124
Commentaires

Ruffin écrivain : "j'ai conscience d'être nettement supérieur à Macron !"

Ni tout à fait un tract, ni tout à fait un reportage, ni tout à fait une confession mais un peu de tout cela à la fois. Le livre de François Ruffin "Ce pays que tu ne connais pas" est un ovni éditorial, un peu comme son auteur est un ovni politique. Quelques passages de cet ovni éditorial ont suscité des commentaires assez violents. Pour essayer de démêler dans ses écrits et dans ses discours la part de sincérité, la part de posture, la part de discipline et la part d'insoumission, Ruffin est l'invité de notre émission aux côtés de notre nouvelle chroniqueuse, Laélia Véron, linguiste, qui décortique ligne à ligne le livre de Ruffin.

Commentaires préférés des abonnés

Je ne sais pas si c'est le bonhomme, le sujet ou la composition du plateau mais put** ça fait du bien d'entendre des discours clairs, de l'analyse et de voir des sourires. 

Une émission que j'ai regardé avec un plaisir totalement assumé ! 

Me(...)

Ruffin n'a aucun mal à être supérieur à Macron sur le plan littéraire et surtout artistique, évidemment.

Emission typique d'ASI, vraiment, où les intervenants s'écoutent et se respectent, dans un débat à bâtons rompus (grande tradition) et dans une am(...)

Approuvé 21 fois

C’est une impression que je ne partage pas. Le débat de cette émission concernait Ruffin et son livre sur Macron. Il était intéressant de connaître les soubassements des idées qui ont conduit à ce livre. D’autant que, depuis la parution de ce livre, (...)

Derniers commentaires

SupeR U  F F I N !

J'ai acheté 2 exemplaires de son bouquin

- et japrès lecture; je prête autour de moi ...

Je suis partagé. D'un coté, il faut défendre Ruffin contre les médias traditionnelles, mais en même temps arrêt sur image est censé être "critique". J'ai envie de dire, quand on s'abonne à arrêt sur image, on est de gauche, donc il n'y a pas nécessairement besoin de faire un éloge de Ruffin pendant 1h25.
Au final il n'y a que le montage en début d'émission qui était pertinent je trouve. Sur le passage avec "Marie", personne fait le rapprochement avec la vierge (donc diabolisation de macron), et avec l'amputation de Marianne (et donc de la république). Je vais peut-être trop loin de le symbolisme mais ça me parait cohérent (et plus pertinent que "on connait tous une marie").
Et je terminerais par : je crois en la sincérité de Ruffin, mais sa mise en scène permanente le dessert plus qu'autre chose car ça transforme sa sincérité en posture. Y'a pas besoin d'en faire des caisses, laisse ça à mélenchon l'européïste franc-maçon (si justement tu veux garder ta place comme tu le prétends).

J'ai regardé le début, mais je dois dire que j'ai décroché rapidement quand ont commencé les petites batailles pour savoir si l' "inkipite" de l'un était mieux écrit que l' "inkipite" de l'autre (OK, au moins, j'aurais appris la prononciation d'incipit, c'est déjà ça). Ca faisait un peu trop auto-congratulation à mon goût, mais bon, peut-être que la fin de l'émission était mieux...

François on t aime! Je rentre du Guatemala (absent depuis janvier) et me plonge direct sur l’émission car pendant mon absence la nourriture des idées fut rare, sans prendre gard je me suis dévitalisé. 

Alors quel délice que de retrouver et d assister à ces échanges, quelle fraîcheur qu"arrêt sur image", quelle chance d avoir la possibilité d entendre en dehors de la potion médiatique stéréotypé et normé une parole  différente incarnée humaine faible et forte à la fois . Et le François avec sa démarche de reporter nous propose sans complexe un monde à penser autrement; solidaire fraternel. Ouf! Arrêt sur image existe encore je vais mieux merci

Emission géniale ! Laélia Véron est d'une intelligence du texte et d'une clarté dans ses explications qui donnent vraiment plaisir à l'écouter. On peut vraiment deux grandes cultures de l'histoire sociale de la France se rencontrer et échange sur un héritage plus ou moins assumé.
EN revanche je reste quand même déçu de la réaction de Ruffin complètement en accord avec cette représentation du "peuple" dans l'extrait des Tuches. Je pensais qu'il allait quand même réagir sur l'aspect caricatural, c'est dommage. Suis-je le seul qui sois gêné que au fil du temps la figure d'une personne n'appartenant pas à la classe CSP+ soit réprésentée de cette manière là ? Je n'appartiens pas à cette caste, je connais peu de personnes de cette caste et ne connaît personne qui puissent se rapprocher des traits que l'on exagère dans ces films. Mais ce n'est que mon avis personnel. 

sur sa prétention à l'écriture... ben ma foi c'est au lecteur d'en juger - je ne pense pas que ce soit pour ses qualités d'écrivain ou de cinéaste que les gens le lisent ou voient (quand à Macron je trouve plus cruellement exact la formule de Todd qui le qualifie de puceau de la pensée) - sur son rôle à l'assemblée c'est ce qu'on peut lui reprocher, il se sert de l'assemblée comme tribune et choque et provoque la majorité au lieu d'essayer (le fait est que ce n'est pas facile) de débattre (et les communistes par exemple arrivent de temps en temps à infléchir même de façon infime les votes alors que les insoumis non) - il n'a pas été élu pour faire du buzz - à vrai dire il s'améliore un peu et parle généralement du sujet au lieu de venir délivrer son éditorial, par contre une fois dit il repart et on lui répond éventuellement en son absence ce qui est une conception particulière du débat - l'est meilleur en commission parce que les allers et retours sont physiquement plus difficiles

Une discussion passionnante avec des intervenants tres perspicaces sur le fond.


 Laélia Véron est d'une redoutable efficacité dans sa connaissance de la pensée de Ruffin et tres perspicace pour mettre le doigt sur ce qui pourrait être des petites failles. Sur la forme, c'est beau la façon dont elle le dévore des yeux.

Emission passionante, comme toujours, merci ! Seul bémol, que vous jouiez le jeu du lynchage de Chouard. Rectification, Chouard a bien démenti ses relations avec Soral et a reconnu que cela avait été une erreur, qu'il exécrait nombres de ses positions. Pour rappel voici le lien : https://www.youtube.com/watch?v=VdyMcDKVs98 . Merci par avance donc de cesser ce jeu de la condamnation systématique sans approfondissement que joue l'ensemble des médias concernant Chouard. Si je me suis abonnée à votre chaîne, c'est justement pour y entendre un discours plus éclairé. Voici un autre lien d'une interview de François Begaudeau qui défend Chouard face au traitement qu'il subit dans les médias et auquel vous participez, il s'exprime bien mieux que moi et on ne pourra pas reprocher à Begaudeau de ne pas avoir une pensée construite : https://www.youtube.com/watch?v=YcWsaNtRHXk&t=1362s

Ce traitement médiatique de Chouard qui défend depuis tellement d'année le développement des pratiques démocratiques, ne serait-il pas un sujet passionnant d'émission pour arrêt sur image ?

Bonsoir,

J'aimerais que vous alliez dans plus d'explication sur vos positions sur Etienne Chouard, vous affirmez qu'Etienne chouard n'a pas renié ses affinités avec Soral or j'ai bien lu et entendu le contraire chez Chouard. ( c'est d'ailleurs à arrêt sur images que j'ai vu il y a longtemps des émissions passionnantes sur et avec Etienne Chouard) Je veux bien entendre qu'en suivant ses recherches à un moment Chouard a peut-être lu Soral en glissant sur ce qu'était ces idées au fond, j'ai un ami très respectable à qui il est arrivé la même chose en écoutant soral à la radio. La différence entre cet ami et Chouard, c'est que ce dernier cherche et réfléchit plus que cet ami, plus que moi bref, qu'il s'est mobilisé pour faire avancer une réflexion assez peu développée, donc cette sorte de persona non grata que vous semblez aussi relayée m'interroge beaucoup....


En l'absence de toute objectivité, d'avis contraires, je ne sais pas , ça tombe dans l'hagiographie, surtout devant un invité  qui se prend pour V Hugo.


Eh, bien il n'est pas V. Hugo. On a les hommes politiques qu'on mérite, et les "écrivains" ...


Peut-être qu'avec les vacances les contradicteurs manquent, justement Pierre Birnbaum en aurait fait un bon contradicteur,  comme ASI n'a fait que  de la pub pour son livre, Pierre étant aussi sans contradicteur et  en plus il a critiqué la "haine du peuple " que  Ruffin a transmis et non le haine de Ruffin pour Macron... et en plus Ruffin aurait fait un bon contradicteur de Pierre. Enfin, avec des si ...


Les 3 dernières émissions sont  presque toutes à jeter , celle-ci pâtit des médiocrités des 2 dernières surtout.


Léia se comporte comme une groupie, se contentant de peu, et DS de tutoyer, ou d'éviter le tutoiement.


Bon, c'est vrai que celle-ci est un chouia meilleure que les les 2 dernières, et que les autres avant étaient toutes très bien.


Relâchement ...


RUffin m'ennuie , son discours moralisateur masque aussi des difficultés à saisir la globalité des problèmes .Il est l’œil qui est dans la tombe de macron et qui le regarde ; fatalement inintéressant sur des questions politiques. La m orale c'est ce qui est nécessaire afin d'amortir les effets néfastes d'e choix économiques. Le premier levier de la politique c'est la question des choix des alliances des opportunités pour un pays et ce qui reste plus grand que lui la question du climat . Son discours date 

Trop drôle cette comparaison avec De Gaulle ou Mitterrand !!! Ruffin en rougit de fierté. Allons Daniel, reste sérieux un moment !

Ça me turlupine un peu, ce consensus sur "pas le physique". 

C'est comme le "restons polis", qui monte en épingle la forme pour mieux ignorer le fond, et l'affect. 


Pourquoi, "pas le physique" ??? Comme Camus (à quarante ans passés, l'âge de Macron) le fait dire à Clamence dans "La chute": "Hélas ! après un certain âge, tout homme est responsable de son visage."


On attend — il me semble — d'un type qui prétend à la responsabilité de l'état qu'il soit un brin responsable de son apparence, de ce qu'elle exprime. À défaut de se l'être entièrement fabriquée (quoi que, lorsqu'on se donne pour un "self made men"...) on attend de lui qu'il l'assume, pleinement. 

Et ça n'est pas "honteux" de dire que cette apparence véhicule l'appartenance à une bourgeoisie aisée, la soumission aussi aux codes non seulement vestimentaires et "cosmétiques", mais d'attitudes, de mimiques, de gestuelle d'une certaine classe sociale. 

Ils se sont assez mis en scène, les Macron, en parangons de l'aisance, de la décontraction suffisante de ceux qui ne s'esquintent pas le dos à des besognes répétitives, de ceux qui sourient de toutes leurs dents, de ceux qui ne font pas de mauvaise graisse avec de mauvaises pizzas, de ceux qu'aucune "haine" ne vient durcir les traits... 


Moi, je les regarde, les politiques, parfois je coupe le son pour mieux les voir. Et vrai, quand tu as vu, vraiment vu Le Pen de dos, les fesses serrées que tu mettrais un noyau d'olive il en sortirait de l'huile, la nuque bovine, le buste verrouillé dans un perpétuel combat, t'as pas du tout envie de voter pour lui. Quand tu vois Sarko, secoué de grimaces, comme si chaque parole prononcée était un crapaud empoisonné prêt à bondir sur son interlocuteur, t'es pas mécontent d'avoir coupé le son. 


Quoi, "pas le physique" ? Pourquoi pas "pas le caractère", tant qu'on y est ? Dans le débat d'idées, ok, on évite l'argumentation ad hominem. Mais lorsqu'il s'agit d'embaucher un représentant, c'est la personne tout entière qui est en cause.



Je viens tout juste de m'abonner. C'est bête mais je voulais voir cette vidéo et je me suis dit que j'allais prendre l'abonnement, parce que je sais que vous en valez le coup. Et bien, tout en corrigeant des copies (oui je cliché), j'étais bien content de vous écouter.

Dans une vidéo récente, Ruffin défend la culture de la betterave sucrière et s'inquiète du risque de fermetures d'usines pour cause de surproduction ayant généré une chute des prix du sucre .


Des milliers de planteurs sont concernés et des emplois risquent de disparaître , la faute déclare-t-il à la dérégulation du marché .



D'un autre côté,en Janvier,  Ruffin a signé  proposition de loi visant à protéger la population des dangers de la malbouffe initiée par Loïc Prud'homme .



Dans cette proposition, il était question de diminuer notamment  la quantité de  sucre dans les aliments transformés .


C'est-à-dire de diminuer  la quantité de sucre achetée par l'industrie agro alimentaire  et donc  d'accroître le risque de surproduction  de la betterave sucrière ....


Je ne sais pas si l’intéressé est "génial", il n'est pas modeste je le savais déjà à l'écoute autrefois de LBSJS mais il représente bien à mon avis le niveau du profond malaise social actuel. 

La linguiste est bien à sa place et Daniel aussi.


Bref : Instructif!

ASI et FR, deux bulles d'air pétillantes dans un monde de bulles financières, médiatiques, politiques, carboniques, conneriques...


Deux commentaires sur l'actualité et notamment deux articles du huffpost:


Le premier, je trouve dommage que FR relativise les affrontements de l'assemblée en plaçant une bonne blague. Quand FR a demandé en commission s'il devait taper sur l'épaule de chaque député LREM, lorsqu'il tentait de terminer son propos sans succès, Olivia Grégoire répondant "tant que c'est sur l'épaule", bah moi je trouve le sous-entendu abject et tellement suffisant, ça ne me fait pas sourire du tout.


Le second, accusation incroyable mais ordinaire. Le Huffpost commence son article en affirmant que c'est FR qui attaque Delphine O: Dans sa démonstration, le réalisateur de "Merci Patron" fait les comptes et compare sa situation personnelle à celle d'autres parlementaires, dont la marcheuse Delhine O, qu'il accuse de ne pas assez travailler à l'Assemblée nationale. "Je pense que je peux être absent pendant les trois années supplémentaires, et Delphine O n'arrivera même pas à arriver à la moitié de mes interventions ou de mes questions écrites", plaisante l'élu Picard. 

Sauf que ce dernier ne fait que se défendre, d'une façon qu'il avoue lui-même démagogique (dans sa démonstration, il affirme "tant qu'à être démago" en renvoyant les LREM à leur propos), en proportion de l'accusation initiale de "député fantôme" payé "aux frais de la princesse". Enfin, ça n'est qu'un détail, n'est-ce pas ? Le point principal, c'est que FR est accusé de racisme "ordinaire", "abject" par la classe LREM, avec utilisation du vocabulaire habituel dans ce genre de posture purement politique, il ne faut pas s'y méprendre.

Ce que j'aimerais, c'est que l'arroseur soit arrosé. Car ce que moi je vois, c'est le racisme ordinaires des LREM. FR dit ne même pas être le chinois de l'assemblée, il fait référence aussi à d'autres pays que la Chine, de mémoire la Roumanie, la Bulgarie, le Bangladesh, tous pays dans lesquels les salaires ne sont pas vraiment élevés. Et je rappelle aux députés LREM que ces pays sont les mêmes qui produisent la majorité des biens que nous consommons, et que leurs i-phones sont fabriqués par des chinois qui travaillent dans des conditions dont je doute que ces députés les accepteraient pour eux-mêmes. Penser que quand FR fait référence au "chinois", il fait référence à la "race" et pas à la nationalité, ça c'est du racisme.



Question bête,

qu'est ce qui justifie l'invitation sur le plateau d'ASI, (une émission de critique des médias) d'un député en promotion de son livre. Ledit député a porte ouverte, quand il le souhaite, dans l'intégralité des médias matin-midi-soir.

Ajoutons que le plateau n'est - c'est un euphémisme - pas très contradictoire.

Je n'ai aucun problème avec les journalistes assumant leurs opinions personnelles (cela permet souvent d'ajouter un prisme de profondeur à leurs analyses)

Allez vous également inviter Alain Minc sur un plateau plein de journalistes de BFM Business à la sortie de son prochain livre ?


excellente émission comme d'habitude. Un petit agacement de détail toutefois: qu'est-ce que c'est que ce snobisme de prononcer incipit  "inkipit"?

La question qui nous brûle tous les lèvres : "FR se présentera-t-il aux présidentielles ?" ..........OK , je sors (n'est pas pujadas qui veut).

Parlons vrai d'accord, mais parlons juste ! Alors ma ruffinade du soir consiste à dénoncer le barbare "inkipit" tartiné par Madame Laélia. On dit ɛ̃.si.pit, madame Laélia, sinon on commenke vraiment à désonner !

Parfaitement d'accord. Je parie qu'elle est persuadée qu'un livre se termine par un "excipit",  (sûrement prononcé "exkipit" terme tout aussi barbare inventé par des linguistes un peu cuistres qui ignorent tout de l'origine de ces termes. Ce sera mon explicit.

Personne n'oblige ces gens à parler latin, mais quitte à le faire, autant le faire correctement.

Sur le fond, c'est autre chose.

Voilà déjà un moment que les latinistes du monde entier se sont entendus sur la prononciation du latin. Et, ne vous en déplaise, ils sont arrivés à la conclusion que les Romains réalisaient phonétiquement "c" en [k]. Il n'est cependant pas interdit de perséverer dans le latin de cuisine, déformé par le temps et les caractéristiques propres au français. Car nous avons l'oreille ainsi formée, ne serait-ce que par Astérix : "Petibonum" prononcé comme le font les latinistes depuis au moins les années 1970 perd de sa saveur.

Il n'est pas pour autant nécessaire d'accuser ceux qui n'ont pas vos usages (en voie de disparition) de mal parler ou d'être cuistres.

Pour ma part, on m'a appris [inkipit] et je ne l'ai jamais entendu autrement dans toute ma scolarité. M'en tiendrez-vous rigueur ?

Que de passionnantes querelles de clocher ! J'apprends que les disputes d'ordre phonologiques et phonétiques ont perduré à ce sujet tout au long du siècle précédent en France, et semblent avoir été tranchées par Jules Marouzeau, feu professeur de latin en Sorbonne. Ainsi, en tant qu'italophone qui l'entend là bas plutôt qu'ici, me voici réduit à n'être qu'un pratiquant du latin écclésiastique, moi qui suis réfractaire aux plaisirs de la chaire. "Consolatio mihi", car il s'agirait d'une prononciation qui, si elle "ne correspond nullement à la réalité, est peut-être une réminiscence de l’opinion d’Érasme qui dans le de recta latini graecique pronuntiatione (1528) ne dit pas que la prononciation italienne est la meilleure, mais qu’elle est moins dégradée qu’ailleurs". Tout est sur le ouaibe, passionnément détaillé et documenté. D'ici là, "Pacem in terris" mes frères et soeurs de bonne volonté lexicale, et grâce soit rendue à la "prononciation restituée" utilisée par Laélia, qui s'est imposée en pays de France.

Delenda Carthago.

Bonjour à tous les combattants de la phonétique...


...Il n'en reste pas moins que "Incipit" n'est pas une locution latine telle que nous la trouvions jadis dans les pages roses du Larousse...  et que nous utilisons en lui conservant son extra-territorialité linguistique, y compris par une accentuation typographique dans nos écrits....


...mais un mot français, 

- certes français d'origine latine, donc étrangère (encore que le caractère étranger de la langue latine puisse se discuter, ne sommes nous pas tous romains, par Toutatis), comme j'imagine l'essentiel des mots que  nous utilisons dans notre langue... 


... Et français depuis de très nombreuses générations. 


Je n'ai pas pour habitude de demander aux personnes que je rencontre et avec qui j'ouvre une discussion leurs quartiers de francitude...  (je hais cette expression odieuse de "français d'origine étrangère" que l'on entend ou lit trop souvent)... pas plus que je ne leur demande leur carte d'identité pour vérifier leur nationalité. 

Je n'ai donc pas très envie de commencer à demander aux mots leurs origines avant de pouvoir les utiliser. Je les découvre, je jouis de leur sonorité, je m'emplis des subtilités qu'ils véhiculent et je les utilise dès que possible sans pédanterie ni affectation.


Je me réserve donc le droit de le prononcer à la française, "insipit". Mais ne je couperai jamais la langue ni même seulement la parole aux tenants de "inkipit". 


Il y a sans doute, en ces temps difficiles que nous vivons, des combats plus essentiels et plus utiles à mener.


Vale !


jhbf



Moi aussi, dans tous mes cours de littérature, je l'ai toujours entendu prononcer avec un "k".

Bonjour, je sors de cette émission avec l'impression que vous vous êtes laissé(es) aller à servir la soupe à un jeune responsable politique dont la soif de reconnaissance et l'ego n'ont rien à envier à ceux d'un Sarkozy ou d'un Macron. Pourquoi servir la soupe ? Pourquoi vous qui êtes d'habitude (collectivement) joliment critique, y compris vis à vis de vous même ? Pourquoi pas un mot sur la vidéo de promotion du bouquin dont Quotidien a dégonflé les rodomontades et les mensonges dignes des plus vils spécialistes de propagande ? Quotidien ment-il ? C'est possible, alors dites-le nous ! 

Le tout co-animé par une jeune femme qui soutient sérieusement avoir été persécutée par des normaliens qui regrettent l'époque où l'école était non-mixte. Qui peut la croire ? N'aurait-elle pas mal pris une (certes très) mauvaise  blague ? Il est vrai que le sens de l'humour n'a pas l'air d'être son fort. Après tout, elle est linguiste, pas humoriste.

Un détail encore, pourquoi tout passer au filtre des analyses linguistiques sans jamais faire référence aux effets de style ? Bref pour moi une émission contre-exemple, digne du Média au pire de sa forme. J'imagine qu'il n'y a que ceux qui ne font pas d'émissions qui ne se trompent jamais.

très fidèlement et très amicalement

JL

Je suis en train de lire le livre de François Ruffin… et je n'ai pas pu m'empêcher de regarder l'émission. Elle est excellente,  passionnante, j'aime énormément vos plateaux à deux. Et surtout… quel bonheur d'entendre François Ruffin, quelle empathie. J'étais ému lors du premier montage avec les critiques de son livre.


Et un vrai plaisir d'avoir Laélia Véron. Passionnante et claire.

C'est quand même une époque parfaitement dégoutante et déconnante : arriver à vouloir faire croire à l'antisémitisme de Ruffin.... complètement idiot, stérile, malveillant. Etes-vous absolument obligé de répondre ces calomnies stupides? Sinon, très bien cette émission! Un bol d'air frais après la précédente, ignoble.

Elle est formidable Laelia! Il est émouvant Ruffin, il paraît heureux Daniel (avec sa coiffure improbable). On a besoin de temps à autre de ce genre de respiration, c'est une nécessite absolue pour ne pas sentir seul(e). Alors à ceux qui opposent le côté "camarade" du plateau, je dirais que c'est de bonne guerre.  Et moi qui évite absolument les chaînes en continue et les éditocrates carnassiers, toutous du pouvoir, je suis bien contente de découvrir avec ces quelques extraits que j'ai raison de m'en tenir éloignée! Je me réconcilie avec Ruffin, on était fâchés (très peu) depuis l'affaire Chouart, là, j'entends bien ce qu'il dit! Merci ASI pour cette belle rencontre chaleureuse.

A la fin de son livre, Ruffin remercie : la liste des remerciements est longue et catégorisée. 


Il y a parmi les personnes remerciées les collaborateurs parlementaires et les salariés de Fakir . 


Ruffin nous signale par là que lui aussi est un patron . 


Quel genre de patron est-il ? 


(Sur le site de l'Assemblée Nationale, 5 collaborateurs parlementaires sont signalés . )



Eh beh... Je m'attendais pas à grand chose et j'ai pas été déçu. Entre :

-Macron qui applique les politiques qu'il applique parce qu'il ne sait pas ce que vivent les vrais gens

-Le registre larmoyant voire moralisant

-L'opposition démago entre connaissance scientifico-technique et savoir vernaculaire d'en bas de la terre qui ne ment pas...

En fait Ruffin c'est un ersatz de l'Abbé Pierre. Un petit-bourgeois plein de commisération pour le brave peuple d'en bas, prêt à le servir (et surtout à le représenter), à prier pour lui et à tenter d'opérer une gentille médiation avec les grands patrons pour qu'ils daignent lâcher un quignon de pain.

Le problème Ruffin est finalement très simple : c'est un catho, et il est complètement ignare politiquement. Plutôt que de faire un nouveau film paternaliste et de faire la promo de ton bouquin chez les copains, mec, lis Marx, lis les auteurs marxistes, lis les auteurs anarchistes, lis un peu de sciences sociales, lis Bourdieu. Ca te guérira peut-être de ton catholicisme non résolu, de ton spiritualisme et de ta tendance à ramener la politique à la morale, à la charité et au bon sens.

Retourne au boulot Ruffin.

Je suis en train de lire le livre de Ruffin et je regarde tout de même votre émission même si je ne l'ai pas encore fini. Ce qui m'a frappé dans l'émission, c'est la violence des "critiques" de votre montage sans rapport avec le livre lui-même que je ne trouve pas pour l'instant, très violent. J'apprécie que Ruffin attaque Macron sur son physique à la Greta Garbo (sur qui on peut tout projeter) car c'est ce que je ressens depuis le début. Le soir du débat d'entre deux tours j'avais déjà tweeté : "la vampire et le robot". Dans les deux cas des images de non-humains ayant l'apparence d'humains. J'en suis à trouver Edouard Philippe sympathique par contraste. Ce n'est pas de la haine, pas même de la haine de classe que je ressens quand je le vois pérorer des heures durant, mais plutôt un sentiment d'étrangeté intrinsèque : ses exercices de communication font que jamais je ne pourrais communiquer réellement avec lui. Il y a des moments où j'ai l'impression d'un automate dont on a remonté le ressort. Jamais, je crois, un personnage télévisuel ne m'a provoqué cette impression.

Une belle émission, bravo à Laélia Véron. Pas vu le temps passer. François Ruffin est un homme que l'on comprend, même si on adhère pas a son parti. Je lirai son livre.

Je me joins volontiers à la brosse à reluire que mes camarades de commentaires agitent sur les 3 discutants. J'ai particulierement apprécié l'analyse comparee des incipits mais l'absence de me tion d'un gros "elephant in the room" m'a frappée : c'est la concurrence des deux (Ruffin vs Macron) sur le terrain messianique. Le président parle "esperance" et manie une gestuelle très évangélique (qu'on retrouve chez Niel, qui la lui-même sans doute empruntée à Steve jobs qui l'a piquée à jesus). Ruffin lui repond "marie" et ses larmes, l'amour des petits comme valeur cardinale et source de son energie vitale...

Super émission.
Tout le monde est passionnant et tout particulièrement Laélia Véron

Désolé pour le troll, mais, sauf erreur, en début d'émission Ruffin nous parle d'un livre écrit en 1 mois, à 01.14.30, il se serait absenté de "l'hémicycle pendant 3 mois"... Moi, si je m'absente du travail un mois ou trois mois je le sais, c'est quand même pas la même chose...

Très bien cette jeune Laélia, mais avoir "etc" comme tic de langage pour une linguiste, c'est pour le moins curieux :-)

Voilà, émission terminée

J'ai négligé mon travail, je vais devoir le rattraper


Estomaqué, enthousiasmé, 

et en plus la qualité des interventions de Laélia Véron, 

et cette honnêteté qui permet à Ruffin de répondre à toutes les questions

même les plus difficiles, et aussi bien Daniel Schneidermann que Laélia Véron ne font aucune compromission

Ruffin est le contraire de ce qu'il critique chez Macron "cette absence de sens moral"


il rejoint Juan Branco pour dénoncer l'imposture de Macron sur le plan intellectuel


Bravo et merci pour cette émission, je peux reprendre mon travail avec le plaisir d'une lecture à venir

d'une lecture qui touche à la politique tout en étant pas celle d'un livre politique

A 6.45 "Tu ne... enfin, vous ne... on se tutoie dans la vie (...) j'ai décidé qu'on se vouvoyait sur le plateau, donc à un moment Ruffin dit..."

Sacré Daniel, vous tutoyez votre invité dans la vraie vie, décidez de le vouvoyer sur le plateau pour finalement employerla troisième personne :-)

J'en suis à 3.15, "je pense que j'aurais pas eu de mandant si j'aurais pas écrit le livre de la même manière". Ca pique pour quelqu'un qui cherche le style.... Bon, j'y retourne...

Je commence à peine et j'entends cette belle image que je recompose de mémoire : ce n'est pas une langue de bois qu'ils parlent mais une langue de coton, une langue insipide alors que sur une langue de bois on se heurte


Et je pense à ce très beau poème de GPMarcel (à qui je dois répondre d'ailleurs, qu'il m'excuse) :

La forme sortit du ciseau froid

Le copeau tomba sur le sol mat..


Sur une langue de bois on se heurte et on peut (se) façonner

Laélia Véron géniale invitée d'une émission précédente, maintenant chroniqueuse, merci !

Parfois un peu de mal avec l'égo-trip de Ruffin mais, si on met cela de côté, c'est généralement très intéressant de l'entendre parler. Cette émission ne fait pas exception. Mention spéciale à Laélia dont les interventions permettent toujours une discussion de grande qualité, j'espère que vous aurez l'occasion de l'inviter à nouveau pour d'autres livres ! 

Je ne sais pas si c'est le bonhomme, le sujet ou la composition du plateau mais put** ça fait du bien d'entendre des discours clairs, de l'analyse et de voir des sourires. 

Une émission que j'ai regardé avec un plaisir totalement assumé ! 

Merci.

Merci pour cette mise au point nécessaire, sans concession, loin du traitement à charge des média mainstream. L'analyse d'ASI est juste sur tous les aspects du texte. Il reste que pour moi, ce livre est d'utilité publique, entre connivences, réseaux et magouilles, FR dévoile la partie immergée de l'iceberg du sythème Macron et met en parallèle la vie de ceux qu'il rencontre dans la vraie vie. Il décrit cette France coupée en deux. Je comprends que cela puisse déranger !

Ruffin n'a aucun mal à être supérieur à Macron sur le plan littéraire et surtout artistique, évidemment.

Emission typique d'ASI, vraiment, où les intervenants s'écoutent et se respectent, dans un débat à bâtons rompus (grande tradition) et dans une ambiance décontractée.

On ne s'ennuie pas avec Laélia, quelle énergie !

La une de Libération et l'émission d'ASI consacrées simultanément  à Ruffin, son film et son livre !







Formidable Laélia Véron, meme DS apparaît bluffé par moment au point qu'il oublie parfois de lui couper la parole comme a son habitude.

Eclairage vraiment intéressant, je découvre également que Ruffin ne manque vraiment pas d'orgueil, c'est un trait que je n'avais pas forcement perçu jusqu'ici. pour le reste pas encore lu le bouquin mais je vais m'y coller (par contre 10,99 euros format kindle c est pas franchement un prix d'ami !).

Bluffé par Laelia, sont intelligents  les gamins cette année ...

"Vous regrettez?...Hein, est-ce que vous regrettez?"

Pour un peu, on se croirait chez Calvi...

Sinon, bonne émission...(Ruffin a tellement de talent...)

Une émission SUBLIME !... Merci !

Bon, le titre est putaclic, c'est une émission entre "potes", il y a une flagrante absence de contradiction c'est dommage, mais bonne émission quand même! 

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.