Enseigner après Conflans : "Nous sommes des soldats de la pensée"

Arrêt sur images

Cinq ans après les attentats de 2015, l'assassinat barbare de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie, est un nouveau choc qui ne laisse indemne aucun d'entre nous, et nous ramène face à nos convictions et nos croyances, individuellement et collecti(...)

Télécharger Écouter
L'émission
Télécharger Écouter
  • Avec
    Christophe Naudin et Alexis Potschke et Wahida El-Mansour
  • Presentation
    Daniel Schneidermann
  • Préparation
    Adèle Bellot et Tony Le Pennec
  • Deco-Réalisation
    Tony Le Pennec et Sébastien Bourgine
Offert par le vote des abonné.e.s
Cinq ans après les attentats de 2015, l'assassinat barbare de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie, est un nouveau choc qui ne laisse indemne aucun d'entre nous, et nous ramène face à nos convictions et nos croyances, individuellement et collectivement. Tous, mais peut-être, avant, tous les professeurs. C'est la raison pour laquelle nous avons réuni sur ce plateau trois professeurs. Wahida El-Mansour est une ancienne enseignante de lettres et d'histoire dans un lycée de banlieue parisienne, co-autrice des "Territoires vivants de la République" ; Alexis Potschke, professeur de français dans un collège de la banlieue nord de Paris, a publié en 2019 son témoignage de prof, "Rappeler les enfants" (Seuil). Christophe Naudin, professeur d'histoire-géographie dans un collège du Val-de-Marne, rescapé des attentats de novembre 2015, publie chez Libertalia "Journal d'un rescapé du Bataclan".

Le journaliste d'ASI Thibault Prévost vient d'abord résumer ses enquêtes de la semaine sur la régulation des réseaux sociaux. Dans la première, il se demandait si la loi Avia, de lutte contre la haine en ligne, que le Conseil constitutionnel a retoquée, aurait pu changer quelque chose à la situation ayant mené à l'assassinat de Samuel Paty. "On peut imaginer que oui", explique Thibault. La vidéo d'Abdelhakim Sefrioui traitant Paty de voyou (nous vous racontions comment la contestation d'un cours de Samuel Paty par un parent d'élève avait été reprise et amplifiée par cet imam autoproclamé) aurait effectivement pu être censurée. Oui mais voilà, précise Thibault : "Il faut s'interroger sur les conséquences d'un tel dispositif". Un algorithme aurait pu par exemple reconnaître le mot "voyou", et retirer préventivement la vidéo, mais dans ce cas, toutes les vidéos comportant ce mot seraient également censurées. 

On se rend compte avec cette affaire que le problème ne vient pas tant de la publication de la vidéo de Sefrioui, mais plutôt de sa viralité. Sur cette question, comme le raconte notre journaliste dans un second article, les plateformes tentent de mettre en place des mécanismes. Exemple : quand vous partagez un article sur Twitter, le réseau social affiche désormais un message conseillant de lire le contenu avant de le partager. Au-delà ce type d'initiative, l'Europe réfléchit également à des réglementations. Tous les détails son à lire ici 

Les mots de Macron

Nous en venons ensuite au débat, avec en guise d'introduction, un passage du discours d'hommage d'Emmanuel Macron à Samuel Paty. Wahida El-Mansour a apprécié la phrase du président expliquant que les djihadistes "veulent notre futur", mais savent qu'avec des "héros tranquilles" comme Samuel Paty, "ils ne l'auront jamais". Les deux autres invités disent ne pas avoir regardé la cérémonie. Suit un extrait de débat sur LCI, dans lequel les deux présentateurs, Darius Rochebin et Amélie Carrouër, semblent difficilement comprendre la parole d'une professeure se trouvant face à eux, Anne Anglès. Alexis Potschke estime qu'on coupe régulièrement sa collègue "comme si on trouvait gênant qu'elle n'aille pas dans le sens dans lequel on aurait voulu qu'elle aille". L'un des malentendu du plateau de LCI est entre une "culture du silence" chez les professeurs, qui viendrait d'une honte à reconnaître que l'on a des difficulté avec une classe, et ce que Rochebin appelle "mettre la poussière sous le tapis". Pour Christophe Naudin, il y a un paradoxe dans la manière dont les professeurs échangent entre eux : "On discute beaucoup des problèmes de nos élèves, mais pas forcément des problèmes qu'on peut avoir avec nos élèves."

L'incompréhension entre les professeurs et la société est résumée par une phrase d'une publication Facebook écrite par Potschke après l'attentat de Conflans Sainte-Honorine : "Devenir professeur, c'est devenir incompris dans un monde qui croit savoir mieux que vous ce qui fait votre quotidien." Un message que signent des deux mains les autres invités en plateau. "Il y a aussi individualisation exacerbée des rapports avec le prof, souligne aussi Naudin. On a parfois l'impression souvent d'être à leur disposition et que les parents se comportent comme des consommateurs." 

Une illustration  de ce phénomène ? Nous passons un extrait de la vidéo de Sefrioui dans laquelle il accuse Paty, après un rendez-vous avec la principale, d'être "un voyou". Il explique qu'on lui a manqué de respect en le laissant attendre "une heure dans le vent et le froid" avant d'être accueilli par la principale du collège. Cette phrase fait tiquer Potschke : "Le type arrive devant le collège, il se plaint d'attendre une heure dans le froid et sous la pluie. En ce moment, avec la réglementation Covid, il faut prendre rendez-vous. Il parle en donnant l'impression qu'il sait de quoi il parle, mais nous en tant qu'enseignants on voit tout de suite les failles." Au-delà de ce point précis, tous les invités sont d'accord sur le fait que l'intervention de parents sur leurs cours n'est pas rare, mais qu'en revanche il leur semble exceptionnel que la contestation passe sur les réseaux sociaux et devienne virale. Naudin explique qu'une seule fois dans sa carrière, une élève, après qu'il eût projeté des représentations médiévales de Mahomet, lui a dit que sa mère voulait le rencontrer. "Et puis finalement je n'ai plus eu de nouvelle."

"Confronter un discours"

Il est en revanche courant, assure Potschke, que des élèves contestent le contenu d'un cours. "Il arrive qu'on se retrouve face à une parole d'intolérance, quelque chose qui va être de nature à nous heurter." Mais la plupart du temps, souligne-t-il "c'est une manière de confronter un discours"

Comment s'explique un tel décalage entre le discours tenu sur notre plateau et celui des auteurs des Territoires perdus de la République, assurant qu'il est désormais impossible dans certains contexte d'enseigner la Shoah, certains points du programme de SVT, etc. ? Pour Naudin, ces personnes "prennent des cas et en font une généralité". El-Mansour a participé à un ouvrage co-rédigé en réaction aux Territoires perdus de la République, Les Territoires vivants de la République, dont nous recevions quelques-uns des auteurs lors de sa sortie. Elle raconte ensuite comment, en 2013, elle avait fait venir dans sa classe Charb, l'ancien directeur de Charlie Hebdo assassiné par les Kouachi en janvier 2015, pour parler de son travail. "Dans ma classe, un élève avait dit des choses contre Charlie [à un moment où le journal était la cible de menaces]". C'est suite à cet épisode que la prof de français convie Charb. Finalement, comme le montre un extrait de la rencontre que nous diffusons, l'échange se passe très bien. 

Daniel Schneidermann lit un extrait du livre d'Alexis Potschke, dans lequel un élève se revendique fièrement "islamiste" en classe... pensant que le terme est synonyme de musulman. "C'est un grand classique, explique Potschke. On a des élèves abreuvés aux chaînes d'info, qui ont des savoirs très précis mais qu'ils n'arrivent pas à contextualiser." Naudin raconte ensuite la seule fois où il a eu l'impression de se trouver face à un discours radical pensé et assumé de la part d'une élève, juste après l'attentat de Charlie. "C'était ma meilleure élève en histoire. Elle était très froide, avec un discours très construit, « on ne peut pas, on ne doit pas critiquer une religion ». C'est la seule, c'est un cas extrême." Il en avait alors discuté avec son principal. Wahida El-Mansour parle d'une situation ressemblante, où un élève entravait un cours sur les Femen. "On a convoqué les parents et ça s'est très bien passé, mais le pauvre gosse a failli s'en prendre une par son père." Nos invités sont également d'accord sur l'importance de rappeler la neutralité de l'espace scolaire. "Vous n'êtes pas des athées, des juifs, des chrétiens, des musulmans, vous êtes des élèves, je le leur rappelle très régulièrement", indique par exemple Alexis Potschke.

"Avec les élèves, on peut dialoguer"

L'attentat de Conflans Sainte-Honorine a aussi entrainé des injonctions à montrer les caricatures de Charlie en classe. Parmi elles, celle de l'ancien Premier ministre Manuel Valls, dont nous diffusons un extrait. Pour Potschke, c'est une manière de dire les choses "presque martiale". "Il faut faire confiance aux enseignants, aux inspecteurs qui accompagnent", dans la manière d'aborder les caricatures et l'assassinat de Samuel Paty, assure El-Mansour. 

Autre question que pose le dernier attentat, celle de la responsabilité de la gauche dans la situation actuelle : une partie de celle-ci n'a-t-elle pas été aveugle face au phénomène islamiste et/ou djihadiste ? C'est la thèse qu'exprimait Laurent Joffrin sur LCI, en septembre. Christophe Naudin dit ne pas être en désaccord. "Mais pas dans l'école, précise-t-il. Dans l'école, avec les élèves, on peut dialoguer." Le fait d'être rescapé de l'attentat du Bataclan n'a pas fait changer son point de vue sur ces questions, assure-t-il. "Une partie de la gauche a trop nié ce danger-là." Avec un cas emblématique : Geoffroy de Lagasnerie, reçu sur notre plateau après les attentats de 2015, qui trouve une explication sociologique aux attentats des terrasses. Pour Naudin, l'analyse est "grotesque", le sociologue "enfile des clichés, et tous les poncifs de sociologie urbaine". Au-delà du cas de Lagasnerie, le professeur d'histoire dit voir de nombreux intellectuels tenter de faire rentrer les faits dans leur grille de lecture. Or, "ce discours là, c'est du pain béni pour les islamophobes", déplore-t-il. 

Pour conclure, Daniel Schneidermann demande à nos invités si l'attentat va changer leur manière d'enseigner. Non, répond Potschke, qui craint en revanche toujours d'être placé dans un camp "islamophobe" ou "islamogauchiste"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.