151
Commentaires

"Dans les films, des catastrophes enfantines et plaisantes..."

De la catastrophe japonaise, nous parviennent chaque jour des images indéchiffrables et opaques. Celles des réacteurs de la centrale de Fukushima, difficiles à interpréter et sur lesquelles les informations sont contradictoires; mais aussi celles du peuple japonais, conservant apparemment le plus grand sang-froid dans l'épreuve, à la grande surprise des envoyés spéciaux français. Comment interpréter ce calme ? Serait-il dû à la familiarité des Japonais avec des images de catastrophe, qui nourrissent abondamment nombre de classiques de la culture japonaise, mangas ou films ?

Derniers commentaires

En 1990, Akira Kurosawa réalise un ensemble de courts-métrages dont l'un, "Le Mont Fuji en rouge", imagine une catastrophe liée à l'explosion de centrales nucléaires:
http://www.youtube.com/watch?v=Zd8T76E45k0&feature=related
Ce n'est pas un chef-d'oeuvre, mais c'est tellement prémonitoire !
Le film s'appelle "Rêves" ("Dreams").
De retour à Tokyo après 3 semaines en exil un peu forcé du fait de la pression Franco-française (je suis père d'une famille de 2 enfants en bas âge) à Okinawa, je découvre avec stupéfaction cette émission. Votre invitée japonaise a une légitimité, mais un seul témoin (d'ailleurs absolument indirect) n'est pas valable en la circonstances. Pardonnez-moi de vous le dire, mais ses imprécisions involontaires mais graves vont dans le sens français de cette catastrophe. On sent le plateau frémir à l'idée que cette démocratie est censurée et sous-informée. Or dans le cas précis, il n'en est rien. Je suis connecté à de nombreuses sources (Via internet, l'ambassade de France BBC, CNN, Le Monde, n'en jetons plus, ) et avec mon épouse japonaise, nous avons recoupé les informations japonaises et celles glanées via d'autres sources. Les données brutes sont absolument les mêmes. Comme dirait Daniel, je suis tombé de ma chaise en attendant votre invité déclarer qu'à la télévision japonaise on n'a jamais parlé des dangers de l'iode 137. Renseignez-vous, la TV japonaise est un téléthon permanent du nucléaire ces trois dernières semaines. Les exemples de contre vérités seraient multiples, mais passons.
Une collègue et amie japonaise que j'ai retrouvée en exil à Okinawa m'a expliqué la raison de sa présence : "ma mère m'a dit: à mon âge (60 ans en gros), je peux mourir d'un cancer, toi (faites le calcul), tu as encore des choses à faire et tu es en vacances, va chez ta soeur à Okinawa."
Elle et moi sommes rentrés à Tokyo. Début avril, c'est le début de l'année économique au Japon. Nous ne sommes pas sous-informés, ni des trop disciplinés (à Didier Porte que je regrette à FI mais qui n'en est pas à sa première chronique à côté de la plaque).
Nous sommes 37 millions dans la conurbation de Tokyo. Risque nucléaire ou pas, sous-information réelle ou fantasmée, la plupart d'entre-nous n'a pas d'autre refuge. La catastrophe nucléaire est potentielle.
Ayons du respect pour les victimes de la catastrophe réelle.
A titre personnel, il ne me semble pas que ce soit le choix éditorial de l'émission qui pose problème ; c'est le traitement du sujet.
Aborder la question du rapport des Japonais aux catastrophes naturelles est en soi très intéressant et pourrait nourrir un débat vraiment riche, mais on a ici : un spécialiste de la culture populaire mais pas du Japon, un spécialiste du Japon mais pas de sa culture populaire (et encore moins de son histoire), et une Japonaise dont le rôle est limité à celui d'arbitre validant les points de vue avancés sur le plateau.
On part donc un peu dans tous les sens : les clichés véhiculés par les envoyés spéciaux français (ça vaudrait en soi au moins une émission - ou quatre, si ça ne tenait qu'à moi), une digression rapide sur la qualité de l'information accessible à la population japonaise sur place (ça vaudrait en soi au moins une émission - ou douze, si ça ne tenait qu'à moi) et un survol des films catastrophes et autres kaijû japonais - à croire que les catastrophes naturelles et la culture populaire sont au Japon nées en même temps que le cinéma. Bref, au final l'ensemble m'a paru assez décousu et un brin superficiel.

Au risque de tomber dans le hors-sujet - mais après tout l'émission est passée depuis longtemps et le forum un peu ensuqué :) je crains surtout en terme de choix éditorial que, malgré les intentions louables de différer un bilan de la catastrophe, on tombe dans le même pas de deux et de travers qu'à chaque actualité lourde extra-hexagonale : d'abord on montre sans expliquer (ou si peu) pour bien imprégner les rétines, et ensuite on recentre vite sur un bon vieux débat franco-français dont on maîtrise bien les codes. Cas d'école avec Fukushima : tout le monde panique devant les scénarios de la catastrophe annoncée et on entame vite un débat sur les risques du nucléaire en France, sur l'avenir du nucléaire en France, sur les retombées radioactives en France. Idem sur internet, où chaque article sur le sujet est prétexte à un déferlement de commentaires sur les horreurs du nucléaire et du grand méchant lobby qui le promeut. Traiter au fond ce qui se passe sur place avec le recul et la prudence que la situation appelle, les conséquences, la gestion de la crise, on verra plus tard - ou pas.
J'espère que ce ne sera pas le cas cette fois, et qu'on aura droit un jour à une émission centrée sur le traitement par les médias français de l'actualité japonaise récente - et pas simplement à la question du lobby nucléaire versus les médias.
L'idée de l'émission étant de parler inconscient collectif et images, il y avait sans doute encore beaucoup à dire. Mais bien vu pour le parti-pris décalé. Et puis, au contraire des quelques gentils BHL du forum, si prompts à distribuer les mauvais points et les brevets de pertinence en 24 secondes chrono, je ne pense pas que parler de culture populaire soit hors sujet lorsqu'il s'agit de tenter d'appréhender un mode de pensée et de représentation qui est quelque peu étranger à beaucoup d'entre nous.
A propos de représentations catastrophisantes.

Alain Korkos fait écho à des réserves bédéfiles sur l'américanisation d'Akira bientôt adapté en film. Je ne peux pas me retenir de renvoyer sur les petites animations de Harry Partridge, qui avait déjà expérimenté le concept, avec un résultat parfaitement enthousiasmant : http://www.youtube.com/watch?v=jafd97yJFOI
Je n'aurais pas, mais pas du tout cité Goldorak dans cette émission. Les Golgoths sont nombreux à être fabriqués à partir d'animaux mutants soumis à des rayonnements intenses, et je doute que dans les yeux d'un enfant cela paraisse inquiétant (plutôt fascinant). Le complexe du Pr. Procyon fait en toute logique appel à l'énergie nucléaire. Il y a bien les aspirations bucoliques d'Actarus, et le souvenir du ravage de son ancienne planète, mais on reste dans la problématique du super héros qui impressionne surtout lorsqu'il se castagne à bord de son robot.

Non, le premier anime qui me vient à l'esprit est Spectroman (Spectreman), une série ratée des années 70, mais précurseur en matière de prise de conscience écologique. (cf. Le Générique )

En second lieu, je placerai San Ku Kai. J'ai à l'esprit cette image de Golem 13 provoquant un terrible éboulement à chacune de ses apparitions sur la planète dont le San Ku Kai et son sympathique équipage ont la charge de la protéger.


Emission plutôt pas mal, qui m'a pourtant laissé sur ma faim.
J'ai trouvé cette émission très bien amenée. Je ne comprend pas l'acharnement des gens contre le fait d'attendre quelque temps avant de poser une analyse, afin qu'elle soit plus juste et plus concrète...??? Quel déchainement de violence!

Je pense que les gens qui y ont vu un point de vue trop léger, ne se sont même pas posé la question (même si ils pensent le contraire) de savoir si ils voulaient vraiment comprendre le point de vue et l'état d'esprit japonais, où si ils réagissaient devant la catastrophe via leur propres peurs (et donc attendent le même genre d'analyse de la part des medias). Ce sont les même qui n'ont parlé que des problèmes nucléaires en france avant de parler du malheur japonais lui même il y a une semaine, (j'en parierais ma main..).. Ce sont donc des gens centré sur eux même..(eh oui j'ose)


En ce qui me concerne, j'ai beau avoir vecu dans ce pays un an, j'ai appris des choses fort intéressantes durant l'émission, sur l'historique et la mise ne perspective de cet état d'esprit nippon.


j'ai l'impression qu'on a trouvé cette émission soit trop geek soit pas assez finalement. Je pense surtout qu'elle a été fort mal comprise.


L'histoire de l'Art (et en l'occurrence l'Art populaire japonais est le reflet de sa société donc c'est un Art très significatif et juste), est une discipline permettant de comprendre l'Histoire au travers de l'état d'esprit et des croyances des hommes. Y a rien de plus efficace en somme pour comprendre comment on n'en est arrivé là.. Ne voir dans cette émission qu'un rassemblement léger et puéril par rapport à ce qui se passe au Japon est une réelle erreur d'interprétation.







Bref, un grand merci!
Dommage que certains utilisent cet espace afin prolonger leur pugilat personnel avec le chroniqueur cinéma commencé quelques forums plus tôt.
http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/?year=2011&month=3&day=22#id=3034329

Mystère de la chimie de mon cerveau, je trouve que la tsr a un peu mieux respecté mon calendrier interne (même si je trouve la juxtaposition d'images, dans la vidéo, un peu limite). Comme quoi, à quoi ça tient, tout ça...
je tiens à partager des données et cartes très interessantes rédigées et/ou réunies par Remi Scoccimaro (géographe) et l'equipe de l'Univ. Toulouse le Mirail

http://japgeo.free.fr/

dont ce billet agacé de Philippe Pelletier (Université Lyon 2 UMR 5600) "Le centre a tremblé, la province a subi"
que l'on peut lire ici http://japgeo.free.fr/Sendai/PhPelletierTohokujishin.pdf

sur la politique japonaise, je tiens aussi au souligner l'article de Pierre Souyri
http://www.reseau-asie.com/edito/les-editos-du-reseau-asie/haute-administration-japon-souyri/





bonne lecture
Toutes ces religions sont très présentes au Japon, on peut passer de l'une à l'autre,
j'aurais aussi aimé que l'ont traite dans votre émissions de l'influence des ces représentations du monde dans le manga ou la "catastrophe"...
notamment dans le shintoïsme, ou les esprits de la nature sont très présents, tant au niveau local (quartier, village...) qu'au niveau national.
Après après regardé l'émission et lu le forum, et découvert beaucoup de liens intéressants, je suis assez d'accord avec l'idée d'une émission ratée qui ne va pas assez loin ou nulle part à force d'être peu claire dans ces objectifs et peu pertinente dans l'organisation du temps de parole.

Les intervenants ne disent pas grand chose, les transitions sont lourdes et j'ai presque l'impression de gêne, comme si la rédaction avait eu une idée mais ne savait pas trop comment l'approfondir. Les interventions de DS qui joue comme d'habitude les ingénus sont aussi pénibles, s'étonner tout le temps ne permet pas d'aller bien loin dans la réflexion.

C'est dommage, je trouve le thème passionnant mais je dois dire que je n'ai rien appris. J'ai plus réfléchi à partir de quelques liens proposés et réflexions précises comme celles de IT.

Au passage, a propos de Tezuka, un de ses mangas m'a longtemps fasciné, il s'agit de Phénix, l'oiseau de feu... Manga extraordinaire qui évoque une série de civilisations qui naissent, périclitent, disparaissent, et de personnages plus ou moins récurrents qui traversent ces "époques" différentes. L'homme y apparaît comme un accident parmi d'autres au milieu de cycles temporels d'une longueur étourdissante... Ce manga m'a plongé dans des états de pessimisme noir et d'optimisme apaisé.

Pas le temps de l'évoquer plus longuement mais je le recommande vivement....
Je suis mariée à un japonais depuis plus de 25 ans et j'y ai fait de nombreux voyages. J'ai même appris le japonais assez bien dans ma jeunesse, mais faute de le pratiquer, je le parle presque plus. Mon mari suit les informations sur les journaux japonais de tous bords et confronte les informations. Autant vous dire que qu'il a pu noter de grandes disparités dans l'information. Exemples :

- En réalité, les français(et autres étrangers) n'étant plus sur zone depuis l'alerte nucléaire ont un sérieux temps retard (ex : le sauvetage de la grand mère et du petit fils était annoncé samedi au japon, et ne date pas du tout de dimanche)

- Dixit médias japonais : Les sauveteurs français se sont rebiffé quand on leur a demandé de transporter des cadavres. Ils n'ont rien voulu faire et sont allés dans la base américaine du nord qq temps, pour finalement rentrer en France. (On se demande pourquoi il n'est jamais prévu d'intermédiaire compétent qui puisse expliquer les codes linguistiques et culturel pour faciliter la communication. Ça clache systématiquement entre le tempérament sanguin/esprit de supériorité/manque d'écoute et de sens de la solidarité français -l'équipe est venue pour se "faire valoir"- et la retenue/inflexibilité/organisation orchestrée sans égotisme, pour le bien collectif -au Japon, pas de hiérarchisation de valeur; de la tâche la plus humble à la plus valorisante, tout est toujours fait avec le même zèle et la même conscience)

- Même les médias américains ont traité les nouvelles avec moins de pathos. Les envoyés français ont rivalisé de vocalises dramatisantes même sur des sujets techniques comme les coupures d'électricité dans tout le Japon, pourtant parfaitement gérées et organisées. Pour ma part, il me semble que cette façon de repaitre le spectateur français de sensations fortes à bon compte a forcément un effet pervers sur le moral déjà bien malmené. (nous avons été submergés de messages compatissants).

Pour ce qui est de votre émission, je l'ai trouvée très juste. En effet la littérature et le cinéma illustrent bien le positionnement japonais face à l'adversité, l'inéluctable. C'est un peuple d'origine animiste; ils font partie de la nature et ne s'en sentent pas supérieurs. Ils n'ont pas non plus ce sentiment que les chrétiens ont du "bien" opposé au "mal" et n'ont pas suspendue sur eux -par les soins charitables des ecclésiastiques- la terreur de la punition de dieu. Par ailleurs, et s'est dommage de l'avoir balayée, car ce faisant vous avez raté une notion fondamentale japonaise : ils ont le sens de la "beauté de l'éphémère" valeur esthétisée (leur emblème est la fleur de cerisier), un sens profond de ne rien posséder dans l'absolu, ni dans la durée (donc la beauté EST dans l'éphémère). Ainsi, il faut bien envisager leur culture pour comprendre leur capacité de se reconstruire -et rebondir- et d'optimiser ensuite en un temps record.

Non, ce n'est pas la "Fin d'un monde"! quelle absurdité.
A propos de l'image récurrente de couverture, il me semble surtout que la jeune femme semble se réveiller au milieu des ruines. De ce point de vue, elle retranscrit exactement le sentiment des lecteurs et journalistes de ces parutions, non ?

Et bien sûr, c'est une jeune femme. C'est le mieux qu'on a sous la main après un enfant, mais les enfant on les garde plutôt pour des victimes de méchants humains, ça marche mieux.
émission intéressante, j'avais un peu peur au début, vu l'énoncé du sujet, mais comme toujours, on peut faire confiance à Schneidermann...
Tiens, ça me fait penser qu'il y a quelques temps, il y a eu un anime : Tokyo Magnitude 8.0, une série sur un séisme de force 8 qui touche la capitale japonaise. La série est assez dur sur la fin...
Allo? y'a quelqu'un? La ressemblance avec Sophie Marceau, je suis le seul ou bien?…
La belle japonaise stoïque et et inébranlable, impassible telle l'héroïne d'un manga seinjin.
La puissance de l'image au service de … l'image.
Ca me rappelle le photo de cette femme afghane aux yeux verts qui fit le tour du google monde...
Bonsoir, à lire les billets d'André Gunthert du

- 14 mars 2011 : Déjà vu: l’image de la catastrophe
- 18 mars 2011 : Petite rhétorique de l’image médiatique
- 19 mars 2011 : Le tsunami, l’atome et les cerisiers
Finalement, l'émission consolide le cliché : les Japonais sont stoïques, ne cèdent pas à la panique, n'extériorisent pas leurs sentiments... C'est à cause de la culture, de la religion, de l'histoire...

Est-ce que la réaction des victimes du tremblement de terre/tsunami/accident nucléaire est vraiment si différente de celle de populations confrontées à des catastrophes ailleurs dans le monde ?

On s'extasie devant le comportement des Japonais. Mais les victimes du tsunami de 2004, celles du tremblement de terre d'Aquila en 2009, celle de la tempête Xynthia de 2010, se sont-elles comportées moins dignement ? Personnellement, je ne vois pas de différence flagrante.

En dehors des considérations philosophico-sociologiques de nos experts et témoins, y a-t-il des éléments concrets de comparaison qui permettraient de démontrer que le Japonais "fonctionne" différemment de ses congénères humains, dans l'adversité ?
Bilan mitigé. Vous passez la moitié de l'émission à démonter les clichés des journalistes français sur les japonais, puis l'autre moitié à justifier ces clichés par le cinéma et le manga.

C'est pourquoi il ne pose aucun problème actuellement. Il est seulement en fusion et a fait exploser une de ses protections en balançant de la radioactivité partout.Vous allez me dire que je n'emploie pas les bons termes, mais ça ne change rien à l'affaire.Dormez, bonnes gens, le guet veille. Il est une heure ............ avant l'apocalypse.


Justement cela change tout et c'est précisément cela le problème. et la raison pour laquelle lorsque dans les premiers jours certain média parle de Chernobyl et l'on dramatise ils méritent des baffes. Le contrôle par l'ignorance et la peur de mourir c'est de l'information?

La radioactivité pour les nuls
On parle l'élément chimique une catégorie d'atomes ayant en commun le même nombre de protons dans leur noyau atomique, ces éléments existes sous différentes formes cousines (isotope) ce qui définit l'isotope c'est le nombre de neutron, peut importe le nombre de neutron l'élément ce comporte et réagit de façon identique. Certain de ces isotopes sont dit stable (ils ne bougent pas) et d'autres radioactifs (ils se transforment) . cette Transformation temps vers la formation d'éléments stables non radioactifs, elle peut être très lente des sciècles ou très rapides des minutes (Si l'on prend des atomes d'Hydorgène H3 (isotope radioactif avec 2 neutrons) radioactif au bout de 12,6 ans on se retrouvera avec la moitiés atomes d'Hydrogène H3 et des atomes d' Helium(He3) qui se sont formé, si l'on prend des atomes d'Hydrogène H2 et que l'on attend 2000 ans on aura toujours les même atomes D'Hydrogène H2.

Dans un réacteur Nucléaire à fission on prend un gros élément (uranium 235) avec plein de neutrons et de protons tu balances des neutrons dessus dans le but de le casser en deux . Cette fissions produit de l'énergie (95% de l'énergie produite dans le réacteur) et deux nouveaux éléments radioactifs dont le processus de "stabilisation" (decay) produit 5% de l'energie. Cette fission produit aussi des neutrons ainsi que d'autres neutrons qui vont allez casser ce qu'ils trouvent.

Premier point, les réacteurs sont éteint donc il n'y a plus de processus de fission et l'on a pas contrairement à Chernobyl à ce soucier radiation liées aux neutrons, la radiation dont on doit se soucier est celle lié à celle des produits de la fission.

La première choses à se demander est donc ce qu'il peut y avoir dans ces produits: principalement ce sont des métaux, c'est a dire qu'il ne sont pas facilement soluble dans l'eau ils fondent à forte température ne passe pas facilement à l'etat gazeux. Il y a aussi des gaz et quelques élément qui sont volatile ou soluble dans l'eau.
En cas de Meltdown tu vas te retrouver avec les produits de fission soluble dans l'eau (Cesium, Iode, Technetium) les produits gazeux ou volatile dans la vapeure (Xenon, Krypton, Radon) (et a un certain point de lode) en cas de ventilation ou/et de fuite comme c'est la cas à Fukushima

Là ou les choses deviennent pré- apocalyptique c'est lorsque le combustible prend feu car tout les produits de fusion qui sont à l'état métallique partent joyeusement en fumé (notez la différence importante fumée/vapeur)

Mais même si Fukushima en arrivait là (une semaine après) on ne serait pas encore à "la totale" : Chernobyl, réacteur en fonctionnement, explosant en envoyant du matériel ultra radioactif le vendre béant en feu à l'air, remplie de graphite (du charbon) idéal pour faire une bon feu...Pour rappel à Fukushima le risque majeur actuel est lié au combustible usé en cours de decay depuis env trois mois.

Enfin et surtout l'ordre d'évacuation à été donnée six heures après le tremblement de terre alors que la situation vis a vis des radiations était négligeable, et la population est informée ce qui n'a pas été le cas à Chernobyl.


Personne ne tient particulièrement à mourir et par nature nous réagissons plus facilement par la stimulation de l'émotion que de la raison.

Maintenant si l'objet est d'évaluation de l'action des médias et du gouvernement japonais, on ne peut porter de jugement que sur le début de crise.
Émission bancale, centrée autour de Rafik dont les propos ne pouvaient pas vraiment faire réagir les autres invités...

Intéressant discours de Kumiko Kikuchi, Japonaise en France, à l'opposé de ceux de la plupart des Français au Japon, qui considèrent au contraire que les médias français ne font pas part de la réalité de la situation et tombent dans le catastrophisme et le sensationnalisme.
Voir par exemple Fukushima : arrêtez le cinoche « Armageddon », fermez-la ! ou La fin du monde n'aura pas lieu. Les Français en France ayant vécu au Japon, et connaissant un minimum le pays, sont aussi de cet avis (moi compris).

Un débat là-dessus entre les deux autres invités aurait été intéressant, mais c'est peut-être effectivement trop tôt.
Vous etes gentil, mais c'est bien une catastrophe qui aura probablement une envergure mondiale.
si je suis votre raisonnement, si j'ai bien compris cela fait partie de la culture japonaise.

En fait, le catastrophisme fait vendre voir les histoires sur la fin des temps en 2012..., Pour les Européens, vous direz que la fin des temps en 2012 s’il arrive une autre catastrophe, on dira que cela fait partie de la culture… Là vous êtes dans le monde de Homer Simpson(http://www.luds.net/lieux.php).

Mais de toute façon, quoi que le gouvernement japonais dit, qu'est ce vous voulez que la population fasse, a part espérer et subir des événements qui les dépassent…Vous avez un point de vue mais quand vous faites des émissions n’oubliez pas que cela est votre point de vue tel que vous le voyez avec la culture que vous avez, tout en essayant d’être le plus objectif possible.

Enfin je dirais aussi en écoutant que les différents journalistes de télévisions même ayant une culture scientifique, ne sont pas objectif, non pas volontairement mais par leurs cultures respectives. Alors quand vous les téléspectateurs, quand vous les écoutez, il y a à boire et a manger, et cela il ne faut pas l’oublier.

Un mot à étudier :

« télépectateurs »
télé : racine grec signifiant « à distance »
donc qui regarde à distance…

Comment être objectif alors !

En conclusion je ne suis pas en accord avec votre point de vue, tout en saluant vos émissions et reportages.
Une petite précision bibliographique au sujet d'une remarque faite par Michael Lucken pour expliquer le choix de la photographie de la jeune femme par différents journaux. Il évoque au cours de la conversation un ouvrage de Clément Chéroux sur le traitement photographique du 11 septembre 2001 : Diplopie. L’image photographique à l’ère des médias globalisés : essai sur le 11 septembre 2001, Le Point du Jour, 2009.
J'en conseille vivement la lecture à l'équipe d'ASI ! C'est un livre court et qui ouvre plusieurs pistes d'interprétation stimulantes sur le traitement photographique d'un événement, dans une perspective à la fois culturelle et économique.
Comment s'appelle ce piano portatif ?
y t-il quelqu'un d'assez érudit pour expliquer les associations d'idées qui me viennent:
on entend à un moment le terme "métamorphoses" ...je n'ai pas pensé à la Grenouille mais à Ovide ...
A partir de là c'est parti: Pline et l'éruption du Vésuve, la Grèce, l'Atlantide et le continent engluti, l'Odyssée et les compagnons d'Ulysse transformés en cochons, dans le voyage de Chihiro qui me fais penser, va t'en savoir pourquoi, au filn de Grimault, "le roi et l'oiseau.
Et puis les douze travaux d'Hercule, le chien Cerbère et puis et puis, ben tiens! Le Colosse de Rhodes ...
Je trouve que tout ¸ça a un air de famille ...il est vrai que la Grèce. c'était aussi beaucoup d'iles ...et l'italie des volcans ...je sais pas, mais il y a quelque chose à creuser là! Non?
Merci pour l'émission. Belle leçon de sagesse donnée par cette société de l'acceptation.
Un peu d'histoire culturelle ne fait jamais de mal.
Je dois creuser dans ma mémoire pour retrouver une émission aussi ratée. Par "ratée", j'entends aussi peu instructive, aussi mal conduite. Pas réussi à aller au bout.
J'ai oublié de dire que l'émission était vraiment bien équilibrée entre ses intervenants et ses chroniqueurs, et que Anne-Sophie avait été au top avec ses explications de théâtre. Et évidemment Rafik.
Merci pour l'émission, peut-etre décalée mais néanmoins d'actualité .

De toutes façons depuis ce vendredi le Japon est passé d'actualité dans les médias par rapport à l'alibi, pardon la Libye !

Petite anecdote : mon conseiller financier m'a dit hier que les émissions des futures obligations dépendraient étroitement de la situation au Japon.. si ce ne sont pas des émissions radioactives..!

Pourquoi ne pas inviter à la prochaine (émission) quelqu'un de la CRIIRAD dont le site et les balises ont le mérite d'informer sans déformer.
Vraiment sympas cette émission ; en complet décalage avec l'actu dont elle nous libère, tous comme la parisienne.
Merci à la Parisienne libérée... à dimanche 15h au Trocadéro
Les médias français me dégoûtent un peu avec la redondance de cet étonnement voire de cette admiration face au stoïcisme japonais, je ne suis pas chauvin et je n'ai pas non plus tendance à penser que l'herbe est plus verte ailleurs, on a l'impression que cette admiration des journalistes oppose le stoïcisme japonais à la connerie des français qui paniqueraient, iraient manifester, seraient en colère, moi je suis désolé, mais ce stoïcisme japonais, c'est très bien, mais en attendant, à part le tremblement de terre, tout le reste aurait pu être évité, construire juste au bord de l'eau, surtout des centrales nucléaires, c'est quand même hallucinant.

Alors peut-être qu'avec du recul, ce stoïcisme japonais se transformera en colère et que certains auront des comptes à rendre, en tous cas espérons-le.

Autre chose qui me frappe, c'est la communication pro nucléaire en france, ils utilisent beaucoup l'expression "amélioration continue" pour parler de la sûreté des installations. Quand on voit qu'un vocabulaire spécial est utilisé par toutes les personnes travaillant pour le nucléaire on voit bien qu'ils font appel à des communicants pour rassurer le public, ben du coup moi ça ne me rassure pas, au contraire. Mon avis personnel est que si ce qui arrive au japon arrivait en france, on serait tout aussi largué pour gérer le problème. Je pense malheureusement que le nucléaire est une activité très dangereuse et incontrôlable, pas la peine de se leurrer. Faudra bien un jour penser à utiliser d'autres sources d'énergie.

Dernière chose, je pense que cette catastrophe nucléaire est vraiment plus grave qu'ils ne veulent bien le dire, si on réfléchit, par rapport à tchernobyl, il n'y avait qu'un réacteur, là il y en a 4 qui déconnent. A l'époque, il a fallu 600000 personnes pour résoudre le problème tant bien que mal, là ils sont une 50ène, c'est pas pour être alarmiste mais j'ai pas l'impression que ça va s'améliorer cette histoire...(mais je reste stoïque)
Si le film original de 1974 "nihon chinbotsu" n'est pas très bon, je vous recommande le remake de 2006 qui est vraiment un bon film de genre, il y a d'excellents acteurs, Kou Shibasaki et Toyokawa Etsushi notamment. IL est bien meilleur que l'adaptation de "20th century boys" ou l'adaptation cinéma de "dragon head" (manga dont a Parlé Alain Korkos dans sa chronique).
Je viens de finir de regarder l'émission et ça me fait un peu comme quand on a plein d'ennuis, qu'on va au cinéma pour oublier, et qu'en sortant la réalité angoissante vous retombe dessus.

Grâce à la Parisienne, ça bascule et je me rends compte que, si j'ai écouté tout ce qui venait avant avec plaisir, particulièrement la délicieuse image de la petite Ponyo volant, victorieuse, au dessus d'un tsunami de poissons provoqué par sa passion amoureuse, c'est surtout parce que pendant trois quarts d'heure, j'ai oublié que la catastrophe est aussi nucléaire. Et que si on reconstruit "plus beau qu'avant" sur des ruines, comme dans la vieille chanson populaire "L'était un vieux chalet", on ne reconstruit pas sur un site nucléaire ravagé.

Merci quand même de cette approche de la culture japonaise où la nature, ni bonne ni mauvaise, EST tout simplement. Et merci à la Parisienne de ne pas nous avoir permis d'oublier complètement les populations irradiées, auxquelles on va peut être commencer à s'intéresser, car si on a beaucoup parlé des centrales et des réfugiés, on a très peu évoqué ceux qui, les "liquidateurs" mais pas seulement, sont déjà marqués dans leur chair. Je comprends ce silence, moi-même je me force pour l'écrire parce que ça m'oblige à y penser.
Les deux photos de victimes qui ont été rapprochées ne me font pas du tout le même effet: la petite Afghane, on ne voit que son visage, ou même ses yeux qui nous accrochent directement, nous appellent. La "madone" japonaise, elle, est avant tout debout. Debout devant un tas de gravas, mais debout. (Du coup, elle convient particulièrement mal pour illustrer le titre "La chute d'un géant".)
Sympa ! Un super bon point pour chaque chroniqueur d'@SI qui ont tous été brillantissimes.
Devant des évènements aussi sinistres et terribles, je trouve que passer par l'art et la projection que permet la représentation, conduit à prendre un recul salutaire.

Toutefois, je trouve que Mikaêl Luken a mis le doigt sur quelque chose qui me fait penser qu'on peut voir le Japon d'une autre façon.
A un moment, il fait référence au tremblement de terre de Kanto en 1923 pour expliquer que l'incendie qui l'avait suivi et détruit Tokyo avait induit une peur d'être bombardé. Par la suite, cette peur avait provoqué une politique étrangère agressive, qui s'était terminée par LE bombardement d'Hiroshima, le feu nucléaire. Quand DS demande des explications, Luken recule et se retranche sur la représentation, sans doute pour ne pas devoir s'expliquer sur quelque chose qui peut sembler trop tarabiscoté.
Pourtant, j'irais plus loin et je rapprocherais cette analyse du fait que nous avons tous été sidérés d'apprendre qu'un pays qui a connu Hiroshima donc connaît la peur atomique, a construit des centrales nucléaires dans des zones constamment en butte à des séismes et des tsunamis.
A ce niveau, on peut aller plus loin qu'une explication par le fatalisme, et aller jusqu'à un désir d'auto-destruction.

Dans cette optique, ces films et représentations artistiques font plus figure de prophéties auto-réalisatrices que de catharsis pour juguler la peur ou de représentations d'une constante de leur histoire..

On peut imaginer que dans une culture où la pression sociale et culturelle empêche les manifestations de colère et de révolte, la catharsis par l'art ne peut pas suffire, et le désir inconscient est grand de voir le monde rasé par la violence pour tout recommencer, et connaître une renaissance, ce qui, les conditions géographiques aidant, concourent à leur vision culturelle. Mais ça peut aller plus loin, Jusqu'à provoquer une surenchère dans la violence du feu.

Les Japonais sont faits du même bois que nous, et ils ont besoin comme nous de s'exprimer et de combattre, c'est très visible dans leurs mangas, qu'on aime pour ça. En tant que latins, nous pouvons le faire ouvertement, mais les Nippons doivent passer par des procédures beaucoup plus complexes et de nature finalement assez névrotiques.

Je n'ai aucune compétence particulière en sociologie ou en psychanalyse collective, mais il est difficile de ne pas faire le rapprochement.
Il est tard, donc je vais être court...
L'émission était intéressante, mais je suis étonné qu'à aucun moment il n'ait été question du shintoïsme.
Alors, je ne suis pas spécialiste, et vu l'heure je ne vais pas faire de recherche, mais pour ce que je me rappel, il me semble que le shintoïsme se centre autour des "forces de la nature" et personnalise celles-ci dans une myriade d'esprits, divinités...
"Mon voisin Totoro" est un bon exemple: ce n'est pas un monstre (comme vous le dites), mais un esprit habitant un arbre très vieux vénéré des habitants du coin. Il est une force sylvestre qui habite l'arbre exceptionnel ou EST l'arbre (je ne sais pas). Il est en tout les cas l'esprit lié à l'arbre.
La variété des lieux de culte shinto le reflète (sources, forêts ou arbres, montagnes, ... tout site qui rend la force de la nature palpable). Même l'Homme est part entière de la nature et peut lui même muté en une de ces force (Akira)...
Le monde est un TOUT.

Comme notre culture judéo-chrétienne nous place hors de la nature (la création a été créée pour l'homme) et nous prédispose à interpréter les soubresauts de la nature comme des punitions pour nos fautes (Nature!=Civilisation=Danger), la culture japonaise à travers le shintoïsme prédispose à dédramatiser ces évènements... La nature n'est ni bonne, ni mauvaise... Elle est (pour reprendre l'expression).
Et ses manifestations, personnalisées par des esprits/divinités, sont elles aussi neutres. Elles peuvent être chaotiques, imprévisibles, donc fatales pour les humains, mais elles ne sont pas mauvaises "à la Lucifer"...

Dommage que cet élément n'ai pas été cité... Surtout que cette vision du monde inspire très fortement beaucoup de production de Mangas/Animations...

Bonne nuit.
Pour info, la photo de la jeune afghane (Sharbat Gula) au regard vert et hypnotisant est de Steve Mac Curry et prise dans un camp de réfugiés afghan. En faisant référence à cette photographie pour la comparer à celle de la japonaise dans les décombres, Kumiko Kikuchi a bien pointé notre représentation occidentale des instants qui suivent un évènement tragique dans des pays dont la culture est très différente.

Il aurait été intéressant de s'attarder sur cette représentation lourde de sens car empreinte de codes. Ce n'est pas pour rien que ces deux photos, très semblables dans leur représentation quasi hypnotique, aient fait le tour du monde... occidental.

Pour ma part j'y vois bien-sur deux superbes photographies mais aussi et surtout quelque chose de pervers qui échappe certainement à l'intention de ces deux photographes : la force et la résignation qu'on veut toujours nous imposer et opposer à notre contestation supposée basse et indigne. Je pense qu'il y aurait beaucoup à dire à ce sujet.

N'est-ce d'ailleurs pas cette opposition que nos médias serviles tentent de nous imposer en évoquant le calme, la dignité, la pudeur et la résignation des japonais face à ce qu'il leur arrive ? Un exemple à suivre ! cachons nos SDF encore vivants, enfouissons vite ceux qui sont morts de froid cet hiver et allons travailler sans broncher !
Oui vraiment raté et c'est fort dommage.... Je n'arrive pas a comprendre pourquoi les gens de l'équipe de l'émission , ds et le chroniqueur cinéma ont un temps de parole si important... Franchement le passage sur les films et les mangas était mignon et sûrement très instructifs pour quelqu'un qui ne s'est jamais intéressé au sujet ou qui passe par la par hasard mais...
Mais vous aviez sur le plateau le directeur des Langues O section Japon ... Un érudit sur l'histoire de l'art japonais moderne et contemporain, le retrouver la a écouter un amateur , certes éclairé, philosopher sur les Pocket Monsters et les kaijus, c'est comme si vous aviez inviter Noam Chomsky pour parler des comics marvel ou Emmanuel Todd sur son album préfèré de oum kalsoum...

Franchement niveau clichés ce n'était pas du TF1 mais juste l'étape d'après .
Comme le fait remarquer la dame du Japon , " j'ai l'impression d'entendre mon fils".
La vous aviez en face de vous quelqu'un qui aurait vraiment put élever le débat et ne pas être la que pour valider ou invalider des analyses qui , bien qu'assez juste , n'était pas de haut vol ni dune grande profondeur psychologique et culturelle.
Pour moi le sujet était certes intéressant et je ne partage pas cette condamnation pour indécence évoquée plus haut mais il y avait matière a sonder l'inconscient collectif Japonais et le rapport a la nature, au catastrophes , a la résignation ou la révolte de façon bcp plus adulte et loin des sentier battu.... Je suis fan d atom , Grandizer ( goldorack ) ou miyazaki mais vous auriez du demander a Mr Luken de vous parler de Hokusai ou hiroshige et je vous assure que, partant de là, l émission aurait prit une autre tournure...
Voilà une petite sensation de gachi et de rate donc ... Sil vous plait Mr S , même si je trouve au fond très sympathique , je vous aimerais encore plus et l'emission aussi si vous laissiez plus de temps de parole a vos invites et si vous vous prépariez un peu a les recevoir...

Mention d'honneur pour la Parisienne pour son écriture et son interprétation poignante .Une belle chanson aussi pour ceux qui aime : celle de Gappy Ranks " I was there" qui raconte comment il s'est retrouve a Tokyo le jour du tremblement de terre).

Vivement aussi l'émission ou vous nous direz comment le monde qui a fait la une de son site web avec des mises a jour de photos et de contenue toutes les 2 h a décidé du jour ou Juppe attaque Khadafi, qu'il faudrait dorénavant savoir farfouiller dans son site pour avoir des infos concernant Fukushima ... Le prix de l'info conso a la sauce série télé ....

Cette semaine , cet événement est si horrible pour les japonais et pour l'humanité que même en bon laïque j'ai envie de rejoindre Lady Gaga et de " pray for Japan".....
+1

La "condamnation pour indécence", comme vous dites, est en fait de ma part précisément dû à la (non) pertinence du contenu. Si celui-ci avait été à la hauteur, le sujet ne m'aurait pas sans doute pas aussi profondément atterré.
Donc le problème c'est d'avoir parler d'artistes "mineurs" comme Miyazaki ou Tezuka au lieu de parler d'Hokusai (dont l'oeuvre la plus célèbre est présente assez longtemps pendant l'émission)....


Encore une vision occidentale imposée au peuple japonais (enfin, bien française tendance Ségolène Royale ici).
Hahahaha

N'importe quoi ..... Artistes mineur ??? Tezuka ou Miyazaki ??? Votre Post est complètement décale

En ajoutant a ça votre petit coup de bluff royal .... Wahoo super..
Nan c bien l émission et la façon de rester dans du premache qui s approche de l occidentalisme.
Et sur un point de vue strictement " journalistique" ma déception de voir que DS ne sait pas être la juste pour mettre a l'aise et en condition un invite qui n'est pas sur le format télé. Va me rappel exactement la critique que Bourdieu avait fait de son passage a l'émission mais la en plus soft : dire ce qu'on a a dire en 2 mn au format télé ...

Pour ce qui est de Hokusai ou autre , je voulais dire que ça aurait été plus riche et moins entendu comme vecteur de discussion ....

Enfin je répond a votre post mais je me demande même pourquoi vu la succincte bêtise qui le définit ....
J'avais modifié ma réponse pour etre plus précis dans ce quej'avais avous dire Reda donc je repost faute de pouvoir me corriger ( j'essaye detre moins agressif ;-) ) :


Hahahaha

N'importe quoi ..... Artistes mineur ??? Tezuka ou Miyazaki ??? Votre Post est complètement ridicule. Je vis, lis et respire du tezuka tous les jours.
En ce moment meme mon fils regrade les aventure de Son Goku de Tezuka loool

En ajoutant a ça votre petit coup de bluff royal .... Wahoo super...... Super a coté...

Sur un point de vue strictement " journalistique" ma déception de voir que DS ne sait pas être la juste pour mettre a l'aise et en condition un invite qui n'est pas sur le format tél mais universitaire/colloque. Ça me rappel exactement la critique que Bourdieu avait fait de son passage a l'émission mais la en plus soft : dire ce qu'on a a dire en 2 mn au format télé ..A propos de la Vague , DS fait son auto promo et celle de son chroniqueur ( dont la chronique n'est d'ailleurs pas inintéressante même si il ya des erreurs de traductions entre autre ) et parle plus de Hokusai que son invité qui est quand même un des plus grands spécialiste d'Europe et du monde sur le sujet.... C'est ça que je trouve agaçant et frustrant
J'imagine que la décence ça consiste à utiliser des images de la catastrophe pour se bricoler un clip à pas cher.

J'imagine que la décence ça consiste à utiliser des images de la catastrophe pour se bricoler un clip à pas cher.


ah oui mais là tu comprend pas, c'est de haut niveau intellectuel et d'une riche philosophie, et puis c'est une émotion et de l'art, tout à la fois. (halala sacré Djac :)
[quote=Radoemon]Emmanuel Todd sur son album préféré de Oum Kalsoum.

Celle là je la garde.
A priori c'est drôle, mais faudrait vraiment lui demander.
Oui vraiment raté et c'est fort dommage.... Je n'arrive pas a comprendre pourquoi les gens de l'équipe de l'émission , ds et le chroniqueur cinéma ont un temps de parole si important...

Franchement le passage sur les films et les mangas était mignon et sûrement très instructifs pour quelqu'un qui ne s'est jamais intéressé au sujet ou qui passe par la par hasard mais...

"Mais vous aviez sur le plateau le directeur des Langues O section Japon ... Un érudit sur l'histoire de l'art japonais moderne et contemporain, le retrouver la a écouter un amateur , certes éclairé, philosopher sur les Pocket Monsters et les kaijus, c'est comme si vous aviez inviter Noam Chomsky pour parler des comics marvel ou Emmanuel Todd sur son album préfèré de oum kalsoum..."


Apparemment certaines personnes n'ont pas fait la relation entre ce dont parle Rafik et le sujet général de l'émission, on en vient à des comparaisons totalement hors-sujet et qui n'ont aucun rapport avec le schmilblick comme les comics Marvel et Chomsky ou Todd et Oum Kalsoum alors que les "élucubrations" [s]d'antoine[/s] de Rafik elles en ont car elles sont justement en accord total avec le sujet de l'émission sur la réception de la catastrophe dans l'imaginaire et l'inconscient collectif japonais (d'ailleurs le propos de Rafik est validé par les deux spécialistes du japon). Elles ne sont pas des goûts personnels ou des choses déconnectées du sujet contrairement à ce que vous semblez croire.

Par ailleurs, cette émission m'a paru un peu fourre-tout, et j'aurais par exemple préféré un "d@ns le film" spécial sur ce sujet dans lequel on aurait pu filmer les séquences entre Rafik et les deux spécialistes du japon pour les insérer dans ce "d@ns le film" spécial regard de la catastrophe et différence d'imaginaire d'un peuple à l'autre.

Rafik en revanche n'est pas responsable de son temps de parole, c'était à Daniel de gérer son émission, Rafik n'était qu'intervenant, pas présentateur. Et si on doit reprocher en bloc son intervention à Rafik, on peut aussi reprocher les chroniques de Didier Porte (parce que dans le genre "bride-bridés", certes c'est de l'humour mais ça n'a pas grand chose à voir avec le sujet non plus) Et puis Didier, quand on fais un jeu de mot vaseux, on ne l'explique pas, c'est le propre des jeux de mots, soit le public comprend et c'est drôle, soit il passe à côté et tant pis pour lui, expliquer un jeu de mot ça fait un peu plouc.

On peut tout autant reprocher l'intervention de la Parisienne Libérée et de son message à la fin trés "rebelle occidentaliste eux-même opprimés par une dictature qui sauve des orientalistes eux aussi opprimés mais sans le savoir". Ca n'a pas non plus grand chose à voir avec le sujet de l'émission.

Il me semble que si on a des reproches à faire à l'intervention de Rafik, autant les faire à tout les intervenants qui ont été hors-sujet selon vous (donc les trois cités).

Franchement niveau clichés ce n'était pas du TF1 mais juste l'étape d'après . Comme le fait remarquer la dame du Japon , " j'ai l'impression d'entendre mon fils".

certes, sauf que contrairement à vous la "dame du Japon" n'a pas de côté péjoratif dans ses propos, elle est amusée, mais elle ne trouve pas ça dégradant ou stupide, forcément, elle n'a pas un regard d'occidentaliste sur les mangas et les anime, donc elle ne vas pas juger Rafik ou son propos, contrairement à vous. Donc merci de ne pas citer son propos si vous n'en avez pas compris le sens implicite.

Il n'y a aucun jugement dans les propos de "la dame du Japon" ce qui n'est pas le cas de votre allusion.

La vous aviez en face de vous quelqu'un qui aurait vraiment put élever le débat et ne pas être la que pour valider ou invalider des analyses qui , bien qu'assez juste , n'était pas de haut vol ni dune grande profondeur psychologique et culturelle.

ça c'est vous qui le dites :)

Pour moi le sujet était certes intéressant et je ne partage pas cette condamnation pour indécence évoquée plus haut mais il y avait matière a sonder l'inconscient collectif Japonais et le rapport a la nature, au catastrophes , a la résignation ou la révolte de façon bcp plus adulte et loin des sentier battu.

Et c'est pas ce qui a été fait dans la thématique choisie (à savoir donc le cinéma) partant de là, pourquoi vouloir traiter de Hokusaï surtout quand mr Korkos fait déjà un article dessus et qu'il est évoqué à un moment dans l'émission.

Mention d'honneur pour la Parisienne pour son écriture et son interprétation poignante .Une belle chanson aussi pour ceux qui aime : celle de Gappy Ranks " I was there" qui raconte comment il s'est retrouve a Tokyo le jour du tremblement de terre).

c'est une blague ? Allez dites moi que c'est une blague, non parce que si c'est sérieux, ça tranche quand même beaucoup avec vos précédentes déclarations :

Donc si on vous suit bien votre raisonnement, Rafik et l'évocation d'un imaginaire de la catastrophe dans le cinéma japonais c'est pas trés intéressant et on regrette que les spécialistes du japon n'aient pas été plus sollicité MAIS par contre, le tract ATTAC de la Parisienne Libérée, contre le nucléaire, replongeant à brides abattues dans le manichéisme le plus simpliste (alors même que le reste de l'émission était centrée sur la culture japonaise qui n'est pas une culture "du bien et du mal") ça c'est un bonheur et ça vaut une mention d'honneur pour l'écriture et l'interprétation poignante (sic)

donc Rafik c'est naze, mais par contre la petite chansonnette ATTAC ça c'est [s]n'était pas[/s]de haut vol [s]ni[/s] et dune grande profondeur psychologique et culturelle, hummm vous m'en direz tant ...
Déjà le mode citation réponse c'est vraiment pour les gens qui n'ont rien à dire ... c'est un procédé étrange auquel je n’arrive pas a me faire ...

Je veux juste dire que la chanson c'est de l'art ( que ça vous plaise ou non ) et que quelqu'un qui arrive a écrire quelque chose comme ça a chaud et l'interpréter aussi comme ça a chaud , ça me touche et ça force le respect.

Pour le reste votre petit jeux de je te cite je te contredit ne m'interresse pas et je trouve vos propos décalés et juste dans la contradiction gratuite.

Je tiens juste a dire que je ne juge personne , en particulier Rafik avec qui je suis sur que je partagerai surement de bonne discussion si l'occasion se présentait ..... , mais que j'ai le droit de donner mon avis ....
Votre avis sur mon avis .... ou on s'arrete apres...?

Ps

Attac 4 life si je veux .... lol
et pourtant vous l'employez vous-même dans le topic sur le FN, plutôt paradoxal comme propos non ?

c'est un procédé de réthorique avec lequel j'ai composé depuis l'école primaire jusqu'en fac, pour répondre aux idées de quelqu'un il faut remettre dans le contexte donc citer (imaginez la même réponse que je vous ai faites sans les citations, là pour le coup ça ne veut plus rien dire)

Pour la chanson et pour vos pensées sur ATTAC, no offense, ça vous regarde, vous pensez ce que vous voulez, je ne critique pas ça. D'ailleurs mon message ne parle pas que de vous mais bien de "certaines personnes".

Vous avez totalement le droit de donner votre avis, et j'ai totalement le droit de donner le mien sur le votre. Et lorsque vous dites c'est comme demander à untel ce qu'il aime comme musique ou comme comics, ça montre quand même bien que vous n'avez pas compris la corrélation qui peut exister entre l'histoire de ce pays, sa pensée spirituelle et humaine, sa réaction à des drames que l'occidental vit comme catastrophique et que l'asiatique vit comme faisant parti du quotidien (cela est comme dit la dame japonaise) ET sa culture (au sens média, images, médium)

De ce fait, l'étude approfondie de leur culture au travers des medium (cinéma, jeu vidéo, série et manga) permet quand même de mieux comprendre en quoi cet accident MAJEUR, cet "HOLOCAUSTE FUTUR NUCLEAIRE" à en croire les journaux, n'est pas aussi préoccupant que ce qu'en semble le dire les médias. Et c'est ça je pense que vous n'avez pas bien compris, l'évocation de leur culture n'est pas juste un détail hors-sujet comme pourrait l'être le fait de demander la chanteuse préférée de mr Todd ou la Bd favorite de Mr Chomski ; mais elle participe pleinement au fait de comprendre en quoi les accidents (notamment nucléaire) sont tellement communs dans leur Histoire, que leur culture a su dans chaque medium traité transcendé ces faits pour en faire des choses faisant parti du quotidien (et totalement incompatible avec notre culture judéo-chrétienne (paradoxale quand on voit comment certains bouffent du curé ici) pour laquelle il faut le bien et le mal et que tout soit centré dans des petites cases.

Ce qui explique aussi que la réaction de Djac sur les catastrophes français et l'évocation du rock sous Johnny n'a aucun sens non plus, parce que nous n'avons pas une culture médiatique de la "catastrophe" et de sa gestion, et c'est ça qu'il ne semble pas comprendre non plus. Alors que franchement, c'est plutôt limpide quand on regarde la vidéo (et que c'est par ailleurs confirmé par les intervenants).

En revanche, et ça c'est totalement légitime, on peut se demander pourquoi le faire maintenant, si ça n'est pas un peu Hs (mais dans ce cas, tout ce qui ne parle du drame de manière "intelligible", Didier Porte et la Parisienne Libérée compris est HS). Raison pour laquelle je précise que mon sentiment sur l'émission est mitigée, et que peut-être que la partie de Rafik aurait pu être filmé ce jour là mais diffusé plus tard dans un spécial dans le film sur le regard de la catastrophe dans les films à travers le monde. rien de plus, rien de moins.

sur ce je vous souhaite une bonne journée quand même, et Attac "for reveur" if you please ;)

Mes propos ne sont pas dans la contradiction gratuite, et si vous l'avez perçu comme ça, veuillez recevoir toutes mes excuses, ça n'était certes pas le but. Le but était de comprendre que si l'émission parle de la culture et de l'histoire du japon c'est pour sortir de cette vision "occidentalo-égocentrique" du "le Japon vit un drame avec un stoïcisme", "la catastrophe nucléaire atroce de la mort qui tue du Japon" (surtout quand on voit le mutisme qu'il y avait eu à l'époque de Tchernobyl (mais bon forcément, le communisme était encore bien vu à l'époque, difficile sous Mitterrand de dire que c'était naze).

ah oui d'ailleurs un léger coup de gueule pour dire aux gens qui comparent cet accident et Fukushima de ne pas tout mélanger. Les centrales nucléaires communistes ont toujours été des poubelles (comme leur [s]bombe[/s] sous-marin nucléaire) d'ailleurs) qu'ils n'ont jamais été capable de gérer, en plus ils ont été largement pris de cours. Le Japon n'est pas un dinosaure communiste, le japon a une certaine expérience et des séismes, et des centrales nucléaires, ça n'a rien de comparable. Tchernobyl n'est pas dû à un séisme et un tsunami naturel mais à la bêtise, l'incapacité et l'ignorance de personnes qui n'avaient aucune maitrise (pas aidé en plus par un gouvernement totalitaire fasciste rouge et à la répression sanglante).

"L'accident de Tchernobyl est la conséquence de dysfonctionnements nombreux et importants : un réacteur mal conçu, naturellement instable dans certaines situations et sans enceinte de confinement ; un réacteur mal exploité, sur lequel des essais hasardeux ont été conduits ; un contrôle de la sûreté par les pouvoirs publics inexistant ; une gestion inadaptée des conséquences de l'accident[1]."

bref rien à voir avec Fukushima dans le cas présent :)
La citation du post sur le Fn ( je me suis douté que vous alliez m'en parler / que tu allais m'en parler entre fan de alan moore on se tutoie..lol)
c'est precisément sur cette phrase que je centre tout mon post donc bon...

Quand je parles de contradiction gratuite c'est parce que je pense que tu as trop lu mon post vite fait sans voir l'essentiel de ce que je voulais dire.
En fait, je serai curieux d'en parler avec toi plus en détail mais je ne suis pas sur que ça interresserai tout le monde et j'ai vite tendance a lacher des grosses platrées indigeste lolol... Donc si tu veux Pm moi et on pourra aller plus loin dans la discussion.Sinon tant pis et merci de me donner ton avis , meme si je pense qu'il ya eu pas mal de contre sens dans ta lecture de mon premier post.. C'est sûrement aussi un peu de ma faute de ne pas savoir dire en une phrase ce que je dis en 100.

Ps
J'ai bien aimé le 4 reveur ;)
Attac je connais surtout de nom lol mais plus que les idées ( qui me sont proches ) c'etait le coté performance artistique qui m'a plu dans la chanson...même si elle a eu des moments limite JJG un peu faux lololol .... ça sonnait vrai et incarné et c'est ce qui m'a plu
Une émission posée, dont on avait besoin après la course au catastrophisme de cette semaine passée.
Le Japon vit un drame, c'est un fait. Mais ce n'est pas la peine d'en rajouter en allant chercher, dénicher, exiger encore plus de larmes. Et c'est une amie japonaise qui le dit !
Apprécions le caractère posé et réfléchi d'ASI, qui a en plus le bon goût de confesser un parti pris en fin d'émission et de proposer de reporter le débat sur les sujets plus graves à une date ultérieure, mieux informée. Personnellement, c'est tout à fait ce que je voulais voir et entendre : un débat calme et informé, sur la question de savoir si les journaux français ne sont pas un peu tombés dans une forme de voyeurisme malsain à tout le temps vouloir faire des Japonais meurtris un peuple de martyrs zen.
@ asi : il y a un pb sur le site, l'émission est classée comme "Arrêt sur Images" au lieu d'être dans la catégorie "Dans le Film".
Et Daniel s'est égaré sur le plateau : il n'y a qu'à voir comment Rafik Djoumi prend la parole pour comprendre que c'est probablement lui qui a initié l'émission.
Decidemment la parisienne y va!
Pour la premiere fois je viens de zapper l'emission mais de regarder la parisienne.
Un petit cote William Sheller aujourd ' hui.

Bonne continuation.
C'est vrai que pour ma part, j'aurai apprécié avoir deux émissions distinctes, avec d'une part, le discours des médias étrangers sur ces événements, une explication plus poussée du japon dans ses différents aspects, comme cela à déjà été dit plus haut.
Et une émission D@ns le film revenant effectivement sur l'imaginaire japonais dans les films et dans la culture populaire. D'ailleurs, j'ai eu ce matin un cours d'Analyse de film, où mon prof à décidé de bousculer le programme pour coller à l'actualité (nous travaillons sur le 11 Septembre, donc traiter ce sujet vis à vis de son traitement médiatique était tout de même assez pertinent.) et nous avons pu voir également un grand nombre d'extrait, et j'ai découvert le manga Gen d'Hiroshima, qui bien loin d'une représentation des catastrophes enfantines et plaisantes, montre des images très violentes et dures. Je dois dire qu'à huit heures du matin, j'ai eu un peu de mal à m'en remettre.
La parisienne est devenue [s]l'élément de langage[/s] le moment de réflexion indispensable de l'émission. Honte au "chef" qui oublie l'essentiel !

Je suis surpris par le choix rédactionnel pour cette spéciale Japon. Au lieu de disserter sur les films (très bon passage, ce n'est pas le problème), j'aurai préféré une analyse plus approfondie du Japon politique, étatique et médiatique qui aurait peut-être débouché sur une meilleure compréhension du fatalisme des japonais. Je ne sais toujours pas ce que ressentent les japonais dans leur for intérieur...
le plus grand sang-froid dans l'épreuve, à la grande surprise des envoyés spéciaux français. Comment interpréter ce calme ? Serait-il dû à la familiarité des Japonais avec des images de catastrophe, qui nourrissent abondamment nombre de classiques de la culture japonaise, mangas ou films ?

Ça part quand même très mal.
Comme si c'était pas l'inverse - parce qu'ils sont habitués à vivre dans un pays vivant catastrophe sur catastrophe, cela se retrouve dans la culture...
Enfin, bon, visionnons.
Vous vous gardez de juger du traitement de l'information mais vous laissez la parole a une brave dame qui explique que ces parents (qui ne doivent plus êtres forcement tout jeune ne sont pas informé de la situation ) Et laissez entendre que la télévision et les médias Japonais ne publie pas les informations qui sont révélé par les médias Européens..

Les personnes qui suivent les informations sur TBS(privé) ou NHK(publique) par exemple sont sensiblement mieux informées que ceux qui regarde la télévision en France et ont une information fortement dramatisé.

Faut il présenter les information de façon dramatique pour attirer l'attention du publique quitte à le traumatiser ?

Le fait est que mesure de radioactivité, localisation précise de ces mesures, sources de ces mesures, températures, pression dans les réacteur, niveau d'eau , nombre de ROD etc ces informations sont disponibles au Japon depuis plusieurs jours.

Quant à la gestion de la crise le premier ordre d'évacuation a été donné le 11 mars à 20:50 JST, et l'ensemble des actions gouvernementales est consigné mis à jours plusieurs fois par jour et disponible à la lecture en ANGLAIS .

Manque de communication, opacité ? Vraiment ? Déja si les journalistes reportaient toutes les informations et ce contentait de cela sans pathos.. Ca permettrai d'y voire plus claire même si cela ne serait pas nécessairement plus rassurant
Une émission un peu brouillonne, mais cela semble être assumé.

J'aurais aimé que l'on explore un peu plus le rapport de l'homme à la nature dans la société japonaise.
J'entends que l'homme japonais se pense intégré à la nature, en être juste une composante, je me demande si cela ne définit pas également son rapport à la protection de la nature. L'homme étant l'égal de la "nature", la notion de devoir envers elle, commune dans la pensée occidentale, n' a pas lieu, l'homme n'a pas de responsabilité, ne lui étant pas supérieur, il ne lui doit pas la protection que le seigneur accorde au paysan.
Le Tsunami ravage ma maison, je ravage les baleines, chacun dans son rôle, chacun sa nature.
Merci pour cette émission et particulièrement à la Parisienne libérée (et son lobbying?...) dont je ne suis d'habitude pas fan.
Là c'était vraiment magnifique, prenant, émouvant, un grand merci
Comme quoi l'indignation ça a du bon.
Bonjour. Je cherche un film catastrophe japonais sorti entre 2000 et 2008, avec une scène où les rescapés sont regroupés dans un gymnase. Je sais, c'est mince. J'étais tombé sur le film, par hasard en plein milieu, il y a quelques années, sur Arte ou Canal+. Il avait l'air très bien réalisé. J'avais préféré arrêté la tv pour avoir une chance de le voir en entier sans en connaitre déjà la fin. Mais je n'ai pas retenu le titre !
Merci d'avance.

Je renvoie ceux qui se demandent pourquoi les japonais sont aussi calmes à l'article « Des foules solidaires » du magazine « Cerveau & Psycho » de janvier/février 2011. Il met à mal bon nombre de clichés sur la panique des gens en cas d'urgence.
avant de voir l'émission.... je pense à un manga "pluton" remarquable polar reprenant l'histoire du robot "astro" . robot ..atomique !!!
l'ambivalence des japonais face au nucléaire est me semble t il importante ....
sinon cf émission France culture ou Akiro MIZUBAYASHI nous parle du "goma" mot inexistant en français , traduisible par : la capacité pour un être humain à supporter l'insupportable.....
http://www.franceculture.com/emission-la-grande-table-akira-mizubayashi-et-30eme-anniversaire-de-la-mort-de-georges-brassens-2011
(Anedcotiquement, ça fait quelques semaines que je suis sur le point de visionner "Le tombeau des lucioles" pour la première fois. J'ai failli, hier, avant d'être bloqué par une petite bouffée de "hmu, c'est peut-être pas la saison"...)
La pub toutes les cinq minutes est de retour. Ils sont relous chez Dailymotion.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.