149
Commentaires

Plongeons dans le trumpisme avec Le Monde

Arrêtez tout, on a trouvé le coupable. Le coupable de ce résultat inimaginable

Derniers commentaires

Un message non sollicités s'impose sur mon smartphone. C'est la Une de Libé du 11/11.
Titre " Quelle Amérique va bâtir Trump ?"
Je serais bien en peine de fournir une analyse grammaticale de ce titre : est-ce qu'on se demande:
- ce que sera l'Amérique bâtie par Trump ( mais elle est déjà bâtie, non ?)
- ou par quelle partie de l'Amérique Trump sera-t-il bâti ( si Trump existe déjà, le Président Trump est en devenir, effectivement).
J'imagine que le double-sens est voulu, et s'il ne l'est pas il est encore plus fort.
Le système des grands électeurs avait été mis en place pour éviter des écarts de conduite du peuple. Des grands électeurs pour corriger les effets dévastateurs du vote massif du peuple. voilà. Clinton a eu plus de voix que trump. Et trump a eu plus de grands électeurs. Et là, on peut dire bravo aux " grands " électeurs et a un système imaginé pour contrôler cette masse supposée imprévisible que nous sommes. Bravo donc à la démocratie américaine.

Cela dit, on a eu en France un grand homme politique, patron de presse qui n'avait de cesse d'utiliser le mensonge et la calomnie pour faire chuter ses adversaires. Il a des places, des boulevards des avenues des porte avions a son nom. L'objectif de sa vie était de battre l'Allemagne, de venger l'humiliation de 1871. Pour lui un pacifiste, c'était un traître. En mars 917, le nouveau duc d'Autriche propose une paix séparée à la France. Le premier ministre anglais aurait même dit " la paix est faite". notre grand homme qui n'était pas au pouvoir a tout fait pour saboter le projet, en publiant des mensonges et des calomnies dans son journal. D'ailleurs, quand il arrivera au pouvoir, il fera mettra Caillaux en prison. Un homme de gauche qui avait envoyé la troupe contre des mineurs grévistes quelques années auparavant. Il au eu la victoire qu'il voulait en 1918. A Versailles, il s'apprêtait à envoyer les troupes jusqu'à Berlin si nécessaire. C'était un homme en colère, en guerre permanente. La grande boucherie aurait pu s'arrêter en 1917, avant la révolution bolchévique, avant l'intervention américaine. Il est parvenu à humilier l'Allemagne comme il le rêvait. On connaît la suite.

Pour ce qui est de la vie personnelle de ce grand homme, il adorait aller à l'opéra pour regarder danser les petits rats et leur rendre visite après. Il y avait une loge fermée qui permettait aux grands hommes de voir sans être vus. La classe. Sa femme ? Exilée en Vendée, et quand il a eu vent d'une infidélité, il l'a fit condamner. La classe, vraiment. Une autre époque. Ce grand homme est l'exemple, l'inspiration de Valls, cet autre foudre de guerre, cet homme de gauche qui envoie la troupe contre les manifestants. Allez savoir, peut-être que valls et trump auront aussi des porte avions à leur nom.
Que peut-on attendre d'autre de l'Immonde porte-parole majeur de l'oligarchie financière à part de diffuser complaisamment la propagande du 0,1% !
Elles ne se sont pas aventuré ou elles ne se sont pas aventurées ? Est-ce une sensation transitive ? Qui s'applique à soi-même ou bien qui s'accorde avec un auxiliaire de vie aventureuse ? Je réfléchirai(s) bien à deux fois avant de le dire...
C'est un peu fatigant ces réactions goguenardes de gens de gauche ici et ailleurs qui minimisent ou rationalisent cet élection à coup de "tfaçon c'est pareil" ou meme avec enthousiasme que "c'est un coup de pied dans la fourmilière". Alors déja c'est pas un petit jeu intellectuel, les minorités américaines terrorisées par le résultat sont déjà intimidées; harcelées; agressés par les supporter de Trump, cf:
https://twitter.com/i/moments/796417517157830656
Alors, non ce n'est pas le réveil de la démocratie, c'est la victoire de la "majorité silencieuse"; parce que justement l'"élite" intellectuelle cultivée a regardé d'un œil dédaigneux toute tentative d'une vraie réflexion politique tranformatrice dans le champ culturel ou institutionnel (et économique évidemment); ou toute forme de lutte politique légitime portée par les "minorités agissantes", et a tué dans l'oeuf toute possibilité de transformation légitime.
Mais pourquoi? Pourquoi? Et encore pourquoi?
Personne, nulle part, dans mon aquarium (chacun est en son aquarium, tant l'océan médiatique est vaste), non, personne.
Oui, mon étonnement est grand de ne pas avoir vu ou lu le moindre petit "on s'est trumpé" ou "les sondage se sont trumpés", même avec un "je sors" contrit de circonstance.
Je devrai peut-être retourner sur twitter ou regarder plus encore la télé et pas que LCP. C'est pas possible que rien. Le domaine du possible s'est tellement agrandi pourtant!
Je suis sûre que ça existe.
Môsieur Schneidermann,
votre persiflage et la subversividité (n'est ce pas?) de vos écrits montrent votre désir de détruire nos belles |Valeurs| et tout ce qui fait la supériorité de notre indestructible Civilisation.

MDR :-D

J'ai bien rigolé...Merci Dany. :-)
Vous allez chercher bien loin quelque chose de très prosaïque. Ce que je vois, c'est que l'électorat de Trump a fait le plein ou presque, en tant qu'électorat républicain. Tout le monde sait que la droite serait prête à élire une chèvre pourvu qu'elle ait un discours de droite (enfin, un bouc, parce qu'une femelle...), et Trump n'est pas au point d'avoir l'air d'une chèvre.
Donc....
Par contre, l'électorat démocrate n'est pas allé voter Clinton parce qu'elle a niqué Sanders, et Wikileaks l'a prouvé, et parce qu'elle a des problèmes de corruption déguisée en gros conflits d'intérêts majeurs, mais pas sous le coup de la loi. D'ailleurs, le fait qu'elle était mariée à l'ex lui a permis de faire encore plus fort : les conférences étaient réglées par avance. Alors que jusqu'ici, les ex présidents des Etats-Unis avaient droit de produire des conférences pour des sommes folles, réglées par des grosses sociétés ou des pays louches genre Arabie Saoudite. Une sorte de récompense pour avoir été bien gentils pendant leur mandat. Donc elle a pu inaugurer le paiement avant le mandat.... C'est quand même fort.
Il ne faut pas non plus se foutre de la gueule du monde. Personnellement, je ne me serais pas compromise à toucher un bulletin de vote à son nom, j'aurais eu l'impression d'être une pigeonne.
Mais si elle n'a pas fait le plein, et que Trump n'a pas fait entièrement le plein, mais presque, alors arithmétiquement, il a gagné. Il y a quand même 46% d'abstention. Je pense que c'est là que sont les pauvres qui n'attendent rien du système.
L'électorat républicain, la classe moyenne persuadée qu'elle va s'enrichir, forcément parce qu'elle le mérite, a voté. Point. Parce que le problème, la raison pour laquelle ils ne deviennent pas milliardaires, alors qu'ils prient, bossent, élèvent leurs enfants selon la loi imbécile de leur dieu, et méprisent ceux qui ne sont pas comme eux, le problème, c'est les autres. Ne cherchons pas plus loin. Car si quelqu'un qui parle comme eux et y est arrivé devient leur chef, alors tout cela va se résoudre.

Maintenant, la classe médiatique accuse les pauvres, les pauvres qui n'ont que des émotions, pas de raison, c'est le jeu.... Non qu'il y ait une explication rationnelle à ces accusations, simple réflexe de classe, mais c'est comme ça depuis des décennies... Il semble qu'on ne puisse pas l'empêcher, c'est comme la pluie... Mais cette classe médiatique est condamnée à moyen terme à disparaître, balayée par internet, donc ça ne durera pas autant que la pluie...

Faisons le gros dos, ce n'est ni la première ni la dernière fois. Les premières décisions de Trump ça va être tout ce qui l'arrange personnellement, genre baisse de l'impôt sur les sociétés, et baisse de l'Impôt sur le Revenu, car il pourrait redevenir imposable bientôt, et lancement des grands travaux qui augmenteront le chiffre d'affaires de ses boîtes. Ensuite, quand Poutine attaquera l'Ukraine et d'autres pays limitrophes, genre pays baltes, si ce n'est pas fait d'ici quelques mois, il sentira vraiment sa douleur, au risque de provoquer une grande déflagration que nous Européens prendrions en pleine tronche.
Le tigre guette et se lèche les babines.
Espérons donc que Trump n'est pas aussi narcissique et bête qu'il n'en a l'air... Parce que dans ce cas, il sera une proie facile. Et nous avec...
Il y a désormais beaucoup plus de gens pour expliquer la victoire de Trump que de gens qui ont voté pour lui.
L'universelle finesse à J+1
(Philippe Lançon).
Cher Daniel, contrairement à une idée répandue, les plongeurs n'utilisent pas des bouteilles d'oxygène. S'ils le faisaient l'espèce aurait disparu depuis longtemps car l'oxygène pur est un poison violent auquel nos fragiles organismes ne résistent pas. La plupart des plongeurs plongent avec des bouteilles d'air (pas bête, c'est justement ce qu'on a l'habitude de respirer) avec sa bonne proportion de 1/5 oxygène et 4/5 azote. Ceux qui veulent plonger plus longtemps et / ou plus profond plongent avec des mélanges contenant un peu plus d'oxygène et un peu moins d'azote mais c'est encore loin de l'oxygène pur. Vive la plongée et gare à l'hyperoxie, qui est à l'oxygène ce que la biture est à l'alcool.
« Donald Trump a exploité la colère d’une classe moyenne en déclin, qui est malade et fatiguée de l’économie de l’establishment, de la politique de l’establishment et des médias de l’establishment. Les gens sont fatigués de travailler plus longtemps pour gagner moins, de voir les emplois correctement payés partir en Chine et dans d’autres pays à bas salaire, de constater que les milliardaires ne paient aucune taxe fédérale sur le revenu et de ne pas pouvoir offrir l’université à leurs enfants - tout ceci alors que les très riches deviennent encore plus riches.
Si M. Trump est sérieux pour mener des politiques qui améliorent les vies des familles de travailleurs dans ce pays, moi et d’autres progressistes sommes prêts à travailler avec lui. S’il poursuit ses politiques raciste, sexiste, xénophobique et anti-écologique, nous nous y opposerons vigoureusement. »

Bernie Sanders
A Daniel Schneidermann et aux journalistes d'ASI, aux lecteurs de ce forum, je crois que sans forcément adhérer à ses thèses vous n'avez pas forcément un rejet viscéral des analyses d'Emmanuel Todd, n'est-ce pas ?

A voir absolument (c'est souvent formidable d'intelligence et d'audace... mais aussi de pré-science dans les heures qui ont précédé l'élection américaine), une conférence d'Emmanuel Todd donnée dans une grande école de commerce, à Nantes :

https://www.les-crises.fr/video-crise-de-la-societe-americaine-crise-de-la-globalisation-par-emmanuel-todd/

Zappez les 41 premières minutes, puis... régalez-vous, en attendant une nouvelle invitation de Todd sur ASI ! Cela s'impose, non ?

NB : si j'arrive après la bataille et que cinquante personnes ont déjà évoqué cette conférence de Todd, mille excuses.
Voilà une image parlante.

Donc, le fait politique, ce n'est pas la hausse du vote Trump, mais l'abstention massive de l'électorat démocrate.
Mai 2017 se passera de la même façon chez nous. On pointera du doigt la "colère" pour justifier après coup la flambée du vote Front National, tout comme on le fait depuis 2002.
Puisque certains d'entre nous plongent dans les chiffres, en voici d'une autre sorte.

[quote=Romain Huret, historien des USA, interrogé par Reporterre]Je cite souvent une donnée qui est pour moi très significative de ce qui se passe aux États-Unis. Depuis une dizaine d’années, il y a une hausse exponentielle du taux de mortalité parmi les hommes de 45 à 54 ans, blancs et non qualifiés. Les raisons ? Drogue, suicide, maladies cardiovasculaires liées à la malbouffe et au tabac. Cette augmentation est propre aux États-Unis, et… à l’Angleterre.

Bah, je sens qu'il y en a qui vont dire que ceux qui ont voté Trump ne sont pas morts, hein?
Les rednecks de l'Amérique rurale on voté par conviction pour un candidat dont le slogan est "Make America great again".
Milliardaire alors qu'ils sont, pour la plupart, de condition modeste. Mais ce fossé entre eux et lui n'est pas un problème. L'Amérique doit redevenir cette grande Nation de winners que Trump symbolise si parfaitement à leurs yeux.
Il est raciste, anti-immigration. Ça tombe bien, eux aussi. Il adore "attraper les femmes par la chatte". C'est un des leurs, misogyne et paillard.

Comme le remarque pertinemment P-E Barré dans sa dernière chronique sur France Inter, "avec Trump au pouvoir, ça va être chaud aux Etats-Unis pour les pédés, les Noirs, Mexicains, pauvres et musulmans, mais en même temps, est-ce que c'était les plus heureux avant l'élection ?"

Rien à perdre à essayer.
C'est ce qu'ont dû se dire les Trumpistas, latinos ayant voté pour lui, en faisant abstraction de sa xénophobie.
Certaines femmes pauvres, comme cette chercheuse d'or de l'Arizona que je viens d'entrevoir sur France 2, choquée par son sexisme, mais convaincue qu'il va relancer l'économie et qu'elle en profitera.
"Lui au moins, il a des couilles"!
Ben voilà, je m'en doutais!!
C'est aussi simple que cela et brillamment résumé.
Pauvre et terrible argument mais si véridique, dans l'histoire pathétique de nos démocraties,
Tout sauf mettre au pouvoir une femme.
Elles seront, vous le verrez, aussi les dernières sans doute à rentrer dans l'universel.
Quand le patriarcat moribond et androposé depuis belle lurette vient au secours du capitalisme lifté, ça donne ça!
En France, attention on a les mêmes alliances ringardes et terribles, mais en beaucoup plus fraiches et glamour...
alors quoi on met tout en place pour une troisième guerre mondiale: les très très riches contre les 99%.
Bon allez, ça suffit, on a du taf nous autres, des urgences écologiques, une démocratie directe à inventer.
Le vote électoral devrait toujours s'accompagner d'un passage chez un psychiatre. Si celui-ci note que les humeurs sont trop excitées par des sentiments contraires à une décision réfléchie, alors l'individu serait interdit d'approcher à quelques lieux de l'urne par un bracelet électronique. tout comme on conseille à une personne qui n'est pas maître de son véhicule, de ne pas conduire.

Mais voilà, certains risqueraient de ne jamais voter, tous les Bittérois à quelques exceptions seraient envoyés à la campagne, on assisterait dans le Nord de la France à des transhumances le jour des élections. Sans parler de la colère qui gronde chez des gens comme moi envers le parti socialiste bien que mon vote ira à celui qui défendra le mieux mes souhaits et non pas pour celui qui de toute évidence est un populiste éhonté et milliardaire qui voulait se payer la Maison Blanche comme un gamin la prochaine Wibox.

Mais non vraiment cette solution n'est pas bonne, la démocratie doit trouver des moyens pour apaiser la colère et aider les gens à voter en connaissances de cause pour qu'ils n'aient pas ensuite à en subir les conséquences, et être responsables de leur choix. Car tout est une question de responsabilité.

Combien sommes nous à porter le boulet de la responsabilité d'avoir élu Hollande même si nous pensions que c'était la seule sage décision.

Outre Sarkozy qui pète de joie et retrouve sa parole libérée (bientôt il va parler des femmes à la mode Trump, on l'espère pour se marrer en voyant la tronche de sa chanteuse), il y a Hayraut ministre Hollandien à qui on posait hier à France Inter/Info la question de savoir si son parti allait tirer les leçons de la défaite de Clinton en s'adressant aux plus démunis et considérant leur demande, et qui a éludé la question avec une magistrale prestance d'amorphe.

N'empêche que chacun est responsable du vote qu'il met dans l'urne, tout comme chacun est responsable de sa conduite en voiture
Et si au lieu de fantasmer sur un retour au vote censitaire on mettait des appareil pour mesurer la tension à l'entrée des bureaux de vote?
Si au moins cette plongée d'un an leur avait permis d'entrevoir la possibilité d'une victoire de Trump. Mais non, même pas.
J'ai cru comprendre que notre ex-président ( dit Nicolas-le-Petit ) était assez heureux des résultats " trumpinesques ".
C'est vrai qu'il fait partie de la même famille " les Républicains " et qu'il a les mêmes " valeurs ".
Une raison de plus, peut-être, pour aller voter à la " primaire " de la droite ( en scooter ), car , pourra-t-on l'être encore ( républicain ), si au 2ème tour , en 2017, le choix sera entre Nicolas et Marine
Bien vu, Monsieur, le Monde comme d'habitude embrouille en "tentant d'expliquer". Vous le savez fort bien car vous êtes un peu issu du sérail.
Il faut arrêter maintenant. Tout cela est simple: à l'intérieur d'un Etat-Nation on doit retrouver la maîtrise des flux: flux de l'argent , flux des marchandises, flux des hommes. De manière obligée, retour de la souveraineté pour maintenir la démocratie.
Bien entendu, on abandonne le libre échange et la mondialisation qui rendent fous. C'est cette folie qui introduit le chaos.
(chaos déterministe donc!)
La colère est très certainement une des raisons de la victoire de Trump. A france inter ce matin, l'instant M rejetait la faute aux réseaux sociaux sur lesquels les électeurs auraient choisi de s'informer à 44% (au lieu d'écouter la bonne parole des chaînes "sérieuses" avec des morceaux de "vrais" journalistes dedans et qui vérifient toujours leurs infos).
La question que j'aurais aimé entendre, à savoir "mais pourquoi cette préférence ?" n'a pas été posée. Dommage !
En matière d'auto-critique les journalistes ont encore du boulot.
Ça me rappelle furieusement les commentaires des hommes politiques aux lendemains de veste électorale du type "on a été battu parce qu'on n'a pas été assez loin dans nos réformes", réformes qui leur ont valu cette défaite.
Tous sourds et aveugles !
Bref en mai 2017 en cas de victoire de Le Pen ou Sarko, il est à parier que la faute en reviendra à ceux qui n'auront pas voté pour leur candidat, pas du tout parce qu'ils auront soigneusement évité de faire entendre les voix remettant en cause la politique libérale qui a mis le pays dans l'état où il est. Pas du tout non plus parce qu'ils ignorent (ou refusent de voir) que derrière chaque réforme libérale qu'ils saluent bien bas, il y a des gens en vrai qui souffrent, qui ont de plus en plus de mal à vivre au quotidien, qui vont paniquer à l'idée de se retrouver au chômage, sans logement... La liste est longue.Il y a belle lurette que sorties au cinéma ou au restau ne font plus partie du paysage...
Ces zélites auto-proclamées, par leur arrogance ignorante ou leur ignorance arrogante parviennent à obtenir l'inverse de ce qu'elles veulent par le rejet qu'elles provoquent. Mais bien sûr, ce n'est pas leur faute, juste celle de pauvres crétins qui votent mal. (referendum, Brexit...)
On connait la suite du processus : puisque tous ces "bonobos" ne votent pas bien, on va se débrouiller pour qu'ils ne votent plus...
Pas sur que cela fonctionne, heureusement !
"L'électeur lepeniste ou melenchonien" aurait donc les mêmes motivations, Plantu approuve ce message.
En gros vous reprochez au "Monde" de ne pas tenir compte de la réalité vécue et des éléments concrets, les journalistes en restant à l'incompréhension, au "sentiment" des électeurs, l'accent mis sur l'aspect émotionnel et psychologique, désespoir-frustration-colère de cette frange de la population.

Ce qui du même ressort que le traitement que vous appliquez vous-même à ceux que vous appelez les "complotistes", ou les poutinolâtres forcément issus de la fachosphère.

Sinon, je souscris à votre édito, à 100%.
Et le CETA ? pendant des mois et des mois les organisations indépendantes ont dénoncé les risques que générerait la signature du CETA sur la démocratie et l'économie en Europe (tribunaux arbitraux privés notamment qui sont une iniquité pour les citoyens); silence total et méprisant dans le journal Le Monde qui s'est réveillé lundi dernier juste après la signature du CETA la veille et s'est mis à publier des articles analysant les conséquences sur la démocratie (et donc répétant tout ce qu'ont dit les indépendants avant lui).
Il est temps qu'on arrête de prendre ce journal au sérieux, qui n'est que la voix des milliardaires auxquels il appartient.
Ce matin dans l'instant M sur france inter on nous a expliqué que si Trump a été élu c'est parce que les gens n'ont pas assez écouté ou lu les médias mainstream....

Peu importe de quel coté on tourne la tête, on tombe sur la folie de ce monde....
Il faut arrêter avec la pseudo sidération morale.

L'élection américaine, qui paraît comme un signe de décadence de la démocratie aux yeux des éditorialistes (pour la plupart) est probablement bien plus le signe de sa résurrection - triste mais tout de même.

La question de savoir si Trump est ou pas un "bouffon", un "clown", n'est même plus pertinente, pour celui qui n'a pas de travail, n'a aucun espoir d'en retrouver un, n'a pas un dollar pour acheter à manger, ne peut éduquer ses enfants et n'a aucune perspective d'avenir, ni pour lui même ni pour sa famille, quand Trump promet de rétablir des droits de douane pour lutter contre le dumping social chinois, pour parer l'écart dans les contrôles qualité entre Chine et USA, qui promet de baisser le prix des médicaments, de mettre les assurances santé en concurrence à l'intérieur des 50 Etats, remet en question les accords OMC, est contre le TAFTA, entend réinstaurer la séparation entre banque de crédit et activité financière. En somme, il déroule un programme qui s'intéresse aux conditions de vie de millions de gens que plus personne ne veut voir.

Populiste ! répondent ceux qui sont confrontés aux arguments justifiant le succès de Trump.
Populiste vraiment ? Se mettre dans les chaussures d'autrui, cet autrui qui vit loin des centres urbains prospères, invisibilisés par millions, c'est être populiste ?

L'élection de Trump fais chier à mains égards mais au moins peut être qu'on va enfin refaire de la politique.
un taux de participation à 53 %

Clinton arrive en tête des suffrages : elle a gagné le vote populaire .

Elle a gagné le vote des moins de 40 ans, des femmes et de ceux qui gagnent moins de 50 000 dollars par an ( 3816 euros par mois)

Trump termine derrière Clinton .

Il a gagné le vote des plus de 40 ans, celui des hommes mariés ( 58%) , de ceux qui gagnent plus de 50 000 dollars par mois, et des électeurs blancs (58%)
Qu'il est si peu constructif, mais tellement drôle de les voir se débattre avec ce monde (avec un petit "m") qu'ils ne comprennent pas.

La victoire de la Trompette était tellement prévisible, et pourtant toutes leurs incantations auto-réalisatrices n'auront pu la contre-carrer (qu'ils déroulé une propagande consciemment ou aient été auto-aveuglés importe peu, à vrai dire).

Reste maintenant à confirmer ce que nous savons tous, à savoir que la présidence Trump a toutes les chances d'être affreusement similaire aux présidences précédentes, peut-être un peu moins va-t-en-guerre et un peu plus "intérieure" (qui sait, peut-être tentera-t-il de tenir certaines de ses "promesses" ...)
En complément de ces papiers, il faut lire l'éditorial du Monde d'hier, entre chiffres sujets à caution et interprétations. Il complète le sentiment d'un journal hors des réalités.

L'édito du Monde, extrait: "Obama achève ses deux mandats sur un bilan intérieur honnête. Héritier d’un désastre économique laissé par son prédécesseur républicain, George W. Bush, il a redressé la barre : chômage à moins de 5 %, croissance supérieure à la moyenne européenne, finances publiques en voie d’assainissement, assurance-santé considérablement étendue, industrie automobile rescapée et haute technologie plus conquérante que jamais."

Et avec ces si bons résultats, Trump est elu ? Étonnant, non ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.