110
Commentaires

Un fichier d'élèves musulmans à la mairie de Béziers ?

Du fichage ethnique à Béziers ? Invité de l'émission Mots Croisés (France 2) ce lundi 4 mai, le maire d'extrême-droite, Robert Ménard, a lâché au cours du débat que 64,6% des élèves des écoles de sa commune étaient musulmans. D'où tient-il ces chiffres ? Des listes de noms d'enfants "classe par classe", a-t-il précisé en toute fin d'émission. De quoi susciter une vive polémique... jusqu'en Arabie Saoudite, où François Hollande a condamné les propos de Ménard. Une enquête préliminaire a été ouverte, et la mairie a déjà été perquisitionnée.

Derniers commentaires

Mes doux amis !

Comme un tiers des français, je ne vois pas où se situe le problème ! Bien au contraire ...
Bon, Ménard simple maire n'a pas le droit de ficher les enfants musulmans...

Mais demain, s'il devient premier ministre ne notre [s]douce France[/s] stasiland, il lui suffira d'appliquer la nouvelle loi sur le renseignement !
j'egzije d'établir un rapport avec tout.
Beaucoup parlent de "fichage" le mot est connoté, c'est un peu de la mauvaise foi.
Nous avons un tabou en France avec les questions ethnico-culturelles.

Oui des gens en France ont une origine culturelle sinon "ethnique" différente des autochtones, en quoi est-ce un problème?
On craint évidemment que le constater consisterait à les montrer du doigt, les "stigmatiser" comme on ânonne bêtement aujourd'hui sans trop comprendre de quoi il s'agit.
Pourtant beaucoup sont fiers de ces origines, en quoi cela serait un mal d'en avoir ou de le constater.
M'est avis que si on ne cherchait pas à faire du procès d'intention à tout bout de phrases, on ne s'en offusquerait pas, et les personnes supposément visées se sentiraient probablement mieux.
Mais les journalistes adorent ça, ça fait réagir tout le monde, ça tweete, ça clashe, et comme d'habitude on en oublie les sujets sérieux.
Le Projet de loi sur le renseignement est adopté le même jour à l'assemblée, et M. Le président vient faire la morale depuis l'autre pays des droits de l'homme (l'Arabie Saoudite), encore un qui a le sens du grotesque.

Quant à Ménard, il a fait un coup, c'était préparé.
Il n'aura évidemment aucun problème avec la justice, puisqu'il n'y a probablement aucun élément matériel incriminant.
Selon toute vraisemblance, il ne s'agit pas d'un fichier, mais d'un simple calcul fait sur un coin de table à la lecture des listings des élèves de la ville. (au moins à vue)
Chose que toute personne un peu curieuse ayant ce genre de liste à disponibilité a forcément fait au moins à vue de nez.
Lui il a sorti sa calculette et a fait sa règle de 3.
Puis il lance le débat sur la question, d'un coup, avec tous les journalistes pour faire passer le message, un coup de maître. Il a du faire ça toute sa vie.

Alors on ne sait pas trop par quel bout le prendre.
Bon prendre les prénoms pour déterminer la confession, c'est sur ce n'est pas très précis comme méthode.
Mais en fait on s'en moque, le prénom donne une "estimation" de l'origine culturelle.
Estimation car on part sur un présupposé non démontré que prénom à consonance arabe = origine arabe. Ok ce n'est pas très rigoureux, mais ça fait une estimation.

Bref, j'en vient au fait, si avoir des origines différentes n'est pas un problème, je pense par contre qu'il est inquiétant qu'en France des catégories de personnes culturellement homogènes soient concentrées à un même endroit. Pas plus tard qu'il y a quelques mois un premier ministre s'était même emparé de ce problème.

Inquiétant pour plusieurs raisons :
D'abord cela crée une fracture de plus dans la société.
Fracture culturelle, qui s'ajoute aux diverses fractures socio-économiques (diverses origines sociales)
Ensuite, cela donne l'impression aux populations concernées qu'elles sont rejetées par les autres. Pas bon pour la fraternité (enfin ce qu'il en reste)
Puis son corollaire, si une population est concentrée en un lieu, cela veut dire que d'autres populations sont elles-aussi concentrées en un même lieu. Sentiment de rejet ici aussi, même causes, mêmes effets.

Rejet*rejet = rejet au carré et cercle vicieux.

Voilà vous l'avez votre racisme.
L'autre qu'on ne connait pas, qu'on ne côtoie pas, avec lequel on ne partage ni le mode de vie ni les codes culturels, d'un côté comme de l'autre, on le fantasme, on lui attribue des caractéristiques infamantes, et on perçoit en lui, des attitudes en ce sens.
Et réciproquement.

Au final vous avez notre société un peu pourrie depuis quelques temps, où tout le monde vit séparé, et personne ne peut pas se blairer.
Où les biens pensants viennent dire que c'est formidable, en remettent une couche sur les méchants (en engueulant qu'un seul des 2 fautifs) et malgré leur bonnes intentions empirent le problème (par exemple, SOS racisme depuis 30 ans).

Alors on peut faire tout son flonflon médiatique, pour expliquer que le IVe reich se profile, parce que le maire d'une ville fait mumuse avec sa calculette.

On peut aussi se poser la question de l'aboutissement de cette politique, qui consiste à avoir plusieurs populations différentes et séparées sur un même territoire, avec un manipulateur bien faux-cul derrière (nos médias) qui fait l'intermédiaire en passant son temps à passer de l'un à l'autre en disant : "tu sais, lui il a dit qu'il t'aimait pas", et qui compte le buzz et l'audience derrière.
Ainsi, selon Ménard, la seule liste nominatives d'élèves qui existe est celle de l'Education nationale ?
La bonne blague !!!
Faut vraiment prendre ses auditeurs pour des truffes pour affirmer publiquement des choses pareilles.
Quand on scolarise son enfant, c'est à la mairie qu'on l'inscrit, pas au rectorat ou directement à l'école !
C'est expliqué sur le site de l'Education nationale

A moins que ça ne se passe pas à Béziers comme dans le reste de la France ?

Voyons sur le site de la mairie ? clic clic
Donc, Béziers étant en France, c'est bien en mairie qu'on enregistre une inscription.
Etre inscrit, c'est entrer dans un registre.
Il y a obligatoirement un registre des enfants scolarisés à Béziers.

Or, pour s'inscrire, à Béziers comme dans toute la France, il faut présenter un certain nombre de documents administratifs, c'est même très bien expliqué sur la notice explicative mise en ligne par la maîrie de Béziers
Parmi les pièces obligatoires, se trouve le livret de famille.

CQFD : il nous prend pour des truffes et le communiqué de la commune, qui affirme " Le seul fichier existant à notre connaissance recensant les élèves des écoles publiques de la ville est celui de l’Éducation nationale." ... est assez savoureux.

Ce "fichier ", non nommé, est probablement "Base élèves", présenté ici sur le site de l'Education Nationale, mais il est fort rare que les communes s'en contentent, car elles sont en charge de trop de missions concernant les familles (ne serait-ce que la facturation des services municipaux : cantine, centres de loisirs, etc...) qui ne sont pas du tout prises en charge par cette application, et aussi parce qu'un élève "dsiparaît" de Base élèves quand il quitte le primaire, alors que les mairies ont besoin de garder ces informations.

Mais de toutes façons, même si Base élèves ne posait aucun problème éthique, même si Base élèves n'existait pas, il y aurait quand même un registre à la mairie avec la liste de tous les enfants en âge scolaire : en France, le contrôle de l'obligation scolaire est sous l'autorité du Maire !
Et puis ce serait la porte ouverte à toutes les fausses attestations d'inscription, s'ils n'avaient pas la liste de ceux à qui ils l'ont délivrée !

J'aimerais qu'@si contacte la Mairie de Béziers pour approfondir cette partie de leur communiqué. Avec 6750 enfants scolarisés dans 42 écoles ( 21 maternelles et 21 élémentaires), ils n'ont pas de fichier, vraiment ?
Leurs coordonnées sont là : [url=http://www.ville-beziers.fr/enfance-et-jeunesse/vie-scolaire]page " vie scolaire" du site de la mairie de Béziers[/ur

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Compter les musulmans c'est faire du fichage religieux, pas du fichage ethnique, du coup est-ce illégal?

Pour ce qui est de la collecte, si la cantine offre un plat de susbtitution au porc, on décompte facilement l'ensemble (musumans pratiquants, juifs pratiquant, végétarien, et ceux qui n'aiment pas le porc de cantine dont j'ai moi même d'assez mauvais souvenirs).
Ménard est un con, et si il veut porter plainte pour insulte, je m'appelle mohamed b,
bon, trêve de plaisanterie, j'ai parfois honte d'être Héraultais, et même Languedocien, Béziers est une ville de m... bon disons spéciale, et ça a commencé avant Ménard, bien avant, et pardon à mes amis et anciens collègues de la ville, m'enfin bon, ils savent ce que je pense.
Bien qu'en désaccord et choquée par les statistiques de Ménard, il serait bon de se poser la question de savoir si des statistiques ethniques seraient utiles ou dangereuses en France.

>>> 1- C'est dangereux si elles renforcent le racisme… mais sans statistiques le racisme n'a plus de complexe en France, il est clamé ouvertement par les gouvernants et les médias depuis plus d'une dizaine d'années.

>>>> 2- Ces statistiques ethniques permettraient aussi de savoir enfin par des données sur les pourcentages de pauvres, chômages, ghettoisation des banlieues, réalité des immigrés et lesquels (ces statistiques devraient avoir les infos sur qui est Français et depuis combien de génération).

>>> conclusion ainsi elles permettraient de savoir où et pourquoi un gouvernement progressiste devrait agir pour arriver à l'égalité des citoyens, ce qui est loin d'être le cas actuellement.
Cité par François Héran, démographe et ex-directeur de l'Ined, "Aux esprits délicats qui le louaient d’avoir banni les mots "malséants" de son grand dictionnaire de la langue anglaise, le Dr Johnson fit cette réponse : "C’est donc que vous les avez cherchés !"
C'est ainsi que les entreprises signataires de la Charte de la diversité s'engagent à:
"Chercher à refléter la diversité de la société française et notamment sa diversité culturelle et ethnique dans notre effectif, aux différents niveaux de qualification."
Comment le font-elles ?
Le Gouvernement s'insurge du "fichage" de Menard, mais l'Assemblée "du Peuple" (MDR) vient de voter la légalité du fichage généralisé des citoyens...

Là, là.. ya comme un défaut... https://www.youtube.com/watch?v=rEmNG66MSNc
Nous prennent pour de cons!
Confusion chez Ménard et dans l'article. Ce qui est illégal, ce sont les statistiques ethniques. En revanche, le Code de l'éducation indique bien que le Maire inscrit les élèves dans les écoles de sa commune. Ménard n'a donc nul besoin de faire le tour des classes pour connaître les noms et prénoms des enfants, il dispose bien des listes avant même l'éducation nationale (qui les possède une fois que les directrices et directeurs d'école ont procédé à l'admission des élèves qui ont été inscrit en mairie).
@Sébastien Rochat
J'aime bp votre travail et votre esprit d'analyse / de synthèse (je renvoie à de mémorables et excellents articles sur les réformes des retraites). Mais là, les 3/4 de cet article sont creux et ne font que reprendre des réactions. Pourtant, il ne s'agit pas d'un "vite-dit".
Au-delà du relai de l'info brute et des paroles de Ménard, seule l'analyse du dernier chapitre (clarification de la CNIL) vaut le détour et apporte des éléments.
C'est moi ou y a un concours national du plus gros bobard aujourd'hui ?
Et vas-y que je t'invente un procès gagné par ci, un pourcentage d'élèves musulmans par là, des soi-disant propos de ministre http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/05/04/nouvelle-intox-visant-najat-vallaud-belkacem_4627179_4355770.html, et encore des chiffres sortis de mon chapeau http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/05/05/problemes-d-enseignement-de-la-shoah-gerard-larcher-s-emballe_4628171_4355770.html...

c'est la fête du slip, comme disaient les jeunes (à une époque où je ne l'étais déjà plus tant que ça... misère).
oui aux statistiques ethniques ( qu'on rigole), non aux statistiques racistes.
La seule chose dont on pourrait accuser Ménard, c'est d'avoir fait des statistiques ethniques, et par là un acte illégal.
Il ne fiche pas les élèves, car ficher, c'est avoir des renseignements personne par personne, afin de traiter administrativement le cas de l'une ou de l'autre d'une maniere discriminatoire, tenant compte des renseignements sur la fiche.
Il ne fantasme pas quand il croit qu'il y a une correlation entre prenom et groupe culturel, ou prenom et religion. Les prenoms permettent d'avoir une approximation de la proportion réelle de musulmans, ou d'eleves d'origine maghrebine ou africaine : pas exactement la proportion réelle, mais quelque chose qui en est assez proche.
Une autre accusation qui serait fausse, serait d'identifier l'infraction de Menard à celle du premier delinquant venu, du fait que ce sont des infractions. Menard ne commet pas de violence contre des personnes, pas de vandalisme, pas d'escroquerie, pas de vol... De plus, il croit faire quelque chose de bien, ou que la loi ne devrait pas interdire, ou qui est au service d'une cause, contrairement à un delinquant dont l'action est beaucoup plus insouciante de la morale et du respect.
L'acte de Menard soulève donc déjà une premiere question, pas tres renversante : y-a-t-il parfois, meme au sein d'une democratie, mais au sein d'une democratie imparfaite, des cas où on peut s'autoriser à faire quelque chose d'illegal, parce qu'on croit que ça devrait etre autorisé, voire que c'est bien ou au service d'une cause ?
Une autre question posée par son acte : les statistiques ethniques devraient-elles etre autorisées ? Vaste question...
Ah ben ouais c'est certain, le maire peut bien s'assoir sur les lois, du moment qu'il pense que ça devrait être autorisé. C'est pas comme s'il était représentant de l'exécutif à l'échelle de sa ville, ou officier de police judiciaire et officier d'état civil hein...
On peut éventuellement penser qu'il ne devrait pas faire de statistiques ethniques, pour d'autres raisons que parce que c'est illégal ; des raisons qui feraient que c'est mal, independamment du fait que ce soit légal ou non. Mais des lors qu'on trouve qu'il ne fait rien de mal, il est difficile d'etre scandalisé par le simple fait qu'il fasse quelque chose d'illégal. Un viol, un meurtre, une agression, un acte de vandalisme, sont des actes choquants, avant tout pour d'autres raisons que le simple fait que ce soit illégal.
Apres, est-ce que c'est mal de faire des statistiques ethniques ? Quelques-unes pourraient etre utiles, d'autres pourraient etre jugees plus nuisibles qu'utiles, c'est en tout cas mon avis à chaud sur la question, sans y avoir assez reflechi pour etre sûr...
J'ai bien l'impression que vous avez déjà votre avis quant aux questions que vous posez plus haut.
Et les statistiques ethniques sont un vieux rêve de l'extrême-droite, pour rappel.
Je n'ai malheureusement pas d'avis tranché sur la question. Mais je pressens qu'il s'agit d'une question importante, complexe et epineuse. Ce qui fait que votre maniere d'etre pour ou contre, selon telles ou telles modalités, est ou non d'extreme droite, depend des raisons pour lesquelles vous pensez qu'elles pourraient etre utiles. Par exemple, une raison d'extreme droite d'etre pour les statistiques ethiques, serait qu'elles permettent de fonder abusivement des amalgames. Des lors, une maniere qui ne serait pas d'extreme droite, d'etre pour les statistiques ethniques, pourrait etre de penser que tel ou tel choix politique a besoin de tenir compte de certaines de ces statistiques, pour poursuivre au mieux tel ou tel objectif qui n'est pas d'extreme droite. Le fait de se demander quels devraient etre nos choix politiques, quels objectifs ils devraient poursuivre, comment ils peuvent plus ou moins nous rapprocher ou nous eloigner de ces objectifs, pourrait parfois nous conduire a envisager des choses dont la vue est difficile à soutenir, pour vous comme pour moi, des choses peut-etre parfois, sur lesquelles des statistiques ethniques pourraient donner des indications. Mais bref, j'ai juste quelques pressentiments, parmi lesquels celui que, quand la vue d'une chose est difficile à soutenir pour moi, elle devrait l'être aussi pour vous.
Les Pays-Bas, la Grèce, le Royaume-Uni, la Pologne, la République Tchèque, la Slovaquie, les Etats-Unis, le Brésil, le Canada, la Nouvelle-Calédonie emploient de diverses manières les statistiques ethniques et ce sont des pays qu'on peut qualifier de plus ou moins démocratiques non ?
D'ailleurs ce qu'il y a de drôle c'est qu'aux Etats-Unis, il n'y a pas de catégorie "arabe" dans les recensements. Du coup certains Arabes américains revendiquent désormais eux-mêmes la création d’une catégorie spécifique, démontrant que l’identité ethnique est aussi une construction psychologique.
En revanche, certains pays n'emploient pas les statistiques ethniques non par une prétendu idéologie universaliste, mais car justement l'homogénéité ethnique est tellement "protégée" qu'il n'y a de toute façon aucune place, ou négligeable, pour les étrangers.
Les Pays-Bas, la Grèce, le Royaume-Uni, la Pologne, la République Tchèque, la Slovaquie, les Etats-Unis, le Brésil, le Canada, la Nouvelle-Calédonie emploient de diverses manières les statistiques ethniques et ce sont des pays qu'on peut qualifier de plus ou moins démocratiques non

Encore cette haine de la France et cet amour de l'étranger qui transpire dans tous vos posts.

... démontrant que l’identité ethnique est aussi une construction psychologique.

Éclair de génie ou accident neurologique?

Ben mon colon lire ça sous la plume de monsieur "génocide par substitution" ça vaut son pesant de pistaches.

C'est quoi cette logorrhée gauchisante? Il se ramolli un peul le roi.
"Citation:... démontrant que l’identité ethnique est aussi une construction psychologique." : notez bien le "aussi".
Car le prénom constitue évidemment un marqueur d'identité puissant, peut-être même le plus puissant avant l'origine raciale. Par exemple un enfant né d'un père caucasien et et d'une mère arabe n'aura pas la même perception de son appartenance ethnique suivant qu'il ait été appelé Louis ou Mohamed. C'est là qu'intervient la construction psychologique.
Pardon mais non. Le maire est le représentant de l'exécutif, ce n'est pas à lui de décider si la loi est bonne ou non, c'est une question de fonctionnement de la République. Si la loi ne lui convient pas, il est libre de se porter candidat à un mandat législatif pour essayer de la changer.
Quant à la hiérarchie que vous établissez entre les différents crimes et délits (viol, meurtre, vandalisme etc...) elle est d'une part très suggestive (d'aucun argumenteraient qu'un tag est un acte atroce de vandalisme, d'autres n'y verraient "pas mort d'homme"), d'autre part elle ressort de l'appréciation du judiciaire. Par ailleurs le législateur dans sa grande sagesse s'est chargé en notre nom de faire la hiérarchie entre les infractions, crimes, délits... en fixant les peines et amendes encourues. Cette hiérarchie évite sans doute le jugement relatif de chacun quand à la gravité relative des différents délits.
Désolé, je suis un peu dépassé par ce que vous dites. Il me semble qu'il peut tres bien y avoir, à la fois, en chacun de nous un sens moral, et au niveau de l'Etat des lois. Les lois n'exluent pas le sens moral, elles en ont besoin, pour les définir, puis pour pousser les individus à les respecter...
Je suis bien d'accord. Mais en l'occurence R Ménard est maire, et à ce titre il n'a pas à agir en fonction de sa morale personnelle, il représente l'Etat.
Je suis presque toujours d'accord avec la raison que vous dites : presque toujours, s'il y a conflit entre notre petite vision subjective de la morale, et ce que commande l'obeissance à la loi, c'est la loi qui doit passer avant. Sauf dans des cas où notre vision de la morale nous dit de maniere trop forte que la loi se trompe (ou bien parce que nos concitoyens se tromperaient, si elle vient d'eux ; ou bien parce qu'elle aurait été établie à l'issue d'un processus abérrant, si elle ne vient pas vraiment d'eux, comme c'est parfois le cas dans une democratie imparfaite). Du coup, quand Menard fait quelque chose d'illegal, notre jugement sur son acte ne peut pas se fonder seulement sur le coté illégal de cet acte : il faut aussi que nous ayons un jugement moral sur cet acte, pour savoir si oui ou non on est dans un cas où il serait comprehensible qu'il ait fait un acte illégal.
Et peut-être surtout, il nous faut juger si cet acte est immoral, independamment de sa légalité, pour savoir completement s'il est scandaleux ou non, parce que nous nous scandalisons aussi, voire surtout, de ce qui nous semble immoral, legal ou non.
Or concernant le coté moral ou non de faire des statistiques ethniques, on peut être un peu perplexe... Et meme en ayant une reponse assez claire à la question, on pourrait comprendre qu'elle se discute, qu'il peut y avoir plusieurs positions possibles... Par exemple, on pourrait trouver que certaines statistiques ethniques pourraient etre souhaitables, mais pas celle que fait Menard, qui est une proportion de membres d'un groupe culturel mesurée pour une commune donnée. Ou on pourrait penser autrement...
Certes. Mais on peut inverser la proposition également : l'interdiction de recourir à des statistiques ethniques est probablement discutable (en dehors des cercles de fachos s'entend), mais de là à en faire un combat pour la Justice et le Bien, ce serait faire un sacré saut. La démocratie suppose qu'une partie au moins des lois en vigueur ne corresponde pas à notre idéal, et ça marche pour tout le monde.
Si on va un peu au dela du caractère illégal de la statistique, ce qui me gêne beaucoup dans ce que fait Ménard c'est qu'il avance un chiffre quasiment invérifiable. Du coup il peut affirmer un peu ce qu'il veut, on ne saura probablement jamais comment le comptage est fait (il doit bien y avoir des hypothèses pour traiter les prénoms d'afrique sub-saharienne par exemple), s'il est réellement exact, s'il prend bien en compte toutes les écoles de la commune. Je peux tout à fait me tromper, mais j'ai quand même un peu de mal à imaginer qu'une ville où 65% des jeunes parents sont musulmans aurait pu élire un maire FN.
on ne saura probablement jamais comment le comptage est fait.
Mais bien sûr qu'on le sait : il n'y a jamais eu de comptage. Ménard a simplement balancé un pourcentage, avec 1 chiffre après la virgule pour faire sérieux. Il savait que les journalistes en face - tellement friands de sondages bidonnés - ne moufteraient pas. Et il a réussi, le bougre : tout le monde s'empaille sur la "légalité" d'une statistique qui n'a jamais existé, mais :
- le pourcentage lui-même n'est pas mis en question,
- comme il n'y a en réalité pas de fichage, Ménard sera blanchi des accusations brandies actuellement contre lui,
- il pourra donc "valider" son chiffre en expliquant partout que la Justice lui a donné raison [s](méthode officielle de Caroline)[/s].
Bravo l'artiste! Et merci à tous ceux qui font où on leur dit de faire.
voté. La vraie saloperie est là, plus que dans le fait de compter les prénoms arabes.
Et si de la manière la plus basique et la plus bête les petites mains de Ménard ont recensé tous les prénoms et estime selon leurs propres critères que 64.7% etaient d'origine musulmane ? Pour moi ca n'enlève rien a la crapulerie de cette initiative.
Je ne vois pas où j'aurais pu laisser penser que je minimisais la crapulerie de Ménard. Au contraire, je voulais souligner le fait que son discours n'est pas une connerie de plus.
On y reconnait la patte du chef de cabinet de Ménard, un certain André-Yves Beck, qui a conseillé Bompard à Orange pendant des lustres.
Lors des élections municipales de juin 1995, la liste Front national qu'il conduit à Orange (Vaucluse) arrive en tête de la triangulaire du second tour avec 87 voix d'avance. En devenant maire d'Orange, il fait partie des trois maires FN élus lors de ce scrutin. En 2001 et 2008, il est réélu, sa liste recueillant au premier tour respectivement 59,97 % et 60,97 % des suffrages exprimés, devenant ainsi le premier maire d'Orange à avoir été réélu depuis 1945.
En 2012, il a été élu avec 59.82% des suffrages exprimés.
Ne sous-estimez pas ce gars-là.
Je ne laissais absolument pas entendre que vous minimisiez la crapulerie de Ménard... Comptage ou pas le résultat est le même en terme d'impact médiatique. Mais je continue de penser qu'il n' a pas sorti ce chiffre au hasard.
Pour finir je ne les sous estime en aucun cas tous ces élus d'extrême droite...
On n'a pas eu à attendre longtemps, ça commence déjà :
« Fichage » de Béziers : la requête en référé d'une association antiraciste rejetée.
Extrait : Pour sa part, la mairie de Béziers s'est « réjouie » du jugement qui donne, selon elle, « confirmation écrite que l'accès aux listes des élèves par le maire est légal ».
Dans pas longtemps, Ménard et ses sbires se répandront partout en affirmant : La justice a donné raison à Robert Ménard (On parie?).
Les syndicats enseignants avaient pourtant alerté sur les derapages possible de "base eleve".

https://retraitbaseeleves.wordpress.com/2014/10/27/des-directeurs-decole-toujours-en-resistance-en-loire-atlantique/

https://retraitbaseeleves.wordpress.com/autres-fichiers-de-len/

Autres fichiers de l’EN:
AFFELNET / APPLIEO / ENT / LIVRET DE COMPÉTENCES / SCONET / SDO
Le plus intéressant dans ce qu'a dit Ménard n'est hélas pas assez commenté ici :
- "Les prénoms disent les confessions. Dire l'inverse, c'est nier une évidence". Donc, pour Bob, tous les gens porteurs de prénoms venant des "saints catholiques" sont catholiques. Absurde, bien sûr. Mais si on est dans une logique de guerre des civilisations, on se comprend ...
- il assimile les porteurs de prénoms "musulmans" à des "immigrés"; ces titulaires de prénoms "musulmans" posent par ailleurs des problèmes d'intégration / assimilation (toujours selon l'ancien patron de Reporters Sans Frontières), même s'ils sont nés en France de parents français eux-mêmes.
Pour Ménard, ils sont (pour l'éternité?) des immigrés.
Cela éclaire bien le discours type du FN qui prétend rejeter l'immigration mais pas stigmatiser celles et ceux qui vivent en France.
Et ça m'évoque beaucoup ce qu'on entendait en Algérie à la grande époque de l'OAS. Même si, alors, on n'avait pas peur d'appeler un bougnoule un raton ou un melon. Dégonflé, Ménard!

Allez, un complément d'information sympa (sur RUE89) : Je m'appelle Jihad, devinez mon origine confessionnelle, Monsieur Ménard
Ménard est un petit joueur. Valls, lui, il fiche tous les français, sans distinction de sexe, de race ou de religion ou d'appartenance politique.
J'attends l'interview vérité du stagiaire qui a dû se farcir un tableur Excel à surligner : "Je ne savais pas où classer les Jean-Amadou !"
Ménard est un voyou notoire mais ses détracteurs sont des tartufes.
Dans le dernier rapport « Janvier 2015 : le catalyseur », publié ce matin par la Fondation Jean Jaurès (pages 83 et 85), figurent 2 graphiques sur « la proportion de personnes inscrites sur les listes électorales ayant un prénom arabo-musulman par bureau de vote », à Creil et à Aulnau/Bois.
Comment ces braves experts socialistes ont-ils obtenu cette étrange « proportion »?
http://www.jean-jaures.org/content/download/21004/217657/version/6/file/janvier2015-Panoply+V2+v8.pdf
[quote=Robert Ménard]"Les prénoms disent les confessions. Dire l'inverse, c'est nier une évidence".
"Je fais le tour des écoles et constate ce qu'il en est"

Ainsi, selon monsieur Ménard, les noms et prénoms (et la tête, alouette) peuvent permettre de connaître la religion. "Apparence musulmane", sans doute.
On va se moquer, mais je suis persuadé qu'on pourrait faire une liste de prénoms racistes, fascistes ou droitiers.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.