37
Commentaires

S'informer sur la presse, mode d'emploi

Si vous voulez des nouvelles de

Derniers commentaires


On en avait marre, de ces écolos qui rasaient tout le monde avec Notre Dame des Landes et qui, malgré la suppression de leur rubrique, étaient encore parvenus à sortir un scoop l'autre semaine sur le remplacement des centrales nucléaires par...des EPR.


Je profite de l'occasion pour revenir sur ce "scoop" du Monde et sa reprise par ASI, qui avalent tous les deux une belle couleuvre de la comm gouvernementale; extrait du Monde :


Quant à la chute à 50 % de l'atome dans le mix électrique d'ici à 2025, le raisonnement du PDG d'EDF, Henri Proglio, a visiblement fait mouche auprès de plusieurs ministres : la part relative du nucléaire diminuera mécaniquement en raison de la hausse de la consommation d'électricité liée aux nouvelles technologies et à une population forte de 6 millions d'habitants supplémentaires.


A aucun moment l'article du Monde ni le "Vite dit" d'ASI ne se posent de questions sur ce raisonnement et ce qu'il implique; comme si c'était une formule magique (une "équation tordue" d'après ASI) : la part du nucléaire va stagner en valeur absolue et le total va augmenter donc elle va baisser en valeur relative, sous-entendu jusqu'à 50% de façon à tenir la promesse de Hollande : c'est pas très satisfaisant mais c'est vrai. Abracadabra.

Or quand on regarde un peu les données du problème, les chances que la promesse soit tenue sont en fait très minimes, comme je l'expliquais en détail dans le mail que j'ai envoyé à la rédaction d'ASI via le formulaire de contact. Je n'ai reçu aucune réponse, je suppose qu'ASI ne s'intéresse à démonter les enfumages dans les médias que quand ils n'en sont pas victimes eux-mêmes ?

Ci-dessous mes explications. Si quelqu'un peut me dire en quoi je me trompe ou pourquoi ça ne mérite pas un petit complément au "Vite dit" d'ASI, n'hésitez pas.



Je voulais vous faire part de ma petite réflexion suite au "Vite dit"
"Nucléaire : pas de baisse de la production" : d'abord, il est
mathématiquement vrai que faire passer une part A dans X de 75% à 50%
peut se faire soit en diminuant le volume de A soit en augmentant le
volume de X (ou un peu des deux), ce n'est pas vraiment une "équation
tordue". Cette idée qu'il s'agirait d'un tour de passe-passe fait
perdre de vue (dans votre article comme dans celui du Monde
d'ailleurs) que, pour que l'équation soit vraie (et la promesse tenue)
sans changer le volume A, il faut que X augmente de 50%. Par
conséquent il faut que la part des 25% restants dans X augmente de
200% (c-à-d triple).

D'après Wikipedia ces 25% restants consistent (approximativement) en
10% de thermique classique (charbon, fioul, gaz) et 15% de
renouvelables (hydrolique, éolien, solaire). Si on suppose qu'on
n'augmente pas la part des énergies fossiles émettrices de CO2 (que ce
soit pour des raisons économiques ou environnementales !), on doit
donc combler cette augmentation de 50% du total X uniquement sur les
15% d'énergies renouvelables, ce qui donne une augmentation de 333% de
cette part.

Donc même dans cette hypothèse où le nucléaire ne diminue pas et
qu'aucun effort n'est fait pour diminuer la consommation globale
d'électricité, ce qui est écologiquement mauvais mais n'invalide pas
nécessairement la promesse de Hollande, il faudrait pour qu'elle soit
vraiment tenue (sans augmenter la part des énergies fossiles) que la
production d'énergies renouvelables fasse plus que quadrupler dans 12
prochaines années : il faut donc à peu près 333/12 = +27%
d'augmentation annuelle (en fait un peu moins avec l'accumulation,
disons 25%, je m'épargne le calcul exact).

Sachant que (toujours selon les chiffres de Wikipedia) la part des
énergies renouvelables n'a augmenté grosso modo que de 1% par an en
moyenne depuis 1973, est-il réaliste de penser que cette part va
passer à une augmentation constante de 25% par an tout à coup, alors
qu'aucun gros investissement dans ce sens n'a été annoncé jusqu'ici ?
(ou alors ça m'a échappé ?)

Conclusion : le gouvernement pourra tordre des équations autant qu'il
veut, sauf miracle technologique la promesse ne sera pas tenue. La
seule "astuce" de Proglio et du gouvernement dans l'histoire, c'est
d'avoir réussi à faire oublier un paramètre de l'équation aux
journalistes... J'espère que vous allez corriger cet oubli !
Pour l'information sur Dassault dans le Figaro,
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/02/19/97001-20140219FILWWW00114-serge-dassault-en-garde-a-vue.php

qui aura sans doute échappé à l'oeil de lynx d'@SI (mais bon, c'était hier)
Et c'est comment dans les autres pays ?
Bon, je ne comprends pas la partie de cette chronique sur le monde. J'ai l'impression que la redirection de nombreux postes du monde vers le web façon "Web ou Crève" y est critiqué.

Parce que j'avais cru comprendre que le refus de prendre le Web au sérieux était l'un des gros problèmes de Libé qui avait conduit à la situation actuelle (entre autres). Pourquoi si une partie des journalistes de Libé ne pige pas grand chose à l'internet les journalistes du Monde seraient différents ? Je me souviens de l'émission @ux sources, et de ces vieux cons à la Duhamel ou FOG qui semblaient totalement étrangers à l'info en ligne. Qui va attendre de gens comme ça, fondamentalement autosatisfaits, incapables de voir dans le déclin de la presse une responsabilité autre que celle des lecteurs qui ne courent plus pour lire leur blabla, qu'ils décident spontanément de s'investir sur le web ?

Dans un monde normal, si l'État n'était pas là pour les arroser à coups de TVA super réduite (sans déconner, la presse est plus essentielle que la bouffe ?) et de subventions, de tels journaux disparaîtraient et on se dirait "bon débarras". Pour une raison qui m'échappe, ici, on s'accroche à l'idée qu'il faut à tout prix satisfaire l'idée que les journalistes se font de la presse, qu'importe ce que le lecteur attend.
[quote=Notre Danou à Nous, pas le dernier pour la déconne]
[large]Lisez plutôt Le Monde, qui a donné la parole à un fils admirable[/large]

"admirable" ? Détecterais-je une once d'ironie ? ;-)

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

http://www.france-images.com/affiches-anciennes/400-l-huile-de-foie-de-morue-1925.html

J' ai ENCORE trouvé le lien de votre photo volée du jour.
En tant que photographe au chômage je ne peux que le déplorer.
Merci.
Fortuna,
Nous sommes quelques-uns à nous être beaucoup "émus" de l'utilisation sauvage des images par DS.
Nous avons argumenté, questionné ... sans jamais avoir la moindre réponse ni voir le moindre changement.

Je ne vous dis pas ça pour vous désespérer, juste pour vous prévenir que c'est une cause quasi-désespérée, bien que très juste.
Courage !
Faites une recherche de "huile de foie de morue" dans google images et vous verrez cette image remonter des dizaines de fois en provenance de sites divers et variés.

Le site que vous indiquez n'en est probablement pas la source primaire, puisque c'est une boutique qui vends des posters.

Alors quoi, vous voulez retrouver l'auteur original de l'affiche pour le dédommager ?
Je ne comprend pas. Votre lien renvoi sur une société qui fabrique des posters et le prix mentionné est celui d'un poster. Nul part il n'est précisé l'origine de l'image en question.
Elle est peut-être libre de droits.
De toute façon, avec l'officialisation voté en catimini de la baisse de la TVA à 2.1% (appelé "Amendement Médiapart"), je pense que DS a maintenant les moyens de se payer quelques vignettes (si le fisc est assez généreux pour accorder la rétroactivité).
C'est même à peu près évident qu'il n'y ait plus de droits sur une affiche de 1925.
Ça n'a strictement rien d'évident en fait.
Etant donné que la loi pour prolonger les droits de Mickey, créé en 1928 a fait parler d'elle il y a bien 15 ans, je vois difficilement comment une affiche antérieure, dont l'auteur ne disposait pas d'une batterie d'avocats, pourrait toujours être sous droit d'auteur.
Étant donné que ce n'est pas la date de publication de l'affiche qui nous intéresse mais celle de la mort de son auteur, je vois difficilement comment vous pouvez être aussi affirmatif.
Tout le monde peut compatir aux aléas difficiles de votre vie professionnelle. Cependant devant une reproduction basse résolution d'une illustration de 1925, votre premier réflexe est de crier photo volée, êtes-vous bien sûr d'être tout à fait au point dans votre domaine de prédilection ?
Comme ça se fait beaucoup sur ebay, la vente de vieilles reproductions en posters est d' actualité : cela permet à chacun de s' offrir une copie d' une affiche originale dont il ne reste que quelques exemplaires originaux qui valent d' ailleurs une fortune.
Si ce jpg existe, c' est que quelqu' un a scanné un vieux poster pour en revendre des reproductions. Ce quelqu' un a fait un TRAVAIL.

Ce qui me gêne, c' est qu' ASI procède à chaque fois de la sorte : il faut une photo de fond marin pour illustrer un article ? Allez ZOU ! on tape "fond marin" sur google image et on met en ligne la plus belle photo de la premier page de la recherche. Une photo de tigre ? Allez ZOU ! on tape "tigre" sur google et on pique le boulot d' un autre.
Qu' importe s' il s' agit d' une basse def d' une banque d' image qui montre la basse def pour vendre la haute def, qu' importe s' il s' agit d' une photo tirée d' un site d' un photographe, qu' importe l' origine en fait : la seule chose qui importe est de s' approprier gratuitement le travail d' un autre pour illustrer son propos.

Son merveilleux propos. Littéraire. Sublime, forcément sublime. Texte, tellement plus noble que l' image fixe, média de bas étage !
Je me suis toujours demandé ce qu' ASI ferait si je recopiais sur un blog des centaines de lignes de leurs articles sans même leur demander. Et les vidéos ? Oh oui je vais faire pareil : mettre en ligne "ouverte" sur google films les meilleures émissions d' ASI sans même leur demander leur avis !!!
On est bien là dans le pillage systématiques d' auteurs et de non respect caractérisé du droit d' auteur.
Qu' ils ne répondent JAMAIS à nos interrogations à ce sujet est des plus lâche, aussi !
Cette reproduction, basse résolution ou pas, ... quelqu'un l'a faite et l'a mise en ligne, non ?

Je ne suis pas sûre que la seule chose en cause soit le fait de PAYER ( même si c'est une vraie grande question), mais, au minimum, de CITER.

Et j'en rajoute sur un sujet bien des fois abordé dans le passé : quand, pour parler d'un article une page entière est scannée, dont les espaces de pub qu'elle contient ... ça ne pose aucun problème ?

Je comprends très bien ( je n'ai pas dit " je cautionne", ni " je trouve normal" ) que ces subtilités ne posent pas de grands cas de conscience à des petits sites ou à des sites plus grands mais dont les préoccupations sont éloignées des questions de diffusion de l'information ... mais sur @si ça m'étonnera toujours.

Si le dessin de Korkos ( Copé à poil) venait illustrer un article d'un journal papier, sans sa signature et sans son autorisation ... indépendamment de toute considération financière, vous trouveriez normal ou pas qu'@si en fasse un Vite-Dit et se plaigne du procédé ?
C 'est justement le problème : je suis sûr qu' ils sont attachés au DROIT d' AUTEUR pour ce qui est de LEUR travail... mais remarque que bien souvent ils ne prennent pas en considération celui des autres (jamais au grand jamais les sources des images en sont citées).
Ne généralisez pas : la chronique du matinaute cite très peu ses sources, mais d'autres ont une autre approche, même sur @si.
Le fait de faire un scan ne créé pas des droits, tout au plus une infraction. Les droits sont attachés à l'oeuvre originale. Or :
- c'est une illustration (apparemment le fait qu'on dise "photo volée" pour désigner un scan d'une illustration, ça gêne que moi).
- on cite en exemple un site qui vend des reproductions au format poster, pas les droits. On ne sait même pas si le site a les droits.
- on ne sait pas qui est l'auteur, quand il est mort et s'il possédait des droits patrimoniaux (c'est une pub, les droits peuvent très bien être cédés à la commande).
- ça date de 1925, il n'est même pas certain qu'on sache retrouver l'auteur.
- vu la date, même en admettant qu'il y ait un auteur en possession de droits, il y a des chances non négligeables pour qu'ils soient éteints.
- C'est une réclame, en général celui qui l'affiche est payé pour ça, pas l'inverse...
Donc bon si certains veulent se la jouer justiciers du droits d'auteur, qu'ils choisissent au moins un exemple qui ne soit pas complètement déconnant.
L'exemple est "déconnant", mais le fond du propos n'est pas là.
Parcourez les chroniques du matinaute en vous concentrant sur cet aspect-là de la production d'@si...
Il est clair qu' ici on est dans le domaine public, mais il convient quand même, pour être loyal, de citer la source (de l' auteur original, et de l' auteur du scan).
Vous chipotez car c' est chez ASI monnaie courante, et depuis un moment déjà je cherche les liens des images et les met en ligne dans les commentaires de cette rubrique : relisez les vieux posts de cette rubrique... et vous me trouverez.
Je sais bien que certains se sont fait une spécialité de protester bruyamment pour chaque image d'illustration, et quand on creuse l'exemple finalement n'est pas le bon, mais en fait c'est les précédents... bon.
Une première chose : il n'y a pas d'auteur du scan. C'est une expression à la limite acceptable pour du langage courant mais si votre but c'est de pointer une atteinte au droit d'auteur, on ne peut passer sur un tel relâchement.
La reproduction mécanique d'une oeuvre ne crée pas un droit d'auteur pour celui qui la réalise. L'exception est même explicitement prévue pour les oeuvres du domaine public, qui ne peuvent retrouver un quelconque droit d'auteur par la simple production d'une copie.
Seul un travail dérivé de l'oeuvre, éventuellement une restauration très poussée (et ne portant pas atteinte au droit moral de l'auteur initial), peut prétendre à être couvert par le droit d'auteur. Et seul un juge est à même de délivrer une appréciation définitive.
Le fait que ça soit un travail n'a rien à voir la-dedans ; rien ne vous empêche de vendre une prestation de réalisation d'un scan de quoi que soit et de vous faire rémunérer pour cela, mais pas en droits d'auteur. Et le client ayant reçu le fichier est libre d'en copier et d'en diffuser tant qu'il veut.
C'est vous qui faites plus que chipoter, pour une simple image d'illustration, vraisemblablement libre de droits, et qui n'est qu'un minuscule clin d'oeil par rapport à l'ensemble de l'article.
"La reproduction mécanique d'une oeuvre ne crée pas un droit d'auteur pour celui qui la réalise. L'exception est même explicitement prévue pour les oeuvres du domaine public, qui ne peuvent retrouver un quelconque droit d'auteur par la simple production d'une copie."
Que nenie.
Amusez vous à diffuser une photo d' un Monnet ou d' un Van Gogh de nos Musées nationaux... et vous aurez à faire avec le photographe qui a passé sa journée à reproduire au mieux un tableau, traité et retouché un ou plusieurs fichiers numériques... dont il est l' AUTEUR (que cela vous plaise ou non).

Quand aux exemples, filez de ce pas sur mon profil et regardez mes interventions dans cette chronique matinale : vous y trouverez de multiples démonstrations...
http://www.arretsurimages.net/chroniques/2013-11-15/Dark-net-la-mythologie-qui-vient-id6291
Quand aux exemples, filez voir ces chroniques matinales : vous y trouverez les preuves de multiples pillages...
http://www.arretsurimages.net/chroniques/2013-11-15/Dark-net-la-mythologie-qui-vient-id6291
http://www.arretsurimages.net/breves/2013-02-14/CSA-un-hamster-nomme-Memona-id15142
http://www.arretsurimages.net/chroniques/2013-11-15/Dark-net-la-mythologie-qui-vient-id6291
http://www.arretsurimages.net/chroniques/2013-09-27/Dans-l-ordre-Fiona-Duflot-Hollande-id6160
http://www.arretsurimages.net/chroniques/2013-09-30/Travail-dominical-nouvelle-piece-memes-personnages-id6167

:P
Donc les "preuves", c'est de multiples affirmations de votre part, redondantes et à peu près aussi bien ciblées que celle d'aujourd'hui.
Je vous recommande de consulter l'article L122-5 du code de la propriété intellectuelle, en particulier les exceptions pour les usages de presse.
Maintenant si vous pouviez éviter les représentations complémentaires de votre sketch sous les épisodes ultérieurs de ces chroniques...
OuvreBoîte " et qui n'est qu'un minuscule clin d'oeil par rapport à l'ensemble de l'article. "

... bein, ça, justement, c'est le fond du problème.
Si l'image n'apporte rien ( ce qui me semble souvent être le cas), et qu'on la met simplement parce qu'on s'est choisi un format avec un texte puis une image, mais qu'on passe 99% du temps à rédiger le texte puis 1% du temps à prendre une image après une rapide recherche Google, peut-être alors serait-il bon de se dire que lorsque l'image n'apporte rien de plus, et qu'elle est prise un peu au hasard... peut-être qu'elle n'est pas si nécessaire que ça, et qu'on pourrait s'en passer.

On ne peut pas, sauf avec beaucoup de mauvaise-foi, reprocher à des abonnés d'arrêt sur image de s'arrêter un peu sur les images.

Si dans le forum nous avions la possibilité technique d'insérer des images, des tas d'@sinautes le feraient, avec plus ou moins de talent et d'à propos. Et peu à peu des règles seraient édictées ( citer la source, respecter la propriété intellectuelle).
ça ne me paraît pas si "déconnant" que ça de s'étonner que des professionnels s'en dispensent.

Et, je le redis, ce n'est pas le cas de tous ceux qui produisent des contenus sur @si.
le 09h15 à 09h16??
tout augmente !
C'est comme pour les secrets de famille, pour savoir, s'adresser au voisin !
Et si on veut des nouvelles d' " @rrêts sur images ", faut lire quoi ?
;o)
A part ça, notre presse est indépendante et libre.
J'ai aimé l'illustration "huile de foie de morue" (consommée en me bouchant le nez pendant mon enfance). Y a-t-il un rapport ? ;o))
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.