198
Commentaires

Fachosphère sur YouTube : "L'humour, un cheval de Troie"

En parallèle de l'extrême droite institutionnelle incarnée par le Rassemblement national, de nouvelles figures se revendiquant du fascisme émergent sur YouTube : Papacito, Code-Reinho... Ton à la "contre-Canal+", soif d'éducation populaire et vocabulaire plein de sous-entendus pour contourner la vigilance de plateformes comme YouTube envers les propos racistes : Daniel Schneidermann décortique ce nouvel écosystème de l'extrême droite en ligne, avec les journalistes Lucie Delaporte (Mediapart) et Paul Conge (Marianne).

Commentaires préférés des abonnés

Par définition, être antiféministe c’est ne PAS défendre les classes populaires, étant donné que les femmes sont moins bien payées et travaillent plus à temps partiel que les hommes.

Autrement, je suis déçue qu’une question n’ait pas été abordée : tou(...)

La déshumanisation de « l’adversaire » n’est jamais bon signe. Face aux « sangliers » actuels, on se souviendra des « rats » juifs et les « cafards » tutsis. 

Une petite précision avant toute chose : le dhimmi était le statut du citoyen non-musulman dans les empires qui étaient sous domination musulmane. 


Un énorme merci pour cette émission, et aborder cette question de la stratégie "humoristique" de l(...)

Derniers commentaires

Eh ! Vous savez comment j'ai découvert "FDP de la mode" ? Grâce à Marianne ! Qui avait (je dirais en 2016/2017) fait une brève sur ce blog en expliquant qu'il était super drôle. 

https://youtu.be/zvgZtdmyKlI l'extrait en allemand en fin d'émission ( activer les sous titres français )

Et sinon combien ici ont regardé les 19mn de la vidéo originale de Papacito ? Afin de se faire une idée du truc, genre je pense par moi même.

Quelqu'un s'étonnait qu'un journaliste de Marianne soit invité dans ce débat après que la question soit posée de la proximité de Marianne avec Valeurs actuelles. Si ça peut contribuer à éclairer cette question de la proximité, voici un article à propos des Régionales que Valeurs actuelles ne renierait peut-être pas.

Quand je vois toute cette violence de l'extrême-droite (pour le coup c'est ça de l'ensauvagement), je me dis qu'il faudrait que je laisse tomber le combat politique ou les bouquins et que je passe direct au krav maga.

La fachosphère n’est pas que sur youtube

Elle veille à nos frontières...

L'humour, c'est comme la politique: on l'apprécie d'autant plus qu'il tape sur ceux qu'on aime pas: perso, j'adore Desproges, et le juif Elie et le nazi Dieudonné, quand ils tabassaient du portugais...Par contre, Le Luron, en contre-feu merdique d'un Coluche supposément "de gauche", ça m'a toujours fait gerber!

Quand la Gauche ricanait sans vergogne sur le beauf de Cabu, en tenue cam' et moustache hérissée de sous-entendus, personne toussotait sur le fait de représenter le connard, sous les traits avinés d'un obèse inculte, se cuitant au Ricard (un comble, quand on y pense!)...Et j'attends toujours l'humoriste "de gauche",  se gaussant avec finesse des attaches culturelles des néo gauchistes actuels pour l'Oncle Ho, Mao, Pol pot, qui incarnaient, si bien, l'amour de la liberté et de la tolérance politique, il y a quelques millions de morts de là (rires et applaudissements pré-enregistrés, piqués sur une vieille cassette de Font & Val)!

Et je trouve rien, dans cet humour pataud, à base de treillis, et de dénigrements faciles sur les tabous bidons d'aujourd'hui, qui me fasse vraiment rire...Sourire, rarement, mais guère plus: sans vanter (ou, peut-être, quand même un peu...), je peux faire pire, et sans me forcer!

Après, si ça vous reste en travers du gosier, c'est, à mon humble avis, moins de la faute de ces tristes pantalonnades de pseudo comiques même pas troupiers, que des nombreuses couleuvres que mes collègues de parloir virtuel ont dû s'avaler, pour continuer à se prétendre "de gauche".

Et pendant ce temps-là, sur les murs du fort, nos vigilantes sentinelles scrutent, sans relâche, l'éternel vide du Désert, d'où surgira, en 2022, sûrement, la horde des Barbares, tant espérée...On s'amuse comme on peut.

Ce sont juste des bouffons , ils peuvent être drôles , ils font des connereis , mais de là a convertir qui que ce soit ,y'a loin de la coupe aux lèvres . C'est prendre les gens pour des imbéciles que de croire qu'ils se laissent convertir comme ça , par contre dire qu'ils sont cons a ce point , là vous les convertissez avec votre mépris .Mais vous inquiétez pas ils en reviennent la plupart .

Excellent sujet mais comme d'autres, un peu déc¸ue (pour ne pas dire affligée) par le niveau de méconnaissance du sujet par les invités. Tant pour parler du fait que les youtuber d'extrême droite s'invitent les uns les autres (c'est le fonctionnement de youtube, qu'il s'agisse de politique, de vulgarisation, de couture, de déco..), pour la méconnaissance de ce qui existe à gauche (Entre On vaut mieux que ça en 2015 et le recondustream on pourrait quand même parler) c'est assez faible. Il est aussi dommage de ne pas saisir que si il existe un youtube/twitch de gauche, il me semble que par son format (entretien, conférence, revue de presse) il ne rejoint pas les mêmes classes sociales, ce qui devrait pourtant être une préoccupation de la gauche.
Enfin, comme toujours, on efface totalement le fait que ces contenus sont fait par et pour des hommes, et il serait aussi utile (quand les psécialistes de l'extrême droite pour les médias qui découvrent youtube en seront rendu là) de réfléchir au contenu qui est fait pour les femmes. Le court-métrage Clean with me (After Dark) était révélateur du contenu "bonne ménagère" qui est produit par et pour des femmes, et qui sans être explicitement politisé, n'est pas moins politique.

Très déçu du niveau des invités et du traitement du sujet, pourtant sujet essentiel. Quand l'attaque d'Alain de Benoist avec son Vu de droite de la fin des années 1970, le "renversement" du renversement des valeurs, et la création d'un imaginaire se déploient depuis tant et tant d'années... on se retrouve avec un sujet extrêmement difficile à traiter car fortement enraciné. Leurs références ne sont pas hors-sols, il manquait un spécialiste.  Une seule émission d'une heure...on reste sur notre faim.    

Hier, dimanche, pour faire plaisir à ma fin d'après midi, j'ai regardé des épisodes de The XFiles en VO.

Lors d'un épisode, sur l'invasion des cafards, je me suis dite : " les "résident aliens'' dela vidéo (terme juridique américain désignant l'étranger inqualifiable. En anglais, il y a plusieurs mots désignant ''étranger'' en fonction du lieu. Je crois qu'ils utilisent phonétiquement des termes anglais qu'ils retranscrivent en francais. Cafard en anglais se dit cockraoch qui peut s'entendre selon accent cuckroach. Pour avoir fréquenté, de tro, les ''soldats civils'' de l'extrême-droite, Ils ont une haine viscérale des musulmans e des gauchistes qui pour eux sont des cafards...


en 5  minutes de visionnage, plusieurs erreurs et mésinterprétations sur ces « fascistes d'extrêmes droites de youtube » 


@ASI faire une vidéo, un article sur ce sujet pourquoi pas, mais ça vous dirait de vous renseigner, de vous documenter, de ne pas affirmer n'importe quoi ?
Chose qui me saute aux yeux en voyant le plateau : où est la contradiction ? Avez-vous au moins essayé d'inviter un de « fachô » de youtube pour y apporter d'autres points de vue ou explications ?
5 Minutes et c'est déjà ridicule.

Au sujet du mot " babtou ", je l'avais découvert en 2017 dans la chronique d'Océanerosemarie 

https://www.arretsurimages.net/chroniques/la-tete-la-premiere/cesars-oceanerosemarie-les-blackous-et-le-babtou-delahousse


je reprends le message qui est parti sans que je le veuille, avant terme : je ne comprends pas comment on peut trouver l'ombre d'une finesse dans leur discours... et quand à se poser la question sur le sens des sangliers qui peuvent entrer dans ton salon; pour lesquels tu peux avoir un couteau comme Custer pour défendre la "civilisation occidentale" et parce que la guerre contre l'invasion c'est dangereux... on peut choisir la naïveté mais là elle doit être de belle taille - c'est simplement plat et sans esprit leur discours, l'extrême droite a fait mieux

je ne comprends pas comment on peut trouver l'ombre d'une finesse dans leur discours... et quand à se poser la question sur le sens des sangliers qui peuvent entrer dans ton salon; pour lesquels tu peux avoir un couteau comme Custer pour défendre la "civilisation occidentale" et parce que l

La minute 26, Daniel sans faire exprès relève le véritable problème, avec la plupart de ces YouTubeurs. C’est qu’ils son presque tous originaires de la Gauche et que ceux qui se disent de gauche ne partage rien entre eux. C’est ça le problème que personne n’arrive à voir, les gars comme eux, sont le résultat de la disparition de la gauche populaire qui a laissé la place a une autre gauche. Il est là le problème non ? 

"L'humour est la politesse du désespoir " *



Je ne vois rien dans les vidéos de ces individus qui ressemble à de l'humour.


Ils peuvent paraître comiques et faire rire certains. Mais ce n'est pas parce que l'on cherche à faire rire que l'on fait de l'humour.


(*) merci à Chris Marker

Bien qu'abonnée depuis un temps, oublié par ma mémoire, 

je retrouve mes dimanche d'antan où j'avais encore le téléviseur, qui a rendu sa technologie peu de temps après le renvoi de l'émission @SI qui a dû trouver un ailleurs ...

Je trouve la vidéo allemande excellente car tellement proche de la réalité...

J'ai retrouvé dans ce débat tous les thèmes rencontrés depuis mon intérêt pour le nazisme, qui remonte aux années fin mi&fin 70.

J'ai rencontré beaucoup, trop, d'individus se disant de gauche avec une mentalité de ''bon nazi'' car il faut savoir qu'un nazi se pense avant tout humaniste, voir la première scène de Amen, Costa Gavras, le met en scène car il reprend l'idéologie du nazisme mais aussi lire la littérature social, économique du XIX ème siècle français mais surtout anglais, en passant par la psychiatrie qui est bel et bien la genèse de l'eugénisme, c'est mon avis...

Croire encore que le nazisme soit fondé que sur le racisme et l'antisémitisme est une abération car l'idéologie est fondé sur ''l'utile et l'inutile'' et donc l'inutile doit être éradiqué socialement et l'utile = esclavage.

La politique du souverainisme-Président n'est pas moins une idéologie nazie où l'extrême-droite française devient alors valeurs démocratiques ou actuelles que Zemmour, Dieudonné, Ramadan, Soral, Marine LP, etc. valorisent

L'idéologie du nazisme est le mépris (''les têtes pensantes'') et sa force la haine (''cequipensentque ou queue/pensée du surmoiviril'')

Notre Fureur s'occupe d'installer des idéologies mondialiste tandis que ses esclaves de la haine s'occupent 

d'éradiquer les opposants=leurs étrangers = ceux qui ne pensent pas comme eux ...

J'avais quitté cet univers de l'esprit nazi depuis quelques années car mon quotidien relationnel en est trop envahi...

Le fait de contempler votre émission, à savoir regarder/écouter/analyser/comprendre et donc penser, m'a remise sur le chemin de déductions; déductions qui s'avèrent fondées par les analyses des deux journalistes spécialistes de l'extrême-droite dans le milieu politique mais aussi dans le milieu social, ce qui n'était pas le cas auparavant car pour cela il fallait vraiment s'immerger parmi les gens. Les réseaux sociaux le permettent maintenant.

Bien que le temps, limité par la durée de diffusion, les faits essentiels sont bien évoqués et le plus spirituel qui fait pétillé mon esprit est le clip vidéo de la fin, cet humour allemand si bien décrit par :


Rire et résistance: Humour sous le IIIe Reich

par

Rudolph Herzog

Bizarre d'avoir invité un journaliste de Marianne pour analyser de façon critique la fachosphère, seulement quelques jours après avoir fait un article à charge contre Marianne voulant démontrer que c'était l'équivalent de Valeurs Actuelles.

"Electeur qui rit, à moitié dans ton lit", pourraient résumer ces gars de la fachosphère. Va falloir faire de la place sous la couette à ce train-là...

La journaliste de Mediapart trouve qu'Usul est le "pendant à gauche" des tordus fascistes dont il est question. Je pense que lorsqu'on a des amis de cet acabit on a pas besoin d'ennemis.

Je trouve qu'il y a deux points qui auraient pu être plus creusés :
- Le "lifestyle" qu'ils mettent en avant, qui est un peu évoqué concernant Rochedy, mais pas concernant Bench and cigars. Quand on voit Bigard, c'est pas du tout le Bigard antivax qu'on invite, c'est le Bigard bon beauf à l'ancienne. Le principe de cette série de vidéos est d'inviter quelqu'un et de se mettre à table avec une montagne de viande saignante et du rouge qui tache en parlant sans filtre. Et le sous titre c'est "voyez, maintenant on peut plus faire ça." En cela pas besoin de discours politique, le message c'est "avant on pouvait manger de la viande sans se poser de question sur la souffrance animale, ou l'écologie, on pouvait faire des blagues sans s'interroger sur la susceptibilité des gens, et les vegan-écolo-antiracistes nous ont enlevé ça". D'ailleurs c'est pas pour rien que Jason Chicandier, un humoriste qui campe le personnage du viandard sans filtre qui parle fort après 12 verres de rouge à midi, se retrouve invité par Boulevard Voltaire, alors qu'on lui connait a priori aucun penchant politique particulier. En regardant les vidéos de Bench and cigard, on dirait un peu qu'il nous dit "si on continue comme ça, bientôt on n'aura plus le droit de faire des barbecues". Et que du coup si t'aime le barbecue, t'es un peu dans son camp, même sans le savoir. Ce qui fait penser aux 2 de QI qui postent une entrecôte sur Twitter avec #resistance

- Ya aussi le fait que ces types sont AUSSI des youtubeurs comme les autres, pour qui le graal est de vivre de leurs vidéos. Donc analyser leur discours et périphrases en termes politiques c'est bien sûr pertinent, mais ils visent aussi l'efficacité en termes de vues, d'abonnement, etc. Pour ça, il faut se construire une communauté. Et les périphrases sur les sangliers, etc., je pense que ça remplit les deux fonctions : dire des choses sans se faire censurer, mais aussi souder une communauté par une culture commune, très spécifique. On le voit aussi dans l'extrait où ils lisent l'article de Mediapart : un des types dit "pour pas l'insulter on va dire qu'elle n'est pas chômeuse". Ca fait référence à la célèbre phrase de Soral "un journaliste aujourd'hui c'est soit une pute soit un chômeur". On voit bien que le but est pas de ne pas dire "pute", puisque deux secondes après Papacito lance des grands "nique ta mère", c'est de participer à créer une cuture communautaire. Et ça c'est propre à YouTube en général, pas du tout à l'extrême droite sur YouTube. 

Idem pour les invitations entre chaînes, décrites comme une stratégie collective pour faire pousser le mouvement. Il y a surement de ça, mais aussi probablement des stratégies très personnelles : faire des featuring, ça fait des vues pour soi-même, donc de l'argent. Là encore, ils n'ont rien inventé, c'est une stratégie très basique de YouTube. 

Papacito and Cie, c'est de l'humort dangereux !


Dommage, Lucie Delaporte n'apporte pas grand chose au débat sauf sa méconnaissance de son propre sujet.

À voir aussi l'interview de Bruno Gaccio sur thinkerview. 

Merci pour votre émission. Une petite précision : le choix du "sanglier" comme animal à combattre n'est pas neutre. L'animal sanglier est un Suidé comme les porcs, ce qui permet de faire le lien avec les prescriptions alimentaires dans 2 religions monothéistes, et rend l'allusion particulièrement évidente. .  

Une émission tout  à fait intéressante  Vos invités ,et en particulier Mme Delaporte soulignent bien que ces sites récupèrent et inversent  les codes de gauche de Canal plus .Elle souligne bien  qu'il s'agit d'une forme d'éducation populaire ,les exclus du système scolaire s'inventent une contre -culture . Enfin  la référence aux Etats- unis me paraît pertinente.

Quand on voit un type planter rageusement à coups de couteaux un mannequin représentant un être humain, peut-on encore se demander c'est de l'humour ?

Comment peut-on mettre en parallèle l'humour qui se moque de concepts et de pouvoirs (systèmes, politiciens, élites...) et des appels au meurtre de PERSONNES ?

Dommage que l'émission compare en permanence les deux sans aborder les théories de l'humour, notamment l'idée de se moquer du pouvoir plutôt que des personnes (a fortiori les groupes précaires).


Disons les mots, l'"humour" de ces influenceurs d'extrême-droite c'est purement et simplement de la domination et de la haine, comme quand la petite frappe de la cour de récré colle un pain à un plus petit et justifie son comportement asocial par "c'était juste pour rire, rooh ça va, t'es vraiment un chouineur".

Se demander si c'est de l'humour, c'est se laisser emmener sur leur terrain de justification de la haine et de la violence.

La déshumanisation de « l’adversaire » n’est jamais bon signe. Face aux « sangliers » actuels, on se souviendra des « rats » juifs et les « cafards » tutsis. 

Lucie Delaporte concède un peu trop facilement le point sur le reproche des bourgeois blancs au prétexte que Valek serait d'origine albanaise et Papacito d'origine espagnole. Il ne faudrait pas confondre racisé et d'origine étrangère : les blancs et les albanais sont blancs...

Il est surtout navrant de voir que les fameux experts de l'extrême droite confondent une caricature de droitard avec un gauchiste, en effet la personne sur la couverture dessinée par marsault n'est pas une personne de gauche, n'importe quoi, bossez votre sujet un peu ?

Ils serait temps que ces dits experts se mettent à la page, il est affligeant d'entendre qu'ils/elles ne découvrent Papacito et compagnie que maintenant. 

On a droit tous les ans à des bouquins retraçant les vieilles années FN, en mode histoire à la Dallas pour vendre des bouqins, mais jamais à de réelles analyses sur l'ED récente, et quand ça arrive, nous n'apprenons rien et voyons ces fameux experts rigoler devant Papacito et Bruno le salé qui se marrent en buvant du café tout en lisant Médiapart, incroyable.. 

Il serait également temps d'inviter des racisés pour parler de ces sujets(premières personnes visées par ces attaques avant les gauchistes citadins), ou au mieux des gens qui connaissent l'ED internetique de 2012 avec Soral, car la base et l'inspiration de tous ces gusses, c'est lui.

On attend plus d'expertise et de sérieux venant d'experts traitant d'un sujet aussi sensible, sinon ça ne vaut pas mieux que VA+.

très rigolo de voir que vous parlez de non-férocité pour la culture canal (mettez vous à la place des gens de la culture moquée par les Deschiens, qui sont non urbains ou "cool/pop/rockstar" tout en étant de gauche (écoutez F.Ruffin parler ces Klurs versus les Deschiens... on peut comprendre que les Deschiens seraient perçus comme l'équivalent de Michel Leebs se moquant des populations africaines par les prolétaires des campagnes) et "culture terroire versus culture citatidine" qui montre clairement vortre biais culturel et de classe : oui l'humour canal était féroce et moqueuse des gens pas comme eux (c'est à dire citadin, moyenne/haute classe). 

La gauche a abandonné les personnes vivvants dans les campagnes que vous associer coutellerie, terroirs à extrême droite est très gênant, car c'est ce qu'ils veulent faire.


A gauche, il y a pléthore de youtubeurs de même niveau qui font la même chose : amis des lobbys, le vrai journal du Média, le journal de Blast, Usul et Cotentin, le canard réfractaire, entrer en lice (pour l'AMHE), Franjo, Labajon, JeanBaptisteShow, DannyCaligula, Nota bene, état cryptique, Korben, le fil d'actu, Data Gueule etc. 


Vous semblez hors sol et confondre culture de ce début de 21ème siècle et une certaine politisation de ce culture côté Papacito, pour attirer les jeunes vers ces idées et rendre ces idées "cools" dans l'air du temps (alors qu'elles appartiennent au début du 20ème siècle!)


Madame Delaporte semble en particulier complètement perdue dans cette culture (qui est portant de son age) amalgamant jeux vidéos, memes, internet, arts martiaux, attrait pour l'histoire, refus de cette société, média de masse à l'ouest car pro-capitaliste (ceux qui serait pointeraient ce biais de ces médias seraient complotistes ? Comme si Médiapart était un média comme les autres ?)

...bref .... ça semble peu travaillé et je pense que vous louppez la spécificité de ces gars qu'ils disent pourtant très bien dans l'extrait de l'émission tvliberté : ils veulent rendre cools et actuels des idées obsolètes en occupant des terrains délaissés par la gauche (en résumé, le petit blanc des campagnes sans diplome et avenir politique et médiatique, que les gauches ont laissé être mis en marge de la société : quelles pubs, quels médias présentent comme cool des petits blancs des campagnes ? Invitez svp des sociologues pour explorer cela ?


... ensuite venir taper sur les campagnes et ses scores du front national dans les hauts de france sans coprendre ça est assez préoccupant de votre part (vous semblez mieux comprendre et plus emphatiques envers d'autres populations tout aussi victime du systèm capitaliste actuel...ça mériterait presque une psychanalyse ... :D)

J’apprends au détour de cette émission que la cave à vin de Luzarches (95) est tenu par un identitaire. Le vin c’est doux et accueillant, comment peut-on être violent et raciste alors que tout notre vignoble a été reconstruit grâce aux vignes australiennes, qu’il n’y a rien de plus agréable que le canon offert à l’inconnu qui se présente sur notre seuil ?


C’est vrai qu’il vend du whisky, j’ai toujours su que le whisky c’est un truc de nazi.

Il aurait peut-être été utile de rappeler que ces youtubeurs doivent tout à Alain Soral, tout en ayant liquidé au passage son marxisme et son antisémitisme pour les remplacer par un racisme anti afrique du nord (que Soral tentait au contraire, en partie, de séduire) et un libéralisme à l'américaine, parfait mirroir de la gauche wokistanaise en plus d'être complètement antinomique avec leur soi-disant patriotisme.


Ensuite moi je comprends tout à fait que ces gens récusent le terme d'extreme-droite, tant celui-ci est utilisé comme un "argument" de destruction massive de la gauche destiné à les faire taire sur tous les sujets à peu de frais.

Par ailleurs remercions ASI de diffuser le passage de Papacito critiquant les petits bourgeois de Mediapart, mais il serait intéressant d'aller un peu plus loin en comparant la sociologie des spectateurs d'Usul et autres Bolchegeek de ceux de Papacito et Valek pour voir qui touche le plus les classes populaires. Mais ça risquerait d'un peu trop de remettre en cause le virage libérale d'une gauche et d'une extrême gauche qui ne parle plus à personne de payé en dessous de 2500€ par mois.

Je trouve qu'il y a aussi une certaine solidarité des vidéastes de gauche sur Internet.


Nota Bene qui est je pense le plus gros vidéaste de vulgarisation sur YouTube est moins marqué politiquement qu'Usul, mais il met en avant énormément d'autres youtubeurs comme Histony, Bolchegeek, etc. Pendant plusieurs années, il a été moteur dans l'organisation du festival les Historiques avec des youtubeurs, mais aussi des historiens comme Mathilde Larrère (les vidéos sont sur sa chaîne Nota Bonus).

Il est très intéressant, car il a à la fois de courtes vidéos ou des vidéos de vulgarisation abordant l'histoire dans les jeux vidéos avec Assassin Creed, la fiction avec Game of Thrones, Star Wars, etc.  mais aussi des entretiens plus fouillés avec des historiens, etc.

C'est un mastodonte de youtube (1,7 millions d'abonnés quand le Raptor en a 700000 et Papacito 122000) qui agrège en plus toute une série de youtubeurs plutôt marqués à gauche. 


A côté des youtubeurs très marqués à gauche sont aussi très solidaires et s'invitent les uns chez les autres : Usul, Bolchegeek, Linguisticae, Angle droit, etc. 

C'est encore plus marqué sur Twitch  où ils multiplient les lives qui sont des formats plus simples donc plus fréquents.

Excellent ! Je vote pour cette émission dans l'espoir qu'elle devienne rapidement visible par le plus grand nombre.

J'ai bien aimé la remarque sur l'incapacité de la gauche à s'organiser même sur internet. C'est tellement vrai.

A toute fin utile, le sanglier c'est un "même" de l'extrême droite depuis que c'est un argument semi ironique aux USA pour defendre le port d'armes.

Explications là : https://www.vox.com/future-perfect/2019/8/6/20756162/30-to-50-feral-hogs-meme-assault-weapons-guns-kids

En gros... Pour defendre le port d'arme quelqu'un a un jour dit un truc du genre "mais qu'est-ce que je fais si il ya 30-50 sangliers dans mon jardin et mon gamin de 3 ans qui joue?"

C'etait ilarant parce que c'est une situation qui n'arrive jamais, et que dans cette situation c'est typiquement pas 1 fusil qui va changer grand chose.

Donc le sanglier (ferai hog en particulier) est un même pour dire "je defend le port d'arme pour des raisons que la gauche n'accepte pas (la défense personnelle contre des agresseurs typiquement) donc je vais prendre des raisons loufoques que la gauche n'a pas de raisons de contrecarrer".

Est-ce que le sanglier represente un ennemi politique à abattre? C'est pas aussi évident. C'est un argument dit "à la place d'un autre", cet autre argument peut être la lutte armée.


Si vous avez besoin de "consultant contre culture" je peux vous laisser mon 06! Ça vous évitera par moment d'être à côté de la plaque comme de bons boomers ;-)

(Sans animosité aucune, je vous adore et vous suit depuis longtemps, mais ya vraiment des moments où on voit bien que vous n'avez pas les connaissance pour décrypter des codes. C'est pas la première foi que ça me donne ce sentiment)

Par définition, être antiféministe c’est ne PAS défendre les classes populaires, étant donné que les femmes sont moins bien payées et travaillent plus à temps partiel que les hommes.

Autrement, je suis déçue qu’une question n’ait pas été abordée : tous ces garçons qu’ont voit dans vos extraits et qui ne se fréquentent donc qu’en réunion non-mixte totale, ils sont homosexuels ?

Un excellent article sur comment cet humour a infusé ces 20 dernières années aux USA https://www.theatlantic.com/international/archive/2020/09/how-memes-lulz-and-ironic-bigotry-won-internet/616427/ Les français, via notamment le forum 12-25 de jeuxvideo n'ont fait qu'importer cet humour. Comme on fait tout en retard, on va être bientôt mûr pour les qanons.

Dans le monde francophone, je suppose qu'on pourrait dire que Mister Jday pourrait rentrer dedans, éventuellement, à l'occasion. 


https://www.youtube.com/watch?v=sAU060pQHy4


Mais, franchement, en France, je n'en connais pas beaucoup, voir pas. Dans la sphère anglophone ? hbomberguy, Philosophy Tube, ContraPoints, Shawn, JimSterling, etc. Bref. Ils sont assez nombreux, ce qui n'a pas vraiment l'air d'être le cas en France, où, tout au plus, on a des vulgarisateurs de gauche. Mais voilà quoi.


Sinon, ça me fait penser à certains trucs que je lis dans le cadre de mes études :


Conan Éric, Rousso Henry, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 1996 [1994].


En 1992, on a voulu refaire la Libération et combler ses manques. En définitive, on est retombé sur les mêmes écueils : c’est plus le Vichy collaborateur que le Vichy antisémite, c’est plus le collaborateur du IIIe Reich que la tradition nationaliste autoritaire et xénophobe française qui ont été symboliquement condamnées. (Éric Conan et Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, ibid, page 96.)


Est-ce qu'on va avoir, un jour, une démocratie sans tendances de ce genre ? Est-ce seulement possible ?

Une petite précision avant toute chose : le dhimmi était le statut du citoyen non-musulman dans les empires qui étaient sous domination musulmane. 


Un énorme merci pour cette émission, et aborder cette question de la stratégie "humoristique" de l'extrême droite. Une explication du lien entre humour et fascisme se trouve dans le livre d'Albrecht Koschorke, Manipuler et stigmatiser. Démystifier Mein Kampf, CNRS éditions, 2018.

On trouve, vers la fin du livre, cette analyse, qu’on peut résumer ainsi : les leaders fascistes avaient une dimension comique, liée au caractère ampoulé de leur personnalité. Mais ils pratiquaient aussi la terreur. Comment concilier ces deux choses ? On peut voir dans la terreur une manière d’évacuer le comique, de surmonter la perte d’autorité subie par celui qui paraît comique. Mais une autre analyse de cette surprenante alliance, entre comique et terreur, est possible. Elle se décompose en deux. D’un côté, les victimes de la terreur sont confrontées à un sentiment de l’absurde qui transforme le spectacle de la violence en un spectacle comique, dont de grands écrivains ont fait la matière de leur œuvre. 

Mais il y a l’autre côté, dont Koschorke parle en ces termes : « L’intuition de la parenté entre comique et violence […] habite également le triomphalisme des auteurs de violences eux-mêmes et entre pour bonne part dans la psychologie des bourreaux. L’arbitraire qui se délecte de sa toute-puissance et nie à ses victimes la moindre justification peut, dans certaines circonstances, provoquer une irrépressible envie de rire. » [p. 77] Et l’auteur rajoute : « Même la raison la mieux armée n’est d’aucun secours contre la gueule d’un fusil. Elle ne fait que s’exposer au ridicule qui s’attache à toutes les indignations frappées d’impuissance. Celui qui est du bon côté du manche n’a pas à prononcer de mot, à se mettre à la place d’autrui, n’a pas à négocier ou à convaincre qui que ce soit. Ce qui provoque le rire, ce n’est pas seulement le contraste entre l’éruption de violence d’un côté et l’impuissance de l’autre, mais encore le fait de s’affranchir des revendications d’autrui en faisant fi de toute forme de médiation. » [79]

Première conclusion, donc : il n’est pas surprenant que les mouvements à tendance fasciste emploient l’humour comme corollaire des démonstrations de force. C’est même très logique, si l’on admet que l’exercice de la force et de l’arbitraire produisent sur ceux qui les subissent et ceux qui les exercent un sentiment comique.

Ceci explique pourquoi l’usage de l’humour est une marque plutôt constante des influenceurs d’extrême droite. Et, pour une bonne partie, une explication du succès des idées de la droite extrême diffusées par ceux qui savent manier cet outil avec une certaine intelligence. Le ton employé par les vidéos n’est pas seul en cause ; il y a toute une stratégie symbolique. L’extrême droite sait faire rire, et c’est la raison pour laquelle les jeunes l’écoutent beaucoup. 

La pensée d’extrême droite se diffuse via un discours aux accents comiques et via des pratiques aux accents violents. On affirme la grandeur morale de ce à quoi on croit non pas par des descriptions emphatiques qui seraient peu compatibles avec l’état d’esprit généralement cynique ou blasé qui caractérise la sphère d’influence de l’extrême droite, mais par le recours à la violence qui s’exerce comme une brimade sur celui dont on a ridiculisé les sois-disant marques distinctives (comme le mannequin de la fameuse vidéo était censé en constituer la liste : végane ou végétarien « cool », pratiquant le yoga et donc a priori partisan d’une forme quelconque de non-violence, progressiste en matière de mœurs mais ignorant de la dure condition du travailleur manuel ou du « nouveau prolétaire » travaillant dans la logistique, les entrepôts ou la livraison à domicile)

Ce qui mérite d’être remarqué, c’est que c’est probablement la « gauche humoriste » qui a fourbi les armes de cette extrême droite à tendance comique. Les humoristes de gauche ont, depuis quelques années, la fâcheuse tendance de livrer d’eux-mêmes le « militant de gauche » à sa propre ridiculisation, en le présentant comme un idéaliste désabusé sans l’être et pratiquant une forme minimale de révolution politique : la révolution de son mode de vie. Il ne restait plus beaucoup à faire à l’extrême droite pour désigner le militant de gauche comme un écologiste sur-diplômé mais peu au fait de la condition ordinaire du travailleur.  

Une dernière remarque, concernant non l'humour mais l'intellectualisme ou le pseudo-intellectualisme de ces militants. La biographie de Papacito montre quelque chose d’intéressant : il s’agit d’un ancien étudiant de sociologie déçu des trajectoires intellectuelles offertes par cette discipline dans le cadre universitaire. A ce sujet, Koschorke nous livre des éléments d’analyse très précieux, en citant Jacques Sémelin qui affirme quant à lui que les dynamiques génocidaires ont quelque chose en commun « sous l’angle de leur genèse idéologique. En amont du passage à l’acte violent proprement dit, on repère toujours en effet que son cadre de sens a été élaboré par des ‘intellectuels’ qui, pour œuvrer au ‘salut’ de leur pays, ont avancé des analyses radicales de la situation. […] Sans doute pourrait-on parler plus justement d’ ‘entrepreneurs identitaires’ […] Quoiqu’il en soit, ceux-ci appartiennent en grande majorité à des professions de l’esprit, de l’éducation, du savoir ou de la science. […] Dans la situation de crise que connaît leur pays, face aux frustrations qu’ils peuvent eux-mêmes personnellement ressentir, ce sont eux qui commencent souvent à formuler d’abord une ‘solution’ pour résoudre ces problèmes, solutions qu’ils vont s’acharner à défendre par la force de leur plume ou de leur verbe. » [cité par Koschorke, p. 33-34] Ou bien, pourrait-on ajouter, par la force elle-même, quand celle-ci devient une option pour les intellectuels. Si cette analyse de Sémelin est juste, on peut alors tirer une deuxième conclusion : la précarisation des professions intellectuelles nourrit le vivier de ceux qui transforment leur talent intellectuel en une entreprise identitaire

La question qui se pose, c'est pourquoi l'identitarisme est une voie commerciale prometteuse pour ceux qui font une carrière d'intellectuel en free-lance. Je crois que le livre de Gérard Noiriel comporte des éléments de réponse précis à cette question. 


Encore merci ; vous abordez avec cette émission une question de stratégie politique qui me semble décisive.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.