252
Commentaires

Merci Patron : "mes inspirateurs ? Michael Moore et Lafesse"

Un film qui ridiculise Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France, patron de presse et puissant annonceur des médias qu’il ne possède pas ? Eh oui, c’est possible. Le film s’appelle Merci patron et sort en salle le 24 février après une tournée d’avant-premières dans une quarantaine de salles en France. Pour discuter de cet ovni cinématographique, nous avons invité son réalisateur et principal interprète François Ruffin, par ailleurs patron du journal Fakir, ainsi que l’économiste Frédéric Lordon qui esquisse les prolongements politiques à donner au film.

Derniers commentaires

Une émission qui prend une résonance quasi-prophétique en la revoyant dans le contexte du mouvement des gilets jaunes.
J'avais raté cette excellente émission - d'ou l'utilité des vos hyperliens Daniel ! Vous avez bien fait de nous rappeler l'existence de ce contenu dans la Gazette 498. Merci.
Bonjour,

Et, voilà-t'y pas, maintenant, que ce "sacré" Ruffin, est élu député, face à une volée de "pélucres" franchement antipathiques .....
prétentieux, suffisants, avec un retard de près de 20 points !!!.....

Connaissant un peu le "bougre", il va y avoir du sport à l'Assemblée !!!..... Et, avec ses co-élus, je suppose que cela risque de ne pas être triste à la rentrée parlementaire .....

Voir, et revoir l'émission ,,@si du 19/02/2016, lors de sa rencontre avec Lordon, sur son film Merci Patron, ainsi que les autres émissions auxquelles il a participé .....

Merci à @si, merci à Daniel Schneidermann pour la qualité de leurs prestations !!!.....

Pierre .
autre exemple d'une tentative "littéraire" de rendre ridicule les éditocrates dominants:
http://www.lgoutelle.org/2016/04/critique-des-medias-ca-suffit.html
n'hésitez pas à laisser des commentaires, mêmes très critiques.....
Enquête de François Ruffin sur un licenciement révoltant:

http://reporterre.net/Le-licenciement-revoltant-d-une-travailleuse-du-nettoyage-de-trains
[quote= « Un couple de Nordistes héros de «Merci patron!», un documentaire à succès », La Voix du Nord, 24 mars 2016.]

Mercredi soir, François Ruffin [...] a rencontré les spectateurs du Méliès, à Villeneuve-d’Ascq. L’occasion de demander au réalisateur des nouvelles des Klur, le couple héro du film, qui décline toutes les demandes d’interview. [...]

« Je trouve ça sain que les Klur ne souhaitent pas monter les marches à Cannes »

[...] Les Nordistes ont visionné le film pour la première fois dans leur salle à manger. « À la fin, ils ont éteint la télé, et ils ont dit : « bon, ça nous fera des souvenirs. » Là, le réalisateur retrouve son humilité ! »
Le film est génial, l'émission est super ! que ceux et celles qui ne l'ont pas encore vu (le film) y courent !
N mmmm45mx gtr
4
M[large][/large][large][/large]
Je réagis sur la jonction des petits bourgeois éduqués et les classes populaires ouvrières : J'ai 2 bac + 5 -Psychologie et management - et j'ai un ami ouvrier franco-algérien avec lequel je vais voir les films engagés dont "merci patron". Je l'associe à la manifestation loi el khomri à laquelle il n'irait pas spontanément. Nous tiendrons les banderolles ensemble.
Salut !

Je viens de me remettre à arrêt sur image (1 semaine), je regardais ça quand j'étais petit avec mon papa à la télé. Je suis absolument conquis par le travail que vous faites, la pertinence des propos et la remise en question de tous les modèles que vous opérez. Je ne comprends juste pas comment j'ai pu passer à côté de votre travail pendant si longtemps ! Du coup, j'aurais juste une question. Ce que vous défendez, justement dans cette émission, la jonction des classes populaires et les intellos précaires (haha, j'en fait vraiment partie étant musicien/ingénieur du son au RSA) ne pourrait elle pas être un peu mieux défendue en changeant, même légèrement votre modèle économique à vous @si ? Je comprends que vous ayez besoin de moyens pour créer cette émission, payer les gens qui y participe, mais ne serait-il pas envisageable de libérer plus de contenu gratuit, ou d'envisager une forme où le paiement est un soutien ? Comme un abonnement optionnel ou autre, je ne sais pas, j'imagine qu'il faut réfléchir sérieusement à cette question mais qu'en pensez vous ?

Je m'en rends juste compte que j'ai envie de partager avec tout le monde le fruit de vos débat mais que ça m'est impossible (sur les réseaux sociaux du moins). Il faut que vous puissiez être accessible à tout le monde non ? Eh non pas seulement aux intellos précaires et autres pré-convaincus qui connaissent @si depuis longtemps ?

Mais peut être que la remise en question des formes politiques pour être vraiment performante doit s'opérer dans un média libre où l'affluence n'est pas non plus si importante pour conserver votre indépendance ? Je ne suis pas sûr cependant. En tout cas, il me semble que ce n'est pas ce qui est défendu dans cette émission.

Désolé si mes questions peuvent paraître agressives, c'est par pure passion pour vos émissions qu'elles me viennent.
Merci,
Antoine
"Je vous écris de l'usine " , de Jean-Pierre LEVARAY

http://www.editionslibertalia.com/catalogue/hors-collection/je-vous-ecris-de-l-usine
Tout le monde en parle !

https://sequencecine.wordpress.com/2016/03/01/decouvertes-documentaires-fevrier-2016/#more-5818
Super émission. Je commente rarement, mais j'ai aimé. De votre faute je vais devoir aller voir le film de Ruffin ! Et pourtant Dieu sait que je ne suis pas de gauche...

Dommage cependant d'avoir omis de rappeler que l'opération juteuse de Bernard "le diable" Arnault sur Boussac s'est faite avec la totale complicité du gouvernement SOCIALISTE (pardon, mon clavier s'est bloqué) de Laurent Fabius dans les 80's...

A++

fxa
Le film s'ouvre avec une scène de placement de produit pour un ticheurte appelant à l'indépendance de la Picardie.
Merci Ruffin!
Super, nous retrouvons le ASI utile et radicalement analytique , bref il faut mettre l'émission en accès libre de toute urgence !
L'Intellectuel Organique d'@si, Frédéric Lordon, se fait tailler un petit short par Libé.
Il s'en remettra!

une "Enquête" un peu étrange, parue dans les pages "Idées" aujourd'hui, et qui ressemble plutôt à un projet de "Portrait" avorté...C'est un peu inhabituel tout ça, cela témoigne peut-être de l'inconfort qu'a Libération à manier "l'objet Lordon" (si je peux me permettre) qui lui échappe. Tant mieux, après tout.
Bien entendu, Ruffin est formidable d'enthousiasme, de même que son film, et c'est une bouffée d'oxygène dans le marasme actuel.

Hélas, je suis très pessimiste sur la possibilité de réalisation de l'appel de Ruffin et Lordon en fin d'émission : réaliser la jonction entre une petite bourgeoisie "éduquée" et d'une part, les ouvriers et classes sociales "basses", d'autre part les jeunes de banlieue.
Je n'y crois pas à cause notamment de deux freins présents chez de nombreuses personnes à gauche :

- Ruffin parle bien du vote FN, et évoque le fait d'aller à la rencontre des ouvriers et chômeurs votant FN, ce vote étant devenu très haut chez ces catégories de population dans certaines régions.
Or, pour beaucoup de gens à gauche, le vote FN est un diable absolu : quelqu'un votant FN est soit un horrible fasciste, soit un imbécile qui ne comprends rien à rien et pour lequel on ne va quand même pas faire l'effort de lui expliquer ce que c'est que le fascisme...
Donc, faire ce que fait Ruffin est, j'en ai peur, impossible à plus large échelle.

- Lordon évoque quant à lui les jeunes de banlieue. Ici le frein est d'un autre type : il se trouve que beaucoup de ces jeunes de banlieue sont musulmans. On le voit par exemple aux réaction que suscitent Médine : l'affirmation du religieux, qui est une des seules portes de sortie accessible pour conserver un tant soit peu de dignité dans un environnement qui n'en suscite que peu, est un repoussoir absolu pour de nombreuses personnes à gauche. Impossible d'aller vers ce qui est aussitôt considéré comme du communautarisme, crime moral parmi les plus terribles (et exit Marx...).

Bref, le rapprochement appelé par Ruffin et Lordon comme condition nécessaire à un soulèvement général de force suffisante face à la force du capital et du libéralisme me paraît donc strictement impossible - le mouvement de gauche laissera forcément sur le bord de la route les votants FN, ou les jeunes de banlieue musulmans.
Beaucoup de mouvements à gauche me paraissent bien trop fermés et arc-boutés sur des principes devenus machinaux et posturaux. Et c'est le serpent qui se mord la queue, car c'est à être fermé sur soi et à ne pas tendre la main que précisément, le vote FN se développe, ou que les jeunes de banlieue n'affirment que plus fortement leur religion.
Pour le dire autrement : il y a un manque cruel de psychologie et de compréhension des autres chez beaucoup de militants de gauche qui me semble devoir empêcher un grand rassemblement.

Ruffin, heureusement, en est un beau contre-exemple. La question est : est-il une espèce rare, où finira-t-il par être imité suffisamment en masse ?
Ce soir sur M6 ils ont annoncé "Merci Patron" en 3ème place derrière "The Revenant" et "Pataya" !!!!
En tout cas, c'est pas Ruffin qui aurait osé repeindre le scooter de l''apathique en sortant d'Europe1. :-)
Vu le film ce jeudi ...
Et c'est un vrai plaisir...On rit beaucoup, et de bon coeur...

Une réussite (même si, à l'égal de Michael Moore et son "Georges", on pourrait presque penser à une production de Bernard Arnault...Mais je fantasme peut-être...)
Bravo pour votre émission, ça donne vraiment envie de voir le film. Le cinéma a toujours été doué pour dénoncer les patrons véreux.
Pendant ce temps Je lutte donc je suis de Yannis Youlountas s'est déjà vu projeté en salles devant plus de 100 000 spectateurs et poursuit sa tournée avec plus de 50 projections-débats programmés dans l'année qui vient.

Une « version longue » du film est accessible gratuitement (depuis Noël) sur internet ainsi que son film précédent intitulé Ne vivons plus comme des esclaves.

--
A l'instant, BFN vient de consacrer trois minutes à Ruffin, sans aucun fiel. On m'l'aurait dit, j'l'aurais pas cru.
WOAW !
En voilà une bonne paire ! Des émission comme ça on en veut tous les jours si possible.
Merci Patron SFR : Merci Patron
Les syndicats grincent des dents chez SFR. Alors que Eric Denoyer, l’ex directeur général de SFR, faisait déjà parler de lui au début du mois de février pour s’être vu accorder une prime de deux millions d’euros par le conseil d’administration de l’opérateur, la CFDT révèle, au journal Le Figaro, que ce dernier a également perçu 15 millions d’euros de plus-value grâce à la levée de ses stock-options. Somme venant s’ajouter aux 2 millions perçus au début du mois. Dans une situation de climat social tendu et en pleine négociation salariale chez SFR, les syndicats ont exprimé leurs indignations à ce sujet.
Et là interdit de rigoler :

L’ex-DG de l’opérateur se justifie en précisant que sa « situation est publique » et qu’il va « réinvestir une partie de cette somme pour créer une entreprise dans le domaine des objets connectés en France. Je n’exclus pas d’investir dans des start-ups dans ce domaine. En outre, je vais payer énormément d’impôts, en France ».
La meilleur blague de la journée , j'en peux plus !!!
J'aime lire et écouter Frédéric Lordon.
Par contre, je ne le vois pas faire beaucoup contre le TAFTA. Si ce traité est conclu, toutes ses bonnes idées resteront, malgré les soi-disant faiblesses du capitalisme au pied d'argile, juste des fantaisies.
J'ai bien aimé:
Daniel Schneidermann: ... ou les frites!

On est passé à coté du pire.
Et la consécration : "Sauf à vous méprendre sur votre propre pouvoir, vous n'êtes pas près de renverser l'oligarchie".
Merci Jean-Michel Aphatie de confirmer nous confirmer si élégamment qu'on est bien en oligarchie et qu'il va être difficile d'en sortir.
Merci! ASI je te retrouve!
comment le faire programmer chez soi? rien de prévu pour le moment à Arles et ses environs.
Excellente émission, avec des personnes intelligentes, libre de propos et cela fait du bien.....
Oui plus que jamais la lutte de classe est activée....à quand la révolution, l’échafaud.....quand la jeunesse se rendra compte des réelles inégalités.....
Merci pour cette émission.
Il en faudrait toutes les semaines, des comme ça.
Une émission géniale sans contradicteur débile ... Ça fait du bien ! Content qu'ils vous aient fait faux bond.

Les idées s'expriment mieux entre gens qui ont les mêmes référentiels, sinon ça tourne toujours au dialogue de sourds et le débat n'en sort pas grandi.

Si on s'abonne à asi ce n'est pas pour retrouver la même vulgate et les mêmes squatteurs d'antenne que dans les médias mainstream.

Si vous pouviez en prendre bonne note pour la suite ce serait encore mieux ;-)
Arte et la parole de Seux encore ce soir 22/02 chez Quin-quin !

Pitoyable débat , qui n'en est pas un !
C'est évident qu'il y a fort contentieux entre Daniel Schneidermann et Pierre Carles. Cela a toujours crevé l'écran... mais bon, cette manière de faire comme si Pierre Carles n'existait pas est hautement dommageable pour l'équipe d'arrêt sur images qui, du coup, dissimule voire rend transparente l'histoire cinématographique de cet auteur... étonnant non ?
À vue de nez? Zéro.
Mon oncle, cheminot, avait un copain syndicaliste qui avait été élu député (je vous parle d'un temps que les moins de soixante ans...). Il a fait une mandature et a refusé de se re-présenter: si je reste trop longtemps, je vais devenir comme eux...
J'ai beaucoup aime le passage ou Ruffin parle d'education populaire mais releve qu'aujourd'hui, c'est pas le petit peuple qu'il faut eduquer sur les mefaits de la mondialisation liberale, mais bien les classes moyennes "eduquees".

J'en connais beaucoup qui croient "qu'il n'y a plus d'ouvriers" en France.

Petit rappel dans ce numero de La-bas :

http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-j-y-suis-les-ouvriers-les-oublies

"Mais où sont passés les ouvriers ? Dans la bouche de Marine Le Pen ? Dans les discours de Mélenchon ? Dans les cauchemars de Sarkozy ?
La classe ouvrière a disparu. Faites le test autour de vous : Combien d'ouvriers en France ? Réponse : 200 000 ? 1 million ? 2 millions ? En vérité, ils sont 6 millions mais ils sont gommés de la photo de la société française. Ils représentent 23% des actifs et n'occupent que 2% de l'espace médiatique (Selon l'Observatoire des Inégalités)."
[quote=dubistdou]laisser cette émission non visible c'est dommage
Il faut combien de votes pour que l'émission soit en accès libre?
Alors à propos de l'émission de là-bas si j'y suis où Ruffin "infiltrait" la Belgique en tant que SDF (Sans Difficultés Financières) : c'était magistral, mais l'épisode est indisponible car il se faisait passer pour l'héritier Flodor, Flodor qui a protesté.

Il serait plaisant que dans le sillage de Merci Patron on déterre cette émission.
Bonjour,

à 41'40", F. Lordon ne se souvient plus du nom de l'auteur de l'article «les fourches arrivent ...»
c'est Nick Hanauer :
http://www.politico.com/magazine/story/2014/06/the-pitchforks-are-coming-for-us-plutocrats-108014

en Français traduit par google :
https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.politico.com/magazine/story/2014/06/the-pitchforks-are-coming-for-us-plutocrats-108014&prev=search

je plussoie beaucoup d'avis.
laisser cette émission non visible c'est dommage
Un autre décommandé, de l'émission ONPC c'est Philippe Pascot pour son livre "Pilleurs d'Etat", où il est question notamment de Manuel Valls.
Entendu sur France Inter : http://www.franceinter.fr/emission-si-tu-ecoutes-jannule-tout-philippe-pascot
Merci pour cette émission. Merci beaucoup.
Après une semaine de morosité à voir et entendre partout dresser sur un plateau d'argent la loi sur le Code du travail, à écouter des politologues élucubrer sur l'avenir de Hollande Valls Macron Cosse etc, on se met à espérer que toute la nation se réveille et que l'indignation ajoutée à l'indignation laisse enfin place à de véritables actions.
"Être de gauche c'est être habitué à la défaite" dit François Ruffin et je ne suis pas d'accord, car on ne s'habitue jamais au désespoir, il faut retrouver chaque fois suffisamment de raison d'espérer (et cette émission en est une d'ailleurs). Les ceusses qui ne sont plus de gauche, et le disent sans honte, comme Holande, Valls et Macron, sont devenus des défaitistes, des collabos, qui veulent même poursuivre plus loin la victoire de leurs nouveaux maîtres et pour s'en défendre se donnent juste la conscience d'agir pour affermir leur avenir politique.

J'ajoute que je découvre "ce" François Ruffin. Respect !
Belle et bonne émission.
Très bonne initiative...mais plusieurs bémols

"...Ruffin se présente comme l’un des plus grands connaisseurs d’Arnault..." écrit Anne-Sophie Jacques. J'ai quelque doute. Car dès la présentation du sujet j'ai relevé une grosse erreur de sa part, qui n'est peut-être pas dans le film (?).
Et, sauf erreur de ma part , qui n'a pas été indiquée dans les commentaires.

Ce n'est pas Arnault qui a acheté l'empire Boussac en 1978; ce sont les frères Willot dans un style de prédateurs qui réussira ensuite à Bernard Tapie. Le dépeçage n'a pas été initié par Arnault, qui a ensuite racheté l'ensemble (dont St Frères, Conforama, Le Bon marché, Christian Dior...etc) aux 4 frères en 1981 pour environ 400 Millions de francs.

Ruffin et Lordon semblent ignorer aussi un fait important: le pouvoir socialiste est intervenu en sous-main pour favoriser cette tractation ( je tiens ce renseignement de l''un des quatre frères).

Et quand Lordon, qui, comme beaucoup de militants d'extreme gauche, cherche à tout prix à déceler un espoir de mobilisation, avance sa théorie des people soutenant maintenant les ouvriers...j'ai l'impression qu'il ignore l'histoire: sans remonter jusqu'à Sartre juché sur une barrique devant chez Renault, ou les soutiens d'artistes pour LIP, B. Lavilliers et bien d'autres n'ont pas attendu le conflit GoodYear pour exprimer leur solidarité avec la classe ouvrière

C'est souvent ce qui me chagrine dans ce type de démarche louable et que je salue: l'approximation et le fameux ressenti des petites luttent qui montent, qui montent... et qu'on veut faire rentrer dans un cadre commun..

Parmi les causes de l'apathie et de la non mobilisation des citoyens, je vois aussi cette association théorique d'engagements, proclamés non-critiquables, dès qu'ils amorçent "le grand soir".

Je pense que les pouvoirs financiers et politiques d'Arnault et de Bolloré doivent être combattus avec détermination., que la prison pour "les Goodyears" est une infamie ( j'ai sequestré à une époque où c'était encore compris !)...mais j'ai aussi le droit de penser en même temps qu' Attac dont Lordon est un adhérent a sorti ou partagé des énormités sur Notre-Dame-des-Landes et que son silence sur les exactions de voyous de la ZAD de NDDL n'est pas à dissimuler au nom de "l'insurrection qui vient".

La pensée unique ne m'intéresse pas...d'où qu'elle vienne.
Très bonne émission.
Ca fait plaisir à dire car ces derniers temps il y avait beaucoup de déceptions...
Ce Ruffin est vraiment un mec bien et même les interventions de Lordon sont modestes et plutôt juste dans le cas présent (pas trop convaincu sur la partie banlieue mais bon...)
Bref merci @si (mais Anne Sophie est dans le coup...)
Pour finir, Ruffin est invité chez Apathie mercredi.
Ce ne sera pas facile pour lui, parce qu'Apathie est un tueur : il ne tient pas vraiment compte des arguments de son interlocuteur, mais il s'en sert pour démolir son interlocuteur, et c'est bien pour cela qu'il est un des leaders de la pensée médiatique mainstream.
Mais Ruffin a suffisamment d'humour pour le combattre efficacement, il faut qu'il soit encore plus tueur que l'autre.
Pas de quartiers !
Quelle déception, à peine rentré des sports d'hiver, où j'ai pu constater qu'en raison de la politique fiscale agressive du gouvernement actuel, nos pistes étaient envahies par des touristes britanniques qui recueillent les fruits de la politique courageuse menée par des gouvernements libéraux, je tombe sur cet histrion de pacotille, qui déverse dans son film sa bile fielleuse contre l'un de nos plus courageux chefs d'entreprise.

Le luxe dérange, mais est-il nécessaire de rappeler que c'est justement grâce à ce secteur qui crée de la richesse tout en portant très haut les couleurs de la France que notre économie garde encore quelques couleurs.
Il est de bon ton de cracher sur ces grands capitaines d'industrie, car en France on n'aime décidément pas ceux qui réussissent, les footballeurs, les animateurs de D8 ou de TF1, les grands et gros acteurs comme Depardieu.
On préfère de loin les assistés, les artistes de rue, les cohortes de fonctionnaires payés à ne rien faire, ce que me confirmaient d'ailleurs sur un télésiège, hier encore, un sympathique cadre supérieur et un DRH de chez Orange qui ont bien du mal à faire changer les mentalités au sein de leur entreprise qui a eu bien eu du courage de garder les anciens employés de France Télécom.
Après avoir tenté sans succès de salir, le grand David Pujadas, en, publiant chaque mois dans son brûlot gauchiste Fakir des articles que n'aurait pas renié un rédacteur en chef de la Pravda, j'en passe et des meilleurs ,ce Ruffin est plutôt un ruffian et ferait mieux de balayer devant sa porte et se désintoxiquer de ses années passées chez cet incontinent bolchevik de Mermet.
Qu'il prenne exemple sur un grand professionnel, originaire de sa région, Mr Pernaut qui pourrait lui donner des leçons de journalisme et de probité intellectuelle.
Je passe sur le style vestimentaire de Mr Ruffin ainsi que la présence désopilante de Lordon dont on connait les délires keynésiens.
Seule nouvelle réjouissante, le grand Jean-Michel Apathie, journaliste de talent va ramener à la raison, Mr Ruffin avec des arguments bien sentis et le renvoyer à ses chères études.
Merci, merci, et puis encore merci pour cette émission !

"Ca, je vous le dit d'avance, c'est voué à l'échec ! "

Probablement, mais ce n'est pas à ça que je pensais, en réalité.

Défendre l'emploi, ça paraît complètement logique dans un premier temps.
Mais si ces emplois contribuent à rendre les travailleurs malades, si les conséquences de ces emplois sont néfastes par exemple pour l'environnement, si les revenus que tirent les travailleurs de ces emplois-là les forcent à la consommation de produits eux-mêmes nocifs pour la santé et l'environnement et à vivre dans des zones pas très réjouissantes avec plein de nuisances, si les matières premières utilisées sont importées de pays dans lesquels les travailleurs sont encore moins respectés, si leur extraction et leur transport posent aussi des problèmes écologiques ... finalement, ces emplois-là, ils valent quoi ? Qui est légitime à les défendre ?
J'espère que je vivrai assez vieille pour voir la dissociation de l'activité professionnelle et des revenus...

Les ouvriers Goodyear ne seraient probablement pas très légitimes à mexpliquer comment je dois enseigner à mes élèves, en effet. Moi, ce qui me préoccupe le plus de ce point de vue, c'est que je ne trouve plus de légitimité à ma hiérarchie pour le faire. C'est assez délicat à vrai dire.
Mission passionnante, et de surcroît, et c'est rare sur @SI, marrante !
Et qui donne envie de voir le film !

Super !

Je ne suis vraiment pas du tout connaisseuse et ne me lancerai pas plus loin dans le débat, mais on peut constater en effet que la réaction des travailleurs en général est de défendre leur emploi et leurs revenus. C'est très compréhensible, et probablement pas beaucoup d'entre nous y échappent, mais il n'est pas certain pour autant que ce soit le plus souhiatable pour le plus grand nombre et à long terme.


L'"ouvriérisme" des étudiants mao-spontex et autres trotskos a fait long feu dans les 70'. Quelle légitimité auraient des petits profs qui viendraient de l'extérieur de l'usine expliquer aux travailleurs comment ils doivent travailler? De même, quelle légitimité auraient des ouvriers de Goodyear qui viendraient dans votre classe vous expliquer comment vous devez enseigner à vos élèves ? Ca, je vous le dit d'avance, c'est voué à l'échec !

Quant à ce qui est "le plus souhaitable, pour le plus grand nombre, et à long terme", c'est à discuter en AG d'usine/d'entreprise/d'école une fois que les travailleurs auront (re)pris le pouvoir. Là on pourra discuter s'il faut produire plus de ceci et moins de cela, dans quelles conditions, et même de l'utilité de l'accent circonflexe si vous y tenez absolument. ;-)

En attendant, n'oubliez pas l'objectif principal : Virer les patrons !

PS: Ne soyez pas timide avec votre police de caractère minuscule sinon on va devoir vous augmenter arbitrairement la puissance du porte-voix ! :-)

PPS: Il y a quelque chose de jubilatoire dans la guerre... sociale !
Excellente émission. Tiens, si les profs passaient ce film à leurs élèves dans le cadre de l'éducation à la citoyenneté?
Pourquoi les syndicats réclament-ils des primes de risque ou de pénibilité quand des ouvriers manipulent ou respirent des substances cancérigènes ou reprotoxiques au lieu de demander leur suppression?

Source ?


Tant que les différents groupes sociaux qui ne veulent plus de ce monde de misère et de poisons, sans perspective d'avenir, n'affronteront pas, pour les discuter et les résoudre ces contradictions profondes, ils resteront divisés, éparpillés et potentiellement ennemis.


Tant que des zozos ne connaissant rien au boulot et dénigrant les syndicats des salariés qui ont le nez 8 heures par jour dans vos poisons voudront faire le bien des "pauvres sans dents" malgré eux, vous pouvez être sûre du résultat. Essayez donc de differ un tract en ce sens à une manif GoodYear pour voir... Et pourtant, question produits chimiques respirés par les ouvriers, c'est du lourd dans le pneu !
Excellente, excellentissimo cette émission du 19 /02 sur Merci Patron
Merci à vous G S
Ce qui touche dans cette émission, c'est la sincérité de Ruffin, son engagement total. Merci à lui d'œuvrer pour que le scandale social qui étouffe notre pays soit visible et compréhensible par tous .J'irai voir ce film. Je souhaite qu'il dérange, bouscule l'oligarchie.
Peut-on imaginer une projection privée à l'Elysée ? essentielle pour remettre certaines pendules à l'heure.
Super !
Encore ! Et la prochaine fois, @si invite les Klur.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Enfin un mec Ruffin qui parle des femmes, en parlant de nos combats , et c'est bien avec elles qu'ils a menés les actions , ou l'ont voie que le machisme en France sers aux classes moyenne et supérieur a garder le pouvoir, si on commence a voire que les femmes qui subissent le plus la précarité savent se défendre, ont du pouvoir (la dame de Air France, quel discours politique magistral, et en face le patron qui est très très mal, elle lui parle du travail des enfants, et ça c'est pas le s mecs qui le font ). Comme la plupart des combats les femmes y participent mais ensuite on les spolie de leur bataille , 1789 , pas de droit de vote ou de divorce pour les femmes qui ce sont battu pour ça , et énormément battu , mais des que les mâles on eu ce qu'ils voulaient , a la maison les femmes ....

Merci @SI, Lordon et Ruffin , enfin j'entend dans le poste ce que j'hurle depuis 2011 , il faut que les intellos se mettent en mouvements actifs et structurent, le mouvement de gauche. Dans les collectifs , association ou nouveau partis, ce ne sont que des tranches de société , soi y'a que des intellos (exemple, collectif roosevelt, Attac) soi que des 'gens' , des citoyens (exemple Nouvelle Donne) et du coup d'un côté pas d'actions que de la réflexion de l'autre qq actions sans structure , sans enthousiasme, parrcequ'il manque le long terme, les étapes , enfin une structure, et des beau discours qui sont nécessaire a l'enthousiasme , écouter des discours de l'Abbé Pierre ça vous galvanise. Ce que je remarque comme difficultés c'est le mépris bien Français et l'obligation Française d'être dans une case . Exemple; si vous êtes un partis , même minus, les mouvements citoyens genre Alternatiba ne veulent pas vous parler, et si vous êtes un partis politique sans les collectifs pas de légitimité ... Et les medias de gauche Mediapart, @SI , Hors série et bien d'autre , tiennent absolument au classement citoyens / politique, qui légitime les oligarques puisqu'aucune opposition en peut se créer avec ses fragmentations , ils demandent a chaque personne de justifier de leur appartenance en sachant qu'être militant d'un partis est pour tous en ce moment immonde ... Merci pour celles et ceux qui s'engagent, et j'espère bientôt le rapprochement des ouvrier, classe moyenne et intellos, pour 2017 ou il faudra encore 5 ans de plus pour que les classe moyennes se bougent.
Si les inspirateurs de Ruffin sont Moore et Lafesse, ceux de Klur doivent être Saladin et Filoche.
Bon, plus sérieusement, l'émission donne sacrément envie de voir le film. Merci à tous !
J'adore, merci Daniel pour cette émission qui nous balance une piqûre de vitamines +++ Que ça fait du bien. Ces deux là, trop chouettes. Oui mettre en libre, j'aimerais l'envoyer à quelques esprits ronchons pour les faire réfléchir. Ce serait une émission salutaire. Merci Ruffin, ton film va faire un carton chez les insoumis dont je suis. Marre de cette société pourrie qui nous étouffe. Je vous embrasse tous les quatre là, fort fort fort
Ca fait du bien d'écouter cela. Il y a donc des intellos capables d'appréhender la réalité et de la livrer avec simplicité. Le film semble effectivement refléter ce que vivent les français et nous sort de ces stupides films français de comédie largement subventionnés. A ce stade il est subversif.
Un véritable action "de gauche" et axée sur les classes populaires serait de mettre le film en streaming sur youtube immédiatement; comme c'est dit dans l’émission beaucoup de gens ne fréquentent pas les salles qui passent ce genre de films, quand on a la chance d'habiter près d'une telle salle.

Je resort souvent de ce genre d'émission me disant "encore un super film que j'aurai jamais l'occasion de voir".
Oui comme dit Ruffin le colosse a des pieds d'argile, mais la comparaison avec l'URSS s'arrête là car et c'est le bon côté de la démocratie même formelle, même bourgeoise, comme disait Marx : en capitalisme à tendance néolibérale on peut encore produire (chichement mais sûrement) un tel film, le diffuser, en parler dans certains médias (pas tous certes : Europe 1 a refusé apparemment), recevoir des critiques positives de RTL, Liberation, Telerama, TV5Monde... choses impossibles actuellement en Chine, Russie, Cuba, Iran, Biélorussie, Arabie Saoudite, etc.

Quant à la traduction politique, il faut un mouvement le plus large possible pour faire plier cette oligarchie. Michael Moore soutient Bernie Sanders qui joue le jeu de la primaire démocrate. De là à dire que la primaire à gauche ouvre des possibilités, il n'y a qu'un pas ?
Je remercie asi pour ce debat/promo . Lordon a été d'un tact impeccable pour laisser parler l'auteur . Je vais courir voir le film et remercie asi et D.S. de m'avoir refait comprendre pourquoi j'étais abonner . J'espere que cela fera réagir asi pour se remettre a un certain niveau de qualité , d'éxigence , qui , il me semble , avait tendances a disparaitre .Merci
Nul n'est plus sympathique que Ruffin, comme cette émission avec Lordon l'illustre bien. Mais quant à la stratégie à opposer à "l'oligarchie", il faut leur préférer celle que Badiou, s'inspirant de... la Phèdre de Racine nous propose à la fin de son "court essai" intitulé Notre mal vient de plus loin. Cela pour deux raisons dont la première est qu'elle est expressément ordonnée mondialement: internationalement et (néo-)prolétariennement. "Il y a un prolétariat nomade venu des zones les plus dévastées", écrit Badiou, qui "constitue une avant-garde virtuelle de la masse gigantesque des gens dont l'existence, dans le monde tel qu'il est, n'est pas prise en compte". Ce n'est qu'à la suite qu'il ajoute (je souligne): "Il y a aussi des intellectuels, des gens de la classe moyenne, y compris occidentale, qui", et ici Badiou introduit ce qui constitue la seconde, seulement la seconde, mais peut-être la plus importante des deux raisons fondant la supériorité de sa nouvelle "analyse concrète de la situation concrète" (Lénine): à savoir "la pensée neuve" qui fonde la "proposition stratégique" qui permettrait de "venir à bout du fascisme contemporain." Proposition stratégique dont l'actualisation suppose l'adhésion "d'une jeunesse" dont l'actuelle "désorientation essentielle" est produite "Le capitalisme", cette "machine à désorienter les sujets, dès lors qu'ils ne se résignent pas à s'installer simplement dans la vacuité du binôme consommateur/salarié."

Le plus étonnant dans cette analyse réside à mes yeux dans l' implicite (inconsciente?) autocritique de Badiou qui y accorde la préeminence au poème et à la pensée (:l'amour) sur le mathème et la politique - contrairement à la logique de son système. Ce qui confirmerait qu'il n'y a de pensée que dans la contradiction de soi (: d'elle)-même avec soi (: elle)-même. Soit selon "la division du sujet", lequel n'est que pensée: comme Lacan a permis de l'analyser...
Merci beaucoup, vu le film hier à Nantes un vrai bonheur et la furieuse envie de lutter à la sortie... Dommage tout de même qu'asi ai dû attendre ce film pour inviter ruffî mais au moins c'est chose faite.
Merci ASI pour cette émission et votre soutien au film.
merci pour cette émission, et l'action concrète de François Ruffin...plein succès pour ce film !
http://www.fakirpresse.info/
Merci Daniel, merci @SI

De temps en temps une émission vient me rappeler pourquoi je suis toujours abonné chez @SI.
J'ai voté pour cette émission, je l'ai téléchargée et je vais essayer de la diffuser le plus largement possible dans mon environnement social. Parce qu'il y a été dit des choses d'une très grande importance.

Lais avez vous conscience qu'avec l’État d'Urgence et les nouvelles lois votées récemment, vous pourriez tous les trois vous retrouver en prison pour les propos tenus dans cette émission?

Bon courage, parce que ça va chier pour vous...
Le documentaire "Merci patron !", qui retrace cette histoire, sortira mercredi 24 février dans cinquante puis dans deux cents salles. Mais Bernard Arnault pourrait riposter en ayant recours à un référé pour contrarier sa sortie.
http://www.francetvinfo.fr/societe/merci-patron-comment-un-couple-de-chomeurs-et-un-journaliste-ont-piege-bernard-arnault_1322555.html
Ce bonheur est indispensable en accès libre par les temps frisquets qui courent ...
Quand même une petite critique vous restez tous très franco-français dans votre imagination.
Good Year, Notre Dame des Landes, les révoltes de banlieue, même le projet El Khomri.... qu'est ce que ça pèse par rapport à ça ?
L'insurrection qui devait venir naitra de l'explosion qui vient, c'est aussi simple.
Quand la pyramide de Ponzi qu'on appelle notre économie commencera à montrer de vrais signes d'effondrement (touchant plus globalement les gens que le petit tremblement annonciateur de 2008) les classes moyennes n'auront pas trop le choix que de basculer du coté des classes populaires, les 1% ne pouvant plus leur offrir grand chose, à la différence d'un changement de système.
Le reste n'est qu’échauffement (bon par contre mieux vaut que le mouvement social s'échauffe bien s'il veut diriger la force qui se dégagera alors vers autre chose qu'un fascisme).
Tché ... Té ! j'ai oublié le T...bon, quand on est sans les dents, c'est pardonable!
et pour être pardonné voici une autre photo Les associés d'el diablo Ruffin au plateau des Glières
Cette émission m'a ému. J'en ai la gorge serrée.
Il suffit de voir François Ruffin vendre son journal
à la criée, à la sortie d'une salle de conférence, pour comprendre
qu'on arrive dans une autre dimension François Ruffin à Nîmes
Il revient bientôt chez nous: une fête!
Et, ce qui est intéressant, c'est la jeunesse de son Fan Club Merci Ruffin...@Si, Lordon...Le Ché!
C'est toujours un plaisir de voir Lordon et Ruffin, et des extraits du film (juste ce qu'il faut pour avoir encore plus envie de le voir). J'avoue que j'ai pourtant pensé que ça aurait pu être intéressant d'inviter quelqu'un d'autre: Carmen Colle. Je ne sais pas si elle rentre dans la catégorie des "vrais gens" dont parle le compte-rendu d'ASI (formule qui me laisse perplexe parce que j'ai l'impression qu'on la réserve au peuple, les autres étant des "faux gens?"), mais c'est, comme Lordon, Ruffin, et les Klur, une vraie personne. Ancienne ouvrière en métallurgie à 14 ans, elle a créé son entreprise de tricot dans une cité avec des femmes immigrées, a travaillé avec toute la Haute Couture parisienne (dont LVMH qu'elle connaît bien), avant de se faire piquer un motif de maille par Chanel (mis en fabrication "ailleurs"). Et d'intenter un invraisemblable procès où elle défendait non seulement la survie, mais le droit d'auteur et la dignité créative des femmes qui travaillaient avec elle... et elle a gagné! Son histoire et le traitement médiatique qui en a été fait , mouvementé, hésitant (décommandée au dernier moment de chez Mireille Dumas ou Thierry Ardisson) mais aussi de vrais compte-rendus dans la presse, est très intéressante. Et puis, ce n'est pas, culturellement, quelqu'un de gauche. Plutôt, je dirais, une gaulliste chrétienne. Alors cela aurait pu donner une rencontre intéressante... moins "rôdée" (même si l'entre-soi de gauche a son charme, des fois ça réconforte?).
Percutant !
Ruffin , Lordon en pointe des luttes !

Discutant avec un ami chercheur en histoire de l'économie , nous en étions venus à nous demander ce qu'il y avait de psychopathologique chez nos oligarques . Frédéric Lordon a-t-il écrit à ce sujet , quelqu'un connaît-il un ouvrage de référence à ce sujet ?

Lire "la crise de 29" de Galbraith n'est pas suffisant , on y perçoit les mouvements moutonniers des actionnaires mais pas la psychologie .

Que dire également du "mouvement" DiEM 25 , qui espère pouvoir agir au sein de la machine sans en changer fondamentalement le bâtis ? F. Lordon (et j'en suis convaincu également) semble y voir une fata-morgana , qu'en pensent nos ami(e)s abonné(e)s ?
Ça s appelle "le grand soir ", ça se trouve un peu partout. Je voulais juste ajouter un élément au climat social ambiant: le manque d emphatie mais je ne voulais pas vous gâcher la soirée.
J'ai cru un moment que quelqu'un allez parler du film de Gustave Kervern et Benoît Delépine, mais non .
C'est un collègue allemand de mon entreprise qui me l'avez téléchargé et j'avais du à l'époque trouver les codecs adéquates pour le regarder et puis j'ai acheté le DVD sur un site internet et je l'ai regardé confortablement sur grand écran plat, au salon.
J'ai prêté le film à quelqu'un et maintenant je ne l'ai plus!
Si c'est quelqu'un d'entre vous qui l'a gardé sous une casserole à la cuisine, prière de me le redonner.
D'avance merci.
Merci pour cette formidable émission, ça fait un moment que ce n était plus trop le cas. En tant qu employée en colère je voudrais cependant apporter un bémol concernant un élément social omis: la peur qui cohabite avec la colère et qui, j en ai peur, l ahinile. Merci quand même et j espère qu utopia remettra le film à l affiche - ai raté l avant première.
Emission à marquer d'une pierre blanche :
« Une situation pré-révolutionnaire éclate lorsque ceux d’en haut ne peuvent plus, ceux d’en bas ne veulent plus, et ceux du milieu basculent avec ceux d’en bas. » Lénine, cité par François Ruffin dans ASI
L'émission que j'ai le plus aimé. Et de loin. Je vais me renseigner pour voir ce film (j'habite à l'étranger). Merci @si et aux invités !
Ça fait du bien de voir des allumettes qui déjà pétillent. Elle est peut-être en route, au bout de nos doigts, de nos espoirs, de nos propos libérés, l'insurrection...
Ce film est un chef d’œuvre. c'est entendu.
Cette émission est passionnante, c'est un fait.
Mais la gauche n'a pas le monopole du cœur comme l'a dit l'autre et je ressens toujours un certain malaise quand on semble faire croire que pour compatir aux malheurs des Klur, il est indispensable "d'être de gauche".
Il faudrait que les Ruffin , Lordon et consorts finissent par intégrer définitivement dans leur langage (parce qu'au niveau des idées je pense qu'ils en sont convaincus) que la ligne de séparation se fait dorénavant autour des positions des uns et des autres vis à vis (pour faire court) de la mondialisation, plus que par rapport à un référentiel gauche/droite appartenant au passé.

Je ne résiste pas au plaisir de citer ici cette citation de Deleuze (découverte récemment je l'avoue) :" Être de gauche c’est d’abord penser le monde, puis son pays, puis ses proches, puis soi ; être de droite c’est l’inverse. "
Sur cette base, je ne suis clairement pas de gauche et pourtant je suis prêt à me battre pour tous les Klur qui me sont proches, de France... et du monde (dans cet ordre)

J'aurais aimé qu'@si ne s'arrête pas à la question que faire mais demande aussi avec qui ?
J'aurais aimé qu'@si ne s'arrête pas à la question que faire mais demande aussi avec qui ?

N'est-ce pas un élément de réponse que d'entendre Ruffin et Lordon s'accorder sur le fait que la classe ouvrière, les employés et la petite bourgeoisie doivent s'allier ?
Ils ont aussi dit qu'il fallait faire une jonction entre les ouvriers et les zadistes (ça c'est Ruffin) et les jeunes de banlieue (ça c'est Lordon qui en a rajouté une couche).

Or on voit mal quelle convergence il peut y avoir entre les ouvriers et les zadistes. Entre les uns qui veulent un travail décent et bien payé pour une vie tranquille et posée, et les autres qui sont vent debout contre la société industrielle, l'Etat, la société de consommation. Leurs intérêts perçus sont totalement divergents : l'ouvrier ne veut pas d'un mode de vie zadiste (existence ultra-précaire et matériellement miséreuse) et le zadiste déteste les aspirations ouvrières (qui nécessitent le développement ou le maintain d'une industrie productive et de circuits de consommation).

Contrairement à ce que semble penser Ruffin, ce n'est pas un regrettable hasard si ces "luttes" ne se rejoignent pas. Les raisons sont profondes.
Quand Bernard Lambert a fondé les Paysans Travailleurs (syndicat qui donnera naissance à la Confédération Paysanne), il mit à bas cette idée mortifère : paysans, travailleurs, votre combat est le même. Le paysan est un ouvrier qui paye son outil de travail.

Leur convergence aujourd'hui se trouve dans le fait que ce sont deux bouffeurs de miettes, et qu'il est temps de s'en prendre à ceux qui se partagent le gâteau, et financent les médias pour dire "attention, il y a un autre bouffeur de miettes qui veut te prendre tes miettes à toi que t'as droit !"

Et là, à la fin, c'est nous qu'on va gagner !
Contrairement à ce que semble penser Ruffin, ce n'est pas un regrettable hasard si ces "luttes" ne se rejoignent pas. Les raisons sont profondes.

C'est une impression peut être liée à l'enthousiasme que suscite le film.

De ce que je me souvienne c'est un sujet qu'il ne cesse d'aborder dans les colonnes de Fakir. Les raisons profondes il ne les nie pas et les analyse avec lucidité.

Faut que j'arrête de procrastiner bientôt 4 mois je ne reçoit plus Fakir à cause d'un changement d'adresse.
[quote=MasterTigrou]on voit mal quelle convergence il peut y avoir entre les ouvriers et les zadistes.
Il n'est pas impossible (il est même probable) que parmi les seconds il y ait des enfants des premiers. Ceux qui en ont eu marre des contrats intérim abusifs ou toxiques, ceux qui ont fait des études à la force du poignet et des sacrifices de leurs parents et qui ont quand même pas de boulot. Ceux qui, simplement, ne veulent pas du travail "décent et bien (??) payé, de la vie "tranquille (?) et posée" qu'ont eu leurs parents au prix de tous leurs rêves de jeunesse.
Votre description des uns et des autres est assez exacte, elle ignore (ce dont les dominants nous rebattent pourtant les oreilles) la famille. Et les amitiés qui font cohabiter dans la même colocation des ouvriers, des RSA et des chômeurs... qui échangent parfois leurs rôles au hasard de leurs heurs et malheurs.
Il me semble que vous caricaturez largement ces 2 populations. Il y a chez les opposants à nddl et qui manifestent un tas de profs, employés, ouvriers, etc... qui n'ont rien contre les ouvriers et qui ne souhaitent pas "une existence ultra-précaire et matériellement miséreuse". On croirait entendre la caricature classique de "ceux qui veulent revenir à la bougie".
Et il y a chez les ouvriers un tas de gens qui ne souhaitent pas la production pour la production, quel que soit ce qu'on produit. Ils veulent juste un travail décent et une existence à l'abri de la pauvreté et de la précarité.
Par contre, tout ce petit monde sont les victimes des politiques néolibérales menées depuis 30 ans et il est tout a fait possible de dessiner une politique "éco-socialiste" pour faire du Mélenchonnisme qui satisfasse les intérêts de tous.
Je ne caricature pas, je me contente d'analyser les intérêts objectifs des uns et des autres.
Bien sûr qu'il y a des exceptions, il s'agit ici d'essayer d'analyser sociologiquement la situation, pas de prétendre énoncer une vérité universelle.

Il faudrait se demander pourquoi les ouvriers s'abstiennent ou votent FN plutôt que EELV ou PG, par exemple.

Il faudrait se demander pourquoi les ouvriers s'abstiennent ou votent FN plutôt que EELV ou PG, par exemple.


Parce que le problème immédiat des "ouvriers" est par exemple de pouvoir se chauffer l'hiver (au charbon, comme dans ce film...), alors que chez EELV ou le PG on se préoccupe surtout du "réchauffement climatique anthropique" à la fin du siècle ?
[quote=MasterTigrou]pourquoi les ouvriers s'abstiennent ou votent FN plutôt que EELV ou PG, par exemple

Plus profondément, parce qu'il existe une contradiction majeure et non résolue (pas même affrontée, ni même nommée) entre ceux qui veulent un autre monde, sans destruction, sans gaspillage, sans fabrication d'objets inutiles ou nuisibles et ceux qui ne pensent que par le plein emploi. L'emploi, l'emploi, l'emploi, voilà ce qu'on serine à longueur de médias à ceux qui ont peur de perdre leur boulot ou qui voudraient bien en trouver un. Création d'emplois, voilà ce qu'on entend dès qu'un projet grandiose et inutile est contesté. Perte d'emplois, voilà ce qu'on entend quand on conteste un pesticide qui ne tue pas que les abeilles.

Quand il a commencé à être évident que l'amiante tuait ceux qui la travaillaient, comment a-t-on trouvé des alliés parmi les ouvriers eux-même? En leur faisant peur par rapport à leur emploi. Pourquoi les syndicats réclament-ils des primes de risque ou de pénibilité quand des ouvriers manipulent ou respirent des substances cancérigènes ou reprotoxiques au lieu de demander leur suppression? (reprotoxique, ça marche moins bien, on accepte plus facilement, sans trop y croire, de mourir d'un cancer que de devoir, toute sa vie, prendre soin d'un enfant handicapé). Pourquoi les paysans sont-ils ennemis de normes qui protégeraient leur santé en même temps que celle de leurs clients? Pour rester "compétitifs" avec les plus misérables de la planète.

Tant que les différents groupes sociaux qui ne veulent plus de ce monde de misère et de poisons, sans perspective d'avenir, n'affronteront pas, pour les discuter et les résoudre ces contradictions profondes, ils resteront divisés, éparpillés et potentiellement ennemis.
[quote=Il faudrait se demander pourquoi les ouvriers s'abstiennent ou votent FN plutôt que EELV ou PG, par exemple.]

C'est la question !

Et je pense que c'est parce que les intérêts objectifs de ceux qui votent EELV et des ouvriers sont totalement antagoniques.

EELV défend les intérêts de la petite bourgeoise, qui vit bien, qui croit savoir ce qui est bon pour tout le monde, qui ne cesse de donner des leçons de morales aux autres. C'e'st un parti libéral sur le plan économique, européiste sur le plan des institutions.

De l'autre côté l'ouvrier sait ce qu'il doit à l'Europe, cette belle idée, qui le met en concurrence directe avec l'ouvrier polonais sans pouvoir concourir à armes égales, cette Europe du Traité de Rome qui a permis à la grande bourgeoise et à la petite bourgeoisie de détricoter peu à peu le droit du travail, qui a permis d'éloigner les instruments de pouvoir (monnaie, frontières) de l'ouvrier au profits d'institutions privées (ex BCE)

L'ouvrier ne se désintéresse pas de l'environnement, simplement il ne souhaite pas devenir de le dindon de la farce de la complainte environnementale.
Primo, le réchauffement climatique n'efface pas la lutte des classes, ce combat pour le partage de la richesse créée, contrairement à l'agenda que les médias essaient d'imposer.
Secondo, la problématique environnementale ne doit pas rendre le coût de la vie insupportable pour les ouvriers. Or quand pour des raisons purement idéologiques on veut remplacer l'énergie nucléaire par l'éolien ou le solaire, l'ouvrier comprend qu'on va remplacer une énergie à 50-60€/MWh par des énergies entre 80 € et 140 € du MWh malgré les subventions !!! Tout le monde n'a pas les moyens de se chauffer à ces coûts là !!!
Ne vous laissez pas avoir par ce type de discours malhonnête. (Mastertigrou et trubli)

Vous ne pouvez pas déduire quoi que ce soit à partir des votes absolus pour tel ou tel camp à une élection.

Quand un groupe politique n'obtient qu'un faible pourcentage des voix(et inversement), c'est pour des raisons qui dépassent complètement les histoires de classes sociales et pour la plupart des gens d'intérêts. Il est connu depuis longtemps que le vote des masses est principalement motivé par des idéologies et par les sentiments.
Et forcément si on divise par catégorie sociale, on peut toujours prétendre que ces catégories précisément ne veulent pas voter pour eux, vu que globalement pas grand monde n'a voulu pour eux, vous comprenez la manipulation.

De plus, en prenant un exemple, faire ce genre de déduction supposerait que l'ensemble des personnes soient correctement informées sur tous les tenants et aboutissants, que leur choix ait été fait en connaissance de cause. Ce qui est loin d'être vrai.
De ce que défendent EELV ou le front de gauche réellement, combien sont au courant déjà dans la population ?
Combien de personnes n'ont que pour seule source d'information des chaines de télévision ou des journaux idéologiquement orientés ?
Combien font l'effort d'aller se renseigner par elles-même directement auprès des concernés ?

Si vraiment c'était l'UE qui était le clivage, alors comment expliquer que plus de la moitié des votants continuent de voter pour l'UMP et le PS ?
C'est ce qu'on appelle croire que tout le monde pense comme vous.

En pensant ainsi à la place des gens, en fantasmant sur leurs intentions, et vu les conclusions (mensongères c'est mon avis) que vous en tirez, vous contribuez déjà vous même au rapport de force idéologique qui pousse les gens à ne pas voter pour EELV ou le front de gauche. Est-ce que vous êtes réellement convaincu de ces bétises ? (Idéologie) ou est-ce que vous cherchez délibérément à dénigrer ces groupes politiques (intérêt) ?

Parler de la lutte des classes et aider objectivement ensuite tous ceux qui roulent pour leur pomme ou pour l'oligarchie, c'est quand même assez acrobatique.
Tigrou, je pense que le futur (hélas) risque de mettre d'accord les ouvriers et zadistes. Simplement une partie des zadistes, issus de la petite (ou plus aisée) bourgeoisie, anticipent les catas à venir, alors que les ouvriers, plus "acculturés" par l'idéologie productiviste, croient encore à un certain "progrès" consummériste.

Mais justement, c'est le rôle et l'honneur de certains intellectuels comme François Ruffin, que je respecte et admire, de tenter une progressive jonction des deux.
Ce n'est pas un hasard si Fakir est un petit journal qui monte, qui monte...
Il correspond à un immense BESOIN
Pffff!
Trotskiste, va!
:-)
Certes mais j'ai peur que ce soit très largement insuffisant !
Dans l'abecedaire, à G comme Gauche, puisque vous y faites référence, Deleuze donne une 2e definition qui me semble plutot résonner avec les propos de l'émission:

"(...)la gauche c'est l'ensemble des processus minoritaires. (...)La majorité c'est personne, la minorité c'est tout le monde. C'est ça être de gauche, c'est savoir que la minorité c'est tout le monde, et que c'est là que se passent les phénomènes de devenir."

(je vous laisse chercher l'extrait en entier, je la trouve pas sur internet là tout de suite)

après la gauche c'est aussi un référentiel historique pratique, mais y adhérer ou non n’empêche pas de tomber d'accord sur beaucoup de choses.
Mon expérience personnelle montre qu'il est souvent difficile "de tomber d'accord sur beaucoup de choses " avec des gens de gauche au simple prétexte qu'ils ne vous considèrent pas comme de gauche
Dans le fil du forum qui annonçait cette émission*, vous vous revendiquiez de ne pas «être de gauche» ni, par la suite, de ne pas être non plus «droitier» (quoi que cela veuille dire, je l'interprète comme «être de droite»). Pour avoir suivi votre blog pendant un temps (quoique pas récemment) et reprenant votre référence à Deleuze, je ne suis pas d'accord avec une de ces affirmations.

Être de gauche disait Deleuze, c'est une affaire de perception. Et, dans ce cadre, il ne peut pas y avoir trente-six façons de le considérer. Soit on part de l'intérêt général pour aboutir à l'intérêt particulier, partir du Monde pour arriver à l'individu, dans les mots de Deleuze, soit l'inverse. Le paradigme apparaît assez simple.

S'il vous est difficile de ne pas tomber d'accord là-dessus, comme «sur beaucoup de choses», il n'est peut-être pas étonnant qu'ils ne vous «considèrent pas comme de gauche».

* Commentaire pour lequel j'ai voté, comme quoi on peut ne pas être d'accord sur tout mais se rejoindre sur certaines choses.
Je m'en voudrais de polluer ce forum avec un sujet relativement secondaire. Je conclurai donc en disant que , au delà de savoir qui est de droite ou de gauche, je constate que ceux qui se réclament de gauche, ont beaucoup plus de mal à rassembler leurs forces (et celles de leur alliés potentiels) et préfèrent souvent se foutrent sur la gueule entre eux en polémiquant sur le sexe des anges.
Pas forcément secondaire dans une période où on se demande quel est le niveau de droitisation de la société, c'est-à-dire le fait de commencer par un "chacun pour soi".
Du mythe du self-made-man aux tentatives gouvernementale pour contourner les "partenaires sociaux" et favoriser le face à face salarié-patron, la définition deleuzienne pourrait avoir une utilité critique pratique, une manière notamment de demander à la "petite bourgeoisie" ou "classes moyennes" qui votent P.S. si elles assument vraiment le rejet de 10-15% de la population dans les limbes de la société, si elles s'en foutent au point de se contenter d'en être protégé par des murs, des caméras et de la police.

P.S. : l'occasion de remettre le lien vers une mini-série passée sur Arte qui cause de ça : Trepalium
Je ne me réclame pas de droite mais je réfute cette vision manichéenne selon laquelle être de droite équivaudrait à ne penser qu'à sa gueule.C'est un raccourci qui ne tient pas une seconde fasse à la réalité des choses et c'est tellement primaire comme raisonnement, que je ne perdrai pas de temps à argumenter sur le sujet.
Grand bien vous fasse ....mais vous perdez la face
Toutes les dichotomies sont primaires (gauche/droite...) mais quand je dis "commencer par "chacun pour soi"", ça ne veut pas dire ne penser qu'à sa gueule, ça veut dire commencer par penser les choses d'abord par soi plutôt que d'abord par le cadre social.

Pour l'exemple, il m'est arrivé de dire à un vieil électeur PS qu'il avait quelques automatismes "droitistes" parce qu'en bon fils de pauvre (père ouvrier des campagnes), il a des réflexes de survie qui lui font dire que l'important est de "s'en sortir". Derrière, il a tendance à négliger ce que font réellement les gouvernements pour qui il vote tant que ses proches "s'en sortent", avec l'idée que de toute manière "on ne peut pas sauver tout le monde".
Il n'a jamais voté à droite parce qu'il pense que la droite ce sont "les riches" et qu'il s'identifie au milieu d'où il vient, mais je lui rappelle régulièrement que des pauvres votent aussi à droite et que si il entendait le sens premier de "socialisme", il entendrait que c'est commencer par le social et pas par "à chacun de s'en sortir".

Ce genre de discussion m'a fait penser à Todd qui voyait l'ex-France catholique dans la rue pour Charlie Hebdo au lieu de la France révolutionnaire, et je me dis qu'en fait la droitisation est peut-être la France des campagnes qui s'est mise à voter à gauche, socialiste : en se recentrant, le PS a en fait désormais un électorat de quasi-Bayrou, France des pères de famille, des notables, de la gestion "responsable", d'une forme de conformisme, bien loin des lendemains qui chantent et de la révolution.
Une des grandes victoires du capital est justement d'avoir réussir à faire croire, en ce compris à gauche, que le clivage gauche/droite est dépassé. Une réforme de plus.
@ morgoth
Une des grandes victoires du capital est justement d'avoir réussir à faire croire que le capital avait réussi à faire croire que le clivage gauche/droite est dépassé.
Vous venez d'éditez le concept sur lequel se base toute réfraction à une collusion gauche/droite

L'ordre que vous venez d'établir (penser soir, ses proches, etc..) délimite et conditionne le clivage droite/gauche, qui existe bel et bien. Vous le réfutez, c'est tout.

droite => pensez l'épanouissement de l'individu dans la société
gauche => pensez le sens du collectif au sein de la société.

Ce sont des pensées diamétralement opposées, elles se confrontent.

Bonne journée,

Cyril.
Collusion ???
En voila un mot qu’il est moche et qui met l'accent sur tous les préjugés qui vous encombrent et qui vous empêchent de voir par delà votre grille de lecture qu'une alliance est souhaitable sinon possible entre gens de bonne volonté (qu'ils soient "de droite", "de gauche" ou ... de mars) , si l'on sait définir les priorités et ce qui peut rassembler dans un combat commun, sans sectarisme.
Le clivage droite/gauche existe peut-être encore mais il n'est certainement plus primordial.

Et, à moins d'être totalement borné et sectaire, on peut penser épanouissement de l’individu dans un cadre collectif. Il n'y a pas d'opposition malgré ce qu'a cherché à nous faire croire une certaine gauche qui, au nom d'un collectif mal assumé, s'est plus senti concernée par les miséreux à l'autre bout de la planète que par ceux qu'elle avait à côté d'elle.
Je n'ai vu encore ni le film ni l'émission, j'suis déjà ému !

Cette émission est un évènement ! Que dis-je, un avènement !!!
Et ce film fera date dans l'Histoire ! Ouais, rien que ça, avec un H majuscule aspiré avec gourmandise et délectation !!!

Et je suis ému de ce chœur de louanges auquel je m'associe !
Sonnez clairons résonnez hauts-bois, Hosanna hare hare !!! ;-)

Calme tes ardeurs, Al1, réserve l'émission pour le dessert, on t'attend pour manger la sole ! Une sole aux airs-ailes, à n'en pas douter, je suis déjà aux anges !
Bien content qu'@si ouvre son émission à Ruffin et pose sa loupe sur le film. J'espère vraiment que ce film soit l'élément fédérateur, le petit coup de génie qui va faire apparaître d'un coup tous ceux qui luttent dans leur coin, comme les nuées d'une même force qui gronde (putain, je me sens poète, tiens !)
J'encourage ceux qui l'ont fait à laisser une critique (positive si possible, mais consensus peut se charger du négatif) sur allocine (j'ai pas d'action chez eux mais c'est le site de référence). Il faut que tout le monde en parle.
PS : A la fin, c'est nous qu'on va gagner
Emission d'une grande fraîcheur poétique.
Le bonheur, la malice, l'envie étaient dans les yeux.

Merci
Merci !
beaucoup !
AAAAAAAAhhhhhh!!!!!
Dans tout ce marasme bête, cette nullité que nous avons tous en partage, cet horizon vide, morne, borné, quel bonheur de voir ces deux là!!

Et j'ai pas encore regardé l'émission que je télécharge sans délai.
Il est dispo quelque part sur Internet ?
Une émission qui fait plaisir et devrait réconcilier tout le monde.
Donne vraiment envie de voir le film...
Vous devriez laisser cette émission en accès libre : c'est un formidable témoin de notre époque, de ses risques et espoirs.
Elle devrait être vue par le plus grand nombre.
Oui , enfin , asi : le retour . Enfin une vraie émission . Je vais courir voir le film .Lordon , quel tact pour ne pas accaparer le débat , quel volonté de nous amener a voir le film . Quel beau projet de reunir la petite bourgeoisie et le peuple .

Du pur Lénine . J'étais presque émue , des vrais gens de gauche , je croyais que ça n'exister plus .

Merci D.S. , tu vois , quand tu veux
- Cheriiiiiiii, qu'est-qu'il y a ce soir sur @si ?
- Frédéric Lordon, mon ange
- Encore ?! Il était déjà invité la semaine dernière !
- Non, non, tu confonds avec Emmanuel Todd

- On va se faire une toile ?
Question bête : vaut-il mieux avoir vu le film avant l'émission, ou l'inverse ?
Ah, j'ai hâte de le voir, ce film !!

Pour être très honnête, l'émission n'y est pas pour grand chose, mais ça me fait plaisir de voir 2 de mes sources d'information se croiser et, manifestement, s'apprécier, chacune dans son registre.
Ouah ! Lordon lache ses affects ! (C'est Lafesse et l'affect)
D'avance merci
Merci @si !!!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.