153
Commentaires

Raoult, Mila : nuance interdite

Commentaires préférés des abonnés

Billet juste, mais conclusion fausse : ce n'est pas que sur Twitter que toute forme de nuance devient interdite, c'est dans la société occidentale en générale. C'est d'ailleurs la plus grande faillite intellectuelle de ces 20 dernières années, le tri(...)

Raoult,  « la boussole qui indique le sud », « la science en désordre », « l’opinion dans le trouble », toussa, toussa, woui, woui, woui, sûrement.


Mais entendre ce bon Patrick Cohen se soucier de déontologie en demandant gravement si « les média(...)

Je propose pour évoquer l'art de la nuance :


- Goldnadel

- Finkielkraut

- Bercoff

- E. Levy

ou P. Prout

 tous, comme Raoult, ont un Q.I  d'au moins 180

Derniers commentaires

Après son interview dans "Sept à Huit" avant-hier Dimanche, Mila était ce soir l'invitée de "CàVous" sur France 5, à l'occasion de la parution de son livre "Je suis le prix de votre liberté".

Comme j'ai lu que certains de vos abonnés n'ont pas de télé, je pense que ce serait une super idée de la recevoir dans une de vos prochaines émissions. Mais pour les raisons que vous pouvez aisément imaginer, ne tardez pas trop pour leur faire ce cadeau.

Un peu étonné de ne pas voir poindre de Matinaute ce matin. Il y a quelque chose d'étrange à voir que rien ne sort du shaker favori du taulier "nuance+J.-L. Mélenchon+complotisme" après un tel week-end. J'espère (sincèrement!) que tout va bien, je vous aurais lu avec intérêt!

Je suis (du verbe suivre) Mila depuis quelques mois sur Twitter, et je constate :

Qu'elle a une très bonne maîtrise du français (ce qui est devenu une rareté chez les personnes de sa génération) qui contraste avec le galimatias imbitable de la plupart de ses contempteurs.

Que le procès entamé, elle n'a pas changé de stratégie : elle persiste à les provoquer par ses commentaires, mais également en se mettant en scène dans des vidéos sur Instagram ou Tik Tok.

Elle est accro à ces réseaux et adore s'exhiber, ce qui les met en rage.

Le shitstorm dont elle est toujours victime (mais dont la puanteur semble s'être atténuée, la menace des procès incitant à la prudence) ne parait pas l'affecter. Cela semble être un jeu qu'elle prolonge. Et il faut admettre qu'elle a du répondant.

Cela dit, elle ne peut pas sortir indemne de dix-huit mois d'un tel harcèlement, et je m'inquiète sérieusement pour son équilibre psychologique.


Sur Twitter ces jours-ci, l'humour de Julien Odoul du RN est très commenté.

Ses saillies sur le suicide des paysans, dont Libé a publié un extrait audio, sont à "se pisser dessus".

Branco n'est pas "aussi" avocat, il est avocat point.

Attention, ça n'a rien à voir avec le sujet, mais je ne résiste pas à vous faire partager cette histoire étonnante :


Sous un nom d’emprunt et une fausse étiquette LREM, un parfait inconnu, Jean-Damien de Sinzogan, 27 ans, a remporté 4,4% des suffrages dimanche 30 mai, aux législatives partielles du XXe arrondissement de Paris


Jean-Damien de Sinzogan, membre de LR, militant à Neuilly, admirateur de Nicolas Sarkozy sous le pseudonyme « Jean de Bourbon », parfait inconnu de la politique parisienne s’est porté candidat dimanche 30 mai aux législatives partielles dans la 15e circonscription de Paris (XXe arrondissement).


Ses bulletins de vote faits maison affichaient le logo de la République en Marche, sans que le parti en ait jamais été informé


La bravade, dans un contexte d’abstention record (74,46 %), lui a fait rafler 516 voix… soit 4,4 % des suffrages.


Un score suffisant pour inciter le candidat investi par LR, François-Marie DIDIER, à préparer un recours devant le Conseil constitutionnel, afin de faire invalider l’élection. Alors que le deuxième tour, opposant la socialiste Lamia El Aaraje à l’insoumise LFI Danielle Simonnet, se tient le dimanche 6 juin.

La préfecture de Paris le confirme : il n’a rien commis d’illégal en se présentant sous le patronyme de « Jean de Bourbon ». La loi « autorise » l’emploi d’un « nom d’usage » et Jean-Damien, quelques semaines avant la campagne, a rebaptisé « Jean III » et « Jean de Bourbon » l’ensemble de ses comptes sur les réseaux sociaux, son blog et son site Internet.


La veille du vote, le mouvement En Marche a déposé un recours en référé au Conseil d’Etat, pour faire interdire ses bulletins, ornés du sceau du parti présidentiel. Las, « nous avons été déboutés », explique-t-on au siège parisien d’En Marche.


 Jean-Damien de Sinzogan se dit « héritier direct de la couronne de France », via une branche réputée éteinte des Bourbons. Il soutient que le fils de Charles X, Louis de France comte d’Artois (1775-1844), aurait eu un fils avec la fille de Béhanzin, l’avant-dernier monarque du royaume du Dahomey (Afrique de l’Ouest), resté célèbre au Bénin 


source Le Parisien

A aucun moment, P Cohen ne dit qu'il aurait fallu ne  jamais donner la parole à D Raoult au début de la pandémie.

DS utilise ici la stratégie de l'homme de paille, celle-là même qu'il reproche à ses cibles d'utiliser. Facile de dire qu'il n'y a pas de nuance quand on la supprime soit même.


Pour Branco, Salah Abdeslam n'ayant jamais répondu à son offre de service, il se rabat sur ce qu'il peut. 

teasez-nous, on adore !


Je me moquais du choix de Juan Branco en commentaire de l'article précédent, mais en fait je trouve sa contestation tout à fait pertinente. Le concept de harcèlement sans répétition, le définissant à partir du seul ressenti d'une victime, pose définitivement des questions d'égalité devant la loi (si je suis le premier à insulter, je ne fais qu'insulter, si je suis le x ème à poster la même chose même une seule fois, je deviens harceleur). J'ai du mal à imaginer qu'il puisse être constitutionnel.

Avant toute discussion l'explicitation des concepts "harcèlement" et "meute" s'impose , sinon nous ne saurions pas de quoi nous parlons.

J'ai hâte !

Juan Branco me rappelle Arno Klarsfeld. Même physique de beau gosse, même melon, même vacuité.

Raoult,  « la boussole qui indique le sud », « la science en désordre », « l’opinion dans le trouble », toussa, toussa, woui, woui, woui, sûrement.


Mais entendre ce bon Patrick Cohen se soucier de déontologie en demandant gravement si « les médias, animateurs et journalistes, estiment en tendant à Didier Raoult des micros complaisants, avoir fait de la bonne information ?", c’est à pouffer. 


Pour mémoire :


https://www.acrimed.org/Docteur-Patrick-et-Mister-Cohen


Raoult a progressé dans la nuance au fil du temps, et c'est heureux... Je regarde régulièrement ses vidéos, qui ont le mérite de rendre publiques des données que je ne trouve pas dans les media mainstream sur les différents variants. Si le gouvernement avait été à la hauteur, et si TOUS les conflits d'intérêts étaient systématiquement évoqués avant interview, peut être n'aurait-il pas eu un tel boulevard ?


Je me rappelle encore une conf de presse de Veran, diffusée en direct sur France Info, lors de laquelle une soit-disant chercheuse de l'Inserm a osé dire "vous voyez sur ces courbes que le couvre-feu n'est pas efficace vis à vis des nouveaux variants". Plus grotesque, tu meurs... Cela m'a rappelé la superposition des courbes de natalité et des vols de cigognes en cours de statistiques ;-)


Bref, j'attends l'émission avec impatience :-) !

Trop fort Monsieur Schneidermann capable de qualifier Raoult de druide, Branco  « d’aussi avocat » ,et en même temps (comme direz Macron)  réclamer de la nuance dans les débats .Comme le souligne Nety la nuance c’est surtout pour ceux qui ne pensent pas comme nous .

Cher Daniel,


Pourquoi ne fuyez-vous pas ce maudit twitter ?


Concernant Raoult, il faut quand même rappeler qu'il y a quelques années, lui et son équipe ont été pris la main dans le sac, ce qui a conduit à une interdiction d'un an de publication dans les publications de la Société Internationale d'Infectiologie, que l'HCERES avait fait un rapport au vitriol sur l'IHU, qui a conduit à lui retirer les labels de l'Inserm et du CNRS, que le  milieu scientifique international a toujours été sévère à son égard, rappelant dès le début 2020 ce qu'on semble maintenant découvrir et que rares ont été les médias en France, bien entendu des islamo-gauchistes comme le MédiaTV et Médiapart, qui ont réellement enquêté sur le personnage et sur ses méthodes de harcèlement et d’intimidation. Ajoutons que la revue où il a principalement publié sur le Covid est dirigée par son bras droit, cosignataire de ces articles, et farcie d'autres membres du l'IHU, qu'un tiers des articles de cette revue portent son non parmi les signataires et qu'environ 4 articles sur 10 sont cosignés par un membre de l'IHU, un record dans le domaine de la publication scientifique. N'oublions pas non plus qu'il est proche de la droite en PACA, soutenus par les grands noms du coin, les Estrosi, Ciotti, Muselier, Gaudin... même si d'autres moins à droite se sont fourvoyés (Douste-Bazy, Fioraso...) et ouvertement climato-sceptique.

<< A quoi l'accusation répond que la "conscience" de participer à une meute suffit à qualifier le harcèlement. Vraie question, qui mériterait un débat public. Mais Twitter ne s'intéresse pas à ces questions.>>

Juge-t-on les faits ou les consciences ? Si ce sont les consciences, il n'y a guère de citoyen sur cette planète qui doive être exempt de tribunal.

En tout cas Raoult et Mila doivent avoir le même coiffeur aveugle...zut pas assez nuancé !?

Revendiquer la nuance c'est important, ce qui me gêne c'est que vous abordez ça avec en tête Mila/Raoult. Goldnadel par exemple revendique ça avec en tête Balkany, Metoo et autre. Chacun invoque la nuance quand ça arrange son camp.


Ca aurait plus de valeur à mon avis de revendiquer la nuance sur un sujet où vous-même auriez tendance à ne pas être dans la nuance. Sinon c'est juste faire comme tout le monde. Une manière implicite de plus de dire que ce sont surtout les gens d'en face qui sont sans nuance alors qu'on a tous nos angles morts. Du coup on risque de tourner en rond.

De la nuance concernant Raoult et Mila; il y en a quelques uns qui n'en n'ont pas eu non plus sur ce forum !


et le nombre de caractères n'est pas en cause ...

;-)

"Vous avez vu le mail de Fauci qui dit "La chloroquine semble être une solution mais juste pour la famille et les amis ?  Il semble que l'option vaccinale ait été privilégiée dès le départ .

en lisant l' article et les commentaires de commentaires de Twitter, je finis par me demander  si non abonnée à twiter, facebbook  and co  et ne regardant pas la telé  , mon abonnement  à  @si a un sens ... bon la télé  vous la regardez pour moi

Sinon aujourd'hui Edouard Philippe entame sa campagne sur Les chemins de la philosophie d'Adèle Van Reeth

c'est triste ça aussi non ?

:-(

Merci pour la chronique


Modeste remarque : la "nuance interdite" est une déclinaison du "on ne peut plus rien dire". Le genre d'argument qu'on brandit au moment même où on prouve l'inverse. C'est une posture un peu lassante. Et elle a un petit côté parano : qui interdit ?

Quant à ce que cette nuance soit interdite sur twitter, ok peut-être, mais c'est quand même autre chose, si vous permettez ! Et (1) ca pose la question de la nécessité d'y être, de nourrir la bête, d'en faire la promotion à flux tendu, de le légitimer dans un rapport d'amour-haine ("mon reseau social addictif préféré"...) et c'est oublier opportunément que (2)  même sur twitter des voix existent aussi pour la faire exister. Tout devient une question de  choix éditorial : préfère-t-on donner de la résonnance aux apprentis sorciers de l'hystérisation et aux nigauds qui crient avec la meute, ou à ceux qui essaient d'y introduire tant bien que mal du débat. 

En résumé : pourquoi ne pas contribuer à anéantir la poubelle twitter, et sinon, pourquoi aller chercher ce qui y pue le plus ? JE veux dire : quand on a une responsabilité médiatique, quand on est au coeur des enjeux de la médiatisation, quand on est un de ceux qui peut faire partir un buzz ? 

Questions ouvertes, bonne journée!

 

Peut-être que vos exemples sont tout simplement mal choisi.


Il est possible de nuancer les choses, même sur Twitter, à condition que le sujet s'y prête. Mais sur ces deux exemples, que voulez-vous dire ?


Sur l'exemple de Mila, on ne peut que condamner les harceleurs et soutenir Mila. Les nuances, c'est l'affaire du tribunal qui va juger ces gens et voir s'ils sont coupables ou innocents aux yeux de la loi. Mais pour nous, simple quidam, peut importe que X n'a publié qu'un seul message graveleux ou que Y a simplement suivi le troupeau sans avoir conscience de la portée de ses tweet, c'est le phénomène du harcèlement dans son ensemble qu'on ne peut que condamner.


Sur Raoult, c'est encore plus clair: le type a joué avec le système médiatique pour passer pour un sauveur, et la science a montré qu'il s'est planté en long et en large. J'ai même plus envie de tirer sur cet ambulance, et à peine plus sur les moutons qui n'ont toujours pas compris que le druide marseillais leur a raconté des conneries. 


Si effectivement, il y avait une situation peu claire, où les deux camps ont des mérites et/ou des points de vue intéressants, et que twitter polarise le débat, ce que vous dites dans ce billet aurait du sens. Vive la nuance dans le débat philosophique, vive la prudence dans le débat scientifique, mais quand les faits sont clair, invoquer la "nuance" pour éviter de prendre position, c'est juste de la lâcheté.


Strip Teaser ?


Ze king est nu.

La question de savoir si l'abruti de 29 ans défendu par Branco a harcelé Mila ne se pose pas.

Son tweet : wsh j’suis sur que si j'met un coup d'bite à #Mila elle arrêtera de faire chier le monde cette mal baisée.

D'autres de la même veine, entre violence sexiste, appels au viol, et menaces de mort :

On va te retrouver et t’égorger sale chienne.

Va mourir sale pute lesbienne. 

On va te retrouver et t’égorger, sale chienne. 

Va te suicider. Pend toi. 

T'es morte, on sait où t'habite. 

Je vais te faire une Samuel Paty.  

Que quelqu’un lui broie le crâne, par pitié... etc.

Comment oser encore parler de "nuance" ?


Je propose pour évoquer l'art de la nuance :


- Goldnadel

- Finkielkraut

- Bercoff

- E. Levy

ou P. Prout

 tous, comme Raoult, ont un Q.I  d'au moins 180

Votre chronique du jour illustre parfaitement comment peut être provoqué un débat houleux sur le web (ou ailleurs) :

En relatant l’extrait de l’interview de Mila (« "Il faut que la peur change de camp" »), on ne sait pas, du coup, de quoi elle parle, et donc, ça va partir en vrille...

Billet juste, mais conclusion fausse : ce n'est pas que sur Twitter que toute forme de nuance devient interdite, c'est dans la société occidentale en générale. C'est d'ailleurs la plus grande faillite intellectuelle de ces 20 dernières années, le triomphe du bushisme, cette posture manichéenne qui consiste à dire qu'on est soit avec, soit contre, aucun entre-deux possible (le tout sur fond de mensonges ehontés qu'on érige en "post-vérité" et autres "vérité alternative"). Et c'est très inquiétant pour les années à venir.

Mouais, l’idée que ça soit nouveau est quand même bien un truc de vieux schnock. Les vieux repas de famille qui dégénèrent parce que le tonton raciste a commencé à parler de politique c’est vieux comme les repas de famille le dimanche hein.


Et puis la nuance c’est bien beau mais bon sur Raoul dès les départ ses argument étaient claqués au sol. Et Mila j’ai pas envie de mélanger les affaires mais si je me gaufre pas c’est juste une histoire ordinaire de harcèlement qu’on monte en épingle parce qu’elle permet de taper sur les arabes, sans vraiment se poser la question du harcèlement sur internet en général, sujet ô combien complexe s’il en est.


Car oui la question de la gestion des comportements de meute et les phénomènes de harcèlement qu’ils peuvent induire nécessitent de la nuance, mais l’affaire Mila, elle, pas forcément. C’est une ado qui a dit quelques énormes conneries et que s’est mangée une shitstorm en retour.


Le harcèlement c’est mal mais bon a un moment imaginez une seule seconde qu’elle n’ait pas visé les arabes mais les juifs et visualisez bien la scène et à quel point foutoir médiatique qui en aurait découlé aurait été totalement différent. Et je dis ça insulter des pratiquants d’une religion c’est mal quelque soit la religion hein, et cela ne doit pas permettre de justifier une campagne de harcèlement en retour non plus, cela va soi.


Bref c’est une affaire tristement banale mise en avant pour soutenir un agenda politique, pas forcément besoin de beaucoup de nuance pour analyser ça.

Je suis complètement d'accord avec vous sur le fait que le phénomène "n'est pas nouveau", comme la fameuse post-vérité d'ailleurs. Ceci étant dit, je pense que les dynamiques des réseaux sociaux et de l'économie de l'attention en général ne sont pas étrangères à l'aggravation actuelle. La société se polarise, le contexte socio-économico-environnemental est bien entendu responsable de cette polarisation mais les réseaux sociaux participent à jeter de l'huile sur un feu déjà bien nourri.

J'en avais parlé dans une chronique sur la viralité de la colère : https://www.arretsurimages.net/chroniques/votre-attention-sil-vous-plait/pourquoi-la-colere-viralise-si-vite

J'en parle actuellement dans une série d'articles où je me demande si "un autre web ?" est possible.... 

Oui, incontestablement la rapidité qu’amène les réseaux sociaux informatiques n’arrange rien, nous sommes bien d’accord. Mais je pense qu’il est toujours intéressant de rappeler que les réseaux sociaux sont vieux comme le monde, et qu’ils ont toujours causé leur lots de ragots et autres exclusions (quand bien même ils soient également capables de produire de l’entraide et autres positivités, la complexité des relations humaines toussa).

Oui, à l'époque de l'apparition de l'imprimerie, on tapait sur les journaux libres : ils auraient facilité les révoltes, la réforme, etc. mais le problème n'étaient pas les journaux mais bien la société. 

A l'époque de l'apparition de la radio libre, on tapait sur les radios (difool allait faire une génération problématique), ça aurait facilité les révoltes des banlieux, les raveparties, etc. Encore une fois, tirer sur le message, le moyen technique, plutot que n'y voir qu'un moyen utiisé pour lutter contre une société jugée malade par une partie de la population est bien naif.


Les moyens de communications aident l'information à circuler, les gens à s'organiser. Et ... si et seulement si la société est polarisée, problématique, etc. alors ces moyens de communication sont utilisés pour structurer et impacter le cours des évènements.


Sans la seconde guerre mondiale, les chercheurs européens exilés et les chercheurs nazis n'auraient pas cherché à utiliser la radioactivité (découverte presque deux générations plus tôt) pour en faire une bombe dévastatrice. Alors ensuite, on peut venir blâmer la recherche sur la radioactivité, mais le "trigger" initial est bien la société malade et réellement polarisée de l'époque, pas le savoir et la technique, comme vous aimeez la cibler Monsieur Fourquet. Si la radioactivté n'avait pas été découverte, on se serait défoncé à coup de bout de bois ou de pierres !



Jean-Lou Fourquet : comme je comprend de vos articles (c'est le fil de vos articles à mon sens), vous désignez le moyen comme problématique au lieu de regarder en face les populations et la société malade. Vous tirez sur le messager pour éviter la mauvaise nouvelle. Non, le problème n'est pas les réseau sociaux, le problème sont les gens avec des visions différentes, eux-mêmes vivant dans une société malade qui ne permet pas soit que ces gens vives leurs hubris dans un espace dédié ou serein, soit qui a intéret à maintenir un système qui frustre la population au point qu'elle se polarise. 

Les réseaux sociaux ne sont qu'un moyen d'exprimer quelque chose qui pré-existe, et qui s'exprimerait avec d'autres moyens, probablement plus caché ou insidieux.


Votre croisade contre les moyens techniques me semble rater la cible. Mais il est très possible que je comprenne mal vos vidéos et vos écrits ?

Bonjour ,


Premièrement, je suis en grande partie d'accord avec ce que vous dites. 


Le point où il y a peut-être une incompréhension est dû je pense au fait que je ne crois pas qu'il y ait de cause "ultime" ou "première" à une situation donnée (notamment celle à laquelle on s'intéresse ici). Il y a de multiples boucles de rétroaction qui font qu'une situation se détériore ou s'améliore (selon un point de vue bien entendu).

Ainsi, la situation du monde à un temps "t" influe sur l'utilisation faite des réseaux sociaux à ce moment là et les réseaux sociaux ne manqueront pas d'influer également sur l'état du monde. Comme toutes les boucles de rétroactions, on peut (doit ?) intervenir à chaque entrée de la boucle si on la pense dangereuse. C'est vrai que mon sujet dans mes chroniques à Arrêt Sur Images est plutôt l'entrée "économie de l'attention" de la boucle mais je pense (j'espère) être plus complet dans mes articles. Par exemple, l'article 3 et 4 de ma série sur la post-vérité voulaient illustrer cette attention : 

   * Dans l'épisode 3, je m'intéresse aux racines profondes du phénomène : "Post-vérité, la science est-elle encore dans le “vrai” ?"

   * Dans l'épisode 4, je m'intéresse à la rétroaction technique : "Post-vérité, Qu’est ce qui augmente le R(t) de l’irrationnel ?"


Je suis d'autant plus d'accord avec vous que j'ai découvert récemment les travaux de Turchin sur la "structural demographic theory" qui vont dans le sens de votre remarque : https://peterturchin.com/structural-demographic-theory/


En écrivant, ça me fait penser à la fausse dichotomie nature/culture qu'on essaie en permanence de ramener dans tous les débats. Or sur le temps long, cette dichotomie n'existe pas vraiment, les deux se confondent finalement dans une longue rétroaction. Je pense qu'il s'agit de la même chose pour technique et société et si je devais pointer du doigt un danger, c'est le déséquilibre grandissant qu'il y a entre nos techniques et notre capacité à les maîtriser, la fameuse phrase de Jean Rostand : "La technique a fait de nous des dieux avant que nous méritions d'être des humains" 


En tous les cas, ce n'est pas vous qui me comprenez mal, c'est très probablement moi qui ne suis pas très clair.

Bien à vous, 

Merci pour votre retour clair et argumenté. Je suis aussi convaincu par ces boucles de rétroaction, comme dans les écosystèmes et les réseaux trophiques par exemple. Très intéressant vos liens, j'avais loupé ces articles sur votre site. A très bientôt pour votre prochain article et vidéo.

«Ceci étant dit, je pense que les dynamiques des réseaux sociaux et de l'économie de l'attention en général ne sont pas étrangères à l'aggravation actuelle»

«La société se polarise»


L'aggravation actuelle, la société se polarise, on a des bases pour ces constats, ou c'est du doigt mouillé sur un air de «c'était mieux avant». Je vois de plus en plus ce genre de constats qui passent petit à petit pour des acquis alors qu'ils me semblent découler que de raisonnement intuitifs peu étayés.


Parce qu'on pourrait citer d'innombrables sujets politiques pour lesquels on s'entretuait par le passé (au propre, pas au figuré). Nos clash Twitter paraissent bien mièvres en comparaison.


Concernant la polarisation de la société, je serais curieux de connaître la définition des deux groupes ainsi formés, en dehors d'un critère purement économique (qui n'a rien à voir avec les réseaux sociaux, et qui n'est pas forcément un critère déterminant dans les dernières polémiques).

Bonjour ,

Je me trompe peut-être mais le phénomène me semble relativement bien documenté. Ca dépend beaucoup de l'échelle de temps observé mais sur les 20 dernières années, vous avez par exemple ça pour les US : : https://www.pewresearch.org/politics/interactives/political-polarization-1994-2017/


Je trouve que l'article de Waitbutwhy (dont est issu le lien précédent) sur le sujet est bon et on observe en ce moment même que les dynamiques qui ont donné naissance au Trumpisme sont en cours en France avec quelques années de décalage : https://waitbutwhy.com/2020/01/sick-giant.html


Vous avez aussi ça : https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1350506817713439

Par contre, en y réfléchissant, je pense que vous avez raison de questionner le terme "polarisation". Ce n'est pas forcément le terme qui rend le mieux compte de ce qu'on observe qui est plutôt selon moi une "radicalisation" des opinions des uns et des autres. Il y a sans doute plus de 2 camps/pôles or on peut comprendre derrière la notion de pôles qu'il n y en aurait que deux (ce qui n'est pas tout à fait vrai à priori puisque la notion de quadripôle existe d'ailleurs).

Pour ce qui est des clashs Twitter qui peuvent effectivement sembler "mièvres".  J'observe qu'ils y restent de moins en moins cantonnés et qu'ils ont tendance à être annonciateurs des débats et des clivages de la "vraie société" de demain.

Bien à vous,

 

Mila n’a pas visé les musulmans. Il faut rester factuel pour être nuancé.

De plus, les treize personnes jugées sont, je cite le Monde :

« Des athées, des musulmans, ou des catholiques, le casier judiciaire souvent vierge. »

Voir ici.

"pas nouveau" et amplifié par l'immédiateté des réseaux sociaux sans doute, mais pour avoir vécu aux état-unis il y a 40 ans - avant internet donc - je suis convaincue que l'observation de Cléopatate a un sens. Il y a dans ce manichéisme une irrésistible attraction des schémas de pensée américains, qui se diffusent avec une à 2 décennies de retard en France (puritanisme, binarité bien/mal qui s'oppose à la pensée française, qui préfère historiquement les équilibres trinitaires). à mon sens, ceci a plus à voir avec la diffusion des modèles économique et culturel qu'avec les réseau sociaux.

Pas sûr que le problème soit lié aux US, quand on voit passer les extraits de journaux  historiques présentés par Mathilde Larrère, c'était déjà bien manichéen en France depuis longtemps. C'est la nature humaine. :)

Peut-il y avoir de la nuance dans une oeuvre de 140 signes cher Daniel? 

mes paris pour les invités

olivier ertzscheid et olivier tesquet


joli teasing, en tout cas !

n'est-il pas temps de se désintoxiquer de ces plateformes qui entraînent mécaniquement plus de mal (en dommages mentaux, parfois physiques) que de bien...?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.