125
Commentaires

Oui, dans les poubelles, on trouve parfois des faits...

Derniers commentaires

J'ai l'impression d'être trop naïf, car lorsque je lis un article, que ce soit ici sur @si ou ailleurs, j'ai rarement l'idée de le contredire.

Jusqu'à présent, je me disais donc : "Merde, si Airy Routier s'excuse, sans renier son article, c'est qu'il est donc bien vrai, ce SMS".

Mais finalement, qu'il soit vrai ou pas, et je pense que vous avez vraiment raison, il ne nous informe en rien sur les "habilités" de notre omni président à présider.

"On est tous timbrés en amour", oui oui et oui, et c'est vrai que ce n'est pas du tout un sujet sur lequel nous pourrons juger les qualités de Sarkozy.

Merci beaucoup pour votre article, je pense que je ne suis pas le seul à avoir été éclairé.


Blaise Paquier.
Plusieurs personne ont déjà posé la question , Oblivion , moi , et sûrement d'autres. Daniel Schneidermann y a répondu en partie ici :

http://www.arretsurimages.net/forum/read.php?4,14066,14121#msg-14121

Amicalement.
Mais que devenez-vous Elizabeth ?
Pas de chronique de vous depuis quelques temps déjà. Cela manque.
Merci Renard, tu m'a appris quelque chose au sujet de Montaldo.
Le problème pour moi est plus l'importance qu'on met dans un simple et hypothétique sms...!

Le journaliste un minimum conteur aurait simplement pu faire une allusion masquée, fictive, d'une ligne, amplement suffisant.

Faire trois tonnes sur un sms, c'est se moquer de Nicolas Sarkozy, surtout de l'importance de sa fonction, de ses actions actuelles, et se moquer de la fonction de journalisme, après la minute détende et frivole, il serait bon ton de bosser l'heure qui suit le fond.

"Hé coco, t'es naif et timbré toi! Les gens veulent du vivant, du télé réality (qui n'a de réalité que le nom à vir toutes les scénarisations à outrance vu des coulisses.), sinon y achètent pas, c'est pas notre faute, faut gagner sa vie!"...

En mélangeant les genres, Sarkozy transforme ses actions politiques en communication people, basé sur l'émotion sans raison.

Alors les journalistes transforment leurs analyses en animation commentant, pour le profit bizness.

Nous avons le président que la majorité française a choisi, l'identité de ce président est parlant de nombreuses valeurs, gangrénantes de mon point de vue car autoritaire et sans mise à niveau.

Nicolas Sarkozy est sur une autre planète, ainsi qu'une élite joyeuse et empifrée, croyant qu'une jeunesse roulant en ferrari va plus vite pour des raisons génétiques que d'autres jeunots nés avec un vélo, quoique des fois une mobilette dans les mains (Pour ça, faudrait vérifier les papiers du véhicule, pas normal vu sa descendance, y pourrait doubler la ferrari en ville, dans les bouchons,... l'avantage d'un mal né ou d'un bien né est de pouvoir les cadrer de suite, et ad vitam eternam.)

: o ) ; o ) , o ) o )
Un peu de théorie sur la perception de l'information par le cerveau humain permet sans doute d'y voir plus clair sur l'opportunité de publier ce SMS :

1) Le cerveau construit des connaissances à partir des données qu'il perçoit. Ces connaissances consistent en un ensemble d'informations mémorisées et reliées les unes aux autres pour faire sens. Toute perception est ainsi filtrée, analysée, catégorisée et comparée à d'autres préalablement mémorisées avant, éventuellement, d'être assimilée dans le réseau de connaissances d'un individu. Ce réseau inclut toutes sortes d'informations : sa vie personnelle, des données sur le monde, des informations sur son environnement géographique, des procédures pour conduire, travailler, etc.

2) Certaines connaissances mémorisées incluent des informations sur la vie de ses proches : famille, amis. Ces informations sont utiles à l'être humain pour créer des liens sociaux.
Dans cette catégorie peuvent alors être incluses des informations sur la vie de personnalités, car celles-ci, avec le développement massif des médias, sont considérées comme des relations proches : on parle alors de relations « parasociales ». La star entre dans le cercle de connaissances proches et connaître sa vie privée devient légitime.

3) Dans le flot de faits dont les journalistes disposent à un moment donné, l'objectif des journalistes est de fournir au public ceux qui méritent d'être portés à notre attention et d'être insérés, à plus ou moins court terme, dans l'ensemble des connaissances des lecteurs. Le travail journalistique est ainsi de transformer les faits en une information. Ce travail éditorial pose alors la question : faut-il publier les faits le plus objectivement possible pour laisser le lecteur libre d'en faire ce qu'il souhaite ou faut-il intégrer les faits dans une « théorie » plus générale nécessairement subjective ?

4) Dans l'épisode du SMS, sa publication brute laisse le lecteur libre de traiter cette information comme il l'entend. Or, le contenu brut de cette information amène quasi obligatoirement à la considérer comme une information sur la vie privée de Sarkozy et donc à l'intégrer dans un ensemble de connaissances sur la vie de Sarkozy. Dans ce cas, la publication paraît peu justifiable.
Il se peut cependant que ce SMS soit un indice supplémentaire d'une théorie l'interview de JF Kahn et la position de Schneidermann) qui semblerait dire que le président aurait certains travers psychologiques incompatibles avec sa fonction ! Dans ce cas, l'information sur le SMS pourrait, pour le lecteur, s'intégrer dans un ensemble de connaissances sur la politique française et sa publication en serait alors justifiée.
N'a t-il pas lui même mis en scène sa vie ? Il ne se tait que pour des images déformant son image qu'il veut belle (divorce). Pour le reste c'est 24 heures chrono.
Il me semble normal de chercher à connaître le caractère du président. J'ai été bien plus indignée par l'absence de Mme Sarkozy au second tour, non reprise par la presse, que par la parution de l'info de ce SMS. Cela ne fait que confirmer l'impression (déja faite) d'une personne instable.
Cordialement.
Pardon Elisabeth, Montaldo fouilla dans les poubelles du parti communiste Français, l'on appris par la publication du livre la mainmise de Moscou sur la direction du parti communiste Français. Cela ouvrit les yeux à beaucoup de Français, de journalistes sûrement et nous évita sans doute bien des ennuis.

Fouillez les poubelles ça pue !!!!, je traquerai sarko jusque dans les chiottes. Cet homme a joué avec le Peuple Français, il n'est qu' au début des tracasseries.

Votre instruction, votre sagesse vous disent d'arrêter ça, sachez que lui n'arrêtera pas et prendra cela pour de la faiblesse, c'est une personne qu'il faut combattre par tous les moyens. C'est un tueur !!!

Sachez vous en convaincre, regardez comment il n'hésite pas un instant, sans réflection à instrumenter les enfants, les rendant témoins de la déportation d'enfants Juifs, celui de carla, le sien d'avec cécilia, Jean de son premier mariage, qui a intégré toute la science malfaisante de son père.

A cet instant une image me vient, je revois Saddâm Hussein avec des enfants autour de lui dans son palais !!!!!!!
Brillante chronique reposant sur une argumentation qui tient la route dans un style alerte autant qu’allègre – j’apprécie vivement :-)

Félicitations pour le déploiement de l’argumentation avec des arguments à mon sens probants : dérive journalistique du « n’importe quoi », en l’occurrence ce qui relèverait de la stricte intimité sous le prétexte fallacieux d’une « prétendue signification politique ». Même envers celui qui expose sa vie privée, le respect de l’intimité (hormis perversité mettant en danger l’existence d’autrui) ressort d’une moralité élémentaire.

S’autoriser à balayer toute probité sous l’excuse « puisqu’il a commencé je suis en droit de faire à l’identique voire au pire » suppose une absence de conscience morale que la loi pallie avec pertinence, entre autres avec « le droit à la protection de la vie privée ».

Seul point sur lequel mon opinion diverge : s’agissant d’une "malfaçon" la voie juridique adéquate requiert la plainte au pénal pour « faux et usage de faux », bien évidemment !
Ce SMS, s'il est vrai, amène une information relativement importante, et bien au dessus du prb de vie privé, et de ses éventuelles conséquences sur la vie politique.
S'il est vrai, cela signifie que le mariage de NS et CB pourrait être + ou - blanc, + ou - factice : en gros, ça me fait penser que c'est un mariage pour raison politique => soigner l'image du Président, autant auprès des électeurs, que de l'international, car un Président célibataire, cela doit être de mauvais augure pour certaines morales.
Et donc toute la fabuleuse histoire d'amour contée depuis Décembre ne serait que de la fiction.
Donc dans ce sens, ce SMS est la 1ère pierre d'un édifice dont j'aimerais bien voir la fin. Notre Président sera-t'il encore en train d'essayer de nous manipuler au travers de sa vie privée ?
une remarque : on peut dire que ce Président ne laisse pas indifférent et qu'il est souhaitable qu'il y ait des réformes...mais "Paris ne s'est pas fait en un jour"...! "donner du temps au temps" à dit un Président et il était dans le vrai. faire des choix...il y a des priorités...sont -elles identifiées pas nos gouvernants??? ne serait-ce que résoudre le problème du chômage, si ce problème était pris à bras le corps et résolu, le gouvernement inscrirait son nom dans le MARBRE...!

Ceci dit je suis entièrment d'acord avec PONG tout est dit...!

http://millesime.over-blog.com
Merci, Elisabeth,

de votre article éclairant. Je suis d'accord avec la plupart de vos arguments. Mieux, vous êtes parvenue à enrichir et même à modifier légèrement ma conception du débat. Chapeau bas.

Je me dois cependant de mettre en lumière un des paradoxes que vous soulevez sur le rôle des journalistes:

"Nous avons condamné le déballage tout en assurant sa promotion. Le beurre, l'argent du beurre et le fondement de la crémière. Bien joué."

Malgré tout le bien que je pense d'@SI et de ses articles, vous entrez (malgré vous, peut-être) dans cette ronde médiatique qui nous peint une grande fresque de la vie privée de monsieur le président. Bien sûr, vous le faites finement, dans des analyses de qualité qui soulignent les contradictions inhérentes aux mots et aux images. Mais je lis la plupart des articles du site, et je dois bien admettre l'évidence: chez @SI, on trouve des commentaires méta-journalistiques passionnants, mais qui ont trop souvent pour objet la vie privée de monsieur le président, dont elle décrie pourtant l'omniprésence dans les autres médias. Sur votre première page, "A la une", pas moins de 2 dossiers entiers consacrés à Carla Bruni et au fameux SMS. Pas un mot, en revanche, sur les projets du gouvernement qui concernent, entre autres choses, l'école, le statut de fonctionnaire, les transports publics.

Permettez-moi, par conséquent, de poser cette simple question: sur @SI comme ailleurs, quand va-t-on enfin parler politique?
Elisabeth, vous faites remarquer que si l'ont s'intéresse aux effets des amours de Sarkozy, alors pourquoi pas prendre le pouls de la vie privée des uns et des autres, patrons et employés, sous prétexte que... Je vous répondrais que Nicolas Sarkozy est plus que mon patron: il est mon président (Salut Grolandais) et à ce titre je ne peux m'exclure de la sphère de son pouvoir alors qu j'ai toujours la possibilités (théorique) de quitter mon patron. C'est une relation à laquelle je ne trouve de parallèle que dans le contexte familial, fait de relations dont on ne peut sortir facilement, et ou la situation des uns et des autres a des conséquences considérables. Dans ce cercle là, qu'on le veuille ou non, tout regarde tout le monde, les petites histoires comme les grandes.

Au fond le grand déballage de la vie de Sarkozy est normal, ce qui était curieux jusqu'à présent, c'était plutôt l'omerta sur cette question en France. Nous avons été conditionnés à penser que c'était une bonne chose, que nous n'étions pas comme les anglo-saxons, etc… A la réflexion, je me demande d’où venait ce formatage et pourquoi nous en étions si fiers? Comment se fait il que plus un pays est corrompu (Gradient Nord->Sud), plus la vie privée d'un politicien s'avère une affaire privée…
.
.....................................VOTRE ATTENTION SVP.............................................................


Il y a un article sur Le Monde qui traite de ce sujet, je pense qu'il est très pertinent.
Il s'appelle l'effet boomerang et vous pouvez le trouver à cette adresse :
http://www.lemonde.fr/opinions/article/2008/02/11/l-effet-boomerang_1009859_3232.html
D'accord avec Elisabeth,

Que ce soit vrai ou faux, balancé par Mme Ex ou un employé mal intentionné, quel est l'intérêt de l'info pour la res publica ? Je sais, le latin est incongru dan ce doux parfum de poubelle mais quel est le rôle d'un journaliste digne de ce nom ? Réduire le niveau du débat politique à celui de Closer ? Nous condamner à cinq ans à la sauce Grimaldi-Windsor ? Même en admettant que notre président est euh ^... spécial, il a droit à un minimum d'espace de confidientialiét. Tiens pour rester dans l'ambiance même les lofteurs avaient droit à deux heures sans caméra A moins que des esprits bien intentionnés ne cherchent à le faire complètement disjoncter... et comme il est en début de mandat, on peut imaginer les dégâts dans les quatre ans à venir. Ils veulent quoi les apprentis sorciers ? Pendant ce temps, de discrets énarques feront encore plus qu'avant le boulot sans bruit et dans l'indifférence générale. Car les confrères ne se farçiront plus de rapportaustère et n'assiteront plus aux conf'rasoir, les histoires de c... çà vend mieux. Tellement qmieux u'on ne va plus faitiguer les neurones du public avec des trucs ennuyeux.... tSur le long terme, je ne vois pas ce que la démocratie a à gagner à cette dégradation. Encore un effort et François Fillllon aura un traitement média digne de de George Clooney (enfin non François what else je le sens pas trop).
Bravo, Elisabeth...j'approuve totalement votre analyse. Merci!
Bonjour à toutes et tous,

désolé, je n'ai pas lu tous les commentaires...
J'ai par contre lu le "papier" d'Elisabeth Levy, et une chose me choque:

"Texto" est utilisé par un de nos opérateurs de téléphonie mobile nationaux pour désigner un S.M.S (Short Message System).
Je ne sais si l'opérateur du chef de l'état est celui-là, mais je préfererais que soit utilisé un autre nom pour désigner ce message texte (autrement, publicité ...gratuite :-)

Bien à vous,
YH
A quand le vrai débat , les vraies questions ? Souhaitez vous rester longtemps le nez dans les poubelles ? Qu'importe s'il fallait le publier ou non, c'est fait et la réaction du président est allarmante. (http://www.rsf.org/article.php3?id_article=25569)
Personne n'en parle içi... et pourtant RSF a bien vu le principal problème sous-jascent...

Au delà de l'info "people"-"poubelle", on bascule directement dans une problématique médias et pouvoir. Parce que, aller au pénal, c'est ouvrir la porte pour demander au journaliste ses sources.

Venant de la part du chef de l'état, même si l'origine est de nature people, la démarche est lamentable...

Celà me fait penser à la tentative de perquisition du Canard enchaîné au sujet de l'affaire Cleamstrean pour trouver ses sources... Et de deux, les occurences d'une telle démarche allant à l'encontre de la liberté de la presse......

"Engager une poursuite au pénal permet de faire convoquer le journaliste incriminé devant la justice et éventuellement de lui demander de révéler ses sources. Ce qui n’est pas le cas dans le cadre d’une affaire civile".

Or tout le monde le sait, garder la liberté de ne pas dévoiler ses sources est la pierre angulaire, les fondations mêmes de la liberté de la presse ... Une loi à ce sujet devrait être prochainement .... votée ???

Pourquoi ne pas relever le défi d'un débat de fond sous-jascent à ce fait, aussi burelesque puisse-t-il paraître, messieux les 'journalistes' ?...

- Votre antipatie pour le Nouvel Obs est-elle au point de masquer celà ?

- Souhaitez vous vous assagir afin de peut-être retrouver une place télévisuelle amenée sur un plateau d'argent, vous qui pourtant avez suffisament échoppé des maltraitances relationelles entre médias et pouvoir...

Je ne sais que penser de vos commentaires , ils n'apportent politiquement pas grand chose dans le fond.
D'accord pour que la vie privée de chacun reste secrète, mais alors TOUTE la vie privée !
Pourquoi Bruni donne-t-elle une interview sur sa relation amoureeeeuse à l'Express ?
Si ce n'est pas se moquer du monde, ça ! Zut, alors !!!!!
Et si l'information avait ete evoque de maniere allusoire dans divers editos et articles sur le president: "on dit meme qu'il chercherait toujours a faire revenir Cecilia". Comme on voit souvent circuler des rumeurs de toute sortes. Et qui sont parfois vraies mais mieux a l'etat de rumeur, pour se cacher derriere les suppositions. A la fois on est au courrant du fait, et a la fois on n'en est pas certain. Je dis ca mais j'ai rien dit...

Peut-etre que l'Obs a peche par precipitation ou a simplement oublie de participer a l'hypocrisie de ceux sont dans le cercle qui savent le fin mot de l'histoire et les autres.

Je pense que l'info (a suppose qu'elle soit vraie) est tellement ENORME, qu'elle serait sortie de toute facon d'une maniere ou d'une autre.
Je me disais juste sur cette "excuse du violeur" :
ça peut rappele le coup de boule de Zidane à Matterazi
Zidane n'avait-il pas déclarer ne pas regretter son geste, et qu'il fallait aussi punir les "provocateurs" ?

à l'époque, je ne me souviens pas avoir entendu beaucoup d'avis pour contredire cette thèse, du provocateur aussi coupable que celui qui réagit.
et pourtant, cette question mérite d'être réellement débattue...

enfin, débattu en France où les grands principes sont sensés apporter la réponse à toute question.

merci pour cette chronique
E. Levy touche du doigt un problème de fond.
Dans cette affaire du SMS, toutes les abeilles de la ruche bourdonnent de commentaires :
- Du premier degré : Ooooh ! la honte, le prèz aurait-il envoyé ce message, quel sens lui donner ? Est-il fou, est-il toujours amoureux, les deux, est-il si instable ?...
- Du second degré : Fallait-il publier une info issue d'une fuite plus ou moins organisée (par qui, a fortiori ?)? Une telle info fleurant l'hydrogène sulfuré est-elle déontologiquement publiable ? La presse fautive montre-t-elle des signes de dérapages incontrôlés en se rapprochant des tabloids anglosaxons ? Méritent-ils d'être attaqués devant les tribunaux ? Méritent-ils le soutien de leurs confrères ?
E. Levy pointe quant à elle une autre facette de cette affaire (surtout, dites-moi si j'ai mal compris le message) :
On est en train d'attaquer Sarko sur un sujet privé. On amène le débat "Est-il un bon président pour les français ?" sur le terrain glissant de la moralité, des affaires strictement privées de l'individu Sarko.
Peut-être l'a-t-il mérité, au vu de son goût immodéré pour le show, pour la démonstration publique de sa vie privée (au moins quand il contrôle son image).
Néanmoins, on ne fait qu'aller encore plus loin dans le jeu de la pipolisation des hommes politiques. Souvent à coeur défendant, mais les faits sont là. Même les anti-Sarko qui passaient leur temps à dénoncer cette pipolisation outrancière et grotesque, cette insoutenable omniprésence médiatique, en profitent pour le tacler avec ces mêmes outils qu'ils décriaient hier encore. Alors il faudrait savoir : On pipolise ou on ne pipolise pas ?
Où est l'opposition politique dans tout cela ? Où sont les attaques qu'une bonne partie des français attendent sur le terrain politique ? Pourquoi ont-ils finalement autant de mal à s'exprimer dans les médias ? Que fait-on dans l'opposition ? Que fait-on à gauche ? Où sont les idées qui s'opposeraient aux idées de Sarko ?
C'est le brouillard... A défaut de présence sur le terrain des idées contradictoires, on préfère nous enfumer sur le terrain des attaques personnelles, comme si Sarko n'était plus attaquable sur les idées.
La conclusion que l'on pourrait tirer de cette expérience révèle-t-elle que lorsque on n'a plus d'opposition d'idée, on s'oppose à l'individu ?
Revenons-en aux fameux concentrés de pipole que sont les tabloids anglosaxons. Curieusement, on peut constater que l'opposition dans ces pays se résume à pas grand chose, politiquement parlant : les partis qui s'affrontent sont politiquement différenciés seulement par leur approche économique plus ou moins libérale, mais libérale tout de même.
La question que je me pose alors la question : est-ce que l'approche pipolisée de la politique est liée au manque d'opposition politique au libéralisme ?
Il semble que la seule défense politique efficace du libéralisme serait justement de ne jamais parler de politique. Ce qui expliquerait cette tendance actuelle au dérapage abject que nous vivons aujourd'hui : Tant que l'on parle des SMS de Sarko, on ne parle pas de politique... Comme l'a dit plus haut Fan de Canard.
Ohé, les français ! Ca y est, nous avons touché le fond de la piscine, il faut donner le coup de talon pour remonter maintenant !
Je ne suis pas d'accord avec Madame Levy. Des lors que NS joue avec les médias il doit en subir les conséquence, ce serait trop facile de privatiser ce qui le gène et de ne rendre public que les bonnes pages du conte de fée de notre président.

J'aimerai en revanche plus de retenue dans le traitement par les journalistes - c'est un vrai lynchage - du présumé coupable de la fraude à la SoGé. Mais là silence ...
Désolé, j'arrive un peu aprés la bataille, mais je viens de découvrir, effaré, la séquence du stylo roumain du Grand Journal de Canal.

Les journalistes ne sont pas allés la récupérer au fond d'une poubelle celle-ci.
C'est bien en public, devant les caméras de la télé roumaine, que Sarkozy a fait étalage de sa mesquinerie et de sa cupidité.
La tehon pour tous ceux qui sont attachés à l'image de la France à l'étranger !

Perso, je n'ai jamais pensé que ce malade puisse sérieusement nous représenter, mais je n'aurais tout de même pas imaginé de tels signes inquiétants de dérèglement mental.
J'adore ceux qui critique @si et en fin de compte dise qu"@si doit continuer !
Je me régale, vous me faites beaucoup rire (je l'ai souligné de nombreuses fois)
Madeleine
Quelle est la différence en un fait et une information?
Une information qui n'est pas basée sur des faits c'est de la désinformation.
Un fait qui n'est pas devenu information c'est soit un secret soit une banalité.

Le texto est-il un fait banal? Non. Si il est avéré, c'est un fait important. Il doit donc sortir du secret.
Je ne vois pas pourquoi Madame Levy garderait au secret une information vérifiée.
Les journalistes n'ont pas pour fonction de taire les informations. Mais de les rechercher, les vérifier et les publier.
N'étant pas (du tout) pour les idées de notre président, je suis quand même de ceux qui pensent que ce SMS n'a pas a être diffusé. Merci pour votre chronique, je la trouve parfaite.
eh bien moi, je trouve l'histoire de ce SMS bien intéressante.... A mon sens, tout ce qui peut éclairer les étranges facettes de ce personnage qui nous gouverne - et nous manipule y compris en se servant de sa vie privée !!! - ne sont pas inutiles. Même si cela sort des poubelles.
Ce midi, je passais près d'une femme qui faisait la manche assise
par terre, vous savez, ces personnes que l'on croise tous les jours,
je n'ai plus vu beaucoup de vie privée dans son regard…
Je suis entièrement d'accord avec l'avis d'Elisabeth Levy, c'est du domaine de la vie privée. Il y a des limites à tout.
Par ailleurs, j'aime le côté volontaire d'E.L qui a des choses à dire et ne se gène pas pour les dire. Et de façon fort agréable à la lecture, et à la vision car je trouve ses interventions dans les émissions dynamiques et pleines d'à propos.
En ce qui concerne l'histoire du SMS, j'ajoute que ça doit mettre Nicolas Sarkozy dans une fâcheuse position vis-à-vis de Carla Bruni qui, très amoureuse comme on en a l'impression quand on regarde les photos, apprend qu'une semaine avant son mariage, son fiancé promettait de l'abandonner si sa précédente femme revenait. Cette information a surtout de l'importance pour Carla.
Il était dès lors évident que NS était obligé, vis-à-vis de CB (admirez cet homme qui a épousé une femme dont les initiales sont celles d'une carte de paiement), de prouver que l'information était totalement fausse en appelant le site d'information en justice. Il n'a pas les moyens du point de vue politique, de divorcer une seconde fois pendant son mandat, et surtout pas aussi vite. Soit l'info est vraie, et ça permet de temporiser jusqu'au jugement . Soit elle est fausse, et c'est réglé.
De toutes façons, personne n'aimerait être dans cette situation, que ce SMS soit vrai ou faux. Et personne, même Sarko, ne mérite cela.

Un autre problème est que tous ces journalistes avaient oublié de nous parler de beaucoup de choses sur Sarko avant les élections, et maintenant, on a des détails sur lui qu'on ne leur demande pas. Détails que par pudeur ou pour ne pas blesser certains protagonistes, on éviterait de répéter si ça arrivait à nos propres amis. On est toujours dans l'excès que ce soit d'un côté ou de l'autre.

Mais je pense que ça ne disqualifie pas pour autant l'avis de Daniel Schneidermann. Où commence le droit d'informer ? Et où se termine-t-il ?
A partir du moment où on est journaliste, on doit pouvoir publier les informations qu'on reçoit. Ou ne pas publier si en conscience, on juge que c'est trop intime. C'est le métier du journaliste d'informer. Et quelque part, si Sarko s'est mis dans cette situation, c'est qu'il a du mal à gérer sa fausse transparence.
Alors, il est obligé de taper fort, comme il en a l'habitude, et de traduire en justice, Pour Carla et pour continuer à se présenter comme le chef : je suis le mec fort qui tape quand on me fait des crasses.

Tant que l'information n'est pas publiée, c'est le problème de faire ou non de la presse qui glisse du fleuve mainstream au caniveau.
A partir de l'instant où elle est publiée, c'est le problème de la liberté de la presse qu'on doit défendre coûte que coûte.

Et l'attitude de Sarko, même si elle se comprend, n'est pas défendable.

Je me suis encore étalée à n'en plus finir.
Encore une ligne pour m'en excuser.

Bon courage à tous. Continuez.
le contenu du sms de Sarkozy est publié sur http://transition.ultim-blog.com
"Oui, il a abondamment fait usage de sa vie privée quand il pensait que jouer en live «Amour, Gloire et Beauté »..."
Alors maintenant, il n'a plus qu'à assumer. En plus, ça lui apprendra à user et abuser de son téléphone portable en tout lieu et tout moment ! il fallait bien qu'un jour ou l'autre, ça lui joue des tours... bien fait pour lui. Na!!!
Bonjour à tous,

D'abord, voilà qui va confondre les désinformateurs qui m'accusent de ne jamais répondre.
Blague à part, si je ne réponds pas, c'est simplement par manque de temps. Cela ne m'empêche pas de lire les commentaires avec intérêt. Je plaide coupable avec circonstances atténuantes...

Le terme "poubelles" était peut-être mal choisi mais il était métaphorique: chercher des informations dans les décombres d'une rupture me paraît douteux du point de vue de l'élégance et de la morale. Du reste, à part dans les séries télévisées, je ne crois pas qu'on trouve tant d'informations que cela dans les vraies poubelles.

Je ne pense pas qu'il faut cacher le sordide, je pense qu'il faut maintenir une distinction entre l'espace privé et l'espace public. Un monde dans lequel personne n'aurait plus le droit à son intimité serait invivable. Et nous avons aussi le droit de ne pas tout savoir de nos contemporains, amis, collègues....

Comment déterminer la limite entre l'acceptable et l'inacceptable, le publiable et l'impubliable: il me sens qu'un peu de sens moral ne nuit pas. Mais je suis vieux jeu...

Cela dit, au doigt mouillé, j'ai le sentiment que l'opinion est majoritairement hostile à la publication du SMS. Quelle que soit la dose d'ambiguïté ou d'hypocrisie que reflète ce refus, c'est plutôt une bonne nouvelle, non?
Deux choses:
1- soit ce SMS est véridique et la peut-on m'expliquer comme on peut m'expliquer comment on fait pour savoir que ce SMS a été envoyé par Sarkozy. Il a lui même montré le SMS (il est fou?), on lui a piqué sont téléphone (bonjour la sécurité!), son ex-femme l'a montré a la presse (a priori non, et puis rien ne dit que ce soit vraiment Sarko qui l'ai tapé) ? Bref techniquement parlant je suis assez curieux. Sur le contenu du SMS, c'est privé, je m'en fou.

2- c'est complètement bidonné. Ça veut dire que demain si j'ecris sur un blog de 20 minutes: Carla est enceinte, ca va etre repris par toute la presse ? Pas besoin de preuve ou d'argumentaires ? C'est ça le journalisme XXIe siecle: du roman? Ça a l'air facile... (oups, en fait çà, ça a déja été fait!)

Je suis preneur d'explication sur la méthode...
On envient à regretter le temps où nos hommes politiques entretenaient leur maîtresse avec le silence bienveillant d'un Tout-Paris journalistique qui n'ignorait rien de leur frasques et de leur double-vie, pendant que leurs confrères anglo-saxons étaient obligés de démissionner pour une maîtresse qui avait l'indélicatesse de tout raconter dans "The Sun". En France, cette dite maîtresse n'aurait eut droit qu'à un oreille attentive avant un haussement de sourcil qui signifiait qu'on savait tout, mais qu'on ne disait rien sur ces sujets là.

Comme le monde change...nous en sommes maintenant à espionner les portables de nos hommes politiques...

Si un homme politique comme Sarkozy, un brin narcissique et un brin manipulateur, les utilise pour faire parler de lui, pour exposer sa vie privé, c'est à eux d'avoir le recul nécessaire pour ne pas se jeter à corps perdu dans l'étalage de sa vie privé et se croire autoriser, comme dérive ultime, à aller chercher dans ses échanges SMS la source de leurs informations.

Il y avait avant une presse spécialisée dans les informations de caniveau, cela s'appelait je crois "Minute", le problème, c'est que ce sont maintenant des journaux dits '"d'information" qui s'y mettent.

Est-ce si difficile de ne pas parler de l'exposition médiatique de Sarkozy? Le Monde je trouve, traite le sujet avec beaucoup de sobriété, le Nouvel Obs, visiblement, a perdu les pédales.
Personnellement il me semble bon de savoir que ce SMS a existé - si c'est le cas.

Non pas parce que Sarkozy a exposé sa vie privée dans le passé, car je suis d'accord avec Elisabeth Levy sur le fait que ça ne justifie qu'on aille ensuite la fouiller soi-même. Mais parce qu'il apporte un éclairage différent et critique sur l'idéalisation totale du couple Sarkozy dans les médias depuis décembre. Si ce SMS est vrai, cela signifie que l'amour fou que sont censés connaître Nicolas et Carla n'est pas si fou que cela. Cela signifie que "c'est pas tellement du sérieux". Cela ridiculise - si besoin était - les couvertures de Paris Match titrant sur Les Amoureux du Nil. Cela ridiculise les émissions people et la presse people et le JT de TF1 du samedi 2 février, complètement fascinés par ce couple ultra glamour, entièrement noyés dans la guimauve et qui accumulent les poncifs sur le "conte de fées" que vivrait Carla Bruni, faisant ainsi de Sarkozy un idéal masculin.

Si cette info est vraie, elle montre que même lorsqu'il s'agit simplement d'image, le président se fout de notre gueule. Et elle démonte toute la machinerie médiatique qui a été mise au service de ce couple idéal.
People n'est pas un métier en soi, la plupart des gens qui en sont, sont ou artistes, ou sportifs, ou gens de la télé, bref, font autre chose.
Mais le jeu qui consiste à mettre un politique dans ce milieu, même de sa propre initiative est très risqué, surtout quand celui-ci finit président de la république.
Il y a des règles tacites dans tout milieu et celles du people ne sont pas celles des autres.
Avant même les lois, il y a une sorte d'auto-régulation effectuée par la presse "sérieuse"... donc que nous vaut d'avoir aujourd'hui un article en ligne dans la rubrique people du nouvel obs (et en tant que tel, c'est "justifiable"...) concernant le président, si ce n'est la force de l'habitude?
Qu'un chef de l'état se serve de cette presse là pour régler ses comptes conjugaux, depuis plusieurs mois (voire années), et qu'il nous la joue scandale d'état quand ça n'est pas à son avantage...
Paske moi, si on enlève le SMS de l'article, il me reste largement de quoi m'inquiéter sur le fait que quelqu'un comme ça, aussi peu maître de lui-même aie le destin de la France entre ses mains.
Qu'il plante une journaliste américaine en pleine interview (tout en traitant Martinon d'imbécile), parce qu'elle a eu le culot d'aborder le sujet "tabou", ça n'est pas une réaction de chef d'état !
Maintenant, que ce SMS soit vrai, faux, utilisable, ou pas, ce que je vois c'est qu'il est très facile de faire péter les plombs à ce monsieur, son point faible s'appelle Cécilia et c'est le monsieur qui a le bouton nucléaire le faible... son actuelle épouse s'était vantée d'en vouloir avec ce "pouvoir" là, aïe?
Et, au cas où on pourrait l'oublier, une sale conjoncture mondiale à gérer sans l'avoir anticipée à temps.
Le social?
On en vient à entendre Arlette Laguiller scandalisée à l'idée que l'état verse 600 000 000 (±) € pour "sauver" l'usine d'un groupe qui fait plusieurs milliards de bénéfices... !
Et le pire c'est ce concept fumeux d'immigration "choisie", on délocalise la main d'œuvre pour les postes les plus mal payés ou les plus difficiles, avec la pression ambiante, c'est pas eux qui vont faire chier pour être mieux payés... Sauf que comme d'habitude ça ne dure qu'une génération et les gosses à l'école ça va être des bac + X, qu'on va retrouver aux portes de l'emploi... vous savez, les enfants des ouvriers du bâtiment des 70/80 ( immigrés choisis de ceux d'avant) qui ne trouvent pas de boulot aujourd'hui pask'on a oublié qu'il étaient motivés pour l'ascenceur social mais pas le marché du travail.
Entendre quelqu'un à la radio parler d'esclavage "moderne" et déguisé, qui allait aggraver la dévalorisation du travail,... je me croyais en phase jusqu'à ce que je réalise que c'était Marine Le Pen qui parlait !!!
Y a vraiment un truc qui tourne pas rond !
Voilà, alors faut-il ou ne faut-il pas, les SMS et bla bla bla, j'ai envie de dire, c'est trop tard...
Bonjour,

Et Pan dans le bec de Daniel (humour !).

Enfin, du vrai journalisme ! Enfin, il n'était pas trop tôt...

Bel article ma chère, mais vous êtes souvent directe et précise.

Alors, simplement "merci" d'avoir fait cet article. C'est bon de lire enfin du vrai journalisme.

Continuez ainsi, il y aura encore plus de lecteur ici à arrêt sur images.

A plus

JD
Le problème c'est que le journaliste qui révèle le sms n'a pas investigué, n'a pas recherché, n'a pas interrogé. Il a juste été instrumentalisé par la destinatrice du message. Des déchirements amiables de divorce qui nous encombre la presse pour rien. Aucun diagnostic à faire sur NSarkozy, mais aucun diagnostic non plus à faire sur la presse avec pour unique base ce sms.
Quand NSarkozy utilise à tour de bras la presse pour lancer ses messages, faire parler de lui, dicter les gros titres, occulter ce qui le gêne aux entournures, la presse se recoiffe, rattache ses lacets, prend la pause, fait sa crâneuse. Et là quand quelqu'un utilise le même procédé (nul, lâche et ridicule) pour une fois en sens inverse, pour un truc minuscule, on bondirait pour arracher les cheveux de la presse et lui donner un coup dans les tibias?
Ce commentaire n'est pas envers le texte de Elisabeth Levy qui n' a pas attendu ce sms pour dire ce qui cloche chez les journalistes. Mais j'ai le sentiment qu'un journaliste va payer, et qu'ainsi la presse sera quitte et signera son solde de tout compte. C'est injuste!
100 pour 100 d'accord avec votre démonstration !
Une question à la cantonade pour tous ceux qui s'offusquent :

Trouvez-vous normal que le président publie un bulletin médical régulièrement comme il s'y est engagé ?
(que je sache, ça n'a pas choqué grand monde)

Et si oui pourquoi ?
Très belle comparaison que celle des excuses du violeur et du journaliste. Chacun est toujours responsable de ses actes. Le fait que quelqu'un soit irresponsable ne nous autorise pas l'être aussi. Ce n'est pas se comporter en adulte que de se laisser entraîner, juste par défi, sur la mauvaise pente. Maintenant que les journalistes sont entrés dans le tourbillon médiatique, il n'y a plus de limite, plus de déontologie. Plus aucune règle n'existe.
...Il est bizarre votre chapeau "Il ne fallait pas publier le SMS, estime notre chroniqueuse."

Comme si la rédaction prennait ses distances avec une chronique critiquant la position de DS. Les chapeaux des autres chroniques ne sont pas formulés de la même manière.
Est-ce délibéré?

Néanmoins c'est une belle preuve de démocratie interne que d'avoir publié la chronique de E. Levy (qui ne réagit toujours pas sur le forum...).

Bien à vous

F.
Hier, j'avais envoyé un commentaire sous l'article de DS :

"Je vous trouve bizarre, DS :
- sauf erreur, vous ne vous êtes pas manifesté pour condamner vos confrères, vrais charognards dans"l'affaire du cadavre de petite fille enfoui sous l'aquarium géant du restaurant chinois qui relance l'enquête sur la disparition ...".
Et là, vous vous offusquez.
Pourtant, elle est intéressante, cette histoire. Pas sur le fond. Que le SMS existe ou non, cela n'a aucune importance.
Mais : qui est la source? pourquoi cette source dit-elle ce qu'elle dit? Voilà qui devrait être commenté.
Egalement : pourquoi Sarkozy s'est-il senti obligé de donner une telle importance à cette histoire, qui serait restée inconnue du plus grand nombre sans son intervention?
Encore : Quelle image donne-t-il de lui, qui porte plainte tous les matins, alors qu'il bénéficie lui-même d'une immunité pratiquement absolue? Vous avez dit "séparation des pouvoirs"?"

Je persiste aujourd'hui : il n'est pas question ici du rapport "vie privée - vie publique", mais bien du Pouvoir et de son exercice.
>"Il ne m'a pas échappé que Nicolas Sarkozy était puni par là où il a péché"

Et les français sont punis en même temps parce qu'ils n'ont plus le droit à une information de qualité relative à la politique publique qui est la plus importante... Alors l'excuse journalistique qui consiste à dire : 'de toute façon c'est lui qui a exposé sa vie privée" c'est nier totalement la qualité de l'information délivrée par les journalistes. En gros : surtout nous journalistes ne réfléchissons surtout pas par nous même, c'est la faute aux autres, tant pis pour les citoyens ! ==> Cela consolide votre étude sur le journalisme (cette idéologie -isme).
Beaucoup de grands mots doublés de métaphores impressionnantes (poubelles, viol!) dans un style littéraire...
On sent bien que la journaliste est offusquée.

L'expression plus sobre d'un avis personnel aurait suffit.
Par ailleurs, j'aimerais savoir COMMENT techniquement on peut avoir accès à un SMS qui ne nous est pas adressé.
Tout à fait d'accord.

Et puis, SMS ou pas, on a tous eu des faiblesses sentimentales et ce n'est pas pour autant qu'on se voit catalogué "inapte au travail".
A quand un test ADN pour valider l'état psychologique de chaque employé ou président ?? Ou alors une analyse psychiatrique faite devant le parlement.
:) .. oui oui je plaisante

Enfin bon, on peut peut-être clore le sujet maintenant ?

Belle chronique .. mais j'ai du mal à croire qu'elle sera appliquée par nos chers journalistes
... d'accord avec vous, publier le contenu d'un SMS est simplement débile de la part du Nouvel Obs.
Et pas d'accord avec vous concernant Daniel Schneidermann, car ASI est pleinement dans son rôle d'arrêt sur images, et que cela vous plaise ou non; il est normal qu'il puisse évoquer cette affaire de SMS, et surtout de poursuite au pénal engendrée par le bushiste immodéré.
Pour vous résumer mon point de vue, depuis que l'ancien candidat étale sa vie privée et ment comme il respire quand il affirme que ce n'est pas de son fait, j'ai toujours trouvé normal d'ironiser et d'extrapoler façon "et si..", tout en trouvant déplorable que cela lui permette de détourner l'attention des autres sujets accablants pour lui (combien d'article ici au sujet de la remise en cause de la laïcité, par exemple ?). Enfin, qu'il se prenne dans les dents les fruits de ce qu'il a semé depuis bien avant son élection n'est qu'un juste retour des choses.
Cette publication de SMS est plutôt le symptôme d'un journal malade, le symptôme précédent étant à mon sens les fesses de Beauvoir retouchées en couverture.
Les atteintes à la démocratie faites par monsieur Paris/Charm El-Cheikh en jet privé devraient aussi attirer votre attention, pourquoi pas.
Ça, c'est pas un fait qui sort d'une poubelle, me semble-t-il. Il se traduit chaque jour par un peu plus de franchises, un peu plus de taxes sur les supports pour palier au manque à gagner suite à la suppression de pub, un peu plus d'info verrouillée, un peu plus de discrimination raciale déguisée en reconduite aux frontières, beaucoup plus de dépénalisation fiscale pour ses potes et de pages qui sont en passe de sauter dans le code du travail....
.. et en dommage collatéral, la suppression d'arrêt sur images sur France 5 l'an dernier. Le temps passe tellement vite.

Si la publication d'un texto vous indigne (légitimement, je le répète) au point de l'écrire ici, je suis impatient de lire votre indignation sur d'autre sujets bien plus importants, je ne sais pas moi, un étudiant posant une question à John Kerry aux U.S.A. et qui se fait taser durant une arrestation musclée, précisément à cause de la question.
Par exemple.
@Elisabeth Levy

J'ai posté sur le sujet un commentaire ici (http://www.arretsurimages.net/forum/read.php?4,7811,8139,quote=1#REPLY).
Désolé de me citer mais votre article traite des mêmes points et me donne envie de réagir.

Je reprends les vôtres.

>"Les faits, seulement les faits, et surtout tous les faits."

Cet argument du Nouvel Obs est évidemment le plus mauvais pour justifier la publication de l'info. Vous faites la distinction nécessaire entre fait et information et leur position s'assoit dessus. C'est évidemment intenable, d'accord avec vous.


>Il ne m'a pas échappé que Nicolas Sarkozy était puni par là où il a péché
[…], sauf à admettre que nous faisons là où on nous dit de faire, nul n‘était obligé d'acheter la came qu'il vendait."

Dans le post que je cite, je disais explicitement la même chose. L'argument "il l'a bien cherché" (même s'il est tentant) est un argument de cours d'école. Intenable aussi.


>"J'allais oublier l'essentiel. La démocratie. Dès lors que la vie privée a des incidences politiques, elle serait l'affaire de tous. Ce texto, s'il était véridique, montrerait « l'instabilité » de celui qui nous gouverne. Cet argument est carrément dangereux."

L'essentiel, oui. Là on en vient au cœur du sujet. Bravo en tout cas, c'est la première fois que je lis un argument solide sur ce point. Il m'a interpelé. Et en effet c'est problématique. Mais pas définitif pour autant.
La justification politique est incontestablement un argument dangereux. Il impose donc une grande prudence. Néanmoins, vous convenez vous-même que "la vie privée a toujours une incidence sur l'activité publique" en ajoutant "le problème, c'est que personne n'est habilité à dire laquelle". En effet tout est là. Vous dites ensuite (ça résume presque votre position) :
"Et s'il était dépressif, faudrait-il le destituer ?"
C'est une vraie question. Il ne faudrait pas selon vous ? Votre propos semble indiquer que vous y répondez par la négative. Je trouve que vous allez vite en besogne. Qu'on le veuille ou non, un président de la république est un homme qui s'expose. Mais surtout, il s'expose d'une manière VÉRITABLEMENT extraordinaire. Il s'expose car il a l'audace de soutenir publiquement (et parfois à raison) à des millions (!) d'autres : "JE SUIS L'HOMME QU'IL VOUS FAUT. CELUI QUI SAIT CE QUI EST BON POUR VOUS."
Quand on y réfléchit cette prétention (j'ajoute encore, parfois fondée) est assez incommensurable. Elle place le niveau d'exigence à un seuil incomparablement haut. Et les règles qui prévalent pour tout un chacun ne peuvent évidemment plus s'appliquer de la même manière. Je suis désolé mais à ce niveau là, la fonction passe avant l'homme.

Je m'écarte un peu mais c'est exactement pour ces mêmes raisons que les prétentions au bonheur de NS sont totalement déplacées et même indécentes, voire irresponsables.
Même si on peut souhaiter l'altruisme, on ne peut exiger du commun des mortels de toujours faire passer le bonheur des autres avant le sien. Or c'est évidemment le contraire pour un Président. Pour le dire trivialement, té, c'est le métier qui veut ça ! C'en est en fait l'essence même. Président de la République c'est une mission, presque au sens religieux du terme. Il SERT. Il sert les autres. En tout cas, il est censé…

Donc non, le président de la République n'a pas ce droit là. Sur ce terrain, il n'a que des devoirs. Des droits, il en a bien d'autres, précisément à la mesure de ces mêmes devoirs, c'est-à-dire immensément supérieurs aux nôtres. Il y a une symétrie et c'est normal. C'est à la fois, je le disais, le principe même de la fonction mais également la condition de son exercice.
Il en va donc de même pour sa vie privée. Son périmètre inviolable est nécessairement réduit, voire nul si les circonstances l'exigent. C'est dangereux ? Pour l'homme oui. Mais c'est un choix. La première qualité d'un Président c'est d'être une trempe et d'encaisser.
D'autre part, cela ne dédouane pas la presse de faire usage de ce "droit de viol" avec parcimonie. Mais cela se juge au cas par cas, et c'est forcément toujours discutable. Il ne s'agit donc évidemment pas non plus d'institutionnaliser l'indécence.
Enfin, même si j'en vois tout la violence, ce droit est d'autant moins inacceptable qu'il est comme je le disais consubstantiel de la fonction. Autrement dit, si l'homme ne le supporte plus, il lui suffit de quitter la fonction. Aucune perpétuité.
Pour être concret en l'espèce, un journal qui publie cette information dans la rubrique people est moralement condamnable. Celui qui le fait (en toute bonne fois s'entend) dans la rubrique politique ne l'est pas. Mais on peut toujours discuter la pertinence de son choix, les règles taxinomiques restant extrêmement floues.

>Si on peut exiger du président qu'il ait une vie privée « normale »,

Non, il n'est absolument pas question d'une quelconque "normalité" dont personne ne sait véritablement ce qu'elle est et qui d'autre part ne serait bien évidemment même pas un gage de compétence. Un président de la République n'est pas (presque par définition) un individu normal (au sens étymologique du terme). Il est nécessairement une personnalité atypique.
Faire référence à la notion de "normalité" sous-entend que la problématique est d'ordre moral, je devrais dire moralisante. Ce n'est pas nécessairement le cas (même cela aussi mériterait d'être discuté).
En revanche elle est clairement d'ordre opérationnel puisqu'il s'agit de répondre à la question: la personnalité du candidat (puis du président) est elle compatible avec l'exercice de ses fonctions ?

>" Les poubelles, que ce soit celles de l'Elysée ou celles d'un HLM, ça pue toujours. Mais nul n'est obligé de les fouiller. Dans les poubelles, on trouve parfois des faits. Rarement des informations."

Parfaite pétition de principe. Moralisatrice qui plus est. Je considère pourtant que la morale est (ou doit être) au cœur de l'action politique. Mais cet argument n'est précisément pas de la morale.
Doit-on comprendre que vous postulez qu'il ne peut par principe y avoir d'information politiquement pertinente dans une poubelle ?
Sur le caractère privé, j'ai répondu plus haut. Quant au seul fait que "ça pue", c'est un a priori pudibond et absolument pas un argument. Bcp de chose "puent" en politique et dans ce domaine le principe de salubrité est précisément bien souvent de faire les poubelles ! Je dirais même de les faire SYSTEMATIQUEMENT et de trier ce qu'on en sort. Votre argument revient à dire que le sordide doit être caché. Vous parliez d'argument dangereux, celui-ci se pose là.
Les poubelles regorgent d'informations. C'est bien pour ça qu'on les passe à la broyeuse !
Qu'un journaliste (d'ASI !) puisse soutenir ça est presque inquiétant.

Et puis en passant, je remarque que vous dites "le fondement de la crémière". D'une certaine manière, vous êtes cohérente. ;)

Désolé d'avoir fait si long.

Cordialement.
Cette fois, c'est en se faisant passer pour le portable de Sarkozy que le célèbre imitateur a réussi à piéger Cécilia en lui fourguant un faux SMS !
La preuve : son site le présente comme "Actuellement en période d’écriture, Gérald Dahan prépare un nouveau spectacle pour le printemps 2008 au Théâtre Dejazet : SARKOLAND ". (ca ne s'invente pas)
Bonjour
Gandrange et non "Grand d'ange"
La France a le Président qu'elle mérite et réciproquement
Belle leçon de journalisme, madame, merci.

Je suis de tout coeur avec vous.

Toutefois, comme vous le savez sans doute, le respect n'existe que s'il est mutuel. Et notre nouveau président a tellement mis en avant sa vie privée que ne pas répondre -quelquefois- sur le même plan risquerait de tourner à l'instrumentalisation des journalistes pure et simple. Car la stratégie de Nicolas Sarkozy est claire; il veut des journalistes "embedded", prompts à relayer les histoires de coucheries qu'il choisit, et à censurer celles qu'il ne choisit pas.

Et là ça ne va pas. Il faut choisir. Crier Haro sur Routier ? OK, mais dans ce cas, pourquoi à continuer à copier/coller les dépêches AFP concernant la-liste-des-invités-à-son-anniversaire-surprise-au-domicile-de-Carla ?

Ne pouvant se permettre de passer à la trappe ces informations délivrées par l'Elysée, la presse ne fait que se mettre au diapason d'une relation imposée par Nicolas Sarkozy. Et S'il avait tenu une toute autre posture, un peu moins tape à l'oeuil, je pense que la presse en aurait été plus heureuse, et n'aurait jamais parlé de ce SMS...

Pour ma part, je pense que la presse réagit assez bien par rapport à M. Sarkozy, en traitant les informations le concernant selon l'image qu'il se donne. Notre président a voulu se donner une figure people; il est donc traité comme tel. Ce nécanisme n'est d'ailleurs pas réservé à la presse: jamais les homoristes n'ont jamais été aussi durs, crus, et d'une méchanceté gratuite (car touchant à l'homme plus qu'à la fonction ou à sa politique). L'intervention de Roumanoff à Vivement Dimanche, par exemple, n'aurait jamais pu être dirigée contre Jacques Chirac ou François Mitterrand, tant elle est vulgaire, insultante, et vise la personne. Pourtant, elle nous fait rire car elle "colle" à l'image du président...

Je suis de tout coeur avec vous, mais je me demande si c'est à la presse de recoller les morceaux d'une image présidentielle qui a été brisée, visiblement à dessein, par un homme qui, au final, ne récolte que ce qu'il a semé...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je ne peux pas vous suivre sur ce terrain. L'information n'est peut-être pas vitale pour le pays, mais si elle est vrai (sarko doit démontrer qu'elle ne l'est pas) elle soulignerait la faille psychologique du premier magistrat de France et chef des armées… Inquiétant. Par ailleurs, sarko n'arrête pas de jouer sur les deux tableaux. Un jour ma vie privée a droit à la transparence un jour n'y touche pas ! A en perdre son latin. Il a voulu exhiber ses peines de cœur et son coup de foudre (contracté un soir chez un pianiste de bordel qui se prenait pour un publicitaire). Il n'avait qu'à rester discret. Je pense qu'une grande partie des Français auraient préféré. A part de Gaulle sans doute, les présidents de la Ve ont tous eu une part de vie privée un peu glauque, mais il ne l'étalaient surtout pas.
A force d'être devenus des suiveurs qui se refusent à réfléchir et à rester totalement "neutre" ils ne se posent plus trop de question sur ce qui est publiable ou non et finissent par tous publier... Si l'information doit se baser sur des faits (évidemment, il ne s'agit pas de fonder l'information sur des "mensonges" ou des choses ''fausse"), les faits ne sont pas en eux même l'information. L'objectivité, ça n'existe pas. Choisir de publier une "information" au simple motif que c'est un fait (disons avéré même si dans ce cas précis nous ne savons pas vraiment) cela reste faire un "choix". Et ce choix, le journaliste pourra dire et répéter qu'il est purement objectif, il ne l'est pas : il sous-tend une idéologie derrière qui n'est pas neutre (comme l'expliquent Élisabeth Lévy et Philippe Cohen dans leur ouvrage commun "Notre métier à mal tourné ; Deux journalistes s'énervent".)

Sinon, je ne suis pas sur que l'antagonisme soit si profond entre Daniel et Elisabeth, Daniel considère que le journaliste doit avoir vérifié ses faits, qu'ils soient juste et vraies, ce qui est indispensable même dans la vision d'Elisabeth. La différence tient surtout en ce qu'il s'agit de savoir s'il faut traiter ce fait comme une information ou non. Est-ce que comme Jean-François Kahn le défend, il faut prendre en compte les éléments qui révèlent la psychologie de la personne publique amenée à présider la France et qui auraient selon lui un écho important (c'est notamment ce fameux article "Le vrai Sarkozy" où il défend le caractère de folie du candidat (à l'époque) dans son égocentrisme, son narcissisme exacerbé, son obsession du moi-je) ou bien comme le pense Elisabeth Lévy, il ne faut en aucun cas toucher à ce qui relève de la vie privée et qui pourrait révéler des traits psychologiques du personnage (cela n'empêcherait toutefois pas de prendre en compte ce qui relève de la vie publique et qui révèle sa psychologie au travers du décryptage de ses discours et de ses interventions).
pas d´accord, les poubelles des sportifs sont très instructives .
le problème ce n´est pas le sms, c´est qu´on ait pu en arriver là
bien compliqué, ma foi... monsieur est homme public, et si la majorité des choses privées doivent le rester, par respect de celui -quel qu'il soit- qui décide de se vouer aux autres, on se doit de ne pas être attiré par ce privé là (mariage, divorce...), il nous l' a exposée, imposée, avec un "plaisir" assez obscène (à mon sens)... c'est un choix que l'on peut étudier, et compliquer aussi... mais ce SMS là, qu'il ne nous a pas avoué, parle bien plus de ce que pourrait être, si cela se confirmait , cet homme qui, nous dirige, et semble là, vivre comme un ado, instable, et changeant... sa fragilité, affective, émotionnelle, serait alors assez bien illustrée, et oui, c'est une info qui, symboliquement parle, dit, raconte bien plus de choses, qu'un article de fond, ou pas, qui alors complique tant, que l'on n'en achève pas la lecture, ou qu'une image -manipulée ou pas-ne parlant qu'à nos émotions... quand, comme moi, on est seulement un électeur potentiel, qui tente d'avoir une petite idée sur cet humain là, qui aura des répercussions sur ma vie et celle de mes aimés, je peux ainsi, apprendre, puis "craindre", celui qui peut, émotivement, 'tout annuler'...
Les faits, les faits, les faits.

Mais les faits sont doubles ou triples :
un envoie un SMS, acte privé, intime, personnel.
Une reçoit le SMS, et là, il s'agit peut-être d'autre chose, d'un groupe qui le lit, qui le commente, qui le traite médiatiquement, etc.
ou il n'y a pas eu de SMS et là, on serait dans la rumeur, une méchante, sadique, manipulatoire rumeur.

Bref, que faire si le récepteur en fait une affaire, s'il blablate autour de ça, ce n'est plus seulement le fait d'un émetteur. Il faut être deux pour la discrétion, deux d'accord pour cacher les faits.

Mais pire, que faire s'il n'y a jamais eu de SMS. Est-on victime d'une guerre médiatique que se livrent ????

Et c'est là que je vous rejoins, tant qu'on ne sait pas où on met les pieds, tant que c'est de l'intime ou de l'inexistant, vaut mieux aller voir ailleurs.
Que veut-on prouver par ce SMS? L'instabilité caractérielle de M. Sarkozy? Et alors? Faudra-t-il soumettre à l'expertise psychiatrique les postulants à la présidence de la République? La volonté de savoir, que dénonçait Michel Foucault, n'est qu'un mode de l'emprise totalitaire que toute société rêve d'excercer sur la personne... Il y a, par les temps qui courent, un terrifiant appel à la normalisation des esprits... et ne faut-il pas s'étonner que pour certains la liberté d'informer en soit l'écho?
Bravo pour votre argumentaire, j'y adhère complètement.
Merci Elisabeth, je n'aurais pas trouvé de meilleurs mots pour exprimer ce que je pense de cette "affaire".

Les médias français poursuivent leur dangereuse dérive vers une "anglosaxonisation" de l'information, à quand une affaire Monica Levinski à la française ? Nous n'en sommes malheureusement plus très loin...

Quand à l'argument de l'instabilité psychologique, il est simpliste et idiot.
"Les poubelles, que ce soit celles de l'Elysée ou celles d'un HLM, ça pue toujours. Mais nul n'est obligé de les fouiller. Dans les poubelles, on trouve parfois des faits. Rarement des informations."

Les plus indigents fouillent parfois les poubelles quand ils n'ont pas d'autres moyens de se nourir, visiblement le "journaliste" en quête de scoop a le même réflexe pour faire la une de son média....

Le jour, où le nouvelobs.com ou lexpress.fr fera sa une avec la sex tape de Cécilia et xx, j'espère qu'on se demandera enfin ce qui tue la presse dans notre pays....


http://unbloguedeplus.over-blog.com
100% d'accord avec vous Madame Levy. Bravo et Merci.
DS fait fausse route sur ce sujet.
Que Sarkozy ait oui ou non envoyé ce texto, moi je m'en fiche complètement. Mais en revanche ce qui m'interroge, c'est que je pense qu'il peut effectivement l'avoir envoyé !
La petite différence entre un employé instable et un président de la république, c'est que l'on ne peut pas licencier ce dernier et qu'il a des pouvoirs légèrement plus important que le premier.
Votre chronique est trés convaincante Elisabeth.
J'avoue que quand on m'a appris cette "révélation" ma première réaction a été de ne pas y croire et de me dire que même si c'était vrai là on franchissait un cap qui posait un trés gros problème (malgrés tout le cirque de la sarkozie).

Mais finalement je ne suis plus aussi sur que cette révélation ne soit pas fondée. Partons du principe que quoi que l'on puisse penser du nouvelobs (que je ne lis pas, même si là il s'agit du nouvelobs.com) et de A.Routier, il s'agit d'interlocuteurs à priori sérieux. Ensuite je souscris totalement à ce qu' a écrit number 7 : d'où vient la source ? Que Routier ait un accés auxSMS du Président ou que ce soient des proches de Cécilia S. qui lui ont transmis "l'info "(qu'il maintient) ça fait une grosse grosse différence...
Pour finir il me semble aussi que Sarko joue la carte de la vengeance publique envers Cécilia, pas étonnant que dans ces conditions la réplique se fasse dans des conditions aussi peu ragoûtantes. Sauf erreur de ma part le silence de Cécilia est pour l'instant trés éloquent...

Pour finir je ne pense pas qu'il faille se réjouir de ce spectacle mais je pense qu'il est à la hauteur de la véritable stature de "Notre Président" comme on dit à Groland, et à mon avis on a pas fini de rire (ou de pleurer).
Excellente chronique, bravo !
@Elisabeth Levy

Quand je lis votre article je me dis que cette affaire de SMS renvoie chacun à sa propre relation amoureuse, à ses propres contradictions (promis personne n'ira voir dans vos poubelles ;-)). Dans cet histoire Sarkozy ne devient alors qu'un effet miroir pour soi-même.
Franchement Sarkozy n'aurait pas dû tout mélanger. Est-ce aux média de faire le tri, ou encore à chacun de nous ?

En fait je m'en fiche... cette histoire produit toutes sortes de réalités, d'articles qui au fond donnent plus de sens encore que ce simple SMS.

Il est normal que les producteurs de spectacles génèrent d'autres spectacle quelques fois encore plus spectaculaires. Sarkozy n'est pas un président, c'est un feu d'artifice vivant.

Mathias lesensdenosvies.org
C'est bien dit et pour une fois ça reflète à peu près parfaitement ce que je pense, notamment en ce qui concerne le danger des diagnostics d'instabilité.
Mais cette information est-elle vraiment sortie d'une poubelle ?
Il faudra sans doute attendre pour le savoir, mais ça fait toute la différence !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.