109
Commentaires

"Ai-je eu raison d'être conviviale avec Sarkozy ? Je ne sais pas... "

Derniers commentaires

Avec beaucoup de retard, BRAVO MARGOT CGT/ANPE pour votre cran et votre répartie. Encore un exemple de l'étouffement médiatique des idées politiques. Votre argumentaire passe à la trappe pourtant il est de qualité...Il ne reste donc pour Sarko qu'à s'attaquer au net!
Bonjour !
De toute façon , M.Sarkozy , vient voir les personnes comme vous , pour espérer d'avoir son image qui ne se dégrade pas ! Tout simplement !
On dirait une campagne de pub...Pour le statut dont vous lui parlez , il dit ok ok , pour que vous la "fermiez"...et ainsi si vous êtes un peu timide (Face au grand Sarko) ...vous n'osez pas riposter ... et ainsi lui aura rassurer ceux qu'il est venu voir ...en parallèle son image passe chez son ami bouygues et voilà l'image est là...( et si il touchait les mains c'est pour avoir l'attention et faire pression sur vous pour les idées) En tout cas , ce qui me fait le plus rire , c'est qu'on ose , dire travailler plus pour gagner plus , mais lui n'avait même pas encore commencer à travailler qu'il gagnait plus :) moi faut que j'aille en intérim pdt mes cours pour pouvoir gagner plus ( prime de fin de contrat) ...
en plus il augmente son salaire ( on dit 140% ) mais j'ai jms vu la source mais bon il s'est qd mm augmenter ...et en plus il fait du mauvais travail :) Un comble ...
je sais : mercés pel programa !
(merci pour ce programme)
N'ayant pas la télé , je découvre avec effroi la façon avec laquelle sont traitées les interventions de Sarkosy. Un manipulateur ( au sens propre ) de 1ère main !
En tout cas bravo Margot pour votre répartie .
Bien sûr qu'il faut combattre par les mots ce président - premier ministre qui veut détruire 50 ans d'acquis sociaux.
Et vous l'avez bien fait .
Laissons Sarkozy peloter la France...

A propos de manipulation (bravo pour l'étymologie), notre humanité reste curieusement animale : savez vous qu'il est impossible, dit on, de tuer quelqu'un qui vous regarde dans les yeux (s'en souvenir, ça peut être utile) ? Je pense que c'est la vraie raison pour laquelle on bande les yeux des fusillés ! Etonnant, non ? Mais peut être est la preuve, justement, que nous ne sommes pas des animaux...
Bonjour,

Encore une émission intéressante. Je souhaiterais réagir sur plusieurs points de l'échange avec sarkozy:

Acte 1 : Margot signifie au président que sa réforme de l'ANPE va vider le frigo des "chomeurs", ce à quoi le président répond:

"Dans le système social qui est le nôtre, on doit au Français qui paient des cotisations, que quand quelqu'un est au chomage et qu'on lui propose une offre d'emploi qui est dans ses compétences, à son habitation ou disons à sa zone géographique, et à l'espérence du salaire qu'il veut obtenir, moi, j'estime qu'il a un devoir de l'accepter. Il n'y a pas de raison qu'il y ai tous les français qui travaillent et puis d'autres qui disent, nous on travail que si ça nous plait."

Intéressante réthorique développer par notre président. Selon lui, ce sont les travailleurs qui cotisent pour les chomeurs, mais c'est faux. Un travailleur cotise à ce qu'on appel l'assurance chomage, ce qui lui ouvre des droits en fonction de ce qu'il a cotisé. Reproche t-on aux automibilistes qui ont subi un accident, de se faire rembourser leur voiture ? C'est la même chose.
On voit bien là ce petit jeu bien connu qui consiste à opposer les gens entre eux, à s'occuper de l'assiette de son voisin...

Acte 3: "On se ressemble tous les deux..."

Dans le dernier acte, Margot signifie qu'elle souhaite conserver le statut de service public, ce à quoi le président répond en commençant par un OK, interprétable comme une ponctuation verbale (on pourrait le remplacer par "bon" ou "voilà", etc...) et là, c'est Margot qui dérape en avançant cet argument de cour de récréation, tout le monde rigole et NS va insulter Margot sans qu'elle s'en rende compte puisqu'elle lui répondera qu'il est un beau parleur en lieu est place du coup de boule qu'il aurait mérité:

NS :"on se ressemble tous les deux"
Margot : "je ne suis pas sur..."
NS: "en tous cas c'est flatteur pour moi, vous avez raison..."
Margot: "vous êtes toujours très beau parleur"
NS "parleur tout court, pourquoi beau, etc..."

Aurais-je mal compris où NS se fout ouvertement de Margot ? Quand vous dites à quelqu'un que vous lui ressemblé et qu'il vous répond "je ne suis pas sur" et que vous surencherissé en disant que c'est alors flatteur pour vous, ça veut bien dire en langage claire : tu es un thon ou une conne, au choix.

Non ?

Comment interprétez vous cet échange ?
À propos de la familiarité de Nicolas Sarkozy (contacts tactiles, tutoiement, ...), on peut se rappeler à contrario à la suceptibilité marquée qu'il apu montrer à l'égard d'échanges passées. Je pense notamment à la réunion publique du côté de Meaux, lors de la campagne, filmée par la TV Libre où il ordonnait à une personne de ne pas le désigner du doigt.
Je me pose une question malgrés tout sur l'émission d' ASI elle même...

Cette emission doit décripter l'image et non laisser l'inviter nous exposer ses opinions politiques vis à vis des réformes de Nicolas Sarkozy...

Par ailleur, l'invitée avait elle même eu l'idée de jouer avec l'image en apportant ses chasubles et ses casquettes.
Les membres de la CGT et autre syndicats n'étant pas les derniers non plus à jouer des caméras...
Nous ne les entendons pas les jours où leurs coups médiatiques font des étincelles...

J'aurais préféré que l'on ne se focalise que sur la médiatisation de l'échange (morceaux choisis...) , sur l'importances des geste de l'un et de l'autre, etc...

Merci
Bonjour à tous.

Le sujet qui est aujourd'hui développé par @si, met en avant selon moi, des problèmes de fond.

Le problème qui apparaît avec force (toujours selon moi, m'enfin je ne vais pas le répéter continuellement ;-), est Les moyens d'expression et de médiatisation, aujourd'hui en France (on va se contenter de notre chère patrie, c'est déjà pas mal...).

Je suis apprenti informaticien, donc je vais prendre un exemple fort et flagrant, lié au monde informatique, et qui pourra illustrer mes propos.

Depuis plus d'une décennie, une entreprise domine outrageusement le monde de l'informatique : il s'agit de Microsoft (pour les ignorants, c'est l'entreprise qui "fabrique" entre autres, Windows XP/Vista/etc..., qui est probablement le système d'exploitation installé sur votre ordinateur).
Microsoft a profité, au début des années 90, de gue-guerres entre entreprises informatiques, pour "monter" inexorablement, et ainsi devenir un trust gigantesque, aux profits monumentaux, écrasant sa discipline et ses concurrents.
Pendant plus de 15 ans, il a développé et conservé cette domination, à l'aide de moyens plus sulfureux et malveillants, qu'ingénieux (il a acquis en effet, les moyens d'imposer, de faire pression, et parfois même, de contourner la loi, en usant de sa puissance, de son argent et de son monopole).
Cette situation n'a guère évolué, et cette domination n'est certainement pas prête de s'évanouir. Mais le futur de cette entreprise n'est pas aussi radieux qu'elle pourrait l'espérer.
Pourquoi ?
Parce que les choses changent : la technologie, les manières de penser et d'agir, de comprendre et de faire le monde, etc...
Et, parce que des entreprises visionnaires, ingénieuses et - je pense - courageuses, ont su se développer et s'épanouir, de façon intelligente et en accord avec ces changements.
Je pense évidement à Google (je ne fais pas de pub, mais c'est un fait !), qui a commencé dans un garage banal des États-Unis, et qui est devenu aujourd'hui, une entreprise énorme (et ce n'est pas finis ... :-).
Cette entreprise novatrice, s'est développée avec des "armes" nouvelles. Elle ne s'est pas attardée sur des méthodes et savoir faire, que le monde entier jugeait comme définitivement éprouvés et sûrs (en terme de communication, de publicité, de relationnelle, d'informatique, etc...).
La première entreprise - Microsoft - tente aujourd'hui de contrer ces nouveaux concurrents (qui montent en puissance, et qui deviennent vraiment gênant).
Mais il le fait avec son argent, sa puissance et sa domination, sans chercher à son tour, à changer sa vision des choses, à devenir ingénieux, etc...
Et c'est peut-être là, la faille. La difficulté de remise en cause, par la puissance établie.


Ceci n'est pas une apologie de Google, ni une réponse hors sujet, mais simplement un exemple économique fort, qui illustre bien le sujet...

En France, certaines choses semblent définitivement ancrées, éprouvées, et acquises.
Je pense notamment à l'importance de certains médias : le cercle des chaînes à très fortes audiences, et des journaux énormément lus (ou du moins, pris comme références), est à priori, définitivement cloisonné.
Cloisonné et pris comme unique référence, par une majorité apparemment insécable.

Nicolas Sarkozy est en guerre pour un pouvoir.
Pas pour un pouvoir de domination suprême et dictatorial (ne me faites pas dire n'importe quoi... :-).
Mais pour un pouvoir politique et étatique, et pour lequel, de nombreux autres concurrents se battent.

Nicolas n'est pas, à mes yeux, un visionnaire, capable de transcender les idées établies, et de changer radicalement les choses.
Il semble certes, en décalage (par ses méthodes, ses paroles, etc...) par rapport à ce qui pouvait se faire jusqu'alors.

Et il se bat avec une arme, propre à notre temps : l'information, et plus précisement, le contrôle et la médiatisation de l'information.
C'est grâce à ce moyen qu'il construit ce pouvoir.
Et cela pourrait-être tout à son honneur, s'il le faisait à l'aide de ses seules compétences d'orateur, de gestionnaire, etc... Ou du moins, si l'ingéniosité et le travail (honnête) de son équipe, en étaient les seuls bâtisseurs.

Ce qui est choquant aujourd'hui, c'est la façon dont il le construit.
Je le répète : à mon sens, un tel pouvoir ne peut-être construit, qu'à force - quasiment - de victoires, dans la guerre de l'information.
Donc - pour faire le parallèle - comme Microsoft, Sarkozy use malhonnêtement de sa domination et des pouvoirs déjà acquis, pour arriver à ses fins.
On l'a vu à de multiples occasions, depuis son arrivée à la tête de l'État : les moyens policiers déployés pour faire taire des étudiants d'avantage pacifistes que fauteurs de trouble (je l'ai vécu de manière très intense, lors de manifestations étudiantes, à Nantes) ; le chahutage de manifestants "pro-Tibet" ; la confiscation arbitraire, de matériel syndicaliste ; et j'en passe et sûrement, des meilleurs...

Et là, ça devient très dérangeant, puisque je doute que ces manières soient en accord avec les lois et les valeurs qu'il est censé représenté.

Deux choses me soulagent un petit peu, de toutes ces peines... (quel dramaturge, nan ?)

La première, c'est qu'il y a de la résistance... ahah !!!
Comme tous ces manifestants, comme ce pécheur malpoli, comme ce foiriste aux animaux (qui participe à une foire :-) insolent et irrespectueux, ..., et comme cette syncicaliste au bon répondant.
Le seul hic, c'est qu'ils jouent sur le même terrain que Nicolas. Mais le fossé est trop grand, et les moyens inégaux.
Encore pour le parallèle, c'est comme si une entreprise plutôt bonne, aurait voulu concurrencer Microsoft, en usant des mêmes méthodes... Dur dur !
Ce qu'il est bon de noter, c'est que Nico et son staff, ont apparemment, un fort besoin de déployer de tels moyens (sulfureux et pas toujours honnêtes).
Sûrement que notre président bien aimé, ne serait plus aussi impressionnant d'intelligence, de répartie, etc... à armes égales. Et que les victoires médiatiques seraient en bien plus petit nombre.

(En passant, il serait bon de faire un point sur l'état des grands médias en France : pourquoi un tel manque d'objectivité, pourquoi un tel dégueuli d'informations futiles et molles, etc...).


Le second soulagement, est l'apparition - toujours ce parallèle - d'entreprises novatrices et intelligentes, qui montent, qui montent, qui montent...
Ou moins imagé : l'apparition de médias vraiment innovent et efficaces. Je parle bien entendu, de ce qui se crée sur l'internet, et éventuellement sur les "chaînes cablées".
Et c'est peut-être sur ces médias qu'il faut compter. Peut-être ces médias qu'il faut développer. Et essayer d'oublier les grands médias, en se disant que leur monopole ne fera que décroître.

Il est certes bon, d'enrailler (du moins, d'essayer) la domination qu'a Nicolas Sarkozy, sur ces grands médias.
Mais, il est d'avantage primordiale, de pousser en avant ces nouveaux médias, pour qu'ils deviennent de vrais concurrents aux TF1 & Co.
Le but à court terme n'étant pas de donner l'ensemble du temps de paroles aux citoyens, mais de rééquilibrer la chose.


Le problème de fond que cette vidéo pose, va - à mon avis - dans ce sens.

Quels moyens Sarkozy déploie-t-il pour le contrôle des grands médias ?
Avec quels moyens et par quels médias, peut-on réellement changer les choses ?
Etc ...


Voili voilou ...
Ce n'est qu'une pensée incomplète et confuse, d'un jeune homme qui essaye...

Bonne soirée à tous.
On retrouve bien la relation dominant-dominé : la discussion étant informelle, apparemment improvisée, pas de garde-fou institutionnel ( tour de parole, temps de paroles...) et donc des règles du jeu toutes en faveur du plus fort. Le plus fort étant ... devinez qui ? La menace étant bien sûr de couper court à la discussion.
Une ou deux pirouettes franchouillardes par là-dessus, vaguement macho-vulgaires.
La seule réaction de Margot qui m'ait gênée est quand elle fait référence à son amoureux pour se dire "intouchable" : aveu de faiblesse... n'ose pas la confrontation... n'ose pas dire franchement " non, ne me touchez pas" . crainte d'être impolie ? crainte de déraper comme pour cette remarque à l'origine du "casse toi pauvre con" au salon de l'agriculture?.
C'est quoi au fait déjà la définition du harcèlement ? N'est- ce pas quand un supérieur hiérachique est trop tactile et qu'on n'ose pas dire non ?
Merci pour cet excellent plateau.

On voit bien la difficulté à tenir un rôle face à Sarkozy.

Il aurait été intéressant de rappeler que le toucher de Sarkozy correspond à une stratégie bien connue d'entrer dans le "body space" de l'autre,
de franchir la limite entre la distance sociale et la distance privée.
Ce qui met l'échange dans un registre qui permet peu l'injure ou le dédain : pour cela il faut être à au moins un mètre de distance.
Dans la situation de Margot, elle ne peut reculer sans sortir du champ, ce qui fait que Sarko a toute latitutde.
D'ailleurs on le voit jouer en permanence l'avance et le recul,
menaçant indirectement Margot de la quitter si elle ne joue pas le jeu.
Il maîtrise complètement la relation, puisqu'il peut quitter le champ quand la discussion l'ennuie.

Quant à l'argumentation avec Sarkozy,
comme celui-ci n'utilise que les poncifs, des phrases avec lesquelles chacun est d'accord,
on ne peut donc pas argumenter avec lui,
car on entre dans son raisonnement comme une mouche dans du beurre et on s'y englue. Combat perdu d'avance.

Pour ce qui concerne l'interprétation du Carla,
c'est le côté maquereau que je retiens, déjà dénoncé en Angleterre, quand il la pilote comme une poupée Barbie lui faisant enlever son manteau.
ILa phrase arrive en réponse au fiancé pas prêteur, qui a l'air d'être derrière elle.
On se demande alors si ce n'est pas une offre, un petit échange entre amis que Sarko propose, tu me laisse toucher Margot et je te présente Carla.

En fait, contrairement à la position de ce syndicat,
je pense que la posture de la jeune apprentie maquilleuse,
qui refuse même de serrer la main et s'efforce de fuir, est plus forte,
elle montre que toute ingénue qu'elle est, elle a bien compris que même serrer la main,
c'est entrer dans une compromission.

Car on ne se sort pas d'un échange avec quelqu'un qui a tous les atouts communicationnels de son côté,
dans une communication, 58% de l'impact est lié au contextuel (qui parle,
d'où il parle, avec quels moyens, quels médias contrôlés, etc.)
et seulement 7% aux mots utilisés, le reste étant le non-verbal. Aucune chance donc pour Margot de s'en sortir.

Ce qui en ressort du point de vue de la communication : c'est que le Président est sympa, il discute même avec les syndicats,
il n'a pas peur de présenter ses arguments et même les syndicats sont désarmés et rigolent.


http://anthropia.blogg.org
Merci Daniel pour cette bonne émission.
Quant à Margot Undriener ,bien sûr, qu'elle a eu raison car il faut se replacer dans le contexte. Avoir 30 secondes pour s'interroger afin de savoir que faire ? Parler, ne pas parler ? Serrer la main de N.S. ou pas ? Margot est très sympathique, elle connaît son sujet. Elle savait que, comme d'habitude, TF1 et autres réduiraient, tritureraient le sujet. Le message est bien passé. Peu importe, Internet est très consulté et là encore, nous avons vu la préparation de l'arrivée de N.S., le décalage (pour ne pas dire plus) entre son discours et les textes.
Quant à la manipulation constante de N. Sarkozy, elle est bien démontrée. Encore bravo !
Très intéressante interview, effectivement.

Mais je me demande si son intérêt ne serait pas encore plus pertinent si on remettait toutes les images qui nous sont présentées dans l'ordre.
Vous savez, comme en CP, pour nos "Loubiana" et nos "Loubiano" : faire une séquence logique et compréhensible avec des images qu'on nous présente dans le désordre.

Examinons d'abord le contexte : Imperator s'est fait élire sur une image de force et d'ordre. Pour son électorat de droite, il était celui qui allait mettre tous ces empêcheurs de tourner en rond au pas (je vous ferai la grâce de vous éviter la longue liste, syndicalistes, fonctionnaires, étrangers....Les autres, quoi ......). La gauche le craignait ou faisait semblant en le présentant comme un futur Poutine.
Par un mystérieux sortilège, que DS attribue à l'aveuglement des média et que personnellement je considère comme une problématique de prescripteur d'opinions après le non au référendum sur la constitution européenne, les media avaient nourri cette image qui s'était révélée payante puisqu'il a été confortablement élu.
Maintenant, qu'en est-il d'une manipulation ? C'est un processus qui peut être éventé. Et si elle n'est pas découverte, comment la soupçonne-t-on ? Tout simplement, parce que quoi qu'il arrive, tout se passe toujours en faveur du manipulateur.
Or, de tous les évènements récents, il ressort qu'il y a forcément manipulation. Nous avons été introduits dans un "Village Potemkine", de cette légende russe qui prétend que le Premier Ministre de Catherine II de Russie avait créé de toutes pièces des villages où semblait régner le bonheur et l'amour pour la tsarine lors des visites de la souvertaine en ses domaines.
Par extension, c'est un montage qui permet d'abuser le peuple qui est sensé être souverain en démocratie.
Donc, nous avons eu droit après l'élection présidentielle à des images dévastatrices pour lui d'Imperator confronté à des syndicalistes. L'un refuse de lui serrer la main, l'autre lui oppose un visage fermé et des arguments lourds, un dernier le traite d'e..... au Guilvinec à quoi il lui est répondu comme l'aurait fait un petit con de banlieue kesta, ta ? Toutes rencontres extrêmement négatives pour son image d'homme fort.
Ainsi, sa cote dégringole dans les abysses des sondages, ce n'est pas la seule raison, mais ça y a puissamment contribué.
Quoi, disent les électeurs de droite, il n'est pas en mesure de faire entendre raison aux syndicats. Mais alors, pensent les autres, ce n'est qu'un tigre de papier.
Face aux journalistes s'est jouée l'image de la puissance.
Face aux syndicats se joue celle de l'impuissance.

Comment lutter contre ça ? Tout simplement en en fabriquant d'autres où Imperator montrera sa force !

Pour cela, on ne peut pas "inventer" des syndicalistes. Il faut en sélectionner certains pour leur absence de combativité. Il faut en trouver sur qui il aura facilement le dessus.
Quelqu'un qui ne se présente pas, c'est-à-dire quelqu'un à qui on devrait dénier toute autorité (mais qui fait partie de la manipulation) vient empêcher un groupe de cégétistes d'arborer leurs insignes. On leur prend même des objets dans leur sac sans qu'ils ne referment vigoureusement la poche.
Des syndicalistes aussi dénués de combativité, des interlocuteurs rêvés pour not' bon président. Une bonne image offensive va effacer les autres.
Imperator vient discuter le bout de gras sous l'oeil enamouré des caméras.

Malheureusement, Margot, même si elle est flattée par cette attention que lui porte le Président, ne se démonte pas et présente de vrais arguments qui font mouche (Ce n'est pas très difficile, vu que c'est de la propagande de fumigène bassement électoraliste).
Il essaie de la pousser dans ses retranchements mais elle ne marche pas et ne recule pas. Elle commet une seule erreur (en plus de la naïveté de le croire de bonne foi). Au lieu de dire "Cessez de me tripoter les mains, je n'aime pas ça" (car elle a bien compris que ça fait partie de la manipulation), elle fait référence à son amoureux qui ne voudrait pas de ça. Et ça, dire que ce n'est pas soi, c'est un autre qui ne veut pas, c'est de la faiblesse dans une argumentation. Il s'y engouffre, parle de Carla, à côté de qui, effectivement, Margot est un thon, comme nous toutes, et cela lui permet de battre en retraite sans trop de casse. Et c'est cette nouvelle "victoire", en fait à la Pyrrhus, qui est relatée par TF1.
Raté pour cette fois, gageons que quelqu'un de plus malléable sera trouvé la prochaine fois.
Que pensez-vous de cette séquence d'images là ?
Est-ce que je mérite un A+ ?

Je suis extrêmement impatiente de voir comment not'bon président va se faire croquer tout cru par Angela Merkel qui est d'une toute autre trempe que Margot, mais qu'il ne traite pas mieux, lors de la présidence européenne de la France.
Que de délectation en perspective pour des esthètes de la démolition sarkozyenne.
Putain !

Encore un coup de Milou'

Le chien le plus chiant de la conception graphique,

L'animal le plus atrabilaire de la gent canine,

La vermine la plus avérée de l'informatique...

Quelle plaie cette obsession de l'esthétique nunuche du milieu du 20ème siècle !

Enfin quand on n'a ni imagination ni talent on pille jusqu'à l'écoeurement les "oeuvres" du passé, faute d'être capable de créer...

A la niche Milou', couché, pas bouger !

***
Mais c'est quoi ce truc !!!! discutant avec la dame !!! je n' avais jamais vu le nabot comme ça !!!! il est en manque !!!!! il est nul ce mec !!! carla ouvre les yeux !!! tu déshonores toute l'Italie !!!!!! avec ce type !!!!! EH !!!!!! vous les Français franchement, vous allez le supporter 4 ans !!! putain !!!!

Alerte 4 quand sarko est dans les parages !!! même la police !!!! les GR !!!! sa propre sécurité le trouve dangereux !!!! chapeau braves gens !!! quel courage !!!!! Les chinois eux mêmes copient les méthodes sarkosystes, c'est lui qui leur soufflait dans l'oreillette l'autre jour !!!!!!

J'espère qu'au château !!!! le parono !!!!! pour la rime !!!!! il n'est pas caché dans l'armoire de la chambre à carlita !!!!! parait qui ne peut s'absenter une nuit ??? !!!!! bien la confiance !!!!!

Enfin avec ARI au moins nous en avons pour notre argent, les humoristes peuvent se faire du soucis !!!!! ils ont un sérieux CON-current !!!!!


Chirac avait raison: faut marcher dessus ça porte bonheur !!!!!!
Je ne sais pas si vous avez ou pas eu raison d'être conviviale avec Sarkozy et je ne me permettrais pas de porter un jugement sur votre attitude, étant donné les circonstances. Par contre, je trouve que vous avez eu raison d'être présente, d'entamer un forme de dialogue tout en essayant de faire passer vos idées sans aucune agressivité face à NS qui connaît les ficelles de la communication. Vous avez eu raison de vous positionner en tant qu'employée de l'ANPE, syndicaliste mais aussi être humain que notre "président" et ses ministres oublient souvent lors de prise de décision et notamment à l'égard de cette loi imposant des sanctions.
Vous avez eu raison de vous positionner et d'éclairer ainsi ma vision des employés de l'ANPE. Je dois dire que certains employés n'ont pas attendu l'application de la loi pour envoyer illico presto des propositions d'emplois. Je parle en mon nom car j'ai reçu dernièrement par courrier, sans aucune lettre ou notification d'accompagnement, deux propositions. L'une d'entre elles correspondait tout à fait à mon profil et à mes compétences professionnelles actuelles. Je dois dire que j'avais déjà répondu à cette annonce, notamment par le biais du site de l'ANPE, ayant moi-même un espace emploi. Petite parenthèse au passage, je me pose la question sur l'efficacité d'un tel espace, apparemment difficilement accessible à des employeurs potentiels (réflexion faite lors d'un entretien). L'autre offre d'emploi, quant à elle, ne correspondait pas du tout à mon profil, même si j'ai le diplôme demandé mais aucune expérience dans le domaine. Cette offre exigeait aussi bien de l'expérience mais surtout des compétences que je ne posséde pas, en particulier, bilinguisme dans une langue étrangère. Je ne crois pas que, malgré une grande volonté de travailler, je puisse du jour au lendemain être bilingue dans cette langue et surtout le prouver lors d'un entretien avec l'employeur en question.
Voilà, même si la loi n'est pas encore passée, l'aberration de ce terme "offre valable" qui peut être appliquée et induire à coups sûrs des dérives d'employés peu scrupuleux ou sous pression de la direction voir du Ministère et donc succeptibles de sanctionner. Donc merci Madame, d'avoir pu défendre la cause des demandeurs d'emplois et de mettre en avant les conséquences inéluctables dans l'application d'une telle loi.
Je voudrais également réagir sur la fin de la vidéo et notamment la phrase de NS concernant Carla Bruni, sa femme et première dame de France. Je me dis heureusement qu'il a CB pour la mettre en avant à toutes les occasions ; voyage en Angleterre, Tunisie etc..; CB est à ces yeux un bel objet qui peut être convoité par n'importe quel Français et qui plus est lui sert souvent d'alibi, malgré son habilité en communication, à détourner l'attention et le sujet. Nous sommes retournées, mais les avons-nous quitté, à des années en arrière, où la condition de la femme, "soit belle et tais-toi" était monnaie courante. Je devrais dire ici : "sois belle et chante", puisque Madame, prépare son retour sur la scène publique. A-t-il aussi peu d'estime pour sa femme ?????
Plusieurs choses m'ont interpelé dans ce sujet : d'abord, évidemment les procédés discutables de coupe des grands médias pour ne garder que des moments où N Sarkozy apparaît sympatique et où ses adversaires sont infantilisés.

Et puis, sur le fond de la réforme, la volonté de nous faire gober que c'est par égard envers les français qui travaillent (et qui cotisent) qu'on met en place un système de radiation au bout de 2 refus d'offres d'emploi.

Bien sûr, il y aura toujours des gens qui profitent du système d'assurance chômage. Mais vraiment être au chômage est-ce vraiment un but ? Ce serait un raisonnement à court terme. Car, dans une société concurrentielle, des périodes d'inactivité, même si elles sont rémunérées, sont des handicaps en termes de recrutement. Autant de trous dans un cv à expliquer : les recruteurs ont souvent des a priori sur ce type de candidat : "il n'a plus l'habitude de travailler, il est hors système, etc." Il serait plus honnête de dire que 2 baisses sont attendues de cette réforme : baisse des dépenses de prestations chômage et baisse du nombre des inscrits comme demandeurs d'emploi (il est clair que les radiations-sanction, ça aide à présenter des statistiques aussi sexy que Carla!).

Enfin, ce qui importe c'est que notre président remonte dans les sondages ! + 3 points rien qu'en restant muet ... continuez M Sarkozy : ce mutisme semble fonctionner et c'est si reposant. :-)
Je sais moi,surement pas !!!...Vous vous êtes fait récupérée comme d'habitude par le "psychopathe-charmeur aux grands talons" (nom déposé SGDG!), et son show-système bien rodé, qui vous tripote comme une gourgandine ce à quoi vous souriez béatement pour nous expliquer ensuite combien...ce fut pénible !!! Avec ce genre d'individu tout flic des RG vous dirait qu'il faut l'envoyer paître, faute de quoi il ne faut pas ensuite jouer les margots outragées et... hurler "à la récup"! Qu'est-ce qu'on vous apprend à la CGT ? C'est le mal en personne que vous aviez devant vous, vous ne le saviez pas ? JFK l'a assez répété pourtant, c'est pas de sa faute: c'est un malade nous avertissent depuis longtemps les toubibs de Marianne et s'il n'était pas PDG de la "boite à pognon-France" il serait au choix derrière des barreaux ou interné en HDT, le "tiers" (de T...) en question n'étant pas difficile à trouver entre ses "amis" balancés comme un vieux pardessus du style Martinon, ses "ministres" trainés dans la boue et qui en redemandent genre Y. Rade ou l'innénarable Kouchner, ses "récupérés" de gauche ridiculisés comme le très sérieux Bockel qui croyait les balivernes que lui sortaient sur l'Afrique les Guéant ou Guaino... ou l'inverse, on ne sait plus très bien avec toutes ces officines parallèles...J'oublie volontairement Besson alias Ganelon alias le débris, liste non limitative... qui pourtant ferait un très beau specimen de "tiers" signataire, avant de rallier Bayrou ou Besancenot ou Le Pen, allez savoir avec un profil pareil il faut s'attendre à tout ! On ne peut pas être conviviale avec un tel bonhomme surtout quand on accepte des conditions de "tournage" pareilles ! Vous avez apparemment refusé les menottes, c'est déjà ça...Sans rancune, laissez la politique aux pros ça vaudra mieux quand on voit les "images et séquences" sélèctionnées qui sont finalement passées sur les chaines TV qui comptent, les siennes...euh, je veux dire celles de ses amis de la jet-set économiques...Vieux toubib retraité, 68-art, qui attend avec impatience...la première bombe...It's a private joke, what else, of course !!!..........
Elle parle de la dette, je l invite a chercher d ou vient la dette, l interet de la dette, et dans les poches de qui elle vas !
Je pense qu apres ca elle comprendra mieux pourquoi Sarko prend les mesures qu il prend.
C est pas un hazard ou de l incompetence, il est la pour flinguer la france :/
Oui notre syndicaliste ne peut pas tout se eprmettre dans ce face à face car elle n'est pas là pour elle mais pour sa fédération. Oui, on peut penser qu'une position dure (refus de serrer la main...) n'aurait pas été mieux. MAis on ne peut éviter de dire : Sarkozy 1 CGT 0. Elle était très remontée, avait beaucoup de chose à dire, et au final, ça se finit en rigolant et NS qui arrive a placer sa femme dans le dialogue, placement très bien reçu avec des Ahhh enthousiaste. Malheureusement seul contre tous, il les a aplatis !!!!!!! Et je m'en désole. Non elle n'a pas choisi d'être conviviale, elle s'est fait prendre au collet et a succombé, a été charmé !!!

Critiquer les médias de ne montrer que la fin ???: oui mais c'est pour moi la seule info de l'entrevue, le président a réussi à rigoler avec des syndicalistes...(sous entendu, ils ne sont donc pas si mécontents que ça (souvenez vous les pêcheurs ne plaisantaient pas, les cheminots ne rigolez pas)). On s'est vraiment fait avoir.

Au fait à la dernière minute : l'invité dit : le président a les moyens de ressourcer son énergie tout les soirs pour pouvoir enchainer les confrontations. Nous n'avons pas les mêmes moyens..... J'ai beau chercher, je ne sais pas à quoi elle fait allusion : le dernier CD de Carla? non c'est plutôt le contraire... D'autres compétences de Carla??? un bon scotch ????
Vite rappelons l'invité !!!! ou alors DS a une info sur l'après interview.
Merci DS pour ce plateau.

Pour tout vous dire, volontairement, je ne m'étais pas intéressé à cette n-ième sortie démagogique de la sarkozie. Car, à part être une agence de voyages, que peut-on attendre des retombées citoyennes d'un déplacement du président ou du gouvernement ? Rien ! Démagogie : tiens d'ailleurs, la décentralisation tant vantée des conseils des ministres s'est soldée par deux uniques déplacements en terrain conquis UMP : Corse et Alsace. Depuis, fermer le ban. Et les médias n'ont pas cherché plus loin, preuve qu'ils ne sont plus que des relayeurs de la communication élyséenne. Idem pour les promesses du candidat à Clichy...

Du coup, je trouve que vous posez des questions très (trop?) pertinentes par rapport à ce que les médias ont souhaité retraduire dans les JT : Sarko est toujours dans l'action, il y a toujours des opposants (syndicalistes), et le niveau des échanges ne volent pas haut. Point.
Car, ce n'est pas dans un JT qu'on peut rentrer dans les subtilités des articles de lois et (dés)avantages de la fusion Anpe/Unedic. C'est dans les larmoyants reportages d'investigations de haut vol de TF1 ou de 66 minutes, qu'on peut parler de la galère des radiés des listes Anpe.

Au stade où on en est. Je suis rassuré de voir qu'il y a des opposants qui se déplacent face à NS pour protester. Depuis le plan banlieue dévoilé par Fadela Amara à Vaux-en-Velin où la population du cru a été soigneusement triée sur le volet, je m'étais fait à l'idée que les politiques étaient, comme pour les émissions de télés, prêts à payer des figurants pour venir applaudir à tout rompre. Avec 60% d'insatisfaits du pouvoir, je pense que les médias ne peuvent cacher qu'il y a une 'résistance' ou 'opposition' quelque part, mais de là à vouloir rentrer dans les détails... Donc, oui pour la présence de la responsable cégétiste, non pour faire de la pédagogie : les moments où elle dit 'c'est faux, vous savez que c'est faux' ou quand le pêcheur ou chef de gare disent 'la france est en train de crever' sont des phrases beaucoup plus porteuses et résonantes que tous les autres arguments, fussent-ils véridiques.
Ca met du baume au cœur de voir et d'entendre des femmes comme celle-ci. Ni prétention, ni orgueil, juste un combat pour l'essentiel à mener. Tant qu'il y en aura de telles femmes il y aura des raisons de ne pas désespérer.
JYD
Bravo pour votre émission, enfin un média qui souhaite comprendre et qui laisse du temps à Margot pour s'exprimer.
Pour info, la technique qui consiste à toucher quelqu'un brièvement tandis que l'on tente de "vendre" quelque chose est bien connue des lecteurs de psychologie sociale, on y fait référence entre autres dans ce livre : Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens. Un simple contact peut vous influencer et vous mener à vous "engager" dans une position plus à même de répondre positivement à la demande de votre interlocuteur.



Demander à un interlocuteur de la regarder dans les yeux a un but similaire, instaurer un "rapport de force" qui pousse l'interlocuteur à se concentrer non plus sur ce qu'il raconte mais sur sa "représentation sociale". Le but de la manoeuvre est d'amener l'autre à ne plus savoir quoi dire, ce sera l'effet de ce "fumigène" de l'esprit, déconcentrer l'adversaire.


Il est notable que ce genre de technique est dévastateur mais n'a pas d'effet à long terme. On peut supposer sans risque que si Margot Undriener a été plus complaisante avec Sarkozy sans pour autant avoir la conviction que c'était la meilleure réponse à offrir, c'est très certainement sous l'influence d'un dispositif dont le toucher sarkozien est en fait le point culminant. Ces techniques ne servent absolument pas à convaincre mais à engager l'interlocuteur dans un comportement qui le mènera dans une position où il devient difficile voire impossible de tenir son discours. Cette technique est également employée avec les journalistes et cela pourrait même expliquer la différence entre la position de la presse écrite et des journaux télévisés : l'écriture mène à un recul assez différent du travail sur l'image qui est à la fois plus rapide (formatage oblige) et moins complexe (il n'y a pas de démarche de reformulation à proprement parler, les commentaires s'en tiennent souvent à des constats confirmés par l'image).

La manipulation est un jeu sur les mécanismes sociaux communs, n'a jamais un effet véritablement long mais n'en est pas moins saisissant dans son efficacité sur l'instant. C'est comme ça qu'on vous fait acheter des cartes de voeux d'ailleurs...
Tiendez, z'ai trouvé le programme politique de Sarkozy en ligne, c'est léger, c'est frais, c'est coloré, c'est rigolo, c'est même pas vrai d'abord, ou c'est tellement vrai qu'on ne [s]peut[/s] veut pas y croire.
http://www.syti.net/Manipulations.html

(Cette page doit dater de 2002, point de Sarko à l'Élysée en ce temps là...)
Je confirme ce qui a été dit plus haut par Vincent Maunoury :Quant à "toucher" les gens, c'est un vieux truc de manipulateur : il y a longtemps que des psychologues américains (forcément américains !) ont montré que, quand vous touchez quelqu'un, vous augmentez de manière significative la probabilité qu'il agrée à votre propos ou à votre proposition dans les 5 minutes qui suivent !

Oui, le fait de toucher quelqu'un subrepticement n'est rien d'autre qu'une technique de manipulation, utilisée notamment par les vendeurs.
En effet, en touchant quelqu'un pendant un laps de temps très court (un quart de seconde, par exemple), la probabilité que votre message passe se trouve augmentée (par exemple: "ce fabuleux salon en cuir blanc dont vous n'aviez absolument pas besoin mérite finalement toute sa place dans votre salon").

Cependant, je crois que notre président devrait revoir sa technique: la manipulation se doit d'être discrète, et non pas insistante comme ici (il ne faut pas toucher l'interlocuteur à outrance, au risque de le mettre mal à l'aise, et surtout de rendre la technique visible).

Enfin, pour ce qui est des mécanismes sous-jacents, je vous invite à vous tourner vers Sébastien ou d'autres érudits.

Par exemple, on peut lire ceci sur www.scienceshumaines.com :

Ces résultats montrant un effet du contact tactile du personnel sur le comportement du consommateur ont été répliqués à plusieurs reprises. On a pu observer que le toucher d'une serveuse dans un bar incite les clients à recommander plus volontiers par la suite. Nous avons pu montrer qu'une suggestion d'un plat par un serveur dans un restaurant est suivie par 58 % des clients lorsqu'il y a eu contact tactile contre 41 % en l'absence de toucher. Même sans sollicitation d'un produit, les clients consomment plus. Ainsi le simple fait pour le personnel de toucher le client en lui remettant une brochure à l'entrée d'un magasin suffit pour que ce dernier achète plus par la suite. Plus intéressant, on observe que cela conduit à accroître sa perception positive du magasin et du personnel qui y travaille. Tout cela avec une totale inconscience du contact, puisque les recherches montrent que seuls 2 à 7 % des clients se souviennent du contact initial
Super émission !
Encore une émission très intéressante, en particulier parce qu’elle montre combien les médias traditionnels vident le moindre événement de son contenu réel pour n’en exhiber que la surface ou l’écume (mais pas celle des jours)

Margot est effectivement très sympathique comme le fait observer Antony Morel, ce qui n’empêche pas qu’elle représente un syndicat qui est le principal boulet de la France depuis la fin de la 2ème guerre mondiale, qui est le dernier repaire du communisme stalinien et qui est parvenu – à titre d’exemple – à faire passer l’activité portuaire de la France derrière celle de la Belgique, à force de grèves à répétition, ce qui est malgré tout un exploit digne du Guinness des Records !

http://www.sdrif.com/IMG/pdf/2.Place_IDF_ds_flux_march_europ_internat.pdf

L’ANPE quant à elle s’est contentée d’accompagner le chômage Français sur des sommets ignorés avant de casser le thermomètre statistique pour que la catastrophe soit moins visible et surtout pour ne pas gêner les discours triomphalistes des politiques sans vergogne. Tout le monde à l’ANPE sait que le vrai chiffre du chômage en France est autour de 20% tandis qu’on tente de nous faire croire qu’il est tombé au dessous de 10% ! Marianne publie régulièrement les vrais chiffres dans un silence assourdissant…

D’autre part elle défend le “Service Public de l’Emploi”, tous ceux qui ont eut affaire à ce Service ont pu mesurer sa redoutable efficacité, on peut donc se demander légitimement si elle ne défend pas surtout son job (tant ANPE que CGT), ce qui est malgré tout moins noble !

Enfin les différents extraits vidéo sont un raccourci saisissant des “méthodes” (quel mot pompeux pour si peu de chose) du président !

- Je vais tout résoudre d’un claquement de doigts (ah ! Bon ! Quand ?)

- Je m’en occupe ! (à part) : Faites pas chier !

- Tutoiements intempestifs

- Tripotages et pelotages quasi permanents en guise de tentatives –pathétiques- de séduction (bravo pour la fantastique scène des mains, il faudrait dire “ballet”, … “Jeux de mains, jeux de vilains” trouve ici tout son sens)

- Humour à deux € : le bouquet est naturellement : “J’vous présenterai Carla” qui a l’avantage – mais personne ne semble l’avoir noté – d’ajouter la vulgarité et l’insulte à l’humour-souriant-bas-de-gamme… Car le véritable sens est naturellement : “J’vous présenterai le top model que je me suis payé avec votre fric afin que vous puissiez mesurer à quel point j’en ai rien à battre de votre thon”

Pardon Margot, moi je ne trouve pas du tout que vous êtes un thon, mais je ne m’appelle pas Nico, le Jessie James de l’avenue du Roule !

N’empêche, Daniel, ne pas avoir décrypté cela c’est pas fort et ne pas avoir livré la traduction c’est limite malhonnête vis à vis de vos abonnés qui comptent sur vous pour mieux comprendre le monde cruel qui les entoure… Bon ! Je déconne, si vous l'aviez fait je n'aurais plus rien eu à dire.

***
au secour!
-"il y a une dame, elle est venue pour téléphoner avec son petit sac, elle a demandé à un policier anti-gang avec son chien d'attaque de l'accompagner pour voir, 2mn, un coup de fil à passer pour trouver un emploi, je lui ai donné mon portable..."
j'ai pas pu.
affligeant à ce point.
...
en Angleterre, le conseiller ANPE, il téléphone devant vous à l'employeur potentiel, -"j'ai un gus devant moi, M. X, je vous l'envoie, il est ok pour nettoyer des vitres".
en France, le conseiller ANPE, il vous dit (vécu): -"vous savez, il y a le marché gris, la candidature spontanée, ça marche bien, ne faites que ce qui vous plaît vraiment..."
elle doit être contente, la caissière, de savoir qu'elle cotise pour payer des fonctios anpe qui conseillent aux chômeurs de ne pas trop se fouler si le boulot proposé est chiant...
Il est regretable des grandes chaines de télévision française qu'au travers de leurs montages vidéo essaient systématiquement de décrédibiliser les mouvements de contestation.
Le fait que seul la proximité apparente entre la responsable syndicale et le président ne soit relevée dans les JT populaires ne visent qu'à étayer le discours suivant lequel les syndicats, directions et responsables politiques sont des structures qui fonctionnent main dans la main.
ASI à bien rempli son rôle dans cette émission en révélant les passages OFF de l'intervention sans lesquels il est impossible de saisir les enjeux. Elle rappelle que le combat syndical est un vrai combat et n'est pas le regroupement de grincheux stériles souvent décrit par les médias principaux.
Je suis syndicaliste (...à la CGT) et de ce fait je m 'interesse de très près à l'information sociale et politique. Ce que retransmettent les grands medias ne correspondant pas tout à fait (c'est le moins qu'on puisse dire) à la réalité, je suis en recherche le plus souvent de ce que l'on veut "bêtement" nous cacher. Et donc, concernant ce nouvel épisode, j'ai pu accéder à une info plus précise et plus vraie sur internet, je connais parfaitement les dons manipulatoires des medias au service de Sarko et je savais donc parfaitement à quoi m'en tenir suite aux diffusions "officielles", et enfin je sais que l'intention de ma camarade, dans un contexte non préparé, était bonne.
Sauf que, hélas, la majorité des français s'en tient à TF1 et autres médias soumis sans rechercher plus d'info ou des compléments sur Internet. Nous sommes donc là, dans ce type de situation, complètement prisonniers d'un fonctionnement que nous ne maitrisons pas et les impacts seront toujours les mêmes : servir la soupe à Sarko. Personnellemnt et pour ces raisons je ne suis pas pour participer à ce genre d'échanges. Ceci dit je ne jette pas la pierre à la camarade qui s'en est très bien tirée quand on voit l'ensemble de l'échange (malheuseusement ce ne sera pas le cas pour la majorité des téléspectateurs ! !).

Je tiens à préciser à l'attention d'un abonné qui fait allusion au TCE pour montrer l'impact d'internet sur le résultat que l'on sait : c'est vrai, sauf que nous étions dans un contexte très différent, une forte mobilisation et tension autour des enjeux que là, effectivement, des millions d'internautes se sont interessés aux arguments du non, ont débattu très largement. Lle point en discussion (fusion ANPE/ASSEDIC), ne se situe pas dans le même contexte. . . . .
Attention, Margot, vous êtes en danger ! Vous avez manifesté un talent hous du commun sur le plateau d'@si.
Soyez vigilante. Sinon, un de ces quatre, nous allons vous retrouver dans un ministère, débauchée par le Grand Baratineur.
Faut être honnête, ne sont pas nombreux ceux qui auraient pu s'en tirer mieux que Margot face à Sarkozy , dans ces circonstances.
Quant au plateau,
- je retiens une assez juste explication de Margot sur l'enjeu du rôle d'un conseiller anpe, qui ne saurait être omniscient et omnipotent.
- un oubli de rappeler que lorsque sarkozy et consorts justifient la radiation de celui qui refuse un emploi compatible avec ses compétences et sa zone géographique, c'est éliminer la notion de projet, d'aspiration professionnels. C'est réduire le chômeur à une force de travail à exploiter, sans prendre en compte ses choix personnels.

et enfin,
j'aurais aimé que Daniel revienne sur l'histoire du Conseiller déséquilibré ( ça fait bizarre d'écrire cela ! ) de Melun qui aurait tenu des propos visiblement incohérents, sans être démenti sur place, propos repris le lendemain à Orléans par Sarkozy pour étayer ses choix politiques. le détail ici
Etonnant de voir dans un pays démocratique une syndicaliste expliquer tout de go qu'elle et les siens s'opposeront à l'application de la loi qui vient d'être votée sans susciter la moindre réaction de Schneiderman !
Quant à "toucher" les gens, c'est un vieux truc de manipulateur : il y a longtemps que des psychologues américains (forcément américains !) ont montré que, quand vous touchez quelqu'un, vous augmentez de manière significative la probabilité qu'il agrée à votre propos ou à votre proposition dans les 5 minutes qui suivent !
bonjour
Merci pour cette très bonne émission très édifiante sur le dialogue manipulateur et démagogique de Sarkozy, ainsi que sur le rôle réducteur des chaînes généralistes. Bravo à Margot Undriener, très sympathique, qui fait ici une analyse objective et convaincante.
Interview intéressante qui a le mérite de rendre sa dignité de syndicaliste à cette militante qui s'est fait piéger. Je ne suis pas d'accord avec son analyse: rien de son discours n'est passé et sa prestation a servi la soupe à Sarkozy; c'est peut-être(???) un homme sympathique mais c'est un salaud en politique, qui n'ignore pas les conséquences de ses actes et les assume avec cynisme.Il faut donc garder ses distances au sens figuré comme au sens propre - cette manière de tripoter les gens est insupportable et insultante. Une bonne leçon à retenir : la manipulation présidentielle et journalistique est redoutable.
Ai-je eu raison d'être conviviale avec Sarkozy ? Je ne sais pas...

Moi je sais que vous avez eu raison, Margot Undriener, parce que pour nous, c'est très reposant de regarder quelqu'un qui reste elle-même, face à Daniel Schneidermann, et surtout face à Nick Sarck, qui est dans un perpétuel jeu de rôle. Ça nous apaise, ça nous relaxe, et votre répartie, dont vous doutez, montre cent fois plus de présence d'esprit que celles vaseuses et éculées de Nick Sarck. Une réaction plus ferme aurait buzzé aussi et ça aurait été moins reposant. Bravo aussi de l'avoir obligé à toucher vos mains autant de fois grâce à votre maîtrise de vous (ne cherchait-il pas simplement à provoquer votre "colère"), on a ainsi l'occasion de voir qu'il est bizarre quand même (des fois que ça nous ait échappé jusqu'alors).
Très bonne émission. (Avec parfois quelques passages politiques qui sont hors sujets par rapport aux descriptions d'"images")
Excellente émission, bravo à Madame Undriener d'avoir développé et rappelé l'essentiel de l'action pour l'ANPE.
Elle a su répondre à "Touch" Sarko comme il le fallait - ce n'est pas pour rien qu'il s'esquive rapidement alors qu'il pataugeait dans les explications "emplois statutaires"..
le seul bémol à mon sens dans cet échange - elle a offert sur un plateau l'opportunité pour le nouveau mari à la chanteuse de s'esquiver à peu de frais. Dommage.
Mais pas grave de toutes façons, quoiqu'ils aient pu dire, le gouvernement est en phase presque terminale de privatisation globale de la France, ...
Il a fait sa promenade, Margot a pu converser avec un semi-dictateur, le bon sens s'est encore heurté au mur qui cache l'entreprise de démolition.

Elle aurait pu lui demander, comme elle a réussi à caser les 15 milliards, si les caisses étaient déjà vides avant ce présent offert de bonne grâce à ceux qui palpent plusieurs smics à eux seuls.

Histoire de montrer qu'elle aussi sait être conviviale avec le toucheur fou (rappelons que cette main a touché celle d'honorables puissants avant elle); il aurait été mesquin de faire la fine bouche.

Encore merci de nous offrir autant d'émissions (dans les six par mois si j'ai bien compté) également.
Je viens de regarder la vidéo : votre dialogue est clair , limpide , chaleureux , sympathique et instructif . Félicitations à Mme Margot Undriener , pour son humanité (non ,y a pas de jeu de mot là) ses convictions et sa franchise . En visionnant , j'étais en train d'imaginer Arlette Chabot avec ses arguments très pros justifiant la diffusion réductrice de la rencontre Margot Undriener / Sarkozy. "Oui , dirait 'elle , on aurait pu diffuser un peu plus en longueur , mais nous avons trouvé que ça ne se justifiait pas. On s'est peut-être trompé , mais bon voilà c'est comme ça et de plus notre cameraman avait un angle de vue qui ne permettait pas de mettre en valeur Sarko...heu pardon ,Margot Undriener . Vous savez ça ne change pas grand chose au final"
Sauf que si , parce que le on s'est peut-être trompé , c'est toujours au même que sa profite.
C'est Madeleine qui va être contente !!! Où êtes vous , Madeleine?
Bravo pour cette émission !! Etant ancien syndicaliste j'apprécie beaucoup que
vous ayez invité Margot Undriener .
Mais tout de même quel scandale de confisquer du matériel syndical et de
filtrer les inscrits comme autant d'individus suspect .
Nous ne sommes pas loin de 1984 et de big brother . J'ai rigolé lorsque j'ai vu
la manière dont TF1 traite cette information !
Sérieusement TF1 ne fait pas de journalisme , TF1 pratique le décervelage à
grande échelle et agit en Capo idéal pour manipuler les masses réduites au
rang de "consommateurs" !!
Quand à Bling Bling il est sans surprise , superficiel , tactile , grossier et
grotesque à la fois , c'est beaucoup pour un chef d'état !!
Je n'en rajoute pas ce serait indécent !!
Merci pour cette émission d'une qualité remarquable !

Félicitations à Margot pour son attitude exemplaire face à NS ainsi que pour la lucidité et l'intelligence de ses propos.
Merci pour le mail envoyé qui ma permis de venir voir cette émission.

Cette syndicaliste est resté tres calme car avec notre président "beau parleur"la discution ne semble pas vraiment possible,cela se remarque avec les grèves et manifestations actuelles,et cela iras en s'amplifiant.

Mde Margot Undriener nous a fait decouvrir la réalité des déplacements de notre président.

Je retiens le calme de cette syndicaliste car pour ma personne je pense que j'aurais surement perdu le controle de moi par les propos incohérent de notre président.

Tres bonne émission,et encore merci
Merci pour le courriel qui nous a averti en termes intelligemment choisis de la teneur de cette émission. J'y suis venu grâce à cela et je ne le regrette pas. Cette femme syndicaliste est non seulement parfaitement lucide (comme vous l'annonciez), ce qui est réjouissant et très intéressant à écouter, mais aussi elle parait éminemment sympathique ET compétente (c'est-à-dire entre autres ne manquant ni de combativité ni de maîtrise de ses sujets), ce qui me réconcilie provisoirement avec le syndicalisme dans son ensemble.

Bravo, belle émission, instructive et efficace.
Excellente interview!!!
Merci à margot Undriener d'avoir résisté comme elle a pu aux tripotages de notre Grand Embobineur....
P...quatre ans...! Pauvre pays...Ce soir sur Fr2, un député UMP et même le présentateur du journal s'inquiétaient de la gabegie concernant le patrimoine immobilier de l'état .Apparement cette gestion incohérente serait responsable d'une partie du déficit public... rien ne va plus...les chacals se dévorent entre eux...Pauvres français!!!
Lorsque SK vient dialoguer, il faut se garder de développer un dialogue familier avec lui, même s'il y met les "mains". C'est son jeu habituel, aller au contact physique, séduire ou menacer par les gestes. Sinon on est circonscrit, dans sa poche et le message syndical ou politique se réduit à des sourires échangés. Lui est tout à son aise dans ce style : ma vie, ma femme (elle est belle : analyse transactionnelle – le mien est mieux que le tien) , mon travail, voyez mes difficultés ou ma réussite, et vous vous m'importunez avec vos petits problèmes quotidiens.

C'est un homme qui fait du spectacle, nous nous défendons nos intérêts, donc restons dans un langage ADULTE, sans familiarité; si on l'apostrophe familièrement, il est dans son registre, il adore cela; on le voit bien, il arrête sa course habituelle pour voir d'où vient le contradicteur, il lui répond, prend la parole devant son public, ses journalistes, et il s’en sortira toujours gagnant-gagnant.
Bonsoir,

Margo Undriener a été conviviale sans lâcher le morceau. Elle est restée dans son rôle et a montrer une image du syndicalisme qui fait mentir les clichés du "syndicaliste fouteur de merde" dont nous abreuvent les masse-médias. Prise au dépourvu, sans préparation et après avoir subi une interdiction d'expression visuelle (confiscation des signes ostensibles d'appartenance syndicale, vous obseverez qu'on ne voit dans aucun plan de signe clairement distinctif de la CGT), malgré tout cela donc elle a tenu bon et n'a pas dérapé. En restant droite dans ses bottes elle a montrer que la CGT avait des arguments à opposer et qu'elle pouvait les opposer avec du recul, ce recul tant nécessaire pour pouvoir parler objectivement. Grâce à cette cordialité et la tenacité de son propos elle a montré ce qui devrait être une évidence pour tous : on peut discuter avec un syndicaliste même quand il n'est pas d'accord avec vous. La contradiction qu'a tenté de porter le chef de l'Etat n'est constituée que d'affirmations gratuites comme par exemple «je ne peux pas accepter que des français qui travaillent cotisent pour des gens qui ne veulent travailler que si ça leur plait» affirmations argumentée par d'autres affirmations tout aussi gratuites, ce qui revient à ne pas argumenter. On pourrait avoir l'impression d'un dialogue de sourd sauf que dans un dialogue de sourd personne ne s'écoute. Or en l'espèce la cordialité de Margo Undriener a fait oublié la forme de son discours pour attirer notre attention sur le fait qu'elle écoutait les propos du Président et que ce n'était pas réciproque. Monsieur Sarkosy a voulu faire un plan média «Je suis à l'écoute des représentants syndicaux et des problèmes qu'ils soulèvent», Margo nous a prouvé que c'était faux et pire encore : que ce pauvre homme en reste toujours à ses blagues de comptoir. Bravo Margo, votre attitude a été la bonne à mon sens.

Par ailleurs, fallait-il accepter cet échange au risque que les masse-médias ne relaient uniquement ce qui sert le Président, ce qu'ils ont fait ? Le fait qu'Internet relaie les choses sous un angle bien plus objectif (merci ASI entre autres) suffit-il a faire porter la réalité des évènements dans les consciences ? Comme le disait Margo, avant il n'y avait rien d'autre que ce que l'on voulait bien montrer, faire écouter ou faire lire dans les mastodontes de la communication. Ce n'est donc qu'un début et n'oubliez pas un autre évènement qui s'est déroulé en 2005 lors du référendum sur le traité constitutionnel européen : la quasi totalité de la communication de masse plaidait pour le "oui" et c'est le "non" qui l'avait largement emporté. Où les Français allaient-ils donc chercher l'information pour ne pas être d'accord avec ce qu'on leur matraquait à longueur de journée ? Dans les réseaux associatif Internet qui provoquaient les débats et encourageaient à assister à des débats publics.

En conclusion je dirais donc que tout cela n'est que du bonus.

Jean-Marc
L'une des vertus de cette émission est de montrer comment les médias ( internet compris ) modifient la portée d'une scène de la vie réelle ( plusieurs minutes d'échanges entre cette sympathique dame et le président de la république ) pour n'en tirer que quelques phrases chocs.
Il y a un fond politique, discours et opinions qui disparaissent derrière quelques phrases sans intérêt réel... phrases dont le seul but est peut être, justement, de masquer le contenu réel de l'échange.

Anthony [ un autre blog est possible ]
Tres bon sujet qui analyse finement comment se passe un déplacement de NS et comment les medias relayent.

Je remarque au passage qu'une différence majeure, me semble t il, avec asi version France 5, c'est le rire franc de Daniel S. que l'on retrouve régulièrement dans les émissions sur le web. Le signe d'un réel espace de liberté? ...

Longue route à asi.

Joseph
Merci pour ce sujet. Le dialogue président-reponsable CGT est un grand moment de cinéma documentaire.
Je ne crois pas quíl faille trop réfléchir après coup sur ce qui aurait du ou pu être dit dans ces circonstances.
L´échange, y-compris dans les silences et la gestuelle, sans parler de la portion congrue diffusée par les chaînes enchaînées, en dit suffisament long.
Continuez.
Bien à vous,
Pascal CLING
(réalisateur)
Bonjour,
Je suis trés heureux que vous ayez traité ce sujet sur ASI, car lorsque j'ai lu cette intervention dans mon quotidien les bras m'en sont tombés! Cela m'a rappelé des souvenirs,et je ne m'en reléve toujours pas.
J'ai été ,dans une vie précédente ,délégué CFDT (à l'époque ou elle etait encore une vraie centrale syndicale combattante...)au comité d'établissement d'un grand groupe, et j'ai toujours veillé à garder une distance rigoureuse via à vis des "plaisanteries "que souhaitait avancer la direction pour "détendre" l'admosphère!
Je me souviens que certains autres délégués "rentraient" dans ce jeu! et je me suis toujours intérrogé sur les raisons d'une telle attitude. Finalement après reflexion j'en ai conclu que les personnes préfèrent toujours le consensus à la confrontation, et aiment aussi pouvoir se mèttre en avant devant des "personnalités":elles se sentent vivre (les pauvres)!
Je suis souvent intervenu pour dire à la direction que pendant qu'elle essayait de détendre l'admosphère les conditions de vie de nos camarades etaient toujours aussi déplorables,et que plutot que de plaisanter elle ferait mieux d'apporter des solutions à nos problèmes.Souvent ,alors, ceux qui s'etaient prétés au jeu de la direction prenaient conscience de leur comportement déplacé. et reprenaient le role pour lequel ils avaient été elus.
Finalement je pense que nous avons toujours interet à nous rappeler pourquoi nous sommes là, ce que nous représentons et quels sont nos objectifs.
Quand à parler de "son fiancé" dans une telle situation comme le fait cette dame.... !!!!
Bravo encore pour votre regard perçant.
J.O
En voyant le sujet de l'émission, je m'étais dit que j'allais avoir encore l'exegèse d'une affaire picrocholine... et en fait, non! Margot Undriener réussit à montrer qu'elle représente plus que ces quelques secondes que les jt lui ont consacré, et qu'elle a donc des choses à dire qui valent le coup d'être entendues (et répétées).

Ah, si le journalistes pouvaient s'adresser à Sarkozy en ayant en tête les informations précises de la RGPP et de ses conséquences....

Bon, maintenant, j'attends l'autre version, celle de Sarkozy: il vient quand à @si? :-)

Hurluberlu

PS: Nicolas Princen, si tu lis ce post, transmets le à ton chef: dis-lui que ce sera un super-plan média d'enfer,que ça va créer un méga-buzz et qu'il faut absolument qu'il se fasse interviewer par DS & Co (Judith Bernard, Alain Korkos, Sébastien Bohler notamment).
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.