44
Commentaires

Maintien de l'ordre : "La brutalité s'est normalisée"

Dans un article publié au lendemain de la première grande journée de mobilisation contre le projet de réforme des retraites, "Le Monde" a mis en avant des opérations de maintien de l'ordre en "rupture" avec la méthode Lallement, du nom de l'ancien préfet de police de Paris. Un discours de "rupture" remis en cause par Paul Rocher, auteur de livres critiques sur l'institution policière.

Commentaires préférés des abonnés

« c'est qu'une majorité des personnes qui veulent y rentrer ont une conception purement répressive »

« Ils se placent dans un rapport de méfiance voire d'hostilité vis-à-vis du reste de la population »

Une police dont le rôle devrait être la protection(...)

Approuvé 20 fois

Je pense que ce qu'il veut dire, c'est qu'on est déjà dans une étape supplémentaire. Depuis 2016 et la loi El-Khomri, la violence des FDO qu'on pouvait constater dans les banlieues laissées pour compte s'est répandue dans toute la société. Ce process(...)

merci pour ce papier sur la République...d'Iran


;-)

Derniers commentaires

Dans la manif du 26 janvier à Paris, à ses abords, les gendarmes avaient des LBD en nombre, et pas de camion avec jet d'eau, et semblaient attendre la manif du côté de Nation. Je n'ai pas entendu dire qu'il y a eu des problèmes, mais le matériel de maintien de l'ordre n'a pas changé depuis le préfet précédent, car c'est le matériel qui guide le mode d'action, non ?

Sans incident notoire, comme certains disent, j'ai pu constater des rues bloquées par gendarmes et impossible d'y rentrer. Des brigages mobiles étaient présentes... Trouvant un accès à Bastille où sortir, à l'entrée de la rue commerçante, demande express d'un gendarme de retirer nos auto-collants collés sur nos vestes pour entrer dans cette rue... Je n'ai toujours pas compris pourquoi, ce d'autant que jusqu'à ce jour on a le droit de s'habiller comme on veut tant qu'on n'est pas nu :) hors d'un camps de nudistes et que nous ne portons pas de signes interdits par la loi... Cela n'a pas changé et ce depuis les manifestations depuis 2016 et la loi El-Khomri : avant 2016 manifestation sans inquiétude particulière, depuis 2016, minimum d'effets sur soi, mais une écharpe, un masque et du sérum physiologique pour les yeux et sur le trajet, toujours repérer un accès pour évacuer en cas de charge.

C'est curieux, il y a eu plusieurs perte d'un œil (dès le règne de Sarkozy, je crois, pas été vérifier, oh eh je suis pas journaliste. 

On en a pas trop parlé dans les JT etc.

Et toutes les violences en manifs ne font pas tant de bruit.

Mais là un mec perd un testicule, on en parle partout. En oubliant de dire que c'était un journaliste espagnol prenant la manif en photo (vu à la télé). 


Le ton pas réprobateur, le focus sur "prêt-à-plaisanterie", un parti-pris ni vu ni connu. Avec tous nos encouragements.


Sur le Média, une émission de 60mn dont une bonne grosse partie consacrée à la question du maintien de l'ordre, à cet article du Monde. Entretien avec Paul Rocher, Flavian Lauzu, membre de l'observatoire parisien des libertés publiques et de la Lique des Droits de l’Homme, et en visio, Sébastien Roché, chercheur au CNRS et professeur de Science Politique à Sciences-Po Grenoble. 

 https://www.lemediatv.fr/emissions/2023/bataille-des-retraites-qui-va-craquer-le-premier-repression-des-manifs-la-fin-de-lere-lallement-L3ezcGQqToi4tIELv-B66A

Force de l'ordre ça veut dire ce que ça veut dire. 


Tout ce qui dérange l'ordre libérale est contré par la force





L'article d'A@I montre que Le Monde fait du journalisme de préfecture. Le journaliste et le quotidien décrédibilisent la profession de journalistes.  Ils se moquent de leurs lecteurs vu le prix du quotidien (3,20 euros en semaine, 4,20 le week-end !). C'est du mensonge et donc de l'escroquerie. Ces voyous sont les fossoyeurs de la liberté de la presse. Leur délinquance intellectuelle explique et favorise l'augmentation de l'influence des réseaux sociaux et des chaînes d'information. Entre menteurs, le client préfère le mensonge gratuit, même s'il n'est que le dindon de la farce. A@I montre que le Monde est le complice objectif de Bolloré et de CNEWS, LCI, BFM, ...

La police est façonnée par le pouvoir, dont elle n'est que l'extension.


Recrutement, entrainement, rémunération, conditions de travail, règles, contrôle, sanctions, avancement, objectifs, équipement... tout, TOUT, TOUT ce qui concerne la police est décidé par l'état et donc les gouvernants.

A propos de Paul Rocher, voici une vidéo récente d'une excellente conférence où lui et Frédéric Lordon interviennent sur le sujet:
https://www.youtube.com/watch?v=RwYRKsBu6to

La brutalité s'est normalisée , vous voulez dire qu'elle s'est étendue a toute la société ? Parce que  la brutalité a toujours été la norme chez les pandorres , cantonnée a certains quartiers , mais ça a toujours été la norme . Et perso je suis pas mécontent que vous la connaissiez enfin! Welcome! 

Je me souviens d'une manif de commercants qui se sont fait défoncer, un super souvenir ! J'attends avec impatience une manif dans le XVIeme .Allez les bleus , allez les bleus , allez ....

Un CRS qui sort de ses rangs pour frapper un homme déjà à terre , "entre les jambes" , C'EST TRES PETIT !

Paul Rocher confirme ce que j'ai toujours pensé : il faut être un psychopathe pour choisir le métier de CRS : aimer cogner sans discernement, se sentir puissant, bien protégé dans son armure et au milieu des autres voyous qui font la même sale besogne. Et ne surtout pas réfléchir aux implications de ce boulot pourri. Honte à eux.

heueuuuuu réfléchir ?... heu heu ....biere ? AH viiiii  biere , moi content ....

Attention aux généralisations hâtives. Je côtoie depuis quelque temps un CRS, et nos échanges m'ont « révélé » une personne plutôt bienveillante et tout à fait consciente de l'instrumentalisation de sa profession, à sa grande tristesse.

il est triste ? et alors ? il demande à retourner à la circulation ?


J'en ai connu un , enfin un gendarme qui voulait etre amputéde sa partie sensible et s'était orienté vers un psy pour y arriver .Ouais et alors ? Il a quitté les flics ? Non il va acheter sa maison avec le sang de ses freres , avec un beau canapé en cuir recouvert de plastique , et un frigo américain rempli de biere . C'est ça un flic , pour les moins pourris , les autres aiment entendre craquer les os et entendre geindre en plus du canapé .

Oui, enfin derrière chaque salaud il y a un cœur si on va par là. 

On ne s'engage pas chez les CRS pour faire du tricot dans un car blindé, mais bel et bien pour cogner, avec l'excuse de défendre "l'ordre". Et c'est quoi "l'ordre" au juste ? Des vitrines de magasins et de banques, des bagnoles, des bâtiments symboliques, mais certainement pas des gens. Ceux-là sont au contraire leurs cibles à démolir, sans distinction. Les pires dans la catégorie sont les flics matraqueurs à moto. Avec eux, on descend encore plus bas. Donc il n'y a pas d'instrumentalisation. Par définition les CRS sont dans leur fonction quand ils cognent. Je ne serrerai jamais la main à ce genre d'individu. Ils ne méritent aucun respect. C'est la lie de la police et la honte de leurs proches. Des lâches.

Par définition les CRS sont dans leur fonction quand ils cognent


vous écrivez ça et pourtant l'essentiel de votre critique porte sur un jugement des individus et non sur une remise en question du rôle des force de l'ordre . 


comme toujours sur asi les postures anti-force de l'ordre sont inoffensive puisque dépolitisées . 



Je pense que Paul Rocher, dans l'article, soutient ce que vous dites. Il s'agit bien de politique, le préfet nommé ne change rien au problème global. Mais la fonction semble n'intéresser que des individus violents. Je ne crois pas que ce soit antinomique, mais ça se complète, non? 



moi je soutient que c'est idiot de s'attendre à ce qu'un gouvernement demande à ses forces de l'ordre d’être gentil avec ceux qui mettent en péril sa stabilité. 


c'est comme ça que fonctionne les gouvernements qui ont pour mission principale de subsister . 


le tzar de Russie fit tirer dans la foule , Tier à butté tous les communard "jusque dans les chiotte" , même trotsky à fait butter les marins de kronstad qui etaient trop révolutionaires , des sortes de black bloc gilet jaune de l'époque.


Voir cela d'un œil politique ce n'est pas attribuer un appétit sanguinaire a macron , son ministre ou ses forces de l'ordre. c'est prendre en compte les rapports de forces et par quoi ils sont animés .



Et c'est quoi "l'ordre" au juste ? Des vitrines de magasins et de banques, des bagnoles, des bâtiments symboliques.


C'était politique cette phrase, non ?

Puisqu'il faut vous expliquer, les flics sont là pour maintenir l'ordre capitaliste, l'organisation marchande de la société. Ils agissent en larbins du pouvoir. Cela me paraît tellement évident que je n'ai pas jugé nécessaire d'insister sur ce point. 

Ce qui m'intéresse, ce sont les motivations de ces gars-là, ce qu'ils ont sous le casque. Ce profil d'individus que l'on retrouve sous toutes les latitudes. On aurait un régime communiste type Corée du Nord, ce serait exactement les mêmes au bout du tonfa.

c'est ce que je dis , c'est des prolos.


ils sont le produits d'un système que l'on maintiens, on est responsable de leur présence et c'est la fonction qui réveille en eu des pulsions violentes. Les blâmer, c'est ce que j'appelle se tromper de coupable. Il faut les retourner. 


sinon relisez vous, vous dites le tout -les flics sont là pour maintenir l'ordre capitaliste, l'organisation marchande de la société- et son contraire- On aurait un régime communiste type Corée du Nord, ce serait exactement les mêmes au bout du tonfa-


donc il ne sont pas la pour faire respecter l'ordre capitaliste. ils sont la pour protéger l'ordre quel qu'il soit. 

Ils ne sont pas la pour faire respecter l'ordre capitaliste. ils sont la pour protéger l'ordre quel qu'il soit.


Oui, tout à fait d'accord camarade. Mais dans ce cas, remplacez "ordre" par "Etat", et du coup, ça me va encore mieux. :-)

Oui si vous voulez . 

Mais on est loin de l’abolition de l’état .

Mais ça nous empêche pas de réfléchir à des transformations sociales qui pourraient générer moins de violence. . 

« c'est qu'une majorité des personnes qui veulent y rentrer ont une conception purement répressive »

« Ils se placent dans un rapport de méfiance voire d'hostilité vis-à-vis du reste de la population »

Une police dont le rôle devrait être la protection de la population, se comporte en ennemi de la population, avec une violence qui décourage souvent les gens d’exercer leur droit à manifester. Tout cela encouragé par Jupiter, qui ne doit sa survie politique qu’à cette institution et à l’appui indéfectible des médias (comme le montre la vidéo ci-dessous).

https://twitter.com/clemence_guette/status/1617618349592309764


Rompre, c'est "céder brusquement"...


L'avenir nous le dira et j'espère avoir tort, mais je pense que le nouveau préfet est plus proche de céder brusquement à "la nécessité" (du point de vue des dominants) de la méthode brutale, que de rompre avec cette dernière, sinon il risquerait de céder brusquement sa place à un autre...

Merci pour cet article qui rajoute un élément dans la série "Les journalistes complices des pouvoirs". Encore un signe de panique de ces puissants qui découvrent que la propagande est de moins en moins efficace..., du moins est-ce un de mes espoirs!!!

merci pour ce papier sur la République...d'Iran


;-)

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.