70
Commentaires

Etat d'urgence : médias français ch. perquisitionnés

2 029 perquisitions administratives et 308 assignations à résidence en quinze jours. Le ministère de l'Intérieur et les préfets français ont largement utilisé les possibilités ouvertes par l'état d'urgence en vigueur en France depuis le 14 novembre. Comment couvrir ces opérations de police et procédures judiciaires à l'ampleur inédite ? Comment retrouver les personnes visées, pas forcément désireuses de s'afficher ? Les journalistes tâtonnent encore.

Derniers commentaires

C'est une injure faite aux victimes de profiter des attentats comme le fait le gouvernement pour s'attaquer aux défenseurs de l'environnement au lieu de concentrer tous ses efforts à la lutte contre les terroristes de daesh.
Et les black bloc s'en sortent curieusement toujours bien.

http://www.reporterre.net/Cet-homme-est-il-un-casseur-Non-c
2029 perquisitions en quinze jours, est-ce que ça fait beaucoup ? (combien par an ?)

Le ministre de l'Intérieur vient de revendiquer 2235 perquisitions : « En 15 jours, nous avons saisi [34 armes de guerre, soit] un tiers du volume des armes de guerre récupérées en une année. » http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Declaration-de-M.-Bernard-Cazeneuve-sur-la-mise-en-oeuvre-et-le-controle-de-l-etat-d-urgence

Au rythme actuel, il va falloir environ 700 ans pour perquisitionner toute la France et confisquer plus de 500 mille armes de guerre.
Je suis ces perquisitions de près. C'est tellement laid que l'on s'en prenne ainsi aux musulmans (ou musulmans de faciès) de France, il n'y a pas de mots. A croire que face à cette attaque "ethnico-eligieuse" de l'Etat dans sa population, le pouvoir tape un peu maintenant sur les alternatifs pour ne pas être accusé justement de ciblage ethnico-religieux.
Je suis très pessimiste et je pense que ce n'est que le début d'une longue phase d'horreur comme la France en a déjà connu ; il suffit de voir le contexte extrême droite français. Je pari qu'au prochain attentat, ils vont encore monter d'un cran dans l'injustice, la discrimination et la violence ; à moins que la population française mette l'islamophobie des forces de l'ordre dans les poubelles de l'histoire en affichant une fraternité sans faille avec les personnes injustement prises pour cible dans cette masse de perquisitions trop souvent infondées. Mais je rêve, même les médias français les défendent peu, comme @SI vient justement de le montrer dans cet article. Et quand je vais dans les bars français, on ne compte plus ceux prêts à prendre le fusil de chasse pour faire leur ménage et qui ne sont pourtant nullement inquiété d'apologie ou de détention d'arme.
Bref, la France a elle aussi ses minorités opprimées auxquelles, après des formes dures d'apartheid, on enlève maintenant des droits des plus élémentaires avec l'Etat d'urgence. Mais si même l'Etat de droit est refusé à cette partie de la population, que leur restera t-il comme espoir en France ? Avoir la chance de consommer dans la peur en tant que sous-classe ? Pauvre égalité, pauvre faternité, pauvre liberté.
Honteux, honteux, honteux !
Je ne voterai plus jamais pour ces députés qui ont pratiquement tous rendu cela possible, JAMAIS !
PS : j'ai hésité à poster ce commentaire vu que tout est maintenant légalement fiché, identifié et classé secret en France. Mais ils ont qu'à venir perquisitionné, je partirai aussi tôt pour longtemps.
Petit point de procédure administrative contentieuse : j'imagine que les militants écolo ont déposé un référé suspension à l'égard de la mesure qui les assigne à résidence.
Le juge a rejeté la requête, soit, et donc d'audience il n'y a point eu.
Néanmoins j'espère pour eux qu'ils ont également déposé une requête au fond, autrement appelée "recours pour excès de pouvoir".
Ils peuvent au terme des deux mois échus après enregistrement de leur requête demander ensuite la clôture de l'instruction pour accélérer la procédure, autrement très longue.
il arrive que les magistrats accèdent à ce type de demande, et ordonnent une clôture anticipée.
A ce moment là, une audience AU FOND est programmée... et la défense du ministère est connue.

Il est clair que les délais sont longs, que l'aléa est grand (c'est le moins qu'on puisse dire, face à une décision de se déclarer en état d'urgence qui relève, comme on dit en stratif, "des actes de gouvernement" insusceptibles de recours devant le juge (tu te souviens de la décision de reprendre les essais nucléaires en 1995, ben c'est pareil, c'est un "acte de gouvernement"...) et qu'en attendant les militants sont toujours assignés... mais les mois qui viennent seront riches d'enseignement.

La JP administrative est donc à suivre.
et donc deux condamnations au moins sont tombés pour la manif de dimanche, une à 3 mois de prison ferme pour avoir soi disant jeté une bouteille, une à 1000 euros juste pour avoir été là et avoir refusé de donner ses empreintes.
http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/12/02/ce-n-est-pas-le-proces-de-la-manifestation-ni-celui-des-blacks-blocs_4821881_1653578.html#rYehxvSSgDUOyb14.99
Pas d'arrestations parmi les black bloc?

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/11/30/01016-20151130ARTFIG00351-cop21-cazeneuve-affiche-sa-fermete-face-aux-casseurs.php
Désolante en effet, l'absence de relais par les grands médias, des témoignages recueillis par le CCIF, cette officine ouvertement anti-laïque, dont le porte-parole Marwan Muhammad déclarait en août 2011, à la mosquée d’Orly :
"Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir-là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’islam. Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu’est l’identité française".
Et où est le problème?
En effet.
Les Gaulois de souche ont du avoir la même réaction quand le Christianisme a pointé son nez. Et on s'y est très bien fait apparemment...
Moi je me méfie de toutes les religions, mais exactement au même titre.
Les citoyens français attachés à la démocratie, aux principes républicains et laïques et à leurs libertés, sont plus nombreux que vous ne l'imaginez.
Vous sous-estimez leur capacité de résistance à cet islamo-fascisme auquel vous semblez si impatient de collaborer.
Les citoyens français attachés à la démocratie, aux principes républicains et laïques et à leurs libertés, sont plus nombreux que vous ne l'imaginez.

Ça c'est bien vrai, moi aussi je trouve que cet état d'urgence prolongé est contraire aux valeurs démocratiques, de liberté et de laïcité. Le fascisme ne passera pas !
Le fascisme doit effectivement être combattu.
Et avec la même force, la même conviction, quelle que soit la forme qu'il revête.
Les citoyens français attachés à la démocratie, aux principes républicains et laïques et à leurs libertés, sont plus nombreux que vous ne l'imaginez.
Vous sous-estimez leur capacité de résistance à cet islamo-fascisme auquel vous semblez si impatient de collaborer.

Non c'est précisemment parce que je ne la sous-estime pas que je ne vois pas où est le problème :)

La dernière chose que je souhaite c'est un gouvernement islamique chrétien ou judaïque, mais comme contrairement à vous je suis attaché à la démocratie, la seconde chose que je souhaite, c'est de denier le droit à quelqu'un de croire en quelque chose.
Votre supposé attachement à la démocratie fait que la déclaration d'un islamiste souhaitant l'avènement d'une France musulmane dans un délai de quelques décennies, vous parait tout à fait acceptable.
Autrement dit, n'importe quel extrémiste religieux chiant sur la République dans laquelle il vit, bénéficiant de ses avantages tout en la combattant, a votre aval. Pas de doute, vous êtes un farouche défenseur de nos principes et de nos lois.
A votre question "Où est le problème ?", j'aurais pu répondre que ce genre d'individu est le problème.
Mettre ses actes en conformité avec ses idées, devrait logiquement le conduire à demander l'asile à un de ces accueillants régimes islamiques qui lui servent de modèle. Il gagnerait du temps, et nous de l'espace.
En même temps, cet islamiste a tout à fait raison : personne n'a le droit de l'empêcher de rêver à une France musulmane. Tout le monde est libre de rêver, même si les rêves des uns sont les cauchemars des autres.

Idem pour la phrase "Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu’est l’identité française". L'identité française n'appartient à personne, et surtout pas à l'Etat. Toute définition de cette identité française ne peut être qu'arbitraire et beaucoup trop restrictive.

Donc oui: ou es le problème ? Même si on n'a pas envie de la société dont rêve cet imam (ce qui est mon cas), les phrases que vous citez ne sont pas scandaleuses. Et de toute façon, la démographie française fait qu'à moins de conversions massives, il n'y a aucune chance pour que la France devienne un pays musulman dans 40 ans ou même 100 ans.
Je considère qu'il est crucial, essentiel de se positionner par rapport à ce genre de discours, comme vis à vis de toute autre profession de foi intégriste.
De ce point de vue, je m'étonne que Justine ait pu écrire : Sur le papier, le CCIF et Al Kanz sont donc des interlocuteurs idéaux pour les grands médias en quête de témoignages. Outre qu'il existe d'autre sites où différents témoignages peuvent être recueillis, présenter ces deux-là de manière neutre, voire comme les plus dignes de confiance, me semble particulièrement irresponsable.

D'autre part, si je ne prétends pas cerner ce qu'est "l'identité française", je pense être en mesure de définir ce qu'elle n'est pas, affirmant sans trop m'avancer qu'un fondamentaliste qui souhaite remplacer la République Française par "une société globale, fidèle à l'islam", ne peut se réclamer de cette identité.

Enfin, plutôt qu'imaginer ce que sera la France dans 3, 4, 10 décennies, je préfère m'intéresser à ce qu'elle est aujourd'hui, une nation prise en étau entre deux extrémismes, l'un politique, l'autre religieux, que je combats avec la même détermination.
qu'un fondamentaliste qui souhaite remplacer la République Française par "une société globale, fidèle à l'islam", ne peut se réclamer de cette identité..


Et quelqu'un souhaitant la remplacer par une société globale communiste ? Ou une société globale capitaliste ? Ou n'importe quelle société globale ?

Et si "fidèle à l'Islam" signifie aussi laïcité comme dit ce religieux irakien ?
C'est vraiment le genre de message débile qui me hérisse le plus sur les forums en ce moment. Venant de Faab, généralement pertinent, c'est encore plus rageant, parce que j'y lis une soumission bécasse à un certain discours de gauche relativiste, qui fait bien, qui fait ouvert, qui fait au-dessus de la mêlée, quand d'autres de ses interventions démentent radicalement chez lui cette tendance au "tout se vaut". Bref non seulement son message est con et oiseux, mais en plus il paraît insincère, comme guidé par le besoin de ne s'aliéner aucune chapelle.
En ce moment, nous sommes sous état d'urgence au nom de la République, on assigne à résidence des militants écolos au nom de la République après avoir fait passé des lois scélérates au nom de la République, et on commence à sentir ce que pourrait faire un gouvernement Front National au nom de la République.
Vive les Républicains ? Ca dépend...

Quand je vois qu'on reproche à Justine d'avoir cité le CCIF et Al Kanz pour présomption d'intégrisme, ça me rappelle le temps où Alexandre Adler parlait de Oumma.com comme site "islamiste" dans un sens qui, pour lui, semblait proche de "terroriste". Ervé passe subrepticement du CCIF, Collectif Contre l'Islamophobie en France, à "un fondamentaliste qui souhaite remplacer la République Française" pour finir par exclure des gens ou des idées de "l'identité française".

L'Islam a une prétention universaliste qui ne connaît pas les frontières et si certains musulmans en font un usage "néoconservateur-évangéliste" de conquête militaire, d'autres peuvent se rapprocher de l'humanisme universel ou d'une Internationale. Tout musulman un peu formé aux principes théologico-politiques sait qu'il se doit normalement d'être en partie internationaliste, comme tout chrétien catholique (le Pape contre les rois...), et oui, il peut ne rien avoir à faire de "l'identité française" comme un moine trappiste ou moi-même.

Peut-être que j'exagère, que je sur-interprète, qu'il ne s'agissait pas du tout pour Ervé de baliser un chemin vers l'exclusion mais qui se voit en juge-policier de l'"identité française" ? L'histoire est pleine de grands Français ayant craché sur l"'identité française" et il arrivait même à De Gaulle de la renvoyer paradoxalement à un certain sens de l'universel, la France comme lumière du monde, travaillant pour l'intérêt général au-delà du sien propre, ces choses qui ont donné, un temps, un certain rapport à la justice universelle, au devoir de partage, de diffusion de l'intelligence, une certaine idée de la France qu'un salafiste se fera un plaisir de dénoncer d'abord comme hypocrite, d'abord par tous les reniements de cet idéal.

Les Franc-maçons ont voulu récupérer l'Emir Abd El-Kader (jihadiste s'il en est), et la prétention de Lumières françaises d'utilité publique mondiale, c'est comme la prétention d'un Islam d'utilité publique mondiale, c'est le point où se rejoignent toutes les pensées qui disent "concurrencez-vous dans les bonnes oeuvres" (Coran 5:48.). Un fondamentaliste peut très bien regarder la République en face et lui demander : "où en es-tu de tes bonnes oeuvres ? Fais-tu le bien ou le mal ? Faut-il te soutenir ou te combattre ? En quoi ta loi fait-elle mieux que la mienne ?". A défaut de vaincre ou convaincre, des opposants peuvent faire sortir du sommeil des certitudes, réveiller des consciences.

Chez Ruquier, j'ai vu Bayrou évoquer un de ses amis qui était au bord des larmes parce qu'après les attentats il sentait sur lui le regard des gens au supermarché, qu'il se sentait visé sans doute parce qu'il avait une bonne tête de "musulman d'apparence", et il ne s'agit pas pour moi de ne m'aliéner aucune chapelle, il s'agit pour moi de les connaître et de savoir le mal qu'on fait à son voisin avec des raisonnements cons et oiseux menant tout droit à un reniement (un de plus) des prétendus principes de la République parce qu'on passe tranquillement de la mise en cause d'un collectif contre l'islamophobie à l'exclusion de l'"identité française".

Donc, oui, je pousse le bouchon, pour voir où ça va : défend-on une forme identitaire de la France dont il faudrait préciser si elle exclut le CCIF ou Al Kanz ? Faut-il aussi se poser la question pour les "mondialistes" écolos, les (anarcho)(extrêmes)(ultra)gauches ayant gardé un sens de la lutte anti-nationaliste, qui se torchent avec le drapeau et pissent sur la flamme du soldat inconnu ? Qui menace la République ? On laisse décider la préfecture ?
L'identité française est un concept qui ne me parle pas, je n'en ai vraiment rien à foutre, je suis déjà bien assez emmerdé avec la mienne, alors celle d'un pays, ou d'un peuple, non, merci bien. A vrai dire je n'en ai pas tout à fait rien à foutre: je trouve toutes ces histoires d'identités sordides. En revanche contrairement à vous peut-être, je pense que le fondamentalisme (je n'ai pas dit terrorisme) religieux est une plaie, une catastrophe, un danger pour nos communautés humaines: il est plus raisonnable de s'y opposer franchement et de le cantonner aux marges. Ce sera mieux pour tout le monde y compris pour le croyant lambda.
Le jour où les mouvements ou associations anti-islamophobie feront la différence entre intégrisme (je n'ai pas dit terrorisme) et islam ordinaire, je les prendrai davantage au sérieux: pour l'instant ce sont des agents du confusionnisme ambiant.
Est-ce que les moines de la Grande Chartreuse sont une plaie ? Et le Dalaï-Lama ?

Ce qui est une plaie, c'est pour moi les évangélistes du mensonge (créationnisme & co.), les fascistes de "viva la muerte !", les tyrans de la Loi, les sauvages du sabre ou de l'épée etc., tous ceux qui prétendent à la dictature du monde au prétexte de leur foi. Que ce soit du marxisme-léninisme, du républicanisme colonial, de l'évangélisme impérialiste néoconservateur, du capitalisme new world order, de l'islamisme etc., il n'y a jamais loin de la conviction à la dictature à moins que ce soit la conviction qu'il faut être attentif à la préservation des libertés, qu'il y a bien une chose qu'on appelle "libertés fondamentales" à entretenir dans la loi civile, une chose qui autorise la gay pride autant que la vie ascétique ou la famille traditionnelle.

Dans mes échanges avec des "islamistes", je n'ai jamais eu de problème pour débattre, j'ai pu faire toutes les critiques que je voulais sans que ce ne soit pris pour de l'islamophobie, simplement parce que je connaissais à peu près mon sujet. Ou plutôt, on sent vite les graines de gourou, ceux qui adoptent des stratégies de pouvoir. Ces gars-là (ou filles...) sont intellectuellement et spirituellement médiocres, ils veulent surtout se mettre une étiquette de Pur pour prendre l'ascendant sur plus médiocre qu'eux, jusqu'à des niveaux dramatiques d'abaissement comme le "gang des barbares".
Il y a des choses assez typiques dans les commentaires de cette vidéo notamment ceux d'une "Adeline Toure" sortant des versets anti-mécréants et un "Hamza Slimani" cherchant à réduire l'islam à sa vision du Talion.

Je crois que la plupart des spécialistes disent que la formation des cadres de l'Islam en France reste un problème mais aussi qu'il y a tout un pseudo-islam hors cadre, des mouvements groupusculaires et d'auto-radicalisation qui passent à l'islam comme on change de label de gangsta rap, qui veulent juste une légitimation à l'expression de leur ressentiment, leur besoin de révolte-justice, de dignité, d'auto-valorisation.

Enfin bon, j'ai envie de dire : lire, relire et re-relire Dostoïevski, "Les démons" et "Les frères Karamazov" notamment pour sentir ces entrées dans des mentalités où la révolte devient crime et le désir de justice se fait nihilisme, destruction d'un monde mauvais. Dans tout ça, les moines sont parfois un moindre mal, le retrait quiétiste peut être une solution pour ceux qui peinent à vivre dans notre société voire dans notre monde (si, si, l'existentiel est aussi un problème pour certaines personnes).
Comme l'a démontré l'anthropologie et la sociologie, l'évolution de notre nombre provoque des changements profonds dans les sociétés humaines, des changements ayant une portée civilisationnelle.
Même si nos besoins fondamentaux sont invariants, l'évolution de nos relations sociales nous obligents à trouver de nouvelles solutions pour les satisfaire. Et ce qui nous intéresse ici c'est nos besoins vis à vis de l'autorité.

Si la religion a pu, par ses règles et ses lois, contribué à satisfaire ce besoin d'autorité pendant un certain temps, la complexité grandissante des relations sociales a obligé à trouver d'autres formes d'autorité.
Bien que les textes religieux soient suffisamment vagues et interprétables pour être appliqués à certaines de ces nouvelles relations, leur caractère immuable est évidemment le principal problème.
Si évidemment certaines religions ont réussies à se réformer, elles ne sont évidemment pas réformables à l'infini, ce n'est que repousser l'inévitable.

Nous sommes donc entrés depuis 200 ans dans une ère de déclin de la religion et de montée en puissance de la loi et de l'état de droit. Il est difficile cela dit de fixer un début à des évolutions qui ne sont visibles qu'au moment de chocs comme la révolution pour nous en 1789. Vous me pardonnerez donc ce raccourci.
On pourrait très bien aussi remonter à l'antiquité et à la naissance de l'état. Ce n'est pas ça l'important.

Ce qui est important c'est de comprendre qu'il est alors inévitable que des conflits naissent de ces grands bouleversements culturels et sociaux.

Mais surtout, il faut comprendre qu'il n'y a qu'une seule issue possible. On ne peut pas prévoir le temps que prendra cette transition. Mais nous pouvons prévoir avec certitude que l'autorité religieuse va finir par disparaître, car elle est tout simplement inadaptée aux besoins et problématiques des civilisations actuelles et futures.

Car si notre nombre évolue, c'est dans un seul sens.
Et la complexité sociale, même si notre nombre n'est évidemment pas le seul facteur, va évoluer aussi dans un seul sens, le même.

Si la religion gardera certainement une place dans la vie des humains, elle n'aura plus la place qu'elle a eu ou qu'elle a encore aujourd'hui.
Et il va falloir que les gens s'y fassent, ils n'auront pas le choix.

La laïcité, parce qu'elle est un progrès, et parce qu'elle répond précisément à ces besoins nouveaux, ne peut que s'imposer. Même si malheureusement à l'échelle de la vie d'un homme, on peut connaître des régressions qui peuvent nous laisser penser le contraire.

Après il faut prendre du recul et comprendre que ce problème n'est clairement pas le seul, et surement pas notre principal problème. Et c'est un problème qui touche les civilisations en leur intérieur, il ne s'agit pas de conflits entre civilisations. Même si des civilisations sont plus avancées que d'autres dans cette transition, pour aucune elle n'est réellement accomplie. Et la France reste à mon avis avec la laïcité la plus avancée dans cette transition. C'est dire le chemin qu'il reste à parcourir.
Conclusion (dsl, le délai pour modifier un message ... ).

Il devient évident que tous les mouvements sociaux ou culturels, religieux ou politiques, qui chercheront à entraver cette évolution, sont par définition néfastes. Cela englobe donc le Dalaï Lama même s'ils vous paraissent en apparence inoffensifs.
C'est le même conflit qu'entre l'obscurantisme de l'ancien régime et les lumières, qui se rejoue encore à notre époque.
Et encore merci à Ulysse de parler comme un être humain normal, décent.
Merci à Faab de parler comme un être humain décent, anormal.
Je te remercie de m'avoir remercié, Sterling.
Je te remercie de l'avoir remercié de t'avoir remercié.
Et la FNSEA, pas de garde à vue ni de condamnations après les dégâts, il y a quelques mois?
Bonjour
Dans la suite de l'article d'hier de Sébastien Rochat, concernant la politique du chiffre (sur ce point à lire le livre d'A. Supiot "la gouvernance par les chiffres") affichée par le ministre de l'intérieur, celui-ci a oublié de dire que depuis sa nomination il a 1 mort à son tableau de bord : Rémy Fraisse.
Il est vrai que le gouvernmement ne communique pas sur le bilan de ses perquisitions, ca veut dire qu'il n'est pas positif? On a beaucoup entendu parler d'un lance roquette au lendemain des attentats, je suis curieux de savoir si c'est celui de Saint Ouen http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/05/08/a-la-recherche-du-lance-roquettes-perdu-de-saint-ouen_4630111_1653578.html
Très bon article, effectivement. Le début de la chronique de la mort annoncée de la démocratie en France?
Mentionnons également l'initiative de la Quadrature du Net, qui recense les abus liés à l'état d'urgence : https://wiki.laquadrature.net/%C3%89tat_urgence/Recensement (tout le monde peut contribuer)

Sur le sujet, voir aussi ce que dit Lordon : http://blog.mondediplo.net/2015-11-30-Ce-que-nous-pouvons
Votez pour cet article!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.