74
Commentaires

Glyphosate : tests urinaires, le match retour

A-t-on vraiment "tous" du glyphosate dans les urines ? Y a-t-il un test meilleur que les autres ? Et ce glyphosate dans les urines est-il dangereux ? En 2019, entre les "glyphotests" d'Envoyé Spécial, les plaintes des "pisseurs involontaires" positifs au glyphosate et les contre-tests négatifs d'agriculteurs, la bataille des tests urinaires a fait rage.

Commentaires préférés des abonnés

Encore une fois, les humain se pensent en dehors de la planète. Savoir si l'on a un peu ou beaucoup de merde dans le système, c'est important. OK.
Est aussi important de mesurer l'impact des pesticides sur des sols qu'on a rendu morts. Des sols sans h(...)

Sans doute suis-je assez cruche mais il me semble que la norme devrait être zéro glyphosate dans le corps.


ça sert à quoi le glyphosate au juste ? ça contribue à faire tourner la grosse machine qui bousille à tour de bras tout en enrichissant quelques(...)

Je ne comprends toujours pas l'angle de traitement du glyphosate. Je crois que ça reste juste un tueur d'abeilles avant tout, ça devrait être l'angle prioritaire pour aborder ce sujet non ?


Il y a eu un glissement du débat vers la santé humaine qui me(...)

Derniers commentaires

Sur le sujet, il faut absolument mettre en oeuvre une écologie radicale et sociale en mettant en place progressivement une production agricole 100% nationale, écologique et paysanne en revalorisant la place des agriculteurs dans la société.

Venez découvrir et réagir à notre couveuse d'idées qui est en ligne sur notre nouveau site internet:
https://www.emancipation-collective.fr/couveuse-didees/
N'hésitez pas à la diffuser un maximum

Je vous mets ici le contenu de notre boîte à idées à propos d'une écologie radicale mais sociale
https://www.emancipation-collective.fr/une-ecologie-radicale-mais-sociale/

a. Transformer radicalement notre rapport au travail pour construire une nouvelle société écologique
b. Mise en place progressive d’une production agricole 100% nationale, écologique et paysanne en revalorisant la place des agriculteurs dans la société
c. Définition collective des besoins indispensables à notre survie et ceux utiles à notre bien-être sans être néfastes à l’autre et à la planète
d. 100 % d’énergies renouvelables d’ici 10 ans
e. Plan de rénovation écologique de tout le bâti
• 100% de bâtiments isolés en 5 ans
f. Développer les transports publics écologiques et repenser la mobilité individuelle
• Interdiction des vols intérieurs et avec nos pays frontaliers
• Mise en place d’un système de points pour les voyages en avion dans un objectif de décroissance de l’empreinte carbone avec un droit minimal à la mobilité pour tous
• Développement du ferroviaire, favoriser les lignes départementales et remettre en cause la centralisation depuis Paris
• Gratuité des transports en commun
• Mise en place d’un système de tarification du train unique en fonction du trajet et adaptée aux revenus économiques des particuliers et des entreprises
• Suppression des véhicules des centres villes (à l’exception des véhicules de livraison, premiers secours et les personnes à mobilité réduites) avec les voies routières remplacées par des voies piétonnes et cyclistes
• Interdiction des véhicules à plus de 130 chevaux et des SUV avant la fin du quinquennat
g. Pénaliser les transports sur longue distance pour relocaliser les productions
h. Discussions collectives autour des enjeux techniques et des nouvelles technologies
i. Lutter contre l’obsolescence programmée en étendant la garantie des objets à 10 ans
j. Mise en place d’un cyberminimalisme
• Suppression des tablettes et des ordinateurs individuels à l’école avant 18 ans
• Interdiction des GAFA dans toute la fonction publique, créations d’alternatives (exemples : les logiciels libres d’accès, moteurs de recherches sans publicités…)
• Interdiction de rapatriement de bénéfices d’une entité à une autre en considérant une entreprise comme une unité unique, et non une somme de filiales séparées, dont certaines sont dans les paradis fiscaux
• Préserver un système minimal de matérialisation des services publics
k. Interdiction du transfert de déchets dans les pays étrangers
l. Traitement des déchets en local dans les municipalités pour les déchets non dangereux
m. Sauver l’écosystème et la biodiversité
n. Exploiter durablement la forêt française (développement de la biomasse couplée à un plan de reforestation)



Si le glyphosate est dans les urines, c’est qu’on est en train de l’évacuer, non?

En ces temps de fêtes, j'espère que ceux qui haïssent le glypgosate ont bien pensé à n'absorber aucune goutte d'alcool car ses effets toxiques et sa présence dans les urines me semblent bien avéré.e.s (même si le vin est bio). 

Bisous.

Sans doute suis-je assez cruche mais il me semble que la norme devrait être zéro glyphosate dans le corps.


ça sert à quoi le glyphosate au juste ? ça contribue à faire tourner la grosse machine qui bousille à tour de bras tout en enrichissant quelques uns, qui en crèveront aussi ,tôt ou tard mais avec plus de billets dans leurs poches et peut-être la jouissance d'avoir dominé.


Je trouve pervers qu'on veuille faire penser qu'une saloperie puisse avoir un taux tolérable et nous être imposée, 

Les taux admissibles dépendent plus de la volonté des puissants que de la rigueur dite scientifique dès qu'il y a des enjeux financiers.


Ce qui donne d'un côté les Pisseurs Volontaires ( et non pas involontaires comme écrit dans l'article ) issus des Faucheurs Volontaires, grains de sable poseurs de bonnes questions et d'un autre , b'en comme d'habitude, la puissance du phytosanitaire, la FNSEA, des médias complaisants .

Et au milieu, nous, dans un monde en perte...

Je ne comprends toujours pas l'angle de traitement du glyphosate. Je crois que ça reste juste un tueur d'abeilles avant tout, ça devrait être l'angle prioritaire pour aborder ce sujet non ?


Il y a eu un glissement du débat vers la santé humaine qui me parait artificiel et contre-productif vu le peu d'éléments qui vont dans le sens d'une toxicité pour les humains. Pas merci aux politiques qui ont joué à ce jeu. Je me revois encore pester devant mon écran en voyant les débats sur le sujet à l'AN, où aucun opposant ne parlait du problème écologique et posait des questions uniquement sous l'angle "santé humaine".

Le glyphosate est un herbicide, rien à voir avec les abeilles.

Si, parce que les cultures qui suivent l'épandage, quand elles fleurissent, tuent effectivement les abeilles. 


C'est effarant le nombre d'ignorants qui donnent un avis définitif sans avoir creusé le sujet.  

Ça serait quoi ces cultures: du blé, du maïs,  ? (C'est un argument que je pense ne jamais avoir entendu)

Du colza par exemple. Mais si l'effet des néocotinoïdes ne fait aucun doute (morts massives et subites de ruchers entiers) celui du glyphosate est plus diffus. En tout cas, du glyphosate se retrouve dans le miel, et ça pose des problèmes aux producteurs de miel bio. 


Mais bien sûr, si le glyphosate est sans danger (ce qui n'est "pas prouvé") le miel bio au glyphosate ne devrait pas poser de problème. 

Vous avez la source de ce que vous avancez? Je crois que le même les opposants les plus virulents n'ont jamais dit un truc pareil.

tapez Glyphosate tueur d'abeille dans google.

des pages et des pages.

Drôle de façon de défendre son point de vue mais je suis bon prince, j'ai suivi votre conseil. Je suis donc tombé sur une myriade d'articles de presse sensationnalistes tous publiés suite à UNE étude qui dit en substance que peut-être potentiellement il pourrait y avoir un effet sur les abeilles (au passage les biais de cette étude sont assez bien montrés ici : http://seppi.over-blog.com/2018/09/l-abeille-serait-aussi-une-tueuse-de-glyphosate-selon-l-obs-hic-oups.html ).

Il ne s'agit pas de nier qu'il y a un problème à la fois avec le glyphosate et un problème chez le abeilles, cela ne sert à rien d'exagérer les choses et de relier ce qui n'a pas à l'être. Par exemple il semble que le principal problème des abeilles soit dans l'ordre les parasites (varroa), l'artificialisation des sols, la pollution lumineuse et peut-être les néonicotinoïdes. Crier au loup pour tout et n'importe quoi empêche de traiter les problèmes avec les bonnes priorités (qui devraient être en l'occurrence de faire disparaître ce parasite et d'arrêter de bétonner à tout va).

je ne suis ni chimiste, ni journaliste, ni conspirationiste.

je suis obligé de faire confiance à ce que je lis dans des médias sensés être "sérieux".

Glyphosate dans du miel bio


Pas besoin de chercher bien longtemps... suffit d'avoir envie de trouver. Je suis pas "virulente". Juste bien informée sur un thème qui me préoccupe depuis longtemps. 


En fait, depuis que l'hexachlorophène du talc Morhange a tué une centaine de bébés et rendu infirmes à vie plusieurs centaines. Par simple contact. 1972. Bientôt 50 ans et on discutaille toujours. Et gnagna gna, et c'est pas prouvé, et on n'est pas sûr, et quelles sont vos sources?


Piqûre de rappel en 1986, plusieurs bébés morts de mort subite du nourrisson, après avoir été vaccinés du Tétracoq. On a retiré plusieurs lots de la vente, mais on n'est pas sûr, et c'est pas prouvé, et gnagnagna.


J'ai trouvé ça : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/developpement-durable-glyphosate-serait-bien-tueur-abeilles-72983/ 

Pour aller plus loin il semble y avoir ça :
http://www.lejardinvivant.fr/2019/06/01/le-glyphosate-agit-sur-les-abeilles-comme-lalcool-au-volant-et-pas-seulement/ 

Si j'en crois l'auteur ce n'est pas une étude isolée : 

"Et quelle surprise de découvrir une étude de l’université de Toulouse (UMR 5169 – CNRS), une autre de Berlin, du Texas, du Brésil, d’Argentine… des études qui prouvent que le glyphosate perturbe le déplacement des abeilles, affecte leur mémoire, affaiblit leur système immunitaire, accélère le vieillissement des glandes hypopharyngiennes des nourrices, touche le développement du couvain. "

Dommage que l'auteur ne mette pas les références (elles sont dans son bouquin certes mais je ne l'ai pas) car si les études qu'ils citent sont du même acabit que celle que vous citez alors ça ne pèse pas lourd. Pour rester sur les abeilles : dans les rares endroits du monde où le varroa n'existe pas (Australie par exemple) on n'a pas constaté de chute de population d'abeilles, malgré l'usage aussi dans ces pays de produits phytosanitaires. Simple corrélation ou causalité? C'est pour ça qu'il est important de savoir d'où vient le problème...

Et si le problème apparaît seulement quand les deux, varroa plus pesticides, combinent leurs effets? Ce qui semble logique si le mécanisme est l'affaiblissement immunitaire. 


Mais on bute toujours sur le même manque de logique. Si on doute de l'innocuité d'un produit, il ne faut pas attendre d'avoir prouvé sa malfaisance, il faut, avant de l'utiliser à très grande échelle, prouver son innocuité. 


Si ces produits étaient aussi nocifs que certaines le disent, cela aurait été démontré très rapidement or la plupart des études n'arrivent pas à établir cette nocivité (aux doses recommandées). Cela ne veut pas dire que ces produits n'ont pas d'effets, je pense que leur utilisation globale nuit à la biodiversité. Je suis personnellement pour une autre agriculture qui utiliserait le moins de produits possibles.

quels moyens donnent on aux scientifiques qui cherchent a trouver les effets nocifs de tel ou tel produits ?  quels moyens donnent on aux scientifiques qui cherchent a prouver qu'il n'y a pas d'effets nocifs ? .. je connais trop d'exemples ou des equipes médicales ont été rémunérés pour montrer l'effet très bénéfique d'une nouvelle technologie alors que 1- les résultats étaient aux mieux mitigés, 2- les anciennes méthodes (non HIGH TECH) fonctionnaient relativement bien et 3- leurs subventions dépendaient de ceux qui voulaient de bon résultats .. au vu de l'état de notre système de recherche actuel en france et ailleurs .. seuls les esprits libres (intelectuellement et financiairement) peuvent faire un vrai travail scientifique rigoureux .. et malheureusement le pouvoir de la communication et des lobbys influe beaucoup sur les résultats publiés ... le Monde Diplomatique avait aussi fait un super article sur le scandale des parutions scientifiques .. cordialement et merci pour votre esprit critique et vos bonnes contre-argumentations qui font du bien au débat (même si je ne suis pas d'accord)

"quels moyens donnent on aux scientifiques qui cherchent a trouver les effets nocifs de tel ou tel produits ?  quels moyens donnent on aux scientifiques qui cherchent a prouver qu'il n'y a pas d'effets nocifs ? .."


C'est bien pire que ça: vu le coût élevé de telles recherches... ce sont les firmes elles-même qui les commandent. Elles en restent donc propriétaires, et n'ont plus qu'à faire le tri de celles qui méritent publication et de celles destinées à rester inconnues. 


Cela a été prouvé pour le tabac, et Monsanto a été condamné, concernant le glypho, pour publicité mensongère (ils avaient menti sciemment sur les produits de dégradation). 


Concernant les histoires mouvementées du plomb et de l'amiante, vous y trouverez les mêmes procédés. Pot de terre contre pot de fer. C'est à nous de prouver la dangerosité, avec de faibles moyens, ils n'ont pas à prouver l'innocuité, et quand ils y sont contraints, ils trichent, avec des moyens gigantesques.

Je n'en sais pas plus désolé, quel est le problème avec l'étude citée par futura science ?

"Je crois que ça reste juste un tueur d'abeilles avant tout":  c'est ce qu'on entend dire mais apparemment le lien reste à prouver, le premier facteur causal étant le varois. 

J'avais trouvé ces conférences instructives:  https://youtu.be/4Fv56LRRctY et https://youtu.be/reEmIZBXyc4 (les commentaires des vidéos sont pas mal parfois ).

"le lien reste à prouver, le premier facteur causal étant le varois."


Non, la mise en avant du varroa (et non pas du varois) est un simple contre-feu: la fragilité des abeilles au varroa est probablement induite par les pesticides en général. Et aussi par la perte de la diversité florale due aux monocultures dominantes. 


Les vrais tueurs d'abeilles sont les néocotinoïdes. Pas étonnant, puisque ce sont des insecticides et que les abeilles... sont des insectes. La mort subite et massive de ruches suite à épandage de ces produits.... aucun apiculteur n'a plus le moindre doute. 


Pour le glyphosate, c'est moins évident.

"Pour le glyphosate, c'est moins évident."


Effets différés et non spécifiques. Inobservables in vivo. Difficiles à mettre en évidence in vitro. Chercheurs vilipendés.

Effets différés et non spécifiques. Inobservables in vivo. Difficiles à mettre en évidence in vitro. 


Hum... ça ne serait pas tout simplement du bruit statistique, vos "effets différés et non spécifiques" ? Comment savez-vous qu'il y a un effet réel si on n'arrive pas à le mettre en évidence ?



prenons le problème à l'envers.


8,6 milliards de kilogrammes de glyphosate on été rependu dans le monde depuis 1974.

Y-a t-il des conséquences négatives selon vous?

Si oui, lesquelles?

S'il y a eu des conséquences négatives, nul doute que votre cerveau supérieur va facilement les mettre en évidence avec une rigueur toute scientifique. J'attends votre démonstration implacable.


alors qui est méprisant avec qui?

Je ne fais qu'appliquer votre "méthode". 


Je vous pose une question simple pour essayer de comprendre  ce qui vous motive à défendre systématiquement ce produit .


"comprendre  ce qui vous motive à défendre systématiquement ce produit ."


Je suis bien d'accord avec vous. Plusieurs hypothèses: 

- Il est actionnaire de Monsanto/Bayer

- Il est agro-industriel et a "besoin" du glypho et de ses congénères

- Il a commencé à défendre le glypho par pur esprit de contradiction et ne veut pas en démordre par orgueil. 


Concernant ce dernier phénomène: je peux parfaitement le comprendre: ma grand mère me disait que j'étais comme le lézard vert. Il a les dents à la retourne, et quand il a mordu, il ne peut pas "dé-mordre". Ce qui peut causer sa perte quand il a mordu trop gros et ne peut pas non plus avaler. 

Sauf que je ne défends aucunement le gyphosate. Je ne fais que rappeller l'état de l'art de la littérature scientifique sur le sujet.


Et ma motivation pour le faire est simple: informer les gens sur ce que disent réellement les scientifiques sur le sujet

"Je ne fais que rappeller l'état de l'art de la littérature scientifique sur le sujet."


Épargnez vous cette peine.

 La plupart de vos interlocuteurs ici ont une idée assez précise de ce dont il s'agit.


J'ai un peu peur que vos deux "l" à rappeler ne vous entraînent vers des altitudes où personne ne vous comprendra.

Si par "la plupart de vos interlocuteurs" vous entendez les quelques uns qui, comme vous, font preuve d'agressivité à l'égard de ceux qui ne pensent pas comme eux, ceux-là ne comprennent absolument pas mes motivations. 


Ils ne comprennent pas que l'on peut défendre un changement radical du mode de production agricole sans pour autant utiliser des arguments pourris sur le plan scientifique. S'il s'agit d'interdire les herbicides (ou du moins d'en réduire très fortement l'usage) pour promouvoir une agriculture plus respectueuse de l'environnement, je suis à 100% d'accord. S'il s'agit d'interdire spécifiquement le glyphosate "parce que ça donne le cancer", ou de le remplacer par des saloperies soit-disant "bio car traditionelles" comme le sulfate de cuivre, je ne suis pas d'accord.




des arguments pourris sur le plan scientifique.


ceux qui défendent l'idée que le glyphosate est largement problématique, sur plein d'aspect sont aussi des scientifiques.


https://www.lepoint.fr/environnement/sante-et-environnement-ce-que-dit-la-science-sur-le-glyphosate-15-09-2017-2157302_1927.php


il y a une controverse sur l'aspect cancérigène du glyphosate et vous avez choisi de defendre son usage.

votre argument principale est " c'est moins cancérigène que la viande rouge" 

sauf que l'on peut maitriser sa consommation de viande rouge, choisir, alors que l'on subit la consommation de glyphosate.  


au sujet de l'impact négatif sur l’environnement , la faune et la flore, les sol et l'eau, vous refusez d’émettre une opinion.


pour moi cet impact négatif ne fait aucun doute et je pense que sur ce point précis( l'impacte sur l’environnement) que vous êtes faites preuve d'un certain negationisme qui n'est pas sans rappeler celui des climato-ceptique, toujours prompt à sortir une contre-étude pour semer la confusion sans même se rendre compte de l'ideologie mortifere à laquelle il serve la soupe alors que l'evidence est la, sous nos yeux.


promouvoir une agriculture plus respectueuse de l'environnement, je suis à 100% d'accord


commencez par vous en prendre aux grand pollueur, plutot qu'a ceux qui surévaluent l'aspect cancérigène du glyphosate , qui eux, ne representent aucun danger pour l’humanité. 

Balancer 50 posts qui ont pour but de réhabiliter le glyphosate comme produit sain pour un qui vante les mérites d'une agriculture plus respectueuse de l'environnement est une farce.


vous servez une cause, peut être sans le vouloir, celle de l'agriculture intensive irrespectueuse du bio top qui s'inscrit dans le désastre généralisé.


Homme de paille, mensonges, fausse dichotomie etc. Jeanbat est en pleine forme.



il y a une controverse sur l'aspect cancérigène du glyphosate 


Il y a un consensus scientifique sur la question: aucun effet cancérigène n'a (pour le moment) été mis en évidence chez l'homme.


votre argument principale est 


Non, ce n'est pas mon argument (principal ou non)


au sujet de l'impact négatif sur l’environnement , la faune et la flore, les sol et l'eau, vous refusez d’émettre une opinion. 


Je refuse de répondre à vos questions/ordres. Ou de "débattre" avec vous, car vous êtes intellectuellement malhonnête



Balancer 50 posts qui ont pour but de réhabiliter le glyphosate comme produit sain 


Je ne cherche pas à réhabiliter le glyphosate.  Et je ne dis pas que c'est un produit "sain". Juste que, selon nos connaissances actuelles, il n'est pas cancérigène pour l'homme.



commencez par vous en prendre aux grand pollueur, plutot qu'a ceux qui surévaluent l'aspect cancérigène du glyphosate , qui eux, ne representent aucun danger pour l’humanité. 

1) Les "grands pollueurs", c'est l'humanité toute entière. C'est tout le système qui faut changer, pas juste faire tomber Monsanto

2) Je ne m'en prends pas personnellement "a ceux qui surévaluent l'aspect cancérigène du glyphosate"

3) ils représentent (indirectement) un danger pour l'humanité, en choisissant d'ignorer le consensus scientifique. Car si on demande aux hommes politiques d'ignorer le consensus sur le glyphosate, si on défend l'idée que la politique ne doit pas s'appuyer sur nos connaissances scientifiques, alors ces hommes politiques pourraient le faire sur d'autre sujets, comme la lutte contre le réchauffement climatique.




vous servez une cause, 


En effet. Cette cause, c'est la diffusion des savoirs scientifiques.



Et vous, quelles cause servez-vous ?

Il n »y a aucun consensus scientifique sur l’e glyphosate .

Vous sélectionnez les rapports qui servent votre thèse , exactement comme le font les climatoceltiques .



Quand 90% (voir plus) des experts d'un domaine affirment X, il y a consensus sur X. C'est vous qui reprennez des thèses ultra-minoritaires parmi les scientifiques.



Je parle de la nocivité générale du glyphosate, je ne m’arrête pas au cancer.


mais même si on s'arrete au risque cancerigene, combien de produits ont étés mis sur le marché, après avoir été tésté, validé etc pour finalement provoquer des cancers en veux tu en voila.


L'amiante a bénéficié  d'une validation par des scientifiques il me semble.


Il me semble que les "climatoceltiques" ne craignaient qu'une seule chose : Que le ciel leur tombe sur la tête !

Bonnes Fêtes

donc pour vous, pas de conséquences négative sur l’environnement?

 

Le Glyphosate est un cancerigene problable pour l'homme d'apres les experts de l'IARC depuis 2015, puis encore en 2017. De plus, il y a plein d'etudes qui montrent un effet genotoxique ou cancerigene sur les cellules et sur les animaux. Il ne faudrait pas prendre les gens pour des cons quand meme.

Le Glyphosate est un cancerigene problable pour l'homme d'apres les experts de l'IARC depuis 2015, puis encore en 2017. 


Ce qui veut dire qu'il est "moins cancerigène" (ou du moins, placé dans une catégorie moins dangereuse) que la consommation de charcuterie, d'alcool ou de tabac. De plus, aucune étude épidémiologique n'a pu prouvé la réalité de cet effet cancérigène.


De plus, il y a plein d'etudes qui montrent un effet genotoxique ou cancerigene sur les cellules et sur les animaux. 


Il y a en effet quelques études qui vont dans ce sens. "Plein" est quelque peu exagéré. Et d'autres études n'ont au contraire pas trouvé d'effet. La conclusion des chercheurs est plutôt: on ne sait pas encore, continuons les recherches. Et qu'il faut déterminer une norme sanitaire (c'est à dire déterminer la dose en deça de laquel on est sûr que le glyphosate n'a aucun effet génotoxique)


Il ne faudrait pas prendre les gens pour des cons quand meme. 


Je ne vous le fait pas dire.


non, "cancerigene probable pour l'homme", cela ne veut pas dire que le Glyphosate est "moins cancerigene" que la charcuterie ou l'alcool. 


Plusieurs etudes epidemiologiques montrent un lien avec le cancer.


Sur 118 tests genotoxiques publiees (peer-reviewed) considerees par l'IARC, 83 montrent un effet genotoxique. Entre 2015 et fin 2018, 26 sur 27 nouvelles etudes montrent un effet genotoxique.


Personnellement je ne vois pas comment un produit genotoxique (qui cause des mutations de l'ADN), pourrait ne pas etre cancerigene.

non, "cancerigene probable pour l'homme", cela ne veut pas dire que le Glyphosate est "moins cancerigene" que la charcuterie ou l'alcool. 


La charcuterie, l'alcool et le tabac sont dans la catégorie au dessus "cancérigène certain".


Plusieurs etudes epidemiologiques montrent un lien avec le cancer. 


Lesquelles ? Avec quelle fiabilité ? Pour rappel, l'étude épidémiologique la plus sérieuse (plus grandes cohortes, suivi à long terme) n'avait pas mis en évidence de danger particulier du glyphosate.


Sur 118 tests genotoxiques publiees (peer-reviewed) considerees par l'IARC, 83 montrent un effet genotoxique. Entre 2015 et fin 2018, 26 sur 27 nouvelles etudes montrent un effet genotoxique. 


Une fois de plus: quelles études ? avec quelles fiabilités ? et quelles hypothèses ? et pour quel effet ? Pour information, l'EFSA s'était penché sur la question en 2015 et l'immense majorité des experts consulté avaient conclu à une insuffisance de preuves.



Personnellement je ne vois pas comment un produit genotoxique (qui cause des mutations de l'ADN), pourrait ne pas etre cancerigene. 


Il suffit qu'il ne cause pas assez de mutations pour provoquer un cancer.



Cela ne veut pas dire que la charcuterie est pire que le Glyphosate. Vous noyez le poison.


Pour rappel, les conclusions de l'etude que vous citez ont ete contredites avec leurs donnees.


L'EFSA n'a considere que les etudes sur le Glyphosate version peu active, comme l'explique leur rapport, assez bizarrement.



Cela ne veut pas dire que la charcuterie est pire que le Glyphosate. Vous noyez le poison.


Cela veut dire que l'on a plus de preuves du caractère cancérigène de l'un que de l'autre. Si je rappelle cela, ce n'est pas pour dire que l'un est pire (ou meilleur) que l'autre (on n'emploie pas les deux pour le même usage), c'est pour donner un peu de contexte qui permet de mieux apprécier la solidité des "preuves" du caractère cancérigène du glyphosate.



Pour rappel, les conclusions de l'etude que vous citez ont ete contredites avec leurs donnees.


Non. Si ça avait été le cas, l'étude aurait été rétractée. L'étude est toujours valable et est, à ce jour, la plus sérieuse étude épidémiologique sur l'usage du glyphosate.


L'EFSA n'a considere que les etudes sur le Glyphosate version peu active, comme l'explique leur rapport, assez bizarrement. 


Non. L'EFSA considère le glyphosate "pur". Ils expliquent simplement que certaines études considérées par l'IARC ne portaient pas sur le glyphosate pur mais sur un mélange (glyphosate + d'autres produits).

Les conclusions de l'étude en question ont bien été contredites et l'étude est toujours là et elle est toujours valable. Vous savez, cela arrive relativement souvent et ne mérite pas rétractation, au contraire. Ne mélangeons pas tout.


Le glyphosate pur n'est pas/peu actif sur le vivant car il ne pénètre pas dans les cellules. Pour être un puissant herbicide, comme pour causer des dommages à l'ADN des cellules, les adjuvants sont indispensables. L'IARC a pris cela en considération pour conclure que le glyphosate est génotoxique. Les autres experts ont considere les etudes utilisant le produit inactif sur les cellules, on se demande pourquoi?


L'attitude de certaines agences a de quoi laisser perplexe. Si vous avez le temps je conseille de lire cela.


Les conclusions de l'étude en question ont bien été contredites et l'étude est toujours là et elle est toujours valable. Vous savez, cela arrive relativement souvent et ne mérite pas rétractation, au contraire. Ne mélangeons pas tout


Heu non, ça ne marche pas comme ça. Si les conclusions sont contredites et/ou pas suffisament etayées par les données, l'étude est rétractée (comme ça a pu être le cas avec le papier de Seralini). Donc, pourquoi affirmez-vous que "les conclusions de l'étude en question ont bien été contredites". Donnez au moins un lien pour étayer votre affirmation.



Le glyphosate pur n'est pas/peu actif sur le vivant car il ne pénètre pas dans les cellules. Pour être un puissant herbicide, comme pour causer des dommages à l'ADN des cellules, les adjuvants sont indispensables. 

Si tel est le cas, ne parlez pas de glyphosate actif ou inactif. Vous pouvez faire par contre une distinction entre le glyphosate (la molécule) et le round-up/GHB (l'herbicide). 


Si vous avez le temps je conseille de lire cela


Lu. Cela est intéressant, et effectivement la différence entre les études publiées par les industriels et celles publiées par les journaux scientifique est assez frappante. Cependant, je pense que cette étude se focalise trop sur un aspect binaire (positif/négatif) alors qu'il faudrait prendre en compte notamment la fiabilité des résultats positifs (par exemple la p value). En effet, si les études publiées par les industriels ont des biais, les études publiées par les journaux scientifique ont parfois le biais inverse (on a tendance à ne publier que les résultats positifs).



Mais vous oubliez un préalable fondamental, dans un monde qui ne serait pas cul par dessus tête, ce ne serait pas à nous de prouver que le glyphosate est nuisible, c'aurait été à "eux" de prouver qu'il ne l'est pas. Avant mise sur le marché.


Petite question: on vous présente un plat de champignons en disant que leur caractère vénéneux n'est pas prouvé, vous mangez ou vous jetez?

c'aurait été à "eux" de prouver qu'il ne l'est pas. Avant mise sur le marché. 


Vous voulez dire qu'ils devaient obtenir l'autorisation de mise sur le marché (qui comporte effectivement des vérifications sanitaires). Ce qu'ils ont obtenu.


N'oubliez pas qu'il est impossible (d'un point de vu logique) de prouver que quelque chose n'est pas dangereux. Au mieux, on fait des tests et on constate l'absence d'effets nocifs. 


on vous présente un plat de champignons en disant que  leur caractère vénéneux n'est pas prouvé, vous mangez ou vous jetez?


Si ce sont les études scientifiques qui disent qu'aucun effet nocif n'a été observé suite à sa consommation par l'homme, oui, je mange.

Si ce sont les études scientifiques qui disent qu'aucun effet nocif n'a été observé suite à sa consommation par l'homme, oui, je mange.


Personnellement, je demanderai quand même s'ils sont bons avant de m'aventurer... non vénéneux, ne veut pas forcement dire "pas dégueu"

Attention, ce n'est pas le glyphosate (herbicide) qui tue les abeilles, mais les néo-néonicotinoïdes (insecticide). Ces deux molécule, bien qu'étant toutes deux des pesticides, ne sont pas comparables en terme de cible. À moins que vous ayez une source fiable, cette affirmation est clairement contre-productive.


Ceci dit...


La très vaste majorité des études fiables effectuées sur le glyphosate ne permettent absolument pas de conclure à un effet négatif sur la santé des population (exposées ou non) ni sur l'environnement.

En fait, je n'ai pas trouvé grand-chose à reprocher au glyphosate après lectures et recherches.


Il serait utile de rappeler qu'une décision de justice ou qu'une décision politique ne fait pas office de preuve au même titre qu'une conclusion de travaux scientifiques. Hors, les dits travaux effectués jusqu'à maintenant échouent à prouver un impact négatif de l'utilisation de cette molécule dans l'agriculture *lorsque les conditions d'utilisation sont raisonnées*. (Evidemment, si on prend une douche de glyphosate tous les matins, on sort clairement des conditions normales d'utilisation)

. Une seule certitude : ni les tests des "pisseurs" ni  ceux des agriculteurs ne permettent aujourd'hui de conclure sur une dangerosité du glyphosate pour la santé publique. Problème de santé publique dont la probabilité est d'ailleurs "faible", comme le concluait notre émission contradictoire sur le sujet. 


merci pour ce sujet bien intéressant: (qui m'intéresse! )

 déjà une remarque, pourquoi conclure par "une certitude"? Un pli journalistique ?


probabilité faible,...? peut-être. En effet, rien ne permet de conclure, surtout pas des tests, mais une étude scientifique sérieuse sur le sujet, oui.


Quant aux tests, ce qui est important selon moi, c'est de bien voir que ces "test" que chaque testeur défend bec et ongle (et vend, très cher!), n'ont aucun sens: au plus pourraient-ils servir à construire une base de données pour une étude à long terme.


 A quoi rime de faire un test alors qu'aucune norme n'existe? on marche sur la tête d'un point de vue logique, mais par contre, ça rapporte énormément d'argent...aux labos qui "testent". 


On nous vend du test, on nous fait croire que la médecine repose sur des bases "scientifiques", puisque "chiffrables", c'est la plus grande arnaque de notre époque, qui ravale la médecine au rang de pratique de supermarché: "posez votre échantillon d'urine sur la balance automatique et passez à la caisse automatique".


Les batailles entre testeurs sont bien intéressantes: Elisa est la marque du test utilisé en première intention en France pour dépister la maladie de Lyme, on connaît les dégâts ... 

Donc, Elisa c'est une "marque",  qui est reconnue par la HAR quand ça lui chante, et jetée aux chiens quand ça dérange? 


Il y a un vaste sujet à traiter sur les tests, quand on sait que le test Elisa sur la borréliose de Lyme a été étalonné en POSTULANT qu'il n'y a pas plus de 5% de positifs sur la population qui a servi pour les échantillons.

..................................................    ***** c'est d'une logique brillante, non ? ...............et donc, on trouve ce qu'on a décidé qu'on allait trouver, pas plus de 5% de malades de Lyme dans les personnes à risque.


Réfléchissons ensemble: comme étalonner un test, qui va vous donner un résultat chiffré, mesurer une concentration d'un élément recherché, anticorps ou autre molécule, si vous ne connaissez pas d'autre moyen de déterminer si les porteurs des échantillons testés sont "malades" ? hummm? 



Encore une fois, les humain se pensent en dehors de la planète. Savoir si l'on a un peu ou beaucoup de merde dans le système, c'est important. OK.
Est aussi important de mesurer l'impact des pesticides sur des sols qu'on a rendu morts. Des sols sans humus, sans insecte ni ver, sans vie. La question du glyphosate posée uniquement sous l'angle de son absorption directe par l'homo sapiens ne soulève qu'une moitié de la question de son utilisation.

Les vendeurs de peur ont encore beaucoup d'avenir devant eux. Si on rajoute les anti linky, les anti ondes, et les anti vaccins, on a une belle brochette d'anti-science qui nous détournent des vrais problèmes sanitaires potentiels.

Ca me fessait pensait a ce fumeur qui me disait : "Ha moi je mange que Bio, parce que je fais attention a ma santé"

J'ai de l'uranium enrichi dans le fondement , mais vous inquiétez pas je vais pas lâcher de flatulences , pour l'instant .Pas de danger! Mais a part ça , les testeurs ont des vitamines des oligo éléments des trucs sains aussi ou que du glyphosate , après tout faut vivre avec son temps !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.