195
Commentaires

Sidération au réveil, deuxième

On s'était réveillés dimanche avec la nouvelle, on se réveille lundi avec la photo

Derniers commentaires

Bonjour Daniel,

Une petite question qui me trotte dans la tete, depuis que je vous ai regardé, et meme observé, chez Taddei :QUELS SONT LES SIGNES QUE VOUS FAITES,AVEC VOS DOIGTS, A LA 28ieme mn et 29 secondes DE LA VIDEO,AU MOMENT OU VOUS EVOQUEZ TRISTANE BANON ET LA TENTATIVE DE VIOL DE DSK SUR SA PERSONNE? Pourriez-vous m'en apporter les significations? Merci.
Voici un "petit détail" croustillant que lémédias nous cachent, du moins en France: la femme de chambre vicitme présumée de DSK serait musulmane et pratiquante. Certains journalistes rapportent qu'elle se couvrerait les cheveux.

[www.npr.org]
She is a 32-year-old West African immigrant, a Muslim who wears a headscarf, a single mother and a "hard worker."

[www.24heures.ch]
"C’est une bonne musulmane. Elle ne porte pas le voile mais elle se couvre les cheveux", - selon les propos de son frère.

Le comble: une femme musulmane (voilé?) qui serait bel et bien victime mais cette fois-ci d'un de ces hommes politiques francais si prompts en général à défendre LA femme, en particulier de l'"horrible oppression islamique"!

Ahaha - ironie de l'histoire...

Un beau sujet pour ASI.
Ce soir ou jamais... lourdingue ! et je ne parle pas de DSK
Entraperçu DS sur France 3. Très mauvaise prestation. Comment va-t-il se justifier ?
Je le mets avec le titre, Ellis.
DS est en train de se réveiller sur le plateau de Ce soir ou jamais, en ce moment-même. Grande surprise : c'est la première fois qu'il est invité, ou pas ?
Le volcan des médias est en éruption, on craint la nuée ardente.
Mais aucun mot en vue dans les gros titres, pour Anne-Sophie. Ils sont tous à fond dans les phénomènes météo, tourmente, séisme... Pas du tout, dommage ;-), de "fellation" dans les gros titres..., pour le moment!
La sidération vient du fait qu'aux États-Unis, la justice est réellement indépendante des autres pouvoirs... Être patron du FMI ou président des États-Unis ne change rien. Quand on est accusé, on doit répondre & prouver son innocence.
Pour la même histoire en France, on aurait attendu trois semaines avant de convoquer DSK en tant que témoin... L'affaire aurait été étouffée...
Sur son blog, Maître Éolas rappelle que le fils d'Idriss Déby arrêté saoul en possession d'une arme, de plus de 300g de marijuana & de cocaïne s'en était sorti avec 6 mois avec sursis, alors que dans la même audience un peu plus tard, pour 20g de marijuana, d'autres prévenus moins connus étaient partis en prison ferme...
Il ne s'agit pas de gloser sur la culpabilité ou l'innocence de DSK (l'enquête de Dan Israël fait très bien le point), mais bien sur une justice américaine qui fonctionne, avec la procédure accusatoire... & on en voit ici les méfaits... Notre bonne vieille procédure inquisitoire a encore quelques qualités... Sur mon blog
..dans le foroume,pour ou contre DSK!
ça va tenir jusqu'houla...?
Pour rester dans le ton...

Ben dites donc si toutes les femmes de ménages à travers le monde qui sont pelotées, violées, malmenées par les clients et exploitées, manipulées et insultées par leurs patrons avaient droit à une couverture policière aussi efficace, ce serait le paradis...comme quoi...
Personnellement, ma sidération en écoutant la radio ce matin est venue des sujets commentés: les images, et uniquement les images. Je cite pelle-mêle: "Menotté, mal rasé, l'image est stupéfiante", "On dirait les Experts", "Le spectacle de cet homme puissant menotté", etc.

J'ai aussi regardé le bout d'audition retransmis, et ça continuait en voix off, par contre rien sur ces mots du procureur: l'Etat de Californie souhaiterait aussi interroger DSK. De quoi s'agit-il?
Pas du tout d'accord avec vous (c'est exceptionnel - alors que je vous lisais déjà dans Le Monde ) concernant la pauvre femme de ménage. Elle bénéficie (en droit américain) d'un traitement de faveur puisque ce qu'elle dit est pris pour argent comptant (mais c'est comme çà aux states). Et pour l'instant les Américains la voient en victime, mais pas les Français à mon humble avis. Vous n'allez pas larmoyer comme Clémentine Autain, non ?
Sur http://www.acturevue.com

« Aberrant », « stupéfiant », « ahurissant », sont les mots employés par la presse et le monde politique pour qualifier la nouvelle de l’inculpation de DSK. Elle a sonné comme « un coup de tonnerre » comme l’a rappelé Martine Aubry.

DSK inculpé, que dire de plus ?

Que dire sur cette information ? Si elle était avérée, ce serait un scandale. Si elle était infirmée, ce serait un scandale aussi. Le passé du président du FMI, rend cette information plausible, mais les ambitions politiques de ce dernier, ne rendent pas impossibles non plus l’idée d’un complot.

Il n’y a donc, aujourd’hui, pas grand chose à dire. Et pourtant, la presse, les chaînes d’info en continu, les directeurs des instituts de sondage, les abonnés à la bêtise, tel que Bernard Debré, député UMP, s’en donnent à cœur joie.

BFM TV, prévenait hier, toutes les dix minutes, que la présomption d’innocence se devait d’être garantie pour aborder le sujet DSK. Puis, enchaînait les reportages sur l’inculpé, son passé, ses autres affaires avec certaines femmes, son absence d’immunité politique, le prix de sa suite à 3000 $, sa place à bord de son avion, les déclarations de sa femme… L’encart « DSK inculpé » trônait et trône encore aujourd’hui sur les différents journaux télévisés. Même le site Arrêt sur images, connu pour sa rigueur journalistique, est tombé dans le piège et a titré dès le dimanche matin :

« L'INCROYABLE ARRESTATION DE DSK (…)
Agression sexuelle : les faits, les rumeurs de manipulation, les précédents Piroska Nagy et Tristane Banon. »

On y apprenait presque rien, sinon la volonté journalistique d’être au cœur du buzz.

Cette information selon laquelle DSK serait coupable ou victime d’un complot est à prendre au conditionnelle. Elle ne méritait, et mérite encore aujourd’hui, seulement la place d’une brève dans un journal, jusqu’à ce que des éléments de l’enquête établissent certaines vérités.

Un journalisme spectacle partout, pour tout…

Mais non, le journalisme, à l’instar de la politique, doit se vivre aujourd’hui comme un spectacle. Avec son préambule, ses rebondissements, et la chute que l’on essaye de deviner à chaque instant. On suit, pas à pas, l’arrestation puis l’inculpation du « possible futur » et maintenant « impossible futur » candidat à la présidentielle. On alterne entre I>télé ou BFM, comme on peut zapper entre 24h chrono ou Prison break. On fait place aux discussions de comptoir et on efface le travail journalistique, le vrai.

Il est simple d’imaginer à quoi devaient ressembler les conférences de rédaction du dimanche matin. Une information capitale, intéressante, qui allait faire de l’audimat, venait de tomber du ciel. Les journalistes jubilaient déjà à l’idée de ne pas avoir à subir un dimanche ennuyeux et sans intérêt. Les sujets graves ne manquaient pourtant pas comme le note Pierre-Olivier Carles sur son blog :

3 réacteurs de Fukushima sont à présent percés et fuient
Les Etats-Unis sont à moins de 3 mois de la faillite
220 civils ont été tués dans le sud-ouest de la côte d’Ivoire
12 morts et des centaines de blessés après les incidents frontaliers les plus graves depuis la guerre israélo-arabe de 1973

Le rôle du journaliste, est de rechercher, de recouper et de transmettre l’information. Pourtant, la plupart d’entre eux ont préféré depuis dimanche matin, s’essayer (ce n’est évidemment pas la première fois) à la spéculation, à la prédiction du devenir de DSK et des faits pas encore avérés de l’enquête... Ce journalisme spectacle n’est pas nouveau et la semaine précédente ne nous l’avait pas épargné : on avait le droit à l’épisode de la Porsche de ce même DSK.
Belle information relayée, elle aussi, par les journaux et les différents organes de presse.

Tout cela rend le monde politique et médiatique parfois pathétique. Il se discrédite lui même, quitte à nager dans la bêtise et le désintérêt. Mais cela ne s’arrêtera pas de sitôt et la campagne présidentielle de 2012, laisse hélas, présager du pire.

Non, je n’ai pas d’avis !

Aujourd’hui je ne ferai donc pas partie de ceux qui se pensent obligés d’émettre un avis sur cette affaire DSK.
Oui, la vidéo de son arrestation est choquante. Oui la situation de la femme qui l’accuse doit être insupportable, si elle dit vrai. Oui, cette affaire pourra bousculer le monde politique français ou tout du moins socialiste, si DSK était déclaré coupable.

Mais tant que toutes mes phrases seront ponctuées par des « si » que le conditionnel exige, alors je n’ai pas peur de dire que je ne sais pas quoi penser de cette histoire. Je n’ai pas peur de refuser de spéculer, honteusement, sur des choses que je ne connais pas.

David Perrotin
Juste un truc je viens de regarder France 24, la présentatrice à propos de DSK menotté, apparemment, elle renchérit sur la violence de cette vision: "Il est quand même traité comme un dealer de crack, là?!".
Donc, il est mal traité, je suppose? Or, c'est honteux? Pour un dealer de crack, ce serait normal de le traiter de cette façon? Mais un dealer de crack présumé innocent ou déclaré coupable? Cette procédure lamentable de menottage appliquée à un présumé innocent n'est pas lamentable quand elle s'applique à certains présumés innocents, dont ceux que l'on soupçonne de dealer du crack, semble me dire la présentatrice de F24. Ah oui, mais en général, un dealer de crack ne saurait être innocent on les pince en flag, le cas est simple, c'est pas comparable à DSK dont on n'est pas encore sûr de ceci ou de celà... Mouais... Elle semble (la présentatrice) glisser aussi que cette procédure lamentable subit un tour de vis de lamentabilité en plus quand le menotté présumé innocent est plus élevé dans l'échelle sociale que ne l'est un dealer de crack.
Ces professionnels de jt me sortent par les oreilles. Je l'ai photographiée, moi, la présentatrice de France 24 (Valérie Fayolle).
Et aussi :

http://www.maitre-eolas.fr/

Merci à lui.
Intéressant sur la présomption d'innocence et la photographie de DSK menotté :

http://dinersroom.eu/6042/la-presomption-dinnocence-et-la-photographie-de-dsk-menotte/
Difficile de détacher ses yeux et ses oreilles des images, des récits, des commentaires que suscitent l'Affaire. On aimerait savoir ce qui s'est passé précisément, que la justice fasse son boulot fissa, et puis passer à autre chose, vite. Savoir que les prochains jours, semaines, mois vont nous abreuver quotidiennement de révélations sordides, me déprime absolument.

Pour le reste je suis partagé:

- Si DSK est coupable, dans cette Affaire ou dans les précédentes qui éclosent en moisissures depuis hier, vraiment ce type mérite la taule ou l'hôpital, ou toute alternative l'empêchant de nuire. Si DSK est coupable, tous ces euphémismes (c'est un séducteur, il aime les femmes, c'est un jouisseur) sont insupportables de machisme larvé. DS a raison de parler de la supposée "victime"; tout est encore envisageable à l'heure actuelle, y compris que les accusations de la jeune femme soient justifiées. Si on accorde une présomption d'innocence à DSK, accordons une présomption de sincérité à la femme de chambre, et notre possible compassion.

- Que DSK soit coupable ou pas, l'Affaire aura révélé dans les forums d'@si, complaisamment appuyés par la plume du grand chef dans sa tortueuse chronique matinale, une tendance à la haine et à l'amalgame qui fait froid dans le dos. Cette jubilation mauvaise face à la chute de l'Ennemi est proprement écoeurante. Que DS se prête au jeu des zélateurs Mélenchoniens ou Vraiegauchiens (notamment avec cette invention minable qui voudrait que Mélenchon soit le seul à avoir évoqué la femme de chambre, ce qui est faux puisque Marine Le Pen et d'autres ont fait de même) me désole. C'est donc ça la vraie gauche ? Tellement peu sûre de ses arguments qu'elle en est à se réjouir bruyamment d'une Affaire aussi lamentable ? Tellement humaine et "humaniste", qu'elle applaudit à tout rompre devant la brutalité de la justice américaine (qu'elle conchie, souvent à raison, le reste du temps) ? Tellement fine et structurée qu'elle mélange tout, les porches, le train de vie, le FMI, la Grèce, le viol, dans ses vomissures partisanes ?

C'est la honte, les gars, la honte.
Y a qu'une chose à faire pour le PS, c'est de trouver très rapidement qui va succéder à DSK comme candidat...

Plus on attendra et plus le PS se déchirera... et on aura cette droite raciste et abjecte jusqu'en 2017.

Cela ne peut être à mon avis que soit Aubry, soit Hollande. Je penche vers Aubry car :

- elle a quand même fait du bon boulot à Lille.
- elle a été un excellent Ministre du Travail sous Jospin
- les 35 heures, ça n'a pas été si nul que cela
- elle a le mérite d'incarner une gauche plus à gauche que celle de DSK... et la France a besoin d'alternance "réelle"
- c'est une femme et il serait temps qu'une femme soit Présidente de la République et personne mieux qu'elle peut porter cette fonction

Voila.

SEMIR

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Bon, je pense que comme on ne sait rien de cette histoire, il convient de s'en tenir strictement aux supputations établies.

Et sinon, à part DSK, y a rien d'autre dans l'actu, des morts en Palestine, des violences au Nigeria, non, rien de rien?
Marine Le Pen a eu également un mot pour l'employée du Sofitel, hier soir, sur France Inter, "Dimanche Soir Politique"
Dernière nouvelle: DSK n'était plus à l'hôtel à l'heure de l'agression présumée.ça vient de sortir. A vérifier.
Si c'est vrai mes condoléances à tous ceux qui voulaient tant en faire un coupable... Si c'est vrai...
Bienvenue sur "Point de vue arrêt sur images du monde"
Puisqu'on ne peut rien dire de sûr, présomption d'innocence, méconnaissance personnelle du dossier et emballement médiatique, mieux vaut se taire et ne s'en tenir qu'aux faits.
Voilà donc un homme que la sphère médiatique présentait comme le sauveur du PS, soit-disant de gauche, qui lors d'un déplacement n'hésite pas à débourser 3000 € pour passer une nuit avant d'aller prendre un avion qui le mènera en France. 3000 €, soit deux fois et demi le salaire mensuel médian des Français. Là est la chose la plus choquante en l'état, car avérée: ces gens-là ne vivent pas dans le même monde que nous.
L'autre chose surprenante, c'est la sidération médiatique. D'après mes propres sondages rigoureusement non scientifiques effectués auprès de mes proches, je ne connais absolument personne qui voulait voter pour DSK, alors que je connais des gens sensibles à Mélenchon, Aubry ou Hollande:les sondages présentant le directeur du FMI comme le sauveur de la gauche ne reflètent rien: on n'y demandait pas aux sondés pour qui allez-vous voter aux primaires ou à la présidentielle, on ne demandait même pas aux gens s'ils avaient l'intention d'aller aux primaires qui devront désigner le candidat socialiste. On échafaudait des scénarios possibles sans tenir compte des procédures réelles, et des enjeux sociaux et politiques qui les conditionnent. Du coup on posait une question sans intérêt: qui est selon vous la personnalité du PS la mieux placée, et on faisait des projections à partir de scénarios biaisés ou ne tenant pas compte du réel, ou voulant le formater: si les sondages donnent de l'avance à DSK, alors il faudrait que les participants aux primaires, se laissant guider par ces sondages comme en 2007 le désignent!!! Mais est-ce ainsi que fonctionne la vie politique? N'y-a-t-il pas des procédure? Donc ces sondages sont du bidon et n'ont pas plus de rigueur que le mien car ne tenant aucun compte des procédures, et du ressenti des individus : le sondé ne répond que du fait de la sollicitation du sondeur; il n'exprime pas l'opinion intime de chacun. Donc DSK attendu comme le sauveur, c'était une bulle médiatique, de l'auto aveuglement journalistique. Et la sidération des journalistes radio, télé et presse ne reflète que la sidération d'un monde médiatique aussi déconnecté du réel (question sociale, difficultés du vivre ensemble dans des situations précaires etc) que peut l'être l'élite politique se payant des nuits à 3000€.
Vu du collège où je travaille, aujourd'hui, le problème n'est pas DSK, mais comment fait-on pour finir l'année correctement alors que des collègues sont absents depuis deux mois et non remplacés par manque de remplaçant du fait de la suppression d'un poste sur 2 à chaque départ en retraite. Vu de chez moi, le problème c'est le manque de moyen à l'hôpital qui fait qu'un enfant malade aux urgences doit attendre des heures avant d'être pris en charge, bref vu de chez moi, la crise et les conséquences de la RGPP sont à la une de nos préoccupations. DSK hors-jeu pour la présidentielle, c'est un non-événement, sauf à considérer que les scénarios écrits par avance dans la bulle médiatique étaient une réalité.
Et @Si qui met maintenant en avant les propos "biens informés" de B. Debré.
@Si souligne qu'on est vraiment pas sûr que ce soit des propos bien informés, mais ...

Quelques soient les suites de l'affaire, ce weekend restera comme celui où @si a rejoint la ligne éditoriale de France Soir.

Nausée disait Daniel ce matin !
"Avec Hollande ou Aubry,rien n'est gagné mais le PS....."

L'oubli délibéré de citer S.ROYAL comme d'ailleurs l'a fait hier soir sur France2 le sondagier de service Brice Teinturier nous mâtinant déjà son prochain scénario mériterait aussi d'être décrypté et analysé.....
surtout quand l'on connaît le travail au plus près du terrain et des citoyens, effectué par cette politique depuis qu'elle a annoncé sa candidature en novembre 2010 , et ce qu'on l'apprécie ou non d'ailleurs....?
C'est moi ou le témoignage de la victime dresse un tableau un peu heu... bizarre? IL est sorti de la salle de bain et lui a sauté dessus dès qu'il l'a aperçu? Si c'est vrai, ça doit être un coup de folie parce que c'est quand même une réaction étrange.
la gauche caviar, la france, oh mon dieu reconnait de fait qu'il y a un traitement de faveur..............

en france nous sommes un pays inquisitoire oui.........

les etats unis un regime accusatoire ok

alors si vraiment nous sommes dans un pays qui dit respecter les droits de l'homme, la celebre presomption d'innocence..............

j'ai passé 48 de garde à vue suite à un licenciement avec un traitement encore pire

des gens se suicide en GAV c'est l'omerta, melenchon nous joues les vierges effarouchés, ben oui.........dsk est une élite.....

et enfin je ne suis pas de droite, mais écoeuré de cette difference de traitement par les journalistes et surtout @si
c'est quand même bizarre, dès qu'il s'agit d'une personne qui gêne, on tombe immédiatement dans des affaires de viols, de sexe, de discrédit, voir Julian Assange etc. C'est franchement agaçant, la presse, les médias ne parlent que de ça et pendant ce temps le monde tourne à l'envers. C'est navrant. Et même @si! Où est le décryptage ? l'analyse ? Là, je lis le Parisien ou autres médias !
attention à la présomption d'innocence.


des menottes, une victime, des précédents, des habitudes, d'autres victimes dissuadées de déposer plainte :

la liste d'asi ressemble à la présentation d'un coupable

même les twitts rigolos d'eolas y participent.


attendons Mr Schneidermann si vous le voulez bien.
DS, votre dernier paragraphe est complètement délirant!
Je suis trop jeune pour savoir Barre et Delors, mais annoncer tout de go que Balladur savait qu'il était perdu d'avance, c'est d'un ridicule! Il n'y a "aucun crédit à accorder" à ces littéreux et psys qui supputent des plans sur la comète. En tout cas, ils n'ont pas plus de valeurs que les autres. Voilà ce que je tenais à dire sur cette affaire.
Maintenant qu'on a bien entendu l'accusation. On va s'intéresser peut-être à la défense?
bye bye DSk toi qui savais si bien contrôler les bourses des autres mais qui jamais ô grand jamais ne sus contrôler les tiennes F Mitterrand.
Votre haine pour DSK et les socialistes exprimée ici, sous couvert d’analyse, ressort enfin sans ambiguïté aucune. Vous en arrivez à écrire « Rocard ou des Delors, candidats hors-sol, bardés de brillants communiquants en Porsche ». Bien entendu, je ne prends qu’un extrait de votre texte, mais l’extrait compte, car pour vous tout est lié et en bref ce qui s’est passé ce weekend confirme tout depuis selon vous Delors trahissant la gauche en 1983, …

Pour Aubry et Hollande vous semblez les préserver un peu, il faut bien des gens pour tenir la boutique, mais ils ne perdent rien pour attendre.

Pour DSK votre haine vous poussait déjà vendredi à suggérer que DSK demandait aux Grecs de vendre leurs Iles. C’était faut, vous n’avez pas corrigé. Moi que DSK soit coupable ou non ce qui m’intéresse quand je vais vous lire c’est de savoir si je suis sur un site militant pro-Mélenchon, ou sur un site de décryptage et d’analyse.

Dans un autre article du site vous titrez sur « les précédents » en évoquant l’affaire P. Nagy dans laquelle à ma connaissance la question était : peut-on avoir une relation avec une collaboratrice. Entre un viol et avoir une maitresse quel est le lien ? Quel est le précédent ?

Je n’avais pas une sympathie particulière pour DSK, j’en aurai probablement encore moins dans quelques semaines, mais en aucun cas ce qui se passe actuellement ne me semble devoir me permettre d’abriter entre des orientations politiques et économiques différentes (en bref social démocratie vs changement de modèle à la Mélenchon).

Sinon moi l’@si que j’aimerais c’est celui qui m’éclairerait sur les sujets suivants :

1/ Votre constat, que je partage, d’une rupture grave entre les élites et le peuple, mérite mieux que vos amalgames à la RTL. Car je pense contrairement à vous qu’une très grande partie des politiques et notamment des élus PS, ceux qui dirigent la grande majorité des collectivités, mesurent bien la situation de ceux d’en bas et la côtoient plus que vous. La question c’est plus pourquoi ça ne ressort pas dans les discours.

2/ Wall Street, La City, Berlin trouvaient que DSK défendait trop les Grecs et n’était pas assez libéral. (http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=4fbf656cb2b533654b9be5cb95ed9eaa). N’est-ce pas là que @si devrait creuser plutôt que de se répandre ?

3/ Jospin était un ultra libéral selon ceux qui fixent les lignes, ceux qui ici, avec vous Daniel, disent si on est de gauche ou de droite. D’autres avec moi sont critiques sur le bilan mais constatent que si l’on prend un axe géographique (à travers le monde) ou temporel (à travers les âges), les comparaisons font de Jospin une expérience clairement à gauche avec quelques résultats concrets dans l’efficacité.

En attendant relisons tous l’immense roman « La tache » de Philipp Roth. Comme quoi Daniel nous avons tous des nausées sélectives.
Sidérée aussi que Ségolène Royal soit sans cesse oubliée :


"Avec Hollande ou Aubry, rien n'est gagné, mais le PS partira à la bataille dans de bien meilleures conditions, pour peu qu'ils arrivent à résister à ce milieu décidément pathogène qu'est le "club des présidentiables".
En voilà un qui ne parle pas du tout de la présomption d'innocence de DSK et qui a l'air sûr de lui:

http://www.bernarddebre.fr/actualites/dsk_inculp__

Ni lui non plus:

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/16/l-etrange-omerta-des-medias-sur-le-cas-dsk_1522552_3232.html#xtor=RSS-3208
DSK, ou la bise de l'abeille...

toutenbateau
Tal quest'alma, che piena è di speme,
nulla teme, consiglio non sente;
e si forma una gioia presente
del pensiero che lieta sarà.

peut-être que c'est ce que se dit DSK, "mon âme est apaisée car elle sait que la justice triomphera..."
Tres tres bon billet Daniel!!!
no comment
quelque soit le fond de l'affaire, je plaint l'employée de l'hôtel dont la vie va forcément basculer....culpabilisation, dépression etc .. etc....
arf ... qu'on ne s'étonne pas qu'outre atlantique les français passent pour des vicieux/pervers qui ne pensent qu'au sexe.

il y a quelques jour nous regardions un épisode de brothers & sisters où quelques français venus pour un mariage ne pensaient qu'a "attraper" des petites américaines... Ils n'avaient pas l'air "fut fut" et ils ne pensait qu'a l'enlever... leur futal. bonjour la réputation ...
http://traverses.blogs.liberation.fr/yves_michaud/
Avec Hollande ou Aubry, rien n'est gagné, mais le PS partira à la bataille dans de bien meilleures conditions, pour peu qu'ils arrivent à résister à ce milieu décidément pathogène qu'est le "club des présidentiables".
Ne m'oubliez pas!
Malgré vos précautions oratoires vous semblez posséder des certitudes auxquelles nous n'avons pas accès, une espèce de "stratosphère" de journalistes parisiens...

Et si j'ai une demande à vous faire c'est, cherchez à comprendre même avec vos "pauvres armes de journalistes" , et expliquez-nous sans recours au surnaturel, aux élucubrations de psy, aux intuitions foireuses.Faites votre travail!
« les images menottes aux poignets sont d'une cruauté insoutenable » M.V.

Les images, c'est cruel. Et les politiques ?

« Ah ! ceux qui ne perçoivent, des êtres humains, que l’apparence et que, seules, les formes extérieures éblouissent, ne peuvent pas se douter de ce que le beau monde, de ce que la haute société est sale et pourrie. »

Octave Mirbeau – Le journal d'une femme de chambre
... Et Daniel Schneidermann, mine de rien, enfonça le dernier clou sur le cercueil de Strauss-Kahn.
En fut-il conscient? En fut-il fier? Nous ne le savons pas, nous ne sommes pas dans le secret de son âme.
Et pendant ce temps, tout le monde ou presque se fout de la politique, encore plus qu'avant - si c'est possible !

Pourtant, il s'en passe des choses, et pas des moindres... Il suffit de lire le reste du billet de Mélenchon...
Très intéressant cette approche psychologique, que cette agression se révèle exacte ou pas.

Avant que ne soit sortie l'artillerie lourde pour en faire "le" candidat préféré des Français, j'avais lu à plusieurs reprises que c'était surtout Sinclair qui voulait qu'il soit président.

Lui aime l'argent passionnément ("je suis à l'abri du besoin pour toujours ... avec sa (Sinclair) fortune") et le pouvoir, mais peut-être pas le pouvoir suprême.

J'ai toujours pensé que leur mariage était une association de malfaiteurs dévorés d'ambition pour aller encore plus haut. DSK, la fortune personnelle et les relations de cette femme, Sinclair, le charisme et le potentiel de cet homme.

Celle qui perd le plus dans cette histoire, c'est elle, qui d'ex-femme de journaliste qui vire un peu gâteux, se voyait au moins femme de ministre (ce qui n'a duré qu'un temps) puis première dame.

Elle était bien entendu au courant de ses turpitudes depuis toujours, mais fermait les yeux du moment que ça n'entravait pas son ascension.

Les politiques sont des séducteurs et des manipulateurs de première force - c'est le minimum pour y arriver. Ils passent leur vie à séduire, à commencer par les femmes, n'importe quelle femme, toutes les femmes.

Je me souviens d'une déclaration il y a quelques années d'une femme politique de premier plan qui, interrogée sur les hommes politiques et la séduction, avait répondu : " les hommes politiques ? ils ont le pantalon à la main en permanence".

De plus, ils pensent avoir tous les droits et être au-dessus des lois dans un milieu où il n'y a aucune règle, aucune loi, aucune sanction si ce n'est celle de perdre.

Quatremer, correspondant à Bruxelles de Libé, avait fait un article en 2007 où il parlait des risques qu'encourrait DSK au FMI à cause de son comportement avec les femmes. Tollé à l'époque.

Quatre ans après, après tout ce qui a dû se passer et qui a été étouffé à coup d'enveloppes, nous y voilà.

C'est ça qui est sidérant.
Moi ce qui me sidère ce matin c'est l'ampleur du parti-pris affiché par Daniel. Rien de nouveau certes, mais assez après les dernières dithyrambes pro-Mélenchon pour me faire regretter mon renouvellement si c'est pour se taper tout 2012 avec @SI sur ce mode-là.

[quote=Daniel]L'écrivain et le psy, chacun à sa manière, expriment l'idée du suicide politique volontaire du candidat qui, tout au fond de lui, connaissait son imposture, et n'avait pas envie du match. Cette explication n'est pas à rejeter a priori. Le candidat DSK se serait situé dans la droite ligne des Barre, des Balladur, des Rocard ou des Delors, candidats hors-sol, bardés de brillants communiquants en Porsche, engraissés aux sondages trafiqués, perdants d'avance de l'élection populaire, malgré de fervents militants nommés Chazal ou Elkabbach. Avec Hollande ou Aubry, rien n'est gagné, mais le PS partira à la bataille dans de bien meilleures conditions, pour peu qu'ils arrivent à résister à ce milieu décidément pathogène qu'est le "club des présidentiables".
Ben tiens. Imposture, rien de moins.
Mon dieu, comme ça va être long ici jusqu'en mai...
Sur le plan symbolique, ce sont moins les menottes, que l'on ne voit pas, que le col de chemise ouvert et l'absence de cravate qui bouleversent nos représentations...
Daniel vous écrivez :

"On ne peut, pour l'instant, que s'accrocher aux intuitions des écrivains et des psys, et ceux choisis par Libé ne sont pas les moins perspicaces".

Il y a pourtant une autre solution : ne rien écrire. C'est une option tout à fait envisageable. Ou écrire son incompréhension, si on tient vraiment à s'exprimer sur le sujet. Les articles de Libé sont consternants de bêtise. Ça me rappelle le grotesque papier de Duras sur Christine Villemin, dans lequel elle "décide" que la mère est coupable (alors qu'elle n'en sait rien, qu'il n'y a là rien d'autre que pur fantasme) et, comble du ridicule (ou de l'horreur, je ne sais pas) "défend" le crime en le "sublimant", tout comme cet écrivain crétin "sublime" une agression qui, si elle a vraiment eu lieu, ne peut être que traumatique, et pas un seul instant "héroïque".

Votre travail c'est d'analyser ce que la presse dit d'un sujet, et comment elle le dit, pas d'abonder dans son sens lorsqu'elle ne peut qu'interpréter sans savoir, ou surinterpréter ce qui n'a d'autre signification que des faits tous nus, à l'image de cette histoire de menottes : s'il est menotté mains dans le dos c'est parce que les prévenus sont TOUJOURS menottés mains dans le dos.

Faut s'arrêter, prendre une grande respiration, s'en tenir aux faits, et lire d'un œil CRITIQUE les articles débiles qu'on nous sert en boucle depuis ce matin. Merde.
oui Merde.
On vous avez prévenu dans un précédent forum que DSK n'était pas le candidat idéal de la gauche face à Sarkozy! J'espère que vous n'êtes pas trop tombée de votre chaise et que vous reconsidérez la question d'un nouveau poulain...
Merci d'avoir répondu à DS à ma place, je ne me sentais pas le courage de soulever cette montagne !

(Attention, vous concluez par un gros mot. Vous allez vous faire déverser)
ouf ! merci !

j'en profite pour recopier ici le commentaire que j'ai publié dans l'autre forum.
c'est peut-être un brin envahissant, m'en veuillez pas mais je lutte comme je peux contre la nausée.

Je ne m'y habituerai jamais. À ce débondage de fantasmes et de moraline que provoque soudain un fait divers. À cette instrumentalisation de deux ou trois phrases érigées illico en "faits", supposées rendre compte, sans aucun doute possible, de la vérité. À cette démission de la pensée (car sans dubito, pas de cogito).

J'avais dix-sept ans, j'espérais la révolution, je vendais "la cause du peuple"… puis non : le numéro sur Bruay en Artois, j'ai refusé de le vendre. D'accord, j'étais une irréductible petite bourgeoise, une alliée objective de la bourgeoisie défendant une justice de classe, mais ce torchon, non, je ne pouvais pas :
« Et maintenant ils assassinent nos enfants ! »
« Le crime de Bruay : il n’y a qu’un bourgeois pour avoir fait ça. »
« Une poignée, les riches, s’indignent que la vie privée de l’inculpé soit jetée en pâture. En face, ceux qui sont contre le coupable : les mutilés, les silicosés[…]. Leroy est-il l’assassin ? Pour eux il n’y a pas de doute. Le notaire, c’est celui qui gère tous les biens des Houillères, 80% de Bruay. Il fait partie de ceux qui vivent de la sueur des mineurs. »

Et les injures du plus pur stalinien, le retour du nauséabond paradigme de la "vipère lubrique", j'étais jeune, je ne connaissais pas grand chose à l'histoire, mais je reniflais bien cette même puanteur dans le discours sur « la vie cochonne des bourgeois », dont la perversité de classe était l'alpha et l'oméga de toute l'accusation.

En contrepoint, bien sûr, le ramassis des phrases que certains prononcent sous le coup de la douleur et de la colère, ou d'autres en se faufilant dans la douleur des victimes pour laisser libre cours à leur propre violence : “Il faut le faire souffrir petit à petit ! – qu’il nous le donne, nous le couperons morceaux par morceaux au rasoir ! – je le lierai derrière ma voiture et je roulerais à 100 à l’heure dans les rues de Bruay ! – il faut lui couper les couilles !”

Qu'on puisse les prononcer, ces mots, je n'étais pas angéliste, je comprenais que la douleur puisse remuer de la merde. Mais les imprimer, les répercuter comme parole d'évangile, faire d'un journal militant ce papier cul… Et interdire à ceux qui les prononçaient de pouvoir un jour les oublier, en fixer à jamais la trace, la livrer en pâture au lecteur bavant, loin d'eux, loin de leur souffrance. Beurk.

On s'est copieusement engueulés, et les semaines qui ont suivi ont été difficiles — ils ne m'ont pas virée cette fois, Sartre tenait des propos pas si éloignés des miens, quand même.

Le coup fatal ce sera le titre sur Touvier, quelques mois plus tard, réclamant pour lui la guillotine. Nouveau refus de vendre, et cette fois, le tribunal militant ne me fit pas grâce. Ou plutôt si : ce fut une grâce, en quelques mois j'avais beaucoup appris, sur le fanatisme, sur la connerie, la prétention crétine de ceux qui croient tout savoir. Sur mes propres valeurs aussi, les deux ou trois trucs sur lesquels je ne lâcherais pas.

Les faits divers jettent en pâture non pas l'intimité des gens, mais son écume : toujours partielle, toujours fallacieuse. Comment peut-on oser s'en saisir sans pudeur, y projeter ses propres certitudes, ça reste pour moi un mystère. Duras, forcément Duras… Personne n'est à l'abri alors ? Pas même un psychanalyste, supposé savoir se garder d'interpréter sauvagement ? Pas même un abonné d'@si, supposé payer pour ne pas tomber dans les pièges de "l'info" ?

Si : on est à l'abri quand on a appris à se taire, prudemment, à faire la part de son ignorance, à ne pas prendre les hypothèses qui vous effleurent (forcément) pour des vérités révélées, à ne pas croire qu'il est urgent de les faire connaître à tous et d'en réserver le copyright. Quand on sait, d'expérience, que la vie est toujours plus complexe que ce qu'en donnent à voir quelques dépêches d'agences.

Ou quand on est capable, serait-ce qu'un instant, de s'imaginer à leur place : supposés coupables ou supposés victimes, quels qu'ils soient, parents, proches, livrés à l'interprétation délirante et à la vindicte — mais si, ça peut nous arriver, à tous. J'ai pour ma part l'image ineffaçable d'un ami impliqué dans un "fait divers" terrible, et sa voix : "si tu savais les lettres que j'ai reçues…"
Est-il vraiment nécessaire d'aller cogner sur les plaies ouvertes pour la satisfaction d'un bon mot, d'une vertueuse réprobation, d'une jouissance aveugle ?

À défaut, la crainte du ridicule, l'idée qu'on sera peut-être un brin gêné dans quelques jours, dans quelques semaines, d'avoir étalé ainsi en croyant parler d'un autre ses hargnes secrètes, ses fantasmes inavoués, ses représentations simplistes, son puritanisme, son manque total de rigueur ou tout simplement sa bêtise. Cette crainte là devrait tout de même éviter à certains de se répandre.

+1
L'étrange omerta des médias sur le cas DSK http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/16/l-etrange-omerta-des-medias-sur-le-cas-dsk_1522552_3232.html
Merci pour ce commentaire, un peu long c'est vrai, mais qui nous rappelle la nécessaire distance.


J'avais dix-sept ans, j'espérais la révolution, je vendais "la cause du peuple"… puis non : le numéro sur Bruay en Artois, j'ai refusé de le vendre. D'accord, j'étais une irréductible petite bourgeoise, une alliée objective de la bourgeoisie défendant une justice de classe, mais ce torchon, non, je ne pouvais pas :

« Et maintenant ils assassinent nos enfants ! »

« Le crime de Bruay : il n’y a qu’un bourgeois pour avoir fait ça.



Il faut rappeler que c'est l'ex-gauchiste (aujourd'hui gros notable à cigares) Serge July, qui a lancé cette campagne crapuleuse contre le notaire de Bruay, coupable, forcément coupable.
pas vraiment d'accord avec ce fil !
bien sûr qu'il faut laisser la justice faire son boulot et contrairement à la France, je suis rassurée ici, parce que dans ces affaires de mœurs, aux Etats-Unis, elle s'appliquera !

perso je pense qu'au contraire ça fait des années qu'il aurait fallu parler des histoires de fesses de ces hauts placés qui jouissent de leurs petits personnels comme de leurs privilèges !!
bien sûr que lorsque vous êtes accusés à tort vous passez un sale quart d'heure mais avouez tout de même qu'en France c'est plutôt l'inverse qui est la règle : des victimes obligées de se taire parce que le harcèlement sexuel est encore trop dans l'imaginaire collectif, représentatif de "virilité" ou autres lieux communs à la con !!

et croyez moi les victimes de harcèlement lorsqu'elles sont renvoyées par les flics et la justice n'ont plus qu'à se taire, ce qu'a priori a fait la jeune Banon pendant des années, dommage pour elle !
alors aujourd'hui, parlons en de la violence des uns et des autres et du harcèlement subit par les employé(e)s de ces hauts dirigeants, que les choses soient dites, enfin !
....ce qui ne nous empêchera évidemment pas de nous battre également sur tous les autres sujets !!.....
Je ne sais pas avec quoi vous n'êtes pas d'accord.

Je critique la recherche des motifs psychologiques, le tricotage d'informations qui n'en sont pas, et qui remplissent les journaux d'affabulations éloignées du réel. On écrit déjà que DSK est "héroïque" et "sublime", pardon mais je pense qu'on a déjà quitté terre, mais alors carrément.

Maintenant si DSK a bien violé cette jeune personne, ce que je trouverais évidement monstrueux, il faut l'écrire. En l'occurence, ce n'est pas le problème.

En attendant d'en savoir plus il faut garder son calme et interpréter les données qui nous parviennent avec le maximum d'objectivité possible, ce que les analyses psychologisantes ou lyricisantes (oui je sais les néologismes c'est mal) empêchent de faire, chacun projetant dans l'affaire ses propres fantasmes. L'usage répété des points d'exclamation est à cet égard une belle manifestation de cette impossibilité à garder la tête froide, votre billet - sans offense - en est constellé : 10 en tout.

On ne fait pas du journalisme avec des blagues (article d'hier) des collections d'impressions (article d'hier et d'aujourd'hui), des bribes d'infos (article d'hier), des alignements de supputations présentés comme des assertions (article d'aujourd'hui), des extrapolations psychologiques (article d'aujourd'hui). Ce type de journalisme est l'essence même de ce qui ne doit pas être fait - Daniel relisez Laurence Lacour et son Bûcher des innocents bordel !
bravo vous savez compter :) fut un temps où des points d'exclamation j'en mettais des dizaines vous l'avez échappée belle !!
le sang froid il y est pour le moment chacun met plein de guillemets partout !
et moi je dis juste que DSK ça fait des années qu'il "harcèle" son personnel et qu'aujourd'hui il est temps que ce soit dit, point !!!!!!!!!!!!!
bien sûr il n'est pas le seul, et si les journalistes étaient moins complices sur ces sujets, leurs victimes ne seraient pas obligées de se taire ; voilà ce que je dis point !!!!!!!!!!!!!
on peut toujours pontifier sur ce sujet, ou d'autres "psychanalyser", dans ce pays la réalité ce sont des jeunes femmes et des jeunes hommes qui se taisent ; pour la fille Banon voilà au moins une mère qui regrette et c'est bien....
ah les injonctions au silence !!
je préfèrerai toujours trop de paroles que pas de paroles !!!
Je ne sais toujours pas avec quoi vous n'êtes pas d'accord.
Extrait du dernier billet de Mélenchon :

"Je suis consterné. Je souhaite que ce soit faux car le viol est un crime. Il y aurait alors une victime. C’est déjà assez de l’humiliation que cette information provoque parmi les siens. J’appelle à la retenue. Ne jugeons pas avant de savoir. » Je ne crois avoir grand-chose à rajouter, à cette heure. J’ai écouté les réactions dès que j’ai été à portée d’une radio. Je suis assez content de constater que tout le monde se tient bien, à une ou deux exceptions près. Madame Le Pen et Bernard Debré. La vérité est que toute parole est imprudente. Non seulement par ce que Strauss-Kahn peut être innocent de ce qu’on lui reproche. Mais aussi parce que dans le cas contraire il y a une victime, il faut le rappeler. Je suis un peu surpris de voir que personne n’a l’air de se préoccuper de la femme de chambre de l’hôtel. Affabulatrice ? Peut-être ! Mais si c’est une victime, alors qui la plaint ? Nos paroles ne doivent-elles pas inclure le respect qui lui serait dû ? Personne n’a l’air d’y songer pour l’heure. Je suis étonné de constater que pas un commentaire de femme politique n’envisage cet aspect du drame, c'est-à-dire cette personne là. Une femme de chambre, c’est moins intéressant ? Comme si tout était dans le commentaire de la scène. La politique spectacle éteindrait-elle tout sentiment humain ? Finalement, quoique l’on dise, on dira mal. De toute façon la poubelle est ouverte et les bêtes vont se disputer les ordures."

La ponctuation, à ce stade, reflète la prudence nécessaire au traitement de ce genre d'affaires. On trouve ici essentiellement des points d'interrogation. Présomption d'innocence, situation familiale de la victime, de DSK, futur politique. Il est possible qu'il soit violeur, comme il est possible qu'il ne le soit pas. Entre le type qui harcèle des femmes et le type qui viole il y a une différence que les mots soulignent, tout comme la gravité des peines pénales accompagnant ces qualifications.

Mais vous avez probablement raison, il vaut mieux TROP écrire, quitte à raconter n'importe quoi sans vérifier aucun fait. Après tout, il a une sale réputation non ? C'est assez pour l'envoyer en prison, salir son image définitivement, et ruiner sa vie personnelle.
Et s'il fallait l'un ET l'autre, Danette ? La recherche des faits, ET la tentative désespérée de compréhension psychologique ? Pourquoi se priver de l'un ou de l'autre ? ( A condition évidemment d'établir un coupe-feu entre les deux...)
Daniel, "héroïque", vraiment ? "Sublime", aussi ?
Écrire qu'il s'est livré à un "suicide politique volontaire" qu'il "connaissait son imposture, et n'avait pas envie du match" est tout aussi fou !

Les premiers qualificatifs font tomber la presse dans un grotesque pathétique.
Quant à la seconde proposition elle me laisse pantoise.
Mais qu'en sait-on ? Comment peut-on un seul instant tomber dans ce type d'analyse ? Se lancer dans cette voie c'est ouvrir une brèche vers les extrapolations les plus folles, dont la chronique de Duras est l'exemple hypertrophié, mais pas rare, finalement. De moins en moins, en fait.

Peu importent au fond les motivations de DSK. A ce stade nous ne savons même pas s'il y a motivations parce que nous ne savons pas s'il a vraiment violé cette jeune femme. Dès lors que les faits ne sont pas avérés tout article sur les "motivations" suggère déjà qu'il est effectivement coupable des faits dont on l'accuse, ce qui est en soi une violation de la présomption d'innocence, principe qui protège les mis en examens d'une vindicte publique et est au service d'une recherche d'une vérité judiciaire apaisée.

Extrapoler affecte la situation du prévenu, qui mérite comme n'importe quel autre prévenu que l'on respecte cette présomption, affecte sa famille, affecte la victime, ridiculise la presse et décrédibilise les journalistes, sans rien apporter au débat. Ces conversations, ces interrogations, nous les avons entre nous, citoyens, lecteurs, quidams, surpris, interloqués, hallucinés, ébahis. Entre nous.

La presse ne sert pas à ça. Elle ne doit pas servir à ca.
Décidément Danette vous me plaisez ;)
Elle ne l'accuse pas de viol mais de tentative de viol.
+1

Ce qui me sidère c'est que DS se pose la question (mince, après tant d'années de journalisme a dénoncer les travers de la profession).
Puis je relis bien sa phrase:
"ET la tentative désespérée de compréhension psychologique ?"
La tentative "déspespérée", ça voudrait dire que DS n'est pas si naïf que ça, si je m'en tiens juste au mot (je vais essayer de ne pas faire de la psychologie que la tentative soit espérée ou non), la tentative est sans espoir, vaine, mais on ne peut s'empêcher de la faire cette tentative, c'est humain, les faits c'est la raison, la tentative de psychologiser la passion...

Bref, tout cela sent fort l'essentialisation, le "l'homme est ainsi fait" (ce qui ne m'étonnerait nullement, c'est une conception du monde qui a toujours servi la "réaction", ce n'est absolument pas matérialiste, et rarement scientifique). Après, je peux me tromper, mais je ne vois pas trop comment expliquer ce "désespérée" qui vient justifier le journalisme psychologisant.
Et, heu, je vais dire un truc dingue, là, complètement fou, attention, hein, j'ai conscience d'aller très loin et d'avancer quelque chose de vraiment extravagant, donc, attention :
et c'est pas possible, carrément, de parler d'autre chose que ce dont tout le monde parle déjà ? Mais carrément, quoi ? (j'avais dis, hein, le truc dingue, quoi).

Je veux dire, plutôt que faire dans le people politique à donf, d'être fasciné par des photos de menottes, d'être déjà totalement tétanisé par l'élection présidentielle (dans 1 an, quand même !), de faire exactement comme tout le monde, tout ça tout ça ?
Je veux dire, chaipas, par exemple, plutôt que parler "DSK", parler "directeur du FMI", ou même parler "FMI" tout court, qui avait des réunions de prévues à propos du "sauvetage" de la Grèce et du Portugal - le genre de truc qui concerne très directement et concrètement le sort de millions de gens, et qui pend au nez de la France ?

Nan, parce que si ce genre de plan arrive à la France, alors on aura droit grosso modo à, en catastrophe : "ha ben zut alors, c'est bien compliqué ce qui nous arrive, on y comprend rien, faut dire que jusque là on était tellement occupé par les photos de menottes de DSK, hein, du coup on s'est pas penché sur les mécanismes du FMI, alors bon maintenant il nous faut en urgence des spécialistes pour nous expliquer", et là, paf, Quatremer et Agnès Verdier-Molinié sur le plateau. Voyez. Gros comme une maison.
[quote=Djac Baweur]plutôt que faire dans le people politique à donf ...

Attirer des abonnés qui s'intéressent à ces choses-là permet de garder des abonnements à prix raisonnables ...

(dans le même ordre d'idées, ce sont les connards qui s'intéressent au foot qui font vivre Canal +, chaîne qui a permis l'éclosion d'Alain Chabat, Antoine de Caunes, Les Deschiens, Les Guignols, etc, qu'on peut voir gratos et pratiquement sans pub)
Un connard qui s'intéresse au foot vous salue!
A long terme ce modèle économique perd toute légitimité et l'exemple de Canal+ le montre amplement (vous me parlez des "talents" que cette chaîne a permis de mettre en avant, mais est-ce encore le cas aujourd'hui? Et question infos, n'est-ce pas devenu une immense machine à décerveler et à manger de l'idéologie capitaliste?)

Si, sur le net, ce genre d'imbécilités peut attirer au début et faire croire que le cash va couler, à long terme on ne peut plus fidéliser le gogo à qui on a promis du "croustillant" puisque tous les autres font pareil (et gratuit en plus).
Clair, j'ai cru comprendre que Canal+ relançait le sarkophile D. Farrugia. A croire que la perspective de réélection de NS joue plus en faveur de la grille TV que des talents à faire (re)découvrir...
D'accord. Mais on est bien sur un site qui est censé s'arrêter sur les images, non ? Et des images sidérantes, on en a eu notre lot aujourd'hui.
Or c'est bien le but, d'éviter la sidération, ne comprendre, de nous arrêter, d'en parler, débattre, de comprendre ces images. Il n'y a pas beaucoup de lieux dédiés. Si ?
Par contre, des sites et des journaux et des émissions et des livres et des blogs et des documentaires et des conférences, et des réunions et tout ce que vous voulez en matière de production de discours politiques, de commentaires sur la vie du monde, on ne peux pas dire que cela manque.

Mais je sais bien que cette partie analytique de l'image, du champ d'information, de l'infosphère, du discours médiatique disparait petit à petit au profit tant d'une inquisition plus ou moins locale de la mediabulle (qu'on a bien vue ce soir sur F3) que d'une instrumentation politico-économique, la mise en oeuvre d'un foyer, d'un appareillage alternatif critique, participatif.

Ce changement sensible de cap déroute, à mon avis moins par le choix chaque jour plus évident d'une ligne éditoriale, que par l'abandon d'une neutralité rare, indispensable au traitement, dans un sens scientifique, de l'information.

On se souvient du coup de grisou du Capitaine illustré par une image d'Haddock fulminant. @si, ta spécificité est ton bien le plus précieux, pense dans ma caboche mon Haddock à moi.
C'est quand même dingue que dans ce genre d'affaires le grand déontologue des médias justifie que les journaux fassent appel à des psys de tout poil (chologues, chanalystes, chiatres...). Qui se permettent de publier des diagnostics. Comme dans le cas de Xavier de Ligonès, ces "spécialistes", ces "experts", ces "praticiens" n'ont jamais rencontré leur "client", dégoisent à partir d'éléments tronqués, n'en savent pas plus que vous ou moi et se répandent néanmoins dans la presse pour dire ce que le présumé innocent avait dans le crâne au moment des supposés faits. Vous avez dit déontologie ? Que fait le conseil de l'Ordre ?
Clair, cf Nicolas Sarkozy : s'il faut faire confiance à chaque fois à tous ces experts -qui font expert parce qu'il savent pas faire autre chose-, à tous ces immobiles qui veulent surtout rien changer, à tous ceux qui critiquent mais rêveraient de faire la même chose, ben on en serait encore à l'état de projet.
Merci Danette! Je regrette l'hypocrisie de la ligne éditoriale d'@si sur cette affaire, qui se lance dans une revue de presse certes exhaustive mais sans aucun démêlage. Et oui, il me semble en effet que @si ne respecte pas franchement la présomption d'innocence de DSK, surtout dans cette chronique. Oui ce twiit me parait très louche. On se doutait qu'une histoire comme celle là éclaterait à un moment ou à un aiutre de la campagne. Je ne suis pas un conspirationniste, mais franchement, je ne me prononcerai pas aussi vite et catégoriquement que vous Daniel. rappelons également que le suspect plaide non coupable.

J'ajoute que je ne suis absolument et d'aucune manière un soutien de DSK, pour ceux -et je les comprends- qui ne suivraient pas mes posts.

Me voila abonné depuis 4 mois et première (très) grosse déception du contenu de ce site.
ben oui, merci Danette o'choc!
Merde quoi!
+

surtout si on compare avec les cris outrés contre Mediapart dans l'affaire des quotats... je ne comprends plus là...?????
Une semaine chasse l'autre. Une affaire chasse l'autre.Il y avait Laurent Blanc,il y a DSK. Et avant même que l'enquête ne fournisse des conclusions attestant la culpabilité de l'homme,le procès est sur la table,même ici....Je suis sidérée par les propos tenus ,le déterrement des vieilles affaires et la hargne orchestrée .
Avant d'en profiter comme Le Pen,de réagir comme Mélenchon ou Debré,peut-être serait-il indispensable de connaître la vérité.La précipitation est mauvaise conseillère.
Si l'homme est innocent,lui et sa femme sont en train de vivre un enfer . S'il s'avère qu'il est coupable,alors là et seulement là,je pourrai lire ce genre de chronique sans colère.
http://www.leparisien.fr/flash-actualite-politique/dsk-des-images-d-une-cruaute-insoutenable-selon-manuel-valls-16-05-2011-1452489.php
DSK: "des images d'une cruauté insoutenable" selon Manuel Valls

D'une "cruauté insoutenable"??!!??!!
Je ne l'ai pas trop entendu tenir de tels propos quand nos forces de "l'ordre" ont raflé des réfugiés pendant que des bénévoles leur donnaient la soupe.
C'est quoi qui est insoutenable? Le fait qu'il soit "white"? Socialiste? ou collaborateur zélé de la bourgeoisie?

Lorsque tous les hommes sont rangés d’une manière irrévocable, suivant leur profession, leurs biens et leur naissance, au sein d’une société aristocratique, les mem­bres de chaque classe, se considérant tous comme enfants de la même famille, éprou­vent les uns pour les autres une sympathie continuelle et active qui ne peut jamais se rencontrer au même degré parmi les citoyens d’une démocratie.

Mas il n’en est pas de même des différentes classes vis-à-vis les unes des autres.

Chez un peuple aristocratique, chaque caste a ses opinions, ses sentiments, ses droits, ses mœurs, son existence à part. Ainsi, les hommes qui la composent ne res­sem­blent point à tous les autres ; ils n’ont point la même manière de penser ni de sentir, et c’est à peine s’ils croient faire partie de la même humanité.

Ils ne sauraient donc bien comprendre ce que les autres éprouvent, ni juger ceux-ci par eux-mêmes. [...]
Lorsque les chroniqueurs du Moyen Âge, qui tous, par leur naissance ou leurs habitudes, appartenaient à l’aristocratie, rapportent la fin tragique d’un noble, ce sont des douleurs infinies ; tandis qu’ils racontent tout ne haleine et sans sourciller le massacre et les tortures des gens du peuple.

Ce n’est point que ces écrivains éprouvassent une haine habituelle ou un mépris systématique pour le peuple. La guerre entre les diverses classes de l’État n’était point encore déclarée. Ils obéissaient à un instinct plutôt qu’à une passion ; comme ils ne se formaient pas une idée nette des souffrances du pauvre, ils s’intéressaient faiblement à son sort.

http://fr.wikisource.org/wiki/De_la_d%C3%A9mocratie_en_Am%C3%A9rique/tome_II/troisi%C3%A8me_partie#Chapitre_I._Comment_les_m.C5.93urs_s.E2.80.99adoucissent_.C3.A0_mesure_que_les_conditions_s.E2.80.99.C3.A9galisent
Comment voulez-vous qu'on critique Sarko (Rayban, Yacht...) après cette image ??
Comment voulez-vous qu'on nous dise qu'il a favorisé son fils à la tête de la Défense.
Comment voulez-vous qu'on nous dise que le frère de Sarko est le patron du groupe Médéric (Caisse de Retraite) favorisé par la nouvelle loi sur les retraites ?? rappelez-vous
Comment voulez-vous qu'on parle de sondage "louches" (Opinion Way Figaro)
Comment voulez-vous qu'on parle de Karachi ?
Comment voulez-vous qu'on parle du contrôle des médias ?
Comment voulez-vous qu'on parle du fait que Sarko jouait avec son portable alors qu'il était en tête à tête avec des chefs d'Etat...

Tout est balayé par ces images d'une personne au visage fermé...

Peut être que ce n'est pas un complot... En tout cas, "le crime est parfait" :
- le PS décomposé... pour l'instant on verra la suite
- la droite est presque vue comme un "gentil bisounours" en comparaison...
[large]- Sarko président jusqu'en 2017 ??[/large]

Attention, les américains sont très cruels en matière d'images:
- rappelez vous Michael Jackson : http://michaeljackson14.over-blog.com/article-michael-arrete-et-menotte-45205703.html
- et ça aussi : http://www.dailymotion.com/video/x9uios_michael-jackson-police-1996_music
- et enfin ça : http://www.thatsweird.net/picture27.shtml

Imaginez DSK photographiéen garde à vue...

SEMIR
Extrait d'un dialogue de film (New-Yorkais, justement) :

– Tu n’as pas de valeurs. Ta vie, c’est le nihilisme, le cynisme, le sarcasme et l’orgasme.
– En France je pourrais me présenter sur ce slogan et gagner.


Harry dans tous ses états (Woody Allen - 1997)

En V.O. (Deconstructing Harry) :
- You have no values. Your life...it's nihilism, cynicism, sarcasm and orgasm.
- ln France l could run on that slogan and win.
Hier, je me suis marré... parce que je n'avais pas du tout l'intention de voter pour lui... Aujourd'hui, moi aussi, devant la photo, je suis "sidéré" et je suis infiniment triste. Une illustration qui va faire le tour du monde des pelés, des galeux, des traîne-savates que les exigences bancaires mettent au ruisseau - ou aux "ateliers nationaux" comme disait l'autre jour Anthropia. Merci Daniel de ce bel article (anthologique).
Juste deux remarques : ce n'est pas une "femme de ménage" mais une "femme de chambre" qu'on dit... et puis et puis, si on "plaint la victime" comme Mélenchon ou Duflot (entre autres) le font c'est qu'on admet la thèse dominante - la "culpabilité" de DSK. Et cela sans savoir vraiment rien de plus que la version servie à l'aube, hier. Au fait, comment Bernard Debré connaissait-il le prénom de la "victime" ?
Autre chose, qui renvoie à Polanski : "sodomy" ne se traduit pas forcément par "enfilage anal" en américain mais par "acte sexuel". Avisse aux connaisseurs...
enfin DSk menotté!!

il fallait un jour que cet homme aille jusqu'au bout de ses pulsions et en vienne un jour à les interroger .il est fort probable qu'à un age de son enfance il est assisté à une agression sexuelle peut être sur un être très proche et qu'il est été fortement impacté au point de répéter cette scène à l'infini.
bref il gagnera à se faire soigner et à s'occuper de lui le pays s'en remettra dire qu'on allait voter pour un délinquant sexuel ,après sarko la France ne s'en serait pas remise!!!!
Quant à sinclair jusqu'où est allée sa complicité pour ses frasques c'est dire le respect qu'elle a pour les femmes!!!
Vous louez dans cette chronique la perspicacité des analyses que font dans Libération un écrivain et un psy, qui décrivent un acte manqué, un forme de suicide.

Un peu plus haut, vous parlez du pouvoir d'intimidation de Ramzy Khiroun.

Je suis plutôt client des analyses psychologues et je profite de l'occasion pour regretter que la psychologie ne soit pas plus présente sur @rret sur images.

Peut être faut-il souhaiter qu'un jour vous éprouviez pour un brillant psychologue le même coup de foudre que vous avez éprouvé récemment pour un talentueux démographe ...
A croire qu'il ne voulait pas aller aux préliminaires...
//On ne peut, pour l'instant, que s'accrocher aux intuitions des écrivains et des psys, et ceux choisis par Libé ne sont pas les moins perspicaces. L'écrivain et le psy, chacun à sa manière, expriment l'idée du suicide politique volontaire du candidat qui, tout au fond de lui, connaissait son imposture, et n'avait pas envie du match.//

Heu... certains de leurs arguments, notamment sur l'ouvrière violentée, sentent le terranovisme à dose létale !


Gavroche écrit : "Nous ne sommes pas sur la même planète". Mais si, sauf que eux sont en haut, très haut. Et qu'ils nous écrasent. J'ai lu que le FMI, pour sauver le soldat grec, heu, pour sauver les banques qui ont magouillé avec l'ex-gouvernement grec, se prépare à donner un coup de pelle, non,de tracto-pelle,dans les retraites.

Voilà donc un salut, s'il arrive, que ne verront jamais des milliers de citoyens condamnés à une vieillesse de misérables.

Finalement, ça me plairait bien qu'il y ait complot contre DSK. A condition qu'il soit ourdi par les damnés de la terre.

On peut toujours rêver...
encore un qui confond "fellation" et "inflation" !

en ce qui concerne les atermoiements politicards du week-end, je m'étais fait la même réflexion : pas un pour avoir la moindre pensée pour la victime, à part sur France 3 hier soir, Yves Jego et Cécile Duflot !!
encore ce matin Lagarde sur Canal : la seule victime est la france ??? on leur sert quoi dans le café sur Canal ??

aujourd'hui les langues se délient et c'est tant mieux !
il est plus que temps, l'omerta a assez duré sur ce personnage dont je ne connaissais pas les dégueulasseries apparemment nombreuses !
à part l'accusation au sein du FMI d'une de ses collègues, gravissime accusation qui aurait déjà dû faire dire à ses collègues socialos que DSK n'est décidément pas digne pour diriger la Fance !!
et puis entre deux coucheries aurait-il eu seulement le temps ?!!

mais la condamnation de l'omerta est valable pour les journalistes qui continuent d'étouffer ces affaires.....
Ces photos sont chocantes . N'a t-on pas peur que les socialistes Français aillent tous se recueillir dans cet hotel pendant les mois qui viennent ... là où leur leader a été arrêté, ???
Qui a pensé à inviter les photographes ???? pas ceux qui ont " assassiné" Ben Laden sans doute .
Oh comme ils sont vilains les socialos : pas un mot de compassion pour la "victime" ! Là chapeau DS sans K, dans le genre vicelard, un chef d'oeuvre.
Comment rappeler la [large]présomption d'innocence[/large] - donc la non culpabilité, donc l'absence de méfait jusqu'à preuve du contraire - et plaindre une présumée victime d'un présumé innocent.
Que Méchanlon en profite pour plaindre une "victime" non prouvée n'étonne pas : sa hargne anti DSK est affichée. Mais que DS fasse ce faux-procès est plus surprenant.

PS Mon cher Ulysse, j'espère que tu apprécieras les efforts de présentation.
C'est exactement ça, Daniel, un mélange de dégoût, de stupéfaction, et oui, de tristesse aussi.

De constater le fossé, le précipice, entre la "classe politique" (cette expression prend tout son sens) de droite comme de "gauche", hélas, et "le monde de Germinal".

Nous ne sommes pas sur la même planète.
pour que les menottes soient invisibles.
Tiens ? Il me semblait que quelqu'un avait déclaré hier qu'il n'avait pas été menotté ?
"Pas un seul, qui aît fait seulement allusion (si les accusations sont fondées, bien entendu) à la victime, à la femme de ménage du Sofitel. Pas un ( à l'exception notable de Mélenchon) qui ait eu un seul mot pour elle."

Cécile Duflot, hier soir sur France 3, a fait une déclaration d'une remarquable sobriété où elle n'a pas manqué d'évoquer la victime.



P.S. : la sidération vous fait rechuter dans la circonflexite, avec ce "aît" fâcheux.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.