8
Commentaires

Obono : "Valeurs actuelles" à l'assaut du Conseil de déontologie

On saura ce 2 février 2021 si le Conseil de déontologie journalistique et de médiation a nui à la "présomption d'innocence" de Valeurs actuelles en se prononçant contre les dessins représentant la députée Danièle Obono en esclave, publiés par VA en août dernier. Le Syndicat de la presse magazine a affirmé son soutien à Valeurs actuelles dans cette affaire. Pourtant, au sein du SEPM, des titres comme L'Obs ou Alternatives économiques sont pour le moins éloignés des "valeurs" de VA. Mais le CDJM est considéré comme illégitime par de nombreux médias.

Commentaires préférés des abonnés

Pour moi le conseil déontologique devrait juste se saisir de cas déontologiques (ajouts d'applaudissements, manipulation par montage, propos tronqués, ménages, conflits d'intérêt, "oubli" de préciser l'engagement politique d'un invité, etc.)


C'est mal(...)

Pas certain que cet épisode pèse lourd face à ce torchon,   une pelure authentique  au service de l'"extrême-droite bon chic bon genre. 


Origine du dindon: création de l'hebdomadaire Finance en 1957, - origine du titre - en 1966 le titr(...)

Ce genre de conseil a pour but au contraire d'éviter d'avoir recours à la justice, dans un principe d'auto-régulation. Il faut cependant qu'il soit légitime, que les parties soient d'accord avec ce principe, et que se décisions soient appliquées.

(...)

Derniers commentaires

Dernièrement, un connard majoritaire prétendait que le virus était moins dangereux au boulot qu'au bistrot, dans la plus parfaite indifférence des Offusqués Sélectifs...Et pendant que des ours bruns se décolorent poils et peau pour ressembler à des ours blancs, les pandas s'arrachent les leurs, en ne sachant plus à quelle couleur se (dé)vouer: la vie est mal faite, hein?

Malheureusement pour Danielle Obono, au canard enchaîné, une femme, noire, de moins de 55 ans, on a là 3 critères qui ne permettent pas à la rédaction de se sentir une quelconque proximité avec elle...

Au-delà des aspects juridiques, il y a d'autres vrais sujets concernant la déontologie. Tout ce qui est légal n'est pas éthique.

Pas certain que cet épisode pèse lourd face à ce torchon,   une pelure authentique  au service de l'"extrême-droite bon chic bon genre. 


Origine du dindon: création de l'hebdomadaire Finance en 1957, - origine du titre - en 1966 le titre s'installe "Valeurs actuelles ", Lucien Rebattet collabo sympathique en 1939-45 - antisémiste notoire - y tient une critique de cinéma sous le pseudo François Vinneuil jusqu'en 1972, 

pour situer l'ambiance chaleureuse avec le monde des idées..


 (le cinéma attire beaucoup les fachos : Bardèche, Brasillac..) 


On sait que Geoffroy Lejeune est « proche de Marion (MaréchalE Le Pen)


Quelques amusements de cette publication (publicité déguisée ):


mars 2015, Yves de Kerdrel, directeur de la publication de Valeurs Actuelles, est condamné par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris à 3 000 d'amendes pour provocation à la discrimination, la haine ou la violence envers les Roms et diffamation pour un dossier consacré aux Roms22, intitulé « Roms l'overdose..


. Yves de Kerdrel et la société Valmonde, éditrice du journal, ont été condamnés en appel le décembre 2015 à verser solidairement 2 000 de dommages et intérêts à la Licra et 1 000 à l'association La Voix des Roms.."


Alors les larmes de crocodiles, "dites larmo-bolsonaro"...sur  l'épisode du Syndicat de la presse magazine ..on sourit. Non, on ricane.

La vieille blague des rédactions : demander au stagiaire de 3eme d'aller chercher à la doc le Manuel de Déontologie Journalistique pour qu'il l'étudie ... (je crois qu'on la fait plus, ces salauds de jeunes ont la réplique facile...)

"Je ne suis pas un patron de presse. Le Canard appartient à ses journalistes." Ah le Canard, toujours cet humour par antiphrase ! 

C'est bizarre, pourquoi ça me fait penser à la coopérative de Blast ?

Pour moi le conseil déontologique devrait juste se saisir de cas déontologiques (ajouts d'applaudissements, manipulation par montage, propos tronqués, ménages, conflits d'intérêt, "oubli" de préciser l'engagement politique d'un invité, etc.)


C'est malheureux qu'il soit utilisé dans un cas qui relève plus de la justice.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.