Macron : mort à la redevance !
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Macron : mort à la redevance !

C'est difficile, une campagne de réélection. Trouver des idées nouvelles, quand on a disposé de cinq ans pour mettre les siennes en application. Retrouver un élan. Promettre d'être à la fois le même et un autre. Mitterrand y a réussi en 88, mais c'était après deux ans de cohabitation chiraquienne. Chirac aussi, mais après le 21 avril 2002. Mais les autres, Giscard, Sarkozy, Hollande : un cimetière. Bien sûr, les sondages de Macron sont pour l'instant prometteurs. Mais sondage, on le sait bien, ça rime avec mirage.

Trouver des idées. Tiens justement, en voici une qui traîne : supprimer la redevance télé. Elle traîne partout, cette idée, depuis quelque temps. Pas exactement partout : dans toute la bollosphère précisément. Il faut les entendre, toute la bande des nouveaux seigneurs de guerre de Bolloré, les Zemmour, Praud, Mabrouk, Elkabbach, Ferrari (la Firme a même récupéré Vincent Hervouet, vieille connaissance), tous unanimes dans la déploration, après une blague de travers de Charline ou de Guillaume Meurice, après une question un poil trop incisive de Anne-Sophie Lapix : et dire que c'est "avec-nos-impôts". Lamentation. Soupir – personne ne soupire mieux que Pascal Praud. Alors, va pour piquer cette idée à Zemmour (lui-même l'avait piquée à Le Pen). Et Macron la sortit donc de son sac lors de sa première "rencontre" de campagne, dans le paisible Macroland de Poissy, chez son ami Karl Olive.

Supprimer la redevance, pour en finir avec cet anachronisme : le service public de l'audiovisuel, cette "honte de la République", a dit Macron un jour.  Car de deux choses l'une : ou bien la redevance sera remplacée par des recettes fiscales pérennes (ce qui l'assujettira directement au pouvoir politique), et alors quel bénéfice pour le contribuable ? Ou bien on abandonnera l'audiovisuel public aux mains de la pub, et d'elle seule, et la course à l'audience, seule loi, marquera la fin de l'audiovisuel public. C'est mécanique.

En finir avec l'audiovisuel public, ce point de rencontre si révélateur du macronisme et du zemmourisme, l'un parce qu'il est jugé vieillot, si peu start-up nation, l'autre parce qu'il est présumé attaché aux vieilles lunes républicaines (droits humains, État de droit, antiracisme, écologie, liberté-égalité-fraternité, tout ça). En finir avec ce service public qui s'efforce, avec ses petites mains, de résister à la zemmourisation des esprits. Qui conserve, ici et là, contre tous les assauts, la petite lueur de l'intérêt général. Pensez donc, il existe même des magazines d'investigation qui, de temps en temps, osent s'en prendre à l'oligarchie française des médias, les Arnault, Niel, Bolloré, Lagardère, Drahi, ceux-là même qui ont "fait" Macron. Ou même, qui ont récupéré les fiches montrant que la "rencontre" spontanée de Poissy était scénarisée. Crime. Honte. Tue, tue. Ne pensez pas que cela ne peut pas arriver. Tout peut arriver, dans le monde radieux de McKinsey.


Partager cet article Commenter
Macron, quelques heures à Poissy
Éternité de l'ORTF

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.