62
Commentaires

Open data, l'antidote

Commentaires préférés des abonnés

Les vaccinés sont à l'ouest : comme notre Gouvernement !

L'open data c'est très bien mais les tweets du genre "il ne semble pas y avoir de corrélation entre la vaccination et la circulation du virus"...
Sérieusement.
Avec 150k vaccinés.

Je ne vois pas bien à quoi on pourrait s'attendre.


Ce genre de tweet ne do(...)

Concernant le COVID, par exemple, il y aurait bien une solution de l'ancien monde : que le premier ministre ou le ministre de la santé accepte une conférence de presse, une vraie.

Une vingtaine de journalistes de la presse écrite et télévisuelle qui p(...)

Derniers commentaires

L'Open Data en France est une malédiction. Comme le dit DS dans son article. Des pesanteurs, des refus, des données volontairement absentes pour ne pas permettre de corréler/analyser/etc...


En fait, cela va au-delà. Il s'agit de protéger le business des Epic (ces établissements publics qui peuvent chercher des financements en vendant des prestations et des données.)


Professionnellement, j'avais essayé d'accéder aux données d'un institut océanographique (en principe publiques puisque financées par les impots). Eh bien, il m'a été répondu que cet institut avait signé un partenariat (Public Privé) où le partenaire privé payait 20% du projet; l'institut 80% mais le partenaire privé avait accès à 100% des données avec exclusivité de 5 ans je crois.


Idem avec un institut de cartographie qui recueille des données pour en faire entre autres, des cartes grâce à des fonds publics mais refuse de fournir beaucoup de ses données (ou plutôt les vend à des tarifs inadmissibles puisque déjà payés par les impots) pour pouvoir les commercialiser par lui-même via des produits que des sociétés privées pourraient faire beaucoup mieux. 


Idem pour un institut de météorologie (cherchez par exemple, à connaitre la rosace des vents d'un endroit précis, vous serez assommés par le coût....)


Paradoxalement, je préfère la méthode américaine. Tout ce qui est financé sur argent public est accessible en Open Data. 

C'est brut de fonderie, charge au monde mercantile (comme on dit dans l'etat francais) d'en améliorer la présentation/l utilisation.


Aux USA, les données Covid sont disponibles par comté. C'est autrement plus pertinent que le département français. 


Est ce que l'Open Data qui vient d'entrouvrir une paupière fournit les données des 36 000 communes?


Qui dit quoi? que dit-on? qui le dit? qui ne dit pas? et pourquoi.?


Tout, semble-t-il, est dans ce dilemme : la pensée systémique. Qu'est-ce que ce bastringue de pensée machin chez machine? ? Nous devons cesser d'être aveuglé par l'illusion du contrôle. 


Les sytèmes complexes, et pour l'information  la complexité est terrifiante : - technique, technologique, numérique, logique, politique, multiplicité des sources, infinité ou infini désormais des sources-  ne peuvent être contrôlés.


Il faudrait tout redessiner.

 Comme l'écologie qui  pour un domaine autre nous y invite, sous peine de mort certaine. 

 

Holderlin, qu'adorait Aragon résume comme suit: "là où croît le péril croït aussi ce qui sauve".


Nous n'imposerons pas notre volonté à un système, et  les data, c'est un système, 

et quel système. !!


Rechercher ses propriétés, pour y instiller des valeurs. Un travail de recherche donc. D'analyse. De tri. Trier les déchets.


Une capacité à distinguer la vérité du mensonge, ou jouer du mensonge pour LEUR vérité. (qui est un mensonge) 


Nos qualités, nos capacités cognitives, réflexives sont détournées de l'essentiel (ce que dit très bien Yves Cochet) 


Humanisons l'humain. 


L'humanisation il n'y a rien de plus fragile. Vomme la beauté, rien de plus fou, de plus fragile.

Il  n'empêche..


Aimons nous. Se souvenir du constat du grand Jacques : " il y en a qui ont mal aux autres.. " Bien, c'est noté. Ceux-là, les "il y en a "sont essentiels.

A regarder la carte de vaccination on voit que la Normandie et l'Aquitaine sont bien verte

Est-ce dû à l'héritage d’Éléonore et à celui de Guillaume ?

Quelle drôle d'idée dans un pays qui se dit un et indivisible de faire de telles différences


Il est vrai qu'il y a eu des opérations de dépistage massif Au Havre sous la gouverne de Édouard Philippe alors y aurait-il des régions passe-droit ou passe-avant-les-autres comme avec la fibre et la 4G/5G/XG

Les données brutes (le "data") ne sont pas l'information mais elles sont la base indispensable de l'information. Elles sont nécessaires mais, le plus souvent, elles ne sont pas pas suffisantes.

Il nous faut donc, en tant que société, à la fois un accès le plus ouvert aux données brutes et les capacités de traiter ces données afin d'en faire émerger le sens, la signification, c'est-à-dire d'en faire de l'information, et de diffuser cette dernière.

Au-delà des capacités propres de chacun, forcément limitées et sujettes à des biais, ces capacités de traitement et de diffusion, selon des angles divers, pluriels et parfois contradictoires, sont en grande partie la responsabilité de ce que l'on appelle "les médias". Ou peut-être devrais-je DEVRAIENT être la responsabilité des médias. Par les temps qui courent, et pour ce qui est des médias principaux et notamment ceux aux mains d'intérêts privés, on peut raisonnablement se poser la question de la mise en œuvre effective de cette "mission".

Alors que faire ? Se réapproprier les médias en ne les laissant pas aux mains de ces seuls intérêts privés me parait un bon début. Bref, des médias professionnels (parce que c'est un métier que de faire émerger l'information de la donnée brute) mais responsables devant dans l'idéal toutes et tous et pas seulement quelques intérêts particuliers.

Un minimum d'esprit critique et de rationalité de la part de chacun-e d'entre nous, ça pourrait aider aussi. :-)


Pas sûr que l'open data soit la solution à tout. Les données sont très nombreuses et doivent être sélectionnées, triées, interprétées. Bref, il est aussi possible de trafiquer les résultats. Comme à la télé, il peut y avoir d'énormes différences entre le reportage monté et les rushs...

Trois commentaires à propos de ce travail :

1) Au vu des cartes, on devrait dire qu'il y a une corrélation entre le nombre des vaccinés et la circulation mais que cette corrélation est négative, c'est-à-dire que plus le virus circule, moins il y a de vaccinés ;

2) A supposer que le taux de vaccination dans la population soit identique sur tout le territoire, cette variation est normale puisque puisque dans les régions où le virus circule le plus, le nombre de personnes infectées croit plus vite que dans les autres régions, donc la différence s'amplifie ;

3) Vu les faibles effectifs recensés, on peut se poser des questions sur la fiabilité des corrélations, problème très connu en statistique.


Donc, les cartes donnent simplement des indications - utiles, mais mes commentaires ne remettent absolument pas en cause les questions légitimes sur la stratégie de l'exécutif en matière de vaccinations ni la constatation de son incompétence depuis le début de la crise.

Une émission avec un journaliste de NextINpact (les rois de la procédure CADA) sur la question de l’Open Data en général et le peu de pression qu’exerce la presse grand public sur les administrations pour les faire bouger ? C’est une mine d’info pour le journalisme d’investigation, et les décrets sont passés depuis un moment. Il reste plus qu’à faire trembler un peu les pachydermes en place…

En effet c'est surprenant ces deux cartes. Ce qui me fait penser à 2 questions : vaccine-t-on aussi les personnes qui ont déjà attrapé la maladie ? Y a-t-il un risque (comme c'est je crois le cas pour d'autres vaccins) de déclencher des hyper-réactions délétères à vacciner des personnes qui seraient infectées mais ne le sauraient pas ?

Open Data, oui

Closed Data, here they come


Bon tout cela pour dire la blague du jour entendue sur France Info. L'armée à la disposition de la logistique de la vaccination

J'entends ces mots et je me dis : Macron est en guerre (vous savez la guerre covidienne) et il se sert de l'armée (normal, les autres le font aussi, l'armée est utile en temps de paix aussi, et pas que pour éteindre les incendies ici et là en Afrique ou apporter de l'eau minérale en cas d'inondation)

Alors déjà devant mes yeux je vois des bataillons de camions frigorifiques de l'armée, des bataillons d'infirmiers de l'armée, des bataillons de tentes de l'armée, des terrains d'aviation, des porte-avions, une gigantesque armada au service de la vaccination... ma fierté binationale mise à bas de ce côté de la Manche remonte la pente

quand à la fin de la rubrique, j'entends le chiffre de QUATRE experts militaires de la logistique


à croire que ce gouvernement cherche la baffe et tend les deux joues sans parler du reste


A mon tour de féliciter Guillaume Rozier et son CovidTracker : voilà un bel ouvrage. Il a évité au gouvernement la mise en place d'une commission et la sélection de 150 citoyens pour décider après moult réflexions de la stratégie à prendre sur ce point bien particulier de la transparence des infos


Sur un autre sujet : il est clair désormais que l'assaut du Capitol avait été planifié de longue date et se voulait un "putsch", un "renversement" avec quelques victimes expiatoires projetées. Il ne manquait plus que l'ordre du couple Trump-Giuliani (le péteur- sic - et le décoloré). Quelle chance pour eux que Tweeter n'ait pas banni le parrain et son assistant en basse œuvre avant

"de suprémacistes complotistes trumpiens" dont la figure marquante se nourrit exclusivement bio

Un citoyen complètement et bien informé est simplement dan-ge-reux ! C'est l'essence du pouvoir !

L'open data c'est très bien mais les tweets du genre "il ne semble pas y avoir de corrélation entre la vaccination et la circulation du virus"...
Sérieusement.
Avec 150k vaccinés.

Je ne vois pas bien à quoi on pourrait s'attendre.


Ce genre de tweet ne donnant aucune information pertinente me parait relever plus de la communication publicitaire que du travail d'analyse.


Pareil pour son tweet suivant : 

"PACA : incidence du virus de 318 et taux de vaccination de 0,13 %.  Nouvelle-Aquitaine : incidence du virus de 138 et taux de vaccination de 0,31 %. "

C'est ridicule ces chiffres, il faut un minimum de données pour commencer à chercher des interactions d'influence. A moins de 1% le poids du "hasard" de se faire contaminer est bien plus important que celui d'avoir la chance d'éviter une contamination grâce à un vacciné.


Quant au fait de ne pas vacciner là où le virus circule le plus ça ne me semble pas aller de soi et là en tant qu'analyste communiquant publiquement il devrait poser des hypothèses de travail (à minima) ou se renseigner auprès de médecins compétents.
hypothèse de travail : Il y a un lag de plus de 3 semaines dans la vaccination pour une efficacité maximale, environ 2 semaines je crois pour un début de protection. Imaginez qu'on vaccine des gens dans une zone fortement contaminée et qui ont plus de risques d'attraper le virus : est-ce qu'il n'y a pas un risque que la vaccination soit moins efficace qu'en établissant une barrière de vaccination "autour" de la zone contaminée ?



C'était le commentaire rabat-joie du jour à votre service. :)

Je ne suis pas non plus convaincu par ces analyses, pour les mêmes raisons que celles que vous citez. Quand on construit des conclusions avec un emporte-pièce plus gros que ce qu'on a comme pâte, on obtient pas même la forme voulue.

Je pense qu'on pourrait aussi remettre en question la coloration de la carte : son choix des teintes suggère à notre cerveau naïf que certaines régions sont déjà pas mal vaccinées alors qu'on est à moins de 1%.


@si devrait être rodé à ce genre de graphiques trompeurs

en réalité toute la france devrait être en blanc #FFF et certaines régions seraient en vert #EEFFEE si on voulait respecter les bons choix de couleur. 

En effet. En tout cas, les conclusions que ses "analyses" suggèrent doivent bien convenir à Véran, "regardez, le virus ne circule pas moins là où les gens sont vaccinés". 


Ca me rappelle une discussion récente avec une amie, qui me dit "les français critiquent la lenteur de la campagne de vaccination et en même temps ils ne veulent pas se faire vacciner". Exactement le genre de jugement qui m'exaspère. 


Déjà, les français, ça fait du monde, et ce petit monde ne se divise pas en antivax et en provax, il y a des gens qui demandent juste à avoir une information indépendante et fiable sur le vaccin Pfizer, information disponible mais à l'ère du tout gratuit et du google news, on sait quel genre d'information est le plus massivement consultée. 


Et quand bien même 60% des vaccinables ne voudraient pas se faire vacciner tout de suite, il en reste 40% à vacciner, de quoi s'amuser déjà car au rythme actuel on en a pour des décennies.


Personnellement, personne ne m'a demandé si je voulais me faire vacciner, et quand je demande à mon médecin traitant, il me dit qu'il n'a aucune consigne et est dans le flou le plus total quant à cette campagne de vaccination. Qu'ils fassent déjà remonter des chiffres par les médecins traitants et ils verront qu'on est loin d'avoir assez de vaccins pour vacciner tout le monde. La dynamique évoluera ensuite en fonction des résultats observés, donc cette histoire de méfiance vis-à-vis du vaccin n'est qu'un prétexte... à moins que le ministère de la santé ait lui-même des doutes sur ce vaccin.


En tout cas, ils vont jouer dessus pour continuer à nous enfermer. Maintenant, les médias préparent l'opinion (le fameux ballon d'essai) à un couvre-feu généralisé à 18h et à un confinement le week-end.


Alors je suis peut-être à l'ouest, je pensais que le message disait l'inverse : qu'il faudrait une politique de vaccination ciblée sur les endroits où le virus circule le plus. Pas que l'influence de la vaccination serait déjà visible. Non ?

En effet c'est tout à fait possible qu'il ait fait une petite erreur d'expression.

Dans le doute, j'enlève mes critiques formulées dans les paragraphes 1 et 3, le reste me semble toujours valable donc je laisse !

"corrélation entre la vaccination et la circulation du virus"


Je l'avais pas compris comme "la vaccination n'a pas d'effet", mais comme: "on a pas choisi de vacciner dans les régions les plus menacées"

Je l'ai compris comme Neity. C'est en tout cas ce que la formulation "en tout cas il ne semble pas y avoir de corrrélation entre le nombre de vaccinés et la circulation de virus" laisse entendre chez moi. Je suppose qu'il apporte des précisions à son analyse dans son fil twitter.

Il précise plus dans un autre Twitt "Donc on ne vaccine pas prioritairement les régions les plus touchées visiblement"

Et ça n'a rien d'une analyse, c'est purement factuel !

Tout a fait et une "analyse" du ministère de la santé :"cela relève de la liberté locale"https://www.google.com/amp/s/amp.ouest-france.fr/sante/vaccin/vaccin-contre-le-covid-19-pourquoi-est-ce-qu-il-y-a-autant-de-disparites-entre-les-regions-7115378  

"A moins de 1% le poids du "hasard""


Sauf que les vaccinations (nb de personnes ayant reçu une dose) ne sont pas des événements aléatoires, ni des échantillons statistiques, et encore moins des estimations issues de sondages. Ce sont des valeurs. Brutes. Absolues. Alors n'y a aucune raison d'attendre d'avoir de "plus grands nombres" pour qu'ils aient une signification.


Les faits sont là : le nombre de vaccinations est corrélé à la population d'une région (nb d'habitants) et non à son degré de contamination.

Si car les statistiques entrent en jeu dans le fait de rencontrer ou non "une personne infectée" vs "une personne qui aurait du être infecté mais non car vaccinée".


C'est sur ce principe que se repose d'ailleurs le taux d'immunité collective à atteindre pour immuniser virtuellement une population.

Les personnes en Epahd (phase 1) ne sortent pas en extérieur.

Il faudrait trouver le chiffre mais un médecin ou un journaliste je ne sais plus avait avancé que la majorité des vaccinés actuels étaient des médecins car c'était plus compliqué pour les ehpad.

A défaut de mieux j'ai ce chiffre de 37'000 vaccinés en ehpad : 


https://twitter.com/Florian_Tardif/status/1348983572330409984

"Les faits sont là : le nombre de vaccinations est corrélé à la population d'une région (nb d'habitants) et non à son degré de contamination. "


Non si vous regardez bien certaines régions plus peuplées ont moins de vaccinés (bretagne / bourgogne / normandie par exemple). Et c'est normal car compte tenu des paramètres actuels de la vaccination, les facteurs majeurs entrant en jeu sont probablement : 


1/ Les lieux disposant le plus de vaccins

2/ Les lieux ayant le plus de personnel pour gérer la vaccination (gestion des rdv et administration du vaccin)
3/ Les lieux où il y a le plus de soignants
4/ Les lieux où il y a le plus de personnes âgées en EHPAD

Sachant que certains lieux sont peut-être biaisés dans le sens où il est possible que des soignants de province soient venus sur Paris pour se faire vacciner.

"Sachant que certains lieux sont peut-être biaisés dans le sens où il est possible que des soignants de province soient venus sur Paris pour se faire vacciner. "


En y repensant, ce dernier point n'est peut-être pas valide. Ca dépend d'où vient le nombre de vaccinations par région : en fonction des doses utilisées ou en fonction de l'adresse de résidence du vacciné (qui me semble plus probable, sans certitude toutefois).

"probablement"

C'est toute la différence entre des supputations et une analyse quantitative factuelle.

Une information factuelle n'est pas une analyse si vous faites référence au tweet que je critique.


Là en l'occurrence, et c'est un aspect de ma critique : on n'a pas les informations permettant d'émettre autre chose que des hypothèses de travail. parler de corrélation à ce stade n'a absolument aucune valeur ajoutée. Bref c'est de la comm.


Après si ça vous convient tant mieux.

C'est exactement ce que j'ai écrit en référence, effectivement, au tweet à propos duquel vous vous mettez la rate au court-bouillon : "Et ça n'a rien d'une analyse, c'est purement factuel !".


Voilà enfin un type brillant, intellectuellement honnête, et qui tire le collectif vers le haut, et pourtant, même si vous retombez sur ses conclusions, vous nourrissez à son égard une agressive animosité que trahit cette tentative maladroite de discrédit. Pourquoi ?

Je crois que tu as pris son tweet à l'envers. Moi je l'ai compris ainsi : il constate non pas que la vaccination n'a pas l'effet escompté, mais qu'on ne semble pas prioriser les zones les plus touchées. 


Ou alors j'ai mal compris ton message ce qui est possible n'ayant pas les yeux en face des trous.


Je pense que vous avez raison (comme on ne peut pas éditer j'ai apporté des corrections dans un autre message : vous pouvez ignorer mes paragraphes 1 et 3) :)

C'est là qu'on voit que les tweets, c'est quand même pas la panacée niveau argumentation. Ah, on savait déjà ? :)

Les vaccinés sont à l'ouest : comme notre Gouvernement !

En réponse à un de vos liens, certains disent que ces open-datas sont en PDF...

Par ailleurs, je suis peut-être un peu trop suspicieuse*, mais le ministère donne les infos juste au moment où Guillaume Rozier lâche l’affaire. Quelle coïncidence !

Ceci dit, nous ne pouvons qu’avoir pleine confiance, les conseils de McKinsey sont rémunérés très cher, preuve que leur boulot est de qualité.


* Je précise que je trouve ce gouvernement et le Président de la République très professionnels, honnêtes et humains. Je les félicite d’ailleurs de ficher les avis sur le web, il faut cesser les critiques répétées des opposants à la démocratie.

le cabinet d'Olivier Véran lui communiquait personnellement, chaque jour, le chiffre des vaccinations du jour, qui n'était pas disponible sur le site du ministère. Situation pour le moins étrange et malaisante : non, ce n’est pas étrange, ni malaisant, c’est ahurissant et scandaleux, comme il est ahurissant et scandaleux que ce soit grâce aux magies conjuguées de l'OpenData et des réseaux sociaux que dans les heures suivantes, le ministère de la Santé communiquait désormais sur le chiffre des vaccinations. Ça, c’est précisément la mission des gens et des supports dont l’activité a pour objet la collecte, le traitement et la diffusion des nouvelles auprès du public. Je crois que l’on appelle cela des journalistes et des journaux (papier, électroniques, radiophoniques ou télévisés).

Concernant le COVID, par exemple, il y aurait bien une solution de l'ancien monde : que le premier ministre ou le ministre de la santé accepte une conférence de presse, une vraie.

Une vingtaine de journalistes de la presse écrite et télévisuelle qui posent des questions pendant deux heures.

magistral !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.