156
Commentaires

Notre Angot face à Fillon

"Bon". Christine Angot sourit. Fillon aussi sourit mécaniquement. Jusqu'ici, toute l'émission est restée à peu près dans les rails.

Derniers commentaires

"L'idée de la confrérie est, d'une façon générale, indissociable de l'absolu avec qui, dès l'origine, elle a partie liée. Par voie de conséquence, cette idée est terroriste, c'est-à -dire à l'opposé du libéralisme. Elle décharge la conscience individuelle et, au nom de la fin absolue, justifie tout moyen(...)" Propos du jésuite Naphta; La Montagne magique Thomas Mann traduction Claire de Oliveira.

Me fait penser au comportement de l'un des candidats, qui est passé chez les jésuites lors de sa scolarité-qui ne fut d'ailleurs pas très brillante, bac littéraire de justesse.
Fillon lâché par Renaud !
Le chanteur énervant abandonne son poulain pour soutenir Macron, le candidat anti-système.
Rebelle, comme à ses plus belles heures.
« On veut faire tomber ma tête, mais comme on dit ici, celui qui n'a pas de tête, n'a pas besoin de béret. Or j’ai une tête et j’ai un béret à la maison » (Fillon en meeting à Biarritz, vendredi).
Ce proverbe issu de la fameuse "sagesse populaire" signifie qu'au nécessiteux, le superflu est inutile.
Fillon n'en connait manifestement pas la signification ou étale sa cuistrerie.
Ça dépote, hein, la colère ! La colère, l’indignation, le sentiment de scandale, quand tout à coup ça crève l’écran, quand ça fait gueuler, éructer, ou quand ça laisse sans voix, quand ça bouscule le discours préparé, la parole convenue, quand ça se sert soudain des mots ordinaires, des mots pas polis, quand ça dit non, non, non, quand ça fait des gestes, des gestes qu’il est convenu d’éviter en restant bien sanglé dans son costar, quand ça parle brut de décoffrage, quand ça refuse les marques convenues du pseudo respect, du pseudo dialogue, quand ça coupe court, quand ça claque la porte…

Ça fait peur, hein ? Les bien pensants pensent que ça fait peur à tout le monde. Que les colères de Mélenchon l’empêchent d’avoir une « stature présidentielle », que la colère d’Angot « sert Fillon ». Tu parles. Fillon continue son plongeon dans les sondages.
Voilà ce qui est nouveau dans le champ politique : le FN n’est plus le seul à endosser la colère. Il est en train de perdre sa place d’abcès de fixation de la colère, soigneusement entretenu pour éviter qu’elle déborde, qu’elle éclabousse.
Ceux qui en ont peur, ceux qui la déplorent, qu’ils grattent un peu, qu’ils s’interrogent. C’est la forme, qui les dérange, ou c’est qu’il y a « des choses qui ne se disent pas » ? Et si on en était rendus au stade où ça nous fait du bien, à beaucoup d’entre nous, non seulement de savoir que nous ne sommes pas les seuls à être en colère, mais aussi que certaines choses soient dites, enfin.

« il est blessé le pauvre », « vous nous faites un chantage au suicide »… la colère c’est quand on refuse de jouer le jeu, parce que dans ce jeu les dés son pipés, qu’on refuse de se laisser blouser, qu’on piétine les règles parce qu’elles sont l’instrument de la manipulation, de l’oppression, de l’aliénation. Tu joues les victimes pour éviter les coups ? Ça marche pas, ça marche plus, « ça passe pas », je m’en fous de pas sembler suffisamment compassionnel(le), et pour ce qui est de l’absence de compassion, tu tiens le pompon de toute façon.

La colère, il n’y a plus que ça bientôt pour venir à bout du glacis médiatique, du comportementalement correct qui, sous couvert de policer la forme, est une police du sens, un interdit, une connivence du non-dit. La colère refuse cette connivence.
Bien plus que l'intervention d'Angot, c'est le passage avec les infirmières qui est le plus glaçant.

Voici ce qu'on peut lire sur un site de presse à ce sujet:

Vient alors une séquence encore plus accablante. Comme tous les participants à l'émission, François Fillon a accepté la confrontation avec des Français susceptibles d'être victimes des aspects les plus rudes de son programme. Le voici, filmé dans un hôpital, face à des aides-soignantes… L'image livre une réalité perceptible par quiconque est doté d'un peu de sensibilité et d'empathie, qui aime les choses humaines.


Les infirmières lui disent qu'elles ne peuvent travailler davantage sans être payées en rapport, qu'elles sont épuisées, et il leur parle de la dette, qu'elles devront payer… Elles lui parlent de la nécessité de prendre des RTT, "épuisement professionnel ", " on a des besoins humains ", et lui répond, un brin condescendant : " Il faut le payer madame "… A ce moment précis, tout se télescope dans le cerveau du téléspectateur… Le candidat qui fait travailler femme et enfants pour arrondir ses fins de mois, qui se fait offrir des costumes de luxe, qui prend 50.000 dollars pour monter un rendez-vous avec Poutine et qui là, sous nos yeux, promet de la sueur et des larmes à des infirmières qui sont déjà englouties sous la sueur et les larmesMais comment fait-il ? A la fin, François Fillon s'en va, donnant le sentiment de penser qu'il vient de perdre son temps avec un petit peuple qui, décidément, ne comprend rien à rien… Encore et toujours le tragique…

L'ensemble était étouffant. De notre longue vie de téléspectateur, on n'avait jamais vu un tel moment d'insupportable vérité.

Or mes amis, ce brulôt moraliste farouchement anti-Fillon, croyez-vous qu'il vient de la presse gauchiste au couteau entre les dents, de l'Huma, de Politis, d'Acrimed...?

Que nenni, ont peut lire ceci dans Challenges, un sac à pub pour cadres sup parmi d'autres de la presse libérale essentiellement connu pour délivrer régulièrement des louanges à la gloire des patrons!

https://www.challenges.fr/election-presidentielle-2017/fillon-et-angot-a-l-emission-politique-le-triste-spectacle-de-la-decomposition-francaise_462591

Ce papier montre à quel point Fillon est grillé y compris dans les milieux ultra-lib (qui roulent manifestement pour Macron).
Cela montre aussi que l'absence totale de vergogne, de "décence commune" du candidat, et son extrême brutalité atteignent de telles hauteurs que même un magazine qu'on ne peut soupçonner d'être de gauche radicale, délivrant habituellement son bréviaire libéral comme les autres organes du Parti de la Presse et de l'Argent, en vient à en appeler quand même à la "sensibilité", à l'"empathie" et aux "choses humaines" face à un tel monstre au sang froid, à un Terminator sans affect et sans conscience des services publics et des gens qui y travaillent, qui se révèle être définitivement une véritable ordure libérale comme on en n'a rarement vu ni entendu jusqu'ici dans le champ politique français.
En bis repetita, parce que...je m'ais trompé.

Je suis bien mal placé pour intervenir puisque je n'ai pas regardé cette émission. Je n'en regarde aucune.

Et comme je suis bien mal placé, je m'autorise, comme disait l'autre, à donner mon avis.

Lorsque l'on me présente une arêne avec d'un côté un politicard rongé jusqu'à l'os par l'appât du gain et de l'autre une écrivaine

que je ne connais pas plus que pour avoir parcouru d'un oeil distrait je ne sais plus lequel de ses romans, je me dis bon...bof.

Mais il y a le contexte. Le contexte, ne jamais oublier le contexte.

J'imagine, parce que je n'ai rien vu.

A ma droite, le mari de Penelopee, comme ils disent outremanche. A ma gauche (sic) Christine Angot, et au milieu le Pujadas cher au coeur de la France profonde, enfin je suppose.
L'arêne, déjà convoquée plus haut, l'arêne devient électrique, comme on écrit dans les romans que je lis dans le train.

Et le suspense devient insoutenable, nos reporters sont sur la brèche et sur le lieu du crime itou. Enfin, j'en sais rien, je vous raconte ce qu'on m'a raconté.

Et là, l'écrivaine que je ne connais pas plus, voir plus haut, balance son truc, façon "Rome enfin que je hais parce
qu'elle t'honnore"

Mais là non plus, j'en sais rien. Je vous raconte ce qu'on m'a raconté.


Mais j'aime beaucoup. Ça me rappelle mes années de lycée.
J'atterris après une semaine passée ailleurs que dans la bananeraie. J'ai tenté de suivre de loin l'actualité française mais j'avais l'impression d'être comme les gamins à qui les parents lisent un livre le soir et qui luttent contre le sommeil pour connaître la fin de l'histoire, toujours la même : Fillon en ressortira sans égratignure avec même toute la foule pour lui trouver des raisons atténuantes, car cette histoire est en France la même depuis la nuée des temps.

C'est un peu d'ailleurs comme le dernier recours en Justice du loup dont on taille le ventre pour sauver mémé et fillotte et que néanmoins on recoud, et en plus fillotte, on lui fait la leçon, on lui reproche même d'avoir approché le loup avec une candeur exagérée
Et le loup lui s'en va chercher sa défense dans le Livre des Saints ou ailleurs "Bienheureux ceux qui ont faim..., parce qu'ils seront rassasiés", le loup oublie volontairement " et soif de la justice" car c'est quoi cette chose qui ne concerne pas les siens, et toute la foule est d'accord, les loups sont intouchables, la petite Angot, elle croit comme ça qu'on refait le monde sur un plateau de télé.

Tenez, c'est elle qu'on pend à la fin dans le royaume des pétainistes, du marché noir, des bac-chiches.

Oui avec l'affaire Angot, me voici bien revenu dans la bananeraie, jonchée de costumes, d'emplois fictifs, de Smic dépensés en un jour et de gens satisfaits de vivre au milieu de ces détritus avec pour seul moto "pourquoi ça changerait"
Alors cette fois-ci, ce n'est pas possible de vous suivre. Et il faudrait reprendre avec le titre "Mon Angot..." parce que, côté anti-Fillon aussi, pas grand monde ne la supporte cette "gauchiste caviar", indécrottable hollandiste, qui la fois d'avant "engueulait" la gauche qui ne voulait plus de Hollande, et qui votera Macron comme son maître.
Opération ratée !
[quote=Angot]parce qu'on ne peut pas parler avec des gens comme vous.

Je ne sais pas au fond de quel trou il faut être pour ne pas comprendre que ceci est un repoussoir pour le gros des gens. Le gros des gens, il vit ensemble au jour le jour. Il essaye de s'entendre avec sa belle famille, avec son patron, avec son client, avec son voisin. Il ne réussit pas tout le temps, mais il commence par essayer.

Alors quand arrive un de ces ectoplasmes parisiens qui décrète que bien sûr, bien sûr, on ne commence pas par essayer, il y a un déphasage. Pas forcément tout de suite la colère, mais au minimum, l'incompréhension. Si on vient pour parler (au frais du contribuable, au passage) dans une émission de débat, la question immédiate devant cette sortie d'Angot n'est probablement même pas "mais alors pourquoi ne pas débattre", mais "comment imaginer une seconde de refuser le débat ?".

On est 60 millions, et on s'est tous cotisé pour qu'Angot, que vraiment rien au passage ne permet de situer dans les crayons les plus affutés de la boîte, puisse dire maladroitement en public son opinion à elle tandis que nous n'avons pas de moyens comparables de diffuser la notre. W...T...F... ?

Christine Angot, je ne suis pas Filloniste, par contre je peux parler avec n'importe qui. C'est donc possible. Si ça ne l'est pas pour vous, il vaut mieux abandonner les activités pour lesquelles c'est indispensable au lieu de prétendre que ça ne le serait pas.
"Jette toi dans le canal Fillon! Jette toi dans le canal! meeeeeerde!"
Et s'il vous reste un peu de temps ,ne manquez pas d'aller sur le site du " Guardian" et du " Figaro" qui évoquent les victimes de la barbarie fanatique de l'attentat de Londres.
Pourquoi ce débat entre @sinautes me gonfle méchamment ?

C.Angot était ze "surprise" du chef, j'opine.

Bon, est-elle connue médiatiquement pour ses grands fou-rires et ses blagues de Toto ?
Bon, est-elle connue médiatiquement pour sa chaleur et ses mines compatissantes ?
Bon, est-elle connue médiatiquement pour la simplicité de ses argumentations ?

Vous êtes tous des éscalobrifons puissance ²²²²² (attaquez en diffamation, je maintiendrai : éscalobrifons puissance ²²²²²)

Le sinistre ex-ministre François Fillon est un moralisateur normatif sans morale avec une éthique en toc.
Il veut être le Président ? Laissez le couler comme le camembert de la même marque.

La prochaine "surprise" du chef : Amélie Poulain !
Un détail, à ma grande surprise, me semble pourtant avoir échappé à la sagacité du matinaute. C'est la toute fin de l’intervention, l'aboutissement ultime de ces fameuses "minutes de trop", alors que Christine Angot s'est déjà plusieurs fois soulevée de sa chaise pour rejoindre les coulisses. Finalement, elle lâche à Fillon, presqu'en aparté : "Vous savez pourquoi "ils" m'ont fait venir (désignant Pujadas) ? Pour dire ici tout ce que eux, ils n'ont pas le droit de dire..." Retour image sur Pujadas, sourire vaguement gêné. Et à ce moment là (sous quelques applaudissements discrets mais convaincus), le public comme le spectateur ne peut s'empêcher de penser que c'est rigoureusement vrai tant l'ensemble des médias reste interdit face à l'attitude suicidaire du candidat LR...

Je crois que ce dernier envoi touche et coule, s'il y avait même un quelconque intérêt à tirer sur ce désormais Titanic de la politique fonçant fièrement vers les icebergs...
. Oublié même,l'autisme de Fillon face aux soignants épuisés d'une maison pour personnes âgées, qu'il veut ramener à 39 heures.

Je n'ai vu que ce passage; je retiens le silence de Fillon; il s'ennuie, il a autre chose à faire, aller chercher son nouveau costard? Il attend que ça se termine, cause toujours, boujou et puis des gommes. Enfin il peut décemment partir, un grand sourire éclaire son visage, il est en marche vers d'autres rencontres plus lucratives, enfin débarrassé de tous ces ennuyeux.
Emission hallucinante: Bérégovoy, cabinet noir, accusations de complot de Hollande sur la foi d'un ouvrage, dénégations en direct des auteurs dudit livre, réaction en direct de l'Elysée, violentes invectives du public à l'encontre d'une invitée, record de tweets dont celui de Mancel (LR) "[...]qui est ce barbu[...] ?" en parlant de Rissouli. Emission hallucinante.

Et pourtant, effectivement, C'est Angot qui enterre par son passage tout le reste de l'émission. De mon point de vue, elle a su dire, mieux que n'importe qui jusqu'à maintenant, les dommages que Fillon inflige à la Politique. Mais elle a aussi transmis combien la Revue littéraire avait été salie. Et j'ai l'intuition que ce point tout à fait sensible parle à Mme Fillon. Comme si, pour le soutien de son mari, on lui avait demandé de littéralement cracher sur la Joconde.
C'est la dernière phrase la meilleure, et la plus forte du point de vue de l'analyse des médias, DS ! Je regrette qu'elle ne soit pas évoquée dans la chronique :

Christine Angot est déjà debout pour partir et là elle regarde bien Fillon, et ce n'était pas écrit
" Vous savez pourquoi ils m'ont fait venir ?
Il m'ont fait venir parce que, ce que je viens de vous dire,
(elle montre Pujadas, figure du journaliste politiquement correct s'il en est !),
EUX, ils peuvent pas le dire ! "
 [quote=DS] Fillon, pour finir : "on est deux sur ce plateau à être mis en examen" 
Riposte possible : "oui, mais moi je ne prétends pas pouvoir être présidente de la République".
Paf, taclé, avec le sous-entendu "vous qui vous avez fondé votre candidature sur votre probité, alors que moi je ne suis qu'une simple écrivaine.".
Pas sur , et c'etait, pour partie,bien bon a entendre !
Elle a rendu bien fier service à Fillon
rien n'est trop gros , "ça passe pas" ou ça passe , tout est là
question de technique qu'on maitrise ou pas ....
le vote ne se fait plus que dans l'affect, sur la forme ,rarement sur le le fond
et jamais dans l'intérêt général

dans ce contexte , nous ne serons jamais à armes égales avec "les politiques"
Qui va enqueter sur le casting du public, manifestement trié sur le volet (en grande partie pro-fillon) ?
N'ayant pas eu le courage d'aller au bout de cet échange, j'avais manqué la dernière phrase.

Et cela fait sourire Pujadas. C'est vraiment à pleurer.
Qui va enqueter sur le casting du public, manifestement trié sur le volet?
Excellent article, merci.

Un regret quand même : Vous n'évoquez pas la dernière phrase qu'elle lance au moment de partir ("Vous savez pourquoi ils [les journalistes] m'ont demandé de venir pour vous dire tout ça ? Parce que que eux n'ont pas le droit de dire !").
Cette remise en cause des journalistes TV et de leur manque d'indépendance, lancée sans haine, presque avec compassion, en restant malgré tout de leur côté, face aux politiques et aux puissants en général... Un moment rare de liberté d'expression. Aussi jouissif que triste.
Mais où ils sont les costards d'occasion ?Sur eBay ? Au bon coin ?
Je vous propose...

http://www.dailymotion.com/video/xna4nl_extraits-de-la-fille-de-madame-angot_music
Le prochain invité "suprise" de cette émission "politique" ca sera qui ?
Franchement, on touche le fond.
Contre Macron, ils vont nous sortir Marc Lévy pour "parler au nom des citoyens" ?
Affligeant, Christine Angot est à la politique (cf son appel à Hollande de revenir nous sauver...) ce que Fillon est à l'éthique, le résultat est un mauvais "dialogue" d'un affreux boulevard.
Décidément, il n'a pas de chance avec ses invités surprise notre Pujadas national... Pas de Léa Salamé cette fois pour s'exaspérer ou pour dire "C'est une plaisanterie ?".
Je me demande ce qu'on dira de tout ça si dans quelques mois ou années Fillon est innocenté...
Face à un type qui a 40 ans de politique dans les pattes et maitrise sur le bout des doigts cynisme et mensonges, le dispositif médiatique se retourne toujours contre l'attaquant. Fillon est un menteur professionnel avec une équipe de pros de la com' à son service.Tout coule sur lui. Par excès de confiance agressive, il a sorti hier l'énorme "fake news" du prétendu cabinet noir de Hollande qui le coule définitivement. Fillon dévoile au grand jour un narcissisme pathologique partagé par de nombreux politiques. Dans tous les cas, croire qu'un seul homme peut régler les problèmes complexes d'un pays comme la France découle d'un raisonnement puéril, la version adulte de la croyance au père Nöel. Il est plus que temps de changer de république et de préparer la suite tous ensemble !
En lisant la chronique, j'ai pensé : "Ah tiens, DS ne nous parle pas de MLP ce matin". Puis j'ai vu l'échange Angot/Fillon et j'ai pu recevoir ma dose :-)

Tout ceci jette une lumière très cruelle sur l'état lamentable du journalisme en France. Et aussi sur le rôle que joue MLP.
"l'autisme de Fillon" !!!!!!! merci pour les personnes souffrant d'autisme et leur famille qui se battent tous les jours pour changer le regard de cette société française eugéniste ! Que Fillon disent et redisent qu'il n'est pas autiste, je comprends vu le personnage mais vous M. Schneidermann, je vous aurais cru plus ouvert d'esprit.
Il faudrait que le monde médiatique arrête une bonne fois pour toute de considérer qu'être en situation de handicap c'est un défaut dont il faut avoir honte.
"Oublié même,l'autisme de Fillon..."
Notre Daniel sera-t-il le dernier à employer le mot "autisme" dans un sens péjoratif ? Le dernier à l'avoir fait est... Fillon !
« Si ça s'arrête là, le match est plié. Mais ça ne s'arrête pas là. Viennent ensuite les minutes de trop. Et la contre-attaque de Fillon… »
Sûr que c’eût été plus convaincant si Fillon n’avait pas pu répondre… ;o))
.... et surtout ce qu'elle dit avant de quitter le plateau, en résumé, je dis ce que les journalistes présents pensent mais ne peuvent dire.
Pas relevé par le boss dans sa revue des "matinautes"!?
La force des mots et l'émoi de Mme Angot face aux maux de M.Fillon ainsi que de la claque nauséabonde du public.
En direct du plateau télé au plateau des repus, à vous de déguster.
Fillon!!!!!!!Comment imaginer qu'un mauvais clown de son acabit qui ne mérite même pas un nez rouge, tellement il est malhonnête et prétentieux, gouverne un jour le pays des français ? Le plus impressionnant, c'est son cynisme.
Alors, la colère de Christine Angot, moi je l'aime. Je voudrais être capable d'assener à ce triste personnage ses minables vérités avec la même fougue.
Et le pauvre Pupuje, dans tout ça ?Confit en hypocrisie, comme d'habitude.
Alors bien sûr que l'on redécouvre ce qu'est le direct à la télévision.
On avait oublié car plus personne n'en veut.
Le direct qui met à nu, qui dévoile de façon démonstrative ce qu'est le dispositif que l'on a sous les yeux et que plus personne ne voit. Là le dispositif, c'est qu'il n'y a pas de dialogue, pas de paroles possibles qui ne soient arrangées, policées, négociées ("Nous sommes deux à être mis en examen"… comment Fillon peut le savoir (personne le sait, quels sont les politiques qui s'intéressent à Christine Angot) sinon en ayant été mis au courant pour travailler ses arguments).
On n'est plus habitué à ce que quelqu'un intervienne en lisant, en lisant bien, mais en lisant pour être sur d'aller au bout de ce qu'il a à dire.
ET puis qui prenne son temps, que l'on ne soit plus dans le temps journalistique, préformaté.
Fillon le comprends rapidement, il n'a pas pu la couper dans les premières secondes, il lui faudra attendre la fin.
Et même aider par Pujadas pour casser les mots de Angot, celle ci trouvera des mots simples mais qui on une force incroyable. "François Fillon peut vous répondre ?
Non NON… on avait oublié que ce non peut mettre à nu le dispositif.
NON vous allez m'écouter
NON, ce n'est pas un dialogue, il n'y a pas de dialogue.
NON, on ne peut pas parler avec vous (vous ne parlez pas, vous communiquer)

ET puis les applaudissements, les insultes du public qu'ont entend jamais. Mais là d'un seul coup, on comprend la mise en scène, la complicité, la construction du dispositif. Et Pujadas de préciser "C'est un débat" Mais bien sûr que non, ce n'est pas un débat… c'est un spectacle télévisuel et hier soir, Angot a été le grain de sable qui dévoile une image de Fillon que l'on pressentait.

Confier les mots aux écrivains, comme hier avec le Libé des écrivains.
Confier la parole aux écrivains comme Christine Angot pour simplement, avec force dire les mots.
Peut on comparer diffamation et abus de bien sociaux ? J'en doute. En effet si Fillon est élu nous aurons un président ouvertement malhonnête. Les autres le sont peut être aussi mais cela se voit moins. Bon sauf MLP.
Moi j'ai aime le moment ou elle dit "ça passe pas" et fillon qui dit "si ça pa..." et il s'arrête juste avant de se trahir completement...

Oui ça passe,bien sur comme d'hab. Vas y fillon mets nous des quenelles! Mens-nous effrontément, fous-toi de notre gueule, ça passe!

Combien de temps encore?
Alors moi, je vois les choses différemment:

Personne n'avait jamais été condamné (ni même poursuivi) pour un emploi fictif d'attaché parlementaire. Deux attachées parlementaires d'un Mr Jung ont même été poursuivies pénalement en 2005 pour avoir dénoncé leur député (PS) comme "employeur fictif" (de sa fille qui n'avait jamais mis les pieds à l'assemblée). Le président du groupe PS de l'époque n'avait pas même répondu au courrier des deux impétrantes ce qui en dit long sur ce qu'il pensait de ces "lanceuses d'alerte". Aucun juge n'avait estimé dans sa compétence de poursuivre qui que ce soit (séparation des pouvoirs).

Il y a eu des pbs relatifs à des attachés parlementaires réglés aux prud'hommes mais jamais devant d'autre juridiction.

Pourquoi? Parce que quand le problème se présentait, les juges ne s'estimaient pas compétents pour juger de la matérialité d'un emploi d'attaché parlementaire (dont le contenu n'est défini nulle part). C'est pour ça que Fillon a déclaré qu'il ne se présenterait pas s'il était mis en examen: il était persuadé que la jurisprudence par défaut qui s'appliquait jusqu'alors allait s'appliquer à nouveau. De plus, il était également persuadé que le "temps judiciaire" ne pourrait pas conduire à sa mise en examen avant l'élection.

Son analyse était correcte. Que s'est-t-il passé pour que:
- Le pouvoir judiciaire s'estime compétent pour mettre de l'ordre à l'assemblée nationale en dépit de la séparation des pouvoirs?
- Le temps judiciaire s'accélère à ce point?

Donc, après 40 ans d'abus manifestes en tout genre et visiblement jusqu'au délire (l'affaire Le Roux est là pour en témoigner) sans jamais aucune poursuite, n'y a-t-il pas une mauvaise foi unique à vouloir disqualifier un candidat à l'élection présidentielle sur cette base? Evidemment, d'un point de vue médiatique, ça fonctionne à merveille. Mais toute la classe politique et la classe médiatique sait pertinemment qu'il s'agit d'un procédé profondément malhonnête qui vise à foudroyer Fillon à cause d'un dysfontionnement endémique du parlement qui était jusque là protégé par la justice (et par la presse).

Alors pourquoi? Parce qu'un cabinet noir (Hollande ou privé) quelque part a décidé qu'il voulait dégommer Fillon (en toute mauvaise foi par rapport aux moeurs politiques ayant cours) et que cet objectif méritait la déstabilisation d'un ordre (faisandé) depuis 40 ans régissant la rémunération des parlementaires et ses extensions (on ne fait pas d'omelettes sans casser des oeufs...).

Après, c'est l'Hallali. Ce qui a été toléré depuis 40 ans devient subitement, dans un grand unanimisme médiatique, le nouveau crime imprescritible dans une hypocrisie totale pour les instigateurs mais une indignation de bonne foi de tous les idiots utiles de cette petite manipe. Editoriaux consterné comme celui de Daniel aujourd'hui.

Un traitement journalistique honnête aurait été de remettre le "crime" de Fillon dans la perspective des moeurs du parlement et surtout des précédents judiciaires -aucun. C'était la tolérance totale de la pratique en vertu de la séparation des pouvoirs (et même de la non-définition du contenu de l'emploi d'attaché parlementaire). J'ai entendu des journalistes dire qu'un attaché parlementaire pouvait faire du jardinage si ça lui était demandé. Et Valdiguié leur répondait: "oui mais ce qui est interdit, c'est de ne rien faire". Ah ouais? Et en vertu de quelle jurisprudence, Valdiguié? Si on peut employer quelqu'un pour déplacer un dossier dans un bureau une fois par jour, on peut tout aussi bien l'employer à ne rien faire...

Bref. C'est un "hit job". Bien foutu mais un "hit job" néanmoins. Toute la presse en est responsable par complicité ou par imbécilité.

Le résultat n'est pas la mise à jour du "tartuffe des tartuffes" qui empêche son accession à la présidence et sauve la république. C'est la mise en cause de mauvaise foi d'un apparatchik standard, dans son jus, qui avait l'impression par rapport aux autres (et sans doute à juste raison par rapport à Sarkozy) d'être plus honnête.

Et une presse qui trouvait tout à fait normal que Sarkozy reprenne les rênes de l'opposition après une triche éhontée et vérifiable aux dernières élections (au moins 20 millions de dépenses excessives, double comptabilité frauduleuse...), nous met à l'index ce pauvre fillon qui n'en peut mais avec ses petits arrangements (à la bonne franquette mais historiquement tolérés) de député sexagénaire.

Mais quoi de meilleur pour les habitants du putride marigot oligarchique que de détruire Fillon qui avait osé dire que ça commençait quand même à sentir un peu trop mauvais après le sarkozysme? Et notre presse oligarchique ravie du procès de mauvaise foi qu'elle fait à Fillon après le procès de bonne foi que ce dernier avait a fait à la corruption de haut vol qui la gouverne (complaisance avec Sarkozy bandit de grand chemin).

Bref, pour tout le monde, le tartuffe de l'histoire est Fillon. La vérité est qu'il existe dans cette histoire des méta-Tartuffes dans l'ombre auxquels personne ne s'intéresse.

Le coup porté à la démocratie française est majeur. Et les ramifications à long terme très grave (avec une vraie possibilité "Le Pen" qui n'existait pas avant la pseudo "affaire Fillon".
"Révolution"? Il faut que je m'achète un nouveau dictionnaire.....
Détrompez-vous: l'approche que je propose de l'affaire Fillon est à proprement parler "révolutionnaire" par rapport à l'état des medias et de l'opinion.
La révolution, c'est ce qui réveille un corps social engoncé dans ses certitudes.

Donc aujourd'hui en France, mon plaidoyer pro-fillon est à proprement parler révolutionnaire.
Même si Fillon, j'en conviens, ne l'est pas (!).
[quote=Et ça prétend au pseudo de Révolution!]des méta-Tartuffes dans l'ombre auxquels personne ne s'intéresse

Ça fait longtemps qu'on a compris que rien n'est jamais révélé des innombrables vilenies de "nos" politiques, sauf quand un des "leurs", que se soit de leur propre camp ou du camp prétendument adverse, essaie de les dégommer. Permettez-nous de ne pas bouder notre plaisir.

Si seulement ils pouvaient tous s'entre-détruire!!!
Allez-y: faites-vous plaise avec tous les bobos contre leur nouvel ennemi de classe: provincial et châtelain! (et j'oubliais catho!)
Mais l'élection présidentielle est d'ores et déjà ratée comme j'entendais le dire. Si Fillon gagne, la moitié de la France croira avoir des raisons légitimes de le haïr. S'il perd, ce sera à cause de cette manipulation.

Macron est un nouveau type de politicien hybride à la Blair (littéralement couvert d'or par JP Morgan après le pouvoir (plusieurs dizaines de millions d'euros). Avec Macron, c'est la modernité et donc la corruption légale de la sphère financière. Il sera toujours sous une influence d'un ordre de magnitude plusieurs fois supérieures à Fillon qui a pourtant son lot de relations.

Mais avant que la presse ne rapporte cette simple vérité...
+ 1, merci et bravo pour votre analyse (billet voté)
"Notre Angot" - et ben vous n'avez plus peur de rien dites donc. Elle s'est montrée à la fois haute, arrogante, insuffisante, mauvaise et glaciale. Tout le dispositif de l'émission visait à tirer sur une ambulance - de quoi le rendre sympathique même quand on déteste sa politique, ce qui est mon cas. Bref, après l'émission avec JLM, un bel exercice de connerie journalistique. Et Lenglet qui soudain pose des questions tendance gauchiste, alors que face à Hamon ou JLM il fait le coup du "combien ça coûte" à chaque fois qu'il ouvre la bouche. Le tout pour mieux sortir la brosse à reluire quand se pointe son héros préféré, ce crétin de Macron, champion de la finance.
Décidément on ne regarde pas la télé avec les mêmes lunettes.
A dégueuler.
Une vraie harpie votre Angot .
Même pas foutue de lâcher son venin sans lire des notes et regarder son interlocuteur en face .
"Dans la post-littérature contemporaine, elle occupe avec énergie la place toujours vide et toujours respectée des handicapés sur les parkings d'autoroutes ou de supermarchés."
Ph. Muray
Ah oui, Philippe Muray?
MERCI !!! Je l'ai également trouvée insupportable de suffisance.
Elle vient sur le plateau en récitant son texte sans lever les yeux de sa feuille et rétorque que "non, ce n'est pas un dialogue" quand on lui fait la remarque ! Ah bon, ce n'était pas un débat ? Vous n'êtes donc venue que pour faire votre monologue ? Mais pour qui se prend cette femme ?
J'ai également le sentiment de ne pas avoir vu la même émission que tout le monde. C'était un tribunal d'inquisition à peine plus haut que le caniveau, et sans aucune répartie ("oh, eh, ça va -pfff" : cet argument m'a complètement convaincu.) Je suis extrêmement agacé par cet exercice inutile qui aura pu rendre Fillon sympathique à tous ceux qui auraient la mémoire courte...
Bah merci pour le vote et le compliment. Mais j'ai oublié quelque chose:

Une des raisons pour lesquelles on pouvait s'attaquer à un candidat sur la base d'un emploi fictif aujourd'hui c'est que, contrairement aux élections passées, dans celles-ci, tous les candidats n'ont pas traîné leurs guêtres à un moment ou un autre à l'assemblée et donc mis leurs doigts un peu dans le pot de confiture: Macron est évidemment blanc comme neige. Donc avant tout le monde fermait sa gueule sur le sujet car une attaque sur ce plan serait rapidement revenue dans la gueule de l'envoyeur. Equilibre de la terreur!

Mais là, avec Macron la blanche colombe, ce genre d'attaque à la dynamite qui normalement met en danger tout le monde peut fonctionner (pour ce que je pense de l'intégrité long terme de Macron par rapport à Fillon, lire un peu plus bas...).

Rien qu'aux primaires de droite, mettre ce genre de questions sur le tapis aurait embarrassé Lemaire, Fillon, Copé, sans doute Sarkozy et surement d'autres encore.

Dans cette élection, Dupont-Aignan a salarié sa femme mais la presse est sûre qu'il s'agissait d'un vrai boulot donc aucun pb. Je pose la question: la femme de Dupont-Aignan avait-elle plus de flexibilité dans son emploi qu'un attaché parlementaire standard? Très probablement... Va-t-on demander à Dupont Aignan de justifier des fois ou un enfant était malade et elle n'a pas pu se rendre à l'assemblée sans prendre de congé? Favoritisme? Détournement de fonds publics? Escroquerie en bande organisée? On voit bien pourquoi la justice se déclarait incompétente sur le sujet: ça n'en finirait pas.
Et Mélenchon? Le "sénateur-socialiste-franc-maçon-révolutionnaire" (chercher l'intrus) doit connaître à mon avis tous les avantages du "Comité d'Entreprise" du Sénat après trente ans sur ses bancs. Il paraît que son gendre était vice-président de son conseil régional et que sa fille y a été recasée après avoir perdu des élections. Merci Papa! (pourtant pas châtelain, catho et détestable...)

Et ça pose un pb très grave de séparation des pouvoirs: un nombre très important de députés peuvent aujourd'hui du jour au lendemain se retrouver inquiéter par la justice à cause de ce nouveau "délit" potentiel. C'est précisément pour éviter cela que l'immunité parlementaire existe! Ne pas mettre les députés à la merci du judiciaire.

Donc en plus d'être une arnaque, cette affaire fillon fait peser une menace claire et immédiate sur nos institutions telles qu'elles existent. Il n'est donc pas imaginable que, quelle que soit la créativité juridique du PNF, une requête d'exception en inconstitutionnalité ne vienne mettre bon ordre à cette affaire.

Et l'affaire Fillon est une démonstration de ce que ça donne d'avoir des parlementaires esclaves du judiciaire: la démocratie est mise à mal et ne fonctionne plus avec un doute évident sur l'impartialité de la justice.
Vous êtes payé à la ligne ?
Tu m'as enlevé les mots.

Le pseudo de Révolution accolé à cette déferlante me donne de l'urticaire.
J'vais aller me soigner avec un bain d'orties.

Le métier de pigiste a de l'avenir.
L'immunité parlementaire est là pour mettre les députés au dessus de la loi?
Merci pour l'info! Ne pas être à la merci du judiciaire, ça veut dire quoi sinon?

Comme dit Duflot, pour s'attaquer à un candidat à la présidentielle sans délai, le dossier doit être bien consistant.

Je n'ose pas imaginer que Fillon s'en sorte avec un score potable, car ce serait un signe fort pour l'ensemble de la classe politique: on continue se diraient tous les cadors! La politique c'est un mode de vie pour certains, voilà ce dont on s'aperçoit au fil des affaires depuis quelques décennies.
vous reprochez a Macron de ne pas être corrompu et donc d'avoir un avantage sur ses concurrents ?
et vous l'accusez par ailleurs de corruption future ce qui le rendrait moins apte que Fillon a gouverner ?

vous délirez. Dans un soucis de transparence je souhaite qu'on se penche sur sa déclaration de patrimoine et j'aimerais que la liste de ses donateurs soit publique mais on ne peut guère lui reprocher d’être vierge de toutes les maux qui semblent affecter les dinosaures de la politique.

Fillon est en train de payer pour l'ensemble d'une classe politique mais çà ne l’exonère certainement pas des faits qui lui sont reprochés. Si il avait été irréprochable il ne serait pas dans la situation actuelle... et je souris en écrivant cela, on n'espérait probablement même pas qu'il soit irréprochable mais au moins raisonnable... la il se fait prendre avec le pot de confiture sur la tête, de la gelée partout, les 2 mains et un pied dans le pot de miel et il répond "et alors ?". ça s'appelle du foutage de gueule.

hypocrisie ? des politiques francais ? absolument ! C'est probablement une de leur caractéristique principale.
Mais qui sont les hypocrites dans cette élection ? Les Français qui n'en peuvent plus d'une situation économique difficile, qui souhaitent voir cesser les affaires d'enrichissement personnel et donc aspirent au changement ou François Fillon qui prône les efforts, la rigueur et le sacrifice tout en détournant des fonds publics car il s'estime incorrectement rémunéré ?

J'entends dire régulièrement sur les plateaux de télé :"les français considèrent que 75% des élus sont corrompus mais ils se trompent ça n'est qu'une minorité" ... sur quoi est basée cette affirmation quand personne ne fait vraiment un travail assidu de vérification, quand le déontologue de l’assemblée est lui même député, quand les déclarations de patrimoine sont des brouillons illisibles et ne sont pas consultables a moins de se déplacer en préfecture, quand la haute autorité de la transparence a tout le mal du monde a être respectée ?
Les journalistes étrangers voient la France comme un pays ou la corruption est institutionnalisée... se trompent ils ? peut etre ...
mais pour une fois nous pourrions remballer notre arrogance et procéder a un petit examen de conscience et mettre en place un système de contrôle rigoureux et indépendant sans pour autant tomber dans l’excès des démocraties nordiques.

Sinon Angot .... nulle nulle nulle. Je peux comprendre son émotion et sur le fond elle a certainement raison mais la forme est juste lamentable... du fiel a revendre alors qu'il aurait fallu prendre un peu de hauteur. erreur de casting regrettable, on ne frappe pas un homme a terre... surtout si le coup rate et permet a l'adversaire de se relever.
Super article dans le dernier Diplo concernant le salariat des femmes de nos députés, et hommes politiques en général. Le papier fait un retour en arrière sur le rôle historiquement joué par les épouses des élus - et met l'accent sur le fait que si celui-ci confinait à la corruption... mesdames n'étaient pas rémunérées sur les deniers publics pour faire le job de dame patronesse distribuant localement les largesses du seigneur local. Bref, nous sommes face à la survivance d'une tradition (oui les épouses reçoivent, assistent, graissent localement la papatte, font du charity business et du réseau pour leur mari) et à du pillage en bonne et due forme des deniers publics, permettant au couple concerné de maintenir un train de vue de châtelain. A cet égard la déclaration de patrimoine de Fillon fait doucement rigoler : comment finance-t-il le maintien sur pied d'un manoir tel que le sien, alors que nombreux sont les familles héritières contraintes de se séparer de leur bien ? Salarier femmes et enfants paraît bien confortable.
[quote=Révolution]Avec Macron, c'est la modernité et donc la corruption légale de la sphère financière.
Ben oui, la vieille bourgeoisie contre la nouvelle, plus "pragmatique", plus efficace, et alors? Vous trouvez que ça innocente Fillon? De même, vous pensez qu'il suffit que les révélations soient le fait de malveillants pour faire disparaître ses magouilles? Évidemment que ceux qui révèlent ne sont pas les meilleurs amis de Fillon, possible, probable qu'ils veulent le détruire.
Restent les faits, ce sera pas facile de nous faire croire qu'ils ont été inventés.
Merci pour cette analyse, intéressante et argumentée. Cela dit elle escamote aussi certains faits :
- dans le cas Fillon la fraude a été systématique et généralisée, toute la famille en a profité, et il y a eu en plus tentative de dissimuler le caractère fictif ; certes ce n'est pas le premier à le faire, mais il y a un degré inédit (qui rappelle Cahuzac y compris dans la défense de l'intéressé : il est dans le déni et ne se rend pas compte en fait)
- sur Sarkozy, on est d'accord, c'est incroyable qu'il ait pu envisager de se présenter à nouveau malgré la justice ; là il y a un problème qui tient sans doute à la monarchie présidentielle (avoir été président, ça met au-dessus des juges)
- l'hypothèse du cabinet noir d'Hollande est quand même bien ténue ; mais après tout, pendant longtemps, on n'a pas soupçonné Mitterrand. si je vous suis ce serait un jeu de billards à 3 bandes pour favoriser Le Pen en espérant voir ainsi Macron gagner ? c'est peut-être de la naïveté mais je n'imagine pas Hollande aussi machiavélique.

Enfin, pensez-vous vraiment que Fillon est moins corruptible et soumis aux intérêts financiers que Macron ? Le coup des costumes, puis de la rencontre organisée par Fillon entre Poutine et un milliardaire, cela me ferait plutôt penser le contraire.
"c'est peut-être de la naïveté mais je n'imagine pas Hollande aussi machiavélique"

Peut-être…

Enfin, pensez-vous vraiment que Fillon est moins corruptible et soumis aux intérêts financiers que Macron ? Le coup des costumes, puis de la rencontre organisée par Fillon entre Poutine et un milliardaire, cela me ferait plutôt penser le contraire.


Macron, il s'oriente vers un parcours à la Clinton/Blair: s'il devient président. Il finira avec cent millions d'euros ou plus. Alors bien sûr, on dira que c'est parce que c'est un "génie de la finance" et autres conneries. Le dispositif est en place. Ce genre de rémunération existe et elles sont conçues pour cela. Les 3 millions qu'il a d'ores et déjà touchés de Rothschild ne sont qu'un petit apéritif. Macron c'est pas un costume par-ci, un prêt de 50000€ par là. S'il sert les bons intérêts (et tout laisse penser qu'il va en tout point précéder leurs demandes - il ne s'en cache d'ailleurs même pas), il va devenir un petit suzerain de la mondialisation financière et peser dans les 100, 200 millions.

C'est pour ça que je parle de plusieurs ordres de magnitude de différence entre nos deux loustiques. Le prix de Fillon, c'est en gros celui d'une Volvo d'occasion. Macron, c'est une Lamborghini. En achetant une Lamborghini, on paye plus cher, mais on a aussi une autre qualité de service!

Et la beauté du cas Macron, c'est que la justice ne peut rien dire du tout! C'est bien foutu...
Voté !

Pas forcément que la politique de Fillon serait mieux que celle de Macron, je pense plutôt l'inverse, si on regarde dans les détails, mais sur le fond je suis entièrement d'accord, que les deux servent le meme "monde" (au moins vu de loin...).
Fillon en pauvre p'tite victime ! Franchement...

Evidemment que les boules puantes se multiplient en campagne présidentielle, comme si ce n'était jamais arrivé.

MAIS :
1) si tant est que cette affaire en soit une, qui obligeait Fillon à en faire des tonnes sur la vertu, la probité, la sobriété, et cela dès le mois d'août 2016 !? Et encore une louche de plus, début février 2017 (après le déclenchement de l'affaire) : si je suis mis en examen, je me retire. Croyez-vous qu'un Chirac ou un Sarkozy auraient eu aussi peu de sens politique ?

2) c'est quoi cet argumentaire expliquant la nécessité pour "l'oligarchie" (déjà quand on me sort ce mot, je commence à me méfier... Oligarchie, système,... Laissez les mots du FN au FN) de "détruire" Fillon, l'homme dont le programme semblait écrit par le MEDEF (aile droite tendance hardcore) lui-même et que tout destinait à être élu sur le seul critère de sa probité/sobriété supposée ? L'oligarchie deviendrait-elle masochiste ? Il faut quand même oser poser l'hypothèse que Fillon triomphant dérangeait l'oligarchie et qui plus est sur un forum d'@si !

==> Bref, enfumons, enfumons, il en restera bien quelque chose.

déjà quand on me sort ce mot, je commence à me méfier... Oligarchie, système,... Laissez les mots du FN au FN


pas mieux ; aussi j'aimerais bien faire savoir à Mélenchon que dire comme lors du débat lundi "je veux rendre la France aux Français", ça pue.

Si ses fans pouvaient transmettre...
"Oligarchie, système,... Laissez les mots du FN au FN "

Depuis quand "oligarchie" et "système" sont "des mots du FN" ?

Sauf à entrer allègrement dans la "post-vérité" !
1) Je crois que c'est un peu ce qu'on lui a fait payer: vu les moeurs en cours au sommet, cette attitude un peu effrontée qui consistait à dire que l'honnêteté pouvait être une valeur devait être absolument châtiée. Sur le mode: "On va faire payer à ce connard le fait qu'il nous montre du doigt, nous et nos méthodes!". On n'est pas prêt de revoir un politique se lançait sur ce thème à nouveau. Ou alors il faudra que ce soit effectivement un citoyen modèle.

2) Pour le terme oligarchie, regardez la concentration capitalistique dans les médias en France (et ailleurs) et je crois que rien que ça prouve qu'il est entièrement justifié.
Dans votre monde, Montebourg serait au fond de la Seine, les pieds dans le béton.
+ 1 Le Chien

Je ne vois toujours pas en quoi Fillon dérange l'oligarchie !
Je ne pensais pas lire ce genre de conneries sur @si, on se croirait chez minute ou valeurs actuelles.

En fait, votre pseudo "révolution" est incomplet. Il faut ajouter "nationale" pour vous situer politiquement.
Vous prendrez bien une eau de Vichy?
"La vérité est qu'il existe dans cette histoire des méta-Tartuffes dans l'ombre auxquels personne ne s'intéresse."

Si : vous. Et Fillon.Vous êtes au moins deux. Probablement davantage.
Comme lui, vous savez quelle est la vérité, et vous nous mettez en garde, nous pauvres manipulés, parce que vous savez, vous, vous avez compris.
Mais poursuivons, sur votre piste, que je ne partage pas :
Il y a des méta-Tartuffes qui ont voulu faire la peau de Tartuffe, et ils y sont allés fort.
Si les média et les citoyens ne les suivaient pas, on entrereait dans une mise en abyme de la méta-Tartufferie et, au bout, Fillon ne serait que notre jouet ? Facile, non ?

" Mais l'autre aussi il l'a fait" " Mais l'autre fois quand j'avais fait pareil on m'avait pas puni" " C'est pas moi qui ai commencé" ... tous les enfants tentent cette défense, tous.
Face à une autorité responsable, ça ne peut pas prendre, le fautif doit assumer ses actes et comprendre la vacuité de ses arguments.
Et l'autorité responsable doit aussi se poser la question de savoir si c'est généralisé et comment rendre impossible la poursuite des agissements.

Mais puisque l'opinion publique est à cran, hyper sensibilisée à la tartufferie : vous qui savez qui a fait quoi quand et pourquoi, allez-y : balancez, c'est le moment ou jamais !

Ma position serait très différente si Fillon avait choisi comme riposte de montrer la vérité toute nue,en expliquant par quels rouages peu ou prou tous les élus finissent par avoir de tels petits arrangements : en agissant ainsi il aurait au moins prouvé une chose, c'est qu'il ne nous prend pas pour des abrutis.
Il y a sujet à débat, vraiment, j'en suis convaincue, sur ces histoires dont je suis convaincue qu'elles sont généralisées. Mais je constate que ce n'est pas la voie qu'il a choisie.
Il a choisi de plaider innocent et victime ... et c'est sur ce terrain-là qu'il attend que les citoyens se placent, puisqu'il affirme lui-même que les votes leur serviront à dire ce qu'ils en pensent, ... le con !
Donc, lui-même ne dénonce pas la Tartufferie, il se pose juste en victime de la méta-Tartufferie, qu'il n'attaque que verbalement et parce qu'elle s'en prend à lui.
C'est un grand garçon, il choisit une ligne, on ne va pas le plaindre des conséquences de ce choix. En tout cas, pas moi.
Ce que vous dîtes n'est qu'en partie vrai Révolution.

Certes Fillon n'a pas la sympathie du cœur de l'intelligentsia et il ne bénéficiera pas de la clémence médiatique qu'aurait eu un Juppé ou qu'aura un Macron. ( en ce moment l'argent doit couler à flot on en saura plus dans quelques années)/

Ma thèse concernant les révélations sur Fillon est moins alambiquée que la votre.

Le contexte à changé à la faveur de la création d'un nouvelle institution judiciaire en 2013 j'ai nommé le parquet national financier. https://fr.wikipedia.org/wiki/Parquet_national_financier

Avant la création de ce parquet les affaires de ce type était étouffée Bruno Leroux en sait quelque chose.

Je ne voit pas de coup portée à la démocratie française dans cette évolution même si vous avez raison de vous inquiéter d'une légalisation de la corruption par le capital comme c'est le cas aux Etats-Unis.
"Fillon n'a pas la sympathie du coeur de l'intelligentsia" = what ? Fillon le rebelle ?

D'où vient cette affirmation ?
Ce qui a été toléré depuis 40 ans devient subitement

Je pense que ça n'a jamais été toléré, le peuple n'était juste pas au courant. Perso je me fiche d'où vient l'info et si ça arrange un camp plutôt qu'un autre.
En taule les pourris. On commence par Fillon mais il faut qu'on s'occupe de tous les autres. C'est sûrement pour ça d'ailleurs que beaucoup de députés renonce à se représenter, pour ne pas attirer la foudre.
Chirac élu et réélu, Balkany réélu x fois, voilà des exemples de tolérance des électeurs tout de même...
Ajoutez y Juppé. Je suis certaine qu'en cherchant bien on en trouverait d'autres. Quant à la tolérance, elle était effectivement unanimement partagée, à tout le moins par des journalistes qui devaient être au courant mais jusque là ne disaient rien.
Pourquoi ce débat entre @sinautes me gonfle méchamment ?

C.Angot était ze "surprise" du chef, j'opine.

Bon, est-elle connue médiatiquement pour ses grands fou-rires et ses blagues de Toto ?
Bon, est-elle connue médiatiquement pour sa chaleur et ses mines compatissantes ?
Bon, est-elle connue médiatiquement pour la simplicité de ses argumentations ?

Vous êtes tous des éscalobrifons puissance ²²²²² (attaquez en diffamation, je maintiendrai : éscalobrifons puissance ²²²²²)

Le sinistre ex-ministre François Fillon est un moralisateur normatif sans morale avec une éthique en toc.
Il veut être le Président ? Laissez le couler comme le camembert de la même marque.

La prochaine "surprise" du chef : Amélie Poulain !
Vous avez sans doute raison quand vous relevez que "foudroyer" Fillon sur la seule base d'un fonctionnement pervers généralisé qui soudain apparaît pose un problème majeur De proportionnalité peut-être ? Conjointement, on doit se demander quand et comment, à quel prix il faut, car il le faut incontestablement, que les faits soient révélés et produisent leurs effets. Hollande à sa manière paie pour la colère populaire. LE processus est différent, non pas basé sur le scandale d'un fait monté en épingle. Mais il paie. Ici, c'et Fillon, ce qui arrange beaucoup évidemment ses "ennemis" ses adversaires. A noter que sa vision de la société, son programme, son PROJET est abhorré par une partie de la population qui n'en peut plus de souffrir des tares de l'ultra-libéralisme, ceci pour rappeler que scandale ou pas, monté de toutes pièces ou non, il paie pour sa ligne politique aussi.

Je rajoute que nombreux sont ceux qui, aujourd'hui, se foutent de manière cynique et finalement ignoble de la morale, de l'éthique, appelez ça comme vous voudrez. Là également, on se prend à espérer que vient le moment où trop c'est trop, ou la corde (par laquelle nous nous pendons) casse. Et si un homme ou une femme de gauche (je ne parle pas du PS, mouarf) était mis en cause comme Fillon, qu'il soit mon candidat naturel n'y changerait rien si le peuple devait enfin lui demander des comptes : il devrait répondre de ses actes. Car je crois qu'on s'est tellement foutu de notre gueule, eh oui comment voudrais-tu qu'on le dise autrement ? qu'un jour la vague passe. Et que ces gens mis en cause se réjouissent : personne ne parle, à part de sombres imbéciles d'éditorialistes qui décrivent un tel spectacle totalement fantasmagorique, de promener leurs têtes au bout de piques (Barbier s'exprime ainsi, pour donner une idée).

Par les guerres chirurgicales que nous occidentaux menons, par la pratique de l'injustice (sociale) qui mène au suicide tant de gens (sous ses formes les plus diverses pas toutes létales) par cause du mépris que les puissants ont de la vie de la plèbe, par l'intolérable violence qui monte dans le monde alors que la civilisation aurait dû la réduire à rien, il y a des centaines de milliers de victimes que l'on qualifiera d'innocentes d'une manière que les "grands esprits" jugeront simpliste qui meurent... Que les dominants se réjouissent de ce que la révolte sourde des peuples ne produise pas des soulèvements sanglants dont ils seraient la cible unique : on croirait presque qu'ils ont perdu de vue ce que la nature humaine peut produire de pire qui pourrait les concerner, dont le spectacle pourtant détruit notre humanité à longueur de journaux télévisés. Leur humanité ? On la cherche encore, la plupart du temps. Fillon n'est pas innocent, et s'il devait être l'une des rares personnes exagérément condamnées pour des faits immoraux désormais considérés comme tels, le simple calcul des probabilité rendrait acceptable le fait que cela tombe sur lui. Sans parler du rétablissement d'une forme de justice pour l'instant bafouée.
@ "Revolution": Sans doute beaucoup de vrai dans cette analyse....
Juste une petite différence, cher monsieur : tous les salopards politiques qui se sont gavés d'argent public à travers l'emploi plus ou moins fictif de proches et sous couvert d'une légalité de connivence et de circonstance ne se présentent pas à l'élection présidentielle aujourd'hui !
Quand on porte un pseudo comme le votre, il faut l'assumer. La révolution, ça s'rait-y pas de changer les choses un jour ou l'autre en cas de ras l'bol ???
Contrairement à vous, je trouve que Daniel Schneidermann a très bien résumé l'intervention de "l'invité caché ou mystère". L'histoire du bracelet, quel dommage, mais la colère était réelle et largement partagée de l'autre côté de l'écran.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.