173
Commentaires

Notre-Dame sans les mots

Commentaires préférés des abonnés

Même si je suis le premier à acquiescer l’importance de l’événement, ce billet me semble sombrer un chouïa dans l’exagération.


On n’a pas non plus pris contact avec une vie extra-terrestre hein. C’est juste un bâtiment à forte valeur symboli(...)

On en entend déjà ce matin demander une déduction fiscale de 90% pour booster la souscription ! Autrement dit, 10% de don et 90% d'argent public. Je croyais que les caisses étaient à sec et ne permettaient pas d'augmenter les minima sociaux ....

(...)

Si seulement la destruction de la nature suscitait autant d'émotion de part le monde. ..

Derniers commentaires

Est-il permis de dire que l'incendie de ce clocher je m'en fous, mais alors je m'en fous !

Je déteste déjà ce style d'architecture, je n'aime pas les symboles religieux et j'ai vomi dans le car qui m'y a emmenée enfant en visite scolaire.

Notre Dame de Paris de Victor Hugo est intacte, elle, et n'a nul besoin du détournement massif d'argent public des faux-dons de nos milliardaires.

J'ai une crainte ; celle que désormais quand on va dénoncer les ultra riches, se voire rétorquer (dans les médias) : "sans les riches ND serait toujours en ruine !".

ND va-t-elle devenir le symbole qui empêchera d'aller vers une justice fiscale ?

Plus que des mots, une légende sur la construction de Notre Dame

https://www.pariszigzag.fr/histoire-insolite-paris/notre-dame-et-les-portes-du-diable


Et question faudra-t-il à Macron l'aide du diable pour reconstruire en 5 ans Notre Dame? 

Sachant que pas dit ici mais dans ce type de légende le diable demande toujours quelque chose en échange et généralement ce sont des âmes...

au rayon bonne nouvelle; le grand orgue est aussi epargné. ça aurait fait mal au coeur de le voir partir en fumée (même si certains trouvent des choses intéressantes à faire avec des tuyaux et des flammes)

Toute cette hystérie collective pour un ancien entrepôt de vin...


https://www.pariszigzag.fr/histoire-insolite-paris/quand-notre-dame-de-paris-servait-dentrepot


Il fut un temps ou le peuple de Paris s'employait à détruire les églises dans la joie et la manifestation du désir d'émancipation de l'ordre ancien, symbolisant l'oppression des corps et des esprits.


En 2019, on a le droit à la mine constipée de Micron, aux larmes de Bern et aux élans éhontés de générosité de bénitier de la part des familles de milliardaires, deux ans après avoir touché leur chèque de remboursement de l'ISF.


En attendant, des gens continuent de crever dans la rue, ne peuvent pas se soigner ni se loger, tandis que d'autres se font défoncer tous les samedis par la troupe aux ordres des nouveaux Maîtres.


Triste époque, j'ai l'impression de vivre sous la Restauration...

Les marchands du temple sont partis.

Combien de visiteurs par an ? Des millions ?

Pour monter dans les tours, il faut payer, pour voir les reliques, il faut encore payer et pas de réductions pour "précaires".

Bussiness is bussiness, manants et misérables, passez votre chemin !

Des dizaines d'années que ça dure, l'Eglise doit avoir un bon bas de laine depuis !

Et celle ci ne serait pas mise à contribution ? Heureusement que l'Eglise et l'Etat sont séparés, dis donc...


EN DIRECT. Emmanuel Macron veut que Notre-Dame soit rebâtie "d'ici cinq années" 

Notre-Dame: enquêter sur les incendies, un métier d'experts

 https://actu.orange.fr/france/notre-dame-enqueter-sur-les-incendies-un-metier-d-experts-CNT000001eZB6d.html


Ouf ! nous voilà sauvés avec notre expert* toutologue qui a brandi son doigt mouillé !


* l'enquête commence à peine, l'évaluation des dégâts va sûrement prendre des mois, les problèmes de la structure hors charpente sont encore inconnus, les éventuels partis pris de restauration en découleront... mais bien entendu notre "start up" président a déjà tout tranché...

Misère

En son temps, J.-K. Huysmans estimait qu'"elle a été rafistolée et retapée de fond en comble ; ses sculptures sont rapiécées quand elles ne sont pas toutes modernes ; en dépit des dithyrambes d’Hugo, elle demeure de second ordre ; (...) cette cathédrale n’a plus d’âme ; elle est un cadavre inerte de pierre." (La Cathédrale, 1898)Ceci n'enlève rien à sa valeur patrimoniale et symbolique, cela permet peut-être juste de relativiser un peu.

sur le courrier on peut lire une foultitude de commentaires sur le financement de la reconstruction de notre dame et je dois reconnaitre que ça fait plaisir de voir le monde entier bouger pour elle . Si ça pouvait être la meme chose pour les démunis ...Pourquoi cette haine pour l'humain et cet amour pour la pierre ? 


Je crois comprendre qu'en ce moment même, le Président que dieu inspire et tient sous son aile (comme le dit si justement Ke-sais-je) est en train de concourir pour le prix Nobel du foutage de gueule.


Ouf Daniel enfin une chronique vraiment nulle !

Oui, on a tous été ému, de là à dégouliner, pérorer ...

La communion, c'est mieux dans la chanson ou le silence., non ?

Notre Dame de Paris n'est pas seulement "une église".

C'est un monument historique, un chef d'oeuvre d'architecture, c'est une "antiquité" fabriqué par l'humain et c'est un bâtiment encore en fonction.

De plus, c'est un monument du patrimoine culturel de France - au sens symbolique. 

Toutes ces raisons font que j'ai eu un choc à 7h du matin (oui c'était le matin par chez moi) quand suite à l'alerte nouvelle fraiche de RT j'ai lance le "live"* pour voir Notre Dame en flamme. Mon cœur c'est décroché.

J'ai délaissé toutes mes activités prévues pour regarder. Jusqu'à ce que je me rassure (comme Daniel) 3 heures plus tard qu'il ne s'agissait "que" du toit...

Rien à faire de la religiosité et autres fariboles, je suis un incroyant notoire, mais l'émotion ressentie lors d'une visite devant un lézard sculpté à hauteur d'homme dans la pierre d'un pilier et l'usure du tore à la base du pilier, causé par les milliers (millions?) de culs se reposant durant les offices et cérémonies reste intacte.

Je suis bien content que tout ne se soit pas effondré comme je le craignais.

Pour finir; par contre pas d'argent public pour la reconstruction!. 

Je veux dire qu'il y a suffisamment de croyants, de riches et de mécènes (sans compter le Vatican:-) ) capable de financer, pour qu'il ne faille pas en plus ponctionner les petits en facilitant "l'évasion fiscale" des plus riches.

Je suppose que l’État doit participer en tant que "propriétaire" du monument historique, mais les 90% d'abattement fiscal réclamés pour la participation au fond de reconstruction, c'est beaucoup....

Pinault et Arnault sont dans un bateau

Se demandent :  "quel chiffre avant les zéros,

"Combien pour l'aumône et la bénédiction

" Et, pour les impôts, combien de réduction ?

Gràce à , notre très cher Victor Hugo

Bernard et François puisent dans leur magot,

Et font un barouf , ramdam et grand  bruit

Pour financer, avec faste , " NotreDame deParis,,

Mais, c'est tout-à-fait  préjudiciable,

Qu'ils ne pensent pas  aux " Misérables ".

Qu’est ce qu’on en a à faire ? Franchement quel bordel pour une eglise qui crame...

Etrange, cette impression à la lecture de la majorité des réactions sur ce papier.  Ah, on ne peut pas dire qu'on la leur fait facilement aux habitués d'ASI. C'est l'habitude de décrypter, sans doute. De chercher sous l'apparence des images et des mots le vrai, caché certes, mais pas  occulte pour autant.


Le réel, quoi. Ce qui est tangible. Pas le sentimental, le poétique, le spirituel. Pas le symbolique, mais la pierre qui est pierre et restera pierre. Et tous les parallèles humanistes qui s'ensuivent. Les pauvres migrants qui meurent dans l'indifférence quand ce gros tas de pierres qu'est Notre-Dame fait pleurer et invoquer Hugo, on ne sait trop pourquoi.


Il n'y a pas beaucoup de Claudel parmi toutes ces fortes têtes. Pas un apparemment pour être touché par la grâce un soir de Noël derrière le pilier droit près de la sacristie. Encore moins pour voir un ange sur le mur de sa chambre comme ce débile de Max Jacob, et ne jamais s'en remettre. Jusqu'à se faire baptiser avec Picasso comme témoin, je vous demande un peu !...


Et l'on se plébiscite les uns les autres dans ce matérialisme sans complexes. Les plus applaudis sont les plus terre à terre. Celui qui avoue n'en avoir "rien à foutre" arrive dans le peloton de tête. Pas très loin derrière le leader qui observe finement que ce n'était quand même pas un contact avec les extra-terrestres.


Ah, la réconfortante humanité qui a compris tant de choses. A qui le matérialisme a démontré que s'il y a bien une inutilité sur terre, ce sont les illusions. Perdues ou gagnées, rien à foutre des illusions. D'ailleurs, on vient de photographier le premier trou noir  dans l'univers. C'est autre chose que le visage d'un ange, non ? 


Et pourtant, de Rome à Pékin, tant de sentimentaux se sont pris à rêver face à ce brasier. A prier, souvent. A imaginer une rechristianisation, quelle idée !  Une nostalgie, quasi sulpicienne, a couru la France. Comme si l'on pouvait encore trouver réconfort dans ces temps où la religion, c'était aussi l'humanité et de grands élans hugoliens qui nous portaient tous ensemble.


Où en sommes-nous, entre le cynisme, les certitudes, les illusions, les doutes, les espoirs , les peurs ? Où en est-on après  l'incendie de Notre-Dame? Serons-nous comme auparavant, ou quelque choses va-t-il changer? Macron va-t-il trouver là son chemin de Damas et comprendre enfin que la France, c'était, c'est peut-être encore un peuple ? Et pas seulement ces deux grands larrons qui se sont précipités pour tirer de leur don le plus large profit?


Daniel a arbitré à sa façon. A la Hemingway, dirait-on. En écrivain comportementaliste. En regardant brûler Notre-Dame et disant ce qu'il a ressenti. Sans métaphysique ni extrapolation. Et finalement, c'était juste et émouvant.

Mais quel beau métier que celui d'assureur !


"De l’aveu même des experts de l’assurance construction sollicités par L’Argus de l’assurance, la question de l’assurance restera bien sûr secondaire dans la mesure où l’Etat, en tant que propriétaire du monument national, couvrira les frais de reconstruction grâce aux fonds amassés à l’occasion de la grande collecte nationale."


Source

Oui mais hélas Notre Dame avec des mots, des mots, des mots... : du pain béni, c'est le cas de le dire, pour les chaines d'infos déchainées une fois de plus. De la bouillie les croyants, les non croyants, et tutti quanti.....En attendant que le roi se décide à prodiguer son grand bouleversement....

"On cherche les précédents, on n'en trouve pas..." Rassurez-vous Daniel, je pense que quelques charpentes de cathédrales sont parties en fumée un peu partout en Europe entre 1939 et 1945. Toujours au 20e siècles, les images de la cathédrale de Reims en flammes pendant la 1e Guerre Mondiale sont également très impressionnantes. La visite du musée vaut d'ailleurs le détour, rien que pour voir les gargouilles d'origine, encore étranglées de métal, fondu par la fournaise. C'est douloureux pour les amoureux d'art médiéval comme moi, mais ce n'est qu'un chantier de plus. Pas de victime, ouf !

Le 6 aout 2014 à 17h45 alors que je sirotai un perrier citron à la terrasse d'un café situé au pied du beffroi de Béthune,mon amie m'appelle pour me signifier l'incendie de mon garage(édifice construit au siècle dernier) .

Bref notre-dame c'est triste mais je n'ai pas l'impression que cela me sidére, et j'ai presque honte de l'avouer mais mon garage me manque plus que notre-dame.

Bien sûr que non, ce n'est pas inédit. Les grands incendies ont jalonné l'histoire. Rome, Londres... tant d'autres moins connus. Il faut vraiment l'hybris de l'homme moderne pour croire qu'on est là face à du jamais vu. Décentrons nous un peu. Moi aussi, cette destruction me touche et je pense normal de mobiliser des moyens importants pour la reconstruire. Mais je ne vois pas l'intérêt de dramatiser à l'excès. C'est une page de l'histoire de Notre Dame qui s'écrit. Certes pas la plus joyeuse. Mais elle pourrait bien prouver que sa solidité est davantage ancrée dans ce qu'elle représente que dans les pierres et les poutres qui la constituent. Nos corps, nos oeuvres, nos émotions sont prises dans l'histoire, en mouvement, contingents. Rien n'est éternel. Il serait temps que l'homme l'apprenne.

Notre Dame avec les mots !....


 "Les gens vont jusqu’à pleurer pour des bouts de bois. Vous aimez trop l’identité française alors qu’on s’en [fout] objectivement de votre délire de petits blancs. »


Un cadre de l'Unef ! C'est bien à ça qu'on la reconnait !

Dommage que tout n'ait pas cramé. 

On aurait pu faire un centre d'accueil de migrants et/ou de SDF à la place vu que ça doit être un terrain de l'église (rapport à la charité et tout ça).

De la relativité des émotions


Ce lundi 15 avril, vers 18 h, cherchant, je ne sais plus quoi sur internet, je suis tombée sur une photo, une photo de destruction avec des armes de la douce France… Une photo du Yémen, je crois… Le téléphone sonna, ma sœur, du Maroc, m’annonça la nouvelle. J’allais voir sur internet et je vis Notre-Dame brûler. Si j’étais croyante, ai-je pensé, je dirais que dieu a voulu châtier (la liste des péchés récents est si longue qu’il est en droit d’avoir un mouvement de colère incontrôlée)


Je n’ai donc rien ressenti, pas la moindre émotion… RIEN. Quand la flèche est tombée, je me suis dit dommage, elle avait de la grâce… Mais nous sommes riches, nous la reconstruirons comme on a reconstruit à Reims, à Cologne, à Moscou… Les guerres, c’est bien connu,  sont aveugles et ne font pas le tri !


J’ai été plus émue, ce Mardi, le lendemain… Peut-être parce que la photo de réelle destruction en pays méditerranéen s’était estompée…



D'accord, le patrimoine, la culture, l'art, la perte ... 


Je voudrais juste qu'il y ait une égale émotion et aussi une égale mise de fonds (coucou M. Pinault   coucou M. Arnault )

quand des immeubles s'écroulent sur leurs occupants ou quand une baleine vient crever le ventre plein de plastique.

Ce sont mes semblables et c 'est mon patrimoine.



Premièrement de par la loi de 1905 ce sont nos sous qui sont partis en fumée. Comme il me semble que l'État est son propre assureur,  c'est nous qui allons payer. Ceux qui donnent généreusement vont payer 2 fois sauf ceux qui peuvent être généreux parce qu'ils échappent à l'impôt (et se font un peu de pub en plus d'un peu plus de déductions fiscales). 


Deuxièmement le patrimoine national s'amenuise mais après tout, l'État s'appauvrit à coups de privatisations qui transforment son capital en espèces (en flux) que d'aucuns ponctionnent plus ou moins directement pour faire leur fortune (il semblerait que ce soit les mêmes que ceux qui privatisent)  comme ailleurs on perce les oléoducs pour alimenter le marché noir de l'essence, les risques en moins.


Troisièmement un chef d’œuvre vient de disparaître mais il est bien des chefs d’œuvre piétinés récemment par la police qui n'ont pas soulevé la compassion nationale après que François Ruffin ait dit "on va refaire Marcel". Il l'avait dit avant Macron. Sans que ça ne fasse les gros titres mais chacun fait selon ses moyens, n'est-ce-pas ?


Quatrièmement, l'incendie est épouvantable autant que l'inondation. Si l'élan suscité par cette catastrophe pouvait s'élargir aux nombreuses familles frappées par ces calamités et confrontées aux assurances privées et aux dédales des procédures.


Cinquièmement, il faut reconnaître des mérites à Viollet-le-Duc mais son style ne fait pas l'unanimité alors les conservateurs et l'architecte en chef pourront peut-être restituer une interprétation plus juste du Moyen-Age à ce monument.


Vous l'avez compris, si je peux comprendre l'émotion des témoins directs, je suis devenu très méfiant au sujet de ces élans de confusion nationale et d'étalage de bons sentiments.

Je suis toujours un peu naïf mais dans une société où on ne peut plus bouger un orteil sans être multi assuré et où l'accès à des tas d'endroits est restreint pour les mêmes raisons, il existe en France, en 2019, des chantiers publics du patrimoine de centaines de millions d'euros confiés à des entreprises qui ne sont pas bien assurées contre l'incendie et/ou qui n'ont pas l'intention d'assumer leurs responsabilités ?

En tout cas c'est ce qu'Emmanuel Macron semble penser puisqu'il voit déjà l'utilité d'une souscription (inter)nationale.

Vous avez dit privatiser les gains et nationaliser les pertes ?

Tout ça reste très macronien.

J'aimerais bien connaitre l'emploi du temps de Poutine hier soir vers 19h00. 

La main du Kremlin, c'est sûr.

C'est une affaire de schème imaginaire, rien de plus et rien que cela! Notre rapport intime avec le Temps, nos images intérieures fondatrices, notre construction identitaire, etc.. Bref pour ceux celles qui n'en ont rien à foutre et tiennent à le dire ce matin, demanière presque militante, je voudrais dire quand même que cela n'enlève rien au fait que l'on peut pleurer devant des victimes humaines,  je ne vois tout simplement pas le rapport.

Quant à la destruction de la Nature, oui, il y a un rapport! Notre-Dame de paris, d'une manière symbolique fait presque partie de la Nature, oui celle de nos rêves qui créent notre bio-diversité humaine.

Pleurer devant la disparition des insectes, des fôrets, des herbes folles, oui et des rosaces lumineuses de Notre-Dame, même combat!

Parmi toutes les réactions ce matin, celle de :Cécile Duflot

"Notre-Dame, c'est l'incendie de trop" : pourquoi les historiens de l'art et spécialistes du patrimoine sont en colère

Les architectes et les historiens de l'art dénoncent un manque cruel d'entretien dans les bâtiments du patrimoine français.



https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/incendie-de-notre-dame-de-paris/notre-dame-c-et-l-incendie-de-trop-pourquoi-les-historiens-de-l-art-et-specialistes-du-patrimoine-sont-en-colere_3400595.html

Est-ce qu'on n'en fait pas un chouïa trop là ? Ok, c'est très regrettable, et c'est une passionnée d'histoire de l'art qui vous parle, ok c'est un symbole mais ce n'est qu'un symbole, il n'y a pas mort d'homme. Quand he vois le lexique utilisé pour décrire l'événement, franchement, ça me laisse perplexe : infinie tristesse, déchirement, choc... Il y a des sujets bien plus grave qui émeuvent moins et qui mobilise moins. C'est ça qui me "choque" et m'attriste

En écoutant Demorand ce matin sur France Inter j'avais envie de bruler un siège pour sauver son âme. Radio vatican m'a fait perdre le peu de confiance que j'avais en cette fréquence. Le "mon dieu" et le "Monseigneur bidule... quelles pensées vous traversent" m'ont donné envie de bouffer du curé... pourtant j'essaye vraiment de me soigner sur ce plan là.

Décidément le parisien n'a d'yeux que pour paris... et pendant que le monde brule il pleure son propre nombril.


-Où ?- J'étais chez moi en train de lire -Quand?- et le téléphone sonna


- T'as vu ? La flèche de Notre Dame est tombée !

-Heinh, pourquoi ?

-Branchez la TV.


Et Hop! BFM vision directe du feu en cour.

Étonnement et stupéfaction conjugués.


Mais les commentateurs commentent, malheureusement.

Il y en a un, particulièrement crétin, qui fait l’énumération des films et cite la comédie muzak Hall ... 

Evidement, il oublie le Livre.

 

C'est sur Fake Book, c'est vrai. pose une question importante:

"Est-il possible d'en être désolé sans en être ému ?"


J'ajoute qu'il est possible d'être désolé sans être ému et en colère !


Quasimodo - Notre Dame = 1 - 0


Ça, pour sûr, que je m’en souviendrai. Je me suis fait enguirlander au téléphone par un ami bouleversé par l’événement alors que je n’étais pas au courant, Après, une fois l’information obtenue, j’ai tout de suite pensé au talent des Monuments de France pour ce qui est de la restauration, j’étais rassuré, sauf à un moment dans la soirée où il commençait à se dire que des risques d’effondrement pointaient.

Sinon, formidable symbolique, entre les feux Gilets Jaunes du samedi et la prise de parole clôturante présidentielle prévue à ce moment là, comme une affirmation qu’effectivement plus rien ne sera comme avant.

J'ose imaginer que chaque millimètre carré de ND ont été photographiés, numérisés. Donc, il devrait être possible d'obtenir une reconstruction fidèle de très bonne qualité. Et sûrement dans un délai bien plus court que le temps qu'il a fallu pour construire l'original.

L'argent ne manquera sûrement pas pour le monument le plus visité d'Europe.

J'aimerais tant qu'il en soit de même pour Alep, Ninive et Mossoul. Ou Sanaa qui croule sous les bombes "made in France" ou "made in the UK"


Macron sauvé par les flammes de Notre Dame?



L'émotion d'un chacun (catholique ou non, français ou non) de par le monde apprenant la nouvelle,  sans besoin même de voir l'image de Notre Dame en flammes, en dit long sur - ou plutôt contre - la prétendue "déchristianisation" sinon "sortie de la religion". 


La concomitance de l'événement avec la conjoncture politique en France permet notamment interrogativement d'avancer que Macron est désormais sauvé de la crise qui le menaçait. Comment en effet envisager qu'il puisse continuer d' être mis en cause dans la rue et dans l'opinion comme depuis près de six mois il le fut? Quel que soit le contenu de son annonce hier prévue (et enregistrée) et devant être aujourd'hui diffusée, l'accueil critique ne saurait qu'en être aussi tempéré sinon annulé que l'incendie de Notre Dame oblige un chacun français de se l'imposer.


Qu'il n'y ait de pouvoir temporel que conditionné - plus encore que soumis - au pouvoir spirituel, la preuve en serait ainsi une nouvelle fois administrée.

J’ai regardé la télévision. C’était très pénible. Oui, ça ne vous étonne pas, Daniel.


Sur France 2, j’ai cru à un moment qu’ils allaient tenir une messe en direct sur le plateau, en présence de Nathalie Saint-Cricq (Mais que fait-elle, là ?, me disais-je).


Sur BFM, à un moment, ils se demandait si la fumée gênait les gens. C’est BFM. J’ai zappé.


Le clou est venu d’une journaliste, je ne sais plus sur quelle chaîne : «Notre-Dame, c’est aussi une cathédrale». Merci de nous tenir informés.

je crois que mon commentaire précédent est parti sans mon final cut! Sorry! Mais encore merci à Daniel pour cette oraison, et d'avoir su parler avec son coeur. Aujourd'hui, le coeur, le "sensible", ça n'a pas de prix.

On en entend déjà ce matin demander une déduction fiscale de 90% pour booster la souscription ! Autrement dit, 10% de don et 90% d'argent public. Je croyais que les caisses étaient à sec et ne permettaient pas d'augmenter les minima sociaux ....

oh oui, merci Daniel! 

Le silence oui.

Sans sirènes de pompiers oui.

Mais. après ce qui nous a manqué aussi c'était des mots à la hauteur de ce deuil collectif et intime.

Ce besoin infantile peut-être mais nécessaire à toute réparation de "communion" humaine.

Oui, communion, c'est un mot "religieux", c'est un mot qui nous relie à nous et aux autres surtout.

Honte à LAPIX, journaliste sans âme, pure image en deux dimensions, contrairement àNottre-Dame qui en avait tellement des dimensions, et qui a ouvert le journal sur le grand débat de Macron. la question étant restée dans sa


Je suis abasourdi devant cette sidération collective. Alors quoi "l'âme de la France serait touchée" parce qu'une toiture serait partie en fumée ? 

En même temps pour qu'un Pinault mettre 100 millions d'euros sur la table, la France doit être en danger.


Je balance donc entre la tristesse et l'espoir. Comme l'assureur de l'entreprise fautive qui doit être au bord du suicide. Comme les compagnons charpentiers et couvreurs  qui se frottent les mains.





 



" La construction de Notre Dame de Paris a été engagée sous le règne de Louis VII par l'Évêque Maurice de Sully, évêque deParis, en 1163, elle s'est étalée de 1163 à 1345." Ce qui me frappe le plus, c'est la quasi-destruction - pour une connerie de chalumeau oublié, ou une autre imbécillité: comme disait Demorand ce matin, l'entreprise de rénovation n'a pas un grand avenir - de plus de 180 ans de labeur du petit peuple, des Compagnons de la pierre et du bois, qui ont parfois laissé une signature discrète dans un recoin de leur ouvrage. (http://www.notredamedeparis.fr/la-cathedrale/espace-jeunesse/les-batisseurs-de-cathedrales/ )

Et bienvenue à la seconde partie : la recherche du coupable.

Elle possède un bel oeil de photographe, Clémentine Schneidermann.

Ceci illustre une fois de plus la relativité de l'émotion. Des gens pleurent parce que Notre-Dame de Paris brûle mais quand il y a un attentat qui fait 140 morts au Pakistan, bof...

Si seulement la destruction de la nature suscitait autant d'émotion de part le monde. ..

Est-il  inconvenant de dire que le chagrin aurait été nettement  moins grand si l'incendie concernait le Sacré-Coeur ? ( ou l'Elysée)

"Heureusement, l'incident n'a fait aucune victime" comme dirait Bohort.


Je vais scruter avec minutie cette période à venir de "concorde nationale", périodes dont on sait malheureusement qu'elle peuvent charier le meilleur comme le pire.



Les fumées ont chassé les annonces présidentielles fumeuses....


( seules, mes larmes subsistent .... )

Cet accident m'a rappelle la fin du film "le nom de la rose" quand l’abbaye brûle avec tous ses livres centenaires.

J'ai été parisien une bonne partie de ma vie et pourtant je ne ressens pas cette tristesse que tous semblent exprimer.... Événement dramatique sans aucun doute mais pour moi il n'y aura pas un avant ou après. Quelque part ce coup du destin me choque beaucoup moins que la destruction volontaire de palmyr ou des bouddha de bamiyan.

J'aurais pas eu le temps de la visiter dans son jus ...

Et dans un an nous apprendrons que c'est un bengali en intérim ,payé avec une fronde qui a mis le feu en se faisant cuire des pommes de terre pour son repas  ... Et a coté de ça vous avez les deux plus grosses crapule de paris qui se font de la pub en jouant les oeuvres de charité ,moi je donne un euro non moi j'en donne deux ,ce qui représente pour le portefeuille d'un smicard ,10 centimes environ . Macron en profite pour retarder son allocution , il se servira surement du désastre pour tirer la couverture a lui . Et le libéralisme pourra continuer son petit bonhomme de chemin destructeur en tirant profit du chantier . signé Nostradamus 

C’est pas cool, je venais de réussir à cesser de pleurer.


Même si je suis le premier à acquiescer l’importance de l’événement, ce billet me semble sombrer un chouïa dans l’exagération.


On n’a pas non plus pris contact avec une vie extra-terrestre hein. C’est juste un bâtiment à forte valeur symbolique qui brûle.

Tu ne comprends pas ! Notre Dame c'est 800 ans d'histoire gravées dans l'architecture d'une extrême complexité restée intacte jusqu'à aujourd'hui. Notre Dame c'est l'une des plus belles oeuvres architecturales de l'humanité, symbole d'une époque aujourd'hui révolue, c'est la fiertés d'un temps révolu qui a perduré à travers les siècles. Notre Dame c'est un point de convergence entre l'histoire, la littérature et la religion. C'est en partant de Notre-Dame que l'on a défini les unités de distance en France. Notre Dame ce n'est pas seulement un symbole, c'est tout une partie l'histoire de France concentrée en un édifice.

Oui bon, ben l'histoire n'a pas brulé hein!


C'est dommage, triste, mais pas la fin du monde.

Un monument tel que Notre Dame, ce sont des personnes, des artistes, des artisans, des constructeurs du passé qui nous parlent encore.


On a le droit de ne pas les entendre, bien sûr.

Je me suis trompée de fil de réponse.

C'est une mauvaise habitude de dire "tu ne comprends pas" à quelqu'un qui a juste un point de vue différent. :)

Pas dans un cas comme celui-ci.


Quand s'émeut on, quand porte-t-on un intérêt au oeuvres humaines et à la culture si ce n'est même pas dans un moment comme celui-ci ? 


Pour moi, l'indifférence va de paire avec l'incompréhension, pour pouvoir s'émouvoir, il faut d'abord comprendre ce que l'on a perdu. Je ne sais pas si vous avez déjà visité Notre Dame, mais on comprend tout de suite, face au bâtiment l'ampleur du travail, de l'effort qu'il a fallu pour bâtir un tel monument. Le travail de précision fait sur les vitraux est une véritable merveille. 


Au fond, je pense simplement qu'il est normal de s'émouvoir quand l'on perd ou abîme l'un de ses biens les plus précieux. 

Je n'ai pas visité Notre dame mais je connais la cathédrale de reims qui est pas mal également. Mais ça reste un tas de cailloux.

Même à moitié détruit, il conserve sa charge historique. Et même rasé, on a des traces numériques, des photos, etc.

Ce n'est pas réellement perdu. Que les plus passionnés soient affectés je peux le comprendre, mais ça ne veut pas dire qu'on doit tous l'être ou que si on ne l'est pas serait la signification qu'on ne comprendrait pas.

Je me permets de contextualiser mon pinaillage sur le principe de comprendre/désaccord : le fait de nier un désaccord en prétextant à un problème de compréhension est, par ces temps, extrêmement utilisé par les politiques face à leurs contestataires.

C'est pour ça que je trouvais l'argument malheureux. Il faut parfois se résigner à ce que l'autre ait un point de vue différent sur un événement ou une idée.

Non mais je suis le premier à avoir les boules hein. Mais le billet semble traiter cet événement au même titre que le pied d’Armstrong sur la lune.


Quelle que puisse être la riche histoire d’un bâtiment, son incendie n’a en tant que tel que peu de valeur historique.


Je doute que cet incendie (qui n’a pas non plus rasé le bâtiment hein) marque autant l’histoire que je sais pas moi, celui de la bibliothèque d’Alexandrie par exemple.

tant qu'il n'y a pas de récupération politique dégueulasse derrière; et qu'on n'en fait pas des tonnes pendant six mois; on peut quand même comprendre que les gens soient touchés, certains plus que d'autres. Sur le plan historique c'est pas parce qu'on a perdu une partie de l'édifice que ni la prouesse architecturale ni la mémoire de ceux qui l'ont construit (dans des conditions sans doute très difficile) n'est effacé. On peut aussi se réjouir qu'il n'y aucune victime (quelques blessés parmi les pompiers); la vie sera toujours plus importante que les vieilles pierres; même si du haut de celles-ci plusieurs siècles nous contemplent.

Bon ben je dois être le seul à en avoir rien à foutre, content qu' il n y ai pas de blessé mais rien de plus.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.