230
Commentaires

"On ne peut pas réduire la Ligue du Lol à du harcèlement"

Les agressions reprochées à la Ligue du LOL sont-elles les dérapages solitaires de certains esprits pervers, ou bien peut-on tenter de les relier à une "culture du LOL", elle-même partie prenante d'une plus vaste culture du web ? Plongée dans la très lointaine période du début des années 2010, avec Jean-Marc Manach, journaliste spécialisé sur les questions de surveillance et de vie privée sur internet, ancien rédacteur en chef de l'émission Le Vinvinteur (France 5, 2012-2013) ; Rafik Djoumi, ancien rédacteur en chef du magazine Bits (Arte Creative, 2013-2018) ; et Florence Porcel, vulgarisatrice scientifique, l'une des premières à témoigner du harcèlement subi de la part de la "Ligue du Lol".

Commentaires préférés des abonnés

J'avais des craintes, je n'ai pas été déçue : après visionnage c'était encore pire que ce que je pensais (cf mon premier message).

Je suis absolument écoeurée et scandalisée, tout comme mon compagnon, de ce qui s'est dit dans cette émission. Si Floren(...)

Ayant décliné une invitation de Daniel, je ne veux pas accabler ceux que j'ai regardé transpirer (hors Florence Porcel, parfaite).  


MAIS...

Le nombre d'omissions - volontaires ou pas - pose question, quand on a subi les attaques de ces mecs (e(...)

L'humour à la française : supérieur, toujours se moquer des personnes, de leur physique, de leur intellect... au lieu de s'en prendre à un trait de personnalité ou de situation.


Mr Manach avait l'air très nerveux sur le plateau, un brin de remord peut(...)

Derniers commentaires

Et JMM retweete ce tweet autour du 16 juin 2019.


Celui-ci le 26 juin. 


Et tweete ceci , le même 26 juin.



Je ne peux malheureusement pas mettre de lien pour prouver qu'en aucune façon JMM n'a relayé un témoignage de victimes, une analyse de ce qu'est le harcèlement, de son fonctionnement... difficulté à prouver l'inexistence de messages. Je vous suggère simplement d'utiliser les outils de recherche de Tweeter, vous verrez que de tels messages n'existent pas.


En étant charitable on pourrait imaginer que JMM cherche à prévenir les abus mais cela impliquerait de cerner un abus, d'expliquer en quoi c'est un abus, en quoi cet abus se distingue des plaintes légitimes et des dénonciations sincères.


Mais au vu de ce que JMM retweete, même ceux qui ont avoué (Doucet, Glad, Hervaud) sont quand même accusé à tort. 

La thèse colportée mais jamais assumée par JMM est que toute cette affaire n'est qu'un buzz ridicule (les victimes sont-elles des menteuses et des menteurs ?) et ça n'aurait jamais dû sortir, aucun licensiement n'aurait jamais dû être prononcé, MM. Doucet, Glad et Hervaud n'auraient jamais dû connaître la moindre opprobe et il est gravement injuste qu'ils ne puissent pas tranquillement profiter de postes où ils auraient pu gagner l'argent et l'influence qu'ils méritent.



C'est de la propagande assumée : devant une situation où les faits sont avérés, prouvés et dénoncés par de nombreuses sources concordantes, ie dans une situation où les faits sont accablants, s'acharner à pinailler sur des détails, relayer sans distances les mensonges des accusés.


Bref, se comporter avec un parti pris évident, violer allègrement la charte de Munich et, pour éviter de se faire accuser d'impartialité accuser préventivement l'ensemble des dénonciateurs de partis pris, d'enquête à charge², d'orwellisme de dénonciation façon année 1930...




²: hey mec, enquêter à charge et à décharge, ça n'a jamais signifié qu'il fallait inventer des circonstances atténuantes inexistantes dans les dossiers où la culpabilité crasse est prouvée au delà de l'indiscutable, ça ne signifie pas qu'il faille présenter comme innocentes des personnes dont il est multiplement prouvé que ce sont des salauds.

Et depuis :


Florence Porcel dit ça : en gros, cette histoire de "contexte" est un truc inventé par JM Manach et cet élément de contexte n'est jugé pertinent ni par la victime ni par l'auteur de l'enregistrement clandestin.


C'est beau le journalisme selon JM Manach, ça n'a rien à voir avec le fait qu'il a participé plus ou moins malgré lui et qu'il devient crucial pour lui de minimiser tout ça.


Et, les conneries de Manach se retrouvent dans Wikipedia parce que c'est un journaliste donc une source fiable.





En attendant, il relaie encore et toujours les excuses minables des Loleurs, où l'on apprend que même les mecs qui ont avoué sont en fait des gens à qui "rien ne saurait (...) être reproché". Moi aussi, quand j'ai rien à foutre, je m'auto accuse de graves manquements pouvant m'amener en conseil de discipline ou en correctionnelle !!!






Je réitère : le troll avait un sens quand il était pratiqué par des asociaux qui n'avaient que leur haine du monde et du politiquement correcte pour se trouver des amis virtuels. Maintenant que tout le monde est sur internet (avec sa vrai identité), ça n'a plus de sens.

Et vous en faites pas pour les menaces de morts d'internet, c'est kevin (pardon, enzo), 12 ans, qui rage après avoir perdu sa partie de call of. 

Manach est très clairement en train d'aider ses potes dans une opération de limitation des dégats.


D'ailleurs il intervient sur la page Wikipedia "ligue du lol" (cherchez manhack) 




et milite activeument pour que les noms des intéressés ne soient pas visibles. Il agit de concert avec Authueil (autre ami des loleurs) dans un joli petit numéro de duettistes : Manach écrit un article de blog et Autheuil dit "Oh, un journaliste, c-a-d une source légitime, a écrit ceci, donc on va pouvoir alimenter la page avec".





Sérieusement, autant c'était peut-être une bonne idée de donner un éclairage, autant faire la part belle à des gens qui agissent activement à protéger leurs potes, c'est vraiment se faire l'instrument d'un très très sale jeu. 

A la rigueur, il aurait fallu inviter les avocats des Loleurs : au moins, les choses auraient été claires parce que là, on a des avocats officieux déguisés en journalistes impartiaux ; je ne suis pas sûr que la majorité des auditeurs aient pris la peine de fouiller les pages discussions de Wikipedia pour faire les rapprochements nécessaires à comprendre les mécanismes de cette côterie.



Si on prenait tout les commentaires de cette vidéo pour les déplacer sur le twitter des deux invités sur le plateau est ce que cela deviendrai pas du harcèlement ? 


Parce que je ne vois pas vraiment de différence. 200 message à l'encontre de 2 personnes sur Twitter des personnes ce disent harcelé pour moins que ça.

Emission très intéressante qui apporte un peu de perspective sur cette problématique moins simple qu'on aimerais le croire. On plaque des concepts et des logiques et on essaie de standardiser quelque chose qui n'est pas aussi clairement défini qu'on pourrait le penser à premier abord. On trouve un mélange de choses nouvelles (une capacité à massivement communiquer et à être omniprésent) et de choses malheureusement vieilles (par exemple la difficulté de voir la limite avant qu'elle soit bien franchie).


Grosse déception en lisant la plupart des commentaires: j'espérais, au vu du site, des esprit plus ouvert, d'autant que l'émission essaie d'expliquer et pas de justifier. Cette émission ne cautionne pourtant rien de ce qui s'est passé. On peut tout à fait trouver qu'il s'agit de tristes sires qui méritent et en même temps apprécier qu'un média vienne essayer de comprendre le processus derrière.

Comme beaucoup, écoeurée par l'incroyable partialité de l'émission, magnifiquement illustrée par la presence des deux suppots du LOL en plateau , la harcelée étant tenue à distance. Respect absolu à Florence Porcel.


Une autre chose m'a frappée : Manhack répète en boucle "à l'époque, sur Twitter, il y avait que des journalistes ". PARDON  ?! 


Je suis arrivée sur Twitter en 2009. Je suis universitaire, j'y ai donc suivi bcp d'universitaires. Si on me demandait, je répondrais probablement "sur Twitter, il n'y a que des universitaires" ! On ne voit que ce que l'on veut voir...


Il y avait déjà pas mal de monde sur Twitter en réalité, même à l'époque.  Beaucoup de scientifiques, notamment. Pas mal de féministes aussi, ou de voix alternatives peu relayées dans les grands média. Manach *a  choisi* de ne suivre que des journalistes. Dont une bonne partie, via la ligue du LOL, ont systématiquement tenté de faire taire ces voix dissidentes. Ça s'appelle choisir son camp.


Mon Twitter n'est pas parfait, bien sûr, mais je l'ai construit patiemment avec des gens tout à fait raisonnables et respectueux. Twitter n'est qu'un outil, c'est à nous de construire ce qu'on y met. Il n'y a pas de fatalité du LOL, contrairement à ce que prétend Manhack. 


Arrêtez de salir mon Internet.

Et bien il serait maintenant intéressant de faire une émission sur l'émission tant il y a à dire... Cette fois avec des invité.es qui ont le recul nécessaire à la réflexion. Merci à  Florence Porcel, sa présence et ses interventions étaient bienvenues !

wahou surprenants les commentaires...

Mais pourquoi tout ce monde n'arrête-t'il pas ses comptes twitter facebook, et compagnie ? si c'est si toxique ? Cette question n'est jamais posée, et pourtant on aurait la cause première de tous ces méfaits : l'hystérie générale, le besoin inassouvi de reconnaissance (des bourreaux, des victimes, des commentateurs ineptes).

Et vas-y que je m'indigne parce que machin s'est moqué de ceci, parce que des abrutis sautent dans le vide comme des moutons parce que Bieber a sauté, etc.... Et allons y que les hommes sont des salauds, et le patriarcat et compagnie, alors que nous en sommes de plus en plus dépendants !!!

Hallucinant ce manque de recul, de second degré, de la part de gens n'étant pas victimes (éviemment que qd on a été touché comme Mme Porcel il est bcp plus difficile de voir large, cf sa réaction devant le "cutting for bieber", qui m'a faite rire).

Bien des bises

Drôle d’émission, drôle de titre. C’est la première fois que je suis autant outrée et choquée par les propos tenus dans une émission d’ASI et la première fois aussi que j’éprouve le besoin de laisser un commentaire. DS, malgré plusieurs réactions justes, étonne par moment par la complicité qu’il semble avoir avec les invités. Je pense notamment à ce moment hyper gênant où il est question des jeunes filles préados qui se lacèrent les bras. Les sourires des invités, leur amusement à ce sujet m’a laissée et continue à me laisser sans voix.


Les rires, les rires de complicité sont de la violence. La bande du lol, une bande de petits cons arrogants et manipulateurs. Les invités de l’émission, deux misogynes.Daniel S trop complaisant et donc complice. Alerte alerte !!!!! 


Merci de vous réveiller un peu et de mieux choisir vos invités à l’avenir. Ce n’est pas normal d’avoir une telle émission sexiste de la part d’un média alternatif. Et puis aussi, puisque j’y suis, il me semblerait pertinent d’être plus sur un mode de coanimation. Les assistantes de DS que l’on voie sur le plateau sont toujours des femmes, jeunes et la plupart du temps très effacées. Merci de permettre à ces journalistes d’avoir plus de place dans le débat en apportant elles aussi la contradiction aux invités. On sent bien qu’elles n’y sont pas autorisées. 

L'impression d'une "coupure générationnelle" avec... ma propre génération.

Ben ma doué !


Je viens de lire tous les > 170 commentaires, alors que je n'avais pas tenu plus d'un quart d'heure pour l'émission !


Entre jargon incompréhensible et références inconnues, (je n'ai plus de TV depuis des lustres, et me tiens à distance respectable de tous les rézozozios), j'avoue que j'ai bien du mal à prendre parti - si ce n'est que tous ces lynchages des un(e)s ou  des autres sous quelque prétexte que ce soit me donnent la gerbe.


Et ça vaut tout autant pour la chasse aux "antisionistes", aux "complotistes" qui se posent de vraies questions légitimes, aux" Maduristes" ou aux "Poutinistes" - entre autres exemples de police de la pensée dans la droite ligne du Maccarthisme


Sans remettre en question les choix de "critique media" que j'apprécie sur ce site, je reste un peu sur ma faim d'une analyse "surplombante" des phénomènes à l'oeuvre, particulièrement inquiétants - et bien illustrés récemment par les relations "media/gj" !


Sur ce, je vais me replonger dans mon bouquin...







Au secours... Cette incapacité a voir le sexisme et à appeler un chat un chat...

J'avais commencé à lister le nombre de trucs qui n'allaient pas, mais alors pas du tout dans cette émission, mais j'ai dû arrêter. Je me limiterais à ça:

A quel moment est-ce que vous intégrez vraiment que:

Le harcèlement de Florence Porcel ce n'est pas uniquement une attaque mais plein ?

Le "gentil troll" est limite pervers tellement il n'a aucune émotion à se faire passer pour des gens et les ridiculiser ?

C'est juste dit en passant alors que c'est au coeur du problème.


Il y avait une intellectualisation détestable dans cette émission. Vanessa Demouy est présentée comme une idiote mais une chose est sûre elle n'usurpe pas l'identité des gens pour les ridiculiser. Comme quoi la culture ne vient pas nécessairement avec le respect des autres.

Une émission que j'ai un peu hésité à regarder... eh bien j'aurais peut-être dû. 


J'avais le sentiment d'être dans le bureau d'un CPE (DS) recevant des élèves (harceleurs ou complices, rigolant des "bonnes blagues" des premiers) pour leur expliquer que le harcèlement "c'est vraiment mal". 

Et devant la victime encore sous le coup de l'émotion, j'avais le sentiment de voir les élèves continuent à nier que traiter untel de "sale pute", faire un canular téléphonique pour lui faire croire qu'untel est amoureux de lui ou dont on fait circuler la photo dans une position peu reluisante ... n'est évidemment pas grave, c'est juste pour "rigoler". 

La seule nouveauté c'est que ces gamineries de cours d'école sont fait par des mecs tellement pédants qu'ils préfèrent les appeler "contre-culture" et "post-situationniste"


Ps: Je n'ai pas trouvé le CPE (DS) très pertinent dans le choix de son plateau. Une "victime" (uniquement "utilisée" dans ce but) hors plateau et des deux intervenants présents venus pour se défendre et non expliquer ce phénomène de masse / de groupe qui fait qu'un individu est poussé à faire des choses qu'il peut par ailleurs réprouvé

ont-ils conscience qu'ils  ne sont pas et n'étaient sans doute pas des phénix, mais comme les ricaneurs en général des un peu paumés qui voulaient être vus

En tout cas il y en a qui ont dù sabrer le champagne à la révélation des méfaits de la LdL, presque autant qu'à celle des propos "antisémites" contre Finkielkraut, au harcèlement de Nadiam Daam, ou en voyant la presse évoquer divers hashtags homophobes, racistes ou sexistes par le passé (le genre de fait divers mis en valeur comme par hasard chaque fois qu'un gouvernement a envie de donner un nouveau tour de vis au net).


https://www.bfmtv.com/tech/contenus-haineux-vers-une-interdiction-de-reseaux-sociaux-pour-les-personnes-condamnees-1637119.html


https://www.phonandroid.com/emmanuel-macron-veut-la-fin-de-lanonymat-sur-internet.html


https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/02/21/proposition-de-loi-contre-la-haine-sur-internet-cinq-questions-pour-comprendre_5426395_4408996.html


Perso il me semblerait plus intéressant de consacrer une émission à l'évolution aux menaces qui pèsent sur la liberté d'expression en Europe (l'Allemagne ayant en la matière quelque avance sur nous), qu'aux motivations des quelques % de vrais salopards dont les actes aident à justifier la "reprise en main" du net en mode Big Brother qui s'annonce.

J'ai dû m'y reprendre à 3 fois pour la regarder en entier, le constat est sans appel : c'est la pire émission d'ASI que j'aie pu voir. Pour un peu, je me suis cru sur un plateau de télé classique sauce CNEWS. Signal d'alarme !

Vous rendez-vous compte que dans cette émission sur une femme harcelée par des hommes, elle se se trouve seule  face à trois hommes, obligée de se justifier et de s'expliquer tout au long ? On a l'impression de retrouver le célèbre : "il n' y a a pas de fumée sans feu".

Je suis déçu de la conclusion de l'émission quant au fait d'occulter la notion de complicité. Les faits étant commis en bande organisée, les membres sont pour moi complice de ce qui s'y passe. L'inaction des membres non acteurs/auteurs des faits ne relève-t-il pas de la complicité ?

Le harcèlement public en ligne par des trolls n'est pas simple a vivre. Quiconque s'est frotté à plusieurs trolls sur un forum chassant en meute et mordant au mollet à la moindre contestation de leur doxa politique, sociétale ou autre le comprend. Florence Porcel à une image publique et s'est faite troller en position de faiblesse.  ça ne fait pas rire du tout. Quand à Vanessa Demouy, le faux compte Twitter la représentant en intello à l'opposé de son image publique me fait marrer. J'assume. Ce n'est pas injurieux même si ce n'a pas été agréable pour elle. Que dire des couv' de Hara-Firi et des portraits au vitriol de Charlie aujourd'hui encensé.

cette émission m'a rappelé quelque chose que ma mère m'avait enseigné ou conseillé quand j'étais petite -j'ai 42 ans, pour situer- : si un garçon t'embête, ignore-le ou fais semblant que ça ne t'atteint pas, parce que plus tu vas pleurer ou crier, plus il va continuer à t'embêter… ça s'est avéré être un bon conseil dans la vie réelle !

évidemment, à appliquer sur le web, c'est une autre histoire... moi-même, parfois je me rends compte que mes petites cybermoqueries très ponctuelles, par exemple au sein d'une communauté de fans d'un(e) artiste, peuvent être mal vécues, donc je fais attention et je m'autocensure souvent… pourtant c'est vraiment pas méchant et en tout cas, jamais injurieux ! 


enfin, je plussoie les commentaires qui rappellent que cette forme de moquerie qui peut vite déraper et virer au lynchage existait déjà sur usenet, l'ancêtre des forums, en 1997 - c'est là que j'ai vu naître, par exemple, le crrrrrrrrrr ;) 

C'est du journalistico-journalistique qui doit passionner les journaleux dans un langage uniquement accessible aux professionnels de la profession du métier du journalisme ! Désolé je suis un abonné lambda. Mais si vous pouvez le rendre plus compréhensible faut voir, à moins que vous n'ayez d'autres sujets qui pourraient être moins dans l'entre-soi. 

Insupportable. Florence Porcel selon Rafik Djoumi a été victime de harcèlement parce qu’elle est « rêveuse et présente une certaine fragilité ». C’est bien connu : c’est toujours la faute des victimes.  Selon Jean-Marc Manach, Florence n’a pas bien compris le contexte de « la blague ». C’est bien connu : Les femmes n’ont vraiment pas d’humour (et ne parlons pas des féministes qui ne comprennent rien au second degré). Vanessa Demouy n’a peut-être pas lu James Joyce mais elle a très bien compris que David Doucet avait usurpé son identité pendant des mois, ce que n’a toujours pas l’air de choquer les invités mâles sur le plateau. Ces derniers semblent être beaucoup plus chagrinés par le back-lash que subissent leurs camarades ayant appartenus à la ligue du LOL qui s’ils n’ont pas harcelé de façon active des femmes, des personnes issues de la diversité ou appartenant à une minorité sexuelle ont cautionné pendant des années un système de clique, d’entre-soi et d’exclusion aussi degueulasse que la casquette que porte Jean-Marc Manach (lol).

ASI, ma petite friandise du weekend me reste sur l'estomac cette semaine. Et j'ai dû visionner en plusieurs fois, trop écœurée pour voir tout d'un seul tenant. Je n'en suis toujours pas à la fin.


Je me suis donc réfugiée en cours de route sur le forum, ce que je ne fais que très rarement. 


Ouf, tout est dit… y compris la curieuse impression de voir deux gamins se tortiller devant le proviseur du collège (encore que, DS dans ce rôle n'est pas très pugnace). Je me sens tout à coup vraiment moins seule.


Et ravie de ne surtout pas connaître les codes (vous avez dit Comic sans MS, avec une grimace et en vous cachant les yeux, ouh là, là…) ; ravie de mon ignorance et de ne pas aliéner ma liberté pour les beaux yeux d'une soi-disant contre-culture !

Heureusement que les deux femmes présentes, Florence Porcel et Juliette Gramaglia, sauvent cette émission du naufrage total.

dés la première seconde voir quelqu' un en studio avec une casquette, j' arrête

je suis d'une génération où la politesse voulait qu' on se décoiffât à l' intérieur et surtout ici à l' écran, le bonhomme n'est plus crédible


Très instructif de lire, dans le Télérama de cette semaine, sur la même page (p.14), à la fois :

- un article intitulé "L'effarante ligue du LOL" : sont exposés les canulars, insultes, harcèlements mis en oeuvre par "de nombreux membres" de ce groupe. "Tous les membres de ce groupe ne sont pas accusés d'avoir participé activement au harcèlement mais au moins d'avoir laissé faire et alimenté la toute-puissance du groupe, son impunité, voire d'en avoir profité professionnellement".

- un encart, en base de page signé de Fabienne Pascaud, directrice de la rédaction, expliquant pourquoi le journaliste Olivier Tesquet, qui a certes été un des "membres de cette sinistre bande" n'a pas été mis à pied par la direction du journal, n'ayant lui-même, d'après ses dires, "jamais pris part à aucun harcèlement; et aucun agissement délictueux n'a effectivement été porté à son encontre à ce jour". 

Allez comprendre : en haut on nous explique que participer à ce groupe revenait à soutenir et à encourager son existence et sa domination dans le milieu, voire à en profiter professionnellement, et juste en dessous on nous dit que le journaliste de Télérama impliqué dans ce groupe n'a rien fait en y restant et en y participant ! D'ailleurs c'est à propos de ce journaliste que Daniel explique que sa rédaction a refusé qu'il participe à l'émission. Belle preuve de transparence et de cohérence de la part de Télérama !

Notre journaliste avait bien la carte du NSDAP mais il nous a assuré qu'il n'a jamais proféré ouvertement de propos antisémites ni tué aucun juif, c'est quoi le problème ?

Comment s'organise-t-on pour fonder la "ligue des lecteurs de Télérama choqués par l'incohérence de la rédaction" ?

est-ce qu'on peut dislike l'émission ?

Bonjour.


Mon résumé.

C'est vraiment,un concentré de testotérones,BAC plus 5,en roues libres,chez des dominants(presse,communicants,etc)

Non ce n'est pas l'humour d'Hariki,L'échos des savanes.


Ce sont,Des Corbeaux,UNE des spécialités franchouillardes.


C'est mon avis d'homme de 65 ans.


Quelle émission... Comme beaucoup d'asinautes, plusieurs points m'ont choqué.


Parfois à vouloir prendre le contre-pied d'un mouvement général, on aboutit très loin d'une posture juste (https://www.youtube.com/watch?v=hZueeA9b1xY). Bien sûr,  il ne faudrait pas que la prise de conscience du harcèlement se transforme en purge mais nier ou minimiser la gravité des actes dessert tout le monde. D'abord, les harcelés, bien sûr, parce qu'ils sont sommés d'encaisser sans moufter des actes violents.  Mais aussi les harceleurs parce qu'on les laissent se construire sur le dos d'autres personnes avec des egos enflés et sans espérer plus d'eux.


Je comprends que Mr Manach et Mr Djoumi n’aient pas forcément pris la mesure du harcélement de la ligue du lol lors des évenements (bien qu’en tant que “connoisseurs” des dit réseaux ils auraient peut-être pu avoir une vision un peu moins “naïve” )mais j’aurais apprécié qu’ils mangent leur chapeau suite aux excellentes enquêtes de médiapart et reconnaissent pleinement la violence des faits.


Voilà ce qui m'a semblé le plus problématique dans leurs argumentations contorsionnées:


- le "victim blaming": Cela serait parce que Florence Porcel est rêveuse (parce que s’intéresser à l’astronomie et la science, c’est sûr, c’est hyper culcul la praline…) qu’elle se serait fait harceler. Comme si le comportement de la victime était ce qui expliquait le sadisme des harceleurs. Mr Manach et Mr Djoumi utilisent la tournure “ce que Florence a pu vivre comme du harcelement” tout au long de l’émission. Comme si Florence Porcel était trop “sensible” à leur goût et transformait par son “émotivité hystérique” un “bon mot” en harcèlement. Or il suffit d’excaver les twits de @foutlamerde pour comprendre que leur subtil humour n’est qu’insultes à peine masqué. On notera qu’ils font preuve d’une tout autre empathie à l’égard des loleurs qui ont d’ailleurs (presque) tous fermé leur compte twitter dès qu’ils ont eu à subir ce qu’ils avaient fait subir à d’autres.


- la “sophifistication” de la blague graveleuse:


Voici une petite anthologie de ce qu’on trouve un compte de loleur (je vous épargne les liens vers des images pornos ):

“Sacrée coquine la Priscilla. Un peu comme vous les twittas en fait.”, “Y'a du soleil et des twittas, darla dirladada. On va s'en fourrer jusque là, darla dirladada”,  “Le 20/09/10, j'ai souillé une twittas au cours d'un twapero. Puis j'ai débandé en apprenant qu'elle avait 32 followers. # foutlamerdegate”, “Une twittas influente a un jour énoncé le théorème FEMME = PUTE. Qu'en penses-tu?”, “Ô que la méchanceté est belle qd elle est enracinée dans les blessures du coeur! Mon vit rageur tendait sa haine vers des twittas innocentes”


Une verve qui ferait passer Bigard pour Rimbaud. Et pourtant ce ramassis d’insultes et de culture du viol est assimilé à une contre culture subversive hyyYyyper intéressante, comparé aux YES MANS (j’ai failli m’étouffé…). Bon je crois qu’il faut redescendre un peu sur terre et regarder en face la médiocrité totale de ces actes de harcèlement sans les vernir d’une couche de contre-culture.  




- Répartition du temps de parole et dispositif de l’émission: Je ne blâme personne mais comme Florence Porcel n’est pas présente sur le plateau Mr Manach et Mr Djoumi font des tunnels exposant ad nauseaum leur point de vue. Elle les recadre courageusement à plusieurs reprises. Cependant, on doit pas être loin 90% 10% de temps de parole… Elle est seule sur un sujet qui est douloureux pour elle donc je trouve qu’il n’y a pas d’équilibre sur ce plateau. Cela donne presque l’impression (je suis sûre que ça n’était pas l’intention) qu’elle a été invité pour servir de caution au déballage de Mr Manach.


- Occultation Je renvoie aux enquêtes de médiapart pour tous les actes de harcèlement antisémites, homophobes, racistes, grossophobes et psychophobe qui n’ont pas été mentionné une seule fois dans l’émission. Il n'y a donc pas que les "jeunes filles rêveuses" qui étaient harcelé mais tout ce qui était un tant soit peu différent. Belle contre culture. Mais tout cela était surement de l’humour trop subtil pour moi.


Il faut reconnaître une certaine forme d’aplomb à Mr Manach et Mr Djoumi (ou d’outrecuidance ? Ou de dénie? )à être venu exposer leur point de vue dans le contexte actuel et j’espère que le débat fera progresser tout le monde.

Ces deux hommes qui se croient à la pointe de la branchitude charrient le machisme le plus archaïque. 

Oui comme beaucoup ici l'émission m'a mis assez mal à l'aise par le refus de nommer l'aveuglement collectif, et le refus de reconnaître toute part de responsabilité (même si forcément très diluée, c'est le principe de l'aveuglement collectif - mais c'est une part non nulle).


Mais le principe de l'émission est bon : oui il faut savoir d'où ça vient. Jean-Marc Manach le dit : il faut contextualiser. Alors faisons-le à fond. Et surtout : contextualisons politiquement.


Je commence par d'où je parle.


Cette histoire me touche bizarrement car me replonge dans la vraie préhistoire des réseaux sociaux, ma découverte des forums sur Usenet à la fin des années 90, ça devait être en 1998 (désolé pour l'ancien combattant, et en fait ça avait été créé déjà 20 ans auparavant) . On lisait et on écrivait encore hors-connexion, sur PC ou Mac avec des modems bas-débit. Dès cette époque, bien sûr, il y avait déjà des trolls, dont l'immense majorité me semblait déjà irréparablement inintéressante (et même avec toute la profondeur d'analyse qu'on peut essayer d'avoir a posteriori). Déjà il pouvait y avoir des conséquences sur la vie des gens, essentiellement lorsqu'ils se connaissaient en vrai (IRL - In Real Life comme on disait), même si pour le coup l'audience était vraiment confidentielle, l'interface austère et poussive, et les moyens de diffusions sans comparaison avec Twitter. Mais c'était déjà grisant, comme cela a dû l'être pour les pionniers de Twitter.


C'était les années 90, une éternité avant Twitter, mais c'est la matrice des réseaux sociaux qui viendront après.


Et les années 90, c'était un moment politique particulier, l'enterrement du communisme, la "fin de l'histoire" et des idéologies, et surtout le triomphe du capitalisme technologique et financier, et dont l'avènement de l'Internet est le symbole le plus porteur. En France comme ailleurs, cela coïncide aussi avec la privatisation de France Telecom et l'arrivée de Free, qui constitue aussi le symbole et l'exemple le plus fréquemment martelé pour justifier la libéralisation et la privatisation de tous les services publics. C'est un rouleau-compresseur, les oppositions sont inaudibles et jugées "obsolètes" (grand tube de MC Solaar de 1994)  ; la gauche plurielle de Jospin est lessivée en 2002. Il faut attendre le double crash (boursier et terroriste) de 2001, puis surtout la crise de 2008 pour changer de séquence. Dans le même temps, le développement de l'informatique et d'Internet démultiplie les moyens de contourner les structures collectives, d'atomiser le travail comme les individus, de liquider de vieilles institutions.


Comme tout changement technologique majeur, l'avènement d'Internet a un contenu politique révolutionnaire. A la base, même si après ça se complexifie nettement, il est l'outil et la traduction parfaite de la révolution néolibérale :  abolition du temps et de l'espace, écrasement des institutions et autres corps intermédiaires rendus préhistoriques, atomisation et concurrence du tous contre tous.  La notion de bien collectif n'existe plus. 


En conséquence, la dépolitisation règne en maître.


La culture du web est à mon avis, à l'origine, imprégnée de cette dépolitisation qui était l'essence de son époque. Il n'y a plus d'adversaire politique - les Guignols désignent au mieux la "World Company", et de pauvres canulars font office d'actions politiques majeures, pendant que les organisations politiques sont désertées et que les blocages, grèves ou manifestations deviennent de plus en plus rares. 


L'aveuglement collectif de la culture du web est à mon sens lié à ce fantasme d'individus égaux produits tant par le néolibéralisme que par l'Internet, qui se croient faussement protégés du développement d'un capitalisme de plus en plus agressif et inégalitaire.  Ce "contexte" créé de la fausse conscience tant chez les agresseurs que chez les agressé-es, et prive ces derniers des structures et concepts qui l'aideraient à se défendre. L'antiracisme et le féminisme deviennent "moral" à défaut d'être politique.


Je me souviens combien à l'époque l'informatique était presque exclusivement masculine (il fallait voir les promotions des étudiants en informatique dans les années 90), et l'exclusion des femmes de cette technologie majeure avait évidemment des causes mais aussi des conséquences politiques : les hommes allaient à la fois maîtriser la technologie, ce qui allait justifier le maintien de la domination masculine, et les griser dans leur situation de toute puissance issue de la maîtrise de cette nouvelle technologie révolutionnaire (et comme c'est toujours l'objectif in fine de l'éducation des garçons, mais pas des filles, de les mener aux pleins pouvoirs, il ne faut pas s'étonner après des débordements).


S'il ne faut finalement retenir qu'une chose de la ligue du lol, c'est qu'il faut expliquer aux femmes que s'il faut s'orienter vers les études des technologies de pointe, ce n'est pas simplement pour avoir des meilleures salaires : c'est une question de pouvoir. C'est une nécessité politique pour atteindre l'égalité. Il y a encore du chemin :-(

Trois hommes et une seule femme sur le plateau; le débat orienté vers internet et non pas la masculinité.

L'émission était mal partie et mal arrivée. J'ai arrêté de visionner quand ils se sont posé la question de "pourquoi elle a subi ça?" -classique retournement de culpabilité. DS ne semble pas avoir saisi toute la dimension de cette affaire.

Eh ben.... C'est pas comme ça qu'on s'indignait en 2012, quand les harcèlements de la Ligue du Lol battaient leur plein.

Dénoncer le sexisme, le racisme, l'homophobie... sur Twitter, c'était une atteinte à la liberté d'expression et les commentateurs de l'article ne semblaient pas trop s'embarrasser de la douleur des victimes à l'époque.


Et là, 2019, boum, la parole se libère, sur un harcèlement qui était PUBLIC, au vu et au su de milliers de personnes abonnées qui lisaient tous ces messages.

Et personne n'a percuté à l'époque, personne n'a créé de #vincentgladtunousemmerdes, sur un réseau connu pour sa viralité?


Je-ne-comprends-pas.

Dans la vie il faut être humble et inclusive. Tous ces clubs et pseudo codes c'est fait pour exclure et taper sur les plus faibles. On s'en fou des fonts. Ça sert juste a faire le beau en soirée. C'est honteux de pas montrer la moindre émotion pour les enfants qui se scarifient. Vous pensez c'est qui qui fait ça ? Les petits riches du 16eme? Lol c'est pas que des harceleurs. C'est la même réponse que les médecins qui maltraitent leurs collègues au travail en disant que c'est les mêmes qui ont sauvé les gens des attentats. Trop de gens se prennent pour des dieux croyant avoir changer le cours du monde. Vous êtes tous échangeables. Apprenez à être humble et respectueux. 

Et si on assistait au début du masculinisme à la française ?

Juste un petit mot en faveur des "gamins de 13 ans" dont parlent deux ou trois commentaires: on peut être un gamin, avoir 13 ans, et être sensible, amical, soucieux des conséquences de ce qu'on dit ou de ce qu'on fait. On peut déjà à 13 ans savoir que harceler les faibles et révérencieux avec les forts est indigne.

Je ne commente JAMAIS ! Mais là... Rafik DJOUMI et Jean-Marc MANACH ont été consternants. D'une bêtise crasse. Je manque de mots.

30eme minute et les mots "sexisme" et "entre-soi" n'ont pas encore été cités. Long. Trop long. 

 ce forum me met terriblement mal à l’aise  . Les asinautes tapent le plus fort possible et pour faire mal, et cela pour critiquer le harcèlement. Au fond c’est une démarche similaire .

Vous auriez souhaité quoi, qu’ils se flagellent sur le plateau ?


Alors, comparer les YES MEN qui sont grandiosent, intelligents et plutôt pas malveillants à ces connards de LoL, j'ai du mal. Ces mecs n'usurpent pas vraiment des identités. Ils se font passés pour journalistes etc et piègent des gens. Ils ne prennent pas le nom d'une personne connue et lui inventer un compte fake sur twitter, faut pas tout mélanger. Z'ont encore du chemin à faire avant d'arriver aux YES MEN les mecs !

Ayant décliné une invitation de Daniel, je ne veux pas accabler ceux que j'ai regardé transpirer (hors Florence Porcel, parfaite).  


MAIS...

Le nombre d'omissions - volontaires ou pas - pose question, quand on a subi les attaques de ces mecs (entre autres agressions sur le web), pendant des mois ou des années.

Rien sur la dimension antisémite omniprésente chez certains membres, je peux en parler et des témoignages parus dans des articles consacrés à ces minables le démontrent et conduiront, je l'espère, à des sanctions réelles.


Rien sur la pauvreté de la défense de ceux qui expliquent qu'ils n'ont pas harcelé eux-mêmes, mais reconnaissent qu'ils ont laissé faire leurs "copains", sans prévenir leurs cibles qu'ils connaissaient, qu'ils croisaient et avec qui ils échangeaient (je parle pour moi). C'est inexplicable et je l'ai dit vigoureusement aux intéressés.

Rien sur les excuses publiques lamentables qu'ils ont pondu les uns après les autres en un ensemble touchant.

Rien sur la stratégie collective de dénigrement et de harcèlement de tous ceux - femmes d'abord mais aussi hommes plus âgés qu'eux - qui travaillaient dans des médias et osaient - ces vieux cons - parler du Web, à l'époque, stratégie gagnante depuis dix ans - et jusqu'à il y a 15 jours - quand on voit jusqu'où étaient parvenus nos bons amis loleurs (rédactions, mairie de Paris, agences de comm. etc.)

Ici je vais prendre un cas précis évoqué dans l’émission. 

Le passage sur le faux compte Twitter de Vanessa Demouy qui ne choque pas beaucoup J.-M. Manach.

D’abord on comprend bien que pour Doucet, c’est forcément une pauvre fille qui ne peut pas aimer la littérature ou la philo puisqu'elle joue dans un sit-com.

D’où ce faux compte, forcément identifiable, puisque Demouy, la vraie est forcément un peu idiote.

Je fais partie de ceux - débiles évidemment - qui ont évoqué son compte Twitter à l’époque, car je ne voyais pas pourquoi Vanessa Demouy, forcément écervelée, n'aurait pas pu parler philo.

Que croyez vous qu’il arriva ? 

Eh bien, un autre membre de la ligue du LOL consacra un article dans Libération à ceux qui avaient été piégés par le génial fake.

Donc Doucet invente un fake. Il piège quelques mauvais journalistes (j'en suis). Et l’un de ses copains - un tr§s bon journaliste, lui - membre de la ligue - A. Hervaud - pisse de la copie, à peu de frais, sur ces abrutis de journalistes qui se sont fait piéger. 
Comment nommer cela ?

Quand j'entends Manach comparer cette fumisterie pathétique aux Yes Men, je ne vous cache pas que mon poil dru se hérisse.



Rien sur ceux l'aveuglement possible et passablement problématique  de ceux qui les ont recrutés et promus. 



J'ai dit -  en privé et très violemment - ce que j'avais à dire à tous ceux dont j'ai découvert - il y a 15 jours donc - qu'ils se planquaient derrière des comptes anonymes parmi ceux qui m'ont pourri ces années-là. Je ne vous cache pas que je ne décolère pas et que je ne leur souhaite pas de me croiser par hasard.


Mais franchement j'espérais mieux d'@si dans sa tentative de compréhension des activités d'une bande de salauds qui ont fait souffrir - à des degrés divers - ou réellement harcelé des femmes et des hommes qui n'avaient rien demandé.



guy birenbaum

Rafik doit-il intervenir dans toutes les émissions d'@si et de Hors-Série ?

Les touche-à-tout autodidactes et les toutologues, ça peut être sympa deux minutes, mais les personnes vraiment spécialisées, vraiment compétentes, ayant consacré dix ans à l'étude d'un phénomène ont aussi des choses intéressantes à dire, non ?

Par ailleurs, il se prend de plus en plus les pieds dans le tapis. Sur les femmes, les homos, quelques interventions sont, dans le meilleur des cas, maladroites, et souvent révélatrice d'une certaine ignorance et d'un certain manque d'empathie.


Je ne paie pas mon abonnement pour écouter un super joueur de Trivial poursuit qui a toujours un truc à dire sur tout.

Bon fini l'émission, Cocomuze a déjà dit l'essentiel, merci à elle.
Que des années après les évènements JM Manach ne se rende pas compte à quel point il baigne encore dans ce petit monde d'hommes qui se pensent drôles ou cool est vraiment révélateur de l'ampleur du problème.


Juste quand même je m'arrête sur cette phrase :
"il est injuste de réduire la ligue du LOL à du harcèlement"
Et donc ?
"Il est injuste de réduire la police aux seuls tirs de flashballs".
"il est injuste de réduire Nicolas Sarkozy à l'affaire libyenne"
"il est injuste de réduire Benalla à l'affaire de la Contrescarpe".
c'est absurde.

C'est pas de "l'injustice", ça s'appelle enquêter, ce qui signifie mettre le doigt sur un problème, révélateur d'un mode de fonctionnement plus général dans un groupe ou une société.
L'injustice c'est quand le seul fait d'être une femme/LGBT/homme pro-féministe/noir/arabe constitue en soi un facteur explicatif d'exclusion de Twitter et d'internet.
Et le fait que ce soit hérité des campus américains aurait peut être dû plus alarmer et dire "attention" que de réjouir, étant donné la prégnance de la culture sexiste qui y règne :

https://www.telerama.fr/monde/les-fraternites-americaines-sont-elles-des-foyers-de-sexisme-et-dhomophobie,n6140805.php

Si Manach a fait le parallèle entre le web et la révolution sexuelle, quand il parle de "terre vierge", j'ai plus l'impression d'entendre l'attitude des conquistadors joyeux à l'assaut d'un nouveau Continent .. où ils mettent en place rapidement leurs lois, leurs codes et délégitiment tout ce qui vient soit du "Vieux Monde", soit qui est déjà là mais ne leur convient pas. Et qui se marrent de tout ça en plus.



On pourrait même pousser l'analyse sur la "virginité" de cette terre qui impliquerait nécessairement d'être défrichée, mais là ça irait peut être trop loin dans l'éco-féminisme pour ces "esprits brillants".

https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2015-2-page-103.htm

Comme "gentil troll" qui fait des canulars téléphonique on a échappé à l'évocation d'ULCAN ....Sauf que lui il tue aussi des gens avec ses "canulars"

Titres sur ce site: "On ne peut pas réduire la Ligue du Lol à du harcèlement", "Le LOL, dans son continuum" - "Parfait, tout va bien, on tient un méchant : la Ligue du LOL. Sauf que dans le détail, ce n'est pas si simple." -"Harcèlement : Le Monde charge (à tort) la ligue du LOL" - "Il ne faut pas jeter le LOL avec l'eau du bain"...


ASI filerait du mauvais coton? Avec des arguments de type "Oui mais" - "affaire de "contexte", comme dit Manach, planqué sous casquette, derrière lunettes et barbe? Quel contexte? Des pionniers de quoi? Pionniers en 2000-2010? Passons sur Manach, le cas Djoumi est plus intéressant: spécialiste de culture populaire. Soit. J'invite les asinautes à aller voir sur Arte les œuvres complètes du personnage - dont un confondant opus féministe, "girl power": https://www.arte.tv/fr/videos/052643-001-A/bits-girl-power/. On a aussi "philosophie du bac à sable", "razzia", "fan wars", "geeks are heroes", "gore", "troll", "razzia"... J'ignorais qu'en culture populaire, on parlait un sous-dialecte du globbish (c'est plus chic), que la vulgarité condescendante c'était bien vu pour faire peuple - pardon, "pop"! Allons, Messieurs, on se ressaisit?






L'émission avait pourtant bien démarré.
 Pendant trois secondes.
"ou bien peut-on tenter de les relier à ce qu'on appelle une culture du LOL, voire une plus vaste culture du web."

Non, mille fois non.

Culture du viol, éventuellement, ça aurait été un bon angle.

Culture machiste et sexiste ça marche aussi.


Parti comme ça, j'ai très peur pour la suite.


Sévères, les commentaires, à l'égard de nos amis et invités, Rafik Djoumi et Jean-Marc Manach. Comment ne pas le comprendre ? Ce qu'ils exhument, c'est leur aveuglement (Jean-Marc) ou leur ambivalence (Rafik) de l'époque,; à l'égard de la souffrance provoquée par le LOL, qu'exprime pour sa part Florence Porcel. Insupportable, vu d'aujourd'hui.


Mais le but de cette émission n'était pas dans rajouter dans la réprobation à l'égard des loleurs, qui s'exprime partout depuis 15 jours, y compris par exemple sur ce plateau la semaine dernière. Le but, c'était d'essayer de décrire le contexte, le fameux contexte, qui bien entendu n'excuse en rien les actes individuels, ne suffit même pas forcément non plus à les expliquer, mais permet au moins de resituer, des comportements qui semblent aujourd'hui aberrants. Merci donc à Rafik et Jean-Marc (qui, je le rappelle, n'ont harcelé personne !) de s'être prêtés à l'exercice avec courage, honnêteté, et toute la lucidité dont sont capables des êtres humains, placés en face de leurs faiblesses et de leurs défaillances. Merci aussi à Florence Porcel d'avoir eu le courage de revenir sur ces souvenirs douloureux. Sans sa présence, cette émission n'aurait tout simplement pas été possible. 

Ces mecs sont incroyables. Ils ne donnent pas de réponse, bien sûr à la question qui leur est posée: pourquoi le milieu a-t-il sécrété des saloperies bien au-delà de ce qu'on trouve chez les farceurs d'autres milieux professionnels. Sans doute savent-ils plus ou moins que leur position de pionniers est en grande partie usurpée, car ils n'ont pour la plupart rien inventé, rien fait d'autre qu'occuper un espace en jouant des coudes. 

J'imagine que beaucoup d'entre nous on fait le lien avec les anciens forums d'@si où une petite bande éprouvait le besoin de laisser sa petite crotte sur le forum avant d'avoir visionné l'émission, faisant ainsi savoir qu'elle était là chez elle. Où sont-ils maintenant ?

Qui se charge de faire le bingo des amis des membres de la ligue du lol ?


Concernant la suppression des tweets, la justice ne pourrait pas demander à twitter la divulgation de leur contenu ?



On dirait que cette émission a été pensée pour être le pendant exact de celle de la semaine passée -- et non son approfondissement. 


La confusion y remplace la clarté. L'auto aveuglement, l'analyse. La lourdeur, la subtilité. Le dispositif de boys' club recréé qui eloigne et virtualise F. Porcel en lieu et place d'un plateau où la parole circule en liberté et à égalité. 


Je n'ai même pas regardé jusqu'au bout tant l'intérêt s'effiloche...


Daniel, dites nous que c'est fait exprès !! C'était une performance ?

Des mecs qui se la pètent parce qu'ils prétendent que la police de caractère "comic sans" est nulle ! La contre-culture web c'est cela ? Au secours.....

Muahahahahahahaha,


Des petits gamins de 13 ans dans des corps d'adultes, incapables d'assumer, incapable de remettre en question leurs petits jeux d'humiliation et de branlettes pré-pubères, tant ils y sont encore attachés...


Et ça bafouille des prétextes à deux balles, et ça glisse des "contextes" à tour de bras, et ça susurre  des "ressenti comme harcèlement" comme si c'étaient les victimes qui étaient à côté de la plaque, qui n'avaient pas bien compris le "game"...


La bonne nouvelle c'est qu'on les retrouvera pas dans la "fan base de Maxime Nicole" ces deux là... pas vrai ? 

(oulààà !! V'la t-y pas que j'me mettrais à "troller" madoué !!! )


Bon bêh merci de nous avoir montré l'élite du web de la "contre-culture pop de la vie de la mort de l'univers" ... J'me sens plus cultivée là, "référencée" même !!! :D








Jean-Marc Manach a eu l'audace de se comparer, lui et ses 'collègues', aux Yes Men. DS a (faiblement peut-être) tenté de s'indigner de cette comparaison. Les Yes Men montent des actions, des canulars géants, presque toujours en prétendant être les représentants d'organisations gouvernementales ou en tout cas puissantes afin de dénoncer des scandales (G. W Bush, Exxon Mobil, la ville de la Nouvelle Orléans, etc..), prenant parfois des risques assez considérables. Ils filment tout et finissent par dévoiler leur supercherie, au moins 'les méchants' sont obligés de réagir. 

Si J.-M Manach et l'autre intervenant avaient 13 ans et demi, tout leur serait pardonné, mais à leur âge, ce n'est plus possible. Leurs minables canulars, alors qu'ils sont cachés derrière leur écran,  sont l'équivalent de la meute qui rend intolérable la vie du petit gros et de la fille qui louche dans la cour d'école. Minable, je le redis. 

Rafik Djoumi et Jean-Marc Manach avaient quelque peine à bien expliquer de quoi il s'agissait. Pourtant il s'agit tout simplement, mode internet, de "la bite au cirage". Version féminine. La ligue du Lol et eux, c'est pas mieux mais plus con.

On ne peut pas réduire les gamersgaters ou le 18-25 à du harcèlement non plus, néanmoins la presse n'a jamais hésité à le faire, donc bon... Dur de ne pas voir du pur réflexe de caste quand dans le seul cas de journalistes-harceleurs on va analyser l'eau du bain pour essayer de justifier de ne pas jeté le bébé.


Quant à essayer de faire passer le début des années 2010 ou même la seconde moitié des 2000 comme une espèce de période préhistorique ou les gens découvraient internet et la culture troll, j'ai trouvé ça assez amusant.


"Troll" j'ai dù apprendre ce que signifiait ce mot vers 1995 sur un forum usenet, réseau qui comptait certainement pas mal de journalistes parmi ses plus gros utilisateurs, et déjà les spécialistes du trollage n'avaient pas pour réputation d'être toujours gentils, plutôt le contraire.

Mais ils ont oublié de grandir ces mecs ! Que d’inepties proférées par des adultes qu’on pensait éduqués. Dénigrer la noirceur de leurs pensées et de leurs agissements ne servirait qu’à relancer leurs jeux infâmes. J’espere qu’ils pourront bientôt jouer aux gendarmes et aux loleurs dans d’autres cours de « récréation ». En ce qu’elle révèle de tels comportements, cet Arrêt sur images insupportable restera malgré tout un témoignage utile.

Tout d'abord

plein de soutien à Florence Porcel d'avoir réussi à tenir tête à ces bolosse.. 

Je suis complètement scandalisée de voir comment ils défendent leur bout de gras : vous vous êtes fait choper les gars assumez et excusez vous mais n'essayez pas de vous justifier à partir de rhétoriques foireuses type néologisme : c'est une personne qui aime les étoiles et du coup cette personne aime le ciel et du coup cette personne est un peu naïve et du coup innocente et olala cette personne est une femme donc on a envie de l'humilier"
et bon le coup du contexte .. j'ai envie de dire "et ton père le contexte ?"

c'était vraiment affigeant et big up (big up ironique parce que tavu moi aussi je peux faire la troll) à la justification de "si tu dis que tu es une fille sur internet, paie tes boobs" par le fait que bon, à la base internet c'est un gros milieu de mec et du coup on sait pas si c'est une meuf pour de vrai et aussi je suis allée voir donc cette affaire de "regle d'iternet" et c'est un gros concentré de mysoginie..


Bref bon voilà, tout ça pour dire que Florence Porcel elle a trop la classe et bravo pour ton courage et ta patience <3

Parole de mec : nous, mec, riche, pauvre, moyennement fortuné, de gauche, la vraie, de droite, aussi, fan de métal, admirateur de Bowie, lecteur de George Sand, Fan de Despentes, on n'est pas éduqué.
On est les maîtres du monde juste de part notre force physique supérieure aux femmes. Il nous faut de l'éducation populaire. 

Ah, je me marre... le Jean-Marc et le Rafik sont bien mal à l'aise pour expliquer leurs petits jeux toxiques de mâles journalistes "web" heureux d'avoir trouvé Twitter pour exprimer courageusement toute leur rancoeur. Se moquer de l'ordre établi parce qu'on est en exclu mais qu'on aimerait en être, ridiculiser une starlette quand on a soi-même on a un physique de blaireau, piéger les fans de Justin Beber pour se venger du succès qu'il n'auront jamais... En fait, c'est le prolongement de l'humour de Canal dans les années 80, se moquer de tout parce que c'est facile et immédiat, le court terme que l'on condamne en politique est ici exploité sans honte. C'est juste désespérant de médiocrité. A l'inverse, j'aurais  tellement aimé que ces journalistes si intelligents et si subtils utilisent leur talent pour donner ce qui manque le plus, du sens !

J'avais des craintes, je n'ai pas été déçue : après visionnage c'était encore pire que ce que je pensais (cf mon premier message).

Je suis absolument écoeurée et scandalisée, tout comme mon compagnon, de ce qui s'est dit dans cette émission. Si Florence Porcel avait été en plateau elle aurait peut-être eu davantage l'occasion de remettre à leur place ces deux tristes sires, ce que Daniel fait mais trop irrégulièrement à notre goût (dépassé par l'auto-référencement peut-être ?).

Ou comment deux hommes, persuadés d'être des Caliméros ("on nous traitait de Pakistanais !") en viennent à qualifier de "contre-culture" "post-situationniste" (je n'invente rien, et pourtant on pourrait en rire et en pleurer) l'expression la plus crasse et la plus surannée du patriarcat. 

M. Manach est pathétique dans son embourbement (c'était un tout petit milieu d'avant-garde, mais en même temps il n'a jamais vu passer de harcèlement sur Twitter, ni entendu parler de celui que vivait depuis des années une personne avec laquelle il travaillait, alors même qu'il copinait avec les coupables) mais M. Djoumi n'est pas mal non plus dans le genre, à trouver drôle que des petites filles se passent les bras au cutter ou à prétendre que demander à une personne de montrer ses seins dès qu'elle ose annoncer son genre n'est pas misogyne. Au passage, Demouy n'était pas "vendue comme désirable et idiote", elle était simplement vendue comme désirable, et c'est votre machisme insupportable qui associe attirance sexuelle et bêtise. 

Vraiment je suis révoltée, et en même temps si peu surprise (et c'est triste) : évidemment que ce système de domination masculine décalqué de l'AFK sur internet a pu perdurer tranquillement et aboutir au harcèlement de femmes et de minorités les mecs, vous étiez là et vous étiez d'accord ! Et vous avez participé ! En plus, vous venez, avec quand même un peu de gêne, tenter de vous en justifier, de vous dédouaner. Vous n'arrivez pas à accepter que cela s'appelle du harcèlement, aujourd'hui comme hier, alors vous vous épuisez en circonvolutions pour faire en sorte que votre égo n'en sorte pas trop cabossé. Lamentable.

Tout mon soutien et toute mon admiration à Florence Porcel qui a supporté tout ça d'un bout à l'autre de l'émission alors que j'ai dû faire des pauses pour tout écouter. 


Cela aura au moins eu le mérite de faire tomber des masques qui, après tout, n'étaient pas très efficaces. 

C'est tout a fait ça. Et merci aussi à Juliette.

Merci pour votre commentaire Cocomuze qui ne pouvait mieux exprimer tout ce que je ressens après visionnage de l’emission. Les contorsions des deux invités pour tenter de légitimer l’inacceptable sont tout bonnement pathétiques et affligeantes. Totalement minable.

Daniel m'a demandé de venir répondre à ses questions afin, à l'aune des accusations et témoignages qui viennent d'être rendus publics, de remettre les choses dans leur contexte d'alors : oui, les journalistes web étaient mal traités, et Twitter, et la culture du LOL étaient un nouveau terrain d'expressions libres où beaucoup de bonnes et belles choses ont aussi (et surtout) pu se passer.


On en découvre aujourd'hui des bas-fonds, avec des gens qui en ont abusé et d'autres qui en ont souffert. Daniel ne m'a pas posé la question, mais je condamne bien évidemment toute forme de harcèlement et ai, comme tout le monde, été choqué parce qu'ont vécu les victimes.


En acceptant son invitation, je craignais d'être amalgamé aux membres de cette Ligue du LOL (dont je ne faisais pas partie, & dont j'ignorais l'existence), ce que la consultation de cette page semble hélas confirmer (& merci à Carnéade de Cyrène pour cette compil') : 

https://www.arretsurimages.net/discussions/on-ne-peut-pas-reduire-la-ligue-du-lol-a-du-harcelement?uuid=5bdcd179-97b0-41ce-af04-25c4fbe12179


A vous lire, j'aurais cautionné ces harcèlements, alors que non : je ne les avais ni vu ni perçu. J'ai tenté de remettre les choses en contexte, et me voilà accusé de complicité.


Pour votre gouverne, je travaillais à 1/2 temps, essentiellement en télé-travail, et ne voyais donc Florence qu'occasionnellement; elle ne m'avait jamais parlé du fait qu'elle avait été harcelée, ni avant l'émission, ni après, ni depuis.


Nous venions pourtant précisément de consacrer un Vinvinteur au sexisme sur Internet, avec l'interview d'une blogueuse qui venait de... dénoncer le cyberharcèlement dont elle faisait l'objet, et une autre de Nathalie Magnan, pionnière du cyberféminisme, qui... dénonçait les boy's club : https://www.dailymotion.com/video/xylw2h


Pour reprendre l'analogie avec la révolution sexuelle que j'ai pu faire, une chose est de la remettre en contexte (ce que j'ai tenté de faire), une autre serait de cautionner les abus qui peuvent en résulter (ce que je n'ai bien évidemment jamais voulu faire).


J'ai du bien mal m'exprimer pour être aussi mal entendu.

bonjour,

petite question, on est nombreux à avoir tiqué sur "post- situationniste".


Y'a t-il un rapport avec le situationnisme de Guy Debord, si oui, lequel?

Bonsoir, 


vous réagissez (comme tout le monde) *après* que Florence Porcel ait témoigné du harcèlement dont elle a fait l'objet, et donc aussi du canular en question, et de l'existence de la Ligue du Lol. 


J'ai de mon côté fait référence à Debord pour évoquer le *contexte* de l'interview de celui qui venait, sur le même compte (et donc avec les mêmes followers), de passer de Vanessa Demouy fan de philo à Robert Hue entraîneur de rugby, que j'avais donc à l'époque qualifié de "gentil troll", et qui n'avait donc pas encore fait ce "canular" à Florence (et dont je n'ai découvert qu'elle en avait souffert que la semaine passée vu qu'elle ne m'en avait jamais parlé).


Ayant précédemment cotoyé (et travaillé avec, et pour) les Yes Men, j'avais, à l'époque, plutôt à la bonne ce genre d'usurpations d'identité visant, pour le coup, non pas des "méchants capitalistes", mais des "figures médiatiques", d'où la référence à la société du spectacle et au "post-situationnisme".


Je me retrouve aujourd'hui accusé d'avoir qualifier le harcèlement de Florence de "post-situationniste"... ce que je n'ai (bien évidemment) jamais fait, et ce qui me semble tout aussi absurde que choquant.


J'ai accepté de répondre aux questions de Daniel pour tenter de l'aider à comprendre comment et pourquoi le "contexte", à l'époque, de ce que j'ai donc qualifié de "libération de la parole" -& que j'ai comparé à la "libération sexuelle"- pouvait avoir aussi entraîné des abus (comme ce fut aussi le cas lors de ladite "libération sexuelle"), et me retrouve aujourd'hui accusé d'être "complice" de ces "abus", un comble !


Je constate (et déplore) que mes propos aient ainsi été aussi mal entendus et interprétés, vu le shitstorm dont je fais l'objet -alors que je n'étais pas membre de cette "Ligue du LOL", que je n'utilise Twitter que pour (m')informer, et que je n'ai pas souvenir d'avoir vu, et encore moins participé, à un quelconque harcèlement. 


Je mesure aussi, et d'autant plus, ce que peuvent par ailleurs vivre ceux dont les noms ont été jetés en pâture au seul motif qu'ils étaient membres de ce groupe Facebook, alors que seule une petite minorité d'entre eux ont été accusés de "harcèlement".



peut être que ce qui à merdé et mis vos détracteurs sur cette fausse piste, c'est que quand Florence s'est montrée choquée par vos propos, vous n'avez pas donné de réponse claire . Le fossé s'est creusé en grande partie à ce moment je pense.


merci pour vos explications.

Bonne soirée.

Florence est contre les canulars téléphoniques, "par principe", a fortiori lorsqu'ils visent des personnalités pas particulièrement "publiques".


Je lui avais répondu que sur le web, "tout le monde" devient une "personnalité publique", puisque tout le monde peut s'y exprimer, ce que j'avais tenté d'expliquer dans mes articles repris en essai, "La vie privée, un problème de vieux cons ?" : 

http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2010/07/02/la-vie-privee-un-probleme-de-vieux-cons-le-livre/


Ce pourquoi je lui avais aussi demandé si le harcèlement avait commencé avec le Grand Webzé, parce qu'en tant que community manager de cette émission, l'une des toutes premières consacrées à Internet (qui avait par ailleurs été plutôt critiquée, au point d'y avoir précisément été harcelée, comme elle l'a expliqué), puis en tant que CM du Vinvinteur, elle était (hélas) une "cible" potentiellement désignée...

https://www.youtube.com/watch?v=NzmWqjHRl0M


Merci de votre réponse : j'essaie de comprendre ce pourquoi je prends aussi cher, à être ainsi qualifié de "misogyne" et de "beauf" au "physique de blaireau", de "pseudo-intello", "gamin de 13 ans" & "post ado frustré" nourrissant la "culture du viol" & faisant preuve d'un "machisme insupportable", entre autres... et donc d'être accusé, "par association", d'avoir participé aux harcèlements dont il est question, alors que je n'ai fait que tenter d'aider à recontextualiser ce qu'était, à l'époque, Internet en général, et Twitter en particulier...

https://www.arretsurimages.net/discussions/on-ne-peut-pas-reduire-la-ligue-du-lol-a-du-harcelement?uuid=5bdcd179-97b0-41ce-af04-25c4fbe12179


& bonne soirée

Ce qui me gêne dans vos explications, c'est que vous n'alliez pas plus loin que "je ne savais pas". Or, dans ce genre de contexte, il y a plein de gens qui "ne savaient pas", plus exactement qui n'ont pas vu les indices qui après coup se révèlent éclairants. 


Quoique femme et plutôt "féministe", il m'est arrivé à moi aussi de manquer de lucidité, et de me dire après coup "ça, ça aurait dû me mettre la puce à l'oreille". 


Pour moi, il ne s'agit pas d'absoudre ou de criminaliser cette cécité, mais de repérer les indices et leur invisibilité, pour... la prochaine fois... ne pas laisser passer, éclaircir, questionner, approfondir.


Et ça, ça manque dans votre argumentation. Et je ne suis pas d'accord pour que vous vous disiez "harcelé" au sens que ça a pris ces temps-ci. Aucune commune mesure entre ces trucs qui envahissent la vie et poussent au désespoir, et une argumentation serrée qui ne lâche rien, et qui a du contenu.

J'ajoute que par contre, vous ne vous défilez pas devant cette avalanche de messages indignés qui en effet, passent parfois la ligne rouge. Bravo pour ça.

Merci. 


Pour en revenir à votre précédent message, et comme indiqué à Daniel, nous venions précisément, quelques semaines seulement avant cette émission, de faire l'objet, Florence et moi, d'un shitstorm en règle sur Twitter suite à une émission consacrée au... sexisme sur Internet, au cyberféminisme, aux boy's club et aux harcèlements afférents (probablement l'une des toutes premières -voire la première- consacrée à ces questions à la télévision française, btw).


Je vous invite à ce titre à lire ce que Florence Porcel avait alors écrit à ce sujet (elle avait pris bien plus cher que moi, et pas de la part de trolls misogynes, mais de... féministes, comme quoi cette culture du clash était -et est encore- "partagée", et pas uniquement une problématique misogyne) : http://www.florenceporcel.com/a-celles-qui-maccusent-de-misogynie-complaisante-lol/


Je ne sais pas ce pourquoi elle ne m'avait pas à l'époque parlé du harcèlement dont elle avait par ailleurs & précédemment fait l'objet, ni non plus que ce "canular" -que j'avais donc retweeté- l'avait blessé à ce point. Je n'en constate pas moins que le problème ne me semble pas tant relever de la misogynie que des réseaux sociaux, ce que j'ai donc tenté d'expliquer.


Depuis, la "culture du viol" en particulier, ainsi que les moult violences dont les femmes sont encore (hélas) victimes, ont en effet été bien plus & mieux explicitées, documentées et comprises (même et y compris par des membres de ladite Ligue du LOL qui, à l'époque, ne comprenaient pas ce dont il s'agissait, pensant -naïvement- que les problèmes exposés par les féministes avaient été réglés du fait de l'"égalité des sexes" que la génération de leurs mères avaient incarnée), notamment grâce à  #MeToo.


Partir du postulat que j'aurais été "aveugle" voire "complice", et/ou que mes réponses aux questions de Daniel et d'ASI me rangeraient -du fait et/ou a fortiori parce que je suis de sexe masculin- dans le camp de cette "masculinité toxique" que les victimes de la Ligue du LoL ont notamment chercher à dénoncer me consterne, et ne cesse de m'interroger.


Daniel & ASI m'avaient invité pour recontextualiser ce que faisaient les gens sur Twitter à l'époque, mais également pour recontextualiser cette "(contre-)culture du LOL", et donc de 4chan, et je me retrouve depuis accusé de misogynie voire de complicité... alors que j'avais donc été l'un des premiers à dénoncer à la télé le cyberharcèlement dont faisaient l'objet des femmes & féministes !


J'étais de fait tendu -et probablement même à cran-, craignant précisément de me voir assimiler à ceux qui sont donc depuis présentés comme des "harceleurs", a fortiori "misogynes", et... ça n'a pas raté :(


J'avais aussi accepté l'invitation en pensant à ceux qui n'ont nommément été accusés par personne, mais dont le seul "tort" est d'avoir été membre de ce groupe FB. Ce pourquoi j'ai donc expliqué qu'on ne saurait réduire ce groupe FB à du harcèlement : une chose est de découvrir (et documenter) le fait que certains de ses membres ont harcelé des gens, une autre est de clouer au pilori tous ceux qui en étaient membres... quand bien même personne ne les a personnellement mis en cause : je ne sais si vous faites partie de groupes FB, mais je doute que vous suiviez au quotidien l'ensemble des publications qui y sont publiées, et encore plus que vous vérifiez l'ensemble de ce que leurs membres partagent et font par ailleurs sur Twitter... 


Je ne *sais* pas ce que les membres de ladite LdL savaient de ces "harcèlements", sinon qu'ils ont *tous* été cloués au pilori, quand bien même les témoignages de leurs victimes n'ont nommément désignés qu'une partie (minoritaire) d'entre eux.


Nonobstant le fait que, et dans les deux cas, les accusations de harcèlements ne sauraient valoir, à elles seules, "condamnations" : une enquête se doit d'être à charge et à décharge; en l'état, et c'est aussi ce que je déplorais dans mon billet et que j'ai tenté d'expliquer dans l'émission, les articles dans la presse n'ont été qu'"à charge".... quand bien même il existe, non seulement des circonstances atténuantes, mais également des "preuves" que certaines des accusations ne relevait pas d'une forme de "harcèlement", non plus que de sexisme ni de misogynie (les "remarques salaces" imputées à l'un des accusés avaient ainsi été rajoutées à la demande de la jeune femme dont il tirait le portrait, un autre avait lui-même tenté de porter plainte pour "harcèlement" à l'encontre de l'une des personnes qui s'est depuis présentée comme sa victime...).


Or, et comme me l'a depuis expliqué l'un des membres de ladite Ligue du LOL : "qu'est-ce que tu es venu faire dans cette galère ? Nous sommes devenus toxiques", avant de m'expliquer que son avocat lui avait même conseillé de ne *pas* chercher à se défendre -quand bien même il dispose pourtant d'arguments et de preuves invalidant ou recontextualisant ce dont il a été accusé.


Il n'empêche que, en l'espèce, ce que j'ai aussi découvert, et dont j'ai donc cherché à témoigner, c'est que des personnes qui n'ont harcelé personne se retrouvent aujourd'hui accusées d'être des harceleurs misogynes, que plusieurs d'entre eux risquent d'être (voire ont depuis été) licenciés, et qu'ils ne pourront peut-être même plus retravailler en tant que journalistes... alors qu'ils n'ont même pas eu l'occasion ni l'autorisation de se défendre.


Ça ne fait aucunement de moi un misogyne, et je n'ai bien évidemment jamais cherché à défendre de telles dérives misogynes, sexistes ou antisémites, mais a contrario à dénoncer la présomption de culpabilité visant tous ceux dont le nom a été associé à ce groupe Facebook.

http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2019/02/17/david-doucet-et-la-presomption-de-culpabilite/


Il faut bien évidemment tout faire et mettre en oeuvre pour que les victimes de (cyber)harcèlement puissent témoigner, être aidées, et se défendre. Cela me semblait tellement évident que j'ai fait l'erreur de ne pas le rappeler. #Fail :(


Pour autant, je maintiens ce que j'avais tenté d'expliquer : il y avait (et il y a encore) une "culture du clash", partagée même et y compris par des femmes et des féministes, et Twitter en particulier, non plus que les réseaux sociaux en général, ne sauraient devenir des tribunaux populaires condamnant des gens sans même qu'ils ne puissent se défendre, faute d'être audibles.


Et je le mesure d'autant plus que j'ai donc semble-t-il moi-même été inaudible...

Pour citer un grand philosophe je dirais "expliquer c'est déjà vouloir excuser". 

C'est un peu ça le procès d'intention qui est fait à M. Manach dans les commentaires. Assez triste.

On est sur Arrêt sur image, une émission sur internet. Les spectateurs doivent donc avoir des connaissances sur les pratiques internet. Oui, mais quel niveau de compréhension ? Quel est votre capital culturel sur la culture internet ? Pour être plus précis, quel niveau de compréhension selon les différents champs, les différents lieux d'expression d'internet. Est-il superficiel ou profond ? Parce que le champs Twitter est régulé par des règles formelles et informelles propres (qui naissent du fait qu'on peut donner sa véritable identité de la vie réelle ou bien être sous pseudo). Tandis que le champs 4chan a les siennes (de base on est anonyme et c'est un acte volontaire de réveler son identité). 

Du coup, j me pose la question : "quel est le niveau de compréhension des règles internet des @sinautes selon les plateformes ?" "contre quelles règles doit on se révolter et pourquoi ?"

je pense qu'une partie du problème réside ici: vous aviez connaissance de ce qu'est le sexisme et le cyberharcèlement et pourtant vous n'avez pas vu, ni perçu le harcèlement dont étaient victimes plusieurs personnes publiquement sur un réseau que vous fréquentiez.


toute tentative d'explication sonne alors comme une tentative de justification de comment vous n'êtes pas complice et pas comme eux, ces méchant harceleur sexiste. ce faisant  vous ne démontrer pas une grande compréhension de l'idée du continuum des violences masculines contres les femmes, où ne rien faire c'est déjà participer, et de quel pourrait être votre potentiel part de responsabilité dans tout ça.

Et dans ce cas, ne pas voir, ne pas se rendre compte de quelque chose qui se passe sous nos yeux, ne peut donc pas être une excuse recevable .


il m'aurait paru plus intéressant de se saisir collectivement de cette opportunité pour se questionner sur comment les dynamiques masculines des intervenants et des hommes en général, ont permis (permettent) la production et la reproduction du harcèlements et de la violence contre les femmes et de la violence antiféministe sur internet et dans la vie physique que de chercher à contextualiser le patriarcat sur internet au début des 2000.


aussi je pose ça là pour qui voudrait :

https://soundcloud.com/lescouilles-podcast/tuto-comment-bien-sexcuser


bisous

Vous omettez un détail : une chose était d'être sur Twitter, une autre de pouvoir matériellement lire tout ce qui s'y partageait, a fortiori lorsqu'il s'agissait de messages directement adressés à telles ou telles personnes en particulier.


C'était pas une cour d'école avec quelques dizaines de personnes et, à l'exception de Florence (qui ne m'en avait donc pas parlé), je ne connaissais aucune des autres victimes de cette Ligue du LOL.


Accessoirement, on ne saurait non plus réduire cette affaire à un problème de "patriarcat" : il y avait une vraie culture du "clash" (au point que l'un de ceux qui sont aujourd'hui présentés comme des "bourreaux sexistes" avait... tenté de porter plainte pour "harcèlement" contre une des femmes aujourd'hui présentées comme sa "victime"), dont ont notamment et aussi été victimes des gens comme Guy Birenbaum par exemple.


Et merci pour le podcast, que j'ai partagé, et qu'il aurait effectivement été utile que je puisse écouter avant d'intervenir.


& bisous itou.

Moi ce qui m'interpelle c'est toujours cet usage du passé (il y "avait" une vraie culture du clash) pour ce que j’appellerais plutôt les mœurs éternelles de Twitter. Est ce qu'il y a réellement eu une évolution à ce niveau ? (certains de ses acteurs de la première génération vieillissant ou réalisant les risques pour leur image se sont sans doute calmés niveau "clashs".... mais il me semble qu'ils sont largement remplacés par d'autres, y compris au sein de la sphère des demi-célébrités, journalistes etc)


Ce qui m'amène à ce qui sera au final mon principal regret quant à cette émission et la précédente sur le sujet, que DS ait choisi, par son choix d'invités, d'éclairer cette affaire à partir, comment dire, d'une "contextualisation étroite", dans un cas l'ambiance et les références culturelles du petit milieu concerné, dans l'autre d'une culture patriarcale du milieu du net qui l'expliquerait (mais serait bien en peine d'expliquer une grande partie des harcèlements qui ont lieu sur les réseaux, y compris certains de la ligue du lol, ne visant pas des femmes*). Et ces deux contextualisations étant en prime souvent assorties d'un "à l'époque", comme si 2010-13 était une espèce de préhistoire lointaine.


Le type d'invité qui a cruellement manqué dans les deux cas c'est un psychologue social ayant travaillé sur les rapports humains sur les réseaux, la question des effets de meute en ligne, l'effet désinhibiteur de la communication à distance et sous alias, etc... Quelqu'un capable d'éclairer ce genre d'histoires à partir des dynamiques à l’œuvre et pas d'un contexte culturel ou idéologique.


* pas pour nier que les femmes les premières victimes de harcèlements, que le machisme explique en partie. Mais à mon avis il y a une inversion de causalité dans l'analyse qui en est généralement faite ici.  

Les pervers (ou groupes qui du fait d'une dynamique de meute sombrent dans la perversité) choisissent leurs cibles pour les faiblesses qu'ils leur attribuent. Et dans des milieux largement dominés par des hommes être une femme est vu comme en étant une (ou au moins le commencement d'une, qui couplé à des facteurs comme "a montré une certaine émotivité", "s'est victimisée publiquement" ou "a dit quelque chose d'exploitable pour la ridiculiser" va expliquer un harcèlement). 

Mais il y a bien d'autres faiblesses qui peuvent tout autant transformer quelqu'un en cible, qu'il s'agisse d'identités (minorités diverses), ou des comportements sus-cités (des déclarations malheureuses ou ridicules, à exploiter ;  une tendance à s'emporter ou se victimiser qui fait se dire aux trolls qu'ils auront droit aux réactions qu'ils espèrent ; avoir tenus un propos ou commis quelque chose qui rend les agresseurs certains que leur violence sera tolérée voire appréciée par le milieu qui les entoure,  etc..) totalement indépendantes des questions de domination d'un sexe, comme l'illustre l'ambiance dans les recoins du net non dominés par les hommes (si pour les personnes qui tiennent à coller de la patriarchie partout, on peut toujours relier ce ciblage des maillons faibles à un certain virilisme - qui par les faute des méchants hommes serait partagé jusque par beaucoup de femmes féministes).  

Si m'est avis ce serait encore une inversion de causalité, le virilisme étant une idéologie développée pour justifier la perversité/cruauté envers les "faibles" et non la source de celles ci.

Le titre de l'émission s'intitule "...



"ON NE PEUT PAS RÉDUIRE LA LIGUE DU LOL À DU HARCÈLEMENT"



J'ai presque envie de proposer une émission-réponse qui s'appellerait :



"PEUT-ÊTRE, MAIS C'EST VRAIMENT PAS LE PROBLEME"

Grand moment de LOL, si j'ose dire, quand Jean-Marc Manach explique qu'il a fait une émission sur le forum 4Chan en expliquant "n'y allez surtout pas !". Daniel lui demande s'il na pas reçu de menace de mort. Je lui aurait plutôt demandé s'il connaissait cette évidence qui veut que quand on dit ne faite pas ça à autrui, autrui est tenté de la faire.

Après il y a Rafik qui raconte le concept de vouloir être traité comme un fille sur un forum si on révèle son sexe. Ca recoupe quoi, vouloir être traité comme un fille ?


Bref, comme le pense pleins d'@sinautes, tout cela est bien flou et laborieux, dans cette émission. Les deux invité mâles sont des gens vertueux, alors c'est dire.

On résumera ça à la question de Daniel : "Vous vous y retrouviez ?"

Heureusement, Florence Porcel a dit les choses comme elles sont : système patriarcal.
Heureusement, Juliette Gramaglia a dit les choses comme elles sont : monde masculin hors sol.

PS: à @si, on a pas dû assez bosser pour ne pas savoir que Rafik et Alexandre Hervaud sont deux des piliers du génial podcast du 7me Art, No ciné. Pas de question sur le sujet, il me semble.


J'arrête le visionnage à la 39 minutes, insupportable de voir JM Manach considérer "underground", et à l'avant garde, son émission d'alors, qui ne faisait en réalité que reprendre les clichés les plus ringards et misogynes qui soit. 

Je me joins absolument à la façon dont a réagi Florence.

Comme quoi Manach a tort quand il raconte que Twitter était un endroit de la contre-culture journalistique ; c'était au contraire le bon vieux milieu de la presse macho and co.


Ce genre d émissions me dépasse .Je ne comprends pas qu on puisse discuter avec autant de sérieux d un boulot qui consiste à se moquer ,à humilier.La vie est courte et il y a sûrement mieux à faire pour occuper son temps.Peut être trop vieille pour comprendre?.

Daniel ! j;ai honte pour vous; Comment ne pas mettre un stop net et direct aux pitoyables légimitations de vos invités !! Elle est réveuse et naive donc... elle a une mini jupe : elle se fait violer, bah oui! , elle l'a bien cherché. Non mais Daniel ??? et il insiste  : " alors, ma petite Florence tu serais pas une sorte de bégonia ?..." . Non ! L'ESPRIT TORDU a EXPLORER EN TERMES DE RAPPORT DE DOMINATION SOCIALE, culturelle...enfin je vais  pas vous apprendre votre boulot, c'est quand meme le "gentil troll", non ?

L'humour à la française : supérieur, toujours se moquer des personnes, de leur physique, de leur intellect... au lieu de s'en prendre à un trait de personnalité ou de situation.


Mr Manach avait l'air très nerveux sur le plateau, un brin de remord peut-être ?

Si vous vouliez "expérimenter" comme vous dites, vous n'aviez qu'à traverser la Manche et trouver un humour au combien plus subtil et efficace. Car appeler ce soit-disant "humour" de la contre-culture, de la culture Pop, de l'underground mais qu'est-ce qu'il faut pas entendre ! et comparer David Doucet aux Yes Men, non mais on rêve !


Intéressante intervention de Juliette sur la dimension "hors-sol" qui résume bien la situation, mais je rajouterais une "hors-sol élitiste". Car après avoir écouter cette émission me vient un sentiment d'écoeurement. Loin de comprendre la dimension perverse de leurs actes, ils n'ont au contraire de cesse de les justifier sous couvert d'"avant-gardisme du net",  ou encore entendu chez Sonia Devillers sur France Inter "ces mecs sont des génies" !


Mais attention il faut remettre tout ça dans son contexte, les années 2000 c'est l'équivalent de la découverte de l'Amérique ! Ces "Christophe Collomb" ont le droit de massacrer ceux qui sont sur leur passage juste parce qu'ils étaient des petits génies en train d'expérimenter une forme d'humour vieille comme le monde ? Et à 40 ans on trouve ça encore drôle car on voudrait pas passer pour des ringards non plus ! Emission consternante de vacuité !

@cocomuze : Je confirme : c'est exactement ce qui se passe. Les deux "experts" sont trop aveuglés par leur affection pour ce milieu et sa sous-culture et incapable d'en analyser les éléments toxiques.

Schneidermann dit (et montre un peu) qu'il ne connait rien au milieu geek, mais malgré tout il est moins mauvais que ses deux (ex)-chroniqueurs. Cela dit il manque sérieusement de rigueur, à plusieurs reprises, sur les questions et rappels qui s'imposent, surtout au début de l'émission : trop de complaisance pour les "experts web"... ça s'arrange un peu sur la fin ou quand même il reprend Jean-Marc Manach sur quelques énormités.

Heureusement que Florence Porcel intervient, au-delà de son témoignage ou de son rôle de victime, et remet parfois les pendules à l'heure.

Mais tout ça ne suffit pas à faire une bonne émission. Mauvais invités en plateau : Jean-Marc Manach honteusement incapable de voir les problèmes, Rafik Djoumi moins scandaleux mais quand même un peu aveuglé... 


Un exemple parmi cent : Alède Bellot met à l'écran l'image du lancement sur 4chan de la campagne scarification/Bieber. L'intention de nuire aux adolescentes est explicite. Et dans le même temps on a Rafik Djoumi qui essaye de prétendre que les filles qui se scarifient n'ont été qu'une victime collatérale. Non seulement c'est faux, mais même si c'était le cas ç'aurait été scandaleux quand même...


Bref, il faut qu'on se calme, mais pour l'instant, la moyenne du télespectateur chez nous est furieux. Mon compagnon (informaticien, geek depuis sa jeunesse, ayant connu cette époque et voyant très bien toutes les références) est encore plus énervé que moi, rappelle que bien sûr le contexte de l'époque ne justifie pas tout, que bien sûr à l'époque il y avait déjà des gens, de l'intérieur de la culture geek, qui pointaient le problème et essayaient de lutter contre...


Une des pires émissions d'arrêt sur images de l'année. (Dommage, si peu de temps après l'une des meilleures de l'année à mon avis : démocratie représentative, peut-on encore la sauver ?)

Enfin bon, c'est pas grave. Comme pire émission de l'année, ça peut arriver... On continuera à aimer et à regarder, parce que de manière générale, c'est toujours une des meilleures émissions qui se trouve.

C'est beau de voir des mecs ramer  :D


Je ne vous remercie pas! Je me suis entendu penser que florence Porcel, suite à sa réaction sur "Cutting For Bieber, était vraiment une victime idéale pour des trolls sans limites.

Pas encore visionné cette émission, mais je crains que des hommes défenseurs de la pop culture et de la "culture Web" auront un peu de mal à accepter leur propre masculinité toxique...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.