112
Commentaires

Et les images frappèrent Darmanin

Commentaires préférés des abonnés

Il est probable que ce "rapport circonstancié" commandé pour "avant midi" au même préfet Lallement responsable de l'évacuation, ne sera qu'un subterfuge après tant d'autres. 


" qu'en termes galants ces choses là sont dites "


foutage de gueule eut (...)

Ils font ça depuis des lustres.... mais cette loi va leur donner de l'allant ! C'est un début. Rémy Busine (photo reporter) semble en avoir eu un aperçu cette nuit.

Je n'ai plus envie d'être polie ce sont des "salopards" qui se défoulent sur "ceux qui(...)

Où sont les castors qui voulaient faire barrage à Le Pen en 2017 ? 


Derniers commentaires

Des esprits malveillants auraient tendance à penser que Monsieur Darmanin  est le berger des brebis galeuses de la police.



Ça ne peut plus durer ainsi

Le 28 juillet 2020, après l’assassinat de Georges Floyd, le Ministre de l’Intérieur français a tenu ces propos délicats en commission des lois à l’Assemblée Nationale :"Quand j'entends le mot « violences policières », personnellement je m'étouffe". Bien sûr, il a été contraint de condamner les récentes violences policières mais il reste en poste. Or, de quoi s’agit-il ? L’habituelle référence à un usage disproportionné de la force ne tient pas. La violence de quelques policiers non plus. La triste réalité oriente plutôt vers l’alternative suivante : sommes-nous en présence de violences policières que le pouvoir politique ne parvient plus à contrôler ou bien ces violences policières constituent-elles l’assise du pouvoir politique ?  Le « en même temps » montre plus que jamais ses limites. On ne peut pas discourir sur la liberté de la presse tout en dissuadant les journalistes de couvrir des manifestations ou en tançant quelques journalistes jugés irrévérencieux. On ne peut pas proclamer la liberté de manifester tout en intimidant les manifestants par des techniques d’encerclement ou par des coups. Si le mouvement social ne peut plus s’exprimer, s’il n’est jamais écouté, cela revient à favoriser des formes de contestation beaucoup moins pacifiques. Il faut cesser de prendre les citoyens pour des imbéciles. Il faut cesser de jouer avec les valeurs de la République. 

Sur le Média, le dernier épisode de "Un pti coup de Bourbon" n'est visible que sur youtube, et à condition de s'identifier sous prétexte d'images pouvant choquer les enfants, encore que je voie mal comment mon adresse e-mail peut être garante de mon âge et des personnes pouvant utiliser mon ordi. 


Le titre "La police fait la loi au gouvernement" doit-il être corrigé par "La police fait la loi à mon domicile"? Ou encore: "La police se constitue un fichier"? 


Attention, Darmanin et consorts ne reculent que pour mieux prendre leur élan. 

Que peut-on faire ? S’armer ? Pendant combien de temps repoussera-t-on cette question afin d’éviter cette réponse ? Personnellement, j’espère mourir avant d’avoir à y répondre mais quand je vois cette dernière vidéo :

https://yetiblog.org/archives/28192

 


Je me dis que c’est la dernière ligne droite avant la nuit…

Concrètement, que peut-on faire? (c'est une vraie question, pas une figure de rhétorique). Surtout pour ceux d'entre nous qui ne vivent plus en France et fuient le flicage des réseaux sociaux. Sentiment d'impuissance..


Et les images frappèrent Darmanin


Les images assurent que M. Darmanin était consentant et récusent le terme de "violences picturales".

Cela fait combien d'années qu'on s'indigne ?

C'est beau un Scheidemann pris d'accès de foi. C'est rafraichissant, presque juvénile ;) 

"La Commission européenne, qui depuis quelques jours tiennent à l'œil la France de Macron, comme une sorte de Hongrie occidentale (au risque de quelques outrances et erreurs). "

Enfin !! ça fait 2 ans que je compare Macron et Orban !! Illibéraux et ultralibéraux même batailles mêmes idéaux.

Macron, ce n'est pas ni droite ni gauche, ce n'est pas la droite tout court, c'est le fascisme !

Un ami à moi, Parisien, qui a dû entrevoir quelques scènes horribles de cette séquence honteuse, a traité Darmanin de Tartuffe, tout à l'heure, sur F.B.   A mon avis, le "rapport circonstancié" va avoir la même destination que les enquêtes de la "police des polices" : classement vertical ! 

Et le petit patron du minable Darmanin et de l'encore plus minable Lallement va s'adresser à son petit peuple chéri ce soir pour distribuer les petites minutes de libertés surveillées (à condition qu'elles soient consommatrices), par le biais des media qui vont lui ouvrir les écrans ?

Merde. Si j'étais les merdia, je ne diffuserais pas "l'adresse du p'tit Minable" à son pauvre peuple maltraité. (je sais, je rêve... mais plus beaucoup d'issues)...

"Peut-être que le pronostic vital de la liberté de la presse est engagé en France"


Peut-être ? Depuis le temps que vous nous rapportez les problèmes rencontrés par les journalistes de terrain, j'imagine que ce "peut-être" n'est là que pour la forme.

Son excellence ( que certains esprits malveillants appellent : " qu'est-ce que tu m''fais pour ce prix-là " ) a demandé un rapport au Préfet de police.


Le Préfet a proposé la saisine de l'I.G.P.N


On peut supposer que l'IGPN  demandera un rapport à son Directeur.


Le Directeur de l' IGPN rendra son Rapport.


LI IGPN  remettra ce rapport au Préfet;


Celui-ci le fera suivre au Ministre.


On peut supposer que le Ministre prendra un temps de réflexion,  puis  soumettra le Rapport, abondé de ses remarques

au Conseil des Ministres.


Le Conseil des Ministres prendra l'avis du Président qui ajoutera ses remarques  judicieuses  ( il est à noter que  les remarques du Président sont presque toujours judicieuses ).


Puis, le Président statuera de manière définitive.


Dommage, ce sera en 2022 , au moment de l'élection : période peu propice à prendre des décisions.


Nous attendrons une période plus favorable.


Je rappelle ce que disait le grand sociologue Coluche à propos des punitions dans la Police :


- au bout de 30 avertissements, le policier risque un blâme ;


- au bout de 30 blâmes, il risque une dégradation : ce qui ne vise, évidemment, que  les gradés .


Vive la France, vive la République.





Le but n'est pas tant d'empêcher toutes les images de ce type, mais de réduire leur diffusion. Pour ce faire, il existe plusieurs possibilités :

1) laisser la police "confisquer" le matériel ou le casser (jamais un policier n'a été condamné pour ce genre d'acte), et encore plus facilement quand le "contrevenant" n'a pas de carte de presse.

2) faire condamner à des peines de prison et/ou amendes très lourdes, cf art. 24 de la loi de sécurité globale

3) inciter les réseaux sociaux à supprimer les vidéos possiblement problématique, cf art.24 de la loi de sécurité globale. Régulièrement, des vidéos sont supprimées sur YOUTUBE au motif que les images ou les propos sont violents. C'est déjà arrivé à D. ROBERT au Media.TV. Même quand la vidéo est de nouveau autorisée, ça freine la viralité.


Si malgré tout, ce n'est pas suffisant, il reste une possibilité :

Le gibier se faisant plus rare, les chasseurs et chasseuses seront invités à remplacer la police "républicaine" dans la chasse au migrants, ça coûtera beaucoup moins cher et ça fera toujours plaisir à l'autre extrême droite. On pourra même organiser comme modèle le film d'Yves Boisset "le prix du danger" (1983).

Oui, la presse est en danger mais ce n'est pas nouveau, c'est juste visible. Quand on a laissé 90% de la presse aux mains de 9 oligarques, le danger était largement visible. On ne peut même plus compter sur l'information service public, il a viré libéral et macroniste (pas partout, juste pour les matinales et les interviews politiques)

Hasard de la programmation :


Featured Documentaries

Blood and Tears: French Decolonisation (Part 1)


www.aljazeera.com/amp/program/featured-documentaries/2020/11/24/blood-and-tears-french-decolonisation

Mais quelle presse meurt?

BFM, LC et CNEWS sont au top de leur forme. Ce n'est pas LCI, BFM, CNEWS,, VA, l'Express, les Echos ....qui se font matraquer car eux ce sont LA PRESSE.

Seule la presse "d'opinion" meurt ,celle qui fait le job. 

La presse qui vit avec le politique, mange et couche avec le politique et le monde des affaires , elle se porte très bien . Cette même presse qui a fait macron, qui a fait sa politique, qui a fait l'a promotion et l'après vente de toute les réformes de macron, elle se porte très bien . Cette même presse qui fait la même chose depuis 40-50ans ( coucou Elkabach est encore dans le coin ? et Duhamel ? et Elkrief )


In fine la presse est traitée comme elle le mérite par un pouvoir qui la méprise. Ces grands médias n'ont été que des vassaux, hérauts du prince, le prince ne parle qu'aux puissants pas aux subalternes. 

En matraquant buzyne, taha bouhaf et autres, le pouvoir tape aussi sur Barbier, Truchot, Praud.... Mais ces derniers s'en foutent ils pensent encore être du coté du pouvoir, comme un bon chien qui ne sait pas qu'a la prochaine aire d'autoroute il ne remontera pas dans la voiture du prince.







Chaque jour, c'est davantage d'inhumanité, de violence, de cynisme... Ce sera quand - et comment - le terminus ?

Pour rappel, Castaner qui niait les violences policières avait lui aussi été choqué par le croche-pied d'un policier à une manifestante. Sous la France de Macron, c'est apparemment le seul type d'image pour lequel un ministère de l'intérieur s'autorise à reconnaître une violence des forces de l'ordre... 

Darma-Nain demande un Rat Porc.


Mais à quel sujet ?

-le camping

-les téléphones

-la circonférence au carré de la place de la République



23 novembre 2020, le jour où les Français n'ont plus pu ignorer que des fascistes étaient au pouvoir.


Et sans image, ça ne serait jamais arrivé. CQFD.

Mais si Darmanin est choqué par les "images", ça peut justifier l'article 24 est bon, puisqu'image, il n'y aura plus, et qu'il sera par conséquent impossible d'en être choqué. Par contre que ça se "passe" n'est pas un problème peut-être.

Je vois vraiment ce choix des mots comme un lapsus révélateur (ou alors une phrase bien réfléchie)

Oui la bastonnade, ça commence toujours  avec  ceux qui ne "sont rien" et cela fini avec ceux qui croyaient qu'ils "étaient tout" !! L'histoire en est pleine  : tête coupée, exil, emprisonnement à vie, coup de fusil, apoplexie, etc,    Il y a l'embarras du choix !!! On appelle ça les hoquets de l'Histoire, ça marche par cycle et il faut toujours être en avance d'une saison par rapport à eux !!!

"Migrants jetés comme au vide-ordures "...


Les techniques s'améliorent, tri sélectif, collecte robotisée... Ces migrants n'ont pas compris que ce pays n'a plus besoin d'eux.




Darmanin demande encore un rapport.


Il a une certaine tendance à demander des rapports.



Mais, cette fois-ci, c'est demandé à un homme. ( j'espère qua cette nouvelle tendance ne le décevra pas )

Demander un rapport au propre responsable des exactions policières.

Elle est bien bonne, celle-là.

"Bouh, c'est pas moi, M'sieur, c'est l'aut' grand au crâne rasé qu'a tapé le journaliste. Il est pas gentil, je vais le mettre au piquet pour lui apprendre à pas faire ça devant les caméras".

"Au fait, c'est quand qu'y a pu de caméras, M'sieur ?"

Les migrants ne savaient peut-être pas que pour avoir un logement ( ou conserver leur pauvre tente ), il fallait accorder des faveurs sexuelles ....

Le manque d'information....

Titre... percutant !

qu' en dit Hidalgo ? Elle qui applaudissait Girard  à la demande de Lallemend ????  

C 'est le pronostic vital de la Liberté qui est engagée pas seulement celui de la liberté de la presse. Les  médias maestrum s'emeuvent de ces images et c'est tant mieux. Où étaient ils pendant les gilets jaunes ?

Liberté, Egalité, Bastonné ...

Putain mais pourquoi j´ai glissé un bulletin Macron dans l´urne la dernière fois ?

"L'image se défend avec la force de l'image, et cette force est invincible".


Sympa ce mantra de photojournaliste. 


Mais les Chiliens dans les stades, ou l'homme qui s'opposait à un char chinois, dont les photos ont fait le tour du monde, doivent bien se marrer... dans leur tombe.

Où sont les castors qui voulaient faire barrage à Le Pen en 2017 ? 


Vous parlez de ceux qui en profitaient pour faire la leçon aux suspects qui ne voulaient pas choisir entre la peste et la peste ?

Je me souviens d'un qui disait "ressaisissez-vous ! " et qui a l'air de continuer à aller bien . 

Ils sont nombreux comme lui et il y a peu de mea culpa de la part de ceux dont la vie n'a pas (trop ) changé.

Par contre, ceux roulés dans la farine dont le quotidien est devenu angoisse du futur, à part se bouffer les doigts....

Ayant (non pas milité mais) choisi le vote Macron au deuxième tour 2017, je suis toujours aussi satisfait de l'avoir fait. Car entre deux maux, on a :


- Focalisé les révoltes contre l'ultra-libéralisme et la mise en lumière de sa violence durant trois ans (ce qui a culminé avec la crise des gilets jaunes), quand le débat aurait  sinon tourné à la réaction à chaque loi raciste, unissant le pays sur des sujets consensuels qui l'auraient rendu aveugle aux violences économiques.


- Révélé à tous, au grand jour, le côté fascisant et autoritaire de la bourgeoisie cool.


LePen, d'une on aurait eu les même dérives fascistes en 10x pire (vous vous plaignez de la loi séparatisme ? Imaginez ce qu'aurait fait LePen d'un Conflans...), et de deux le combat se serait révélé une lapalissade endormant toute conscience politique (les fachos sont fachos - certes).


Bref, oui, entre la peste et le choléra, je suis bien satisfait d'avoir choisir le choléra, ne vous en déplaise. Et si j'étais taquin, je rajouterais que je m'amuse d'avoir, à l'époque, fait le sale boulot pour tout une partie de la gauche qui peut maintent parader pour montrer combien elle a les mains propres, sans pour autant avoir à se taper le FN au pouvoir (laisser les autres faire le sale boulot, ce serait pas une définition de la bourgoisie, tiens tiens)...


Ce qui ne veut pas dire que je le referai "barrage" automatiquement, chaque élection appelle sa réaction spécifique.



"on aurait eu les même dérives fascistes en 10x pire "


Pourquoi redoutez-vous les "dérives fascistes en 10x pire " ? Tant que vous échappez aux "dérives fascistes en 100x pire"...

Vous détournez la question, qui est de savoir quoi choisir entre deux maux.


"Ne pas voter pour Macron pour ne pas répondre au chantage du vote", c'est une raison que j'entends tout à fait.


Mais si c'est juste pour opposer "ha vous voyez, vous avez voté contre Lepen et vous avez une politique fasciste", vous serez bien obligés de vous demander ce qu'aurait donné l'alternative, question fascisme. Ou alors c'est intellectuellement malhonnête.

En politique, quand aucune option n'est positive, le choix réside, non pas  entre deux maux (laissons ce dilemme aux médecins), mais entre l' acceptable ou l'inacceptable, entre l'humain ou l'inhumain.


Tout les reste, ce sont des fables qu'on se raconte  ; histoire de garder une bonne opinion de soi.


merci de nous avoir permis de faire l'expérience du macronisme, ce qu'un esprit un peu politique avait parfaitement compris à l'époque. En fait ce choix entre la peste et le choléra est un choix biaisé car nous aurons - nous avons déjà -  à la fois la peste et le choléra. Vous nous parlez d'un danger virtuel (le RN) pour éviter de vous affronter au danger réel, Macron. C'est Macron qui fait cette politique anti sociale et d'atteinte aux libertés qui n'a rien à envier au RN, pas Marine Le Pen. Et votre dernière phrase d'ailleurs contredit totalement votre échaffaudage rhétorique. Expliquez nous en quoi faire barrage aujourd'hui n'est pas aussi nécessaire qu'hier ?

D'une, l'équivalence entre la politique actuelle de Macron (aussi ignoble soit-elle) et celle qu'aurait proposé le RN, j'aimerais bien qu'on la prouve, car elle ne me semble pas aller de soi. La politique nihiliste du pire (si on m'a enlevé 2 droits, pourquoi pas 10, si on met en danger les immigrés, pourquoi ne pas carrément encourager leur lynchage) très peu pour moi.


De deux, la prescience d'un "esprit un peu politique" n'a pas beaucoup de valeur ici, seule compte la lucidité générale qu'a la population à ce sujet, et ce que ça influera politiquement. Encore une fois, pas de prise de conscience massive des violences policières (qui serait restée un "truc de banlieue ou de blackbloks") sans le mouvement des gilets jaunes.


Enfin, ma phrase finale renvoie simplement à la question du contexte politique. Je trouvais qu'il y avait plus d'avantages à se battre contre l'ultra-libéralisme pendant 5 ans, et à dévoiler sa violence, qu'à valider une politique fasciste et raciste qui n'aurait certainement pas attendu 3 ans de mandat pour se défouler. Mais à côté de ça, la question du chantage au barrage électoral, qui paralyse la cinquième république, reste une question qui doit tôt ou tard être adressée, et qui rend toujours l'option d'une abstention valide. Je ne peux pas répondre à cette question dans l'absolu, tout dépend du contexte.


Bref : je n'ai rien contre les gens qui n'ont pas voté pour Macron (c'est un choix tout à fait légitime), mais je suis irrité des deux qui viennent jouer les donneurs de leçon en se drapant dans leur pureté morale, en utilisant les ignominies du pouvoir actuel pour créer à la va-vite des équivalences hasardeuses (5 ans de macronisme = 5 ans de FN ? Vraiment ?), et en crachant sur ceux qui leur ont permis d'éviter la catastrophe. Quand bien même la situation actuelle est sérieuses - mais là encore, la politique du pire, très peu pour moi.

Je me permets de donner mon avis sur vos échanges, car il c'est sujet à quelques empoignades amicales lors de discussions animées ( voir avinées si c'est à l'apéro... )


votre argument de "laisser faire le sale boulot aux autres " on me l'a aussi envoyé; et ce n'était pas pour le "duel " MACRON/ LE PEN mais pour celui d'avant : CHIRAC / LE PEN où là non plus je ne suis pas allé voté.


La raison de ce non vote ( TODD disait lui de " s'abstenir dans la joie " plutôt que d'aller voter Macron ), c'est qu'on n'avait pas besoin de nous pour faire passer "le moins pire des 2 ".


Déjà pour Chirac, la droite et une grande partie de ceux qui se croyaient encore de gauche allait gaillardement faire barrage à LE PEN; un LE PEN qui n'avait aucune réserve de voix et qui ne pouvait donc pas l'emporter !


Seule Arlette LAGUILLER a eu le courage de faire ce simple calcul, et de dire que ce serait sans elle.

A quoi bon donner à un président un score de dictateur africain quand on savait déjà ce qu'il allait en faire ?

Et force est de constater que ceux qui suivaient un peu la politique de CHIRAC n'ont pas été surpris quand il a ri au nez de BAYROU venu au lendemain des élections lui proposer de former un gouvernement d'union national.


Alors, pour MACRON, ce fut la même "sanction", ce fut sans moi. 

Pas de gloire à en tirer juste la satisfaction de ne pas avoir été le jouet d'une pression médiatique m'obligeant à jouer à un jeu avec des dés pipés.


Après, l'étape suivante, c'est de faire comme Bégaudeau, Dupontel et tant d'autres moins connus; c'est de s'abstenir dès le premier tour !


Perso, je n'en suis pas encore là, mais il ne faut jamais dire fontaine...


Personnellement dès le premier tour comme depuis bien longtemps je porte les idées de la gauche, la vraie pas celle de valls, cazeneuve, et macron

Je vote aussi souvent uniquement au 1er tour ( par obligation ) mais c'est frustrant car à cause de ce mode de scrutin qui ne nous laisse que 2 choix au second tour...


Alors quand c'est Hollande / Sarko, le choix est vite fait, mais souvent c'est plus triste

Pour Chirac, j'ai un point de vue différent (mais évidemment subjectif) sur la situation : il me semble que l'idée n'était alors pas tant de faire barrage au sens de contrer un risque (quoique la situation était tellement inédite et imprévue qu'on était plus si sûrs de rien), que de restaurer l'honneur du pays et d'affirmer un rejet massif du fascisme façon référendum - la France était alors le premier pays à l'international, si mes souvenirs sont bons, à risquer d'amener un fasciste au pouvoir, avant que ça ne devienne une mode... Pour le coup, le score de dictateur africain, de par son absurdité, ne valide pas la politique de Chirac, mais souligne au contraire qu'il a été élu contre Lepen, et uniquement pour cela. Ce qu'il en fait ensuite, ce n'est évidemment pas une surprise, mais il aurait appliqué cette politique avec ou sans un tel score.


Pour Macron/Lepen, c'était en effet différent, on était depuis longtemps rentrés dans une logique organisée et préparée par les politiques eux-mêmes de barrage cynique, avec cependant un doute accru quant à l'issue du scrutin (car le vote Lepen, en 2017, ça fait longtemps que ce n'est plus un vote de contestation, mais d'adhésion, notamment après le référendum européen ignoré qui peut rassembler bien au-delà de son camp). 


Sur l'idée de laisser faire le sale boulot aux autres, dans les deux cas la question me semble être facilement tranchable : si vous vous foutez de voir arriver LePen au pouvoir (voie nihiliste, du "il faut que ça pète"), ou si vous êtes certain/e que les adhérents du candidat-barrage (qui votent pour lui par adhésion) seront suffisantes pour contrer le candidat d'extrême droite, il n'y a effectivement rien de cet ordre : vous êtes juste pragmatiques vis-à-vis de vos convictions.


Par contre, si vous ne voulez pas de Lepen, mais que vous pensez qu'il faudra plus de voix que celles de ses adhérents au candidat barrage pour passer, là oui, vous déléguez, et vous laissez d'autre faire le sale boulot. Ce qui n'est pas forcément problématique si vous voulez amoindrir son score, mais qui le devient par contre si vous venez ensuite faire la morale à ceux qui ont voté à votre place. ("vous" étant ici un exemple, pas vous en particulier).



merci pour votre réponse, je comprends votre stratégie mais je reste campé sur la mienne ( qui vaut ce qu'elle vaut... )

Et je ne m'enorgueillis de rien, je dis ce qu'il est !


Pour l'électro-choc de LE PEN au second tour, je crois que l'Autriche de Jörg Haider  avait ouvert le chemin en Europe et tétanisé celle-ci.

Et l'extrème droite en Autriche, c'était autrement plus traumatisant

"restaurer l'honneur du pays et d'affirmer un rejet massif du fascisme façon référendum"


Restaurer l'honneur du pays en votant Chirac ? Faut arrêter les bols camarade.


Relisez vous. Votre message n'est qu'une suite d'arguties pour justifier votre trouille au moment du second tour.


Eh oui, nous venons faire la morale ("nous" étant ici un exemple, pas moi en particulier). Il y a des circonstances où l'on doit s'engager. 


En plus, cet engagement là ne nous a coûté ni nos mains, ni un oeil, ni une jambe.

> Restaurer l'honneur du pays en votant Chirac ? Faut arrêter les bols camarade.


Vous le faites exprès ? Restaurer l'honneur du pays en votant en masse contre le candidat raciste/fasciste, et en affirmant par là-même l'attachement à un certain nombre de principes qui dépasse les clivages politiques. On peut jufer ça naïf, pas de problème, mais personne a gauche n'a voté Chirac par amour pour Chirac, et le reformuler en gag n'y changera rien. Ca me laisse pantois cette façon de résumer le peuple à un simple robot qui vote, comme s'il n'était pas traversé d'idées ou d'affects... Le million de manifestants qui descend dans la rue le 1er mai, les dizaines de milliers qui le font dès le premier soir, en quoi ils empêchent concrètement Lepen de passer au deuxième tour ? Un peu de sérieux.


Quant à la trouille, merci bien de vous inquiéter de mes angoisses et de me dénier toute hésitation intellectuelle, mais vous vous plantez : en bon blanc croisant un policier une fois par trimestre, je ne risquerais pas grand chose si moi aussi il me venait de prendre une posture d'esthète en appelant à laisser LePen gagner et advienne que pourra, en jubilant du chaos politique qui s'ensuit. Il se trouve qu'il y a en France pas mal de personnes moins chanceuses que moi pour qui Macron ou Lepen ou pouvoir, ça fait une différence très pragmatique, très concrète, dans leur sécurité au quotidien. Ce qui s'est passé hier soir à République n'aurait pas attendu trois ans de mandat sous le règne du FN...

"Ca me laisse pantois cette façon de résumer le peuple à un simple robot qui vote, comme s'il n'était pas traversé d'idées ou d'affects"


N'avez-vous pas l'impression de prendre vos fantasmes pour la réalité ?


J'étais dans la rue le premier mai de cette année là, comme tous les autres premier mai (sauf celui qu'était confiné). Mais pas pour clamer qu'il fallait sauver l'honneur de la république en votant Chirac.


Ce qui me désole dans votre réponse, c'est son aveuglement. 

.


"Ce qui s'est passé hier soir à République n'aurait pas attendu trois ans de mandat sous le règne du FN..."


L'uchronie, c'est toujours un moyen commode de se dispenser d'argumenter. 


Bon. on a attendu trois ans mais ça s'est passé. Et bien pire avant ça. Et le pire du pire n'est pas encore advenu.


Bonne soirée quand même.

Et vous avez une idée pour faire "barrage" à Macron ou son semblable ?

On se fabrique les alibis qu'on peut !

Et on trouve de quoi nourrir son narcissisme moral comme on peut ("MOI j'ai pas voté, moi je suis tout propre !" - une médaille, peut-être ?). On peut longtemps tourner en rond comme ça, je ne suis pas sûr que ça nous amène très haut...

Bla bla bla !

Vous avez participé à la guignolade de l'élection présidentielle et contribué à pourrir notre démocratie. En effet, prenez en de la graine...

Votre démonstration ne tient pas la route deux minutes si on se penche sérieusement sur la question. Si Le Pen avait été élue, vous croyez qu'elle aurait gouverné avec qui à l'Assemblée ? Bah avec LREM et LR pardi !

Donc l'éducation du peuple que vous prônez (si elle a un sens...) aurait tout de même eu lieu puisqu'on aurit vu clairement les néolibéraux collaboré avec les fachos. Et en prime, Le Pen aurait été définitivement grillée, ce qui aurait peut-être permis d'avoir un réel débat en 2022...


Là, les gens comme vous nous condamne sempiternellement au même déni de démocratie tous les 5 ans : brun bonnet et bonnet brun !

"Si Le Pen avait été élue, vous croyez qu'elle aurait gouverné avec qui à l'Assemblée ? Bah avec LREM et LR pardi !".


Hypothèse très plausible et toujours d'actualité. 


Et si on lui offre un homard géant, peut-être bien aussi avec De Rugy.

Je ne suis pas d'accord avec votre analyse : 


En 2017 l'idéologie de l'extreme droite n'était pas aussi implantée dans les esprits qu'aujourd'hui.
A l'époque, si Le Pen avait été élue je suis persuadé qu'on aurait eu une vraie opposition : Macron aurait fait "pshit" donc LREM n'existerait plus.

Le rejet du RN était assez fort pour que les partis classiques ne veulent pas s'y associer trop ouvertement. Il est peu probable que les législatives leur auraient donné le même succès qu'à Macron (qui eu le bénéfice de la nouveauté).


Donc la moindre repression qu'on passe aujourd'hui à Macron ne passerait pas avec Le Pen : 

La violence policière passe plus facilement aujourd'hui car sur l'échiquier des oppositions on a LR qui veut se démarquer de macron donc ils doivent se positionner plus à droite que Macron.

Avec Le Pen, la logique serait inversée : LR voudrait se positionner comme plus modéré, ça ferait pencher tout l'échiquier à gauche comme des dominos.


Sans LREM, la gauche modérée se rapprocherait plus facilement de LFI car le PS serait tout aussi mort et LR est trop à droite.


A l'inverse, élire la gauche/centre (officiellement) qui fait une politique de droite, ça facilite le passage de mesures liberticides car les médias en France supportent plus facilement un gouvernement centriste qu'un gouvernement d'ED.


Là on arrive en 2022 où les propos du RN passent nettement plus facilement dans les médias, ces 5 années auront été catastrophiques du point de vue de la pénétration des idées d'ED dans la population générale et des médias.

Dans la population, je n'en sais rien. Je me méfie des sondages qui ne sont que du marketing politique. Dans les médias, en revanche, c'est une certitude.

Et de  trois, MLP élue, rien ne dit qu'elle aurait eu une majorité lui permettant de gouverner, c'est même probablement tout le contraire.

Tant qu'à faire de la politique fiction, autant aller jusqu'au bout du raisonnement.

Bon on fait de l'histoire fiction mais je ne pense pas que les choses auraient pris ce tour. Le pen n'aurait pu gagner que grâce à une forte abstention (la vôtre et celle de vos homologues).


Le choc de son élection aurait probablement provoqué un retournement aux législative où je pense que le FN aurait subi un assez sévère retour de baton. 


Nous aurions eu une situation finalement assez ouverte où les factions, pour avancer, auraient du se trouver dans une tout autre dynamique que celle du pouvoir quasi absolu auquel nous avons affaire. 

LePen, d'une on aurait eu les même dérives fascistes en 10x pire (vous vous plaignez de la loi séparatisme ? Imaginez ce qu'aurait fait LePen d'un Conflans...), et de deux le combat se serait révélé une lapalissade endormant toute conscience politique (les fachos sont fachos - certes). 


Un régime de cohabitation semblait être l'hypothèse la plus réaliste en cas de victoire de Le Pen.

Je ne pense pas que le FN aurait été majoritaire à l'assemblée. Elle aurait eu les coudées moins franche qu'un Jupiter plébiscité par l'ensemble des grands médias surtout que certains bourgeois qui ne voit aucun mal dans ce que fait Macron ont biberonnée à la lutte contre le FN.


Mais c'est vrai qu'unalliance entre le FN et des membres opportuniste des partis bourgeois n'était pas à écarter on voit de quoi les amoureux du dieu argent sont capable pour défendre leur idole ce sera peut être le scénario des prochaines législatives.


Difficile de dire ce qu'il aurait fallu faire. N'ayant pas voté au second tour je reconnais que je me serai senti couillon si Le Pen était passée car on a pas l'habitude de ce type de configuration j'imagine qu'on serait rentré dans une belle crise politique de toute façon c'est une question de temps cette crise va arriver on ne sait juste pas quand.


A l'époque c'était assez désagréable de se faire traiter de facho ou de complice je crois que c'est sur ce plan que les castors devrait être un peu remis à leur place c'est faux de dire que ça aurait été pire on ne le saura jamais. 


Quand à ceux qui ont cru en Macron (j'en connais) en se croyant de gauche ils ont depuis fait leur mea culpa ou leur coming out réac.


En tous cas  imaginez bien que les 5 ans de macron auront permis à une corporation noyautée par le fascisme, la police, de se sentir plus fortes que jamais en cas de coup d'état. Pour l'armée je crois aussi qu'il y a un grand amour du FN chez les gradés. Tandis que dans le même temps les espaces de résistance ont été encore affaibli notamment grâce à la merveilleuse obsession prolongée de notre pays pour la critique de l'islam.


Ce qui on fait leur choix sans accuser les autres n'ont pas à rougir de quoi que ce soit.



ils bossent à Libé : "faites ce que vous voulez mais votez Macron"

Autant c'était grave de voter Macron au premier tour (sauf pour les gens pas trop politisés qui se sont fait berner) autant au second tour, bah, quelle importance? Le mal était fait, il était élu de toutes façons, certains ont voulu se faire peur, d'autres ont voulu se montrer plus radicaux et snober les autres... 


Et ça continue, alors que, en plus, c'est complètement périmé.



Je crois que ne sera périmé que lorsqu'une campagne puis une élection se dérouleront sans que les dés ne soient pipés, sans que les fortunes, les médias les accointances entre puissants  ne mettent en place puis agitent les théâtre de marionnettes auquel nous sommes appelés à participer, de temps en temps, tous les cinq ans.

C'est pas gagné ...

Il est probable que ce "rapport circonstancié" commandé pour "avant midi" au même préfet Lallement responsable de l'évacuation, ne sera qu'un subterfuge après tant d'autres. 


" qu'en termes galants ces choses là sont dites "


foutage de gueule eut été plus proche de la réalité !

Je pense que personne n'a compris. 

Darmanin est choqué par la présence de ces tentes, place de la République.

Le rapport concerne cette situation là : comment a-t-on pu laisser des réfugiés s'installer sur une place symbolique de Paris ?

;)

Ils font ça depuis des lustres.... mais cette loi va leur donner de l'allant ! C'est un début. Rémy Busine (photo reporter) semble en avoir eu un aperçu cette nuit.

Je n'ai plus envie d'être polie ce sont des "salopards" qui se défoulent sur "ceux qui ne sont rien".


Respecter la tradition c'est important

Tu parles d'une victoire.

J’aimerais être aussi optimiste que vous Daniel. 

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.