99
Commentaires

Notre-Dame : "On n'entend que des non-professionnels !"

D'abord l'émotion multiforme suscitée par l'incendie de Notre-Dame, y compris chez des non catholiques et même chez des athées purs et durs. Et puis, immédiatement après l'émotion, des débats inédits sur la reconstruction, la rénovation, le mécénat, le rôle de l'Etat et plus largement sur le patrimoine. Ce sont ces débats que nous creusons aujourd'hui avec nos invités : Maryvonne de Saint-Pulgent, ex-directrice du patrimoine au ministère de la Culture ; Didier Rykner, fondateur de la Tribune de l'Art ; Arnaud Timbert, professeur d'histoire de l'art médiéval, travaillant sur Eugène Viollet-le-Duc.

Commentaires préférés des abonnés

J’ai vu l’émission hier, et j’avoue que sur le coup, je n’avais qu’un mot à dire : ouah !
Ouah, pour la rencontre. Ouah pour le partage. Ouah pour le plaisir d’entendre les professionnels de la profession ;)
En me réveillant ce matin, le ouah avait la(...)

si l'incendie de "Nôtre Dame" vas être un souvenir mémorable pour moi ? Non il y a pas de mort(à ce que je sache) et ça fait des années que les travaux durent par faute de financement suffisant pour parvenir à un résultat rapide. Mais le plus fascina(...)

Mais qu'avons nous à faire de finir ce chantier dans 5 ans ? La sagrada familia à été en chantier un siècle c'était une bonne raison de retourner la voir plusieurs fois, jauger les progrès, admirer l'avancée. Le chantier de reconstruction de nd de pa(...)

Derniers commentaires

Bravo beaucoup d’éléments de réflexion donnés pendant ce débat passionnant,surtout la notion d'un monumlent vivant.



Notre-Dame : "On n'entend que des non-professionnels !"


Vous voulez dire : "on n'entend que les cloches ?". de Notre Dame, bien sûr.


Pardon, je n'ai pas résisté.

Question, le titre ne devrait il pas être "on entend que des non-professionels" ??????


Car j'ai l'impression que le N de la négation n'a aucun sens ici !

Le " Ne" de  " Ne...que..." n'est pas une négation .   On peut par exemple  le traduire par  "Seulement"


"On entend seulement des non-professionnels" 


 En remplaçant "On" par "Nous" le titre serait : " Nous n'entendons que des non-professionnels" 






Mea culpa ! Merci ;)

Ça vient de tomber. Fil Twitter à dérouler. Le projet de loi est en lien pour les plus courageux


Si je reprends les tweets suivants :
Les règles qui ne seraient pas appliquées:
-mise en conformité des documents de planification 

-délivrance des autorisations de travaux et de construction 

-modalités de la participation du public à l’élaboration des décisions 

-évaluation environnementale 

-archéologie préventive

- commande publique

- domanialité publique

- voirie

- transport


Ça ne sentirait pas la loi de circonstance pour n'en faire qu'à sa tête, par hasard ?
.

Merci pour cette émission réjouissante.

Pour se représenter ce que reconstruire à l'identique signifie, il faut commencer par imaginer une belle et grande futaie de chênes centenaires sur une parcelle de 13 hectares , probablement un peu plus...


Et une coupe rase .


En forêt de Conches-en-Ouche  en Normandie par exemple ( propriété de Groupama qui propose un don de 1300 chênes ) 


Reconstruire à l'identique , ça commence par ça .



Il est des hommes qui ont passé leur vie à extraire du sous-sol des fragments de forêts datant de plusieurs centaines de millions d'années . Ils l'ont respirée cette forêt morte à s'en rendre malade, ils l'ont avalée, ils se sont coltinés avec, jour après jour toute leur vie jusqu'à ce qu'on leur dise que le charbon c'était fini . 


Alors certains voulurent raser tous ces vestiges d'un passé industriel laborieux , raser les chevalets, raser les terrils, raser les cités minières : c'était en 1984 : on parlait alors de "déconstruction" dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais .


Et les élus décidèrent qu'il fallait sauver de l'anéantissement toutes ces villes vouées à la disparition et les collectivités locales  rachetèrent le patrimoine des houillieres  : les terrains, les sites industriels, les logements : 100 000 logements ...


Et en 2012 le bassin minier fut classé au patrimoine mondial de l'UNESCO .


Entretemps vers 2004, le Louvre  décida de pousser les murs et de créer un second Louvre : il y avait plusieurs villes sur les rangs et le président de la Région Nord-Pas de Calais  proposa la candidature de Lens qui fut finalement choisie . 



C'était une idée magnifique, et ça l'est toujours .











Vraiment tout est-il dit dans cette émission. Merci d’avoir donné  ce vrai temps de parole aux professionnels du patrimoine, de nous avoir sortis de l’émotionnel et du politique pour un moment au moins. 

L'expert nous explique que le titane c'est bien plus écologique que le bois. Quand on a des experts de ce niveau, on a pas besoin de catastrophes naturelles, il suffit de suivre leurs recommandations.

Bonjour, merci pour cette émission intéressante.


Je me pose des questions quant à la charte de Venise, dont j'ai découvert l'existence suite au billet de Didier Rykner, et à l'argumentaire de ce dernier concernant la flèche et son éventuelle restitution (reconstruction? restauration?)


De ce que j'en ai appris depuis, la charte vise à prévenir les reconstructions incertaines et à éviter de vouloir à un état antérieur supposé «plus authentique». Cependant elle ne semble pas forcément obliger la restitution si on dispose de la documentation nécessaire mais l'interdire si on n'en dispose pas. Dès lors la question de construire une flèche nouvelle devrait à minima être posée et ouverte.


Bien entendu les annonces gouvernementales en ce sens manque du débat nécessaire en ce sens, et je suis très dubitatif sur le principe des concours (travail non payé et prime au projets déraisonnables et non pragmatiques). D'autant plus que faire ce choix avant que l'état des lieux et les contraintes ne soient définies me paraitrait inadapté.


Mais pourrait on sortir des position d'autorité sur ce qu'il faut faire, et avoir un vrai débat sur cette question?

Je profite de cette émission pour exprimer mes remerciements, mon admiration etc. pour Arrêt sur images qui traite  les sujets de façon passionnante, documentée,  polémique au bon sens du terme, avec la rigueur et l'exigence de D.S.

Les invités depuis un certain temps sont toujours intéressants et on sait leur faire donner le meilleur d'eux-mêmes.

Je dis comme Annie, ouah , une bouffée de plaisir intellectuel, citoyen !

PS.  En ses temps de Laïcité au Québec où l'ont s’apprête à voter une Loi digne de ce nom et qui aura comme but (Pour faire court) un esprit Française et et les autres églises qui ont brûler et brûlent Catho. Silence TéLé et Radio etc. Enfin !  

Non mais quand même j'ai été surpris de la Parole(S) Mondiale autour d'un incendie d'une NDP en feu  J'ai entendu et vu des émissions spéciales sur un endoit où je n'irai jamais car ce n'est pas pour un " gilet jaune " Made in Québec (...) Alors Paris ! Oui quand j'avais encore 40 ans mais fort et d'admettre que les chances son minces ... Anyway  " Trop c'est comme pas assez "  encore vrai !  Merci et Salutations

Super émission ! Juste une remarque :

"On n'entend que des non-professionnels" : veut dire "on n'entend pas que des non-professionnels", le contraire je suppose de l'idée du titre, parce que très lourdaux au vu des négatives.

Ce que l'on entend ;-), c'est la liaison entre le "on" et "entend", pas une négative (sauf si titre de sociopathe :-D).


C'était le reloud de service :-)
Merci à toute l'équipe pour vos superbes travaux, mon délice quotidien dans un monde de brutes ! :-)

Le cours extrait de Cnews est un grand moment : une femme entourée d’homme, une « marxiste » entourée de capitalistes, libéraux démocrates qui n’arrivent pas à lui donner la parole sauf à se rendre eux-mêmes faussement ridicules (le sifflet, le livre dans la bouche) pour rendre sa parole à elle, ridicule (les plans larges la montre discourant devant des vrais demeurés croyant faire semblant d’être demeurés). Liberté d’expression, lutte des classes ?


Et l’histoire, oui. Le communisme a beaucoup fait de mal, en Russie, en Chine, au Vietnam etc.


Et le livre noir du libéralisme :

- Amérique du Nord et Amérique du Sud vidées de ses habitants entre le 15ème et le début du 20ème siècles, des dizaines de millions de morts et des milliers de formes culturelles anéanties.

- L’esclavage jusqu’au début du 19ème siècle, sans lequel les industries du coton, du café etc. ne se seraient pas développées. Encore quelques millions de morts et de vies détruites.

- Le soutien par les armes à de nombreux régimes fascistes du tiers-monde au 20ème siècle, même contre des régimes démocratiques (Chili)

- Tentative de destruction des pays faibles via des sanctions économiques (Cuba, Venezuela où on veut transformer les pauvres communistes en pauvres capitalistes) ou des mesures économiques détruisant les marchés locaux (le FMI dans les pays du tiers-monde, l’Union Européenne sur la Grèce)

- Les usines ne respectant pas les droits européens des travailleurs ni les règles de sécurité (textile au Bengladesh, pétrole au Niger, usines de la Chine communiste qui ont fait la richesse des pays capitalistes etc.)

- Combien de maladies et d’accidents du travail ?

- Réchauffement climatique, disparition hallucinante des espèces animales et végétales (allez vous promener à Chamonix : en 20 ans, même pas l’échelle d’une vie humaine, les glaciers ont diminués de plus de moitié, et pour croiser un papillon ou une abeille il faut marcher longtemps, longtemps)

- Par an, 7 à 9 millions de morts prématurées dans le monde à cause de la pollution due à la surproduction industrielle et à la surconsommation : c’est plus que tous les attentats et guerres réunis ces dix dernières années ; c’est le rythme de production de morts de la seconde guerre mondiale.


Dans tous les cas, démocratiques ou non, la face policière ou autoritaire de l’Etat prime sur sa face protectrice. Ce qu’il faut protéger en priorité ce n’est pas la population, mais le commerce. Voilà l’essence du libéralisme : inégalité, libre-échange et Etat policier.


Source introductive :

« Capitalisme », de Bruno Nahon et Ilan Ziv, ARTE

Merci pour cette émission et pour la qualité des invités et des débats

Avis de non-professionnel de la profession.


Je commence à saturer un peu de tous ces sujets sur le-drame-national-qui-nous-a-tous-bouleversés.


Les cathédrales construites avant 1905 sont à la charge de l'état ce qui est le cas présentement,pour celles construites après,elles sont à la charge de l'Eglise.

Toute néophyte que je suis quand j'ai entendu Macron dire 5 ans,je me suis dit:il est fou et je me suis dit aussi (mais ça vient de quelqu'un qui n'y connait rien):il faudra bien 20 ans compte tenu que tout n'est pas détruit et qu'il existe des méthodes modernes!

Viollet-le-Duc a fait ce qui lui plaisait,soit,mais il a sauvé beaucoup de monuments français,et rien que pour cela nous devrions lui etre tous redevables.

J'ai entendu cette phrase à la radio:"Victor Hugo remercie les riches d'offrir de l'argent pour sauver Notre Dame De Paris,mais il faudrait qu'ils songent à sauver Les Misérables." Je la fais mienne

Mais,meme si cet incendie est une catastrophe,il n'y a eu ni morts,ni attentat,alors,non, nous ne sommes pas en deuil,il faut restaurer notre dame soit, mais aussi penser que certains d'entre nous ont le frigo vide et mangent des nouilles à l'eau tous les jours.Je pense que Macron s'est servi de ce très regrettable accident pour ne pas parler car il n'a rien à dire aux gens et que ceux auxquels il obéit veulent bien etre des mécènes mais surtout pas remettre en cause la politique suivie depuis des décennies car ça remettrait en cause leur propre richesse et notre société capitaliste.

J'ai beaucoup aimé l'émission, j'y ai appris plein de choses et puis comme c'est rafraîchissant de voir une femme de plus de 60 ans pas botoxée sur un plateau!

Superbe émission. Quel plaisir de voir des spécialistes parler de ce qu'ils connaissent profondément, d'y prendre le temps, sans grandes déclarations péremptoires mais en nuançant comme il faut... Ça m'a lavé de tous les directs entrevus ces derniers jours. (et je suis d'ores-et-déjà fan de Maryvonne de Saint-Pulgent !).

Désolé mais pour ma part je ne regarderai pas cette émission. Je manque peut-être quelque chose mais je n'en peux plus de Notre-Dame. Depuis 5 jours on n'entend plus que ça matin, midi et soir, par tous les biais (historique, patriotique, religieux, architectural, émotionnel, concert de soutien...) La terre s'est arrêtée de tourner dans les journaux. Ça pue le parisianisme auto-centré à plein nez. Ras-le-bol de Notre-Dame ! Reconstruisez-la en bois, en métal, en allumettes, si vous voulez, mais moi c'est l'overdose.

Merci Arrêt sur Images de nouveau une formidable émission. Les invités , le ton , vous faites le tour du sujet sans langue de bois . Et la coiffure ( très dynamique )  de Daniel Schneidermann va en consoler certains de la chute de la flèche :-) 

Cette émission fort intéressante fait réfléchir à  la question du temps : temps de l'inventaire et du bilan voire des découvertes des modes de construction du passé (j'ai bien aimé l'histoire des  clous) comme bien montré dans l'émission mais la question si vite posée de la reconstruction est aussi là pour cacher toutes les autres questions et réflexions sur le contexte et les raisons de l'incendie, les responsabilités des uns et des autres (dont l'État mais pas seulement- je viens de découvrir dans la presse anglo-saxonne que l'État versait 2 millions d'euros/an au diocèse pour l'entretien de ND) ... donc comme toujours l'action (ou la communication focusee sur l'action) est là pour empêcher de penser, de réfléchir et de comprendre, ND s'est construite en 8? Siècles alors nous avons le temps...

Belle idée que la polémique des 5 ans ! Le politique a sauté sur l'occasion  pour détourner le bon peuple de ses basses  préoccupations : pouvoir d'achat, baisse des retraites, crise des services publics, GJ ...). Quand les journalistes s'enflamment pour les 5 ans, ils ne le font pas pour autre chose ! Voilà un os à ronger pour BFM (entre autres) et ses remarquables experts (Barbier en chef de file).

Un petit arrêt sur le titre : " on n'entend que des non professionnels" .


Sur le plateau il y a une haute fonctionnaire qui est pasée par l'ENA puis par plusieurs postes avant de rejoindre la direction du patrimoine au ministère de la culture : elle est compétente dans le volet gestion et administration .


Il y a un historien médiéviste qui s'est spécialisé dans l'architecture gothique : c'est un historien ( mais peut-être a-t-il  une double formation en architecture par exemple).


Il y a un journaliste qui a été diplômé d'une école d'ingénieur agronome, qui a fait sciences politiques pour la partie journalistique de son actuelle profession, et qui déclare être diplômé de l'école du Louvre :


pourrait-on savoir quel cursus il a suivi à l'école du Louvre ?



Personnellement, j'ai vu des interventions  dans les JT de conservateurs ( et conservatrices) du patrimoine . 


Quel est donc ce reproche fait dès le titre dans le traitement médiatique de l'incendie de Notre-Dame ? 



(Didier Rykner , c'est le même Didier Rykner qui était farouchement opposé à l'ouverture d'une antenne du Louvre à Lens ?)

Et est-ce que l'on va réutiliser du PVC pour 'restaurer' les gargouilles? ... c'est économique comme matériau

 article intéressant du Times de 2017 sur l'état de la cathédrale 

http://time.com/4876087/notre-dame-cathedral-is-crumbling/

Excellente emission et thematique, merci! Ayant fait 3 ans d'histoire de l'art (du coup aussi d'architecture et d'histoire du patrimoine), je suis franchement ravie de voir une emission de gens qui savent de quoi ils parlent au sujet de notre dame. Et effectivement Viollet le duc est un personnage qui sucite beaucoup d debat dans le milieu. J'espere que la recuperation politique de Macron ne poussera pas a reconstruire a la hate sans reflexion en defigurant le monument.

supère emission mais vous avez l'air pressé par le temps Daniel et du coup vous retombez dans vos travers habituels et ne laissez pas le temps a vos interlocuteurs de développer leurs arguments.  L'un des atouts d'@si sur internet c'est que vous n'avez plus a vous conformer a une durée imposée. Soit vous réduisez le nombre de themes que vous souhaitez aborder pour que vos invites puissent s'exprimer pleinement soit vous rajoutez quelques minutes pour que l'emission ne ressemble pas un sprint dont on sort un peu essoufflé. 


En tout cas merci , la dernière partie de l'emission sur la doctrine et la charte de Venise amene un éclairage complètement different sur la restauration des monuments. 

Etant profane, je découvre que c'est  le pragmatisme qui semble primer lorsqu'il s'agit de restaurer, je faisais partie de ceux qui voyaient nos spécialistes de monuments historiques comme des fondamentalistes voulant a tout prix reproduire a l'identique quel que soit le contexte, jusque dans les méthodes.

J’ai vu l’émission hier, et j’avoue que sur le coup, je n’avais qu’un mot à dire : ouah !
Ouah, pour la rencontre. Ouah pour le partage. Ouah pour le plaisir d’entendre les professionnels de la profession ;)
En me réveillant ce matin, le ouah avait laissé la place à une petite voix. Une petite voix qui me soufflait : “il y a plus à dire quand même”


Comme @Momodemayotte, j’ai été interpellée par la séquence avec Julie Garnier qui se fait crier dessus par un vilainpabo qui lui reproche de ne pas lui laisser finir sa phrase quand il l’empêche à elle de commencer la sienne. Un grand moment de télévision. Le gars qui s’imagine que de voir en son interlocutrice une marxiste l’autorise à toutes les outrances. Il me vient un autre ouah, mais il n’est pas vraiment du même type que ceux plus haut.

Bref passons. Ce qui m’intéresse c’est la réaction en plateau de Monsieur Didier Rykner “ce n’est pas un débat”. C’est pas faux. Ce n’est pas un débat, c’est un constat. Au final, il y a de l’argent magique, qui tombe sur le coup de l’émotion.
Alors je comprends le point de vue de nos trois invités. On voit que le patrimoine, c’est leur passion, qu’ils veulent le meilleurs pour lui. Le patrimoine, c’est dans leur ADN, c’est leur contexte à eux, et ils se battent pour lui. Et c’est bien que le patrimoine ait des gens comme eux pour le défendre. Et c’est bien que de l’argent tombe aussi pour le patrimoine.

Seulement voilà, en ce samedi matin où mon Doudou est passé de bonne heure à la boulangerie et a ramené plein de bonnes choses, j’ai envie de parler millefeuille.

Le millefeuille c’est notre société humaine, avec ses différents plans. Il y en un un pour le patrimoine, un pour l'hôpital, un pour l’éducation, la recherche, la pauvreté… enfin des tas et des tas de feuilles qui forment quand elles sont belles un ensemble à croquer.
Aujourd’hui, le millefeuille, il a une sale tête, à tous les étages. On lui a retiré la crème. Il est moche, tout sec. Il ne ressemble plus à rien. Il ne fait plus envie (RIP la grandeur de la France).

Dans une des feuilles de Madame Julie Garnier qu’elle connaît bien, il y a de la misère, des vies brisées et pas d’argent magique. Encore une fois ce n’est qu’un constat. Comprenez que ça peut choquer qu’on réussisse à lever un milliard en deux jours, alors que le discours dominant, c’est “il n’y a pas d’argent”.


Vous même Monsieur Ryckner, dans votre partie de millefeuille à vous, pointez du doigt une mal distribution de l’argent au Grand Palais, quand il y a tant de vieilles Dames qui ont un besoin cruel de restauration. Votre discours est exactement le même que ceux qui de leur étage de millefeuille sont tenté de pointer Notre-Dame comme vous pointez le Grand-Palais.
Pour eux, l’utilité est à un autre niveau : c’est avoir un toit, manger à sa faim, se sentir digne.

Ce n’est pas une compétition. Ce sont des angles d’attaque. Et ces gens dont vous balayez le point de vue, ils ont pourtant exactement le même problème que vous et que tous les étages du millefeuille : le désengagement de l’État.


Le désengagement de l’État, c’est reporter sur les autres la chasse aux fonds. C’est compter sur les associations, sur les dons, sur un système parallèle qui fera ce que l’État ne fait plus.
L’État a fait des choix. Il a vendu plein de choses qui rapportait. C’est un constat. Il a choisit une politique fiscale qui lui a fait perdre de l’argent, beaucoup d’argent. C’est un constat.
Il faut arrêter l’inversion des valeurs et parler de l’idéologie de ceux qui font les constats quand c’est une idéologie qui nous a amené là où nous sommes. Appelons un chat un chat. L’État est responsable du niveau de remplissage de ses caisses. Et quand on les vide, c’est plus difficile de donner.

Tous les étages du millefeuille souffrent. Les chercheurs doivent se débrouiller pour trouver des fonds, les communes se débrouiller avec leur pauvres, leur patrimoine, leurs écoles. Tous les étages du millefeuille sont au régime sec. Régime qui vient d’une idéologie, d’une gestion des deniers publics.
Et tant que tous les étages du millefeuille n’auront pas compris qu’ils sont tous à la même enseigne, qu’ils font partie d’un tout et qu’aucun étage ne peut progresser au dépend des autres, on restera bien bancal. Tout ce qu’on pourra faire ne tiendra pas. 

Il est parfaitement normal d’être scandaloutré (c’est un mot que j’ai découvert récemment et que j’adore) par l’argent magique qui apparaît en deux jours. Alors que les besoins, y compris pour le patrimoine, c’est tous les jours, tout le temps.
Alors, oui quand une manne tombe du ciel, on la prend. Moi je suis contente pour Notre-Dame. Mais ça ne change pas le fait que notre millefeuille national est tout moche.
Ce n’est pas un débat, c’est le système dans lequel on se débat. Tous. Voilà ce que j’avais à dire en ce samedi matin :)

L’émission assistée de nos trois experts se déroulent sans problème apportant comme souvent ce recule propre à ASI si nécessaire à l'actualité. Jusqu'à la 56 ème mn l'extraitde C news ou l'on voit trois Cerberts du libéralisme Gradubids invectiver Julie Garnier du mouvement Mélanchon. J'assiste à la curée en téléspectateur médusé, je suis affligé/sonné de voir un tel spectacle. Comme si ça suffisait pas, les bras m'en tombe, quand Didier Rykner botte en touche se contentant de dire en gros, " y a un pactol qui tombe, on va pas en faire un fromage". Dans la foulée De Saint Pulgent et Garnier en remette une couche sur la loterie à Stéphane Bern...

Je sais pas pourquoi mais après l'émission je l'ai trouvée beaucoup moins intéressante. Vague sentiment que nos invités ont raté l'occasion de prendre une position citoyenne. Ils ont préféré rester dans l'entre soi, dénonçant certes avec courage les travers du milieu mais si vous voulez comprendre pourquoi les gilets jaunes rodent encore autour des ronds points, moi j'ai ma petite idée. Encore un effort messieurs les experts il va y avoir de la légion d honneur,ou des hochets du même genre qui vous seront proposés

Le problème du mécénat fera-t-il l'objet d'une autre émission sur l'art en général, cela serait intéressant non ? 

Avec tous les problèmes que les gens vivent en ce moment, j´ai vécu l´incendie de la cathédrale comme un triste coup à notre patrimoine, mais bon, ca m´en avait touché une sans faire sonner l´autre.  Je dois avouer que cette émission est passionnante et les intervenants très pertinents. Ils rattrapent même certaines questions hors-propos de Daniel!

'tain macron, j'ai envie de lui jeter des cailloux. Il est mauvais comédien, sa fausseté, son hypocrisie sont tellement perceptibles. C'est à vomir.


Je n’ai pas vu l’émission mais, prise légèrement hors de son contexte, la phrase « le bois n’est pas le matériau de notre époque » me laisse songeur. En effet, même si ce n’est probablement pas le bon choix pour ND, il n’y a pas un magazine d’architecture qui ne parle pas de maison en bois, que de nombreuses extensions se font en bois (parfois recouvert d’enduit), justement parce qu’il est léger, et alors qu’on a maintenant un large éventail de techniques pour améliorer le bois ou le rendre ignifuge (traitements chimiques ou en autoclave, polymères, bois brûlé, etc, sans parler du choix de l’essence).

Merci.

Une remarque : Viollet-Leduc n’a pas rajouté de gargouilles me semble-t-il, il a créé les chimères.


Je remet la belle photo de Brassaï. :b

C’est vrai que ça change des débats habituels ! Bien aimé l’analyse de l’ex. directrice du patrimoine. 

Cher Daniel,


Vous ne changez pas. Vous avez une manière d'interrompre les gens absolument pénible. Du coup on perd énormément de sens.

Un commentaire sans rapport avec le contenu, mes excuses, mais le zoom à 7m25 est peut-être l'un des plus grands chef-d’œuvres d'@si. 

Les discours médiatiques sur l'émotion et le reste à suite du bucher immobilier de Notre-Dame me renvoient aux cathares, aux sorcières, aux protestants,  que les catholiques ont tant aimé bruler.

Mais qu'avons nous à faire de finir ce chantier dans 5 ans ? La sagrada familia à été en chantier un siècle c'était une bonne raison de retourner la voir plusieurs fois, jauger les progrès, admirer l'avancée. Le chantier de reconstruction de nd de paris, s'il est fait intelligemment et avec le top de la qualité, peut au contraire être un monument vivant en soi. Il faut que la façon de faire soit efficiente, c'est à dire que la durée ne soit pas le reflet d'un truc qui traîne et gaspille du temps et de l'argent sans raison, mais si cest pour faire mieux et plus beau, ou est l'urgence ?

Ah, tiens. C'est pas Juan Branco.

si l'incendie de "Nôtre Dame" vas être un souvenir mémorable pour moi ? Non il y a pas de mort(à ce que je sache) et ça fait des années que les travaux durent par faute de financement suffisant pour parvenir à un résultat rapide. Mais le plus fascinant c'est que tout d'un coup les riches qui spolient les ressources de l'état depuis des années sont d'un coup tous d'accord pour financer la reconstruction.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.