84
Commentaires

Zineb El Rhazoui et le "révélateur" palestinien

L'ancienne journaliste de "Charlie Hebdo" et farouche laïcarde Zineb El Rhazoui se positionne en porte-voix de la cause palestinienne sur Twitter et dans les médias. À l'instar de quelques autres figures médiatiques, ses prises de parole surprennent, déchaînent les passions dans tous les camps et suscitent des analyses médiatiques plus que critiques. "Coming out" pro-palestinien ou révélateur ? La guerre à Gaza est-elle en train de devenir un nouvel étalon politique ?

Commentaires préférés des abonnés


Résumons : la création d’Israël était un projet colonialiste dans un contexte où l'Occident croit encore a sa supériorité raciale. Pire, l'Holocauste rend ce projet moralement inattaquable aux yeux de l'Occident à l’époque. Entre temps, on a réalisé (...)

Pour appuyer votre thèse sur le racisme dans les motivations du parti pris pro israélien dans le conflit, on peut penser qu’en Occident,  beaucoup voient Israël comme un rempart contre les barbares du Moyen-Orient, voir de l’Asie. 

A lire ce(...)

Merci Élodie. Article d’utilité publique.
A voté!

Derniers commentaires

Je ne connais pas cette dame.

Peut-être qu'en vivant au Maroc, elle a développé une islamophobie bien compréhensible, qu'en arrivant en France elle a trouvée tout plein de copains islamophobes et que tout à coup, elle se rend compte qu'en France, l'islamophobie est le cache-sexe d'un racisme anti-arabe crasse.

"En solidarité avec les luttes palestiniennes, plusieurs maisons d’édition ont décidé de mettre à disposition des ebooks, gratuitement, jusqu’au 5 déc, & dans 6 langues. Il y en a 2 en français. " via S.Assbague

Lire Palestine

Bravo et merci !

Zineb El Rhazoui est une humaniste courageuse , sans concession pour l'inacceptable d'où qu'il vienne.

L'islamisme sous tous ses aspects est un cauchemar épouvantable .Les islamistes sont des assassins dont on ne peut que souhaiter l'intégrale neutralisation.

Depuis des  décennies l'état israélien , par des pratiques discriminatoires et inhumaines , dénie aux Palestiniens les droits fondamentaux les plus élémentaires.

L'attaque meurtrière , horrible et insensée  du 7 octobre ,  s'il justifie une réaction vigoureuse d'Israel , n'autorise certainement pas cet état raciste et colonisateur à saisir l'occasion pour enfin se débarrasser des Palestiniens par la mort où l'exil à jamais.


Je félicite Elodie Safaris

.

La lâcheté  et l'unilatéralisme veule de la grande majorité des politiques et des médias français me donnent des

 haut-le-coeur.

   

Elle a peut-être croisé Rachel Khan qui a fait le chemin en sens inverse? (en fait on ne sait pas si cet position est le signe d'une prise de concience plus large ou juste limité à ce sujet là, on oublie pas l'appel à "tirer sur les gens" il y a juste quelques mois lors des soulèvements  des banlieues)

Je ne connaissais pas Mme Zineb El Rhazoui (je réside en Begique), mais en lisant cet article, je me suis demandé ce qui lui avait fait changer d’attitude, contrairement à ses camarades “laïcardsˮ. Dans un poste (DS, Obsession 15/11/23, Apoline de Malherbe, et les questions de l’islam), je soutenais n’avoir jamais entendu parler d’un “racisteˮ (misaltre) qui ait changé d’attitude à l’égard de ses autres-différents, convaincu par des arguments rationnels. Je continue à penser que cela n’arrive jamais. Alors, Mme El Rhazoui serait-elle un contre exemple ? Pour ça, il faudrait d’abord admettre qu’elle est “racisteˮ. Malgré ses discours islamophobes et “racistesˮ, je ne suis pas sûr qu’il faille la qualifier de “racisteˮ. La question devient alors pour moi : si elle ne l’est pas, pourquoi s’est-elle alliée aux “racistesˮ et a-t-elle épousé leur discours ? On peut expliquer cela autrement.


Les personnes racisées ou discriminées se structurent dans un environnement où le groupe auquel ils appartiennent ou auquel ils sont censés appartenir est dénigré, dévalorisé. Personne n’aimant appartenir à un tel groupe, les racisés vont développer divers mécanismes (psychologiques) pour tenter de réduire la tension entre le modèle dominant et le modèle discrédité. Un de ces mécanismes consiste à rejeter, à se distancier de certains éléments tenus pour caractéristiques du groupe discriminé (l’islam, le foulard, le djellaba, etc.), pour en adopter d’autres tenus pour caractéristiques du groupe dominant. Cela peut aller jusqu’à adopter le discours dénigrant, voire le comportement discriminant du dominant (voir les cas évoqués par Frantz Fanon dans Peau noire et masque blanc). Ce mécanisme ne va pas sans une forte dissonance cognitive (affective dirais-je), bien qu’il puisse apporter certains privilèges sociaux, un certain confort matériel. Il demeure, au fond, un conflit d’identification, un conflit de “bountysationˮ (noir à l’extérieur et blanc dedans).


Si je suis Noir ou Arabe et que mon schéma comportemental, mon “être au mondeˮ est occidental d’une part, et que d’autre part il m’est enjoint de choisir de m’identifier de façon exclusive à l’un des deux modèles, comment je fais ? Si je penche vers le modèle noir ou arabe, je suis dénigré et discriminé. Pas agréable. Si je penche vers le modèle occidental, je suis un traitre pour le modèle noir ou arabe, qualifié alors de noir ou arabe de service. En plus, malgré mon adhésion au discours dénigrant et raciste des dominants, je demeure suspect de déloyauté (voir crypto-musulmans), lorsque je ne suis pas effectivement utilisé comme caution d’impartialité.


Je peux concevoir que malgré son adhésion au club de “laïcardsˮ, Mme El Rhazoui n’ait pas résolu ce conflit interne, conflit absent chez ses collègues laïcards, ou encore d’un poids négligeable par rapport à l’opprobre qui peut leur tomber dessus suite à la déflagration de la bombe thermonucléaire de disqualification massive qu’est l’accusation d’antisémitisme. Ce qui expliquerait que Mme El Rhazoui n’ait pu supporter plus longtemps, contrairement à ses collègues, l’injustice flagrante que nous offre l’actuelle guerre à Gaza. Je ne crois pas que celle-ci offre un nouvel “étalon politique et humanisteˮ, le traitement inégal, le deux poids deux mesures existent depuis longtemps. Je pense que c’est le moment (le momentum) : guerre d’Ukraine qui a bien mis ce standard en évidence, en même temps que le “Sud globalˮ sortait de sa soumission et son alignement classiques sur les injonctions occidentales. L’actuelle guerre de Gaza vient accentuer cette mise en évidence par la radicalité de la position occidentale (soutien inconditionnel), le blanc seing accordé à Israël qui, tel un enfant gâté et narcissique, ne peut souffrir aucune limite. (Les premiers ministres belge et espagnol ont été accusés de “soutenir le terrorismeˮ par le ministre israélien des Affaires étrangères, pour avoir dit que “la destruction de Gaza était inacceptableˮ).

Étalon c'est un drôle de mot ( ça se dit patrón en espagnol, comme pour la couture en français). Un modèle pour se calibrer dessus.. Je me vautre un peu dans la compréhension de cet étalon, c'est la vieillesse ennemie. J'imagine plus un truc comme le chapeau d'Harry Potter on te met "gairagaza" sur la tête et ça te situe d'un côté ou de l'autre. Politiquement? Je ne sais pas, humainement j'aurais dit.

Le racisme chez nous, notre passé colonial, c'est aussi ce qu'avance Lordon dans son analyse du soutien inconditionnel des politiques et medias main stream à Israël.

Elle demande aux flics de tirer sur les banlieusards pour un vol de bagnole , et là elle pleure sur les palestiniens assassinés par israel pour un acte terroriste ....C'est pas nos arabes hein zineb , c'est les leurs . Et puis ça va, les flics en ont assez chez nous , non ? Qu 'est ce qu'il y a ,ils en ont trop tué ? Y'a pénurie ? Ou alors elle a compris qu'elle était arabe le jour où elle a été licenciée .... Je sais pas trop là , ce qui me rassure c'est que simon l'aime ...On va attendre et voir la suite ! C'est surement un bug , mauvaise coke coupée a la mort aux rats ou un truc du genre ...Là il va avoir du taf pascal ! Va se faire un noeud aux boyaux du cerveau , il vient de perdre son arabe alibi , elle en dit quoi linda ?. T'imagine si tous les blacks et les arabes faisaient sécession du paf pour protester du traitement médiatique , whaou , le bordel ,.... Le dernier qui restera c'est alI, , je mets la majuscule a la fin parce que je sais pas trop sur celui là vu qui il fréquente ...Mais ce serait cool de voir la tete a lepen et a zob et a tous ces racistes du gouvernement ...

"J'ai beau retourner le sujet dans ma tête tous les jours et constater le silence assourdissant de certaines personnalités médiatiques, je ne vois pas d'autre explication que celle-ci : celle d'un racisme intégré, implicite, et de l'habitude de voir des corps arabes morts."

Je peux comprendre ceux qui n'ont pas envie de mettre les pieds dans ce bourbier, surtout face à cette machine de guerre médiatique. Ou de ne pas se sentir qualifié pour répondre à un question éminemment complexe, surtout quand on sait que sa parole à un certain poids, et donc d'autant plus de responsabilités.

Si je devais y ajouter mon grain de sel, je dirais que le plus important est de faire comprendre qu'on est pas obligé de choisir un camp (même les questions de certains sondages sont biaisées). On peut aussi être plus près de l'un que de l'autre sans pour autant donner un blanc-seing au premier ni rejeter l'entièreté de la faute sur le second.

Quant à expliquer à l'éditocratie que je suis pour le que les peuples israéliens et palestiniens puissent cohabiter en paix (un état, deux états ou tout accord acceptable pour toutes les parties), et farouchement opposé à ces deux gouvernements fascistes (à bien sûr comprendre dans son sens large : nationaliste et autoritaire), il faudrait changer leur logiciel.

  Comme si elle était juive, Zineb El Rhazoui est une authentique surviveuse et une  paria... Elle a toute notre estime! 

J'ai beau retourner le sujet dans ma tête tous les jours et constater le silence assourdissant de certaines personnalités médiatiques, je ne vois pas d'autre explication que celle-ci : celle d'un racisme intégré, implicite, et de l'habitude de voir des corps arabes morts. Les médias, qui ont évidemment leur part de responsabilité dans ce constat, continuent d'ailleurs d'y participer : très peu prennent la peine de mettre des visages et des noms sur le décompte macabre.  


La déshumanisation des arabo musulmans a bénéficié d'un énorme coup de pouce d'une pléiade d'intellectuels venus de la gauche mais engagés dans un soutien inconditionnel envers Israël. 


Toutes mes tentatives peut être maladroites de nommer cette évolution ont été salie par le soupçon infamant d'antisémitisme.



Je repose la question posée il y a plus de 10 ans lors de l'affaire Dieudonné.


Pourquoi le racisme envers les juifs doit-il encore considéré comme plus grave et plus infamant que celui qui touche les autres minorités? 


Au nom de quoi?







En Afrique du Sud même, en plein apartheid, des rabbins dénonçaient ce régime infâme de déshumanisation


Aujourd'hui d'autres rabbins dénoncent cet apartheid qui existe en Israël tel le rabbin Gabriel Kanter-Webber de Brighton qui s'est joint à plusieurs rabbines et rabbins progressistes du Royaune Uni


Ce matin, j'écoute les nouvelles à la radio France Inter et je note une progression du narratif des actualités en ce début de matinée sur deux sujets :

 - libération des otages : peu après 6 heures, la radio déplore le retard de cette libération, retard dû aux exigences et atermoiement du hamas. Plus on s'approche de 8 heures, plus on en vient à dire que le gouvernement Israélien a aussi retardé cette libération par des exigences

 - mort de Gérard Collomb : là le narratif va du récit d'un soutien inconditionné à macron et ce n'est que plus tard que l'on apprend que Collomb s'est distancé et a émis de sérieuses critiques envers le Roy de France et de Bavard


Vachement de mal à suivre cet épisode de votre chronique j'avoue. Des gens proches de la droite et de l'extrême droite peuvent sur certains sujets être en désaccord entre eux. Certes, et ? 


Y a rien ni de nouveau ni de surprenant dans cette histoire, l'extrême droite s'est toujours déchirée entre divers courants, chacun sa haine. 

La droite pareil. 


Limite,  ce qu'il serait intéressant d'observer ici, c'est pourquoi les gauches sont sans cesse accusées par les médias d'être divisées, d'avoir des désaccords "irréconciliables", alors que les mêmes divisions ailleurs dans l'échiquier politique sont ignorées par les éditocrates.

 Zineb El Rhazoui s'est fendue d'un tweet le 13 novembre pour crier son indignation face à la "folie meurtrière du gouvernement d'extrême droite de Netanyahu", estimant qu'elle ne pouvait plus "se taire" face au "crime à grande échelle [qui] se déroule sous nos yeux". Elle y dénonce également le traitement médiatique français qu'elle qualifie de "un deux poids, deux mesures insupportable" et dans lequel elle observe une "déshumanisation des Palestiniens" car "il en va de [s]a conscience et de [s]on devoir d'être humain". La chroniqueuse franco-marocaine n'hésite pas à dénoncer l'indignation à géométrie variable de ses camarades laïcards : "Je suis extrêmement triste de voir des gens que j'estime (...)  justifier que l'on tue de façon arbitraire et disproportionnée dix fois plus de vies humaines à Gaza".


Ben oui, c’est l’évidence. 

C’est tellement manifeste que c’en est indigne, insupportable, honteux, dramatique.

Ceux qui justifient l’amoncellement de cadavres à Gaza sont des brutes prétentieuses, des salauds, les complices du massacre, les responsables de ceux qui ne manquerons pas à venir, puique Israël impose une logique de vengeance et non pas de paix. C’est sans fin tant que le plus fort n’est pas raisonnable.


La partialité du commentaire actuel de la guerre d’Israël contre les Palestiniens - depuis des années - rappelle la presse obséqieuse de l’entre deux guerre à laquelle DS a consacré un livre, voir également celui de Michael Foessel,  les travaux de Gisèle Sapiro sur les intellectuels frustrés - ou ratés - de la collaboration


Je ne me reconnais pas du tout dans le discours médiatique et m’en désolidarise totalement. 


Je n’ai rien en commun avec un discours  qui n’est pas du tout à la hauteur d’une société démocratique au 21 ème siècle témoin d’une telle violence disproportionée contre une population civile enfermée et sans défense. 


Si c’est cela la France, je la laisse volontiers à celles et ceux qui la veulent encore. Rien à faire de cette tentative de me compromettre avec ces personnes.

Je suis un vieux laicard volontier anticlérical de la gauche islamo gauchiste islamophobe , et je comprend tout a fait Zineb El Rhazoui .

L'islam a travers un salafisme importé du moyen orient.

un sionisme délirant basé sur un texte natonaliste bigot datant de 2500 ans 

un philosemitisme d'extreme droite venu tout droit des evengelistes US et acclimaté ici via le "choc des civilisations" bien pratiqiue pour les racistes du RN.


Ces vecteurs de haines nous envoient droit au mur quand il faudrait calmer les tensions bien matérielles que provoquent et provoquerons la crise de la mondialisation et le changement climatique.

Il serait temps dans la gauche francaise de réevaluer les notions d'universalisme républicain , le vrai , y compris social pas ce mot sali par Valls et consorts.



Merci pour cet article vraiment intéressant.

Je me permets de vous citer, tant cet extrait est malheureusement vrai. : 

<< ... je ne vois pas d'autre explication que celle-ci : celle d'un racisme intégré, implicite, et de l'habitude de voir des corps arabes morts. Les médias, qui ont évidemment leur part de responsabilité dans ce constat, continuent d'ailleurs d'y participer ... >>

Ce qui est terrifiant, dans la guerre contre les palestiniens, c'est non seulement ce qu'elle est, mais aussi ce qu'elle prépare et justifie par avance, au nom de la lutte de la "civilisation" contre la "barbarie".


C'est peut être l'occasion de réhabiliter les 'traîtres". 


Bernanos écrivant "Les grands cimetières sous la lune" après avoir découvert la vérité de franco. Les communistes qui ont été exclus du parti en 56 ou à d'autres occasions. Les cathos fervents qui n'ont pas hésité à dénoncer des évêques et même des papes. Les curés qui ont quitté leur soutane pour assumer leurs responsabilités de père. Et tant d'autres.


Tous ces courageux, qui perdent d'un coup leurs réseaux d'amitié, leur boulot, leur enracinement militant, bref presque tout ce qui faisait leur vie. 


Il arrive que la fidélité à tout prix soit une infamie. 


Dans la foulée, on peut réhabiliter aussi tous les fous.


Le terme "laïcard" est essentiellement utilisé par la droite et l'extrême-droite, et notamment à l'intérieur de cette mouvance, par ceux qui, comme Retailleau, Ménard, Zemmour... etc., défendent l'idée d'une France aux "racines chrétiennes".
Pourquoi l'employer sur un média de gauche comme @si et emboîter le pas à ces cathos réacs ?

laicard signifie liberté  de culte  pour les  catholiques  seuls  et pas pour les musulmans..... pour les juifs, liberté de culte chez eux uniquement

"Laïcard" ne signifie quelque chose que pour les extrémistes de droite et de gauche qui convergent vers un rejet commun de la laïcité. Pour eux, "laïque", même sans son suffixe péjoratif, est déjà un gros mot.

je voudrais  connaitre les paroles nd' un extrémiste de gauche sur la laïcité ( à part ni dieu ni maitre)

"Ni dieu ni maître" n'est pas une devise gauchiste, mais anarchiste.
L'extrême-gauche ne peut à la fois encourager le communautarisme (en particulier religieux) et se prétendre laïque.

??

Les anarchistes sont des gauchistes, comme les trotskistes et les maoïstes. la catégorie "gauchiste" désigne ceux à gauche du PC quand celui-ci était communiste.


Généralement les gauchistes sont athées militants. Mais on a pu voir Michel Foucault soutenir la révolution islamique iranienne ou la Théologie de la libération en Amérique latine prôner la révolution.


La laïcité est une question républicaine, nullement gauchiste.

 " la laïcité est une question républicaine , nullement  gauchiste "  C''est pourtant un certain Karl Marx qui avait écrit que " la religion est l'opium du  peuple ".

Je crois que vous confondez laïcité et athéisme. 


D'autre part, Marx n'est pas gauchiste.

Mais les gauchistes se réclament de Marx .  Vous avez raison ,'ai pensé que j'avais écrit  mon post un peu vite et que je  confondais laïcité et athéisme. 

C'est "drôle" car vous écrivez ici que c'est un terme "utilisé par la droite et l'extrême droite" et 2 commentaires plus loin qu'il est utilisé par "les extrémistes de droite et de gauche". C'est contradictoire, non ? 


Il me semble vraiment qu'il n'est pas du tout utilisé exclusivement à droite / ED. Pas mal de gens "à gauche", l'utilisent. Certains médias aussi. C'est un terme péjoratif, certes, mais il n'est pas circonscrit à une couleur politique. Et son usage (en tout cas par moi) n'implique pas d'être "anti-laïcité". 

Rien de contradictoire entre mes deux posts. J'ai écrit dans le premier que le terme était essentiellement utilisé par la droite et l'extrême-droite.
Certains en ont attribué à tort la paternité à Maurras. En réalité, il ne l'a pas créé mais utilisé dans ses écrits, ce qui n'est pas la meilleure des références.
J'appartiens à la gauche laïque, et jamais il ne me viendrait à l'idée d'utiliser ce mot.

Je suis issue d'un milieu trèèèèès catholique. le terme "laïcard" y était depuis le début du XXème siècle systématiquement utilisé pour désigner non ceux qui refusaient la main mise de l'église catholique sur l'état, mais ceux qui ne se déchainaient contre les catholiques eux mêmes. Ma grand mère (née en 1890) vouait une haine farouche à un certain Viviani qui aurait prétendu qu'il irait jusqu'à éteindre les étoiles s'il le fallait. 


Résultat de cette laïcité intégriste, ces gens, de milieu plutôt populaire (ouvriers, artisans, domestiques, paysans) étaient farouchement de droite... contre leurs propres intérêts. 


Il me semble que "nos" actuels laïcards (je reprends ce mot, et je me considère comme étant "de gauche") font la même erreur avec l'islam. La laïcité n'est pas un intégrisme, elle n'est pas une rivale des religions, quelles qu'elles soient, mais doit se situer en quelque sorte "au dessus", pour permettre à tous, croyants et incroyants, de cohabiter en paix. Elle ne combat pas les religions, encore moins les croyants, elle s'oppose à la main mise d'une religion sur un peuple. 

si on m'avait dit que j'opinerais à un avis de quatremer.. où peut on avoir le lien avec cette position non conforme à la doxa ?

en tant que droitard et pro-israélien, Zineb El Rhazoui me pose un cas de conscience, comme je pense à de nombreux droitards. mon opinion est que mon camp a tant apprécié ses positions passées, que nous ne pouvons pas l'écarter d'un revers de main parce que pour une fois elle dit des trucs auxquels on adhère pas.

pour ma part je respecte ses positions, sans les partager. on t'aime toujours Zineb.

Effectivement "révélateur" sur l'évolution monstrueusement pro-Israélienne de la plupart de ses ex-copains (enfin si on ne la connaissait pas déjà). 


Le plus dur étant de se rappeler que pour beaucoup ils devaient être plutôt pro-palestiniens ou au moins neutres-pacifistes à une époque (ou en tout cas en avoir porté le masque).


Le politique préféré de la plupart, Manuel Valls, n'était rien de moins Le M.Palestine du PS au début des années 2000,  signataire des mêmes textes contre Sharon que son aîle gauche qui comptait encore Mélenchon, et organisant tous les ans des rencontres en soutien à la cause palestinienne dans sa mairie d'Evry, qu'il avait même jumelée avec un camp de réfugiés de Gaza.

Leur autre gourou Laurent Bouvet (premier président du Printemps Républicain mort depuis, alors au PS), lors des débats sur les spectacles de Dieudonné rappelait que "le soutien à la cause palestinienne découle des fondamentaux de la gauche, par nature anticoloniale, dont nous nous revendiquons aussi" (et que ce n'était en conséquence surtout pas à confondre avec l'antisionisme antisémite de Soral et cie).

(rien trouvé sur le sujet d'El Khatmi, mais très probablement il devait être sur le même genre de ligne "soutenir la Palestine va de soi" du temps où il était un élu PS soutenant Hollande qui avait la reconnaissance de la Palestine dans son programme -évidemment jamais appliqué)

Dans les 2000 Charlie-Hebdo se montrait aussi bien plus pro-palestinien (hors éditos de Val/Fourest peut être, mais ils n'avaient pas encore contaminé le reste).

Marianne invitait en 2012 Netanyahu à "revenir à la raison et se décider à reprendre le chemin de la paix" plutôt que de l'applaudir lors de sa précédente campagne contre Gaza.

Etc.

Merci Élodie. Article d’utilité publique.
A voté!

Quand on connaît un peu, très peu, Zineb El Rhazoui, on sait que le sens la nuance n'est pas forcément sa caractéristique principale. Mais parce qu'on la connaît un peu, très peu, on comprend pourquoi le feu brûle en elle. On comprend aussi que face à la tragédie que vivent les palestiniens elle monte au créneau.


Je ne sais pas si le drame de la Palestine est un "révélateur" pour Zineb El Rhazoui. Je crois plutôt que cela à canalisé sa rage.


Et je vous cite 


"La guerre à Gaza est-elle en train de devenir un nouvel étalon politique ?"


C'est évident, tout comme l'invasion de l'Ukraine en a été un autre. Mais, pardonnez moi l'image,  comme une jument en chaleur devenue insatiable, "l'opinion publique" (comprenez les média) change d'étalon comme de chemise. 


Business as usual.


Résumons : la création d’Israël était un projet colonialiste dans un contexte où l'Occident croit encore a sa supériorité raciale. Pire, l'Holocauste rend ce projet moralement inattaquable aux yeux de l'Occident à l’époque. Entre temps, on a réalisé que la colonisation c'est une violence raciste moralement indéfendable. Mais il est trop tard, et Israël est dispensé de décolonisation parce que l'absence de soutien total à Israël est considérée comme de l’antisémitisme, quasiment du nazisme. Cette logique tordue permet à plein de gens qui n'ont pas vraiment digéré la décolonisation et l’égalité des races d'exprimer leurs vieilles idées racistes sous une forme politiquement correcte : le soutien à Israël, ce soi-disant bastion de démocratie au proche-orient. Dans quelques années, tout le monde réalisera que non, forcer Israël à respecter les droits de l'Homme n'est pas antisémite; qu'il aurait fallu stopper les violence génocidaires d'Israël contre les Palestiniens en y appliquant les mêmes règles internationales qu'aux autres pays.

Quand l'Occident se sent coupable (Holocauste, colonisation, etc.), il cause de nouvelles violences dans le monde pour soulager son chagrin. Il croit bien faire, comme un homme qui bat sa femme en lui disant que c'est pour son bien.
 

En lisant cette phrase "Invitée de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio dès le 16 novembre, elle a également été reçue par Darius Rochebin sur LCI" j'ai soudainement pensé aux "fausses accusations qui détruisent des vies et des carrières". Bref...

Pour appuyer votre thèse sur le racisme dans les motivations du parti pris pro israélien dans le conflit, on peut penser qu’en Occident,  beaucoup voient Israël comme un rempart contre les barbares du Moyen-Orient, voir de l’Asie. 

A lire cet analyse intéressante de Joseph André :

DÉCOUVRIR NOS FORMULES D'ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT

(Conditions générales d'utilisation et de vente)
Pourquoi s'abonner ?
  • Accès illimité à tous nos articles, chroniques et émissions
  • Téléchargement des émissions en MP3 ou MP4
  • Partage d'un contenu à ses proches gratuitement chaque semaine
  • Vote pour choisir les contenus en accès gratuit chaque jeudi
  • Sans engagement
Offre spéciale
3 mois pour 3 € puis 5 € par mois

ou 50 € par an (avec 3 mois offerts la première année)

Sans engagement
Devenir
Asinaute

5 € / mois
ou 50 € / an

Je m'abonne
Asinaute
Généreux

10 € / mois
ou 100 € / an

Je m'abonne
Asinaute
en galère

2 € / mois
ou 22 € / an

Je m'abonne
Abonnement
« cadeau »


50 € / an

J'offre ASI

Professionnels et collectivités, retrouvez vos offres dédiées ici

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.