46
Commentaires

Migrants à Calais : lacérées ou pas, "les tentes finissent à la benne"

Commentaires préférés des abonnés

Sentiment global : le médiateur invité (bon vieux technocrate cynique, parachuté aux affaires sans jamais avoir considéré aucun détail technique dans cette histoire, dixit lui-même) est insupportable de suffisance à tous les degrés (la faute aux pass(...)

une simple boite d'interim, dont l'une des clients est l'etat. la mission : faire un boulot d'entretien/nettoyage. on leur a dit de tout foutre a la benne, ils foutent tout a la benne et le font le plus efficacement possible. que les trucs a "nettoye(...)

Franchement c'est dur d'écouter Didier Leschi tenter de justifier les méthodes de notre belle administration... j'ai l'impression d'entendre un gars se rassurer du bien-fondé de la Déportation parce qu'on aurait laisser les banquettes dans nos trains(...)

Derniers commentaires

Dommage de ne pas confronter le DG de l’OFii quand il énonce a minima des inexactitudes voire des erreurs.

Non l’Europe du Nord et l’Amérique du Nord ne sont pas les premiers pays d’accueil de réfugiés. Ce sont d’abord des pays du Sud. Voir le site Eurostat ou UNHCR. 

Ni des demandeurs d’asile  : par exemple les pays en Europe qui accueillent le plus de demandeurs d’asile proportionnellement à leur population sont Chypre, Malte, la Grèce. 


https://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/promoting-our-european-way-life/statistics-migration-europe_fr#RefugeesinEurope


La présence d'un acteur associatif de terrain sur le plateau et d’un élu ( peut être ont ils décliné ? ) aurait été intéressante. 



J'ai été choqué ces derniers temps par la focalisation du gouvernement (largement reprise par les journalistes, enfin la plupart d'entre eux) sur l'accusation des passeurs.

Les passeurs sont certes des criminels contre lesquels il faut lutter

Mais, dédouaner la responsabilité de l'état français et de l'état britannique me paraît quand même un peu gros (et on pourrait dire aussi dédouaner les citoyens britanniques et les citoyens français qui ne s'indignent pas de ce qui se passe ou pas assez, moi le premier certainement)...

Bref, accuser les passeurs, c'est la solution de facilité qui nie la complexité du problème.

Et "la lutte contre les passeurs" donne l'impression que le gouvernement fait quelque chose alors qu'en plus du succès très relatif de cette politique, cela ne résout en rien le fond du problème !

Contrairement à pas mal ici, je suis extrême heureux de la présence de Didier Leschi (du point de vue qu'il représente, tout du moins) sur le plateau : je trouve vraiment intéressant d'avoir la vision et la contradiction des personnes organisant l'immigration (je veux dire dans le détail, au-delà des discours de meeting), y compris pour les réponses par lesquelles complète et corrige son interlocuteur, qui n'est pourtant "que" photographe, mais qui arrive très bien à mettre à jour les angles morts et impasses du discours quand il y en a.

Le problème, c'est que Leschi, peut-être parce que se sentant en terrain "ennemi" (l'affaire du tweet semble montrer un passif là-dessus), et plus probablement parce qu'il est directement associé au politique et a une crèmerie à défendre, apparaît très crispé et émotionnel sur le plateau, rendant l'échange assez stressant et pénible - alors qu'on peut pas dire qu'il a deux personnes agressives en face. Sa réaction sur le coup du nombre et de l'appel d'air, par exemple, c'est totalement ridicule : il peut très bien dire "le nombre n'aura d'importance pour personnes, ni ne fera peur à personne, si les modalités d'accueil font que ces populations seront bien intégrées" plutôt que de piquer une crise comme il le fait ici.


C'est d'autant plus bête que DS a la bonne idée de poser la question du long terme ("qu'est-ce qu'on rêve ou imagine d'idéal pour ces personnes à Calais, concrètement ?"), angle mort régulier des discours pro comme anti-migrants, et où deux visions politiques constructives (des projets sur le long terme) auraient pu s'affronter. Sur ce point comme pour d'autre, on sent vraiment l'absence du point de vue des associations sur le plateau, il manque clairement un/e troisième invité/e qui en émanerait, il manque une pièce du puzzle.

Bref, j'ai appris plein de choses jamais entendues ailleurs, mais l'émission est un peu frustrante.

Quand on en est réduit à jouer à ce point sur les mots, sur les intentions des uns et des autres ou sur les lieux géographiques, c'est qu'il y a vraiment un problème. En l'occurrence notre déshumanisation qui nous fait accepter, tolérer des process d'agressions, de pillage, d'humiliation afin de justifier une action politique. Action politique qui se retranche derrière une chaîne commandement sibylline et en partie privatisé. 

On est en dessous de tout!

J'ai commencé à bouillir d'indignation dès que j'ai entendu DS reprendre l'ignoble terme utilisé par la propagande du régime de Macron : migrant.

M. Schneidermann, ces gens fuient des guerres et leurs conséquences. Guerres, au passage, qui sont celles que l'Occident mène au nom de la Bible et du Pétrole depuis des décennies. Ce sont donc, en bon français, des réfugiés. Ou bien éventuellement des exilés.

J'avoue qu'après cela je n'ai pas supporté plus de quelques minutes l’insupportable apparatchik de service.

Émission ratée, c'est vraiment dommage sur un sujet aussi grave.

Novembre 2021 : la Pologne (soutenue par l'UE) accuse la Biélorussie d'organiser une immigration illégale [l'accusation masque des manquements graves de la Pologne vis-à-vis des conventions internationales]


https://www.ouest-france.fr/europe/pologne/migrants-la-pologne-viole-t-elle-le-droit-international-9c6863d4-47b0-11ec-b20e-71ac1c33bb37


Décembre 2021 : le Royaume-Uni accuse la France (l'UE) d'organiser une immigration illégale




Si l'on pouvait prendre le pli de dire "réfugiés" au lieu de "migrants", cela ne serait pas mal pour le réel. Ces gens quittent leurs pays parce qu'ils y mourraient en y restant (guerre, persécution politique, dérèglement climatique...) ; ils ne le quittent pas dans l'idée d'aller bosser dans une boîte à l'étranger pour muscler leur CV. Ils cherchent refuge et survie en Europe, pas autre chose.

Écouter les horreurs de Leschi, passe encore, on sait que des gens comme ça existent. On s'en afflige mais on sait que ça existe. C'est comme une nouvelle de Maupassant : on est sidéré de la méchanceté des personnages mais on est pas vraiment surpris, finalement, que le fils assassine le père devenu vieux pour supprimer une bouche "inutile". Comme dirait Sarklo (non, pas Sarko, Sarklo, le chanteur) :


  Et c'est même pas des baffes qui s'perdent, c'est l'homme qu'est comme ça, qu'est du brun...


Mais, après avoir laissé Leschi dérouler ses horreurs pendant une durée indécente (y compris son petit emportement surjoué et l'excuse contrite de DS pour éviter l'esclandre), conclure en demandant à un journaliste de 35 ans quelle solution il propose au problème des migrations, ça c'est vraiment la faute. Au lieu de l'interroger sur ce qu'il a vu on lui demande de résoudre le problème, là tout de suite, maintenant. On se serait cru chez CNews. Je préfère oublier cette émission, elle était décidément trop pénible.

Daniel nous parle de la proposition de Xavier Bertrand d'affréter des ferrys afin de payer le passage des migrants vers l'Angleterre.

Cette proposition est certes louable mais est bien en deçà de celle bien plus musclée proposée par Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission consacrée à ses idées et son programme sur BFMTV

https://www.youtube.com/watch?v=biAkymA__aA&t=24s       lire à 9 : 44.

En outre comme Bertrand a échoué à la primaire de la droite il m'étonnerai fort que Pécresse reprenne cette proposition dans son programme.

Je vous laisse visionner.



Faisait on autant de "ram dam" avec les boats-people qui fuyaient le "communisme" vietnamien ? Peut être un biais ?

Hypocrisie technocratique assumée , en tous points dégueulasse !

Le "de manière sérieuse" du début m'avait échappé , il en dit long sur les entrevues précédentes , "vendues" comme sérieuses elles aussi.

y a un truc qui me chiffonne : porter secours à des naufragés, c'est une obligation qui outrepasse très largement celle des eaux territoriales, non ?

Question : par rapport aux images de Reuters au début de l'émission, pourquoi personne ne se pose la question de leur point de vue ? Apparemment elles ont été prises depuis la mer, donc d'un navire ? Ont-ils accompagné l'embarcation des migrants ? Comment peuvent-ils avoir fait de si belles images sans avoir été prévenus ? 

PS : Sans rapport aucun. A quand une réponse à une question lue moult fois sur le forum : pourquoi ne peut-on éditer un message ?

L'ouvrage Les enfants vont bien de Nathalie Quintane résonne en moi après votre émission.
J'en recommande la lecture et encourage chacun·e à tout acte gorgé d'humanité, de solidarité et de courage.

Pas pu voir l'émission jusqu'au bout. Abandon au bout de 45mn.

Didier Leschi est insupportable de suffisance, le journaliste transparent. Pourquoi, comme dit Vacinenkof, ne pas avoir invité des gens du terrain. Vivant dans la région, je sais qu'ils sont nombreux.

Calais-Paris ce n'est pas si loin, c'est encore la France, ce n'est pas la jungle, rassurez vous.

Se focaliser sur le problème des passeurs ( certes une bande de criminels), est un peu réducteur, Il y a toute une problématique en amont qui n'a pas été évoquée .

La responsabilité des Etats est vite passée au second plan.

Pour info Calais - Grande Synthe c'est 38 km.

On vit une époque formidable , les "hommes" politiques de notre temps sont d'une profondeur insondable!Au moins il y a 30 ans ils donnaient l'illusion .  On sait depuis que ce n'était qu'une illusion . Godard a raison ,les phrases tuent , d'ailleurs les mots ont tué ma phrase !! On ne sera jamais assez triste pour que le monde soit meilleur ...

pour ce qui est des migrants qui jettent leur gosse a l'eau je pense avoir vu un malentendu. darmanin dit effectivement que ce sont les migrants qui jettent les gosses a l'eau (quel connard ce type, décidemment je m'y ferai jamais). mais votre invité, monsieur Leschi, dit pour ca part que ce sont les passeurs qui sont susceptibles de faire ce chantage odieux. ce qui me semble nettement plus probable de la part de telles sous merdes que de la part des parents des gosses.


je suis d'ailleurs aaaaaaa peu pres convaincu que c'est précisément ce que devait indiquer le rapport qu'a lu mr darmanin avant de se mélanger les pinceaux comme le gros con qu'il est pour bien donner du grain a moudre aux fachos, expres ou pas. est-ce que son erreur de lecture, au passage, ne trahirait-elle pas un certain fascime latent chez lui, je m'avancerais peut etre un peu mais... faut voir.

Ce serait pas inutile d'inviter des gens du terrain pour ce type d'émission je pense. Des éducs, des bénévoles, des pros de l'urgence sociale, des chépakis qui seraient à même de parler de ce qui se passe concretement sur le terrain.


Je sais qu'ils ou elles n'ont pas la vision que peuvent avoir un journaliste ou un représentant d'institution, mais la leur est toute aussi légitime et elle a le mérite de ramener du concret.


Sentiment global : le médiateur invité (bon vieux technocrate cynique, parachuté aux affaires sans jamais avoir considéré aucun détail technique dans cette histoire, dixit lui-même) est insupportable de suffisance à tous les degrés (la faute aux passeurs, la faute aux associations, Le gros Tampon de l’État qui rend tout mécaniquement indiscutable), et le journaliste invité qui hésite a lui rentrer dans le lard pour garder le peu de latitude qui lui reste sur le terrain. Et c'est à gerber pour ce qui concerne l'attitude désinvolte (c'est la faute à johnson, larmes de  crocodile, vilaine mafia des passeurs, etc.) de macron, darmanin et consort sur ce sujet. Des types incapables de contrôler la vente de canots pneumatiques de 12 m en Europe (tout le monde achète ça), de surveiller 250 malheureux km de côte (disons avec 30 à 50 personnes au sol et des drones à vision infrarouge) quand La Manche est calme (c'est pas si souvent) et surtout de déballer qu'un migrant pourraît jeter son gosse à l'eau alors qu'il s'agit de porter secours en urgence, moi j'appelle ça a minima des fifrelins (mais leur tendance à sortir l'artillerie lors du moindre mouvement de foule contredit d'entrée cette suggestion), a maxima des salauds idéologisant sans scrupule (ce qui par ailleurs les amène au-dessus du simple niveau de simple crapule des passeurs). Je ne parle même pas de l'incroyable mauvaise foi de ces types quand il s'agit de foutre en l'air purement et simplement la vie déjà très précaire des migrants. Sur ce dernier sujet le but est évidemment de casser leur moral en sachant a priori, mais ne comprenant pas bien (en tant que petits français issus de milieux très favorisés et n'ayant que leur honneur à jouer), que dans le cas des migrants tout recul est quasi-impossible. Que notre pays de hobbits et ses dirigeants comprennent une fois pour toute que les migrants va falloir se les fader à partir de maintenant, pour le meilleur ou pour le pire (qui sera commun et certainement pas de leur faute en particulier).

Franchement c'est dur d'écouter Didier Leschi tenter de justifier les méthodes de notre belle administration... j'ai l'impression d'entendre un gars se rassurer du bien-fondé de la Déportation parce qu'on aurait laisser les banquettes dans nos trains :|

...

Je ne peux (et ne veux) pas juger la personne en elle-même mais le rôle qu'on lui astreint est pénible : ce qu'il défend ne peut l'être dans un pays qui affiche la devise que l'on connaît bien.

La police matraque les réfugiés tous les jours et dit que ces gens partent à cause des passeurs.  Et le monsieur de l''OFIII confirme. Il y a peut être un peu mieux à espérer en terme de politique d'intégration, non ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.