Primaire populaire : "Si on s'est engagés, c'est parce qu'on flippe"

Arrêt sur images

La "Primaire populaire", initiative inédite organisée par des citoyens qui appellent au rassemblement de la gauche autour d'une candidature commune, peut-elle convaincre ? Et comment ? La gauche a-t-elle un chemin vers la victoire en 2022 ? Sur les méthod(...)

L'émission
  • Avec
    Pauline Graulle et David Guiraud et Mathilde Imer
  • Presentation
    Daniel Schneidermann
  • Préparation
    Adèle Bellot
  • Deco-Réalisation
    Antoine Streiff
Réservé à nos abonné.e.s
La "Primaire populaire", initiative inédite organisée par des citoyens qui appellent au rassemblement de la gauche autour d'une candidature commune, peut-elle convaincre ? Et comment ? La gauche a-t-elle un chemin vers la victoire en 2022 ? Sur les méthodes comme sur les arguments de campagne, la gauche est divisée… y compris sur notre plateau.

Pour en débattre, Pauline Graulle, journaliste qui couvre la gauche à Mediapart, David Guiraud, porte-parole jeunesse de la France Insoumise, et Mathilde Imer, économiste et porte-parole de la Primaire populaire, sont les invités de Daniel Schneidermann. Méthodes et arguments de campagne se font face : là où Mathilde Imer a pour mot d'ordre de rassembler pour gagner, David Guiraud donne priorité aux programmes politiques.

"Si on s'est engagés, nous, citoyens, militants, entrepreneurs, c'est parce qu'on flippe"

Pour la porte-parole du mouvement "par le bas" qu'est la Primaire populaire Mathilde Imer, la nécessité de "gagner en 2022" est le plus important, et la raison d'exister de son mouvement : "Le but, c'était de créer quelque chose de nouv...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Taha Bouhafs : BFMTV chasse le scoop… et se trompe

Première sur l'info, pas sur son exactitude

Macron à Saint-Denis : plongée dans le cirque médiatique

Trois bus ont été affrétés pour transporter 150 journalistes de Paris... à Saint-Denis (93)

Nupes : radiographie d'une panique éditoriale

"Le soleil bolivarien sur une piscine municipale envahie de burkinis" ("Le Figaro")

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.