123
Commentaires

Notre-Dame-des-Landes : "On ne défend pas à tout prix l'anonymat"

Le blocage à Notre-Dame-des-Landes (NDDL), est-il le signe d'une profonde divergence de visions de société entre les zadistes et le gouvernement ? Ou n'est-il qu'une question de communication, voire de susceptibilité ? Après la renonciation du gouvernement à construire cet aéroport contesté, après une semaine de véritables affrontements pour évacuer une partie de la ZAD, retour sur la communication des deux camps, le gouvernement et les zadistes, et le traitement médiatique. On en parle avec nos invité.e.s : Jade Lindgaard, journaliste à Mediapart ; Sarah des " Cent Noms", éleveuse de brebis sur la ZAD ; Nicolas de La Casinière, à la fois journaliste indépendant et membre du collectif syndical contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ; Jacques Lemaître, président de la chambre d'agriculture de Loire-Atlantique.

Commentaires préférés des abonnés

Je ne pense pas que le propos soit d'avoir ou pas de la compassion, mais de se demander ce que ces gens peuvent apporter à la collectivité. 


Notre système a organisé une forme de solidarité, absolument indéniable, qui passe effectivement entre au(...)

Approuvé 15 fois

Mais les flics ne sont pas une milice autonome Zabou29, ils n'agissent pas non plus individuellement et en leur nom ! 

Ils agissent portés par nous tous citoyens, en théorie en tout cas, vu que la règle stupide de la majorité s'applique.


Ils sint (...)

HEIN ??? Là, vous poussez Borh !


Ou alors vous croyez vraiment ce que vous écrivez : qu'un jour, dans notre pays, des gens auraient sagement mis un bulletin de vote, puis ensuite des parlementaires et ministres auraient proposé de créer les congés pa(...)

Derniers commentaires

En fait, encore une fois je suis assez déçu. Alors qu'ASI à une lointaine époque, analysait la communication, ici elle fait dans le superficiel en donnant essentiellement la parole à un coté (un autre point de vue étant dans une conférence téléphonique minutée). Il y avait pourtant tant de chose à dire:

- les journalistes embeded sont-ils encore objectif sur les zadistes? Les 2 journalistes présents sont du coté des zadistes. D'ailleurs, peut-on être journaliste indépendant et engagé dans une association impliquée? On est indépendant de quoi dans ce cas là?

- que dire de la méfiance des zadistes sur les journalistes, là où eux aussi mettent en place une communication millimétrée (c'est bien de la communication qu'ils font, pas de l'information)

- montrer les dérives amusantes des éléments de langage des deux cotés : destruction devient déconstruction pour la préfecture (si maintenant les préfets reprennent le langage de Bové démontant un Mac Do...), l'intervention de gendarmes devient une intervention "militaire" et les gaz lacrimo deviennent des "attaques chimiques" (les zadistes tentent de se faire passer pour syriens opprimés). Si chacun de ces termes a une exactitude, la reprise de chacun d'entre eux reflète un choix.

Le problème principal de la ZAD n'est pas l'expérimentation, n'importe qui a le droit de lancer une startup, collectivement ou non. Du moment que les locaux vous appartient.

Alors il est vrai que l'agriculture dispose de norme (nécessaire ou non, cela est une question de point de vue), mais cela ne remet en aucun cas en cause un projet.

Il est tout a fait possible de se porter candidat pour acheter une parcelle, et en débuter une exploitation.

L'expérimentation est une fausse excuse pour se donner le droit de voler des terres, et s'affranchir du droit.

Le plus drôle quand même est que Sarah avoue avoir utilisé des antibiotiques, qui n'auraient surement jamais vu le jour si la France était entièrement une ZAD.

C'est au passage assez amusant de faire un ZAD proche de la civilisation et de la modernité (on sait jamais si l'on tombe malade, ça serait bête d'être trop loin d'un hopital)

Une intéressante et éclairante émission sur les les suites de l'affaire de l'aéroport.

 Manifestement, il s'agit pour une partie des Zadistes d'un projet réfléchi qui se confronte à l'agriculture mode FNSEA. C'est d'ailleurs symptomatique qu'il soit peu souvent question des institutions agricoles alors qu'il me semble qu'elles ont une influence certaine dans les politiques, depuis longtemps, des ministres de l'Agriculture. L'auto-critique qu'Edgar Pisani avait fait il y a quelques années, n'a pas inspiré les responsables politiques par la suite.  L'ignorance réciproque entre l'actuel ministre de l'agriculture et celui de l'environnement, souligne l'incongru des choix de ce gouvernement.

La présence du président de la chambre d'agriculture était importante pour qu'on puisse l'entendre autrement que dans son cadre habituel. Je pense d'ailleurs qu'@rrêt sur images pourrait inviter plus souvent des "gens de l'autre bord..."

Peut-être un bémol, pour sympathique qu'elle soit, Sarah, l'agronome devenue zadiste-éleveuse, son discours et ses réponses m'ont parues représenter ce qu'on peut entendre souvent comme des à peu-près. C'est sur cela que  les pouvoirs constitués se basent pour disqualifier et noyer les projets qui au fond pourrait contribuer à inventer (même si cela sera toujours minoritaire) un autre monde, une autre forme de vivre où le plus important est la relation à l'humain et à la terre. J'avais déjà eu la même impression avec Camille, je crois que c'est le nom, une autre Zadiste dans une précédente émission.

Merci Bruanne, 

vraiment merci, pour toutes vos réponses ici

(j'ai jamais mis autant de ces fichus coeurs...)


Et du coup j'ai mis ma poule en médaillon pour l'occasion...

(pas trop lisible en petit comme ça... sinon j'avais aussi l'oeil du chat :)

(j'aurais bien mis l'image ici, mais je ne sais pas comment - rien compris à "coller dans une url pour intégrer" ??)



La meilleure salade verte que j'ai mangée dans ma vie m'a laissé encore à ce jour un souvenir inoubliable


C'était dans un petit village près de Cambridge en terres peu renommée pour leur cuisine


Elle fut cueillie directement dans le jardin potager d'une petite chaumière avant d'être lavée et accompagnée d'une vinaigrette des plus simples, avec cette huile ordinaire que l'on trouvait en Grande Bretagne avant l'arrivée des premières huiles d'olive


Je voulais ici lui rendre hommage

On est bien d'accord, on n'a pas le droit sur ce forum, de s'en prendre au physique des intervenants sous peine de modération ?
C'est juste pour savoir

PS : sinon la gestion des commentaires est toujours bien pourrie surtout quand on veut prendre connaissance des 56 non lus


@ sans foie,

Voyez dans quel état vous êtes?

Les produits plus que frelatés que vous ingérez ont mis votre foie dans un état tel qui n'en reste rien Guillaume.

Bon dimanche.

Alors moi, moi moi, car elle s'est tremendamente énervée, je dis que quand on cause laboratoire, invention, créativité et tout le toutim, on n'attend pas qu'un projet ]d'aéroporc], autrement nommé porc hors sol :-))), soit abandonné pour élaborer et présenter ce qui a tout de même l'audace de se présenter non pas comme un kant à soi, mais une alternative pour demain !!!


Et j'entame avec M. le Président, qu'avez -vous fait depuis tout ce temps ?

Vous avez déserté et pourquoi pas ...

Mais un désert sans dromadaire ça n'existe pas, ça n'existe pas.

Où est votre bosse ma chère melle,

Que je sois touchée à l’escarre-mouche.

Notre dieu du ciel ! ici point de Boris,

Que l'on congédie ces juris,

Les papiers se conquièrent à moins que l'on ne soit le con d'hier.

Auriez-{vous} l'amabilité d'éclairer mon réverbère sur le point qui germe en cette zone susceptible de permettre de nourrir, à un niveau de sécurité sanitaire équivalent, 50 millions de con sommateurs ?


GPMarcel j'avoue mon ignorance agricole et combien la poésie m'est âpre.


Un bref d'hier : 


1. La pasteurisation industrielle détruit les [vitamines], mais nourrit la ville ;

2. La ville pollue, mais elle soigne et instruit ;

3. Tout se complique quant l'on tombe malade ou que l'on né difforme ;

4. Pourquoi ces cigales injurient-elles les fourmis ?


La sans nom ayant débouclé

 Tout l'Été,
 Se trouva fort dépourvue
 Quand la bise fut venue.
 Pas un seul petit parasite
 Qui n'épargna son troupeau ;
 Elle alla crier faillite

 Chez le paysan, ce pied beau,
 Le priant de lui prêter
 Quelques antibiotiques pour subsister
 Jusqu'à la saison nouvelle.
 Je vous paierai, lui dit-elle,
 Avant l'Oût, foi d'animal,
 Intérêt et principal.
 Le paysan est spéculateur ;
 C'est là son moindre labeur.
 « Que faisiez-vous avant malheureuse ?
 Dit-il à cette inventeuse.
 — Nuit et jour à tout venant
 Je chantais, ne vous déplaise.
 — Vous chantiez ? j'en suis fort aise.
 Eh bien ! piquez maintenant.


Et que ceux qui aiment ds net se lève :-))

Elles sont gentilles les vigies du week-end. Borh, grrrz, et l'indétrônable  Zabou29.

Que du beau monde.

Une histoire débitée à la Stéphane Bern, des fiches bien préparées (la communication ça s'apprend!!) de la présence croisée...

Bien.

A part ça que savez-vous des zones humides, de l'agriculture en bocage, des coopératives agricoles, des illuminés gauchistes de Borh (très fort!), des...?


Merci, avant l'apéro avec copines et copains cette lecture là me ravit et me désole à la fois.

Putaing on n'est pas sorti de l'auberge.

Bon dimanche.

Cette émission a bien clarifié les choses


La mise en demeure de se conformer aux règles prescrites pour éradiquer toute possibilité de sortir du cadre


La préfète qui envoie la troupe à 250.000 euros (j'ai lu ailleurs 300.000 euros) par jour et l'interdiction faite à la presse (je vois ça ailleurs en pays démocratiques d'interdire à la presse de suivre les évènements et de donner les images des gendarmes comme seul rapport (on se croirait en guerre, y avait-il une guerre à mener, un terrorisme dissimulé) 


Le choix de s'attaquer d'abord au symbole de la Ferme des Cent noms puis de sortir l'idée d'un formulaire individuel avec un SEUL NOM : recadrer toute solution collective, je ne veux voir qu'une seule tête


Avez-vous remarqué la présence de plus en plus importante des policiers en patrouille en ville : c'est le cas à Strasbourg où nous étions habitué à une absence totale. Nous sommes passés d'un vide déplorable à une surprésence de type armée d'occupation


Ils ont PEUR, ils sont terrifiés, le monde change et ils ont peur. Leur peur ils la transmettent à la population par voie de propagande. Il faudrait un contrôle sanitaire du cheptel que constitue la population Française.



Il faut être bien faible pour avoir tant besoin de montrer ses muscles. L’état de droit hein ? Il semble à géométrie variable selon la position sociale qu'on occupe, si j'en crois certaines occupations littorales pas hyper légales.


J'ai été sciée par le ton condescendant de la Préfète, genre "c'est pas trop vous demander quand même de remplir un formulaire qu'on vous a simplifié parce que vous êtes trop des boeufs". Ouais, elle l'a pas dit comme ça, mais c'est ce que j'ai entendu. D'ailleurs, la façon de s'adresser au gens de cette équipe au pouvoir est juste lamentable. On a atteint les sommets de la suffisance. Ça commence à se voir. Même à l'international. Et aussi sur le Figaro (bon c'est figarovox)


Si il y a une chose que l'émission montre bien, c'est ce qu'on oppose aux zadistes : règlement, réglement. Dans ce cas : espace de négociation = zéro. En connaissance de cause. Sarah a parlé d'un projet rédigé par des juristes. A-t-il seulement été évalué ? Il n'y a jamais eu aucune intention de négocier, moi c'est ce que je comprends du visionnage de cette émission. Il n'y a qu'un plan de com, pour faire passer les Zadiste pour des affreux, sales et méchants, qui ont volé des terres et que c'est bien fait pour eux, ils avaient qu'à respecter la loi !


Voilà en gros ce qu'on a fait de cette expérience. Apparemment, il y a de braves gens pour applaudir des deux mains. Parce que eux ils ont payé leur maison, ils payent leurs impôts, et patati, patata. Droits dans leur bottes, propres sur eux.
2500 gendarmes pour évacuer 300 personnes d'une dangerosité... euh? discutable.
Plus de 250 000 euros la journée avec nos impôts. C'est sûr, c'était indispensable pour l'honneur de la France.


A part ça il n'y a pas de fric pour les écoles, les hôpitaux et nos petits vieux...

J'ai une bonne idée, je vais aller squatter un logement qui m'appartient pas et arrêter de payer mes impôts, je vais appeler ça de l'expérimentation. J'espère que lorsque l'huissier viendra saisir mes biens, Mediapart et Arrêts sur images feront des articles et des émissions sur ce scandale.

et Nicolas Hulot : que dit-il ?

Pour ceux que ça intéresserait, ici un article ( 14 pages pdf) sur l'histoire des coopératives agricoles de production 

( différentes de coopératives que nous connaissons et différentes aussi du projet de la ZAD) issu de la revue internationale de l'économie sociale. 


On y découvre en particulier qu'après la libération des expériences ont été menées, qui ont dû cesser à cause de... la guerre froide ( les coopératives étant " accusées" de mettre en place des kolkhozes) ! 


On voit aussi que selon les régions en France les coopératives ont plus ou moins pris, et que cela semble s'expliquer en partie par les différentes règles qui régissent la succession. 

Rappel à ceux qui trouvent qu'on ne peut pas admettre d'exceptions à la règle dans un pays : en France, face à l'héritage il existe des spécificités régionales que le droit national a intégrées. 

pas encore vu,

au delà de toutes les finasseries légalistes

-les gens ont construit leurs maisons/habitats; ils ont amenagé le terrain/ cultivé les terres, investi du temps et des ressources. bref c'est chez eux, qu'ils aient le droit ou non pour eux, ils ont la légitimité. propriété d'usage. 

(un peu comme quand on aménage un local vide innopucpé en squatt. à la différence ici qu'il n'y avait pas de murs existant.)

-dans ce genre de cas les pouvoirs publics peuvent répondre politiquement de bien des manières (à Lyon des espaces squattés par des artistes appartenant à la ville ont fait l'objet d'un bail temporaire, et c'est arrivé bien plus d'une fois. soit il en sort quelque chose et la ville en récupere les bénéfices, soit un gros projet immobilier récuperer le lieu et les squatteurs ont entretenu l'espace et l'institution a fait de grosses économies d'entretien. "gagnant. gagnant". oui même dans la ville à Collomb). A Nantes (justement) la ville gère plutôt bien son système de "fabrique", lieux inutilisés et remployés pour la création.  (evidemment il y aurait à dire sur la perception "gentils artistes" / "vilains zadistes")

Ici ils ont décidé d'employer la force tout de suite (au sortir de la trêve hivernale); sans tenir compte des processus de "régularisation" en cours, qui prennent du temps. D'un point de vue économique il ne coutera rien à l'état ou presque de céder les terres aux occupants. Donc BIEN SUR qu'on est dans une réponse 100% politique, surtout vu les "moyens" et les effectifs mis en œuvre coté gendarme. Le message est on ne peut plus clair.

Mais c’est quoi ce LEMAITRE. Il est au courant de rien ???


Il accuse sans savoir les démarches entamées. Il est incapable de comprendre ce qu’est une expérimentation. Incapable de s’extraire de ses paradigmes.


Et je vous confirme la MSA c’est un chantier pas possible...Mieux vaut ne pas être pressé et ce pour toutes démarches....

J'avoue que j'ai du mal à éprouver de la sympathie pour ce mouvement. Il y a des lois dans ce pays, des personnes décident sciemment des les ignorer, ils doivent ensuite assumer. Personnellement, j'ai acheté mon logement, j'ai payé les frais de notaire à l'Etat, je paie ma taxe d'habitation, ma taxe foncière. Ces impôts servent à payer les écoles et les hôpitaux où tous sont soignés (dont les Zadistes). Et c'est eux qui parlent de solidarité avec leurs terrains qu'ils se sont appropriés illégalement et leur économie parallèle ? Désolé, mais je n'ai aucune compassion pour ce qui leur arrive actuellement.


Merci pour cette émission éclairante pour un auditeur qui ne savait (presque) pas placer Notre Dame des Landes sur une carte. Certains de mes a priori sur la ZAD ont été déconstruits grâce à l'émission

Très+ bonne émission !

Très bonne émission permettant de bien comprendre le point de vue des zadistes et leurs projets. Merci à toutes (s) celles (eux) qui y ont contribué.

emission passionnante , claire , les enjeux du "zadisme" y sont clairement exposés ! 

Ils auraient dû construire des villas sur le littoral ... il semble qu'en la matière la destruction des constructions illégales est bien plus difficile.


Ah non ... il faut sans doute être premier de cordé pour ça.


http://civicrm.fne.asso.fr/civicrm/mailing/view?reset=1&id=6891

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074075&idArticle=LEGIARTI000006815940


Comme quoi... tous les "salons" ne se valent pas pour le macron.

cette emission semble confirmer ce qu'on sait deja , il ne suffit pas de vouloir bien faire ou d'avoir des idées pour être aux normes,  vivre en société implique des droits mais aussi un certains nombre d'obligations. avoir raison et être dans son droit sont 2 choses différentes apparemment.


on pourrait presque croire que la ferme des 100 noms (sur laquelle l'emission se focalise au risque d'abdiquer sur tout le reset) est l'arbre qui cache la foret mais meme l'arbre semble être dans le flou en matière de droit (huissier present pour expulsion mais a priori sans document, statut d'agriculteur pas declare...etc)


Au final le débat n'est toujours pas tranche,  L’état a t il donne suffisamment de temps aux zadistes pour se régulariser ? si oui pourquoi n'ont il pas saisi l’opportunité.  

On se demande au final si il s'agit bien d'un problème de bureaucratie ou plutôt d’idéologie.


par ailleurs Sarah dit durant l'emission cette phrase qui en dit long ou pas assez  :


 "c'est ce qui se fait dans le cadre des squats."


et la on aurait aime que DS lui demande de quoi parlez vous exactement ? y a t il a minium legal pour être reconnu comme squat. pourquoi chercher a avoir ce statut ? (ce qui permettrait de savoir si il y a premeditation) 


quant au  gars de la chambre d'agriculture , il est d'un corporatisme pathétique (et desole mais mais il a également le look des notables élevés au charolais) , fait bien peu pour nous éclairer  sur le débat et semble  avant tout vouloir défendre son bout de gras. on dirait presque le clergé face au tiers état, j'ai cru qu'il allait demander la restauration de la taille et  de la gabelle.


 



article du monde après la réunion avec la préfète hier.

Les zadistes ont déposé vingt-huit projets agricoles, et douze projets artisanaux et de distribution.


http://www.lemonde.fr/planete/article/2018/04/20/nddl-les-occupants-de-la-zad-acceptent-de-deposer-des-projets-nominatifs_5288446_3244.html


Il y a un point que je n'ai pas compris : qu'est-ce qui, dans une SCOOP ou autre forme de société collective, empêche le bon fonctionnement de la ferme des cent noms ?
J'aimerais bien concrètement savoir pourquoi ça ne colle pas.

J'aurais aussi bien aimé que la question suivante soit posée : pourquoi s'installer à NDDL et pas créer un projet dans la légalité ? concrètement à quel moment ça bloque ?
Car critiquer les normes sans entrer dans le détails ne m'apporte pas d'éléments pour me faire mon opinion.
Je connais nombre de gens qui disent "ces normes sont étouffantes et taillées pour les gros".
Sauf que dans beaucoup de cas, ces normes étouffantes sont une garantie de quelque chose d'important en face.

"La persistance du droit contre l’obstination de la loi ; toute l’agitation sociale vient de là."

Victor Hugo Actes et Paroles - Avant l'exil

Le Droit et la Loi

Sur Reporterre aujourd'hui, un Appel à écrire aux ministres et autres élus ou hauts-fonctionnaires, le modèle de lettre est en-dessous de l'article et toutes adresses fournies (postales, mail, twitter...).

Chacun choisira de l'envoyer ou pas, mais cette lettre est intéressante à lire, elle pose très clairement  les choses. 




Et si on cessait les pudeurs de violette ?  Il s'agit simplement de la frayeur du petit monde bourgeois face à quelque chose qu'il ne peut tolérer. La FN. SEA qui choisit son ministre ( sous Hollande, Le Foll ) vs une communauté hétéroclite.

Moins de tartufferie et on y voit plus claire.

Quand nous disions que la qualité des invités faisaient la qualité du débat et conséquemment celle de l'émission(l'interwieuwer se mettant au diapason)...........forcément on apprend des choses.( je renvoie à ma critique de cette triste émission sur le journalisme et les médias qui serait à refaire)

Nous voila revenu à l'Etat de Droit DIVIN..., conformément aux volontés régaliennes de Notre Majesté l4Empereur Micron.

Cette émission m'a beaucoup intéressée, j'ai enfin compris certains aspects qui restaient obscurs pour moi ( mais j'avoue n'avoir jamais vraiment pris le temps de me documenter sérieusement).


Je suis très frappée par une chose que je n'avais pas remarquée jusque là : à quel point l'impossibilité pour les zadistes de faire comprendre leur propos aux " autorités" est absolument semblable à celle que rencontrent les créateurs de nouvelles formes éducatives ou nouvelles écoles face à l'éducation nationale.



Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.