25
Commentaires

Amazonie : "Ce n'est pas à nous, pays européens, de dire ce qu'il faut faire"

Après quelques semaines de silence et d'indifférence, les incendies d'Amazonie se sont hissés à la Une des médias français à l'occasion du G7. Mais cette médiatisation soudaine suscite elle-même des questions : ces incendies en rafale sont-ils si nouveaux, sont-ils liés à l'élection de Jair Bolsonaro, pourquoi en parler autant, alors que brûlent aussi des feux en Afrique, et surtout les responsables ne sont-ils pas ceux qui poussent à la déforestation en Amazonie, à commencer par les économies européennes ? Pour élargir la focale sur les incendies, trois invités : Walter Prysthon, responsable Amérique Latine pour CCFD-Terre Solidaire ; Marine Calmet, juriste pour l'association Nature Rights et volontaire pour le mouvement End Ecocide on Earth ; et Antoine Acker, historien spécialiste de l'environnement au Brésil.

Commentaires préférés des abonnés

Excellente émission, riche et précise. Merci à tous.

il FAUT donner des protéines aux vaches?... dans le temps, elles mangeaient de l'herbe, tout bêtement, et c'est ELLES qui fabriquaient leurs protéines!

Claudie, de votre temps comme du mien, comme aujourd'hui et depuis quelques millénaires, "l'herbe", comme vous dites, les pâturages, c'est un mélange, entre autres, de graminées et de légumineuses (comme la luzerne) qui contiennent des protéines : ce(...)

Derniers commentaires

Bonne émission.


Solution donc (enfin une partie de la solution) : manger moins de viande et, si possible, connaître sa provenance et la manière dont les animaux sont nourris et privilégier ce qui est le moins novif pour l'environnement...


Sinon, concernant Macron, difficile de le croire sincère. Il est plus facile d'accuser un dirigeant étranger, surtout impopulaire parmi les Français, que d'agir réellement pour l"environnement en France.

Macron était pour l'accord avec le Mercosur, il était pour le TAFTA avec les Etats-Unis (c'est Trump qui a arrêté les négociations sur cet accord pas les Européens !). Bref, tant mieux, s'il change un peu mais je n'y crois pas trop...

Quand on signe des accords comme ça, on s'engage pour des années quelle que soient les alternances politiques...

Même si on signait un accord avec le Mercosur avec des dirigeants sud-américains "écologistes", cela n'empêcherait pas ensuite un Bolsonaro d'arriver au pouvoir et l'accord serait signé et on ne pourrait pas en sortir...


En plus, sur le coup, diplomatiquement, cela ne pouvait que vexer Bolsonaro et avoir un effet contraire.

Il n'empêche que Bolsonaro et sa clique sont un danger pour le Brésil et les Brésiliens avant tout. Et qu'il m'insupporte au plus au point.

Macron au début de l'émission: je respecte tous les dirigeants élus de tous les pays. On lui reparle du Venezuela et de son soutien à Juan Guaido?

Juliette : "Euh..., euh..., euh..., euh..., euh..., euh..."
:)

Merci pour cette très bonne émission. Parmi les pistes à explorer: la France pourrait peut être décider de ratifier la Convention n°169 de l’Organisation Internationale du Travail? En effet, sauf erreur de ma part, la France a refusé de ratifier cette convention relative aux peuples indigėnes et tribunaux (1989).

Merci beaucoup pour cette émission. La rentrée s'annonce belle. Bravo pour le réhaussement (selon moi) qualitatif de vos émissions depuis quelques mois et bon courage !

Il ne faut pas confondre le déboisement lié à l'agriculture traditionnelle sur brûlis, qui inclus une jachère longue de plusieurs décennies avec retour de la forêt (et a donc un impact neutre sur le long terme) avec la forêt brûlée à grande échelle pour la culture industrielle du soja ou il s'agit là bien de déforestation (déboisement et de défrichement de surfaces forestières, sans préoccupation du renouvellement de ces forêts).

cf.

Les Jardiniers de la nature

De Serge Bahuchet 

https://books.google.com/books?id=iSA3DwAAQBAJ&pg

Les extraits de CàVous sont atroces à regarder... C'est une spectaculaire tentative d'humilier Raoni.
Je ne pas ce qui est le pire : qu'elle soit volontaire ou non  -_-

merci pour cette émission !

détail technique : la moindre qualité de définition-compression du fichier vidéo rend le son parfois désagréable (scories aigües et métalliques grinçantes)


Émission très instructive sur certains rouages (et désespoir quand même) 


Merci.

Intéressant d'entendre parler de régulation et de traçabilité dans cet émission.

C'est tout à fait le souhait de tous les mondialistes, nul doute que les grandes firmes de l'agro-business s'adapteront à ces nouvelles normes (quitte à cultiver du soja en hydroponie sous led dans des immeubles)

Par contre, ce qui reste d'agriculture locale et paysanne risque de finir par disparaître.

Comment mettre en parallèle ce qui se passe dans notre forêt en métropole? L’exploitation intensive à court terme, la monoculture, toutes les pratiques mises en place aux États-Unis dont on peut constater les dégâts ?

Soutenir les personnels de l’onf, ... 

il FAUT donner des protéines aux vaches?... dans le temps, elles mangeaient de l'herbe, tout bêtement, et c'est ELLES qui fabriquaient leurs protéines!

Le Brawndo, c’est ce dont les vaches ont besoin :


"dans le temps, elles mangeaient de l'herbe,"


La légende (story telling en langage twitter) dit que cette pratique a été initiée au début du XIX ème siècle en Angleterre pour faire face aux pénuries dues aux guerres napoléoniennes. 

La légende (story telling en langage twitter) dit encore que l'on donnait des restes humains au bétail.


"il FAUT donner des protéines aux vaches?...  dans le temps, elles mangeaient de l'herbe, tout bêtement, et c'est ELLES qui fabriquaient leurs protéines "


les vaches nourris au mais ont besoin d'un complément riche en protéines ( colza ou tourteau de soja); l'herbe est plus équilibré mais nécessite de plus grandes surfaces.


"Dans le temps" ça veut rien dire


"l'herbe est plus équilibré mais nécessite de plus grandes surfaces."


Euh... de plus grandes surfaces? Bien sûr, si vous enlevez les hectares où sont produits maïs et soja, et que vous comptez seulement les quelques mètres carrés de l'étable où sont enfermées les vaches... 


Je vous suggère de redescendre un peu "sur terre", c'est à dire dans les alpages et les prairies: quelques éleveurs commencent à comprendre qu'ils y gagnent, surtout s'ils font de la vente directe. Ils ne se font plus arnaquer ni à l'entrée (prix et qualité des denrées) ni à la sortie (prix de vente ridicule de leurs produits).



Claudie, de votre temps comme du mien, comme aujourd'hui et depuis quelques millénaires, "l'herbe", comme vous dites, les pâturages, c'est un mélange, entre autres, de graminées et de légumineuses (comme la luzerne) qui contiennent des protéines : ces protéines végétales sont indispensables à la "fabrication" par les animaux des protéines animales qui les constituent. 

Donc, oui, il FAUT donner des protéines aux animaux (et aux humains, qu'ils les trouvent dans la viande ou dans les végétaux). Toute la question est de savoir lesquelles, et comment elles sont produites. 


L'élevage industriel, hors sol, repose sur la mise au point de mélanges eux mêmes produits industriellement, par des cultures intensives, avec force engrais et pesticides, et qui circulent d'un bout à l'autre de la planète avant d'arriver dans les mangeoires. Ce mode de production (et la surconsommation de bidoche qui va avec) est redoutable pour l'Amazonie, mais devrait-on le "ré-internaliser" en Europe, il serait redoutable pour l'Europe et tout aussi "écocide" ici que là-bas. 


Il n'y a pas trente six mille solutions : nous devons cesser de manger de la viande industrielle (et tout ce qui provient de l'agro-industrie en général, d'ailleurs), en manger moins, et s'assurer qu'elle a été produite, disons, pour faire simple : à l'herbe.


Ajoutons qu'une herbe de qualité se compose d'une extraordinaire variété de plantes, dont de nombreuses plantes aromatiques voire médicinales. Ce qui n'est pas sans conséquences sur la santé des animaux et le goût des produits, viandes ou fromages.

Les vaches ne "produisent" pas de protéines. Les protéines sont naturellement présentes dans les herbes de prairie et le foin, luzerne en tête :

http://www.prairies-gnis.org/pages/luzerne4.htm

admettons que le terme soit impropre mais, oui, les vaches synthétisent des protéines, à partir d'acides aminés, qu'elles trouvent dans les protéines ingérées, mais qu'elles recombinent à leur façon de vache, qui n'est pas une façon de luzerne, pour faire des protéines de muscle et de corne... donc, les vaches FONT des protéines, mais pour ça il leur en FAUT :)

Merci pour cette émission très intéressante qui m a permis de bien comprendre la complexité du problème.

Excellente émission, riche et précise. Merci à tous.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.