199
Commentaires

Fachosphère sur YouTube : "L'humour, un cheval de Troie"

En parallèle de l'extrême droite institutionnelle incarnée par le Rassemblement national, de nouvelles figures se revendiquant du fascisme émergent sur YouTube : Papacito, Code-Reinho... Ton à la "contre-Canal+", soif d'éducation populaire et vocabulaire plein de sous-entendus pour contourner la vigilance de plateformes comme YouTube envers les propos racistes : Daniel Schneidermann décortique ce nouvel écosystème de l'extrême droite en ligne, avec les journalistes Lucie Delaporte (Mediapart) et Paul Conge (Marianne).

Commentaires préférés des abonnés

Par définition, être antiféministe c’est ne PAS défendre les classes populaires, étant donné que les femmes sont moins bien payées et travaillent plus à temps partiel que les hommes.

Autrement, je suis déçue qu’une question n’ait pas été abordée : tou(...)

La déshumanisation de « l’adversaire » n’est jamais bon signe. Face aux « sangliers » actuels, on se souviendra des « rats » juifs et les « cafards » tutsis. 

Une petite précision avant toute chose : le dhimmi était le statut du citoyen non-musulman dans les empires qui étaient sous domination musulmane. 


Un énorme merci pour cette émission, et aborder cette question de la stratégie "humoristique" de l(...)

Derniers commentaires

Bonjour, j'ai adoré cette émission. Me reste une question : pourquoi aucune référence à Dieudonné ? Peut-on analyser le personnage comme un cheval de Troye également ? Certains de ses fans sont capables de le défendre en invoquant une volonté de manipuler... moi il me fait penser à la créature de Frankenstein... mais peut-on calquer cette logique d'utiliser l'humour pour distiller des idées haineuses ?

Eh ! Vous savez comment j'ai découvert "FDP de la mode" ? Grâce à Marianne ! Qui avait (je dirais en 2016/2017) fait une brève sur ce blog en expliquant qu'il était super drôle. 

https://youtu.be/zvgZtdmyKlI l'extrait en allemand en fin d'émission ( activer les sous titres français )

Et sinon combien ici ont regardé les 19mn de la vidéo originale de Papacito ? Afin de se faire une idée du truc, genre je pense par moi même.

Quelqu'un s'étonnait qu'un journaliste de Marianne soit invité dans ce débat après que la question soit posée de la proximité de Marianne avec Valeurs actuelles. Si ça peut contribuer à éclairer cette question de la proximité, voici un article à propos des Régionales que Valeurs actuelles ne renierait peut-être pas.

Quand je vois toute cette violence de l'extrême-droite (pour le coup c'est ça de l'ensauvagement), je me dis qu'il faudrait que je laisse tomber le combat politique ou les bouquins et que je passe direct au krav maga.

La fachosphère n’est pas que sur youtube

Elle veille à nos frontières...

L'humour, c'est comme la politique: on l'apprécie d'autant plus qu'il tape sur ceux qu'on aime pas: perso, j'adore Desproges, et le juif Elie et le nazi Dieudonné, quand ils tabassaient du portugais...Par contre, Le Luron, en contre-feu merdique d'un Coluche supposément "de gauche", ça m'a toujours fait gerber!

Quand la Gauche ricanait sans vergogne sur le beauf de Cabu, en tenue cam' et moustache hérissée de sous-entendus, personne toussotait sur le fait de représenter le connard, sous les traits avinés d'un obèse inculte, se cuitant au Ricard (un comble, quand on y pense!)...Et j'attends toujours l'humoriste "de gauche",  se gaussant avec finesse des attaches culturelles des néo gauchistes actuels pour l'Oncle Ho, Mao, Pol pot, qui incarnaient, si bien, l'amour de la liberté et de la tolérance politique, il y a quelques millions de morts de là (rires et applaudissements pré-enregistrés, piqués sur une vieille cassette de Font & Val)!

Et je trouve rien, dans cet humour pataud, à base de treillis, et de dénigrements faciles sur les tabous bidons d'aujourd'hui, qui me fasse vraiment rire...Sourire, rarement, mais guère plus: sans vanter (ou, peut-être, quand même un peu...), je peux faire pire, et sans me forcer!

Après, si ça vous reste en travers du gosier, c'est, à mon humble avis, moins de la faute de ces tristes pantalonnades de pseudo comiques même pas troupiers, que des nombreuses couleuvres que mes collègues de parloir virtuel ont dû s'avaler, pour continuer à se prétendre "de gauche".

Et pendant ce temps-là, sur les murs du fort, nos vigilantes sentinelles scrutent, sans relâche, l'éternel vide du Désert, d'où surgira, en 2022, sûrement, la horde des Barbares, tant espérée...On s'amuse comme on peut.

Ce sont juste des bouffons , ils peuvent être drôles , ils font des connereis , mais de là a convertir qui que ce soit ,y'a loin de la coupe aux lèvres . C'est prendre les gens pour des imbéciles que de croire qu'ils se laissent convertir comme ça , par contre dire qu'ils sont cons a ce point , là vous les convertissez avec votre mépris .Mais vous inquiétez pas ils en reviennent la plupart .

Excellent sujet mais comme d'autres, un peu déc¸ue (pour ne pas dire affligée) par le niveau de méconnaissance du sujet par les invités. Tant pour parler du fait que les youtuber d'extrême droite s'invitent les uns les autres (c'est le fonctionnement de youtube, qu'il s'agisse de politique, de vulgarisation, de couture, de déco..), pour la méconnaissance de ce qui existe à gauche (Entre On vaut mieux que ça en 2015 et le recondustream on pourrait quand même parler) c'est assez faible. Il est aussi dommage de ne pas saisir que si il existe un youtube/twitch de gauche, il me semble que par son format (entretien, conférence, revue de presse) il ne rejoint pas les mêmes classes sociales, ce qui devrait pourtant être une préoccupation de la gauche.
Enfin, comme toujours, on efface totalement le fait que ces contenus sont fait par et pour des hommes, et il serait aussi utile (quand les psécialistes de l'extrême droite pour les médias qui découvrent youtube en seront rendu là) de réfléchir au contenu qui est fait pour les femmes. Le court-métrage Clean with me (After Dark) était révélateur du contenu "bonne ménagère" qui est produit par et pour des femmes, et qui sans être explicitement politisé, n'est pas moins politique.

Très déçu du niveau des invités et du traitement du sujet, pourtant sujet essentiel. Quand l'attaque d'Alain de Benoist avec son Vu de droite de la fin des années 1970, le "renversement" du renversement des valeurs, et la création d'un imaginaire se déploient depuis tant et tant d'années... on se retrouve avec un sujet extrêmement difficile à traiter car fortement enraciné. Leurs références ne sont pas hors-sols, il manquait un spécialiste.  Une seule émission d'une heure...on reste sur notre faim.    

Hier, dimanche, pour faire plaisir à ma fin d'après midi, j'ai regardé des épisodes de The XFiles en VO.

Lors d'un épisode, sur l'invasion des cafards, je me suis dite : " les "résident aliens'' dela vidéo (terme juridique américain désignant l'étranger inqualifiable. En anglais, il y a plusieurs mots désignant ''étranger'' en fonction du lieu. Je crois qu'ils utilisent phonétiquement des termes anglais qu'ils retranscrivent en francais. Cafard en anglais se dit cockraoch qui peut s'entendre selon accent cuckroach. Pour avoir fréquenté, de tro, les ''soldats civils'' de l'extrême-droite, Ils ont une haine viscérale des musulmans e des gauchistes qui pour eux sont des cafards...


en 5  minutes de visionnage, plusieurs erreurs et mésinterprétations sur ces « fascistes d'extrêmes droites de youtube » 


@ASI faire une vidéo, un article sur ce sujet pourquoi pas, mais ça vous dirait de vous renseigner, de vous documenter, de ne pas affirmer n'importe quoi ?
Chose qui me saute aux yeux en voyant le plateau : où est la contradiction ? Avez-vous au moins essayé d'inviter un de « fachô » de youtube pour y apporter d'autres points de vue ou explications ?
5 Minutes et c'est déjà ridicule.

Au sujet du mot " babtou ", je l'avais découvert en 2017 dans la chronique d'Océanerosemarie 

https://www.arretsurimages.net/chroniques/la-tete-la-premiere/cesars-oceanerosemarie-les-blackous-et-le-babtou-delahousse


je reprends le message qui est parti sans que je le veuille, avant terme : je ne comprends pas comment on peut trouver l'ombre d'une finesse dans leur discours... et quand à se poser la question sur le sens des sangliers qui peuvent entrer dans ton salon; pour lesquels tu peux avoir un couteau comme Custer pour défendre la "civilisation occidentale" et parce que la guerre contre l'invasion c'est dangereux... on peut choisir la naïveté mais là elle doit être de belle taille - c'est simplement plat et sans esprit leur discours, l'extrême droite a fait mieux

je ne comprends pas comment on peut trouver l'ombre d'une finesse dans leur discours... et quand à se poser la question sur le sens des sangliers qui peuvent entrer dans ton salon; pour lesquels tu peux avoir un couteau comme Custer pour défendre la "civilisation occidentale" et parce que l

La minute 26, Daniel sans faire exprès relève le véritable problème, avec la plupart de ces YouTubeurs. C’est qu’ils son presque tous originaires de la Gauche et que ceux qui se disent de gauche ne partage rien entre eux. C’est ça le problème que personne n’arrive à voir, les gars comme eux, sont le résultat de la disparition de la gauche populaire qui a laissé la place a une autre gauche. Il est là le problème non ? 

"L'humour est la politesse du désespoir " *



Je ne vois rien dans les vidéos de ces individus qui ressemble à de l'humour.


Ils peuvent paraître comiques et faire rire certains. Mais ce n'est pas parce que l'on cherche à faire rire que l'on fait de l'humour.


(*) merci à Chris Marker

Bien qu'abonnée depuis un temps, oublié par ma mémoire, 

je retrouve mes dimanche d'antan où j'avais encore le téléviseur, qui a rendu sa technologie peu de temps après le renvoi de l'émission @SI qui a dû trouver un ailleurs ...

Je trouve la vidéo allemande excellente car tellement proche de la réalité...

J'ai retrouvé dans ce débat tous les thèmes rencontrés depuis mon intérêt pour le nazisme, qui remonte aux années fin mi&fin 70.

J'ai rencontré beaucoup, trop, d'individus se disant de gauche avec une mentalité de ''bon nazi'' car il faut savoir qu'un nazi se pense avant tout humaniste, voir la première scène de Amen, Costa Gavras, le met en scène car il reprend l'idéologie du nazisme mais aussi lire la littérature social, économique du XIX ème siècle français mais surtout anglais, en passant par la psychiatrie qui est bel et bien la genèse de l'eugénisme, c'est mon avis...

Croire encore que le nazisme soit fondé que sur le racisme et l'antisémitisme est une abération car l'idéologie est fondé sur ''l'utile et l'inutile'' et donc l'inutile doit être éradiqué socialement et l'utile = esclavage.

La politique du souverainisme-Président n'est pas moins une idéologie nazie où l'extrême-droite française devient alors valeurs démocratiques ou actuelles que Zemmour, Dieudonné, Ramadan, Soral, Marine LP, etc. valorisent

L'idéologie du nazisme est le mépris (''les têtes pensantes'') et sa force la haine (''cequipensentque ou queue/pensée du surmoiviril'')

Notre Fureur s'occupe d'installer des idéologies mondialiste tandis que ses esclaves de la haine s'occupent 

d'éradiquer les opposants=leurs étrangers = ceux qui ne pensent pas comme eux ...

J'avais quitté cet univers de l'esprit nazi depuis quelques années car mon quotidien relationnel en est trop envahi...

Le fait de contempler votre émission, à savoir regarder/écouter/analyser/comprendre et donc penser, m'a remise sur le chemin de déductions; déductions qui s'avèrent fondées par les analyses des deux journalistes spécialistes de l'extrême-droite dans le milieu politique mais aussi dans le milieu social, ce qui n'était pas le cas auparavant car pour cela il fallait vraiment s'immerger parmi les gens. Les réseaux sociaux le permettent maintenant.

Bien que le temps, limité par la durée de diffusion, les faits essentiels sont bien évoqués et le plus spirituel qui fait pétillé mon esprit est le clip vidéo de la fin, cet humour allemand si bien décrit par :


Rire et résistance: Humour sous le IIIe Reich

par

Rudolph Herzog

Bizarre d'avoir invité un journaliste de Marianne pour analyser de façon critique la fachosphère, seulement quelques jours après avoir fait un article à charge contre Marianne voulant démontrer que c'était l'équivalent de Valeurs Actuelles.

"Electeur qui rit, à moitié dans ton lit", pourraient résumer ces gars de la fachosphère. Va falloir faire de la place sous la couette à ce train-là...

La journaliste de Mediapart trouve qu'Usul est le "pendant à gauche" des tordus fascistes dont il est question. Je pense que lorsqu'on a des amis de cet acabit on a pas besoin d'ennemis.

Je trouve qu'il y a deux points qui auraient pu être plus creusés :
- Le "lifestyle" qu'ils mettent en avant, qui est un peu évoqué concernant Rochedy, mais pas concernant Bench and cigars. Quand on voit Bigard, c'est pas du tout le Bigard antivax qu'on invite, c'est le Bigard bon beauf à l'ancienne. Le principe de cette série de vidéos est d'inviter quelqu'un et de se mettre à table avec une montagne de viande saignante et du rouge qui tache en parlant sans filtre. Et le sous titre c'est "voyez, maintenant on peut plus faire ça." En cela pas besoin de discours politique, le message c'est "avant on pouvait manger de la viande sans se poser de question sur la souffrance animale, ou l'écologie, on pouvait faire des blagues sans s'interroger sur la susceptibilité des gens, et les vegan-écolo-antiracistes nous ont enlevé ça". D'ailleurs c'est pas pour rien que Jason Chicandier, un humoriste qui campe le personnage du viandard sans filtre qui parle fort après 12 verres de rouge à midi, se retrouve invité par Boulevard Voltaire, alors qu'on lui connait a priori aucun penchant politique particulier. En regardant les vidéos de Bench and cigard, on dirait un peu qu'il nous dit "si on continue comme ça, bientôt on n'aura plus le droit de faire des barbecues". Et que du coup si t'aime le barbecue, t'es un peu dans son camp, même sans le savoir. Ce qui fait penser aux 2 de QI qui postent une entrecôte sur Twitter avec #resistance

- Ya aussi le fait que ces types sont AUSSI des youtubeurs comme les autres, pour qui le graal est de vivre de leurs vidéos. Donc analyser leur discours et périphrases en termes politiques c'est bien sûr pertinent, mais ils visent aussi l'efficacité en termes de vues, d'abonnement, etc. Pour ça, il faut se construire une communauté. Et les périphrases sur les sangliers, etc., je pense que ça remplit les deux fonctions : dire des choses sans se faire censurer, mais aussi souder une communauté par une culture commune, très spécifique. On le voit aussi dans l'extrait où ils lisent l'article de Mediapart : un des types dit "pour pas l'insulter on va dire qu'elle n'est pas chômeuse". Ca fait référence à la célèbre phrase de Soral "un journaliste aujourd'hui c'est soit une pute soit un chômeur". On voit bien que le but est pas de ne pas dire "pute", puisque deux secondes après Papacito lance des grands "nique ta mère", c'est de participer à créer une cuture communautaire. Et ça c'est propre à YouTube en général, pas du tout à l'extrême droite sur YouTube. 

Idem pour les invitations entre chaînes, décrites comme une stratégie collective pour faire pousser le mouvement. Il y a surement de ça, mais aussi probablement des stratégies très personnelles : faire des featuring, ça fait des vues pour soi-même, donc de l'argent. Là encore, ils n'ont rien inventé, c'est une stratégie très basique de YouTube. 

Papacito and Cie, c'est de l'humort dangereux !


Dommage, Lucie Delaporte n'apporte pas grand chose au débat sauf sa méconnaissance de son propre sujet.

À voir aussi l'interview de Bruno Gaccio sur thinkerview. 

Merci pour votre émission. Une petite précision : le choix du "sanglier" comme animal à combattre n'est pas neutre. L'animal sanglier est un Suidé comme les porcs, ce qui permet de faire le lien avec les prescriptions alimentaires dans 2 religions monothéistes, et rend l'allusion particulièrement évidente. .  

Une émission tout  à fait intéressante  Vos invités ,et en particulier Mme Delaporte soulignent bien que ces sites récupèrent et inversent  les codes de gauche de Canal plus .Elle souligne bien  qu'il s'agit d'une forme d'éducation populaire ,les exclus du système scolaire s'inventent une contre -culture . Enfin  la référence aux Etats- unis me paraît pertinente.

Quand on voit un type planter rageusement à coups de couteaux un mannequin représentant un être humain, peut-on encore se demander c'est de l'humour ?

Comment peut-on mettre en parallèle l'humour qui se moque de concepts et de pouvoirs (systèmes, politiciens, élites...) et des appels au meurtre de PERSONNES ?

Dommage que l'émission compare en permanence les deux sans aborder les théories de l'humour, notamment l'idée de se moquer du pouvoir plutôt que des personnes (a fortiori les groupes précaires).


Disons les mots, l'"humour" de ces influenceurs d'extrême-droite c'est purement et simplement de la domination et de la haine, comme quand la petite frappe de la cour de récré colle un pain à un plus petit et justifie son comportement asocial par "c'était juste pour rire, rooh ça va, t'es vraiment un chouineur".

Se demander si c'est de l'humour, c'est se laisser emmener sur leur terrain de justification de la haine et de la violence.

La déshumanisation de « l’adversaire » n’est jamais bon signe. Face aux « sangliers » actuels, on se souviendra des « rats » juifs et les « cafards » tutsis. 

Lucie Delaporte concède un peu trop facilement le point sur le reproche des bourgeois blancs au prétexte que Valek serait d'origine albanaise et Papacito d'origine espagnole. Il ne faudrait pas confondre racisé et d'origine étrangère : les blancs et les albanais sont blancs...

Il est surtout navrant de voir que les fameux experts de l'extrême droite confondent une caricature de droitard avec un gauchiste, en effet la personne sur la couverture dessinée par marsault n'est pas une personne de gauche, n'importe quoi, bossez votre sujet un peu ?

Ils serait temps que ces dits experts se mettent à la page, il est affligeant d'entendre qu'ils/elles ne découvrent Papacito et compagnie que maintenant. 

On a droit tous les ans à des bouquins retraçant les vieilles années FN, en mode histoire à la Dallas pour vendre des bouqins, mais jamais à de réelles analyses sur l'ED récente, et quand ça arrive, nous n'apprenons rien et voyons ces fameux experts rigoler devant Papacito et Bruno le salé qui se marrent en buvant du café tout en lisant Médiapart, incroyable.. 

Il serait également temps d'inviter des racisés pour parler de ces sujets(premières personnes visées par ces attaques avant les gauchistes citadins), ou au mieux des gens qui connaissent l'ED internetique de 2012 avec Soral, car la base et l'inspiration de tous ces gusses, c'est lui.

On attend plus d'expertise et de sérieux venant d'experts traitant d'un sujet aussi sensible, sinon ça ne vaut pas mieux que VA+.

très rigolo de voir que vous parlez de non-férocité pour la culture canal (mettez vous à la place des gens de la culture moquée par les Deschiens, qui sont non urbains ou "cool/pop/rockstar" tout en étant de gauche (écoutez F.Ruffin parler ces Klurs versus les Deschiens... on peut comprendre que les Deschiens seraient perçus comme l'équivalent de Michel Leebs se moquant des populations africaines par les prolétaires des campagnes) et "culture terroire versus culture citatidine" qui montre clairement vortre biais culturel et de classe : oui l'humour canal était féroce et moqueuse des gens pas comme eux (c'est à dire citadin, moyenne/haute classe). 

La gauche a abandonné les personnes vivvants dans les campagnes que vous associer coutellerie, terroirs à extrême droite est très gênant, car c'est ce qu'ils veulent faire.


A gauche, il y a pléthore de youtubeurs de même niveau qui font la même chose : amis des lobbys, le vrai journal du Média, le journal de Blast, Usul et Cotentin, le canard réfractaire, entrer en lice (pour l'AMHE), Franjo, Labajon, JeanBaptisteShow, DannyCaligula, Nota bene, état cryptique, Korben, le fil d'actu, Data Gueule etc. 


Vous semblez hors sol et confondre culture de ce début de 21ème siècle et une certaine politisation de ce culture côté Papacito, pour attirer les jeunes vers ces idées et rendre ces idées "cools" dans l'air du temps (alors qu'elles appartiennent au début du 20ème siècle!)


Madame Delaporte semble en particulier complètement perdue dans cette culture (qui est portant de son age) amalgamant jeux vidéos, memes, internet, arts martiaux, attrait pour l'histoire, refus de cette société, média de masse à l'ouest car pro-capitaliste (ceux qui serait pointeraient ce biais de ces médias seraient complotistes ? Comme si Médiapart était un média comme les autres ?)

...bref .... ça semble peu travaillé et je pense que vous louppez la spécificité de ces gars qu'ils disent pourtant très bien dans l'extrait de l'émission tvliberté : ils veulent rendre cools et actuels des idées obsolètes en occupant des terrains délaissés par la gauche (en résumé, le petit blanc des campagnes sans diplome et avenir politique et médiatique, que les gauches ont laissé être mis en marge de la société : quelles pubs, quels médias présentent comme cool des petits blancs des campagnes ? Invitez svp des sociologues pour explorer cela ?


... ensuite venir taper sur les campagnes et ses scores du front national dans les hauts de france sans coprendre ça est assez préoccupant de votre part (vous semblez mieux comprendre et plus emphatiques envers d'autres populations tout aussi victime du systèm capitaliste actuel...ça mériterait presque une psychanalyse ... :D)

J’apprends au détour de cette émission que la cave à vin de Luzarches (95) est tenu par un identitaire. Le vin c’est doux et accueillant, comment peut-on être violent et raciste alors que tout notre vignoble a été reconstruit grâce aux vignes australiennes, qu’il n’y a rien de plus agréable que le canon offert à l’inconnu qui se présente sur notre seuil ?


C’est vrai qu’il vend du whisky, j’ai toujours su que le whisky c’est un truc de nazi.

Il aurait peut-être été utile de rappeler que ces youtubeurs doivent tout à Alain Soral, tout en ayant liquidé au passage son marxisme et son antisémitisme pour les remplacer par un racisme anti afrique du nord (que Soral tentait au contraire, en partie, de séduire) et un libéralisme à l'américaine, parfait mirroir de la gauche wokistanaise en plus d'être complètement antinomique avec leur soi-disant patriotisme.


Ensuite moi je comprends tout à fait que ces gens récusent le terme d'extreme-droite, tant celui-ci est utilisé comme un "argument" de destruction massive de la gauche destiné à les faire taire sur tous les sujets à peu de frais.

Par ailleurs remercions ASI de diffuser le passage de Papacito critiquant les petits bourgeois de Mediapart, mais il serait intéressant d'aller un peu plus loin en comparant la sociologie des spectateurs d'Usul et autres Bolchegeek de ceux de Papacito et Valek pour voir qui touche le plus les classes populaires. Mais ça risquerait d'un peu trop de remettre en cause le virage libérale d'une gauche et d'une extrême gauche qui ne parle plus à personne de payé en dessous de 2500€ par mois.

Désolé, mais parler de "virage libéral" a peu de sens, la réalité, qui est connus, c'est que les spectateurs de ces chaînes de gauches sont plutôt éduquées. Les revenus sont variées, mais le niveau de diplôme beaucoup moins. Au niveau de la sociétée on observe une certaine correlation entre revenus et diplômes, par contre on a une sur-représentation de diplomés précaires parmis les spectateurs de Bolchegeek et Usul.

On sait on sait que la gauche critique a du mal a rendre son discours attrayant pour le plus grand nombre, le Diplo est une caricature de ça.
Pour la gauche, en générale, ce phénomène a déjà été pointé sur ASI récement, dans cette émission. Mais ça concerne beaucoup plus les partis de centre gauche que la gauche radicale, la sociologie du vote Mélenchon n'étant pas la même, on voit une présence dans toute la société avec une faiblesse dans les classes aisées.

Vu les discours portées par Bolchegeek et Usul, le terme "libéral" est assez ridicule, par contre, bien que ces derniers viennent de classes pop et que, au moins Usul, n'a pas de diplôme du supperieur, ils savent qu'ils ont du mal à être audibles dans les classes pop, pour d'Usul c'est l'une des grandes réussites de la chaïne twitch de Dany Calligula de réussir à parler à une autre sociologie.

"Vu les discours portées par Bolchegeek et Usul, le terme "libéral" est assez ridicule"

Usul :
- devient subitement muet, sourd et aveugle lorsqu'Assa Traoré, figure de proue de la gauche intersectionnelle combinant lutte contre le racisme, féminisme et bien sûr lutte des classes (non non c'est pas vrai on ne noie pas cette dernière dans tout le reste, c'est vraiment pas le genre de la maison), fait la couverture de Vogue ou un partenariat avec une marque de chaussures de luxe.
- ne lève pas le petit doigt quand Alstom est vendu à la découpe aux américains, des milliers d'emplois perdus dans la bataille (aucune vidéo, aucun twit, rien sur ce cas pourtant très symbolique en une dixaine d'années d'activitisme web ; le racisme d'Etat, la montée du fascisme no pasaran, le patriarcat systémique et les méchants policiers prenant déjà toute la place)
- partage les mêmes positions que le Medef sur la non-reglentation des flux humains (et donc une position inverse à celle de François Ruffin, Georges Marchais, Jean Jaurès et Karl Marx)
- est pour l'extension du capital au marché de la drogue
- nombre d'ouvriers, de routiers, de paysans, de policiers ou d'aide-soignantes dans son auditoire : zero.


- et, j'allais oublier, last but not least, ce "marxiste" (sic) est pour l'extension du marché capitaliste au corps humain, à travers la légalisation de la prostitution.

- Point 1 : Vous lui reprochez deux lignes plus tard de trop parler d'antiracisme, vous auriez préféré qu'il parle de ça plutôt que de l'énorme foutage de gueule des paris sprtifs, un sujet un chouilla plus important, en particulier pour la lutte des classes?

- Point 2 : La vente à la découpe d'Alstom précède son arrivée chez médiapart, par contre il a fait des vidéos sur la vente à la découpe de l'Hopital, a rappelé que la situation était la même dans plein de secteur comme la poste et a parlé de la privatisation scandaleuse de la française des jeux. Dans ces lives twitch il a clairement parlé du sujet Alstom d'ailleur.

- Point 3 : Sources? Parce que je ne l'ai jamais vu tenir des positions de no border, juste des positions internationalistes.

- Point 4 : Non, ça viens d'où ce délir?

- Point 5 : Hanouna est très écouté dans les classes pop, ça en fait un anti-libéral? Le monde Diplo est encore plus restraint dans son lectorat, ça l'exclue de la gauche anti-libéral? (Au passage j'ai déjà traité ce point en long et en large dans mon précédent message).

- Point 6 : En quoi légaliser un marché déjà endémique c'est être pour son extension? Quand on en est à ce niveau, la légalisation n'étand pas le marché, par contre ça permet de faire bénéficier aux travailleur du droit du travail.

Et pour Bolchegeek, vous dites quoi?

"vous auriez préféré qu'il parle de ça plutôt que de l'énorme foutage de gueule des paris sprtifs"
Tiens donc, expliquez-moi donc pourquoi parler de l'un empêcherait de parler de l'autre ? Un petit twit pour défoncer le retournement de veste pathétique d'Assa Traoré face aux capitalistes me suffisait pour conclure qu'Usul est un marxiste authentique. J'en demandais pas plus. Mais, étrangement, celui-ci n'est jamais venu.

"La vente à la découpe d'Alstom précède son arrivée chez médiapart"
Son activisme politique sur twitter et youtube précède largement son arrivée chez Médiapart. On ne l'entend jamais ni la dessus, ni sur l'UE ni sur aucun sujet qui metterait vraiment en danger le capital d'ailleurs. Etrange non ? (Après j'imagine qu'il doit penser que c'est fasciste de vouloir sortir de l'UE.)

"(Usul) a rappelé que la situation était la même dans plein de secteur comme la poste et a parlé de la privatisation scandaleuse de la française des jeux."
Mais pourquoi vous me parlez de privatisations alors que je vous parle de salariés du privé sacrifiés sur l'autel de la mondialisation ? Quel est le rapport ? En quoi la situation de la Poste est comparable à celle d'Alstom ?? La Poste a été revenu à Amazon et on m'a rien dit ? On le sait que l'extreme-gauche libérale s'accroche aux salariés du service public comme une moule à son rocher parce que les 3 électeurs qui votent encore pour eux sont un prof et deux facteurs. Mais c'est pas une raison pour s'en servir systématiquement comme boucliers humains. 


Par ailleurs, vu que vous connaissez si bien le travail d'Usul, pourquoi ne pas citer en contre-argument, toutes les sources des centaines d'interviews, de reportages qu'Usul a livré sur les ouviers français dont les usines ont été délocalisées ?


"Dans ces lives twitch il a clairement parlé du sujet Alstom d'ailleur."
Sources ?

"- Point 4 : Non, ça viens d'où ce délir?"
De .

"- Point 6 : En quoi légaliser un marché déjà endémique c'est être pour son extension ?"
Parce que vous croyez que les capitalistes vont laisser passer une telle occasion servie sur un plateau par la gauche et l'extrême-gauche d'étendre le Capital au corp humain (ceux des femmes en l'occurence, ce qui n'a pas l'air de déranger tous nos néo-féministes, mais passons...) ? On vous a dit pour Karl Marx et Prouhdon ou vous vous êtes arrêté à Olivier Besancenot et Marlène Schiappa ?

"Les classes pop"
Pourquoi n'écrivez-vous jamais le mot "populaire" en entier ? Pourquoi ne garder que les trois premières lettres, minoritaires et parfaitement compatibles avec la langue de la mondialisation ?

" Tiens donc, expliquez-moi donc pourquoi parler de l'un empêcherait de parler de l'autre ? "
Le fait qu'il fasse une seule émission par semaine.

 "Un petit twit "
Je considère que c'est une connerie pour quelq'un qui s'occupe de médias de rester collé à twitter. On ne peu pas y avoir une vrais pensée, que du binaire, pas de subtilitée.

" On ne l'entend jamais ni la dessus, ni sur l'UE ni sur aucun sujet qui metterait vraiment en danger le capital d'ailleurs. Etrange non ? "
Non, ça c'est très faux, sa position sur ces sujets est assez marqué.

" Mais pourquoi vous me parlez de privatisations alors que je vous parle de salariés du privé sacrifiés sur l'autel de la mondialisation ? "
Parce que la mécanique est la même, sacrifice de souverainté et de l'interet des salariées au service du capital.

" La Poste a été revenu à Amazon et on m'a rien dit ? "
Parce que donner à d'autre son marché pendant qu'on détriuit des jobs et des emplois c'est vraiment très différents...

" On le sait que l'extreme-gauche libérale s'accroche aux salariés du service public comme une moule à son rocher parce que les 3 électeurs qui votent encore pour eux sont un prof et deux facteurs. Mais c'est pas une raison pour s'en servir systématiquement comme boucliers humains. "
Evidement, et c'est pour ça qu'il parle aussi des salariées de Mc Do... Un autre vivier des électeurs libéraux je suppose?

" Par ailleurs, vu que vous connaissez si bien le travail d'Usul, pourquoi ne pas citer en contre-argument, toutes les sources des centaines d'interviews, de reportages qu'Usul a livré sur les ouviers français dont les usines ont été délocalisées ? "
Parce que je ne suis pas abonné à sa chaine twitch où il fait des revues de presses sur ce genre de sujet, il faut être abonné pour avoir accès aux replay.

" Sources ? "
Abonnez-vous, je n'ai pas les tunes de mon côté, gagnant très nettement moins de 2500 euros par mois. Je me contente du directes et des rares redifs youtubes.

" De . "
Et plus précisément? Parce que je ne vois ça nulpart.

" Parce que vous croyez que les capitalistes vont laisser passer une telle occasion servie sur un plateau "
Parce que vous croyez qu'ils ont attendus la légalisation d'un marché pour en bénéficier? Surtous qu'ils peuvent profiter du fait que les travailleuses soient en situation illégale pour les écraser... Là c'est vous qui êtes extrèmement naïf (Ma remarque marche globalement aussi pour le marché du canabis).

" On vous a dit pour Karl Marx et Prouhdon ou vous vous êtes arrêté à Olivier Besancenot et Marlène Schiappa ? "
En fait, je suis à peu près sure de mieux maitriser le sujet que vous vu comment vous manipulez mal le concepte "d'armée de réserve", on peu ajouter beaucoups d'autres auteurs d'ailleurs Grmasci, Elisé Reclu, Bakounine, etc.

" Pourquoi n'écrivez-vous jamais le mot "populaire" en entier ? "
Parce que je trouve l'usage complet du terme accadémique "classes populaire" pompeux et condesendant.

" et parfaitement compatibles avec la langue de la mondialisation "
Ou alors avec le parlé populaire...

"vous manipulez mal le concepte "d'armée de réserve""
En quoi je le manipule mal ?

"Parce que vous croyez qu'ils ont attendus la légalisation d'un marché pour en bénéficier?"
Si c'est le cas, pourquoi Usul n'appelle-t-il pas à ce que des mesures sérieuses soient prises pour que les capitalistes n'alimentent plus le marché des corps humains et de la drogue ? Pourquoi, plutôt que d'endiguer le problème, souhaite-t-il au contraire "faire avec" comme le premier sous-réformiste venu ? Pourquoi semble-t-il penser, à l'image de Margareth Thatcher, qu'il n'y a "pas d'alternative" et que "c'est le plus vieux métier du monde on peut rien y faire" ? Enfin pourquoi, si Usul n'est pas un libéral, veut-il libéraliser ?

"Et plus précisément? Parce que je ne vois ça nulpart."
Vous ne comprennez pas le français ? "Les écolos vous voulez pas légaliser la weed ?" me paraît assez clair comme position. Mais vous allez sûrement me dire que "légaliser la weed" ne changera rien pour les capitalistes qui de toutes manières ne cherchent jamais à dépasser les limites morales et sociales (très fortes dans la population concernant la drogue et la prostitution) pour ouvrir de nouveaux marchés.

"Abonnez-vous, je n'ai pas les tunes de mon côté"
Mais je compte bien le faire. Quels replays faut-il que je regarde (donnez moi les dates à peu près, de mémoire, je ne suis pas difficile) :
- pour son appel franc et massif à une sortie de l'UE ?
- pour ses soixante reportages sur le site de Whirlpool que j'ai raté ?
- pour sa couverture des premières semaines des gilets jaunes, quand il les a soutenu inconditionnellement et sans les prendre de haut comme tout le reste de l'extreme gauche libérale ?
- pour sa prise de distances avec l'égérie de l'intersectionnalité récemment convertie dans la publicité pour chaussures de luxe ? (parce que si twitter n'est pas assez subtil pour quelqu'un comme Usul (qui malgré son intelligence et sa sophistication twitte trois fois par jour), j'imagine qu'il a du déjà faire un Twitch de six heures pour expliquer à son auditoire rempli de marxistes pourquoi Assa Traoré était une contre-révolutionnaire à ranger à côté de Daniel Cohn Bendit.)

En quoi je le manipule mal ?
Vous vous concentrez, visiblement, integralement sur la question de l'immigration à ce sujet, en oubliant que les principaux facteur c'est plutôt l'évolution de la productivité ou le travail au noir. Et que les mécaniques sur l'immigration sont aussi plus complexes.

Si c'est le cas, pourquoi Usul n'appelle-t-il pas à ce que des mesures sérieuses soient prises pour que les capitalistes n'alimentent plus le marché des corps humains et de la drogue ?
Peu être parce qu'il le fait, par exemple en proposant la supression total du rôle des capitalistes en promouvant le projet de Friot...

 "c'est le plus vieux métier du monde on peut rien y faire" ?
Ce métier n'est pas le plus vieux métier du monde, c'est un métier qui est apparue avec la création de la monaie-dette. Si on supprime ce mécanisme, grâce au projet de Friot par exemple, et ce métier tombera en désuettude, où en tout cas sera non-capitaliste pour ses éventuelles survivances.

Vous ne comprennez pas le français ? "Les écolos vous voulez pas légaliser la weed ?"
Exemple possible de "légalisation de la weed", le monopôle d'Etat façon Seita...

Mais vous allez sûrement me dire que "légaliser la weed" ne changera rien pour les capitalistes qui de toutes manières ne cherchent jamais à dépasser les limites morales et sociales (très fortes dans la population concernant la drogue et la prostitution) pour ouvrir de nouveaux marchés.
Vous ne me lisez même pas apparement, je vous ait déjà dit l'exacte inverse, les capitalistes fournirons un marché même si il est illégale et pour ces deux sujets, ils le font déjà.

- pour son appel franc et massif à une sortie de l'UE ? 
L'Europe, c'est le sujet de discorde principale entre Hamon et Mélenchon en 2017 et Usul était clarement derière Hamon. Mais les seuls à proposer une sortie sèche de l'UE ce ne sont pas les marxistes, ce sont les gaulistes (Asselineau, Philippot...), la gauche elle propose d'abord de se poser la question du "pourquoi".

- pour ses soixante reportages sur le site de Whirlpool que j'ai raté ? 

Whirlpool c'est la circo de Rufin, mais il y a plein d'autres luttes sociales dans le pays, et Usul évoque le sujet du monde du travail très, très régulièrement, le dernier sujet c'est le statut des autoentrepreneurs et l'avant dernier c'est l'assurance chômage...

- pour sa couverture des premières semaines des gilets jaunes, quand il les a soutenu inconditionnellement et sans les prendre de haut comme tout le reste de l'extreme gauche libérale ? 
Sa première évocation des gilets jaunes avait une semaine de retard, et il s'en est escusé, mais il ne les prenais pas de haut. Il s'est foutue de la gueule des urbains qui les traitent de bouzeux par contre. 

- pour sa prise de distances avec l'égérie de l'intersectionnalité récemment convertie dans la publicité pour chaussures de luxe ? 

Aucune idée, je n'ai pas regardé ses twitchs récents, mais je ne l'ai pas vu faire de vidéos pour dénoncer ceux, comme JDG, qui se financent avec les placements de produits. Pourquoi vous ne lui demandez pas plutôt de se désolidariser avec ceux qui font des "sponsos" pour des machines à frics comme "Raid Shadow Légend"?

PS : vous pensez que le monde diplo a fait un "virage libéral"?

Par ailleurs remercions ASI de diffuser le passage de Papacito critiquant les petits bourgeois de Mediapart, mais il serait intéressant d'aller un peu plus loin en comparant la sociologie des spectateurs d'Usul et autres Bolchegeek de ceux de Papacito et Valek pour voir qui touche le plus les classes populaires. Mais ça risquerait d'un peu trop de remettre en cause le virage libérale d'une gauche et d'une extrême gauche qui ne parle plus à personne de payé en dessous de 2500€ par mois.


C'est vraiment n'importe quoi ce discours; déja faudrait voir à pas confondre capital économique et capital culturel; et le spectateur typique d'Usul ou de Bolchegeek c'est plutot soit des prolos; soit des précaires ou étudiants avec un capital social élevé. 

C'est quand même un grand classique de l'extreme droite de traiter les gens de bourgeois dés qu'ils ont plus de dix mots de vocabulaire où qu'ils sont allés à l'université (comme beaucoup de jeunes de classes populaires quoi); particulier si ils sont racisés d'ailleurs tiens. 

Et puis parler de virage liberal de l'extreme gauche bon; dites les termes; vous voulez dire la gauche qui en a quelque chose à foutre des questions de racisme systémique et de féminisme; tout en continuant le combat contre le capitalisme; en opposition à la "gauche" marianne qui passe sa vie à faire "ouin ouin les racialistes anglo-saxons" avec zero intérêt pour les mouvements sociaux et la défense effective des interets des classes populaires dans leur ensemble.

*soit des précaires ou étudiants avec un capital culturel élevé

remplacer par un racisme anti afrique du nord

Le raptor ou Ismaïl Ouslimani est né le à Orsay3 et est issu d'une famille algérienne kabyle.



Je n'ai aucune idee d'ou alexis ou grrrz sortent leur chiffres sur la sociologie des spectateurs d'usul ou autre. SI vous avez des sources je suis preneur.


je n'ai pas de source; c'est plutôt un ressenti à la suite de discussions et de lecture des chats en question; et de plusieurs sondages informels sur les professions des uns et des autres.  Ce serait intéressant de faire une étude; mais par contre affirmer que ça parle que "à la gauche qui gagne plus de 2500 balles" je sais que c'est faux.  

Sinon moi qui suit la cible; pour info; j'ai un BTS (bac +2 donc); je gagne moins de 1500 euros par mois; et je fait partie des "professions intellectuelles supérieures" pour le dire vite. Je prétend pas généraliser mais je suis déja loin du bourgeois à haut salaire décrit plus haut (et je suis même pas allé à l'université).

Le critere principal me semble etre la categorie d'age (on va dire entre 20 et 40ans) plus que le revenu. Plutôt des personnes citadines.

Je ne trouve pas qu'usul parle a la gauche qui gagne plus de 2500 mais dur a dire qu'elle serait le profil moyen d'un de ces viewers a 30ans.


C'est malheureusement un grand classique de traiter les autres de bourgeois et vous tombez dans ce travers en placant la barre a ceux qui gagnent plus de 2500. 

Le probleme c'est que la localisation de la source de revenue a un immense impact sur le niveau de vie. gagner 2500 a la campagne n'a rien a voir avec gagner 2500 dans un grand centre ville.

C'est Bernard qui a parlé des 2500 euros.

Le critere principal me semble etre la categorie d'age (on va dire entre 20 et 40ans) plus que le revenu. Plutôt des personnes citadines.

Je ne trouve pas qu'usul parle a la gauche qui gagne plus de 2500 mais dur a dire qu'elle serait le profil moyen d'un de ces viewers a 30ans.


le critère de l'age est propre à twitch. et c'est effectivement pas moi qui parlait de gagner 2500 euros , même si je considère que c'est une somme qui permet de vivre n'importe où sans problèmes et dans le confort. Je vis dans le centre-ville d'une grande ville sinon, pour appuyer votre sociologie; et je ne me considère pas comme précaire.

" remplacer par un racisme anti afrique du nord 

Le raptor ou Ismaïl Ouslimani est né le à Orsay3 et est issu d'une famille algérienne kabyle."


Ca ne veut pas forcément dire grand chose sur une personne en particulier, ce ne serait pas la première personne à jouer contre (certains de) ses intérêts. Il y a bien eu (et il y a encore) des femmes anti-féministes qui furent (ou sont) contre le droit de vote des femmes, ça n'invalide pas pour autant le sexisme de la société dans laquelle elles vivent ou le fait qu'elles soutiennent des idéologies politiques réactionnaires. L'arbre ne peut cacher la forêt. Ou alors je n'ai pas compris votre intervention...?

Le feminisme a beaucoup de liens avec le racisme mais vous allez trop loin.

Les femmes "anti-feministes" le sont car elles ont une vision genre de la société. Le feminisme va a l'encontre de leurs interets a avoir des roles bien definis.

Question provocative : Est ce que Le RN qui va proposer pour la 3e annee consecutive une femme comme presidente a fait par cette acte plus pour le feminisme que toutes les luttes de ces 10 dernieres annees ?


Le racisme est tres different la dessus. Par exemple, il n'y a pas de projet de societe defendu par les noirs dans lesquel les noirs se voient comme ayant des capacites et donc des fonctions differentes des blancs.

En ce qui concerne le raptor, vous nous faites l'argument de la haine de soit pour expliquer son racisme nord africain. Mais a un moment il va falloir expliquer ce qu'est le racisme qui est un terme complètement flou et changeant.

Le terme d'extrême-droite (et de fasciste d'autant plus) est récusé par tout le monde parce que sa réalité est la paranoïa, l'auto-destruction et l'humiliation systématique. Les nazis voulaient rendre son prestige à leur nation, ils ont fini défaits et humiliés, ils peuvent dire merci aux vainqueurs d'avoir été sympas, par rapport au traité de Versailles, l'Allemagne aurait pu être mise sous tutelle... Il n'y a pas besoin de "la gauche", "extrêm-droite" c'est infamant pour tout le monde, d'où tous les raisonnements visant à annihiler la dissonance cognitive, du type "Je ne suis pas raciste MAIS...".


Quant au refrain classique sur l'abandon des classes populaires, soi-disant parce que "la gauche" aurait favorisé les immigrés, on notera déjà que la trahison du PS aura des répercussions longtemps et qu'il faudra passer les 30 prochaines années à tenter de s'en démarquer (mais bon c'est tellement facile de se déclarer de gauche, Hitler l'a fait...). On notera aussi que Usul et Bolchegeek parlent tellement de lutte des classes qu'il osent parler de remise en cause de la propriété privée des moyens de production, chose que jamais les petits crypto-fachos de youtube ne se risqueront à faire (vous racontez donc n'importe quoi, je les suis et je vous engage à le faire au lieu d'inventer des bêtises). S'ils ont du mal à toucher les prolos "blancs", ce n'est pas du fait de leur féminisme et de leur antiracisme, le Monde Diplomatique, qui place dès qu'il le peut une pique sur le "prêchi-prêcha venant des universités américaines", ne les touche pas plus.

Peut-être aussi que pas mal de prolos sont plus sensibles au discours qui veut que ça irait mieux s'il y avait moins d'immigration et qu'on ne les reprenait pas pour leurs blagues sexistes sur leur lieu de travail. Les classes pop ne sont pas parfaites par définition, perso je n'ai pas envie d'opiner à tout ce qu'elles disent par principe. Si Papacito et ses potes parlent aux prolos, c'est parce qu'ils sont démagos. Eux veulent pouvoir continuer à étaler leur sexisme crasse (entre autres) sans se sentir jugés par le reste de la société, c'est à peu près tout.


Au lieu d'intimer à la gauche de ne pas faire ceci ou cela, montrez le chemin et on vous suit. Qu'est-ce qu'il faut faire pour attirer les classes populaires ? Abandonner les combats féministes et antiracistes ?  Ou se rendre compte que ces combats-là ne feront rien d'autre que de souder les classes populaires ? Il y en a un paquet qui ne vous suivront plus si le projet c'est de mettre au centre du discours le petit mec blanc prolo, du coup la stratégie qui consiste à les faire taire ou à les ignorer, elle mène où exactement...? Moi je tenterais le pari suivant : si la gauche ne parle plus aux classes pops c'est parce qu'elle pense qu'il faut chasser à droite. Au lieu d'être fidèle à elle-même...

"Quant au refrain classique sur l'abandon des classes populaires, soi-disant parce que "la gauche" aurait favorisé les immigrés"
La gauche a écrit noir sur blanc qu'elle abandonnait les classes populaires pour favoriser les jeunes, les femmes et les populations immigrées dans le rapport Terranova de 2012. Vous pouvez nommer cela "un refrain classique" si ça vous permet de dormir la nuit, c'est pourtant (campagne LFI 2017 mise à part) un refrain classique qui décrit une réalité indéniable.

"Usul et Bolchegeek parlent tellement de lutte des classes qu'il osent parler de remise en cause de la propriété privée des moyens de production"
Oui ponctuellement ils sortiront, pour des raisons rhétoriques, deux-trois concepts de Marx, mais en restant toujours flous, en surface, et pour mieux, la minute qui suit, proner des thèses totalement contradictoires avec le marxisme, par exemple le sans-frontièrisme ("confondu" par la gauche depuis des années avec l'internationalisme) ou l'extension du capital au corps des femmes (une obsession tout à fait étonnante chez Usul depuis le début de sa carrière politique). Pour vous donner une image parlante, c'est un peu comme si quelqu'un se définissait "patriote français" tout en tournant des vidéos pronant le whisky écossais, les cigares cubains et le fétichisme des armes à l'américaine.

"Peut-être aussi que pas mal de prolos sont plus sensibles au discours qui veut que ça irait mieux s'il y avait moins d'immigration"
Peut-être parce qu'étant aux premières loges, les gens ordinaires ont bien compris, contrairement à toute cette gauche dont les pieds ne touche plus terre depuis 83, que l'immigration est un des leviers les plus puissants du patronnat pour faire pression à la baisse sur les salaires (Marx mettait ça dans le "prolétariat latent".) A moins que vous trouviez "démago" ou "fasciste" de faire ce simple constat pourtant vérifiable pour qui sait lire  une intervention de Pierre Gattaz ou le journal de ce matin.

Je serai enfin bien en peine de vous orienter sur le chemin que vous cherchez, mais par contre je ne saurais que trop vous conseiller (à vous comme au spectateur de Papacito) de lire Karl Marx. Vous risquez d'être déçus au début par l'absence d'utilisation de mots comme "gauche", "gauchiste" ou même "droite" dans Le Capital, mais c'est un sentiment qui passe très vite.

"La gauche a écrit noir sur blanc qu'elle abandonnait les classes populaires pour favoriser les jeunes, les femmes et les populations immigrées dans le rapport Terranova de 2012."

Bernard vous commettez une erreur en assimilant "la gauche" à Terra Nova (et réciproquement). Il existe bien d'autres tendance que celle représentée par ce think tank qu'on pourrait plutôt classer au centre. Comme le dit très bien Pierre Hosteins, c'est un mythe savamment entretenu par l'extrême-droite de dire que "La gauche" a abandonné les classes pop, en s'appuyant toujours sur les exemples très limités qui l'arrangent bien (le PS, un passage d'un rapport de Terra Nova) en oubliant toutes les autres tendances qui montrent qu'il est tout à fait possible de défendre les ouvriers et les immigrés, les minorités sexuelles et les classes populaires, etc. Quoiqu'on en pense, je ne crois pas que le PC, LFI, le NPA, le Monde Diplo, Lordon, Ruffin, etc. aient abandonné la défense des classes pop. 

Que certaines parties des classes pop ne s'y reconnaissent pas malgré tout, c'est un problème qui existe depuis le début de l'ère ouverte par la Révolution française: le fait que la droite et parfois l'extrême-droite réussissent, avec une certaine efficacité il faut malheureusement le reconnaitre, à détourner leurs frustrations vers l'étranger plutôt que le patron et à jouer sur la peur du déclassement ou la crainte de perdre le peu qu'on a (c'était pour cela que les ruraux votaient massivement à droite au XIXe, convaincus que les "rouges" (les républicains à l'époque) allaient les saigner avec les impôts et diviser leurs maigres propriétés. On retrouve cela en plus caricatural aux EU avec le "privilège blanc", mobilisé de manière plus ou moins directe par les républicains depuis les années 1960 (et la mise en place des droits civiques, de l'affirmative action) : dire aux petits-blancs des classes pop que leur ennemi c'est le noir des classes pop, et que s'ils votent sagement pour les conservateurs, ils garderont toujours au moins ce "privilège" de n'être pas les derniers et de pouvoir continuer à se sentir supérieurs. On voit comment cet argument classique de l'alt-right est en train de se diffuser en Europe, y compris à travers le genre de commentaire auquel je réponds.

«La gauche a écrit noir sur blanc qu'elle abandonnait les classes populaires pour favoriser les jeunes, les femmes et les populations immigrées dans le rapport Terranova de 2012»


Terranova c'est «la gauche» maintenant? Ce serait plutôt le PS, et même au sein du PS, nombreux sont ceux qui ont dénoncé ce rapport.


«Peut-être parce qu'étant aux premières loges, les gens ordinaires ont bien compris, contrairement à toute cette gauche dont les pieds ne touche plus terre depuis 83, que l'immigration est un des leviers les plus puissants du patronnat pour faire pression à la baisse sur les salaires»


Ouu la lààà encore un discours qui veut masquer les obsessions frontistes comme étant de gauche. Le chômage structurel est un outil bien plus efficace, ainsi que toutes les mesures légales de droite pour favoriser ces levier. Intégrer pleinement les immigrés, les protéger pleinement par l'Etat de droit, et les intégrer aux luttes est au contraire la voie de la gauche, contrairement à les laisser dans la précarité qui permet aux patrons de les exploiter.

"Terranova c'est «la gauche» maintenant? Ce serait plutôt le PS, et même au sein du PS, nombreux sont ceux qui ont dénoncé ce rapport."

Mais oui bien sûr. Et ça n'a influencé personne, d'ailleurs tous les jours on voit Clémentine Autain, Éric Coquerel, Usul et Benoît Hamon faire des allers retours vers les usines du nord de la France pour aller parler aux ouvriers et les convaincre de voter pour eux plutôt que pour le RN. Ce ne sont absolument pas des gens qui se servent des minorités comme du nouveau masque de la gauche caviar (ou devrait-on dire maintenant, de la "gauche louboutin").

Par ailleurs je suis étonné d'apprendre que Terra Nova est un "mythe entretenu par l'extrême-droite" et que l'instrumentalisation de l'immigration par le MEDEF est en réalité un complot frontiste qui se fait passer pour de gauche (???). Et que "le chômage structurel est un outil bien plus efficace" quand bien même ce chômage structurel serait alimenté depuis 1960 par les flux migratoires. 


Vous rendez-vous compte que vous êtes en train de dire que le discours du patronnat est de gauche et que Karl Marx, Jean Jaurès et François Ruffin (qui sont tous pour une limitation des flux humains aux frontières) sont d'extrême-droite ?


PS : Je remarque que beaucoups de gens ici semblent avoir du mal à écrire le mot "populaires" en entier ("classes pop"), phénomène pour le moins... intéressant qui doit intriguer les psys qui passent dans le coin...

" Mais oui bien sûr. Et ça n'a influencé personne, d'ailleurs tous les jours on voit Clémentine Autain, Éric Coquerel, Usul et Benoît Hamon "
En fait, oui, c'est exactement ce que font des gens comme Coquerel et Autain, mais il ne le font pas trop dans le nord car La FI a d'autres députées dans le Nord.
Je ne sais pas pour Hamon, et Usul ne pousse globalement pas les gens à voter...

" Par ailleurs je suis étonné d'apprendre que Terra Nova est un "mythe entretenu par l'extrême-droite" "
Le mythe c'est d'imaginer la conjonction entre abandon des classes pop et le soutien aux imigrées, alors qu'on vois que la gauche bourgeoise (Jadot, Hidalgo, etc.) ont abandonnée les deux et LFI n'en a abandonnée aucuns.

" et François Ruffin (qui sont tous pour une limitation des flux humains aux frontières) "
Vous pouvez rajouter Autain et Coquerel alors, ils ont voté enssemble les mêmes amendements sur le sujet à l'assemblée, malgrès le fait que Autain ait signée une trubule à la con pas cohérente au même moment. Mais les textes de lois ont plus de poids que les tribunes purement déclaratives.

" phénomène pour le moins... intéressant qui doit intriguer les psys qui passent dans le coin... "
L'évolution des usages de la langue vers des abréviations, d'abord dans le parlé populaire, c'est plus un travail de linguiste.

Dommage, vous étiez à ça de faire une bonne critique de la gauche actuelle... une seule petite recherche google "*nom* visite grève usine" vous décrédibilise instantanément...


Coquerel

Autain


Je vous donne une critique bien plus pertinente à mon avis et qui concerne tant DS que Lucie Delaporte : 


1/ le non-soutient (hormis F.Ruffin) de la "gauche" aux populations victimes de la lutte des classes et du recul de l'état dans les campagnes, zones péri-urbaines pavillonnaires et zones rurales sinistrées


2/ Le manque de considération pour les cultures rurales et ouvrières des territoires français (mais valorisant les "maisons" parisiennes de différentes cultures ou les soirées théma d'Arte pour les indiens du chiapas ou les kiowas en lutte contre Bolsonaro), qui conduit ces urbains se réclamant de la gauche à confondre (volontairement?) la culture rurale avec sa caricature de droite (qui elle, confond terroire, patriotisme français et suprémacie de la culture -parce que supériorité génétique ne passe plus- européenne). Ces gauchos urbains-caviars, en dépeignant ainsi les positions de gauches dans l'espace médiatique, jettent dans les bras du RN ces classes populaires des campagnes qui ne comprennent pas que ces gauches caviars urbains aillent se battre pour valoriser la culture animiste, rurale et populaire des amérindiens, asiatiques et africains, et dénigrent, en la qualifiant de "beauf" (le beauf, le terme urbain pour ridiculiser les cultures campagnardes et populaires, amalgamant dans une même boite culture rurale, patriarcat, virilisme, suprémaciste blanc, anti-écologistes) ou les qualifiant de "ringarde" les cultures et habitudes rurales françaises.


Exemples  de confusions ou amalgames fâcheux:


- confondre bricolage low-tech de survie (voir la chaine de Barnabé Chaillot par exemple), se situant entre bricolage de la "meule" familiale, tuning d'une vieille bagnole et maison en adobe et paille, aux survivalistes racistes qui espèrent une bonne guerre sanglante,

- ne pas comprendre l'attrait dans ces milieux (vivants près, qui, d'un château, d'une église historique, d'un cimetière d'une grande guerre, d'un pont romain, d'un aqueduc) pour les cultures historiques européennes (comme l'AMHE) et son animisme celtisant/gauloisisant, foncièrement féministe et écologique (dieux celtes, littérature de fantaisy, fans de tolkien, recours aux rebouteux, sorcières et autres druidesses locales) et les confondre avec les suprémacistes occidentalistes; c'est à dire confondre l'attrait pour notre culture locale au delà de la révolution, sans se sentir plus fort ou plus légitime que d'autres cultures, avec les wagnériens cherchant à justifier une suprématie ou un côté "peuple élu" que pourtant d'autres cultures n'hésitent pas à revendiquer (ex : usa, religion juive, nationalisme chinois); 

- confondre l'attrait et la culture du jeux vidéos en milieu "pavillonnaire" (avec qq hlm et petits habitats low-cost collectifs) périurbain et rural (parce que il faut faire 50 km pour sortir dans ces endroits, et que donc le jeux vidéos, les films et séries depuis les distributeurs de dvd locatifs sont une activité de loisir peu couteuse et accessible partout) et les confondre avec les violents adeptes des ratonnades et papacito

- mettre dans le même panier : 

a/ les deux potes pêcheurs ruraux remettant le poisson à l'eau après sa prise, le week-end en tente au bord du lac et  b/ l'apnéiste des côtes maritimes, travailleur à la chaine la semaine, qui se ballade avec une arbalète ou une foëne et rapporte un crabe et deux poissons par semaine pour se dépayser et économiser le cout de protéines avec les gros virilistes urbains allant pêcher avec leurs hors-bords grosses cylindrées le thon à 2 miles des côtes depuis leurs maisons secondaires;

- confondre la ballade dominicale solitaire avec le chien et le fusil cassé sur l'épaule pour respirer l'odeur du sous bois et voir un lever de soleil sous une brume matinale avec les virilistes urbains en 4x4 allant chasser le lion en safari en Tanzani ou venant éclater du sanglier en battue ou la bourgeoisie Ancienne-France particulée allant chasser à cours le cerf le week-end dans les sociétés de chasse faisant payer les bagues de gibier et cotiser leurs clients, se délectant de tueries et mise à mort, et pour voir du sang gicler;

- confondre grande propriété terrienne faisant travailler des esclaves modernes comme ces maraichers millionnaires mafieux du sud de la France faisant venir des espagnols travailleurs-détachés et petite ferme paysanne faisant bosser de temps en temps des gitans, semi-nomades d'un département ou les jeunes au noir l'été pour faire vivre une propriété familiale où le "patron" se paie à peine 500 € par mois.




...et j'oubliai car Lucie Delaporte en parle de temps en temps : Ne pas comprendre que Kaamelott n'est pas une référence de suprémaciste de la culture française, car il y est dépeint les héros romantiques et guerriers du moyen-ages comme des nazes tire-aux-flans, indécis mais avec un bon fond humaniste qui préfigure les lumières, sans le côté sur-homme nietzschiéen (sauf Lancelot, qui est le suprémaciste autoritariste)....mais plutot justement signe d'un attrait tinté de second degré pour notre culture historique, ce second degré ne la dépeignant pas comme "meilleure" et ouvrant une distance entre intéret et magnification. Par ailleurs, cette culture y est présenté (à l'opposée de celle du puy du fou, parlant de destinée, de France fille et descendante élue du catholicisme) comme une culture historique faite de bric et de broc, matinée d'aléas, sans objectifs précis, faites par des hommes et des femmes pleins de faiblesses et de lacunes.


Bref, soit une lecture second degré de la chevalerie française dont se revendique les fachos avec leurs "division charlemagne" et compagnie; et donc l'inverse de ce que revendiquerait des gens prônant la supériorité des blancs sur d'autres cultures.

.. en conclusion, la culture kaamelott, c'est s'intéresser à nos cultures locales précédents la révolution, avec cette touche de second degré qui permet la distance à une idéalisation de celle-ci... cela montre justement que ces jeunes et ces adultes auxquels fait référence parfois Lucie Delaporte, sont dans les bras de l’extrême droite par défaut et abandon des autres, pas par gout.

"Coquerel

Autain"


Dommage, vous étiez à ça de faire une bonne critique de mon message, mais un seul petit coups d'oeil sur les dates des twits (précédant le virage gauchiste-l'UE-en-fait-ça-va de la FI) suffisent à vous décrédibiliser instantanément.

Il est quand ce "virage gauchistes" par curiosité?
Il a 4 jours?

précédant le virage gauchiste-l'UE-en-fait-ça-va de la FI 
Le discours de la FI sur l'UE est le même depuis 2016.

Sortir ce genre de trucs vous décrédibilise pas mal...

han làlà, j'ai pris la première sortie googole qui date de  ... 2018, oulala c'est viiiiieeeeeux 2018 ! Une époque où les dinosaures parcourraient la Terre !

... complétement has-been, tellement has-been 2018 que Papacito, Soral et vos amis y faisaient déjà leur propagande bas de plafond.


Sinon, on est d'accord, la gauche urbaine a laché les couches sociales péri-uirbaines et des campagnes depuis des années ! En fait déjà en 1981 à l'époque des Rocard,  Jacques Lang et Kouchner; et pour le PC, depuis Robert Hue cocotte. Donc ça ne date pas d'hier, et ok Clémentine Autain n'est clairement pas Ruffin, mais coquerel va au sortie d'usine et en zone campagnarde dans ses sorties !

Quant à Hamon, il a eu l'influence de Montebourg, donc savoir si c'est sincère est une autre paire de manches

ou l'extension du capital au corps des femmes


vous êtes au courant sinon qu'interdire la prostitution; ou même pénaliser les clients et les proxenetes (quand on sait qu'un logeur qui loue un appartement à une TDS est consideré comme tel); ça fout uniquement les TDS dans la merde? ou vous kiffez quand des gens précaires se font harceler par les flics; privé de revenus ou mettre en taule?


même discours sur les drogues hein; dépénaliser les utilisateurs quand on est de gauche (toutes les drogues); ça parait une évidence; on règle pas les problèmes d'addiction en foutant les gens en taule; ni d'ailleurs en interdisant la vente ou la consommation. Le capitalisme s'accommode très bien de l'illégalité de certaines drogues hein; tout comme ça l'arrange bien d'avoir des travailleurs immigrés illégaux qu'ils peuvent sous payer et à qui ils peuvent faire du chantage à la déportation.

Le bullshit sur "l'immigration qui arrange le medef" on connait aussi hein; les capitalistes ils n'ont pas besoin d'immigrés légaux (d'autant plus si on leur accorde l'équivalence des diplomes); ils peuvent exploiter les illégaux et pour le reste; ils exploitent directement les usines délocalisés.


Enfin bon vous tombez dans le panneau du pouvoir qui veut vous faire croire quand ça l'arrange qu'il est progressiste; antiraciste; féminisme; sans voir que tout ça c'est une façade pour mieux faire tout l'inverse derrière.

lisez ça tiens.


ah! je vois que nous somme d'accord sur le contrôle de l'immigration. :)

Donc du coups, si je suis bien votre "pensée", la SEULE ET UNIQUE manière de lutter contre la prostitution (en dehors de "foutre les gens en taule" et "harceler des gens précaires") est de donner aux proxenètes le droit inaliénable d'acheter et de vendre des corps humains (dans le respect du droit des femmes à se faire exploiter dans leur chair bien sûr) ?


Il est inenvisageable de coller le dealer et le proxénète au trou d'un côté, et d'aider les prostituées et les drogués à vivre dignement (sans prostitution et sans drogue, donc) de l'autre ? Pour vous c'est le trottoir ou rien ? Pas d'alternative ?


A moins que vous ne considériez la prostitution et le traffic de drogue comme émancipateurs et super de gauche ? Ca ferait de vous une personne libérale, ce que, j'imagine, vous n'êtes pas.


"Le capitalisme s'accommode très bien de l'illégalité de certaines drogues hein

Le capitalisme ne s'accomode jamais de rien, il s'étend. Il repousse systématiquement et sans pitié toutes les limites quelles qu'elles soient, hein.


"Vous tombez dans le panneau du pouvoir qui veut vous faire croire quand ça l'arrange qu'il est progressiste; antiraciste; féminisme"

Lol. De mieux en mieux. A quel moment j'ai dit que je considérais le pouvoir comme antiraciste et féministe ? Je suis en train de dire que celui-ci cherche à étendre le marché, son grand ami, au corps des femmes !! A moins qu'un tel pouvoir soit maintenant considéré par les gauchistes comme "féministe" ? A moins que vous ne trouviez ce genre de pouvoir "féministe" ?


"Le bullshit sur "l'immigration qui arrange le medef" on connait aussi hein"

Je suis navré de vous l'apprendre mais je crois que vous ne connaissez pas grand chose non.

Lisez ça tiens.

Donc du coups, si je suis bien votre "pensée", la SEULE ET UNIQUE manière de lutter contre la prostitution (en dehors de "foutre les gens en taule" et "harceler des gens précaires") est de donner aux proxenètes le droit inaliénable d'acheter et de vendre des corps humains (dans le respect du droit des femmes à se faire exploiter dans leur chair bien sûr) ?


J'ai dit ça? non.


Il est inenvisageable de coller le dealer et le proxénète au trou d'un côté, et d'aider les prostituées et les drogués à vivre dignement (sans prostitution et sans drogue, donc) de l'autre ? Pour vous c'est le trottoir ou rien ? Pas d'alternative ?


les lois abolos pourrissent en premier lieu la vie des prostitué-es. Allez voir "là où les putains n'existent pas" pour voir comme elles sont cool ces lois qui les traitent comme des enfants irresponsables et incapable d'autonomie qu'il faut absolument "aider"; surtout contre leur gré. Le travail du sexe recouvre des réalités diverses et qu'on peut pas résumer à "des pauvres victimes des proxénètes et du capitalisme". Leurs corps leurs choix. Accompagner les TDS à sortir de la prostitution; si il elles le souhaitent d'accord. Leur pourrir la vie pour les forcer; non. A part ça l'alienation du travail on la vie tous à differents degrés. 

Quant à la drogue; tant qu'elle est totalement illégale (à part les drogues légales); on la régule pas; elle profite aux marchés parallèles et criminels et renforce les comportements à risques; personne n'y gagne.


Sinon le coup de l'immigration comme outil du patronat encore une fois entendu et réentendu; je me fous que vous alliez chercher Marx pour vous justifier; c'est de la connerie je vous ai expliqué en deux phrases pourquoi. 

  • Du coups vous pensez également, j'imagine, qu'il ne faut surtout pas aider (aider ! quelle infantilisation ! quelle horreur ! quasiment le fascisme !) les travailleurs du bengladesh qui "choisissent" de travailler pour 1€ par jour parce que ce serait les traiter comme des irresponsables incapables d'autonomie, contre leur gré ? Que "leur corps leur choix" ?


Et d'ailleurs, vu que vous pensez que "leur corps leur choix", que vous semblez penser donc que la prostitution peut avoir des vertus émancipatrices et féministes, j'en déduis donc, d'après la définition du Larousse, que vous êtes pour un libéralisme total.


Définition du Libéralisme, d'après le Larousse :

  • "Doctrine économique qui privilégie l'individu et sa liberté ainsi que le libre jeu des actions individuelles conduisant à l'intérêt général. Doctrine politique visant à limiter les pouvoirs de l'État au regard des libertés individuelles. Attitude de compréhension qui pousse à la tolérance : Faire preuve de libéralisme dans ses opinions."


Par ailleurs je ne vais pas seulement chercher Marx pour me justifier, je vais également chercher, comme vous aurez eu le loisir de le lire plus haut, George Marchais, Jean Jaurès, ou encore François Ruffin, tous opposés à la libre-circulation des personnes. Personnalités, penseurs, politiques, philosophes, que vous avez brillament contredit en deux phrases. Un exploit intellectuel qui vient de terraser le monde de la pensée.

oui voilà je suis un méchant libéral parce que je souhaite qu'on ameliore les conditions de travail des travailleurs et travailleuses du sexe ici et maintenant plutôt que de les réifier et considerer que des gens qui n'ont aucune idée de ce dont ils parlent décident à leur place. c'est sur que pour vous ça doit paraitre ironique.

On vit sous le régime du capitalisme; on fait des choix qui n'en sont pas. On peut vouloir abolir le salariat et exiger en même temps des meilleurs salaires et conditions de travail ici et maintenant; c'est pas contradictoire. Vous êtes dans la caricature absolue.

Vous aimez bien faire du name dropping et lire le dictionnaire (quand on parle de reacisme vous sortez aussi la définition?). Essayez de penser par vous même peut être.

Pourquoi aurais-je besoin de copier/coller la définition de "racisme" ? Pour réfuter l'argument de quelqu'un qui m'accuserait de racisme alors qu'absolument rien dans mon discours, même de loin dans le brouillard, ne pourrait être pris comme tel ? A vrai dire je n'aurais même pas besoin d'en arriver là étant donné qu'une telle attaque ne déshonorerait que son hypothétique auteur.


Je n'ai jamais dit que vous étiez un méchant libéral. J'ai seulement dit que vous étiez un libéral, ce qui n'a rien d'insultant et que vous n'avez d'ailleurs même pas tenté de contredire. Je suis donc ravi de voir que vous assumez enfin pleinement d'être un gentil libéral.


Vous aimez bien, depuis le début de notre conversation, m'enjoindre à lire des articles et regarder des documentaires appuyant votre propos (vous n'avez donc, j'imagine,  pas vu ces documentaires ni lu ces textes étant donné que vous pensez en toute indépendance et, cela va de soit, vous appliquez à vous-même les leçons que vous prodiguez aux autres), pourquoi me repprocher de citer de simples définitions du dictionnaire ou les propos  de Jean Jaurès ou de François Ruffin ? Je vous avoue que je suis très étonné, d'autant que tous les noms que je cite sont des références classiques du socialisme, parfaitement consensuelles sur un site comme arrêtsurimages. Je ne vois pas ce qui vous dérange. A moins que, mais ça m'étonnerait, vous ne rejettiez ce courant de pensée ?

Le problème, Bernard, c'est que vous simplifiez trop la position de Jaurès, qui a été, à l'instar de tout celle de tout le courant socialiste, très nuancée et évolutive sur le sujet épineux de l'immigration. Les socialistes de la fin XIXe et du début du XXe ont toujours été pris entre des injonctions contradictoires : d'un côté la promotion de l'internationalisme ("prolétaires de tous les pays...") et de l'idée que le véritable ennemi de l'ouvrier national, ce n'était pas l'immigré, mais le patron; de l'autre la protection des travailleurs nationaux menacés par la pression à la baisse que pouvait induire l'immigration de travailleurs étrangers. Progressivement, ils (moi aussi je simplifie parce qu'il y avait de nombreuses tendances socialistes) ont trouvé une manière de conjuguer les deux tout en se distinguer ainsi du camp nationaliste (la bascule en France s'est notamment faite au moment de l'affaire Dreyfus): insister sur l'élévation des droits sociaux pour tous (étrangers comme nationaux) et partout, ce qui permet par contrecoup de limiter l'intérêt de recourir à une main d'oeuvre étrangère. On conçoit bien qu'il s'agit d'une toute autre réponse (par le haut) que celle qui consiste à vouloir fermer les frontières et expulser les étrangers pauvres, sans vraiment proposer autre chose en matière de réduction d'inégalités. C'est d'ailleurs un trait commun aux extrêmes-droites de tous les pays que cette sorte de "left-washing". Dès qu'on gratte un peu, on voit que leur défense des travailleurs se limite en fait à la fermeture des frontières, mais qu'ils n'ont aucune proposition pour renverser les rapports de domination, que ce soit à l'échelle nationale ou internationale, bien au contraire (regardez la Hongrie de Orban, les EU de Trump, les Brexiters, le programme de Le Pen, malgré ses inflexions récentes...). Ce pourquoi on a parfois pu employer l'expression "national-libéralisme" ou "libéralisme autoritaire" à leur sujet. Je ne sais pas trop où vous vous placez, et je le dis sans animosité, mais votre insistance (obsession?) à vouloir faire de la question migratoire l'alpha et l'oméga d'une conscience de gauche, en laissant non seulement de côté toutes les nuances que je rappelais, mais aussi tout ce qui fait aussi partie de cette culture politique, comme l'internationalisme, la défense des minorités dominées, et en faisant même comme si tous ces combats étaient inconciliables, me parait un peu troublant pour un homme qui fait profession d'en avoir une (de conscience de gauche).

Sur les 13 messages que j'ai posté sur cette page, 4 parlent d'immigration. Vous trouverez en les parcourant beaucoup d'autres sujets : le libéralisme d'Usul et Papacito, la prostitution, le pseudo-maxisme de Soral, Alstom, la drogue, l'UE, les gilets jaunes, les partenariats entre Assa Traoré et les marques de luxe, l'étrange manière d'écrire le mot "populaire", Terra Nova ou encore le féminisme. En revanche il est vrai que certains membres de ce forum (vous par exemple), me répondent uniquement sur l'immigration, m'invitant donc à contre-argumenter. Une "insistance" et une "obsession" que, pour ne rien vous cacher, je trouve assez curieuse. Pourquoi ne pas m'avoir répondu sur Alstom ou sur l'UE ?


Après, loin de moi l'idée de trop déranger les habitudes de ce forum. Si la gauche souhaite absolument mettre ce sujet sous le tapis alors que l'écrasante majorité des classes populaires de tous les pays (algériennes, françaises, chinoises, américaines...) est pour une réduction des flux humains, c'est son choix. Libre à elle de se tenir à distance des préoccupations du peuple. Ce ne serait pas la première fois ni la dernière. De plus si certains ressentent une gêne dès que le mot "immigration" est prononcé au point de s'imaginer qu'il est prononcé trois fois, il m'est tout à fait possible de changer de sujet. Je peux tenir une discussion sans problème sur la culture de la tomate ou sur les films de James Cameron.

Ceci étant clarifié, peut-être aurez-vous au moins la courtoisie de me permettre de répondre à vos arguments sans m'accuser implicitement, derrière, de vouloir rétablir le 3eme reich ou encore de vous gratter la tête en vous demandant "où je me place", quand bien même mes références depuis 13 messages seraient uniquement, clairement et sans aucune ambiguité, des références socialistes.

Je ne vois pas ou vous avez lu que Jaurès ou n'importe quel autre membre du mouvement socialiste depuis sa naissance voulait "expulser les étrangers pauvres". Une telle mesure serait indécente, un moyen lâche pour un pays de ne pas assumer ses actes. Je ne comprends pas où vous êtes aller chercher ça. J'ai l'impression que vous amalgamez le discours de Zemmour et celui de Jaurès. De plus, vous m'accusez de trop "simplifier" la position de Jaurès, alors que j'ai pourtant pris le temps d'aller chercher un extrait où il disait noir sur blanc qu'il voulait un "socialisme douanier" non pour des raisons "chauvines", mais pour des raisons économiques. "Substituer l'internationale du bien-être à l'internationale de la misère" ce n'est pas assez nuancé pour vous ?

Par ailleurs, je n'ai jamais fait "comme si" l'internationnalisme et la défense des minorités étaient inconciliables avec l'idée de socialisme. Puisque (le fait que ce ne soit pas une évidence et que je doive me justifier la-dessus en dit très long) c'est tout le contraire. Il n'y a qu'en affirmant la nation (et donc les frontières qui la définissent) que l'internationalisme a du sens. En effet "internationalisme" signifie "entre les nations" et non "pas de frontières", contrairement à ce que répète en boucle le NPA et assimilés. Sans nations, pas d'internationalisme. Un monde sans frontières n'est que l'autre nom de la mondialisation attalienne. 


L'internationalisme, c'est l'alliance des prolétaires entre les pays, comme vous le rapellez, pour empêcher le patronat d'augmenter la plus-value en jouant sur la concurrence grace aux écarts de salaires entre pays pauvres et pays riches. Croire que l'on pourra réguler ça en aval des mouvements migratoires est au mieux naïf. Quelques soient la teneur de "l'élévation des droits sociaux pour tous" que vous apellez de vos voeux, les immigrés venus de pays où les salaires sont plus bas accepteront automatiquement d'être payés moins cher que les salariés locaux, ce qui aura pour effet de faire pression à la baisse sur les salaires, faciliter les licenciements, ect (et je ne parle même pas des immigrés venant de pays sans culture syndicale qui sont des cibles parfaite pour le patronnat)... Et ce sans que - je sens bien qu'il faut que je le précise avant qu'on m'accuse de mal penser - ce soit de la faute des immigrés ou de celle des locaux, mais bien celle des capitalistes.

Pourquoi ne pas m'avoir répondu sur Alstom ou sur l'UE ? 
Peu être parce que votre point de vu fait concensus sur le sujet?

est pour une réduction des flux humains, c'est son choix. 
Et c'est encore un truc qui fait concensus. Le petit truc c'est qu'il y a un très lourd désacord sur le "comment", et sur le "qu'est-ce qui est fesable".

Une telle mesure serait indécente, un moyen lâche pour un pays de ne pas assumer ses actes.
Donc en quoi vous êtes en désacord avec la position dominante de la gauche actuelle? Parce que c'est là que se trouve le débat.

 Je ne comprends pas où vous êtes aller chercher ça. 
Quand on regarde les positions de ceux que vous attaquez, on se dit que vous devez forcément en avoir une différente d'eux...

"socialisme douanier" 
Aujourd'hui, même un Piketty propose ça! La gauche molle est d'accord avec vous!

contrairement à ce que répète en boucle le NPA et assimilés. 
Quasiment toutes vos cibles dans ce fil sont LFI et assimilé, et leurs positions sont proche de la votre...

Honettement, je ne comprend pas pourquoi vous êtes rentré dans le tas de tout le monde si c'est vos positions, on est très nombreux à être d'accord, et la pluspare de vos cibles sont d'accord.

Et on pourrais rajouter que vous simplifiez trop, également,  les positions de Rufin et des autres insoumis qui sont, en fait, l'expressions de différents angles du même consensus politique.

Simplification qui concerne aussi votre discription de grrrz en considérant que les réformistes adhèrent forcément au systhème qu'ils se contentent de réformer parce qu'ils ne se sentent pas la force de le remplacer.

Ces youtubeurs n'ont pas "remplacé" le marxisme et l'antisémitisme de Soral par un racisme anti-Afrique du Nord. c'est simplement qu'entre la période d'influence maximale de Soral (2010-2013) et maintenant, il y a eu un paquet d'attentats islamistes sur notre sol qui sont venus sérieusement rebattre les cartes des idées véhiculées dans l'alt-right française.


Le discours de Soral ("c'est la faute des juifs, heu pardon des sionistes") s'est heurté au réel : non, les juifs ne contrôlent pas tout et oui, l'islamisme peut faire des dégâts.


Je vous invite à vous renseigner sur le business de Soral avec son site, loin de ses belles idées marxistes.

Bien sûr ! Il est marxiste dans les mots seulement (je pensais même pas avoir besoin de le préciser tellement c'est évident pour moi), les juifs se substituant au MEDEF. Mais il y a quand même une vraie différence d'approche entre Soral et Papacito (ce dernier est un libéral revendiqué, Soral pas du tout) qui illustre bien l'évolution du FN ces dernières années, qui sont passé d'un Philippot quasiment anti-capitaliste (anti UE ect...) à la tendance opposée représentée par Marion-Maréchal et un retour au capitalisme hardcore de Jean-Marie. A mon avis c'est là qu'il faut chercher l'explication de leur echec aux régionales et pas comme Zemmour sur la "dédiabolisation" (mais il en profite pour tirer la couverture à lui plus qu'autre chose, je pense).


Ce qui n'exclue pas votre bonne analyse sur l'influence des attentats.

Je trouve qu'il y a aussi une certaine solidarité des vidéastes de gauche sur Internet.


Nota Bene qui est je pense le plus gros vidéaste de vulgarisation sur YouTube est moins marqué politiquement qu'Usul, mais il met en avant énormément d'autres youtubeurs comme Histony, Bolchegeek, etc. Pendant plusieurs années, il a été moteur dans l'organisation du festival les Historiques avec des youtubeurs, mais aussi des historiens comme Mathilde Larrère (les vidéos sont sur sa chaîne Nota Bonus).

Il est très intéressant, car il a à la fois de courtes vidéos ou des vidéos de vulgarisation abordant l'histoire dans les jeux vidéos avec Assassin Creed, la fiction avec Game of Thrones, Star Wars, etc.  mais aussi des entretiens plus fouillés avec des historiens, etc.

C'est un mastodonte de youtube (1,7 millions d'abonnés quand le Raptor en a 700000 et Papacito 122000) qui agrège en plus toute une série de youtubeurs plutôt marqués à gauche. 


A côté des youtubeurs très marqués à gauche sont aussi très solidaires et s'invitent les uns chez les autres : Usul, Bolchegeek, Linguisticae, Angle droit, etc. 

C'est encore plus marqué sur Twitch  où ils multiplient les lives qui sont des formats plus simples donc plus fréquents.

Excellent ! Je vote pour cette émission dans l'espoir qu'elle devienne rapidement visible par le plus grand nombre.

J'ai bien aimé la remarque sur l'incapacité de la gauche à s'organiser même sur internet. C'est tellement vrai.

A toute fin utile, le sanglier c'est un "même" de l'extrême droite depuis que c'est un argument semi ironique aux USA pour defendre le port d'armes.

Explications là : https://www.vox.com/future-perfect/2019/8/6/20756162/30-to-50-feral-hogs-meme-assault-weapons-guns-kids

En gros... Pour defendre le port d'arme quelqu'un a un jour dit un truc du genre "mais qu'est-ce que je fais si il ya 30-50 sangliers dans mon jardin et mon gamin de 3 ans qui joue?"

C'etait ilarant parce que c'est une situation qui n'arrive jamais, et que dans cette situation c'est typiquement pas 1 fusil qui va changer grand chose.

Donc le sanglier (ferai hog en particulier) est un même pour dire "je defend le port d'arme pour des raisons que la gauche n'accepte pas (la défense personnelle contre des agresseurs typiquement) donc je vais prendre des raisons loufoques que la gauche n'a pas de raisons de contrecarrer".

Est-ce que le sanglier represente un ennemi politique à abattre? C'est pas aussi évident. C'est un argument dit "à la place d'un autre", cet autre argument peut être la lutte armée.


Si vous avez besoin de "consultant contre culture" je peux vous laisser mon 06! Ça vous évitera par moment d'être à côté de la plaque comme de bons boomers ;-)

(Sans animosité aucune, je vous adore et vous suit depuis longtemps, mais ya vraiment des moments où on voit bien que vous n'avez pas les connaissance pour décrypter des codes. C'est pas la première foi que ça me donne ce sentiment)

Par définition, être antiféministe c’est ne PAS défendre les classes populaires, étant donné que les femmes sont moins bien payées et travaillent plus à temps partiel que les hommes.

Autrement, je suis déçue qu’une question n’ait pas été abordée : tous ces garçons qu’ont voit dans vos extraits et qui ne se fréquentent donc qu’en réunion non-mixte totale, ils sont homosexuels ?

Un excellent article sur comment cet humour a infusé ces 20 dernières années aux USA https://www.theatlantic.com/international/archive/2020/09/how-memes-lulz-and-ironic-bigotry-won-internet/616427/ Les français, via notamment le forum 12-25 de jeuxvideo n'ont fait qu'importer cet humour. Comme on fait tout en retard, on va être bientôt mûr pour les qanons.

Dans le monde francophone, je suppose qu'on pourrait dire que Mister Jday pourrait rentrer dedans, éventuellement, à l'occasion. 


https://www.youtube.com/watch?v=sAU060pQHy4


Mais, franchement, en France, je n'en connais pas beaucoup, voir pas. Dans la sphère anglophone ? hbomberguy, Philosophy Tube, ContraPoints, Shawn, JimSterling, etc. Bref. Ils sont assez nombreux, ce qui n'a pas vraiment l'air d'être le cas en France, où, tout au plus, on a des vulgarisateurs de gauche. Mais voilà quoi.


Sinon, ça me fait penser à certains trucs que je lis dans le cadre de mes études :


Conan Éric, Rousso Henry, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 1996 [1994].


En 1992, on a voulu refaire la Libération et combler ses manques. En définitive, on est retombé sur les mêmes écueils : c’est plus le Vichy collaborateur que le Vichy antisémite, c’est plus le collaborateur du IIIe Reich que la tradition nationaliste autoritaire et xénophobe française qui ont été symboliquement condamnées. (Éric Conan et Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, ibid, page 96.)


Est-ce qu'on va avoir, un jour, une démocratie sans tendances de ce genre ? Est-ce seulement possible ?

Une petite précision avant toute chose : le dhimmi était le statut du citoyen non-musulman dans les empires qui étaient sous domination musulmane. 


Un énorme merci pour cette émission, et aborder cette question de la stratégie "humoristique" de l'extrême droite. Une explication du lien entre humour et fascisme se trouve dans le livre d'Albrecht Koschorke, Manipuler et stigmatiser. Démystifier Mein Kampf, CNRS éditions, 2018.

On trouve, vers la fin du livre, cette analyse, qu’on peut résumer ainsi : les leaders fascistes avaient une dimension comique, liée au caractère ampoulé de leur personnalité. Mais ils pratiquaient aussi la terreur. Comment concilier ces deux choses ? On peut voir dans la terreur une manière d’évacuer le comique, de surmonter la perte d’autorité subie par celui qui paraît comique. Mais une autre analyse de cette surprenante alliance, entre comique et terreur, est possible. Elle se décompose en deux. D’un côté, les victimes de la terreur sont confrontées à un sentiment de l’absurde qui transforme le spectacle de la violence en un spectacle comique, dont de grands écrivains ont fait la matière de leur œuvre. 

Mais il y a l’autre côté, dont Koschorke parle en ces termes : « L’intuition de la parenté entre comique et violence […] habite également le triomphalisme des auteurs de violences eux-mêmes et entre pour bonne part dans la psychologie des bourreaux. L’arbitraire qui se délecte de sa toute-puissance et nie à ses victimes la moindre justification peut, dans certaines circonstances, provoquer une irrépressible envie de rire. » [p. 77] Et l’auteur rajoute : « Même la raison la mieux armée n’est d’aucun secours contre la gueule d’un fusil. Elle ne fait que s’exposer au ridicule qui s’attache à toutes les indignations frappées d’impuissance. Celui qui est du bon côté du manche n’a pas à prononcer de mot, à se mettre à la place d’autrui, n’a pas à négocier ou à convaincre qui que ce soit. Ce qui provoque le rire, ce n’est pas seulement le contraste entre l’éruption de violence d’un côté et l’impuissance de l’autre, mais encore le fait de s’affranchir des revendications d’autrui en faisant fi de toute forme de médiation. » [79]

Première conclusion, donc : il n’est pas surprenant que les mouvements à tendance fasciste emploient l’humour comme corollaire des démonstrations de force. C’est même très logique, si l’on admet que l’exercice de la force et de l’arbitraire produisent sur ceux qui les subissent et ceux qui les exercent un sentiment comique.

Ceci explique pourquoi l’usage de l’humour est une marque plutôt constante des influenceurs d’extrême droite. Et, pour une bonne partie, une explication du succès des idées de la droite extrême diffusées par ceux qui savent manier cet outil avec une certaine intelligence. Le ton employé par les vidéos n’est pas seul en cause ; il y a toute une stratégie symbolique. L’extrême droite sait faire rire, et c’est la raison pour laquelle les jeunes l’écoutent beaucoup. 

La pensée d’extrême droite se diffuse via un discours aux accents comiques et via des pratiques aux accents violents. On affirme la grandeur morale de ce à quoi on croit non pas par des descriptions emphatiques qui seraient peu compatibles avec l’état d’esprit généralement cynique ou blasé qui caractérise la sphère d’influence de l’extrême droite, mais par le recours à la violence qui s’exerce comme une brimade sur celui dont on a ridiculisé les sois-disant marques distinctives (comme le mannequin de la fameuse vidéo était censé en constituer la liste : végane ou végétarien « cool », pratiquant le yoga et donc a priori partisan d’une forme quelconque de non-violence, progressiste en matière de mœurs mais ignorant de la dure condition du travailleur manuel ou du « nouveau prolétaire » travaillant dans la logistique, les entrepôts ou la livraison à domicile)

Ce qui mérite d’être remarqué, c’est que c’est probablement la « gauche humoriste » qui a fourbi les armes de cette extrême droite à tendance comique. Les humoristes de gauche ont, depuis quelques années, la fâcheuse tendance de livrer d’eux-mêmes le « militant de gauche » à sa propre ridiculisation, en le présentant comme un idéaliste désabusé sans l’être et pratiquant une forme minimale de révolution politique : la révolution de son mode de vie. Il ne restait plus beaucoup à faire à l’extrême droite pour désigner le militant de gauche comme un écologiste sur-diplômé mais peu au fait de la condition ordinaire du travailleur.  

Une dernière remarque, concernant non l'humour mais l'intellectualisme ou le pseudo-intellectualisme de ces militants. La biographie de Papacito montre quelque chose d’intéressant : il s’agit d’un ancien étudiant de sociologie déçu des trajectoires intellectuelles offertes par cette discipline dans le cadre universitaire. A ce sujet, Koschorke nous livre des éléments d’analyse très précieux, en citant Jacques Sémelin qui affirme quant à lui que les dynamiques génocidaires ont quelque chose en commun « sous l’angle de leur genèse idéologique. En amont du passage à l’acte violent proprement dit, on repère toujours en effet que son cadre de sens a été élaboré par des ‘intellectuels’ qui, pour œuvrer au ‘salut’ de leur pays, ont avancé des analyses radicales de la situation. […] Sans doute pourrait-on parler plus justement d’ ‘entrepreneurs identitaires’ […] Quoiqu’il en soit, ceux-ci appartiennent en grande majorité à des professions de l’esprit, de l’éducation, du savoir ou de la science. […] Dans la situation de crise que connaît leur pays, face aux frustrations qu’ils peuvent eux-mêmes personnellement ressentir, ce sont eux qui commencent souvent à formuler d’abord une ‘solution’ pour résoudre ces problèmes, solutions qu’ils vont s’acharner à défendre par la force de leur plume ou de leur verbe. » [cité par Koschorke, p. 33-34] Ou bien, pourrait-on ajouter, par la force elle-même, quand celle-ci devient une option pour les intellectuels. Si cette analyse de Sémelin est juste, on peut alors tirer une deuxième conclusion : la précarisation des professions intellectuelles nourrit le vivier de ceux qui transforment leur talent intellectuel en une entreprise identitaire

La question qui se pose, c'est pourquoi l'identitarisme est une voie commerciale prometteuse pour ceux qui font une carrière d'intellectuel en free-lance. Je crois que le livre de Gérard Noiriel comporte des éléments de réponse précis à cette question. 


Encore merci ; vous abordez avec cette émission une question de stratégie politique qui me semble décisive.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.