40
Commentaires

Le Progrès social : un nouveau quotidien, né discrètement à la gauche de la gauche

Le pari est fou : lancer un quotidien, en 2016. Uniquement sur papier, payant, sans publicité. Sans grande expérience de la presse, mais avec l'envie d'en découdre. C'est l'expérience dans laquelle s'est lancé un groupe de militants syndicaux - de la CGT et de Solidaires, pour la plupart. Le Progrès social a publié son numéro 1 le 9 mars, jour de manifestation contre la loi travail. @si est allé rencontrer son rédacteur en chef - également coordinateur national de Solidaires-Industrie -, Julien Gonthier.

Derniers commentaires

Ils ont eu de la chance que leur imprimerie ne soit pas en grève pour leur sortie...
JK
Des militants CGT qui sont contre Fessenheim ?

C'est une révolution !
C'est vrai, Justine, pourquoi réduire la ligne éditoriale à ce point de positionnement sur la laïcité ?
Le choix du titre pourra poser problème... c'est déjà le titre d'un journal d'annonces légales en Guadeloupe...

vue sur Pages Jaunes
Progrès Social Editions
rue Toussaint Louverture, 97100 BASSE TERRE
Édition De Journaux, De Presse, De Magazines


Dommage, c'est un beau titre pour un journal de gauche.
Il y a un point qui reste un peu flou dans l'article, et qui cristallise les crispations des amis à qui je l'ai fait lire. Je veux parler du "combat laïc".

Pourquoi est-ce @si qui résume la ligne du journal, en une phrase un peu confuse, et seulement en opposition avec les chroniques de Jean Baubérot. Si cela était si important pour le journal, pourquoi n'ont-ils pas eux-même résumé leur ligne et n'en disent-ils rien sur ce qu'elle est positivement ?

Est-ce surinterpréter que de dire que cela traduit la sensibilité du sujet... voire un malaise d'Arret sur Images sur la question ?
Oui, le thème "laïcité" n'apparaît pas dans l'interview, alors il est peut être marginal. Mais je trouve que le danger sectaire existe. J'ai connu, dans un groupe Resf, une fracture motivée par le fait que certains (cathos de gauche) avaient monté un "groupe de silence", alors que d'autres estimaient que c'était, pour Resf, une atteinte à la laïcité que d'en faire mention dans ses courriers. Pour ma part, je suis athée convaincue mais pas prosélyte, et je n'ai pas compris cette exclusive qui a blessé des militants honnêtes et très actifs.
Mais qu'est ce qui est sectaire ici je ne comprends pas ?
Hum, je ne sais pas... peut-être le fait de vouloir imposer à tous une certaine conception de la laïcité qui n'est pas partagée par tous.

--
Vouloir imposer à tous ? Expliquez nous donc par quel moyen ?
Quels moyens ? Je ne sais pas, j'espère juste que vous non plus... ou au minimum que vous n'ayez pas la possibilité de les mettre en pratique !

--
Donc vous reprochez aux gens qqchose que vous êtes incapables de définir ?

J'ai bien l'impression que dès que l'on n'est pas d'accord avec vous, vous vous sentez agressé et vous calomniez les gens en retour.

Je me demande donc qui ici a un comportement sectaire.
Beu... je ne reproche rien du tout, la laïcité je m'en fous, on l'a tellement tiré à hue et à dia que plus grand monde n'est capable de savoir à quoi elle ressemble ; pour celle de 1905, elle n'a pas empêché la pire boucherie que l’espèce humaine ait connue et on peut même se demander si certains n'en ont pas usée pour que cette dernière advienne !

--

J'ai un doute avec mes participes passés... et à venir.

--
Une loi n'a pas un pouvoir magique. Et bonjour la rhétorique : en suivant votre logique il n'y a pas grand chose qui a empêché la plus grande boucherie de l'histoire" vu qu'elle a eu lieu.
Sérieusement, stop.
Et bonjour la rhétorique : en suivant votre logique il n'y a pas grand chose qui a empêché la plus grande boucherie de l'histoire...

Aucune rhétorique ni logique, juste une oreille, des voix et un monument de mon village plus empli de noms par des hussards noirs que par des calotins.

--
Alors, il faut d'urgence abolir une certaine loi qui prétend imposer la la¨cité à tous.
Je ne fait pas non plus de prosélytisme, athée, et même apostat, pour plus de précision. Mais je me demande si je n'ai pas tort.
Dans "une certaine conception" c'est quel mot que vous n'avez pas compris ?

--
Bonjour Martin,

Pas de "malaise" : c'est Julien Gonthier qui, l'a première fois que j'ai eu au téléphone, a tenu à ajouter le qualificatif ("de combat social, et de combat laïc"). Cela revient aussi dans les conversations que j'ai pu avoir avant et après l'entretien avec Gonthier, et c'est traité très clairement dans leurs colonnes (dès le n°1). C'est pourquoi, même si cela n'a pas été développé dans l'entretien en vidéo (j'ai choisi de me focaliser sur le modèle économique et sur le profil des fondateurs, qui font leur singularité), cela m'a paru important de le mentionner dans le petit texte d'accompagnement. Ne pas le dire aurait été, à mon avis, passer à côté d'une partie de leur identité.

Cordialement,
Justine
Merci Justine pour ta réponse.
Je me suis abonné pour un mois pour voir, il ne me reste plus qu'à me faire ma propre idée du coup !
Merci en tout cas d'avoir informé de la parution de ce journal.
Martin
[quote=Justine]Ne pas le dire aurait été, à mon avis, passer à côté d'une partie de leur identité.
En effet. Pour moi en tous cas c'est un point important, car la laïcité telle que je la conçois est le fondement du vivre ensemble. Tous ceux qui remettent une pièce dans la machine à canoniser la laïcité, je les regarde avec circonspection.
vous pourriez être plus clair svp ?
Les intégristes de la laïcité ..
Ceux qui te saute dessus du haut de leurs certitudes des que tu déroges de LEURS conception.

Ceux qui divisent au nom de La laïcité .
Gérard MORDILLAT dit "...C'est essentiel d'avoir un grand journal de gauche, or il n'y en a plus : Libé est devenu de centre-droit, Le Monde est de plus en plus à droite..."

et l’Humanité, c'est un quotidien qui se situe où d'après G. MORDILLAT ?
Lancer un quotidien "de gauche" en commençant tout de suite par faire des œillades à Valls sur la "laïcité stricte", c'est déjà bien mal parti, comme si on avait besoin de Marianne en version quotidienne.

Après contrairement à ce qui est laissé entendre, il y a en France un quotidien "de gauche" qui s'appelle Médiapart. On est pas obligé de ne satisfaire que de lui, mais ne pas considérer son existence pose aussi question quand on veut lancer un nouveau journal "de gauche"...
Le progrès social a le même problème que "là-bas chez-j'y suis" ...ils sont riches de contenu, mais ont de la difficulté à atteindre la taille critique.

Je ne vous dirais qu'une chose, les plus gros influenceurs sont sur youtube. Votre série sur #onvautmieuxqueça le prouve.
Un épisode d'Usul ou d'hacking social sur un journal ou magazine aura bien plus de retentissement que n'importe quelle pub.
Alors oui on parlera placement produits tout ça....mais si le journal est dans la même ligne éditoriale, je ne vois pas trop ou est le problème....ça s'appelle du militantisme.
Bonjour,

dans ceux qui ont fait paraître l'info, il y a aussi la revue "Emancipation", dans son numéro de ce mois de mars (site et revue papier)...
http://www.emancipation.fr/spip.php?article1281

Bon courage pour la suite !
J'en ai entendu causer par Gérard Mordillat quelque part.
Où c'est-y qu'on peut s'abonner ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.