93
Commentaires

Slimani, Darrieussecq : romantisation du confinement

Commentaires préférés des abonnés

Je suis dans mon immeuble de 15 étages aux 4000 , mes 7 frères et soeurs se battent pour du Nutella .Je dois garder mes petits frères et soeurs car maman est partie faire le ménage a l'hôpital .Je ne peux pas étudier car les trois pièces sont occupée(...)

Voila qui en dit long sur notre monde Macronien. Merci Léila et Daniel de pointer avec talent l’obscénité du blockbougeois, le malaise qui nous agresse sans que l'on sache pourquoi. 

Après il y a belle lurette que je ne lis plus ni n'écoute les m(...)

Remarquable analyse de Leïla...


Avec description de comportements qui ne datent pas d’hier.

J’ai patiemment retranscrit sur ordinateur la dizaine de cahiers tenus par mon arrière-grand-mère durant la Grande Guerre. C’était une femme qui appartenait à l(...)

Derniers commentaires

Brillant

A comparer avec le journal du confinement de Kamel Daoud

Ce n'est pas son meilleur texte, il manque de fluidité, mais je pense que justement la sidération se sent quand on le connaît.

Très belle analyse littéraire, à donner à lire à nos élèves de 1ère en mal de préparation pour l'oral ! Mais si je ne me trompe, Marie Darrieussecq était déjà présentée comme nombriliste dans le "Jourde et Nauleau", excellent pastiche du Lagarde et Michard... Le confinement ne change donc rien...

Merci Laélia pour la finesse de tes analyses !

Laélia Véron est très convaincante, ses analyses sont toujours faites 'à la lame de rasoir', et je me suis indignée avec elle. Je me demande malgré tout si elle (et moi aussi) n'est pas un peu dure et que c'est de l'indignation facile et à bon compte. Evidemment, ces journaux de confinement sont un peu ridicules, mais je me dis en regardant mon propre lieu de confinement (la campagne new yorkaise, ma résidence principale, plutôt comfortable) si je ne suis pas dans la même situation, une 'bleeding heart liberal'  comme on dit ici: une bien pensante de gauche qui aime les 'pôvres', mais pas de trop près. Je regardais l'intérieur de Laélia Véron très semblable au mien: plutôt spacieux, une abondance de livres, ...on n'est pas les plus à plaindre. A moins d'être SDF ou à cinq dans une chambre de bonne, on est un peu tous le bourgeois de quelqu'un d'autre. C'est vrai qu'il y a un ressentiment à voir les citadins arriver dans leur maison de campagne, mais il y a peu les ruraux étaient plutôt contents que soient retapées les vieilles bâtisses et les artisans et commerçants ne s'en plaignaient pas non plus. Bien sûr cette romantisation du temps qui passe, des oiseaux qui chantent et du frémissement des brins d'herbe paraît carrément nunuche, mais moi-même je me prends à fixer les nuages et rêvasser... bon, je ne partage pas ses pensées profondes avec le Monde, vous me direz. Je voulais juste partager mon léger malaise à cette critique très acerbe.  

Je me demandes, si elles en font des caisses ou elles ont oublié de vivre.

Après avoir lu tous les commentaires, il m'apparaît que la mise en boîte de Slimani et Darrieusseq ont plus de "succès" que ce "détail" qui me semble très important: d'autres écrits, nettement plus "vrais", n'ont pas eu les honneurs de la presse. Il va falloir les chercher. Encore "les trous noirs de l'info".

"Assis dans les glycines" (à 15 minutes)


Je ne sais si cela fait partie de la parodie, mais "assis dans les glycines" ça va pas: La glycine est une grimpante, qui prend très vite une taille et une allure d'arbre véritable. Perchés dans la glycine, à la rigueur... et en ce moment, ce serait perché sur du bois qui doit juste commencer à avoir quelques bourgeons.

Merci Laélia !

Personnellement le "75 aux fesses" m'a étonnée, à cause du changement de niveau de langue. En le rapprochant d'analyses déjà existantes sur la façon qu'a E. Macron d'adapter son niveau de langue, je dirais que la dame essaye de mimer les pensées, les paroles de la population de province qui l'entoure. Une horde de revanchards qui voient un "75 aux fesses". Parce que, c'est bien connu, les provinciaux du peuple sont tous vulgaires : il faut donc leur parler de manière vulgaire pour se faire comprendre (E. Macron), et les intégrer à sa vie littéraire de manière vulgaire pour qu'on comprenne bien de qui on parle (Darrieussecq).

Je note la présence de guillemets autour du pastiche cité en exemple (le tweet de Matteu Maestracci). A mon humble avis, c'est un indice essentiel à prendre en compte pour évaluer son niveau de "pasticherie". Voilà, c'était ma petite remarque à deux balles... Bonne continuation à tous ^^

Merci beaucoup, je sais maintenant sur quoi je vais bosser avec mes élèves de lycée en français !

Excellente analyse, qui dépasse largement les cas pitoyables de Slimani et de  Darrieussecq ! J'aurais simplement ajouté la probabilité très forte d'une rétribution contre ces textes convenus : l'exhibition de son nombril n'est pas un don aux autres, il doit aussi rapporter ! A l'indécence, il faut sans doute ajouter l'appât du gain. Le miroir d'une classe est précis à ce point.

Je trouve cette chronique par skype  plus lisibles visuellement. Vous n'êtes pas dans vos studios encombrés d'écrans dont vous ne savez pas toujours quoi faire.

Chronique intéressante même si on peut arguer que les lecteurs bourgeois (qui lit le point ? qui lit le monde ?) ont le droit d'avoir leurs lectures, bourgeoises également. Décoder les tics d'écritures est un petit jeu très réjouissant. Merci !

Le journal de Maestracci est vraiment excellent et pas de souci pour percevoir l'intention parodique à mesure que la situation se dégrade pour les confinés...... :)

Merci et bravo.

J’aime bien : On a la même chez Darrieussecq, hein !

(À noter, si vous utilisez Skype, il y a une fonction floutter l’arrière plan qui est bien utile si vous souhaitez que les spectateurs restent concentrés.)

À aucun moment ces autrices confinées ne se posent la question de leur rôle potentiel d'agent contaminateur. Quand l'une craint que son "75 aux fesses" (veut-elle nous faire croire que sa bagnole est si ancienne que sa plaque d'immatriculation soit départementalisée ?) jamais elle ne s'interroge sur le risque qu'elle fait encourir aux autres d'avoir importé sa virologie. Non. En fait, elle s'en moque comme de l'an quarante puisqu'elle fait partie de cette caste qui aura le droit de se faire dépister en cas de doute.

Les images animées ou non de l'exode du printemps 1940 nous montrent des routes surchargées de véhicules en tout genre, de piétons. J'habite sur la nationale 20 en proche banlieue parisienne et si je peux témoigner d'un fait c'est que la circulation y est moins dense qu'en plein mois d'août. Alors, je me prends à regretter qu'un Stuka n'ait pas mitraillé la bagnole de cette Darrieussecq.

J'ai découvert Laélia en m'abonnant à Arrêt sur images,  il y a peu. Je suis époustouflée de la qualité de ses analyses, leur finesse. Plus qu'un commentaire, c'est un remerciement que je voulais lui adresser.

Remarquable analyse de Leïla...


Avec description de comportements qui ne datent pas d’hier.

J’ai patiemment retranscrit sur ordinateur la dizaine de cahiers tenus par mon arrière-grand-mère durant la Grande Guerre. C’était une femme qui appartenait à la très grande bourgeoisie de son temps qui, même ruinée, n’a jamais douté de sa supériorité de classe.

On y retrouve chez elle très exactement tout ce dont parle Leïla. A savoir une extraordinaire capacité à transformer (mais toujours implicitement, jamais explicitement) les plus petits faits la concernant en actes héroïques, tandis que les événements plus lointains, plus généraux, sont traités avec une distance et une froideur glaciale.


Comme par exemple sa fuite de Paris devant l’avancée des allemands, qu’elle traite sur le mode de l’épopée à l’aide de petits détails, tous dissociés les uns des autres, donnant l’impression d’un terrible chaos auquel elle aurait supérieurement survécu. Et pourtant, quoi de moins héroïque qu’une fuite, dans un train qui a roulé sans encombre jusqu’à Nantes ?  Même le gouvernement en exil à Bordeaux, redoutant le jugement populaire devant cette fuite, n'aurait pas osé la transformer en courage exemplaire...


A l’inverse, elle note que « …la grand salle d’attente [de la gare] disposée par la Croix Rouge, pour y recevoir les blessés, qui sont xxx pansés, avant d’être envoyés plus loin. Tout le monde dit qu’en général les blessures sont peu sérieuses. On perd 1 ou 2 blessés sur 100, ce qui est heureusement une petite proportion… »


Bref, la même chose qu’aujourd’hui, où pour certains il est si difficile d’être (héroïquement…) confinés dans leur maison de campagne avec jardin, mais qu’heureusement, la pandémie n’est pas si grave, puisqu’elle ne tue que 3% des malades…


Cela dit c’est normal : Moi qui parle, je suis d'évidence sujet, ces autres noyés dans le collectif, ne sont qu’objets silencieux. 


Je ne sais pas comment on sortira de cette crise. 

Mais il devient de plus en plus inimaginable que soit restauré le « business as usual » antérieur, ça n’est juste plus possible. 

Et surtout, en fonction des crises annoncées à venir, ça ne peut être que suicidaire.


Ces deux artistes vont faire comme tout le monde . Dans 5 jours elles vont se faire chier... Ce sera savoureux de les lire en mai quand elles en seront à nous parler du repassage et du changement de la litiere du chat .


Je trouve cette chronique très problématique, et cette manière de distribuer les bons et mauvais points malheureusement de plus en plus systématique : 

"Nous" = bien ; "je" = pas bien. D'accord pour un journal, mais seulement pour parler des moins bien lotis...


Attention à ne pas se dédouaner de ses propres privilèges en :

 1) ne voulant plus parler que du malheur les autres et 

2) montrant du doigt ceux qui n'agissent pas ainsi. 

C'est quand même un risque. Il y a aussi de grands auteurs qui ont parlé formidablement de leur classe bourgeoise, précisément parce qu'ils en faisaient partie. Je pense notamment à Flaubert, qui a raconté mieux que personne le "rien", la banalité et l'ennui. 


En plus, il est facile de comprendre que quand Darieussecq étale dans un texte qu'elle a planqué sa voiture parisienne, c'est comme si elle le disait à tout le monde. Il y a de l'ironie et probablement de la culpabilité dans son propos. La lecture me semble ici trop simpliste. 


Je ne trouve pas ces pages de journal extraordinaires (vraiment pas). Mais les reproches qui sont faits à l'égard de leurs autrices et qui n'ont, contrairement à ce qu'on essaie ici de faire croire à renfort d'analyses stylistiques, rien à voir avec le caractère littéraire de leurs textes, me paraissent très exagérés. D'ailleurs, il y a quelque chose de gênant, presque déloyal, dans la comparaison avec Matzneff. L'invoquer, c'est le nouveau point Godwin.  


Elle est gentille, Lola Lafon, mais si Le Monde lui avait demandé de publier le journal de son confinement "à elle", est-ce qu'elle aurait refusé ? L'histoire, évidemment, ne le dit pas... 

 

Enfin, les phrases nominales peuvent être sublimes et servir tout simplement à créer du rythme. Leur objectif principal n'est pas forcément de créer de la "profondeur". Pourquoi une telle généralisation ? 


Merci pour cette chronique ! Dans un billet de blog, je montre ce que cette médiatisation féminine et bourgeoise révèle de la structure inégalitaire de l'espace public en ce temps de crise...

Dans la crise : prolifération de la parole, insuffisance de l'écoute

Durant la crise, plus encore qu'en temps ordinaire, la capacité à intervenir et à peser dans le débat public est profondément inégalitaire. Les pouvoirs publics s'appuient sur les expert.es pour prendre leurs décisions, mais les voix des personnes les plus directement concernées par la pandémie ne sont pas suffisamment entendues. Politiques et médias, osez la démocratie plutôt que l'entre soi !            


J'adore cette fille, tueuse à gage ;)

Encore un argument pour augmenter les impôts des gens qui ne savent pas quoi en faire pour payer nos infirmiers !

C'est peu dire que je n'ai pas  envie d'acheter leur livre !


Jour 11 , j'ai mangé une pomme.

Merci,  bien construit et très convaincant.

Petite parenthèse : j'ai aussi vu passer sur twitter divers commentaires outrés sur le thème Slimani/ Darrieussecq/"on n'en peut plus des riches", commentaires se likant et répétant les un(e)s les autres, mais souvent ils embarquaient Lou Doillon, moquée aussi  par Nadia Daam dans cet article (Slate)  "Oui, les livres peuvent être la nourriture de l'âaaaaame, oui, on peut avoir que ça à foutre de lire Homère avec une fleur derrière l'oreille".


Ceci me parait très injuste et vachement cliché, le comble pour un article qui veut donner à penser.


Explication : Je me suis intéressée au cas Lou Doillon suite à un cadeau reçu par une de mes filles en 2012, son premier  CD "ICU" accompagné d'un DVD proposant une interview menée chez elle devant sa bibliothèque - voici 8 ans déjà, donc - , dans sa maison d'un quartier près de Bastille... Ben...
Non seulement j'ai été charmée par son naturel et son encyclopédique culture faite de bric et de broc, hors des clous donc très digérée, mais j'ai suggéré avec beaucoup d'insistance à (notamment) une collègue prof de français de l'écouter pour une autre approche de la littérature, anglaise et française. Le contraire du name dropping.  Bien bluffée, elle aussi.
Certes, on peut ne pas du tout aimer ce qu'elle propose en tant qu'artiste, mais les commentaires du style "vacuité des stars, posture, idiote posant devant une bibliothèque trop grande pour elle, ...", poncifs réflexes, c'est nul.

 Ça me rappelle ceux qui persiflaient à propos de son accent anglais, supposant qu'elle était un produit qui se la pétait, sans réaliser qu'il s'agissait de sa langue maternelle, qu'elle compose, écrit, interprète.  


 Voici plusieurs jours qu'elle propose à 17H00 des directs au coeur desquels elle lit des poèmes (de ce que j'ai entendu personnellement, Cummings, René Char, Pablo Neruda, Aimé Césaire, Andrée Chedid...) et chante quelques chansons en s'accompagnant à la guitare : je ne dis pas qu'il n'y a aucun narcissisme dans sa démarche - quelqu'un y échappe par ici ? - , mais c'est vraiment sympa, chaleureux, sans chichi, parfois fantasque, parfois un peu raté et dans une dynamique de partage et de passeuse.

Par exemple, très bien lu ce poème de Cummings contenant 

there are so many tictoc

clocks everywhere telling people

what toctic time it is for

tictic instance five toc minutes toc

past six tic 

(...)


Bref, à sa manière, gentiment, sans peser, elle propose des respirations à qui veut.

Et de manière inattendue, elle pourrait bien avoir des trucs à partager avec Laélia Véron ^^ 


(Je m'suis un peu emballée là, non ? ^^)

Ha  la pseudo  "intelligentia  française",  toujours  aussi  prétentieuse,  elle  n'en  a  même  pas  conscience .  Non  seulement  ce  sont  des  bourgeoises,  mais  je trouve  que  littérairement  parlant  elles  sont  médiocres.   Fallait-il  y  consacrer  une  chronique ?  Je  ne  sais  pas,  mais  si  Laélia  l'a  jugée  utile  c'est  sans  doute parce  qu'elle  trouve  ces  "témoignages"  abjects.  Mais  j'approuve  car  l'émission  est  agréable, merci.

Je suis dans mon immeuble de 15 étages aux 4000 , mes 7 frères et soeurs se battent pour du Nutella .Je dois garder mes petits frères et soeurs car maman est partie faire le ménage a l'hôpital .Je ne peux pas étudier car les trois pièces sont occupées de petits gamins qui courent dans tout les sens .Dehors le  bruit inquiétant du drone qui rode en demandant a la population de  rester confiné .J'ai peur que maman tombe malade et que nous partions tous en foyer .En face un vieux gueule a sa fenêtre qu'il ne peut plus respirer .Je ferme la fenêtre et  pose mes mains sur mes oreilles , j'aimerais dormir et  me réveiller au bord de la mer avec toute ma famille , ça doit être bien la mer .... 

j'avais lu darieussecq en diagonale, assez agacée, surtout par le coup du "75 aux fesses", mais bon, je me suis contentée d'un ricanement intérieur. 

vous en rigolez aussi (y a de quoi), ça vous agace aussi, mais pas que. alors non seulement j'ai la satisfaction (assez primaire je l'avoue) de savoir que mes réactions sont partagées par d'autres, mais en plus vous fouillez l'affaire, vous la décortiquez impitoyablement, je me régale. 

non sans un petit frisson à l'idée de tout ce qu'il va falloir éviter (le balisage est sans pitié) si on veut écrire quelque chose qui se tienne sur ce qu'on vit en ce moment... mais peut-être qu'il est surtout question de posture, de ce qu'on veut dire, et à qui. 

et peut-être qu'aujourd'hui les lieux de "parole littéraire" estampillés ne peuvent guère susciter que des écritures vides...

Vous n'avez pas oubliez quelque chose ?

L'omniprésence d'une scie à ruban dans le fond de cette chronique m'a complètement perturbé, ça me fait vraiment trop flipper ces machines et j'imaginais Laélia en train d'y découper ses bouquins un par un pour en isoler quelques phrases à disséquer... Un véritable carnage papier!


"Mensonge romantique, vérité romanesque" (Girard Tribute)

Très sympa cette chronique :)

Et puisqu'on est sur Arrêt sur images, quid de la responsabilité des médias (ici le Monde et le Point) dans le choix de publication ? Reproduction des privilèges de classes ?

Vous conseille Wajdi Mouawad, directeur de La Colline qui du lundi au vendredi à 11h propose un épisode sonore de son journal de confinement, « Une parole d'humain confiné à humain confiné. , des mots comme des fenêtres pour fendre la brutalité de cet horizon. »

Voila qui en dit long sur notre monde Macronien. Merci Léila et Daniel de pointer avec talent l’obscénité du blockbougeois, le malaise qui nous agresse sans que l'on sache pourquoi. 

Après il y a belle lurette que je ne lis plus ni n'écoute les médias mainstreams, ça raconte quand même comment une majorité  fabrique son réel et ça il faut l'écouter

Une question, une seule. Que pourrait nous dire le regretté Jean Pierre Coffe de ce menu littéraire?

Quoi qu'il en soit, ce n'est pas tant un privilège de classe que Laelia veut bien le dire. C'est juste un style de classe. (Voyez mon point bien placé)

Depuis plus de dix ans que j'ai internet quotidiennement et que je lis la presse tendance gauche, j'ai le droit au journal intime du coco ronchon de base des forums qui a aussi ses tendances. Ai je vraiment besoin de lister ces dernières?

Y a aussi des trucs parfois très drôles (pardon, Mathilde Larrère, je t'ai encore pillée) : https://twitter.com/i/status/1242166929290416129

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.