139
Commentaires

La France aime voir le Bock-Côté des choses

Pour la sortie de son dernier livre "La révolution racialiste", dans lequel il s'attaque aux "wokes" et autres "décoloniaux", Mathieu Bock-Côté a reçu un accueil chaleureux des plateaux de télé et radio français. En cinq ans, le Québécois s'est imposé comme une figure de proue du conservatisme, incarnant la frange réactionnaire de l'américanisation qu'il ne cesse de fustiger. Au Québec, il divise.

Commentaires préférés des abonnés

Bref, encore un représentant de cette droite geignarde qui vient se plaindre sur tout les plateaux de télé qu'on les empêche de s'exprimer.


Aucune originalité. Ce sont tous des clones d'un même disque rayé, et bien sûr aucun journaliste pour renvoyer (...)

Beau et utile travail de décorticage. Merci

Maboula Soumahoro, sollicitée par Midena pour l'écriture de son article et invitée récemment par DS, une référence @sienne.

Ici, un extrait de son racisme décomplexé :

(...)

Derniers commentaires

Déchéance...

Il fut un temps, le Québec nous envoyait Félix Leclerc, Robert Charlebois, Pauline Julien....

Et aujourd'hui, Bock-côté....

bonjour

pourquoi la réédition de cet article, certes super-interressant, je suppose qu'il a fait l'objet d'une mise à jour, mais laquelle? grâce à lui, je n'éprouve plus le même plaisir à l'écoute de l'accent québécois, mais il n'a toujours pas laissé le moindre commentaire...comme quoi il préfère que la polémique s'éteigne plutôt que de lui donner davantage d'audience, du coup c'est malin cette remise au goût du jour

cordialement

parmi les accueillants béats vous avez oublié quotidien, le mètre étalon de la bien pensance, avec son gourou omniscient

 À défaut de parler de fond, on l'a rapidement atteint.


Quelle meilleur  résumé existe t'il ?

Donc UNIVERSALISME = CONSERVATISME REACTIONNAIRE....! Faudrait envisager d'arrêter la fumette ET le n'importe quoi à @si, ça en devient particulièrement gonflant...et vraiment inquiétant!

A noter, qu'à cause de ses positionnement, les universités ont dés son doctorats refuser de lui donner un poste de professeur. (il n'a obtenu aucun vote par ses pairs pourlui donner un poste)
Aussi, il a compris qu'il ne pourrait jamais faire de la rechercher universitaire car l'université n'en veut pas.
Difficile de lui reprocher de ne pas produire du contenu universitaire.

A charge, toujours à charge.
Incompétences ? Malhonneteté ? Les deux ?

Toujours pas d'analyse de fond du phénomène "woke", de critique objective de ses racines dans la sociologie et de ses manifestations partisanes dans la vie politique. On prend seulement un commentateur qui en a fait son fond de commerce et on le brocarde sur le fait qu'il critique un courant américain par la réponse que ses détracteurs américain on en fait... Un argument du niveau "non, c'est toi!" digne d'une récréation de maternelle. Sauf que salir un autre ne rend pas propre.
J'espères y voir plus clair dans cette mélasse identitaire et victimaire (parce que ce sont bel et bien les seuls axes d'analyse que propose ce courant) avec le prochain hors-série de Charlie Hebdo, mais visiblement ces colonnes n'aident en rien. je suis conforté (encore une fois) dans mon désabonnement.    

pitié, pas de jeux de mots pourris comme à Libé :-)

J'ai même pas besoin de lire l'article pour connaître le contenu de l'article. Comme Rachel Kahn, comme pour Sonia Mabrouk, comme pour le prof de Trappes dont j'ai oublié le nom. Tous ceux qui défendent l'universalisme subissent le même traitement ici. Au moins j'ai pas besoin de perdre mon temps à lire la diarrhée de texte.

Eh les aminches,

Puisqu'on parle du Quebec, il faut que je vous partage ca.... qu iillustre parfaitement, l'entrisme et ce qui gettent les partis de gauche mous face au communautarisme.

Quebec Solidaire (l'équivalent de LFI) - souverainiste mous, gauche bobo urbains et pro-minorité - a changé sa position sur la laicité en disolvant un comité interne pro-laicité. En echange, un comité anti-raciste, anti -colonial (sic) a vu le jour.
En ce moment, ce comité CAD. après s'etre bien établi dans le parti en misant sur le victimaire attaque ce meme parti en justice pour racisme. Oui, le parti en avait assez des intimidation sphysiques et sorties hors de propos et veut une motion de blame ; racisme, donc.


Et la je vous mets le lien de LaPresse, le plus favorable à ce parti : https://www.lapresse.ca/actualites/politique/2021-05-14/crise-a-quebec-solidaire/le-collectif-antiraciste-denonce-le-racisme-systemique-du-parti.php

Beau sujet pour ASI...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

On a dépouillé , exterminé , colonisé , rendu en esclavage , détruit des cultures , imposé notre  mode de vie , faut quand meme être de gros salopards pour faire ce genre de trucs , avec ça on est d'accord quand meme ? Qu'on est mauvaise conscience c'est quelque part normal , en fait moi j'ai pas mauvaise conscience , je me sent pas concerné .C'est peut être parce que je suis pas raciste ,comment se fabrique un raciste , pourquoi on est raciste , ah ouais je sais , un sentiment de superiorité d'un individu qui n'a pas confiance en lui , ça lui sert de béquille en fait , je suis con , je suis une merde , je suis lache ,heureusement qu'il y a des sous hommes , un truc comme ça .Alors c'est sur quand les banlieue se révoltent et nous meme en sommes incapable ça attise le truc surement . Ah ouais puis il y a les terroristes aussi .Ah ouais puis y'a le truc aussi , il parait que l'on rejette toujours ce qui est different, les handicapés , les PD , les étrangers , moi je rejette personne , je dois avoir une tare .Ah non je rejette les bourgeois , je hais le bourgeois , je suis normal , ouf! Je l'ai échappé belle !   

La couverture bleue, c'est un jeu de mot avec peur et couleur, la "peur bleue".

Puisqu'on en est à la psychologisation, on peut facilement voir que tous ces littgraires, journalistes, éditorialistes québecois qui conchient MBC sont en fait ben jaloux du succes incroyable qu'il a en France, alors qu'eux y sont inconnus.
C'est amusants de les voir suienter de haine car ils ne l'affrontent jamais en débat mais toujours à l'abri dans des journaux qui ont (hormis 1) tous tourng au wokisme le plus fou.

C'est que si une racisée etrangère venait en France dire tout le mal qu'elle pense de la France, elle aurait droit à un article élogieux.
Tout est tendancieux dans ce portrait.

Mais bon qu'attendre da'utre de SAI ?

On ne sait meme pas ou commencer tellement cet article est biaisé et ignoramt du sujet dont il parle

Peut-être Mathieu Bock-Côté et ses disciples pourraient-ils songer que le catégorème de « race » et à la suite de celui-ci « la racialisation des rapports sociaux » ont d’abord été une authentique production de notre « civilisation occidentale » avant que les philosophes français ne s’attaquent à la déconstruction des structures de la pensée et du pouvoir résultant de nos habitudes de catégorisation ?


A quoi devons-nous en effet la catégorisation selon la proximité des caractéristiques physiques sinon à ce que Paul Jorion a appelé le « miracle grec » dans « comment la vérité et la réalité furent intentées » (je sais, j’ai déjà cité cet ouvrage dans un précédent commentaire) ?


Je précise que mon propos n’est pas de faire le procès de la susdite « civilisation occidentale » dont il est aujourd’hui difficile de définir les contours (géographiques) mais plutôt de rappeler ce qui me semble être constitutif des raisons pour lesquelles l’universalisme à la française peine à s’enraciner dans des esprits habitués à manipuler des « vérités scientifiques » engendrées par l’analytique aristotélicienne dont les briques élémentaires proviennent de la fameuse catégorisation selon la proximité des caractéristiques physiques.


Il faut ajouter que dans le cas du concept de « race » notre civilisation n’a pu s’empêcher de produire (comme avec d’autres catégorisations d’ailleurs) une classification hiérarchique la plus extensive possible. Cette vision hiérarchique des races a façonné notre monde en générant au passage son cortège de destructions de vies humaines et de souffrances. Il n’y a rien d’étonnant qu’elle ait officiellement structuré les rapports sociaux pendant une longue période et continue encore de les structurer aujourd’hui de façon à peine plus souterraine, notamment depuis que le concept de race a été mis à mal. Mais l’on se souvient également que les mêmes guérilleros anti-politiquement correct soutiennent que les races existent bel et bien et que l’on ment au peuple, ce qui signifie que la catégorisation selon les caractéristiques physiques est la seule sinon la principale dont il faut tenir compte dans nos sociétés, ce que eux-mêmes font systématiquement en tout cas.


Rappeler l’idéal d’universalisme à la française que nous a légué la grande révolution est une chose. Cet universalisme n’est-il d’ailleurs pas une invitation (une injonction) à prendre nos distances d‘avec la catégorisation selon les caractéristiques physiques pour singulariser davantage ? Ne pas douter un seul instant qu’une société qui a rejeté les idéaux d’égalité en 1793 (à la victoire des thermidoriens) puis rétabli de l’esclavage ; une société qui a poursuivi l’entreprise colonisatrice ; ne pas douter qu’une telle continuité d’agissement faisant œuvre de civilisation ait pu perpétuer les réflexes découlant de la hiérarchie des races, c’est vouloir tromper les autres, se fourvoyer soi-même et mal appréhender la nature et l’immensité de la tâche qu’il reste à accomplir pour faire triompher dans les faits cet universalisme à la française.


En attendant Bock-côté et son bord idéologique nous disent une chose : « il n’y a rien d’autre dans notre conception des rapports sociaux que des considérations d’ordre universaliste. D’ailleurs, l’universel c’est ce que nous sommes, c’est ce que nous disons, c’est ce que nous avons toujours dit et fait ».

Peut-être Mathieu Bock-Côté et ses disciples pourraient-ils songer que le catégorème de « race » et à la suite de celui-ci « la racialisation des rapports sociaux » ont d’abord été une authentique production de notre « civilisation occidentale » 


Toujours les occidentaux source du mal et sans eux on serai tout proche de Zion.


J'ai du mal a enlever la composante raciste dans les nombreuses guerres ethniques qu'il y a eu dans l'histoire de l'humanite un peu partout dans le monde. 

Les occidentaux ont, comme bien souvent, theorises et ameliores ces concepts. Mais le racisme et donc le concept de race fait parti de l'histoire de l'humanite depuis tres tres longtemps. On pourrait meme parler de convergence evolutive.

La racialisation des rapports sociaux qui en decoule n'est pas une invention uniquement occidentale.

Mais le racisme et donc le concept de race fait parti de l'histoire de l'humanite depuis tres tres longtemps. 


Pas dans le sens actuel qui sert de base a racisme. Oui, on parlait de "race"  dans le sens "descendant de X", "lignée", il y avait des notions d'origine ethnique ou géographique, de genos, de "sang". La noblesse au sang bleu, la race des seigneurs, autant d'expressions qui renvoient à un imaginaire basée sur la filiation.


Mais la "race" ("race blanche" "race noire" etc), cette idée de classification pseudo-naturaliste des humains en fonction de critères physiques bien déterminés, a bien été inventée par les européens a partir du XVIIe siècle. Et a été définitivement réfutée par les découvertes génétique de la deuxième moitié du XXe siècle.



Après je pense qu'on peut dire que le fond derrière est le même (que ce soit sur la race, la civilisation, le groupe ethnique, le groupe culturel, etc.) ça reste basé sur un rejet de l'étranger au groupe. C'est en ce sens je pense qu'on peut parler d'aspect qui fait partie de l'histoire de l'humanité.

D'ailleurs la saillance du concept de racisme qui prédomine actuellement peut constituer un point qui aveugle sur le développement d'un autre aspect de ce mal, car les gens vont se croire à l'abri des dérives en oubliant que le racisme n'est qu'une forme parmi d'autres du rejet de l'autre (dérives qui surviennent assez facilement car il y a toujours derrière des petits groupes avides de pouvoir ou fanatiques qui pousse vers leur extrémité).

Non, la catégorisation selon les caractéristiques physiques et la classification qui se veut universelle des races n’est pas « confondable » avec le rejet de l’étranger car la cascade de rejets tend à ‘horizontaliser’ tandis que le racisme dont nous parlons est vertical et essentialiste !


C’est le refus de voir cette particularité qui nous rend aveugle à bien de choses !

Vous confondez le racisme et la xénophobie. Si on peut en trouver quelques traces, notamment chez les grecs ou les romains, le racisme se développe particulièrement depuis la fin du moyen-âge, d'une part par l'évolution des sciences, d'autre part par le début de la domination européenne sur le reste du monde. On peut dire que c'est l'enfant des Lumières que l'on cherche à cacher. C'est au XIXe siècle que cette idéologie s'épanouira complètement. Déterminisme, scientisme, classifications, encouragé par les besoins pour la colonisation, le racisme va s'implanter durablement comme une composante de la lecture des rapports sociaux, de la politique et de la géopolitique.


Ce qu'on observe le plus souvent dans l'histoire et chez les différents peuples est de la xénophobie. Les hommes sont séparés en deux groupes, nous et eux. Par ailleurs, le voisin est souvent ainsi moins bien toléré que celui venant d'un pays lointain. Le voisin étant en concurrence voir en guerre et représentant une menace sérieuse.

Euh, sans vouloir balancer un confrère, Aristote était quand même un peu en avance sur son temps, niveau expression de la plupart des stéréotypes racistes qui firent la joie de ceux qui l'inventèrent plus tard, quand même* .


Peuples du sud qu'une trop grande exposition au soleil a rendu paresseux, asiatiques naturellement serviles, etc... N'eut été sa célébration des grecs qui eut fait hurler bien des aryens les bases étaient déjà là.


(* si peut être pas autant que Platon quand il posa les bases du régime khmer rouge dans La République /s)

«Si on peut en trouver quelques traces, notamment chez les grecs ou les romains,»


En effet oui, mais cela n'a pas mené à de réelles politiques ou de théories racistes largement répandues.

Je pense que vous vous êtes laissé aller à une réaction épidermique en refusant de lire les précisions qu'il m'a semblé utile de donner. 


Je me contente de vous renvoyer à la réponse de Tristan Le Gall (ci-dessous) que j'approuve et à la relecture de mon post (si ce n'est pas trop vous demander).

Bien du bla-bla pour pas grand chose. Au final, j'ai lu le livre, et il est médiocre, verbeux et pamphlétaire; il projette un imaginaire québécois (les québécois ont souffert une vraie tentative de destruction de leur culture de la part des "anglais") sur la France, voilà tout.


Par contre le livre de Rachel Kahn m'a très heureusement surpris par sa verve, son intelligence et sa bonne humeur. Lisez "Racée", c'est très bien!


Si vous voulez savoir qui sont les "racialistes" et "indigénistes", voici le coup d'œil d'un anarchiste.

par pitié laissez les woks tranquille.

Le mec qui crie à l'americanisation qui est lui même americain; faut arreter de se moquer du monde deux minutes. A la limite ya un tropisme québecois mais culturellement le Canada et les USA c'est la même chose vu d'où on est.

Sociologue, il sait parfaitement que les structures de domination se croisent, que les dominés socialement, et violentés socialement, sont principalement les racisés, les femmes, les homosexuels, les handicapés, etc..

Il sait que son accusation de "victimisation" concerne de vraies victimes.

Mais il ne veut pas lâcher sa position de dominant, comme tous les animateurs de jeux du cirque des médias.

Nous devons mettre au centre des débats les thèmes cités dans votre article : problème de logement, chômage, violences.

Bref, encore un représentant de cette droite geignarde qui vient se plaindre sur tout les plateaux de télé qu'on les empêche de s'exprimer.


Aucune originalité. Ce sont tous des clones d'un même disque rayé, et bien sûr aucun journaliste pour renvoyer ces imposteurs dans les cordes. Les médiocres journalistes invitent les polémistes médiocres.



Maboula Soumahoro, sollicitée par Midena pour l'écriture de son article et invitée récemment par DS, une référence @sienne.

Ici, un extrait de son racisme décomplexé :

Beau et utile travail de décorticage. Merci

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.