77
Commentaires

Raoult : l'étonnant double discours du Figaro

Le médecin Didier Raoult et ses traitements à la chloroquine font l'objet d'un traitement journalistique à deux vitesses dans le quotidien. Si les journalistes du service "santé" font preuve d'un regard critique acéré, dans le reste du journal, il est très relayé, la plupart du temps sans contradiction. Enquête.

Commentaires préférés des abonnés

Il y a un peu de progrès: même les raoultiens les plus acharnés n'osent plus prétendre que l'hydroxichloroquine est efficace au delà de l'effet placébo. A ce rythme là, ils ne leur faudra que 2 ou 3 ans pour comprendre comment ils ont été bernés.


Il e(...)

C'est vraiment désespérant que ce mec ai réussi à transformer le débat scientifique en cirque politico-médiatique; mais c'est le signe de l'époque; un pur Trump en blouse blanche; qui a créé une armée de soldat qui se dressent dés qu'on en parle; et (...)

A quand un article sur les "spécialistes santé" des rédactions ?


Leur formation, leur expérience, leurs relations avec les profession médicales, le marché de la santé... Combien d'entre eux ont révélé des scandales sanitaires ? Ou contribué à les étou(...)

Derniers commentaires

Je remercie tous les asinautes, professeurs  et docteurs en médecine, qui donnent leurs analyses et conseils avisés, sur ce forum.


Leurs titres universitaires leur donnent une valeur inestimable. 

Pourquoi un double discours serait-il "étonnant" de la part du Figaro? N'est-il pas parfaitement cohérent avec le "en même temps" présidentiel?


bonne interview ce matin dimanche sur France Inter 0 8H 20


"L'infectiologue suisse, qui préside la Mission d'évaluation de l’exécutif sur la gestion de la crise de la Covid-19, est l'invité d'Eric Delvaux à 8h20. "


Je vous rassure il ne parle pas de Raoult, mais de la gestion de la crise et .... des masques !


Partout ? Tout le temps ? Pour tout le monde ?


https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-du-week-end/l-invite-du-week-end-13-septembre-2020



Il y a un peu de progrès: même les raoultiens les plus acharnés n'osent plus prétendre que l'hydroxichloroquine est efficace au delà de l'effet placébo. A ce rythme là, ils ne leur faudra que 2 ou 3 ans pour comprendre comment ils ont été bernés.


Il est saisissant de voir que les journalistes qui s'y connaissent (et jugent donc sur des critères scientifiques) ne se laissent pas abuser par les mensonges de Raoult, au contraire de ceux qui ne s'y connaissent pas et jugent donc sur des critères politiques (discours anti-système, anti-intellectualisme, etc).


Rappelons que toute cette affaire avait commencé quand Raoult, fin février et sans avoir jamais fait la moindre expérimentation sur la nouvelle maladie, avait fanfaronner devant ses étudiants en expliquant que le Covid-19 serait l'infection respiratoire la plus facile à traiter. 6 mois plus tard, on a vu ce qu'il en est. Zéro pointé pour le Marseillais, incapable d'admettre que son "intuition" initiale s'est révélée complètement fausse.


Sur le plan scientifique, le débat est tranché depuis longtemps. Alors, pourquoi certains (ici même) continuent d'accorder un quelconque crédit aux dires du bonhommes ? Probablement à cause de l'effet d'engagement. Qui explique aussi pourquoi Raoult n'a jamais eu l’honnêteté d'admettre qu'il a eu tort.


Bref, je ne vais pas essayer de convaincre les raoultiens qui soutiennent encore mordicus le bonhomme. Tous les résultats scientifiques du monde n'y suffiraient pas.


Je vais juste dire un truc à ceux qui se disent "oui, mais même si son traitement ne marchaient pas, au moins il y a eu un effet placébo positif". N'oubliez pas qu'il existe aussi un effet nocebo, qui est l'inverse (diminution de l'efficacité du traitement si vous êtes convaincu qu'il ne marche pas). Or, en mars-avril-mai, il  avaient des milliers de gens qui, convaincus par Raoult, refusaient tout autre traitement. Si leur médecin, plus scrupuleux que le marseillais sur le respect de l'éthique médicale, se refusaient à prescrire un traitement inefficace, ce refus pouvait entrainer un effet nocebo.


Bref, il n'a rien à sauver dans les position de Raoult. Que ce soit sur le plan scientifique, médical ou des simples prévisions ("le virus tuera moins que les accidents de trotinette" "pas de deuxième vague" etc), Raoult s'est trompé dans les grande largeurs. Et le mal qu'il a fait se ressent encore aujourd'hui.



Pour un autre article sur le même thème :
Est-ce que Loris Guémart ou un autre journaliste de ASI pourrait nous dire s'il a lu ou entendu un seul journaliste scientifique discuter des fondements épistémologiques énoncés par Raoult et par ses confrères à propos des modes de preuve scientifique ?
Ou bien le recours test randomisé en double aveugle (pour ne prendre cette notion au centre du débat) est un postulat indiscutable pour eux quelque soit la question ?

en période épidémique,"on ne peut plus discuter comme si c'était des opinions abstraites, car les plus néfastes peuvent influencer les lecteurs et aggraver l'épidémie." 


voilà, tout est dit !

 

c'est comme en période de guerre ! ( cf : les excellentes émissions d'été d'@si sur le sujet de la communication en tant de guerre )


"je ne veux voir aucune tête qui dépasse !"


Tous derrière Pétain !

"Maréchal, nous voilà, devant toi le sauveur de la France " etc....

Maintenant, on sait pourquoi on est dans le peloton de têtes des gestions catastrophiques de la "crise": c'est la faute à Raoult!

Allez, quelques chiffres: 7 milliards 800 millions de pékins, une mortalité annuelle de 57 millions de malchanceux, et, donc, 900000 morts covid19...Mais la lutte continue, camarades: ce n'est qu'un début, continuons le combat!

Merci pour cet article . je suis abonné à  l'édition numérique du Figaro et l'on retrouve bien l'opposition que vous décrivez . d'un côté de très bons articles de fond et de l'autre des articles " démagos" sur le professeur Raoult .

Même si vous tenez le rôle que vous vous êtes assigné (s'arrêter sur l'image et les médias) vous pourriez pas nous lâcher avec ce Raoult? Vous vous acharnez contre ce type, sans réel importance sinon via le buzz auquel vous êtes associé. Vous n'avez rien d'autre à foutre qu'à pourfendre ce type qui, même si il se trompe et nous abuse (encore faudrait-il le prouver sérieusement autrement qu'en le déclarant égérie de la droite extrême)? Que se passe-t-il du côté des géants pharmaceutiques concernant les traitements du COVID? La presse scientifique vous y allez? Ca ne ressort pas suffisamment, pourtant là aussi il y a erreurs, tromperies, tricheries etc...

C'est vraiment désespérant que ce mec ai réussi à transformer le débat scientifique en cirque politico-médiatique; mais c'est le signe de l'époque; un pur Trump en blouse blanche; qui a créé une armée de soldat qui se dressent dés qu'on en parle; et ça ne sert plus à rien d'essayer d'avoir une discussion rationnelle avec eux; ils ont des dizaines d'arguments prémâchés; et surtout ils ont la foi absolu et inébranlable dans leur "gourou"; malgré le fait que absolument toutes ses "prédictions" se soient révélés fausses. On apelle ça le "sunk cost fallacy". "On est trop investi emotionnellement dans cette histoire; on n'admettra jamais qu'on s'est trompé".  On ne compte plus les morts engendrés par ces petits jeux d'égo. Mais ça nous donne une bonne idée de ce qui nous attend avec le réchauffement climatique.


comme dit Contrapoints

This is an aesthetic century. In history, there are ages of reason and ages of spectacle, and it’s important to know which you’re in. Our America, our internet, is not ancient Athens—it’s Rome. And your problem is you think you’re in the forum, when you’re really in the circus

Je pense que c'est une question de réseaux, Raoult c'est Ciotti, le Figaro ne va pas cracher sur une des rares tendances de la droite à être encore audible.


Et j'ajouterais que la chloroquine c'est sanofi, dont le pdg Paul Hudson, qui n'hésite pas à mettre les pieds dans le plat pour défendre une approche libertarienne de la santé (genre nos découvertes doivent aller en priorité à ceux qui les financent pas ceux qui en ont le plus besoin), semble très apprécié de Trump et de Boris Johnson.

Ah un petit article avec le mot "Raoult" pour créer de l'engagement et garder les abonné sur le réseau !

Bon sinon le fond de l'article sur la schizophrénie d'un journal m'a bien plu, merci! 

A quand un article sur les "spécialistes santé" des rédactions ?


Leur formation, leur expérience, leurs relations avec les profession médicales, le marché de la santé... Combien d'entre eux ont révélé des scandales sanitaires ? Ou contribué à les étouffer ?

Bonjour , étonnant votre article qui se présente comme une critique type ARCIMED mais qui laisse au lecteur que je suis un étrange sentiment d’approximation de votre part. Déjà Didier RAOULT n'est pas simplement Médecine mais Professeur en Microbiologie et spécialiste des maladies infectieuses reconnu au niveau mondial (on es loin des journalistes scientifiques qui ont un BAC S).Ensuite vous citez la plainte de La Société de pathologie infectieuse adressé à l'ordre des médecins sans préciser les liens d’intérêts connus ,avec GILEAD par exemple ...Ce qui pour le moins permet de douter d'une démarche totalement éthique et désintéressé.Enfin votre article est prompt à relever les erreurs du PR RAOULT sur quelques détails souvent or conteste ...Étonnant donc votre article qui laisse le lecteur que je suis dubitatif... Et s'il y faut faire confiance au Figaro pour comprendre quoique se soit en matière de science alors on es très mal barré.Un petit cours de rappel sur les démarches scientifiques seraient pt pas inutile ,les sciences ne s'improvisent pas .

I Want to Believe.

Et putaclic.

Quand on sait que les deux plus célèbres journalistes scientifiques sont Michel Chevalet et Mac Lesggy, ça donne un idée du sérieux avec lequel la question scientifique est traitée par les médias.

On dirait que pour vous, tout est noir ou blanc.


Il y a une très intéressante lettre ouverte de 200 médecins de la région de Raoult qui demande à l'Ordre de ne pas condamner Raoult (parue hier).


Leurs raisons sont à méditer : ces médecins ne défendent pas son traitement (ils disent qu'ils ne savent pas s'il fonctionne), mais l'espoir que leur a donné Raoult en disant qu'il fallait soigner les patients -  alors même que le gouvernement avait demandé aux malades de rester chez eux jusqu'à ce qu'ils étouffent. Ces médecins disent que les paroles de Raoult les a conduits à prendre en charge des malades et à les soigner.


C'est doublement intéressant, parce que dans la prise en charge d'un malade et la réussite de son traitement, la part psychologique est énorme : si vous avez confiance en votre médecin, vous avez un réel gain de guérison, le fameux effet placebo. Quant à l'effet nocebo, il est aussi fort, ce qui veut dire que le gouvernement est responsable de nombreux cas plus difficiles voire de morts puisqu'il a annoncé à la population qu'elle n'avait qu'à crever chez elle et qu'elle était abandonnée.


Du coup, il y a eu une double conjonction : 

1) le fait que le médecin a tenté de soigner au lieu d'abandonner

2) la confiance du malade dans son médecin.


Même si le traitement de Raoult ne fonctionne pas, le fait d'avoir utilisé l'effet placebo pour renforcer les défenses immunitaires et solliciter les mécanismes d'auto-guérison est à mettre à son crédit. Si les taux de mortalité de Marseille et de la région s'avèrent inférieurs à ceux de Paris par exemple, il faut saluer la stratégie : mentir alors qu'il n'y a aucun espoir, ça fonctionne quand il s'agit de sauver les malades.


Bien sûr, ça n'est pas vertueux. Mais bon, donner de la poudre de perlimpimpin inoffensive au lieu dire à un malade qu'on ne peut rien pour lui, c'est un grand classique de la médecine. Et on autorise ça pour de nombreuses pathologies (quand n'on autorise pas des médicaments carrément nocifs - voir le Médiator par exemple).


Quant à ceux qui vont prétendre que Raoult aurait perturbé le débat et la prise en charge avec son hydroxychloroquine : peut-être. Mais quel débat ? La recherche a continué de se faire, le gouvernement a continué à dire qu'il fallait rester chez soi - avant de changer d'avis. En l'absence de traitement, tout ce qu'on peut donner au malade, c'est de l'espoir afin qu'il mette toutes ses forces dans la bataille pour vaincre la maladie. Et quand ton propre gouvernement et tes propres médecins te disent que la seule solution est d'attendre chez toi la mort parce qu'il n'existe pas de traitement et qu'ils ne peuvent rien pour toi...


A chacun de juger ce qui est le mieux quand il n'y a pas de traitement : la transparence et l'abandon logique, ou le mensonge et une fausse prise en charge.

En plus c'est quoi cette coupe de cheveux ? Vous trouvez qu'il a l'air sérieux le bonhomme ?


Par contre j'aurai aimé une analyse aussi pointue de la nouvelle pub du ministère de la santé, montrant plein de gens qui s'aiment et à cause de tout cet amour ils envoient mourir mamie en réanimation. C'est délicieux, c'est fin, pas du tout anxiogène et culpabilisant. Je me demande si ça n'a pas été écrit par Didier Lalement ?

Toujours le même article, raoult = pas bien puisque c'est l'opinion de notre réseau (limité) de journalistes scientifiques et qu'il a l'air un peu mégalo...  Je pense que c'est toujours aussi léger comme analyse. Est-ce bien le rôle d'ASI de participer à une excommunication sans chercher à fouiller un peu plus que les apparences et sans considérer plus que ça le travail de son IHU ? Et puis, beaucoup de médecins ont dit beaucoup de conneries, certes avec un peu moins d'arrogance, mais je trouve que ça ne mérite pas une telle caballe sur la seule base de son arrogance.  J'espère que vous ferez un retour autocritique sur cette affaire dans 1 ou 2 ans si on se rend compte que Raoult avait raison, comme moi je me remettrai sérieusement en cause si on découvre qu'il a truandé ses résultats.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.