69
Commentaires

Violences, silences, dénis : dans les zones grises

Commentaires préférés des abonnés

 Au-delà des agressions sexuelles, certains peuvent penser que l'Eminent Présentateur  (la qualité de journaliste ne pouvant lui être attribuée ) a , souvent,  agressé  l'objectivité....  ( et l'intelligence des téléspectateu(...)

Dépassant la dégueulasserie des agressions sexuelles, j'essaie de réfléchir à ce qui les crée:


le pouvoir, la force, la place, l'ascenseur social!!, la mise en place d'un système d'idole adulé, de la hiérarchie  de l'inégalité, de la perversion, (...)

Est-il indispensable d'utiliser ce monstre : ielles  ?

Derniers commentaires

no pienso renovar mi cuenta, con esta idiotez del ielle

J'ai découvert Vaslo il y a quelques jours grâce à DS, et je l'en remercie. Je n'étais d'ailleurs pas le seul, certains asinautes ayant même laissé un commentaire de gratitude envers le taulier.


Cette fois, DS met un lien vers la vidéo de Concrètement Moi. Je regarde et coupe au bout de 5 minutes (j'étais pourtant en mode bricolage avec tout mon temps de cerveau devant moi), agacé par la musique tire-larme. C'est bête, mais ça ne m'inspire pas confiance une telle mise en scène. Alors je me dis qu'à la place je regarderai le premier épisode de Maid quand j'aurais le temps et je poursuivrai si ça me plaît. La musique mélo sur une série ça me dérange moins (jusqu'à un certain point bien sûr).


Quelques heures plus tard, je reçois une notification du Bouseux Magazine pour une vidéo sur le call out de son ex toxique. Inhabituel, et en temps normal je n'aurais même pas ouvert, le sujet ne m'intéressant pas. J'ouvre car je me dis qu'il y a peut-être un lien avec la vidéo de notre cher matinaute. Je vérifie, la télé-réalité des stars de youtube m'étant étrangère, et il semble que ce soit le cas. Je n'ai pas le tact de certains de ne pas "révéler" ce lien, désolé, mais j'aime bien savoir de quoi on parle surtout quand on me recommande une vidéo de 40 minutes.


Alors voilà, ça ne fait probablement rien avancer, mais ça me tient tout de même à coeur de mettre le lien vers la vidéo du Bouseux. Pas de musique mélo, mais un visuel sur un drapeau hideux d'Iran Maiden qui ne me dérange pas, j'ai les yeux rivés sur mon marteau.



c'est l’hécatombe après Monsieur Ushuaïa , le Dark Angel...

En fait, cette soit-disant complexité de la vie, cette soit-disant zone grise du consentement peut se résumer en une phrase: il faut que désormais les hommes apprennent à gérer tous seuls leurs frustrations. 

Un extrait d'un interview de la grande Françoise Héritier: "Voici un exemple pris dans mon propre terrain qui est beaucoup plus global et pour montrer aussi à quel point la pensée demande de l’observation et qu’on peut passer à côté des choses sans les voir. J’ai passé des années, je vous assure, à voir des femmes qui portaient leurs bébés dans le dos, et qui vaquaient à leurs occupations, et de temps en temps le bébé pleure, parce qu’il a soif. Et, de deux choses l’une, soit les femmes s’arrêtent de faire ce qu’elles sont en train de faire ou bien non, elles continuent. Je mettais ce choix maternel sur le compte de l’anecdote en me disant : « ça dépend de leur caractère, ça dépend de l’occupation en cours. Il y a toutes sortes d’explications possibles. Et puis un beau jour, je remarque : « c’est bizarre, c’est aux petits garçons qu’on donne à boire ». Je me suis mise à faire attention au sexe des enfants chaque fois que j’étais avec des femmes qui s’arrêtaient ou ne s’arrêtaient pas pour donner à boire à leur bébé. Je m’aperçois que systématiquement quand un petit garçon pleurait, la mère s’arrêtait pour lui donner à boire, quand une petite fille pleurait, soit elle ne l’écoutait pas, soit pire, elle s’en débarrassait pour la donner à une amie qui passait par là. Cela méritait l’attention, j’ai posé la question aux femmes, ça les a beaucoup fait rire d’ailleurs, et elles ont toujours répondu la même chose (une explication biologique d’un côté et sociologique de l’autre). Elles me disaient, argument biologique que les garçons ont le cœur rouge, c’est-à-dire passionné, violent, courageux, colérique et si on ne leur donne pas satisfaction, ils risquent d’entrer dans une rage folle et de mourir, ils ont donc besoin d’obtenir satisfaction tout de suite. Tandis que pour les filles, argument sociologique, on disait qu’une femme n’aurait jamais ce qu’elle voulait dans la vie, alors autant qu’elle l’apprenne tout de suite. C’est-à-dire qu’on faisait des filles frustrées dès le départ, et qu’on comble le désir de garçons dès le départ. On construit de la sorte deux catégories d’êtres humains, je dirais même carrément deux races : une catégorie pour qui le moindre désir doit être satisfait immédiatement, puisque dès sa petite enfance le moindre désir était satisfait immédiatement. Le « moindre désir », aussi le désir sexuel, le moindre désir est une nécessité absolue qui doit trouver satisfaction. Et d’autres, les filles, à qui on dit que le moindre de tous leurs désirs est nul et non avenu, et qu’elles doivent se plier aux désirs des autres, attendre le désir des autres. N’est-ce pas une éducation idéologiquement extrêmement contraignante dès le départ ? "

on apprend aujourd'hui que Nicolas HULO se retire de la présidence de sa fondation et de la vie publique en général; rattrapé par de nouvelles affaires semble-t-il..


à suivre...

J'avais fait tout un laïus a la con , mais une seule citation suffit , "Un homme ça s'empêche!". Et c'est humblement un apprenti homme qui se laisse aller a sa colère plus souvent qu'a son tour qui vous le dit. Le capitalisme n'aime pas les hommes , il n'aime que les animaux, et TF1 est sa fille  ! Ca c'est cadeau!

Le récit de Concrètement Moi est d'autant plus glaçant que le type dont elle se plaint (que je vais éviter de nommer comme DS le fait avec élégance) n'a absolument rien à voir avec un profil genre PPDA. 


Plutôt l'incarnation du genre de personne (homme déconstruit comme le qualifie sa victime) chez qui on ne s'attendrait pas à trouver ce genre de comportements (même moi, qui ai toujours trouvé un coté malaisant chez cet influenceur dont je ne pouvais notoirement pas blairer les défenses répétées de la "cancel culture" et autres wokeries, je ne me serais pas attendu à quelque chose de ce style de sa part, et ça m'a foutu un gros coup de blues de l'apprendre ; d'autant que toute l'extrême-droite se paluche désormais là dessus avec sa lourdeur habituelle, ajoutant non seulement au harcèlement du type mais à la souffrance de ses victimes). 


Enfin définitivement une démonstration que même ceux qui la critiquent le plus n'échappent pas à la culture du viol.


Ceci étant dit, un autre truc qui doit frapper, c'est l'écart énorme entre les deux. Quand le metoo arrive, le petit youtubeur de gauche en question est complètement détruit. Il perd d'un coup les 3/4 de ses amis, ses vidéos se retrouvent avec 10 fois plus de dislike que de like, on le sent perdu à se débattre dans tous les sens (très très très maladroitement, mais c'est pas le sujet) pour tenter de se justifier, les seuls revenus que ce gars a en dehors du RSA sont menacés, c'est sa vie qui s'écroule en 2 temps 3 mouvement. Et il y a clairement à craindre, à voir sa tronche dans ses dernières interventions, que ça finisse très mal.


A coté de ça il y a l'indécente impunité du puissant télévisé, flottant très haut au dessus de tout discours pouvant le critiquer. Qui peut se prendre 4 fois plus d'accusations et bien pires sans apparaitre à peine touché. Pour l'un la zone grise se transforme immédiatement en période noire, pour l'autre tout un système est là pour l'autoriser à continuer à se qualifier de blanc, des amis l'inviteront pour donner sa version, d'autres insinueront que ses victimes l'ont surtout été de leur intérêt bien compris, etc... etc...


Deux cas à la fois comparables et à la fois absolument pas. 

Est-il indispensable d'utiliser ce monstre : ielles  ?

Dépassant la dégueulasserie des agressions sexuelles, j'essaie de réfléchir à ce qui les crée:


le pouvoir, la force, la place, l'ascenseur social!!, la mise en place d'un système d'idole adulé, de la hiérarchie  de l'inégalité, de la perversion,  de l'esclavage et de la liberté, de l'acceptation du modèle,  de l'omerta entourant le système, de l'aveuglement, de cette cécité coupable et complice...de la Bible.


La castration n'est pas la solution, quoi queue!!



.



Et, comme pour tous les puissants , le sentiment d'une impunité absolue ....

Cher GP Marcel, votre liste est saisissante de justesse, mais le raccourci de la Bible me semble un peu ethnocentré. Je ne sache pas que les peuples et cultures qui ont été biberonnées à d'autre sources que la Bible soient ni plus ni moins empreints de pouvoir, force, place, ascenseur social!!, mise en place d'un système d'idole adulé,  hiérarchie, inégalité, perversion, esclavage et liberté, acceptation du modèle, omerta entourant le système, aveuglement, cécité coupable et complice...

Docteur Panel,

Fort judicieux, mais les peuples du livre dont la Bible se sont octroyés des fantaisies.

J'ai lu en son temps la Bible et elle m'apprit  Génèse 1.26 que:


"  Puis Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. "


Remarque homme, sans majuscule, donc le mec à quéquette.

Que celui-ci domine....permission divine et donc pourquoi se gêner.


Voilà pourquoi j'ai ajouté "la Bible". Quand la main sacrée ouvre la porte, beaucoup s'engouffre. Ce sont ceux qui sont restés au stade du "je crois" bien commode dont j'ai parlé hier dans un commentaire.

Quant aux autres peuples (ceux qui ne sont pas du Livre) ils ont créé des Dieux qui autorisaient la même chose. Je connais moins, c'est vrai. 

... tends l'autre joug ...

Un ascenseur social...d'accord, mais pas n'importe lequel :

Ouille ouille ouille

J'ai bossé avec PPD à France 2. Il était déjà comme ça. Ca n'est pas TF1 qui en a fait un prédateur... c'est cette espèce de cochonnerie de notoriété qui rendait les présentateurs/journalistes fascinants pour beaucoup de femmes... Personnellement, je n'ai jamais apprécié sa dégaine simiesque (oui, il avait les bras très longs !!! au propre et au figuré)... Nos rapports ont été professionnels et uniquement professionnel, teintés de mépris par moi parce que ce type ne respectait personne même lui-même... J'ai été témoin de profondes marques de mépris de lui (et de ses confrères), j'ai dû gérer des dégâts qu'il avait causés en séduisant des pauvres filles venues de province... lorsqu'on enregistrait à la SFP, nous étions par ex. une bonne cinquantaine de "travailleurs" à l'attendre pour commencer, sauf que, malgré son vieux vélosolex, il arrivait toujours le dernier... léger, sans même s'excuser... Et puis... et puis tout ce qu'on m'a raconté, les petites phrases que j'ai entendues, les comportements gougnaffiers, la radinerie... Ce type était détestable... et je l'ai bien détesté. Et je suis contente de ce retour de manivelle... que j'estime trop léger... je l'asseoirais sur un siège troué par lequel monterait le feu de cendres incandescentes, comme ça se faisait quand un cacique touchait son bâton de cacique au Mexique... pour lui apprendre les risques qu'il courrait... ça lui brûlerait à la fois le c... la bite et les c...

 Au-delà des agressions sexuelles, certains peuvent penser que l'Eminent Présentateur  (la qualité de journaliste ne pouvant lui être attribuée ) a , souvent,  agressé  l'objectivité....  ( et l'intelligence des téléspectateurs ).


Et, cela est plus facile à démontrer ....

Maid, la belle série à succès du moment sur Netflix 


à succès je ne sais pas, mais très belle série certainement !!!


le personnage du mari est effectivement moins caricatural que dans d'autres série ou film, et c'est ce qui donne ce coté troublant ! 

véridique dirais-je même; plein de contradictions et moins manichéen que ce qu'on pourrait redouter


Ce qui n'en fait pas moins un personnage dangereux pour autant; à l'instar du formidable (et terrifiant ) personnage joué par l'excellent Alexander Skargard, mari de Nicole Kidman dans "big little lies"

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.