac. Je commençais à avoir la nausée.
Depuis que j'entends parler de ce Hessel, j'entends "indignation", "révolte", "révolution", "résistance". Je me dis "waw, ça doit être au moins un mix entre le comité invisible et Badiou, pour que tous les révolutionnaires se l'arrache !"

Tout ça pour au final, tomber sur : Aubry, DSK, et :
"Le discours d'extrême gauche, même dans la bouche d'un homme comme Mélenchon, qui a des côtés très sympathiques, ne me paraît pas la réponse. La réponse, c'est la social-démocratie."


Bravo. Clap, clap, clap...

C'est exactement le but recherché par ce papier de la "rédaction". Déconsidérer en trois phrases et une photo mal foutue l'action de toute une vie, au service de la Résistance, la vraie, du combat pour les droits de l'homme etc... Tiens, j'aimerais bien savoir pour qui les révoltés de "la rédaction" vont voter... Juste pour rigoler cinq minutes.

L'impression qu'on a, c'est juste un ego démesuré de la part de "la rédaction", quand elle compare les chiffres : 500 000 exemplaires pour M. Hessel, ce vieux gâteux social-démocrate très mou du genou, et 18 000 seulement pour le brûlot révolutionnaire Crise au Sarkosistan...

Et les critiques fusent, de la part de gens qui n'ont d'ailleurs même pas pris la peine de lire les vingt pages du livre de "ce Hessel". Dans lequel (au passage) il n'est nulle part fait mention ni de Martine Aubry, ni de DSK. Mais des associations de défense des droits de l'homme, comme ATTAC, RESF, Amnesty International, Greenpeace, qui elles, agissent sur le terrain, et pas derrière un clavier...

Des critiques de la part de gens qui n'ont lu que les interviews données un peu partout (sauf sur ASI) par Stéphane Hessel.

Et finalement, qu'est-ce qui intéresse les journaleux de Libé, rue 89, et même ASI hélas, qui viennent des mêmes milieux, et fréquentent les mêmes cénacles ? Ceux qui posent les questions ?

Sûrement pas le savoir, ou les analyses fouillées, ou les idées, réservées à l'élite des "experts", des "spécialistes", et pas aux bachibouzouks, qui ne réfléchissent qu'avec leurs tripes, c'est bien connu, et qui s'indignent, ces cons-là, à tort et à travers. Le grand mamamouchi vous l'a dit dans son dernier cours à l'usage des crétins : "ayez des indignations... fécondes"...

Non, les journaleux s'intéressent juste à la politique politicienne, le bon gros buzz, la caricature sarkosistanaise, le rôle du bouffon du prince... Vachement plus porteur (et moins dangereux aussi, on sait jamais) de critiquer Mélenchon qui est allé chez Drucker, de causer de la copine Audrey Pulvar qui est virée, d'ironiser sur Stéphane Hessel qui va voter PS... L'année commence bien, tiens... Exit Korkos, et Judith... Pas assez d'audience.

Parler de LOPPSI, de la casse du service public, pas intéressant, les boeufs ne lisent pas les notes de toutes façons, vaut mieux écrire vite fait sur le gaz des chroniques marrantes à deux balles sur le pantin qui nous gouverne... Même éculées, elles sont à la portée des lecteurs, au moins.

Tu parles d'un "méchant coup de pied dans la fourmilière consensuelle"... ! De la part de gens qui sont en plein dans le consensus, ça fait quand même marrer. Les donneurs de leçons...

Alors, oui, dans l'interview accordé à rue 89, Stéphane Hessel parle de son opinion personnelle au sujet des prochaines élections. Il va voter pour le PS. Il a le droit, je ne partage pas son avis sur cette question, et alors ?

Je le partage sur tout le reste de son livre. Je partage ses idées de résistance, de militantisme, de courage, le message est clair, "ne baissons pas les bras". Sans doute en parlerait-il beaucoup mieux que moi, si d'aventure un illuminé perdu parmi le troupeau des journalistes lui posait les bonnes questions. Mais on peut toujours rêver.
L'impression qu'on a, c'est juste un ego démesuré de la part de "la rédaction", quand elle compare les chiffres : 500 000 exemplaires pour M. Hessel, ce vieux gâteux social-démocrate très mou du genou, et 18 000 seulement pour le brûlot révolutionnaire Crise au Sarkosistan...
Vous faites bien de suggérer qu'il s'agit d'une impression, parce que le ressenti au-delà de la frontière n'est pas du tout de la même nature. (Enfin, je ne parle qu'en mon nom)
L'irritation de nombreux @sinautes de cette file de discussion repose en grande partie sur la supposée jalousie de Daniel. Imaginez qu'il soit innocent de cette accusation, et relisez son papier.
L'engouement pour Hessel me fait très plaisir - en particulier pour sa maison d'édition habituée à davantage de confidentialité - , mais vu d'ici, la nature de cet enthousiasme, la manière dont ce succès s'organise ( et ses pièges potentiels) méritent qu'on tente un décodage.
Des vieux sages plus ou moins insoumis ayant publié des articles ou des bouquins épatants articulés sur la résistance, le militantisme, l'humanisme, il en existe quelques-uns dont l'aura n'aura pas dépassé un cercle limité, faute de relais.
Très contente que cette parole soit largement diffusée, mais n'avoir le droit d'envisager Hessel que sur le modèle de l'hagiographie me paraîtrait saugrenu dans un espace comme celui-ci.
Moi non plus je ne crois pas à cette version d'un ego de la rédaction ou de Daniel Schneidermann. D'ailleurs je ne leur attribue que peu d'importance (à ces égos).
Puisque vous l'avez lu , vous n'avez pu manquer de remarquer que l'article discuté ici ne fait aucune allusion à plus de la moitié de l'opuscule de Stéphane Hessel qui parle pourtant de son principal sujet d'indignation: "Palestine, Cisjordanie, Gaza"!
Dans la double page que lui consacre "Le Monde" des 1,2 et 3 janvier, le mot Palestiniens apparaît une fois dans les quelques 20 lignes où il est vaguement question de cette deuxième moitié. Aucune des vingt-deux personnalités "de tous horizons" qui s'expriment n'en touche un mot.
Vous ne manquerez sûrement pas non plus de corréler son indignation (page 20) devant la qualification de "terrorisme no-violent" attribué par le gouvernement israélien aux manifestations pacifiques hebdomadaires (chaque vendredi) des habitants de Bil'in et Nil'in avec la mort avant-hier de Jawaher Abu Ramah (36ans) à Bil'in, victime d'un tir de grenade lacrymogène un an après que son frère Bassem soit mort dans les mêmes circonstances et deux ans près que son cousin Ashraf ait été grièvement blessé, lui, par un tir de balle en caoutchouc.

Je pense pourtant que cette part de son indignation n'est pas étrangère au succès de "Indignez-vous!"
Personnellement, je ne remets pas du tout en cause "l'action de toute une vie", et j'admire qu'on puisse vendre 500.000 petits livres appelant à l'indignation et à la résistance, mais ça ne m'empêche pas justement de m'indigner qu'un homme comme ça puisse ensuite déclarer publiquement qu'il pense que "la solution, c'est la social-démocratie".

J'avoue, ça me fait un peu mal de voir ce gentil pépé affublé d'un turban comme notre président de droite. Mais ça me fait mille fois plus mal de l'entendre dire "la solution, c'est la social-démocratie", en sachant l'influence qu'il peut avoir.

Ce n'est pas écrit dans son livre, et alors ? Il fait figure de sage et il sort ça d'un coup après avoir appelé à la résistance ! Il y a de quoi se poser des questions, oui ou non ? On a le droit de se poser des questions, et accessoirement de se moquer un peu, car il ne s'agit pas simplement d'un gentil monsieur, mais d'un homme qui peut avoir de l'influence sur beaucoup de Français, ce que je trouve grave. Aujourd'hui, dire que la solution, c'est la social-démocratie, pour moi, c'est grave ; et le dire quand on a vendu 500.000 livres et qu'on est une figure de grand sage respecté de tous, c'est encore plus grave.

Voilà comment je vois la chose, en tant que femme à gauche du PS : un vieil homme vertueux au passé plus qu'admirable écrit un petit livre à grand succès qui appelle les citoyens à s'indigner, et réussit là un tour de force que je ne peux qu'applaudir, puis, après 500.000 livres vendus, il sort une grosse connerie qui fait tache, une grosse connerie qui sert les intérêts de la majorité au sein du PS, les sociaux-démocrates, et un certain directeur du FMI.

Je sais que ça fait mal, mais c'est un fait, et un fait qui mérite d'être souligné, car quand on vend 500.000 livres et qu'on est une figure de sage, on a une influence non négligeable. Je ne prends pas cela à la légère, et apparemment l'équipe d'@si non plus. Et voilà qu'on les attaque pour avoir osé mettre un turban sur la tête du sage. Un peu d'humour ne vous ferait pas de mal. J'aurais bien volontiers aussi mis un turban sur la tête de Simone Veil qui a soutenu Sarkozy en 2007. Je ne vois pas en quoi le fait qu'elle soit une ancienne déportée ou qu'elle ait accompli des choses admirables dans sa vie l'empêche de faire des conneries et auquel cas interdit toute critique et caricature la visant. Des gens au passé tragique et/ou admirable devenus symboles de vertu à l'échelle nationale, et qui sont donc d'autant plus respectés et écoutés, peuvent aussi faire des conneries, et parfois même de graves conneries qui méritent d'être condamnées, notamment par le rire ; car il vaut mieux en rire...

Toutefois, ce n'est là que mon opinion. Si l'on pense sincèrement qu'Hessel a raison en disant que la solution c'est la social-démocratie, c'est un autre problème et un autre débat. Moi, je pense que c'est une grosse connerie et que c'est risible quand on a écrit un livre appelant à l'indignation et à la révolte populaire. C'est mon opinion, et j'ai le droit de l'exprimer comme je le veux, dans la limite de la légalité, bien évidemment. D'ailleurs, je ne pense vraiment pas qu'Hessel, s'il le souhaitait - et je crois qu'il garde heureusement assez d'humour pour ne pas s'indigner d'une si petite chose au point de le faire -, gagnerait un procès contre @si pour cette histoire ridicule de turban. La liberté d'expression ne s'arrête fort heureusement pas à ce genre de petites images satiriques.

Bref, j'admire énormément la vie de Stéphane Hessel et son récent tour de force commercial, mais, selon moi, il a sorti une grosse connerie qui fait tache, qui est même en contradiction avec son livre, et qui risque d'être dangereuse étant donné son statut de sage. Il y a de quoi grincer des dents, et écrire des articles satiriques, c'est la vie.
Pour quelqu'un qui avait hurlé avec la meute des bachibouzouks outrés qu'on ironise sur Mélenchon, je vous trouve un peu incohérente... deux poids deux mesures, donc.

Juste deux mots :

Stéphane Hessel n'a pas fait un "coup" commercial. Il a juste poussé un cri d'indignation. Et rencontré un public.
100 000 ventes ce matin...

Et c'est bien ça qui emmerde une certaine coterie... Vaut mieux le faire passer pour un vieux gâteux, et les 100 000 crétins qui ont acheté son livre aussi.

Vous pouvez vous indigner qu'il soutienne la social-démocratie. On s'en fout. Il y a je crois, d'autres motifs d'indignation autrement plus importants. Asi n'en cause pratiquement plus, Stéphane Hessel, lui, en parle dans son livre.

Un vieux proverbe :

"Le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt".

Exactement ce que "la rédaction" a eu envie de faire passer : "Regardez donc le doigt, la lune n'est pas à votre portée."
C 'est pas 100.000 mais 500.000 ventes qui ont été faites ; renseignez vous .

Il est vrai que S.Hessel en a assuré formidablement la promotion ; pas une de ses interviews , fort nombreuses , ou il ne cite 2 ou 3 fois le titre de son fascicule .
Vous voulez en faire un homme vénal, alors renseignez-vous vous-même, car il a renoncé à ses droits sur le petit livre.
pas une de ses interviews , fort nombreuses , ou il ne cite 2 ou 3 fois le titre de son fascicule .

Comme quoi, il fait strictement comme DS, alors ? ...

400 000 ex le 29 décembre, selon rue 89.

Extrait :

Hessel a renoncé à ses droits d'auteur

Avec ce changement d'échelle, la maison d'édition se retrouve tout d'un coup confrontée à des enjeux qui la dépassent parfois -il n'y a que deux salariés équivalent temps plein : les questions sur les marges, le modèle économique d'une telle collection atypique vendue pour 3 euros seulement.

Certains ont dit que Stéphane Hessel n'avait pas manqué de sens marketing en sortant son coup de gueule deux mois avant Noël.

Non, Stéphane Hessel n'a pas touché d'à-valoir. Oui, il a renoncé à ses droits d'auteur. En tout cas pour l'instant : vu l'ampleur du phénomène, les éditeurs doivent lui reparler en janvier.

Quand la barre des 300 000 exemplaires a été franchie, il avait suggéré à ses éditeurs qu'on fasse don de sa part au tribunal Russell, dont il est l'un des parrains.

Sur 3 euros déboursés à l'achat de « Indignez-vous ! », 55% vont au distributeur, qui rémunère aussi les libraires. Les 45% de l'éditeur se ventilent entre la TVA, l'absorption des retours (dont on connaîtra l'ampleur après l'été), la fabrication.
Pour quelqu'un qui avait hurlé avec la meute des bachibouzouks outrés qu'on ironise sur Mélenchon, je vous trouve un peu incohérente... deux poids deux mesures, donc.

Je ne vois pas le rapport entre Mélenchon qui est obligé de passer par les médias de masse pour faire exister le Front de Gauche, et Hessel qui soutient la social-démocratie après avoir appelé à la résistance. Pour discréditer mon discours, vous semblez mettre sur le même plan le couscous et le pot-au-feu uniquement parce qu'il y a des carottes dans les deux. Votre carotte, ici, c'est le regard satirique d'@si qui, selon moi, est souvent pertinent, comme ici, et se révèle parfois faible, voire néfaste, comme cela a été le cas, toujours selon moi, à propos de Mélenchon chez Drucker. Mais bon, il y a peut-être quelque chose qui m'échappe. Expliquez-moi.

Stéphane Hessel n'a pas fait un "coup" commercial. Il a juste poussé un cri d'indignation. Et rencontré un public. 100 000 ventes ce matin...

Je n'ai jamais dit qu'il avait fait un coup commercial. J'ai dit qu'il avait réussi un tour de force commercial, ce qui est un simple constat - 500.000 exemplaires vendus -, qui ne veut certainement pas dire qu'il recherchait uniquement à faire un coup commercial, ou qu'il cherchait à se faire du fric. J'ai même précisé que j'applaudissais ce succès, qui selon moi est une très bonne chose.

Et c'est bien ça qui emmerde une certaine coterie... Vaut mieux le faire passer pour un vieux gâteux, et les 100 000 crétins qui ont acheté son livre aussi.

Je ne vois pas le rapport avec mes arguments, et je n'ai jamais traité Hessel de vieux gâteux, ni de crétins les gens qui ont acheté son livre ; je pense au contraire que le fait que 500.000 personnes l'aient acheté est une très bonne nouvelle.

Vous pouvez vous indigner qu'il soutienne la social-démocratie.

C'est en effet ce que je fais, et je souligne ce que je considère comme une contradiction : appelez à la résistance puis soutenir publiquement la social-démocratie.

On s'en fout.

Je m'incline devant un tel argument.

Il y a je crois, d'autres motifs d'indignation autrement plus importants.

Là encore, je m'incline devant un tel argument. Voyons Gavroche, ce n'est pas moi qui vais dire le contraire. Mais j'ai bien le droit de ne pas trouver anodin qu'un sage qui a autant d'influence soutienne publiquement la social-démocratie, même si, par ailleurs, des enfants meurent.
Il se trouve que selon moi l'élection présidentielle est très importante, et que ce genre d'évènements médiatiques, sûrement mineurs, peut malheureusement avoir une influence sur celle-ci. Cela dit, si on me démontre par A + B qu'en fait, pas du tout, la prise de position de Stéphane Hessel n'a aucune influence sur les gens qui ont lu son livre et les autres, alors je serai rassurée.
Voyez-vous, ça m'embêterait beaucoup qu'ils pensent, comme Stéphane Hessel, que voter Aubry ou DSK est un geste d'indignation, et/ou que les élections sont un évènement parmi d'autres, comme si "s'indigner" localement et/ou individuellement pouvait changer les choses - ce qui ne veut bien sûr pas dire qu'il ne faut pas le faire aussi.

Asi n'en cause pratiquement plus, Stéphane Hessel, lui, en parle dans son livre.

Je suis la première à critiquer @si sur sa mollesse et sur l'absence de traitement de sujets extrêmement importants (comme le silence des médias sur le rejet de la souveraineté du Parlement en matière budgétaire face à l'Europe libérale). Encore une fois, je ne vois pas le rapport, et je ne remets à aucun moment le livre de Stéphane Hessel en cause. Ce qui m'intéresse, c'est la connerie - ou ce qui pour moi en est une - qu'il a dite et qui est pour moi en contradiction avec son livre.

Un vieux proverbe :"Le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt".
Exactement ce que "la rédaction" a eu envie de faire passer : "Regardez donc le doigt, la lune n'est pas à votre portée."


Je ne comprends pas très bien où vous voulez en venir, ce qu'est la lune, et ce qu'est le doigt. Vous pourriez citer Lao Tseu que ça n'y changerait rien. Je ne comprends pas non plus votre colère et ce besoin viscéral de défendre à tout prix cet homme, qui n'a d'ailleurs pas besoin d'être défendu. Je comprends bien qu'appeler à la résistance est une chose admirable - pas besoin d'avoir beaucoup de neurones pour le comprendre -, mais je pense aussi que soutenir publiquement la social-démocratie est, selon moi, une grosse connerie. Cet homme est donc admirable, certes, mais, selon moi, il a dit une grosse connerie qui est en contradiction avec son livre et qui peut avoir un impact, compte-tenu de son influence. Où est le problème ? Si j'étais vraiment méchante, je dirais que mes opinions politiques me poussent à présumer qu'il ne comprend pas grand chose à la politique actuelle, ou qu'il est utilisé par le PS, mais je me contente de dire qu'il a dit une connerie. Ça arrive aux meilleurs d'entre nous. Ce qui est regrettable, c'est qu'il l'a dite publiquement et qu'il a de l'influence.
Voilà une façon intéressante de poser le débat et vous avez le mérite de déclarer votre appartenance politique.

Pour ma part, rien ne m'irrite dans l'appellation "social démocrate" et je pense que pas mal de lecteurs d'ASI s'y reconnaissent plus ou moins.

D'autres revendiqueront d'autres appartenances : écologistes, libéraux, maoïstes, anarchistes, que sais-je encore...

Quand je viens sur ASI, je recherche de l'analyse des produits médiatiques, et si possible avec objectivité et distance. C'est cela qui nous rassemble je crois, une envie de comprendre les mécanismes de l'information, en toute indépendance.

Les sermons politiques ne m'intéressent pas. Que DS veuille se situer toujours plus à gauche dans le champs des "journalistes d'opposition" parisiens ne m'intéresse pas.

Quand au turban, il faut le retirer et il est bien sûr temps de signer cet article, car l'effet général est des plus raté.
Je ne vais pas réamorcer un débat sur la social-démocratie. Par ailleurs, qu'on puisse écrire "comprendre les mécanismes de l'information, en toute indépendance" me fait toujours bondir, car je ne crois pas au mythe de la neutralité, de l'objectivité, ou de l'indépendance idéologique, dans le domaine du journalisme politique, et je considère même comme néfaste le fait qu'on puisse se revendiquer ou se croire neutre. Mais là aussi, ce thème pourrait nous emporter loin, et je n'ai plus la force de me répéter comme il y a quelques semaines.
L'objectivité est certes toujours un idéal, mais il ne faudrait pas la jeter sous prétexte qu'elle est inatteignable.

Selon moi, on risque - en s'engageant trop vite à l'extrême gauche - d'entrer dans une vision unilatérale et finalement de perdre sa crédibilité.

ASI n'est pas du journalisme politique mais d'abord un site d'analyse des médias. Si l'émission m'a séduit il y a déjà longtemps à la télévision, c'est par cette dimension de recul et de détachement. Ça en faisait quelque chose de différent, un temps de la réflexion qui s'opposait au feu de l'actualité. Un discours construit dans le calme et posé, antidote à ceux qui "crient avec les loups". Les chroniqueurs faisaient d'ailleurs appel aux statistiques, à la psychologie ou à d'autres sciences humaines.

Je ne demande pas un ASI plus neutre, mais plus réfléchi et plus argumenté, il n'en sera que plus tranchant. Et oui, qu'il reste à une certaine distance de l'engagement politique (quel qu'il soit). C'est bien sûr un vieux débat.

Et puis ôtez donc ce turban !
Se revendiquer ou se croire neutre est toujours dangereux en journalisme politique, cela ne veut pas dire qu'il faille tomber dans l'unilatéralisme ! Pouvoir se remettre en question, écouter les autres et chercher les limites de ses propres discours n'est pas du tout incompatible avec l'engagement politique. L'engagement politique n'implique pas forcément un dévouement aveugle et total à quoique ce soit - une idée, un homme, un parti. Une idée doit toujours être soumise à toutes les contradictions et à toutes ses alternatives possible. Si elle résiste, c'est qu'elle est juste, ou qu'elle est la meilleure possible. Un homme ne doit jamais faire l'objet d'un culte, c'est une évidence, mais admirer quelqu'un ne veut pas forcément dire qu'on lui voue un culte et qu'on est d'accord avec tout ce qu'il dit. Et qu'est-ce qu'un parti ? Quel parti est le Parti de Gauche, qui invite ses adhérents à toujours se remettre en question, à débattre avec les membres d'autres partis et à s'éduquer le plus possible ? Que veut dire s'engager au Parti de Gauche ? Le contraire de vos préjugés sur l'engagement politique.

Et qui a parlé de s'engager "trop vite" à "l'extrême gauche" ? Je ne suis pas d'extrême-gauche, je ne l'ai d'ailleurs jamais été ; le Parti de Gauche n'est pas un parti d'extrême-gauche - ou alors définissez l'extrême-gauche - et je ne me suis jamais engagée "trop vite" en politique, c'est à dire sans réfléchir. Je ne fais que réfléchir, dans la mesure de mes capacités.

Par ailleurs, analyser les médias, c'est en grande partie analyser les journalistes politiques, comme les hommes et femmes politiques dans les médias, et donc ne pas pouvoir échapper au journalisme politique. Les journalistes d'@si, même s'ils critiquent les médias, restent eux-mêmes des journalistes. On peut et on doit avoir assez de recul et de détachement pour pouvoir réfléchir par soi-même et le plus justement possible, mais jamais au point de se croire "neutre", c'est à dire pour moi inhumain. En journalisme politique, réfléchir le plus justement possible n'est pas opposé à l'engagement politique ; selon moi, c'est tout le contraire. Vous être d'ailleurs victime de clichés : pour vous, "recul", "détachement", discours "calme et posé" riment avec science, "réfléchi", "argumenté", qualité, raison. Vous souhaitez donc qu'@si "reste à une certaine distance de l'engagement politique (quel qu'il soit)". Votre phrase équivaut à dire que tous les engagements politiques se valent, et que la critique des médias, et donc les médias mêmes, échapperaient par magie à la sphère politique. Ce n'est pas difficile de constater que c'est faux.

Je me répète encore une fois : je pense comme Howard Zinn qu'il est absurde et néfaste de refuser de s'engager ou de "mettre entre parenthèses" son engagement (comment serait-ce possible ?) au nom de la Raison, et je le rejoins quand il écrit que la passion, que vous condamnez dans tous les cas (vous préconisez "un discours construit dans le calme et posé, antidote à ceux qui "crient avec les loups"."), n'est pas par essence opposée à la raison ; elle peut et elle doit au contraire la servir, et inversement.

Votre réflexion confuse est partagée par la majorité des journalistes et, pire, des universitaires historiens, et elle est à l'origine de comparaisons extrêmement dangereuses, comme celle qui lie Mélenchon à Le Pen, à partir du simple fait que les deux auraient des discours "extrêmes" ou "populistes".

Voici ce qu'a écrit Howard Zinn, dans You Can't be Neutral on a Moving Train, traduit par L'impossible neutralité :

« L’intellectuel n’aime guère les démonstrations d’émotivité. Il les considère comme des insultes à ce qu’il vénère par-dessus tout : la raison. L’une de ses louanges favorites est « dé-passionné ». Les mots « calme », « judicieux », « raisonnable » semblent chez lui s’appeler les uns les autres. Il montre du doigt les diaboliques manipulateurs d'émotion : les Hitler, les démagogues racistes du Sud, les charlatans de la religion, les guérisseurs. Et pourtant, assis dans une église baptiste noire du Sud profond à écouter les gens chanter "We shall overcome... We shall overcome..." et crier "Freedom, freedom !", notre intellectuel pourrait bien éprouver une bouffée de joie et d'amour vaguement teinté d'un léger malaise devant une démonstration aussi spontanée d'émotivité. [...] Pour soulager l’embarras de notre intellectuel bouleversé par l’émotion, il lui faut dire qu’il n’existe pas forcément de lien entre émotion et irrationalité. On peut proférer un mensonge très calmement et dire la vérité en étant intensément troublé. »
Mouffette, quand je lis vos messages, c'est dingue, j'entends très distinctement le cliquetis énergique de votre clavier !
:-)

(Mais n'étant pas française, je reste sur ce sujet dans une posture d'observatrice...)
@ Mouffette

En ce qui me concerne, ce qui me dérange, au delà de la prise de position d'Hessel en faveur de la sociale démocratie ( idéologie que je combat également), c'est le choix délibéré d'@si d'intervenir sur le sujet, en se cachant dérrière l'envoyé spécial au Sarkozistan...
Avoues qu'au niveau clarté, y'a mieux...Le Sarkozistan, à mon avis, c'est la critique non assumée d'un monarque, sans parler de la monarchie, c'est regarder le monde par le petit bout de la lorgnette, et désigner un ennemi facilement "descendable"parce que caricatural "à l'état naturel"...Le Sarkozisme est l'aboutissement visible et apparament décomplexé, d'une idéologie qui mène la danse depuis quelques dizaines d'années, en ce sens, c'est presque salutaire car cela aura eu le mérite de réveiller quelques endormis (dont je faisait partie) et de les jeter dans l'action...
Ne parler que de Sarkozy, c'est taire le système qu'il (mais aussi tant d'autres, cachés sous des masques d'opposants) sert, et qui vise à instaurer l'oligarchie comme valeur de société...Il en va d'@si, comme des autres médias, la parole est donnée qu'au travers de forums aux citoyens lambdas...Pour le reste, nous sommes toujours entourés d'experts en tous genres, qui parlent en notre nom, ou tout du moins qui sont invités pour cela...Une sorte d'oligarchie à tous les étages, qui de l'entreprise, privée, publique, ne donnera la parole aux "péquins moyens"que dans la mesure où cela ne remet pas en cause leur "leadership".
Là aussi, cela nous donne à voir, à appréhender le monde, qu'au travers du prisme imposé par d'autres. Les peuples ne sont visibles et audibles que si celà "sert"des intérêts particuliers...
Le livre de Mr Hessel s'est vendu à 500000 exemplaires, apparament (je ne l'ai pas lu) ce qu'il y dit est en phase avec la "révolte qui gronde". C'est un signe des temps, un constat, qui, il me semble est partagé par beaucoup de peuples à travers le monde...Ce qui ne présage en rien des "solutions"qui seront ou non apportées...
"Crise au Sarkozistan", mais aussi "qu'ils s'en aillent tous"ou les livres des journalistes de Médiapart sur l'affaire Bettencourt, le "on nous appelle les Karachi"de proches des victimes, rencontrent des "succés"importants, qui sont des signes que quelque chose bouge...
Une sorte de raz le bol général, qui cherche, tâtonne, pour trouver une issue à tout celà...L'unité de tout cela est l'imperfection, inhérente à l'humanité, il n'existe pas d'hommes ou de femmes providentiels, ni de système parfait, et c'est souvent en allant au bout des choses que l'on s'apperçoit qu'elles ne sont pas bonnes...En ce sens, l'idéologie capitaliste, me semble avoir été poussée jusqu'au bout, et arrive "en fin de cycle".
Ce qu'il adviendra, je n'en sais rien, même si "j'oeuvres"à la possibilité d'un changement, selon moi incarné ( avec ses imperfections et difficultés) par le mouvement initié par le Front de Gauche...Transformer une indignation en action collective de tous pour tous est le "challenge"auquel nous devons faire face, la tâche est immense, à la mesure des enjeux pour l'humanité.
Je reste persuadé, que quoiqu'il arrive, nous allons être amenés à changer, et qu'il faut d'ores et déja arriver à penser l'intérêt général, donc de s'extraire de son cas particulier pour penser ce qui pourrait être bon pour tous...
Allons-y....
En ce qui me concerne, ce qui me dérange, au delà de la prise de position d'Hessel en faveur de la sociale démocratie ( idéologie que je combat également), c'est le choix délibéré d'@si d'intervenir sur le sujet, en se cachant dérrière l'envoyé spécial au Sarkozistan...
Avoues qu'au niveau clarté, y'a mieux...


À la place de Daniel Schneidermann, j'aurais signé l'article, et j'aurais même été plus virulente. Mais l'accuser de se cacher - le lâche - derrière l'envoyé spécial du Sarkozistan, ça me fait bien marrer. Tout le monde sait que "la rédaction" renvoie et a toujours avant tout renvoyé à Daniel Schneidermann. Dans les médias de masse, et dans la tête de tous les gens qui connaissent ASI, ASI est presque carrément synonyme de Daniel Schneidermann. On dit : "dans l'émission Arrêt sur Images de Daniel Schneidermann". C'est donc ici une histoire de style, de panoplie du thème Sarkozistan, par ailleurs parfaitement critiquable - je trouve ça assez lourdingue et souvent faussement piquant -, mais là n'est pas la question pour la majorité des @sinautes qui se sont offusqués de voir Hessel coiffé d'un turban.

Qu'on critique le procédé des chroniques du Sarkozistan, je le comprends tout à fait. Je trouve ça en général faussement piquant : il est souvent plus facile de choisir des sujets selon moi faciles - c'est à dire déjà traités par tous les médias de masse - et de mettre un turban de temps en temps sur la tête de gens déjà largement critiqués - Sarko et co -, plutôt que d'écrire sur des sujets plus "casse-gueule" pour un journaliste qui se veut "apolitique" (terme que je déteste), car ces sujets lieraient directement @si à une position politique précise. Je me trompe peut-être, mais c'est souvent comme ça que je vois les choses : par exemple, ils ne veulent pas faire un article à propos du silence des médias sur le rejet de la proposition de loi garantissant la souveraineté du Parlement en matière budgétaire face à l'Europe, peut-être parce que ça les lierait directement au Front de Gauche (ou à Emmanuelli. lol). Mais ce n'est qu'une hypothèse.

Le problème, c'est que dans le cas de Hessel c'est tout le contraire : la "rédaction" ose critiquer "à contre-courant" un homme encensé par tous, et dans ce cas je trouve ça justifié, pertinent, même si c'est toujours un peu lourdingue - je ne suis pas fan du turban. Si je devais l'enlever, ce ne serait donc pas par censure, mais juste parce que c'est un peu lourdingue. Cela dit, je ne le ferais quand même pas, tout simplement parce que ça a le mérite d'être simple et de frapper l'œil et l'esprit - la preuve : tant de gens s'en offusquent, ça a donc fait mouche. Le journaliste n'échappe pas à notre époque : il faut aujourd'hui frapper l'esprit à l'aide de procédés simples et saillants pour être remarqué et entendu dans notre société de masse. Lorsque ces simplifications ne cachent que du vide ou de mauvaises intentions, il y a un gros problème, et c'est dangereux. Lorsqu'elles portent un message juste et pertinent, pourquoi pas ? En politique, c'est même aujourd'hui nécessaire.
Ceux qui réclament que le turban soit enlevé, trouvent simplement cet accessoire dénué de sens, inapproprié dans le cas de Hessel.
Juléjim a très bien expliqué pourquoi, quelque part sur ce fil.
Très loin de "faire mouche" comme vous l'écrivez, l'image est affligeante, et le commentaire ajouté qui l'accompagne tente laborieusement et inutilement de la justifier.
M’enfin, Ulysse, vous la trouvez souhaitable toute cette pression sur Daniel pour qu’il se soumette à ceux qui veulent diriger sa plume pendant qu’il écrit ? (Paradoxalement, les mêmes souvent qui prêchent la désobéissance, amusant…)
Je ne trouvais pas non plus que le turban sur Hessel soit l’image la plus réussie, mais quoi ? Qui veut exprimer son désaccord en a tout le loisir, et personne n’est muselé. Et Daniel a pris la peine de s’en expliquer, ses propos ne vous convainquent pas, et bien çà aussi, vous avez le droit de le formuler.
Et traiter l’image publique de ce très respectable vieux monsieur de manière un peu cavalière, voire avec un chouïa de mauvais goût est sans doute aussi une manière de rendre hommage à sa modernité et à sa vivacité d’esprit.
Je serais bien curieuse de savoir ce qu’il en pense, pas impossible que çà le fasse bien se marrer !
Le turban sarkozi est un couvre-chef destiné à tourner en ridicule les hommes de pouvoir. Ceux de l'actuel gouvernement, comme Fillon et Sarkozy, les personnes de leur entourage comme Carla Bruni, les larbins des médias comme Elkabbach...
Hessel n'appartient pas à leur coterie. Il s'y oppose. Modérément, diront certains, mais il n'y a aucune raison de lui faire porter les pièces de vêtement des indignes dignitaires sarkozistanais.
Je trouve cette assimilation infondée, et je l'exprime. Il ne s'agit pas uniquement d'une question de "mauvais goût". D'ailleurs, le goût... je ne suis pas arbitre des élégances.
C'est surtout pour moi un plantage, une flèche décochée inconsidérément, qui rate sa cible.
Pour résumer, je trouve ça très con.
Le turban sarkozi est un couvre-chef destiné à tourner en ridicule les hommes de pouvoir. Ceux de l'actuel gouvernement, comme Fillon et Sarkozy, les personnes de leur entourage comme Carla Bruni, les larbins des médias comme Elkabbach... Hessel n'appartient pas à leur coterie. Il s'y oppose.

C'est encore une histoire de style, et des limites du thème du Sarkozistan. Personnellement, je l'étendrais volontiers à tous les Hommes politiques libéraux comme à tous ceux qui détruisent selon moi le socialisme, et qui œuvrent donc contre l'intérêt général - les sociaux-démocrates, dont Aubry, DSK et des gens comme Valls, en font selon moi partie - et à toutes les célébrités qui les soutiennent, dont malheureusement Hessel. Je pense justement que c'est ce que fait ici "la rédaction". En tout cas, c'est comme ça que j'interprète le thème du Sarkozistan. Je projette bien sûr ma propre vision du monde sur ces chroniques, mais ça ne veut pas forcément dire qu'elle ne correspond pas du tout à celle de l'auteur ; tout le monde ne lit pas de la même manière, ne regarde pas de la même manière, mais la concordance existe. En tout cas, je peux défendre, de manière raisonnée, mon interprétation.

Dans ce cas précis du turban sur l'honorable tête de Hessel, vous comprendrez donc facilement pourquoi je trouve cette image satirique, leitmotiv du Sarkozistan, justifiée et cohérente, étant donnée mon interprétation du thème du Sarkozistan, ma position politique et ce qu'a publiquement déclaré Hessel. Selon moi, soutenir publiquement la social-démocratie, c'est œuvrer contre l'intérêt général. Hessel œuvre donc contre l'intérêt général quand il déclare qu'il soutient la social-démocratie. C'est particulièrement triste quand on sait qu'il a défendu l'intérêt général toute sa vie - notamment en tant que Résistant et que rédacteur de la déclaration universelle des Droits de l'Homme -, ainsi que dans son petit livre à succès.

Bref, c'est le droit de Daniel Schneidermann d'étendre son thème du Sarkozistan ; c'est préférable que cela reste cohérent, et ici, selon moi, ça l'est ; tout comme c'est le vôtre de critiquer ses articles, mon interprétation ou mon attaque contre la social-démocratie. Dans tous les cas, personne n'a le droit d'imposer à l'autre son point de vue, sauf si ce point de vue est celui de la loi. Si Daniel Schneidermann avait très sérieusement et sèchement écrit "Hessel soutient Sarkozy", cela aurait été fondé sur une absence totale de preuves ; cela aurait donc été un mensonge diffamatoire, ce qui est condamnable. Là, il s'agit simplement d'une image qui s'inscrit dans un thème satirique récurrent et qui vient illustrer un fait : Hessel, qui appelle à la résistance citoyenne, soutient la social-démocratie. Ce genre de satire politique est tout ce qu'il y a de plus banal dans un pays qui respecte la liberté d'expression.

Selon mon interprétation, tout le monde ne peut pas être affublé du turban du Sarkozistan, sinon, il ne veut plus rien dire, et n'a plus aucun intérêt. Ce turban dénonce selon moi le fait que l'on ne défende pas l'intérêt général, d'une manière ou d'une autre. Turban = libéralisme et forces qui ne lui font pas obstacle, corruption, individualisme, autoritarisme, mauvaise foi en politique, etc. Voilà mon interprétation du thème du Sarkozistan. On peut ne pas avoir la même, mais cela ne veut pas dire que la mienne est absurde ou incohérente ; ou alors il faut le prouver.

Si Mélenchon était affublé d'un turban, sans être devenu libéral, gravement malhonnête ou social-démocrate, là, je m'énerverais sec, car je pense que le Front de Gauche, dont il est le représentant le plus connu, défend aujourd'hui le mieux le socialisme, la république et donc l'intérêt général - et je crois pouvoir facilement le prouver -, contrairement à Aubry, DSK, ou Valls. Je serais en colère, j'argumenterais, je pourrais me tromper, mais à aucun moment me viendrait à l'esprit d'exiger de Daniel Schneidermann qu'il retire le turban que je ne saurais voir de la tête de Mélenchon. Désolée, mais c'est d'un ridicule !
N'essayez pas de faire apparaître ceux qui se sont offusqués de la présence du turban sur la tête de Hessel, comme des maniaques de la censure, mouffette. Ce n'est pas le cas.
Perso, je me fous que Hessel aient des sympathies pour la social-démocratie. Rien ne m'oblige à le suivre sur ce terrain-là. Mais encore une fois, je trouve lamentable de le caricaturer en dignitaire du Sarkozistan, au même titre que les représentants de la droite dure régimaire.
Cela d'autant plus que le caricaturiste est DS qui, en 2007, a hésité entre le vote Royal et le vote Bayrou. Comme le faisait remarquer Gavroche, il est des options plus révolutionnaires.
Je veux bien croire qu'en trois ans et demi il se soit gauchisé, mais si vous comptez sur lui pour rejoindre bientôt les rangs du PG, vous risquez d'être déçue.
N'essayez pas de faire apparaître ceux qui se sont offusqués de la présence du turban sur la tête de Hessel, comme des maniaques de la censure, mouffette. Ce n'est pas le cas.

J'ai cru qu'un ou plusieurs @sinautes avaient demandé qu'on retire le turban de la tête d'Hessel, non ?

Je vous ai simplement répondu en vous donnant mon avis sur la satire, car je n'étais pas d'accord avec vous sur le fait que cette image représente une "assimilation infondée". Je vous ai livré mes arguments, que vous ignorez totalement. Tant pis.

Et je ne vois pas tellement le rapport avec le passé de Daniel Schneidermann.

si vous comptez sur lui pour rejoindre bientôt les rangs du PG, vous risquez d'être déçue.

Je ne suis pas naïve, et qu'il "rejoigne les rangs du PG" ne changerait pas ma vie, merci bien.
"Déconsidérer en trois phrases et une photo mal foutue l'action de toute une vie, au service de la Résistance, la vraie, du combat pour les droits de l'homme"

Trois phrases, mais quelles phrases !!

Alors, tu n'as que "résistance" et "CNR" à la bouche (enfin, au clavier), comme si cela devait être une immunité diplomatique automatique contre la critique et la caricature, et tu as devant toi quelqu'un qui prône la social-démocratie, c'est-à-dire exactement ce qui a le plus contribué à détruire les constructions du CNR, et pire, qui a le plus entraîné les esprits à ce que cela soit accepté comme une chose bonne et souhaitable, et ça ne fait pas tilt ?
Il n'y aurait pas quelque chose dans la trajectoire de Hessel qui ressemble au retournement idéologique qui a le plus contribué à nous plonger dans le libéralisme le plus profond ?
(Si on leur demande, Aubry et DSK, et même Bayrou, sont aussi des indignés, des révoltés, tu sais... Si on leur pose la question, Philippe Val et Laurent Joffrin sont aussi des gens qui s'engagent, et s'indignent, et luttent pour les droits de l'Homme...)

Et qu'est-ce que c'est que ce mythe du "résistant", seul contre tous, tellement vénéré qu'il est insupportable de le voir avec un turban sur la tête ? Ce mythe n'est pas questionnable, cet attachement de la gauche au premier "messie" résistant venu n'est pas interrogeable ? Tu ne te poseras donc pas la question, juste parce que c'est DS qui la pose ?
Alors, quelles analyses fouillées, quel savoir possible si on ne se pose pas ces questions, si on ne remet pas en cause, soi-même, ses propres idoles, ses propres mouvements d'adhésion ? Ne serait-ce pas le meilleur moyen venir d'éviter de se plaindre, par la suite, d'être accusé de "bachi-bouzouks qui ne réfléchit qu'avec ses tripes" ?

Et qu'est-ce que c'est, tout d'un coup, de comparer les mérites relatifs de livres par leur nombre de ventes ? Parce que Hessel vend beaucoup, cela montrerait qu'il a plus raison ?

Et donc, être du côté de l'analyse fouillée, être du côté du savoir, c'est faire dans le procès d'intention ? C'est faire dans le "si vous critiquez Hessel, c'est juste que vous êtes jaloux" - procédé qui, sous la plume de DS ou d'un autre, vous ferait hurler ? Et qu'est-ce que c'est que cette confusion permanente entre critiquer Hessel, et ce ressentiment (qui, pardonnez-moi, mais devient vraiment humainement malsain) contre DS, comme si l'un devait influencer l'autre (Hessel devient encore plus respectable du moment que c'est DS qui le critique...?) ?
Djac, ou tu n'as pas lu l'ensemble de ce que j'ai écrit, ne reprenant que des phrases tronquées par ci par là, ou bien tu veux avoir raison.

Dont acte.

En clair, et pour finir, je trouve juste dommage qu'Arrêt sur Images n'ait rien trouvé de mieux à se mettre sous la chronique pour le 1er janvier, que la question essentielle : pour qui va voter ce prétendu révolté ?
Djac, ou tu n'as pas lu l'ensemble de ce que j'ai écrit, ne reprenant que des phrases tronquées par ci par là, ou bien tu veux avoir raison

Et hop ! Sous le tapis, les questions...
Et ouais.
Stupéfiant cette incapacité récurrente à se désengluer de deux trois idées figées qui tiennent lieu d'unité de mesure à tout ce qui dit sur n'importe quelle file de discussion de ce site, où pourtant l'on s'attend à fréquenter de l' esprit critique et de l'ouverture d'esprit !
Mais enfin, merde, j'ai déjà répondu à toutes tes questions... Si tu appelles ça des questions, et pas des affirmations péremptoires.

Je dis juste et en clair : PARLER DE STEPHANE HESSEL EN SE FOUTANT DE SA GUEULE JUSTE PARCE QU'IL VOTE SOCIALO ME PARAIT UN PEU LEGER. C'EST OUBLIER UN ¨PEU VITE TOUT LE RESTE, ET NOTAMMENT LE CONTENU DE SON LIVRE, QUE FINALEMENT PEU DE MONDE ICI A LU.

JE VAIS DONC VOUS LAISSER ENTRE GENS DE BONNE COMPAGNIE, FREQUENTABLES, PLEINS D'ESPRIT CRITIQUE ET D'OUVERTURE D'ESPRIT.

VOUS POURREZ DONC VOUS CONGRATULER A LOISIR. SUR LE SITE LE PLUS OBJECTIF DE LA TERRE, AVEC UN PATRON FORMIDABLE. QUI A ECRIT LE BOUQUIN LE PLUS MERVEILLEUX DE CE DEBUT D'ANNEE.
SUR DU RIEN.
Aller Gavroche, ne t'énerve pas, tout a été dit en effet, en particulier par toi, et d'autres.

Désormais pour nuancer mes propos, je prendrai exemple sur DS.
Ben moi je ne veux pas nuancer mes propos... je tiens à rester un peu "brute de décoffrage" et à m'indigner pour un oui ou pour un non.
A quoi bon se mettre d'accord quand chacun apporte un éclairage différent à une phrase ou un comportement...
On peut être déçu par Hessel pour son soutien à la démocratie molle du PS, et alors ? Il a ressorti une petite graine qui est peut-être le début de la désobéissance civile... Certes, il est loin de prôner la désobéissance. Ce ne serait pas raisonnable de toutes façons et ils serait encore plus villipendé qu'il ne l'a été il y a un mois.
Après résister, c'est désobéir qu'il faut. Parce que, jusqu'à présent, les seuls qui aient fait avancer les choses, c'étaient avant tout et contre tous des désobéissants (Mandela, et bien d'autres) ! Ca n'a rien à voir avec une pseudo-critique d'un consensus mou. Après résister, c'est désobéir qu'il faut.
Et je suis prête à faire le pari qu'on n'entendra guère parler de désobéissance civile pendant l'année 2011, que ce soit dans la presse papier, les mass media ou sur @si... mais qu'on se moquera encore et toujours de quelques personnes en disgrâce ou en passe de l'être... Se moquer de l'autre sans penser à commencer à se moquer de soi-même me paraît être un exercice de style bien franchouille.
C'est pourtant élégant, de faire de l'humour en commençant par se moquer de soi-même...
C'est pourtant élégant, de faire de l'humour en commençant par se moquer de soi-même...
A méditer.
:-)

C'est pourtant élégant, de faire de l'humour en commençant par se moquer de soi-même...


Y'a du poisson dans ce que vous dite et j'approuve!! La classe.
Desproges avait ce dont de l'auto dérision et je pense que beaucoup de travail sur soi même est nécessaire voir salutaire dans ce cas! voici:
"en conséquence il faudra se montrer très minutieux au moment de faire son inventaire morale...cela nous aideras à penser avec plus de clarté et à juger avec plus d'honnêteté...preuve concrète de notre complète bonne volonté d'avancer" A.A World Service, INC 2004.
Certains l'ont fait, d'autres non...et continueront à ce moquer de l'autre et que de l'autre...et au delà de la faute de gout, n'y aurait il pas là, dans ce cas un soupçon d'orgueil démesuré. De ces gens là leur reste peut être "l'auto défense sans arguments" lorsqu'on les nome?

T'chô.
Donc, c'est toi qui hurle en majuscule, mais c'est moi qui suis péremptoire et qui veux avoir raison à tout prix.
Intéressant.
(ça pourrait faire un sketche des Monthy Python : "MAIS PUISQUE JE TE DIS QUE TU ES PÉREMPTOIRE !" ...).

Ce que tu montres là, en finissant par déborder ouvertement d'exaspération et de colère, c'est en fait la faille qui me fait réagir ; au fond, je défends moins DS en soi (qui doit s'en foutre - et moi aussi - et n'a pas besoin de moi pour se défendre), j'attaque moins Hessel en soi (juste que son social-libéralisme et l'unanimité autour de son livre pose beaucoup question - ça veut dire quoi indignation et révolte, si tout le monde se dit indigné et révolté ?), que je ne réagis à ce que l'on peut voir comme un tel ressentiment personnel, une telle fracture personnelle chez beaucoup de gens de gauche et d'extrême-gauche, qu'ils semblent avoir besoin de se parer de grandes vertus révoltées comme on se fabrique un bouclier pour se protéger de cette fracture intime et psychologique (quelle qu'elle soit).
Non pas que toute cette révolte ne peut pas avoir dans le même temps un fondement politique véritable, évidemment, mais cet ancrage intime, ce besoin de se protéger contre soi-même en se parant par exemple des vertus d'indignation et de révolte, comme par exemple en portant si haut au pinacle Hessel (manière de s'approprier un peu de son superbe parcours - "moi aussi je suis un peu un Hessel") se constitue évidemment assez vite comme un obstacle quasi-infranchissable au questionnement - qui apparaît alors comme insupportable.
Questionner un argumentaire, c'est pas très grave, et pas très émotif ; questionner quelque chose qui est lié à une faille intime et à l'estime de soi, ça le devient fortement (et je me mets bien évidemment dans le lot).

Je crois en la nécessité absolue, si l'on veut vraiment devenir raisonnable (au sens propre), de se questionner sur soi-même, sur ses propres réflexes, ses propres réactions ; non pas pour devenir parano de soi-même, mais tenter d'identifier (et peut-être se débarrasser, mais ce n'est jamais facile) la manière dont, nous tous (encore une fois, je me mets dans le lot), on en vient facilement à croire raisonnable ce qui n'est qu'en fait des constructions tentant de consolider une estime de soi et et d'abolir une peur du monde.

(Michéa est beaucoup plus direct et impitoyable que ce que je viens de dire sur ce sujet - notamment p165, et p186 à 191; l'empire du moindre mal)
l'unanimité autour de son livre pose beaucoup question

DS et toi êtes bien en phase sur ce sujet. L'unanimité, c'est forcément suspect... Enfin, sauf pour les élections, je suppose. Là, les gens ont le droit d'être unanimes. D'ailleurs, seul le bulletin de vote est important, pas les idées, la preuve. On ne parle que de ça.

Pour le reste de ton message, merci vraiment pour la psychanalyse. Je vais de ce pas soigner mes failles et autres fractures intimes, psychologiques et bachibouzoukesques...

J'espère réussir à devenir "raisonnable", pour pouvoir réintégrer un jour les rangs des gens si ouverts d'esprit sur ce forum... Faut que je me tienne prête pour 2012, quand on me demandera mon tout petit avis.
Plutôt que de te braquer, as-tu juste au moins une seconde envisagé ce que je disais comme contenant possiblement du sens ? Ou c'est juste du rejet en bloc, comme ça, hop, on me met dans le même sac que DS, et zou c'est réglé?

L'unanimité n'est pas "suspecte". Elle est questionnable. Confondre les deux...
Djac, je ne te mets "dans le même sac" avec DS que sur ce point. Après, soit on jette le sac à la mer ou... (je plaisante)

Ce que je voulais dire (mais es tu bien sûr d'avoir lu mes posts...?) et sans doute l'ai-je mal exprimé, c'est que même si je ne partage pas les options électorales de Stéphane Hessel (je crois que tu me connais assez pour ça), je trouve que ne traiter son livre, son indignation, son appel, (ou quel que soit le mot que tu souhaites utiliser pour le dire), que sous l'angle "le révolté qui appelle a voter Aubry" me semble un peu léger. De même que lui coller un turban, justement pour cette raison.

Quand on connaît un peu l'histoire du bonhomme et de ses engagements.
Quand on aurait pu faire un article un peu plus étayé
Quand on pourrait l'inviter et lui poser les bonnes questions, et lui demander les motifs de son indignation (et pas seulement pour qui il vote, parce qu'à priori, chacun fait ce qu'il veut).

Et oui, je trouve plutôt bien cette unanimité autour de son livre. Parce qu'elle est choisie. Et qu'elle émane de gens d'horizons très divers, et je ne sais plus qui l'avait précisé, même de ceux qu'on considère comme "dépolitisés". Et ça me fait penser à 2002, tiens, les élections, encore elles. Avons nous tous voté Chirac par choix ? Comme d'habitude, on a "voté utile", pour le "moins mauvais".

Bref, nous devrions nous indigner d'autre chose que des choix électoraux de M. Hessel.

Et plus généralement, mon coup de gueule rejoint de toutes façons le malaise que je sens sur ce site depuis pas mal de temps, et que j'ai explicité à longueur de forum. Les journalistes se causent entre eux, parlent d'eux de leurs succès/échecs, etc... Pour une émission qui fait réfléchir (Lordon), combien d'autres qui (pour moi en tous cas, mais j'ai peur que d'autres aient le même sentiment) ne présentent pas vraiment d'intérêt ?

Korkos est parti (même si on le retrouve dans les vite-dit, sans que son nom ou son blog soit cité, bonjour l'élégance, hein...), Judith aux abonnés quasi absents, Sherlock disparu aux pelotes... Pour moi, tout va dans le même sens : le mépris des lecteurs, des bachibouzouks qui ne sont que 1 % à lire les liens et notes en bas de page ... donc pourquoi se fatiguer à faire de la qualité quand on a affaire à des boeufs, à qui on conseille gentiment d'avoir des indignations, mais attention, fécondes, les indignations...

Mais je m'égare, là.

Sur ce, bonne journée.
Et je rajoute :

Les journalistes sont une engeance...

Je ne sais plus quand j'ai entendu Pascale Clarck vachement virulente contre l'avocat des 9 des Tarnac "Mais vous ne pouvez pas dire que le dossier est vide, il y a un juge..." Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage, ah, elle avait la niaque, la mère Clarck. Elle laissait rien passer...

En revanche avec sa "collègue" Christine Ockrent, l'était beaucoup plus cool...
315 000 euros de salaire, Mâme Ockrent. Imaginez sa retraite, hein, à comparer avec celle d'un pote maçon. 415 euros mensuels. Le salopard, il a osé partir à 59 ans, parce qu'il pouvait plus. Elle est pas belle la vie ?

Mais c'est vrai, que Stéphane Hessel vote socialo, ça, c'est grave. Et faut s'indigner. Il était chez Pascale Clarck ce matin. Mais trop occupé pour répondre ou venir à ASI. Haha.

ASI, c'est devenu de l'eau tiède, dont le chef veut se faire passer pour "révolutionnaire"...
C' est ce matin que l' avocat des 10 ( et pas des 9 ) de Tarnac était à l' émission de Pascale Clark . S. Hessel n' y était pas . Renseignez vous . ya du yaourt dans l' air !
en fait Madame Pulvar ayant été priée de ne plus mener l'interview avant 8 heure pour cause d'amant socialiste Et candidat, elle est remplacée par Madame Clarck :
et l'invité était Monsieur Hessel ce matin !

Bon moi j'ai lu, offert ce livre IL m'a fait " du bien"
j'avais en son temps acheté matin brun, je trouve les formats assez proches : livre court, bon marché, que les ados apprécient de lire, pas bien compliqué mais clair dnas son engagement.
Et puis depuis que je connais, j'adore ce type, sa voix, sa constance, cette douceur Sa vie . Je l'ai réentendu sur FI chez collin il y a plusieurs mois je crois, ravie de le réentendre, toujours vif, toujours clair, et j'ai eu envie d'acheter son petit livre à ma niece... ce que je fis.
Dans l'affirmation de la necessité de résister, de s'engager "indignation", ça passe surement mieux que révolte ou révolution, c'est un angle interressant de reflexion, ce mot un peu moins usité qui réapparait.
Je suis bien persuadée qu'il fera bon usage de ses droits d'auteurs, comme Asi du Sarkosistant, que quelques vieux de gauche dans mon genre auront pris plaisir à le lire, que quelques jeunes se sentiront plus enclins à penser que la resignation n'est pas obligatoire. j'aime mieux ce genre d'acaht " mode" que les Zouzoupettes ou les tablettes iTruc.
Alors oui l'anlyse d'Asi, je l'ai trouvée rude. Comme si'il n'y avait pas d'autres phenomenes mediatuiques ou personne de quelque bord que ce soit à houspiller. Et le turban, .. peut- etre des opposants de notre président en ont déjà été affublés ( ... des opposants qui ne seraient pas de son camp) ... mais je ne m'en souviens pas.
Du coup au premier regard, l'image conduisait à penser qu'il faisait le jeu de ce systeme là, et ça m'a fait mal à l'oeil !
Et si vous nous faisiez une jolie carte de voeux en revetant ledit turban à votre tour , medames et messieurs de la rédaction, qu'on rigole ?
J'aime beaucoup votre message. ce que je vois dans ce livre et dans la personne de M. Hessel, c'est effectivement la simplicité et la générosité d'un engagement qui ont débuté à un moment où beaucoup de gens pensaient vivre la fin du monde. Pour moi les suicides de Stefan Zweig et de sa femme témoignent de la désespérance de cette époque et met en lumière la force de cette jeunesse résistante des années 40. Hessel ce n'est pas qu'un résistant (dans tous les sens du termes, il s'est tout de même évadé plusieurs fois de camps nazis), il a contribué à la rédaction de la déclaration universelle des droits de l'homme, faisait partie du CNR, a lutté pour la décolonisation, et se préoccupe aujourd'hui du sort réservé aux palestiniens. Hessel porte avec lui l'universalisme.

Hessel pourrait se contenter de porter son heroisme en bandoulière, au lieu de cela il écrit quelques pages à destination de tous, et le fait bien modestement. Quelle joie fin 2010 de constater que ce message est lu par de millier de gens en France. ce message ne fait rien d'autre que de rappeler ou plutot expliquer le pouvoir qu'a chacun de parler de politique entre amis, d'adhérer à des mouvements vertueux et de combattre l'oligarchie galopante de nos sociétés.

le but de son livre n'est pas d'indiquer des consignes de votes, et ceux qui croient lire dans son livre ses préférences pour aubry ou dsk sont risibles. et mériteraient le turban ça oui... Hessel appartient au PS, a voté contre maastricht, s'est présenté sur les listes d'europe écologie, bref il a le même parcours que bon nombre de français qui se voit obligé de composer avec les règles démocratiques, tout en pensant que le système devrait changer. lui le système il l'a changé, à la fin des années 40. Son livre ne veut rien d'autre, que témoigner de ce pouvoir que nous avons tous.
Voté pour Gavroche...
Oui, bon bref, tu me répètes tout en résumé, et j'avais déjà compris, et ça ne répond pas aux problèmes que je pose.

Si je suis d'accord avec certaines critiques sur @si, je ne le suis pas quand tu vient les mélanger avec la critique qu'on peut ou pas faire sur le phénomène Hessel : les deux sont indépendants, ce n'est pas parce qu'on trouve qu'@si est insuffisant que mécaniquement il faut trouver le phénomène Hessel absolument génial et sa caricature ignominieuse.

Ensuite, tu mélanges encore le passé historique de Hessel et le fait de pouvoir critiquer ou non le phénomène sur son livre : là encore, les deux ne sont pas mécaniquement liés, et toutes les médailles du monde, tous les engagements impeccables passés, n'ont de rapport avec la possibilité de critiquer et questionner un phénomène actuel et des prises de positions actuelles (je dirais, c'est le même le plus grand danger : que le respect immodéré pour cette personne en fasse une icône dont on a plus le droit de dire autre chose que des louanges transies sous peine d'être traité de tous les noms. Rappelle-toi comment l'État d'Israël et ses défenseurs instrumentalisent la mémoire de la Shoah pou se rendre indiscutables).

Ceci étant posé, je ne comprends pas que ça ne fasse pas tilt :

Les journalistes sont une engeance.
Il était chez Pascale Clarck ce matin

Et tu l'as vu dans le Grand Journal, Hessel ? Denisot, Badou, Massenet, et même Apathie, avec des étoiles dans les yeux, tous devenus de dignes indignés, fiers de partager un peu de la grandeur de cet homme-là ?
Et Clarck, une indignée elle-aussi !
Et je peux faire la pari que, ne serait la fracture sur Israël, Val ou BHL seraient les premiers à nous sortir de l'indignation et de la révolte en veux-tu en voilà, avec appui ostensible sur le passé glorieux d'un exemple pour nous tous, blablabla...

Pour le dire autrement, de quoi la sainte indignation de Hessel est-elle devenue le nom, exactement ? C'est bien beau de donner ce gros chiffre de vente, mais qu'est-ce qu'il recouvre, exactement ? Une quantité c'est bien, mais quelle est sa "qualité" ? Et quelle est ce besoin d'icône à révérer chez les gens de gauche (cf. mon comm précédent) - les mêmes souvent qui moqueront le croyants ? On est loin du seul vote de Hessel en soi, et ce sont des problèmes qui ne sont pas anecdotiques.

L'indignation en question, telle qu'elle s'exprime dans le Grand Journal par exemple, c'est en fait l'indignation contre Sarkozy, en fin de compte ; et ce qui est proposé en remplacement, subrepticement ou non, c'est la social-démocratie de DSK ; la figure de Sarkozy est maintenant tellement diabolisé que la venue du PS au pouvoir en 2012 (si jamais...) sera vécue comme une immense libération, fruit de l"'indignation" et de la "révolte"...
Et alors, bien évidemment, en vrai, on aura de nouveau droit à du 1983 recyclé, et les constructions du CNR seront, dans les faits, encore continuellement mises à bas - mais cette fois avec une incapacité à l'indignation du "peuple" de gauche, puisque ce seront les forces progressistes au pouvoir, mené au pouvoir par la pieuse indignation, que nous ont donné des hommes tellement indiscutables tel que Hessel ! Comment se rebeller contre ça, alors que déjà maintenant, la fascination Hessel, due à sa respectabilité, fonctionne de manière quasi-hypnotique...

Tout ça n'est donc pas tout à fait anodin.

Voilà donc des questions qu'on a le droit de se poser, sur lesquelles on a le droit d'avoir un avis, auquel on a le droit d'adjoindre une caricature, sans qu'on vienne hurler au crime de lèse-Hessel.
J'ai vu qqs secondes en zappant car je ne veux plus voir cette daube d'émission bobo. Grosse surprise en effet de voir Hessel trôner .
Ils étaient "à la ramasse", les Massenet, Badou et autres... moi ils m'ont fait pitié ! En décembre, Hessel existait déjà, avait déjà fait un beau discours sur l'indignation et était plutôt dans les gens à ne pas inviter pour leur antisémitisme notoire... (merci Taguieff) !
Ils (les débiles profonds du Gd Journal) partent en vacances et voilà que le bouquin d'Hessel a fait un tabac pendant leur absence !
Alors ils rament, ils invitent "la star" boboifiée du moment. Mais ils la maîtrisent en lui mettant un petit bâton pipole dans les roues en la personne de Djamel... et fusent les questions idiotes, les contournements de sujets graves... Hessel ne sait pas qu'il est dans un cirque... il ne doit pas avoir les conseillers qu'ont les autres alors il tombe dans le panneau.
J'appelle ça de la récupération indigne. Ca s'est toujours pratiqué dans lémédia... et ça se pratique de plus en plus.
chuis d'accord pour le Grand Journal devenu une arène dans laquelle on envoie les gladiateurs se faire dévorer dans le seul but d'offrir un spectacle pour faire de l'audience !

sauf que hier soir je me suis dit qu'Hessel et Debouze s'en étaient plutôt bien sortis ; Debouze quand il a dit que les questions d'Aphatie n'étaient toujours que pièges.... sans doute histoire de ne pas nous laisser succomber à son bronzage, et Hessel quand il a expliqué à plusieurs reprises, dans l'émission de l'ami de Sarko, que ce dernier était définitivement le plus mauvais président que la France ait eu...

deux-trois moments de dignes indignations, avec le Petit Journal de Yann Barthès, qui font penser que certains gladiateurs ne se soumettront jamais à la loi du panem et circum des nouveaux média ....
"qqs secondes en zappant" et en qq secondes vous avez vu tout cela ?
Le mur du çon, cher au canard, est franchi avec tous les poncifs qui font le charme de la prose des petits bourgeaois qui se prennent pour des révolutionnaires : daube d'émission bobo, les débiles profonds du Gd Journal (dans un propos aussi creux l'injure est vénielle), "la star" boboifiée (décidément le vocabulaire manque bobo, boboifié), pipole plus des considérations sur des questions idiotes... Tout cela donc en quelques secondes... RIDICULE !

PS Ce n'est pas parce que un sioniste parisien a jeté l'anathème qu'Hessel, juif allemand d'origine, est antisémite.
j'ai vu la rediff hier ! pathétique ! la télé est un intestin !
Mais qu'est ce qu'il est allé foutre la-bas ! on va finir par le voir chez Ducker !
M'sieur le fanatique du PS, si vous croyez que "le Grand Journal" est une émission de gauche, vous vous mettez le doit dans l'oeil jusqu'au cou.
Pour le reste, je vous laisse à vos âneries !
Cher M'sieu,
Sauf erreur, ma remarque acerbe sur un zapping qui permet de voir quasiment l'émission, la personne visée y répond ; un peu maso d'ailleurs puisqu'il a été visionner la rediffusion.
Sauf erreur, encore, je n'ai jamais écrit que le "Grand Journal" serait "une émission de gauche" (sic). Ni même le "Petit journal".
Alors pour les çonneries, cher M'sieu Clomani, vous êtes le maître...
Portez-vous bien !
Erreur ! Maîtresse ;o))
J'avais analysé hativement vos écrits : vous y défendiez le Grand Journal traitant ceux qui le critiquent de faux révolutionnaires.
Tout le monde sait que vous êtes PS, que vous aimez le PS, que vous défendez le PS, que vous faites partie du PS, etc PS... et j'en conclus que le PS aime bien Le Grand Journal. Quant à moi, la pseudo-révolutionnaire que je suis est rebutée par les niaiseries et les méchancetés qui y sont déballées... j'ai cessé de regarder cette émission depuis la rentrée.
Et puis vous pouvez écrire connerie, je n'aime pas vos artifices qu'ils soient graphiques ou hypocrites. Appelons un cul un cul, un con un con, un chat un chat.
Djac, je crois que tu confonds les prétendus indignés des médias, encore eux, décidément, et les vrais indignés, les vrais gens, qui eux cherchent une idée, une solution. Qui s'accrochent encore au rêve d'un monde plus juste.

Et à mon avis, les gens ne sont pas si bêtes. Leur indignation dépasse la "haine de Sarkozy", véhiculée justement par ces mêmes journalistes (facile, maintenant qu'il n'est plus vraiment dangereux). Il a fait son sale boulot.

Sarkozy n'est qu'un pantin, au service de. Et il sera remplacé en 2012 par un autre. DSK, sans doute, mis en avant comme par hasard par tous les journaux de droite. Et ça aussi les gens le savent.

Hessel n'est pas une icône, il donne un message, "ne baissez pas les bras, investissez-vous, prenez part aux décisions", et ça, ça parle aux gens. Et c'est tant mieux. Dans son livre (tu l'as lu ?) il ne parle pas de ses choix électoraux. Qui le regardent.

Pour finir, tu as parfaitement le droit de te poser toutes les questions que tu veux à ce sujet. Je pense qu'il y a d'autres questions autrement plus importantes.
ça parle aux gens.

Non, ça parle à toi, et d'une manière qui t'es propre ; au-delà de ça, "les gens", je ne sais pas qui c'est, et je me dis qu'il ne vaut mieux pas fantasmer, encore moins ramener à moi, ce qu'"ils" pensent.
Il se trouve que l'"indignation" en général, c'est flou, et tout le monde a envie de se donner une posture positive d'indigné - ça peut être autant par narcissisme personnel que parce qu'on veut y croire, on veut avoir des raisons d'espérer - est-ce que ça veut dire pour autant que c'est véritable, c'est une autre paire de manche.

Que recouvre le phénomène Hessel dans ces conditions (au-delà de son simple choix électoral personnel, je le répète, tu reste fixé là-dessus, or ce dont je parle est plus vaste que cela, je parle de la réalité de l'adhésion autour de Hessel), hé bien il faut se poser la question, plutôt que de rester sur de fausses évidences - "les gens" ça leur parle".
Et dans ce fil de commentaires, il me semble que ça soulève des interrogations tout sauf anodines, puisque il est discuté au fond de la possibilité du politique, ou de ce que veut dire un engagement à gauche (ce qui n'est pas si clair du tout) ; il va bien y avoir plein de "gens" qui vont voter DSK (ou Aubry, etc.)...

En tout état de cause, que j'ai raison ou pas dans ce que j'avance ici ne change pas que Hessel devienne une icône du moment où il est impossible pour DS de critiquer le phénomène qui se déroule autour de cet homme sans que soient poussés des cris d'orfraie. Si en plus tu considères qu'il y a des questions plus importantes, c'est d'autant moins compréhensible...
Je te pose une question pour répondre à tes questions, Djac :
- pourquoi d'"infréquentable" en novembre, Hessel est-il devenu l'"icone" des bobos ?
Peut-être parce que "les gens" à la place desquels tu sembles t'exprimer, ont acheté son petit opuscule.
- pourquoi l'ont-ils acheté ?
Peut-être parce qu'il répondait à quelques unes de leurs interrogations, à leur malaise...
Quant au côté "politique" que tu abordes, encore faudrait-il définir ce qui est politique et ce qui ne l'est pas. Alors je vais moi-même définir deux politiques : celle avec un grand P qui est "la préoccupation de la chose publique", celle des idées... et celle avec un petit p qui est ce que les bobos du Grand Journal croient pratiquer alors qu'ils ne font que les guignols, tout autant que ce que les invités politiques avec un petit pet viennent distiller à longueur d'autopromotion et de dégommage de la partie adverse.
La politique avec un petit pet, pour moi, c'est Morano, Valls, Ségo, Depardieu, Sarkozy, et les autres, tous ceux qui font du buzz...
La politique avec un grand P, c'est Emmanuel Todd (qui n'est jamais invité au Grand Journal), Hessel qui dénonce le manque d'indignation actuel, l'ouvrier des Conti même s'il s'est fait récupérer par le show biz (oublié son nom). et le bouquin "les quais de Ouistreham" qui a été un best seller ! Ca voudrait dire que les "gens" sont tout sauf les cons auxquels ces gogos du Grand Journal croient s'adresser...
Et puis, hier soir, ils rattrapaient leur retard vacancier, alors que d'habitude, ils sont là pour les "promotions" cinoche, chanson et autres trucs qui se vendent et s'achètent... pas pour des idées !
- pourquoi d'"infréquentable" en novembre, Hessel est-il devenu l'"icone" des bobos ?

Peut-être parce que les bobos sont les premiers a aimer se voir comme des "indignés".
Peut-être parce que le phénomène Hessel est aussi un phénomène bobo avant que Hessel soit invité dans des émissions bobos - précisément pour cette raison.
Peut-être que l'"indignation", c'est un truc trop flou, que chacun récupère à son compte en voyant midi à sa porte.
Peut-être que l'indignation, dans le contexte actuel, n'est vu que et seulement comme indignation aux faits les plus marquants de la politique de Sarkozy - d'où l'adhésion réjouie des bobos de gauche "indignés".
Peut-être que vous identifiez trop "les gens" à votre propre ressenti des choses (et ce n'est donc pas moi qui parle à la place des gens) et au sens que vous donnez à "indignation".
Djac, quid des gens qui ont acheté son bouquin ? (dont je fais partie)
Et, comme le disait hier une @sinaute, s'indigner n'est pas un programme politique... c'est juste une façon de faire de la politique, de s'intéresser à la chose publique...
Arrête de voir l'indignation comme une solution... vois-la comme un point de départ.
quid des gens qui ont acheté son bouquin ? (dont je fais partie)

C'est bien ce dont je parlais !
Toi tu l'as acheté, Gavroche aussi, très bien.
Mais manifestement JF Launay aussi...
Et les gens de Désirs d'Avenir, apparemment aussi - ils kiffent Hessel à mort (, , ou ...).

Bref, "les gens", c'est qui "les gens" ?
"S'intéresser à la chose publique", par exemple, qui te dis que c'est pas des gens qui s'intéressent déjà à des choses publiques qui justement se complaise à lire en Hessel une confirmation, une sorte de labellisation par une figure noble par excellence, de ce à quoi ils s'intéressent ?
Au minimum, on peut se poser la question.

Je crois vraiment que vous (avec Gavroche) êtes un peu trop obnubilées par la Noble Vertu Cardinale d'Indignation, et que du coup, vous voyez un peu trop vite dans ce succès d'Hessel ce que vous avez envie d'y voir. Que vous deux, personnellement, considériez votre propre engagement comme précieux est une chose ; mais, d'une part, vous n'avez aucun besoin de Hessel pour le faire (vous pouvez donc laisser DS critiquer le phénomène autour du livre en toute quiétude), et d'autre part, ne perdez surtout pas votre sens critique envers un phénomène par le seul fait qu'il entre en résonance avec ce qui vous est précieux et fondamental.
600 000 bobos ! et moi et moi et moi...
Ce sera mon dernier message.

Pour les journalistes, et pour toi aussi, on dirait, tout tourne autour de 2012. Et des sacro saintes élections. Même si tu affirmes que je suis seule à être restée fixée sur cette question.

Tu prétends que plein de gens vont voter DSK ou Aubry. Peut-être. Mais je n'en suis pas si sûre. A mon avis, (et c'est déjà la tendance), beaucoup de gens vont s'abstenir.

La preuve, en Grèce :

DSK et la démocratie

Comme quoi, même au PS... ;-))

Et enfin pour finir, Clo a raison. Les journalistes méprisent profondément leur public. Ils sont sûrs d'avoir affaire à des bachibouzouks... Je ne regarde jamais le Grand Journal (rien que le titre montre à quel point ces gens se sentent au-dessus de la mêlée). C'est sans doute pour ça qu'il y a de moins en moins de téléspectateurs, et que les journaux papier se cassent la gueule.

Et Stéphane Hessel a au moins ce mérite. Il parle de la politique avec un grand P. Il parle de bien public. Pour lui, l'indignation n'est pas une fin, mais un moyen.

Extraits de son livre, et pas de ses interviews :

"Les responsables politiques, économiques, intellectuels, et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie."

"Quand quelque chose vous indigne, alors on devient militant, fort et engagé."

"La pire des attitudes est l'indifférence, dire "je n'y peux rien, je me débrouille". En vous comportant ainsi, vous perdez l'une des composantes essentielles qui fait l'humain. Une des composantes indispensables : la faculté d'indignation, et l'engagement qui en est la conséquence."
et pour toi aussi, on dirait, tout tourne autour de 2012

Non pas pour moi, tu fais un contresens : j'essaie d'analyser un peu le phénomène autour d'Hessel, et j'y trouve beaucoup de gens pour qui tout tourne autour de 2012 - à commencer par Hessel lui-même. C'est différent.


Sinon, les trois citations auraient pu être prononcées par à peu près n'importe quel homme ou femme politique français.
Du reste, Sarkozy a dit des choses ressemblant très fortement à la citation sur les marchés financiers.
Ce n'est pas d'indignation dont on manque.

Qui dit, par contre, qu'il faudrait nationaliser les banques ?

Comme dit très justement l'auteur du billet mis en lien par Archer, "L’époque croulait sous les indignations, et on avait le sentiment que c’était le manque de débouchés rationnels, de solutions, de perspectives claires à ces indignations qui était patent et problématique".
D'accord avec toi Djac, mais en partie...Car l'esprit critique peut aussi s'appliquer à @si, pour en souligner les travers. Hessel n'est pas une idole, pas plus que Mélenchon ou daniel Schneiderman...Notre condition commune d'êtres humains faillibles et imparfaits, implique de s'ouvrir à nos propres contradictions et imperfections. Se poser et poser des questions ne veut pas dire que quelqu'un puisse donner une réponse acceptable, mais cela a le mérite d'ouvrir des pistes de réflexions, de s'ouvrir à soi-même et aux autres.
La synthèse que je pourrais en retirer, est que oui, nous sommes des êtres humains, oui nous pensons et agissons différemment, mais qu'en final notre essence et nos aspirations sont les mêmes.
En écrivant ça, je dis tout et je dis rien, exactement tel que je me sens, un tout, un rien, dans un tout, un rien...
C'était pour dire....rien du tout..
Chouette cadeaux pour les 1% c'est ici et c'est drôle http://www.bacdefrancais.net/mis_IV_3.htm

Dingue!
Peut-être, dites-vous? Où l'on voit que nous ne sommes pas si méchants...
Avant de parler d'Hesselomanie, il faut quand même rappeler que ce petit ouvrage tiré à quelques milliers d'exemplaires par une petite maison d'édition de Montpellier (et fait à l'initiative de l'éditeur) a connu le succès avant tout par le bouche à oreille, puis par une multitude de blogs. Et c'est ce succès inouï qui a provoqué la une de Libé et non l'inverse.
L'année commence bien, je n'ai rien compris au sens de l'article de la rédaction sur Hessel mais la raillerie que j'ai cru sentir poindre dans cet ouvrage collectif me surprend un peu. C'est vrai que je suis d'accord sur beaucoup de choses avec lui sur le plan politique et sur la vision qu'il a de la société. M. Hessel n'est pas un révolutionnaire, ça tombe bien moi non plus, M. Hessel est un social-démocrate, moi aussi.
... la réponse très "faux-cul" (oh ! pardon... chèvre-chou ) de DS.
On y sent comme une forme de rancoeur devant un indéniable succès de ce "vieux" monsieur.
Hessel n'est pas "raide dans ses bottes" comme certain(s) sur ce site, hein ? DS...
Mais c'est un homme de conviction, et ferme dans les principes, une nouvelle fois ré-affirmés, d'une réelle démocratie.
Il ne s'en est jamais départi ( ceci pour les quelques ignorants, errant dans nos forums...).
Et, en effet, affubler d'une kechia-turban (mal fichu votre ajout photoboutique, faut un peu de savoir-faire !) quelqu'un qui exprime VOTRE liberté, et avec une belle verdeur, eh bien, cela ne vous grandit pas.
Pas question de vous auto-censurer ? Et de vous draper là-dedans comme on ferme le rideau du théâtre...pour ne pas renier les "principes" d'@si !
mais, quand on se trompe à ce point-là, il n'y a aucun "déshonneur" à se déjuger.
C'est même à ça qu'on reconnaît........... l'honnêteté, dans les actes comme dans les "âmes".
a) le couvre-chef est toujours , indigne , sur la photo de Stéphane Hessel .

b) "et de vous permettre ensuite de raisonner sur vos indignations, de reprendre le pouvoir sur elles, de ne pas les laisser vous submerger, et de les transformer éventuellement en "autre chose ".
[s]Nous[/s] [s]je[/s] nous attendons d'@si décryptage , analyse et mise au jour des graves sujets non traités par la presse-aux-ordres .
Et non de mépriser nos analyses si elles diffèrent des vôtres .

c) " Année que je nous souhaite à tous pleine d'indignations...fécondes."
Phrase qui aurait été parfaite s'il n'y avait eu le dernier mot , qui nous rappelle ce que vous pensez de nos indignations au sujet de cette chronique . Et de toutes celles où nos criailleries vous insupportent , où vous aimeriez voir disparaitre cette poignée de bachi-bouzouks * qui vous empêche de nombriliser tranquillement .

*bachi bouzouks que l'on coiffe de turbans de grand mamamouchi .
N'est pas Molière qui veut .
Quelle vague d'indignation, pour cette petite chronique de notre envoyé spécial ! Sans vouloir parler à sa place, je crois qu'il a été mal compris (mais peut-être s'est-il mal exprimé. Il y reviendra s'il le souhaite.)

Je vais vous dire ce que je comprends de cette chronique.

Elle me semble née du sentiment ambivalent de voir Stéphane Hessel promu tout d'un coup icône éphémère de fin d'année, par deux éminents médias en ligne (Rue89 et Mediapart), et d'autres non moins éminents médias traditionnels (couverture de Libé, et encore aujourd'hui double page dans Le Monde).

Sentiment ambivalent, parce que d'une part, nous ne pouvons qu'avoir de la sympathie pour le discours et le personnage de Hessel. Ce site est né de l'indignation de l'exclusion d'une émission de télévision. Il se nourrit chaque jour depuis trois ans de l'indignation de son équipe, devant l'injustice, la tromperie, le mensonge, et les astuces multiformes des médias pour les taire ou les cacher. Sans doute, pour moi, si j'y réfléchis, l'indignation est-elle un état passager, et une matière première, davantage qu'un objectif. Notre but, ici, n'est pas de vous donner des raisons de vous indigner: elles sont innombrables, et d'autres font ça très bien. Il est davantage de vous donner les moyens de trier entre ces raisons, et de vous permettre ensuite de raisonner sur vos indignations, de reprendre le pouvoir sur elles, de ne pas les laisser vous submerger, et de les transformer éventuellement en "autre chose". Cela dit, je préfère des gens indignés, à des gens qui ne s'indignent de rien. L'indignation, si elle est une étape, est une étape indispensable.

Mais si je parlais d'ambivalence, c'est pour une autre raison. Nous sommes ainsi faits, sur ce site, que dès que nous voyons un consensus, nous ne pouvons pas nous empêcher de nous demander quels malentendus, quelles ambiguités il dissimule. Le consensus nous électrise et nous énerve, quel qu'il soit. C'est plus fort que nous. C'est ce réflexe, quasi génétique, devant l'indignomanie de la Saint Sylvestre, que traduisait aussi le petit texte de notre envoyé spécial (outre que je le soupçonne enfin, tout bêtement, d'avoir voulu chercher un prétexte pour mettre en ligne la vidéo parodique de Mediapart, en effet très réussie).

A l'évidence, cette chronique du Sarkozistan n'épuise pas le sujet, qui s'annonce comme incontournable dans l'année qui vient. Année que je nous souhaite à tous pleine d'indignations...fécondes.
"S'il-vous-plait , ôtez ce turban qui vous déshonore ."

Oh que oui ! le plus tôt serait le mieux.

:-((
Pourquoi choisir Stéphane Hessel comme bouc émissaire de la tièdeur que vous croyez percevoir chez vos concitoyens ?
Quel est votre motivation dans le couvre-chef ajouté ?
Vous ne me répondrez pas , alors je vais décrypter /analyser , de ma place : dans l'ombre des Français indignés .

Vous qualifiez Libé de presse d'opposition , ainsi que Rue89 et médiapart ,de sites anti-gouvernementaux .
Il vous a échappé qu'il s'agit d'un journalisme accomplissant son travail de journalistes non achetés ?
Comment qualifier le sarkozistan et ses chroniques : caricatures du journalisme de décryptage et d'analyse de lémédias ?

Vous auriez souhaité une prise de position plus virulente .
La violence vous parait plus efficace que le constat serein ( énergique ! ) , l'analyse précise de ce qui se passe dans ce monde fou de fric ?
Il faudrait descendre tout casser dans la rue ? comme en 1789 ?
Mais nous sommes en 2011 , et nous n'aurions pas souhaité mettre le vieux monsieur sur le devant de la scène s'il écumait de rage .

Son livre a du succès parce qu'il exprime sans violence , mais avec une force que nous* reconnaissons , la force de l'indignation de gens instruits des dessous des cartes , et qui n'ont pas l'intention de subir ( ni en France , ni en Palestine , ni d'ailleurs dans tous les pays où des guignols assassins sont soutenus par nos [s]dictatures[/s] démocraties (^^) personnelles )

Des pays d'Europe sont entrés dans la communauté alors qu'ils étaient convaincus de museler leur presse .
Les journalistes de ce pays avaient cru devoir traiter de gros ringards ceux qui ont répondu non à un traité dont l'analyse démontrait qu'elle tirerait tous les peuples vers le bas , en protègeant le despotisme de ceux qui savent s'emparer du pouvoir sans vergogne .
Quel journaliste digne de ce nom fait profil bas quand il s'est permis de prendre parti pour le oui à ce moment-là ?

nous* : ceux qui agissent efficacement dans l'ombre .

S'il-vous-plait , otez ce turban qui vous déshonore .
Le mauvais esprit qui me caractérise ces derniers temps sur ces forums me fait penser que le capitaine décidément ne supporte pas trop qu'on compare l'IMMENSE SUCCES de "crise au sarkosistan" avec celui du bouquin de Heissel, comparaison souvent faite dans les forums. On vous le dit et redit, il n'y a qu'une actualité qui vaille la peine en ce moment, c'est crise au sarkosistan. d'ailleurs en 2011 les 3/4 du contenu du site seront réservé au sarkosistan. Et ce sera signé la rédaction, parce que c'est pas DS qui est derriere tout ça hein, non non non.
Je pense que j'ai besoin d'un break là, pas vous ?
même si c'est raccord avec le ton sarkosis

Ben c'est bien ce qu'on lui reproche, d'être raccord avec le grand vide ...
Parce que critiquer Sarko, c'est tellement facile (surtout maintenant qu'il est totalement dans les choux) pis tellement rigolo de lui coller un turban sur la tronche ... Plutôt que d'analyser LOPSSI, la casse des services publics. Tout ce qui nous pend au nez, avec ou sans Sarko.

Pendant qu'on rigole on ne pense plus. On n'analyse plus.
On oublie que Sarko n'est qu'un pantin, au milieu de tous les autres.

Et mettre Stéphane Hessel sur le même plan que la clique des politiques et des journalistes aux ordres, effectivement c'est à gerber.
Moi non plus je ne comprends pas bien le sens de ce texte signé par la rédaction d'@si. Particulièrement son ton ironique, voire perfide, à l'encontre de Stéphane Hessel (même si c'est raccord avec le ton sarkosis). Habituellement, ce sont les gens de droite qui ironisent lorsque des gens de gauche s'indignent. La rédaction d'@si serait donc de droite ?
Très bien. Je le note dans mon carnet des indignations.


:-(
c'est tout ce qu'on peut dire de ce libelle.
Mettre dans le même sac les politicards de tout poil qui vous donnent de la matière, et ceux qui luttent VRAIMENT contre cet ordre des choses, dont je constate de jour en jour, que vous faites partie intrinsèque, relève d'un amalgame révélateur.
Si cela vous rend fier de votre site, il indique le niveau où est rendu @si.
Cela d'autant plus que c'est signé... valeureusement... impersonnel. Pardon, la rédaction, c'est-à-dire personne, du flou, du vague.
Un seul mot : bravo-s