133
Commentaires

Démocratie : la solution Cagé

Commentaires préférés des abonnés

Mais donc, l'administration fiscale sait tout des orientations politiques de ses administrés. En (vraie) démocratie, pas trop de souci. Mais en cas de dérive fascisante, on est mal ; c'est de l'autofichage qui piétine le secret du suffrage -et ça me (...)

J'ai beau tourner et retourner cette idée dans tous les sens, je ne parviens à y voir que des avantages. 



Vous n'avez pas du la retourner très longtemps, car cette idée a un énorme défaut: le détournement de fond. Car si on peut donner cet argent(...)

L’édito est intéressant, mais on notera que par principe, vous considérez que la foule en colère n’est ni raisonnable, ni rationnelle, deux considérations à mon sens hautement discutables.

Derniers commentaires

onm peut voter pour (ou contre)  ici https://le-vrai-debat.fr/project/democratie-institutions-referendum-dinitiative-citoyenne/consultation/consultation/types/democratie-institutions/page/1

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Petite question quand on adhère à un parti ( ou une association ou un média en ligne : oui suivez mon regard 😁) on paie une cotisation. Cette cotisation est volontaire. Cela ressemble fort à ce qui est décrit, non ?


Ce qui me gêne c’est que les partis ( même les syndicats ) soient financés par l’Etat. Cela les «  fonctionnarise » d’une façon. Et un fonctionnaire ça ne représente pas l’usager mais l’Etat. ( aucun reproche ici, j’en fût et c’est leur rôle 😁).


Et doit-on sur notre feuille d’impots déclarer verser des fonds à telle ou telle organisation ?


Enfin cette observation est- elle franco- française ? La culture française est très paternaliste. Cette culture du «  père tout puissant » qui vous protège et trouve des solutions à votre place ( au risque de vous  priver de liberté) est très présente à tous les niveaux de la société.


Vous le direz, je nAi qu’a aller lire le livre... OK 😁

David de la chaîne youtube science étonnante, avait fait une vidéo pour réformer l'élection présidentielle entre autre, pour qu'elle soit plus représentative. En complément des suggestions de Julia Cagé. Mais dans les médias traditionnels, si on ne passe pas par l'édition d'un livre, on n'a que très peu de chance d'être entendu. Exception pour la vidéo initiatrice du mouvement gilet jaune :)

La vidéo de science étonnante :


https://youtu.be/ZoGH7d51bvc

Ces propositions, parce qu'il y a aussi le fait de limiter les dons aux candidats à 200 € à la place de 7 500 €, font partie du grand chantier qu'il faut envisager pour une nouvelle organisation politique.


Les RIC

l'interdiction ou le contrôle drastique des lobbies

la maîtrise de la monnaie

Des instances fortes pour combattre la corruption et les conflits d'intérêts

L'interdiction du pantouflage. On pourra passer du public au privé, mais pas revenir, sauf à repasser des concours par le bas

Arrêter de subventionner des journaux que plus personne ne lit, au profit de l'influence de milliardaires.

.....


Des choses à faire, il y en a des tonnes, et plein de trucs de simple bon sens.

Des moyens d'échapper à la mainmise par les puissances d'argent. Un rééquilibrage de la démocratie.

Il y a toujours de bonnes raisons de ne pas être d'accord, mais il faudra bien faire quelque chose...


Et ça ne coûte pas grand-chose de proposer ces mesures de base dans les cahiers de doléances à la mairie de votre domicile.

Si on n'a pas gain de cause, il sera bien temps de réexaminer notre attitude.



Bonsoir,


Le principal problème est l'histoire de l'administration fiscale qui pourrait facilement connaitre les préférences politiques, il faudrait envisager une autre solution, de plus un grand nombre de francais ne paient pas d'impôts , mais le fait d'être fiché suffirait ?


A voir ...


Sinon pour répondre ou essayer de répondre aux questionnement de Le Gall 


Dans Médiapart , il y a justement un interview de Cagé ou elle explique pourquoi on tend vers la ploutocratie.


Il y a aussi le site du livre http://www.leprixdelademocratie.fr


Sinon Inrocks https://www.lesinrocks.com/2018/12/30/actualite/julia-cage-laisse-la-democratie-etre-corrompue-par-le-poids-de-largent-prive-111155319/


Je cite Mediapart , 


https://www.mediapart.fr/journal/france/210517/macron-leaks-les-secrets-dune-levee-de-fonds-hors-norme?onglet=full


"Ce courriel du 13 février est adressé au collectionneur américano-allemand Olivier Berggruen, une figure incontournable du marché mondial de l’art. Dès le lendemain, le riche New-Yorkais répond favorablement à la demande de Dargnat en promettant « de contribuer à 4 000 euros au mouvement et 4 000 euros au candidat ». Un virement est effectué deux jours plus tard : 8 000 euros en un message, voilà qui témoigne d’une redoutable efficacité.


Sachant que, par ailleurs, « les individus les plus aisés ont tendance à favoriser les partis dont les programmes économiques sont à leur bénéfice, c’est-à-dire les partis les plus conservateurs (politique économique tournée vers l’exportation, flexibilisation du marché du travail, baisse des taux marginaux d’imposition, etc.) ».

Les dons privés, qu’il s’agisse de ceux des individus ou des entreprises dans les pays où ils sont autorisés, représentent en effet, constate l’économiste, « 70 % des ressources du Parti conservateur au Royaume-Uni, 40 % de celles de Forza Italia et près de 22 % pour Les Républicains en France. »

En France, ce système ne « permet pas l’émergence de nouvelles forces politiques entre deux élections, à moins que celles-ci ne soient en capacité de lever suffisamment de financements privés. (…) Cela donne un formidable avantage aux mouvements conservateurs, ou tout au moins marqués à droite sur les questions économiques, à l’image d’En Marche ! en 2016-2017. Car il est de toute évidence beaucoup plus facile pour un mouvement qui promet la suppression de l’impôt sur la fortune ou une moindre taxation des entreprises que pour une force politique qui se battrait pour l’augmentation des taux marginaux »
de trouver des financements.


La seconde proposition suppose, pour que les effets positifs de ce système de financement public modernisé ne soient pas contrecarrés par un déferlement d’argent privé, de limiter drastiquement « les contributions aux partis et aux campagnes, et les dépenses électorales, en interdisant, dans les pays où c’est encore possible (Allemagne, Royaume-Uni, Italie…), les dons des entreprises et en limitant les dons privés des individus à 200 euros par citoyen et par an »."


Fin de mes extraits ...

 

(merci ) Donc seuls ceux qui paient des impôts pourraient "exprimer leur préférence" et décider du financement des partis ?  J'ai bien lu ? Il n'y a que ces gens-là qui comptent ? Je suis consterné.

Daniel Schneidermann met en avant la courbe publiée par le monde du 13 octobre.

Cette courbe est exacte mais elle est particulièrement sujette à discussion.

Ce qui saute aux yeux, hors super riches, c’est que les 20% les plus pauvres perdent 1% comme les 20% les plus riches.

Ce qu’il faudrait  représenter c’est l’incidence sur le reste à vivre pour ces deux groupes de population.

Revenu mensuel moyen des 20% les plus pauvres : < 1000€

Revenu mensuel moyen des 20% les plus riches : > 7500€


Charges incompressibles (Logement, transport, santé, éducation, etc.) 800€

Reste à vivre pour les plus pauvres : 1000 - 800 = 200€

Reste à vivre pour les plus riches : 7500 - 800 = 6700€

Perte pour les plus pauvres 10€  Nouveau reste à vivre 200 – 10 = 190€

Perte pour les plus riches 75€     Nouveau reste à vivre 6700 – 75 = 6625€

Tout ça pour dire que ceux qu’Henri Guillemin (1) appelle les honnêtes gens (Les gens de bien, les gens qui ont du bien) sont encore à la manœuvre. Il faut à tout prix enfumer le peuple et ne pas faire mentir Voltaire qui disait : "Un pays bien organisé est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne"

La victoire des honnêtes gens : https://www.youtube.com/watch?v=8EtjyPKZZ8A

 

Julia Cagé

Invitations  médias

Il ne suffit pas que les média parlent du livre de Julia Cagé "Le prix de la démocratie", encore faudrait-il que les chroniqueurs, commentateurs, économistes, politologues qui déterminent pour une grand part l'opinoin, s'en emparent...et ça c'est pas demain.

Mais c'est exact qu'elle a été invité par les médias. Je n'ai pas tout recensé :

France culture 22 octobre 2018 France culture :

https://www.youtube.com/watch?v=sKPgrxgl2Go

France inter 16 novembre 2018 :

https://www.franceinter.fr/emissions/une-semaine-en-france/une-semaine-en-france-16-novembre-2018

JDD 5 décembre 2018 : https://www.lejdd.fr/Politique/julia-cage-emmanuel-macron-a-mis-en-place-une-politique-qui-correspond-aux-interets-de-ceux-qui-lont-finance-3814139

Les inrocks 30 décembre 2018 : https://www.lesinrocks.com/2018/12/30/actualite/julia-cage-laisse-la-democratie-etre-corrompue-par-le-poids-de-largent-prive-111155319/

Libé 7 septembre 2018 : https://www.liberation.fr/debats/2018/09/07/julia-cage-en-france-les-plus-pauvres-paient-pour-satisfaire-les-preferences-politiques-des-plus-ric_1677285

Le Média 19 octobre : https://www.youtube.com/watch?v=3eg9dLYyGko



excellente lancelin https://youtu.be/VF-oB4O6mx0

Je suis d'accord avec Judith. 

Ce genre d'information ne reste jamais tres longtemps anonyme.

Mais comment faire pour que les nouveaux partis puissent avoir acces au financement et comment s'assurer qu'ils sont bien ce qu'ils pretendent etre !


Bonsoir,


outre l'entretien du Média déjà évoqué, Julia Cagé est également intervenue sur France Inter dans l'émission Par Jupiter :


https://www.franceinter.fr/emissions/par-jupiter/par-jupiter-12-decembre-2018


C'est ainsi que je l'ai découverte. Son propos m'a très fortement intéressé. Mais il est vrai que le commentaire de Judith m'interpelle. Il faudrait pouvoir rendre anonyme son choix au moment de la déclaration d'impôt.


Merci pour votre article.


Quand la solution, ou même simplement la réponse à un problème politique passe par le portefeuille, c'est le signe alarmant qu'on a manqué d'imagination.  En d'autres termes, ça veut dire qu'on est dans l'impasse ou, en langage plus senti et vécu, qu'on est dans la grosse merdasse. Julia Cagé? Une technocrate sincère qui ignore la proportion formatée de son esprit. Je l'écoute souvent sur F-Cult, je la connais un peu. 

 

Pas conne, pas méchante, pas malintentionnée, mais sacrément formatée et juste bonne à repenser des rubis-cubes qui n'afficheront "raison" que sur une seule des 8 facettes du prisme. 


Résultat: il en manquera toujours 7 à unifier à la même couleur. Bien tenté, Daniel, mais non, on a déjà donné dans le scientifisme bon marché. Je pense qu'on peut aspirer à bien bien mieux que ça. Et je vois que c'est précisément ce qui se passe sur les ronds-points et dans les rues tous les samedis. 


Triste de vérifier une fois de plus que les "sachants" ne s'appuient que sur leurs semblables en diplômes pour "aider" les pauvrasses. Alors que les solutions, quand elles existent, viennent toujours de ceux qui, avec ou sans diplômes, vivent ce qu'ils dénoncent. Raison pour laquelle ils et elles sont les seuls à pouvoir imaginer la sortie de l'impasse. 


Pour info,, je couvre une très longue et très dure lutte d'éboueurs placés en lock-out par leur nouveau patron depuis 3 mois (sans salaire). Et parmi ces ramasseurs d'ordures dont on imagine aisément qu'aucun d'eux n'est passé par l'ENA, il y en a plus d'un qui émerge en se distinguant, par son talent, par son état de conscience, et qui s'impose en leader au reste du groupe qui s'en remet à lui seul. 


Ce mec n'a aucun diplôme. Aucune formation qualifiante. Ce mec dit: "Je parle au nom de ceux qui sont nombreux parmi nous, qui sommes des éboueurs, et qui ne savons donc pas tous lire ou écrire";  Rien qu'en disant cette réalité,  sans la mépriser, mais en l'affirmant comme un fait, comme une réalité signifiante, ce type s'est naturellement imposé leader de son groupe. 


Et ni les avocats, ni les juristes, ni les syndicalistes sachants, ni les journalistes qui les côtoient ne sont en état de lui voler la vedette. Pourquoi ? Tout simplement parce que le mec sait, plus que quiconque, de quoi il parle pour dire ce que vivent depuis 3 mois ces travailleurs de l'ordure privés de leur salaire. 


Après, on peut toujours consulter des Julia Cagé pour nous dire ce qu'elle en pense et combien il faudra cotiser pour faire émerger un parti politique digne de représenter ces catégories de travailleurs. Mais permettez-moi d'en rire par avance. Et de sortir de mon tiroir mon mètre de couture pour mesurer au millimètres près la distance, un gouffre, qui sépare les gens des autres gens. 


Au moment où je rédige ces lignes, j'écoute Julia et je m'arrache les cheveux. Va falloir me financer l'achat d'un complément capillaire, à votre bon coeur. 


Il y en a des choses qui seraient essentielles pour l'émancipation et qui ne sont pas abordées.


Un petit exemple dans un débat très intéressant : 


https://m.youtube.com/watch?v=k7n9IRZvO9M

Avec le temps tout système politique se dégrade car l'argent s'insinue partout, "l’argent qui corrompt, l’argent qui achète, l’argent qui écrase, l’argent qui tue, l’argent qui ruine, l’argent qui pourrit jusqu’à la conscience des hommes " (Mitterrand en 1971). Et l'auteur de cette belle phrase, ainsi que son parti, n'ont pas échappé à cette loi d'airain.


Aujourd'hui nous sommes arrivés à un tel degré de corruption qu'il faut tout remettre à plat :


- La démocratie participative, en renforçant la séparation des pouvoirs qui n'est plus en France qu'un principe zombie ;


- Rapprocher les citoyens des pouvoirs de décision sur les questions fondamentales que sont la réglementation économique, les sujets militaires ou monétaires et que l'on à éloignés à Bruxelles (Commission Européenne et OTAN) ou  Francfort (BCE) ;


- Les droits fondamentaux, droits de grève, d'expression et de manifestation, qui se réduisent comme peau de chagrin ;


- Les contre-pouvoirs traditionnels, syndicats, presse, organes locaux de décision...


Et aussi inventer de nouvelles formes de contre-pouvoir, R.I.C., assemblée citoyenne tirée au sort, droit de veto, etc.


On pourra toujours améliorer la qualité de la représentation nationale, mais si on instaure pas de vrais garde-fous et notamment une vigilance citoyenne, ça ne durera pas.

J'ai souvent dit concernant le système marchand, qu'il fallait "voter" avec son portefeuille, c'est à dire puisque "pouvoir d'achat" il y aurait, en n'achetant pas ou en achetant autre chose (choisi avec soin), je peux exercer une force dans une certaine direction. 

La proposition de Cagé est (serait?) de faire la même chose au niveau des choix politiques.

Problème!

Ça part du principe que le Système Marchand est perenne.

Ça baserait officiellement la Politique sur le Système Marchand, pour contrecarrer l'effet pernicieux de sa mainmise (imprévue mais pas imprévisible) sur le système de désignation des Dirigeants.

Bon, ça part d'un bon sentiment, avec une solution fonctionnelle, mais seulement dans le paradigme du XXe siècle qui est précisément en train de s'effondrer.

Je ne veux pas croire qu'il s'agit consciemment de "changer" des choses pour que rien ne change.  :-)

Donc bénéfice du doute pour Julia Cagé (Bobo 30% avec une conscience), mais passons à autre chose... :-)

Bonjour, j'ai déjà défendu plusieurs fois une idée assez similaire sur ce forum mais n'ai jamais reçu un tel soutien de la part de Daniel, surement parce que je ne suis pas journaliste. 


L'idée serait de créer un statut pour les partis politiques


Pour pouvoir prétendre à ce statut, il faudrait recueillir le soutien de suffisamment de citoyens


Sachant que ce statut donnerait non seulement droit à un financement public, le même pour tous les partis politiques, mais aussi à des droits, notamment en terme de conditions et de temps de parole dans les médias.  


Bien sûr le tout sous un contrôle et une transparence pour garantir qu'il n'y aura ni détournement ni abus.


Bref, je pense en effet que sans une réelle égalité en terme de moyens et de temps / conditions de parole, sont indispensables pour que les scrutins soient réellement honnêtes et démocratiques.


Ce que je n'aime pas dans la proposition de cette journaliste et pourquoi elle a plus de chance qu'elle se réalise que la mienne, c'est qu'elle conserve les inégalités et continue de mettre en concurrence les choix des gens. Pour le fait de devoir choisir de ne soutenir qu'1 seul groupe politique / candidat, c'est l'un des principaux problèmes qui rend fou les gens à s'entredéchirer et à se calomnier entre personnes qui devraient normalement se battre dans le même camp ( Ex Mélenchon et Hamon qui se neutralisent à l'élection présidentielle ). 


A un scrutin majoritaire je préfère un scrutin préférentiel.


De plus effectivement, ça fait chier de donner ses opinions politiques au fisc et donc au gouvernement.


"Un parti politique est une machine à fabriquer de la passion collective.

Un parti politique est une organisation construite de manière à exercer une pression collective sur la pensée de chacun des êtres humains qui en sont membres.

La première fin, et, en dernière analyse, l'unique fin de tout parti politique est sa propre croissance, et cela sans aucune limite.

Par ce triple caractère, tout parti est totalitaire en germe et en aspiration."

Simone Weil, note sur la suppression des partis

j'ai un sentiment et je n'arrive pas à le préciser

J'ai le sentiment que l'on veut habiller une vieille chose avec de nouveaux habits


Il y aurait donc un moment sacré de démocratie où l'on pourrait sur sa feuille d'impôt dire que l'on veut que l'obole de la nation mesurée à l'aune de sa propre personne irait vers tel ou tel parti (et donc première équation argent = démocratie =  fiscalité dans l'ordre qu'on voudra)

et tout cela pour que continue la belle farandole

et que les partis puissent continuer


et donc (pour simplifier à grand coup de boulier) chaque voix coûtant 32 euros,

on retire 7 pour éviter que les riches ramassent la mise

Reste si je ne me trompe 25 euros ce qui représente toujours un sérieux manque à gagner - à votre bon cœur Bernard Arnault comme Ke-sais-je plus bas


J'ai donc le sentiment que ce rafistolage n'est pas 100% bon


C'est un peu le sentiment que j'ai pour la démocratie US : la NRA, les Labos pharmas, les conglomérats de la lutte contre l’environnement etc financent le parti Républicain, et le Parti Démocrate a aussi ses propres sources chez des riches millardaires. 


Et puis, pour soutenir les Démocrates progressistes, il y a des levées de fonds qui permettent de combattre cette incroyable main mise des lobbies et riches donateurs, ce qui a permis à des progressistes de gagner aux dernières sénatoriales. Tout cela est digne de louanges et de satisfaction mais il n'en reste pas moins qu'élection piège à cons puisque le système est à peine dépoussiéré.


Je suis bien conscient que je n'apporte aucune solution !

Cher Daniel, cette interview dans le Média vous aura sans doute échappé...
https://youtu.be/3eg9dLYyGko


Pas confiance du tout dans une proposition d'une intellectuelle organique du PS d'Hamon dont on sait maintenant ce que son attitude a permis le candidat Macron.


Ne pas oublier que la stratégie utilisée par Macron en 2017 était celle qui devait propulser le candidat du PS (sûrement Hollande) vers un deuxième mandat, malgré les trahisons successifs de la sociale-democratie française.

Quelques interventions de Julia Café sur France culture qui m'avaient vraiment intéressé : https://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/la-democratie-en-crise-economique


https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/la-democratie-a-qui-paie-gagne

Très bon article , il mérite de faire son chemin dans le pensum collectif .

La majorité des français n'etant pas imposable, c'est cela qui est choquant, je trouve  ! Quans on pense que des gens comme Tapie ou Bettancourt n'étaient pas imposables au plus haut de leurs formes ... ça laisse rêveur !


La plupart n'est pas en dessous du seuil de pauvreté, mais devient non imposable par un jeu d'écriture comptable ( les niches fiscales ) et avant toute chose, c 'est là qu'il faudrait faire un grand ménage !


Rendre "fiscalisable" un grand nombre de citoyesn ( même les modeste avec une contribution très modeste ) cela permettrait d'intégrer tout  le monde qui se sentirait alors concerné par l'argent qu'on donne à la communauté 

( D'ailleurs ils en donnent déjà à coup de CSG et surtout de TVA )


Par contre là ou on pourrait modifier les règles ( celle de Julie Cagé me semble effectivement avoir des limites puisque c'est le fisc qui contrôle qui donne de l'argent à quel parti ... et puis donner de l'argent aux partis, avec toutes les affaires qui entachent ceux-ci...) c'est qu'on pourrait déterminer un pourcentage de son impôt ( 30, 50%... à voir ) qui serait versée directement à l'organisme public de son choix ( hôpitaux, école, police, pompiers, armée douanes, culture etc... )


l'imôt ne serait plus gérer par l'Etat dans sa globalité, mais une partie irait aux dépenses régalienne, une autre serait dirigée directement par le citoyen à un organisme public pour le bien de tous !


C'est une idée, pas très aboutie, ( quels contrôles ? comment le verser directement à l'organisme ? etc... ) mais qui me semblerait donner plus de poids à certaines administrations en mal de budget, et les citoyens verraient peut-être plus concrètement ou va leur argent et ce qu'on en fait !


Enfin, une idée à creuser ! ( ou pas ?)

En vérité, la seule chance qu'on aie de voir cette proposition mise au vote, c'est le RIC... Car il ne faudra en effet pas trop compter sur nos députés pour promouvoir un financement qui risquerait bel et bien de les foutre à poil.

Meunier, tu dors, ton moulin, ton moulin va trop vite...


Ces manants intellectuels, cette "fan base de Maxime Nicolle" ...

Qui s'attaquent à mains nues à leur destin, sans avoir lu le livre de madame Cagé ! 

Quel dommage !


Vous dormez monsieur Schneidermann... Ou plutôt, vous vous cachez la tête sous la 

couette comme un gamin qui refuse de se lever pour aller à l'école et qui invente 

des stratagèmes plus puérils les uns que les autres.


A votre condescendance un peu passée de mode j'oppose le discourt 

un peu moins obsolète de ma'ame Lancelin.


https://www.youtube.com/watch?v=VF-oB4O6mx0


A un peuple qui demande le RIC vous proposez comme solution miracle une mesure 

qui ne concerne pas la masse non imposable des français ?  

C'est à dire environ la moitié de la population ?

A une population qui vomit les partis politiques  vous proposez 


un financement des partis politiques ?

ALLO ?

( alors, à propos de shampooing et de cheveux, votre ébouriffé lumineux et immaculé
dans la dernière émission était une vraie joie pour l’œil. ) 


Allez, on fait avec ce qu'on a, portez vous bien. 









 





L'idée que les partis politiques ne profitaient qu'aux élites dirigeantes avait déjà été développée par Simone Weil dans les années 50. Dans son texte "Note sur la suppression générale des partis politiques" elle proposait un vote pour chaque projet de loi, indépendamment de l'homme qui le porte.

ca va pas bien Daniel, t'en est encore aux GJ concons .. 'Etouffées par les hurlements de la foule' donc si la solution Cagé n'est pas vue c'est a cause des vociferations des GJ, du Macronisme dans le texte. Franchement je me suis mise a militer depuis 4 ans, pour comprendre pq les dominants, les candidats et autres journaleux,  sont si bêtes intellectuellement, si déloyaux, si macho, et bien ce texte le montre, l'arrogance des zeduqués qui ne 'touchent' la realité qu'a travers les lecons de socio de leurs écoles de tries de la bobosphere, qui n'instille que la lacheté et le mepris de classe. Alors que les Gj s'organisent sans vous consulter, encore une fois les bobos vont courir derrière la france qui créé, pour voler notre creativité. et Commercy ? et la structuration du mouvement qui s'elabore loin des vociferations des zelites ? 

En passant : on pourrait aussi permettre aux personnes non imposables de bénéficier d'une réduction de leur don aux partis et associations comme les imposables peuvent le faire à hauteur de 20% du revenu imposable


Autrement il y a 57% des foyers du pays qui sont exclus de cette possibilité déjà actuellement

https://www.la-croix.com/Economie/France/impots-2017-cinq-chiffres-2018-07-17-1200955709

Moi j'y trouve un intérêt supplémentaire.

Celui de servir de sondage officiel.

A quoi servirait les instituts de sondage si on peut faire ressortir un échantillon représentatif de la population de ces donateur annuels...?

Plus possible de détourner les sondages d'opinion aux questions orientées, conçus dans le but même de manipulation de cette opinion...

On aurait un baromètre annuel et officiel, qui engendrerait une légitimité de fait.

D'après cette chronique, il me semble que l'idée de Julia Cagé revient à instaurer le vote obligatoire (puisque la déclaration d'impôt est obligatoire). Ce n'est pas une mauvaise idée, au contraire, mais si c'est l'administration fiscale qui collecte ces informations, alors il y a un gros probleme!

C'est mieux que rien ....

Mais relativisons un peu et rions un peu ( avant d'en pleurer )

Imaginons 520.000 " prescripteurs de dons "  à 7 euros , soit 520.000 X 7  = 3.640.000 euros

soit 0,057 % du patrimoine de Monsieur B. Arnault  

soit ce qu'il  " gagne " en une heure (et dix minutes )

Et les informations seront toujours " délivrées " par des journaux " libres"  appartenant à de grands philanthropes

( dont M. Arnault )

Mais y a pas que l'argent qui influence le résultat d'une élection ! Y a les votants aussi. La thèse de Mme Cagé semble être que sans les dons privés pour la campagne d'EM, il n'aurait pas pu gagner, mais est-ce que si M. Cheminade, par exemple, avait pu dépenser 16 millions, il sera arrivé dans le peloton de tête ? Je ne suis pas sûre de ça. Le PS a d'ailleurs mis 15 millions dans la dernière élection présidentielle pour récolter moins de 7 % des voix.

Le financement public en fonction du pourcentage d'élus ou du nombre de suffrages n'est pas remis en cause, alors que c'est ça, aussi, qui conduit les formations politiques de faible envergure à n'être que peu financées, donc moins visibles.

La limitation des dons à 200 € et le "Bon pour l'égalité démocratique" de 7 € sont des idées intéressantes, mais ça ne résout pas le problème de la participation aux élections (et avec les taux d'abstention actuels, on ne peut pas dire honnêtement "qui paie, gagne").


Mais donc, l'administration fiscale sait tout des orientations politiques de ses administrés. En (vraie) démocratie, pas trop de souci. Mais en cas de dérive fascisante, on est mal ; c'est de l'autofichage qui piétine le secret du suffrage -et ça me semble un peu problématique...

J'ai beau tourner et retourner cette idée dans tous les sens, je ne parviens à y voir que des avantages. 



Vous n'avez pas du la retourner très longtemps, car cette idée a un énorme défaut: le détournement de fond. Car si on peut donner cet argent "à n'importe quel parti même sans élu", on va voir arriver tout un tas d'entreprises/associations déguisées en"partis politiques" et dont le but va être non pas d'avoir des élus mais juste de faire de la pub pour que les gens leur donnent leur 7 euros.


Bref, ça sera la même chose que le FN, en plus commercial.


Deuxième désavantage, et non des moindre: cette "solution" ne résoud rien. Le système actuel ne favorise pas "les partis qui défendent les intérêts des classes supérieures", il favorise les partis pour qui les gens votent !


Et je ne vois pas ce qui inciterait les gens à donner de l'argent pour des partis pour lesquels ils ne votent pas. En fait, ce serait le même système qu'actuellement. Peut-être un peu plus favorable aux "petits" partis, dans le sens où ça permet de décorreller le "vote utile" du financement des partis politiques, mais il faut cesser de croire que les gens vont massivement voter (ou donner de l'argent) pour les petits partis de gauche si on change le système électoral (ou le système de financement des partis politiques).






En effet, vos deux bémols semblent de bon sens. Mais comme je n'ai pas lu le bouquin, je ne saurais dire si Mme Cagé y a déjà plus ou moins répondu.


Si une personne ayant lu l'ouvrage pouvait nous éclairer sur ces deux critiques sensées, je lui en serais très reconnaissant...

De plus, ça encourage le don utile (don au parti qui ne nous plait pas forcément le plus mais qui a des chances de gagner face à l'adversaire le plus redouté), donc ça encourage à ne pas être honnête sur ses préférences.

Donc oui, ça risque de ne rien changer.

Ce que développe le bouquin, c'est qu'il y a actuellement deux sources de financement pour les partis : le financement au prorata des élus, et le financement "privé", chaque citoyen pouvant verser jusqu'à 7000€ (ou 7500, à vérifier) par an au parti de son choix, somme dont les deux tiers sont déductibles de ses impôts... s'il est imposable au titre des impôts sur le revenu, et pas, seulement, au titre de la TVA et autres taxes. Autrement dit, en dehors du financement issu des élections (au rythme, très lent par rapport aux bouleversements politiques, des vagues quinquennales), l'essentiel du financement ne vient pas "des gens qui votent", mais des riches qui peuvent se permettre de verser 2500€ pour en faire verser le double par le contribuable, vous et moi, même si nous ne payons pas l'impôt sur le revenu. Si bien que, oui, quelques milliers de riches on pu financer, et NOUS FAIRE FINANCER la campagne de pub pour Macron, par exemple, au hasard... 

Si ces quelques milliers avaient pu flécher seulement 7€ chacun, (car il est bien question de remplacer le plafonnement actuel (7000 ou 7500) par un plafonnement à 7€), et que la masse des supporteurs de, prenons une hypothèse, un front réunissant FI, communistes et Hamon, ait pu financer les campagnes présidentielles et législatives de ce front, eh bien peut-être ces trois larrons auraient réussi à s'entendre au lieu de se disputer le magot ou de rester comme Hamon prisonnier du PS... 

Vraiment, le bouquin mérite d'être lu, c'est un travail d'analyse sérieux, qui éclaire cette proposition.

Je n'ai pas les chiffres en tête mais de mémoire, le financement public des partis politique est beaucoup plus important que le financement privé, même pour les partis de droite qui bénéficient effectivement des dons de particuliers assez richez pour verser 7500 euros/an. D'ailleurs, c'est suite à des défaites électorales importantes que les gros partis politiques ont du vendre leur siège historique. Pas parce qu'ils perdent des gros donateurs privés.



Et s'il est vrai que l'argent compte pour financer une campagne, c'est surtout vrai aux USA. En France, le plafonnement des frais de campagne fait qu'une campagne électorale, même présidentielle, ne coûte pas si chère que ça (et est remboursée si vous obtenez plus de 5% des suffrages). Mélenchon, Hamon, et même les "petits candidats" ont pu financer leur campagne sans trop de soucis. 


Petite digression: s'il n'y a pas eu d'union entre Hamon et Mélenchon, c'est plus pour une querelle d'ego et de programme que de sous. Mélenchon a fait l'erreur de ne pas se présenter à la primaire de la gauche (qu'il aurait peut-être pu remporter, vu le rejet de Valls), et a préféré faire cavalier seul. Hamon, vainqueur de cette primaire, ne pouvait pas se désister. Au final ça a été un beau gâchi, mais même avec le système proposé par Mme Cagé, ça n'aurait rien changé.


Revenons à nos moutons. On peut effectivement changer le système de financement des partis pour rééquilibrer vers les petits partis, sans pour autant mettre en place la proposition de Mme Cagé qui a de gros défauts (les deux que j'ai souligné, plus ce qu'a dit Judith plus haut).


Je n'ai pas écris un livre sur ma question mais voici ma proposition


1) Sur le financement privé, abaissement du montant maximal des dons à 1000 euros/an et par personne (au lieu de 7600), et interdiction de financer directement les campagne électorales.

2) Sur le financement public, le faire reposer uniquement sur les voix (et non sur le nombre de députés/sénateurs élus) et abaisser le seul ouvrant droit à un financement (disons il faut obtenir 1% des suffrages exprimés). De plus on peut rendre ce financement digressif, par exemple, s'il y a une seule élection, on donne de l'argent pour chaque 1% obtenu, mais :

- les partis ayant fait au moins 1% reçoivent 100 000 euros

- les partis ayant fait au moins 2% reçoivent 80 000 euros en plus (180 000 en tout)

- les partis ayant fait au moins 3% reçoivent 60 000 euros en plus (240 000 en tout)

- etc


Ce qui fait que les "gros" partis recevront plus d'argent que les petits, mais ce sera beaucoup plus équilibré que le système actuel. Et c'est bien plus facile à mettre en place et bien moins dangereux que la proposition de Mme Cagé.





 



"Mélenchon a fait l'erreur de ne pas se présenter à la primaire de la gauche"


Supposons qu'il ait gagné, croyez-vous qu'il aurait été mieux soutenu par les autres candidats que ne l'a été Hamon? Supposons que Manuel Valls ait gagné, Mélenchon aurait dû le soutenir. Ou se dédire de sa promesse, ce qui n'est guère glorieux, et j'imagine qu'on le lui aurait amèrement reproché. 


Perso, dans le premier cas, je l'aurais traité d'idiot (il devait bien se douter qu'il ne serait pas soutenu par ses collègues). 


Dans le second cas, soutenir Valls... beurk. Et renier sa promesse, pas très correct, mauvais début pour quelqu'un qui veut être élu, sachant que ce qu'on reproche le plus à nos élus, c'est de ne pas avoir de parole.

Sans vouloir refaire l'histoire, se présenter à la primaire de la gauche aurait été la seule chose qui aurait pu donner une petite chance de gagner (au risque de se faire éliminer par Valls, oui). Vous parlez du soutien des autres candidats, mais il y a quelque chose de plus important: le soutien des électeurs. Mélenchon seul, autoritaire et persuadé d'avoir raison, personne n'en veut (à part les membres de sa secte). Mélenchon représentant la gauche et ayant mis un peu d'au dans son vin, ça peut marcher.





Mieux que la refaire, vous la faites tout court.

Je n'ai pas la prétention de faire l'histoire. Je rappelle juste que Mélenchon est détesté (avec raison) par une bonne partie de la gauche (et adulé par une autre partie).


Mais on s'éloigne du sujet du débat, qui est le financement des partis politiques, et pourquoi ce que propose Mme Cagé ne résout pas le problème.


On va vous repondre que ceux qui n'aiment pas melenchon sont des traitres et qu'ils feraient mieux de remettre en question leur gauchitude.


Sinon ma proposition est le prelevement obligatoire chez tous les imposables de 1 euros dedie au financement des partis politiques. Cet argent peut etre attribue au parti politique de son choix. Dans le cas de non choix cet argent sera distribue de maniere equivalente entre tous les partis.


Ah le portefeuille, il n'y a que ca de vrai.




"On va vous repondre que ceux qui n'aiment pas melenchon sont des traitres et qu'ils feraient mieux de remettre en question leur gauchitude."


A un moment, M_, il faut se résoudre à être incapable de se mettre dans la peau d'un insoumis. Vous devriez plutôt essayer de prédire ce que répondrait un bas du front. M'est avis que vous seriez beaucoup plus heureux dans ce genre de divination...

"On va vous repondre que ceux qui n'aiment pas melenchon sont des traitres"


Où çà? Quand ça? Qui ça? Le petit vélo que vous avez dans la tête?

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/080517/melenchon-et-ses-trolls-la-violence-en-politique

https://www.franceinter.fr/politique/hamon-debauche-chez-la-france-insoumise


Vous en voulez plus ?


La peau d'un insoumis c'est de plus en plus la peau d'un fanatique maintenant.

Le probleme est que la FI de Melenchon ne peut plus rassembler maintenant, c'est trop tard elle a chier dans la colle et est condamner a rester sous la barre des 20%.


L'avenir de la gauche n'est plus avec Melenchon.



Citer "L'ancêtre"  qui pollue les forums de Médiapart de sa haine farouche et obsessionnelle une bonne vingtaine de fois par jour, sans compter ses billets de blog qu'heureusement je ne lis pas... 


Pffff... J'ai eu tort de vous répondre, je ne le ferai plus.

"La peau d'un insoumis c'est de plus en plus la peau d'un fanatique maintenant."


"A un moment, M_, il faut se résoudre à être incapable de se mettre dans la peau d'un insoumis. Vous devriez plutôt essayer de prédire ce que répondrait un bas du front. M'est avis que vous seriez beaucoup plus heureux dans ce genre de divination... "

Il y a évidemment des fous furieux en tous lieux, et je suis sûr qu'il existe des personnes très vindicatives et particulièrement bornées qui se réclament de la France Insoumise. 


Vous devriez toutefois éviter de citer M. Sfar dans votre premier lien alors que sa pauvre tentative de se rattraper aux branches après avoir écrit une grosse connerie sur Facebook a été démontée ici même sur ASI.

J'avais été voir les commentaires qu'il avait reçu à l'époque et la très (très) grande majorité des messages étaient plutôt bienveillants, en le félicitant au passage pour le Chat du Rabin. Après avoir publié plus vite que la pensée sur l'ALBA et avoir été plutôt cordialement contredit il a tenté de faire croire qu'il était violemment attaqué pour ses dessins. Le tout abondament repris à l'époque, en pleine période de campagne présidentielle, par beaucoup de rédaction. C'était assez pitoyable. Mais je vois que vous en êtes encore là, décidément, un mensonge peut faire le tour du globe le temps que la vérité enfile ses chaussures.


Second lien ?

Une jeune femme qui dit ne pas pouvoir critiquer la ligne sur l'Europe et les migrants au sein de LFI sans être viré ou traité de social-traitre rallie Hamon. Comme elle n'a pas été viré j'imagine qu'elle a été traité de sociale-traitresse et a quitté LFI. Quant a ce qu'elle pense sur ces sujets nous n'en saurons rien, quant aux déçues et déçus de tout bord qui ensuite se plaignent de leurs anciennes crèmeries, je vous laisse seul en tirer l'interprétation sur la foi de cet article pour en conclure que  "La peau d'un insoumis c'est de plus en plus la peau d'un fanatique maintenant.". 


d'ou parlez  vous Tristan Le Gall? 

Le conseil de Tristan Le Gall pour la FI: mettre de l'eau dans son vin.

Citation "A nos amis" page 81 :

"Ce n’est pas pour empêcher le « peuple » de « prendre le pouvoir » qu’on lui défend si férocement de les envahir, mais pour l’empêcher de réaliser que le pouvoir ne réside plus dans les institutions."


Je ne joue pas aux cartes mais mettons

On commence à jouer pour se rendre compte au bout de quelques minutes que celui qui nous y a invité a introduit dans son jeu des cartes pipées

On se révolte, on renverse la table, on se prend à la gorge mais 

un ancien aux cheveux blancs et plein d'usage et raison encourage tout le monde à reprendre le jeu

car nous sommes des gens civilisés


A votre avis, va t on reprendre les cartes du premier jeu ?

Va t on confier au tricheur le rôle de celui qui se porte garant de la bonne tenue du jeu ?


Aussi sur le site des Inrockuptibles : https://www.lesinrocks.com/2018/12/30/actualite/julia-cage-laisse-la-democratie-etre-corrompue-par-le-poids-de-largent-prive-111155319/

Je lirai le livre avec intérêt. Mais suis sceptique sur cette solution présentée, les plus susceptibles de verser un tel don m’apparaissant être les citoyens des classes les plus aisés, annihilant tout espoir de rééquilibrage.

Erreur pas que Médiapart!

En octobre Julia Cagé était interviewer longuement par G. Miller dans Le MEDIA pour sont livre: https://www.youtube.com/watch?v=3eg9dLYyGko


Bon faut dire que le média a vraiment du mal à mettre en avant ou simplement classer les vidéos qu'ils font... C'est facile de passer à coté et j'ai mis du temps à retrouver celle-ci....

Et ceux qui ne font pas de déclaration ( les prisonniers par exemple, ou les jeunes majeurs qui sont à la charge de  leurs parents et "déclarés " par eux ) ET ceux pour qui 7 euros représentent quelque chose ( les retraités très pauvres par exemple ) ... Ils font quoi ?

"La caractéristique des insurrections, c'est que les voix raisonnables, rationnelles, y sont étouffées.  [...] Autant dire que dans l'ambiance actuelle, Julia Cagé n'a que peu de chances d'être entendue. ." 


Pas trop d'accord: on est nombreux à ne pas se laisser boucher les oreilles par les vociférations des uns et (surtout) des autres. Et c'est précisément l'ambiance électrique de ces derniers temps qui m'a conduite à repérer Julie Cagé. Et bien d'autres, d'ailleurs. 


Après, on en parle, d'autres écoutent, et petit à petit, certaines voix, certaines idées, franchissent le mur dominant du son et de l'image. Pas toujours, mais souvent, celles qui le méritent. Une idée juste... quand son heure est venue... il disait quoi, Victor Hugo déjà? Et aussi Mao Tsé Toung, qui disait quelque chose dans le même genre, une idée juste qui s'empare des masses. 


Merci d'avoir relayé cette très bonne idée. La critique des médias et des institutions par Cagé (très impliquée dans la campagne de Hamon en 2017) est en effet un des résultats heureux de la recherche en sciences sociales et en économie humaine de ces dernières années, qui est bien plus opératoire que le "tous pourris" ou "je hais les médias".


Une nuance toutefois : Cagé ne dit pas que nous sommes en ploutocratie, elle constate que l'argent a fortement corrompu les institutions et les partis, ce qui est autre chose. La ploutocratie, c'est l'équipe de Trump, ou le régime de Poutine, quand uniquement des super-riches sont au pouvoir (voir le nombre de millionnaires dans les rangs républicains / Russie Unie). Les mots comptent !

Ma foi, une idée sympathique, plutot astucieuse et qui va dans le bon sens. Mais très insuffisant, et certainement pas LA solution.


On ne fera pas l'economie de la fin (ineluctable et imminente - plus que quelques années encore...) du capitalisme neoliberal. 

Et il faudra bien, un jour, non pas sauver les partis politiques (pansement sur jambe de bois), mais instaurer la democratie, le pouvoir au peuple, pas aux partis politiques... le systeme actuel entraine fatalement les corrompus, meilleurs menteurs, manipulateurs au pouvoir. 


Cela pourrait passer par une limitation du capital, cad de la propriété privée (qqes milliers de SMIC, soit qqe millions d'euros maximum par personne), une decentralisation du pouvoir (federalisme communal, par exemple), soit un partage des richesses et du pouvoir. 

Un retour à l'agriculture biologique et permacole,  arret immediat des pollutions et destructions du peu qui reste de la nature, une limitation du temps de travail (travailler moins pour polluer moins et vivre mieux), etc... sont de plus en plus nécessaires.


Bref, se libérer de nos chaînes, reprendre le pouvoir sur nos vies, reconstruire du lien social, de la cooperation en lieu et place de la compétition,  et sauver ce qui reste avant la grande tempête (ressources et climat) qui arrive très très vite... soyons prêts, ça va secouer !

Ah cet édito fleure bon le mépris DS, je vous suggère une proposition à méditer : si les GJ voulaient passer à la démocratie directe et abandonner la démocratie représentative, ils ne demanderaient pas le RIC. 

Elle était passée également en octobre sur le Media pour un long entretien : https://www.youtube.com/watch?v=3eg9dLYyGko

L’édito est intéressant, mais on notera que par principe, vous considérez que la foule en colère n’est ni raisonnable, ni rationnelle, deux considérations à mon sens hautement discutables.

100% d'accord avec vous Daniel. Si je dois faire une contribution au "grand débat national" c'est d'ailleurs la proposition que je soumettrai. Outre l'interview récente chez Mediapart, c'est sur France Inter (Baddou le 8/9/18) que j'avais entendu Julia Cagé sur ce sujet. Ceci m'avait d'ailleurs incité à lire son livre dont j'ai fait depuis une active promotion autour de moi.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.