139
Commentaires

La rumeur d'un vaccin

Commentaires préférés des abonnés

Macron a décidé, sans le dire, de se jeter à l'eau de la fameuse immunité collective (IC)


Mais ils ont déjà leur propre immunité collective, non ?! Benalla, Macron, Darmanin, De Rugy, Delevoye, etc.

Ah ! Vous parliez de l’immunité collective collective(...)

Des mauvais Français penseront, peut-être, que dans l'esprit de certaines élites, le décès de 100.000 à 450.000  personnes (  en majorité âgées ) pourrait apporter des solutions à quelques problèmes de déficits sociaux.


Bien sûr, je n' y cro(...)

dans le journal de France Culture d'hier matin on parlait aussi d'immunité collective.... mais dans les bidons viilles de l'Inde !


cet article reprend le sujet :


https://www.ouest-france.fr/monde/inde/coronavirus-en-inde-les-habitants-des-bidonvilles-s(...)

Derniers commentaires

Ca me rappelle la phrase de Churchill à propos des accords de Munich: "Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur, vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre."


Vous avez voulu éviter les pertes économiques au prix de la santé publique, vous avez les morts qui s'accumulent et vous aurez l'effondrement économique.

Macron est incapable d'une quelconque empathie... il va faire d'une pierre deux coups (en laissant faire le "hasard") : laisser mourir les vieux et les souffreteux qui coûtent un bras et remettre la France au travail et à la consommation, satisfaisant ainsi son ami du MEDEF, Geoffroy le pâtissier (oui, Geoffroy est l'inventeur du gâteau baulois, un truc absolument indigeste originaire de La Baule) qui va continuer à pâtisser sur les plateaux télé. (Je me souviens de ses interventions au 13h de Canal +, comme grosniqueur économique... il faisait déjà dans le "lourd")... 

En attendant, moi je porte le masque...( hier à la manif à St Nazaire, tous masqués... car bcp de retraités sauf 1 ou 2 Gilets Jaunes réfractaires à tout)... espérant niquer ce p'tit préz autistique et prétentieux en continuant à lui résister sur son terrain de prédilection : la droite quasi extrême...  Pour le reste, je fais au mieux... et j'aime beaucoup la sagesse de votre généraliste de Libération...

Je crains hélas (car je suis une personne doublement à risque ! ) que la stratégie de l'immunité collective soit celle du gouvernement. Il n'y a qu'à voir l'allègement à marche forcée des mesures sanitaires dans les établissements scolaires (et je suis hélas là aussi concerné) pour constater une seule chose : seule la reprise économique compte et tant pis pour les morts... Très bonne analyse du "Fil de l'actu" dont l'animatrice sait ce qu'est la maladie pour l'avoir fortement subi...

Macron a décidé, sans le dire, de se jeter à l'eau de la fameuse immunité collective (IC)


Mais ils ont déjà leur propre immunité collective, non ?! Benalla, Macron, Darmanin, De Rugy, Delevoye, etc.

Ah ! Vous parliez de l’immunité collective collective ! Pardon.

C'est qui la source de cette prévision de 100 à 450 000 décès ? 


Ferguson , le type qui a prévu 100 000 morts en Suède (pour juin 2020) en l'absence de confinement ?

La vraie stratégie présidentielle, ne serait-ce pas d'atteindre 2022 "quoi qu'il en coute" ?

Euh, rassurez-moi surtout (et étant donné les compétences infinies des gouvernants au pouvoir comme on a pu le voir depuis le début de la pandémie) ce vaccin (quand il verra le jour) ne va concerner que les personnes à risque non?

Non je dis ça parce que je les imagine bien vouloir imposer ce vaccin à tout le monde (histoire que les labos se fassent de super bénéfices/dividendes) alors que, comme la grippe par exemple, il faut vacciner les personnes âgées et les personnes à risque.

Cela prend des années de recherches, d'essais clinique, de volontaires,  pour tester ce qui peut devenir un vaccin  et avoir l'AMM.. Et pas en pleine épidémie !! La lumière au bout du tunnel n'est que la lumière d'un train qui vient en sens inverse..  La chose sur laquelle il nous faut compter c'est notre immunité individuelle contre germes, virus et bactéries : renforcer nos lymphocytes avec des préparations homéopathiques qui sont vomies par les grands labos et pour cause, moins chers et très efficaces. Thymuline et influenzinum dès l'automne, une dosette une fois par semaine. pendant la saison hivernale. Voir votre pharmacien. et Vit. C  aussi.  Il faut des années pour connaître la durée de validité d'un vaccin,..On aura le temps de faire la connaissance de Sars cov 3  avant qu'un hypothétique vaccin ne voit le jour..!! On nous bassine, on nous  taquine !! avec les vaccins depuis 30  ans,  comme  avec  un susucre. pour un chien.  !!!

Cela prend des années de recherches, d'essais clinique, de volontaires pour tester ce qui peut devenir un vaccin. Et pas en pleine épidémie !! La lumière au bout du tunnel n'est que la lumière d'un train qui vient en sens inverse..La chose sur laquelle il nous faut compter c'est notre immunité individuelle contre germes, virus et bactéries : R

"c'est bien le président du MEDEF, ès-qualité, qui diffuse cette rumeur que rien pour l'instant ne vient étayer"


C'est une plaisanterie de dire que c'est lui qui diffude cette rumeur ? Alors :


"le patron de Sanofi France, Olivier Bogillot, s'est avancé sur une possible commercialisation du vaccin au printemps 2021 " Source


"Coronavirus : l'Institut Pasteur espère un vaccin « début 2021 » " Source


« Sur base de toutes les informations dont je dispose, j’ose affirmer qu’en mars 2021 nous pourrions disposer d’un vaccin », a affirmé le directeur de l’Agence des médicaments (AFMPS). Source


« Si tout va bien avec le développement du vaccin, nous nous attendons à avoir un vaccin en Belgique pour le printemps, en mars », a déclaré Yves Van Laethem (porte-parole interfédéral pour le centre de soins de santé belge) Source

Bonjour. Rappel : "ès" ne peut pas être suivi d'un mot au singulier. A part ça : bonne continuation !


Mouais. Il y a les excès du CAC 40, bien sûr mais il y a une question simple à laquelle il est devenu compliqué d'avoir une réponse:

"Quel objectif la France et les pays européens poursuivent-ils dans la lutte contre le Covid-19?"


En mars-avril, c'était très clair : éviter un engorgement des soins intensifs.


Aujourd'hui, à l'approche de l'automne, c'est moins clair. En l'état actuel des choses, la maladie semble moins sévère pour diverses raisons (en tête desquelles sans doute le port du masque), elle progresse plus lentement qu'en mars pour cette même raison et d'autres et la prise en charge à l'hôpital bien meilleure car on connait mieux la maladie, les malades sortent donc beaucoup plus rapidement qu'en mars avril.


Bref, le seuil de saturation est très éloigné de la situation actuelle, même s'il existe toujours.


Alors, y a-t-il un nouvel objectif ? Limiter au maximum le nombre de décès d'ici au vaccin ? Si oui, pourquoi choisir cette cause de décès en particulier ?



Bonjour,

En admettant que le futur vaccin a validé les trois exigences fondamentales indissociables (bonne réponse immunitaire, ses anticorps sont protecteurs, effets secondaires indésirables rares donc balance bénéfice/ risque acceptable), il faudra encore l'épreuve de la durée de cette protection, qui n'est mesurable et démontrable que ... dans la durée, soit 18 à 24 mois. Par conséquent, pas avant le printemps 2022 (si ! si !) car il n'y a pas de modélisation mathématique possible pour ce faire. La gesticulation fébrile des uns et des autres est d'ordre commercial (rafler la mise avant ses concurrents) ou politique (les élections à venir).

Bien à vous,

Ces 100 000 à 450 000 morts c'est au doigt mouillé ou à la mode Ferguson ?

Ou les deux ...  ;-)

Si parmi les victimes de ce virus pouvaient figurer l'intégralité des patrons du CAC 40 et l'ensemble de la classe politique, cette pandémie serait tout à coup très bien accueillie ! ^^

Pour completer 3 articles très intéressants sur le sujet sur Médiapart ce jour. Où big pharma prend ses précautions sur les fonds publics généreusement dispensé par ceux qui leur facilitent l'optimisation fiscale

Vaccins ou traitements, telle est la question.





Ah purée, cette course au vaccin faisant sans cesse l’actualité !!! 

Je me souviens, comme dirait Pérec, du début des années 90 où nous étions appelés à entrer dans des essais de vaccin contre le VIH, nous fantasmions tous un succès. Les années 2020 n’ont toujours pas ce putain de vaccin...

D’ailleurs, pratiquement toute l’actualité sociétale autour du Covid-19 me replonge dans ces années là où nous luttions, aidions, trouvions des moyens de protection, faisions de la prévention, etc, etc...

Aujourd’hui, pour bien faire, il nous faudrait accepter de laisser sur le bord du chemin l’Economie et nous concentrer sur le combat pour la santé. Mais le pognon, fait et fera encore et encore des ravages, leurs portefeuilles, aux dirigeants, comptent plus que nos vies, c’est un invariant.

Alors ça ne remet absolument pas en cause la teneur de l'article, mais j'ai du mal avec les chiffres de Nicolas Martin sur le nombre de morts induits par l'IC : 100 000 morts pour la fourchette basse. Ca représente quand même un français sur 670, pour un virus qui aujourd'hui a un taux de mortalité qui se situe plutôt autour de 0,5% (donc 1 sur 200) chez les personnes hospitalisées (je puis me tromper). Je doute (plus que) beaucoup qu'une personne affectée sur 3 ou 4 finisse à l'hôpital.

Après, quel que soit le nombre de morts engendrés, je ne dis pas que c'est souhaitable. Mais ces chiffres ne peuvent pas être présentés comme vérité.

de toute façon, ce genre de prospectives est casse gueule. 


L'OMS prédisait 600 000 mort à la Suède si elle ne respectait pas les préconisations de l'OMS


Le choix politique fut tout autre, et le résultat aussi ( fort heureusement )


Le choix politique fut tout autre, et le résultat aussi ( fort heureusement )


L'épidémie n'est fini nulle part; y compris en Suède. 600 000 morts ça semble impossible même à 1% de mortalité. avec 0,5% de mortalité et l'ensemble de la population touchée; on arrive à potentiellement 50 000 morts en Suède.

Article intéressant sur les projections de deces 

https://www.challenges.fr/entreprise/sante-et-pharmacie/les-statistiques-sur-le-covid-donnent-une-image-faussee-de-l-epidemie_727354

Par le passé, les modélisations sur les épidémies de la vache folle, d'Ebola, de la grippe aviaire, du SRAS ont quasi-systématiquement été gonflées par rapport à ce qui s'est passé.

L'épidémiologie n'est pas une science exacte surtout au début d'une épidémie d'un virus nouveau

Vous vous trompez. Le taux de mortalité est calculé sur l'ensemble des personnes infectées quelque soit leur symptômes. On connaît à peu près ce chiffre aujourd'hui, environ 0,5% en effet.

Ce que l'on ne connaît pas par contre c'est le pourcentage de la population qui doit être infectée avant que le "troupeau" soit immunisé.

le taux de mortalité, c'est au regard de l'ensemble de la population. au regard des personnes infectées, c'est le taux de létalité du virus. 


l'un comme l'autre ne dépendent pas seulement du virus (et de sa virulence), mais aussi des personnes atteintes et des soins. 


le virus a d'abord touché les personnes les plus vulnérables : infectées plus facilement, elles sont aussi moins capables de résister au virus, dont la létalité est alors importante, (encore plus lorsque le système de soins est défaillant). 


aujourd'hui, le virus a tendance à se propager vers d'autres classes d'âge, et des personnes "mieux portantes", qui sont par ailleurs bien plus nombreuses dans l'ensemble de la population : on peut s'attendre à ce que sa létalité soit en baisse, car une fois infectées, ces personnes ont beaucoup plus de capacités de guérison, spontanée ou avec soins. 

c'est pourquoi les chiffres actuels sur la mortalité, et sur la létalité du virus doivent être extrapolés avec précaution.

c'est pourquoi les chiffres actuels sur la mortalité, et sur la létalité du virus doivent être extrapolés avec précaution.


le taux de letalité; qui est estimé dans ce papier entre 0,3 et 1,3 (ça fait déja une fourchette large); a été estimé à partir notamment de tests sérologiques sur plusieurs populations. Ce n'est pas un taux à un instant t dans un endroit donné calculé à partir des contaminations et des mortalités réelles. 

Il est évidemment variable en fonction des populations et de la qualité des soins; mais la fourchette prend globalement en compte cette variabilité.


le virus a d'abord touché les personnes les plus vulnérables : infectées plus facilement, elles sont aussi moins capables de résister au virus, dont la létalité est alors importante, (encore plus lorsque le système de soins est défaillant). 


aujourd'hui, le virus a tendance à se propager vers d'autres classes d'âge, et des personnes "mieux portantes", qui sont par ailleurs bien plus nombreuses dans l'ensemble de la population : on peut s'attendre à ce que sa létalité soit en baisse, car une fois infectées, ces personnes ont beaucoup plus de capacités de guérison, spontanée ou avec soins. 


pas d'accord avec ça; c'est juste que la vision qu'on a de l'épidémie aujourd'hui est différente parce qu'on teste largement; on a aucune idée de la manière dont le virus circulait en janvier ou février, peut-être qu'il a subi la même trajectoire.
 Les personnes vulnérables n'ont heureusement pas toutes été tuées par le virus; donc elles sont toujours là et toujours autant susceptibles d'êtres contaminées; notamment par les plus jeunes qui se sont contaminés plus rapidement; même si ils font leur possible pour se protéger. La seule différence avec mars c'est qu'on sait un peu mieux soigner  (ça ça fait effectivement baisser légerement la létalité).

exact, j'ai été trop affirmative : on ne sait pas, ni avant ni maintenant, comment extrapoler les chiffres de l'échantillon testé à l'ensemble de la population. 


en somme, on n'a aucun chiffre fiable pour le taux de létalité du virus, passé, présent, ou à venir.

Je doute (plus que) beaucoup qu'une personne affectée sur 3 ou 4 finisse à l'hôpital.


c'est pourtant bien le principe de la stratégie de "l'immunité de groupe". 0,5% de mortalité; si toute la population était touchée ce serait 330 000 morts. 100 000 morts c'est une fourchette basse très optimiste où seulement 30% de la population est touchée. Aujourd'hui on est a vraisemblablement moins de 10% de la population touchée. et bien sur c'est sans compter qu'il est possible de se réinfecter au bout de quelques mois. 

En clair c'est intenable comme stratégie.

(ah oui et 0,5% de mortalité c'est la fourchette basse; c'est entre 0,5 et 1%. je vous laisse faire les calculs)

0.5% c'est pas avec prise en charge médical ? il me semblait que c'était autour de 4% sans (je demande ça car laisser filer le virus implique craquage des services de santé donc mauvaise prise en charge).

Le diable est dans le dénominateur

0.5% c'est pas avec prise en charge médical ? il me semblait que c'était autour de 4% sans (je demande ça car laisser filer le virus implique craquage des services de santé donc mauvaise prise en charge).


effectivement

c'est sans compter qu'il est possible de se réinfecter au bout de quelques mois.


Sauf que l'une des hypothèses de cette réinfection est qu'elle surviendrait justement en raison d'un manque de contact avec le virus...


Bref, aucune réponse simple. Donc l'IC est une éventualité tout à fait envisageable. Mais encore faudrait-il disposer d’un système de santé qui ne prend pas l'eau de partout...

Le chiffre vient du papier publié la semaine dernière dans Nature Reviews Immunology par le modélisateur du Comité scientifique, Simon Cauchemez. Il fait suite à un premier papier publié dans Science en Juin.
"Assuming an optimistic herd immunity threshold of 50%, for countries such as France and the USA, this would translate into 100,000–450,000 and 500,000–2,100,000 deaths, respectively."

Le résultat est basé sur un modèle simple et solide, et prend en compte la structure d'âge de la population... 

Merci aux personnes ayant réagi pour leurs réponses instructives. Il est assez courtois ce "forum" c'est agréable

.

Ou peut-être que le chiffre ne compte pas que les morts directs du virus mais également les morts d'autre chose qui auraient pu être sauvé si tous le matériel et le personnel médical n'étaient pas monopolisés à tenter de sauver les cas de Covid ?

 Donc, retournons au boulot la fleur au fusil !  


C'est très juste.

Les guerres sont un moteur du capitalisme et la chair à canon a rarement son mot à dire.

La guerre actuelle (pas la pseudo guerre contre le virus que le pseudo chef a utilisée en guise de grigri ) est universelle, contre tout ce qui empêcherait les dividendes de tomber. Et nous sommes, nous,  nos proches, nos enfants aussi finalement, de la chair à virus .

Et puis tous ces vieux qui coûtent cher, en retraites , en soins, allez hop, on dégage...

dans le journal de France Culture d'hier matin on parlait aussi d'immunité collective.... mais dans les bidons viilles de l'Inde !


cet article reprend le sujet :


https://www.ouest-france.fr/monde/inde/coronavirus-en-inde-les-habitants-des-bidonvilles-seraient-ils-immunises-6954180


sinon, cette histoire de vaccin ne me rassure pas plus que ça ( je préfèrerais qu'on recherche plutôt un traitement ) vu le taux de réussite du vaccin contre la grippe .... pour lequel on doit se faire vacciner chaque année car le virus mute lui aussi chaque année, d'où son efficacité relative...


 Mais alors que pour la grippe on a encore le choix; qu'en sera-t-il de ce fameux, potentiel, futur , probable vaccin anti-covid ? 


Nous laisseront-ils le choix de l'accepter ou pas si c'est pour sauver l'économie ?


A voir l'hystérie paranoïaque de certains, je doute qu'on nous laisse le choix ( au travail, pour voyager, voir porquoi pas pour accéder aux magasins, aux restaurants etc...)


Des mauvais Français penseront, peut-être, que dans l'esprit de certaines élites, le décès de 100.000 à 450.000  personnes (  en majorité âgées ) pourrait apporter des solutions à quelques problèmes de déficits sociaux.


Bien sûr, je n' y crois pas ....

Bonjour, je crois que vous avez oublié un mot dans la première phrase du second paragraphe :
"l'attente pouvait plus longue, mais à peine."
Je suppose que c'est plutôt :
"l'attente pouvait être plus longue, mais à peine."

"  Il n'y a pas de vaccin contre la stupidité " ( A. Einstein )

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.