138
Commentaires

Samuel Paty, deux mois plus tard

Commentaires préférés des abonnés

A votre liste de polémiques non éclatées, j'en ajouterais une. Il me semble avoir entendu le président Egyptien Al Sissi, sur une tribune aux côté d'E. Macron, prononcer à peu près : "Les valeurs religieuses se placent au-dessus des valeurs humaines"(...)

moi ca me choque que Mediapart ai donné l'identité de l'enseignante.  Je regrette donc pas de m'en etre désabonné apres qu'ils aient appelé a voter macron. 


D'autant que les propos de l'enseignante ne me choquent pas. Je ne suis ni facho, ni(...)

Une remarque, concernant  Rokhaya Diallo, militante antiraciste et féministe, 

sur son compte Twitter elle écrit ceci:


"..Fascinantes ces accusations «d’américaniser» le débat, comme si le racisme nous était étranger. La France figure parmi l(...)

Derniers commentaires

Je n'ai pas lu en détail les échanges du forum, mais je voulais ajouter une réaction.

Ce que je trouve gênant dans les propos de l'enseignante, c'est qu'elle compare les religions (enfin 2 en particulier) à une maladie...

Quoiqu'on pense des religions (et je suis athée), je trouve la métaphore limite...

Je trouve cette discussion malsaine, hypocrite et inutile. 

Elle génère de l'hostilité entre les intervenants, fait émerger les clivages et rabâche les problèmes sans apporter de solutions.

Je recommande l'ouvrage pédagogique suivant.


https://www.cartooningforpeace.org/wp-content/uploads/2018/01/Livret-pédagogique-dessins-pour-la-paix-2020.pdf


Un peu de bienveillance.




". Une sorte de religion sexuellement transmissible, je n’ai jamais compris. On dirait du judaïsme, c’est pareil, c’est par la mère. Une sorte de MST, de RST, de religion sexuellement transmissible." La Ligue des Droits de l'Homme a annoncé saisir la justice pour injure raciale."

C'est raciste ça? ...on n'a pas le droit de dire que le judïsme se transmet par la mère?  ...je n'y comprendrai décidément jamais rien à leur racisme à géométrie variable!...

"pour trouver du positif chez certains il faut un virus"  B Gaccio à propos de Macron

Bon...

Questions :

- est-il exact qu'un enfant dont le père est musulman est automatiquement considéré comme musulman ?

- est-il exact qu'un enfant dont la mère est juive est automatiquement considéré comme juif (au sens religieux du terme... ici le problème étant que "juif" peut aussi bien être une dénomination religieuse qu'un terme lié à la désignation d'un peuple) ?

Et :

- est-il exact que, si ce n'est dans les dogmes de l'islam au moins dans les législations appliquées au nom de l'islam par de nombreux pays où la religion musulmane est prédominante, l'apostasie est sévèrement réprimée voire très sévèrement avec des peines pouvant aller jusqu'à la mort ?


Je crois savoir que les réponses à ces trois questions sont "oui, c'est exact" mais je veux bien reconnaitre me tromper si on m'en apporte la preuve


Si les deux questions qui concernent la religion musulmane ont pour réponse "oui", il en découle logiquement qu'il est exact de dire que l'islam n'accepte pas la liberté de conscience puisque tout individu dès lors qu'il est né d'un père musulman, et sans donc son consentement, est considéré comme musulman et qu'il ne peut quitter à partir de là cette religion sous peine de châtiment pouvant aller jusqu'à la mort.


On touche du doigt ici un des mécanismes fondamentaux qu'utilisent de nombreuses religions, dont l'islam et le judaïsme mais aussi (pour la vaste majorité de ses déclinaisons) le christianisme, pour se perpétuer "de force" : l'imposition de la religion aux enfants sans leur consentement.

Car ne soyons pas dupes... que font donc les chrétiens dans leur immense majorité ? Ils imposent leur religion à leur progéniture sans leur demander leur avis, sans leur laisser même le temps de grandir et mûrir suffissament pour faire un choix en conscience. Les enfants sont baptisés, communiés, confimés, envoyés au catéchisme, etc... sans avoir leur mot à dire. Sous prétexte que "c'est pour leur bien"... excuse commune à toutes les formes d'autoritarisme/totalitarisme.

Alors je veux bien reconnaitre que pour ce qui est du judaïsme et du christianisme, les peines encourues pour apostasie sont moins radicales et relèvent de la peine "spirituelle". Mais bon... que peut donc ressentir un enfant quand on lui explique que ne pas suivre la religion des ses parents implique au mieux la mort éternelle et au pire une éternité de souffrances dans les feux de l'enfer ? On est au minimum à la limite du chantage, de l'abus voire de la torture psychologique, non ?

Votre Post peut être mis directement dans un article Valeurs Actuelles tellement c'est caricatural.

A vous suivre, il faudrait mettre les enfants dans une sorte d'antichambre de neutralité totale et les laisser se faire une opinion quand ils auront 18 ans !

Vous avez le droit de rattacher les religions à leurs excès et dérives, mais allez jusqu'au bout et décrivez leurs apports (leurs langues, leurs valeurs - je vous rassure il y'en a qui sont pas mal aussi vous verrez - leurs histoires etc.)

Vous ramenez l'être humain à une sorte de marionnette qui ne se pose pas de question sur ses acquis tout au long de sa vie et qui reste figé dans ce qu'on lui a inculqué quand il a été baptisé...

Et pour précision, les dictatures et les théocraties utilisent la Religion à des fins politiques et non l'inverse.

PS ; Que peut ressentir un enfant à qui on dit que le Père Noel le gratifiera selon sa sagesse et ses actions en tant que môme? c'est limite du chantage et de la torture psychologique !!!

Le Père Fouettard oui. Le Père Noël ?

1) Certes la menace du "pas de cadeau" est à proscrire

2) On n'a jamais systématiquement menacé un-e enfant des flammes de l'enfer au nom du Père Noël que je sache... et si on l'a fait ponctuellement, c'est effectivement ignoble.

3) On finit toujours par dire la vérité aux enfants au sujet du Père Noël...

J'ai bien l'impression que votre argument prend l'eau de toutes part.

Un article dans Valeurs Actuelles ? Alors que je m'en prend aussi à la religion chrétienne ? Vous plaisantez j'espère ? Votre argument est risible.


"A vous suivre, il faudrait mettre les enfants dans une sorte d'antichambre de neutralité totale et les laisser se faire une opinion quand ils auront 18 ans ! "

Oui... presque...

Je ne dis pas qu'il ne faut pas les informer sur les religions mais ce n'est pas ce que font les religions et les parents. L'immense majorité des parents qui ont des convictions religieuses, ne forcent que leur religion dans la tête de leurs enfants parce que c'est exacement ce qu'il sont subi et ce que leur religion leur dit de faire.


"Et pour précision, les dictatures et les théocraties utilisent la Religion à des fins politiques et non l'inverse."

Ce genre de relation a toujours été à double sens quoi que vous prétendiez.

Depuis l'Egypte ancienne et même avant tous les pouvoirs autoritaires ou presque ont été à la fois manipulateurs et manipulés par les religions ; dans des relations parfois symbiotiques, parfois conflictuelles.


Alors pour ce qui est des "valeurs"... je n'ai pas besoin d'une quelconque religion pour en avoir.

Et pour ne prendre que le cas de la religion chrétienne, parmi les "valeurs" que je défends, il n'y a pas, comme dans certaines parties du livre saint de cette religion, l’esclavage, l'extermination de masse, l'inceste et autres joyeusetés.

Alors... c'est bon... ne venez pas me chatouiller avec les "valeurs" des religions.

Elles ne sont absolument pas propriétaires des "bonnes" mais je reconnais qu'elles en prônent de telles "bonnes"... parfois.

Et elles n'ont jamais réellement empêché les "mauvaises"... allant même jusqu'à en défendre et en imposer certaines.

Sans qu'aucune religion ne m'ait jamais été imposée, avec un simple raisonnement logique, un rien d'humanité et une bonne éducation non religieuse donc, je sais que le meurtre, le vol, le mensonge,... c'est "mal".

Ce n'est pas caricatural de se poser la question de savoir si un gamin de 10/11 ans peut dire à ses parents "je be vais plus à la mosquée ou je ne veux pas suivre cet ensrignement. 

A 10 ans je n'ai pas ressenti le besoin de continuer le catéchisme.. 

Bonsoir,

Si ça l'est malheureusement …

60% de musulmans ont un rapport distancié voire inexistant avec la pratique religieuse. Le Ratio tombe aux environs de 20% pour ceux qui vont une fois par an à la mosquée (ce qui veut dire que 10% voire moins pratiquent régulièrement la prière en mosquée). Si vous ajoutez la probabilité que 50% de ces derniers n'ont pas d'enfants, votre interrogation devient inévitablement caricaturale.

Par ailleurs votre exemple confirme mon point de vue, le catéchisme jusqu'à 10 ans ne vous a pas empêché d'être ce que vous êtes aujourd'hui ! pourquoi en serait il autrement pour un gamin musulman ?

pourquoi en serait il autrement pour un gamin musulman ? 

Vous n'en avait vraiment aucun idee, car je peux vous aider a l'expliquer.

La manière dont les familles gèrent la liberté de leur enfant par rapport à la religion dépend un peu de la religion et beaucoup des parents. Légalement, ce sont bien les parents qui décident, avec évidemment la limite de la maltraitance. Cette limite ne dépend pas de nos appréciations, aussi justes soient-elles, mais de la loi, qui définit les droits de l'enfant.  


Toute intervention extérieure visant (formellement) à faire respecter la liberté de l'enfant aboutit le plus souvent à le prendre en tenaille entre la loyauté qu'il pense devoir à ses parents et ses velléités d'indépendance. 


Poil de carotte engueule la vieille qui a repéré la maltraitance dont il est l'objet et prend instantanément le parti de ses parents. La jeune fille expulsée avec sa famille à qui Hollande avait proposé de revenir seule en France a bien entendu décliné l'offre. 


En ce domaine, on n'a pas le droit à l'erreur, ni à l'approximation.  

J'ajoute que si, comme je le disais, "pour ce qui est du judaïsme et du christianisme, les peines encourues pour apostasie sont moins radicales et relèvent de la peine "spirituelle" ", il faut aussi reconnaitre qu'il s'agit là d'une modération historiquement assez récente de ces religions... et que cette modération n'est pas forcément vraie partout en termes géographiques.

Il suffit par exemple de remonter au XVIIIème siècle en France pour trouver des exemples d’exécution sanctionnée par la loi et l'état pour des crimes d'apostasie ou de blasphème.

Et cette modération a été obtenue après un long combat sociétal contre l'hégémonie religieuse, pas par une évolution interne de telle ou telle religion.

Bref... la liberté de conscience en environnement initialement judéo-chrétien a été obtenue de haute lutte... et il fut bien reconnaître que parfois cette lutte continue ou doit être renouvelée... parce que les religions ne lâchent jamais rien d'elles-mêmes et reviennent toujours à la charge.

C'est toujours drôle quand l'anti religiosité s'érige en Religion...

Vous construisez l'histoire comme s'il s'agissait d'un combat contre la Religion.

Si vous avez la chance de comprendre aujourd'hui ce qui est mal et ce qu'il ne l'est pas, c'est justement parce que vous savez lire et écrire et que vous pouvez en 2020 penser que la Religion est néfaste et inutile. Cependant si vous vous intéressiez de manière plus neutre à l'histoire de la Religion, cette dernière a été l'un des plus importants vecteurs d'alphabétisation dans le monde et qu'elle a permis à terme aux gens de s'en affranchir pour comprendre comme vous le dites à juste titre qu'est ce qui est bien et qu'est ce qui est mal.

Finalement nous sommes d'accord sur le fond à l'exception que j'essaie de comprendre pourquoi diable tant de milliards de personnes s'entêtent à croire en quelque chose d'invisible sans penser qu'ils sont tous lobotomisés...

L'écriture n'a pas été inventé par une religion. C'est tout simplement factuel.


"Finalement nous sommes d'accord sur le fond à l'exception que j'essaie de comprendre pourquoi diable tant de milliards de personnes s'entêtent à croire en quelque chose d'invisible sans penser qu'ils sont tous lobotomisés... "

La réponse n'est certes pas simple. Mais voilà une des composantes de ce problème : toutes les religions s'en prennent aux enfants pour leur enfoncer dans la tête leurs dogmes à un moment de la vie où justement ils/elles sont les plus durablement influençables en faisant donc fi de leur liberté de conscience. CQFD.

Après effectivement il y a d'autres raisons, je n'ai jamais dit le contraire. Mais une fois que vous avez bien bourré le mou de quelqu'un avec des dogmes pendant des années, sans jamais inviter la contradiction, en interdisant même la contradiction sous peine de mort figurée ou réelle, alors vous avez fait au moins la moitié du boulot pour vous assurer que les gens vont continuer à croire mais si c'est absurde ("je crois parce que c'est absurde" selon Tertullien... on mesure ici le niveau du délire...).

Je corrige : ... continuer à croire MËME si c'est absurde

Il faut vraiment lire ce que je vous écrit Frédéri.

Je n'ai jamais écrit que l'écriture a été inventée par la Religion mais a été un vecteur car obligeant les fidèles à l'intégrer et la formaliser

Merci de votre vigilance ;)

Prenons un exemple précis pour mettre un terme à vos illusions : jusqu'à très récemment, pour ce qui est de la religion chrétienne dans sa version catholique, celle-ci se satisfaisait parfaitement de illettrisme de ses fidèles. Le livre saint était rédigé dans une langue que le commun ne maitrisait pas et les rituels étaient menés dans cette même langue. Ce n'est que parce que la religion chrétienne catholique a été confrontée au schisme de la religion protestante (quie lle effectivement, parce qu'elle prône de manière générale une relation plus directe entre le fidèle et Dieu à travers notamment les textes saints) qu'il a fallu changer son fusil d'épaule. D'autant plus que l'imprimerie de Gutenberg permettait de diffuser les textes, notamment religieux (la bible... première œuvre imprimée) plus largement.

Quelque part ce n'est que contrainte et forcée (pour la catholique) ou par choix délibéré mais orienté (pour la protestante, pour permettre à ses fidèles de lire les textes et avoir une relation directe avec eux mais sans vraiment faire la promotion de la lecture en soi... il y a eu des autodafés pratiqués par les protestants aussi...) que ces deux religions en sont venues... tardivement... à promouvoir l'éducation et l'apprentissage de la lecture de manière plus large dans la société.

Une fois ce changement fait, elles ont effectivement préempté le domaine éducatif... de manière à le contrôler strictement (vous voyez on y revient : le contrôle et l'endoctrinement des enfants). Et il a fallu de longues décennies de combat pour leur arracher cette prérogative dont elles abusaient.

Voilà... ça c'est une résumé (très succint je le concède) de la relation entre la religion chrétienne dans ses variantes catholiques et protestantes et de l'éducation/l'apprentissage de l'écriture pour les masses ; un résumé qui n'est pas une histoire de bisounours mais une histoire d'intérêtys bien compris et de leviers de pouvoir et de contrôle pour ces deux religions.

"Ce n'est que parce que la religion chrétienne catholique a été confrontée au schisme de la religion protestante (quie lle effectivement, parce qu'elle prône de manière générale une relation plus directe entre le fidèle et Dieu à travers notamment les textes saints) qu'il a fallu changer son fusil d'épaule. "

Non, l'église catholique a eu un reflexe opposé, c'est justement à ce moment qu'est devenu systématique de dire la messe dans une langue que personne ne parle en tournant le dos aux fidèles. Le choix du concile de Trente a été de renforcer la légitilité de l'intermédiation, supprimer les clercs incultes en organisant une puissante formation généralisé, devenir extrèmement rigoureux sur le célibat, là où le Nicolaïsme était fréquent avant. Si la réaction a été celle là c'est que l'une des critiques fondamentales des protestants était la morale des prêtres, avec des caricatures comme Rodrigo Borgia.
Le virage à 180 degrée de Vaticant II date seulement de la seconde moitiée du XXème sciècle et n'a vraiment pas grand chose à voir avec le protestantisme face à qui les frontière ne bougeaient plus depuis le XVIIème sciècle et la guerre de 30 ans.

Et Tout celà c'est passé bien après la préemption du domaine éducatif, qui était la règle depuis la chute de Rome et la disparitions des cursus publiques entrainant celle des écoles publiques formant les fonctionnaires.
Et c'est bel et bien dans ce cadre du moyen age où le niveau d'alphabétisation baisse suite à l'éffondrement de l'Etat, qu'on peu dire que Zak a raison. Pour les écoles diocésaines en Europe et leurs équivalents médio-orientales musulmanes. Quand on parle d'une histoire sur deux milénaires, très complexes, vous pouvez parfaitement avoir tous leux deux raisons sur des époques différentes.

Si vous avez l'abonnement à MDP, prenez le temps de lire l'article : il montre que le cas de cette enseignante est probablement un peu plus complexe et que cette dernière sortie n'est qu'une de plus à une liste déjà existante.

@si a tendance à trop compter sur le fait qu'on aille lire tous les liens et ne pas assez détailler dans son propre article. C'est le cas ici, l'article d'@si seul ne suffit pas à bien comprendre le cas de cette enseignante (reste que je trouve que le name dropping par MDP n'est pas raisonnable vu les précédents récents).

J'ai l'abonnement à Médiapart.

Mais ce n'est pas mon sujet.

Quelque part je ne m'intéresse pas de savoir qui est cette enseignante et si elle est dans une posture... allez on va dire... "islamophobe" (je n'aime pas ce mot, c'est devenu une accusation infamante qu'on assène sans raison pour dénigrer quelqu'un sans vraiment aller chercher à justifier la chose... qui est peut-être justifiable... mais on peut comme ça faire l'économie de justifier quoi que ce soit).

Il se trouve que pour ma part, sur ce point bien particulier uniquement, je suis assez d'accord avec cette enseignante pour dire que : si un enfant est systématiquement considéré comme musulman du moment où il est né si son père l'est et si l'apostasie est sévèrement est punie, surtout si c'est de mort, en islam alors il s'ensuit logiquement qu'on peut dire que l'islam ne reconnait pas de liberté de conscience aux enfants de ses pratiquants (qui eux-mêmes sont des enfants de pratiquants, etc...). On ne peut être libre de faire quelque chose si cette chose est punie. Exemple : je ne suis en France pas libre de tuer quelqu'un, en dehors de situations très particulières comme la légitime défense proportionnée, car la loi (la justice et le simple bon sens aussi) l'interdit et le punit.

Et je mets au défi quiconque de sortir de ce cercle logique. Si les deux conditions au sujet de l'islam sont vraies alors la conséquence est vraie.

Pour l'instant j'ai reçu beaucoup de réponses mais pas une seule ne s'est attaquée à mon raisonnement mais comme je le disais je veux bien reconnaître que ce raisonnement est faux... si on me le démontre logiquement.

Et j'attends toujours qu'on me démontre le contraire de ma généralisation de la question de la liberté de conscience (des enfants) aux autres religions, notamment judéo-chrétienne.

Ceci étant dit, je me garderais cependant d'utiliser les termes de "MST" ou de "RST"... c'est au minimum un peu (et inutilement) agressif.

Je vous confirme que votre raisonnement est biaisé!

Je n'ai ni le temps ni l'envie de vous expliquer si vous ne voyez pas l'intérêt de lire l'article en question avant! c'est même l'essence de ce site, Lire, analyser et se renseigner sur l'information avant de se faire sa propre idée 

Bonne continuation

Ah vous ne me confirmez rien... malheureusement...

J'attends que vous exposiez vos arguments, votre raisonnement, vos preuves, etc...

Vous n'avez ni le temps ni l'envie ? Eh bien... comment dire ? Pourquoi me répondez-vous alors ? Vous croyez donc que je doive ou que quiconque doive accepter tout ce que vous dites comme parole d'évangiles ???

Ne vous inquiétez pas, ça fait de nombreuses années que je lis, analyse et me renseigne sur la religion de manière générale et les religions dans leurs variantes spécifiques. Je trouve d'ailleurs assez cavalier de votre part que vous vous permettiez de suggérer, sans aucune preuve bien entendu mais ça on commence à en avoir l'habitude maintenant, que je parle sans avoir réfléchi.

Bref... vous n'avez rien à opposer à mes arguments et à la logique que j'expose et vous essayez de vous en tirer par une pirouette et en me dénigrant.

Comment dire ? C'est lamentable, pathétique et pitoyable.

Conseil pour conseil : quand on n'a rien à dire comme vous, on prend le parti de se taire ; ça évite de passer pour un imbécile.

Et bonjour chez vous.

Ah oui je n'ai jamais dit ne pas avoir lu l'article (encore un présupposé imbécile de votre part)... juste que ce n'est pas la question que je veux traiter parce que le cas de cette enseignante m'importe moyennement en lui-même.

Si vous voulez tout savoir, je pense qu'elle a au moins manqué de...tact et qu'on peut effectivement raisonnablement avoir des doutes et émettre des critiques sur ses motivations profondes.

Je veux juste dire que je ne pense pas qu'on puisse appliquer ici un raisonnement philosophique car ce que MDP dessine dans son article est plus une obsession qu'une réflexion. Même si dans son obsession elle disait quelque chose de juste, ça ne me semble pas être le sujet.


Cela étant dit, je trouve que le titre de l'article de MDP est malvenu et contribue à cristalliser l'opinion plutôt que d'informer. Il y a un vrai problème avec les médias, qui jouent avec le feu à ce niveau à des fins mercantiles, même à gauche.

sans oublier les Mormons qui baptisent les morts !

Je vais simplement partir de vos prémices :

"est-il exact que, si ce n'est dans les dogmes de l'islam au moins dans les législations appliquées au nom de l'islam"

"les dogmes de l'Islam" en général et "au moins dans les législations appliquées au nom de l'Islam" ne peuvent être établis comme des équivalence, tout siplement parce que des courants complèts de l'Islam, plutôt répendus en Europe, serait réprimé dans ces pays. Quansd on parle du catholisisme, on parle du catolisisme, quand on parle du calvinisme, on parle du calvinisme, mais tous les points doctrinaux doivent être vérifié avant de savoir si on peu parler des orthodoxes, des évangélistes pentecôtistes ou des Quakers. Sinon c'est un peu comme de ratacher le Goulag aux athées dans leur globalité.

Il y a un certain nombre de choses qui font quand même consensus : le Coran, les hadiths et, largement moins en effet, la charia.


Mais vous évitez consciencieusement de répondre à mes questions (mais je ne vous en veux pas... personne ne s'est aventuré à me répondre et a fortiori à me contredire si ce n'est, comme vous, en n'adressant pas les questions elles-mêmes et en faisant des l'apologisme) :

- est-ce que, de manière générale l'islam ou au moins de manière majoritaire les musulmans considère(nt) de les enfants sont par définition musulmans du moment que le père est musulman ?

- est-ce que, de manière générale l'islam ou au moins de manière majoritaire les musulmans considére(nt) que l'apostasie est un crime qui doit être réprimé et puni lourdement, parfois même par la mort ?


Merci de répondre de manière claire, non équivoque, sans détourner la conversation et sans vous lancer dans des considérations générales invérifiables et souvent en contradiction avec la réalité (notamment quand au contenu du Coran (certes parfois un peu contradictoire), des hadiths (certes sujet à interprétation mais il y a quand même des constanttes) et surtout des législations des pays que l'on peut qualifier de musulmanse et qui affirment que ces législations sont bonnes parce que basées sur les textes saints musulmans).

"Il y a un certain nombre de choses qui font quand même consensus : le Coran, les hadiths"

Le Coran dit tout et son contraire emballé dans une prose poétique. Et tous les courants, même les plus radicaux, sont interprétatif, comme le montre le fait que les clubs d'équitations et de tir à l'arc ne soient pas pleins de petits musulmans.

Pour les hadith, non, ils ne font pas consensus, les théologiens se battent pour savoir si un texte doit être mis dans les "peu sure" ou dans les "certains"

"Mais vous évitez consciencieusement de répondre à mes questions"

Toutes vos questions partent de l'idée quze l'on peu vous faire une réponse univoque, à partir du moment où je d'émontre que ce n'est pas possible, il n'est pas possible non plus de répondre correctement à vos réponses. Je vais donc vous proposer de simples pistes qui ne concernent que notre société.

"est-ce que, de manière générale l'islam ou au moins de manière majoritaire"
De manière générale ça n'a pas de sens, et accepter qu'une majorité fasse une régle immuable c'est interdire d'office toute évolution, ce qui est très con quand on sait que la majorité des catholiques français sont tout à fait d'accord avec la loi sur le mariage pour tous.

"les musulmans considère(nt) de les enfants sont par définition musulmans du moment que le père est musulman ?"
Tous ce qu'on peu dire c'est qu'en 2010, 47 pourcent des musulmans français n'avaient aucuns problème avec l'idée d'un mariage avec une personne non musulmane sans qu'il y ait une question de convertion, ce qui veux dire quelque chose sur leur acceptation du statut de l'enfant. Bien évidement ce pourcentage est en augmentation constante.

"les musulmans considére(nt) que l'apostasie est un crime qui doit être réprimé et puni lourdement, parfois même par la mort ?"
D'après un sondage Ifop de septembre, 27 pourcents des musulmans français serait favorable à la charia, toute les versions de charia ne proposant pas du tout la peine de mort pour apostasie. Tout ceux qui ne demandent pas de charia acceptent forcément que l'apostasie ne soit pas réprimé, 70 pourcents sont des partisants fermes de la laïcité.

"Le Coran dit tout et son contraire emballé dans une prose poétique.  "


le Coran et sa fameuse recette de coucous ( en prose rimée s'il vous plait ) avec carottes dans la sourate 116 et sans carottes à la sourate 131....

Pas une seule discussion non plus du programme d'éducation civique et particulièrement du chapitre sur la liberté d'expression, pourtant très problématique.

Une remarque, concernant  Rokhaya Diallo, militante antiraciste et féministe, 

sur son compte Twitter elle écrit ceci:


"..Fascinantes ces accusations «d’américaniser» le débat, comme si le racisme nous était étranger. La France figure parmi les principaux artisans de l’esclavage et de la colonisation. Gobineau qui a théorisé les inégalités raciales était français. Pas besoin de regarder les US.

 


Marc Ferro,  est historien français , codirecteur des  Annales et directeur d'Études à  l'EHSS, réalisateur de nombreuses émissions d'émissions sur Arte écrivait  à propos d'un livre de classe de quatrième utilisé en Afrique francophone :


 « La main a tremblé, une fois de plus, dès qu'il s'agit d'évoquer les crimes commis par les Arabes [...] alors que l'inventaire des crimes commis par les Européens occupe, pour sa part, et à juste titre, des pages entières .

Par leur ampleur et leur durée - du VIIe au XXe siècle -, les « traites orientales » organisées par les négriers musulmans constituent sans doute, d'un point de vue quantitatif, la plus importante des trois traites négrières de l'histoire..Ces traites sont mal connues et difficiles à chiffrer mais selon l'historien américain Ralph Austen2, le meilleur spécialiste de la question, 17 millions de personnes auraient été déportées par les négriers* musulmans entre 650 et 1920.. »


Donc, Madame Diallo peut revisiter l'histoire.


Ceci est le premier point. pour le contenu du billet de DS, l'effroi sur l'assassinat de SAMUEL PATY perdure, légitimement

L'effroi devant la  bêtise  des soutiens à l'assassin de S.P.  par quelques sots,   perdure.


Le journal Le Monde joue au billard à bande. Le féminisme le plus absurde y est valorisé, cité, défendu. Et dans dans d'autres domaines, ce n'est plus un journal de référence depuis longtemps , c'est un foutoir de référence.


On ne peut, au nom de ce qu'on veut, on ne peut pas, à aucun moment, par n'importe quel temps , en voiture, à cheval ou à pieds, jamais de jamais,  apporter un quelconque soutien à l'assassin de ce professeur. A l'extrême rigueur réfléchir au destin des humains..et de l'humanité..mais là.......................................j'ai mal à ma tête.

Macron à chopé La Covid !

Pour la prof de fac, votre polémique viendrait surtout d'autre chose : du fait qu'elles a reçu des menaces de morts sur les réseaux sociaux (et serait "sous protection policière" dit Le Point, mais aucun autre article pour recouper cette info pour l'instant, donc prudence)...


Pour le coup, le choix douteux de Mediapart ici pourrait causer pas mal de soucis, ils sont pas très différents du crétin ayant donné l'adresse de Paty.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Normal de placer les valeurs religieuses au dessus, au delà , au ciel, ailleurs ... peut-être ?   si l'on a besoin de cette hypothèse 


Les valeurs humaines sont sur terre, dans la vraie vie.


Je crains, contre l'avis de ce branque de Malraux ( dixit Brassens ) que si le XXI e siécle est religieux,;  " il  ne sera pas ", ou il finira dans le feu très " humain ".


Soyons athées, mes frères  et mes soeurs, gràce à Dieu .

D'auatres pourraient être plus inflammables 


Ce "a" en trop, quel naufrage ! :-)

A votre liste de polémiques non éclatées, j'en ajouterais une. Il me semble avoir entendu le président Egyptien Al Sissi, sur une tribune aux côté d'E. Macron, prononcer à peu près : "Les valeurs religieuses se placent au-dessus des valeurs humaines". Sans que ça ne déclenche - ou très peu - de réactions. Là aussi, il faut attribuer cela à la proximité de Noël ? Ou au grand retour en tête de gondole des fameuses "valeurs religieuses sacrées" ? Personnellement, je n'arrive pas à ne pas me sentir inquiet de voir comment les religions parviennent à restreindre la liberté d'expression... au nom d'un sacré, d'un divin, qui ne ressort portant que de croyances personnelles.

moi ca me choque que Mediapart ai donné l'identité de l'enseignante.  Je regrette donc pas de m'en etre désabonné apres qu'ils aient appelé a voter macron. 


D'autant que les propos de l'enseignante ne me choquent pas. Je ne suis ni facho, ni de droite et je vote FI

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.