105
Commentaires

Rokhaya et Pépita

Commentaires préférés des abonnés

En vrac :

Dans l'affaire des lancers de nains, les nains étaient consentants.

Dans une atteinte sexuelle, la victime est consentante.


La question est : la société peut-elle demander des comptes à celui que la victime absout ?

C'est le propre du droit pén(...)

C'est assez évident que tout l'enjeu des dominants est de faire croire aux dominés qu'ils ne le sont pas. Et cela marche chez certains.

La classe ouvrière n'est pas unanime à dénoncer leur exploitation. Certains se rangent du côté du patronat. 

Le(...)

l'auto dérision n'est pas donnée à tout le monde !

ceux qui ne la pratiquent pas au quotidien ont du mal à croire que d'autres puissent en faire une philosophie de vie.


Que ce soit une personne qui rit de sa couleur de peau  ( et des clichés qui y(...)

Derniers commentaires

Un cas qui illustre là encore l'intériorisation de la violence comme mode de socialisation genrée et racialisée.

Mettez-vous à la place d'un raciste, un vrai. Qu'est-ce qui vous ennuie le plus ? Quelqu'un qui se plaint de racisme ou quelqu'un qui devrait s'en sentir victime et qui est bien au-dessus de ça ?

"une victime qui "a de la répartie" cesse-t-elle d'être une victime ?"


La vraie question est de savoir si une victime peut être victime d'elle même. Car Pépita est elle même à l'origine de la blague. 

C'est souvent le principe de l'humour juif de faire de l'humour sur les juifs, de faire de l'autodérision et aussi de reprendre à leur compte des clichés antisémites au 3ème degré. 

Je n'y ai jamais vu un mal.


Mais c'est vrai qu'un montage ou une vidéo truquée qui reprendrait de l'humour juif sans montrer explicitement que la blague est faite par un juif, serait compris différemment. C'est ce qu'a fait Quotidien avec Pepita et sa blague.

C'est juste un grand cirque, un grand déballage entre TF1 et Canal+. Rien à foutre. 

Les uns attaquent Pyramide donc les autres la défende. Les uns victimisent Pepita donc les autres lui donnent la parole.

Les uns ont laissé une tribune à PPDA pour que ce crypto-violeur urineur sur canapé puisse "s'expliquer". C'est la famille. Les autres ont fait la même avec la catastrophe Ménès. A la maison.


Ignorons-les raisonnablement.

Oui enfin, c’est surtout que ce n’est pas drôle...

Je me souviens, enfant dans les années 80, à la télé de l'émission cocoboy :

le seul noir de l’émission était habillé en pagne, torse nu et ne prononçait que deux mots monosyllabique "gag" ou "pub" :

https://www.youtube.com/watch?v=ScXw5jNxBlM

rétrospectivement, c'était gratiné aussi

Cet épisode me semble être l’occasion de poser une question susceptible de nous permettre d’articuler des sujets qui ont fait polémique récemment : que dirait Pépita de la même histoire dans une réunion non mixte, réservée uniquement aux racisé.e.s ?


S’efforcerait-elle (comme on imagine que c'est le cas dans Pyramide ) de priver d’éventuels bourreaux de la satisfaction de la voir en victime ou se pencherait-elle, avec d’autres victimes, sur cette tendance consistant à surenchérir dans l’autodérision, ce qui est tout le contraire de l’indifférence vis-à-vis de ce que l’on essaye d’anticiper ?


D’une telle réunion non mixte en sortirait-il oui ou non quelque chose d’autre que nos postures habituelles et cette chose (s’il en sort) sera-t-elle bénéfique ou préjudiciable à la fabrication d’un meilleur vivre ensemble ?

" Pourquoi ne pas envisager que Pyramide ait pu être, pour Pépita, à la fois émancipatrice, en lui offrant une visibilité inhabituelle pour l'époque, et raciste, en la maintenant dans les clichés coloniaux ? "

En effet, c'est la tout l'enjeu de la chose, et ça me rappelle les analyses très intéressantes de Marie-Eve Thérenty sur la presse féminine du XIX et XX siècles, qui fut à la fois une assignation à résidence (en face d'une presse non pas définie comme masculine mais comme celle d'un universel indéfini) et un lieu de liberté parfois plus subversif qu'il n'y paraît, appelant une nuance dans la division entre presse féminine et presse féministe. 

Ce qui me pose question, dans le cas présent, est la raison pour laquelle "Pepita" se reconnait dans ce singe.

Est-ce parce qu'elle est noire? Ou y-a-t-il une autre raison que je ne connais pas? En tout cas son physique général ne la rapproche du cet animal (au contraire d'autres qui peuvent avoir un physique chevalin ou d'oiseau....)

Donc, pour moi, c'est bien sa couleur de peau qui autorise ce genre de blague... Alors, pourquoi pas entre amis dans un cercle limité ? 


Mais, dans une émission regardée par des millions de téléspectateurs (dont des noirs), ce genre de blague renvoie que ce genre d'humour est normal et pas raciste... Et que les noirs peuvent être comparés au singe parce que c'est amusant (on compare rarement des blancs à des singes)...


Et ensuite, pourquoi s'offusquer des cris de singe dans les stades ou les lancers de bananes vers les joueurs noirs puisque même "Pépita" en rigole...


Ceci me rappelle les critiques à l'encontre de Joséphine Baker qui avait joué sur cette corde (femme noir sauvage et animale...) pour s'imposer... Une autre époque aussi...  

Sur Quotidien, ou à TMtruquemuche, (et ailleurs dans les JiTés des merdia), combien de sujets consacrés aux femmes de ménage des Hotels IBIS de la capitale (en tt cas celui des Batignolles) dont une majorité semble appartenir "à la minorité noire" (bon sang, comment doit-on le dire ?) ... Ces femmes ont décidé de prendre leur destin de malmenées/traitées/payées en main et de faire grève... 

Je suis au bord de la crise de larmes... Pour moi, la télé des pays reflète un peu l'état d'esprit de la moyenne des citoyens d'un pays... J'avais été atterrée dans les années 70 par la majorité des télés amerlocaines, dans les anées 90 par la télé mexicaine si américanisée malgré les différences notoires de fonctionnement de ces sociétés, énervée par la plupart des télés arabes ou africaines dont les rares émissions étaient des JiTés à la gloire du potentat royal ou militaire desdits pays... 

Nos émissions actuelles les plus regardées j'imagine reflètent des abysses de connerie violente... je sais, je fais du racisme de classe... mais j'm'en fiche. Ces gens de télé qui font" l'élite" du pays (ainsi que leurs invités, toujours les mêmes, qui vont vendre leur dernier ouvrage ou dernière idée malsaine sur les plateaux), ainsi que leurs confrères des radios (ne pas oublier l'audio) me font réaliser que, pendant les 40 ans où j'ai bossé avec ou pas loin de leurs aînés, j'ai été complice sans m'en rendre compte d'un état d'esprit similaire. Et dire que ce sont eux qui font l'opinion (enfin, les produits qu'ils vendent avant et après leur passage à l'antenne).

Ne vous inquitez pas, tout ca sera vite oublié et la ré-éducation pourra continuer par le nouveau clergé.
Pepita et Kelly, juste 2 bounty dont l'avis importe peu....

Je repense à tous les débats qui ont ressurgit suite à la résurgence de Black Live Matter. Où les petits blancs friqués, éduqués, bien sous tout rapport, prêchant contre le racisme étaient accusés de s'attribuer le mérite de la défense des opprimés racisés.

Là c'est la même chose. Quotidien, avec son casting petit-blanc bourgeois ayant fait une école privée s'arrogent le droit de dire si un comportement est bon ou non. 

Ce n'est pas tant qu'ils le fassent qui est le problème. C'est pour quelle finalité ils le font. Ils le font pour gagner du prestige, se parer de vertue, se revendiquer progressiste et tout ça sur le dos des opprimés (qu'ils participent à opprimer en parlant à leur place, oui je pense un peu à toi Laurence De Cock https://www.arretsurimages.net/articles/martinique-une-chronique-de-politis-accusee-de-pillage). Car comme ce qui est dit dans le commentaires ou DS, les victimes, même si consentante, en retirant un bénéfice personnel en contrepartie d'insultes, ou n'intreprêtant pas ces comportements comme racise (il n'y a qu'à lire des interviews d'afro-américains ayant votés pour Trump).

il est une chose de discuter, de questionner les gens victime d'oppressions sur leur ressentis et s'ils en font la demande, leur apporter aide et soutient s'ils s'estiment victime. Il en est une autre de combattre et revendiquer des choses en leur nom sans même leur en avoir parlé avant. On voit très bien dans quelle catégorie se situe Quotidien.

Comme s'il suffisait d'un exemple, ou même de quelques-uns tant qu'ils restent largement minoritaires, pour démontrer qu'il n'existe pas factuellement un système de domination dont les personnes racisées sont les victimes.

Je ne pense pas me tromper si je suppose qu'à l'époque de l'esclavage, il y avait des "bons maîtres" avec lesquels leurs esclaves pouvaient avoir des relations disons plus humaines qu'avec d'autres mais les "bons maîtres" n'en restaient pas moins des maîtres qui possédaient légalement d'autres êtres humains comme on possède un objet.


Alors est-ce qu'une personne racisée peut rire et faire rire en jouant des clichés racistes mêmes qui font de cette personne une personne racisée ?

Bonne question... à laquelle je préférerais qu'une personne racisée (ce que je ne suis pas) réponde (masi n'est-ce pas ce que Pépita a fait ???).

Mais je vais quand même me permettre, au risque de me faire renvoyer dans mes cordes (n’hésitez pas à le faire si vous pensez que je déconne), de formuler mon opinion (qui vaut ce qu'elle vaut)..

Alors... je dirais "oui mais peut-être en faisant attention au contexte".

Je sais je recycle sans vergogne le vieux "on peut rire de tout mais pas avec tout le monde".

Pour le cas qui nous occupe, je ne sais pas s'il était vraiment judicieux de diffuser cet échange autour de cette carte postale et donc de partager cette blague avec un aussi large public dont on ne pouvait pas a priori être certain de la manière dont il allait recevoir cette blague mais comme la première intéressée nous dit qu'elle y a participé volontairement et même qu'elle y a poussé, je vais bien entendu respecter son choix ; un choix singulier dans un contexte particulier et qui donc ne me semble pas remettre pas en cause le contexte plus vaste de domination au sein duquel les personnes racisées vivent.

Et on en parle du clivage essentiel, celui qui sépara toute une génération de français, entre ceux qui comprenaient les règles du jeu télévisé Pyramide et les autres ?

C'était bête et méchant , en 95 qu'est e qu'elle aurait du faire se lever et se barrer ?Faut reconnaitre que Menes qui se comporte comme un bonobo , ce qui est peu flatteur ,au regard du physique du mec , pour les bonobos . Et si on traitait cette tête de bite flétrie de bonobos pour voir sa réaction , a mon avis c'est pas assez discriminant , faudrait taper dans le gras je pense , ah ouais vous vous rappelez de cette chose dans la guerre des étoiles ? Cette espèce de gros truc avachi avec ce gras qui dégouline a droite et a gauche , un triple menton et tout et tout .En fait au quartier on renvoie la balle , tu me traite de chimpanzé espèce de gros tas de lard qui pu le rance , bon c'est pas terrible , je suis sur qu'on peut faire mieux .ouais mais là en face c'était qui ?y avait surement des fions a lui envoyer a cet abruti .En tout cas en le prenant avec humour , meme si elle libère la parole des crasseux , elle a eu la bonne réaction . Elle se montre plus forte que la bêtise .

Pépita a déçu Rokhaya.

Et tous les racialistes bon teint injuriant aujourd'hui la "négresse de maison".

C'est une réponse humoristique à la personne qui à envoyé la photo d'un singe et qui espérait  voir Pépita pleurer. Mais cela n'est plus  compréhensible à notre époque où la majorité des gens ont tous un bac+7.

Quoiqu'on pense de cette séquence avant découpage, Quotidien est spécialiste des montages au détriment des personnalités qui n'ont pas l'heur de leur plaire. Mélenchon, par exemple, en est victime régulièrement. Hier encore, son intervention du jour à l'AN a été montée de façon malhonnête quand celle de Castex était présentée de façon très positive. 

Le truc grave c'est que le racisme qui ne passe plus trop comme plaisanterie dans des divertissements, au point qu'il faille déterrer du 26 ans d'âge pour communier dans le signalement de vertu en s'en scandalisant, soit par contre tout à fait toléré d' "intellectuels" de talk shows et autres politiques, qui eux en produisent tout à fait sérieusement et quotidiennement sans que ça fasse réagir (au delà de bulles comme la nôtre).


Ce qu'on pourrait résumer par les normes ont changé pour les bouffons, mais pas pour les tristes clowns du paysage médiatico-politique.

Ceci n'est pas une banane.


De Madame Pepita SansNomdeFamille à Madame Christiane Taubira, les régimes se suivent mais ne se ressemblent pas. 


"Private Joke entre soi ou Private Joko en public, tel est la question biaisée" Hamlet Vander Dansk

Il m'arrivait de regarder Pyramide en son temps (oui je sais, je ne suis pas tout jeune).


L'impression que j'avais du rôle de Pépita était davantage son rôle de potiche que le fait que ce soit une femme noire. Je m'en fichais pas mal que ce soit une femme noire, en revanche son apport à l'émission était quasi nul. Elle intervenait quelques secondes en début d'émission pour parler de tout et de rien. Cela n'avait aucun intérêt.


En revanche, même si elle est mieux plaçée que nous pour dire quelles étaient ses relations en coulisse avec les autres membres de l'équipe, il semble qu'elle ait intégré les remarques racistes comme étant la norme. Elle semblait et semble toujours les accepter sans voir où est le problème. Le fait qu'elle soit consentante n'est pas éxonérateur pour Patrice Lafont et compagnie.

Bonjour et merci pour la chronique.


"une petite ignominie raciste de Nicolas Sarkozy"


Pourquoi "petite" ?

Un peu comme avec l'affaire Ménès quoi qu'en dise une (non) victime, techniquement comparer une Noire à un singe c'est raciste.


Par contre Quotidien qui extrait de la dizaine ou plus de saisons de cette émission  20 secondes de saloperies sorties de leur contexte et sans même donner la parole à la "victime" ou autres participants, techniquement c'est de l'instruction à charge et du journalisme poubelle.


Perso, Pyramide était un des rares jeux télévisés qui ne me faisait pas zapper quand je tombais dessus à l'époque, et j'en garde une plutôt bonne image. C'était vraiment une émission où l'ambiance semblait bonne, où on sentait une vraie complicité entre animateurs qui se charriaient régulièrement mais sans que ça semble forcé ni que ce genre de dérapages soit fréquent (ou en tout cas sur des dizaines je n'étais jamais tombé sur une scène de ce style). Je n'ai absolument pas de mal à croire que Pépita prenait sincèrement très bien son ambiance.


Qu'on aille déterrer ça, c'est surtout un signe d'une évolution inquiétante de ces temps, l'ère des paniques morales permanentes, qu'elles soient "de gauche" ou de droite. Et parti comme c'est, si ça ne se calme pas, je ne doute pas que d'ici 10 ans jusqu'à Nagui sera excommunié pour avoir plaisanté "sexistement" avec quelque candidate ou co-animatrice de N'oubliez pas les Paroles (qui doit être l'émission la plus gentille et avec la meilleure ambiance du paf actuel).

En une brique : « grâce ».


Ajoutons que Pyramide n'a jamais été attaquée, ni a fortiori condamnée, pour incitation à la haine raciale.


Le racisme et le sexisme communs sont invisibles car allant de soi pour beaucoup d’entre nous.

Combien d’animateurs hommes ont servis à faire des tirages au sort et remise de cadeau, voire tournage de roue, pendant que c’était la mode des femmes décoratives dédiées à cette fonction ?

Faut pas rêver ^^.


Une petite remarque : faudrait faire un sondage dans ce forum, mais à cette époque tournait la blague du « c’est toi sur la photo ! » d’un singe. Je suis blanche et on me l’a faite 50 fois.

" En faire trop dans l'autodérision,   c'est avoir l'esprit parfait du colonisé "

Quand les dominés jouent le rôle que les dominants leur assignent tout va bien. Cela couine lorsqu'ils se rebellent comme le fait Rokhaya diallo.  Voir la réaction de Celine Pina sur sud radio aux propos incroyablement racistes d'une auditrice envers Rokhaya diallo. 

Que chacun compose avec  sa domination comme il le peut est une chose. Cela en est une autre lorsqu'on est un personnage public. Dans ce cas elle n'est pas seule en cause. Elle est comptable de ce qu'elle induit, de ce qu'elle projette. A t elle pensé à ce que pouvait ressentir des téléspectatrices noires devant cette humiliation.

l'auto dérision n'est pas donnée à tout le monde !

ceux qui ne la pratiquent pas au quotidien ont du mal à croire que d'autres puissent en faire une philosophie de vie.


Que ce soit une personne qui rit de sa couleur de peau  ( et des clichés qui y sont rattachés ) ou de son handicape ( j'ai un copain non voyant qui adore dire " je ne vois pas ce que tu veux dire" , et ça le fait marrer )  


Quand j'étais petit un copain noir de mon père à qui se dernier avait proposé un verre de blanc, avait rétorqué :

le blanc je ne le bois pas, je le mange ! avant d'éclater de rire ça m'avait laissé perplexe quelques seconde avant de comprendre que l'humour est une forme d'intelligence développée.


J'en ai fait une philosophie de vie aussi, me moquant de moi et de mes tares


Tout cela passe bien dans un cadre privé, et entre des gens qui se connaissent bien.


L'auto-dérision avec des inconnus, c'est une autre paire de manches.

Et si vous vous trouver devant un public macho/raciste, c'est une défense qui ne fera que conforter leurs opinions.



Beinh, j'en ai eu la démonstration ici-même, dans les Forum d'@SI.


Pourtant ils ne sont pas fréquentés par des méchants²²². 

Face à des incompréhensions et des malentendus, je continue et me marre.  

votre argument se tient; mais ce qui est gênant dans cette histoire déterrée, c'est que la principale intéressée n'ait pas été consultée au préalable...


Cette "justice" a aussi un coté condescendant qui veut faire du buzz sur de la bonne conscience, et ça me dérange 

L'auto-dérision est souvent une forme de haine de soi sublimée. Une façon de reconnaître auprès de discriminants son appartenance aux marges ou aux discriminés. C'est à la fois un acte de soumission et une tentative de dépasser sa condition. Je ne suis pas dupe de discrimination que tu me fais subir, tu vois j'en rigole même.


La typologie de l'humour d'un individu dit toujours quelque chose de lui, de sa position dans une dynamique de rapport de pouvoirs. 


Je recommande le spectacle de l'humoriste australienne Hannah Gadsby "Nanette", très éclairant à ce sujet.


mouais.... on peut tout faire rentrer dans les cases qu'on veut, mais on s'approche quand même dangereusement de la psychologie de cuisine 


Que le rire soit une carapace soit, mais je continue à croire qu'enlever a une personne son droit à rire d'elle-même en la psychanalysant, a un coté condescendant voire dangereux

Votre mépris n'a rien de condescendant lui par contre...

Il n'y a pas une once de psychologie dans ce que je dis, c'est du post-structuralisme. 

pas une once de mépris non plus

100% d'accord.

merde ! 

dois-je m'inquiéter ?


:-o

Tiens, j’ai loupé le moment où ASI était devenu un lieu d’expertise psy. Dans la cas cité (noir cannibale) l’auto dérision ridiculise plutôt cette idée que les noirs sont arriérés donc anthropophages par deux points: 

1-la personne qui est là n’est visiblement pas cannibale, donc cette idée reçue est ridicule. 

2-Elle est en plus intelligente car elle sait faire cette blague, donc le noir arriéré est aussi une idée reçue.

 En gros, à trop intellectualiser cette saillie, vous vous ridiculisez en cherchant du mal là où il n’y en a pas.

Tares....

Une fois envoyé, je savais que quelqu'un allait bondir dessus

;-)

je parle de moi, rien à voir avec le paragraphe précédent la dernière ligne.


Mais c'est de bonne guerre !

Tiens, on pourrait faire le buzz avec votre commentaire. Ça me semble un cas d'école parfait de buzzologie. On pourrait en effet retourner complètement l'intention de votre commentaire. Mais ne le prenez pas mal, hein ? Je ne vous soupçonne absolument pas de racisme, au contraire. C'est juste à titre d'illustration. Allez, c'est parti, démonstration :


ça m'avait laissé perplexe quelques seconde avant de comprendre que l'humour est une forme d'intelligence développée


Vous doutiez donc jusque là que cette personne fut équipée d'une "forme d'intelligence développée" ?


C'est pas beau la perfidie ?

Tellement juste et tellement vrai : l’intelligence de l’auto dérision est aussi d’exagérer ces à priori (noir cannibale) en l’exprimant tout haut pour le ridiculiser. 

tout à fait ! et je crois que c'est bien ce qu'a fait cette jeune femme en préparant l'émission 

Attention. C'est un des problèmes fréquents dans le racisme ordinaire: reprocher à quelqu'un son manque d'humour ou son manque d'auto-dérision. Si les raisons pour lesquelles elle a participé à cela et ce qu'elle veut en retenir lui appartient, on aurait tord de considérer qu'elle soit la seule victime potentielle. Les victimes ce sont aussi tous ceux qui vont se dire que «les noirs sont des singes» est une blague valide. Je ne nie pas à Pepita l'intelligence du second degré, mais je le nie à certains auditeurs.


Attention aussi à la comparaison couleur de peau/handicap. Pour avoir travaillé avec des handicapés, rire du handicap est en effet très fréquent. Mais c'est un moyen souvent pour dédramatiser le sujet. C'est une invitation à parler du sujet, car on en a souvent besoin dans un échange avec une personne souffrant d'un handicap lourd.

Ca me fait penser à des échanges que j'ai pu voir passer sur Discord entre amis pendant des jeux. Ca relève de la private joke entre gens qui se connaissent et s'estiment ; est-ce que c'est ce qui a eu lieu ici ? Le problème c'est déjà la dimension publique télévisuelle des séquences qui sont violentes vu de l'extérieur.


Dans l'hypothèse où ça relève de la private joke entre personnes consentantes, reste la question sur ce que traduit cet état d'esprit : est-ce une aliénation d'une victime de racisme qui a fait le deuil de l'envie d'être traitée sans considération pour son apparence ? Ou est-ce au contraire une émancipation de gens qui ont dépassé ça et peuvent rire des clichés ?


La question me semble ouverte pour les situations en privé mais ne se pose pas pour les situations en public, ce qui est le problème ici. Même s'il ne faut pas instrumentaliser non plus les séquences et poser l'animatrice en victime si elle-même ne le souhaite pas.

Et elle ajoute : "Je ne comprends pas nécessairement ce qui l’anime." Moi non plus. Personne n'est dans la tête de Pépita. 


Sur ce passage,  je me dit que c'est peut être une façon de neutraliser ce genre de stéréotype en faisant mine de les reprendre mais avec ironie pour souligner le ridicule de ces comparaisons noirs=singes. Une stratégie de défense somme toute assez classique.




Ce n'est pas parce que l'agressée arrive à casser le gueule de ses agresseurs qu'elle n'a pas été agressée.


Ce n'est pas parce que l'agressée trouve que "c'est bon y'a pas mort d'homme je les ai rembarrés" ... qu'elle n'a pas été agressée.


Concept difficile à comprendre pour certains manifestement.

C'est assez évident que tout l'enjeu des dominants est de faire croire aux dominés qu'ils ne le sont pas. Et cela marche chez certains.

La classe ouvrière n'est pas unanime à dénoncer leur exploitation. Certains se rangent du côté du patronat. 

Les femmes ne sont pas unanimes à dénoncer les discriminations des femmes. Certains trouvent cela ridicule.

Les dominés composent avec leur domination chacun à leur manière. 

En quoi cela remet il en cause la réalité de l'exploitation capitaliste, de la domination masculine etc..

Cette conférence, entre éminents intellectuels , fondée probablement,  plus,  sur la recherche de l'audimat et du profit , que sur la lutte contre le racisme est d'un très haut niveau.


" Il importe peu de descendre du singe, l'essentiel est de ne pas y remonter "

En vrac :

Dans l'affaire des lancers de nains, les nains étaient consentants.

Dans une atteinte sexuelle, la victime est consentante.


La question est : la société peut-elle demander des comptes à celui que la victime absout ?

C'est le propre du droit pénal : il tend à réparer une atteinte au corps social d'abord, et ensuite, éventuellement, à l'individu potentiellement victime.


C'est la raison pour laquelle, une victime qui retire sa plainte n'empêche pas la poursuite et la condamnation.


Que Pépita soit d'accord pour se faire comparer à un singe est une chose : peut-être met-elle sa carrière devant toute chose. Après tout, nombre de chroniqueurs télé acceptent de se faire humilier en public par des Hanouna en contrepartie d'un quart d'heure de célébrité ou/et d'un cachet.

Que l'on puisse collectivement l'accepter en est une autre.



Et pourquoi penser que lorsque les personnes sont consentantes c'est malgré elles?

Et les rabaisser, en leur disant que leurs choix n'étaient pas vraiment leurs choix.

Je trouve cela assez méprisant envers les personnes que l'on pense discriminé :  pauvre, noir, femme, etc...

Cela sous entend que homme, blanc, riche, etc... font eux des choix éclairés.

Donc c'est une discrimination intellectuelle.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.