41
Commentaires

Outre-mer et Macron : "les enfants", expression raciste ?

Dans notre émission consacrée aux votes Le Pen en Outre-mer, nous avons montré une séquence lors de laquelle Emmanuel Macron, dans un dialogue avec les élus ultramarins à l'Élysée, s'adresse à eux en les appelant "les enfants". Les invités rebondissent dessus… mais nous n'avons pas précisé que ce terme a été employé par Macron dans d'autres circonstances.

Commentaires préférés des abonnés

Et qu'il s'agisse de mépris ou de racisme, quitter la salle en masse aurait été justifié.

Pour ma part, je crois qu'il est réducteur d'écarter la dimension raciste de l'expression "les enfants" simplement parce que Macron l'utilise dans d'autres contextes avec des personnes non racisées.

Si l'expression est infantilisante et méprisante da(...)

Chez Macron , tout est un mélange de mépris , d'arrogance et de sentiment de supériorité. Il se croit au dessus des autres. Son expression " les enfants" doit venir de là. Tellement convaincu d'appartenir à une caste supérieure.

Incapable de se remett(...)

Derniers commentaires

J’y vois juste une formule "paternaliste". Rien de plus. sans racisme sans mépris. S’il avait dit, "non, les gars, ça ne marche pas comme ça.", vous en auriez fait aussi des tonnes?

Le Président de la République Française (les majuscules, c'est exprès) en visite dans les confettis de ce que reste de colonies, non, pas colonies, territoires d'outre-mer, face à ceux qui subissent depuis toujours les effets néfastes du comportement colonial de la métropole, là comportement colonial c'est exprès. 


Le Président qui n'est jamais que le petit gamin de sa Bribri,  pour dire qu'il veut bien mais non, il ne veut pas, apostrophe les élus, les citoyens en leur disant  "les enfants".


Même Bonaparte n'aurait pas osé.

Ce qui est compliqué, c'est que je ne connais personne qui emploie cette expression. Je cherche dans le passé, le présent.., aucune référence. Personne dit ça.

C'est une sorte de décontraction qui n'est pas à sa place. Et la manière dont il le dit n'a aucune importance. C'est la manière dont c'est reçu qui compte. Et je serais un ultra-marin je le prendrais mal.

C'est le même principe que "j'ai envie de les emmerder". On le prend mal si on veut. C'est pas lui qui décide.

C'est entre autres pour cette capacité de se remettre en question que j'aime Arrêt sur Images. Quel autre média a cette honnêteté ?

J'y vois avant tout le mépris

d'ailleurs le mec n'a pas d'enfant

on ne va pas se faire adopter par ce pseudo pater familias


Tout cela est le résultat d'une mauvaise éducation, d'une formation dans un milieu stérile et protégé, hors de la réalité

Le tout accompagné du complexe de l'élève qui n'a pas réussi à se défaire de ses maîtres au point d'en épouser une


Il carresse les joues de ses lèche-culs venus le féliciter de son accession à la re-présidence par défaut

un petit geste paternaliste qui est amusant lorsque votre enfant de cinq ans vient vous caresser la joue pour vous réconforter d'un petit malheur, mais quand un enfant de 45 ans le fait, ça devient ridicule


Je commence à me poser la question de savoir ce qui est mieux : un gros poupon qui casse involontairement la porcelaine dès qu'il bouge comme Boris Johnson, où un grand enfant qui casse tout avec acharnement comme cet Emmanuel


Je t'en ficherais de "mes enfants"!!! 

Effectivement, merci pour cette salutaire remise en contexte.

Je ne savais pas que le Jupiter était un adepte de cette infantilisante expression, et l'avais donc prise comme une preuve flagrante de racisme ordinaire. Alors que ce n'était que le mépris ordinaire si habituel de son milieu social...

Quand un maître d'école siffle la fin de la récré, c'est comme ça qu'il s'y prend.

Clairement un terme pour rappeler sa soi-disante supériorité.

Pour ma part, je crois qu'il est réducteur d'écarter la dimension raciste de l'expression "les enfants" simplement parce que Macron l'utilise dans d'autres contextes avec des personnes non racisées.

Si l'expression est infantilisante et méprisante dans les autres contextes, je crois que dans ce contexte particulier, elle est non seulement infantilisante mais, en plus, elle renvoie à des stéréotypes racistes dont ont historiquement été victimes les personnes noires ou afrodescendantes, qui étaient dépeintes comme des personnes immatures, amusantes, stupides, obéissantes, etc. 

C'est la question de l'intersectionnalité: les rapports de domination s'imbriquent et se manifestent de différentes manières (ex.: le sexisme vécu par une femme blanche ne sera pas vraiment le même que le sexisme vécu par une femme arabe). 

Pour le dire autrement, je crois que, dans ce contexte (à savoir, un président, à l'Élysée, devant des élu.e.s des Outre-Mers préoccupés, qui ne sont pas ses "potes", etc.), leur dire "les enfants" ne convoque pas le même imaginaire que le dire à des personnes blanches de classe moyenne ou populaires. 

Les mots sont les mêmes, mais le contexte et l'audience ne sont pas les mêmes. La charge symbolique dont ils sont porteurs n'est donc pas nécessairement la même.

Je la remets ici, tiens, c'était dimanche au sacre.

https://mobile.twitter.com/caissesdegreve/status/1523128640216596480

Napo et ses petits chienchiens :




Alors Neity, qu'en pensez-vous là ?

Préparatrice autant qu'animatrice de l'émission, notre journaliste Nassira El Moaddem reconnaît qu'elle aurait effectivement pu faire part de cet usage apparemment immodéré de "les enfants" par Macron.


NEM était au courant lors du tournage de l’émission ?

Ne pensez vous pas que Macron,est un Bonimenteur,mais  de haut vol.

Chez Macron , tout est un mélange de mépris , d'arrogance et de sentiment de supériorité. Il se croit au dessus des autres. Son expression " les enfants" doit venir de là. Tellement convaincu d'appartenir à une caste supérieure.

Incapable de se remettre en question.

Pourquoi accepter de discuter avec un type comme ça. Le mieux serait de l'ignorer. Boycotter ses pseudos débats. Pas étonnant qu'il déclenche un tel sentiment de haine chez beaucoup. 

Le voir même sans le son est devenu insupportable.

Mépris ou racisme sont à mon avis deux surinterprétations influées par un biais de confirmation. Pour ma part ça relève plutôt de quelqu'un qui se sent assez à l'aise avec son auditoire et s'autorise des expressions qu'on utilise habituellement en privé. "les enfants" c'est une expression qui est assez largement utilisée entre "potes" adultes sans que ça ne relève de l'infantilisation ni du mépris ni d'autre chose. C'est plus une expression qui sert à maintenir une ambiance décontractée.

Compte tenu du contexte j'y ajouterais juste la dimension d'une volonté de cadrer. Donc plutôt que de la rapprocher du classique "bon les enfants je vais me coucher", ça me parait relever du "bon les enfants on y va".


Vu l'ambiance dans la vidéo commentée, ça me semble coller avec cette interprétation.


Est-ce que c'est malin comme expression dans un cadre officiel ? je ne pense pas. Est-ce pour autant du mépris ? à mon avis non. Ou alors on n'a pas la même définition du mépris et là il est possible qu'on tienne un sujet qui tend à croître dans une partie de la population : le fait de confondre le mépris réel pour parler d'un sentiment d'infériorité de la part de la cible ou du spectateur.

Macron considère problement que le long article de Wikipedia consacré au chlordécone, et qui ne fait aucune état d’aucune ambiguïté quant à sa toxicité et des effets à long terme sur l’environnement et sur l’homme, a été rédigé par des complotistes :


https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Chlordécone

Quelle morgue infâme... encore 5 ans... pourquoi sommes-nous tombé aussi bas...

Et qu'il s'agisse de mépris ou de racisme, quitter la salle en masse aurait été justifié.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.