38
Commentaires

"Tracances" : le succès fulgurant d'un contresens

Un reportage de France 2 sur les "tracances", mot-valise formé à partir de "travail" et de "vacances", a provoqué la colère des internautes. Le "concept" est apparu dans les médias en juillet, avec des dizaines d'articles en moins d'un mois. L'emballement s'explique par la publication des résultats (douteux) d'une étude, menée par une agence de relations presse... Explications.

Commentaires préférés des abonnés

Moi je propose le Vacvail.
C'est être en vacances au travail...

En résumé:
La source: un sondage mal fichu aux chiffres clairement exagérés en provenance d'une boîte de comm'. 

Le sujet: idéologisé à souhait, idéal pour créer du débat ultra clivé gauche/droite, et adapté à la période estivale.

En prime: un néol(...)

Pourquoi ne dit-on pas plutôt " vavail " ?


C'est plus exotique.

Derniers commentaires

Un bel oxymore. Les mots du patronat ont toujours du succès. Aucun rapport avec le fait qu'ils possèdent tous les médias, bien entendu...

A venir ! des articles sur le burn out à la neige ...  n'y a t'il pas un droit à la déconnexion ?


Qu’un institut de sondage rebaptise ses « sondages » en « enquêtes » est déjà fort de café. Mais qu’un journaliste requalifie à son tour un « sondage » en « étude », c’est là pousser le bouchon un petit peu trop loin, Maurice.

Merci de votre article qui avait échappé à ma vigilance car j'étais alors en vacances....


Mes quelques remarques pour aller au-delà de la critique du buzz médiatique et parler d'un phénomène profond de mutation dans l'exploitation du travail sont issues de travaux de recherche sociologiques développés dans une longue période sur les mutations des rapports de travail et la vie quotidienne.


En effet, au-delà du processus racoleur de la présentation des résultats du sondage commandité par "Génie des lieux", il faut dire que ce cabinet conseil qui ne vise pas moins qu'à révolutionner le travail avec "l'art du Bureau libre : au bureau, à domicile ou en remote" (je traduis : à distance) applique pour ses employés et propage pour ses clients l'art du travail nomade et agile. Ce faisant ils ne font que s'inscrire dans les recommandations du Rapport Mettling sur Transformation numérique et vie au travail de 2015. Bruno Mettling était alors dirigeant d'Orange et le rapport avait été demandé par Myriam El Khomri alors Ministre du Travail.


L'affaiblissement des barrières protectrices du Code du travail ont alors un lien direct avec la promotion du travail “collaboratif” qui entend bien s'émanciper des rigidités délimitant temps de travail et autres temps de la vie quotidienne. Et dans ce processus, les nouvelles technologies de la communication sont une pièce maitresse de la diffusion et de l'emprise de cette Razzia sur le travail qui ne se limite pas au seul télétravail salarié et à son expansion spectaculaire dans les années covid. Pensez par exemple au travail que vous fournissez (dans une organisation totalement contrainte, c'est à dire subordonnée) quand vous participez à la logistique d'un processus de commande (marchand) ou à la logistique d'un processus de documents (public).


Nous avons en effet à faire à un phénomène qui s'amplifie d'intrusion du travail (rémunéré ou non) dans tous les temps et tous les lieux de la vie quotidienne et dont l'outil de base plus encore que l'ordinateur est le smartphone ou la tablette où lectures des messages et réponses ou ouverture de discussions ( téléphone et chat...) tiennent toutes les générations et enjoignent des réponses immédiates (même dans ce temps rétréci dit encore formellement de vacances).


Dans les dernières recherches initiées sur le travail à domicile, bien avant le covid et pas seulement pour des salariés, on a avancé pour caractériser cette mutation perverse le concept de "Travail multi-situé chez Soi" comme portant ce processus d'intrusion, sans limites actuelles, du travail dans la vie quotidienne.


Pour approfondir :

- Patrick Rozenblatt, Razzia sur le travail, Critique de l'invalorisation du travail au 21e siècle, Collection Sens Dessus Dessous, Editions Syllepse, 2017

- Djaouidah Séhili, Patrick Rozenblatt, Tanguy Dufournet, L'essor multi-situé du “Travail chez soi”, volet 1 – 2019, volet 2 – 2021, Centre Max Weber, CNRS, Leroy Merlin Source. ( Les rapports sont téléchargeables sur Internet )


C'est comme l' "abonrité" , abondance d'austérité à venir ?

Remarque de la conclusion fort intéressante 😁

Ce n'est qu'une illustration supplémentaire de la presser qui fait la promotion des idées du gouvernement pour que cela passe comme venant d'une évolution - voire d'une demande - de la société.

Des gros nuls. Il y en a même au Canard enchaîné...  comme chez les flics.

A croire que c'est culturel.

La France qui gagne.

Un sujet qui me semble important et qui n'est jamais abordé dans cette histoire : quelle est l'impact sur la rémunération et la consommation des jours de congés ? Le principe des congés payés, c'est d'être payé pour un certain nombre de jours où on ne travaille pas. Si travaille pendant ses vacances, est-ce qu'on est payé 2 fois ? Est-ce que le nombre de jours de congés n'est pas débité ? Ou est qu'au final, on n'offre pas tout simplement ses congés à son employeur ? Parce que ça, j'ai du mal à imaginer qu'il y ait beaucoup de volontaires...

Avec le ton de voix type "et là ... c'est le drame" :


"Etre en tracade, c'est travailler alors qu'on est malade. Nous allons suivre Sandrine, qui a attrapé la grippe et qui a 39 de fièvre, elle arrive à son travail à 7h30.

- Oui alors j'ai préféré venir travailler quand même parce que j'ai 74 emails à traiter et j'ai une réunion marketing de 9h à 13h30, et puis faut que j'envoie un rapport avant demain. - KOF KOF TEUHEU RAAA KOF KOF KOF - Alors bon, je pouvais pas rester chez moi, ça me stressait trop, et puis on est bien là il y a du café et un photocopieur.

De plus en plus de français s'adonnent au tracade comme Sandrine, une pratique qui arrange tout le monde, comme Yves, son manager.

- Bon c'est vrai qu'elle est un peu pâlotte Sandrine, mais elle est courageuse, c'est une bosseuse, et puis je lui ai dit, si elle veut s'arrêter pour ça il y a pas de problème, elle peut rester chez elle, à la limite elle prend son ordinateur, elle s'adapte."

Tiens Macron est train d'inventer la retrail (travail à la retraite pour les chauffeurs de bus). Encore un concept de start up nation.

Communication partout, information nulle part.

Le succès de ce buzz montre quand meme qu'il y a un truc autour de cettre histoire de teletravail en vacances. Ca ne me semble pas passionnant de s'indigner devant ce chiffon rouge en disant que parce qu'il concerne seulement des cadres il ne represente rien. Ou qu'il va saper le droits des salaries C'est defendre un ideal du droit du travail nostalgique des hauts-fourneaux et des syndicats puissants qui n'est plus très operant. Aujourd'hui ce qui sape la qualite de vie des classes laborieuses c'est l'uberisation, le freelancing généralisé, l'auto-entreprenariat, le micro-travail. En revanche ca m'interroge sur le statut cadre si typique à la France, et son rapport au "travail". Mon hypothese est que le cadre est l'aristocrate de jadis, qui avait interdiction de travailler,  mais qui gerait, "administrait" ses gens et ses biens.  Dès lors, la confusion /interpenetration entre travail et vacances est pour le cadre une marque de distinction, un truc qui rappelle son statut aristocratique radicalement different de la classe laborieuse. Dans les annees 90, c'étaient les horaires qui jouaient ce role là. Si tu etais employé on te liberait strictement apres tes 39h hebdo, mais le cadre qui faisait moins de 12h/jours passait pour un looser.

Avant le covid, seuls les grands dirigeants travaillaient en vacances. Maintenant même le cadre moyen peut se prendre pour un pdg et s'eloigner de l'employé de bureau qui le talonne dans la hierarchie sociale. 

Ce concept de tracances est sans doute navrant, mais il ne menace pas grand monde a mon sens et ne passera surement pas l'automne.

Grâce à @si, désormais, chaque fois que je vois les médias nous sortir de leur chapeau une nouvelle "tendance de plus en plus populaire chez les Français", je suis certain que ça sort de tel cabinet qui a fait une étude pour une boîte qui a un truc à vendre ou prouver. Ça ne manque jamais. Dès que j'ai entendu parler de ce concept idiot de tracances, je savais que ça venait de là. Merci pour l'enquête... et pour le travail de longue date qui développe l'esprit critique !

Un très bel exemple de comment faire du buzz sur... le télétravail... en période de vacances! 

Une boite de comm super efficace en tout cas! Vu l'utilisation du néologisme dans notre société on risque bien d'avoir une suite politique dans peu de temps. 

C'est dommage, quand macron a parlé de faire travailler les gens au chômage, le terme "tramage" n'est pas sorti. 

Pourtant sans être conspirationniste on dirait bien qu'il se prépare quelque chose...

Sûrement plus de flexisécurité dans le détricotage!


à première entente du mot "tracances" j'avais été séduit par la formation du mot (le Français étant souvent inerte en matière de création de mot). Le concept de sandwich travail/vacances étant parfaitement connu depuis des décennies et touchant surtout des professions élites je n'avais pas mesuré l'écho

Par contre, plusieurs articles m'avaient mis la puce à l'oreille, articles venus d'outre atlantique, sur la trop grande  importance des vacances chez les Français, et la reprise de ces articles dans les médias Français


ah me suis-je dit avec ma naïveté habituelle, après la retraite, la néolibéralité s'attaque aux vacances, chapitre suivant de la destruction


PS : Avez-vous vu les moustaches de Darmanin : ça vous rappelle pas les années 40 ?

allez hop, corvéable à merci, faudrait quand même pas que les travailleurs puissent se reposer.

Bon j'ai vu passer le reportage d'un oeil distrait pendant l'apéro.

J'avais tout compris de travers, je croyais bêtement qu'il s'agissait d' entreprises sympas qui autorisaient les salariés à rester quelques jours de plus sur leur lieu de vacances en échange de quelques heures de télétravail dans la journée.



Donc les enseignants qu'on disait en vacances "tout le temps" étaient en tracances et ni eux ni les autres ne le savaient! Il y a peut-être beaucoup d'argent à récupérer pour non respect du code du travail? :))

Les capitalistes ne manquent jamais d'idées pour faire avaler que n'importe quel boulot de merde peut être épanouissant ("le travail rend libre", c'est déjà pris).  Dans le même ordre d'idées, il fut un temps où la mode était de se tutoyer, quel que soit le niveau hiérarchique : on est une équipe et on a tous les mêmes intérêts, n'est ce pas. Bientôt on organisera des séjours touristiques aux usines Renault avec des ateliers récréatifs consistant à serrer des boulons.

Très bon article.

Ce que cela montre, c'est que les "journalistes" sont friands de tout ce qui ressemblerait à une nouvelle tendance (même si elle concerne finalement très peu de monde).

Et que là, en l'occurence, ils n'ont pas fait un travail de journaliste en ne vérifiant pas leurs sources et en mélangeant tout (le télétravail dans un lieu autre que le domicile qui peut être aussi un lieu de vacances mais qui n'est pas en même temps un lieu de travail et de vacances).


Sinon, le Génie des lieux... c'est bien pompeux pour une entreprise qui doit surtout servir à promouvoir l'open space et la réduction des m2 auprès de ses entreprises clientes.

Vos différentes enquêtes sont intéressantes, mais souvent beaucoup trop longues. Au point que l'on se demande si vous ne tirez pas en longueur le sujet pour faire des mots.
Objectivement, cet article aurait pu être deux a trois fois plus court, et raconter la même chose.
Et un gain de temps appréciable pour les lecteurs :)

vaque que vaille , je vais me mettre au télétravail .Soyez pas trop pressé pour votre bière.

En résumé:
La source: un sondage mal fichu aux chiffres clairement exagérés en provenance d'une boîte de comm'. 

Le sujet: idéologisé à souhait, idéal pour créer du débat ultra clivé gauche/droite, et adapté à la période estivale.

En prime: un néologisme bien ridicule propre à générer des réactions et des parodies. 

La machine est lancée par un média mainstream qui fait une "une" avec, ce qui va le faire apparaître dans les revues de presse des autres médias.
Votre buzz est servi.

Moi je propose le Vacvail.
C'est être en vacances au travail...

Pourquoi ne dit-on pas plutôt " vavail " ?


C'est plus exotique.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.