112
Commentaires

Fictions françaises : enfin en progrès ?

Où en est la série française? Entre le feuilleton de Mémé et la tentation américaine, y a-t-il de la place pour des chemins de traverse ou d'heureuses anomalies ? À l’heure où Canal + et Orange annoncent qu'ils font bouger le PAF, nous nous sommes tournés vers Benjamin Rozovas. S'il se réjouit de certaines initiatives, cet ancien militant de la cause relativise aussi les ardeurs des diffuseurs.

Derniers commentaires

Votre émission n'est certes pas parfaite mais il est bon d'entendre des "experts" éclaircir certains rouages de la production de séries. Et merci de rappeler que les series sont excellentes depuis tres longtemps! dire que certains en doutent encore...

Cette émission avec le type de technikart me fait penser à un truc que disait Carrazé dans votre entretien. Sur les gens qui ont commencé à regarder des series a l'epoque de "24h" ...

mais surtout à quand la prochaine? ca fait longtemps là!
Pour ma part,je critiquerais surtout la forme de l'émission, deux copains qui se parlent la clope au bec sans se demander si quelqu'un les écoute avec un stagiaire (le filleul à Daniel ?) qui utilise une caméra pour la première fois de sa vie, des zooms à n'en plus finir avec une mise au point plus qu'approximative. D'ailleurs, c'est ce même stagiaire qui accompagnait Maja cet été lors de ses émissions aux Sources (qu'est ce que j'ai pu m'énerver devant mon écran tremblotant alors que les intervenants étaient passionants).
Autant, j'ai bien aimé Maja, là je m'ennuie un peu. Donc, pas convaincu.
Comme plusieurs (beaucoup?) d'intervenants, je suis un peu deçu par les émissions de Rafik Djoumi. La première était très intéressante, mais les deux suivantes assez ennuyeuse. Rajik est bon public, et du coup, en interrogeant des gens que je suppose être ses amis, ou au moins ayant des points de vue proche du sien, l'interview perd de son intérêt. Par exemple, sur la fiction française, il serait plus intéressant d'interroger ceux qui la font. Il y avait eu le même problème (à mon avis) lors des émissions "@ux sources" lorsque Maja interrogeait des personnes "du même bord qu'elle" (Frank Lepage, Pierre Rabhi,...).

C'est dommage car j'avais adoré la série d'articles de Rafik Djoumi sur ce site (l'analyse des fins de série ouvertes,...) et son analyse de Matrix.
Première fois que je regarde cette nouvelle émission. Vu le sujet, je me suis dis cool, je vais p pouvoir suivre...

Et puis non, aucune des séries sitees ne font partie de mon univers télévisuel... C'est une émission pour les abonnés à canal+ ???

Et "plus belle la vie " ce n'est pas une série française ? OK, ce n'est pas très geek...
Quel intérêt d'allumer une cigarette quand on ne peut pas la fumer parce que l'on parle ???

Une fois repéré l'aller-retour de la cloque au cendrier, on ne voit plus que ça....
Bonjour, et tout d'abord merci pour cette émission. La forme série mérite bien plus comme support critique et analytique, mais ces trois premières émissions sont enthousiasmants.

Tout d'abord, je plussoie Willow, Joss Whedon est un auteur qui mérite particulièrement une émission pour lui, Buffy est pour mi ce que semble être The Sopranos pour votre invité.

Ensuite, je m'étonne que ni dans l'émission ne dans les commentaires n'ait été cité Un Village français, prise de risque pour France 3 dans la mesure où elle s'est engagée d'emblée sur cinq saisons, et réussite esthétique et surtout narrative selon moi. Avec un côté évidemment très terroir, mais pour une fois avec france 3 plutôt cohérent et riche. Suis-je le seul à penser qu'il s'agit peut-être d'un moment important de télé ?
Mais comment vous connaissez toutes ces séries ? Par Canal, par la télé satellite ?
Je n'ai jamais vu les Sopranos, et on en parle à chaque émission.

Cette troisième interview était moyennement intéressante. C'est vrai qu'on a eu plusieurs spécimens de façons de voir les séries, il faudrait un peu varier là. Le fameux maquilleur/effets spéciaux, ça nous réveillerait.

Et quand est-ce qu'on parle de Plus Belle La Vie, pour savoir la différence avec un chef-d'oeuvre confidentiel et une daube avec des millions de spectateurs chaque soir ? Le volume d'argent qu'on y met ?
Une emission un peu a front renversee. Je suis toujours fan de cette emmission, mais je dois avouer que j'ai ete un peu decu par Benjamin Rozovas, qui s'est un peu endormi sur son vernis culturel de y'a 10 ans. Pas que je trouve ca mal, mais j'avais plutot l'impression que le savoir se trouvait du cote de Rafik. Ne vivant pas en France, je n'ai pas vu de serie Francaise depuis Kaamelott, je m'attendais a etre un peu paume dans les references actuelles. Ben meme pas, Benjamin est reste bloque a la meme epoque et depuis n'a regarde que des series ricaines. Dommage, peut etre des plateaux a plusieurs invites eviteraient ce genre de problemes.
On assiste depuis quelque temps à un véritable renouveau des séries françaises et je regrette que les spécialistes interrogés par @si n'aient pas cité l'apparition du thriller Plus belle l'UMP, une coproduction Copé/Fillon, digne d'intérêt en ce que le scénario semble réellement écrit au jour le jour. On y trouve tous les ingrédients d'une excellente série : rebondissements, amitiés indéfectibles, trahisons, coups en traître... On attend avec impatience les épisodes suivants avec intervention des huissiers et de la police, peut-être même de la scientifique (recherche d'ADN sur les bulletins de vote de Wallis et Futuna), et plaidoiries de Jack McCoy, voire l'intervention de Mimie Mathy (euh ! je voulais dire, Sarkozy) en ange gardien.
Là, franchement, on tient un block-buster, dont les droits pourraient être revendus aux USA sous le titre : UMP Six Feet Under.
Je suis déçu que vous n'ayez pas parlé du visiteur du futur. Exemple intéressant de série amateur, qui est produit par France 4 pour sa troisième saison. En plus sur un thème de SF, peu courant en France.
J'aime beaucoup les hors-séries tv de Technikart, et un bonhomme qui chérit les Sopranos (un life-changer en ce qui me concerne) a immédiatement toute ma sympathie. Malheureusement sur la fiction française, il n'a pas grand chose à dire et le peu qu'on arrive à lui faire cracher est parfois totalement à côté de la plaque, notamment sur la dynamique chaînes/producteurs/scénaristes. Comme Rafik semble de son côté découvrir le sujet, le dialogue est des plus pauvres. J'ai préféré l'émission avec le barde mystico-lynchien; il brassait du vent avec style, au moins.
J'appuie par ailleurs la suggestion de quelqu'un plus haut d'inviter un type comme Emmanuel Burdeau; sa série d'articles sur Mediapart était pas mal. Voyons si Rafik peut passer outre sa détestation du phénotype intello/Cahiers.
Et puisqu'on est sur Arrêt sur images, je conseille à tout le monde "The Newsroom", la nouvelle série d'Aaron Sorkin sur les coulisses d'une émission d'info US à l'heure de la course à l'audience, de la désinformation de masse et du Tea party. Il faudra vous taper un épisode ignoble sur la mort de Ben Laden (c'est le 7, vous pouvez zapper direct) et des intrigues sentimentales très moyennement passionnantes, mais pour le reste, c'est de la bombe, bébé.
C'est fait exprès l'émission qui se termine un peu comme le final des Sopranos ?
Les fins ouvertes, c'est peu comme les grandes portes, à la fin, si on ne fait pas gaffe, ça a une gueule de courant d'air :-)
D'abord, merci beaucoup pour ces émissions qui, malgré quelques défauts, sont très rafraîchissantes.

Je constaste que les trois premières interviews ont évoqué plus ou moins discrètement Buffy the vampire slayer. Il a même été dit, me semble-t-il, qu'il faudrait consacrer toute une émission à cette série de Joss Whedon... et que lit-on dans la présentation de l'interviewé ? qu'il est un des premiers à s'être enthousiasmé pour cette série... Mais pourquoi diable ne pas l'avoir interrogé là-dessus ? Vu tous les "je ne sais pas" de l'émission, on se demande si le sujet a été bien choisi.

Je comprends que dans les premières émissions, on prenne le temps de poser des sujets généraux, mais pour éviter de tourner en rond, il serait bon d'adopter rapidement des prismes particuliers et d'entrer dans des analyses plus fouillées, plus documentées : émission consacrée à une série, ou à un type de séries, ou à deux ou trois séries proches, ou à un créateur de série, émission centrée sur une approche thématique du type le générique, le personnage, la voix off, la religion... il y a tant de choses à dire sur les séries !

Tout cela est peut-être déjà dans les tuyaux, mais je suis impatiente !
Bon, ben moi, j'ai pas trop aimé cette émission.
Il m'a beaucoup énervé avec toutes ses "quotes" à l'américaine avec ses doigts en forme de crochets (une nouvelle manie importée des States) et la seule chose qu'il ne se soit pas grattée, ce sont ses... quoiqu'il y ait pu avoir un plan de coupe à ce moment.
Sur le fond, ça part dans tous les sens, mais au final je n'ai pas retenu grand chose.
Rah mais le mec ne justifie meme pas pourquoi breaking bad est une série "consciente" d'elle meme .. il balance ca, comme ca, 0 référence aux personnage, à la mise en scène, au scénario enfin rien quoi .. et Rafik ne le relance pas. Maja me manque: elle laissait les gens s'emballer et allait les coincer un peu après. La, ca fait un peu conversation entre vieux cons aigris franchement.
Le générique et le logo ne matchent pas du tout avec justement ce qui est décrit comme la décennie HBO 2000-2010. L'image renvoyée ne correspond pas du tout au contenu qui est accessible aux jeunes .. et pas seulement aux gens qui ont grandi dans les années 70 ..
Ca fait une demi-heure que j'écoute l'émission, et je commence à bouillir... J'ai plus de 60 ans, j'ai adoré Soprano et Breaking bad. C'est pas parce qu'on est vieux qu'on regarde Navarro et Julie Lescaut (je ne les ai jamais regardés, je boycotte TF1, j'aime pas la pub et les séries policières m'ennuient, même celles de Canal +). Ca me fait penser à ces journalistes qui n'arrêtent pas de dire que tous les vieux votent à droite !!! C'est carrément du racisme anti-vieux ! Je suis vieille et je vous emmerde, petits jeunes cons !
Je suis pas contente.
Bonjour,

Je recherche un magazine des années 80-90, peut-être hors-série, qui parlait de Star Wars.
Je me souviens d'un article qui présentait les scenars des premières et troisième trilogies.
Quelqu'un pourrait il me donner les reference de ce mag, qui doit être un Ecrans Fantastique ou un Mad Mov'.
Bref, un peu hors-sujet.

Merci beaucoup pour Vos réponses.
A propos de l'histoire de la CGT/FO/French/Connection/Maffia Corse évoquée par Rafik; quelqu'un connaîtrait-il un livre, un documentaire ou autre chose à ce propos? L'histoire semble passionnante... mais mes recherches en ligne ont fait choux blanc...
Sur les difficultés des chaînes à changer de format, à trouver leur public etc. est-ce que la raison ne serait pas tout simplement une fracture grandissante (générationnelle mais pas que) entre deux publics de la télévision.

Autour de moi (classe moyenne +, 25 ans, région parisienne), tout le monde bouffe de la série américaine (les coffrets DVD font des cartons), mais personne ne regarde de fiction à la télé, que ce soit de la série ou du cinéma. La télé est assez peu regardée : elle sert aux infos, aux talk shows, et au sport, et c'est à peu près tout.
Les raisons en sont nombreuses : peu ou pas de flexibilité dans l'offre, mode de vie et horaires incompatibles (les soirées d'une heure et demie dont parle Benjamin Rozovas, autant vous dire que ça ne me parle pas vraiment)...

Avant que ce public regarde des séries qu'on essaie de produire pour lui, il faudrait déjà le ramener devant la télé, et ça, ça risque d'être difficile.
Le sujet qui m'a le plus frappé dans cette vidéo (et sujet duquel je serai bien heureux d'avoir une confirmation) c'est lorsqu'il est mentionné que les séries françaises n'ont, par respect de la loi, pas le droit de mettre en scène des personnalités publiques en exercice. Ça serait très surprenant mais une explication de pourquoi ces séries ont si peu de prises avec le réel : on ne connaît jamais le contexte politique, qui est le président, ... comme disait Winckler lors de la première émission. Même si c'était vrai, ça serait une très mauvais raison car si on n'a pas le droit de le faire nommément on peut toujours s'arranger pour avoir des personnages inspirés de personnages existants. C'est connu comme combine depuis les fables de La Fontaine.

Par ailleurs, je conseille à tous les passionnés de séries de ce forum la lecture de l'article suivant, qui est certes un peu long mais passionnant. Il reviens sur les comparaisons entre fiction française et fiction anglo-saxonne, et également sur le fait que canal+ a un vrai talent pour marketer ses séries, qu'elles soient ou non de qualité, et qu'à l'inverse le semblant de créations originales qui reste sur les chaînes publiques est très mal présenté au spectateur mais qu'il y a parfois des perles un peu mal emballées mais qui valent le détour.
Enorme, Rafik et l'autre mec, qui fument leur clope à l'ancienne, "Droit de réponse" style...
Je trouve le monsieur un poil blasé. Breaking Bad & Mad Men sont pour moi les deux meilleures séries encore en diffusion actuellement, et il y a à côté encore de très bonnes séries, même si je suis d'accord que ça manque d'originalité sur les dernières séries HBO / ShowTime / FX.

Par contre, clairement dans chacun de leur domaine, Curb Your Enthousiam et Doctor Who sont des séries excellentes. J'espère d'ailleurs que Larry David reprendra CYE pour une nouvelle saison, c'est une des rares séries qui me fait de plus en plus rire, 12 ans après sa création.
"Engrenages, c'est The Wire"

Faut que la note pour la ressortir, celle-là!
C'est pas entièrement de la faute des chaines si les terrains minés de la société Française ne sont pas explorés. Un exemple. En 2007, Canal diffuse La Commune. Une grosse inspiration The Wire et Oz (Avec Tomer Cisley dans la fonction remplie par Augustus Hill).

Ca se passe dans une citée promise à la rénovation urbaine. Un Islamiste radical revient de 20 ans de prison et entre en confrontation avec son frère, dealer de drogue et les autorités municipales.
Terrain miné avec patates chaudes tous les trente centimètres.

Et c'est pas mauvais. L'arc narratif est bien foutu. Esthétiquement, c'est pas transcendant mais c'est pas vilain. Les personnages sont assez fins. Et ça n'a pas marché. La série a été arrêtée par Canal au bout d'une saison faute d'audience. J'ai offert le coffret à mon frangin qui aime bien les fictions télés sans en être un accro. C'est toujours rangé sous blister, juste à côté de la saison 1 de The Wire, qu'il n'a toujours pas regardé depuis.

C'est pas entièrement la faute des chaînes, ce manque d'ambitions. C'est aussi le public.
Amusant la réflexion de Rozovas sur les scénaristes français qui ne savent pas collaborer, qui joue leur diva de peur que la chaîne dénature leur oeuvre. Quand Rozovas met une série qu'il juge naze en couverture juste parce que la prod de cette série lui finance son magazine, on ne peut pas lui reprocher de ne pas savoir collaborer, lui.
Oh, Boris Strougatski est mort. Je sais, ça n'a rien à foutre là, mais j'avais besoin de l'écrire quelque part.
Emission intéressante, comme les autres, même s'il est dommage que le "spécialiste" se reconnaisse lui-même si peu spécialiste.

Je veux bien qu'on souligne les efforts de Canal, mais il n'y a quand même pas de quoi se rouler par terre. Je trouve Engrenages, heu.. plein de défauts, pour le dire gentiment et très peu innovant, finalement, si l'on compare avec des fictions policières françaises dites "premium" (pas des séries, des unitaires, ou alors des mini-séries), je ne trouve pas qu'il y ait de saut qualitatif, si ce n'est dans la qualité de la photo et le choix ponctuel de quelques interprètes de qualité (Philippe Duclos, évidemment). Donc le fait qu'on considère "Engrenages" avec indulgence en dit très long sur le niveau moyen du reste. J'attends de voir les productions à venir...

A l'inverse, si les "produits" France télé sont globalement affligeants, il faut se garder de tout jugement définitif. Sans avoir la force d'attraction d'une série anglo-saxonne, "Fais pas ci, fais pas ça" recèle de très bonnes choses et développe -chose vraiment rarissime- dans les dialogues pléthore de références à l'actu (drôles, même).
Pour info il y a un très bon film de vampire français : Dracula père & fils - 1976 E. Molinaro avec Christopher Lee, que je vous invite à revoir dans tous bon ciné-club, formidable.

Ces émissions sur les fictions TV sont très intéressantes, merci M. Rafik. Par contre acheter un trépied plus stable au cadreur et qu'il arrête de toucher constamment la caméra, c'est insupportable !
Salut Rafik.

Encore bravo ton émission. Je t'ai déjà envoyé un mail sur Facebook pour te féliciter, mais je le refais ici.

Il y a par contre plusieurs points qui m'ont fait tilter durant cette émission. Je précise que j'essaie tant bien que mal d'être scénariste dans ce pays, et que je suis passé par la case production, notamment à la BBC (d'où je t'avais contacté d'ailleurs).

Je ne vais pas revenir sur la petite pique faite à Breaking Bad en début d'émission, après tout chacun ses goûts, mais la série est selon moi, l'une des productions majeures tout supports confondus. J'y reviendrais plus tard dans un article sur mon site, inutile donc de s'attarder plus, mais pour donner une idée des coûts de production, une "petite" série comme Breaking Bad coûte 3 millions de dollars par épisode (selon le showrunner). Ce n'est pas un petit budget, mais c'est quand même loin des grosses production (le pilote de Lost en a couté 10). C'est le même budget que pour "Le Transporteur", la méga-ultra-supra-grosse-coproduction internationale de M6, annoncée en fanfare par Bibiane Godfroid, et qui selon les premiers retours, serait la plus grosse merde jamais produite sur la télévision française. Tout cela pour dire que nos moyens n'ont rien à voir, et c'est une réalité qu'il faut vraiment prendre en compte.

Après sur le rôle des diffuseurs, cela rejoint malheureusement ce que disait Martin Winckler dans l'épisode précédent. La télévision française est dans une crise depuis plusieurs années maintenant, depuis l'arrivée de la TNT et du low-cost, et elle ne sait pas comment réagir. Canal+, M6 et TF1 sont dans des rôles complètement différents de France Télévision. Sans tomber dans des clichés, il s'agit de chaînes privées, avec des actionnaires, des objectifs de rentabilité, et même si Canal+ se donne une image innovatrice, elle ne fait qu'importer ce qui marche à l'étranger. L'affaire Lou Bohringer montre aussi qu'elle est encore sclérosée par cette vieille coutume française dans la production audiovisuelle : donner les postes à ses copains. On pourrait croire qu'il s'agit d'un cliché de scénariste aigri, mais toutes les affaires du CNC et compagnie montrent qu'il n'y a pas de fumée sans feu.

Mais le point le plus important, c'est que France Télévision, où TOUT LE MONDE a le modèle anglais en tête, a les mains liées. France Télévision a la volonté de faire différemment, mais elle n'a pas le droit de produire elle-même. Je n'ai pas le texte exact en tête, mais j'ai eu un cours avec Fabrice Puchault, patron du documentaire là-bas, qui nous a expliqué que, tout comme la fin de la publicité après 20h, il s'agissait d'opérations de lobbying du privé pour tuer, littéralement, la télévision publique française. La BBC a des parts dans une infinité de boîtes de productions, produit elle-même la quasi-totalité de ses programmes, et supprime comme cela les intermédiaires. Et surtout, la BBC a obtenu depuis longtemps et d'une façon politique le droit et le devoir de faire des programmes qui respecte le spectateur. Martin Winckler parlait d'audace, moi je parlerais juste de respect (une notion qui n'est pas présente chez M6 et TF1, et ce n'est pas là non plus un cliché).

Je vais juste citer un (très bon) rapport du CSA, que vous pouvez retrouver ici : http://guildedesscenaristes.org/uploads/ressbao/rapports-etudes/CSA%20Etude%20relance%20fiction%20francaise.pdf

'Officiellement, auteurs, réalisateurs et producteurs présentent un front uni. Toutefois, certains
scénaristes/réalisateurs estiment que les producteurs sont un frein à l’innovation et qu‘il leur
faudrait avoir la possibilité de « pitcher » directement aux chaînes leurs projets les plus
innovants pour éviter l’autocensure des producteurs (qui dénatureraient leur projet ou ne les
optionneraient simplement même pas)."

Voilà le véritable problème de la fiction française : les intermédiaires. Tout le monde veut avoir son mot à dire. Et Canal+ n'est vraiment pas le plus innovant là-dessus. J'ai une amie qui a écrit une bible, en s'inspirant de l'écriture d'une autre très grande série (Arrested Development), et leur réponse a été de dire en gros "Nous sommes une chaîne payante et nous devons donc fournir un contenu premium et INNOVANT pour notre public". Très bien, regardons la production de Canal + :
- Engrenages (Titre VO : The Wire)
- Braquo (Titre VO : The Shield)
- Maison Close (Titre VO : les nichons d'HBO)
- Platane (Titre VO : Curb your enthusiasm, et je suis d'ailleurs très désagréablement surpris que Judor nie cette parenté évidente d'un auteur qu'il admire beaucoup)

Et on pourrait continuer comme ça sur quasiment toutes les productions chez eux. Il faudrait beaucoup plus se scandaliser du traitement qui est reservé à nos chaînes publiques, que l'on fait rôtir à feu doux depuis des années, plutôt que de baver devant une chaîne payante, dont l'accès est reservé à ceux qui peuvent débourser une somme affolante pour la qualité délivrée.

Pour résumer, Canal cherche un pitch innovant, "DES GENS QUI SONT MORTS REVIENNENT A LA VIE, KESKIVASEPASSER ?" au lieu de chercher un traitement innovant genre : Un gentil prof de chimie accablé par la maladie devient progressivement le grand méchant de l'histoire, comment le spectateur va-t-il le vivre ?

Pour Robert McKee et les "gourous", je suis entièrement d'accord avec Rafik. L'art c'est un savoir, une technique, et ça s'étudie, et surtout ça se travaille.

Un dernier point, qui va laisser dubitatif beaucoup de monde :

"Comme le montre une étude d’Eurodatatv pour Ecran Total, en octobre dernier, dans les
autres grands pays européens, si l’audience des fictions nationales, comme celle de tous les
programmes a baissé sur les chaînes historiques, celles-ci restent globalement le programme
le plus populaire et les fictions américaines sont loin derrière."

Autrement dit, la France est l'un des seuls pays où la fiction nationale est moquée, malgré les CNC et autres Canal+…

www.petaire.fr
C'est très intéressant le parcours international de la prod de Métal Hurlant, la série.
Pour le coup, le fanzine des années 70's dont cette série s'inspire, c'est une vrai innovation française qui a rayonné dans la majorité des productions de science fiction US des années 80's. Donc c'est un juste retour des choses que la série soit au final française (à quand une photo d'Arnaud Montebourg avec le chapeau d'Arzach en couverture du Parisien pour vanter les mérites de l'imagination française ?!).
Bon après c'est sur que la série fait pâle figure face à Blade Runner...

Sinon, petite erreur factuelle pas très importante: la masterclass de Vogler "hosted by Alexandre Astier", c'était pas à Paris, mais à Lyon (dans une école dirigé par la mère d'Astier).
Et Astier avait suivi une masterclass de ce monsieur à Londres et pas aux Etats-Unis.

En tout les cas, l'aspect détendu de l'entretien, où parfois le rapport interviewé/intervieweur s'inversent, j'aime bien.
Mais ça a sans doute ses limites, peut être que ça vaudrait le coup d'aller vers des gens qu'on attendrait moins face à Rafik Djoumi.
J'aimerais bien le voir discuter avec Emmanuel Burdeau par exemple :) Qu'on puisse voir deux "écoles" face à face quoi.
Et puis y a beaucoup d'universitaires qui bossent sur la série télé.... enfin je dis ça mais peut être que tout ça, c'est déjà tout prêt dans vos cartons. En tout cas, si vous cherchez des idées, moi je vous en trouve !

Bref. Merci.
Même si avec ces émissions, on est en marge de l'objectif affiché d'@si, il se trouve que ça me change pas mal les idées, comme une pause dans la course à l'info.
C'est bon à prendre décidément, merci Rafik.
Tiens. L'émission m'a intéréssé puisque le sujet m'intéresse, mais j'ai été fortement étonné de la modestie de l'invité de Rafik. J'écris modestie, mais je ne trouve pas de qualificatif... si on compte le nombre de "je sais pas", qu'il a semés durant cette petite heure d'entretien, ou les bottages en touche ou les "j'ai pas vu ça", on en arrive à un sujet assez légèrement traité finalement... non ? J'ai pas bien compris.... émission insaisissable, avec un Rafik qui, fort heureusement, a la structure et la substance pour meubler les blancs et relancer, et qui au final représente 50% de la teneur même de l'entretien. Et pourtant, ce garçon a surement des tas de choses passionnantes à dire, on le sent, on le sait... alors ? Bizarre....
Un ton en-dessous des précédentes en terme de contenu je trouve, même si j'apprécie le côté "entre potes à la maison" de l'émission (et l'absence cette fois des plans de coupe à la ramasse...) qui tranche avec le protocole convenu (Daniel, à quand une émission chez Todd autour d'une suze?). Le principal intérêt de la discussion, qui est de mon point de vue la mise en avant les problématiques de méthodes scénaristiques (au lieu de taper comme d'habitude sur les chaînes) pour expliquer certaines lacunes des séries made in France, aurait mérité d'être développé.

Les émissions étant enregistrées bien à l'avance; pourrions-nous avoir un teasing des invités et thématiques à venir?
Visiblement, Benjamin Rozovas, n'est pas bien renseigné sur la série canal les revenants, point de Zombie dans cette série...
Benjamin Rozovas, n'est pas bien renseigné sur la série canal les revenants,

Il n'a pas l'air si mal renseigné: il dit que ça a l'air chiant!
Le générique est un mélange entre Mr Cyclopède et un téléfilm allemand d'Arte.
Pour avoir vu les premiers épisodes, c'est tout sauf chiant, après chacun son avis...si il faut 3 litres de sang dans chaque séquence pour être crédible dans une fiction SF, je ne comprend pas trop l'intêret, là justement c'est une interprétation très française, cohérente avec ce qu'il dit dans l'entretien plus tard, Pour en revenir à l'émission, on commence à voir les contours, un rythme un peu downtempo et un côté foutraque très plaisant
Contrairement à ce que dit Rozovas, le film "Les revenants" de Robin Campillo (d'où est tirée la série) est très intéressant. Il ne s'agit pas comme il le dit de montrer un versant "social" du zombie, mais de faire "fonctionner" avec les structures habituelles de notre société une vaste métaphore du deuil. Le tout avec un parti pris (le retour des morts) sans justification scénaristique, ce qui n'est pas si fréquent.
Merci Rafik, pour cette série d'émission. Ça s’écoute sans faim, parfait.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.