907
Commentaires

Primaire populaire : "Si on s'est engagés, c'est parce qu'on flippe"

La "Primaire populaire", initiative inédite organisée par des citoyens qui appellent au rassemblement de la gauche autour d'une candidature commune, peut-elle convaincre ? Et comment ? La gauche a-t-elle un chemin vers la victoire en 2022 ? Sur les méthodes comme sur les arguments de campagne, la gauche est divisée… y compris sur notre plateau.

Commentaires préférés des abonnés

La primaire populaire , une arnaque organisée par une bande de petits bourgeois pour éliminer Mélenchon.

Lire l'article de "Frustration" à ce sujet sur le passé de ses iniateurs. Très éclairant , sur leur sympathie avec LREM notamment.

Quand on parle d(...)

Approuvé 46 fois

J'ai commencé à écouter, et effectivement, ça a toutes les apparences d'une manœuvre macroniste : ne pas tenir compte du fait que plus personne de gauche ne veut voter pour les socialos, et faire comme si la trahison, ça n'avait pas de résultat dans (...)

Je pense que tout le monde sera d'accord, en fait : un "machin" organisé par des radicaux pour faire croire qu'ils sont de gauche !

Merci à LFI et David GUIRAUD, qui me plait chaque jour un peu plus.

Derniers commentaires

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

la conclusion est cocasse : https://reporterre.net/Le-choix-conteste-de-la-Primaire-populaire-en-faveur-de-Jean-Luc-Melenchon


extrait : la Primaire populaire a décidé de se remobiliser en soutenant le candidat de la France insoumise, qu’elle qualifie de « meilleur véhicule politique pour faire gagner nos idées à la présidentielle 

Bonjour et aujourd'hui le 03 février on vient de voir la préparation de Taubira devant la fondation Abbé Pierre ! On sait a cet heure que le but est de voler du temps d'antenne et de créer du désespoir, et augmenter l'abstention !

Et si au lieu de s'esbigner sur la méthode, on discutait du fond (les services publics, la politique énergétique, la politique étrangère etc) est-ce que ça ne mobiliserait pas plus les électeurs ? quand la gauche a gagné les élections présidentielles, elle n'était pas unie et le programme commun a laissé un mauvais souvenir à beaucoup... Alors l'union à tout prix a-t-elle un sens ? Surtout quand les candidats n'en veulent pas, c'est plié d'avance, l'énergie serait mieux placée ailleurs.

Bien qu'en théorie, j'approuve l'idée, j'ai beaucoup de réserves quant à cette primaire populaire, telle qu'elle a été mise en place.

Je dois préciser avant tout que je voterai Mélenchon quoi qu'il arrive, quand bien même sa propension à se tirer des balles dans le pied peut m'agacer.
D'où viennent ces réserves ?

Premièrement, le mode de sélection des candidats. Roussel est, paraît-il, arrivé 18ème sur 21 personnalités masculines (source : article de Libé/CheckNews : "Est-il vrai que Fabien Roussel ne figure pas parmi les candidats à la primaire populaire, parce que pro-nucléaire?").
Je me demande : pourquoi n'avoir pas d'abord sélectionné les candidat.e.s déclaré.e.s et ensuite, seulement, départagé ces derniers ?

Cette question en amène une autre : se pourrait-il que les inscrits à la PP soient majoritairement urbains, connectés, aisés, et en somme, absolument pas représentatifs de l'électorat de gauche dans son ensemble ?

L'absence de Roussel, Poutou et Artaud, et la présence de deux candidates PS, fait un peu tâche dans une primaire censée désigner un.e candidat.e "de gauche". No hard feelings, comme dirait l'autre, envers celles et ceux qui votent toujours PS, mais je ne crois pas me tromper en disant qu'une bonne partie de l'électorat de gauche ne considère plus le PS comme l'étant (de gauche).
Pour ma part, je préfère pas d'union qu'une union menant aux mêmes compromissions que le quinquennat Hollande. Désolé-pas-désolé, je préfère être rancunier qu'amnésique.

Croire en toute bonne foi (ou pas), comme Mme Imer et ses comparses, que l'ensemble des électeurs EELV, LFI, PCF pourraient se ranger derrière une candidate PS me semble être, au mieux, d'un aveuglement et d'une naïveté confondants.

Enfin, les petites manoeuvres (blocage des signatures, etc.) dont ne se sont même pas cachés les organisateurs ne me donnent pas l'impression d'un processus "transparent" et "démocratique".

Les jeunes avec Taubira... mais sans le Bescherelle.



Image

Merci pour cette émission qui montre bien le peu de consistance de cette primaire populaire. Celle-ci partage également les mêmes travers que les autres partis, en acceptant les présupposés de la démocratie représentative : on sélectionne un candidat sur la base d'un vote, certes plus élaboré, mais quand même un vote. On prétend aussi parler au nom du peuple, comme si 467 000 personnes constituaient un échantillon représentatif de ce même peuple constitué d'à peu près tout le monde (ouvriers, employés, enseignants, cadres moyens...). On s'accapare des notions qui appartiennent en réalité à toutes et tous : le peuple pour ce mouvement dit "populaire", de la même manière que les Républicains ou LREM s'accapare la République . On regarde les chiffres, on est dans la stratégie (le candidat censé battre la droite), on ne parle surtout pas des idées, ni même de l'idée de débattre collectivement d'un programme commun (ce qui aurait pu être un aspect intéressant). Et pour couronner le tout : on fait un vote électronique, excluant du même coup les personnes qui n'ont pas accès à Internet ou qui ne sont pas à l'aise avec le numérique...


Autant dire qu'il est difficile pour moi d'éprouver autre chose qu'un grand mépris pour ce nouveau mouvement qui veut juste se créer une place dans l'échiquier politique, avec les mêmes tares que bien d'autres partis actuels...

Bonsoir, juste une petite mise au point, j'achète chez biocoop, du quinoa produit en France, Fabien Roussel devrait se renseigner avant de dire n'importe quoi. Dire qu'il faut pouvoir manger de la bonne viande, du bon fromage et du bon vin en oubliant les éléments de santé principaux qui sont les bons légumes et les bons fruits n'apporte rien à la bonne santé des humains et de la planète, si non, tout son contraire.

Entre naïveté, sottise et manipulation, on hésite vraiment à qualifier cette initiative! Mais le passé politique de ses initiateurs (macronistes à fond en 2017) , les propositions fascistes d'empêcher les candidatures de ceux qui ne veulent pas les rejoindre, la  victoire de Taubira à ce scrutin au service de laquelle s'est mise cette machine,  (faut-il rappeler que Taubira s'est pointée à chaque fois pour faire tomber la gauche: contre Rocard au européenne de 1994  (avec son ami politique, l'escroc Bernard Tapie, jamais dénoncé par elle ,contre Jospin à la présidentielle de 2002  - pour le plus grand bénéfice de Chirac et lepen père) me font pencher vers la manipulation; probablement  au service de la macronie: il faut écarter du second tour toute candidature de gauche; restera à régler son compte à Pécresse comme cela a été fait à Fillon ("Liberation" vient de commencer la campagne anti-Pécresse. On attend 'Le canard enchainé" ou Mediapart pour la suite en fevrier-mars.

De plus il est extraordinaire de vouloir soutenir une candidate qui n'a aucun programme politique, ne fût-ce que des promesses qui ne seront pas tenues! Même Hidalgo n'est pas aussi indigente!


Ce qui est étrange c'est que sur les 18 au départ  de cette initiative , 2 seulement soient connus! 

Quid des 16 autres? En outre si j'ai bien compris les 18 sont salariés: par qui? D'où viennent les fonds ? La clarté revendiquée exigerait que les recettes et dépenses soient publiées , et très vite!

 Avant le scrutin qu'ils organisent; On rêve, évidemment!


Et puis pourquoi Roussel exclu? Et Montebourg? La parité est un prétexte car, à part les commis d'office qui refusent d'y participer, il n'y a que Taubira qui ait manifesté sa candidature; les autres ne sont là que pour faire croire que ce scrutin est populaire et démocratique; ils n'ont jamais déclaré leur candidature.

Et quand bien même la parité serait sincère pourquoi exclure Roussel plutôt que Latourlurou (je ne vais pas aller chercher l'orthographe exacte de ce sous-Taubira)? 


Je prends sincèrement cette entreprise pour un attrape couillon et le candidat issu de ce scrutin (la candidate plutôt) n'aura pas ma voix, sauf s'il s'agit, par le plus grand des hasards, d'un des 3 qui ont refusé de participer à cette mascarade encouragée par tous les medias mainstream aux mains du capita (on ne parle plus que de ça , Zemmour et lepen; étrange).



C'est pourtant simple à comprendre : la PP n'incarne que la gauche de droite. 

On l'a vue à l'œuvre, donc, non merci.

J'aurais l'impression de me renier si je votais pour cette bourgeoisie "de gauche".

En ce qui me concerne, je suis anti capitaliste, ce que n'est pas la FI. Mais je me dis qu'en votant pour son programme (et non pour Mélenchon dont je me fiche !!!!!), on a plus de chances de faire bouger les lignes qu'en choisissant des candidats d'un parti qui a l'agrément de la bourgeoisie et a trahi ses engagements par le passé. 

Voter pour le programme de la FI, c'est à mon avis envoyer un message fort et afficher une volonté de rupture, sans aucun doute plus dangereux pour la bourgeoisie que voter Le Pen ou Zemmour. Car avec ces deux-là, aucun risque pour elle, bien au contraire.

Bien sûr, un second tour avec la FI non suivi de mobilisations massives aboutirait au même résultat. Il faudra un aiguillon pour que les belles paroles soient suivies par des actes Mais on n'en est pas là.


Un peu après la bataille, mais contrairement à d'autres il m'a fallu du temps pour peser mes mots.


Comme souvent sur de tels sujets, les partisans de Mélenchon ne peuvent s'empêcher d'envoyer des posts lapidaires ou avec les arguments du parti pour défendre ce qu'ils voient comme une agression. C'est leur droit, mais je crains qu'ils
s'aveuglent sur l'effet produit auprès de ceux qu'ils espèrent convaincre.

Je suis persuadé que beaucoup de lecteurs assidus du forum s'abstiennent habituellement comme moi de répondre pour ne pas rajouter une pièce dans la machine, et seuls quelques courageux comme Tristan Le Gall ou Neity essayent de faire exister ici d'autres opinions. Merci à eux.

Contrairement à ce qu'on aimerait croire à LFI, la Primaire Populaire n'est pas une machine sournoise, c'est une initiative citoyenne certes hasardeuse et imparfaite, mais autour de qui la mayonnaise a plutôt bien pris : 100000 inscrits à l'automne, 460000 maintenant. Ce n'est pas rien. Et pour savoir d'où ça vient ou ce qu'il y a derrière, avant de lancer des noms d'oiseaux ou des sous-entendus, on peut trouver assez d'informations, sur les personnes, sur les soutiens, sur le financement si on prend un petit peu de temps de les chercher.


Les responsables de cette opération mettent maintenant la pression aux candidats, et apparemment à LFI, on n'apprécie pas (comme aussi dans d'autres partis). Et pourtant, quand on regarde comment LFI a fait son chemin depuis des années, ce parti a plus qu'abusé du bras de fer (du rapport de force comme on dit dans la langue de bois militante) vis à vis de possibles alliés : avant la précédente présidentielle de 2017, aux législatives suivantes, et actuellement pour cette campagne.

Les arguments partisans et méprisants de LFI envers les nombreux intéressés à cette primaire ne sont pas faits pour leur attirer des suffrages.

Personnellement en voyant encore ici le sectarisme de beaucoup des soutiens de Mélenchon, je persiste à regretter d'avoir cru à un "vote utile" au premier tour 2017 pour que la vraie gauche (dont LFI est loin d'avoir le monopole) accède au deuxième tour. En lâchant Hamon avec beaucoup de regrets, j'ai à mon petit niveau, mais je n'étais pas seul, contribué aux 18% de Mélenchon au premier tour de 2017 qui l'ont ensuite poussé à imposer au bras de fer son hégémonie dans un secteur politique plus complexe qu'on ne veulent l'admettre à LFI.

On ne m'y reprendra plus, et après le visionnage de l'émission et la lecture du forum, je pense que j'ai encore moins envie d'apporter une voix de plus à Mélenchon et à ses partisans. Ce n'est pas qu'un problème de personnes, il y a à LFI des gens remarquables que j'apprécie beaucoup et il s'y dit aussi pas mal de bonnes choses. C'est je crois un problème de fonctionnement collectif qui engendre ce sectarisme de fait. Trop de gens qui ne voient midi qu'à leur porte et qui aboient sur les réseaux sociaux. D'où cela vient-il, c'est à eux d'y réfléchir.

Aujourd'hui, vu comme c'est engagé, il se peut que la primaire populaire n'aboutisse pas à grand chose qu'une espèce de maxi sondage dont l'interprétation sera compliquée, il se peut que ça ajoute de la confusion, mais au point ou on en est, je continue de participer, au moins pour voir. Est-ce que je soutiendrai ensuite la personne désignée par le vote, je n'en sais rien pour le moment.

Merci à ceux qui sont titillés après ce post de ne pas chercher à me donner de leçons, j'ai largement passé l'âge.

Vous avez passé l'âge de recevoir des leçons mais pas celle d'en donner semble t il.

Les gens qui ne sont pas d'accord avec vous n'ont pas de cervelle et recrache les arguments du parti.

Vous aller voter à cette primaire populaire mais vous ne savez pas si vous en respecterez le résultat !!!! 

Cela me conforte dans ce que je pense de cette primaire. Non pardon ce que pense le parti.

"Fonctionnement collectif qui conduit au sectarisme"

Il est sur que si l'on pense qu'un fonctionnement individuel est préférable il vaut mieux ne pas voter FI

"Certains s'abstiennent pour ne pas relancer la machine"

Quand on a des arguments à opposer on les fait valoir. Etrange conception de la Démocratie 

Si vous avez voté FI en 2017 et pas en 2022 c'est que  vous avez été déçu par le travail des élus FI. 

Vos posts multiples sont une bonne démonstration de ce que je dis. Personnellement je n'aime pas ces bagarres d'arguments qui deviennent vite interminables et minantes. Je n'en suis pas moins quelqu'un qui  pense avoir, avec l'expérience, des idées bien construites. Libre à vous de leur trouver des failles logiques. Dans ce genre de choses, il y a de la logique, mais aussi bien d'autres choses : psychologie, empathie, respect mutuel etc...

J'approuverais bien deux fois... :)

on peut trouver assez d'informations, sur les personnes, sur les soutiens, sur le financement si on prend un petit peu de temps de les chercher 


Pour nous faire gagner du temps pourriez-vous nous indiquer des liens étayant ce que vous dites, notamment concernant les soutiens financiers?

Ici un article de Libé dans la rubrique checknews 

https://www.liberation.fr/checknews/comment-et-par-qui-la-primaire-populaire-est-elle-financee-20220115_WK3BBYJA2BHEXIN4GWY6V4HOTQ/

et aussi sur leur site, sur la question de la transparence, 

Et en ce qui me concerne, il y a longtemps, j'avais regardé qui étaient les soutiens. Personnellement je les considérais comme des gens intéressants à écouter (pour les avoir lus ou entendus dans d'autres circonstances)

Je suis toujours dubitative sur cette primaire populaire, je suis notamment surprise par la possibilité d’avoir autant de salariés en si peu de temps.


Mais ils soulèvent une réelle question, comment gagner pour une écologie sociale (en très résumé) aux prochaines élections avec le piège de l’élection présidentielle, suivie des législatives ? Question qu’on ne peut pas balayer d’un revers de main. Alors c’est peut-être manipulé par truc ou machin, mais j’y vois l’occasion de dire que les partis politiques me fatiguent par leur incapacité à s’entendre. C’est toujours «unissons-nous derrière moi».


L’émission m’a permis d’écouter Mathilde Imer et m’a convaincue de m’inscrire alors que j’hésitais, et j’ai voté pour Mélenchon malgré la très désagréable impression que m’a laissée David Guiraud. Son sourire narquois, sa façon de prendre de haut genre «nous on sait faire de la politique», est insupportable, ça rappelle des façons de faire du PC, et c’est triste.



Tiens c’est marrant, j’ai tout de suite pas aimé le style Guiraud dans ce débat (soit faut pas venir soit on prend la chose au sérieux (ce qui n’empêche pas d’être en colère ou/et radicalement opposé !)).

Ceci écrit, mon problème est que je ne crois plus du tout à l’eau tiède pour passer le cap climatique :

Un petit peu de mon parcours pour tenter de m’expliquer maladroitement (voir de m’analyser amateuriquement) :

J’ai fais parti du pcf pendant un an, pile poil au moment du front de gauche. Je me souviens d’une réunion où je n’étais pas du tout en accord avec ce qui ressortait et j’ai bien ressenti que cela posait problème : Il fallait choisir un candidat et on m’expliquait qu’il n’était pas possible de voter pour quelqu’un d’autre que son représentant parce que quand on a milité des années au  parti, c’est pas possible ! Ce à quoi je répondais, j’entends ce que tu me dis mais comprends qu’au npa, ils puissent également avoir des difficultés à choisir ton représentant pour la même raison ! On me répondit alors que le pcf c’est 50 000 militants et le npa 5000 ! Auquel je répondait qu’avec 5000 le npa avait (à l’époque) de meilleurs résultats aux élections que le pcf ! Ma conclusion est qu’il fallait convaincre une personne en dehors de tout les partis du front de gauche et que ces différentes entités en serait sorti grandi de soutenir une personne de cette façon !

J’ai quitté le pcf.

C’est triste, pour avoir maintenu des relations avec de vrai militants chevronnés et humain, je pense qu’une véritable machine de guerre à été détruite pour faire de l’eau tiède (pour faire dans le verni sympa).


Je pense que les chances de sortir du capitalisme par le système électorale sont infinitésimale (je ne joue déjà pas au loto) mais ça coûte moins chère que le loto (en fait juste un quart d’heure), alors il m’arrive d’aller y voir quand y’a pas un truc qui m’énerve plus (genre dans ma région «nordladie, picanord, enfin vous voyez le truc (je n’aime pas du tout ces nouvelles régions où ils n’ont même pas été fichu de trouver un nom poétiquement rattaché aux anciens), où donc, toute la gauche se rassemble avec un parti de droite pour faire liste commune (je n’aime plus, mais alors plus du tout, que ça en devient sectaire, les rosiers !) : j’suis resté chez moi.


Pouf, retour au débat (haha ! (j’essaie d’animer un peu parce que mon amour qu’est loin de moi aujourd’hui m’a fait un joli message et ça m’a rendu virevoltant (mais je comprends que l’on puisse trouver cela révoltant)). De grâce ne vous perdez pas ! Donc, dans l’émission, v’là t’y pas que la présidentielle américaine s’invite et qu’une personne est contente qu’un truc un peu populaire ait permit l’eau tiède bidonnante ! Et ben non, cela ne m’aurait pas convenu là bas : Ça aurait été Sanders ou rien ! Parce que franchement, faut avoir les moyens pour être encore modéré de nos jours ! (même moyen les moyens).


Repouf : voyez-vous, un truc popu machin venant de gens prenant le chose au sérieux (comme feu la truc convoqué par micron pour l’écologie, pour laquel j’étais farouchement opposé par ce que je ne discute pas avec le personnel du marketing, à accouché de personnes franchement plus responsable que nos gouvernements depuis oh depuis, mince je suis myope…), me titille forcément plus que le système dans lequel on est, et qui est bien mais alors vraiment bien verrouillé, pour ne faire exclusivement que du libéralisme.

Mais alors là je suis revenu à mon débat initial (je sais, j’ai pas changé et dans ce monde où la vitesse est roite, reise, bon heu cavalier (cavalière ?), on va se retrouver avec les types et typees que qu’on n’aurait eu si qu’on aurait glissé le machin dans la boite pour le parti correspondant heu avant ! Désolé, je suis un peu bloqué, j’aurai interdit les candidatures déjà plus ou moins investi dans les disons 100 000 dernières années par mesure d’hygiène (et par les temps qui marche pas, c’est important). Alors vi, il aurait fallut pour cela voter un an avant pour désigner 10 candidats et après, y’avais plus qu’a en convaincre un à se présenter.


Du coup, comme je ne pourrais respecter la lettre du primate pop, il me paraît plus respectueux pour le coup de ne pas m’inscrire à celle-ci et je ne donnerai qu’un exemple (parce que voyez-vous, y’en a des qui commence à trouver le temps long et à se dire qu’ils auraient peut-être mieux fait d’aller chercher les premiers signes du printemps plutôt que de s’emmerder avec un humain (oui, j’ai la bassesse de considérer que j’ai un peu d’humanité (je m’aime bien en somme)) pas fichu d’écrire sans faire de fautes (pourtant y dit qu’il regarde un peu son bescherelle…)) : Je ne voterai certainement pas pour une personne qui était il y a 5 ans dans le gouvernement de droite du Paysbas avec comme doudou le responsable communication des salaires* des milliardaires (*ça rime avec les riches plutôt qu’avec l’eau (ah oui, c’est connecté bizarrement dans ma caboche !)).


Épilogue : Moi aussi je flippe d’où va le monde, mais je n’accepterai pas l’eau tiède pour autant ! Je ne crois pas qu’on le changera sans s’engueuler sur tout un tas de chose dont principalement l’europe ! Déjà que je reproche à la fi de ne pas avoir choisi la sortie directe (mais je sais, c’est pas vendeur pour passer la barre…).

Le truc pour moi, c’est que je prends un quart d’heure pour voter pour un programme de gauche* bien que pas anti-capitaliste et puis je saute dans la rue rejoindre ceusses qui veulent jeter le bébé avec l’eau du bain…


*parce que si j’ai du plaisir à pouvoir inviter tous les électeurs anti-capitalistes dans mon salon, cela ne me rassure pas pour autant qu’ils y tiennent (dans mon salon)

Je me demande de plus en plus si pour changer le monde il ne serait pas plus révolutionnaire de le quitter…


Poutoux à tous.


Décidément le "principe" de "la fin justifie les moyens" est très en vogue en ce moment (voir le couple discrimination/vaccination ).

Cette "primaire citoyenne" se décrédibilise elle-même en utilisant des moyens anti-démocratiques (pression sur les parrainages, le financement : mais pour qui se prennent-ils pour faire ça??) parce qu'ils "flippent" de voir arriver l'extrême-droite ...anti-démocratique...allez comprendre.

Y a quand même 2 énormes sujets absents (pourquoi David Guiraud ne les abordent pas lui qui est d'habitude précis et maîtrise ses sujets?):

- la proximité des organisateurs avec LREM

- le financement bon sang!! y a pas de journaliste sur ce plateau??

Le problème c'est LA gauche, telle que l'entendent les initiateurs de la primaire, n'existe pas.

Y inclure Mélenchon et des gens qui ont gouverné avec Hollande, c'est du grand n'importe quoi. Ces gens là ne sont pas d'accord entre eux, point.


L'émission n'aborde pas assez les différences de fond à mon sens. Le nucléaire certes, mais quid de l'économie ? Hidalgo et Taubira ne feront rien pour remettre en cause le système capitaliste, alors que l'on peut préter à Mélenchon des intentions différentes.

Hier sur france info débat avec les 4 candidats de la primaire 2.0... Taubira se fait représenter par daniel Goldberg.

C'est une habitude chez elle, pendant les luttes des gilets jaunes, les luttes contre la retraite à points (coup de poing), contre la loi travail, contre le massacre de l'allocation chômage etc..  elle s'était déjà fait représenter. 

En même temps, Macron applique son programme de 2002, alors...

Mais elle n'a pas louper le plateau de c a vous pour rendre par anticipation ceux qui ne veulent pas se ranger derrière elle de la souffrance des pauvres.

https://fr.news.yahoo.com/lintervention-danna-mouglalis-primaire-populaire-120400606.html

Donc on a une initiave financé on ne sait pas par qui, qui veut "le rassemblement" parce que ses organisateurs "flippent",qui à quelques jours de son vote a échoué à recueillir l'adhésion des candidats de gauche (sauf celles qui sont au plus bas de sondage et le plus à droite du panel), et qui ne fait aucune remise en question quant à la pertinence de leur processus.
C'est compliqué de voir autre chose que l'arrogance de gamins qui ont fait belles études, veulent être chefs et ne comprennent pas que le monde ne leur obéissent pas.

David Guiraud aurait dû apprendre de la cuisante défaite de M. Le Pen en 2017 que l'abus de ricanements nuit gravement au message qu'ils accompagnent.

Comme le reste du forum je sors de l'émission avec plus de questions que de réponses. 


Les 80% de sondés favorables à l'union le sont-ils uniquement vis à vis du candidat de leur choix ? Quid des conflits d'intérêts des organisateurs de la primaire et de leur lien avec LREM ? Quid du financement des 18 "entrepreneurs" salariés ? Quel intérêt d'une primaire refusée par tous les candidats dont même Taubira a dit qu'elle ne se rallierait pas au gagnant ? Que représentent 300 000 personnes sur 60 millions, que pense le reste de l'électorat ? Pourquoi ne pas avoir augmenté le nombre de candidats pour y inclure Roussel et Poutoux dans en respectant la parité ? Pourquoi les débats se concentrent-ils sur Mélenchon et pas sur Jadot et Hidalgo qui ont aussi refusé ? Comment Mélenchon compte t'il gagner sans ralliement des autres partis ? LFI a t'elle oui ou non envisagé de participer à un moment ? Un socle commun est il possible à gauche et si oui avec quels partis ? N'est il pas plus sain pour la démocratie que chaque parti présente son propre programme et assume ses divergences ? La gauche peut elle l'emporter au second tour ? L'union ne dégouterait elle pas plus d'électeurs qu'elle en convaincrait ? Les militants respecteraient-ils le ralliement de leurs candidats ? Plus largement, la fin justifie t'elle les moyens ?


Aucune réponse dans l'émission entre Imer rompue à la langue de bois, Guiraud qui ricane sans soulever d'objections convaincantes, Pauline Graule qui est là en spectatrice et Daniel qui est visiblement matrixé par twitter et qui se concentre sur des microphénomènes (franchement quel rapport et quel intérêt de parler de la sortie de Roussel ?).


Comme d'autres l'ont recommandé, j'en ai finalement plus appris dans l'article de Frustration et dans la vidéo d'Ouvrez l'Elysée. Je pense que cette émission n'aura convaincu personne de changer d'opinion sur quoique ce soit, je regrette vraiment que rien n'ait été creusé et qu'on soit resté dans des postures.

La seule question qui vaille avant tout débat c'est : 

QUI les finance ? 

je ne peux tout lire des comms mais est-ce que qq'un a pu noter les liens entre les porte parole de la PP et  l'orga Ashoka et affidés ?

Pourquoi ils ont pas été repêcher des candidats dans la liste pour arriver au total de 10 qui était leur objectif ? Ca aurait été une question que j'aurais aimé entendre.

Mathilde Imer : "Si on s'est engagés, nous, citoyens, militants, entrepreneurs...". Entrepreneurs ? entrepreneurs ? Daniel Schneidermann ne relève pas.

Plus loin : "Nous sommes des électeurs inquiets..." Et plus tard on apprend que la primaire populaire a 18 salariés. Juste des électeurs inquiets et il y a 18 salariés ?

Qu'est-ce que c'est cette organisation ? La question à poser : "D'où vient l'argent ?"

On ne le saura pas grâce à Arrêt sur images. Par contre, en fin d’émission, DS arrive à parler un quart d'heure avec ses invités de Fabien Roussel et la viande rouge.

Une fois de plus Arrêt sur images est passé à côté de son sujet.

Je suis choqué de cette histoire de parité. Parce que donc il y a des candidats qui sont retenus non pas en fonction de leur popularité ou de leurs compétences, mais uniquement en fonction de leur sexe.

Est-ce que c'est normal ? Est-ce que c'est comme ça qu'on compte mettre des gens compétents à la tête du pays ? Avec des femmes propulsées aux plus hautes responsabilités pour l'unique raison qu'elles sont des femmes ?

J'ai toujours pensé qu'à LFI, le principal problème c'est Mélenchon, mais en lisant sur ce forum tant dasinautes insoumis rejetant par principe l'union de la gauche je vois que le problème est bien plus large.


Hé, les gars, vous voulez faire quoi ? C'est quoi, votre stratégie ? Réitérer "l'exploit" de 2017 et finir 3 ou 4eme ? Dominer une gauche en ruine tout en laissant gouverner la droite? Pouvoir pester éternellement contre le centre gauche coupable de ne pas suivre Mélenchon comme un mouton ?


Mélenchon ne peut pas gagner. Il se fera éliminer au premier tour et comme en 2002 et 2017, on se retrouvera avec un centre droit vs extrême droite, suivi d'un ras-de marée de droite aux législatives. La seule question est de savoir s'il perdra avec 9% ou 18%.

à part ça, si ça se trouve, c'est à macron que Taubira piquera le plus de voix...

Quand on m'a demandé mon numéro de carte bancaire: J'ai dis non (déjà piratée le 28 décembre, alors pas à même de confier ces données à des amateurs). Donc je ne participerais pas , dommage

J'aurais aimé quo'n demande à Mathilde Imer les détails de son activité comme membre du comité de gouvernance de la CCC. Elle fait quoi, fossoyeuse ? J'aurais aussi aimé qu'on parle des travers de ces primaires dont beaucoup disent bêtement que "c'est la démoncratie". La réalité, c'est que c'est le meilleur terrain pour des raids de réseaux mobilisables, par exemple les catho tradis pour les deux dernières finales de la France a un incoyable talent et l'élection de Fillon à la primaire de 2017. J'aurais aussi aimé qu'on souligne que le problème n'est pas l'union mais la mobilisation, et que l'union peut affecter négativement la mobilisation. Cette initiative "citoyenne" a un potentiel de nuisance extrême.

J'ai fait un rêve : et si Vuillard nous faisait un livre comme il sait les faire sur la gauche et les élections en 2022 ? Il arriverait bien à dénicher où est le capital. (mais il aura pas le temps de la faire avant les élections).

La fin doit-elle justifier les moyens ? La question a été posée mais pas approfondie.
En l’occurrence la fin initialement supposée est la victoire de la gauche, et le moyen proposée par la primaire populaire est l'union. Sauf que le moyen pour arriver à l'union est de taper sur la popularité des candidats de gauche qui ne veulent pas de cette primaire. Si le moyen pour faire élire la gauche est de faire baisser ses intentions de vote, on voit bien que c'est absurde, et que, ce qui aurait dû être un moyen (l'union) est devenu une fin. J'aurais aimé que cette logique soit exposée à Mathilde Imer pour voir si elle résout ce paradoxe.

Ensuite, pourquoi parlent-ils toujours de l'union de la gauche ? A aucun moment ne sont évoqués les candidats plus à gauche que la France Insoumise, à savoir le NPA, Révolution Permanente ou Lutte Ouvrière. En quoi ne feraient-ils pas partis du socle commun ? Pour moi une union de la gauche devrait commencer au plus à gauche et s'arrêter avant de dépasser le centre. Or là on va du centre pour aller timidement à gauche. Donc au mieux on devrait appeler ça une primaire du centre gauche. Alors pourquoi ce choix ? J'imagine que la réponse aurait été que ce sont les gens qui ont choisi les personnalités au départ. Cela dit, ça pose question sur la sociologie des gens qui ont participé depuis le début à cette primaire et du coup à leur intérêt de classe.

ces gens ne sont pas conscients que la primaire populaire ne va servir à rien. même si Mélenchon s'y présentait et la gagnait, il n'aurait pas pour autant le ralliement d'Hidalgo et Taubira. donc retour à la case départ.


ça fait 15 ans que l'on constate que les primaires sont des machines à perdre et à créer de la désunion, aucune raison que ça s'arrête là.


déjà 336 commentaires ! j' ai failli arrêter tout de suite le visionnage de cette émission ! parmi les invités : pauline graulle !!!! l' ennemie de mélenchon, la spécialise de la mauvaise foi à son encontre ! et j'a i écouté sa première intervention ! paf ! on y est !


très bonne émission, dommage cependant que l'on ne se soit pas attardé sur le mode de scrutin. Sur le site de la primaire, tout semble simple mais en fait c'est bien plus compliqué.

On peut mettre des appréciations, plus ou moins positives et plus ou moins négatives, et ensuite j'ai l'impression que le vainqueur est celui qui a le max d'appréciations positives (qu'elles soient très positives ou neutres). En cas d'ex aequo, on regarde alors celui qui a le plus de très positives.

https://primairepopulaire.fr/wp-content/uploads/2022/01/Frame-72-1.jpg


Déjà le assez bien est-il comptabilisé ou considéré comme trop neutre ? 

Les nuances de négatif ne servent à rien, si on ne regarde que celui qui a le plus de positif. A moins qu'on s'en serve pour départager les ex aequo.

Si la clause 'en cas d'ex aequo' se fait s'il y a exactement autant de voix pour deux candidats, alors elle ne sert à rien...

Comme il y a des biais dans toutes les façons de prendre en compte les nuances, cette question est fondamentale. On pourrait pondérer les votes les plus marqués (dans un sens ou dans l'autre) mais avec quel poids ? Pondère t on autant les négatifs que les positifs, ? Etc... La plupart du temps, le consensus mou se dégagera, mais cela mérite discussion.

Quant à leus méthodes, et notamment les menaces de bloquer les parrainages et les financements et de pourrir leur popularité, c'est franchement dégueulasse. Et puis l'hypocrisie àa va deux minute, "le serment de Romainville c'est extérieur à nous, mais c'est nous qu'on est allés chercher les élus".

Ils sont ou naïfs ou malhonnêtes.

En tout cas, l'opération bourrage de crânes "sans union pas de victoire" menée depuis des mois" porte ses fruits. La sociologie c'est pas une science dure, les scores ne s'additionnent pas. Le problème premier c'est la mobilisation. Surtout aujourd'hui, ou de nombreuses personnes ne veulent plus "voter utile".

Je trouve david guiraud d'une arrogance ricanante très désagréable ! Cette primaire populaire sort des sentiers battus de la vieille politique politicienne à laquelle il est toujours attaché !... C'est désespérant !...

Et après ....

Roulement de tambour, the winner is : Taubira.

Conférence de presse du staff de la primaire 2.0 en petite ou grande pompe. Avec ou sans l’heureuse élue. Avec ou sans public pour lui faire une ovation.

« Cette primaire a été un grand succès populaire. Vous avez été très nombreux à y participer.  Elle va donner un nouvel élan à la gauche et une vraie légitimité à C. Taubira... blabli... blabla... »

Peut-être un journaliste au fond de la salle posera-t-il la question qui tue :

La primaire populaire n’avait-elle pas pour but de faire émerger une candidature unique de la gauche et non une candidature de plus ?

Mais non pas du tout, il n’en n’a jamais été question répondra Grzybowski

« L’évènement » sera largement relayé par les médias. Ce sera le véritable coup d’envoi de la campagne de l’ancienne ministre d’Hollande. Elle fera la une de Libé, ce ne sera jamais que la 5ème fois. Le journal de Drahi a enfin trouvé sa candidate.


Et après....

Le staff de la primaire 2.0 rejoindra le staff de la campagne de Christiane.


Pourquoi faire ?

Saboter la campagne de Jadot et Mélenchon, c’est ça la politique 2.0 ma pauvre Lucette.


Qu'ai-je été faire dans cette galère? Comme quoi, même vieux et éduqué, on peut encore croire au Père Noël à plus de 70 ans! Pour m'inscrire (autant boire le calice jusqu'à la lie! Cette expression m'a toujours fait rire...) j'ai donné un numéro de carte virtuel et je me demande si ça marcherait avec mon nom de naissance et un autre numéro virtuel? Bon, au point où j'en suis, je voterai JLM et advienne que pourra...

Cette primaire POPULAIRE est soutenue par 113 artistes. Donc si je cherche je devrais trouver une tribune de ces mêmes 115 artistes pour soutenir la révolte POPULAIRE des gilets jaunes !!!!!

Non cela n'existe pas.... Ah... bon... alors cette primaire ne serait donc pas si populaire que cela...

Pourriez-vous enquêter sur le modèle économique de la primaire populaire ? 18 salarié-e-s !!! D'où vient l'argent ? Merci pour cette émission très intéressante.

Guiraud ne fait que ricaner, il est méprisant et condescendant, à l'image de ce que fait la LFI aujourd'hui pour détruire la PP. La démarche de la PP est saine et redonne espoir mais elle est sabotée par autant de vomissures de la part de la LFI et de ses militants.

La LFI qui rit des méthodes de la PP... C'est l'hôpital...

J'organise moi aussi une primaire populaire pour départager les candidats de gauche. Vous pourrez choisir entre Myriam El-Khomri, ancienne ministre du travail sous le mandat de François Hollande, dans le deuxième gouvernement dirigé par Manuel Valls, et Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique sous le même mandat et la direction du même premier ministre. Les deux sont à l'origine de lois qui restent dans les mémoires pour leur progressisme et leur ambition de réduire les inégalités. Une femme, un homme, la parité est respectée. Tout électeur de gauche qui rejettera cette primaire sera déclaré traître, vipère lubrique et laquais de l'impérialisme rampant. Gaaaarde-à-vous, rompez les rangs, au rapport à l'issue.

Si cette primaire populaire n'a aucune étiquette politique, pourquoi ne vise-t-elle qu'un rassemblement de la gauche et pas un rassemblement général ? Pourquoi ne fait-elle pas pression sur TOUS les partis politiques, droite et extrême droite compris ? J'aurais apprécié que la question soit posé tellement elle est évidente, en plus de celle qui concerne le financement de ce collectif et de ses 18 salariés..

Notre naïveté à la douce saveur de notre innocence mettant notre pensée en cage dans la "croyance" au Père Noël

Putain qu'on est cons:

Des gens qui se prétendent de gauche et qui déclarent : 


"Le but, c'était de créer quelque chose de nouveau, qui permette le rassemblement et, surtout, qui permette la victoire de l'écologie et de la justice sociale. Si on s'est engagés, nous, citoyens, militants, entrepreneurs, c'est parce qu'on flippe."  


Fin de la blague

Il y a quelque chose qui m'échappe. Comment peut-on obliger quelqu'un à participer à une organisation à laquelle il n'adhère pas du tout. 

Dire NON a un sens et cela finit par devenir du harcèlement. 

Sans compter que cette Primaire est plus que douteuse, sur certains organisateurs,  sur le financement, sur l'organisation du vote et le fait qu'il faille une carte bancaire pour s'inscrire...Ces mêmes organisateurs et leur soutiens qui défilent sur les plateaux sans qu'il y ait des contradicteurs.

Dans l'émission, le porte-parole du mouvement des jeunes de F I  déclare que pour se qualifier au second tour de cette présidentielle le taux des suffrages à obtenir est assez bas .


En 2012,  le candidat arrivé en 4° position était à 11,10% des suffrages exprimés


En 2017, le candidat arrivé  en 4° position était à 19,50% des suffrages exprimés .



Dans une élection présidentielle, comme dans n'importe quelle élection chaque voix compte , chaque voix est importante . 


Si les sondages sont à manipuler avec des pincettes, on peut néanmoins tirer quelques enseignements de celui du Cevipof  dont le panel est le plus important . Notamment  les questions portant sur  la certitude du choix des sondés .  (Ipsos sopra - pour le cevipof, la fondation jean Jaurès et Le Monde)



Beaucoup de bruit pour ce virus (PPOP21) qui atteint péniblement 300000 contaminations après plusieurs mois de circulation, alors que OMICRON21 fait 500000 par jour.


La théâtralisation finit par être risible: le front plissé, l'air de victime désespérée de Madame Imer , la grève de la faim d'un des heureux élus ... 

Si ces gens sont aussi inquiets, que ne militent-t-ils pas pour faire davantage connaître l'Avenir En Commun  - Ou bien pour nous dire en quoi ils le jugent critiquable ?


( Je n'ai toujours pas compris , et DS n'a pas été très pugnace sur la question, pourquoi devrait-on donner son numero de carte bancaire pour participer à un vote ? Si on n'a pas de carte bancaire, donc, on ne peut pas voter à la Primaire Popu ?)

Cette PP me rappelle furieusement la primaire socialiste de 2017, lorsque Hamon avait gagné et que ses petits copains l'ont lâché pour aller vers Macron... Bilan : 6%

Quant à cette jeune dame Imer, que dire ? Elle n'a que le mot démocratie à la bouche, tout en trouvant normal d'appeler les maires à ne pas parrainer d'autres candidats que le vainqueur de la primaire pop....

Est-ce qu'elle se rend compte du déni de démocratie qu'elle prône ? Est-ce qu'elle pense que Taubira est de gauche ?Est-ce qu'elle se rend compte que par son attitude,  et celle de ses petits copains, les 5 années à venir seront certainement les plus terribles que nous aurons à vivre en temps de paix ?

Question subsidiaire : qui est madame Marchandise, candidate à la PP ?


Signe que c'est la fin : personne dans la grande presse n'a jugé pertinent d'écrire qu'"on avait ressorti Taubira du placard. Comme en 2002 où elle avait contribué à la défaite de Jospin". Bob Denard peut aller remettre son suaire.
Que c'est une manœuvre politique renouvelée. Et que la primaire truc est du même tonneau.

Peur de se voir reprocher que "tout le monde le sait, à par les cons !" ?
Peur de faire traiter de complotiste ?

Who cares ?





La primaire populaire c’est pour avoir un troisième candidat du PS : Taubira en plus d’Hidalgo et Macron ? Ça rassemble qui ? Et tout ce petit monde va raisonnablement voter Macron au deuxième tour, pire, dès le premier tour si Taubira ne décolle pas plus qu’Hidalgo.

Ça m'a pas fait envie de voter pour cette primaire. 

- La jeune femme n’a jamais préciser qui étaient ces 18 personnes fondatrices de la primaire populaire et quel était leur cursus .

- Le président des radicaux de gauche, soutien de Christiane Taubira, candidate à la primaire populaire a déjà dit dans une émission de Regards sur Youtube qu’il ne soutiendrait pas Melanchon si celui-ci venait à gagner la primaire populaire  CQFD 

Mathilde Imer est inquiétante, entre moine-soldat, illuminé et cynisme.

Daniel savoure la joute qui se déroule dans ses yeux et encourage à davantage de pugilat.

Pauline Graulle est comme une journaliste spécialisée dans les échecs. Une partie très disputée ce soir !.

Ces trois-là sont des joueurs. Le pouvoir français et son interface médiatique, l'actualité, la Présidentielle,  sont comme une gigantesque partie de poker. Voilà ce que ces trois-là  donnent à voir d'eux ici, et ici seulement où ils sont des fonctions. Je ne préjuge rien des individus, je ne les connais pas.

David Guiraud est le seul à être sincère. C'est pourtant le plus roué des trois, le plus pro. Un actor studio. Oui mais il croit. Il aurait dû refuser.

LFI et Melenchon ne sont pas des joueurs. Ils font de la politique au sein d'un apolitisme ricaneur.

On peut entendre les critiques, notamment celles de Tristan sur les stratégies et les erreurs, n'empêche, Mélenchon, c'est le dernier espoir. Le reste, c'est de l'écume.


Par contre, entièrement d'accord avec le fait que faire voter les abstentionnistes est important.

C'est déjà un enjeu démocratique et certainement un enjeu pour la gauche.

Et certainement un bon exercice pour les équipes des candidats... qui permettraient de voir comment certains sont éloignés des préoccupations de certains Français...

Je trouve Mathilde Imer crispante d’arrogance. J'ai arrêté à la moitié de l'émission.

J'hésitais à voter à cette primaire populaire. Eh bien, après cette émission, je ne suis pas plus avancé, j'hésite toujours. Après tout, on a encore jusqu'à demain soir pour s'inscrire (ou pas).

Les partis qui la dénigrent devraient quand même réfléchir. Il y a 352 000 inscrits à l'heure actuelle. Ce n'est pas rien... peut-être 352 000 désespérés qui savent que la gauche a peu de chance d'être au 2ième tour et qui cherchent quoi faire pour quelle y soit...


Ce que tout le monde devrait se demander (candidats comme citoyens) : est-ce qu'en cas de 2ième tour entre Macron et un de ces candidats de gauche, je voterai sans hésiter pour le candidat de gauche ?


Sinon, concernant les propos de Roussel sur le vin, le fromage et la viande, les réactions de la gauche justement m'ont fait halluciner. Ces propos, je pense, n'indignent personnes à gauche à part des politiques "hors sol". Je n'y ai rien vu d'identitaire, ni même d'anti-écolo (même si certainement, le PC est le moins écolo des partis de gauche). Surtout que, comme déjà noté dans les commentaires, ces propos n'étaient pas préparés mais venait en réaction à ce qui était dit dans l'émission.

Quand des gens de gauche s'indignent plus de ces propos de Roussel que des propos d'Eric Zemmour, on comprend mieux l'état de la gauche.




Le sourire de David Guiraud  suffit largement pour symboliser cette mascarade anti Mélenchon d'une primaire (très primaire) pop avec , en lice, SEULE, une spécialiste de la désunion (2002) prônant une union impossible entres gens de gauche dont certain.e.s sont de droite ! C'est sûr ya de quoi de rire, mais quelle perte de temps pour un gros pschitt !

tous les Mélenchophobes qui se disent de gauche devraient faire l'effort de l'écouter sur Thinkerview pour juger de sa capacité 


moi, j'ai écouté Zemmour sur Thinkerview ( en entier ) alors que ce n'est pas mon camp politique; alors ce doit être un tout petit effort pour quelqu'un de gauche ( ou qui croit l'être ) d'écouter quelqu'un de son camps


le lien a déjà été mis ci-dessous par un(e) autre @sinaute



https://www.youtube.com/watch?v=YFhV_SkhZyc

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

la primaire populaire..?? une arnaque de première...où on ne parle pas de programme, mes des possibles carabistouilles ...pour désespérer les gens il y a pas mieux....ceci-dit même si JLM gagnait cette sois-disant désignation par combien d'électeurs..?? 200 300 000..? Jadot il à fait combien et Pécresse..?? ça évite de parler de programme....et là...à coup sûr Mélenchon perdrait la présidentielle dès le Premier tour...!! mais n'est-ce pas le but recherché...??

Pas encore vu l'émission, mais au vu du texte de présentation, je sens qu'on va se marrer. "On a voulu faire quelque chose de nouveau"..... Alors iels ont reproduit à l'identique un truc qui n'a pas fonctionné du tout aux deux dernières présidentielles. "Rassemblez vous Jadot, Mélenchon, Hidalgo, Roussel", même si vous n'avez en rien les mêmes idées, que la moitié de cette liste n'est pas à gauche, après tout on s'en fout nous on est dans la politique spectacle !


Et en face le mélenchoniste de service, qui dans les citations proposées a l'air moins con, mais balance des éléments de langage. 


Bref, élections, piège à cons. Et c'est pas prêt de changer. Allez, allons voir cette tragi-comédie que nous a concocté asi !

si j'ai tout bien compris a leur processus de selection... on demande a 100 000 personnes qui "soutiennent" (qui ? comment soutiennent-elles ?) de citer jusqu'a 5 noms de politiques, on regroupe ceux qui reviennent le plus souvent, on supprime certains resultats (lesquels ? pourquoi ?) parce que parité gna gna (encore une belle connerie ca... et si il vous manquait une femme vous rajoutiez la le pen aussi ?) et la dessus on se retrouve avec....... francois ruffin parmi les selectionnés... contre mélenchon, oui oui... oooooooh surprise ! il ne se presente pas ! oh ben ca c'est surprenant alors !  et donc on ne remet pas roussel dans la liste parce que............ parité toujours ? non ben non le choix final ne la respecte pas, et s'il fallait la respecter, c'est justement un homme qui manquerait. parce qu'il faut respecter le choix des 100 000 ? "fabien roussel n'etait pas loin". du coup c'est pas ca non plus qui bloque.... du coup.............. y'a pas comme un biais de départ ?

La peur n'est jamais bonne conseillère, on en a une fois de plus la preuve. Dommage que personne n'ai rappelé que la victoire au Chili a été obtenue sans union au premier tour. 

La plus grosse critique que je ferais à cette affaire est de reprendre  et renforcer cette vieille idée débile de l'homme ou la femme providentielle. La démarche de la PP, aujourd'hui, se résume à ça : il suffit d'élire une personne qui s'est engagée sur quelques principes, et tout sera changé. Absurde. Absurde et dangereux. Comment, avec qui, avec quels moyens, c'est un minimum pour être crédible, et aussi pour faire l'union au deuxième tour, quand il faut reprendre des idées de ceux avec qui on veut faire alliance. 

L'autre truc qui saute aux yeux, c'est la vision d'activistes parisiens centrés sur eux mêmes et leur combat. Ca me coute de dire ça, moi qui soutient, relaie et finance beaucoup de leurs actions. Je suis dans le même sentiment d'urgence qu'eux, 5 ans de perdus seront catastrophiques, mais ça n'oblige pas à faire n'importe quoi.

Je voulais dire plutôt : comment faire pour se désinscrire.  Merci 

paranoïa , délire complotiste, culte du chef  bienvenu aux  supporters de l'UPR

Comment faire pour se désabonner de cette arnaque ? Merci 

 Dans la conversation,une personne parle de 18 permanents pour se sondage.


Qui  paye ????

Quelle blague le serment de Romainville.


Il n'est pas question de fricoter avec ce sondage.


C'est nous les vieux qui allons une fois de plus qui allons nous déplacer pour voter.


Allez écouter les radios trottoirs de Guillaume Meurice :-)






Dédain, condescendance et légèrement teintée de mépris, le jeune homme de la FI sur le plateau est à l'image de son grand Gourou de secours. Mélanchon arrivera à 10 ou 12%, quoi qu'il en soit il ne sera pas au deuxième tour, seul et coupable.

en défense de l'intérêt de l'union pour faire gagner la gauche Mathilde Imer donne l'exemple de Bernie Sanders et de la gauche du parti démocrate soutenant Biden. Mais cet exemple c'est précisément ce que nous ne voulons plus, le soutien à un candidat soi-disant de gauche qui va s'empresser de trahir, comme l'ont fait tous les dirigeants sociaux-démocrates une fois élus.

L'illustration caricaturale d'un dialogue de sourds sur le plateau , chacun·e campant sur ses positions et sa légitimité.
Et la bande-annonce d'une élection présidentielle (et les législatives dans la foulée) acquise aux réactionnaires.

Je ne sais pas si c'était le thème ou les invité.es, mais l'émission est plutôt décevante je trouve...


C'est un détail, car cette primaire ne m'intéresse pas beaucoup (et ce débat avec D. Guiraud non plus), mais je suis étonnée que le nom de Sandrine Rousseau ne soit pas ressorti à un moment ou un autre parmi les candidat.es (par exemple quand il y a eu celui de Ruffin ou Autain).

Je suis plutôt gênée par le discours de la Primaire Populaire, qui a tout l'air d'un sous-marin macroniste, bien utile pour semer plus de confusion encore. Et le discours n'est pas très clair, il y avait pas mal de contradictions. 


Démocrates??? Oui, et c'est donc pour ça qu'ils imposent à des gens qui ne le veulent pas d'être soumis à un vote. C'est aussi pour ça qu'ils n'ont aucun scrupule à faire pression, à demander un blocage des parrainages ou des prêts si les "candidats" ne sont pas d'accord avec eux... 

Ils sont tellement démocrates qu'on a pas le droit de s'opposer à eux. Pourquoi ne pas retirer de leur liste les candidats qui l'ont demandé? Quelle légitimité pourront-ils donner si celui ou celle qui l'emporte ne veut rien avoir à faire avec ça?


Populaires? Hmmm, j'ai lu l'article mis en lien par jeanel (merci d'ailleurs, je ne connaissais pas ce média, très éclairant cet article), ça fleure bon les petits bourgeois: sciences po, c'est pas vraiment un repaire d'enfants d'ouvriers. Déjà 18 salariés, une machine de communication bien huilée, et moyens surprenants (tout comme leur aisance à communiquer)... D'où parles-tu camarade???


Dénoncer les arrangements? (en parlant des régionales avec l'accord Autain-Pulvar) "les gens les voient se taper dessus pendant des semaines puis dire ensuite on s'allie, ça marche pas!" Ben oui, mais il se trouve que c'est exactement ce qu'ils veulent imposer avec la primaire populaire: contraindre des gens qui n'ont rien en commun à faire campagne pour le vainqueur de leur bidule. Franchement vous voyez Méluche qui prône la retraire à 60 ans et la redistribution des richesses soutenir la campagne d'Hidalgo qui revendique la "sacralisation" du départ à la retraite à 62 et n'a pas peur de le repousser à 64???


Et surtout, le discours est tellement calibré et formaté qu'il ne dégage aucune sincérité. Ça pue la langue de bois! "Nous citoyens et entrepreneurs...". Hein??? "entrepreneurs"? Qu'est-ce que ça vient faire là? 


Et qui sont ces deux personnes, illustres inconnues, mais au discours politique aussi fumeux qu'un Macron des grands jours (Mme Agueb-Porterie et Mme Marchandise)? Comment ces deux personnes ont elles pu être majoritairement citées alors qu'elles ont une visibilité médiatique proche du néant ? De même que Larroutourou, un poil plus visible mais quand même... Comment ces personnes là ont pu être plus citées que Poutou, Kazib, Besancennot ou même Roussel ou Arthaud? Alors je veux bien qu'il y ait un biais du fait que les gens qui ont participé sont proches idéologiquement du bazar, mais tout de même... Ça pue la manip! 


Certaines expressions m'ont fait bondir, parce qu'en contradiction avec leurs ambitions affichées: "on fera campagne pour Mélenchon, malgré tout ce qu'il est". Hein? "malgré"? Donc tous les candidats ne vous inspirent pas??? Comment peut-on dire dans le même temps "on veut un candidat unique pour faire gagner la gauche, voici nos champions" et suggérer que pour l'un d'entre eux on se pincera le nez mais bon s'il faut y aller on ira? 


Bref, il aurait été intéressant de mettre en perspective l'initiative et son poids médiatique, disproportionné me semble-t-il. Tout comme il aurait été intéressant de creuser qui sont ces gens, d'où ils viennent et qui les finance, qui les aide, pour remettre le discours à sa place. J'ai été très étonnée que Guiraud ignore le nom des gens FI qui ont participé soit disant, ça aurait été intéressant de rebondir sur ce point: entrer dans le détail de la machine mise en place pour la primaire populaire, avec qui, comment? Est-ce que les partis ont vraiment participé en pleine conscience à ce socle commun, qui les représentait? Parce que bon si ils clament que tel ou tel parti/mouvement a participé parce q'un adhérent a répondu favorablement à leurs demandes, c'est pas la même chose que si le mouvement décide de participer en son nom. Et là dessus, on aurait bien aimé avoir plus de détails parce que ça éclaire quand même les intentions et le fonctionnement de la primaire "populaire".


En 1981 le peuple de gauche avait le choix entre un candidat PC et un candidat PS au 1er tour et s’est rangé au 2ème tour derrière Mitterand.

En 2021 au Chili, plusieurs gauches au 1er tour, contrairement à ce qui a été propagandé. Au 2ème tour, toute la gauche appelle à voter Gabriel Boric candidat de la gauche radicale et permet son élection.

En 2022 en France, une poignée de trentenaires, citadins, sortis des grandes écoles et dont la plupart ont gravité en 2017 et après dans la sphère macronienne ont la prétention et l’arrogance de vouloir priver une partie de la gauche de ce choix et de leur imposer leur candidat, un ou une  libérale de » gôche ».

1° Transformer par la magie de la com’ une opération tout ce qu’il y a d’antidémocratique en summum de la démocratie.

D’abord une appellation  qui fleure bon la démocratie : PRIMAIRE. Forcément démocratique puisqu’on vote. Et le mot POPULAIRE pour faire peuple.

2° Manipuler le concept en en inversant sa logique. Au lieu que chaque candidat défende sa ligne politique et que le meilleur gagne, pardon « WIN », on pompe les programmes existants dont il sort une plateforme sur laquelle devront s’engager les différents candidats. Pour la plupart ils refusent ce concours de Mister/Miss France. Qu’a cela ne tienne ont les inscrit d’office. Candidat malgré eux en quelque sorte. Même  les dictatures ne procèdent pas ainsi.

3° Passer de la séduction à la coercition.

D’abord, faire le siège devant les QG de campagne des récalcitrants pour excéder les militants qui bossent en attendant l’incident qui pourra être exploité dans les médias. Une manière de se faire connaître et de montrer à quel point ces candidats sont sectaires.

Pour faire bonne mesure on fait  une vidéo appelant à empêcher les concurrents d’avoir leur signature, leur prêt, incitant à les discréditer auprès des médias. Heureusement que ces types ne font pas de la course automobiles, ils saboteraient la voiture des autres concurrents pour gagner.  Mais bon on a la « WIN » ou on ne la pas.

L’escroquerie a failli marcher avec Hildalgo qui a d’abord accepté sans doute sous la pression du PS, puis s’est rétractée.

Jadot et Mélenchon se sont honorés d’ignorer cette carambouille. Au final, nous aurons un candidat social démocrate de moins : Montebourg et une de plus : Taubira.

Une nouvelle violence a surgit dans la campagne, pas la violence à la papa de l’extrême droite : baston, morceau de verre dans la colle des affiches. Non la violence de l’extrême centre est plus technocratique, elle doit s’apprendre dans les grandes écoles, c’est la violence 2.0 La violence des dominants qui se croient tout permis. Qui se croient légitime d’imposer leur vision du monde et leur choix aux autres.

A j’oubliais et pour le financement c’est qui ? Je crois que Maxime Kurkdjian a donné 100 000 euros ?

Bien sur, je n’ignore pas que des gens sincères se sont fait prendre par l’arnaque.

La primaire populaire  pose un certain nombre de problèmes , et notamment celui de son corps électoral. Vous ironisez sur les questions un peu agressives de Laurent Delahousse  face à Christiane Taubira .Il a cependant raison. Cette candidature aurait dû être préparée depuis longtemps . Mais surtout ,merci d'avoir évoqué Fabien Roussel  dans le dernier quart d'heure de l'émission. Le contraste était saisissant  entre une gauche proche des classe populaires  ( l'accès  à une nourriture de qualité , le pouvoir d'achat) et une gauche somme toute assez bavarde et moralisatrice. Manuel Vals parlait des " deux gauches irréconciliables" on en en a un bel exemple.

La conclusion d'Aude Lancelin de son analyse de la primaire populaire :

On ne s’interdira donc pas, pour revenir à notre sujet initial, de trouver assez navrant de faire croire encore à une union possible, et surtout souhaitable, à de jeunes militants, pour la plupart ignorants des turpitudes de ce qu’on appelle encore par paresse et habitude « la gauche ». Ignorants de l’ennemi de classe que sont le Parti Socialiste, ses satellites, ses faux dissidents, et aussi ses partis frères à la sauce écologiste, lorsque des configurations de type « gauche plurielle » voient en effet le jour comme en 1997 et débouchent sur la plus grande vague de privatisations jamais connue par la France, de France Telecom à Air France. Un parti qui était tout de même prêt à plébisciter comme candidat à la présidentielle en 2012 un directeur général du FMI, que seule une accusation de crime sexuel, mondialement médiatisée et enterrée à coups de millions de dollars, aura finalement empêché de se présenter au nom du parti de Jaurès. Un parti qui, en 2017, aura aussi servi de simple cheval d’arçon vers l’Élysée à un ex-banquier d’affaires Rothschild, et constitue aujourd’hui, autant que la droite extrême dont ses renoncements sont le carburant, un danger public pour la France.

Aude Lancelin

Texte issu du blog d’Aude Lancelin : Le feu à la plaine

Accessible également depuis la page d’accueil qg.media

Parmi les choses qui me qui me sidèrent c'est qu'il s'est trouvé des populaires suffisamment primaires pour choisir Gaël Giraud… un prêtre jésuite ! Un gars qui a fait vœu d'obéissance au Pape. Faut vraiment être neuneu. D'autant que ces individus primaires ne demandent l'avis de personne. Ressortir Taubira (ha ha ha) de la naphtaline, il fallait oser. Pourquoi pas Lionel Jospin, Manuel Valls ou mézigue (je décline la proposition par avance) ?


Ce qui me fait marrer c'est d'essayer d'imaginer comment ils ont pu croire après 5 ans que Macron et 2 ans de Covid, que des gens qui se voient comme, insoumis, réfractaire d'une manière ou d'une autre à l'ordo libéralisme, aux diktats, aux consignes impérieuses autres obligations de toutes sortes - des Français quoi - peut importe le niveau du rejet, allaient marcher dans cette combine Bobo30% pur jus!

MDR :-D

Mais Imbert n'est pas militante de BASE; Elle a été secrétaire de Taubiana une écologiste de droite et a aidé le cabinet de Macron a organiser la concertation écologiste

Mathilde Imer, également co-fondatrice de « la primaire populaire », est diplômée de Sciences Po Paris. Son parcours est tellement radical qu’il l’a amenée à travailler pour l’organisation de la Convention Citoyenne pour le Climat, lancée en 2019 (puis écrasée) par Macron.


 La secrétaire générale du mouvement, Coline Serra, était quant à elle tout bonnement membre de la campagne législative de Mounir Mahjoubi, député LREM puis secrétaire d’Etat du gouvernement de Macron et donc membre du « bloc néolibéral » que la primaire prétend combattre.
Quand on a permis à un type de devenir député LREM puis secrétaire d’Etat de Macron, est-ce qu’on peut faire la leçon à toute la gauche 5 ans plus tard ?
D’une façon générale, le profil des organisateurs est celui de trentenaires diplômés, aisés et urbains : on compte sur la trentaine de militants présentés sur leur site 9 diplômés de Sciences Po, 6 d’écoles de commerce et 5 ingénieurs, nous signale le blogueur Eliot Thibault

Article dans "FRUSTRATION" sur la Primaire Populaire ou "UNE MACHINE DE LA BOURGEOISIE POUR DROITISER LA GAUCHE    "                                                                                                                                                                                                           Derrière  cette façade toute choupi, la démarche de la « primaire populaire »  assume un cynisme dans l’action, sur le mode « la fin justifie les moyens ». Dans un « point d’étape » filmé en selfie en mode cash, Samuel Grzybowski parle ainsi avec un amour certain de ses adhérents : « on a la plus grosse data » dit-il pour expliquer la légitimité de son petit groupe à peser dans le game politique à gauche. Les gens sont donc de la data, de la data qui leur appartient désormais, et qui, maintenant que tous les candidats se sont présentés sans eux, y compris leur protégée, Christiane Taubira, leur permet de faire du chantage pour continuer de « peser », utilisant leurs adhérents comme monnaie d’échange. Le pire, c’est que lesdits « adhérents » ne le sont pas : les inscrits à leur site web sont souvent simplement des gens qui ont signé une pétition pour demander l’union de la gauche, pas nécessairement pour donner carte blanche à un petit groupe d’activistes.
Et que souhaitent-ils faire maintenant ? Pourrir les candidats qui ne jouent pas le jeu. Sont ciblés Jadot et Mélenchon, qui ont refusé d’entrer dans cette mascarade, et contre lesquels Grzybowski assume clairement de bloquer les parrainages d’élus et d’effectuer des campagnes de dénigrement sur les réseaux sociaux. En voilà un sacré démocrate, prêt à utiliser l’outil le moins démocratique possible, les 500 parrainages d’élus nécessaires à une candidature aux présidentielles, et qui permet aux partis politiquement morts comme le PS ou le PCF d’utiliser leur force locale pour bloquer les autres. Et la “bienveillance” dans tout ça ?
Derrière un objectif d’apparence « noble », une petite entreprise politique s’est donc propulsée pour être désormais en capacité de peser, pour insuffler de la bourgeoisie et des éléments de langage macronistes dans « la gauche » et, ce faisant, participer à l’énième entreprise de relégitimation des ministres de Hollande et du personnel politique de la gauche bourgeoise, qui ne savaient plus quoi inventer pour parvenir à exister encore après toutes leurs trahisons.
Ce n’est pas la première fois qu’un petit groupe parvient à se propulser par la seule force de la com’, des « data » et de la complaisance du monde médiatique. Macron comme Zemmour sont passés maîtres dans l’art de construire des candidatures sur du vide, sans parti politique. Ce ne sont pas non plus les seules organisations politiques qui se revendiquent du « peuple » alors qu’elles sont tenues intégralement par des jeunes bourgeois ou sous-bourgeois. Il s’agit d’un mouvement de fond de monopolisation de la vie politique par la bourgeoisie, qui explique à la fois la déconnexion croissante et lamentable de nos « représentants » vis-à-vis de nous et le dégoût grandissant que nous ressentons à l’égard de ces militants bien nés et donneurs de leçon.
La “primaire populaire » confirme et accentue ce que la politique française est devenue : un terrain de jeu pour activistes professionnels, véritables entrepreneurs de la parole creuse et de la stratégie politique , à l’image de Macron leur figure tutélaire, consciente ou non. Pour eux, quelle que soit l’issue de cette « belle aventure », il s’agira avant tout d’une chouette expérience qui viendra étoffer leur Linkedin et leur réservera une place au chaud, dans un ministère de Macron ou d’ailleurs. Collaboratrice de député, directeur de cabinet de ministre, directrice d’une fondation écoresponsable : leur avenir est tout tracé. Mais pour nous autres, la « primaire de gauche » aura été une immense perte de temps, une chanson bourgeoise entêtante qui aura envahi une fois de plus nos ondes et achevé de détruire le peu de consistance qu’il restait encore à la notion de « gauche », de « justice sociale » et de « démocratie participative »…
Alors, qui veut aller voter et participer à leur jeu pipé d’avance afin de devenir de la « data » fraîche prête à alimenter la campagne du prochain candidat faussement de gauche, réellement bourgeois ? Qui a plutôt envie de réfléchir avec nous à ce que serait une organisation politique de masse, susceptible de renverser l’ordre bourgeois pour instaurer une société sans classe ?
Nicolas Framont et la rédaction

                                    

                                                   

L’ancienne garde des sceaux est entrée dans l’arène Présidentielle depuis plus d’un mois sans retour critique sur le bilan du quinquennat Hollande. Son programme n’est pas la hauteur des enjeux politiques, économiques, sociaux et écologiques de l’heure.

Chacun garde en mémoire très positivement la ténacité et la qualité intellectuelle de l’ancienne garde des sceaux de François Hollande, en particulier lorsqu’elle tenait tête aux partisans d’un ordre moral désuet, lors du débat autour de la grande Loi pour le mariage pour tous. Cette réforme historique est aussi la seule note positive du mandat de François Hollande. Mais ça ne suffit pas pour définir une véritable politique de gauche.

Christine Taubira est entrée dans le jeu électoral de la Présidentielle depuis un mois et elle a eu l’occasion de s’exprimer longuement à plusieurs reprises, lors de son allocution d’annonce de candidature à la Croix-Rousse, lors de ses passages médias notamment face à Delahousse sur le JT de France 2 ou encore lors de son entretien avec Léa Salamé et Nicolas Demorand sur France Inter.

Pas de retour critique sur le quinquennat Hollande

Il serait incongru d’exiger d’elle de remonter à l’époque où elle glissait ses pas dans ceux de Bernard Tapie ou lorsqu’elle votait la confiance à Balladur, mais tout de même à celle, plus récente, ou elle fut la Garde des Sceaux du gouvernement Hollande. Un gouvernement auquel elle a participé jusqu’en 2016, en partie auprès de Macron et Valls, sans jamais faire entendre publiquement sa voix pour critiquer les renoncements, les funestes CICE ou la Loi Travail de Myriam El Khomri, que des millions de salarié.es ont tenté de bloquer en manifestant ou par la grève. Elle ne s’est démarquée qu’au seuil de l’indignité lorsqu’est venue la proposition de Hollande de déchéance de la nationalité. Ce gouvernement a sali la gauche et est en grande partie responsable de l’état dans lequel elle se trouve aujourd’hui et Christiane Taubira n’en dit mot.

On ne l’a pas non plus beaucoup vu plus récemment encore s’opposer aux politiques anti-sociales et liberticides menées par Macron. Où était elle quand des millions de salarié.es défilaient contre la réforme des retraites d’Edouard Philippe, ou celles de Blanquer sur l’école ? Où était-elle quand des millions de gilets jaunes bloquaient les ronds-points pour exiger une vie digne et une démocratie ressourcée ? Où était l’ancienne Garde des sceaux quand la justice condamnait à tour de bras – le plus souvent sans preuve – des manifestants tout en laissant faire les violences policières ?

Un programme homéopathique

Alors oui, la prescription est possible en politique. Mais le minimum, ce serait qu’elle s’accompagne d’un brin de retour critique ! Et de la promesse d’un changement. Sur ce point aussi, le flou est au rendez-vous. Christiane Taubira fait des phrases, parfois belles, mais souvent creuses.

Lors de ses récentes interventions, elle a certes laissé entendre qu’elle était favorable au blocage des prix des denrées de première nécessité. Elle a parlé de revalorisation du SMIC, d’une allocation pour les jeunes. Et c’est à peu près tout.

Sur le nucléaire, elle a indiqué qu’elle était favorable à en sortir progressivement mais aussitôt pour rajouter qu’il fallait y surseoir le temps que se déploient les énergies renouvelables, car c’était un pis-aller dans la mesure où l’énergie nucléaire est décartonnée (sic). Elle a indiqué que le temps venu, il faudrait organiser un référendum pour demander aux Français s’ils veulent tourner cette page.

Sur la question centrale des retraites, elle dit qu’il faut prendre en compte la pénibilité et les carrières longues, mais donne satisfecit à la droite et à Macron sur le fait qu’il y a un problème d’équilibre des comptes et d’accroissement de l’espérance de vie et que ceci oblige à réformer. Quand les journalistes lui ont demandé davantage de précision sur son projet de réforme, elle a répondu que «  dans son entourage, il y a des personnes qui savent répondre à cela » et qu’elle « va en discuter avec les partenaires sociaux ». Oui ou non, doit-on partir plus tard à la retraite ? Christiane Taubira ne répond pas.

Floue sur les mesures favorables aux classes populaires et moyennes, elle a en revanche été plus claire sur les mesures de répartition des richesses… mais pour montrer que la finance n’a aucune raison de la vivre comme son ennemie. Si elle a annoncé une taxation des patrimoines au-delà de 10 millions d’euros, elle a « oublié » de demander le rétablissement de l’ISF qui débutait à dix fois moins.

Si l’on cherche à en savoir davantage sur son programme, on ne trouvera pas grande chose sur le site Internet qui affiche son soutien. Quelques mesures parcellaires, mais pas une politique cohérente sur les grands dossiers internationaux, sur la transition écologique, rien ou pas grand chose sur le gel du point d’indice des fonctionnaires, le logement ou la rénovation démocratique, rien sur l’Union européenne dont les traités libéraux contraignent les politiques publiques….

Tout cela ne fait pas très sérieux à moins de 70 jours du premier tour d’une élection Présidentielle cruciale.

Grandes manœuvres et petits effets

On comprend bien que le socle programmatique un peu léger de la primaire populaire lui convienne (voir sur ce point l’article de Emre Öngün publié sur ce site :https://reflexions-echanges-insoumis.org/une-impasse-nommee-primaire-de-toute-la-gauche/)

« Je suis celle qui se soumet à l’investiture citoyenne. Ma cohérence est totale. La primaire populaire crée les conditions de s’organiser en équipe autour du choix qui a été fait » a t-elle indiqué lors de l’émission de France Inter. Mais malgré leur insistance, les journalistes n’ont pas pu lui faire dire qu’elle en respecterait le verdict si elle ne s’imposait pas lors de ce scrutin.

Christiane Taubira dit être cohérente mais son refus affiché en décembre de n’être qu’une candidature de plus à gauche n’a pas survécu à la trêve des confiseurs.

Elle est en réalité un double mirage, celui d’une quête introuvable de l’union de gauche et celui de « la gagne ». Sa candidature ne peut en effet pas être soutenue par toute la gauche car la gauche est en réalité divisée profondément sur des dossiers importants comme celui des retraites, celui de l’avenir de l’Union européenne, celui de la rupture avec le libéralisme, celui de la bifurcation écologique, celui de l’avenir de la Ve République. Et elle ne peut pas résoudre le problème de l’affaiblissement de la gauche parce qu’elle en est une des responsables, qu’elle n’en tire aucune leçon, qu’elle ne porte en aucun cas un projet politique qui tranche.

Tout au plus, elle ne peut être que la meilleure candidate du centre-gauche ou de la « gauche dite modérée ». Quant à l’effet de « blast sondagier » qu’escomptait la garde rapprochée de Christiane Taubira dès l’annonce faite de sa candidature, il n’est pas au rendez-vous.

Désignée ou non par la « primaire populaire », Christiane Taubira ne peut pas être la candidate d’une gauche digne de ce nom. Nous appelons celles et ceux qui l’espéraient à la lucidité. L’Union populaire reste le seul cadre qui défende un programme clair, détaillé, complet, « l’avenir en commun », le seul programme qui réponde aux graves urgences politiqué, écologique, sociales de l’heure. La candidature de Jean-Luc Mélenchon est la mieux placée pour lui donner l’écho maximal. Il faut la renforcer en élargissant le périmètre de son soutien.

Fred Borras, le 21 janvier 2022.

https://reflexions-echanges-insoumis.org/le-mirage-taubira/?fbclid=IwAR25a7k53RSlD9NRCOdHI4JFbNkGzcVzi6XzFjCU3rVLgX7bLD84jkNrj8s

Dommage, Daniel, de ne pas avoir rebondi sur l'info des 18  salariés. Comment sont ils payés?  D'où vient l'argent?

Bravo pour cette émission, par un petit bémol concernant la partie dédiée à Roussel, comment la journaliste de Médiapart peut elle affirmer que les propos de Roussel sur le bon vin, la bonne viande et la bon fromage fassent partie d'une stratégie pour avoir de la visibilité ? Il faut être malhonnête ou stupide pour le dire, Roussel ne faisait que répondre à une question du journaliste concernant Macron avec une bouteille de vin, c'est tout !!! En plus sur le fond Roussel a raison, de quel droit une partie de notre population n'a pas accès à une bonne nourriture ? Il faut augmenter le pouvoir d'achat et donc les salaires. 

Dommage que l’hypothèse d’un pilotage téléguidé de LREM n’ait pas été évoqué pour se concentrer uniquement sur une manœuvre interne à la gauche.


Dommage également que n’aient pas été exhumés les déclarations d’amour de grzybowski à Macron et son équipe après son élection de 2017. Un lecteur farceur de Blast s’est prêté au jeu et ça vaut son pesant de cacahuètes. 


Dommage que n’aient pas été évoqués les 18 permanents et les coûts logistiques de cette initiative. Qui finance le Million d’euros. Qui est le sympathique donateur qui, à lui seul, a versé 100k€ à cette équipe de joyeux drilles ?


Enfin, un regret que David Guiraud n’ait pas répondu du tac au tac lorsque Mathilde Imer a évoqué la question du porte à porte.


 En effet, 


Pendant que  les primates vont voir les français pour les encourager à voter blanc si pas d’union à gauche, les insoumis mouillent la chemise pour ramener les électeurs aux urnes sur un beau projet porteur d’espoir. En espérant être passés après plutôt qu’après lesdits primates.


Quand on sait que quiconque vote blanc ou s’abstient vote Macron, on aura compris d’où ces gens parlent.


Cette Mathilde Imer cause très bien mais est d’une malhonnêteté crasse.

La désespérance à gauche, ce sont précisément  les primates. 


Aucune confiance !

Au moins j'ai bien ri, oh ça j'ai ri.... Franchement Mme Imer pense-t-elle qu'en cas de désignation de Mme Taubira ou Hidalgo à sa primaire populaire, le peuple de gauche, comme un seul homme ou femme va se ranger derrière elle... Mais c'est une blague. La seule présence de ces deux candidates au sein de cette primaire sert à elles seules à la délégitimer... et je ne vous parle même pas de leur programme inexistant.


Et qu'on ne me ressorte pas le débat des deux gauches irréconciliable. Si Mme Imer avait suivi le quinquennat Hollande elle saurait que le PS n'est plus à gauche... ce que vous auriez pu aborder Daniel au moins sur des questions de programme.


Ho j'ai ri, franchement j'ai bien ri, c'est au moins ça.


Bon le dernier quart d'heure sur Roussel était assez moyen. Il aurait été intéressant, selon moi, de revenir sur les questionnements enfermant des journalistes invitant Mélenchon à se ranger derrière les autres candidats... Vraiment c'est fatiguant!!! Mélenchon a fait 18% à la dernière campagne, il a un programme autant Ecolo que Jadot et une nouvelle constituante. Est-ce à lui de se ranger, n'est-ce pas aussi aux autres candidats d'être sur une autre ligne ? Franchement ces gens ne sont pas sérieux et crédibles.

Et quand j'entends Taubira (la même Taubira que sur la liste de Tapie ou au chevet de Valls quand il le fallait) hésité à ce point sur un vote de Mélenchon en cas de désignation de celui-ci, tout est dit. Pire, en cas de second tour Mélenchon-Macron ces gens voteront Macron, sans problème. Alors laissez moi rire, vraiment...


Ho j'ai ri, j'ai ri!!!



Je me suis inscrit à cette primaire, et je le regrette amèrement, lorsque j'entends Mathilde Imer. 

J'ai soutenu l'affaire du siècle, j'avais plutôt un bon apriori, sans la connaître.

Plus politicienne que le pire des politiciens. 

Bonjour la langue de bois !

Je pensais que ceux qui disaient que cette opération était déléguidée par Macron exagéraient, mais je n'en suis plus sûr.

Quelle arnaque!!

Bref, pour compenser, je viens d'aller signer pour JLM.

Beau débat ! Il est dommage de ne pas avoir posé la question sur les effets du jugement majoritaire choisi par les initiateurs de la primaire populaire. Le jugement majoritaire présente un défaut important : il favorise les candidatures "molles" (celles qui ne fâchent pas, celles du consensus) et défavorisent les candidatures clivantes (comme celles de Mélenchon, on comprend mieux le choix de ce mode de scrutin, si le but caché est effectivement de lui barrer la route). A-t-on besoin d'un candidat mou, face aux dirigeants de l'UE ? Avec un tel ou telle élu(e) ne risque-t-on pas d'avoir une personne qui, comme Hollande, ira signer tout ce que veut l'Allemagne, pour ne citer qu'elle. Voir cette démonstration de Serge Faubert (de Blast) qui prend appui sur un sondage accablant pour ce mode de désignation : https://youtu.be/ya_uEKPmhJE?t=385.

Imaginez que Jadot ou Mélenchon fasse une vidéo appelant à bloquer les signatures des autres candidats, a bloquer leur prêt,  a les dénigrer dans les médias cela ferait scandale et cela serait justifié car ce dont des méthodes de voyou et discrédite totalement ceux qui sont à l'initiative de cette arnaque.

Loin de redonner du goût pour la politique cela ne peut que dégoûter ceux qui avait peu d'appetence.

Il y a une information très importante qui est donnée à 21:07, j’aurais aimé que Daniel Schneidermann s’arrête dessus : la primaire populaire a 18 salariés.

Comment fait cette organisation pour payer 18 salaires par mois ? Avec quel argent, quel financement ?

Éclairante émission comme toujours ! Une question n'a pas été posée qui concerne le choix du jugement majoritaire dans la primaire populaire. Cette forme de désignation, en opposition avec le mode de scrutin habituel, me paraît être la force principale de cette initiative. Elle annule mécaniquement les manœuvres politiques inintéressantes de rassemblement/désistement et permettrait possiblement de lutter efficacement contre l'abstention. J'aurai aimé comprendre la démarche qui a amené à cette décision qui me paraît intelligente.

Il est toujours possible qu'un complot soit à l'origine de cette initiative prétendument citoyenne...


CEPENDANT, après avoir écoutée l'émission dans son intégralité, il me semble que la jeune femme représentant la Primaire Populaire convoque des arguments de mobilisation qui sont parlants, intelligibles, sensés, je dirais même motivants ! 


Là où, en revanche, le porte parole de la FI ne fait que ricaner et s'emmêle allégrement les pinceaux lorsque D. Schneiderman lui demande de citer un seul point de désaccord fondamental empêchant JL Mélenchon de rallier les autres personnes éligibles à cette primaire. Sa réponse : le nucléaire... Or, c'est justement le nucléaire qu'il cite comme sujet possiblement abandonné en cas de ralliement au second tour avec d'autres partis !! Pas si fondamental donc !

Bref, on est encore et toujours dans une guerre des chefs de partis où l'intérêt commun n'a pas sa place et c'est bien dommage.


Imparfaite, certainement, cette initiative a le mérite d'exister et de tenter de faire émerger un projet commun.

A quand un vrai projet de société défendu par des politiques dépourvus d'ambition nombriliste !!??!?


Quand j'entends Olivier Faure du PS, le libéral Jadot favorable « à la libre entreprise et l’économie de marché » et Fabien Roussel du PC aller soutenir la manifestation du 19 mai, organisée avec le soutien de l'exécutif contre l'Etat de droit, je me demande où est la gauche et où commence l'extrême-droite


Je retiens que le seul à ne pas s'être compromis à cette manifestation fascistoïde est JLM (ainsi que Lutte ouvrière et le NPA, que n'invite jamais A@I)


Ce qui précède porte à s'interroger sur le positionnement de cette primaire populaire qui met sur le même plan des opposants à la dérive fasciste et des personnalités qui s'y sont compromises ; dans une France néolibérale où la gauche est capable d'aller fricoter dangereusement avec l'extrême droite. Voir Manuel Valls en Espagne.

Merci ASI pour cette émission éclairante sur les positions de chacun, merci pour ce débat. 

Il est vrai que le tutoiement de la journaliste de Médiapart envers les autres invités aurait pu être expliqué. C'est plus honnête qu'un vouvoiement de façade, mais ça mérite un sous-texte. Quant au terme "entrepreneurs" pour qualifier le groupe de salariés qui a créé la primaire populaire, il aurait été utile de le questionner. 

A titre personnel, je trouve dommage que Mélenchon trouve très bien de passer au second tour grâce à la division de la droite. Je crois aussi que ce type de manœuvre crée de l'abstention, tout comme les ralliements d'entre deux tours. C'est une pièce de théâtre dont je suis tellement lasse, surtout quand je vois le nombre d'idées qu'EELV et FI ont en commun.

Pourtant je voterai pour lui à la primaire populaire dans l'espoir de faire dégager les socialistes avant le premier tour, socialistes qui ont maintes fois prouvé leur incompétence à transformer la société.

Témoignage d'une pauvre naïve qui aurait dû passer son chemin….


Alors au départ , j'avais donné ma signature à cette action citoyenne avec comme seule ambition de solliciter la candidature de François Ruffin car je pensais sincèrement qu'il avait toutes les qualités pour rassembler et remotiver une partie des électeurs désabusés…


Et ça devait pour moi s'arrêter là… 


Mais je n'avais pas bien compris la motivation de ces gens, qui me font peur…


Je désapprouve leur méthode, leur chantage aux parrainages, aux prêts bancaires… 


Aujourd'hui je reçois des mails, des sms de cette primaire populaire assez directifs et pressants à la limite du harcèlement (c'est comme ça que je le reçois. )


Mails à "profusion" : le 11 janvier, le 13 janvier, le 17 janvier, deux le 19 janvier aujourd'hui un sms…


De ce style :


"Chères amies, cher amis de la Primaire Populaire,


Ici Robin, j’espère que vous allez bien. Nous sommes à 4 jours de la fin des inscriptions au vote : nous avons besoin d’être davantage d’inscrites et d’inscrits pour faire basculer l'élection présidentielle ! Pour ne pas oublier, faites-le dès maintenant !


Je m’inscris au vote


Rappel : Le vote est gratuit. Pensez à vous munir d'un accès email, sms et carte bancaire (pour un contrôle anti-fraude).


Vous vous posez des questions sur la vérification par carte bancaire afin de finaliser l’inscription ? Nous vous expliquons pourquoi sur ce lien.


Je vous souhaite une bonne journée,


Robin pour la Primaire Populaire.


P.S. : Si vous recevez ce mail, c'est que cette adresse e-mail n'a pas été utilisée pour une inscription au vote, sauf si vous avez réalisé votre inscription dans les dernières 24h.


Seul ou seule, on va plus vite. Ensemble on va à l’Élysée !"




Je n'avais pas répondu à cet appel au vote, pensant ainsi me libérer de cette primaire populaire  que j'ai l'impression de trainer comme un papier collant, exaspérant sur ma chaussure …


Je tente la désinscription… la libération est proche…enfin j'espère…


Je m'étais inscrit tôt dans la primaire populaire, parce que j'approuvais le socle commun (pas tellement loin de "l'avenir en commun", même s'il laissait dans le vague pas mal de points qui pouvaient fâcher).
Ce qui me trouble maintenant, c'est que parmi les candidats soumis au vote, il y en a qui n'adhèrent clairement pas à ce socle commun (Taubira, Hidalgo,...) sans avoir eu l'honnêteté de le dire.
Et aucune "instance" de la Primaire n'avait le pouvoir de leur dire "ah, mais halte là, vos actes et positions, ne respectent pas le socle",on vous retire. Je n'y vois pas une "arnaque", mais une faiblesse.
Bon, je voterai quand même à la primaire, mais pour qui respecte le dit socle !

ce soir, sur Thinkerview :


J'ai trouvé Mathilde Imer très articulée. C'est curieux d'avoir droit aux rires sarcastiques du représentant de la FI quand on explique que l'on est prêt à soutenir un candidat tant que l'on fait front uni.

En gros la FI n'a rien à gagner dans cette démarche ? Il n'y a pas de combat contre la droite et l'extrême-droite donc rien à perdre non plus, c'est Méléchon ou rien.


La logique du second tour 2017 appliquée au premier tour 2022.

Je pense que tout le monde sera d'accord, en fait : un "machin" organisé par des radicaux pour faire croire qu'ils sont de gauche !

Merci à LFI et David GUIRAUD, qui me plait chaque jour un peu plus.

l'attitude du représentant est pénible et sans doute contre-productive...

Donc là on est parti pour se prendre la "Taule du siècle". Mon hypothèse depuis la défaite de S Rousseau. On ferme les écoutilles dès maintenant, on se perd pas en route en  coupant les poils de c... en quatre. Du coup l'abstention et le votre blanc deviennent le premier parti de France. C est la "chienlit " graaaave!. On repars de zéro et on fait de la vrai politique. C'est con il va y avoir des cadavres mais c est plein d espoir ça, vous trouvez pas?  

David Guiraud est bien trop agressif et il devient très vite insupportable. Franchement, ça donne une très mauvaise image de LFI (et augmente la sympathie pour la porte-parole de la primaire).

Et puis les commentaires qui parlent de manoeuvre macroniste... on n’est pas arrivé.


J'en suis à 30 mn. Je voulais faire un com' en disant que la tutoiement et l'interpellation par le prénom par la journaliste de Mediapart envers les autres invités faisait très "entre soi", posture largement critiquée par les abonnés d'ASI à propos d'autres situations. Mais lisant, avant de poster, les commentaires des autres, je me dis que le débat est d'office biaisé. Sur ASI on est envahi de pro-Méluche, au premier rang desquels notre ami Daniel avec sa petite (et discrète) remarque à 3.56 sur le raisonnement de JL Mélenchon.

PS : Merci à ASI, quand même, de n'avoir pas coupé les propos sur l'égo du susnommé candidat. A ma connaissance, rares furent les processus démocratiques visant à définir quel serait le meilleur représentant de LFI à la présidentielle. Son égo écrasant le parti, les bons esprits de ce dernier attendant patiemment et gentiment que le chef ne se représente plus pour tenter de devenir calife à la place du calife. On remarque cela autre part sur l'échiquier politique.

PS 2 : Ne m'insultez pas trop, peut-être changerais-je d'avis d'ici l'heure de visionnage qu'il me reste. N'étant plus dogmatique, je tente la réflexion :-)

Je souscris totalement au commentaire de Jeanel. Il est évident que l'objectif est d'empêcher Mélenchon d'arriver au deuxième tour. C'est le seul qui puisse faire peur à la droite. Dans droite, j'inclus Macron, les socialistes et EELV qui ont appelés à voter OUI au Traité Constitutionnel Européen en 2005. La question de l'Europe, qui n'a pas été abordée malgré le fait que Mr Guiraud en ait parlé, Daniel Schneiderman préférant (hélas) relancer sur le nucléaire, et c'est pourtant le fond du problème d'une impossible union de la carpe et du lapin. Certes il est plus "sexy" de parler de problème d'égo.

Comme le dit Emmanuel Todd, le président français n'est qu'un pantin dont l'UE tire les ficelles, mais ça n'intéresse pas les médias. Par ailleurs on ne sauvera pas la planète en continuant la politique néo-libérale, productiviste, destructrice d'environnement de la France et donc de l'UE.

Je précise que je n'ai jamais été dans un parti politique.


D'abord, je dois dire que comme David Guiraud, je me suis parfois bien marrée. Puis j'ai appris les méthodes plus que douteuses des initiateurs de cette "primaire populaire" et cela a achevé de me convaincre de la manipulation de cette initiative. Que Taubira se joigne à cette mascarade pour nuire à la candidature de Mélenchon, certes, il n'y a là rien de surprenant, mais que l'un des porte-paroles fasse une vidéo pour expliquer que le but est de nuire à Jadot et Mélenchon pour ensuite les inclure dans cette même primaire, à fortiori sans leur concentement, là j'avoue que je reste sans voix. Et malgré tout cela, ils sont plus de 300000  à participer à cette pantalonnade.

J'aime bien entendre le porte parole d'un candidat dire ul faut faire campagne, parler de ses idées mais il refuse tout débat et en plus omet le détail que la division va permettre à ce qu'il n'y ait pas de candidat de gauche au deuxième tour et dans ce cas là qui aura gagné ?

Cette histoire de primaire illustre cruellement la pourriture du système présidentiel.


Si il faut une primaire pour choisir un candidat, pourquoi pas une zérotaire pour choisir les candidats à la primaire, un moins-unaire pour choisir les candidats à la zérotaire, etc...


Ce système présidentiel a été concocté pour un général de brigade qui toute sa vie s’est fait une certaine idée de la France et qui était obsédé par ce qu’il voyait comme la chienlit du jeu des partis sous la quatrième république. 


Soit. Mais depuis lui ont succédé des présidents qui n’avaient ni son obsession de l’honneur, ni l’aura du vainqueur de 45. Ce système présidentiel nous a conduit là où nous sommes : à contempler avec désolation la mascarade quinquennale qui consiste à nous donner l’illusion que nous sommes en démocratie. 


La démocratie, ce n’est pas tous les cinq ans désigner l’homme providentiel (je répète l’homme providentiel, pas la femme), élu avec une majorité de pacotille mais avec les pouvoirs d’un roi.


Ces primaires, c’est simplement faire semblant de pouvoir décider que c’est pas nous qui décidons.


Alors ? Alors soit on renverse la table et on recommence 89 (mais pas 93 svp), soit on porte au pouvoir celui qui annonce qu’il se présente pour mettre fin à ce système.

j'avais vu la video de Samuel Grzybowski, "sortie de son contexte" ahahah. et Mathilde Imer parle de MALADRESSE  ???

Ils ont des raisons de flipper, 2022 s'annonce comme catastrophique pour la gauche, réduite à la portion congrue sans que ça inquiète plus que ça les responsables politiques de gauche. Car au delà des guéguerres de partis, le fait que la gauche ne dépasse pas les 30% toutes tendances confondues signifie qu'il n'y a aucun espoir de prendre le pouvoir à court ou moyen terme.


Mais si le diagnostique est bon, et que la solution (ou le seul espoir de solution), c'est bien l'union de toute la gauche, la méthode est désespérée. Une primaire n'a de sens que s'il y a un programme commun, que tous les participants sont plus ou moins d'accord sur la voie politique vers laquelle s'engager. Et si les convergences sont grandes à gauche, ce n'est pas cette initiative de "primaire populaire" qui va permettre d'élaborer ce programme commun.



Notons d'ailleurs que Mélenchon a raté un beau coup politique. Constatant cet absence de programme, il aurait du proposer de se rallier à cette primaire à une condition: cette primaire adopte le programme politique"avenir en commun".  Cela aurait été refusé, probablement, mais cela aurait permis à Mélenchon de dire qu'il a cherché à faire l'union de la gauche avec un geste fort. Dommage que le sens politique de Mélenchon se limite à savoir dans quelle circonscription il doit se parachuter.



J’en suis à 10 mn, et je suis comme ça : 🤬

Je n’étais pas au courant de leur tentative d’empêcher les 500 signatures.

À la F.I., nous avons été consultés sur la candidature de Jonluk. C’est démocratique.

Ce que font ces jeunes est antidémocratique.

Comme le disait Oscar Wilde : je ne lis jamais un livre dont je dois faire la critique, cela pourrait m'influencer.
Donc avant de voir ce plateau, il faut dire que dans le monde réel, l'élection présidentielle à deux tours nécessite un rassemblement autour de celui qui fait le plus gros score. Cela semble assez logique en fait. Or les choses sont très claires lorsque l’on voit les scores du premier tours de la dernière élection présidentielle et les sondages 6 mois avant le premier tour lorsque l'échantillon n'est pas trop merdique.
Aussi ceux qui annoncent être de gauche et qui veulent une reconstruction écologique mais qui ne se rallient pas à celui qui a le plus de voies, ceux-là travaillent pour la droite (pour mois ceux qui par leurs actes augmentent les inégalités et réduisent la solidarité et ne réduisent pas la destruction de notre écosystème ne sont pas de gauche).
Voyons si ce plateau va me faire changer d'avis…



La primaire populaire , une arnaque organisée par une bande de petits bourgeois pour éliminer Mélenchon.

Lire l'article de "Frustration" à ce sujet sur le passé de ses iniateurs. Très éclairant , sur leur sympathie avec LREM notamment.

Quand on parle de la gauche, on peut d'emblée éliminer le PS et ses satellites. Donc Hidalgo ,  et Taubira qui sort de son hibernation à moins de 3 mois de l'élection. On a vu ce que cela a donné sous Flamby .

C'est assez consternant que vous rentriez dans leur jeu.

Une émission de plus que je ne regarderai pas.

Avec en prime P Graule de Mediapart qui n'arrête pas de dénigrer LFI sur son site.

Quand on veut parler de gauche ,  on arrête d'y inclure le PS et les radicaux de"gauche" .  Et pourquoi pas Macron  tant qu'on y est ?

Ils ont été dans le même gouvernement me semble t'il.



Cette initiative me parait très primaire,  hélas !

rien contre l'idée de cette primaire, c'est une initative honorable, mais.... qu'est-ce que ca va changer ? en admettant que mélenchon soit désigné vainqueur, est-ce que hisalgo, taubira, jadot et les autres vont se retirer de la course ? non. est-ce que leurs electeurs vont s'abstenir de voter pour eux au profit du candidat désigné ? non. et meme si je prends dans le sens inverse, mélenchon perdant face a un des autres, ce sera exactement le meme topo. du coup bon... pas bien convaincu, de base. enfin on va regarder l'emission quand meme, on sait jamais...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.