109
Commentaires

Sauf que le peuple est à la porte...

Commentaires préférés des abonnés

Approuvé 31 fois

Je ne pense pas que Daniel croie avoir fait, à lui tout seul, chavirer le 20heures de la 2. On sent bien, dans les différents lieux où se discute notre présent, monter le thème des violences policières. À vrai dire, il était déjà présent avec Zied et(...)

Parmi les pricipaux éléments qui font évoluer les médias mainstream sur les violences, il y a, entre autres: 

1) Le formidable travail de David Dufresne depuis plus de deux mois (avec sa caution d'ancien journaliste de média "respectable").

2) La (...)

Le peuple frappe à la porte. Comme on lui a seriné que la violence c'était trèèèèès vilain, l hésite encore à l'enfoncer. Jusqu'à quand?



Derniers commentaires

Bravo à tous ces maires, hommes et femmes qui se sont levé(e)s pour donner un standing ovation au type qui, avec ses complices Castaner et Nunes , a fait tirer sur leurs concitoyens qu'ils prétendent représenter

Joli bras d'honneur à tous les blessés, les mutilés, les Gilets Jaunes qui crient "Macron démission, RIC" avec le soutien de la majorité des Français.

Des maires avaient décider de boycotter, ceux-là sont venus pour faire leur promo personnelle, si possible dans les interviews d'après-match. Une mairesse (oublié son nom) dit être restée assise lorsque Macron est entré, mais s'est levée à la clôture dudit "débat" pour le remercier d'avoir "écouté les maires". Un one-man show fait de blabla (auquel Macron et ses complices sont rompus) dont je n'ai vu que les résumés ou compte-rendus (pas le temps) et qui laisse soigneusement les intéressés en-dehors (comme le fait remarquer Daniel Schneidermann).

Des moyens en baisse pour les communes mais qu'importe. Tout comme d'autres élus, bon nombre de maires mettront les moyens pour leurs copains ou eux-même et se mettront en photo sur la couverture de leur bulletin municipal.

Grâce à eux, Macron aura bien lancé l'opération enfumage, et eux-même pourront montrer qu'ils ont participé à cet entre-soi de gens "civilisés", alors qu'ils auraient dû vilipender sa casse du système de protection sociale, du code du travail ou du service public. Ils auraient dû le stigmatiser pour son soutien au complexe militaro-industriel, au prince d'Arabie Saoudite criminel de guerre au Yémen, au CAC 40, à la finance internationale et à la Comission Européenne élue par personne.

Macron aurait dû quitter la salle sous les huées. Il est sorti en sentant comme un pétale de rose et avec un ego gros comme ça. Merci à tous ces maires collabos.

Bonjour,


Concernant le fameux Grand Débat, j’aimerai vous soumettre une idée, qu’il n’est pas dans mes moyens de mettre en œuvre, mais qui serait peut-être des vôtres, si ça vous amuse.


1) Corriger la copie de l’élève Macron


Il n’est pas bien compliqué de constater que la plupart des questions posées sont biaisées, parfois avec une naïveté confondante (Todd aurait-il raison, notre président serait-il tout simplement... bête ?)


Pour seul exemple, à la question de savoir « Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité, » on se demande bien pourquoi seules les baisses devraient être évoquées mais pas les hausses.
Sans même entrer dans les débats idéologiques de baisses d’impôt (ce serait bien sûr l’erreur), une très basique analyse de texte (niveau CM2) permet de montrer l’évidence du biais.


Autour d’ASI, gravite quantité d’enseignants, universitaires, philosophes et autres sémanticiens qui pourraient peut-être trouver grand bonheur à corriger le texte, point par point.


2) Reformuler la copie en réduisant raisonnablement les biais


Au besoin, en expliquant les choix de formulation, comme savent honnêtement le faire les instituts de sondages, lorsque leur client les libère d’intentions marketing ou managériales sous-jacentes (Donc pas  souvent, mais ça c'est un autre débat)


En reprise de l’exemple précédent, ça pourrait peut-être nous donner : « Quels impôts vous semblent les plus légitimes à vos yeux ? »
Je ne sais pas, à vérifier, faut voir, en tout cas, c’est nettement plus neutre.


3) Publier la copie corrigée sur le Net


C’est surtout ça qui n’est pas dans mes compétences.

Néanmoins, je ne doute pas que cela ne poserait aucun problème à certains de trouver le meilleur support d’entre sites, blogs, réseaux sociaux et autres Facebook de tous poils.


4) Synthétiser les réponses


Ca, c’est carrément une autre paire de manche.
Mais précisément, les réponses étant publiques, elles pourraient être disponibles à tous pour cet exercice. 

Notamment les corps intermédiaires (partis, syndicats, associations, groupes de de toutes natures), ceux-là même actuellement si marginalisés (par le pouvoir ou par eux-mêmes) qu’ils en sont parfois devenus invisibles et inaudibles.


Certes, nous aurions nécessairement des synthèses orientées selon les intérêts, motivations et interprétations de chacun de ces corps.
Sauf que cela n’aurait aucune importance, d’une part parce que les synthèses exprimées seraient comparables et vérifiables, mais surtout, parce qu’elles permettraient de mettre en évidence les points de convergence par-delà toutes les divergences.
Sans compter que les rédacteurs de ces synthèses n'auraient pas trop intérêt à tire sur la ficelle, s'il ne veulent pas être renvoyés dans l'ombre sans ménagement. 

  

N’oublions pas que la démocratie, dans nos gigantesques sociétés actuelles, doit nécessairement passer par ces fameux corps intermédiaires, peu importe ce qu’ils sont.
Croire qu’il soit possible d’instaurer un dialogue direct entre quelques 67 millions de citoyens et son chef unique, à la manière ancestrale des arbres à palabre, relève d’un merveilleux fantasme qui, mis à l’épreuve de la réalité, ne peut conduire qu’à la dictature, si la société n’éclate pas avant !

 

C’est pourquoi, pour restaurer notre démocratie, il nous faut impérativement retrouver nos intermédiaires, nos représentants légitimes entre le chef et nous, quitte à complètement les réinventer, lorsqu’ils n’existent plus.


Bref, avant de débattre, faudrait savoir avec qui et comment.


En espérant que mon idée vous titille les neurones et que vous puissiez en faire quelque chose.
Sinon tant pis, pas grave.


Amicalement,


L'utilisation du verbe "déconner" résume la sinistre mentalité du personnage..."je vais parler comme eux, déguiser une saloperie en clin d'œil rigolo...et ça fera passer le reste..." Pauvre petit bonhomme, ton humour déplacé ne suffit pas à cacher ton colossal mépris pour ceux qui t'ont élu.  Que pouvaient-ils faire d'autre ? Le choix était limité à cause de ta gigantesque entourloupe envers les socialistes.

.Oui, ce bulletin qu'on a glissé dans l'urne nous brûle encore les doigts. Oui ,on n'a pas été assez malins pour prévoir le gigantesque enfumage. Oui, on t'a offert le droit de te foutre de nous non stop...Mais déjà on fuit ton image arrogante dés qu'elle paraît sur l'écran. Et ce n'est qu'un début!

Voir le désert d'une petite bourgade Française comme si une bombe H avait implosé et avalé toute la population, ça faisait froid dans le dos

Le Jupiter déchu est obligé de se cacher, de se faufiler, et de rencontrer le peuple que lorsque celui-ci est absent


Voilà la Une de Le Monde qui me ramène à me confronter à l'inacceptable : des images de policiers qui visent leurs concitoyens avec des LBD - des lanceurs de balles de défense

Ces policiers ne visent pas uniquement les manifestants violents, ils visent aussi les spectateurs


Alors s'étiole l'image du pays des Lumières, des Droits de l'homme

Les Droits de l'homme mon cul comme disait Zazie qui savait départager le symbolique du réel


Si je comprends bien Le Monde comme les autres journaux, médias, ont vu qu'ils ont été trop loin dans la manip des nouvelles, qu'ils ne peuvent plus cacher la vérité, ces violences policières qui rendent borgne, qui défigurent, qui tuent

Et de toute façon, ça suinte de partout sur les médias sociaux et tandis qu'eux restaient à pudiquement cacher la vérité, celle-ci éclate ailleurs. Le monde merveilleux des bisousnours s'écroule


Non pas tout à fait, Charles Enderlin et d'autres ont repris espoir, encouragés par les images de standing ovation : d'où ils sortent ces 600 maires

Par ailleurs, le fait que le président soit obligé de cadenasser autant l'accès à la petite ville au peuple est vraiment inquiétant. Pouvoir dictatorial obligé de se protéger de tout ?

La direction nationale de la police a enfin rappelé hier ses "instructions strictes" pour utiliser les flash-ball. Il aura fallu attendre un manifestant dans le coma et 10 semaines de dérive pour qu'ils fassent ce rappel élémentaire. Comment peuvent-ils se regarder dans la glace ?

On ne change pas une équipe qui perd


Etat des lieux sur Fr.2 ce jour. On revient sur les GJ blessés, entre autres sur ceux qui souffrent d'une "infirmité permanente, en particulier aux yeux" !.. Quel doux euphémisme pour dire qu'ils ont perdu un œil ! Dorénavant, sachez que si vous avez une main arrachée par une grenade, vos souffrez simplement d'une "infirmité permanente au bras"....

"...ploum ploum, Tralala!" ("Last exit to Brooklyn" Hubert Shelby Jr.)


Le C. Barbier d'aujourd'hui ressemble enfin au C.Barbier jeune qui était déjà comme le C. Barbier d'aujourd'hui, un vieux birbe barbant et répétitif, déjà fort peu comico-convainquant.


Les violents bleu ont laissé plus que des bleus dans la chair; des bleus à l'âme aussi et des cicatrices point prêtes à se refermer grâce une opé de France 2. 


Bleus et conséquences


Quant à Charles Enderlin, abonné à ses Tweeds comme à ceux de notre hôte, il n'est pas sans ignorer la réalité française actuelle. D'un simple Tweed, faut pas faire une interprétation trop rapide²²².


   

david a ete interroger par Lancelin avant d'etre imité par les TV d'etat.  surtotu ne pas le dire que LE Media créé par Chikirou et reprise par Lancelin marche tres tres fort et est a gauche .. reellement, gauche bobo, avec des journalistes femme , et peu d'entretient avec des femmes , comme hors series. https://www.lemediatv.fr/lentretien-libre/25-gilets-jaunes-des-violences-policieres-jamais-vues-david-dufresne/

ce qui a reveiller les journaleux bobos, c'est la peur, instillé par les mecs GJ (nous les femmes, ne me faites pas rire avec vos envolés sur nous et les rond point qd les femmes valorisées st les artistes aux seins nues,, et les vieux mecs.. les figures bobos des prolos, vieux mecs, ou des seins nues) .. les journaistes de terrains qui sont aux contact ont du gueuller aupres de leur hierarchie et ca merche .. incroyable qd vou svous bouger les mecs mal rasé ca marche, gérer votre trouille des bourgeois.  je me suis frittée en manif,  avec une equipe de canal plus, ils ont fermé leur gueulle alors qu'avant ils n'auraient insultés , meprises, rigolé, enfin ont a un peu plus de respect, grace  a la violence, qd ont est cool comme le sont les femmes, ont fait pas peur , les volorisés du patriarcat nous meprisent, nous somme de nous mettre a genoux . Je suis trop contente de voir comme la violence decrié par les bobos, profs, zintellos (parcequ'eux porfitent ou sont des laches) marchent bien sur la classe intermediare.. on va y arriver a faire peur aux autres profiteurs ; les bourgeois. 

A propos du RIC. Tant qu'à utiliser un exemple qui n'a rien à voir avec le RIC, le Brexit, Macron aurait du prendre le référendum de 2005 sur la constitution européenne.

'Et de donner l'exemple du référendum Brexit en Grande-Bretagne, assez dissuasif il est vrai' disuasif pour qui ? pas pour nous, on veut sortir de l'Europe comme Todd, comme Lordon .. ok on est pas facho, on veut pas de votre Allemagne comme dirigeant..  

'la revendication de pouvoir établir en mairie carte d'identité, passeport, ou carte grise, sans avoir à faire quelques heures de voiture pour se rendre à la sous-préfecture. ' c'etait comme ca avant que les bobos ne decident autrement .. vous connaissez votre pays ? 

Dont acte, sur les "violences policières". Je mets des guillemets, parce que je ne crois pas que l'expression s'applique à toutes les blessures des GJ ou à la femme de Marseille tuée par des éclats de grenade.


Deux hypothèses : 

- vous (@si) avez de l'influence sur la rédaction du JT de F2

- la rédaction du JT de F2 est aussi sensible aux questionnements portés par d'autres médias, réseaux sociaux, etc.

J'opte pour un mix des 2. Et je regrette que Daniel continue à dire "télévision d'Etat". Ce n'est pas ça, une télévision d'Etat.


Sur le grand débat, et le Brexit, lisons cette opinion de Bruno Latour : à la différence de Macron qui s'en sert comme épouvantail, lui tente d'en faire quelque chose - et même si on peut regretter le Brexit, comme Latour sans doute, on peut y voir la preuve de l'intérêt du débat, mais sous certaines formes.

Je me donnais la réponse, tout à l’heure en parcourant la page web du Monde, où est aussi traité de la violence policière, que s’il aura fallut des samedis de manifs violentes pour que le pouvoir cède, il en est allé de même, du moins est-ce le constat que je dresse, avec les médias, que les manifestants s’en prennent à eux sans ménagement, pour qu’ils cessent de n’être que la voix du gouvernement.

Parmi les pricipaux éléments qui font évoluer les médias mainstream sur les violences, il y a, entre autres: 

1) Le formidable travail de David Dufresne depuis plus de deux mois (avec sa caution d'ancien journaliste de média "respectable").

2) La puissance des réseaux sociaux,qui supplantent désormais en audience les médias. Certaines vidéos comptant autant de vues que celles de BFM et cie. Les journalistes même les plus pervers ne peuvent quand même pas faire semblant que cette info brute n'existe pas alors que la France entière des Gilets jaunes, et au-delà, est au courant via Facebook et Youtube. D'autant que ces vidéos sont accompagnés de flots de commentaires sur le comportement des médias complices par leur silence des violences policières. 

3) Les articles des "petits" médias alternatifs comme Le Média, Révolution permanente, ASI, etc, qui en parlent depuis le début. Mis bout à bout, cela finit par diffuser dans les grandes rédactions.

4) Le mimétisme médiatique habituel. Si un grand média officiel traite une fois le sujet, les autres s'y mettent aussitôt, histoire de ne pas paraître à la traîne et de ne pas laisser la concurrence occuper seule terrain.



 Bon, là, Daniel , vous êtes foutu, marqué au fer "rouge" par l'ORTF façon Macron. Le duel avec "échappe au vent" est en marche. Préférer l'intelligence au "désordre journalistique " de ce petit larbin.


Je n'ai vraiment rien à ajouter à votre chronique. Un journaliste  pro, il n'y en a si peu en ce moment  

Quand le président parle de pipes, ça me fait rire. Il parle aux maires, des vieux, très vieux même, des ruraux du siècle dernier. Alors je voudrais lui dire, ce président n'est pas de taille, nom d'une pipe!


Tout va très bien M. le Président ! Bravo ! Patience et longueur de temps font mieux que force ni que rage !

Au delà des éditoriaux dont ASI semble se faire une spécialité, peut-on espérer une "enquête" sur ce que je lis dans la tribune d'Onfray ce matin : les images des tags de l'Arc de Triomphe sur les principaux sites d'infos seraient caviardées des slogans gauchistes... (ou alors il s'agirait de nettoyage partiel ?)

Ça me semble dans les cordes d'ASI, et on ira chercher ailleurs des analyses politiques

Encore la "Télé d'Etat". Vous allez encore fâcher dans les rédactions des chaînes publiques, Daniel. Quant à moi, je vais vous laisser à vos obsessions de donneur de leçons et à votre rancœur. Bon vent à la rédaction d'@si...

David Dufresne sur France Cul ce matin...


Macron veut «responsabiliser» les gens en «difficulté» car «il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent»...et pour déconner y'en a qui vraiment déconnent  >>> regarder vers le Japon çà relativise le propos ! 

a vérifier si  l'Eure n'a pas été choisi pour sa proximité avec La rem ....nombre de députés de cette marque par exemple 

Pourquoi toujours employer le terme de « peuple » pour désigner des manifestants ?

Si on fait fi de la démocratie représentative, contradictoire de revendiquer de parler au nom du peuple tout entier.


Les maires sont bien des élus du « peuple », aussi, non ?

Par leur position (non élu) ils font partie du peuple, et ils sont nommés comme ça par opposition aux élus je pense. Ensuite, le terme a du sens, vu l'écrasant soutien du mouvement par les français (67% aux dernières nouvelles), ils sont donc bien plus représentatifs que Macron (30% aux dernières nouvelles)

Quand il y a des manifestations autres, jamais entendu utiliser le terme de « peuple ». Ce sont les GJ qui se sont proclamés représentants du peuple. Sur quelle base ?

Donc, à vos yeux, les sondages ont plus de valeur que des élections ?



"Quand il y a des manifestations autres, jamais entendu utiliser le terme de « peuple »."


Peut-être parce que ces manifestations se rangeaient derrière une bannière (syndicale, humanitaire, pour le climat, ...), ce qui permet de "nommer" qui ces manifestations représentent (des syndicalistes, ...).

Vu que ce mouvement est spontané, et refuse de se ranger derrière quelque bannière ou visage que ce soit, on ne peut en arriver qu'au plus petit dénominateur commun: ils habitent en France. C'est donc le peuple de France.


Et il ne me semble pas que les GJ se soient proclamés "représentants" du peuple (source?), mais plutôt issus du peuple, par opposition à ceux qui "représentent" quelqu'un, c'est à dire les élus (les électeurs), les médias (leur patron et ses intérêts), ...


"Donc, à vos yeux, les sondages ont plus de valeur que des élections ?"

La question ne m'est pas adressée, mais vu ce que je pense des élections (petite boîte où notre contribution est sommaire, qui pond le meilleur à se faire élire, alors qu'on cherche quelqu'un pour gouverner de manière éclairée, on pourrait même dicuter du choix d'UNE personne pour le faire), alors les sondages ne sont qu'un avatar de l'élection, qui ne vaut donc pas beaucoup mieux qu'eux, sinon pire, puisque les élections nous foutent un Macron au pouvoir, ce que ne fît jamais un sondage.

Tout le monde est issu du peuple, y compris nos Représentants. Le terme est connoté, et utilisé sans doute à dessein.


Lire qu’une élection c’est pire qu’un sondage, comment dire...(sourire).

Je crois que faire sourire était le but. :)
Mais pour l'élèction, selon quelle modalité? Majoritaire à un tour? A deux? Scrutin de liste ou uninominal? Jugement majoritaire? La méthode de Codorcet? Selon la méthode utilisé le résultat peu être très varié. 

Au bout du bout il ne reste que la légitimité, l'éléction est une méthode pour que les dirigeants l'obtiennent et la légétimité est transmise, donc accepté par le peuple, minorité et majorité, avec bienveillance ou en maugréant. Cette alchimie est en grande part impalpable et on peu la résumer sous les termes de "contrat social".
Comment voyez-vous ce contrat aujourd'hui?

On peut débattre à l’infini de la légitimité des élus. Pourquoi pas. 


Ce qui me semble caractériser le mouvement, c’est la peur, plus que l’espoir. Peur d’une perte et d’une forme d’amputation plutôt que celle d’un espoir. Il faudrait creuser, mais pas l’impression qu’il soit incarné par les plus pauvres, mais par ceux qui, à tort ou à raison, ont peur de le devenir.

De loin, l’impression, aussi, chez certains, d’une volonté de revanche dans la rue de l’echec dans les urnes. Beaucoup entendu et lu que Macron n’était pas légitime (?!). 


Si le modèle électif ne convient plus, si les « issus du peuple «  ne croie,t plus en sa légitimité, alors le dénoncer avant, et faire une vraie révolution :)

"Mais pour l'élection, selon quelle modalité?"


Un exemple tout simple: pourquoi n'est-il resté comme choix, en 2002, que Chirac et Le Pen, alors qu'il y a des triangulaires aux législatives? Et même parfois des quadrangulaires, qui amènent à des désistements entre candidats voisins, cela aurait pu être le cas en 2017.

Non mon but n'était pas de faire sourire.

Je suis ingénieur en test et validation de systèmes embarqués, et une de mes tâches est de vérifier la conformité de ce qui est livré avec les exigences founies.

Quand l'exigence est de désigner quelqu'un apte à gouverner et que le système censé y répondre sélectionne le plus apte à se faire élire, je demande aux développeurs de corriger leur système.

"jamais entendu utiliser le terme de « peuple »"


"Nos" médias évitent en effet d'utiliser ce terme. Pourtant, quand il y a grève des cheminots et que "nos" médias n'arrivent même plus à trouver, pour leurs traditionnels micro trottoirs, le non moins traditionnel usager en colère qui se prétend pris en otage, qu'ils ne trouvent plus que des gens qui disent "bof, ça m'emmerde, mais je les comprends", ça veut dire quelque chose, non? 


Cheminots plus usagers, ça en fait une bonne partie, du "peuple". Une telle définition a d'ailleurs pour avantage de définir le peuple de façon très pratico-pratique: "nos" dirigeants ne conduisent pas les trains, et voyagent en véhicules officiels ou en avion.

l'importance des mots ...

Maintenant il faut dire les Cheminots et les Clients 

Réponse à la dernière question: oui. Notre système est adapté lorsqu'un homme se détache majoritairement des autres, lorsqu'une direction proposée suscite une adhésion massive, ce qui n'est plus le cas depuis des années. Il n'y a que France 2 pour montrer Macron comme le nouveau de Gaulle (émission d'hier sur la Vème). Ce fameux de Gaulle qui, mis en ballotage par Mitterand, ne voulait même pas se présenter au second tour, affirmant que les Français n'avaient rien compris.

Exactement, ces gilets jaunes prétendant représenter "le peuple" n'ont été élus par personne, le chef de l'état, les députés et les maires oui.

c'est beau ! on dirait du Barbier !

Vous pourriez sourcer un gilet jaune qui prétendrait représenter le peuple?

Je vois plein d'articles qui prétendent que les GJ prétendent représenter le peuple, un peu comme j'ai vu le JDD lancer un sondage qui a pour résultat "82% des Français ne veulent pas d'une alliance entre JLM et MLP". Pour autant, je ne pense pas que ni JLM ni MLP ne l'envisagent.

Je ne pensais pas trouver ici des gens qui estiment que la démocratie ("le pouvoir au peuple"...), c'est juste à chaque cycle de quinquennat avec un bout de papier, et tout le reste du temps on ferme sa gueule... 


C'est n'est pas parce qu'un élu l'a été un jour (celui de son élection...) qu'il est plus représentatif que n'importe quelle autre part du peuple, à partir du moment où une énorme part du peuple se met à remettre en question l'élu.  (vous savez, les ~70% de soutiens aux Gilets Jaunes ;) ).


Donc oui, comme l'a dit Tony, les Gilets Jaunes ont bien de cela en commun : d'être une partie du peuple a écouter.

"Pourquoi toujours employer le terme de « peuple » pour désigner des manifestants ?"


Sachant qu'on n'a jamais vu un peuple s'exprimer dans sa totalité, avec votre raisonnement  le peuple risque de disparaître, sauf dans les discours de ceux qui le représentent si mal, les élus.


La prise de la bastille ? Foin du peuple, juste des manifestants !


La libération de Paris ? Quelques insurgés germanophobes !


Mais 68 ? Des étudiants boutonneux et des syndicalistes revanchards !


Etc... Etc...



Le peuple frappe à la porte. Comme on lui a seriné que la violence c'était trèèèèès vilain, l hésite encore à l'enfoncer. Jusqu'à quand?



France 2 ne parle pas des violences policières,il est aux ordres,il en parle,il vous a enfin entendu?

Attention à la crise d'ego

Put**n, Didier! 

Gloup, gloup!!

Ch. Barbier nous pommadant l'après-rasage ( de près de sept heures), c'est " au poil ", c'est mieux que le beurre, mieux que la vaseline ...

ben, la télévision d'Etat tente de se racheter une conduite ( après plus d'un mois, sera-ce suffisant ? ) en jouant "l'apaisement" ( genre, vous voyez qu'on donne la parole à tout le monde, on ne vous cache rien ... ) histoire de faire passer ceux qui ne sont pas dupes de cette méga farce pour les vilains, méchants pas beaux qui font rien qu'à vouloir la révolution !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.